Navigation – Plan du site
Compte rendu de lecture

Jean-Pierre Orfeuil et Fabrice Ripoll, Accès et mobilités. Les nouvelles inégalités

Infolio, Collection Archigraphy Poche-Futurs Urbains, 221 pages
Élodie Castex
Référence(s) :

Accès et mobilités. Les nouvelles inégalités. Jean-Pierre Orfeuil et Fabrice Ripoll, Infolio, Collection Archigraphy Poche-Futurs Urbains.

Texte intégral

1Infolio nous propose ici un ouvrage de la collection Archigraphy Poche-Futurs Urbains. Cette série dédiée aux questions urbaines contemporaines, vise à faire dialoguer deux chercheurs issus de disciplines différentes afin de mettre en regard leurs points de vue. Elle s'inscrit dans le programme de valorisation éditoriale du LABEX Futurs Urbains de l'université Paris-Est. Dans cet ouvrage, l’éditeur nous propose de mettre en parallèle le regard de Jean-Pierre Orfeuil, professeur émérite à l’Institut d'Urbanisme de Paris, avec celui de Fabrice Ripoll, maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil, sur le thème des inégalités en matière de mobilité.

2L’ouvrage, d’un format très facile à emporter et très agréable à lire, se compose d'une préface de Claire Hancock, d’un texte composé de deux parties (une par auteur) et d’un épilogue. Une riche bibliographie et des illustrations sous formes de schémas et de tableaux complètent le tout en 221 pages.

3La première partie, écrite par Jean-Pierre Orfeuil, propose une mise en perspective des différentes recherches et travaux de thèses dirigées par l’auteur, le tout nourri par un état de l’art international. Elle s’intéresse tant aux mobilités quotidiennes qu'aux mobilités résidentielles en se focalisant sur la façon dont celles-ci génèrent de l’exclusion et contribuent à l'accentuation des inégalités existantes. Dans la seconde partie, qui est un peu plus courte, Fabrice Ripoll s’intéresse aux mêmes formes de mobilités mais abordées sous l’angle des mobilités subies. Celles liées à des évènements tragiques par exemple, ou à des formes de marginalisations et d'exclusions. Dans celle-ci, F. Ripoll prend une posture critique vis-à-vis d’un concept perçu comme trop large, auquel sont souvent associées des valeurs (trop) positives.

4Ainsi, l’ouvrage débute sur une partie écrite par Jean-Pierre Orfeuil organisée en sept chapitres. Elle commence par une « brève histoire » où l’auteur revient sur l’évolution de la mobilité au cours du temps, ainsi que celles des représentations et perceptions qui lui sont associées. Dans un second chapitre, il traite de l'inégalité et de l’équité à travers les trois grandes questions qui se posent à toute société (celle de sa pérennité, celle de l’accès à tous ses membres à une vie décente et enfin celle de leur protection contre les aléas de l'existence). Ensuite, dans le troisième chapitre, Jean-Pierre Orfeuil évoque les différentes formes de mobilité et comment celle-ci s’impose comme une « norme » dans la société, avant de rappeler que la mobilité exige des capacités inégalement distribuées qui ne se résument pas qu’à une question de transport. Dans le quatrième chapitre, l’auteur s’attarde sur le rôle de la mobilité dans la reproduction et ou l’aggravation d’inégalités existantes. Partant du constat que la mobilité est en moyenne beaucoup plus aisée aujourd’hui qu’hier, Jean-Pierre Orfeuil revient sur les facteurs explicitant le retour de la mobilité comme une question sociale malgré l’amélioration des conditions de déplacement. Les chapitres suivants illustrent le propos au niveau global dans un premier temps avant d'analyser le phénomène par une entrée territoriale puis par une entrée centrée sur les individus. Ainsi, dans le cinquième chapitre, l’auteur s’attache à donner des ordres de grandeur sur les disparités en matière de mobilité à l'aide de chiffres issus de l’enquête nationale transport déplacement. Le sixième insiste sur les ressources inégalement distribuées dans l’espace et réalise un zoom sur deux types d’espaces (ceux à faible densité et les quartiers d'habitat social) et une région (l'Ile-de-France) où les inégalités en matière de déplacement sont particulièrement prégnantes. Le septième est consacré à une approche plus individuelle de la mobilité. La partie se termine sur des perspectives d'actions publiques correctives.

