Navigation – Plan du site
Articles

Du spectre du dépeuplement à celui de l’indépendance

Enjeux et représentations des dynamiques démographiques des espaces ruraux de Nouvelle-Calédonie
From the Spectre of Depopulation to That of Independence: The Stakes and Representations of Demographic Dynamics in rural New Caledonia areas
Gilles Pestaña

Résumés

La problématique du dépeuplement des espaces ruraux et insulaires en Nouvelle-Calédonie est devenue un élément important et polémique des débats politiques. Elle s’insère dans le contexte plus large du processus de décolonisation, du dispositif de Rééquilibrage entre Nouméa et les autres parties de l’archipel, et des perspectives d’indépendance. À cet égard, le déclin démographique de plusieurs communes est souvent présenté comme la preuve des limites du Rééquilibrage spatial et économique et comme l’indice d’un échec des majorités indépendantistes, ce qu’elles refusent d’accréditer. Ce dépeuplement doit néanmoins être précisé. D’une part, les évolutions démographiques entre les derniers recensements ne sont pas uniformes et nécessitent un diagnostic nuancé. D’autre part, les notions classiques associées aux espaces en dépeuplement et développées en France métropolitaine ou en Europe, comme celle de « désertification », apparaissent inappropriées dans le contexte géographique et démographique de la Nouvelle-Calédonie dont les caractéristiques sont dissemblables.

Haut de page

Texte intégral

1Les angoisses démographiques hantent de manière récurrente débats et perspectives politiques en Nouvelle-Calédonie. De cet archipel à ses antipodes, la France a voulu faire une colonie de peuplement libre et pénale, en encourageant l’immigration et en implantant un bagne. La colonisation s’est réalisée aux dépens d’une population autochtone plus que décimée, regroupée dans des « réserves » et étiquetée en « tribus ». Ce projet colonial explique sans doute l’importance donnée aux questions démographiques et le lien profond entre population, espace et politique.

  • 1 L’Accord de Nouméa de 1998 a succédé aux dispositions prises avec les accords de Matignon-Oudinot e (...)
  • 2 Le 20 avril 2008 paraît l’article du Monde « Les « métros » débarquent sur le Caillou » par Xavier (...)
  • 3 La « Brousse » désigne en règle générale la Grande Terre moins Nouméa et son agglomération. Les île (...)

2Aujourd’hui, à la veille du référendum sur l’indépendance prévu en 2018 par la Loi organique n°1999-209 du 19 mars 1999 et issue de l’Accord de Nouméa de 19981, la situation n’est plus la même. Les évolutions politiques, économiques et sociales ont été importantes mais les questions démographiques se retrouvent encore en filigrane dans les multiples controverses. Les inquiétudes démographiques correspondent à des interprétations politiques profondément divergentes et s’intègrent à des enjeux plus généraux dont la clé de voûte demeure « l’indépendance de Kanaky » ou le maintien « de la Nouvelle-Calédonie dans la France » pour reprendre les expressions des partis politiques. Ainsi, la question de l’afflux de métropolitains susceptibles de ravir les emplois locaux fut-elle, il y a quelques années2, un sujet de préoccupation et la thématique reste sensible. Moins médiatisée à l’échelon national mais sans doute plus polémique encore à l’échelon local, la question du dépeuplement « de la Brousse et des îles3 » est aussi devenue un enjeu important, un argument politique et un élément du débat sur les équilibres spatiaux, financiers et politiques. Quelles sont les caractéristiques de ce dépeuplement ? Pourquoi est-il l’objet d’un fort enjeu politique ces dernières années ? Comment se matérialise et se caractérise ce dépeuplement dans les espaces ruraux ? Quelles sont ses spécificités ? 

3Dans un premier temps, après l’examen de l’intensité du dépeuplement en Nouvelle-Calédonie, de son évolution et de ses déterminants, nous exposerons comment ce phénomène est capté par le débat politique local. Par la suite, une analyse critique mettra en perspective ce dépeuplement en soulignant les nuances à apporter aux données démographiques et les précautions à prendre vis-à-vis des notions classiques associées au dépeuplement rural et aux dynamiques territoriales associées. Ces notions importées du contexte français ou européen fonctionnent comme de puissants présupposés qui peuvent limiter l’appréciation de situations spécifiques. Nous verrons néanmoins que leur utilisation peut aussi être utile.

1. Le dépeuplement comme argument politique

1.1. Enjeux démographiques de la colonisation et situations de dépeuplement dans l’outre-mer français

  • 4 Le terme « Canaque » de la période coloniale et plutôt péjoratif a été remplacé par celui de « Kana (...)
  • 5 Selon O’Reilly, les libérés du bagne représentaient 55 % des Européens en 1895. « Le robinet d’eau (...)
  • 6 C’est le maire de Nouméa Roger Laroque qui a utilisé cette expression crue en 1970.
  • 7 Pierre Messmer premier ministre écrit en 1972 à son Secrétaire d’État au DOM-TOM: «  La présence fr (...)

4La thématique du dépeuplement en Nouvelle-Calédonie ne peut être dissociée d’un contexte politique tout à fait spécifique qui distingue ce territoire du reste de l’Outre-mer français. À partir de la prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France (1853), les autorités coloniales s’inquiétèrent du faible nombre de colons face aux « Canaques4 ». Puis le déclin démographique de la population mélanésienne fit craindre sa disparition sans que le nombre de colons ne compense ce dépeuplement « indigène » et en dépit de politiques d’encouragement de l’immigration : en 1901, il y avait seulement 14 200 Européens pour 27 100 Mélanésiens [Brou, 1980]. Le gouverneur Feillet (1894-1902) voulait accentuer la venue de colons libres afin que l’archipel ne soit pas encombré par les libérés du bagne5. L’exploitation des mines a également conduit à multiplier l’importation de main-d’œuvre de différentes origines. Au moment du « boom du nickel » à la fin des années 1960, c’est le manque de main-d’œuvre qui préoccupait les autorités et les acteurs économiques, l’immigration fut à nouveau largement encouragée. Cette incitation répondait tant à des visées économiques – satisfaire le besoin en main-d’œuvre plus ou moins qualifiée – qu’à des visées politiques, il fallait « planter du blanc » ou « faire du blanc »6. Pour les tenants de cette politique, l’objectif consistait à poursuivre la mise en minorité numérique de la composante mélanésienne de la population dont on pressentait qu’un message indépendantiste ou socialiste pouvait émerger7. Les Kanak représentaient 40,3 % de la population néo-calédonienne en 2009, avec de fortes majorités dans les provinces Nord (74 % de la population) et Îles Loyauté (97 %) et en proportion minoritaire en province Sud (27 %).

5Après l’épisode insurrectionnel des années 1980 achevé dans le sang par l’assaut de la grotte d’Ouvéa et avec les dispositions des accords de Matignon en 1988, la Nouvelle-Calédonie a retrouvé une stabilité politique. Les contrats de développement signés par l’État avec les collectivités territoriales ont permis d’assurer des opérations lourdes en matière de développement et d’aménagement mais aussi un soutien à la promotion des populations kanak, l’ensemble des ces dispositifs sont officiellement appelés « le rééquilibrage ». Les investissements privés ont également été importants surtout à partir des années 2000 avec la construction de deux grandes usines métallurgiques et de centrales thermiques associées. Plus globalement, grâce à des cours plutôt élevés durant les années 2000, le secteur minier autour du nickel a eu un effet d’entraînement sur le reste de l’économie. Enfin, le partage du pouvoir politique avec une ré-organisation en trois provinces à partir de 1989 a également changé radicalement la donne aussi bien en termes de politiques publiques que de jeu politique.

6Dans ce contexte historique et politique, la question de l’indépendance reste officiellement posée mais le vote indépendantiste largement majoritaire dans les provinces Nord et Îles Loyauté, reste jusqu’à aujourd’hui minoritaire – autour de 40 % – à l’échelon de l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie. La question du dépeuplement de certaines parties de l’archipel néo-calédonien s’inscrit dans ce contexte à travers la thématique des migrations internes. Celles-ci principalement dirigées vers le Grand Nouméa, situé en province Sud, remettraient en cause les dispositifs financiers liés à la politique de rééquilibrage et discréditeraient les politiques de développement menées par les majorités indépendantistes des deux autres provinces.

