Navigation – Plan du site
Articles

Les territoires industriels face aux effets cumulés du déclin démographique et économique : quelles perspectives avec la métropolisation ?

L’exemple des Ardennes
The Combined Effects of Demographic and Economic Decline in Industrial Regions: what are Prospects with the Metropolization? The Example of the Ardennes
Brice Laménie

Résumés

En dépit de son dynamisme démographique, la France est confrontée, sur une partie de son territoire, au dépeuplement. Bien que circonscrit à quelques zones rurales ou en cours de désindustrialisation, le déclin démographique marque autant par sa régularité que son inscription dans le temps, conduisant à s’interroger sur son caractère irréversible pour les territoires impactés.
L’article s’intéresse au processus de dépeuplement auquel sont confrontés les territoires anciennement industrialisés du territoire français. Il s’inscrit dans la lignée des études de cas menées actuellement, principalement en milieu urbain, sur le thème du déclin démographique en France, en insistant sur les réponses apportées par les acteurs locaux. L’exemple des Ardennes vient illustrer le lien entre déclin démographique et économique. Après avoir dressé le constat du dépeuplement sur ce territoire, nous sommes allés chercher les causes du côté de la forte spécialisation des activités économiques. Enfin, nous nous sommes arrêtés sur les solutions portées par les acteurs locaux. Basées sur la redynamisation du tissu économique et le renforcement de la coopération intercommunale, ces réponses traduisent une volonté d’insertion dans la métropolisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans un contexte de croissance démographique ininterrompue, la France est confrontée au sein de ses anciens bastions industriels à un processus de déclin démographique en cours depuis parfois plus d’une trentaine d’années. Ce phénomène ne se limite pas à la France. Le dépeuplement touche l’ensemble des pays industrialisés et parfois dans des proportions plus importantes [Pallagst et al., 2009 ; Baron et al, 2010 ; Fol et Cunningham-Sabot, 2010]. Néanmoins, sa régularité et son inscription dans le temps interroge à la fois son caractère irréversible et ses effets tant sur les populations que sur les territoires. Des études récentes ont permis de montrer l’impact de la métropolisation sur le phénomène de déclin démographique. En effet, la concentration des richesses et des flux bénéficient davantage aux grandes agglomérations qui disposent d’activités à forte valeur ajoutée. Alors que les anciennes régions industrialisées, caractérisées, pour la plupart, par un fort degré de spécialisation économique, sont, quant à elle plus fragiles face aux mutations de l’appareil productif. Un autre handicap est celui de la faiblesse du tissu urbain, lorsque celui-ci est composé de petites villes et de villes moyennes pas ou faiblement polarisés par des métropoles [Paulus, 2004 ; Edouard, Mainet, 2007]. S’il est désormais reconnu que ces facteurs cumulés mènent à la décroissance [Bonerandi, 2000 ; Chalard 2007], il convient de s’interroger sur les réponses formulées par les acteurs locaux afin d’inverser le processus ou du moins le contenir. À l’échelle des villes, les stratégies engagées mêlent à la fois des actions en faveur du développement économique [Nony-Davadie, 2010] ou de l’amélioration du cadre de vie à travers notamment des opérations de renouvellement urbain. Ces moyens plutôt offensifs ont pour objectif de jouer sur l’image afin d’attirer des populations nouvelles dans une optique de gentrification. [Cunningham-Sabot et Roth, 2013 ; Miot, 2012] Au sein de territoires plus larges confrontés à la fois au déclin industriel et démographique et à l’écart du processus de métropolisation, il s’agit davantage de contenir l’hémorragie liée aux départs en misant sur le potentiel de croissance et d’attractivité. Ainsi, les actions menées face au dépeuplement vont dépendre de la capacité des acteurs locaux à se mobiliser et à identifier les solutions adaptées au contexte local en s‘appuyant sur un répertoire d’actions se référant à la globalisation [Harvey, 1984, Béal, Dormois et Pinson, 2010].

2Nous proposons, ici, d’étudier le cas du département des Ardennes. Confronté au dépeuplement à la fois régulier depuis les années 1970 et généralisé à l’ensemble des villes, ce territoire constitue un espace interstitiel, en retrait de la métropolisation, au sens où il cumule les handicaps liés à la désindustrialisation et un caractère rural affirmé.

3Face à constat, nous analyserons les caractéristiques et les manifestations du dépeuplement dans les Ardennes. Nous en relèverons ensuite ses causes à travers le déclin de l’industrie et l’impact de ce secteur sur le reste de l’économie du département. Enfin, nous terminerons par un aperçu des outils mobilisés par les acteurs locaux pour restaurer l’attractivité du département et maintenir les populations présentes.

4Notre analyse s’appuie sur l’exploitation de données statistiques, de rapports, et de la presse quotidienne régionale. Afin de compléter ces sources, nous avons également mené une enquête par entretien auprès de décideurs locaux, chefs d’entreprises et agents des services déconcentrés de l’État et des collectivités territoriales.

1. Le déclin démographique des Ardennes : un phénomène régulier et inscrit dans le temps

5Tout d'abord, en quoi les Ardennes illustrent-elles la problématique de la dépopulation ? C'est en premier lieu par l'ampleur et la constance du déclin démographique à l’échelle d’un territoire aux densités faibles. Depuis le milieu des années 1970, la population des Ardennes est confrontée à une baisse constante et régulière. En 2011, le département des Ardennes compte 283 110 habitants, contre 309 380 en 1968, soit une perte cumulée de près de 10 %.

1.1. Une tendance identifiable sur l’ensemble du territoire

6Près de 45 % de la population du département est concentrée autour de deux pôles de moyenne importance que sont Charleville-Mézières et Sedan, au centre du département. Au sud, Rethel dépasse à peine les 10 000 habitants. Le reste du tissu urbain est composé de petites villes isolées dont la population varie entre 5 000 et 10 000 habitants, pour la plupart localisées le long de la Meuse.

Carte 1. Population des communes ardennaises en 2011 et localisation des principales aires urbaines

Carte 1. Population des communes ardennaises en 2011 et localisation des principales aires urbaines

Source : INSEE 2011, © B.Laménie, d’après Philcarto.

  • 1 L’indicateur retenu est celui de la variation de la population qui permet de résumer la dynamique d (...)

7203 des 463 communes ont connu une variation1 négative de leur population au cours de la période 1975-2011. En outre, le déclin démographique est encore plus prégnant au niveau des villes. Ainsi, toutes les unités urbaines connaissent un déclin démographique. Les variations observées au sein des villes-centres sont très importantes : les villes de la vallée de la Meuse comme Revin (-0,38 %), Fumay (-0,4 %) ou Bogny-sur-Meuse (-0,21 %) sont impactées lourdement par le déclin de la mono-industrie métallurgique. Par ailleurs, le taux de logement vacant dans ces zones accentue cette tendance. En 2009, ce taux est de Givet 10,7 %, 11 % à Fumay et de 16,9 % à Revin, alors que la moyenne régionale est de 7,1 %. Pour les agglomérations les plus importantes, Charleville-Mézières et Sedan, les baisses de population sont également significatives. De plus, le report de population entre la ville-centre et la proche périphérie est relativement faible et n’influe que légèrement sur la démographie. On est donc bien ici dans une problématique de déprise qui affecte l'ensemble du système de peuplement.

