Navigation – Plan du site
Articles

Les Juifs à New York : d’une identification religieuse à une identité politique

Jews in New York: from a Religious Identification to a Political Identity
Nicolas Sourisce
p. 33-46

Résumés

Dans les semaines qui suivent les attentats du 11 septembre 2001, les journaux Juifs américains mettent en évidence, dans les reportages qu’ils consacrent à cette actualité, deux visions très différentes de ce que signifie être juif, aujourd’hui, aux États-Unis. La première est locale : dans les communautés, l’identité juive se construit d’abord sur l’espace du voisinage, de l’agglomération, les territoires du quotidien. La seconde est internationale : pour les grandes institutions juives américaines, cette identité doit se nourrir d’autres repères territoriaux, dont le pays d’accueil, à savoir les États-Unis ; puis Israël ; enfin, les autres pays qui regroupent des populations de la diaspora. L’étude de la presse juive américaine permet, ainsi, de dresser une géographie originale de l’identité des Juifs américains. Leurs journaux s’inscrivent, en effet, dans plusieurs logiques territoriales. Celle de leur diffusion, d’abord, qui fait de la presse ethnique un indice résidentiel très pertinent. Celle du contenu rédactionnel et publicitaire, ensuite : leur cartographie dépasse la seule information résidentielle ; elle se fait aussi culturelle, économique. Apparaît alors, dans la construction identitaire juive américaine, une ambiguïté : au combat collectif pour le maintien d’un réseau diasporique dynamique, tant sur le plan politique que culturel, répondent des comportements politiques plus individualistes, plus en phase avec la réalité sociale américaine. D’un côté, la survie de la spécificité culturelle juive ; de l’autre des processus d’assimilation. Cette identité n’est plus religieuse, rituelle, traditionnelle, elle est devenue politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

114 septembre 2001 : Forward, hebdomadaire juif de New York, vendu dans toute l’Amérique du Nord et en Israël, décrit l’horreur des attentats contre le World Trade Center, à New York, et s’interroge sur les motivations des commanditaires. « Comme ils l’avaient clairement dit et répété, depuis dix ans, [...] les extrémistes islamiques considèrent New York comme la capitale du monde juif et un endroit stratégique pour tuer des Juifs, écrit l’éditorialiste. Leurs efforts précédents ont été largement inefficaces. Cette semaine, ils y sont parvenus, de façon spectaculaire. »

2New York, capitale du monde juif ? Un de ses centres, en tout cas, au même titre que l’État hébreu. La capitale économique des États-Unis est, de loin, la première ville juive du monde – ils sont autour de 1,8 million à y vivre. Elle concentre, à elle seule, le tiers de ceux qui habitent aux États-Unis. En visant le cœur de Manhattan, les terroristes frappent donc les esprits des Juifs états-uniens. « Les responsables des communautés juives ont dit que les attaques étaient susceptibles de renforcer, chez les Américains, ce sentiment d’identification à Israël et de peur quotidienne vécue par les Israéliens », poursuit l’éditorialiste.

3États-Unis, Juifs états-uniens et Israël sont intimement liés dans le combat contre le terrorisme : c’est le message que veulent faire passer les institutions juives au lendemain du 11 septembre 2001. Un message qui pose question sur les relations qu’entretiennent les deux pôles majeurs du judaïsme. Appeler, dans ces moments de crise, à un rapprochement entre Juifs états-uniens et Israël laisse entendre que ces liens sont distendus en temps normal. D’un autre côté, entendre David Harris, directeur général de l’American Jewish Committee, faire siens, presque mot pour mot, les propos du président George W. Bush (« Les États-Unis ont été brutalement attaqués, aujourd’hui, et nous devons considérer que notre pays est en guerre ») démontre, chez ces même Juifs, un très fort degré d’assimilation.

4Cette ambiguïté peut renvoyer à deux visions très différentes de ce que signifie être juif, aujourd’hui, aux États-Unis. La première est locale : dans les communautés, l’identité juive se construit d’abord sur l’espace du voisinage, de l’agglomération, les territoires du quotidien. La seconde est internationale : pour les grandes institutions juives états-uniennes, cette identité doit se nourrir d’autres repères territoriaux, dont, en premier lieu, le pays d’accueil, à savoir les États-Unis ; puis Israël ; enfin, les autres pays qui regroupent des populations de la diaspora.

5L’étude de la presse juive peut nous aider à confirmer ou infirmer ces conjectures et à dresser, ainsi, une géographie originale de l’identité des Juifs états-uniens. Leurs journaux s’inscrivent, en effet, dans plusieurs logiques territoriales. Celle de leur diffusion, d’abord, qui fait de la presse ethnique un indice résidentiel très pertinent. Celle de leur contenu publicitaire, ensuite, quasi-exclusivement le fait de membres de la communauté : agents immobiliers, restaurateurs, banquiers, commerçants, agents de voyage, etc. La cartographie de ces annonceurs apporte une information culturelle et économique. Celle, enfin, de leur contenu rédactionnel. Comparer les centres d’intérêts du lectorat – repérables par les choix des journalistes quant aux territoires qu’ils privilégient dans leur traitement de l’information – et la distribution du journal renseigne sur l’intégration de ce dernier à son espace de diffusion. Plus elle est forte, plus elle traduit un repli de la communauté sur elle-même ; plus elle est faible, plus cette même communauté aura tendance à s’ouvrir sur l’extérieur. Dans le cas spécifique de la presse juive new-yorkaise, nous essaierons surtout de comparer les poids respectifs des territoires new-yorkais, des États-Unis, de la diaspora et d’Israël dans les préoccupations de ceux qui lisent Forward.