  • 8 Les données démographiques sur l’outre-mer français, proviennent des recensements INSEE pour les DO (...)

7Dans l’ensemble ultra-marin français, la Nouvelle-Calédonie n’est pas la seule à connaître des situations de diminution de la population8. Dans le Pacifique, Wallis-et-Futuna perd des habitants depuis 2003 (-9,5 % sur la période 2008-2013), en Polynésie Française, les petites communes insulaires des Tuamotu-Gambier sont également en dépeuplement sur la période 2007-2012 (-0,4 %) tandis que les îles Australes avaient enregistré un recul de leur population sur la période 2002-2007, avant une progression soutenue sur la période intercensitaire suivante (+8,2%). À Tahiti, les communes urbaines de Papeete, Pirae et Faaa enregistrent également un recul qui confirme la tendance au dépeuplement du centre de l’agglomération au profit des communes de la seconde périphérie. Ce dépeuplement à la fois des communes urbaines et des communes insulaires se retrouvent en Guadeloupe où deux communes de l’agglomération Pointoise perdent des habitants sur la période 1999-2010 (Point-à-Pitre et Abymes) et également c’est le cas des îles : la Désirade, les Saintes et Marie-Galante. Entre les recensements 2006 et 2011, la Martinique a subi un dépeuplement global (-1,4 %) et concernant 22 des 34 communes. Enfin, le phénomène frappe également Saint-Pierre-et Miquelon avec une population en recul de 2006 à 2010 (-0,7 %).

8Dans tous les cas le dépeuplement provient d’un fléchissement plus ou moins ancien de la fécondité et de l’accroissement naturel couplé avec des soldes migratoires négatifs. L’originalité de la Nouvelle-Calédonie tient sans doute au caractère polémique de ce dépeuplement qui est uniquement rural et exclusivement liés aux migrations internes.

1.2. Dépeuplement apparent des îles Loyauté et des communes de la côte est

  • 9 « Les chiffres confirment les déséquilibres évoqués par les responsables politiques non-indépendant (...)
  • 10 Le recensement sous la responsabilité de l’État a été mené par l’INSEE et l’ISEE du 26 août au 22 s (...)

9Alors que le recensement réalisé en 2009 semblait « confirmer » quelques prévisions pessimistes sur le dépeuplement d’une partie de l’espace rural et insulaire néo-calédonien9, le dénombrement récent du recensement 201410 peut contrarier quelques analyses. Dans le cas présent, les analyses peuvent sensiblement varier selon les pas de temps qui sont étudiés comme le montrent les figures 1, 5 et 6. En effet, une période de référence de 2004 comme début de période fait apparaître une situation inquiétante. Nous reprenons dans un premier temps ce bornage chronologique (figure 1) étant donné que ce sont les évolutions 2004-2009 ou 2004-2014 qui mettent en évidence un dépeuplement sensible et qui servent d’arguments à certaines analyses et rhétoriques médiatisées localement.

Figure 1. Évolution de la population des communes de Nouvelle-Calédonie entre 2004et 2014

Figure 1. Évolution de la population des communes de Nouvelle-Calédonie entre 2004 et 2014

Sources : INSEE-ISEE, Recensements 2004 & 2014.

  • 11 « Depuis 25 ans, ces deux collectivités se sont dépeuplées tandis que celle du sud a gagné plusieur (...)

10En Nouvelle-Calédonie, la thèse dominante, voire hégémonique, considère que les communes de la province Nord et des îles Loyauté se dépeuplent11. De ce point de vue, le dénombrement de 2014 peut être utilisé pour confirmer la dynamique déjà enregistrée entre le recensement de 2004 et celui de 2009, à savoir une diminution de la population municipale pour une part importante des 33 communes néo-calédoniennes. De 2004 à 2009, 13 communes enregistraient une perte de population (40 % des communes et 43 % de la superficie de la Nouvelle-Calédonie (figure 5D). Si l’on s’en tient à la période 2004-2014 (figure 1), ce sont encore 12 communes qui perdent de la population soit un peu plus d’un tiers des communes et de la superficie de l’archipel.

  • 12 Respectivement, les taux annuels moyens de variation des populations municipales sont de - 1,06 %/a (...)

11Le phénomène paraît nettement régionalisé. Les espaces ruraux concernés correspondent à des communes de la côte est de la Grande Terre auxquels s’ajoutent les îles Loyauté et celle de l’archipel des Bélep. Sur dix années, de 2004 à 2014, Lifou, Maré et Ouvéa, les trois communes de la province des îles Loyauté, connaissent le recul le plus important. Respectivement la diminution de population s’est élevée à 10 %, 24 % et 23 %, ce qui en dix années seulement correspond à un « décrochage » important12. Pour la province Nord et pour la même période, les communes les plus affectées par le dépeuplement correspondent à celle de Ponérihouen avec une baisse de 13 % de la population et à celles de Bélep, Kouaoua, Touho, Houaïlou, Hienghène avec une diminution comprise entre 6 % et 9 %. Les communes les moins affectées par ce dépeuplement correspondent à celles de la province Sud : Thio, Sarraméa et Yaté, elles enregistrent une perte de 4 % à 5 % entre 2004 et 2014.

1.3. Des mobilités résidentielles en direction des pôles urbains

  • 13 2,28 enfants par femme en 2012 pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie.
  • 14 Mi-2015, les données du recensement 2014 (août-septembre) ne sont pas encore disponibles en dehors (...)

12Les déterminants de ce dépeuplement sont à mettre sur le compte d’un solde migratoire défavorable tandis que l’accroissement naturel bien qu’en ralentissement rapide demeure à des niveaux conformes à une population assez jeune. Le vieillissement en cours de la population rurale ne remet pas en cause pour le moment l’accroissement naturel [Baudchon, Rallu, 1999 ; Rivoilan, Broustet, 2011]. D’une part, le vieillissement de la structure par âge s’opère par la diminution rapide de la fécondité en particulier pour les provinces Nord et Îles. En effet, l’indice conjoncturel de fécondité en 201213 pour la province des Îles Loyauté, s’élevait à 2,89 enfants par femme contre 4,5 en 1990 et plus de 5,8 en 1980. En province Nord, la fécondité était de 2,27 enfants par femme en 2012 contre 4,1 en 1990 et près de 5,5 en 1980. D’autre part, le vieillissement se réalise également avec l’allongement tout aussi sensible de l’espérance de vie qui est évaluée à 77,1 ans pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie en 2012, à 73,5 ans dans les Loyauté et à 75,4 dans la province Nord soit une augmentation de cinq à sept années depuis 1990 [ISEE, 2014]. Dans l’ensemble des communes concernées par les signes de dépeuplement, l’accroissement naturel demeure positif et même pour certaines à un niveau supérieur à la moyenne du territoire néo-calédonien : par exemple, pour la période 1996-200914, la croissance naturelle s’élève à 1,4 %/an pour la Nouvelle-Calédonie dans son ensemble mais 1,8 %/an pour les trois communes des îles Loyauté, 1,5 %/an pour celles des Bélep ou de Yaté.

13À partir du solde migratoire apparent entre les deux recensements 2004 et 2009, 20 des 33 communes présentaient un déficit migratoire. Si certaines communes compensaient ce déficit par l’accroissement naturel (Mont-Dore, Yaté, Nouméa, La Foa, l’île des Pins, Poya), d’autres enregistraient ce que l’on peut appeler un dépeuplement sans dépopulation, c’est-à-dire sans que l’accroissement naturel ne soit en cause. Les courants migratoires restent étroitement dépendants de la macrocéphalie urbaine de l’archipel : deux Néo-Calédoniens sur trois habitent dans l’agglomération du Grand Nouméa.

14Toutefois, l’analyse des matrices migratoires sur la période intercensitaire 2004-2009 montre que la nouvelle agglomération urbaine en gestation, surnommée VKP pour les trois communes de Voh-Koné-Pouembout, représente un pôle d’attraction puisqu’elle dispose d’un solde migratoire largement positif avec l’ensemble des communes du territoire y compris les communes du Grand Nouméa ; un fait inédit en Nouvelle-Calédonie. Le schéma que Roger Béteille [1994] appelle « l’effet de dorsale » vient à l’esprit : des pôles en croissance absorbant la population alentour et révélant ainsi un peu plus la « crise rurale » et le dépeuplement. Plus globalement, c’est l’antienne de « l’exode rural » qui est mobilisée et médiatisée sans précaution.

