Navigation – Plan du site
Articles

L’Europe méridionale depuis 20 ans : dépeuplement, dépopulation et renouveau démographique

Southern Europe in the Last 20 years: Depopulation and Demographic Renewal
Yoann Doignon, Sébastien Oliveau et Isabelle Blöss-Widmer

Résumés

En Europe, beaucoup d’espaces (majoritairement ruraux) ont retrouvé depuis 10 ans le chemin de la croissance démographique après plusieurs décennies de décroissance. Cette reprise ne doit cependant pas cacher la déprise continue de certains territoires. En outre, ce renouveau démographique apparent doit être questionné afin d’imaginer sa durabilité.
Cet article se propose donc d’explorer la dynamique démographique de quatre États du Sud de l’Europe (Portugal, Espagne, France et Italie) au cours des deux dernières décennies. Après être revenus sur le rôle des dynamiques migratoires et naturelles dans cette croissance, nous abordons les structures par âge des différents territoires afin d’interroger les possibles dynamiques à venir. Ils se dégagent alors des scenarios différenciés selon les régions, qui mettent en avant des spécificités nationales. Le résultat final est la remise en cause du renouveau démographique sur deux aspects. Tout d’abord, il reste un nombre important de territoires qui ne connaissent pas de croissance et risque de continuer leur décroissance. Ensuite, la reprise constatée depuis 10 ans pourrait n’être que très furtive.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été écrit dans le cadre du projet SoDeMoMed financé par l’ANR Transmed (ANR-12-TMED-0005).

Texte intégral

1La décroissance démographique a longtemps été associée à l’exode rural, mouvement massif des campagnes vers les villes. Ce dernier n’étant plus d’actualité en France, l’intérêt pour la décroissance a quasiment disparu, peut-être à tort. La décroissance démographique est souvent abordée succinctement, voire occultée [Boutet, 2006]. L’idée commune veut que s’il devait y avoir des territoires en déclin démographique, on ne pourrait les observer qu’à une échelle fine, celle des petits villages du rural isolé par exemple. Or, entre 1999 et 2009, les campagnes françaises ont vu leur population globalement augmenter. Certains en ont déduit une revitalisation démographique durable du monde rural [Dedeire et al., 2011]. Néanmoins, on a montré qu’en prenant en compte un temps plus long (1968-2009), le nombre de communes s’inscrivant dans un mouvement de décroissance est loin d’être insignifiant [Oliveau, Doignon, 2016]. Certes ces communes diminuent d’un recensement à l’autre, mais pas au point de pouvoir être oublié par la littérature ou les études sur la croissance démographique en France. L’étendue de ces territoires de décroissance est suffisamment importante pour que l’on puisse constater un déclin démographique au niveau des départements.

2Il est donc intéressant de changer d’échelle afin de vérifier si ce phénomène est spécifique à la France. Hirczak M. et al. [2011] ont fait ce travail à l’échelle de l’Europe du Sud (Italie, France, Espagne). Ils décrivent un espace rural européen en pleine mutation, et un renversement des trajectoires démographiques est visible : le « repeuplement des campagnes européennes est désormais une réalité communément admise » [ibid. : p. 68]. Pour eux, ce processus de repeuplement rural serait durable. Ils vont d’ailleurs plus loin en envisageant que les territoires décroissants d’aujourd’hui sont en fait des territoires croissants en devenir... Ces études concluent ainsi à un renouveau démographique des campagnes, et se montrent très optimistes quant à leur avenir. Par le choix de leur cadre théorique [Font, 1994], les auteurs tendent à minimiser le phénomène de décroissance démographique, voire à le laisser de côté, puisqu’il serait a priori voué à disparaître, ne constituant qu’une étape dans la croissance. Ce cadre théorique suggère un lien quasi-mécanique entre reprise du solde migratoire et retour à la croissance (repeuplement et revitalisation). De plus, ces études se concentrent sur l’espace rural en excluant les espaces urbains. Or, ce postulat qui a priori suggère que la décroissance ne peut exister ailleurs que dans les espaces ruraux constitue une limite susceptible de laisser de côté des phénomènes inattendus de décroissance urbaine. Dans la littérature, il y a tendance à s’intéresser surtout au dépeuplement des espaces ruraux [Pinilla et al., 2008 ; Collantes et al. 2013].

