Navigation – Plan du site
Articles

Le rôle du facteur démographique dans les processus de décroissance urbaine

Le cas de trois villes de tradition industrielle françaises
The role of demography in urban shrinkage processes – Three cases of traditional French industrial agglomerations
Yoan Miot

Résumés

Le présent article s’inscrit dans les cadres théoriques de la recherche sur les shrinking cities [Fol et Cunningham-Sabot, 2010], ici traduit sous le concept de décroissance urbaine [Baron et al., 2010]. La décroissance urbaine se définit comme une bifurcation inscrite dans la durée dans l’organisation économique, sociale et démographique des territoires où prédominent des phénomènes de répulsion. En France, alors même que la décroissance urbaine est avérée dans de vieux bassins miniers et industriels et dans des villes petites et moyennes [Wolff et al., 2013], le processus reste silencieux [Cunningham-Sabot et Fol, 2009]. En effet, l’intensité du déclin démographique dans les aires urbaines françaises reste limitée en raison d’un solde naturel dynamique.
Cet article se propose donc d’interroger le rôle et la place du déclin démographique dans le processus de décroissance urbaine, notamment dans des territoires présentant un déclin démographique limité spatialement ou de faible intensité. Dans ces territoires, dans quelle mesure peut-on encore parler de décroissance urbaine ? Quelles en sont alors ses caractéristiques ? Quels rôles jouent la dimension démographique de la décroissance urbaine ? L’article étudie trois villes françaises de tradition industrielle [Plan Urbain, 1994], parce que ces territoires sont touchés par un processus continu de déclin démographique depuis les années 1960 en Europe [Turok et Mykhnenko, 2008].

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La thématique du déclin urbain n’est pas nouvelle, comme en témoigne l’abondante littérature produite au cours des années 1960 et 1970 [Mumford, 1970]. Celle-ci a été théorisée à partir d’une perte de population des villes à partir des années 1940 aux États-Unis [Beauregard, 2003] et à partir de la fin des années 1960 en Europe occidentale [Aydalot, 1984]. Parmi ces premières analyses, le déclin urbain est souvent présenté comme un cycle [Van der Berg et al., 1982] pouvant s’ouvrir vers un retour à la croissance [Cheshire, 1995]. Malgré le retour à la croissance de certaines villes, la thématique du déclin urbain connaît une actualité renouvelée [Fol et Cunningham-Sabot, 2010] du fait de la persistance et de l’approfondissement de certaines situations de déclin démographique et d’une globalisation du phénomène, comme en attestent les travaux du Shrinking Cities International Research Network [Pallagst et al., 2009]. Dans ce contexte, ces mêmes auteurs privilégient le concept de décroissance urbaine (urban shrinkage) qui vient alors dépasser celui de déclin urbain. La décroissance urbaine est ainsi entendue comme une bifurcation inscrite dans la durée et caractérisée par un processus multidimensionnel d’affaiblissement économique, social et démographique concomitant et cumulatif où prédominent des phénomènes de répulsion [Baron et al., 2010].

2La décroissance urbaine trouve son origine dans les processus de désindustrialisation et de périurbanisation aux États-Unis et dans les pays de l’Europe de l’Ouest [Fol et Cunningham-Sabot, 2010]. D’autres processus peuvent s’y ajouter ou s’y substituer dans certains contextes internationaux. Ainsi, certains territoires sont d’abord frappés par les effets des transitions post-socialistes, comme dans les pays de l’Europe centrale et orientale [Bontje, 2004]. D’autres peuvent être touchés par les stades avancés de la seconde transition démographique [Van de Kaa, 1987] où le solde naturel est devenu négatif et où la population parfois diminue, comme au Japon [Buhnik, 2010]. En France, alors même que la décroissance urbaine est avérée dans de vieux bassins miniers et industriels et dans des villes petites et moyennes [Wolff et al., 2013], le processus reste silencieux [Cunningham-Sabot et Fol, 2009]. En effet, l’intensité du déclin démographique dans les aires urbaines françaises reste limitée en raison d’un solde naturel dynamique.

3Cet article se propose donc d’interroger le rôle et la place du déclin démographique dans le processus de décroissance urbaine, notamment dans des territoires présentant un déclin démographique limité spatialement ou de faible intensité. Dans ces territoires, dans quelle mesure peut-on encore parler de décroissance urbaine ? Quelles en sont alors ses caractéristiques ? Quelle place et quels rôles jouent la dimension démographique de la décroissance ?

4Afin de répondre à ces questions, nous proposons de coupler deux méthodes d’analyse quantitative : une analyse intercensitaire des évolutions territoriales et une analyse dynamique des mobilités résidentielles. La première, plus classique, consiste en une mesure des trajectoires d’évolutions démographiques, économiques et sociales des organisations territoriales sur une période de 40 ans. Elle permet de rendre compte de la bifurcation que constitue la décroissance urbaine [Beauregard, 2009]. La seconde vise à rendre compte du processus dynamique de déclin démographique en s’affrontant à la question des déterminants de la perte d’habitants. Pour mener à bien cette étude, nous nous appuyons sur une analyse de territoires emblématiques de la décroissance urbaine : les villes de tradition industrielle. En effet, entre 1960 et 2005, si la moitié des 364 plus grandes aires urbaines européennes a été touchée par une situation de déclin démographique [Turok et Mykhnenko, 2008], seules 13 se caractérisent par un processus permanent. Toutes ont la particularité d’appartenir à des ensembles urbains de tradition industrielle [Plan Urbain, 1994]. Dans cette perspective, nous choisissons les cas de Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne. Ces trois villes, au sein de contextes urbains différenciés, ont perdu entre 6 % et 25 % de leur population mais s’inscrivent dans des agglomérations soit stagnantes, soit en légère croissance.

1. La décroissance urbaine dans les villes de tradition industrielle : de l’approche théorique au cadre méthodologique

1.1. La décroissance urbaine comme processus multidimensionnel

5Dans les villes de tradition industrielle d’Europe de l’Ouest, la décroissance urbaine est étroitement liée aux processus de désindustrialisation et de périurbanisation [Fol et Cunningham-Sabot, 2010], processus renforcés ou non par des facteurs démographiques liés à la seconde transition démographique [Van de Kaa, 1987]. Une spirale de la décroissance urbaine se met progressivement en œuvre et s’auto-entretient [Bontje, 2004].

