Navigation – Plan du site
Articles

Migrantes, femmes, mères chinoises

Des « nouveaux » oiseaux de passage1 en Europe ?
Chinese Migrants, Women, Mothers. « New » Migratory Birds in Europe ?
Carine Guérassimoff-Pina
p. 471-484

Résumés

En 2008, selon les chiffres présentés par l’OCDE, les expatriés de la République Populaire de Chine dans le monde seraient 2 070 000. La migration chinoise contribue ainsi à un important phénomène migratoire international marquant le début du XXIe siècle : la féminisation croissante des flux. Présentes aujourd’hui en France, et en Europe, elle participe à la diversification des origines des populations immigrées. Jusqu’à récemment, elles demeuraient peu connues tant dans leurs profils que dans leur processus migratoire. Les données recueillies lors de deux programmes de recherche, nous ont permis de participer à une meilleure appréhension de la migration de ces femmes, de leur place et de leur rôle au sein des flux internationaux de population chinoise et de femmes. Parmi les informations collectées, nous présentons ici celles relatives aux conditions d’élaboration de leur projet migratoire (le départ). Elles comprennent à la fois les causes de la migration (pourquoi sont-elles conduites à construire un projet migratoire ?) ainsi que les modalités de la construction d’un projet migratoire (comment ont-elles été amenées à construire et à initier un projet migratoire ?). Cette étape du projet migratoire des Chinoises présente une double spécificité agissant de manière synchrone : la première est relative à l’appartenance, ou non, à des institutions migratoires, la seconde à leur état de femme.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début du 21ème siècle, les citoyens de la République populaire de Chine (R.P.C.) constituent une très large part des nouveaux immigrés présents sur les cinq continents. En 2008, selon les chiffres présentés par l’OCDE2, les expatriés (émigrés) de la R.P.C. dans le monde étaient 2 070 000. La Chine continentale retrouve une tradition de départs outre-mer et ses gouvernants renouent avec une politique migratoire dont les prémisses remontent au 19ème siècle3. Si l’Amérique du Nord reste la destination la plus prisée, l’Europe, et la France en particulier, redeviennent d’importants points d’arrivée. Les études menées ces dernières années en Europe, révèlent une diversification croissante des provinces d’origine, ainsi qu’une importante circulation entre les différents centres d’établissements. Les migrants chinois s’inscrivent au sein d’un vaste mouvement de globalisation, devenant des acteurs d’une translocalité définie comme un phénomène résultant de circulations et de transferts, c’est à dire de déplacements spécifiques et réguliers, de personnes, de biens, d’idées et de symboles, qui traversent les distances et les frontières.

  • 4 OCDE, Tableau B.1.5 : Effectifs de personnes étrangères par nationalités,
    http://www.oecd.org/docum (...)
  • 5 Nous utilisons ici certains des résultats de recherches menées dans le cadre de deux projets spécif (...)

2La migration chinoise participe également à un phénomène international majeur du début du 21ème siècle : la féminisation croissante des flux. Les femmes représentent en effet plus de 50 % des déplacements internationaux de population chinoise. Selon l’OCDE, en 2005, en France, elles constituaient 33 200 personnes sur une population chinoise de 62 5004. La plupart de ces Chinoises 5 proviennent encore majoritairement de la province du Zhejiang, zone de migration traditionnelle vers l’Europe. On demeure ici en présence d’une migration culturelle, soutenue par des réseaux et des liens essentiellement familiaux. Néanmoins, on constate depuis ces quinze dernières années un mouvement continu de diversification des lieux d’origine. Débuté à la fin des années 1990 avec l’arrivée de femmes des provinces du Nord et Nord-Est de la Chine (les Dongbei), il s’est poursuivi par la venue de migrantes en provenance des grandes métropoles (Shanghai, Pékin, Tianjin, Canton), des provinces du centre-nord (Shandong, Henan, Hubei) puis de celles limitrophes des zones côtières chinoises, comme le Jiangxi. Elles côtoient aujourd’hui des représentantes du Sichuan, du Gansu, de la Mongolie intérieure et de la province méridionale du Fujian.

Figure 1. Provinces d’origine des femmes migrantes chinoises (2007) - échantillon de 440 femmes

Figure 1. Provinces d’origine des femmes migrantes chinoises (2007) - échantillon de 440 femmes

Figure 2. Les provinces chinoises

Figure 2. Les provinces chinoises
  • 6 Guerassimoff-Pina, Carine, Guerassimoff Éric, Wang Nora, La circulation des nouveaux migrants chino (...)

3Se situant généralement dans la tranche d’âge 35-50 ans, elles sont, ou ont été, des épouses et la très grande majorité sont des mères. Leur niveau d’étude et de qualification est globalement assez faible. Dans nos échantillons, le groupe majoritaire se situait dans la tranche des 30-39 ans, suivi par les 20-29 ans et enfin les 40-50 ans. La tranche d’âge des 30-39 ans a d’abord plutôt concerné les migrantes du Zhejiang arrivées dans les années 1980. Elle incluait, ces dernières années, un nombre croissant de nouvelles venues des provinces du Centre comme le Jiangxi. Les femmes du Nord et du Centre se situent dans la tranche de 40-50 ans. Certaines sont mariées, mais le plus souvent elles sont divorcées ou séparées de leurs conjoints. Elles ont laissé en Chine un enfant à l’âge adolescent ou pré-adulte. Leurs consœurs du Zhejiang étaient mariées au moment de leur départ et avaient au moins un enfant en bas âge laissé en Chine. Elles venaient rejoindre leurs époux et avaient ensuite d’autres enfants en France6. Aujourd’hui, des jeunes filles de cette province arrivent en France pour se marier avec un compatriote. On rencontre aussi de nombreuses jeunes célibataires (étudiantes) qui proviennent des grands centres urbains. Dans nos échantillons, ce sont les migrantes du Zhejiang qui apparaissent comme les moins éduquées ou qualifiées. On trouve parmi elles le plus grand nombre de personnes déclarant n’avoir eu aucune éducation-scolarité ou bien s’être arrêtées au niveau élémentaire. Pour les plus qualifiées, le niveau scolaire le plus communément constaté est le lycée, mais plus encore le collège. Peu d’entre elles disent avoir suivi un cursus universitaire, à la différence des migrantes des provinces du Nord. À l’exception des femmes du Zhejiang, elles migrent seules pour la plus grande majorité, laissant leur famille en Chine.

4La migration chinoise, comme d’ailleurs la plupart des autres mouvements internationaux de population, n’est plus l’apanage des hommes et pose la question du processus migratoire des femmes et de sa spécificité. Il s’agit de mieux connaître ces nouveaux « oiseaux de passage », mais aussi de confronter leurs mobilités à celles des hommes pour évaluer dans quelle mesure, comme l’affirment déjà de nombreux travaux sur les migrations féminines, elles demeurent fortement genrées. Dans les étapes du mécanisme de la migration, nous nous sommes, entre autre, penchée sur les départs. Les travaux sur les causes, les motivations et les stratégies des partances se sont développés ces dernières années, prenant en compte particulièrement les femmes. Les questions restent toutefois nombreuses, en particulier sur le rôle (genré) des facteurs macro, mais aussi individuels et familiaux. On s’interroge encore sur les moyens mis en œuvre par les migrantes et leur entourage pour entreprendre un tel projet. Appliquer à l’émigration des Chinoises, ce questionnement amène une double constatation. L’élaboration de leur projet migratoire s’explique par l’existence de facteurs et de motifs pour la plupart très fortement « genrés » (1). Cette caractéristique marque aussi les diverses modalités d’élaboration et de mise en œuvre du départ (2).

