Navigation – Plan du site
Articles

Entre réseaux et territoires, des mobilisations multiscalaires pour le développement

Réseaux migratoires et communes rurales dans la région de Kayes, Mali*
Between Social Networks and Territories, Multilevel Mobilizations for Development. Migration’s Social Networks and “Rural Communes” in the Kayes Area, Mali
Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Stéphanie Lima
p. 265-278

Résumés

Territoire de confins, la région de Kayes (située à l’ouest du Mali) a longtemps été oubliée par l’État. Dans cet espace d’espace d’émigration, les ressortissants se sont investis depuis plusieurs années dans le développement social, à travers des projets destinés aux villages d’origine. Nous proposons une lecture synchronique des différentes formes de mobilisation. D’une part, celle des migrants qui agissent dans la distance. D’autre part, celle de l’État qui, à travers une réforme administrative, propose de redonner du sens à la question de proximité territoriale.

Haut de page

Texte intégral

*Cet article revisite une communication proposée au colloque international pluridisciplinaire « Espaces de vie, espaces-enjeux : entre investissements ordinaires et mobilisations politiques », Rennes, 3-5 novembre 2008. Il rend compte d’une recherche financée par le PUCA et ayant pour titre : « Une citoyenneté aux multiples visages territoriaux » (Programme finalisé : « gouvernement des villes et fabrique du bien commun », La citoyenneté urbaine : formes d’engagement et enjeux de solidarité, Ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement (2008-2010) et d’une autre recherche en cours financée par le Conseil régional d’Île-de-France dans le cadre des « Partenariats Institutions-Citoyens pour la Recherche et l’Innovation » : Citoyenneté active et implications territoriales en Ile-de-France (LAIOS-GRDR-MIGRINTER-IDD, 2009-2011). Cette contribution s'appuie sur des entretiens réalisés en France et au Mali depuis plusieurs années, les dernières enquêtes ont été effectuées en 2009 et 2010.

  • 1 Les navétanes sont les mobilités des migrants agricoles saisonniers se rendant dans le bassin arach (...)

1Territoire de confins, la région de Kayes, située à l’ouest du Mali, à la frontière de la Mauritanie, du Sénégal et de la Guinée, a longtemps été oubliée par l’État. Sur cette terre marquée par plusieurs sécheresses, la migration est depuis longtemps considérée par les familles comme une ressource qui s’inscrit entre tradition et réponse aux multiples contraintes (sociales, économiques, politiques et climatiques). La mobilité intra-régionale puis de longue distance s’est adaptée aux différents contextes politiques et institutionnels que le Mali a connus depuis la colonisation. Après les « navétanes »1 au Sénégal, les hommes sont partis en France, quand l’ancienne métropole coloniale ouvrait ses frontières sans compter, et embauchait pour ses usines et ses chantiers.

  • 2 Laptot : matelot indigène, parfois piroguier, porteur ou débardeur à l’ère de la colonisation franç (...)
  • 3 Voir à ce sujet le roman de Sembène Ousmane, Le Docker noir, publié en 1956.

2Les premiers arrivants en France sont des « miraculés », tirailleurs recrutés généralement de force pour participer aux combats en première ligne des fronts, desquels beaucoup ne survivront pas, ou quelques décennies plus tard, (fin des années 1950) des laptots2 de la marine fluviale, qui, du fleuve, sont arrivés au port de Dakar, puis ont été enrôlés dans la marine marchande. Quelques-uns sont devenus dockers3 et par la suite têtes de réseau au moment des arrivées plus nombreuses. « Quand j’ai décidé de venir en France, la famille regarde où l’on connaît quelqu’un pour faire l’itinéraire. Il faut voir où il y a un parent, une connaissance de la famille, du village pour m’accueillir à chaque étape du voyage. Je ne suis pas parti à l’aventure, du village à Paris, j’ai eu 5 papiers [adresses] dans ma poche. » (SS, entretien octobre 2008).

  • 4 Plusieurs familles vivant dans la même cour, ayant des liens de parenté et sous l’autorité du kagum (...)

3Pour maintenir une présence en migration afin de s’assurer d’un revenu stable et de payer les charges inhérentes à l’entretien des concessions4, dans un contexte de crises climatiques qui hypothèque les revenus tirés traditionnellement de l’agriculture, les familles s’organisent pour installer un turn-over de leurs membres à l’extérieur. Mais la fermeture des frontières en 1974 et auparavant la mise en place de la carte de séjour vont transformer la migration circulaire en une migration de peuplement. Contraints de vieillir en migration pour ne pas perdre la rente migratoire, les ressortissants originaires de la région de Kayes vont être dans l’obligation de s’installer dans le va-et-vient, physique et affectif entre les deux lieux qui font sens à leurs yeux. D’autres régions du Mali sont aussi concernées par les mobilités internationales, elles concernent aussi les villes et toutes les catégories sociales dont les étudiants [Mary, 2010] mais aussi les femmes [Konaté, 2010]. À ce sujet, les données statistiques sont rares, mais les grandes tendances sont connues : « l'enquête EMMU (Enquête Malienne sur la Migration et l'Urbanisation, 1996) a enregistré près de 500 000 migrations internationales dont 312 000 émigrations au sein de la population âgée de 15 ans et plus sur la période 1982-1992. (...) L'émigration semble se ralentir depuis les années 1990. Le taux de migration nette estimé à 1,1 % par an sur la période intercensitaire 1976-87 était passé à moins de 0.5 % en 1988-92, une tendance à la baisse que confirment les données du recensement de 1998 » [Konaté, 2010, pp. 90-91].

4La migration s’est donc installée dans la durée et elle s’est confrontée aux différents régimes politiques du Mali, devenu indépendant en 1960. Entre 1960 et 1968, le président Modibo Keita, « père de la Nation », s’engage dans le socialisme. De 1968 à 1991, le dictateur militaire Moussa Traoré ferme le pays au monde et la migration est considérée comme une trahison, à la fois politique et nationale. Malgré la démocratisation entreprise depuis 1991 et l’ouverture du pays, le Mali demeure un pays pauvre. Dans les villages de la région de Kayes, soumis à une forte pression démographique, la réalité économique est relativement la même : l’argent manque, l’agriculture ne suffit plus à nourrir les familles et la migration devient une stratégie collective de survie. Que l’État soit contre eux, comme par le passé, ou avec eux, comme à présent, les migrants se sont toujours mobilisés pour leurs villages d’origine, aussi bien à l’échelle familiale qu’au niveau collectif. À tel point qu’ils ont pallié ses manquements dans plusieurs de ses domaines de compétence : l’accès à l’eau, la santé et l’éducation par exemple (tableau 2).