6Ces différentes analyses statistiques aboutiront à une cartographie neuve des territoires identitaires des Juifs new-yorkais. Elles permettront, également, de pallier l’absence de données démographiques officielles sur la communauté. Le Premier Amendement de la Constitution américaine oblige, en effet, le Census Bureau à ne pas poser la question de la religion à chacun des recensements décennaux. À l’exigence méthodologique nouvelle – l’étude d’une communauté à travers sa presse – vient ainsi s’ajouter un second exercice, d’interprétation, qui délimitera les territoires qui fondent, aujourd’hui, l’identité de la première communauté juive au monde, celle de New York.

Les géographies de la presse ethnique

7La presse ethnique écrite, techniquement et financièrement la plus accessible aux populations minoritaires, est plus ou moins développée selon l’importance du groupe. Selon, surtout, sa volonté ou non de conserver une certaine spécificité culturelle. Du simple bulletin d’informations au quotidien format presse nationale, cette presse particulière apporte, en tout cas, des informations intéressantes sur la communauté qu’elle dessert. « La nature et le rôle de la presse ethnique sont aussi divers que le groupe ethnique qu’elle touche. Presse et groupe ethnique sont le miroir l’un de l’autre. Les deux mesurent périodiquement les tensions entre ethnicité et assimilation », note Shameem Ahmed, dans son étude sur la presse bengali à Montréal [Ahmed, 1997, p. 1]. Selon lui, l’appartenance ethnique est une construction mentale, symbolique. La perception et le maintien de cette appartenance ethnique sont des processus de communication [Ibid., p. 5]. D’où le rôle que la presse ethnique peut jouer dans les processus identitaires des minorités.

8Ce rôle particulier des media ethniques – à la fois outil d’intégration et barrière à une assimilation complète à la société d’accueil – explique les particularités de leur géographie. Un journal écrit ne vit que s’il possède un lectorat fidèle. Les originalités de ce dernier se répercutent donc sur la géographie du ou des journaux qu’il peut lire. Ses bases sont à trouver dans la théorie que Gilbert Maistre élabore pour les mass media. Le géographe s’intéresse à quatre attributs du journal : l’étendue correspond à la diffusion proprement dite ; la densité, au rapport entre l’espace de diffusion et la population desservie ; l’homogénéité du journal s’exprime dans le degré de domination relative du périodique sur un espace où il est distribué ou vendu ; enfin, l’intégration est le pourcentage de la surface du contenu consacré à cet espace. Plus il est important, plus l’intégration est forte [Maistre, 1976, pp. 21-22].

9Ces quatre critères spatiaux que Maistre utilise pour étudier les mass media peuvent, en partie, être repris pour l’étude de la presse ethnique. Étendue et densité sont intéressantes dans la perspective d’une étude résidentielle de la population lectrice. L’homogénéité de l’espace de diffusion, qui qualifie la domination d’un titre sur un espace donné, peut apporter une plus-value dans l’étude des media ethniques : plus l’homogénéité sur un espace sera forte, plus la communauté desservie sera concentrée dans cet espace. Cette remarque vaut surtout à de grandes échelles, celles du quartier par exemple. Le dernier attribut de la géographie du journal – son intégration – peut se comprendre comme un critère synthétique des trois autres, dans la mesure où il dépasse le seul intérêt spatial pour y combiner d’autres objectifs d’étude : l’ébauche d’une géographie linguistique, religieuse et, de façon plus globale, sociale. Cette intégration concerne, en effet, tout autant la distribution proprement dite du journal que l’étude de son contenu. Un contenu que l’on doit analyser avec deux objectifs : le premier, statistique, qui permet de comparer les espaces privilégiés par le journal, à l’échelle du quartier comme à l’échelle internationale, dans ses articles comme dans ses publicités ; le second, littéraire, qui complète ces premières informations chiffrées en faisant ressortir ce qui rythme la vie quotidienne de la communauté, mais aussi ses relations avec son ou ses pays d’origine, avec également les autres communautés de la diaspora.

10D’autres géographes, comme Jean-René Bertrand [Bertrand, 1991, pp. 159-172 ; Bertrand, 1994, pp. 153-168], se sont, depuis Gilbert Maistre, attachés à affiner cette méthodologie de la géographie de la presse. Entre les premières études et aujourd’hui, l’intérêt que cette géographie peut représenter change : du découpage régional que permet l’étude, selon Chatelain, de la distribution du journal, à la mise en évidence de caractéristiques socio-économiques du lectorat – et du degré d’implication à l’espace qu’il vit quotidiennement – qu’apporte l’étude de Bertrand sur les périodiques de l’Indiana, la géographie du journal a toujours élargi son champ d’application, en privilégiant, souvent, une échelle de plus en plus grande. Ce changement d’échelle s’est accompagné à la fois d’une spécialisation et d’un élargissement vers une géographie culturelle, politique et économique de la population concernée par l’aire d’achat des journaux. L’étude des titres nationaux ou régionaux tente de mettre en évidence les particularités et les points communs d’un lectorat potentiel, par définition très hétérogène. L’étude des périodiques ethniques, dont le lectorat est, en revanche, très ciblé, peut alors s’attarder sur les différences sociales, économiques, religieuses, d’une population qui présente au moins une constante : son appartenance à un groupe ethnique minoritaire [Sourisce, 1997a, pp. 26-27].

11Trois échelles s’imposent dans l’étude de la presse juive new-yorkaise. La première concerne les espaces résidentiels. À l’échelle régionale, voire locale, la densité de Forward peut préciser le degré de cohésion du groupe ethnique, sa vitalité socio-économique et culturelle. La seconde échelle s’intéressera aux relations intra états-uniennes, via l’étude des articles et des publicités. Apparaîtront alors les rapports que peuvent entretenir ou non les différentes communautés juives états-uniennes entre elles. Enfin, troisième échelle : les échanges avec le reste de la diaspora, à commencer par Israël. Le degré d’intégration de Forward vis-à-vis de l’État hébreu nous permettra de préciser la place de ce dernier dans la culture juive new-yorkaise et dans son identité.