1. Un contexte favorable pour des nécessités impérieuses

5Les départs à l’étranger des Chinoises se réalisent, et s’expliquent, d’autant plus naturellement qu’ils s’insèrent au sein d’un contexte migratoire favorable à leur mobilité (1.1.). Ces facteurs macro se conjuguent à un ensemble de pesanteurs qui font bien souvent de leur projet migratoire la solution à un ensemble de contraintes inhérentes à leur situation en Chine (1.2.).

1.1. Une mobilité internationale des femmes chinoises favorisée

6Les migrations des Chinoises participent aujourd’hui au mouvement global de « féminisation » des flux de population et accompagnent une redynamisation de la mobilité internationale des ressortissants chinois.

1.1.1. La féminisation des flux internationaux de population

  • 7 ONU. Trends in Total Migrant Stock:The 2005 Revision: CD-ROM Documentation (POP/DB/MIG/Rev.2005/Doc (...)

7Selon différents rapports internationaux établis récemment, le nombre de personnes qui vivent en dehors de leurs pays d’origine a presque doublé au cours des cinquante dernières années, atteignant les 191 millions en 20057. Le rapport annuel 2006 du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), dédié à la migration féminine, estime que les flux sont constitués aujourd’hui pour plus de la moitié par des femmes : leur nombre est estimé à environ 94,5 millions. La féminisation des migrations semble être une tendance « lourde » appelée à perdurer et à s’accroître en ce début du 21ème siècle. Le rapport 2006 du FNUAP parle pour le décrire « d’une révolution qui ne cesse de prendre de l’ampleur ». Les migrations féminines, comme les flux masculins, se dirigent principalement des pays en développement et/ou émergents vers les pays industrialisés/développés d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe. Elles concernent une extrême diversité de profils sociodémographiques et professionnels.

8La mobilité internationale féminine est en premier lieu une réponse à une demande émanant de secteurs économiques qui ne peuvent pas être délocalisés au sein des zones d’origine de ces femmes. Ainsi, quelles que soient leurs provenances, les migrantes occupent « systématiquement » des emplois dans les secteurs de la domesticité, qui comprennent les activités de soins à la personne (enfants/personnes âgées) ; dans les secteurs dits de loisirs/récréatifs qui englobent la prostitution et dans les secteurs de petites industries où elles exerceront un travail d’ouvrières. Les emplois de soins médicaux (infirmières/aides soignantes/soins aux personnes âgées), et pour certains États comme la Grande-Bretagne l’éducation ou les activités de communication constituent les niches d’emplois pour les plus qualifiées. Si la migration pour mariage a toujours été une importante cause de la mobilité des femmes, elle prend aujourd’hui de nouvelles proportions quantitatives et qualitatives et peut aujourd’hui encore s’expliciter en terme économique. Cette reconfiguration de la division internationale du travail offre plus d’opportunités aux femmes qu’aux hommes de migrer, ce qui explique en grande partie la constante augmentation du volume des flux. Inversement, l’offre faite aux femmes des pays en développement et/ou émergents semble créer une solution à la précarisation de leur situation économique et sociale à laquelle beaucoup d’entre elles doivent faire face dans leur pays d’origine.

9L’accroissement quantitatif de la migration internationale des femmes s’explique par un ensemble de facteurs « structurels » inhérents à leurs zones d’origines, les pays en développement et/ou émergents. Ils sont, sur bien des aspects, connus, dénoncés et combattus depuis les années 1970, sans résultats probants sur certains continents comme l’Afrique. Il semblerait qu’aujourd’hui, pour un nombre croissant de femmes, y compris éduquées, la mondialisation économique ait participé à l’exacerbation des situations de précarité. Le motif économique devient la principale raison du départ, comme pour les hommes auparavant. La persistance (ou la recrudescence) au sein des sociétés civiles de conceptions très fortement patriarcales conduit les femmes à » choisir » de partir vers un ailleurs qu’elles imaginent meilleur. Mais leur mobilité internationale, provoquée, voulue, n’en est pas pour autant facilitée. Les femmes, plus que les hommes, rencontrent des difficultés pour concrétiser leur projet migratoire, tant dans l’obtention des financements nécessaires que des autorisations des pays d’arrivée pour lesquels la migration économique reste avant tout un projet masculin.

10Ces facteurs macro, nous y reviendrons, entrent de manière probante dans l’explication de la migration actuelle des Chinoises. Leur migration accompagne et participe d’un mouvement plus général, croissant, redynamisé : celui de l’ensemble de la population chinoise.

1.1.2. Le renouveau des phénomènes migratoires chinois

  • 8 OCDE, International Migration Outlook : SOPEMI 2008, 8 p. (p. 3). Document Pdf. Disponible sur le s (...)
  • 9 OCDE, Perspectives des migrations internationales - Rapport annuel 2006, OCDE-SOPEMI, 2006, 343 p. (...)

11La présence des ressortissants de la R.P.C. dans le monde a considérablement augmenté. Avec 11 % des flux recensés en 2008, la Chine est ainsi devenue pour l’ensemble des États membres de l’OCDE l’un des dix principaux pays d’origine des immigrés8. Aujourd’hui, la présence chinoise est étendue à tous les continents. En 2000, le Conseil de l’Europe estimait à 200 000 le nombre de citoyens chinois résidant légalement sur le continent, ce qui représentait 9,5 % du total des vingt et un millions de ressortissants étrangers résidant en Europe à cette même date. Ces statistiques ne prenaient évidemment pas en compte les migrants séjournant illégalement. Dans ce dernier cas, les effectifs étaient évalués entre 600 et 900 000 personnes. Les ressortissantes de la R.P.C. n’apparaissaient pas, jusqu’à présent, dans les dénombrements officiels effectués par les États européens de leurs flux ou stocks de population immigrée chinoise. Leur présence croissante semble participer à une volonté de changements de cette situation. Dans les derniers rapports de l’OCDE sur les tendances des migrations internationales, certaines données concernant la population chinoise font apparaître la part occupée par les migrantes. Aux Pays-Bas, en 2002, il y avait 6700 femmes sur un total de 11 200 individus. Ce chiffre est passé à 7500 en 2003 pour 13 300 personnes et enfin en 2004 à 8400 femmes pour 14 700 personnes. En 2002, l’Irlande avançait le chiffre officiel de 5800 ressortissants chinois, dont 2400 femmes. En Finlande, les Chinoises représentaient environ la moitié des effectifs comptabilisés : 1100 pour 2100 individus en 2002, 1200 pour 2400 en 2003 et 1400 pour 2600 en 2004. Au Portugal, la présence féminine chinoise officiellement comptabilisée était de 3100 personnes en 2002 (pour 8300), de 3300 l’année suivante (pour 8700) et de 2500 en 2004 (pour 9200). Quant aux chiffres établis pour l’Espagne, ils font état de 20 200 femmes en 2002 (pour 45 800), de 24 700 en 2003 (pour 56 100) et enfin de 32 400 en 2004 (pour 71 900). En France, l’effectif de personnes nées en Chine (pays de naissance) pour 2005 était de 65 000 Chinois, dont 36 300 femmes9.

  • 10 Guérassimoff-Pina Carine (2006), La République Populaire de Chine et les Xin Yimin. Le renouvelleme (...)

