Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Jean-François Ghekière et Vincent Houillon

Texte intégral

Une conjonction de facteurs favorables

1Déclin démographique, dépeuplement, dépopulation, les termes ne manquent pas pour désigner des évolutions marquées par une diminution de la population sur un espace donné. La diminution de la population est l’un des aspects des mutations socio-économiques des territoires et des systèmes spatiaux. Ce numéro d’Espace Populations et Sociétés illustre cette diversité polysémique dans des contextes territoriaux variés. En plus de 30 ans d’existence, aucun numéro de la revue n’avait porté sur ce thème qui se situe pourtant à la croisée des trois termes qui composent son titre. C’est désormais chose faite. Même si les auteurs gardent souvent une grande liberté dans le choix des expressions, le sens des mots est précisé et la diversité des territoires étudiés montre l’ampleur et la large diffusion spatiale des dynamiques de décroissance démographique.

2Le contexte général est favorable à la fréquence des situations de faiblesse ou de déclin démographiques. L’achèvement de la transition démographique dans de nombreux pays est synonyme de faible croissance naturelle. Depuis plusieurs décennies, les indices de fécondité ont atteint des niveaux très bas parfois bien en deçà du seuil de remplacement des générations. Il apparaît logique que dans les territoires où la faiblesse de l’accroissement naturel est structurellement établie la problématique du dépeuplement se manifeste fréquemment avec plus ou moins d’intensité. Plusieurs articles portent ainsi sur des territoires de pays développés dont la faiblesse de la fécondité est ancienne et qui dans la plupart des cas enregistrent une forte tendance au vieillissement démographique.

3La problématique du déclin urbain n’était pourtant pas nouvelle. Développée dans les années 70 aux États-Unis à partir de quelques grandes villes marquées par la crise industrielle (Detroit, Cleveland…), elle a été quelque peu oubliée avant de resurgir dans de nombreuses publications au cours des années 2000 dans des études portant essentiellement sur l’Europe. Les implications démographiques des grandes évolutions géoéconomiques et géopolitiques qui ont touché l’Europe centrale et orientale dans les années 90 ne sont pas étrangères au retour de ce thème parmi les préoccupations des chercheurs. De fortes et fréquentes diminutions démographiques résultent de la coïncidence des effets de la fragilisation sociale issue de la transition économique, qui se traduit en particulier par de nombreux départs, et de la faiblesse de la croissance naturelle en phase post-transitionnelle.

Questions d’échelles temporelle et spatiale

4La notion de shrinking cities a été peu étudiée en France, probablement en raison de la faiblesse du nombre de cas et de son contexte démographique bien différent de celui de la plupart des autres pays européens. Plusieurs articles de ce numéro s’inscrivent cependant dans cette thématique. Situées dans des bassins industriels en difficulté depuis de nombreuses années, le contexte régional influence fortement les évolutions démographiques. L’exemple français dont les composantes naturelles et migratoires sont positives à l’échelle nationale peut présenter à une échelle régionale ou à l’échelle des agglomérations des cas de décroissance démographique. En fait les deux composantes de la croissance de la population s’impliquent différemment dans le processus de décroissance selon les échelles temporelles et spatiales. La composante naturelle agit profondément sur le temps long parce qu’elle façonne les structures démographiques dont l’inertie est forte. L’étude des dynamiques démographiques des agglomérations et aires urbaines montre bien que la composante migratoire est plus efficace sur les temps courts et à des échelles géographiques fines. La variable migratoire est directement dépendante du fonctionnement et de la dynamique des systèmes urbains. Les redistributions démographiques internes aux aires urbaines et les échanges migratoires sur de courtes distances créent des différenciations démographiques élevées à une échelle spatiale limitée. Plusieurs articles de ce numéro montrent que les échanges migratoires entres les îles d’un même archipel suivent une logique sélective dont les effets de peuplement/dépeuplement les rapprochent des faits observées dans les agglomérations urbaines.

5La prise en compte de la durée des évolutions changent également les perspectives. Une baisse conjoncturelle de population, un accident démographique a une signification limitée. Peut-on évoquer un déclin démographique sur une échelle courte de temps ? La plupart des articles publiés dans ce numéro prennent en considération plusieurs décennies. Mais les inflexions démographiques dans les trajectoires de décroissance diversifient les types d’évolution et révèlent autant de spécificités territoriales. Le phénomène de décroissance n’a en effet pas de caractère inéluctable. C’est en particulier aux politiques publiques de prendre en compte les dynamiques démographiques. Le processus de déclin démographique, resté longtemps un « impensé des politiques publiques » (M.Wolff, S. Fol, H Roth, E Cunningham-Sabot, Cybergéo 2013) est cependant peu à peu intégré dans les problématiques des acteurs du développement économique territorial.