5Les populations auxquelles nous faisons référence dans ce texte présentent un profil migratoire spécifique, différent des migrations urbaines des années 1990, et des plus récentes, celles des jeunes qui partent sur les routes sahariennes ou tentent la voie maritime dans des pirogues.

6Pionniers des coopérations territoriales (regroupements villageois, associations transnationales, jumelages internationaux, coopérations décentralisées), les migrants de la région de Kayes ont investi leur espace d’origine à partir de leur espace de vie quotidien de manière originale et innovante. Pour quelles raisons ont-ils investi autant d’argent dans un pays et une région où de fait, peu d’entre eux sont rentrés en âge d’activité ? Comment expliquer ces sacrifices financiers alors qu’ils reçoivent des salaires au montant peu élevé ? A-t-on dans cette pratique migratoire, une volonté délibérée de construire une double territorialité, investir là-bas pour être mieux ici et malgré leur absence physique des lieux d’origine, signifier avec force à ceux qui sont restés, qu’ils sont toujours présents ? Ce texte s’intéresse avant tout à une construction sociale et spatiale, celle de l’ubiquité.

1. Les mobilisations dans la distance

  • 5 Voir entre autres Adams (1977), Gonin (2005), Lavigne-Delville (1991), Lima (2003), Manchuelle (200 (...)

7En cinquante ans (de la veille de l’indépendance du Mali en 1960 à aujourd’hui), la nature des apports de la migration pour les villages d’origine a considérablement évolué, passant du « mieux de l’ordinaire » à des transferts matériels et immatériels conséquents. La migration courte, connaître l’ailleurs, procède aussi bien de l’apprentissage des cadets dans le cadre familial que de la reconnaissance sociale au sein de la communauté villageoise. Nul besoin de durer en migration pour faire ses preuves. L’expérience de « l’aventure » qui consiste à aller en France (l’expression « faire la France » témoigne de cette dimension expérimentale) s’apparente à un passage dans le vécu individuel et les apports matériels qui lui sont liés relèvent davantage de la dimension ostentatoire que de la nécessité. Forts de ces acquis, les hommes reviennent au village au bout de quelques années, remplacés par un frère, un fils, ou un neveu, qui prendra le relais. Ce système, qualifié de noria migratoire, participait à la reproduction du système social dans ses structures et ses hiérarchies. Dans cette perspective, c’est d’abord la famille et le village qui donnent son sens au projet migratoire et le lieu de résidence peut être perçu comme un « isolat » villageois. Le foyer et l’usine (ou les rues de Paris, les stations de métro, etc.) forment comme des « alvéoles » coupées de leur environnement. Les migrants passant de l’une à l’autre, selon un rythme quotidien et cyclique, dans lequel les incartades sont rares. Leur espace de vie se limite à des lieux fonctionnels et le champ des relations interpersonnelles est centré sur les foyers de résidents, travailleurs émigrés célibataires. Tant que la migration est une circulation de remplacement, la mobilisation des migrants relève moins du développement (en tant que projet de transformation sociale, dynamique à la fois endogène et exogène) que de l’investissement social pensé et acté au sein des concessions et des villages5

8Mais très rapidement les transferts vont évoluer vers des investissements qui vont permettre à l’ensemble des villageois de disposer d’infrastructures permettant d’accéder aux services élémentaires de base qui avaient été oubliés par les investissements étatiques. La découverte du décalage des conditions de vie entre la France et le Mali, d’autant plus prégnant que la rudesse de la vie est accentuée par les sécheresses sahéliennes des années 1970, l’accès au salariat ouvrier et à son corollaire de revenus réguliers marquent un tournant. L’accès aux services de base pour les familles restées au village devient une priorité des migrants. Après avoir pendant longtemps envoyé directement de l’argent à leur famille restée au village, ils ont pris conscience que ce fonctionnement avait atteint ses limites. D’une part, l’adéquation entre les besoins exprimés et les dépenses effectives n’était pas garantie et, d’autre part, les causes de la migration n’étaient pas enrayées. Leur souhait de ne pas voir leurs enfants prendre le chemin de la migration nécessitait d’autres solutions. Ils ne voulaient plus « sacrifier » leur vie pour rien. Le temps passé en France les a aidés à construire leur projet et les parois des « alvéoles » vont se perméabiliser. Travailler en usine, militer dans un syndicat, se former avec les cours du soir : les expériences de ces paysans sahéliens devenus ouvriers en région parisienne sont multiples et ont forgé leur conception de l’épanouissement dans leurs espaces de vie.

  • 6 Voir entre autres Adams (1977), Bertini et al. (2008), Gonin (2005, 2010), Kotlok (2009), Lavigne-D (...)
  • 7 Daum C., Diarra H., Gonin P., Philippe C., Quiminal C., Sylla S. (1988), La fonction émigrée dans l (...)
  • 8 Le retour est d’abord une décision individuelle. Quelques retours collectifs ont été tentés à la fi (...)
  • 9 Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural : Migration citoyenneté développ (...)
  • 10 À ce jour, nous ne disposons pas d’un inventaire plus récent des projets. Le programme « Initiative (...)

9L’histoire des investissements collectifs a été décrite à de nombreuses reprises6, et les premiers travaux sur cette « fonction émigrée dans les stratégies de développement »7 date du milieu des années 1980. Les engagements des migrants dans la région de Kayes au Mali sont emblématiques à plus d’un titre : ces migrants originaires de cette partie du monde ont été certainement les premiers à s’engager dans cette aventure : investir dans les lieux sans pour autant y revenir dans le cadre d’une (ré)installation définitive8. Paradoxalement les différents auteurs se sont rarement penchés sur les raisons pour lesquelles ils l’ont fait. Nous ne disposons pas d’un inventaire précis du nombre des réalisations, des montants mobilisés, et de la part des populations concernées. Néanmoins à partir du travail réalisé par une Organisation Non Gouvernementale (pS-eau) et la connaissance du terrain d’une autre ONG, le GRDR9 nous avons pu reconstruire une évaluation correspondant à l’état de la situation en 199810.

Tableau 1. Les actions de développement dans la région de Kayes

Mali :

Région de Kayes par cercle

(165 actions de développement sans double compte)

Actions de développement

Actions dans lesquelles des migrants sont impliqués

En %

Kayes

95

46

48

Yélimané

48

22

46

Bafoulabé

39

12

31

Nioro du Sahel

33

17

52

Diéma

28

13

46

Kita

25

4

16

Kéniéba

19

3

16

Total région Kayes

287

110

38

Source : pS-eau, Bassin du fleuve Sénégal répertoire des actions de développement, Paris, Ministère des Affaires Étrangères, coopération et francophonie, 1998, 5ème édition.