Les juifs à New York : 350 ans de présence

12Les premiers Juifs qui arrivent en Amérique coloniale sont séfarades. En 1654, 23 familles, qui fuient le Brésil, débarquent à La Nouvelle Amsterdam, dans ce qui deviendra, dix ans plus tard, New York. Leurs ancêtres avaient dû quitter l’Espagne puis le Portugal pour l’Amérique du Sud au cours du 16ème siècle. Contrairement à ce qu’ils ont connu en Europe, ces Juifs qui débarquent à New York sont accueillis par les dirigeants américains comme des citoyens à part entière. Dans ce Nouveau Monde, la conscience politique domine la tradition historique et religieuse. Robert Bellah la nomme « religion civile » [Bellah, 1970]. Cette idéologie prône la séparation de l’Église et de l’État et la notion d’identité nationale. L’Amérique accepte sur son sol une diversité religieuse, politique, ethnique, tant que les membres des différents groupes qui la composent approuvent ce credo politique.

13Des Juifs allemands, ashkénazes, arrivent en Amérique peu après. Dans un premier temps, peu nombreux, ils adhérent aux rites de leurs coreligionnaires, mais, très vite, créent leurs propres temples de rites ashkénazes. Autour de 1730, à New York, ils dépassent en nombre les Juifs sépharades [Angel, 1973, p. 79). La plus grande partie des Ashkénazes débarquent cependant en Amérique au 19ème siècle. En 1877, environ deux tiers des Juifs états-uniens vivent dans les dix plus grandes villes américaines, dont New York, contre 10 % des Américains dans leur ensemble [Goldscheider et Zuckerman, 1984, p. 159].

14Mais la plus forte vague d’immigration juive aux États-Unis va venir d’Europe orientale et de Russie. En 40 ans, de 1880 à 1920, deux millions de ces Juifs, soit le tiers de la population juive d’Europe orientale, partent ainsi pour l’Amérique du Nord, avec New York comme principal point de chute. Abraham Cahan, immigré juif russe qui fondera Forward, décrit ainsi les quartiers juifs de la ville lorsqu’il y débarque :

« Les rues abondaient d’immigrants qui parlaient yiddish. Les panneaux de signalisation étaient en anglais et en yiddish, quelques-uns en russe. Le va-et-vient des piétons, les cris et les gestes des marchands ambulants et mille autres choses semblaient témoigner d’une plus grande confiance en soi, d’une plus grande énergie que celles qu’on pouvait deviner dans les foules de mon enfance. Le meilleur était que ces gens étaient mieux habillés que mes anciens concitoyens... » [Meltzer, 1996, p. 188]

15Lower East Side – les quartiers est de Manhattan – devient très rapidement la première grande jewishtown nord-américaine (figure 1). Au début du 20ème siècle, la concentration humaine y atteint 1750 hab/ha, principalement des Juifs et des Italiens.

Figure 1 : Lower East Side en 1900

Figure 1 : Lower East Side en 1900

16Aujourd’hui, New York demeure la première ville juive des États-Unis ; mais le sud et l’ouest américains attirent de plus en plus de leurs coreligionnaires. 585 000 vivent à Los Angeles et 535 000 à Miami. Puis viennent Philadelphie (315 000), Chicago (250 000), Boston (228 000), San Francisco (210 000), Washington D.C. (165 000) et Baltimore (100 000)1.

17L’étude de la diffusion d’une première publication, la United synagogue review, permet une cartographie précise de cette dispersion des populations juives à l’échelle du pays (figure 2). Ce périodique, l’organe de presse officielle du mouvement juif conservateur américain (une des trois branches religieuses du judaïsme, avec la branche orthodoxe et réformée, qui se réfère à la Torah, la Loi juive, tout en modernisant certains de ses préceptes. Un Juif sur trois aux États-Unis dit y être affilié, soit près de 1,6 million de Juifs), est le seul à avoir accepté de nous donner l’intégralité de ses chiffres de diffusion, soit 230 000 exemplaires aux États-Unis.

18En majorité, les Juifs conservateurs américains demeurent dans la mégalopolis définie par Jean Gottmann ; autour des Grands Lacs, avec une dominante pour les régions de Chicago et de Detroit ; en Californie, et notamment à Los Angeles ; enfin, au sud-est des États-Unis, en Floride mais aussi dans les États de Georgie (Atlanta), du Tennessee ou de Caroline du Nord. La carte fait également apparaître, à côté de ces fortes concentrations, une dispersion des populations juives américaines dans de nombreux États. Seules les régions des grandes prairies n’accueillent pas – ou très peu – de communautés juives.

19Mais cette dispersion des populations juives à l’échelle du pays reste essentiellement urbaine. Un exemple : si sur quasiment l’ensemble du territoire californien, entre 4 et 6 foyers sur 1000 reçoivent la United Synagogue Review, seules, en réalité, les agglomérations de San Francisco et de Los Angeles concentrent ces populations juives conservatrices. Le rapport est donc plus important en milieu urbain – plus d’un foyer sur 100 – et moindre à mesure que l’on s’éloigne de ces deux pôles. Mêmes constats pour l’Arizona et le Colorado : les Juifs conservateurs résident, respectivement, à Phoenix et Tucson et à Denver, très peu dans les milieux urbains à densités de populations plus faibles.

20Deux conclusions peuvent être déjà avancées : d’une part, cette dispersion traduit un éloignement des populations juives vis-à-vis des institutions religieuses et, donc, ou bien une sécularisation de ces mêmes populations, ou bien une perte d’affluence de la seule branche conservatrice au profit des deux autres courants religieux, orthodoxe et réformé ; d’autre part, ces institutions ne peuvent se maintenir qu’en milieux urbains.