  • 2 Givet (variations de la population : 1975-1990 : 0 ; 1990-2011 : -0,1 ; 1975-2011 : -0,15).
  • 3 Les variations sont respectivement de -0,24 % et -0,18 %.

8À l’instar des villes-centres et de la proche périphérie, toutes les aires urbaines du département sont confrontées à une baisse démographique. Pour six d'entre elles, ce processus a démarré au cours des années 70. L’aire urbaine de Rethel a, quant à elle, amorcé son déclin au début des années 80. Enfin, pour Givet, le dépeuplement est plus récent. Avant de connaître une situation de déclin, la commune a connu une légère hausse de sa population jusqu’au début des années 902. Cette tendance particulière peut s’expliquer par les migrations engendrées par la construction et l’ouverture de la centrale Nucléaire de Chooz B. On relève cependant des disparités entre les aires communales. À côté des fortes variations observées dans les villes de la vallée de la Meuse, Rethel bénéficie d’une variation presque favorable en raison du rayonnement de la métropole rémoise sur les communes du sud des Ardennes. Dans d’autres endroits, plus reculés comme Carignan, à l’est du département, le déclin de l’aire urbaine est supérieure à la ville centre3. Ce pôle rural est impacté, à la fois, par le déclin de son industrie et son retrait des principaux axes de communication.

9La périurbanisation et l’attractivité des prix du foncier contribuent aux reports de population au niveau des aires urbaines. Il convient néanmoins de nuancer ce phénomène car les continuités urbaines ne sont pas très importantes. En effet, les unités urbaines de Charleville-Mézières et Sedan sont majoritairement composées de villages compris entre 1000 et 2000 habitants. Ces petites communes ne concentrent, dans leur ensemble, que 3 à 15 % la population de l’unité urbaine. Dès lors, les hausses de la population observées dans les communes ne viennent pas contrebalancer les départs des villes-centres. Ce phénomène est par ailleurs amplifié au sein des aires urbaines qui regroupent de nombreuses communes isolées et souvent peuplées de moins de 500 habitants.

Carte 2. Variation annuelle de la population des communes entre 1975 et 2011(  %)

Carte 2. Variation annuelle de la population des communes entre 1975 et 2011(  %)

Source : RP INSEE ©B. Laménie, 2015, d’après Philcarto.

Tableau 1. Population et variation de population des aires urbaines ardennaises

Population 2011

Variation 1975-2011 en %

villes-centres

unités urbaines

aires urbaines

villes-centres

unités urbaine

aires urbaines

Charleville-
Mézières

49433

60979

106440

-0,18

-0,13

-0,03

Sedan

18512

27096

32119

-0,23

-0,15

-0,12

Rethel

7718

10087

14310

-0,08

-0,07

-0,02

Givet

6626

8427

8653

-0,15

-0,13

-0,13

Revin

7187

7417

7417

-0,38

-0,37

-0,37

Fumay

3712

5766

5766

-0,4

-0,3

-0,3

Bogny-sur-Meuse

5416

6121

6121

-0,21

-0,18

-0,18

Vouziers

4094

4094

5913

-0,19

-0,19

-0,15

Carignan

3047

4483

4483

-0,18

-0,24

-0,24

Source : INSEE RP, 1975 et 2011.

  • 4 Entre 1999 et 2006 le flux de travailleurs frontaliers en provenance de Champagne-Ardenne vers la B (...)

10Dans un département, dont plus de 25 % de la population réside dans des communes rurales isolées en 2011, les zones rurales sont caractérisées par des situations ambivalentes. Les zones confrontées au dépeuplement se situent au nord et à l’est du département. À l’inverse, certaines campagnes au sud et à l’ouest gagnent des habitants. Ces territoires se trouvent à proximité des axes routiers majeurs ou de futurs axes en construction. Certaines communes jouissent également de la proximité de Reims, la métropole régionale, mais aussi de la frontière belge et luxembourgeoise dont l’attractivité favorise les migrations pendulaires en provenance des Ardennes4. Les dynamiques de peuplement observées illustrent donc, l'importance du processus de métropolisation sur ces parties du territoire.

  • 5 Troisième de France.

11Les études sur le dépeuplement menées au sein de territoires anciennement industrialisés [Chalard, 2007 ; Fol, Cunningham-Sabot, 2010 ; Miot, 2012] mettent en exergue le rôle discriminant donc des migrations, et les Ardennes en sont une bonne illustration. En effet, les manifestations du dépeuplement résultent d’un solde migratoire négatif très important, -0,5 % sur la période 1999-20085. Il semble diminuer très légèrement par rapport aux périodes précédentes mais il demeure toujours fort. Cette évolution s’inscrit dans un mouvement régulier, durable et encore plus visible à l’échelle des aires de population. Le solde migratoire est négatif dans l’ensemble des territoires urbains. On observe cependant des différences majeures entre les anciens territoires industriels du nord du département et les territoires ruraux de l’est et du sud. Pour ces derniers, caractérisés par une population vieillissante et peu mobile, le solde migratoire se rapproche de la moyenne régionale.

Tableau 2. Variation du solde migratoire et du solde naturel au cours de la période 1968-2009 (aires urbaines, département, région)

Aires urbaines

(zonages 2010)

Solde migratoire en %

Solde naturel en %

1968-1975

1975-1982

1982-1990

1990-1999

1999-2009

1968-1975

1975-1982

1982-1990

1990-1999

1999-2009

Charleville-
Mézières

-0,4

-0,7

-0,6

-0,6

-0,8

0,9

0,7

0,7

0,5

0,4

Sedan

-0,4

-0,8

-1,3

-0,7

-0,6

1

0,8

0,7

0,4

0,3

Rethel

-0,2

-0,4

-0,6

-0,3

-0,5

0,5

0,5

0,3

0,3

0,3

Givet

-1,3

-0,9

-0,2

-1,2

-1

1,2

0,8

0,8

0,4

0

Revin

-2

-2,2

-2

-1

-2,4

1,3

0,8

0,7

0,5

0,3

Fumay

-1,6

-1,2

-1,3

-1,3

-1,3

1

0,6

0,6

0,2

-0,1

Bogny-sur-Meuse

-0,7

-1,3

-1

-0,7

-0,8

0,9

0,3

0,4

0,4

0,4

Vouziers

-0,3

-0,8

-0,2

-0,4

-1

0,8

0,3

0

0,2

0,1

Carignan

-0,5

-1,7

-1

-0,4

-0,2

0,8

0,4

0,1

-0,2

-0,1

Ardennes

-0,7

-0,8

-0,7

-0,6

-0,5

0,7

0,5

0,5

0,3

0,3

Champagne -
Ardenne

-0,1

-0,4

-0,5

-0,4

-0,3

0,8

0,5

0,5

0,3

0,3

Source : INSEE, RGP.