6Au regard de la littérature scientifique, la décroissance urbaine des villes de tradition industrielle constitue un processus multidimensionnel. La première dimension est économique, liée aux transformations du capitalisme vers un système globalisé flexible. Ces transformations se traduisent par une désindustrialisation spatialement inégale. Au niveau territorial, les recompositions économiques se traduisent par une accentuation des différenciations intra-territoriales [Parkinson, 1994 ; Turok et Edge, 1999]. En effet, la désindustrialisation et l’effondrement économique ne freinent pas la périurbanisation des activités. En outre, dans ces territoires, les politiques de reconversion produisent des effets insatisfaisants : malgré un certain redressement ou un freinage de la décroissance de l’emploi, la mutation vers les secteurs considérés comme moteurs de l’économie globalisé est faible tant quantitativement que qualitativement. Si l’emploi croît, c’est avant tout en raison du développement des services d’action sociale, d’éducation et de santé. Malgré le très net déclin de l’industrie, elle demeure le secteur économique central, illustrant les échecs des stratégies de diversification et de reconversion économique [Tomaney, 1994].

7La seconde dimension est sociale. Étroitement liée au processus de restructurations économiques, le chômage et la précarité deviennent centraux pour les classes populaires. Le brusque recul de l’industrie vient profondément déstructurer l’ensemble des régulations sociales locales. En effet, alors que les villes ouvrières et industrielles étaient des lieux d’affiliations sociales, économiques et territoriales concomitantes, la désindustrialisation provoque des processus pluriels de désaffiliation [Castel, 1995] touchant inégalement les ouvriers à travers le développement du chômage et de la précarité de masse [Bacqué et Sintomer, 2001]. Cette désaffiliation se traduit par une hétérogénéisation sociale des villes et des quartiers, liée à une diversification sociale progressive, et à l’affaissement de la catégorie ouvrière par paupérisation et précarisation.

8La troisième dimension consiste en un double processus démographique, l’un d’échelle interrégionale, l’autre d’échelle locale. Pendant que le chômage et la précarité augmentent, les villes de tradition industrielle connaissent une perte d’attractivité résidentielle d’échelle interrégionale. Cette perte d’attractivité est étroitement liée à des mobilités professionnelles socialement sélectives : les catégories sociales supérieures salariées déménagent plus souvent et plus loin que les catégories populaires [Baccaïni, 2007]. Ces mobilités résidentielles provoquent des déséquilibres migratoires entre ces villes et les territoires économiquement dynamiques [Cusin, 2014]. Dès lors, ces mobilités viennent accentuer les effets de la crise sociale en sélectionnant les ménages les plus jeunes, les plus diplômés et les plus favorisés pendant que les ménages les plus en difficultés restent dans la ville [Friedrichs, 1993]. Elles renforcent ainsi la crise sociale. Cette dimension démographique se joue aussi à une échelle locale. Au sein de ces territoires, la périurbanisation ne s’est pas enrayée et tient donc une place spécifique dans l’émergence et le développement de la décroissance urbaine des villes de tradition industrielle [Bontje, 2004 ; Beauregard, 2009]. En effet, elle apparaît comme problématique et paradoxale parce que la ville-centre décroît. Elle se traduit par une perte d’attractivité résidentielle de la ville-centre puisque le développement périurbain, s’il constitue « un jeu à somme nulle » à l’échelle de l’agglomération, se réalise au détriment des villes-centres [Couch et al., 2005] et se traduit par une restructuration de la géographie résidentielle des agglomérations. Au-delà de ces conséquences spatiales inégales, la périurbanisation constitue un processus socialement sélectif, sources de divisions socio-spatiales. Prenant racine dans le développement de l’accession à la propriété, la périurbanisation est étroitement corrélée à un cycle de vie particulier, celui de la mise en ménage et de la constitution du ménage comme cellule familiale [Berger, 2006]. Elle est le fait des ménages les plus dotés en capital économique mais aussi de ceux ayant stabilisé leurs trajectoires professionnelles [Driant, 2006]. Du fait de cette dynamique sociale particulière, la périurbanisation devient un processus propre à renforcer les divisions socio-spatiales et joue donc un rôle essentiel dans l’explication des écarts d’intensité des divisions socio-spatiales dans les aires urbaines françaises [Charlot et al., 2009].

9En somme, la décroissance urbaine apparaît bien comme un processus multidimensionnel d’affaiblissement économique, social, démographique. D’un point de vue spatial, il se traduit par un renforcement des divisions socio-spatiales [Fol, 2011] dont le modèle spatial constitue une juxtaposition d’îlots de croissance – les espaces périurbains - et de décroissance – les villes-centres [Miot, 2013]. Face au caractère multidimensionnel du processus, quelles méthodes conduire pour éclairer les rôles et les places de ces différentes dimensions explicatives ?

1.2. Rendre compte des déterminants de la décroissance urbaine : une approche nécessairement combinée

10Afin d’analyser les différentes dimensions de la décroissance urbaine, notre cadre méthodologique s’articule en deux étapes. La première consiste en une reconstruction des trajectoires d’évolution des territoires depuis 1968 et la seconde se fonde sur une analyse détaillée des mobilités résidentielles s’effectuant au sein, depuis et vers les villes-centres de ces agglomérations.

1.2.1. Analyse des trajectoires d’évolution des territoires décroissants

11L’analyse des trajectoires d’évolution des agglomérations décroissantes est une démarche essentielle pour mettre en exergue la bifurcation que constitue la décroissance urbaine. Cette analyse doit nous permettre de rendre compte de l’intensité du processus, de son incidence spatiale et de son inscription dans la durée. Elle se fonde sur une analyse des données harmonisées du recensement de la population entre 1968 et 2008 concernant la population active résidente, l’emploi au lieu de travail, l’évolution de la population et du stock de logements à l’échelle communale. Les évolutions sont prises en considération à deux échelles territoriales :

  • La première échelle d’analyse est nationale, soit une comparaison des évolutions des trois territoires étudiés avec les 42 plus grandes aires urbaines françaises, soit les aires urbaines de plus de 200 000 habitants.