21Ces données démographiques générales témoignent, cependant, mal de la complexité du fait juif, aujourd’hui, aux États-Unis. Complexité due à l’absence d’une définition simple du judaïsme ; due aussi à la distinction pas toujours très nette entre identité religieuse et identité ethnique ; due également à l’éparpillement des courants, religieux ou non, au sein des communautés juives ; due, enfin, à l’ancienneté de l’immigration juive – actuellement, il s’agit de la 5e génération des Juifs arrivés entre 1880 et le début du 20ème siècle. Pour certains auteurs, ces mobilités résidentielles, mais aussi socio-économiques, voire religieuses, sont un puissant frein à la continuité de la vie communautaire juive aux États-Unis. Du moins de celle qui serait, finalement, le simple remodelage de traditions importées d’Europe de l’Est, de Russie ou d’Allemagne, imprégnées de certaines tendances américaines. Car ces mobilités peuvent être, a contrario, une chance, pour ces mêmes communautés juives, de redéfinir ce qui fait leur spécificité ethnoculturelle, en fonction des nombreux emprunts faits à cette société d’accueil devenue, au fil des générations, une société de vie. Les mouvements sionistes s’attachent, désormais, autant à venir en aide aux populations juives réfugiées comme à celles qui, aux États-Unis, n’ont pas connu la même réussite socio-économique que leurs coreligionnaires, qu’à encourager l’aliyah, le retour en Israël.

22À New York, comme dans les autres communautés des États-Unis, les questions qui se posent, aujourd’hui, aux Juifs sont nombreuses : peuvent-ils adopter la plupart des caractéristiques de la vie états-unienne et faire perdurer une vie communautaire, associative, institutionnelle spécifique, seule à même de maintenir une cohésion identitaire ? Et quels territoires peuvent y contribuer ? Seulement ceux de la vie de quartier, avec ses synagogues, ses magasins kasher, ses associations et institutions locales ; ou également des espaces moins proches comme Israël ou le reste de la diaspora. Enfin, qui peut animer ces derniers, s’ils s’avèrent essentiels à la construction identitaire juive américaine ? Les groupes de lobbying politiques, les institutions nationales et internationales, les journaux juifs ?

Figure 2 : La distribution résidentielle des Juifs conservateurs

Figure 2 : La distribution résidentielle des Juifs conservateurs

Étude de l’hebdomadaire juif new-yorkais Forward – janvier 2000

23Les premiers journaux juifs états-uniens paraissent, à New York, dans la deuxième moitié du 19ème siècle. Ils sont le fait d’immigrés lithuaniens. En 1870, sort le Yiddishe Zeitung. Les articles y traitent des domaines politique, religieux, historique, littéraire et scientifique. Tous sont, ensuite, repris dans des périodiques européens, en hébreu ou en allemand. La même année, le Yiddishe Post est créé par Hirsch Bernstein, avec une diffusion de 4000 exemplaires. D’autres journaux voient le jour dans ces années, comme, en 1872, le New Yorker Yiddishe Tsaytung, dont le lectorat est essentiellement d’origine polonaise ; comme également la Yiddishe Gazetten, qui succède au New Yorker Yiddishe Tsaytung en 1874 et qui n’arrêtera qu’en 1928. Ce périodique s’impose d’ailleurs comme le journal juif des dernières décennies du 19ème siècle [Rischin, 1962, p. 100 et al.].

  • 2 Selon l’American Jewish Year Book (1990), publié chaque année, New York, American Jewish Committee (...)

24Jusqu’en 1894, les tentatives de quotidiens échouent. Mais l’importante immigration du début des années 1890, les taux de chômage élevés et la crise économique, ainsi que les nombreuses grèves et la lutte pour les droits civiques dans le quartier juif de Lower East Side, rendent possible l’émergence de nouveaux quotidiens juifs à New York. Leur prix chute (10 cents en 1870, seulement 2 cents au milieu des années 1890) ; les journaux s’équipent en linotypes : la production de masse est rendue possible et les journaux juifs, auparavant vendus dans des épiceries, le sont désormais dans la rue, à la criée [Ibid., p. 123]. Parmi les quotidiens qui paraissent avant la fin du 19ème siècle, citons le Jüdisches Tageblatt (1885-1928) mais, surtout, Forward. Le premier numéro sort le 22 avril 1897. À la fin des années 1920, le tirage de Forward culmine à 250 000 exemplaires. Aujourd’hui, il est publié de façon hebdomadaire (depuis 19892) mais reste le journal juif américain le plus lu.

Forward du 7 janvier 2000

25Ce jour-là, Forward fait sa Une sur les discussions autour du plan de paix entre Israël et la Syrie. Et donc sur les pourparlers concernant le plateau du Golan. Ces discussions se déroulent à Shepherdstown, en Virginie de l’Ouest. Eli Lake, journaliste de Forward à Washington D.C., reprend dans son analyse celle d’Herbert Callahan, élu de l’Alabama, président, au Congrès américain, de la commission chargée des aides financières en matière de politique étrangère. L’élu Républicain se déclare sceptique quant à l’opportunité de donner des compensations financières à la Syrie et opposé à toute aide militaire. Par ailleurs, il estime que pour Israël, rendre le Golan serait une erreur tactique ; et qu’aider les colonies juives à poursuivre leur implantation est « comparable à l’aide fournie aux Américains qui doivent se reloger après une catastrophe naturelle », rapporte Eli Lake. Enfin, Herbert Callahan ne se sent pas comptable des déclarations du président américain de l’époque, Bill Clinton : « Quelles que soient les promesses, au final, la décision appartient au Congrès. Le lobbying israélien est trop fort pour être occulté. »

26Cet article sur l’implication américaine dans les pourparlers de paix israélo-arabes, qui sous-tend un lobbying politique juif important à Washington D.C., n’est pas le seul sur le sujet. Suit, entre autres, en page 5, une analyse de la position iranienne sur le dossier. Au total, les articles concernant directement les relations entre les États-Unis, Israël, la Syrie et l’Iran occupent environ 8 % de l’espace rédactionnel (voir tableau 1). Plus largement, celui concernant le Moyen-Orient équivaut à pratiquement 18 % de l’espace occupé par les articles. L’actualité américaine occupe pas loin de deux fois plus d’espace (33,91 %). Viennent ensuite la ville de New York (21,18 %), la diaspora (10,66 %), la Russie, l’Angleterre et l’Italie (respectivement 3,26 %, 1,83 % et 0,53 %).