2. Départ des jeunes et vieillissement de la population

12Cet état de fait résulte d’une diminution progressive des classes d’âges jeunes et intermédiaires. Au niveau départemental, la baisse de la population est particulièrement visible sur la tranche 15-29 ans passant de 19,5 à 16,8 % entre 1999 et 2009. Ce mouvement est généralisé à l’ensemble des aires urbaines pour les tranches d’âges inférieures. Les taux sont particulièrement remarquables dans la vallée de la Meuse. À Revin, la part de population de 0 à 29 ans glisse de 51,4 % à 29,3 %. Ce constat s'étend à la tranche d'âge suivante sur l’ensemble du territoire, démontrant de façon plus explicite les effets de la métropolisation sur les populations du département. L’attraction métropolitaine se formalise ainsi par le départ des jeunes, qui effectuent leurs études et poursuivent leur vie active hors du département, en raison du déficit d'emploi à l'échelle locale et des possibilités d'évolution professionnelle également plus importantes à l’extérieur. À cela s’ajoute la garantie d'une offre de services plus diversifiée en termes de divertissement par rapport à ce qui existe déjà sur le territoire [Édouard, Mainet, 2007 ; Férérol, 2014].

13Ainsi, les départs des Ardennes s'opèrent majoritairement au profit des autres départements de la région Champagne-Ardenne (31 % en 2009), puis des régions limitrophes dotées de métropoles attractives : Ile-de-France (9,1 %), Lorraine (8,5 %) et Nord-Pas-de-Calais (7,2 %).

14En revanche, en un processus là encore commun à bien des marges en dépopulation, le départ des jeunes en âge de procréer a pour corollaire la baisse de la natalité et donc le vieillissement de la population. À l’échelle du département la part des tranches supérieures progresse. La part des plus de 60 ans augmente au cours de la période intercensitaire 1999-2009, passant de 20,7 à 22,8 %. Cette moyenne masque cependant des disparités. En effet, le vieillissement est particulièrement visible au sein des pôles ruraux. La part des plus de 60 ans atteint 27,4 % à Carignan et même 28,2 % à Vouziers.

15De même, les incidences sur le solde naturel ne sont pas négligeables. Depuis 1990, l’excédent naturel se maintient à 0,3 % en moyenne en raison d’un taux de fécondité encore important (2,03), similaire aux dynamiques observées dans l'ensemble des départements du Nord et de l'Est [Baccaïni et Lévy, 2009], mais surtout supérieur à la moyenne nationale (1,98). Pourtant, si ce chiffre accuse aussi une stabilité ou une légère baisse au sein des aires urbaines principales et secondaires, il demeure proche de zéro - voire négatif - à trois endroits : Givet, Fumay et Carignan, à cause de l’effet cumulé des pertes de populations jeunes et du vieillissement général.

Tableau 3. Répartition de la population par tranche d’âge

Population par âge en %

Aires urbaines
zonages 2010

0-14 ans

15-29 ans

30-44 ans

45-59 ans

60-74 ans

75 ans et +

1999

2009

1999

2009

1999

2009

1999

2009

1999

2009

1999

2009

Charleville-
Mézières

20,8

18,9

20,3

18,2

22,4

20

17,9

21,5

12,7

13,4

5,9

7,9

Sedan

20,6

18,4

20,5

18,7

21,4

19

18,2

21,8

13,4

13,8

5,9

8,3

Rethel

19,9

18,2

18,9

17,7

21,9

18,9

17,4

21,2

14,7

13,6

7,5

10,1

Givet

21,1

18,7

20,9

18,3

23,6

19,8

16,4

21,4

12,2

13,4

5,7

8,3

Revin

26,5

15,3

24,9

14

24,8

15,1

21,4

16,3

18,1

12,1

6,8

8,4

Fumay

20,2

17,3

20,5

16,1

20,9

18,1

17,5

22,7

14,3

15,1

6,7

10,8

Bogny-sur-Meuse

20,8

20,6

20,3

17,9

21,3

19,8

17,6

20,5

13,4

13

6,6

8,3

Vouziers

18,3

15,7

19,9

16,2

20,8

18,1

17,2

21,9

15

16,4

9

11,8

Carignan

18,8

18,7

18,1

15

19,7

19,4

16,6

19,6

17,8

15,2

17,5

12,2

Ardennes

20,4

19

19,5

17,2

21,8

19,9

17,7

21,3

14,1

14

6,6

8,8

Champagne-
Ardenne

19,4

18,2

20,7

18,7

21,7

19,5

18,1

20,8

13,3

13,9

6,8

8,9

Source : INSEE, RP 1999,2009.

2. Une dynamique en lien avec la désindustrialisation

16La question du dépeuplement n’est pas récente dans les Ardennes. Le département a connu plusieurs phases successives de dépeuplement au cours du XXème siècle suite aux deux conflits mondiaux. Les guerres ont entrainé des déplacements de population et souvent la relocalisation d’entreprises [Courtot, 1984, Colinet, 2001]. Ces évènements ont eu des conséquences durables sur la croissance démographique du territoire et son développement. En outre, la croissance démographique liée au baby-boom n’a pas permis au Ardennes de recouvrer le niveau de population présent avant la première guerre mondiale.

17Le processus de dépeuplement amorcé depuis le milieu des années 70 est caractérisé par le départ des classes d’âges jeunes et intermédiaires, toutefois, sans disparités fortes entre les sexes. Dans ce cas, le facteur économique est admis comme déterminant majeur du dépeuplement. Le déclin démographique est lié à la baisse de l’activité industrielle intervenue au même moment. Néanmoins, la désindustrialisation ne permet pas d’établir un lien unique avec le dépeuplement [Poupard et Baude, 2014]. Pour le département des Ardennes, les causes sont à rechercher du côté des difficultés de reconversion causées par la forte spécialisation du tissu productif [Chalard, 2007, Wolf et al, 2013]. Là encore, le territoire qui nous intéresse est emblématique d'une situation plus générale qui voit la crise actuelle surligner la crise plus ancienne des territoires industriels [Davezies, 2012].

2.1. Une économie tournée vers les activités industrielles

18Le poids de l’activité industrielle dans le département se constate d’abord au vue des effectifs présents. En effet, 33 % des actifs travaillent dans le secteur secondaire en 2009 dont 23 % dans l’industrie. Ce phénomène est amplifié par le fort degré de spécialisation du tissu industriel et la concentration autour de quelques activités.

  • 6 L’entreprise Faurecia, localisée à Mouzon, spécialisée dans la production de tapis et de revêtement (...)