3Dans cet article, nous souhaitons revisiter ces travaux en analysant plus finement la dynamique démographique de la croissance de l’Europe méridionale depuis les années 1990, en tenant compte des effets de structure par âge sur les renouveaux annoncés. En effet, des soldes migratoires positifs peuvent être composés d’actifs dont l’arrivée dans un espace est porteuse d’un renouveau durable. Néanmoins, dans d’autres cas, ils sont composés essentiellement de personnes âgées qui permettent d’imaginer d’autres types de reprises de la croissance. En approfondissant les processus à l’œuvre, nous questionnons la croissance future de ces espaces ; non seulement de ceux qui sont depuis longtemps en décroissance, mais aussi de ceux ayant récemment renoué avec une croissance positive.

4Cette démarche éclaire la problématique sous un angle différent, et permettra de discuter la pérennité du renouveau démographique annoncé par certains et l’optimisme qui l’accompagne.

5Pour mener à bien ce travail, nous avons utilisé les données de population de quatre pays (Italie, France, Espagne et Portugal), pour les périodes 1990-2000 et 2000-2010. Comme l’étude citée précédemment, nous avons adopté le niveau des NUTS 3 (équivalents aux départements français), mais nous n’avons pas restreint notre étude aux espaces ruraux.

6Deux raisons justifient le choix de travailler à ce niveau administratif (NUTS 3), niveau intermédiaire entre un niveau trop agrégé NUTS 2 et un niveau plus fin (commune). En premier lieu, étudier la décroissance à ce niveau administratif présente un intérêt interprétatif de taille. L’intérêt d’observer la dynamique des populations à des échelles plus agrégées, par rapport à des échelles trop fines, nous permet de démontrer combien la dynamique de la décroissance est installée, au point qu’elle marque de son empreinte la dynamique d’espaces même vastes, tels que des départements ou des régions entières.

7D’autre part, si le découpage NUTS 3 est certes plus hétérogène dans sa composition que l’échelle communale, parce qu’il mélange à la fois des espaces urbains et ruraux, il reste néanmoins incontournable car il est moins sujet aux bruits statistiques inhérents aux échelles communales.

8Au final, le NUTS 3 constitue un bon compromis pour la comparaison que nous souhaitons mener de la dynamique démographique d’espaces « comparables » issus de quatre pays, de surcroît dans une perspective de discussion avec les articles précités.

9Notre étude fait bien la différence entre les territoires dont la population diminue toujours actuellement, et ceux qui étaient en déprise démographique mais qui ont retrouvé une croissance positive. En effet, ce n’est pas parce qu’un territoire a retrouvé une croissance positive qu’il la gardera. De plus, une différence doit être introduite entre les niveaux de croissance. Pour cela, nous avons donc décidé de nous intéresser spécifiquement aux territoires ayant une croissance positive mais inférieure à la moyenne de l’échantillon. Ces territoires voient leur population augmenter, mais moins vite que la moyenne. Autrement dit, ils perdent du terrain par rapport aux autres départements en croissance.

10Dans un premier temps, nous décrirons la réalité de la décroissance démographique en Europe méridionale, puis nous identifierons les territoires concernés.

11Nous poursuivons par une explication du déroulement du processus, c'est-à-dire la façon dont ces territoires sont caractérisés par leur dynamique démographique (naturelle et migratoire) et leur structure par âge. Il s’agit en particulier de questionner le lien entre décroissance et vieillissement de la population.

12Nous qualifierons enfin les principales dynamiques de chaque pays d’Europe du Sud, de manière à tester l’hypothèse d’une décroissance spécifique à chaque espace national.

1. La renaissance démographique en question

13Le questionnement minutieux de la réalité de la décroissance en Europe du Sud est un préalable nécessaire à nos développements. Pour cela, nous avons cartographié la croissance démographique pour les périodes 1990-2000 et 2000-2010 (cartes 1 et 2). L’encart n° 1 détaille les données et précise le vocabulaire utilisé dans cet article.

Encart 1 : méthodologie et définition

Le niveau d’analyse
Notre aire d’étude est celle de l’Europe du Sud, c'est-à-dire le Portugal, l’Espagne, la France et l’Italie. Le découpage territorial retenu est celui du 3ème niveau de la nomenclature des unités territoriales statistiques (NUTS 3). Il correspond aux sous-régions portugaises, aux provinces espagnoles, aux départements français et aux provinces italiennes.