Tableau 1 : Les espaces du Forward du 07/01/2000 (uniquement ceux concernant les États et la ville de New York)

Lieu

Articles
(en cm)

%

Publicités
(en cm)

%

Israël / diaspora

338

10,66

0

0

États-Unis / Proche-Orient

90

2,84

0

0

États-Unis / Israël

196

6,18

79,5

4,16

États-Unis

1074,5

33,91

914,5

47,90

Russie

103,5

3,26

0

0

Angleterre

58

1,83

0

0

Israël

219

6,91

19

0,99

Iran / Proche-Orient

55

1,73

0

0

Italie

17

0,53

0

0

Caraïbes

0

0

2,5

0,13

New York

671

21,18

456

23,88

Autres

10,97

22,94

27Le 7 janvier 2000, Forward privilégie donc le traitement de l’actualité nationale et new-yorkaise. Israël et, plus largement, la situation au Proche-Orient, viennent en troisième place dans les choix rédactionnels. Cette hiérarchie géographique de l’information voulue par Forward traduit la hiérarchie des préoccupations de ses lecteurs, qui apparaissent d’abord soucieux de leur environnement immédiat. Forward, journal à diffusion nationale, mais publié à New York, accorde une large place à l’actualité new-yorkaise, à celle des communautés juives du nord-est des États-Unis, et, plus généralement, à l’actualité américaine. La façade ouest états-unienne ne fait pratiquement pas l’objet de reportages, la Floride est, quant à elle, tout simplement ignorée. Pour les Juifs new-yorkais, le réseau diasporique, même s’il apparaît dans ce premier numéro limité, semble être davantage une préoccupation que le réseau national juif aux États-Unis.

28L’analyse des espaces publicitaires confirme cette hypothèse. La moitié intéresse les États-Unis dans leur ensemble, et près du quart la seule ville de New York. On devine dans cette répartition d’une part la double réalité du Forward en matière de ventes : une diffusion nationale, avec un pic pour la ville éditrice, New York ; d’autre part, certainement, un lectorat plus nombreux dans la mégalopole du nord-est américain que dans le reste des États-Unis. La localisation des annonceurs de la ville de New York est aussi très riche d’enseignements. Leur concentration dans la moitié sud de l’île de Manhattan, quartier historique juif new-yorkais et ses proches alentours, est très importante (94,5 % des publicités new-yorkaises). Elle peut traduire deux types de renseignements spatiaux : une concentration résidentielle dans ces mêmes quartiers ; et/ou une forte fréquentation de ces quartiers pour des raisons professionnelles, culturelles, de loisirs ou de chalandise. La nature des publicités confirme le second type, sans exclure pour autant le premier, puisque l’on trouve surtout des publicités pour des restaurants juifs (25 au total), mais aussi des annonces pour des spectacles (3), une exposition (1), une chorale (1), une synagogue (1), des emplois dans des organisations juives (2), une levée de fonds pour le Workmen’s Circle (1), une location de magasin (1) et des avis d’obsèques (3). La quasi-totalité des publicités concernant la ville de New York gravitent donc autour de la vie quotidienne des Juifs new-yorkais : vie culturelle, principalement, religieuse et professionnelle.

29De l’étude de ce premier numéro de Forward ressortent trois hypothèses quant aux territoires qui forgent, aujourd’hui, la culture juive new-yorkaise : un recentrage sur la communauté proche d’un point de vue géographique (résidentiel) ; a contrario, une préoccupation moindre pour les autres communautés juives américaines ; enfin, une place encore importante de la diaspora dans les préoccupations quotidiennes des Juifs new-yorkais, avec, bien sûr, une sur-représentation d’Israël dans la construction de ce réseau identitaire.

Forward du 14 janvier 2000

30L’analyse du Forward de la semaine suivante tend à confirmer certaines des hypothèses précédentes. Le faible intérêt porté aux communautés juives ailleurs dans le pays apparaît davantage encore que dans le numéro de la semaine d’avant : seulement 8,55 % des espaces rédactionnels et 13,12 % des espaces publicitaires sont consacrés à d’autres villes américaines que New York (contre respectivement 10,97 % et 22,94 % le 7 janvier 2000). Cela ne se traduit pas par une place plus importante de la ville de New York dans le traitement rédactionnel, mais par une couverture plus large des communautés du nord-est américain et, surtout, par davantage d’articles ayant trait à la diaspora. Par contre, du point de vue des annonceurs, la différence de presque 10 % profite exclusivement à la capitale économique des États-Unis : 43,71 % des publicités le 14 janvier, contre 23,88 % une semaine plus tôt.

31Ce recentrage spatial s’accompagne donc d’un élargissement du réseau diasporique dans la couverture rédactionnelle de ce Forward, dans lequel on trouve des articles concernant la Suisse, la Croatie, la Moldavie ou encore l’Ethiopie. 42,59 % de l’espace rédactionnel concernent, le 14 janvier 2000, l’actualité internationale, contre 33,94 % une semaine plus tôt. La place allouée aux États-Unis est sensiblement la même (36,05 % le 14 janvier, 33,91 % le 7 janvier) ; l’intérêt porté aux relations que les États-Unis entretiennent avec le reste du monde est, quant à lui, un peu plus prononcé le 14 janvier.