19L’industrie dans les Ardennes est tournée autour de deux activités principales. D’abord, la métallurgie (fonderie, forge, boulonnerie, estampage..), historiquement structurée depuis le XVIème siècle, cette industrie est localisée le long de la Meuse et de ses affluents sur un axe Givet-Carignan. Ensuite, le textile, ce secteur s’est développé à partir de la manufacture du Dijonval à Sedan en 1646, puis ensuite autour de Rethel au début du 19ème siècle. Aujourd’hui, la part du textile dans l’économie locale a toutefois diminué. La manufacture de Tapis point de Sedan a été liquidée en 2007 et la production est presque exclusivement tournée vers l’industrie automobile6. À cela s’ajoute le secteur des équipements électriques et des matériels de transports, plus récemment ancré sur le territoire, et dont la part dans l’économie locale est supérieure à la moyenne régionale.

  • 7 Certaines fermetures ont eu un retentissement à l’échelle nationale. On pense notamment à Cellatex (...)

20L’histoire de la métallurgie s’est forgée autour de PME familiales et de grands groupes (Usine de la Chiers, La Macérienne, Arthur Martin, Manil…) qui ont contribué à l’essor des villes et de l’économie locale au cours du XIXème siècle. Les années 1960-1970 ont marqué le déclin progressif de ces activités. Positionnée, en amont de filière, l’industrie métallurgique ardennaise est composée d’entreprises qui agissent bien souvent en qualité de sous-traitant pour des grands groupes ou usines relais de multinationales et entretiennent une compétition entre elles. [Colinet, 2004]. L’ouverture à la concurrence internationale a entraîné le rachat progressif de grandes unités de la vallée de la Meuse et intensifié la compétition entre les usines. Les entreprises familiales et paternalistes ont dû progressivement s’inscrire dans une logique de rentabilité. Dès lors, nombre d’entre elles ont été précipitées vers la fermeture, face à la main d‘œuvre à moindre coût des pays émergents. En conséquence, l’industrie a perdu près de 25000 emplois depuis 1975 dont près de 7000 entre 2001 et 2013. En outre, de nombreux sites ont été fermés. Le nombre d’établissements industriels est ainsi passé de près de 1300 en 2000 à 1023 aujourd’hui7.

21Du reste, l’industrie métallurgique ardennaise dispose d’un savoir-faire reconnu qui permet à certaines PME familiales de se développer encore aujourd’hui et de se positionner à l’international.

  • 8 Une campagne a été menée au milieu des années 2000 en faveur de la promotion de la fonderie auprès (...)
  • 9 Les filières d’enseignement supérieur présentes sur le territoire représentent en termes d’effectif (...)
  • 10 cf, « Materalia, ignoré des Ardennais », l’Ardennais, cahier économie, 17/03/2015 p.I
  • 11 Notamment, le Centre régional de transfert des matériaux, Le Pôle de compétitivité Materalia.

22Actuellement, des exemples comme la Fonte Ardennaise, les Ateliers des Janves ou Invicta, parmi les plus connus, démontrent la capacité des industriels à s’adapter aux mutations récentes de l’appareil productif et à la mondialisation en misant sur l’innovation et le marketing, afin de se développer et rendre l’industrie métallurgique attractive. Or, l’image de métallurgie est souvent négative8 et dissuade les jeunes et particulièrement les plus qualifiés de venir travailler dans l’industrie. À cela s’ajoute la localisation dans des petites villes peu attractives, le manque de formations qualifiantes9 et le faible recours des entreprises à l’innovation10 en dépit de la présence de centres de recherche et du siège d’un pôle de compétitivité11. En outre, la forte orientation des entreprises vers la sous-traitance conditionne l’activité de nombreuses personnes sur place, au carnet de commandes des établissements, concourant en même temps à la précarité de l’emploi. Une telle situation permet aux chefs d’entreprise de bénéficier de la main d’œuvre disponible et de contrôler le savoir-faire sur place [Courtot, 1984]. Cependant, il limite le potentiel de développement de l’industrie et fragilise les entreprises locales face à une concurrence internationale qui joue autant sur le savoir-faire que sur le coût de la main d ‘œuvre.

2.2. Un secteur tertiaire inégalement développé et fortement dépendant de l’industrie

  • 12 La concentration des activités révèle également une forte dépendance du territoire à l’industrie. À (...)

23La forte concentration du secteur industriel12 a limité l’essor du secteur tertiaire, dont la part à l’échelle du département accuse un léger retard par rapport à l’ensemble de la région. En revanche, l’écart se creuse avec le reste du pays, la part du secteur tertiaire dans les Ardennes est inférieure de 10 points à la moyenne nationale. De même, selon les villes, le développement du tertiaire est contrasté. Dans les villes de la vallée de la Meuse, le secteur tertiaire est peu développé voire en retrait par rapport au secondaire comme à Bogny-sur-Meuse (40 %). En revanche, il demeure à un niveau supérieur de la moyenne régionale à Sedan (73 %) et à Charleville-Mézières (74,4 %) car ces agglomérations bénéficient de grandes zones commerciales et surtout d’une zone de chalandise plus importante et attractive pour les frontaliers. Le tertiaire affiche néanmoins un niveau supérieur à la moyenne nationale à Vouziers (78 %) en raison de la forte proportion du secteur marchand et du secteur public sur le territoire par rapport au nombre d’actifs sur place.

24Au sein du secteur tertiaire, les activités marchandes occupent une place importante. En effet, le commerce et les activités annexes regroupent près de 32 % des effectifs. Le tertiaire marchand, fortement dépendant des autres secteurs d’activités, a d’ailleurs perdu près de 1700 emplois entre 2001 et 2011. Les suites de ces pertes sont visibles au centre des villes. De nombreux commerces fermés sont toujours dans l’attente de repreneurs.

  • 13 Les exemples de fermeture sont nombreux ces 15 dernières années : hôpital Rethel (2000), maternité (...)

25Le secteur public concentre également une part importante des effectifs du tertiaire (23 % de la population active en 2011). Particulièrement présent dans les villes moyennes où il reste l’employeur le plus important, son implantation a permis de compenser une partie des pertes d’emplois causées par le déclin de l’industrie. Cependant, la présence du secteur public et son rôle d’amortisseur social est aussi étroitement lié à la population présente. S’il n’est pas rare d’entendre parler des fermetures de classes en milieu rural, le rétrécissement des villes conduit progressivement à fermer des établissements scolaires ou des services de proximité. De plus, dans un département caractérisé par la présence militaire, la restructuration des armées ces dernières années a provoqué le départ de plusieurs contingents13.

  • 14 Aux alentours de 4 % en 1999. Aucune donnée récente à ce sujet n’a été mise en ligne récemment par (...)

26Enfin, la part des emplois métropolitains est révélatrice du degré de métropolisation du territoire. Les emplois métropolitains sont peu développés dans les Ardennes14. Principalement localisés à Charleville-Mézières et dans une moindre proportion à Sedan et Rethel, les emplois sont concentrés essentiellement dans le secteur des services aux entreprises. La recherche, l’enseignement supérieur et l’informatique sont peu représentés. Les dépenses de R&D ne représentaient que 0,8 % du PIB régional contre 2,3 % en moyenne au niveau national en 2003. Encore une fois, cette faiblesse s’explique par les caractéristiques et les choix opérés par les entreprises locales et par la forte spécialisation du tissu urbain. Néanmoins, cette particularité se retrouve également à l’échelle régionale : Reims, la capitale économique régionale ne figure qu’au 25ème rang des villes les mieux pourvues en emplois métropolitains. L’explication réside du fait de la proximité de Paris qui joue en défaveur du développement des activités métropolitaines dans les villes du bassin parisien [Khélif, 2003].