1.4. Le dépeuplement comme preuve d’un « rééquilibrage » en échec ?

  • 15 Dans le cadre d’un statut d’autonomie renforcée encadrée par le titre XIII de la Constitution et la (...)
  • 16 Ces sommes « n’ont pas servi au développement de l’économie et à la création d’emploi dans ces deux (...)

15Dans un « pays » qui doit se prononcer sur son indépendance dans quelques années et ayant déjà des prérogatives d’une ampleur unique dans l’histoire de la République française15, la toile de fond politique met en relief le dépeuplement apparent de vastes pans de territoires ruraux. À partir des Accords de Matignon-Oudinot de 1988, la Nouvelle-Calédonie a été découpée en trois provinces dans une organisation teintée de fédéralisme. Si deux d’entre-elles sont largement rurales et à majorité pro-indépendantiste, la province Sud avec Nouméa reste dominée par la composante urbaine et une majorité politique non-indépendantiste. Ce découpage tripartite était conçu pour accompagner le mot d’ordre du « rééquilibrage » en redistribuant le pouvoir politique et en dotant plus largement les provinces à majorité indépendantiste et comptant une très large proportion de Kanak. Mieux dotées par la clé de répartition des recettes fiscales du territoire, les provinces Nord et Îles devaient rattraper leur retard dans différents domaines. Dans ce contexte particulier, les évolutions démographiques 2004-2009 qui faisaient apparaître un important recul démographique pour les îles Loyauté et plusieurs communes de la côte est, dont la majorité se localisent en province Nord, ont encouragé un discours remettant en cause la réussite du processus de « rééquilibrage »16.

Figure 2. Part des trois provinces dans la clé de répartition (dotation en fonctionnement), la population totale et la population municipale agrégée par province

Figure 2. Part des trois provinces dans la clé de répartition (dotation en fonctionnement), la population totale et la population municipale agrégée par province

Sources : INSEE-ISEE, Recensement 2014.

  • 17 On parle communément de la clé de répartition au singulier mais il y en a en fait deux différentes (...)
  • 18 « Le discours est désormais rodé. Lors de l’examen du budget supplémentaire de la province Sud [les (...)

16Cette remise en cause comporte deux prolongements. Le premier, ayant une basse intensité médiatique, consiste à plaider que les politiques menées par les provinces indépendantistes ne donneraient pas leurs fruits, discréditant ainsi par extrapolation le projet d'indépendance porté par leurs majorités politiques. Le second prolongement, diffusé à haute intensité dans les discours et les médias, consiste à réclamer pour la province Sud un accroissement des dotations issues du budget du Territoire de la Nouvelle-Calédonie à travers la modification de la clé de répartition17. Les arguments déployés sont relativement simples et reposent sur le constat que les migrants internes sont attirés par le Grand Nouméa alors que les proportions de la clé ont été arrêtées à la fin des années 1980. Comme la fiscalité locale est des plus limitée et que les recettes ne suivent pas proportionnellement la variable démographique, la province Sud se considère lésée par une clé de répartition des dotations dont les proportions ont été négociées dans un autre contexte démographique18. Enfin, d’autres argumentaires partent de l’idée que les objectifs du rééquilibrage ayant été plus ou moins réalisés, l’avantage financier donné aux provinces Nord et Îles n’est plus d’actualité. Ces deux dernières provinces ainsi que les partis indépendantistes militent au contraire pour le maintien du statu quo au motif que le retard généré par la période coloniale n’a toujours pas permis d’assurer le rééquilibrage et qu’on ne peut détacher la question de la clé de répartition de celle, plus large, de la fiscalité néo-calédonienne, unanimement considérée comme vétuste et médiocrement progressive, protégeant le capital et les plus-values au dépens des consommateurs [Cour des compte, 2013].

17Depuis leur création en 1989, le poids démographique des provinces Nord et Îles Loyauté diminue par rapport à celui de la province Sud (figures 3 & 4) mais il convient de souligner la différence entre la population « totale » qui sert de base aux calculs institutionnels et budgétaires et la population dite « municipale », qui détermine un nombre officiel d’habitants effectifs à un instant T à travers les opérations de recensements (figure 2). Selon que l’on se base sur la population totale qui comporte des doubles comptes ou la population municipale qui ne comporte pas de doubles comptes les analyses peuvent diverger sensiblement.

18L’Institut de la statistique et des études économiques de Nouvelle-Calédonie (ISEE), suit le décret n°2003-485 du 5 juin 2003 qui fixe les catégories de population à dénombrer. Dans ce cadre, « les personnes se considérant comme appartenant à une tribu de la commune et qui résident habituellement dans une autre commune […] sont, par suite, recensées dans cette dernière. ». Ainsi, les Kanak ont la possibilité de se faire recenser pour le compte de leur tribu et de leur commune d’origine alors même qu’ils résident dans une autre commune. Concrètement, l’ISEE recense les personnes concernées là où elles se trouvent et les comptabilise dans la catégorie « population municipale » tout en les intégrant également dans la catégorie des personnes « comptées à part ». Ces individus comptés à part sont ensuite ajoutés à la population municipale de la commune où se trouve leur tribu. Cette somme est appelée « population totale », elle n’a aucune finalité statistique puisqu’elle comprend des doubles comptes mais sert de référence à plusieurs textes législatifs et notamment aux clés de répartition.

Figure 3. Population totale, part et évolution du poids démographique des trois provinces de Nouvelle-Calédonie de 1989 à 2014

 

1989

Part 1989 %

1996

Part 1996 %

2004

Part 2004 %

2009

Part 2009 %

2014

Part 2014 %

Évolution 1989/2014 en points

Pr. des Îles

28 395

15,3 %

34  732

15,3 %

37 710

14,3 %

40 728

14 %

43 561

13,6 %

- 1,7

Pr. Nord

41 829

22,5 %

52  170

23 %

56 152

21,3 %

61 199

21 %

68 045

21,2 %

- 1,2

Pr.Sud

115 972

62,3 %

140  126

61,7 %

169 698

64,4 %

189 855

65,1 %

208 989

65,2 %

+ 2,9

Nouvelle-Calédonie

186  196

100 %

227  028

100 %

263 560

100 %

291 782

100 %

320 595

100 %

 

Sources : INSEE-ISEE Recensements.

Figure 4. Population municipale, part et évolution du poids démographique des trois provinces de Nouvelle-Calédonie de 1989 à 2014

1989

Part 1989 %

1996

Part 1996

%

2004

Part 2004 %

2009

Part 2009 %

2014

Part 2014 %

Évolution 1989/2014 en points

PIL

17 912

10,9 %

20 877

10,6 %

22 080

9,6 %

17 436

7,1 %

18 297

6,8 %

- 4,1

PN

34 608

21,1 %

41 413

21 %

44 474

19,3 %

45 137

18,4 %

50 487

18,8 %

- 2,3

PS

111 653

68 %

134 546

68,4 %

164 235

71,2 %

183 007

74,5 %

199 983

74,4 %

+ 6,4

NC

164 173

100 %

196 836

100 %

230 789

100 %

245 580

100 %

268 767

100 %

 

Sources : INSEE-ISEE Recensements.

19Les figures 3 et 4 montrent que si l’évolution du poids des provinces Nord et Îles de 1989 à 2014 diminue selon les deux modes de calcul, la baisse est inférieure à 2 points dans le cadre de la population totale mais respectivement de 2,3 et 4,1 points si on se réfère à la population municipale.

20Le débat sur le dépeuplement et la clé de répartition semble provisoirement apaisé. Suite à la validation en février 2015 par le Conseil constitutionnel de la loi du pays d’octobre 2014 portant sur la fiscalité des jeux en Nouvelle-Calédonie, la province Sud bénéficie de recettes nouvelles qui échappent à la clé de répartition et rééquilibrent son budget. Cette loi rejetée et attaquée par les élus indépendantistes instaure une baisse de la taxe territoriale sur les jeux et une augmentation des « centimes additionnels » pour la seule province Sud.