12L’accroissement quantitatif et la diversification qualitative des flux migratoires en provenance de la R.P.C. sont d’autant plus importants que l’émigration a toujours été, et est à nouveau perçue par les autorités chinoises comme un atout économique, politique et social. Elle est pour ces raisons, facilitée, encouragée, défendue et accompagnée (comme sur le continent africain actuellement) par Pékin et les gouvernements provinciaux concernés. Si, dès 1978 et le lancement des politiques de réformes et d’ouverture, ces mêmes dirigeants s’étaient tournés vers la Diaspora chinoise pour soutenir le développement économique du pays, trente ans après ce sont les nouveaux émigrés (les Xin Yimin) qui sont l’objet de toutes leurs attentions. Les autorités ont successivement mis en place les éléments d’une politique de retour, définitif puis alternatif, auxquels sont venues s’ajouter de réelles mesures favorisant les départs. Les trois piliers traditionnels de l’action de la Chine en faveur du maintien des liens avec les émigrés ont, peu à peu, retrouvé une place importante : le soutien à la création et à l’organisation des associations, les médias et l’éducation en langue chinoise10. La libéralisation des conditions légales de circulation des ressortissants chinois, couplée à l’augmentation du niveau de vie d’une partie de la population, a créé des conditions favorables au développement d’un véritable marché économique privé de la mobilité internationale, rassemblant une multitude d’acteurs, d’entreprises évoluant au sein d’un cadre légal peu formalisé, permettant aussi de générer et de favoriser les projets de départs temporaires ou définitifs.

13L’environnement migratoire international et chinois favorise de manière certaine la mobilité des femmes mais il ne l’explique pas à lui seul. Dans bien des cas, et comme pour de nombreuses migrantes, le chu guo (émigrer) est une solution « nécessaire ».

1.2. Partir : une solution à de multiples pesanteurs

14Il est toujours difficile de distinguer clairement quelle est la raison première de l’émigration du fait de l’étroite synergie des différents motifs. De manière générale, le projet migratoire des Chinoises rencontrées s’inscrit dans un collectif familial. Il est conçu comme une réponse à des préoccupations économiques et sociales, mais aussi individuelles et personnelles.

1.2.1. Des stratégies11 familiales

  • 11 Nous considérons les migrantes comme des acteurs rationnels, agissant au sein d’un système de contr (...)
  • 12 Christophe Guilmoto, Frédérique Sandron (1999), Approche institutionnelle de la migration dans les (...)

15Même si ces femmes migrent seules, même si elles ne sont pas originaires de lieux de tradition migratoire, elles ont tendance à être envoyées à l’étranger. C’est un moyen pour l’unité familiale de maintenir, d’accroître ou de changer les conditions économiques, sociales, culturelles de la situation de l’ensemble des membres qui la composent. Il est rare de rencontrer une femme (ou un homme) qui n’ait pas « calculé » auparavant les bénéfices et les risques potentiels du projet avec l’ensemble de la famille. Une telle démarche reflète la logique de co-assurance qui lie migrants et non migrants.12. La migration des ressortissantes chinoises se fonde sur une série de contrats, implicites et explicites, entre elles et leurs familles (non migrants).

  • 13 Mark Selden (1990), «Families Strategies and Structures in Rural North China», in Deborah Davis, St (...)

16L’insertion collective du projet migratoire présente des différences selon que les femmes appartiennent ou non à des zones de tradition migratoire. Pour les migrantes du Zhejiang ou du Fujian, le projet est intiment lié à la vie familiale, sociale et économique qui se déroule sur plusieurs espaces géographiques : ici et là-bas. Pour les autres, il se conçoit essentiellement en fonction du contexte et des besoins familiaux en Chine. Le caractère familial du projet migratoire se manifeste aussi dans les liens maintenus après le départ. Les femmes, comme les hommes, envoient des remises pour rembourser les dettes du voyage, mais également pour faire vivre les membres de la famille ou améliorer leurs conditions de vie. L’importance des entreprises migratoires féminines semble aujourd’hui d’autant plus probante que le foyer occupe à nouveau en Chine un rôle économique et social majeur pour les individus qui le composent. C’est lui qui pallie le retrait total de l’État « social » chinois13. La migration devient un moyen pour l’unité familiale de faire face aux nouvelles obligations qui incombent à chacun des membres pour atténuer ou éradiquer l’insécurité et faire prospérer l’unité familiale. Si, comme pour les hommes, les femmes partent dans le cadre d’un projet collectif porté par les obligations liées au foyer, il s’agit cependant de stratégies migratoires genrées.

  • 14 Gates Hill, China’s Motor: A Thousand Years of Petty Capitalism, op.cit. Cf. en particulier chapitr (...)
  • 15 Li Zhang 2001), Strangers in the City. Reconfigurations of Space, Power and Social Networks within (...)
  • 16 Cette perception se constate de manière « universelle ». Morokvasic Mirjana (2005), «Émigration des (...)

17Dans le cadre des migrations féminines du Zhejiang et du Fujian, on assiste à une véritable réallocation des ressources humaines entre les foyers. De telles pratiques ont retrouvé, ces dernières années, une nouvelle légitimité en Chine même14. La résurgence de l’importance économique des unités familiales contribue à faire, à nouveau, des épouses, et du mariage des filles, un moyen d’allouer entre les familles une main-d’œuvre supplémentaire, gratuite et multifonctionnelle. Cette vision utilitariste des femmes sera d’autant plus prégnante si les foyers abritent dans le même temps des unités économiques, ce qui est pratiquement toujours le cas au sein des structures des migrations culturelles15. La migration des femmes originaires des autres espaces s’apparente à une stratégie de diversification des ressources en permettant de minimiser l’ensemble des risques liés à ce type d’entreprise. Le choix des femmes comme migrantes pionnières correspond à la conjonction de plusieurs facteurs, ou raisons genrées, réelles ou imaginées. À la totale absence de perspectives économiques et sociales pour ces femmes en Chine répondrait une situation inverse à l’étranger. Par contre, les hommes restés sur place, y compris ceux ayant perdu leurs emplois, auraient plus d’opportunités en Chine qu’à l’étranger. L’échec potentiel des projets migratoires féminins reste perçu comme moins grave que celui des hommes16. Enfin, l’âge plus avancé des femmes choisies pour migrer, comme c’est le cas en particulier des migrantes des provinces du Nord, correspond à une étape charnière dans leur rôle de mère-nourricière. Les enfants, plus âgés, sont réputés autonomes pour les tâches du quotidien. Par contre, leurs besoins matériels (éducation, constitution de dot), sont jugés fondamentaux pour bâtir leur avenir et par conséquent celui de la famille. La mise en œuvre par les femmes et à travers les femmes du projet collectif migratoire rejoint dans les deux cas les motivations économiques.

1.2.2. Des motivations économiques

  • 17 Yingying Huang, Suiming Pan (2004), Current Job Mobility of Brothel-Based Women Sex-Workers in Nort (...)