Tableau 4. Proportion des secteurs secondaires et tertiaires

Secteurs d'activités

Aires urbaines
zonages 2010

secondaire

tertiaire

1999

2009

1999

2009

Charleville-
Mézières

25,4

23,7

72,4

74,4

Sedan

27,1

25,9

71,2

73

Rethel

24,8

23,6

71,9

72,5

Givet

43,5

36

56,1

62,6

Revin

44,4

39,9

54,9

59,4

Fumay

40,6

33,4

58,6

66,4

Bogny-sur-
Meuse

56,5

59,6

43,1

40

Vouziers

20,5

18,9

76,1

78

Carignan

37,30

34,70

61,30

63,60

Ardennes

32,4

29,2

62,4

66

Champagne-
Ardenne

28,2

24,8

64,5

68,6

France

20,7

23,6

72,3

76,3

Source : INSEE, RP 1999 et 2009.

3. Face au dépeuplement : renforcer l’attractivité du territoire

27Dans un contexte d’affirmation du pouvoir métropolitain, les réponses au déclin démographique tentent de limiter les effets visibles provoqués par les fermetures d’établissement, les conséquences sur l’économie locale et les services offerts à la population. L’action sur le cadre de vie n’a qu’une portée limitée et ne suffit pas à faire venir de nouvelles populations dans des localités peu attractives. Ainsi, la réponse au dépeuplement formulée par les acteurs locaux est davantage basée sur la redynamisation du tissu économique et le renforcement de la coopération intercommunale. Ces solutions traduisent une volonté d’insertion dans la métropolisation.

3.1. Dynamiser l’activité économique et rapprocher les acteurs locaux

28La réindustrialisation du territoire est régulièrement invoquée comme un idéal concourant à restaurer le plein emploi et à retrouver l’idée d’une économie fondée sur la production matérielle et facteur de croissance [Mercier-Suissa, 2012]. Au sein d’une économie majoritairement tertiaire, le maintien de l’activité industrielle, d’autant plus quand celle-ci est fortement spécialisée, interroge les capacités d’adaptation du territoire aux enjeux de la globalisation. Afin de dépasser cet état de fait, il est nécessaire de s’intéresser aux stratégies mises en œuvre, par les acteurs locaux, pour relancer l’activité économique.

  • 15 Propos extrait de l’entretien mené avec un membre du comité de direction, La Fonte Ardennaise, Vivi (...)

29La politique menée en faveur de l’attractivité du département va se construire prioritairement autour d’une offre tournée vers des investisseurs extérieurs et par la mise à disposition d’outils fonciers et financiers pilotés par l’État. Au titre de la reconversion industrielle, l’État s’est d’abord employé à limiter les effets provoqués par les fermetures d’usine sur les populations et redynamiser le bassin d’activités. Il a ainsi contribué à la venue de grandes unités de production comme la fonderie Citroën en 1971 où plus de 2000 salariés travaillent encore actuellement. En édifiant une grande unité de production, il s’agissait pour l’État de contenir la hausse du chômage causée par la désindustrialisation. Du point de vue des acteurs locaux, l’intervention de l’État est perçue comme un acte une réparation eu égard aux dégâts causés par les conflits successifs et désormais par la crise de l’industrie [Courtot 1984, Colinet, 2001]. Néanmoins, cette installation n’a pas remis en question les modes de production locaux ni contribuée à la diversification des activités. « Il n’y a pas de stratégie de filière, tout le monde produit la même chose, et souvent à destination des mêmes entreprises ».15 Elle a plutôt consolidé le rapport de sous-traitance des entreprises locales et, au même titre, renforcé la concurrence entre des établissements positionnés sur les mêmes créneaux [Courtot, 1984].

  • 16 PAT, ZFU, ZRR, BER…

30Depuis le début des années 80, les département des Ardennes bénéficie sur une large partie de son territoire de nombreux outils, parfois cumulables, dont certains à caractère quasi-exclusif16, destinés à améliorer la compétitivité des entreprises en prenant en charge une part de leurs investissements et en les exonérant d’une partie des cotisations patronales et impôts afin de susciter l’embauche.

  • 17 Propos extrait de l’entretien mené avec des agents de la direction développement économique, Consei (...)
  • 18 Dans le rapport de la CCI sur le BER, les chefs d’entreprises ont par ailleurs pointé le manque de (...)
  • 19 Selon la CCI des Ardennes, le BER aurait, au cours de la période bénéficié à l’augmentation de près (...)

31Ces dispositifs ont généré des effets divers tant sur le développement de l’activité que sur l’attractivité du département. Des mesures telles que Les primes d’aménagement du territoire, dès 1982, et depuis 2007, le « Bassin d’emploi à redynamiser (BER) », sont venues compenser le déficit d’image en permettant la création et l’installation d’unités nouvelles : « L’arrivée d’Hermès, grâce au BER, nous a permis de se positionner sur du haut de gamme et constitue un formidable facteur d’attractivité. Récemment, une entreprise du secteur est venue nous voir pour s’implanter et nous a demandé s’il existait des formations sur place. Nous pensions au CAP maroquinerie du lycée Armand Malaise (à Charleville-Mézières) Après nous être renseigné auprès de l’établissement, il nous a été répondu que la formation n’existait plus car Hermès l’avait réintégré dans ses murs17 ». L’exemple d’Hermès démontre qu’en dépit des tentatives de structuration de la filière maroquinerie par les pouvoirs publics locaux, il est difficile d’agir sur le développement local en ne s‘appuyant uniquement que sur la présence d’un important donneur d’ordres. Depuis la mise en place du BER, le nombre d’entreprises créé sur le territoire a augmenté de près de 20 %. Néanmoins, il n’est pas précisé dans quelle proportion ce taux est relié à l’arrivée d’investisseurs extérieurs18 . De même, les effets des différents dispositifs sur la diminution du chômage et la création d’emplois nouveaux sont encore difficiles à évaluer. Il convient non seulement de tenir compte de l’activité générée, du contexte économique global, mais aussi des conditions liées au versement des aides19.

  • 20 Propos extrait de l’entretien mené avec une responsable de la CCI des Ardennes, Charleville-Mézière (...)