10Ces différentes actions visant à améliorer le quotidien de ceux qui sont restés ont bouleversé le paysage de cette région. Par effet de mimétisme, (diffusion spatiale de pratiques migratoires) des familles et des villages qui ne s’inscrivaient pas dans cette tradition migratoire, ont incité les plus jeunes à partir afin de financer un dispensaire, une école ou un puits … Faut-il rappeler que des initiatives de « développement » ou tout simplement d’amélioration des conditions de vie au quotidien favorisent de nouveaux départs.

11Pour mettre en œuvre ces stratégies, ils se sont appuyés sur les différentes formes d’organisation collective issue des pratiques traditionnelles et reproduites en migration. Même si certaines d’entre elles se sont constituées dès les années 1970, ces associations, souvent qualifiées de « développement », ont acquis en France une légitimité en 1981, avec l’extension de la loi de 1901 aux étrangers. Dès lors, les projets se sont multipliés : des systèmes d’adduction d’eau potable, des centres de santé, des écoles ont été financés grâce à l’épargne collective des migrants. Ils ont voulu avoir foi en la véracité de cette croyance occidentale, la migration a pour cause principale la pauvreté, le remède est le développement. Pourtant eux-mêmes n’ont pas pris la décision de voyager pour développer le pays et leurs transferts n’ont pas empêché les nouveaux départs.

Tableau 2. Les secteurs d’intervention des ressortissants de l’extérieur

Tableau 2. Les secteurs d’intervention des ressortissants de l’extérieur

Source : pS-eau, Bassin du fleuve Sénégal, répertoire des actions de développement, Paris, Ministère des Affaires Étrangères, coopération et francophonie, 1998, 5ème édition.

12Dans ces projets, les migrants ne comptent que sur eux-mêmes. Ni l’État, dont l’administration locale est souvent réticente à cette implication dans des domaines de compétence qui lui sont statutairement dévolus, ni les villageois, qui ne sont pas toujours acquis à la gestion de ces équipements, ne constituent un relais à l’action des associations. Celles-ci se retrouvent régulièrement dans les foyers de travailleurs, et tout est conçu et organisé depuis la France. À l’occasion de leurs vacances, les responsables d’association se rendent dans les villages pour superviser un chantier d’école ou gérer la comptabilité d’un centre de santé.

  • 11 Mélange de terre argileuse.

13Avant d’introduire la « modernité » les migrants font des concessions pour montrer aux anciens qu’ils respectent l’ordre établi. Ils financent aussi des mosquées pour marquer la continuité de leur appartenance à la communauté d’origine, pour montrer qu’ils sont toujours les fils de leur père. Leur mobilisation se décline sur plusieurs registres, depuis la nourriture de la famille, jusqu’aux équipements collectifs à l’échelle inter-villageoise. Dans les années 1980, au plus fort de leur investissement dans ces aménagements, leur absence physique est comblée par une présence matérielle de plus en plus forte. Les abords des villages se transforment, à côté des cases en banco11 se juxtaposent des maisons en parpaings, les écoles et les centres de santé participent à l’émergence de nouvelles centralités et à une hiérarchisation des fonctionnalités entre les villages.

14Dans les villages, l’implantation de ces infrastructures est un pari car leur fonctionnement effectif ne va pas de soi. Le domaine de la santé est révélateur de cette tension entre logique du don et volonté de « développement ». D’ailleurs dans un premier temps et par erreur reconnaissent-ils aujourd’hui, la gestion leur reviendra entièrement (financement des salaires des personnels, des consultations et des médicaments). Ils se sont laissés prendre au piège du don pour ce « développement » en investissant collectivement et massivement dans des équipements sociaux et par ailleurs restent toujours mis à contribution pour subvenir aux besoins de leur famille.

15C’est un double piège car d’un côté, les remises des migrants entretiennent la dépendance familiale et, de l’autre, ils investissent dans des secteurs non productifs (qui relèvent notamment des domaines d’intervention de l’État). Bien que leurs projets sociaux aient été salués par tous, aujourd’hui, le reproche de ne pas avoir investi dans des secteurs productifs ou générateurs de revenus leur est adressé. Mais pouvaient-ils faire autrement, laisser leurs femmes, leurs sœurs mourir en accouchant et ne rien faire pour instruire leurs enfants ? Paysans avant tout, certains groupements de migrants avaient conçu des projets d’aménagement pour valoriser les terroirs villageois. Le travail de la terre leur apparaissait comme une priorité pour surseoir aux causes des départs. Mais l’objectif du développement social et collectif est passé avant celui du développement agricole, individuel et productif. La notion de développement dans cette région d’Afrique renvoie à une dimension relationnelle forte, selon laquelle le développement « c’est l’entente ». Dans les villages, l’entente et l’union sont présentées comme des valeurs essentielles, placées au cœur des relations familiales, interfamiliales, villageoises et inter-villageoises. « L’entente » est présentée comme la condition sine qua non de toute action dans le cadre villageois ou communal, comme le soulignent les réactions suivantes :

  • « Le critère fondamental c’est la volonté de vivre ensemble, l’entente, entre ceux qui se comprennent entre eux » (Conseil de village, commune de Diongaga, Yélimané, 2001) ;

  • « Le développement de la commune c’est se concerter. Rien ne vaut l'entente pour arriver à quelque chose de concret. Une personne peut avoir une idée, mais pour que ça aboutisse, il faut se réunir » (Conseil de village, Kemala, commune de Toya, Yélimané, 2001) ;

  • « Le développement passe d'abord par l'entente. Il faut restaurer l'entente. L'entente c'est le passage obligé » (Groupe de jeunes, Tabacoto, commune de Kassama, Kéniéba, 2001).

16De ce point de vue, le territoire communal est avant tout considéré comme un espace social et relationnel, théâtre d’interrelations et d’interdépendances entre les groupes sociaux. Si les migrants eux-mêmes issus des différents groupes peuvent reprendre cette conception à leur compte, les projets de « développement » dont ils sont les promoteurs ouvrent une autre dimension du développement plus technique. En cela, les investissements consacrés à la réalisation de services publics se présentent comme une articulation possible entre la gestion sociale de l’espace, d’un côté, et son développement technique de l’autre.