  • La seconde échelle d’analyse est intra-urbaine, soit une analyse des différents territoires constitutifs de l’agglomération.

  • 1 Lecture de l’indice : Lorsque l’indice de spécialisation est inférieur à 1, le résultat indique que (...)

12Afin de rendre intelligible ces évolutions, un indice de spécialisation1 est développé, notamment pour rendre compte des transformations des localisations de l’emploi à l’intérieur des agglomérations et les transformations de l’emploi et de la population active dans les aires urbaines françaises. Outre cette démarche, l’analyse conduite pour la dimension démographique s’appuie sur une reconstruction des soldes naturels et migratoires apparents des villes-centres et des agglomérations.

1.2.2. Analyse dynamique des mobilités résidentielles

13À partir de cette analyse historique du processus de fragilisation des agglomérations, nous nous proposons d’effectuer une analyse dynamique des mobilités résidentielles. Cette analyse doit nous permettre de déterminer les causes du déclin démographique des villes étudiées. Avant d’entrer dans la présentation de notre démarche, il est nécessaire de revenir succinctement sur ce que sont les mobilités résidentielles. Ces dernières correspondent aux déménagements des ménages au cours d’une période donnée. Selon la littérature scientifique, ces déménagements sont contraints par un ensemble de déterminants se combinant selon les individus et les groupes sociaux [Authier et al., 2010] : les déterminants peuvent être professionnels, familiaux, liés à un projet résidentiel comme l’accession à la propriété et/ou à des cycles démographiques, comme lors de l’entrée dans la vie d’adulte ou lors de la retraite.

14Se fondant sur cette littérature issue d’enquêtes qualitatives, la démarche adoptée est une analyse quantitative des données des fichiers « Individus – Migrations Résidentielles » du Recensement Général de la Population. À partir de ces fichiers recensant les mobilités entrantes, sortantes et internes aux communes selon différentes temporalités (moins de 2 ans, moins de 5 ans,…), notre démarche cherche à déterminer le sens potentiel des mobilités résidentielles.

  • 2 Par précaution méthodologique, pour les PCS et la situation au regard de l’activité, lorsque nous p (...)

15Pour notre étude, nous retenons l’ensemble des mobilités résidentielles effectuées il y a moins de 5 ans. Cette périodicité permet de saisir un plus large éventail de mobilités résidentielles, notamment dans le parc locatif privé dont la population est relativement mobile. Les analyses se fondent sur la catégorie sociale, la situation au regard de l’activité de la personne de référence du ménage2 ainsi que la situation familiale du ménage. Les catégories d’analyse retenues sont les suivantes :

  • l’âge de la personne de référence du ménage (moins de 25 ans, 25-39 ans, 40-64 ans, plus de 65 ans) ;

  • la situation familiale de la personne de référence du ménage (personne seule, famille monoparentale, famille mono-active, famille biactive, ménage non familial) ;

  • la profession et la catégorie sociale de la personne de référence du ménage (cadres et professions intellectuelles supérieures, professions intermédiaires, employés, ouvriers, retraités, inactif) ;

  • le type d’activité de la personne de référence du ménage (actif, retraité, étudiant, femmes au foyer, inactif)

  • le statut d’occupation de la personne de référence du ménage (propriétaire occupant, locataire du parc privé, locataire du parc social, locataire d’un meublé, hébergé) ;

16À partir de ces variables caractérisant le ménage et au regard de la littérature scientifique sur les déterminants des mobilités résidentielles, un sens potentiel des mobilités résidentielles est construit. Cette analyse dissocie les mobilités résidentielles depuis et à destination des villes-centres entre celles de longue distance et de courte distance. Les mobilités résidentielles de longue distance, c’est-à-dire celles s’effectuant en dehors de l’agglomération, doivent nous permettre de mettre en exergue le sens potentiel des mobilités résidentielles d’échelle régionale. Au regard de la littérature scientifique, nous les classerons en cinq grands types :

  • les mobilités potentiellement professionnelles, soit des mobilités de ménages actifs ou chômeurs à destination du parc locatif privé, locatif social et en propriété occupante s’effectuant à une échelle interdépartementale. À une échelle intra-départementale, il s’agit des mobilités résidentielles des ménages actifs ou chômeurs à destination des parcs locatifs privés et sociaux ;

  • les mobilités potentiellement de retraites, soit des mobilités de ménages retraités à une échelle interdépartementale ou intra-départementale ;

  • les mobilités potentiellement d’études, soit des mobilités de ménages étudiants d’échelle intra-départementale et interdépartementale ;

  • les mobilités potentiellement d’accession, soit des mobilités à destination d’un parc en propriété occupante à une échelle intra-départementale, dans le sens où elles peuvent illustrer un arbitrage résidentiel du ménage et un desserrement progressif des agglomérations ;

  • les autres mobilités, soit des mouvements migratoires dont le sens est difficilement qualifiable, notamment celles des personnes inactives.

17Concernant les mobilités résidentielles internes aux agglomérations, nous mesurons à partir des catégories d’analyse précédentes, trois types de parcours potentiels internes aux agglomérations :

  • Les mobilités potentielles d’accession, soit les mobilités résidentielles vers un parc en propriété occupante ;

  • Les mobilités potentielles d’accès au parc social, soit des mobilités résidentielles vers un logement social ;

  • Les mobilités potentielles d’accès au parc locatif privé, soit des mobilités résidentielles vers un logement locatif privé.

18Ces données sont présentées sous la forme de taux annuel de migration nette. Cet indicateur se définit comme « le taux d'évolution de la population imputable aux mouvements migratoires entre cette zone et les autres parties du territoire national. Il est égal à la différence entre les entrées et les sorties de la zone considérée liés à des mouvements internes [au territoire national], rapportée à la population moyenne de la zone3 ». La population moyenne de la zone correspond à la moyenne des populations entre 2006 et 2008. Dans notre étude, il est l’indicateur central pour révéler les effets socio-démographiques des déséquilibres résidentiels et pour déterminer avec quels types de territoires la ville-centre entretient les flux résidentiels les plus intenses et les plus déséquilibrés mais aussi quels sont les déterminants et les logiques résidentielles de ces flux.