32Conjointement aux actions menées par l’État, la décentralisation a conduit les collectivités et les chambres consulaires à poursuivre individuellement des actions en faveur du développement économique. Les opérations menées, qu’elles concernent l’aménagement de zones d’activités ou des actions d’accompagnement, ont révélé, jusqu’à une période récente, un manque de coopération entre les acteurs politiques et économiques locaux et une dispersion des interlocuteurs sur l’ensemble du territoire. « Dans les Ardennes, tous les acteurs font un peu la promotion de leur territoire. En matière de développement exogène, vous avez la CADEV (l’agence de développement économique de la région Champagne-Ardenne), puis les relais sur le territoire, la Chambre de commerce, le Conseil général et les intercommunalités. Notre rôle à la CCI est d‘accompagner les entreprises dans leur processus de création, de développement mais aussi en les aidant à faire face aux difficultés économiques »20. Après plusieurs tentatives avortées de rapprochement, une agence de développement économique est créée issue de l’association effective des chambres consulaires, du Conseil général et de toutes les intercommunalités du département le 30 octobre 2014. L’agence Ardennes développement, ainsi nommée, veut promouvoir une vision unifiée et partagée du développement local, tournée vers la promotion du territoire à destination des acteurs extérieurs. Ce nouvel organe vient donc renforcer le point de vue partagé par l’ensemble des acteurs autour de l’idée que le développement du territoire relèverait en priorité d’une action tournée vers l’extérieur. S’il est incontestable que la création d’une agence a permis de rapprocher les acteurs locaux, se pose la question de l’opportunité d’un tel outil à l’échelle d’un département alors qu’au niveau régional, une structure similaire existe en parallèle.

33Un processus de rapprochement s’est également amorcé du côté des entreprises industrielles. Une association s’est créée en 2005 autour d’un collectif de 18 fondeurs pour réfléchir et mener un plan d‘actions en faveur du renforcement de la compétitivité et de l’attractivité du secteur de la fonderie. Ce plan, mis en œuvre entre 2005 et 2011, est structuré en 3 phases et cofinancé à près de 40 % par le FEDER. Cette initiative est un premier en pas en faveur du rapprochement des entreprises de la fonderie. Depuis sa création, ce plan a notamment permis d’anticiper les besoins en formation, de mutualiser certains services et de communiquer plus positivement sur les métiers de la fonderie.

34En parallèle de l’appui de l’État, les acteurs locaux ont cherché progressivement à se structurer afin de proposer une offre commune et surtout plus lisible en direction des investisseurs extérieurs. Si l’industrie demeure la pierre angulaire de l’économie ardennaise, qu’en est-il des actions entreprises en faveur de la diversification du secteur tertiaire ?

3.2. Accroître la part du tertiaire dans l’économie locale

  • 21 L’essor du secteur tertiaire passe souvent par le développement du tourisme. Avec 0,4 % du PIB en 2 (...)

35La croissance du secteur tertiaire est souvent considérée comme un vecteur de modernité. Avec la désindustrialisation, son essor participe directement à la création de nouveaux emplois. Comme l’industrie, ses effets sur l’attractivité et les dynamiques de peuplement sont liés au degré de métropolisation des activités présentes. En l’occurrence, les caractéristiques du secteur tertiaire dans le Ardennes soulignent l’importance d’une économie présentielle fortement dépendante des redistributions étatiques [Davezies, 2012]. Dès lors, il demeure difficile d’opérer une mutation radicale du secteur21, étant donné la faiblesse de l’offre de formation qui s’adresse à une population en générale peu ou pas qualifiée et l’incertitude des débouchés sur le territoire.

  • 22 Propos rapportés d’un entretien mené avec un responsable du développement économique de la Communau (...)

36Face aux stratégies individuelles des entrepreneurs, les efforts fournis par les acteurs locaux afin d’attirer les entreprises du secteur tertiaire concernent essentiellement la lutte contre le chômage des personnes les moins qualifiées. L’action des pouvoirs locaux s’est en priorité tournée vers l’accroissement des capacités d’accueil afin d’accueillir de nouvelles unités. La politique menée a eu pour effet de démultiplier les zones d’activités à la périphérie des villes mais aussi en pleine campagne avec des effets mitigés selon les lieux d’implantation. En revanche, le département accuse un retard en matière d’offres de bureaux au sein des villes. Par exemple, aucune construction tertiaire n’a eu lieu dans le centre de Charleville-Mézières entre le milieu des années 1970 et 2013. Ce manque d’équipements a entraîné un retard en matière de dynamisme économique et entrepreneuriale résultant d’un marché de l’immobilier atone, handicapé notamment par un manque de disponibilité foncière et immobilière, auquel s’ajoute la présence d’importantes friches industrielles dont la dépollution n’a pas encore été réalisée. L’apport du FEDER dans cadre du projet urbain intégré déposé par la communauté d’agglomération Cœur d’Ardenne sur la période 2007-2013 a permis de pallier le besoin de locaux avec la création d’une pépinière d’entreprises multi-sites et l’ouverture prochaine d’un hôtel d’entreprises adossé à la gare SNCF. En phase de démarrage actuellement, les nouveaux équipements bénéficieront d’abord aux créations, en ce qui concerne la pépinière, ou à la relocalisation d’activités existantes pour l’hôtel d’entreprises22.

3.3. Face à la métropolisation : accroître la coopération intercommunale

37Avec la métropolisation, les conditions de l’attractivité et donc du peuplement passent par l’affirmation d’une identité territoriale caractérisée par l’émergence d’un pôle identifiable. Face à un processus qui consacre les métropoles, quelle place donner aux agglomérations de taille moyenne ? De quelle façon peuvent-elles s’affirmer ? La réponse institutionnelle à la concentration des activités et des populations sur un même espace a été donnée par « l’agrandissement de la maille de gestion » [Vanier, 2012] dont la coopération intercommunale constitue la forme retenue. Cette évolution introduite par les lois de déconcentration et de décentralisation successives va entraîner des regroupements intercommunaux suivant peu ou prou les continuités urbaines et ainsi agir artificiellement sur l’augmentation de la population. De même, la coopération intercommunale également va favoriser l’affirmation du pouvoir local qui voit sa capacité d’action renforcée sur un territoire élargi.

38La nécessité d’avoir un pôle attractif et identifiable sur le territoire ardennais a été évoqué très amont. Dès le début des années 60, l’État propose de formaliser l’existence d’une conurbation en fusionnant entre elles les principales villes ardennaises formées autour de (Charleville, Mézières et de Sedan). Le cadre institutionnel quasiment inexistant à l’époque et l’accord des élus ont d’abord permis en 1966 d’engager une fusion de cinq communes pour créer ainsi un véritable pôle départemental : Charleville-Mézières.

39La création d’une intercommunalité, regroupant pour l’essentiel les communes qui composent l’unité urbaine de Charleville-Mézières, intervient plus tardivement, en 2004. La création de la communauté d’agglomération Cœur d’Ardenne s’inscrit dans un contexte de prise de conscience du déclin démographique et de l’impact sur les dotations communales. Par ce biais, Il s’agit pour les communes de travailler au renforcement des équipements et à une meilleure visibilité du pôle urbain à l’échelle régionale.

  • 23 À l’échelle interrégionale, un autre est rapprochement institutionnel est engagé actuellement autou (...)