18Trouver un meilleur emploi, ou tout simplement trouver un travail, pour accroître les revenus, en diversifier les origines, afin d’améliorer la situation économique de la famille demeurée en Chine, ou résidente en Europe, restent les principaux objectifs des Chinoises présentes dans notre étude. Elles ont en commun de ne pas avoir pu trouver en Chine une issue professionnelle satisfaisante. Dans les provinces du Nord, les métropoles, les villes de l’intérieur, beaucoup sont licenciées ou bien ne sont plus rémunérées par leur entreprise (Xiagang). L’espoir de retrouver du travail est également très mince. Leurs acquis sont largement insuffisants sur un marché de l’emploi étroit et devenu aussi concurrentiel et exigeant que peut l’être celui de toutes les économies libérales. Elles apparaissent ou se sentent trop vieilles pour entreprendre une nouvelle formation, lorsque de telles possibilités existent. Elles trouvent parfois des petits emplois (jobs) à forte connotation genrée au sein des secteurs de services à la personne et des loisirs. D’autres tentent d’ouvrir un petit commerce. Ces activités ne rapportent que très peu et elles sont bien souvent soumises à des pratiques qui finissent par les décourager (taxes multiples, pots de vins, concurrence). Finalement, nombre d’entre elles se retrouvent sans emploi, sans revenus et demeurent dans leur foyer. Parmi elles, certaines « choisissent » alors d’exercer « le plus vieux métier du monde ».17 La situation de ces femmes, marginalisées professionnellement, ne semble pas pouvoir trouver en Chine de solutions immédiates. La détérioration du marché de l’emploi féminin semble, ces dernières décennies, s’être généralisée à l’ensemble de la population féminine des milieux urbains et semi-urbains, y compris les plus qualifiées. Les conséquences de la crise économique et financière actuelle (fermeture par centaines d’entreprises) ne feront qu’accentuer et aggraver ces tendances. La réduction importante des perspectives professionnelles et économiques en Chine est une raison majeure de leur projet migratoire. Elle s’ajoute à des causes que les migrantes présentent comme plus individuelles et personnelles.

1.2.3. Des motivations liées au genre

  • 18 Nicola Piper, Prapairat R. Mix (2003), «Does Marriage « Liberate » Women from Sex Work? Thai Women (...)
  • 19 Constance D. Clark (2001), «Foreign Marriage, Tradition and the Politics of Borders Crossing», in N (...)
  • 20 Florence Lévy, Marylène Lieber (2008), «Northern Chinese Women in Paris: The Illegal Immigration-Pr (...)

19Les motifs individuels invoqués par les migrantes peuvent être qualifiés en terme de genre car ils reflètent les évolutions en cours de la conception de la place de la femme au sein de la société chinoise et des rapports hommes-femmes. Les migrantes originaires du Nord ou du Centre que nous avons questionnées s’avèrent fréquemment être en situation de rupture conjugale ou sentimentale. Ce contexte leur permet, ou accroît leur volonté d’envisager un projet migratoire qui devient une alternative, temporaire, au divorce. Pour celles qui ont déjà divorcé ou se sont séparées de leur conjoint, migrer s’avère être d’une encore plus grande nécessité car elles font face à une précarisation matérielle aggravée par la perte ou l’absence d’un emploi. Si partir est le moyen d’échapper à une situation personnelle difficile, c’est également l’espoir d’une vie sentimentale meilleure. Le mariage demeure, pour les femmes, la solution à la précarisation et à l’insécurité, y compris dans le pays d’arrivée18. Il représente la meilleure possibilité d’ascension économique et sociale19. L’association migration-mariage est souvent directement à l’origine de la venue de jeunes filles du Zhejiang envoyées à l’étranger pour convoler avec un compatriote. Le désir de trouver l’âme sœur est également présent et récurrent parmi les autres migrantes, y compris parmi celles s’adonnant à des activités de prostitution pour survivre20. Pour les épouses dont le conjoint est présent en migration, la mobilité internationale semble constituer un moyen non négligeable d’améliorer leur position sociale au sein du foyer en ayant plusieurs enfants et notamment un ou des fils, ce que ne leur permet pas aujourd’hui encore la politique de l’enfant unique en Chine, même si cette dernière a été assouplie.

  • 21 Fische Peter A., Martin Reiner, Straubhaar, Thomas (1997), «Should I Stay or Should I Go ?», in Tom (...)

20Les bouleversements des rapports de genre, couplés à une difficile insertion professionnelle posent à la population féminine de nouveaux défis. La migration devient une manière de les relever et de réaliser ces objectifs collectifs, économiques et personnels. Mais, cette aventure dont toutes espèrent un meilleur avenir, n’est pas à la portée de tout un chacun21.

2. Un projet difficilement accessible pour les femmes chinoises

21La conception du projet migratoire diffère nettement entre les femmes appartenant à des lieux où la migration est un système traditionnel et institutionnalisé et celles qui ne sont pas insérées dans de telles structures (2.1.). Aujourd’hui, les unes et les autres peuvent avoir accès à cette entreprise à la condition de pouvoir en payer le prix (2.2.).

2.1. Objet social ou innovation sociale

22Dans les zones de migration culturelle, partir outre-mer est perçu comme une habitude inhérente et naturelle au mode de vie des familles. Il est une nouveauté pour les femmes des autres provinces.

2.1.1. Un projet naturel

23Les femmes originaires des provinces du Zhejiang ou du Fujian bénéficient directement des atouts qu’offre un système migratoire, au premier rang desquels s’inscrit l’existence de réseaux sociaux. C’est parce que là-bas, il y a quelqu’un parti d’ici, connu « personnellement », que la migration n’est pas un projet inexploré. Dans notre panel 2006-2007, 96 femmes sur les 131 originaires du Zhejiang ont affirmé avoir des contacts préalables à leur départ dans le pays de destination. Les épouses, les plus nombreuses, sont suivies par les célibataires, qui ont légèrement augmenté leur nombre passant de 16 % du groupe en 2000 à 25 % en 2006. Ces réseaux permettent notamment la circulation d’une information migratoire personnelle et abondante. Mais, cela ne garantit pas sa fiabilité car elle s’avère être souvent partielle et partiale. Les migrant(e)s échangent avec leurs proches demeurés en Chine tout d’abord des nouvelles sur la vie quotidienne, sur la famille et les nombreux détails domestiques de l’espace d’origine (scolarité de l’enfant, santé des grands-parents, problèmes liés au logement...). Ils parlent ensuite de leur propre quotidien fournissant une première impression générale et incomplète du pays d’arrivée. Le caractère parcellaire des informations fournies est souvent une volonté de (du) la migrant(e). Arrivées récemment et étant encore dans une situation difficile (travail, statut), ces personnes préfèrent raconter des mensonges à leur famille. Comme les hommes, les femmes s’arrangent pour faire croire que tout va bien et qu’elles arrivent à s’en sortir. D’autres n’hésitent cependant pas à raconter leurs difficiles conditions de vie à l’étranger. Bien souvent, les parents et les familles restés en Chine n’admettent pas ces propos négatifs. L’information concernant la migration, et surtout l’imaginaire qui y est bien souvent attaché, sont nourris par le mythe du Huaqiao (Chinois d’outre-mer), incarné par un homme qui a réussi économiquement et socialement à l’étranger et revient en Chine pour soutenir matériellement sa famille et ses co-villageois.

24L’image et les informations personnelles véhiculées participent à la familiarisation de la migration. Pour les migrantes du Zhejiang et du Fujian, un projet de départ se conçoit de manière presque naturelle. La migration est un objet familier qu’elles côtoient pour la plupart directement ou indirectement dès l’enfance. Chaque famille, ou presque, a l’un de ses membres ou une connaissance établi à l’étranger. On parle des lieux d’arrivée (Paris), des réussites (beau mariage pour les filles/création d’entreprises pour les hommes) et des problèmes rencontrés par les uns et les autres. Chaque famille acquiert un savoir et un savoir-faire migratoire qu’elle utilisera pour les siens ou leurs connaissances. Objet social mais aussi économique, la migration est une activité qui occupe et concerne tous les membres de la communauté des non-migrants. Grâce à cette interrelation permanente entre le pays d’origine et celui de destination, créée et maintenue à travers la circulation des personnes, le tissage des réseaux sociaux, l’échange de biens matériels, financiers et la diffusion d’informations, la migration est omniprésente. Elle est intégrée en tant qu’objet social. Les modalités qui ont amené leurs consœurs à concevoir une migration diffèrent car partir outre-mer reste encore largement une découverte.