17Pour tenter de s’extirper en partie du piège familial et de contrôler l’usage des envois de fonds, les réalisations collectives vont être l’outil de contournement de la gérontocratie. Elles ont pour nom groupement d’achat, magasin d’approvisionnement, coopérative villageoise... Les migrants originaires d’un même quartier, d’un même village se cotisent, achètent un stock de produits, et demandent aux habitants restés sur place de bien le gérer, de renouveler le stock et de dégager un bénéfice afin de couvrir les charges en personnel. Par cette action concrète, les migrants tentent de limiter la spéculation des grands commerçants surtout pendant la période de la soudure entre deux récoltes. Mais surtout, ils n’envoient plus l’argent nécessaire à ces achats (qui pouvait être utilisé à d’autres fins par le chef de la concession, gestionnaire des remises envoyées à la famille), mais signifient à l’ensemble de son groupe familial que les denrées sont à disposition au magasin du village.

18Passer de la logique du don, endogène et sans contrepartie (« On mange ensemble, nous sommes les mêmes ») à celle du « développement », nécessite de prendre de la distance et de changer d’échelle. En qualifiant leurs associations de « développement », ils tentent de se détacher du carcan social qui pèse sur leurs initiatives et leurs transferts et ils cherchent à s’attacher des partenaires. Ces derniers pouvant les aider à acquérir un autre statut vis-à-vis de leurs parents, non plus celui des enfants absents mais aussi celui d’acteurs compétents et légitimes.

19Au-delà de l’importance financière des transferts, ce sont les effets induits, vecteurs de transformations sociales qui constituent la face cachée de l’iceberg. En effet de nouveaux réseaux sociaux inaccessibles sans migration car recherchés en dehors du cadre communautaire (partenaires techniques, financiers et institutionnels) peuvent être mobilisés. Si ces initiatives contribuent bien évidemment à continuer de lutter contre la pauvreté, elles permettent aussi de bouleverser l’ordre, l’organisation sociale traditionnelle (chefferie, concession, …).

20Pour cela, il aura fallu attendre plusieurs années pour que le pays d’installation soit vécu et perçu autrement, dans une dimension relationnelle plus poussée. Ainsi trouveront-ils dans les espaces de résidence de nouvelles ressources. Pour y accéder, ils déploieront des dynamiques d’ancrage particulières, croisant citoyenneté active et engagement social de proximité. Pour sortir du piège de bailleur de fonds quasi exclusif de leur village, certains ont réussi à s’assurer des partenariats qui prennent la relève de leurs financements ou qui leur apportent les compétences techniques nécessaires à la réalisation d’investissements de plus en plus lourds et complexes. Contre toute attente, la reconnaissance de leur rôle dans le devenir de leur région d’origine viendra d’abord de la France, des collectivités territoriales et des associations d’aide aux migrants. À Saint-Denis, à Montreuil, à Aubervilliers et dans bien d’autres communes d’Île-de-France notamment, les migrants investissent l’espace public et défendent la cause de leur village. Des jumelages naissent et des relations de coopération entre collectivités territoriales se développent. Des coopérations décentralisées prennent corps à l’initiative des citoyens de ces territoires. Migrants-circulants, ils installent une stratégie pour exister par leurs mobilités où ils négocient explicitement leurs places dans les processus de mise en territoire, dans le pays de vie et dans leur pays d’origine. Territoires qui sous l’effet des interactions spatiales et sociales en matière de développement local, économique, social et politique se transforment.

21Pionniers des coopérations territoriales, ces migrants ne représentent plus seulement un pouvoir économique, ils acquièrent ainsi une légitimité politique. Conscients de leur force, ils se positionnent aussi face à l’État malien comme des interlocuteurs incontournables. Aujourd’hui, ils ont besoin de l’État, même s’ils le critiquent et font encore à sa place. Du contrôle économique, par le pouvoir que proposent les remises, à des interventions de nature plus politique, il n’y avait qu’un pas à faire. Certains l’ont fait et sont intervenus dans le découpage territorial lors de la création des communes au moment de la décentralisation. Et les Ministres en charge des diasporas le savent, ils rendent régulièrement visitent à leurs nationaux de l’extérieur.

Quelques exemples de réalisations en partenariat avec des associations de migrants dans leur village d’origine

Quelques exemples de réalisations en partenariat avec des associations de migrants dans leur village d’origine

Clichés de Stéphanie Lima (2001) et Nathalie Kotlok (2009)

2. Décentralisation et découpage communal

22En 1991, le régime militaire de Moussa Traoré est renversé à la suite de plusieurs mois de grève et de manifestations. L’armée participe à ce coup d’État et rend aussitôt le pouvoir aux civils. En quelques mois, le paysage politique malien est radicalement modifié : les élections législatives et présidentielles se succèdent. Alpha Oumar Konaré, premier président élu démocratiquement, forme un gouvernement dont le mot d’ordre est la décentralisation, sous les auspices des institutions internationales.

23Au-delà de la dimension administrative, la mise en œuvre de la décentralisation au Mali se déploie dans d’autres sphères. Sur le plan territorial, elle promeut la création d’un nouveau découpage communal inédit de par sa nature et sa morphogenèse. Concrètement, c’est l’ensemble du maillage administratif qui est renouvelé localement. Pour remplacer les arrondissements créés après l’indépendance et se substituant aux cantons de l’époque coloniale, des communes rurales et urbaines sont créées, nouvelles mailles locales de gestion et de développement. Ce n’est pas dans leur nature que les nouvelles communes maliennes trouvent toute leur originalité mais dans leur genèse. En effet, l’État n’a pas imposé les limites territoriales du découpage communal. Après des décennies de frustrations, les membres de la nouvelle classe politique, jeunes et formés, laissent place à l’innovation pour conduire la réforme de décentralisation au plus près des aspirations de la population. Dans cette optique, la mise en œuvre de la décentralisation est confiée à une instance ad hoc, la Mission de Décentralisation (MDD). Créée dès 1993, elle est d’abord placée sous la tutelle du Ministère de l’Administration Territoriale. Face aux réticences de ce dernier devant les modalités choisies par la MDD pour conduire la décentralisation, elle sera ensuite rattachée au Premier Ministre, puis au chef de l’État.