40La nécessité d’achèvement de la carte intercommunale et de rationalisation de celle-ci a conduit l’État à chercher les moyens de réduire le nombre d’intercommunalité sur le département. À l'issue d'une première tentative avortée, les élus de Cœur d’Ardenne et du Pays Sedanais engagent des pourparlers en vue d’un rapprochement. L’opportunité de créer une intercommunalité qui regrouperait près de la moitié de la population du département est inédite. À partir de 2010, les discussions interviennent autour du périmètre, qui comprendrait également les communes et communautés de communes limitrophes, des compétences de la future entité mais aussi de ses outils mis à disposition pour soutenir l’attractivité du territoire. L’accord du Préfet pour la fusion intervient en 2013 et la Communauté d’agglomération Charleville-Mézières-Sedan est effective depuis 1er janvier 2014. Avec 130 000 habitants, cette construction devient ainsi la deuxième intercommunalité de la Région Champagne-Ardenne après Reims et devant Troyes, avant la création programmée de la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne en 201623.

41Une telle fusion interroge les modalités de gestion d’un tel établissement ainsi que la capacité à répondre l’ensemble des besoins d’un tel territoire partagé entre des communes urbaines et des communes rurales. En outre, les bénéfices matériels générés par la création d’un nouvel établissement public intercommunal sont dérisoires dans un contexte de réduction des dépenses au niveau national. Il questionne également la superposition des strates administratives et notamment le caractère de l’intervention du conseil départemental sur cette zone. En regard à la multiplicité des enjeux, la nécessité d’élaborer du projet de territoire est donc primordiale afin de renforcer l’attractivité et agir sur les dynamiques de peuplement [Demazières, 2005].

Conclusion

42Face au déclin démographique, le cas des Ardennes a révélé la difficulté de mise en place d’une réponse organisée et concertée par les acteurs du territoire. Le lien entre déclin démographique et économique propre aux territoires fortement spécialisés est ici avéré. Tout comme, le cercle vicieux engendré par le dépeuplement qui, lui-même, nourrit la déprise économique lorsque le secteur tertiaire est fortement dépendant de la sphère productive [Bonerandi, 2007]. La réponse formulée, en des termes économiques, par les acteurs locaux, vise à restaurer l’attractivité par le biais d’une politique de l’offre et de développement exogène tout en renforçant la dimension métropolitaine du territoire par l’affirmation d’un centre urbain. Dans un contexte concurrentiel, favorable aux concentrations métropolitaines, ce type de politique s’appuie sur des modèles transposables [Miot, 2013] guidés par l’idée d’un retour de la croissance dont les effets rejailliraient directement sur les populations. Cependant, de nombreux facteurs viennent rendre compte des difficultés structurelles auxquelles le département est confronté, en particulier, le manque de coopération entre les acteurs et la quasi absence de stratégie de filière, qui contribuerait à diversifier les activités présentes. De même, la forte spécialisation industrielle, doublée d’un important regroupement des activités sur place ont des effets directs sur la nature des emplois et les formations présentes, à la fois faiblement diversifiés et peu enclines à répondre aux enjeux de l’économie mondialisée. Au sein d’un territoire faiblement maillé et capté par de plus en plus par les dynamiques extérieures, le dépeuplement peut être saisi comme une opportunité d’inventer un autre modèle de développement [Oswalt, 2005] dans une perspective de réappropriation du territoire par ses habitants.

Haut de page

Bibliographie

BARON M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C., RIVIERE D., VAN HAMME G. (dir.), 2010, Villes et régions européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale ? Paris, Hermès-Lavoisier, collection "Information Géographique et Aménagement du Territoire", 258 p.

BACCAINI B., LEVY D., 2009, Recensement de la population de 2006. Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs, INSEE Première, n° 1248, 4p.

BEAL V., DORMOIS R. et PINSON G. (2010), Relancer Saint-Étienne. Conditions institutionnelles et capacité d’action collective dans une ville en déclin. Métropoles, n° 8, 25p.

BAZIN M. (dir.), 2004, Les Ardennes. Une géographie pour notre temps. Charleville-Mézières, Éditions Terres Ardennaises, 416 p.

CHALARD L. 2007, Des villes françaises en net déclin démographique. Population & Avenir, vol. 3 n° 683, pp. 15-19.

COLINET R. 2001, Métallurgie ardennaise, Un territoire, des usines et des hommes, Épernay, Castor et Pollux, coll. histoire et modernité, 159 p.

COURTOT L., 1984, L’organisation des espaces industriels et urbains. Héritages et problématique d’évolution d’une région frontalière : les Ardennes, Thèse pour le doctorat en Urbanisme, Université Paris VIII, 300 p.

DAVEZIES L., 2012, La crise qui vient : la nouvelle fracture territoriale, Paris, Seuil, La République des idées, 128 p.

DEMAZIÈRES C., 2005, Devenir métropole ? Stratégies de développement des agglomérations de taille moyenne, Bulletin de l'Association de géographes français, 82e année, vol 3 pp. 298-309.

ÉDOUARD J.C., MAINET H., 2007, L'Allier face à la métropolisation : une étude empirique, Cahiers de géographie du Québec, vol 51 (143), pp. 177-195.

FÉRÉROL M.-E., 2014, Les petites villes des espaces interstitiels et l’industrie : un couple indissociable ? Territoire en mouvement (23-24), pp. 15-27.

FOL S., CUNNINGHAM-SABOT E., 2010,« Déclin urbain » et « Shrinking Cities » : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine, Les Annales de Géographie, n° 674, pp. 359–383.

KHELIF J., 2003, Emplois métropolitains supérieurs, progression marquée à Reims, Epernay, et Châlons-en-Champagne, INSEE FLASH Champagne Ardenne, n° 41, 4p.

MERCIER-SUISSA C., 2012, Développements récents en économie et finance internationales, - mélanges en l’honneur de René Sandretto, Armand Colin/recherches, 416p.

MIOT Y., 2013, Renouveler l’habitat des quartiers anciens dans le cadre de la « Politique de la Ville » : la gentrification comme horizon ? – Les exemples de Mulhouse, Roubaix et Saint-Etienne ». Métropoles, n° 13, 28 p.

NONY-DAVADIE M., 2010, Le déclin urbain en France. Essai théorique, statistique et de terrain à partir des aires urbaines des régions Champagne-Ardenne, Bourgogne et Centre, Mémoire de Master, Université Paris 1 Panthéon–Sorbonne, 143p.

OSWALT P., 2006, Shrinking Cities, vol. 1. International Research, Ostfildern-Ruit, Hatje Cantz, pp. 12-17.

PALLAGST K et al. (Eds.) (2009). The Future of Shrinking Cities - Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context, Berkeley, Center for Global Metropolitan Studies, 168p.

PAULUS F., 2004, Co-évolution dans les systèmes de villes : croissance et spécialisation des aires urbaines françaises de 1950 à 2000, Thèse de Doctorat, Université Paris 1 Panthéon–Sorbonne, 419 p.

PECQUEUR B., 2006, Le tournant territorial de l’économie globale », Espaces et sociétés, vol2 (n° 124-125) p. 17-32.