21Toutefois, un autre élément du débat s’invite régulièrement et pourrait resurgir : les « migrations externes ». Ces arrivées qui bénéficient surtout à la province Sud n’apparaissent pas dans les données présentées précédemment. Le solde migratoire externe de la Nouvelle-Calédonie est positif mais son ampleur et ses variations ne sont pas correctement renseignées. Le sujet reste très sensible et le phénomène délicat à mesurer. La question est notamment de savoir quelle part représentent ces arrivées (Français de métropole, Wallisiens, Futuniens, Vanuatais, etc.) dans la croissance démographique de la province Sud et quelle part représentent les migrations externes par rapport au solde migratoire global de la province Sud.

2. Le « désert » peut-il se dépeupler ? Déconstruire les clichés pour mieux appréhender la complexité

22Le dépeuplement en Nouvelle-Calédonie doit être triplement relativisé. D’une part, les statistiques font apparaître des nuances et des problèmes de cohérence qu’il s’agit d’analyser. L’échelle démographique de l’archipel et des communes constitue une des variables importantes à prendre en compte dans cette thématique aujourd’hui. D’autre part, il convient de relativiser structurellement ce dépeuplement. Cela doit se faire à travers l’étude des structures démographiques mais également en imposant une distance critique vis-à-vis des conceptions classiques et des effets territoriaux généralement associés à la perte de population. Le contexte néo-calédonien reste à maints égards irréductible et donc peu adapté à des schémas d’analyse développés ailleurs. Toutefois, nous soutenons l’idée que même si ces derniers sont inadaptés, ils peuvent néanmoins conserver une valeur conceptuelle, voire heuristique. Enfin, le troisième devoir de relativisation et de mise en perspective concerne son instrumentalisation politique mais aussi les motifs d’espoir que la situation néo-calédonienne laisse transparaître.

2.1. Effet d’échelle : « un seul être vous manque et tout est dépeuplé »…

23Le phénomène de dépeuplement se traduit logiquement par la diminution de la densité de population des espaces ruraux. Or, si le dépeuplement se déduit mécaniquement des statistiques, notamment entre 2004 et 2014 pour un peu plus d’une commune sur trois de Nouvelle-Calédonie (figure 1), jusqu’à aujourd’hui le déclin démographique ne transparaît pas matériellement dans les territoires concernés. Il y a ici un paradoxe à expliciter et une différence fondamentale avec la France métropolitaine.

Figure 5 . Évolution de la population municipale entre différents recensements

Figure 5 . Évolution de la population municipale entre différents recensements

Sources : INSEE-ISEE recensements.

24En France, le dépeuplement séculaire a laissé les traces de la déprise agricole et rurale [Béteille, 1981] tandis qu’en Nouvelle-Calédonie sur les 20 ou 40 dernières années, les densités n’ont pas diminué sauf exception. La période 2004-2009 (figure 5-D) qui avait jusqu’à très récemment servi l’argumentaire du dépeuplement (40 % des communes concernées rappelons-le), de l’échec du rééquilibrage et de la nécessaire révision de la clé de répartition doit être mise en perspective.

25Si on élargit le pas de temps, seule une commune a connu un reflux démographique entre 1969 et 2014 (figure 5-E) : il s’agit de celle de Thio, ancienne commune dont la mono-activité minière basée sur l’exploitation du nickel est en déclin après des heures assez fastes. Sur les vingt-cinq dernières années, de 1989 à 2014, soit la période qui démarre avec l’application des accords de Matignon-Oudinot et le mot d'ordre du « rééquilibrage », seule la commune insulaire d’Ouvéa montre un recul de sa population (figure 5-F).

26Le tableau présenté ici (figure 6) comme les représentations cartographiques précédentes (figure 5) fait apparaître volontairement plusieurs pas de temps afin de souligner les évolutions assez contradictoires du dépeuplement susceptibles d’alimenter des interprétations différentes du dépeuplement. Par exemple, aucune commune n’aurait connu un déclin démographique entre 1996 et 2004 alors que de 2004 à 2009, 13 communes enregistraient une rupture et un dépeuplement. Ce décrochage simultané, et d’une si grande ampleur pour certaines communes est à questionner.

Figure 6. Communes néo-calédoniennes ayant enregistré une diminution de la population selon plusieurs périodes intercensitaires

Période

1969-2014

1989-2009

1989-2014

1996-2004

1996-2014

2004-2014

2004-2009

2009-2014

Nombre de communes en dépeuplement

1

3

1

0

8

12

13

7

Communes concernées par une diminution de la population municipale

Thio

Lifou
Maré
Ouvéa

Ouvéa

Bélep
Houaïlou
Kouaoua
Lifou
Maré
Ouvéa
Ponérihouen
Touho

Bélep
Hienghène
Houaïlou
Kouaoua
Lifou
Maré
Ouvéa
Ponérihouen
Sarraméa
Thio
Touho
Yaté

Bélep
Canala
Hienghène
Houaïlou
Kouaoua
Lifou
Maré
Ouvéa
Poindimié
Ponérihouen
Poum
Thio
Touho

Bélep
Île des Pins
Ouvéa
Ponérihouen
Sarraméa
Touho
Yaté

Sources : INSEE-ISEE recensements.

  • 19 « Pour l’INSEE, les doutes sont levés. Les vérifications ont été faites. » ; « La publication des c (...)

27L’hypothèse d’un recensement de médiocre qualité n’est pas à exclure. C’est souvent celui de 2004 qui est l’objet de critiques. Il faut rappeler que ce dernier fut l’objet de polémiques, puis d’un boycott d’une partie de la population – à l'appel de mouvements indépendantistes notamment – pour finalement être validé très tardivement par les gouvernements néo-calédonien et français. Il est possible que pour compenser les difficultés rencontrées par les agents recenseurs, le redressement effectué par l'INSEE ait eu tendance à surestimer les populations municipales de certaines communes. Cela expliquerait alors par voie de conséquence, que les déclins démographiques soient si accentués entre 2004 et 2009. On peut même se poser la question de savoir jusqu’à quel point certains dépeuplements communaux ne seraient pas artificiels car le recensement de 2009 avait lui aussi fait l’objet de réserves19. Le dénombrement de 2014 nuance le dépeuplement surtout si l’on fait abstraction du recensement 2004. En effet, selon les périodes considérées 1996-2014 (figure 5A) ou 2009-2014 (figure 5H), le dépeuplement concerne moins d’une dizaine de communes, respectivement 8 et 7 communes. Autre résultat troublant, on peut constater que ce ne sont pas les mêmes communes qui sont concernées par un dépeuplement selon les périodes considérées. En faisant abstraction du recensement de 2004 et en prenant en compte celui de 2014, certaines communes se retrouvent concernées de manière récurrente par le dépeuplement : Bélep et Ouvéa, deux communes insulaires, Ponérihouen et Touho, deux communes de la côté Est. La majorité des autres communes se seraient dépeuplées sur une ou deux périodes considérées mais pas sur les autres (figure 6).

  • 20 La majorité des communes comptent moins de 5 000 habitants

28Pour nuancer et expliquer une partie de ces constats, il faut préciser que les effectifs de population sont extrêmement faibles20. Parfois, une évolution de l’ordre de quelques habitants à quelques dizaines peuvent, selon les dénombrements et les représentations cartographiques, faire basculer la commune dans le groupe en décroissance ou, à l’inverse, dans celles qui progressent démographiquement. Ainsi, entre un dépeuplement statistique qui correspondrait à un recul numérique d’au moins un habitant et un dépeuplement géographique ayant des effets spatiaux ou fonctionnels visibles, il existe un écart qui ne concerne finalement que la commune de Thio dont le dépeuplement est remarquable sur plusieurs décennies même si ce dernier semble stoppé (croissance démographique entre 1996-2014 et 2009-2014).

2.2. La désertification n’a pas eu lieu

29Comme le soulignait Nicole Mathieu dans une série d’articles de portée épistémologique [notamment dans Mathieu 1990, 1996, 1998], les conceptions du rural, de l’urbain et des relations ville/campagne, varient au cours du temps et ne sont pas uniformes d’un point de vue international. Nous faisons ici l’hypothèse qu’il en va de même pour la notion de dépeuplement dès lors qu’on accepte de lui donner un sens qui n’est pas uniquement statistique et démographique (la perte de population) et qu’on lui associe des effets spécifiques : sociaux, sinon sociétaux, territoriaux, paysagers, etc.