24Ousmane Sy, responsable de la MDD, et son équipe, travaillent de concert avec les bailleurs de fonds de la coopération bilatérale (principalement le Canada, l’Allemagne et la France). Leur réflexion sur les modalités spatiales de la décentralisation les amène à remettre en cause le découpage en arrondissements, associé à l’idéologie centralisatrice du précédent régime. D’une part, ils forment des unités trop vastes et, d’autre part, ils ont été pendant plusieurs décennies l’aire de pouvoir des chefs d’arrondissement, représentants d’une administration centralisée et coercitive. Pour la MDD et ses partenaires, il est apparu inconcevable de les transformer en communes et d’en faire les réceptacles de la décentralisation. Il s’agissait donc de promouvoir un autre découpage administratif pour inventer de nouveaux territoires. Les modalités mêmes de la création des communes devaient s’accorder aux objectifs de la décentralisation : partager le pouvoir et responsabiliser le niveau local. Ainsi, c’est la démarche ascendante qui a été privilégiée : les villageois allaient participer au découpage communal. Et les migrants aussi.

25Entre 1995 et 1996, la MDD lance des concertations inter-villageoises. Dans les villages, des structures informelles, les commissions locales de découpage (composées de techniciens, de membres de l’administration locale et de représentants de la société civile), informent les habitants des modalités du découpage communal. Elles expliquent les normes retenues par l’État pour former les communes. Surtout, elles animent les débats à l’issue desquels les villageois décideront du gabarit de leur nouvelle commune. En effet, il s’agit d’échanger et de se mobiliser autour des critères constitutifs des communes, au nombre de cinq (document 1).

Document 1. Les critères constitutifs de la commune

Les critères socioculturels : le respect des solidarités communautaires

Le critère démographique : une population en nombre suffisant

Les critères de distance et d’accessibilité : un chef-lieu de commune rurale accessible par tous

Les critères de viabilité économique : la capacité à fournir les services économiques, sociaux et culturels nécessaires et à financer le développement

Les critères géographiques et spatiaux : une commune sur un territoire cohérent et unitaire

26Durant deux années, la mobilisation a été intense, les critères ont été discutés, négociés. Quels regroupements villageois ? Quel chef-lieu ? Quel nom de commune ? Avec l’impulsion de cette dynamique ascendante, l’État et ses partenaires ont fait de la réorganisation territoriale locale une clé de la réussite de la décentralisation. La création des communes a été conçue comme un temps de participation et d’appropriation de l’espace local. Sur le terrain, la mobilisation a été si forte que certains critères ont été malmenés et très peu respectés.

27Du côté des migrants, l’épisode du découpage communal a aussi donné lieu à d’intenses débats. Forts de leur expérience inter-villageoise par les réalisations d’investissements collectifs, les migrants ont fait pression pour que les critères relationnels soient les plus investis, parfois au détriment des normes fonctionnelles. La principale conséquence en est la multiplication des micro-communes (en deçà du seuil démographique de 10 000 habitants). C’est depuis la France qu’ils se sont impliqués dans le processus de concertation. Dès 1994, la Mission de Décentralisation a envoyé une mission à Montreuil afin de rencontrer les migrants et leurs associations. Consciente de leur rôle dans la région de Kayes, elle a souhaité les associer au découpage communal. Ainsi, selon un de ses représentants, il était « impossible de faire le découpage sans les migrants, d’une part parce que ce sont des citoyens maliens et, d’autre part, parce qu’ils ont investi dans les villages et qu’ils vont continuer d’investir dans les communes. Car les communes ont besoin d’investissements futurs. Les migrants ont déjà mobilisé des partenaires français dans le cadre de jumelages. Ils doivent donc être impliqués dans le découpage afin de contribuer au développement des communes » (YM, entretien avril 2000). Il ressort de ce positionnement de la MDD que le passage des villages aux communes ne doit en aucun cas être un obstacle à l’implication des migrants dans leur localité d’origine. Acteurs de leur village, ils sont appelés à devenir des acteurs de leur commune, voire des « ambassadeurs » auprès des collectivités locales françaises. Comment les migrants et leurs associations vont-ils se positionner par rapport à la décentralisation et au découpage communal ?

28Deux logiques ont prévalu quant à la détermination des cadres territoriaux des communes. La première met en avant la réalité foncière des villages, laquelle s’appuie sur la primauté historique et politique de certaines localités. Dans cette optique, le découpage communal doit valoriser les villages les plus anciennement implantés, auxquels reviendrait le statut de chef-lieu de commune. À l’inverse, la seconde logique opte pour l’affranchissement des clivages entre les villages reposant sur le principe d’antériorité et de dépendance entre les villages-mères et leurs villages descendants. Elle met en avant les caractéristiques fonctionnelles des villages. Ainsi, ceux qui sont dotés d’infrastructures (financées par les associations de migrants), accéderaient à la fonction de chef-lieu. Dans les villages, ces deux logiques sont largement reprises dans les concertations. Les tensions sont parfois vives et des migrants n’hésitent pas à prendre des vacances pour se rendre sur place afin de peser dans le débat. En cela les mobilisations collectives des migrants pour leur village d’origine participent des recompositions territoriales en cours au Mali. Elles ont contribué à transformer les localités d’origine en termes de centralité, de fonctionnalité et de partage du pouvoir lors du processus de réorganisation territoriale.

29Il en sera de même lors des élections communales. Le choix des élus préoccupe les migrants. Alors qu’ils affirment avoir « fait la décentralisation avant l’État », ils ont le sentiment que les communes les dessaisissent de leurs prérogatives. Dans les faits, les principales compétences des communes sont celles dont ils s’étaient emparé : santé, éducation, hydraulique. Comment les migrants se repositionnent-ils dans ces secteurs qui étaient leurs domaines d’action ? Comment leur mobilisation va-t-elle évoluer ? Deux attitudes se dessinent aujourd’hui. D’une part, des associations villageoises ont tendance à se replier sur leur village ; d’autre part, des associations inter-villageoises s’ouvrent et se recomposent à l’échelle communale. Pour ces dernières, qui fonctionnaient sur deux territoires, au Mali et en France avant la décentralisation, le passage aux communes est facilité par le fait que d’anciens migrants rentrés dans leur village pour piloter des projets de « développement intégré » sont devenus des élus locaux. La continuité de la mobilisation intervillageoise, devenue mobilisation à l’échelle communale, s’explique par le fait que ces hommes, migrants devenus leaders associatifs puis maires ou conseillers communaux, disposent de ressources sociales et spatiales construites ailleurs et dans la distance. Aujourd’hui, ces élus communaux refont le chemin à l’envers : ils se rendent en France, auprès des ressortissants émigrés de leur commune pour les mobiliser et les associer au développement local.