19Ainsi, il nous reste à voir comment la conduite de cette méthode d’analyse de la décroissance urbaine nous permet de comprendre l’articulation des différentes dimensions du processus.

2. La décroissance urbaine à Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne : un processus étroitement lié à la désindustrialisation

20Avant d’entrer dans l’analyse des cas étudiés, nous allons présenter succinctement les cas retenus. Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne sont des villes industrielles champignons [Duby et Agulhon, 1983]. De petits bourgs ou de petites villes, ces trois communes sont devenues des villes industrielles majeures au cours du XIXème siècle. Leur développement a été étroitement lié à l’industrie, cotonnière et mécanique, à Mulhouse, lainière à Roubaix, minière, textile, sidérurgique et d’armement à Saint-Étienne. Depuis les années 1970, ces trois villes connaissent une crise multiforme caractérisée par une baisse de la population et une baisse de l’emploi au lieu de travail et une progression du chômage et de la précarité.

21Au-delà de ces traits similaires, les trois villes présentent des différences en termes de taille et d’organisation spatiale. Mulhouse, 108 000 habitants, forme une agglomération de 232 000 habitants à l’organisation radioconcentrique relativement simple. Elle est marquée par l’implantation du second centre de production automobile de Peugeot, ce qui a pu compenser en partie l’effondrement de ses activités industrielles les plus anciennes. Roubaix, 94 000 habitants, constitue le second pôle urbain de la conurbation de Lille-Roubaix-Tourcoing. Cet ensemble urbain forme la cinquième agglomération française et est marqué par une restructuration économique profonde liée à un projet politique de bifurcation vers des activités économiques dites métropolitaines [Paris et Stevens, 2000]. Enfin, Saint-Étienne, 172 000 habitants, est considérée comme l’emblème de la décroissance urbaine en France. Ville de taille plus importante aux fonctions administratives plus développées que les autres, elle se situe dans un ensemble de vallées urbaines de près de 500 000 habitants qui se sont développées sur des industries aujourd’hui entrées en crise.

2.1. Trajectoires d’évolutions décroissantes : un renforcement des divisions socio-spatiales

22Premièrement, les trois territoires étudiés connaissent un intense processus de désindustrialisation, tant à l’échelle des villes-centres que des agglomérations. Chacune des agglomérations et chacune des villes-centres connaissent un processus durable de déclin de l’emploi de fabrication et de l’emploi ouvrier (figure 1). Du fait de cette intense désindustrialisation, le nombre total d’emploi au lieu de travail en 2008 est inférieur à celui de 1968 dans les trois villes. La baisse du nombre d’emplois la plus forte est atteinte à Roubaix, qui a perdu un tiers de ses emplois offerts au lieu de travail depuis 1968, soit 24 000 postes.

23Malgré cet intense déclin économique frappant les villes-centres, une croissance modérée de l’emploi est observée à l’échelle des agglomérations, illustrant une restructuration économique spatialement inégale. Si le processus de restructuration économique présente des différences d’intensité et de configuration spatiale entre les trois territoires étudiés, il demeure quelques invariants : les villes-centres forment toujours les territoires où les évolutions économiques sont les moins favorables et les espaces périurbains sont toujours les plus résilients, voire ceux où la croissance de l’emploi est la plus vigoureuse. Dans les villes-centres, la croissance dans les emplois métropolitains supérieurs, de services rendus aux entreprises ou de services rendus à la population ne compense pas l’intensité de la désindustrialisation des villes-centres. Les territoires périurbains, les premières couronnes de banlieue connaissent une croissance de l’emploi particulièrement dynamique, principalement tirée par les services rendus à la population et les services rendus aux entreprises. Cependant, l’emploi industriel y diminue aussi.

Figure 1. Évolution cumulée de l'emploi au lieu de travail par PCS dans les agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise entre 1968 et 2008.

Figure 1. Évolution cumulée de l'emploi au lieu de travail par PCS dans les agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise entre 1968 et 2008.

Source : INSEE, Données harmonisées du recensement général de la population entre 1968 et 2008.

24En outre, au-delà de cette analyse des trajectoires d’évolutions économiques internes aux agglomérations, la désindustrialisation possède des effets importants sur la place de ces agglomérations dans l’armature urbaine français. En effet, comparée aux aires urbaines de plus de 200 000 habitants, la transformation de leur système productif apparaît peu importante, constat contre-intuitif au regard des analyses expliquant que la désindustrialisation est un facteur de montée en gamme du tissu économique. En effet, alors que la fonction de fabrication reste particulièrement importante dans les agglomérations mulhousiennes et stéphanoises, les services rendus aux entreprises et les emplois métropolitains supérieurs apparaissent peu développés au regard des autres grandes aires urbaines françaises (figure 2). Cette évolution est moins marquante pour l’agglomération lilloise qui présente une intense désindustrialisation et une tendance lente à une métropolisation économique.

Figure 2. Indice de spécialisation des fonctions économiques des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise par rapport aux 42 plus grandes aires urbaines françaises

Figure 2. Indice de spécialisation des fonctions économiques des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise par rapport aux 42 plus grandes aires urbaines françaises

25D’un point de vue social, la désindustrialisation et cette transformation rapide de leur tissu économique ont provoqué une crise sociale cumulative caractérisée par une explosion du chômage et de la précarité. Si les conséquences sociales sont aussi prononcées, cela tient aussi au fait que les classes populaires sont demeurées nombreuses, et ce alors que les opportunités d’emploi se sont effondrées. Ainsi, comparées aux 42 plus grandes aires urbaines françaises, les villes-centres de Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne apparaissent comme des villes présentant un profil de plus en plus ouvrier, formant même des spécialisations statistiques pour les villes de Mulhouse et Roubaix (figure 3). À l’inverse, la part des cadres et professions intermédiaires régresse, au regard des autres aires urbaines, à telle point que Mulhouse et Roubaix apparaissent comme sous-spécialisées pour cette catégorie. Mais le point le plus marquant de cette transformation sociale est la part croissante et très rapide des chômeurs par rapport au contexte national. Dans ce contexte, les agglomérations apparaissent elles aussi marquées par cette crise sociale, même si les effets de cette dernière restent moins intenses que ceux constatés dans les villes-centres. Enfin, au regard de l’organisation interne des agglomérations et malgré des configurations spatiales particulières, nous constatons que le chômage frappe avant tout les classes populaires (ouvriers et employés) et, plus particulièrement celles vivant dans les villes-centres (figure 4).