30En effet, au dépeuplement restent associés d’autres notions et concepts, certains ayant été féconds, parmi lesquels dévitalisation et désindustrialisation, désertification et rural profond, crise et renaissance rurales, déprise et abandon, espaces fragiles ou sensibles, et bien d’autres encore. L’utilisation de ces notions ou catégories d’analyse demeure envisageable mais leur mobilisation dans le contexte néo-calédonien démontre rapidement qu’elles ne sont pas transposables sans risquer de dénaturer des phénomènes d’un type différent. Si chacun peut comprendre que les espaces ruraux sont très divers, particulièrement quand on entend comparer la France métropolitaine et un archipel du Pacifique, fut-il français, il est moins facile d’admettre que les catégories d’analyse sont dès lors d’une pertinence limitée [Damianakos, 2001]. Celles-ci, en dépit des polémiques et débats qu’elles ont suscités – on pense notamment à l’opposition entre la Crise rurale de Roger Béteille [1994] et la Renaissance rurale de Bernard Kayser [1990] ou encore entre « le désert » osé par Jacques Lévy [1994] et sa critique par Nicole Mathieu – ont été conçues, et façonnées à partir du contexte français. À défaut d’une pertinence en tout temps et en tout lieu, ces notions comportent une valeur heuristique et modélisatrice que nous allons tenter d’illustrer.

  • 21 Il reste beaucoup de questions non résolues sur le nombre d’habitants de l’archipel avant les conta (...)

31Roger Béteille, dans son ouvrage « La crise rurale » [1994], souligne qu’elle se traduit par l’abaissement des densités en France métropolitaine dans les espaces déjà peu denses. Le parallèle avec la Nouvelle-Calédonie paraît pour le moins incongru mais a le mérite de démontrer que le contexte n’est absolument pas comparable. En effet, les densités de population sont initialement d’une grande faiblesse : ainsi, en 2014, seulement 10 communes sur les 33 dépassent 10 hab./km² (figure 7). Hormis le Grand Nouméa (agglomération réunissant les communes de Nouméa, Dumbéa, Mont-Dore et Païta), qui dépasse à peine 100 hab./km², ce qui apparaît comme très peu pour une agglomération de 179 509 habitants (2014), les densités de population sur la Grande Terre demeurent très faibles avec une moyenne de 4 hab./km² et seulement 9 hab./km² pour les îles Loyauté. Ces basses densités ne sont pas le résultat d’un dépeuplement mais constituent bien au contraire un optimum démographique, un « plein rural » (selon l’expression de Jacques Dupâquier), au moins depuis le début de la période coloniale21.

Figure 7. Densité de population des communes de Nouvelle-Calédonie en 2014

Figure 7. Densité de population des communes de Nouvelle-Calédonie en 2014

Sources : INSEE-ISEE, Recensement 2014.

32Trop d’auteurs ont répliqué la formule choc de Jean-François Gravier, « Paris et le désert français », titre de son ouvrage de 1947, pour décrire la situation néo-calédonienne où Nouméa trône seule à la tête du réseau urbain inexistant et écrase tous les autres espaces [Bonvallot, Gay, Hebert, 2012]. Déjà dans la France de l’immédiat après-guerre, la formule semble plus alarmiste et provocatrice que scientifiquement rigoureuse. De plus, ce pamphlet à succès était énoncé il y a près de 70 ans, aux antipodes de la Nouvelle-Calédonie et dans des contextes géographique, démographique, politique et économique absolument différents. Les motifs de Jean-François Gravier, marqués par l’extrême-droite, étaient clairement natalistes et ruralistes, dans la veine maurrassienne et pétainiste, même si son ouvrage a su dépasser ces influences idéologiques. Ce qu’il dit de Paris pourrait à certains égards être plus adapté à Nouméa avant les années 1980 [Doumenge, 1982] notamment lorsqu’il affirme que Paris a « confisqué les activités directrices et laissé au reste de la France les activités subordonnées » et de conclure que « cette dépendance absolue est bien le propre du régime colonial » [cité par Marchand, 2001]. Il semble aujourd’hui peu pertinent de retenir cette formule lapidaire pour décrire l’organisation de l’espace néo-calédonien. Ce dernier bien que dominé très nettement par Nouméa, n’a pas l’homogénéité et la faiblesse absolue que laisserait penser l’image du désert. Après plus de 25 ans de politique de rééquilibrage utiliser le stéréotype du désert pose problème. Cette politique d’aménagement et de promotion politique, économique et sociale s’est traduite par une redistribution des équilibres politiques, avec l’éclosion des provinces, et par une progression importante des infrastructures publiques et des services (routes, collèges, lycées, hôpitaux, etc.) dans l’ensemble des communes de la Brousse et des îles. Si un énorme écart subsiste dans tous les domaines et que le poids démographique de l’agglomération de Nouméa a suivi une progression assez régulière (36,8 % en 1956, 59,4 % en 1989 et 66,7 % en 2009) cela ne signifie pas pour autant que le reste de l’archipel s’apparente aujourd’hui, et encore sans doute demain, à un simple désert, en dépit de densités très basses. Il est à remarquer qu’entre 2009 et 2014, le poids du Grand Nouméa a connu une stabilisation (66,8 % de la population de l’archipel en 2014).

2.3. Ni dévitalisation rurale, ni déprise agricole, les contrepieds du contexte néo-calédonien

  • 22 Société minière du Pacifique Sud

33Les effets du dépeuplement tels que ressassés en France [Béteille, 1981, 1994, 1995 ; Maigrot] ne sont manifestement pas au rendez-vous. Certes, quelques espaces de Nouvelle-Calédonie ont connu un véritable abandon, mais il s’agit le plus souvent des anciennes localisations minières (villages de Tiébaghi ou de Prony par exemple) et d’opérations de développement très localisées. Autre malédiction régulièrement associée au dépeuplement, la désindustrialisation qui semble doublement hors sujet dans la ruralité néo-calédonienne. La Brousse n’a jamais eu un tissu industriel traditionnel développé et si certaines activités ont périclité, c’est souvent bien avant les années 1980 ou 1990 (la conserverie de corned-beef de Ouaco par exemple), c’est-à-dire avant le rééquilibrage et la peur de l’exode et du dépeuplement. Au contraire, la Brousse s’est caractérisée par le maintien et même le renforcement de la mine et de ses installations (raffinerie, pistes de roulage, wharf, etc.). Les dernières années ont été marquées par l’installation de deux usines de traitement de nickel en milieu rural (« l’usine du Nord », à Voh, aux mains de l’alliance SMSP-Glencore22 et « l’usine du Sud » à Yaté-Mont-Dore, aux mains de la firme Vale) tandis que l’opérateur historique, la SLN (Société Le Nickel, groupe Eramet), a ouvert ou ré-ouvert des mines dans les zones jadis plus ou moins délaissées (Thio, Tiébaghi, Poum).

34Même la déprise et la dévitalisation ne sont pas des thématiques totalement convaincantes. L’enfrichement n’est pas absent ponctuellement mais il ne constitue pas la norme, surtout depuis une vingtaine d’années. Les commerces et services aux personnes dans les communes rurales ont progressé : à titre d’exemple, les provinces Nord et Îles comptent tout de même 17 pharmacies pour 20 communes tandis que les trois communes des îles Loyauté ont chacune un ou plusieurs collèges. La dévitalisation n’a pas eu, jusqu’à présent, les effets démographiques considérés comme classiques avec un vieillissement aboutissant à un excès des décès sur les naissances. Au contraire, les communes des Îles ou de la côté Est sont souvent parmi les plus fécondes (cf. supra) et celles dont la part de population jeune est la plus élevée : les moins de 20 ans représentaient au recensement de 2009 plus de 43 % de la population à Maré, plus de 42 % à Lifou ou encore 39 % à Poum, Thio, Ponérihouen et Ouvéa pour seulement une moyenne de 34, 4 % en Nouvelle-Calédonie.

35Ces différents éléments tendent à montrer que les notions généralement mobilisées quand il s’agit de dépeuplement des espaces ruraux d’Europe ou de métropole ne peuvent ni résumer ni décrire avec pertinence les spécificités de la Brousse néo-calédonienne et des îles. Par contre, leur mobilisation permet de mettre en exergue ces spécificités ; la valeur heuristique réside donc dans la discordance entre la situation locale et les caractéristiques attachées à la notion ou au modèle.