3. l’ailleurs comme ressource, la proximité comme nécessité

30Ces Maliens de l’extérieur ne permettent pas seulement de faire vivre les familles et plus globalement les villageois dans de meilleures conditions, ils engagent des partenariats dans le cadre de projets de coopération décentralisée entre leurs collectivités locales, celle d’origine et celle de leur quotidienneté. Pour illustrer cette idée, nous prendrons un exemple qui s’appuie sur des entretiens réalisés auprès du maire de la commune de Djélébou qui, avant d’être élu, a été formé par la migration en France.

  • 12 Espoir du Guidimakha.

31La commune de Djélébou, commune rurale du Mali, située à une soixantaine de kilomètres au nord de Kayes comptait 16 000 habitants au recensement de 1996. En attendant les données officielles du dernier recensement, le maire estime à près de 20 000 le nombre de ses concitoyens, répartis en 11 villages pouvant atteindre jusqu’à 5000 habitants, 8 villages sont soninké, 2 sont peul et un village est dit « mixte », c'est-à-dire composé de deux quartiers ayant chacun leur chef. Le maire de Djélébou, élu lors du deuxième mandat et devenu conseiller aux élections municipales de 2009, est retourné en 1980 au village pour s’occuper de ses parents : « Il a fallu que je rentre, j’avais des frères qui commençaient à venir. Je voulais faire un projet, mais je n’avais pas assez de moyens ». Bien avant la mise en place de cette nouvelle collectivité territoriale, il y avait une association inter-villageoise « Guidimakha Djikké »12 qui travaillait en partenariat avec la ville de Saint-Denis où elle a encore son siège social. En 1996, cette association des ressortissants des 24 villages de l’ex-arrondissement d’Aourrou résidant en Île-de-France avait contacté les élus de Saint-Denis, pour travailler sur des projets de santé au pays. Avec la décentralisation, trois communes, Sahel, Karakoro et Djélébou, ont été créées sur la base territoriale de l’association inter-villageoise. Le partenariat initié par les ressortissants avec la ville de Saint-Denis s’est transformé en coopération décentralisée avec les trois communes. Ce qui n’est pas sans poser problème dans la mesure où ces communes n’ont pas signé de conventions entre elles.

32Les villages de la commune de Djélébou disposent chacun d’une école et d’un centre de santé, payés intégralement par les migrants bien avant la décentralisation. C’est justement pour aider au fonctionnement de ces centres que les ressortissants ont fait appel à la ville de Saint-Denis. En effet, ces centres n’arrivaient pas à s’auto-suffire et à devenir financièrement indépendants. La ville de Saint-Denis apporte alors sa contribution à leur fonctionnement. Elle a acheté un véhicule 4x4 pour faciliter la collecte mensuelle des bons de commande en médicaments des différents centres et permettre ainsi un approvisionnement coordonné à Kayes. Cette action financée par la coopération décentralisée française permet désormais de dégager des bénéfices pour ces différents centres, de l’ordre de 8 millions de francs CFA, et aux migrants de ne plus participer régulièrement à leur fonctionnement.

33Les relations entretenues par les ressortissants avec leur commune de vie en France ont permis d’élargir le partenariat avec une autre commune française, celle de Montrem en Dordogne. La ville de Saint-Denis possède un centre de vacances dans cette commune, dont le maire est aussi directeur du centre. Par un jeu de connaissances personnelles entre les élus, les projets de coopération se sont développés. Un projet porté par Montrem, le lycée agricole de Périgueux et les ressortissants, cofinancé par le Ministère des Affaires Étrangères pour trois ans et achevé depuis 2005, appuyait le développement agricole par la construction de puits, l’achat de moto-pompes, la mise en place de jardins maraîchers coopératifs et d’un centre technique de formation à l’élevage et au jardinage. Chaque commune de l’ex-arrondissement d’Aourrou a choisi un village, celui dont les femmes étaient les plus dynamiques dans le secteur maraîcher pour les soulager des corvées d’eau et les appuyer dans leurs actions. Compte tenu des difficultés rencontrées sur le terrain, seuls les puits ont été construits. Pour le maire de Montrem, les échelles temporelle et spatiale des montages des projets n’étaient pas les bonnes. Le calendrier trop serré pour des actions demandant concertations et palabres, les difficultés de travailler avec trois communes, une association « Espoir du Guidimakha » bicéphale, (Djikké France et Djikké Aourrou) dont d’anciens membres sont devenus des élus locaux, la gestion des fonds alloués aux actions par cette association, sont autant d’éléments qui ont contribué à la non réalisation de l’ensemble du projet. Depuis le partenariat s’est arrêté et pour le maire de Montrem « nous n’avions rien à apporter, au-delà des interventions financières ».

34Cet exemple est emblématique des difficultés rencontrées par les partenariats de solidarité internationale et questionne les apports respectifs de la commune du Sud à celle du Nord.

35Le maire de Djélébou est venu récemment en France afin de renforcer les liens de coopération avec sa commune jumelle Saint-Denis. Il voulait aussi ouvrir d’autres pistes, non plus à l’échelle du 93, mais de l’Europe. La coupe du monde de rugby qui s’est déroulée en France en 2007 a été le prétexte pour permettre ces rencontres, Saint-Denis ayant invité ses autres villes jumelles à cette manifestation. La communauté de communes du North Larnarkshire en Écosse et celle de Sesto San Giovanni en Italie ont été approchées, elles pourraient devenir de nouveaux partenaires :

36« La politique au Mali c’est difficile, il y a trop de problèmes et pas assez de ressources. Tu ne peux pas être un bon maire si tu n’as pas de ressources. La population ne voit que les choses concrètes, elle ne voit pas les problèmes théoriques, or pour concrétiser des projets donc des fonds pour les réaliser, il nous faut trouver des partenaires. Le maire doit initier des projets et trouver des fonds, c’est l’un des objectifs de ma mission en France. »

37Cette mission en France du maire de Djélébou est aussi l’occasion de rencontrer d’une part l’ensemble des membres de l’association « Espoir du Guidimakha » et d’autre part les membres des associations villageoises afin de faire le point sur les projets en cours, de faire état de l’avancement des travaux sur le terrain… Ces différentes discussions avec les ressortissants des villages de sa commune sont l’occasion de coordonner leurs actions, de les orienter vers le GRDR, une ONG que le maire a connue lorsqu’il était migrant en France et avec qui il a travaillé dans sa commune pour mettre en place le plan de développement communal. Pour cet élu, ancien migrant, la gestion de sa commune et la mise en place du plan de développement communal et des actions prioritaires, imposé par la décentralisation l’oblige à mobiliser des ressources dont les plus importantes sont en migration. Ainsi les migrants, pris aussi au piège de la mise en territoire communal de leurs interventions, sont en même temps considérés comme partie intégrante du territoire et comme partenaire donc extérieur à ce même territoire. On leur demande d’être à la fois dedans et dehors, ici et ailleurs. Par le biais de ces acteurs mobiles, dont les transferts et les projets ont pour effet de produire une continuité, un continuum dynamique entre des lieux et des ressources distants les uns des autres, on assiste à une sorte de télescopage des lieux entre eux.