Les données
Les données utilisées dans cet article proviennent des offices centraux de statistiques de chacun des pays étudiés pour les périodes 1990-2000 et 2000-2010. Nous utilisons les variables suivantes :

Variable

Année ou période couverte dans chaque pays

Portugal

Espagne

France

Italie

Taux d’accroissement annuel moyen de la population (en % / an)

1992-2000
2000-2010

1991-2001
2001-2011

1990-1999
1999-2009

1992-2000
2000-2010

Taux d’accroissement annuel moyen de la population dû au solde migratoire (en % / an)

1992-2000
2000-2010

1991-2001
2001-2011

1990-1999
1999-2009

1992-2000
2000-2010

Taux d’accroissement annuel moyen de la population dû au solde naturel (en % / an)

1992-2000
2000-2010

1991-2001
2001-2011

1990-1999
1999-2009

1992-2000
2000-2010

Structure par âges quinquennaux

1992
2000
2010

1991
2001
2011

1990
1999
2009

1992
2000
2010

Comme on le constate, les données ne sont pas disponibles pour des intervalles exactement comparables. Il peut y avoir des écarts d’une, voire deux années. Pour permettre la comparaison, nous avons choisi d’utiliser les taux annuels moyens. Ainsi, bien que calculés sur des périodes variables d’un pays à l’autre, les périodes visées (1990 à 2000 et 2000 à 2010) sont décrites correctement.

Vocabulaire
Dans notre texte, une différence est faite entre les termes décroissance, dépopulation, dépeuplement et décroissance généralisée.
Par décroissance, nous entendons une population décroissante au sens où son accroissement total est négatif [Henry L., 1981 ; Demopoedia]. Ce terme ne désigne aucune dynamique responsable de l’accroissement négatif. La dépopulation désigne une « diminution de population d’un territoire causée essentiellement par un excès de décès sur les naissances » [Pressat R., 1979 : p. 47], autrement dit par la composante naturelle. Au contraire, le dépeuplement signifie une « diminution de population d’un territoire causée essentiellement par l’émigration » [Pressat R., 1979 : p. 46], c'est-à-dire par la composante migratoire. Un territoire désigné dans cet article en décroissance généralisée est un territoire en situation à la fois de dépopulation et de dépeuplement, avec ses deux composantes (naturelle et migratoire) négatives.

Nous faisons également la différence entre deux types de décroissance : la décroissance constante et la décroissance relative. Les territoires en décroissance constante ont des taux d’accroissement annuels moyens strictement négatifs de 1990 à 2000 et de 2000 à 2010. Les territoires en décroissance relative connaissent une croissance démographique négative entre 1990 et 2000, mais une croissance positive entre 2000 et 2010. Leur croissance reste cependant inférieure à la moyenne de l’ensemble des unités.

14Entre 1990 et 2000, un nombre important de territoires sont en situation de décroissance démographique (quasiment 40 % des unités administratives) et ce, dans les quatre pays étudiés. Ils se concentrent essentiellement dans le nord-est de l’Espagne, le long de la frontière entre Portugal et Espagne, dans la diagonale du vide française, en Sardaigne, en Sicile, sur les littoraux du nord et du sud de l’Italie (carte 1).

15La carte 2 montre une régression claire du phénomène : le nombre de territoires en situation de décroissance diminue fortement [Espon, 2008]. 60 % des unités administratives ayant une croissance négative entre 1990 et 2010, voient leur croissance devenir positive entre 2000 et 2010. Cependant, la décroissance est toujours visible le long de la frontière entre Portugal et Espagne, dans le sud de l’Italie, en Sicile, et de façon résiduelle dans la diagonale du vide en France durant cette période. Le nombre de territoires en décroissance a fortement diminué en France et en Espagne. Si la régression du phénomène est incontestable, il est toutefois impossible d’affirmer sa disparition. L’enjeu est donc de déterminer si le phénomène de décroissance reste significatif ou au contraire est devenu négligeable en Europe méridionale.

Carte 1. La croissance démographique en Europe du Sud (1990-2000)

Carte 1. La croissance démographique en Europe du Sud (1990-2000)

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., 2014.

Carte 2. La croissance démographique en Europe du Sud (2000-2010)

Carte 2. La croissance démographique en Europe du Sud (2000-2010)

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., 2014.