2.1.2. Un projet innovant

25Pour les femmes des autres provinces, la migration internationale n’est pas un acte inséré dans les modes de vie d’une communauté dont elles font partie. La plupart des projets de départs ont été conçus en dehors de toutes relations personnelles avec le pays de destination. Si aujourd’hui, ce contexte tend peu à peu à se modifier pour laisser une place plus importante à l’existence d’un système migratoire, il n’en demeure pas moins que ces femmes conçoivent leur projet migratoire prioritairement en fonction de leur environnement de départ et par le seul intermédiaire d’informations générales, impersonnelles qui sont aujourd’hui largement communiquées en Chine. L’information migratoire s’est diffusée de manière importante sous l’action simultanée et parfois coordonnée des organes officiels et des entreprises privées (agences de voyages, écoles de langues, agences de travail temporaire à l’étranger, agences matrimoniales). Ces multiples acteurs privés ont alimenté cette information en diffusant par l’intermédiaire de tous les supports médiatiques (y compris Internet) des publicités pour leurs propres services. Elles s’accompagnent de nombreuses descriptions, généralement enjolivées, des promesses offertes par l’ailleurs (travail, voyage, séjour, mariage). Elles sont parfois mensongères et demeurent presque toujours très partielles voire anecdotiques.

  • 22 Lazariou Sebastian, Ulrich Louis (2003), « Le trafic de femmes : une perspective sociologique », in(...)

26Les migrantes chinoises sont à l’image de beaucoup d’autres femmes de part le monde, des innovateurs sociaux. Emprunté à Sebastian Lazariou et Ulrich Louis22, le terme désigne des personnes qui construisent leurs stratégies autour de nouvelles solutions supposant la prise de risques et qui de ce fait peuvent avoir recours dans des périodes instables de leurs parcours de vie (et de migration) à des voies illégitimes pour atteindre des buts légitimes. La mobilité apparaît comme un projet innovant : résultat d’un amalgame de meilleures possibilités réelles ou imaginées (de travail, de logement, d’environnement, de vie sentimentale). C’est un imaginaire construit à partir d’informations, de faits et d’anecdotes, partielles et partiales (« La France, pays des droits de l’homme et du romantisme... »). Le choix de la destination reste pour elles souvent aléatoire et non associé à des capteurs communautaires. Concevoir l’idée de partir n’est que le premier maillon du projet. La réalisation et la mise en œuvre du départ, envisageable, dépendent surtout pour les unes et les autres de leurs accès à des ressources financières.

2.2. Des départs accessibles mais onéreux

27Entreprendre un projet migratoire demande aujourd’hui de surmonter deux contraintes majeures : l’obtention des autorisations requises pour quitter son État et s’installer dans un autre ; le financement des démarches, du voyage et de l’installation. L’une comme l’autre n’est pas une tâche aisée et, bien souvent, plus difficile pour les femmes que pour les hommes, comme l’illustre le cas des migrantes chinoises.

2.2.1. Un projet soutenu

28Contrairement aux a priori existants, la majorité des migrants chinois (hommes et femmes) sont entrés, et entrent encore, légalement sur le territoire Schengen : ils ont quitté la Chine munis d’un passeport et d’un visa. En règle générale, les femmes, quelles que soient leurs origines, bénéficiaient de manière prioritaire des visas Schengen liés au regroupement familial. C’était notamment le cas pour la plupart des migrantes du Zhejiang. Or, dans notre dernier panel de 2008, seules 10 femmes ont déclaré être entrées dans l’espace Schengen, munies de cette autorisation. Elles confirment, si besoin est, l’importante restriction des politiques de regroupement familial décidée par la plupart des États européens, et en particulier par la France, au cours de ces dernières années. Par ailleurs, l’échantillon illustre assez fidèlement les modalités d’entrée de la plupart des migrant(e)s chinois(es) aujourd’hui en France et en Europe : le tourisme et les affaires. Les visas touristiques comptent pour plus de 60 % des entrées légales du panel. De manière générale, leur nombre est en constante augmentation, notamment depuis la signature et l’entrée en vigueur des accords sino-européens sur le tourisme de groupe en 2004. Le visa « affaire » occupait déjà en 2000 une part importante des modalités d’entrées des migrant(e)s et ce à la différence des visas touristiques. Elles sont encore dans le panel 2006-2007, 105 femmes à l’avoir obtenu pour arriver dans l’espace Schengen. Néanmoins, l’obtention de ces documents, et notamment des visas, n’est plus une chose aussi aisée. Elle s’est aussi organisée de manière différente entre les femmes appartenant à des institutions migratoires et les autres.

29L’organisation logistique du départ des femmes du Zhejiang et du Fujian repose nettement sur les supports offerts par les systèmes migratoires. Ils leur permettent de disposer plus rapidement des informations sur les législations d’entrée dans les États, d’obtenir les lettres d’invitation, les promesses d’embauche, les attestations d’inscription auprès des universités ou tous autres documents nécessaires à l’octroi des passeports et des visas. La présence sur place de connaissances facilite les cautionnements financiers requis pour les voyages touristiques ou les séjours familiaux. Mais, en dépit de ce soutien, on constate que les femmes du Zhejiang ont été aussi les plus nombreuses à recourir à l’immigration (entrée) clandestine, même si l’on remarque une nette diminution du phénomène entre nos deux enquêtes de 2000 et 2007. Elles sont en effet les premières victimes des rejets de demandes d’autorisation d’entrées légales (refus des autorités de voir s’installer une communauté dont le caractère définitif s’incarnerait par la venue des femmes). Leurs qualifications et leurs formations, y compris des plus jeunes, sont insuffisantes pour s’insérer dans le cadre d’une immigration économique choisie. En contrepartie, les supports de l’institution migratoire du Zhejiang/Fujian sont plus développés et peuvent assurer plus facilement la venue de leurs membres. Même dans les cas d’entreprises illégales de départ et d’entrée, le ou les intermédiaires sollicités font partie de l’institution migratoire locale ou ont des liens avec elle.

30Les femmes originaires des autres provinces, arrivées depuis le début des années 1990 et jusqu’à aujourd’hui, étaient pratiquement toutes passées par des intermédiaires pour obtenir les documents requis pour sortir de Chine et entrer sur un territoire étranger (les billets de transports, passeports et visas). Les visas d’affaires occupent une place non négligeable dans leurs modalités d’entrées et ce à la différence des femmes du Zhejiang. C’était le cas en particulier, des femmes originaires du Heilongjiang, de Shanghai, puis du Liaoning. Le visa d’affaire représentait encore environ 30 % des autorisations utilisées par les migrantes originaires de Tianjin, du Henan et du Jilin. Il semblerait que cela puisse s’expliquer par les caractéristiques des intermédiaires sollicités. Les différentes entreprises ou agences qui proposent ces services, pas toujours de manière entièrement légale, profitent des opportunités ou des entrées qui leurs sont proposées en tant qu’entreprises (import-export etc...) pour se procurer plus facilement des visas qu’elles revendent ensuite aux migrant(e)s. Par ailleurs, on constate une nouvelle fois l’essor donné à la circulation des personnes dans le cadre du tourisme, puisque les visas touristiques représentent dans cet échantillon une proportion de plus de 70 % pour chacun des groupes provinciaux.