36Il faut enfin rappeler qu’en Nouvelle-Calédonie, le maillage communal apparaît d’ailleurs très différent de celui de la France métropolitaine dans le sens où les communes sont très vastes : 563 km² de moyenne contre 15 km² en métropole, la médiane des superficies est de 542 km² contre 11 km² en métropole. La population médiane des communes néo-calédoniennes se situent autour de 3 000 habitants (et encore 2 600 sans le Grand Nouméa) ce qui semble beaucoup comparé au « rural profond » ou aux espaces « désertifiés » de l’Hexagone.

37Se pose alors la question de l’échelle, spatiale mais aussi temporelle, à laquelle on mesure et on diagnostique un dépeuplement. Il semble en tout cas difficile de considérer que le même terme désigne les mêmes réalités démographiques ou géographiques dans tous les contextes.

38Le modèle classique du dépeuplement et de la désertification, développé en France [Béteille, 1981, 1994, 1995 ; Mathieu, 1990, 1996, 1998 ; Maigrot, 2003], peine à retrouver en Nouvelle-Calédonie les mêmes caractéristiques. Il serait pour autant inadapté de croire à un « dépeuplement heureux » pour la Brousse néo-calédonienne. Même s’il existe un décalage entre les données statistiques et les effets territoriaux, sociaux et économiques du dépeuplement – dû en partie à des effets de seuil et des temporalités différentes –, le dépeuplement n’est pas sans effet.

39Les migrations rurales-urbaines sont parfois assez soutenues comme pour les îles Loyauté bien qu’elles apparaissent plus complexes qu’un simple « exode rural » [Pestaña, 2012 ; Pestaña, Pantz, 2015]. Certaines tribus connaissent plus que d’autres les départs ou les non-retours et une situation de dépeuplement, comme le montrent ponctuellement les fermetures de classes dans certaines écoles de Brousse. Autre indicateur, le nombre d’exploitations agricoles ne cesse de fondre bien que le rythme semble ralentir. Le Recensement Général Agricole (RGA) de 2012 [DAVAR, ISEE, 2012] pointe une baisse de 19 % des exploitations depuis le RGA de 2002, contre une évolution de - 34 % pour la période intercensitaire précédente (1991-2002). Sur la même période, la Surface Agricole Utilisée (SAU) chute de 27 %, variation importante qui s’explique avant tout par l’arrêt de plusieurs exploitations bovines qui représentent 95 % de la SAU du pays. Le RGA 2012 prend soin de préciser que si 1 879 exploitations ont disparu par rapport au RGA 2002, 811 ont été créées ce qui démontre que l’évolution n’est pas univoque. Cette recomposition de l’agriculture par un écrémage des exploitations n’incite certes pas à l’optimisme mais elle doit sans doute être relativisée et remise en perspective. Le mouvement de réduction des exploitations et la rétraction de la SAU ne sont pas spécifiques à la Nouvelle-Calédonie et démontrent surtout un recentrage sur les exploitations les plus rentables ou les moins vulnérables. Par ailleurs, la ruralité s’enrichit d’emplois de services – et même d’emplois industriels pour les zones minières de la Grande Terre – dans des branches qui n’étaient pas ou peu représentées auparavant (ambulanciers, professions de santé, tourisme, etc.). Enfin, il est vrai que des problèmes d’enclavement subsistent et que la continuité territoriale entre la Grande Terre et les îles n’est pas aussi fluide que souhaitée mais il faut constater partout que les ruraux sont très mobiles et que l’équipement automobile progresse beaucoup. Ces différents éléments viennent brouiller la pertinence des statistiques et relativiser la notion de résidence sur laquelle s’appuient les recensements de la population. C’est la raison pour laquelle il semble que la notion de mobilité résidentielle soit plus à même de décrire la situation des relations entre territoires ruraux et urbains de Nouvelle-Calédonie que celle de  migrations internes.

2.4. Par-delà l’exode rural, les raisons d’espérer

  • 23 « Partant du constat que les logiques du marché conduisent naturellement à la polarisation de l’esp (...)

40La notion d’exode rural devenue commune en Nouvelle-Calédonie tend à résumer trivialement les relations entre la Brousse, les îles et Nouméa. Simple, cette notion enferme l’analyse des mobilités rurales-urbaines mais aussi celle des autres mobilités internes [Pestaña, Pantz, 2015]. À travers ce prisme, le dépeuplement n’est perçu que comme la résultante de l’exode rural qui, lui-même, est pensé comme la preuve du dépérissement et de la désertification inéluctable de la Brousse et des îles, tandis que Nouméa serait submergée par les nouveaux arrivants. Ce schéma de pensée, largement importé de métropole, oublie de nombreuses spécificités de la société et de l’espace néo-calédonien tout en négligeant plusieurs aspects démographiques23. Une partie de son succès repose vraisemblablement sur le fait que ce type d’association d’idées alimente un certain discours anti-indépendantiste, insistant sur la non-viabilité des provinces Nord et Îles. Celles-ci seraient inéluctablement frappées par la « fin des tribus » et la désertification : une manière de chasser le spectre de l’indépendance en utilisant celui du dépeuplement.

41L’examen des données démographiques permet dans un premier temps d’enrichir et de nuancer le modèle de l’exode rural [Pestaña, 2012]. Les mobilités résidentielles rurales-urbaines ne sont pas à sens unique. D’après les matrices migratoires, entre 2009 et 2004, les contre-flux en direction du Nord et des Îles représentaient 51,6 % des flux dirigés vers la province Sud où se localise Nouméa. Même en relativisant la fiabilité de cet outil et en soulignant le surplus migratoire pour le Grand Nouméa, reste à constater que ces mobilités ne sont pas unidirectionnelles. Pour autant, la situation néo-calédonienne ne correspond pas non plus au scénario de l’exode urbain, de la périurbanisation ou de la renaissance rurale [Kayser, 1990]. Ces notions, plus encore que leur pendant pessimiste pour les espaces ruraux, ne sont pas pertinentes ce qui n’empêche pas les retours au pays ou encore des formes de périurbanisation ou de rurbanisation à très longue distance bien que cela reste quantitativement limité. Ainsi, la commune de Boulouparis a récemment enregistré l’expansion de lotissements (Port Ouenghi et Bouraké) où s’installent des résidents du Grand Nouméa, certains utilisant ce pied-à-terre comme résidence secondaire, tandis que d’autres (retraités, professions libérales,…) en font leur résidence principale. 45 % des actifs de la commune travaillent dans le Grand Nouméa alors même que 73 kilomètres séparent le village de Boulouparis du centre de Nouméa.

42Un autre point qui doit permettre de relativiser la pertinence du seul exode rural réside dans l’hypermobilité des Néo-calédoniens, ayant un lien avec la Brousse et les Îles, à diverses échelles de temps. La distance devient une notion de moins en moins opératoire pour comprendre les organisations spatiales ; c’est d’ailleurs l’une des raisons du brouillage spatial et conceptuel des objets géographiques que sont la ville et la campagne, le rural et l’urbain, dans plusieurs pays du monde [Debarbieux, 2005]. La pertinence de la notion de résidence sur laquelle repose les recensements s’en trouve amoindrie [Courgeau, 1980] et rend en grande partie invisible les phénomènes, pourtant fondamentaux en Nouvelle-Calédonie, de multi-résidentialité. De la même manière, le principe des migrations circulaires, classique dans les territoires pluri-insulaires du Pacifique [Bonnemaison, 1976 ; Ghasarian, 2014], accentue les mobilités résidentielles intra-censitaires qui ne peuvent être enregistrées par les recensements. Avec un mode d’habiter poly-topique [Stock, 2006] une partie importante des individus ou des familles « rurales » réponde parfaitement à l’image d’« un pied dedans, un pied dehors » [Chaléard, Dubresson, 1989].