5La seconde partie de Fabrice Ripoll, intitulée « résister à la “mobilité”. (Dé)placements, inégalités et dominations », pose un tout autre regard. Elle se compose de quatre chapitres où F. Ripoll nous invite d’abord à nous « méfier » d'un concept réunissant des recherches et des significations très éloignées les unes des autres. Il rappelle que la mobilité, souvent présentée comme un objet ou une ressource dont l’absence ne peut être qu’un manque, peut également être vécu comme une contrainte, un problème, un coût ou une souffrance. Ainsi Fabrice Ripoll nous invite à avoir une lecture critique de ce concept aux contours très larges. Dans un second chapitre, l’auteur nous invite à analyser la mobilité comme une construction sociale et un enjeu de luttes de classes ainsi qu’à éviter le piège du « mobilo-centrisme ». Dans le troisième chapitre qui s’intéresse aux mobilités qui sont subies, l’auteur dresse un tableau des différentes formes de déplacements forcés contemporains : victimes de catastrophes naturelles ou technologiques ; exilés et réfugiés climatiques ; déplacements liés à un conflit armé ou à un « maintien de l’ordre » ; assignations et précarités résidentielles (gens du voyage, SDF, crises immobilières aux États-Unis…). Il défend l’idée que les mobilités résidentielles subies, suite à des évènements tragiques par exemple, n’impliquent pas les mêmes traumatismes que les mobilités quotidiennes qui résultent d’activités contraintes. Enfin, dans la dernière partie l’auteur invite à entrer en résistance face à la mobilité généralisée pour réfléchir aux ressources et tactiques que nécessitent l’immobilité.

6L’ouvrage se termine sur un épilogue assez stimulant où les deux auteurs reviennent sur leurs points de vue. Ainsi Fabrice Ripoll en profite pour élargir son propos au « droit à la maitrise de ses déplacements », alors que Jean-Pierre Orfeuil nous livre un apport assez personnel, notamment lorsqu'il expose son parcours personnel à travers sa propre expérience de la mobilité. Ce passage, qui fera échos en chacun d'entre nous, nous invite à réfléchir sur les effets des différentes mobilités sur nos parcours individuels.

7Si nous devions émettre un regret sur cet ouvrage, il se situerait justement dans cette confrontation que l'on aurait aimée un peu plus présente. La structuration de l'ouvrage en deux parties distinctes limite les interactions contrairement à ce que pouvait laisser penser la présentation de la collection.

8Néanmoins, ce livre présente de nombreux intérêts qui m’incitent à en recommander la lecture pour plusieurs raisons. Tout d'abord, celle de découvrir ou redécouvrir cette collection qui offre deux points de vue disciplinaires sur un même objet. Ensuite, l’ouvrage permet d’appréhender en un format pratique et agréable les différentes dimensions de la mobilité et leurs conséquences en matière de reproduction des inégalités sociales. Il nous invite donc à la réflexion sur ce terme utilisé à tout-va dans la recherche mais aussi dans le langage courant.

9Ainsi, « Accès et mobilités. Les nouvelles inégalités » peut être le compagnon idéal d’un voyageur en train qui souhaite profiter du temps offert par sa mobilité pour s'interroger sur le sens de ses propres déplacements, ou encore celui d’un enseignant qui souhaite sensibiliser ses étudiants aux différentes dimensions d’un même concept grâce à un ouvrage clair et accessible à un large public. Enfin, le chercheur trouvera matière à nourrir ses propres réflexions et recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Castex, « Jean-Pierre Orfeuil et Fabrice Ripoll, Accès et mobilités. Les nouvelles inégalités », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 13 janvier 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/6217

Haut de page

Auteur

Élodie Castex

Université Lille1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org