Figure 3. Indice de spécialisation sociale des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise par rapport aux 42 plus grandes aires urbaines françaises

Figure 3. Indice de spécialisation sociale des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise par rapport aux 42 plus grandes aires urbaines françaises

Source : INSEE, 2010, Données harmonisées du recensement général de la population 1968-2008.

Figure 4. Le chômage en 2008 dans les agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise

2008

Population active

Ouvriers

Employés

Professions Intermédiaires

Cadres

Agglomération
mulhousienne

12 %

18 %

15 %

7 %

3 %

Ville de Mulhouse

1,51

1,4

1,42

1,64

1,37

Agglomération lilloise

12 %

21 %

14 %

9 %

3 %

Ville de Roubaix

1,97

1,48

1,78

2,21

2,76

Agglomération
stéphanoise

10 %

12 %

14 %

6 %

3 %

Ville de Saint-Etienne

1,34

2,02

1,40

1,45

1,51

Source : INSEE, 2010, Données harmonisées du recensement général de la population 1968-2008.

26Ainsi, la décroissance urbaine, dans ses dimensions économiques et sociales, semble avérée dans nos territoires étudiés. Les trois agglomérations sont profondément marquées par les restructurations économiques et la désindustrialisation. Cependant, il nous reste à voir ce qu’il en est de leur trajectoire d’évolution démographique. De ce point de vue, les agglomérations étudiées continuent à croître mais plus faiblement que les autres grandes agglomérations françaises. Si la croissance des 42 plus grandes aires urbaines s’établit à +33 % depuis 1968, la croissance démographique de nos agglomérations est respectivement de 22 %, 12 % et 3 %. En revanche, les trois villes-centres étudiées ont perdu entre 6 % et 25 % de leur population depuis 1968. Cette perte de population a été continue à Roubaix et Saint-Étienne et discontinue à Mulhouse avec un retour à la croissance entre 1990 et 1999. Dans ce cadre, l’explication la plus classique de cette perte de population des villes-centres réside dans la périurbanisation puisque les agglomérations ont continué à croître. En effet, la croissance démographique apparaît rapide dans les couronnes périurbaines et étroitement liée à un développement résidentiel conséquent, le nombre de résidences principales dans ces espaces ayant doublé (figure 5).

Figure 5. Évolution de la population et du nombre de logements au sein des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise (1968 = indice 100)

Figure 5. Évolution de la population et du nombre de logements au sein des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise (1968 = indice 100)

Source : INSEE, 2011, Données harmonisées du recensement général de la population 1968-2008.

  • 4 Cette différence n’est pas liée à une attractivité migratoire internationale plus importante pour l (...)

27Cependant, la périurbanisation ne peut expliquer seule le processus de déclin démographique des villes-centres. En effet, aussi bien à l’échelle de l’agglomération que des villes-centres, un solde migratoire négatif apparaît et tend à s’approfondir depuis les années 1970 (figure 6). Ce solde migratoire négatif concerne des espaces de plus en plus vastes depuis la période intercensitaire 1990-1999. Depuis lors, dans chacune des agglomérations, les couronnes périurbaines les plus proches des villes-centres sont marquées par un solde migratoire négatif et ne croissent plus qu’en raison d’un solde naturel relativement important. À ce titre, les cas des agglomérations lilloise et stéphanoise sont intéressants. L’agglomération lilloise présente une croissance démographique certes affaiblie mais bien plus importante que celle de l’agglomération stéphanoise alors que son solde migratoire est plus négatif. Cette dynamique migratoire est compensée par un solde naturel positif, voire très positif, ce qui empêche l’émergence d’un déclin démographique à l’échelle de l’agglomération. À l’inverse, l’agglomération stéphanoise connaît un solde migratoire moins négatif que celui de l’agglomération lilloise mais aussi un solde naturel plus faible, ce qui explique l’existence de deux périodes intercensitaires de déclin démographique à l’échelle de l’agglomération4. Dans ce cadre, si le déclin démographique est circonscrit aux villes-centres, il n’en demeure pas moins que nos trois territoires d’études connaissent une perte d’attractivité résidentielle structurelle. Les soldes migratoires sont négatifs et se renforcent au cours du temps. La solidité du solde naturel, particulièrement dans l’agglomération lilloise, constitue donc un facteur d’invisibilisation de cette perte d’attractivité résidentielle structurelle.

Figure 6. Variation annuelle de la population des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise entre 1968 et 2008

Figure 6. Variation annuelle de la population des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise entre 1968 et 2008

Source : INSEE, 2011, Données harmonisées du recensement général de la population entre 1968 et 2008.

28En guise de premières conclusions, l’analyse des trajectoires économiques, sociales et démographiques des trois agglomérations rend compte d’un processus de décroissance urbaine, même si le déclin démographique n’apparaît que relatif à l’échelle des agglomérations. En effet, la désindustrialisation ne permet pas une réelle montée en gamme des tissus productifs. Une crise sociale particulièrement profonde touche les trois territoires, frappant cumulativement les classes populaires autrefois au cœur du système productif industriel. Le processus, tel qu’il se met en œuvre, constitue une dynamique de divisions socio-spatiales où se juxtaposent au sein des agglomérations des espaces en croissance - les espaces périurbains - et des espaces en décroissance - les villes-centres. Les premiers concentrent et accueillent de nouveaux emplois et de nouvelles populations plus faiblement précarisées alors que les secondes apparaissent cumulativement fragilisées par une perte d’emploi, d’habitants et par une concentration des difficultés sociales. Dans ce cadre, si le déclin démographique semble moins central au regard de nos premières analyses, il nous reste à comprendre quelle place et quels rôles il joue dans l’articulation des différentes dimensions de la décroissance urbaine.