31Quels que soient les moyens utilisés par les migrant(e)s pour se procurer passeports et visas, cette étape se révèle, pour tou(te)s, souvent et logiquement, être payante. La mise en œuvre d’un projet migratoire dépend ainsi et surtout des capacités financières des futurs migrant(e)s.

2.2.2. Un projet onéreux

  • 23 Vlase Ionela (2007), « Pratiques migratoires contemporaines entre Roumaine et Italie. Récits de mig (...)

32Les migrant(e)s interrogé(e)s en 2000 disaient devoir dépenser pour migrer en Europe entre 5000 et 25 000 €. Les sommes étant élevées, la majorité devait avoir recours à l’endettement. Parmi les 536 questionnaires de femmes, extraits de l’enquête MiRe, 425 avaient répondu positivement à la question de l’existence d’une dette de départ, 106 avaient coché une réponse négative et cinq n’avaient pas souhaité répondre. Au regard de ces données, les femmes étaient, semble-t-il, quelque peu plus nombreuses que les hommes à devoir emprunter pour partir : 72 % des hommes ont dû recourir à la dette contre 80 % des femmes. La plupart d’entre elles connaissaient une autonomie financière insuffisante, à cause principalement de leur peu, ou de l’absence d’insertion dans le marché du travail chinois. D’autres dépendaient entièrement de leur famille en tant qu’épouses ou filles. La position des femmes chinoises face à l’accès aux ressources financières rejoint celles de nombreuses autres candidates à la migration de par le monde23 et conforte l’idée d’une inégalité de genre (une de plus) dans l’accès aux ressources migratoires.

33S’il est indéniable que cet obstacle est un facteur d’accroissement de leur vulnérabilité face à de potentielles déviances migratoires, il faut examiner les modalités de l’endettement pour conclure à une éventuelle similitude avec les pratiques en cours dans les trafics de femmes (dettes à vie). Il s’avère que la principale source des prêts financiers des migrantes est .la famille. En 2006, sur sept entretiens approfondis de femmes, quatre d’entre elles avaient emprunté pour partir : trois auprès de la famille ou grâce au cercle familial élargi et une auprès d’une banque. Les migrantes se retournent en premier lieu vers les membres proches, puis élargissent peu à peu le cercle familial, jusqu’aux amis proches. Dans la mesure où le projet migratoire, s’il réussit, peut et doit avoir des retombées positives pour l’ensemble des individus du foyer, tous choisissent de participer d’une manière ou d’une autre à la préparation du départ. L’emprunt souscrit auprès de la famille engendre une circulation financière particulière, puisque la migrante (comme le migrant) se doit de le rembourser et donc d’envoyer des remises. Dans le cas où la famille n’a pas assez d’argent pour le financement du projet migratoire, qui implique généralement dans ces cas une part d’illégalité, elle peut faire appel à des prêts souscrits soit directement auprès de certains patrons ou membres influents des communautés, sollicités par une personne de la famille déjà sur place. En dernier recours, les familles et la migrante s’adresseront directement à des institutions financières parallèles, alimentées par les filières criminelles qui organisent les passages clandestins (les Têtes de Serpent). En comparant les dettes et les zones d’origine, on s’aperçoit que ces types de financements sont encore majoritairement le fait des réseaux migratoires culturels.

34Dans nos différents échantillons, les femmes de la province du Zhejiang sont plus nombreuses à avoir eu recours à la souscription d’une dette pour migrer. En 2000, sur 291 femmes, 257 ont dit avoir emprunté pour partir. L’importance de leur endettement trouve son origine dans plusieurs facteurs, cumulés ou non, qui souvent recoupent les raisons déjà explicitées pour les modalités légales ou illégales des départs. En premier lieu, l’obtention des documents et des autorisations nécessaires pour migrer s’avère plus difficile pour elles (refus des pays d’accueil). Elles doivent (devaient) avoir recours plus systématiquement à des pratiques illégales aux coûts plus élevés. Les sommes nécessaires au départ dont ces personnes avaient pu faire mention se situaient d’ailleurs dans la tranche la plus élevée (entre 20 000 et 30 000 €). Aujourd’hui, on constate que les opportunités offertes par les voyages touristiques limitent quelque peu les endettements, si ce n’est dans leur existence, du moins dans leur montant. En deuxième lieu, leur jeunesse, ainsi que leur absence d’insertion suffisante dans le marché du travail en Chine, ne leur offraient aucune possibilité de cumuler auparavant les sommes nécessaires à leurs projets. Enfin, les valeurs très fortement patriarcales qui dominent au sein de ces communautés de migrants ne permettent d’envisager l’indépendance financière et l’accès aux ressources financières des femmes que de manière très marginale. Mais, inversement, c’est parce qu’elles sont insérées dans l’institution migratoire, très développée y compris dans les réseaux financiers, qu’il leur est encore facile de partir. La dépendance des femmes du Zhejiang est ainsi naturellement maintenue. Elle se reflète aussi, par exemple, dans le fait que les 13 seules personnes ayant fait mention de dettes souscrites par les parents (et non par elles-mêmes) sont originaires de la province. En majorité célibataires, ces jeunes filles sont envoyées à l’étranger par leurs familles afin d’assurer leur avenir. Il s’agit avant tout d’un investissement familial. Les migrantes des autres provinces se doivent aussi d’avoir recours majoritairement à l’emprunt pour réaliser leur projet migratoire. Leur source principale se trouve aussi être familiale. Dans notre échantillon, elles sont 154 sur 225 à avoir emprunté pour partir. Mais, leur niveau d’endettement se situait dans la tranche inférieure (10 000 et 50 000 €). Cependant, le total des femmes non endettées en provenance des provinces du Nord (Shandong, Heilongjiang/Jilin, Shanghai, Liaoning et Tianjin) est finalement supérieur à celui des migrantes du Zhejiang puisqu’il atteint 31 % du groupe. Cela s’explique, de la même manière, par les modalités possibles de départ. Déjà, dans les années 1990, elles accédaient plus facilement à des départs légaux, moins onéreux. Il faut également noter que dans ce groupe, certaines, de part leur insertion antérieure sur le marché de l’emploi, bénéficiaient d’économies personnelles qu’elles ont utilisées pour partir. Cependant, en dépit d’une plus grande capacité financière, et à la différence de leurs consœurs du Zhejiang, elles ont finalement un accès encore plus limité que les premières aux ressources financières que demande un projet migratoire. Sans économies personnelles et sans soutiens familiaux, leurs chances de trouver l’argent nécessaire (y compris auprès de filières parallèles) sont considérablement réduites.

35La migration des Chinoises présentes en France et en Europe est à l’image de celle de nombreuses autres femmes. Elle obéit à un ensemble multiple et complexe de facteurs internationaux et internes. Ils mêlent bouleversements des rapports de genre au sein de la société chinoise, précarisation économique et sociale des femmes, mouvements simultanés d’individualisation et de collectivisation de la femme au sein des familles ayant recouvré un rôle central au plan économique et social. Leurs motifs sont pluriels, mais ils soulignent l’image de femmes migrantes-actrices. En recherchant par le moyen de la migration à changer une situation initiale devenue difficile, jugée inacceptable ou perfectible, elles se positionnent, comme les hommes, en agents économiques et sociaux de la migration, mais demeurent, dans ce domaine également, moins « favorisées » que ces derniers pour penser, mettre en œuvre et réaliser ce projet.