43Comme ailleurs dans le monde, le développement économique s’accompagne de certains déséquilibres spatiaux. En Nouvelle-Calédonie, le dépeuplement rural apparaît comme un symptôme d’une forme de développement plutôt qu’une évolution en tout point régressive et négative. Par exemple, la surinsularité [Pelletier, 1997] des îles Loyauté, des Belep ou encore de l’île des Pins ainsi que le relatif enclavement et sous-équipement des communes de la côté Est imposent une propension à la mobilité plus forte qu’ailleurs. Pour autant, la situation est encore très éloignée de celle de l’abandon tant les liens traditionnels sont souvent préservés y compris par des dispositions légales comme le statut civil coutumier, qui ne relève pas du code civil, pour les citoyens kanak qui le souhaitent.

Conclusion

44L’originalité du cas néo-calédonien, par rapport notamment aux autres espaces ultra-marin français qui perdent de la population (Martinique, Wallis-et-Futuna, Saint-Pierre-et-Miquelon) réside dans le fait que ce dépeuplement est « interne », partiel et finalement relatif. Il apparaît comme la conséquence de migrations internes et non dirigées vers l’extérieur. Un dépeuplement, partiel et relatif car il ne concerne pas toutes les communes et que son ampleur est très variable selon les échelles de temps considérées : nette sur la dernière décennie mais très limitée depuis 25 ans. Relatif car les retours temporaires ou définitifs en tribu ou dans les communes d’origine sont fréquents et que la plupart des migrants ne sont qu’à quelques heures de routes ou de bateau et à moins d’une heure d’avion [Bonvallot, Gay, Hebert, 2012].

45Cette question du dépeuplement et sa mobilisation politique montre que les rapports entre la population et les territoires sont complexes et ne peuvent pas uniquement s’examiner à travers les données des recensements. En Nouvelle-Calédonie, si ces rapports sont souvent mobilisés, simplifiés, voire instrumentalisés, par les débats locaux, c’est aussi parce que la recherche n’a pas encore su bâtir et diffuser un ensemble cohérent et alternatif d’analyses sur ce thème. Souvent empêtrée dans ses propres constructions, la recherche en sciences sociales aurait intérêt à mieux démontrer l’originalité de la situation néo-calédonienne, d’ailleurs elle-même hétérogène selon les territoires considérés. Cela permettrait de prendre le recul nécessaire avec les concepts et notions concernant les dynamiques des territoires ruraux et qui ont été fabriqués pour d’autres contextes [Damianakos, 2001]. Cette mise à distance serait l’occasion de revisiter ces notions et ces concepts, de les enrichir éventuellement. L’abandon de leur dimension paradigmatique valoriserait leur potentiel heuristique et donc leur utilité bien au-delà des frontières de l’Hexagone.

Haut de page

Bibliographie

Baudchon G., Rallu J.-L. (1999), Changement démographique et social en Nouvelle-Calédonie après les accords de Matignon, Population, 54e année, n° 3, pp. 391-425.

BÉteille R. (1981), La France du vide, Paris, Litec, 256 p.

BÉteille R. (1994), La crise rurale, Paris, PUF, 128 p.

BÉteille R., MONTAGNE-VILETTE S. (1995), Le « rural profond » français, Paris, SEDES, 166 p.

Bonnemaison J. (1976), Migrations circulaires et migrations sauvages aux Nouvelles-Hébrides, Bulletin du Pacifique Sud, 4e trim., pp. 7-13

Bonvallot J., Gay J.-C., Hebert E. (dir.) (2012), Atlas de la Nouvelle-Calédonie », Marseille, IRD éditions, 269 p.

Brou B. (1980), Peuplement et population de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Société d’études Historiques de la Nouvelle-Calédonie, n° 23, 111 p.

ChalÉard J.-L., DUBRESSON A. (1989), « Un pied dedans, un pied dehors : à propos du rural et de l’urbain en Côte d’Ivoire », in B. Antheaume et all. Tropiques. Lieux et Liens, ORSTOM, pp. 277-290.

CMI-DME (2011), Bilan de l’accord de Nouméa, Nouméa, 38p.

Cour des comptes (2013), L’autonomie fiscale outre-mer – Rapport public thématique, Paris, Cour des comptes, 136 p.

Courgeau D. (1980), Analyse quantitative des migrations humaines, Paris, Masson, 225 p.

Damianakos S. (2001), Les équivoques de la statistique : dépeuplement et double appartenance sociale en Épire (1961-1991), Strates [En ligne], 10, mis en ligne le 06 mai 2004, Consulté le 16 mai 2014. URL : http://strates.revues.org./47

Direction des Affaires Vétérinaires, Alimentaires et Rurales de Nouvelle-Calédonie, ISEE (2012), Données de synthèse, Recensement agricole [en ligne]. http://www.davar.gouv.nc/portal/page/portal/davar/secteur_rural/statistiques_agricoles/donnees_synthese/recensement_agricole, [Consulté le 20 avril mai 2015].

DEBARBIEUX B. (2005), « Obsolescence ou actualité des objets géographiques modernes ? À propos de la ville, de la campagne, du périurbain et de quelques autres objets conventionnels », in S. Arlaud, Y. Jean, D. Royoux (dir.), Rural-Urbain. Nouveaux liens, nouvelles frontières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 33-43.

DOUMENGE J.-P. (1982), Du terroir à la ville. Les Mélanésiens et leurs espaces en Nouvelle-Calédonie, Pessac, CEGET, Travaux et documents de géographie tropicale n° 46, 488 p.

Ghasarian C. (2014), Rapa, île du bout du monde, Paris, Démopolis, 591 p.

Institut de la statistique et des études économiques Nouvelle-Calédonie (2014), Structure de la population et évolutions [en ligne], Disponible sur : http://www.isee.nc/population/recensement/structure-de-la-population-et-evolutions, [Consulté le 02 mai 2015]

KAYSER B. (1990), La renaissance rurale, Paris, Armand Colin, 316 p.

Lévy J. (1994), Oser le désert ? Des pays sans paysans, Sciences humaines, n° 4.

Maigrot J.-L. (2003), Dépeuplement rural, maîtrise agricole et évolution des écosystèmes. L’exemple des plateaux de Langres et Châtillon, L’Espace géographique, t. 32, n° 3, pp. 253-263.

Marchand B. (2001), La haine de la ville : « Paris et le désert français » de Jean-François Gravier, L’information géographique, vol. 65, n°3, pp. 234-253.

Mathieu N. (1990), La notion de rural et les rapports ville-campagne en France. Des années cinquante aux années quatre-vingts, Économie rurale, n° 197, pp. 35-41.

Mathieu N. (1996), « Un parti pris méthodologique : la constante réflexion sur le concept de rural », in J.-P. Donnay, C. Chevigné (éd.), Recherche en géographie humaine. Hommage au Professeur Charles Christians, Liège, Société Géographique de Liège, pp. 361-367.

Mathieu N. (1998), La notion de rural et les rapports ville-campagne en France. Les années quatre-vingt-dix, Économie rurale, n°247, pp. 11-20.

Pelletier, P. (1997), La Japonésie. Géopolitique et géographie historique de la surinsularité au Japon, Paris, CNRS éditions, 391 p.

PESTAÑA G. (2012), « Les flux migratoires entre provinces de la Nouvelle-Calédonie : essai de déconstruction et de non-simplification d’un phénomène social et géographique total », in  J.-Y. Faberon, T. Mennesson (dir.), Peuple premier et cohésion sociale en Nouvelle-Calédonie, Aix-Marseille, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, pp. 217-229. 

Pestaña G., Pantz, P.-C. (2015 sous presse), « Parti pour rester ? Les mobilités comme élément de durabilité des territoires de la Nouvelle-Calédonie », in S. Blaise, C. David & V. David (dir.), Le développement durable en Océanie. Vers une éthique nouvelle, Aix-Marseille, Presses Universitaires d’Aix-Marseille. 

Rivoilan P., Broustet D. (2011), Recensement de la population en Nouvelle-Calédonie en 2009, Insee première, n°1338, 4 p.

SchÉma d’amenagement et de developpement de la nouvelle-caledonie – Nouvelle-CalÉdonie 2025 (2009), Les rapports des 9 ateliers du diagnostic. Nouméa, Haut-commissariat de la République & Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, 301 p.

Stock M. (2006), L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles, EspaceTemps.net [en ligne], Textuel 26.02.2006, 20 p.