2.2. L’apport de l’analyse des mobilités résidentielles : le rôle central de la désindustrialisation dans la décroissance urbaine

29L’analyse dynamique fondée sur les mobilités résidentielles nous permet de rendre compte des déterminants du déclin démographique des villes-centres. Dans ce cadre, celui-ci apparaît comme une perte d’attractivité résidentielle structurelle se jouant à deux échelles, un processus intra-urbain mû principalement par une dynamique d’accession à la propriété et un processus d’échelle régionale animé par des mobilités potentiellement professionnelles.

30Premièrement, en termes de structuration des flux de mobilités résidentielles, le solde migratoire négatif des villes étudiées doit d’abord se lire comme une perte d’attractivité résidentielle structurelle des villes-centres. En effet, le solde migratoire négatif prend racine dans la faiblesse des flux entrants et non dans l’intensité des flux sortants. En effet, au cours de la période de 2003-2008, 23 % de la population de France métropolitaine a changé de commune. Ce taux ne s’établit qu’entre 12 et 14 % de la population de Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne. En d’autres termes, les trois villes n’ont accueilli que 12 à 14 % d’habitants venant d’une autre commune. Les personnes ayant quitté au cours de la période Mulhouse, Roubaix et Saint-Étienne représentent respectivement 22 %, 19 % et 15 % de la population actuelle de ces communes. Il n’y a pas ici non plus de sur-mobilité de sorties. Ainsi, l’analyse sommaire des flux de mobilités résidentielles traduit une mise à l’écart des flux intra-départementaux et interdépartementaux, ce qui rejoint les constats de F. Cusin (2014) sur les aires urbaines déclinantes en France.

31Au-delà de ce constat, le déclin démographique des villes-centres est expliqué à plus de 33 % par un déséquilibre migratoire se jouant aux échelles régionale et nationale (figure 7). À ces échelles, le solde migratoire négatif est principalement lié à des mobilités potentiellement professionnelles (plus de 50 %), soit engageant des ménages actifs (avec ou sans emploi) partant vers un autre bassin d’emploi régional ou national. Ce déséquilibre représente une perte de population se situant entre - 1 800 et - 2 700 personnes. Ces mobilités potentiellement professionnelles engagent principalement des ménages de classes sociales moyennes et supérieures (cadres et professions intermédiaires), conformément à la littérature sur les mobilités de longue distance. Cependant, de manière plus surprenante, alors que les ménages populaires (employés et ouvriers) sont considérés comme faiblement mobiles, ces derniers pèsent pour une part importante dans ce type de mobilités. La relative intensité de ces mobilités pourrait s’expliquer par les conséquences de la désindustrialisation qui a réduit les opportunités d’insertion professionnelle des classes populaires, les obligeant, pour une partie d’entre elles, à quitter ces territoires pour trouver un travail et relancer les trajectoires socio-professionnelles. Cette hypothèse est d’autant plus forte qu’un nombre conséquent de ces ménages populaires apparaissent comme chômeurs dans leur nouveau lieu de résidence.

Figure 7. Solde migratoire en valeur absolue et taux annuel de migration nette par PCS pour les flux d’échelle supra-locale

Figure 7. Solde migratoire en valeur absolue et taux annuel de migration nette par PCS pour les flux d’échelle supra-locale

Source : INSEE, 2011, Fichier Individus « MIGCOM2008 ».

32Ce solde migratoire négatif d’échelles régionale et nationale est aussi expliqué ente 25 % et 33 % par des mouvements résidentiels liés à l’accession à la propriété dans les franges des agglomérations, correspondant à un solde négatif de – 1 600 à – 550 personnes en 5 ans. Ce sont avant tout des ménages familiaux, plutôt jeunes, qui partent, sans qu’il y ait une claire surreprésentation des catégories sociales.

33Dans ce cadre, ce déséquilibre résidentiel d’échelles régionale et nationale se construit comme un processus socialement sélectif parce que, d’un côté, ce sont les ménages jeunes, actifs, appartenant plutôt aux classes sociales supérieures qui partent et, de l’autre, des familles stables et en emploi. Cela peut expliquer le processus de renforcement des contrastes socio-spatiaux au sein des agglomérations et la plus faible transformation de la composition sociale de la population active. En effet, les ménages plus aisés et diplômés quittent et/ou ne viennent pas dans ces villes tandis que les ménages les plus socialement intégrés quittent les villes-centres pour les franges de l’agglomération, laissant dans les villes les ménages les plus modestes.

34Á l’échelle locale, le processus d’accession à la propriété semble être l’explication centrale du déclin démographique des villes-centres. En cinq ans, le solde négatif s’établit entre – 1 800 et – 3 200 personnes pour les trois villes étudiées, soit en 66 % et 80 % du solde migratoire négatif constaté au sein de l’agglomération (figure7). Cela reflète l’existence de logiques résidentielles plutôt ascendantes, s’effectuant depuis ces territoires considérés comme paupérisés. Si les classes sociales moyennes et supérieures apparaissent légèrement surreprésentées, les classes populaires sont numériquement les plus nombreuses à s’engager dans cette mobilité, alimentant, pour elles, un solde migratoire négatif s’établissant entre -1 500 et -1 900 personnes. Ces classes populaires présentent un profil social particulier : elles appartiennent à des familles dont les deux membres du ménage travaillent (70 %). 90 % des ménages engagés dans cette mobilité sont des familles en emploi.

35Ce type de mobilité résidentielle révèle donc un problème d’ancrage des catégories populaires en cours de stabilisation sociale dans les villes-centres. De ce fait, les villes-centres apparaissent répulsives et en perte d’attractivité pour toutes les franges de la population, sauf les plus modestes et les plus précarisées, qui s’engagent avant tout dans des mobilités résidentielles internes aux villes.