Haut de page

Bibliographie

CATARINO Christine, MOROKVASIC Mirjana (2005), Femmes, genre, migration et mobilités, REMI, n° spécial coordonné par Chritine Catarino, Mirjana Morokvasick, Marie-Antoinette Hilly, Femmes, genre, migration et mobilités, vol. 21, n° 1, pp. 7-23.

CLARK D. Constance (2001), « Foreign Marriage, Tradition and the Politics of Borders Crossing », in, N. Nancy Chen, D. Constance Clark and Z. Suzanne Gottschang (eds.), China Urban : Ethnographies of Contemporary Culture, Durham, N.C. Duke University Press, pp. 104-122.

DAVIN Delia, « Marriage Migration in China and East Asia », Journal of Contemporary China, Special Issue : Gendering the Internationalization of Rural China (II), pp. 83-95.

FISCHE Peter A., MARTIN Reiner, STRAUBHAAR Thomas (1997), « Should I Stay or Should I Go ? », in Tomas Hammar, Grete Brochmann, Kristof Tamas, Thomas Faist (eds.), International Migration, Immobility and Development. Multidisciplinary Perspectives, Oxford, Berg, pp. 49-90.

Fonds des Nations Unies pour la Population (2006), State of World Population 2006. A Passage to Hope. Women and International Migration, [État de la population mondiale 2006. Vers l’espoir. Les femmes et la migration internationale], www.unfpa.org/swp/2006/french/introduction.html.

GUERASSIMOFF-PINA Carine (2009), « Diversités régionales, institutions migratoires et conditions de travail des femmes chinoises erance : étude des mutations en cours », in Manuela Martini et Philippe Rygiel (eds.), Genre et travail migrant, Paris, Publibook, Actes de l’histoire de l’immigration, vol. IX.

GUERASSIMOFF-PINA Carine (2006), La République populaire de Chine et les Xin Yimin. Le renouvellement des perspectives transnationales de la Chine, Critique Internationale, Paris, n° 32, (juillet-septembre), pp. 39-52.
www.ceri-sciencespo.com/cerifr/publica/critique/criti.htm#.

GUERASSIMOFF-PINA Carine, (dir.) (2003), Migrations chinoises en Europe, Dossier Spécial, Migrations Société, vol. 15, n° 89, (septembre-octobre).

GUERASSIMOFF-PINA Carine (2003), The New Chinese Migrants in France, International Migration (Washington, DC), vol. 41, n° 3 special issue 1, pp. 135-154.

GUERASSIMOFF-PINA Carine, GUERASSIMOFF Éric, WANG Nora (2002), La circulation des nouveaux migrants chinois en France et en Europe, Rapport MiRe, Paris, Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, non publié.

GUERASSIMOFF Carine (1997), L’État chinois et les communautés chinoises d’outre-mer, Paris, L’<harmattan, Coll. Logiques Juridiques, 343 p.

GUILMOTO Christophe, SANDRON Frédéric (1999), Approche institutionnelle de la migration dans les pays en développement, Économie rurale, n° 252, pp. 47-54.

HILL Gates (1996), China’s Motor : A Thousand Years of Petty Capitalism, Ithaca, Cornell University Press, 326 p.

HUANG Yingying, PAN Suiming (2004), “Current Job Mobility of Brothel-Based Women Sex Workers”, in Northeast China-From Xiagang (lays-off) to Sex Workers, Hong Kong, Asia Monitor Resource Center & Ti Zeng, 21 p.

KOFMAN Eleonor (1999), Birds of passage a decade later : gender and immigration in the European Union, International Migration Review, vol. 33, n° 3, pp. 269-299.

LAZARIOU Sebastian, ULRICH Louis (2003), « Le trafic de femmes : une perspective sociologique », in Dana Diminescu (dir.), Visibles mais peu nombreux. Les circulations migratoires roumaines, Paris, Éd. EHESS, 339 p., pp. 265-300.

LÉVY Florence, LIEBER Marylène (2008), Northern Chinese Women in Paris : The Illegal Immigration-Prostitution Nexus, Social science information, n° .4, 14 p.

LÉVY Florence, « Les migrations des femmes du Nord de la Chine : l'exil, alternative à une situation de déclin ? », in Véronique Manry et Nathalie Ribas Mateos (eds.), in Actes du colloque « Mobilités au féminin », organisé par le Laboratoire Méditerranéen de Sociologie, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, CNRS, à paraître.

LÉVY Florence (2005), Les femmes du Nord de la Chine, une migration au profil atypique, Hommes et migrations, Numéro spécial « Chinois de France » coordonné par Véronique Poisson, Paris, n° 1254, (mars-avril), pp. 45-57.

LI Zhang (2001), Strangers in the City. Reconfigurations of Space, Power and Social Networks within China’s Floating Population, Standford, Stanford California Press, 286 p.

MOROKVASIC Mirjana (2005), « Émigration des femmes : suivre, fuir ou lutter », in Christine Verschuur, Fenneke Reysoo, (dir.), Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations, L’Harmattan, Paris, Genève, pp. 55-65.

MOROKVASIC Mirjana (1984), Birds of passage are also women, International Migration Review, « Women in Migration », vol. 18, n° 68, pp. 886-907.

OCDE (2006), Perspectives des migrations internationales - Rapport annuel 2006, OCDE-SOPEMI, 343 p.

OCDE (2007), Perspectives des migrations internationales - Rapport annuel 2007, OCDE-SOPEMI, 343 p.

OCDE (2008), Perspectives des migrations internationales - Rapport annuel 2008, OCDE-SOPEMI, 343 p.

ONU (2006), Trends in Total Migrant Stock : The 2005 Revision : CD-ROM Documentation (POP/DB/MIG/Rev.2005/Doc). New York, Division de la population, Département des affaires économiques et sociales.

ONU (2006), World Population Monitoring, Focusing on International Migration and Development : Report of the Secretary-General(E/CN.9/2006/3), New York, ONU.

PIPER Nicola, MIX, R. Prapairat (2003), « Does Marriage « Liberate » Women from Sex Work ? Thai Women in Germany », in Nicola Piper and Mina Roces (eds.), Wife or Worker ? Asian Women and Migration, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers, pp. 53-71.

POISSON Véronique ; GAO Yun (2005), Le trafic et l’exploitation des immigrants chinois en France, Genève, BIT.

POISSON Véronique (2004), Franchir les frontières : le cas des Chinois du Zhejiang en diaspora, Thèse doctorat Anthropologie, Paris, EHESS, 3 vol. , 584, 513 et 308 p.

SELDEN Mark (1990), « Families Strategies and Structures in Rural North China », in Deborah Davis, Stevan Harrell (eds.), Chinese Families in the Post Mao Era, Berkeley, University of California Press, XIV 514 p.

VLASE Ionela (2007), « Pratiques migratoires contemporaines entre Roumanie et Italie. Récits de migrantes » in Philippe Rygiel, Natacha Lillo, Rapports sociaux de sexe et immigration. Mondes Atlantiques XIXe-XXe siècles, Paris, Publibook, vol. 6 : Actes de l’histoire de l’immigration, pp. 1-82, p. 80.

Haut de page

Notes

1 Le terme est repris de deux articles majeurs et fondateurs des études de genre dans les migrations : Morokvasic, Mirjana (1984), Birds of passage are also women, International Migration Review, « Women in Migration », vol. 18, n° 68, pp. 886-907 ; Kofman, Eleonor (1999), Birds of passage a decade later: gender and immigration in the European Union, International Migration Review, vol. 33, n° 3, pp. 269-299.

