Navigation – Plan du site
comptes-rendus d'ouvrages

Ronald Hubscher : L’immigration dans les campagnes françaises, 19ème - 20ème siècle

Paris, Odile Jacob, 2005, 478 pages
Michel-Pierre Chelini
p. 205-206
Référence(s) :

Ronald Hubscher, L’immigration dans les campagnes françaises, 19ème - 20ème siècle, Paris, Odile Jacob, 2005, 478 p.

Texte intégral

1Professeur émérite à l’Université de Nanterre, Ronald Hubscher s’est imposé comme spécialiste d’histoire rurale depuis sa thèse sur L’agriculture et la société rurales dans le Pas-de-Calais depuis le milieu du 19ème siècle jusqu’en 1914. Il a ensuite travaillé plus spécifiquement les questions concernant les salariés agricoles, les vétérinaires et l’histoire du sport. Son ouvrage sur l’immigration dans les campagnes françaises aux 19ème et 20ème siècles croise histoire rurale et histoire de l’immigration, donnant visage et voix à une population doublement discrète dans l’historiographie, tant par sa ruralité que par son extranéité.

2Le corps de l’ouvrage, distribué en 15 chapitres ne saurait être détaillé ici, sous peine d’en appauvrir richesses et nuances. On ne pourra relever qu’un certain nombre de points majeurs.

3Si le nombre de migrants est difficile à fixer, on constate en revanche que l’agriculture les attire moins que les autres secteurs et la proportion des actifs agricoles dans la population des actifs de nationalité étrangère est inférieure à celle de tous les actifs agricoles en France dans la population active totale : 23 % en 1914 contre 41 %, 15 % en 1931, contre 32 %. Pourtant, l’immigration rurale est plutôt favorisée que découragée en raison d’impérieux besoins de main-d’œuvre. Même sous Vichy, on n’enregistre pas de dénaturalisation dans ce secteur. Les paysans étrangers sont vus comme de
« bons étrangers », assimilables, parce qu’enracinés dans la terre selon un mode de vie jugé comme universel et intemporel, celui de « l’ordre éternel des champs ».

4Paradoxalement, ils se distinguent par leur indiscutable mobilité. La majorité cherche à retourner dans son village d’origine, hésite à demander la citoyenneté française, refuse d’être enterrée en France. Les gros exploitants sont une infime élite, les petits et moyens sont plus nombreux - le plus souvent comme métayers ou fermiers que comme propriétaires- exploitants - mais la majorité est constituée de salariés agricoles : 150 000 salariés permanents en 1931 sur 250 000 actifs étrangers dans l’agriculture. Les étrangers forment également la majorité des saisonniers. Des spécificités géographiques les caractérisent. Ils se localisent en trois espaces privilégiés, dans une large couronne jusqu’à 150 - 200 kilomètres autour de Paris, dans la vallée de la Garonne et dans l’arc méditerranéen. Les pays de départ évoluent : Belges et Italiens depuis le 19ème siècle, Polonais de l’Entre-deux-Guerres, puis de nouveau Italiens, Espagnols et Portugais, bientôt Marocains après 1945. Les Flamands sont bineurs de betterave, les Piémontais cultivent vigne ou agrumes, les Bergamasques travaillent dans les forêts. Les communautés villageoises d’accueil balancent entre xénophilie d’une commune appartenance paysanne et xénophobie d’une origine géographique et nationale différente. Le sport est un des vecteurs d’excellence pour une [éventuelle] assimilation : devenu l’espoir du club local de football par exemple, l’étranger est adopté comme membre de la fratrie villageoise.

5On pourrait reprocher à l’ouvrage son défaut de cartes, une certaine insuffisance des tableaux statistiques de synthèse ou la discrétion des passages sur la vie confessionnelle de ces populations, mais ce seraient de faibles restrictions. Nous disposons avec cette publication d’un texte solide et compétent sur un domaine peu exploré. Il s’insère parfaitement dans le programme d’histoire contemporaine de l’agrégation et du CAPES sur Campagnes et sociétés rurales ouest-européennes entre 1830 et 1930, mais de manière plus large dans le champ d’intérêt de tous les historiens, géographes, démographes ou sociologues intéressés par actifs agricoles ou immigration. Il intègre implicitement une dimension internationale en décrivant le mouvement migratoire de populations euro- méditerranéennes vers la France. Il s’inscrit enfin en opposition à la réduction inquiétante des études d’histoire rurale pour le 20ème siècle, en proposant une association féconde avec des thèmes élargis d’histoire sociale et culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel-Pierre Chelini, « Ronald Hubscher : L’immigration dans les campagnes françaises, 19ème - 20ème siècle », Espace populations sociétés, 2006/1 | 2006, 205-206.

Référence électronique

Michel-Pierre Chelini, « Ronald Hubscher : L’immigration dans les campagnes françaises, 19ème - 20ème siècle », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/1 | 2006, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/898

Haut de page

Auteur

Michel-Pierre Chelini

Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org