Figure 8. Solde migratoire en valeur absolue et taux annuel de migration nette par PCS pour les flux d'échelle locale

Figure 8. Solde migratoire en valeur absolue et taux annuel de migration nette par PCS pour les flux d'échelle locale

Source : INSEE, 2011, Fichier Individus « MIGCOM2008 ».

Conclusion

36Pour conclure, la décroissance urbaine nous semble, premièrement, avérée dans nos trois cas d’études, même si le déclin démographique n’est que restreint et relatif. En effet, on y retrouve l’ensemble des dimensions présentes dans la littérature internationale ainsi que le modèle spatial qui s’y associe : l’augmentation des divisions socio-spatiales et la juxtaposition d’îlots de croissance et de décroissance. De ce point de vue, la décroissance urbaine nous semble devoir avant tout s’analyser comme un processus multidimensionnel où chacune des différentes dimensions doit être investiguée de manière précise.

37Deuxièmement, ces études de cas nuancent la place de la dimension démographique pour aborder la décroissance urbaine. L’approche dynamique que nous proposons tend à révéler le caractère central des restructurations économiques dans le processus de décroissance des villes de tradition industrielle. En effet, la lecture détaillée des mobilités résidentielles permet de mettre en exergue l’existence d’une perte d’attractivité résidentielle structurelle étroitement liée aux restructurations économiques. Cet état de fait s’explique, d’une part, par le poids et le rôle des mobilités interrégionales. Ces mobilités, avant tout déterminées par des questions professionnelles, nous semblent poser de manière centrale la question des restructurations économiques, les déséquilibres constatés semblant s’expliquer par le faible dynamisme économique et l’empreinte de la crise sociale sur les territoires. D’autre part, les mobilités internes à l’agglomération sont avant tout liées à un processus d’accession à la propriété, animant une dynamique de périurbanisation. Ces mobilités sont, elles aussi, conditionnées par l’emploi comme en atteste le profil social des ménages populaires accédant à la propriété depuis les villes-centres. En effet, la principale différence entre les catégories populaires accédantes et les autres vivant dans les villes-centres tient à leur stabilisation familiale et au fait qu’elles soient en emploi. Au-delà, ce constat sur le caractère central de la dimension économique quant au devenir de ces territoires invite à réfléchir aux théories de l’attractivité résidentielle mettant au cœur des analyses le primat de la qualité de vie sur celui du dynamisme économique [Florida, 2002 ; Davezies, 2008].

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER J-Y. (dir.), BIDET J., COLLET A., GILBERT P., STEINMETZ H., 2010, État des lieux sur les trajectoires résidentielles, PUCA (plan urbanisme construction architecture), Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, Groupe de Recherche sur la socialisation (UMR 5040), Université de Lyon 2, Paris, 85p.

AYDALOT P. (éd.), 1984, Crise et espace, colloque organisé les 26 et 27 mai 1983 par le centre Economie-espace-environnement, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Economica, Paris, 350p. 

BACCAÏNI B., 2007, « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis 50 ans », Population, vol. 62, 2007/1, pp. 143-160

BACQUE M-H., SINTOMER Y., 2001, Affiliations et désaffiliations en banlieue. Réflexions à partir des cas de Saint-Denis et d’Aubervilliers, Revue Française de Sociologie, vol. 42, pp. 217-249

BARON M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C., RIVIÈRE D., VAN HAMME G. (dir.) (2010), Villes et régions européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Lavoisier, Paris, 345p.

BEAUREGARD R., 2003, Voices of decline: the Postwar fate of U.S. Cities, Routledge, New York, 320p.

BEAUREGARD R., 2009, Urban Population Loss in Historical Perspective: United States, 1820-2000, Environment and Planning (A), vol. 41, pp. 514-528

BERGER M., 2006, Périurbanisation et accentuation des logiques ségrégatives en Île-de-France, Hérodote, 2006/3, n° 122, pp. 198-211

BONTJE M., 2004, Facing the challenge of shrinking cities in East Germany: the case of Leipzig, Geojournal, vol. 61, pp. 13-21

BUHNIK S., 2010, From Shinking Cities to toshi no shukusho: identifying pattern of shrinkage in Osaka Metropolitan Area, Berkeley Planning Journal, pp. 132-155

CASTEL R., 1995, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Fayard, coll. L’Espace du politique, Paris, 490 p.

CHARLOT S., HILAL M., SCHMITT B., 2009, La périurbanisation renforce-t-elle la ségrégation résidentielle urbaine en France ?, Espace populations et sociétés, 2009/1, pp. 29-44

CHESHIRE, P., 1995, A New Phase of Urban Development in Western Europe? The Evidence for the 1980s, Urban Studies, vol. 32/7, pp. 1045-1063

COUCH C., KARECHA J., NUISSL H., RINK D, 2005, Decline and sprawl: an evolving type of urban development observed in Liverpool and Leipzig, European Planning Studies, vol. 13, pp. 117-136

CUNNINGHAM-SABOT E., FOL S. (2009), Shrinking Cities in France and Great Britain: A Silent Process?, in Pallagst K., Aber J., Audirac I., Cunningham-Sabot E., Fol S., Martinez-Fernandez C., Moraes S., Mulligan H., Vargas-Hernandez J., Wiechmann T., Wu T. (eds), Rich J., (contributing ed.), The Future of Shrinking Cities. Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context, University of California, Berkeley, IURD, pp. 17-28

CUSIN F., 2014, Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues, in Fol S., Miot Y., Vignal C. (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Presses Universitaires du Septentrion, Lille, pp. 63-95

DAVEZIES L., 2008, La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses, Seuil, La République des Idées, Paris, 109p.

DRIANT J-C., 2006), À quoi sert l’accession à la propriété ?, Regards sur l’actualité, n° 320, avril 2006, La Documentation Française, Paris, pp. 61-77

DUBY G., Agulhon M. (dir.), 1983, Histoire de la France urbaine. T4, la ville à l'âge industriel : le cycle haussmannien, Seuil, coll. L'Univers historique, Paris, 494p. 