32Si Forward revient, en Une, sur les pourparlers de Shepherdstown, il fait aussi, sous la plume de Seth Mnookin, le point sur les primaires qui précèdent la campagne présidentielle – plus précisément sur la primaire Démocrate de la circonscription de Brooklyn. Dans le 11e district de la ville de New York s’opposent Major Owens, réélu facilement depuis 1984 à la Chambre des Représentants, et son challenger, Una Clarke. Le premier est un Noir Américain ; la seconde, institutrice dans le quartier juif de Boro Park – fief des Juifs orthodoxes new-yorkais – est d’origine jamaïcaine. « La plupart des observateurs politiques disent que les bulletins de vote des Juifs seront essentiels dans la primaire du camp Démocrate, analyse le journaliste. Un affrontement Owens-Clarke mettrait en lumière le rôle changeant des minorités religieuses, culturelles et raciales et les modèles de vote de ces minorités, dans une ville qui pense que ses élites politiques sont arrivées au bout. » Tout comme l’analyse du Forward du 7 janvier 2000 le laissait supposer, ces deux articles qui font la Une le 14 janvier mettent en avant les territoires identitaires des Juifs new-yorkais, aujourd’hui : leur voisinage et la diaspora (figure 3). Deux espaces pour lesquels ils semblent s’impliquer en tant que Juifs : dans le domaine politique local, avec l’exemple du 11e District new-yorkais, comme dans l’implication politique internationale, avec le souci d’aider les autres communautés de la diaspora.

33Un troisième article, qui démarre en Une, le 14 janvier, doit retenir notre attention : « Gore cherche à rassurer les électeurs par des choix généreux » titre le Forward, à propos d’une rencontre entre le vice-président de l’époque et candidat à la présidentielle, Al Gore, et plusieurs leaders juifs new-yorkais. À lui seul, cet article reprend la problématique de la double appartenance identitaire des Juifs new-yorkais (et, par extension, états-uniens). Si la presse n’est pas invitée à cette rencontre, au Sheraton Hotel de New York, les thèmes abordés sont tout de même relatés dans l’article. Dont deux qui apportent, là encore, des précisions sur les préoccupations des instances juives aux États-Unis. Le premier : la séparation de l’État et de l’Église ; le second : la position de l’administration américaine dans les pourparlers entre Israël et ses voisins arabes, dont la Syrie. « Tout accord négocié entre Israël et la Syrie servirait à accroître la sécurité d’Israël, pas à la fragiliser », aurait déclaré Al Gore, selon des personnes présentes au Sheraton Hotel.

34Les espaces publicitaires du Forward du 14 janvier 2000 (figure 4) sont sensiblement les mêmes que ceux de l’édition précédente. Un nombre important de publicités se retrouve d’ailleurs dans les deux numéros, en particulier celles pour les restaurants juifs de Manhattan. L’île new-yorkaise reste l’espace privilégié des annonceurs. Et précisément les quartiers sud et sud-est, dont Lower East Side.

Figure 3 : Les espaces rédactionnels du Forward du 14/01/2000

Figure 3 : Les espaces rédactionnels du Forward du 14/01/2000

Figure 4 : Les espaces publicitaires du Forward du 14/01/2000

Figure 4 : Les espaces publicitaires du Forward du 14/01/2000

35L’analyse des autres numéros de Forward, sur la période de janvier à mars 2000, renforce ces premières conclusions auxquelles nous parvenons [Sourisce, 2003, pp. 142-172]. La cartographie des espaces publicitaires atteste également d’une dispersion, chez les Juifs du nord-est américain, depuis New York, où ils sont encore les plus nombreux, vers d’autres agglomérations de la mégalopole nord-américaine. L’étude de l’homogénéité de la United Synagogue Review confirme ces tendances résidentielles (figure 5). Autour du cœur de New York se dessine un cercle de regroupements résidentiels des populations juives de moins de 100 km de rayon. À l’est du Queens d’abord : le quartier de Western Nassau et notamment des villes comme East Meadow (324 United Synagogue Review distribuées en mars 2000), Merrick (474), Roslyn Heights (1 084), etc. Entre ces trois villes, quelques kilomètres seulement. Plus à l’est encore, les quartiers de Mid Island connaissent aussi des concentrations de populations juives, comme à Huntington Station (784 United Synagogue Review distribuées) ou encore Jericho (675), à la limite de Western Nassau, et Plainview (675), qui touche Jericho.

Figure 5 : Les Juifs conservateurs dans la mégalopole du Nord-Est

Figure 5 : Les Juifs conservateurs dans la mégalopole du Nord-Est

36Deuxième partie du cercle : les villes au nord de New York : New Rochelle (643), Scarsdale (732), New City (917), de l’autre côté de l’Hudson. Puis, lorsque l’on prolonge la route vers le nord-est, l’État du Connecticut, avec des villes comme Stamford (près de 1000 United Synagogue Review distribuées), Greenwich (380), Norwalk (350), Westport (404), Fairfield (443), etc. Entre Greenwich, à la frontière du Connecticut et de l’État de New York, et Fairfield : moins de 35 kilomètres. Troisième partie du cercle, enfin : le nord de l’État du New Jersey, au sud de Manhattan. Là encore, des villes très peu éloignées les unes des autres concentrent d’importantes populations juives : Lindon, Livingston, Maplewood, Millburn, Montclair, toutes situées dans la proche périphérie de Newark, l’agglomération la plus importante de l’État. Un peu plus au nord de Newark, à Caldwell, la United Synagogue Review est distribuée à plus de 500 exemplaires. Quant à la ville de Cherry Hill, au sud de l’État, à la frontière avec la Pennsylvanie, elle est celle où l’on distribue le plus de United Synagogue Review : 1316 pour moins de 100 000 habitants, en mars 2000.