6Ce numéro d’Espace Populations et Sociétés offre donc un tableau très varié de situations de déclin urbain et de dépeuplement. Nous pouvons répartir les articles proposés en plusieurs ensembles. Le premier relève de la thématique des shrinking cities « classiques », c’est-à-dire des situations où les villes ont subi le contrecoup des difficultés économiques et sociales du repli industriel. On y trouve aussi des articles portant sur des grandes agglomérations où la problématique de décroissance démographique s’inscrit dans un contexte général mais où la composante migratoire détermine les redistributions et les différentiations internes. Le 2ème ensemble porte sur le cas français, cas spécifique en Europe en raison de son dynamisme démographique général par rapport à ses voisins. La décroissance se concentre sur les anciens bassins industriels, sur les agglomérations de tradition industrielle et sur les territoires ruraux. Prenant de plus en plus compte ce contexte démographique, des politiques sont mises en œuvre mais les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des espoirs des acteurs. Le 3ème ensemble regroupe des articles qui insistent sur la spécificité des territoires et des milieux dans lesquels se manifestent les décroissances démographiques (Europe méditerranéenne, milieu insulaire et montagnard).

Des « shrinking cities » aux villes matures et à la réurbanisation

7Clémentine Cottineau met en évidence l’ampleur inégalée dans la période contemporaine de la décroissance urbaine en Russie. Elle montre le rôle fondamental et structurel de la variable naturelle dans la tendance générale des évolutions mais aussi le rôle de la variable migratoire dans la différenciation des trajectoires. Une analyse multivariée mobilisant une série de facteurs lui permet d’expliquer la diversité des situations. Tomasz Sporna, Iwona Kantor-Pietraga et Robert Krzysztofik analysent le déclin urbain à une échelle plus fine. Leur problématique s’inscrit clairement dans celle des « shrinking cities » de l’Europe Centrale et Orientale. Apportant un aperçu des trajectoires de déclin urbain dans la conurbation de Katowice, ils analysent les effets démographiques de la restructuration de l’économie depuis 1989 dans cette région industrielle traditionnelle.

8L’intensité des redistributions démographiques au sein des agglomérations japonaises les distinguent des « shrinking cities » typiques. Pour Raphaël Languillon-Aussel, l’agglomération de Tokyo est une ville mature davantage qu’une « shrinking city ». À l’image de l’ensemble de la population japonaise, elle connaît un processus de dépopulation par excès des décès sur les naissances. La composante migratoire est déficitaire également mais ponctuellement. Comme beaucoup de très grandes agglomérations, son centre a beaucoup perdu. La constitution d’une bulle immobilière avec la flambée des prix de l’immobilier a provoqué un effet « doghnut », les parties centrales de l’agglomération se vidant peu à peu de leur population au profit des banlieues. Mais l’agglomération reste attractive pour les jeunes adultes et les étudiants et la fin de la bulle immobilière ainsi que l’aménagement de terre-pleins ont amorcé un mouvement de retour. Dans un article portant sur l’autre grande conurbation japonaise, Osaka-Kyoto-Kobe, Sophie Buhnik constate des évolutions démographiques similaires à celles observées au niveau de l’agglomération de Tokyo. Mais l’auteur prolonge l’analyse démographique en abordant celle du vieillissement de la population au niveau de la ville. Celui-ci entraîne un changement des politiques urbaines de la part de l’état. Dans le but d’améliorer la qualité de la société âgée, une politique de recentralisation urbaine se substitue à un modèle résidentiel qui valorisait l’accès à la propriété d’un logement de banlieue.

9Le contexte de l’évolution de la population urbaine des villes suisses étudié par Patrick Rérat est assez proche de celui des villes japonaises. Bien que de tailles très inférieures, les villes suisses ont connu un processus de déclin très marqué jusqu’au début des années 2000 et parallèlement un vieillissement de la population. Cette évolution, en grande partie due à un processus de redistribution classique entre centres et banlieues urbaines, s’est interrompue récemment. L’auteur explique cette inversion de la courbe des populations urbaines par l’immigration internationale et aussi par un processus de re urbanisation du à une nouvelle attraction des parties centrales des villes caractéristique d’une seconde transition démographique bien prise en compte par les politiques urbaines.