16Les tableaux 1 et 2 représentent respectivement le poids de la décroissance constante et relative entre 2000 et 2010. Les territoires en situation de décroissance constante représentent 16,6 % des unités administratives, soit seulement 7,2 % de la population, mais tout de même 14,5 % de la superficie totale. Le poids de la décroissance constante n’est pas la même dans tous les pays : elle est faible en Espagne, mais très forte au Portugal. Ce pays est le plus fortement touché : 40 % de ses unités administratives, 15,1 % de sa population et 58,2 % de sa surface.

17La décroissance relative est plus présente : 18,1 % des unités administratives, 13,7 % de la population et 18,9 % de la superficie. Cela signifie tout de même que quasiment 1/5e du territoire d’Europe méridionale a une croissance inférieure à la moyenne et se fait distancer en termes de poids démographique. Encore une fois, le phénomène n’a pas le même poids dans tous les pays. L’Italie et l’Espagne sont les pays avec le plus grand nombre de territoires en décroissance relative, avec 27,1 % de la superficie espagnole et 17,5 % de la population italienne.

18Cependant, si 60 % des territoires en décroissance entre 1990 et 2000 ont retrouvé une croissance démographique positive entre 2000 et 2010, seuls 20 % d’entre eux possèdent une croissance supérieure à la moyenne. Autrement dit, la majorité de ces territoires « en reprise » sur la période récente ont une croissance plutôt faible par rapport à l’ensemble de l’Europe méridionale. Pour un tiers d’entre eux, cette reprise n’a d’ailleurs pas permis en 2010 de retrouver leur population de 1990. Observer une croissance positive ne garantit en rien sa pérennité, surtout quand elle est faible. Il est d’ailleurs tout à fait possible qu’un territoire alterne périodes de croissance et périodes de décroissance, à l’image du département de la Loire en France [Oliveau, Doignon, 2015]. Dans notre échantillon, quatre unités connaissent une situation de décroissance entre 2000 et 2010 alors qu’il ne l’était pas entre 1990 et 2000.

19Si ces quelques statistiques rappellent que la décroissance démographique n’est pas un phénomène majoritaire en Europe méridionale, elles montrent qu’il n’est pas pour autant inexistant ou négligeable. Une fois ce constat établi, il convient de caractériser les territoires en décroissance par leur dynamique démographique et leur structure par âge. Existe-t-il une structure et une dynamique de population spécifiques à la décroissance ?

Tableau 1. Le poids de la décroissance constante

Unités administratives (%)

Population (%)

Superficie (%)

Aire d'étude

16,6

7,2

14,5

France

9,4

3,7

10,2

Espagne

8,3

2,3

7,2

Italie

20,4

13,1

21,2

Portugal

40

15,1

58,2

Source : INE, INE, INSEE, ISTAT.

Tableau 2. Le poids de la décroissance relative

Unités administratives (%)

Population (%)

Superficie (%)

Aire d'étude

18,1

13,7

18,9

France

13,5

10,4

14,1

Espagne

25

14,2

27,1

Italie

20,4

17,5

18,9

Portugal

13,3

9,7

9,4

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

2. Les moteurs de la décroissance démographique

20La décroissance démographique signifie une diminution globale d’une population. Cette réduction s’explique en partie par les composantes, naturelle et migratoire, de la croissance. Elle peut donc provenir d’un nombre de décès supérieur au nombre de naissances et/ou une émigration supérieure à l’immigration. Une situation de décroissance peut être causée par deux processus différents. En fonction de la dynamique démographique responsable de la décroissance, les implications sur la croissance future d’un territoire ne seront pas les mêmes. Trois cas de figure se dessinent : soit la décroissance est causée uniquement par un solde migratoire négatif (dépeuplement) ; soit uniquement par un solde naturel négatif (dépopulation) ; soit par les deux soldes négatifs (décroissance généralisée). La figure 1 illustre les dynamiques démographiques à l’œuvre pour les deux types de décroissances (constante et relative). Á partir de maintenant, nous nous concentrerons uniquement sur la période 2000-2010, puisque nous avons vu que le phénomène était en régression entre 1990 et 2010. Ainsi, nous choisissons d’étudier la décroissance pendant la période la plus récente.

21La majorité des territoires (51,1 %) en décroissance constante le sont à cause d’un solde naturel négatif (dépopulation). Presque un tiers (29,8 %) sont en situation de dépeuplement, et 19,1 % en décroissance généralisée. La composante naturelle est dominante dans le processus de décroissance puisqu’elle intervient dans 70,2 % des cas de décroissance (figure 1).