37L’étude des chiffres bruts de la distribution de l’organe de presse du mouvement juif conservateur dans le seul État de New York confirme la plupart de ces tendances, mais en nuance d’autres. Les plus fortes migrations apparaissent dans les secteurs est de New York, vers Western Nassau et Mid Island. La ville de New York, Manhattan, le Bronx, Brooklyn et le Queens sont aussi des territoires où de nombreuses United Synagogue Review sont distribuées. Près de 2500 le sont dans le seul quartier de Manhattan, 400 à Staten Island, 208 dans le quartier du Bronx, un peu plus de 1500 à Brooklyn et plus de 3500 dans le Queens. Soit un total de près de 8000 exemplaires à New York. S’ils apparaissent peu sur la figure 5, c’est parce que la population totale y est beaucoup plus importante que dans les autres secteurs, à mesure que l’on s’éloigne de la ville de New York. Cette dispersion résidentielle des Juifs new-yorkais, de la ville centre vers ses périphéries, est réelle ; mais elle ne s’accompagne pas d’un abandon de New York et des quartiers juifs historiques.

38La cartographie des espaces rédactionnels met en évidence une autre géographie de la presse juive états-unienne : les territoires de la diaspora. Trois régions apparaissent nettement : le Proche-Orient, évidemment, avec l’actualité israélienne, que ce soit en matière de politique intérieure ou dans ses relations conflictuelles avec ses voisins arabes ; l’Europe de l’Ouest, ensuite, où l’on compte encore des populations juives importantes ; les territoires de l’ex-URSS, enfin, où la problématique est un peu différente qu’en Europe de l’Ouest : ces populations juives sont davantage enclines à migrer, ou vers Israël, ou vers l’Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, vers l’Europe de l’Ouest.

39Ces territoires qui apparaissent dans l’analyse cartographique des espaces du journal new-yorkais sont une première réponse quant aux lieux politiques et culturels qui fondent, aujourd’hui, l’identité juive new-yorkaise ; et quant à la hiérarchie de ces territoires dans la conscience juive à New York. En haut de la pyramide : les États-Unis, justement, qui ne sont plus un territoire d’accueil mais un territoire de vie pour les plus de cinq millions de Juifs outre-Atlantique. Et New York, qui prédomine non seulement dans les espaces publicitaires – ce qui semble logique tant les ventes de Forward sont nombreuses dans la capitale économique américaine – mais aussi dans le traitement rédactionnel. Davantage qu’Israël. Ce qui signifie deux tendances : l’importance de la communauté locale pour les Juifs américains ; et le fait qu’au même titre que l’État hébreu, New York est devenu un territoire politique majeur de la diaspora juive.

40Israël semble donc se situer à un étage inférieur dans la construction identitaire des Juifs new-yorkais. Surtout, l’État hébreu apparaît davantage dans sa dimension de partenaire des États-Unis que dans sa symbolique purement diasporique. Aux nombreux articles concernant l’implication de l’administration américaine dans les pourparlers de paix au Proche-Orient s’ajoutent des publicités pour des séjours, depuis les États-Unis, vers Israël. Toujours à ce second niveau hiérarchique, en terme de couverture rédactionnelle de Forward, la diaspora dans son ensemble joue un rôle moteur dans cette construction identitaire, là encore dans les liens qu’elle peut tisser avec la communauté juive états-unienne.

41Enfin, si ces deux niveaux territoriaux se font jour dans les cartographies rédactionnelle et publicitaire de Forward, d’autres lieux se distinguent par leur quasi absence : la Californie et la Floride, pourtant deux régions américaines à fortes concentrations de populations juives. Apparaît là un fossé entre Juifs de la région « historique » du nord-est et Juifs du sud et de l’ouest, dont les migrations sont moins anciennes.

Conclusion

42« Galut », en hébreu, est le terme utilisé aussi bien pour désigner la diaspora que pour définir l’exil. Il porte, ainsi, en lui, une double connotation : géographique et spirituelle ; mais il ne les distingue pas, d’un point de vue sémantique. « La géographie affecte le spirituel. Être territorialement orphelin, c’est aussi être spirituellement déraciné. » [Gordis, 1997, p. 221]. Chez les Juifs new-yorkais (et plus largement les Juifs états-uniens), la judaïté ne s’exprime pas dans un territoire national ; pas plus dans la seule religion. Être juif, aujourd’hui, c’est d’abord être membre d’un groupe ethnoculturel. Contrairement à ce que pensent, dans les années 1970, certains sociologues américains, la création d’Israël n’accélère donc pas les processus d’assimilation des Juifs, aux États-Unis, mais, au contraire, les ralentit : l’État hébreu devient, au fil des années, un facteur de renforcement de l’identité juive.