Haut de page

Notes

1 L’Accord de Nouméa de 1998 a succédé aux dispositions prises avec les accords de Matignon-Oudinot en 1988 après les graves affrontements sur la question de l’indépendance des années 1984-1988.

2 Le 20 avril 2008 paraît l’article du Monde « Les « métros » débarquent sur le Caillou » par Xavier Ternisien qui y décrit une arrivée massive de métropolitains dans un pays sans chômage. L’article ainsi qu’un reportage sur une grande chaîne nationale relanceront le débat sur ces arrivées dont l’ampleur reste peu connue.

3 La « Brousse » désigne en règle générale la Grande Terre moins Nouméa et son agglomération. Les îles désignent soit les îles Loyauté (Ouvéa, Lifou, Tiga, Maré), soit l'ensemble des îles habitées qui entourent la Grande Terre.

4 Le terme « Canaque » de la période coloniale et plutôt péjoratif a été remplacé par celui de « Kanak » (invariable en genre et en nombre) qui est désormais revendiqué et officiel.

5 Selon O’Reilly, les libérés du bagne représentaient 55 % des Européens en 1895. « Le robinet d’eau sale a assez coulé. Il est fermé aujourd’hui. Ne demandons plus jamais qu’on l’ouvre. Je suis corps et âme pour le robinet d’eau propre », gouverneur Feillet, Conférence, Exposition de 1899, Nouméa. Cité par O’Reilly P. (1953), Paul Feillet, gouverneur de la Nouvelle-Calédonie, Revue d’histoire des colonies, t. 40, n°138, pp. 216-248.

6 C’est le maire de Nouméa Roger Laroque qui a utilisé cette expression crue en 1970.

7 Pierre Messmer premier ministre écrit en 1972 à son Secrétaire d’État au DOM-TOM: «  La présence française en Calédonie ne peut être menacée sauf guerre mondiale, que par une revendication nationaliste des populations autochtones appuyées par quelques alliés éventuels dans d’autres communautés ethniques venant du Pacifique. À court et à moyen terme, l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des départements d’Outre-mer (Réunion) devrait permettre d’éviter ce danger, en maintenant et en améliorant le rapport numérique des communautés  ».

8 Les données démographiques sur l’outre-mer français, proviennent des recensements INSEE pour les DOM, INSEE-ISPF pour la Polynésie Française et INSEE-STSEE pour Wallis-et-Futuna.

9 « Les chiffres confirment les déséquilibres évoqués par les responsables politiques non-indépendantistes » ou encore « Les îles… la terrible image de l’exode […] », Les Nouvelles Calédoniennes, Lepot H., « L’actu c’est ça aussi ! », 15/11/2009.
« Le décompte a confirmé les tendances connues : un dépeuplement de la côte Est et surtout des Îles », Les Nouvelles Calédoniennes, Lepot H., « Recensement : nous sommes bien 245 580 », 15/02/2010.

10 Le recensement sous la responsabilité de l’État a été mené par l’INSEE et l’ISEE du 26 août au 22 septembre 2014.

11 « Depuis 25 ans, ces deux collectivités se sont dépeuplées tandis que celle du sud a gagné plusieurs dizaines de milliers d’habitants, ce qui augmente d’autant les charges », Les Nouvelles Calédoniennes, Frédière P., « La taxe sur les jeux revue », 18 juin 2014.

12 Respectivement, les taux annuels moyens de variation des populations municipales sont de - 1,06 %/an, - 2,67 %/an, - 2,53 %/an.

13 2,28 enfants par femme en 2012 pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie.

14 Mi-2015, les données du recensement 2014 (août-septembre) ne sont pas encore disponibles en dehors du dénombrement.

15 Dans le cadre d’un statut d’autonomie renforcée encadrée par le titre XIII de la Constitution et la loi organique n° 99-209 du 19 mars 1999, la Nouvelle-Calédonie, ainsi que les collectivités en son sein, sont compétentes dans un grand nombre de domaines ressortissant au niveau national au Parlement. À titre d’exemples, le droit civil, le droit commercial, la sécurité civile ou encore l’enseignement primaire et secondaire ont déjà été définitivement transférés. Les compétences de l’enseignement supérieur ou la communication audiovisuelle pourraient être transférées à leur tour d’ici 2018. L’assemblée de la Nouvelle-Calédonie dispose d’un pouvoir législatif sous la forme de « lois du pays ». La Nouvelle-Calédonie comme les provinces existant en son sein disposent par ailleurs d’un pouvoir réglementaire autonome. Enfin, en application du principe de spécialité législative, les lois adoptées par le Parlement français dans les domaines de compétences de l’État ne s’y appliquent en principe pas, sauf mention expresse contraire du législateur

16 Ces sommes « n’ont pas servi au développement de l’économie et à la création d’emploi dans ces deux provinces. […] Il y a donc un problème de politique économique et sociale dans ces provinces. Le rééquilibrage a échoué en dépit des sommes énormes qui y ont été consacrées. La conséquence de cet échec, c’est que les gens ont quitté ces provinces pour s’installer dans le Sud, où les aides sociales sont plus généreuses, les services publics plus nombreux et plus efficaces et l’accès à l’emploi plus facile. […] Ce serait faire injure aux élus du Nord et des Îles que de faire semblant de penser qu’ils n’ont aucune responsabilité dans l’échec du rééquilibrage économique. » [Pierre Bretégnier, élu du Rassemblement UMP, Les Nouvelles-Calédoniennes, 06/01/2012]

17 On parle communément de la clé de répartition au singulier mais il y en a en fait deux différentes l’une de l’autre, la première pour le fonctionnement, la seconde pour l’équipement. Pour le fonctionnement, la province Sud bénéficie de 50 % des dotations issues de la Nouvelle-Calédonie, les provinces Nord et Îles de 32 % et 18 %. En équipement, la clé est respectivement de 40 %, 40 % et 20 %.

18 « Le discours est désormais rodé. Lors de l’examen du budget supplémentaire de la province Sud [les groupes non-indépendantistes] ont pointé les soucis financiers et appelé à nouveau à la révision de la clé de répartition », Les Nouvelles Calédoniennes, Mainguet Y., « Le vieux débat renaît », 10/09/2014.

19 « Pour l’INSEE, les doutes sont levés. Les vérifications ont été faites. » ; « La publication des chiffres du recensement […] avait suscité bien des étonnements [et] la grogne des politiques qui avaient pointé ce qu’ils considéraient comme les insuffisances du recensement 2009 : nombreux foyers pas enquêtés, […], solde migratoire nul, dysfonctionnements », Les Nouvelles Calédoniennes, Lepot H., « Recensement : nous sommes bien 245 580 », 15/02/2010.

20 La majorité des communes comptent moins de 5 000 habitants

21 Il reste beaucoup de questions non résolues sur le nombre d’habitants de l’archipel avant les contacts avec les premiers européens. Les estimations basses avancent traditionnellement l’hypothèse de 50 à 60 000 habitants tandis que les hypothèses les plus hautes estiment la population à 300 000 habitants.

22 Société minière du Pacifique Sud

23 « Partant du constat que les logiques du marché conduisent naturellement à la polarisation de l’espace et que les populations se déplacent selon les gradients de revenus, […] un déclin démographique des provinces Nord et Îles accompagné d’une accélération des mouvements migratoires intérieurs [conduit] à une concentration de la population (et de la richesse) dans le grand Nouméa. »[CMI-DME, 2011]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la population des communes de Nouvelle-Calédonie entre 2004 et 2014
Crédits Sources : INSEE-ISEE, Recensements 2004 & 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2. Part des trois provinces dans la clé de répartition (dotation en fonctionnement), la population totale et la population municipale agrégée par province
Crédits Sources : INSEE-ISEE, Recensement 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5 . Évolution de la population municipale entre différents recensements
Crédits Sources : INSEE-ISEE recensements.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 7. Densité de population des communes de Nouvelle-Calédonie en 2014
Crédits Sources : INSEE-ISEE, Recensement 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pestaña, « Du spectre du dépeuplement à celui de l’indépendance », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/6197 ; DOI : 10.4000/eps.6197

Haut de page

Auteur

Gilles Pestaña

Centre des Nouvelles Études sur le Pacifique
Université de la Nouvelle-Calédonie
BP R4
98851 Nouméa Cedex
gilles.pestana@univ-nc.nc

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org