FLORIDA R., 2002, The rise of the creative class… and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, Basic Books, New York, 436p.

FOL S., 2011, Urban shrinkage and socio-spatial disparities: are remedies worse than the disease? , Built Environment, vol. 38/2, pp. 259-275

FOL S., CUNNINGGHAM-SABOT E., 2010, Déclin urbain et Shrinking cities : une évalution critique des approches de la décroissance urbaine, Annales de Géographie, 2010/4, pp. 359-383

FRIEDRICHS J., 1993, A Theory of Urban Decline: Economy, Demography and Political Elites, Urban Studies, vol. 30/6, pp. 907-917.

MIOT Y., 2013, « Growth and shrinkage in Three Tradition Industrial Agglomerations: Mulhouse, Roubaix and Saint-Étienne », Communication au colloque de l’AESOP 2013 à Dublin, 17p.

MUMFORD L., 1970, Le déclin des villes ou la recherche d’un nouvel urbanisme, France-Empire, Paris, 334p.

PALLAGST K., ABER J., AUDIRAC I., CUNNINGHAM-SABOT E., FOL S., MARTINEZ-FERNANDEZ C., MORAES S., MULLIGAN H., VARGAS-HERNANDEZ J., WIECHMANN T., WU T. (eds), Rich J., (contributing ed.), 2009, The Future of Shrinking Cities. Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context, University of California, Berkeley, IURD, pp. 17-28

PARKINSON M. (1994), « Requalification urbaine et développement inégal dans une ville traditionnelle : le cas de Liverpool », in PLAN URBAIN, Les villes européennes de tradition industrielle. Mutations économiques et politiques urbaines, Presses Universitaires de Lille, pp. 217-254

PARIS D., STEVENS J-F., 2000, Lille et sa région urbaine : la bifurcation métropolitaine, L’Harmattan, coll. Métropoles, Paris, 266p.

Plan Urbain, 1994, Les villes européennes de tradition industrielle. Mutations économiques et politiques urbaines, Presses Universitaires de Lille, Villeneuve d’Ascq, 291p.

VAN De KAA D., 1987, Europe’s Second Demographic Transition, Population Bulletin, vol. 42, pp. 1-57

VAN Der BERG L., DREWETT R., KLAASSEN L., ROSSI A., VIJVERBERG H. (1982), Urban Europe, vol. 1: a study of Growth and Decline, Pergamon Press, Oxford.

TOMANEY J., 1994, Les transformations de la base économique des villes britanniques de tradition industrielle : le cas du Nord-Est de l’Angleterre, in Plan Urbain, Les villes européennes de tradition industrielle. Mutations économiques et politiques urbaines, Presses Universitaires de Lille, pp. 21-38

TUROK I., Edge N., 1999, The Jobs Gap in Britain’s Cities: Employment Loss and Labour Market Consequence, Policy Press, Bristol, 76p.

TUROK I., MYKHNENKO V., 2008, Resurgent European Cities?, Urban Research and Practice, vol. 1/1, pp. 54-77.

WOLFF M., FOL S., ROTH H., CUNNINGHAM-SABOT, E., 2013, Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], consulté le 05 juillet 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/26136

Haut de page

Notes

1 Lecture de l’indice : Lorsque l’indice de spécialisation est inférieur à 1, le résultat indique que la part du phénomène observé est inférieure à celle constatée dans les aires urbaines de plus de 200 000 habitants ou au sein des aires urbaines. À l’inverse, lorsque le résultat est supérieur à 1, la part du phénomène observé est supérieure à celle constatée dans les aires urbaines de plus de 200 000 habitants ou au sein des aires urbaines. Lorsque l’indice de spécialisation apparaît en bleu, cela traduit l’existence d’une sous-spécialisation statistique lorsqu’il apparaît en rouge, il indique une sur-spécialisation statistique.

2 Par précaution méthodologique, pour les PCS et la situation au regard de l’activité, lorsque nous parlerons de chômeurs, d’ouvriers, de cadres (etc.), nous ferons toujours référence à la classe de la personne de référence du ménage.

3 http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/taux-migration-interne.htm

4 Cette différence n’est pas liée à une attractivité migratoire internationale plus importante pour l’agglomération lilloise puisque le taux d’immigrés y est plus faible que dans l’agglomération stéphanoise et que le nombre d’entrants venant de pays étrangers est assez similaire (0,5 % et 0,6 % de la population des ménages engagés dans une mobilité résidentielle au cours de l’année 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution cumulée de l'emploi au lieu de travail par PCS dans les agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise entre 1968 et 2008.
Crédits Source : INSEE, Données harmonisées du recensement général de la population entre 1968 et 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2. Indice de spécialisation des fonctions économiques des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise par rapport aux 42 plus grandes aires urbaines françaises
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 3. Indice de spécialisation sociale des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise par rapport aux 42 plus grandes aires urbaines françaises
Crédits Source : INSEE, 2010, Données harmonisées du recensement général de la population 1968-2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 5. Évolution de la population et du nombre de logements au sein des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise (1968 = indice 100)
Crédits Source : INSEE, 2011, Données harmonisées du recensement général de la population 1968-2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 6. Variation annuelle de la population des agglomérations lilloise, mulhousienne et stéphanoise entre 1968 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2011, Données harmonisées du recensement général de la population entre 1968 et 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 7. Solde migratoire en valeur absolue et taux annuel de migration nette par PCS pour les flux d’échelle supra-locale
Crédits Source : INSEE, 2011, Fichier Individus « MIGCOM2008 ».
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 8. Solde migratoire en valeur absolue et taux annuel de migration nette par PCS pour les flux d'échelle locale
Crédits Source : INSEE, 2011, Fichier Individus « MIGCOM2008 ».
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6192/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoan Miot, « Le rôle du facteur démographique dans les processus de décroissance urbaine », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://eps.revues.org/6192 ; DOI : 10.4000/eps.6192

Haut de page

Auteur

Yoan Miot

Maître de conférences
Institut Français d’Urbanisme
Laboratoire LATTS [UMR8134]
yoan.miot@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org