43L’analyse des espaces rédactionnels de Forward met à jour une hiérarchie originale des espaces identitaires juifs, avec une prééminence de l’espace local sur le territoire symbolique qu’est Israël. Cette analyse montre aussi qu’un thème traverse ces nouveaux territoires identitaires : la notion de survie. Celle d’Israël – et l’implication états-unienne dans cet objectif – est largement commentée dans les colonnes de ces journaux ; le problème des mariages mixtes revient également de façon répétée sous la plume des journalistes juifs new-yorkais ; l’assimilation des réfugiés juifs, notamment ceux de l’ex-URSS, est aussi un thème récurrent ; enfin, la Shoah, plus de cinquante années après, continue d’être abondamment traitée. « Au cours des dix dernières années, ajoute même Yosef Gorny, une nouvelle tendance a émergé. De la façon la plus tragique et la plus paradoxale, la conscience de l’Holocauste est devenue la nouvelle « religion civile » de la diaspora juive et, petit à petit, une alternative à l’ancienne « religion civile » - l’État d’Israël. » [Gorny, 1999, p. 32]. Cette dérive démontre qu’à l’opposition traditionnelle entre l’intérêt juif et l’intérêt des Juifs se substitue une tension de plus en plus prégnante entre des objectifs collectifs et des combats individuels. Aujourd’hui, l’identité juive new-yorkaise repose donc sur une ambiguïté : au combat commun pour le maintien d’un réseau diasporique dynamique, tant sur le plan politique que culturel, répondent des comportements politiques plus individualistes, plus en phase avec la réalité sociale états-unienne. D’un côté, la survie de la spécificité culturelle juive ; de l’autre des processus d’assimilation. Cette identité n’est plus religieuse, rituelle, traditionnelle, elle est devenue politique. « Une importante infrastructure institutionnelle, très élaborée, a fourni aux Juifs américains un moyen d’exprimer une identité politique communautaire. Elle prend la forme [...] de campagnes philanthropiques, d’agences de services sociaux, de synagogues, d’écoles et de journaux. » [Cohen, 1983, p. 176]. Dans ce concert à plusieurs voix, la presse juive – et plus largement la presse ethnique – joue donc à la fois un rôle de médium, de catalyseur et de révélateur. Elle est, en cela, un intéressant outil de recherche en géographie culturelle.

Haut de page

Bibliographie

AHMED Shameem (1997), Imagining ethnicity : the role of the Bangladeshi press in ethnic cohesion, Montréal, McGill Theses, 320 p.

ANGEL Marc D. (1973), The Sephardim of the United States : an exploratory study, American Jewish history, vol. 4, New York, Routledge, pp. 75-136.

BERTRAND Jean-René (1991), Diffusion de la presse quotidienne au Québec, Norois, Tome 38, n° 150, Poitiers, pp. 159-172.

BERTRAND Jean-René (1994), Presse et communauté : l’exemple de l’Indiana, Norois, Tome 41, n° 161, Poitiers, pp. 153-168.

CHATELAIN Abel (1955), La géographie du journal, Annales ESC, Lyon, pp. 554-558.

COHEN Steven M. (1983), American modernity and Jewish identity, New York, Tavistock Publications, 210 p.

DERSHOWITZ Alan M. (1997), The vanishing American Jew, New York, Little, Brown and Company, 395 p.

GLAZER Nathan (1990), “American Jewry or American Judaism”, in Seymour M. Lipset et al., American pluralism and the Jewish community, New Brunswick, Transaction Publishers, pp. 31-41.

GODLEY Andrew et Oliver M. WESTALL (1996), Business history and business culture, New York, Manchester University Press, 258 p.

GOLDSCHEIDER Calvin et Alan S. ZUCKERMAN (1984), The transformation of the Jews, Chicago, University of Chicago Press, 279 p.

GORDIS Daniel (1997), Does the world need the Jews ?, New York, Scribner, 302 p.

GOREN Arthur A. (1982), The American Jews, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 116 p.

GORNY Yosef (1999), “Reflections on the Jewish present-past”, in Selwyn I. Troen et al., Jewish centers & peripheries, New Brunswick et London, Transaction Publishers, pp. 29-39.

MAISTRE Gilbert (1976), Géographie des mass-media, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 166 p.

MELTZER Milton (1996), A history of Jewish life from Eastern Europe to America, Northvale, Jason Aronson Inc., 336 p.

PARK Robert E. (1922), The immigrant press and its control, New York, Harper & Brothers Publishers, 488 p.

RISCHIN Moses (1962), The promised city, Cambridge, Harvard University Press, 342 p.

SOURISCE Nicolas (1997a), Les géographies de la presse ethnique, Paris, Mémoire de DEA ParisIV-La Sorbonne, 51 p.

SOURISCE Nicolas (1997b), « La presse ethnique dans les grandes métropoles canadiennes : l’exemple de la communauté juive de Montréal », in Études Canadiennes, n°42, Talence, pp. 53-69.

SOURISCE Nicolas (2003), La presse ethnique et l’étude des réseaux diasporiques – Exemple des communautés juives américaines, thèse de doctorat, janvier 2004, Paris IV – Sorbonne, 270 p.

WAXMAN Chaim I. (1983), America’s Jews in transition, Philadelphia, Temple University Press, 272 p.

Haut de page

Notes

1 http://www.virtual.co.il/communities/wjcbook/usa/index.htm

2 Selon l’American Jewish Year Book (1990), publié chaque année, New York, American Jewish Committee & Jewish Publication Society.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Lower East Side en 1900
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/862/img-1.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 2 : La distribution résidentielle des Juifs conservateurs
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/862/img-2.png
Fichier image/png, 173k
Titre Figure 3 : Les espaces rédactionnels du Forward du 14/01/2000
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/862/img-3.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure 4 : Les espaces publicitaires du Forward du 14/01/2000
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/862/img-4.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 5 : Les Juifs conservateurs dans la mégalopole du Nord-Est
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/862/img-5.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Sourisce, « Les Juifs à New York : d’une identification religieuse à une identité politique », Espace populations sociétés, 2006/1 | 2006, 33-46.

Référence électronique

Nicolas Sourisce, « Les Juifs à New York : d’une identification religieuse à une identité politique », Espace populations sociétés [En ligne], 2006/1 | 2006, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/862 ; DOI : 10.4000/eps.862

Haut de page

Auteur

Nicolas Sourisce

27, rue Jean Mermoz, 56890 Meucon
nicolas.sourisce@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org