38Il s’agit de multiterritorialité au sens où la mobilisation des migrants prend corps dans des territoires. Ces derniers sont à la fois le réceptacle et la condition de ces mobilisations. Plusieurs territoires sont convoqués dans cette chaîne de mobilisation qui, au final, a pour objectif de construire une articulation entre l’ici et l’ailleurs. En définitive, la mobilisation centrée sur les villages d’origine dans un premier temps, s’ouvre aux lieux de vie, lesquels sont l’objet d’investissements différenciés tout en étant pris complètement dans une dynamique d’interdépendance. Ici et ailleurs fonctionnent ensemble dans un jeu de va-et-vient combinant des transferts matériels et idéels. Ils sont ici et ailleurs, ils sont ailleurs et ici, présents et absents.

Conclusion

39Cet engagement à distance et sur la durée des migrants peut surprendre. Ils sont à plus de 5000 km de leur lieu d’origine, et ils se soucient de l’aménagement de la place publique, des services offerts à la population, de l’amélioration des conditions de vie de ceux qui sont restés ! Une question demeure : pourquoi le font-ils ? Après les réalités d’une double absence décrites entre autres par A. Sayad, ne sommes-nous pas confrontés à une revendication affichée, celle d’une double présence ? Ces migrants originaires de la région de Kayes et installés en France ont rêvé à un vivre mieux dans des lieux qu’ils avaient quittés. Ils ont conçu et financé leurs projets face aux carences de l’État et ont réussi à faire reconnaître par les aînés, les compétences découvertes et apprises en migration. La circulation des personnes est bien une ressource et elle est, dans ce cadre, plurielle : financière et individuelle dans un premier temps - ils sont partis pour acquérir du numéraire et améliorer les conditions de vie de ceux qui sont restés -, elle est devenue collective de par les pratiques héritées. Mais les transferts entre pays de départ et pays d’installation sont aussi immatériels, avec les connaissances apprises en migration. Ils se sont informés, formés et, pour finir, ils ont exporté ce qu’ils ont découvert ailleurs. Cependant, cette double présence, souhaitée et revendiquée, renvoie à un double piège perçu par les migrants quand ils se disent « fatigués » du développement, « sacrifiés » pour le bien être de leur famille. Aujourd’hui, ils tentent de revoir leur positionnement en prenant appui soit sur la décentralisation qui remet en perspective l’échelle du développement et c’est aux nouveaux pouvoirs locaux de se mobiliser pour le développement des territoires communaux, soit le recours à des initiatives individuelles loin des villages d’origine et en priorité dans les villes moyennes, celle de Kayes par exemple ou à Bamako.

40Les missions régulières en France des maires de la région de Kayes visent donc aussi à capter une part des transferts migratoires. Mais ils savent que leurs anciens camarades sont partis en migration pour subvenir aux besoins de leur famille, que certains d’entre eux ont opté pour le regroupement familial, que le chômage touche beaucoup de leurs compatriotes, qu’ils sont des « fatigués du développement » pour reprendre l’expression d’un des leurs. La coopération décentralisée est une piste qu’ils comptent explorer et pour cela, ils s’appuient sur leurs administrés de l’extérieur. Ils leurs demandent de jouer le rôle de « facilitateur », de « passeur » entre deux mondes : celui de l’ici et de là-bas, lieux de vie de ces migrants circulants. Et effectivement « l’élargissement du champ des expériences sociales et spatiales liées à la mobilité, contribue à ce qu’un individu n’appartient pas à un seul groupe social, à un seul territoire. Il y a donc possibilité pour chacun de privilégier, d’affirmer l’une ou l’autre de nos appartenances en fonction des moments enjeux et intérêt » [Di Méo et Buléon, 2005, p. 45].

41Les ressortissants maliens de l’extérieur ont intégré les possibilités offertes par l’expérience de la mobilité. Les rapports tissés dans les lieux de vie en France avec les autres qui pratiquent ces mêmes lieux, leur permettent de se dégager en partie des contraintes financières auxquelles ils se sont pliés. « Nous avons travaillé pour une cause, mais il ne faut plus sacrifier sa vie. Maintenant la lutte consiste à aller chercher des subventions pour ne payer que 20 % maximum du projet. » (SD, entretien janvier 2008).

42Grâce aux associations en France, les communes peuvent évoluer. Les ressortissants s’organisent aussi pour payer les impôts des villageois pour la commune. Le régisseur des recettes de la commune met à jour tous les ans la liste des imposables. À partir du dénombrement annuel, l’agent de la mairie calcule le montant et récolte l’impôt par village. « Là-bas, chaque village paie globalement, c’est le chef de village qui doit réunir la somme demandée, 1400 francs CFA par imposable. Les migrants sont alors mis à contribution pour payer les impôts des villages à la commune. La difficulté pour nous est de récupérer les impôts, les gens ne comprennent pas l’intérêt de payer, il faut beaucoup de sensibilisation pour que les populations comprennent le processus de décentralisation. Ils savent que l’État a mis en place les collectivités, mais les 703 maires du Mali vous le diront, le transfert des compétences ne s’est pas traduit d’accompagnements financiers. Or notre gros problème est de rémunérer les personnels. Notre budget doit couvrir le fonctionnement et nous permettre d’honorer les contrats que nous signons avec les enseignants. « J’ai environ 25 personnes à payer tous les mois, dont 17 enseignants. Le maire a intérêt à faire très attention pour l’école. Il existe une grosse demande des parents qui rouspètent s’il n’y a pas d’enseignants. J’ai donc intérêt à trouver et payer les enseignants. C’est normal, les gens entrent dans leurs droits en payant les impôts. Quand il y a eu la décentralisation, nous on avait pris de l’avance grâce aux migrants, toutes les infrastructures socio-sanitaires étaient déjà construites, mais maintenant le maire est chargé de trouver et rémunérer le personnel pour le fonctionnement. Alors on s’organise. Les collectivités marchent avec les partenaires financiers, la coopération décentralisée et les ressortissants. » (entretien maire de Djélébou, 2008).