PERRON R., VAN LU A, 2012, Évolution de l'emploi dans la zone d'emploi de Charleville-Mézières Une industrie hyperspécialisée, facteur de fragilité, INSEE FLASH Champagne Ardenne, n° 153, 4 p.

POUPARD G., BAUDE J., 2014, Les territoires inégaux face à la désindustrialisation, Population & Avenir vol 5 (n° 720), p. 4-8.

WOLFF M., FOL S., ROTH H. et CUNNINGHAM-SABOT E., 2013, Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France, Cybergeo : European Journal of Geography, 661, 25p.

Dossier de candidature de la Communauté d’agglomération de Charleville-Mézières – Coeur d’Ardenne à l’appel à projet régional urbain, Programme Opérationnel FEDER Champagne-Ardenne 2007/2013 Objectif « Compétitivité régionale et emploi », 94p.

Retombées économiques du dispositif BER Bassin d’Emploi à Redynamiser dans le département des Ardennes, Août 2013, CCI Ardennes, 69p.

Haut de page

Notes

1 L’indicateur retenu est celui de la variation de la population qui permet de résumer la dynamique du processus en s’appuyant sur des données brutes (Wolf et al, 2013). La période 1975-2011 se réfère au début du déclin jusqu’à la période la plus récente pour laquelle nous disposons de données statistique. Le zonage en aires urbaines n’existait pas avant 2010. Nous avons donc reconstitué ces aires sur les périodes antérieures à l’aide des données des communes concernées.

2 Givet (variations de la population : 1975-1990 : 0 ; 1990-2011 : -0,1 ; 1975-2011 : -0,15).

3 Les variations sont respectivement de -0,24 % et -0,18 %.

4 Entre 1999 et 2006 le flux de travailleurs frontaliers en provenance de Champagne-Ardenne vers la Belgique a augmenté de 80 % passant de 1000 à 1800 personnes par jour. Ce chiffre est à nuancer par rapport aux flux de travailleurs des régions Nord-Pas-de-Calais et Lorraine qui sont 2 à 10 fois plus importants vers ce pays au cours de la même période. Source : Lavenseau D. et al (2009), L'emploi frontalier vers la Belgique progresse et se diversifie, INSEE, Profils, n° 65.

5 Troisième de France.

6 L’entreprise Faurecia, localisée à Mouzon, spécialisée dans la production de tapis et de revêtement pour l’automobile, compte 357 personnes.

7 Certaines fermetures ont eu un retentissement à l’échelle nationale. On pense notamment à Cellatex (2000), Thomé-Génot (2007), Lenoir-et-Mernier (2008) et plus récemment Electrolux (2014). Cette dernière usine a été reprise par l’entreprise Selni qui a conservé 230 des 391 emplois présents sur le site de Revin.

8 Une campagne a été menée au milieu des années 2000 en faveur de la promotion de la fonderie auprès des jeunes par l’UIMM et le CTIF notamment.

9 Les filières d’enseignement supérieur présentes sur le territoire représentent en termes d’effectif près de 1500 étudiants dont les 2/3 sont en enseignement supérieur court. Ce chiffre est largement inférieur à des pôles de même taille comme Troyes qui compte aujourd’hui près de 10 000 étudiants. On dénombre une seule filière universitaire à Bac +5 destiné à former des techniciens et ingénieurs du secteur de la métallurgie.

10 cf, « Materalia, ignoré des Ardennais », l’Ardennais, cahier économie, 17/03/2015 p.I

11 Notamment, le Centre régional de transfert des matériaux, Le Pôle de compétitivité Materalia.

12 La concentration des activités révèle également une forte dépendance du territoire à l’industrie. À Charleville-Mézières, les 10 plus grands établissements concentrent plus de 33 % des emplois de l’aire urbaine. Cette proportion est même de 41 % au sein de l’aire urbaine sedanaise. La fermeture d’un de ces établissements aurait à la fois des conséquences directes sur l’emploi et sur les unités sous-traitantes.

13 Les exemples de fermeture sont nombreux ces 15 dernières années : hôpital Rethel (2000), maternité de Revin (2000), chirurgie Fumay (2006), maternité Givet (2007) restructuration hôpital de Charleville-Mézières (2012). Parmi les services publics : CPAM Givet (2009). Parmi les régiments Sedan (1992), Givet (2008).

14 Aux alentours de 4 % en 1999. Aucune donnée récente à ce sujet n’a été mise en ligne récemment par les services de l’INSEE en Champagne-Ardenne.

15 Propos extrait de l’entretien mené avec un membre du comité de direction, La Fonte Ardennaise, Vivier-au-Court, le 30/05/2014.

16 PAT, ZFU, ZRR, BER…

17 Propos extrait de l’entretien mené avec des agents de la direction développement économique, Conseil général des Ardennes, Charleville-Mézières, le 28/05/2014

18 Dans le rapport de la CCI sur le BER, les chefs d’entreprises ont par ailleurs pointé le manque de communication autour du dispositif.

19 Selon la CCI des Ardennes, le BER aurait, au cours de la période bénéficié à l’augmentation de près de 10 % du taux de création d‘entreprise sur le territoire et aurait contribué à ralentir la hausse du chômage.

20 Propos extrait de l’entretien mené avec une responsable de la CCI des Ardennes, Charleville-Mézières, le 28/05/2014

21 L’essor du secteur tertiaire passe souvent par le développement du tourisme. Avec 0,4 % du PIB en 2013, le secteur touristique tient encore une très faible place dans l’économie du département des Ardennes. De plus, il ne permet pas de générer de l’activité régulière pour garantir la pérennité du tourisme durant toute l’année.

22 Propos rapportés d’un entretien mené avec un responsable du développement économique de la Communauté d’agglomération Cœur d’Ardenne, Charleville-Mézières, le 28/05/2014

23 À l’échelle interrégionale, un autre est rapprochement institutionnel est engagé actuellement autour de Reims dans lequel sont intégrées Charleville-Mézières, Sedan et Rethel dans le cadre du G10. Ce projet à pour objectif de favoriser l’émergence d’un pôle métropolitain à l’est du bassin parisien en capacité de peser face à Metz-Nancy et Strasbourg

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Population des communes ardennaises en 2011 et localisation des principales aires urbaines
Crédits Source : INSEE 2011, © B.Laménie, d’après Philcarto.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 2. Variation annuelle de la population des communes entre 1975 et 2011(  %)
Crédits Source : RP INSEE ©B. Laménie, 2015, d’après Philcarto.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Laménie, « Les territoires industriels face aux effets cumulés du déclin démographique et économique : quelles perspectives avec la métropolisation ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/6222 ; DOI : 10.4000/eps.6222

Haut de page

Auteur

Brice Laménie

Doctorant
Département de Géographie
UMR 8504 géographie-cités
Université Paris Diderot - Paris 7
Bâtiment Olympe de Gouges
rue Albert-Einstein
75013 Paris
lamenie_brice@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org