2 OCDE, Database on Immigrants in OECD (DIOC)
,http://www.oecd.org/document/51/0,3343,en_2649_33931_40644339_1_1_1_1,00.html, consulté en novembre 2008

3 Guerassimoff-Pina, Carine (1997), L’État chinois et les communautés chinoises d’outre-mer, Paris, L’Harmattan.

4 OCDE, Tableau B.1.5 : Effectifs de personnes étrangères par nationalités,
http://www.oecd.org/document/10/0,3343,fr_2649_39023663_42288650_1_1_1_1,00.html , consulté en novembre 2009.

5 Nous utilisons ici certains des résultats de recherches menées dans le cadre de deux projets spécifiques. L’un sur la circulation des nouveaux migrants chinois en Europe, en 2000, qui avait permis de collecter 900 questionnaires de migrants chinois dont 536 de femmes (projet MiRe-Ministère de la Solidarité et de l’emploi-France). Le second est une recherche portant spécifiquement sur les processus migratoires des femmes chinoises en France (avec un pendant en Italie), Projet Equal FSE/Longue Marche. Il nous a permis de collecter 440 nouveaux questionnaires, ainsi qu’une quinzaine d’entretiens directs, complétés par une trentaine d’entretiens menés auprès des intermédiaires.

6 Guerassimoff-Pina, Carine, Guerassimoff Éric, Wang Nora, La circulation des nouveaux migrants chinois en France et en Europe, Rapport MiRe, Paris, Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, 2002, non publié. (cité dans le texte comme Rapport ou échantillon MiRe). Dans l’échantillon MiRe, sur l’ensemble des migrants interrogés (hommes/femmes), 703 déclaraient être mariés avant de quitter la Chine, 221 étaient célibataires et 57 divorcés. 759 personnes avaient déclaré avoir des enfants, pour la plupart restés en Chine, dont 81% de femmes.

7 ONU. Trends in Total Migrant Stock:The 2005 Revision: CD-ROM Documentation (POP/DB/MIG/Rev.2005/Doc). 2006, New York, Division de la population, Département des affaires économiques et sociales. ONU, World Population Monitoring, Focusing on International Migration and Development: Report of the Secretary-General (E/CN.9/2006/3), 2006, New York, ONU.

8 OCDE, International Migration Outlook : SOPEMI 2008, 8 p. (p. 3). Document Pdf. Disponible sur le site web OCDE. Consulté en novembre 2009.

9 OCDE, Perspectives des migrations internationales - Rapport annuel 2006, OCDE-SOPEMI, 2006, 343 p.
OCDE, Tableau B.1.4 : Effectifs de personnes nées à l’étranger par pays de naissance,
http://www.oecd.org/document/10/0,3343,fr_2649_39023663_42288650_1_1_1_1,00.html, consulté en novembre 2009.

10 Guérassimoff-Pina Carine (2006), La République Populaire de Chine et les Xin Yimin. Le renouvellement des perspectives transnationales de la Chine, Critique Internationale, paris, n° 32, (juillet-septembre), pp. 39-52. http://www.ceri-sciencespo.com/cerifr/critique/criti.htm#.

11 Nous considérons les migrantes comme des acteurs rationnels, agissant au sein d’un système de contraintes et de marges plus ou moins importantes de liberté : nous désignons ainsi par stratégie leurs actions par rapport à cet environnement. La stratégie en question n’est pas forcément conscientisée, intentionnelle pour la migrante et n’anticipe pas systématiquement l’ensemble des conséquences de son projet.

12 Christophe Guilmoto, Frédérique Sandron (1999), Approche institutionnelle de la migration dans les pays en développement, Économie rurale, n° 252, pp. 47-54.

13 Mark Selden (1990), «Families Strategies and Structures in Rural North China», in Deborah Davis, Stevan Harrell (eds.), Chinese Families in the Post Mao Era, Berkeley, University of California Press, 1990, XIV, 514 p. Gates Hill (1996), China’s Motor: A Thousand Years of Petty Capitalism, Ithaca, Cornell University Press, 326 p.

14 Gates Hill, China’s Motor: A Thousand Years of Petty Capitalism, op.cit. Cf. en particulier chapitres 10 et 11.

15 Li Zhang 2001), Strangers in the City. Reconfigurations of Space, Power and Social Networks within China’s Floating Population, Standford, Stanford California Press, 286 p., cf. en particulier chapitre 5, pp. 115-136.

16 Cette perception se constate de manière « universelle ». Morokvasic Mirjana (2005), «Émigration des femmes : suivre, fuir ou lutter», in Verschuur Christine, Reysoo Fenneke., (dir.), Genre, nouvelle division internationale du travail et migrations, L’Harmattan, Paris, Genève, pp.55-65.

17 Yingying Huang, Suiming Pan (2004), Current Job Mobility of Brothel-Based Women Sex-Workers in Northeast China-From Xiagang (lays-off) to Sex Workers, Hong Kong, Asia Monitor Resource Center & Ti Zeng, 21 p. Ce travail est d’autant plus intéressant qu’il concerne les principaux lieux d’origine des migrantes chinoises qui exercent aussi des activités de prostitution en France.

18 Nicola Piper, Prapairat R. Mix (2003), «Does Marriage « Liberate » Women from Sex Work? Thai Women in Germany», in Nicola Piper and Mina Roces (eds.), Wife or Worker? Asian Women and Migration, eds., Oxford, Rowman & Littlefield Publishers, 2003, pp.53-71.

19 Constance D. Clark (2001), «Foreign Marriage, Tradition and the Politics of Borders Crossing», in Nancy N. Chen, Constance D. Clark and Suzanne Z. Gottschang (eds). China Urban: Ethnographies of Contemporary Culture, Durham, N.C. Duke University Press, pp. 104-122.

Delia Davin (2007), «Marriage Migration in China and East Asia», Journal of Contemporary China, vol.16, n° 50, Special Issue: Gendering the Internationalization of Rural China (II), pp. 83-95.

20 Florence Lévy, Marylène Lieber (2008), «Northern Chinese Women in Paris: The Illegal Immigration-Prostitution Nexus », Social science information, n°.4, 14 p.

21 Fische Peter A., Martin Reiner, Straubhaar, Thomas (1997), «Should I Stay or Should I Go ?», in Tomas Hammar, Grete Brochmann, Kristof Tamas, Thomas Faist (eds.), International Migration, Immobility and Development. Multidisciplinary Perspectives, Oxford, Berg, pp.49-90.

22 Lazariou Sebastian, Ulrich Louis (2003), « Le trafic de femmes : une perspective sociologique », in Diminescu, Dana (dir.), Visibles mais peu nombreux. Les circulations migratoires roumaines, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 265-300.

23 Vlase Ionela (2007), « Pratiques migratoires contemporaines entre Roumaine et Italie. Récits de migrantes » in Philippe Rygiel, Natacha Lillo, Rapports sociaux de sexe et immigration. Mondes Atlantiques XIXe-XXe siècles, op.cit., pp. 71-82 (p. 80).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Provinces d’origine des femmes migrantes chinoises (2007) - échantillon de 440 femmes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2. Les provinces chinoises
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Guérassimoff-Pina, « Migrantes, femmes, mères chinoises », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 471-484.

Référence électronique

Carine Guérassimoff-Pina, « Migrantes, femmes, mères chinoises », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/6832 ; DOI : 10.4000/eps.6832

Haut de page

Auteur

Carine Guérassimoff-Pina

Laboratoire SEDET/UMR 7135-CNRS
Université Paris Diderot – Paris 7
Case Courrier 7017
75205 Paris Cedex 13
guerassimoff@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org