43Dans la Région de Kayes, la mise en œuvre de la décentralisation a rencontré des formes de mobilisation basées sur la mobilité et la distance. À tel point que la communalisation participe actuellement à une recomposition des liens entre ici et là-bas, l’impulsion partant désormais des communes, dont les élus tentent de croiser les ressources de la proximité et de la distance pour le développement local.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS A. (1977), Le long voyage des gens du fleuve, Paris, François Maspéro.

BERTINI B., GONIN P., KOTLOK N. et LE MASSON O. (2008), « Engagements citoyens ici et là-bas ». L’insertion pluriterritoriale des migrants (France, bassin du fleuve Sénégal), Communication au colloque de l’Université Catholique de Louvain, Chaire Quetelet 2008, décembre 2008, 21 p. http://www.uclouvain.be/259835.html

DI MÉO G. et BULÉON P. [dir.] (2005), L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin.

FAY C., KONÉ Y.F., QUIMINAL C. (2006), Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, Paris, Éditions de l’IRD.

GONIN P. (2005), Jeux d'acteurs et enjeux territoriaux : quelles migrations pour quel développement ? L'exemple du bassin du fleuve Sénégal (République du Mali), in C. Charef et P. Gonin (éds.), Émigrés - Immigrés dans le développement local, Agadir, ORMES / Sud Contact, pp. 259-278. http://www.mshs.univ-poitiers.fr/migrinter/index.php ?text =documentation/2005-agadir&lang =fr

GONIN P. [dir.] (2010), Les migrations subsahariennes, Hommes et migrations, n° 1286-1287, (juillet-octobre), Paris, CNHI.

KONATÉ F.O., NGOTTA N’G., NDEMBOU S. (2010a), Population et mobilités géographiques en Afrique, Paris, Éditions Karthala.

KONATÉ F.O. (2010b), La migration féminine dans la ville de Kayes au Mali, Hommes et migrations, n° 1286-1287, (juillet-octobre), pp. 62-73.

KOTLOK N. et SEMEDO C. (2009), Les territorialités migrantes à l’épreuve des projets de développement : le partenariat Aubervilliers-Boully, Poitiers, Espace Mendès France, Atlantique Éditions, pp. 115-135.

LAVIGNE-DELVILLE P. (1991), La rizière et la valise, irrigation, migration et stratégies paysannes dans la vallée du fleuve Sénégal, Paris, Syros-Alternatives.

LIMA S. (2003), Découpage entre espace et territoire : la fin des limites ? La fabrique des territoires communaux dans la Région de Kayes, Mali, Thèse de doctorat, Département de Géographie, Université de Poitiers.

LIMA S. (2009), « Le dépassement des territoires : bâtisseurs et passeurs d’espaces », in M. Vanier, Territoire, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 167-173.

MANCHUELLE F. (2004), Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960). Migrants volontaires, Paris, Éditions Karthala.

MARY K. (2010), Entre la “forteresse Europe” et l’Amérique d’Obama - Le choix des États-Unis pour les ressortissants maliens, Hommes et migrations, n° 1286-1287, (juillet-octobre), pp. 124-133.

QUIMINAL C. (1991), Gens d'ici, gens d'ailleurs. Migrations Soninké et transformations villageoises, Paris, Christian Bourgois Éditeur.

SAYAD A. (1999), La double absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil.

TIMERA M. (1996), Les Soninké en France. D’une histoire à l’autre, Paris, Éditions Karthala.

Haut de page

Notes

1 Les navétanes sont les mobilités des migrants agricoles saisonniers se rendant dans le bassin arachidier sénégalais. Les communautés Soninké de la région de Kayes ont été les plus concernées par ce type de déplacement.

2 Laptot : matelot indigène, parfois piroguier, porteur ou débardeur à l’ère de la colonisation française.

3 Voir à ce sujet le roman de Sembène Ousmane, Le Docker noir, publié en 1956.

4 Plusieurs familles vivant dans la même cour, ayant des liens de parenté et sous l’autorité du kagumm (le chef de la concession).

5 Voir entre autres Adams (1977), Gonin (2005), Lavigne-Delville (1991), Lima (2003), Manchuelle (2004), Quiminal (1991).

6 Voir entre autres Adams (1977), Bertini et al. (2008), Gonin (2005, 2010), Kotlok (2009), Lavigne-Delville (1991), Lima (2003), Manchuelle (2004), Quiminal (1991).

7 Daum C., Diarra H., Gonin P., Philippe C., Quiminal C., Sylla S. (1988), La fonction émigrée dans les stratégies de développement, Fontenay-aux-Roses/Paris, E.N.S. Fontenay-Saint-Cloud, Centre de Géographie Rurale/CNRS-ATP (AIP : 905004, sous la direction de Patrick Gonin) , 117 p.

8 Le retour est d’abord une décision individuelle. Quelques retours collectifs ont été tentés à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

9 Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural : Migration citoyenneté développement : http://www.grdr.org/

10 À ce jour, nous ne disposons pas d’un inventaire plus récent des projets. Le programme « Initiatives conjointes » (cofinancement de l’UE et de l’ONU) dont bénéficie l’Assemblée Régionale de Kayes se propose de recenser à la fois les projets collectifs des migrants et les compétences des migrants de retour. Il est en cours de réalisation.

11 Mélange de terre argileuse.

12 Espoir du Guidimakha.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Les secteurs d’intervention des ressortissants de l’extérieur
Crédits Source : pS-eau, Bassin du fleuve Sénégal, répertoire des actions de développement, Paris, Ministère des Affaires Étrangères, coopération et francophonie, 1998, 5ème édition.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Quelques exemples de réalisations en partenariat avec des associations de migrants dans leur village d’origine
Crédits Clichés de Stéphanie Lima (2001) et Nathalie Kotlok (2009)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Stéphanie Lima, « Entre réseaux et territoires, des mobilisations multiscalaires pour le développement », Espace populations sociétés, 2011/2 | 2011, 265-278.

Référence électronique

Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Stéphanie Lima, « Entre réseaux et territoires, des mobilisations multiscalaires pour le développement », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/6887 ; DOI : 10.4000/eps.6887

Haut de page

Auteurs

Patrick Gonin

Université de Poitiers
Migrinter
99, avenue du Recteur Pineau
86000 Poitiers
Patrick.Gonin@univ-poitiers.fr
Nathalie.Kotlok@univ-poitiers.fr

Nathalie Kotlok

Stéphanie Lima

Centre Universitaire Jean-François Champollion
Géographie
Place de Verdun – Cedex 9
81012 AlbiDynamiques Rurales, Université de Toulouse
Stephanie.Lima@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org