La France ponctuellement marquée par les décroissances démographiques

10Alors que dans les cas précédents la décroissance s’inscrivait dans un contexte global et national de faible croissance voire de déclin démographique, ce n’est pas du tout le cas de la France où les déclins sont spatialement ciblés. Nicolas Cauchi-Duval, Vincent Béal et Max Rousseau montrent que dans le cas de nombreuses agglomérations urbaines françaises, la décroissance est due essentiellement au déficit migratoire et non au déficit naturel. La redistribution interne aux aires urbaines joue encore un rôle primordial. Face à cette situation, les auteurs (Nicolas Cauchi-Duval, Vincent Béal et Max Rousseau) montrent le manque de politiques spécifiques pour les villes en décroissance en France. Le déclin urbain n’a jamais été construit comme un problème politique alors qu’aux États-Unis et en Allemagne, la décroissance est en elle-même conçue comme un facteur et une opportunité pour le redéveloppement. Yoan Miot reprend cette idée qu’en France, le processus de dépeuplement est avéré dans les bassins industriels mais qu’il reste limité dans les aires urbaines en raison d’un solde naturel souvent dynamique. À partir de l’exemple de trois villes, Mulhouse, Roubaix et Saint Etienne, il insiste sur la dimension socio-spatiale du dépeuplement. Les caractéristiques des migrants montrent en effet que ces espaces urbains souffrent davantage d’un déficit d’attractivité auprès des jeunes actifs et des cadres que d’un courant massif de départs.

11Au delà de l’échelle de l’agglomération urbaine, l’exemple du département des Ardennes traité par Brice Laménie cumule les conditions du dépeuplement, étant à la fois ancien bassin industriel et périphérie éloignée des grandes agglomérations capables d’impulser une dynamique métropolitaine. Révélatrice de la situation française, la composante migratoire est toujours prédominance face à la composante naturelle qui atténue la diminution démographique. Le contexte de crise démographique est entraîné par les difficultés économiques. Les actions menées à différents échelons de compétences pour récréer une dynamique capable d’inverser la tendance ne sont pas véritablement couronnées de succès.

12Hors des territoires urbains et des anciens bassins industriels, les cas de dépeuplement en France touchent les espaces ruraux. Même si les cas de reprises démographiques sont nombreux, beaucoup de bassins de vie ruraux sont confrontés aux conséquences d’un contexte démographique peu dynamique sur les services apportés à la population. Guillaume Chevillard, Julien Mouquès, Véronique Lucas-Gabrielli, Yann Bourgueil, Stéphane Rican et Gérard Salem ont traité des liens entre le dépeuplement rural et l’offre de soins de premiers recours. Le développement d’un réseau de maison de santé est une solution qui permet de diminuer l’érosion de l’offre de médecins généralistes dans certains espaces en dépeuplement.

Dépeuplement et dépopulation, le poids des milieux spécifiques

13Couvrant un champ géographique vaste, Yoann Doignon, Sébastien Oliveau et Isabelle Blöss-Widmer traitent de la diversité des trajectoires démographiques de l’Europe méridionale depuis 20 ans. La participation des composantes naturelle et migratoire au processus de croissance ou de croissance démographique change nettement d’un pays à l’autre, d’un territoire à l’autre. L’Europe méridionale est loin d’être homogène dans les évolutions démographiques, à la fois dans l’espace et dans le temps. Les auteurs remettent en question la généralisation présente ou à venir d’une reprise démographique généralisée des espaces ruraux. Les liens entre décroissance et vieillissement démographique sont en effet importants et les perspectives de retour à la croissance démographique sont, dans de nombreux cas, difficiles à envisager.

14Dans ce contexte de l’Europe méditerranéenne, à une échelle beaucoup plus fine, Thibaut de Fortescu analyse un espace de montagne en dépeuplement, celui de l’Alpujarra granadina dans la Sierra Nevada espagnole. Il s’interroge sur les dynamiques et stratégies de reprise car le dépeuplement a entraîné un vieillissement accentué et le processus de dévitalisation est bien engagé. Les axes de développement existent (tourisme, développement durable, valorisation du patrimoine…) mais demeurent fragiles dans leurs effets.

15Dans la problématique du dépeuplement, les milieux insulaires offrent des situations originales et spécifiques. Louis Marrou s’est penché sur les liens entre insularité et dépeuplement en prenant le cas de l’île de Flores aux Açores (Portugal). Les composantes naturelles et migratoires sont certes défavorables. Mais l’auteur refuse de qualifier cette évolution de dépeuplement car l’archipel bénéficie de mouvements migratoires diversifiés du point de vue des origines et des destinations. Un certain renouvellement se produit en raison de sa situation de passage et de l’existence de flux migratoires croisés. Gilles Pestana n’est pas loin de rejoindre ce point de vue en analysant les enjeux et représentations des dynamiques démographiques des espaces ruraux de Nouvelle-Calédonie. L’auteur apporte une nuance à la notion de dépeuplement. Celle-ci s’applique difficilement dans le contexte spécifique de la Nouvelle-Calédonie dont la population est très mobile. La dynamique démographique des territoires dépend fortement des migrations internes. Le dépeuplement n’est pas général et s’inscrit sur des cycles courts et localisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Ghekière et Vincent Houillon, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/6213

Haut de page

Auteurs

Jean-François Ghekière

Laboratoire TVES
Université Lille1 Sciences et Technologies
59655 Villeneuve d'Ascq cedex

Articles du même auteur

Vincent Houillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org