22Concernant la décroissance relative, 80 % des territoires ont vu leur croissance devenir positive uniquement grâce aux migrations, et 12 % grâce au cumul d’un solde migratoire et naturel positifs. Le rôle des migrations a donc été déterminant pour retrouver une croissance démographique relative [Espon, 2008].

Figure 1. Les dynamiques démographiques de la décroissance

Figure 1. Les dynamiques démographiques de la décroissance

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

23Une reprise de croissance par excédent migratoire ou par excédent naturel n’a pas les mêmes implications sur la croissance future. En effet, quand la croissance dépend uniquement de l’excédent naturel, elle porte un potentiel de renouvellement d’une croissance future. Les enfants nés dans ces territoires sont de potentiels futurs parents, une fois l’âge à la maternité atteint. Nous considérons que cette croissance par excédent naturel est plus durable et moins fluctuante que celle liée aux migrations. Cette dernière dépend étroitement de la structure par âge. Toutefois, dans un contexte d’émigration des âges actifs, le nombre de naissances potentielles à l’avenir dues à l’excédent naturel peut être atténué par le départ de parents.

  • 1 Terme apparaissant à la fin des années 70 aux États-Unis dans le contexte du déclin industriel et d (...)

24Les dynamiques produites par l’excédent migratoire dépendent très étroitement de l’âge des migrants. Des migrants d’âge actif ont une plus forte probabilité d’arriver avec des enfants ou d’entraîner des naissances, c'est-à-dire de futurs parents. Ils rajeunissent la population et participent à la croissance à long terme. Ainsi, par exemple, à l’échelle nationale Alain Parant [1992] a mesuré que, sans immigration depuis 1900, la France aurait eu en 1986 une population inférieure de 18 % et un vieillissement plus prononcé. Des migrants âgés, par leur arrivée, participent à la croissance à court terme du territoire, mais n’influencent guère la croissance à long terme car leur arrivée n’implique peu ou pas de naissances. Au contraire, ces migrants âgés viendront augmenter les futurs décès, aggravant éventuellement le solde naturel. S’ils ne sont pas remplacés par d’autres migrants, le solde migratoire peut en outre rapidement redevenir négatif et entraîner le territoire dans une nouvelle décroissance démographique. Les territoires inscrits dans cette dynamique sont dépendants de l’immigration de personnes âgées pour croître, et peuvent être considérés comme des « shriking regions »1 [Cunningham-Sabot et al., 2010].

25Le solde migratoire doit être interprété avec précaution du fait qu’il indique seulement le résultat de la soustraction entre immigrants et émigrants. Cet indicateur ne donne aucune indication sur le nombre d’immigrants et d’émigrants, ainsi que leurs âges. Il serait tout à fait possible que les émigrants soient d’âge actif et les immigrants plus âgés. Dans ce cas, les migrations ne constituent pas une réserve de croissance à long terme. Au contraire, elles accélèreraient la décroissance des zones en déprise démographique [Grasland, 2010].

26Dans notre cas, en l’absence de données migratoires par âge, nous nous contentons dans cet article d’analyser le taux d’accroissement annuel moyen (entre 2000 et 2010) des grands groupes d’âges en ce qui concerne la décroissance relative (figure 2).

Figure 2. Évolution des grands groupes d'âges par type de décroissance relative

Figure 2. Évolution des grands groupes d'âges par type de décroissance relative

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

27Rappelons que 80 % de ces territoires appartiennent à la catégorie « croissance uniquement due au solde migratoire positif ». Dans ce cas de figure, seule la part des moins de 15 ans diminue. Par contre, la part des 65 ans ou plus augmente assez fortement, contrairement à celle des 15-64 ans. L’interprétation de ces taux de croissance mérite une attention particulière, par le fait qu’ils captent certes une partie du phénomène migratoire, mais également un possible effet de structure.

  • 2 Il s’agit d’une catégorie d’une classification spatiale élaborée dans la continuité des travaux de (...)

28Sans pouvoir l’affirmer avec certitude, ces statistiques laissent penser que par ces territoires en décroissance relative les migrants sont plutôt des actifs âgés voire des retraités. Cette situation a déjà été observée dans les « campagnes fragiles »2 en France, principaux territoires en décroissance, attirant surtout des retraités [Pistre, 2011]. Ainsi, les territoires quittant la décroissance grâce aux migrations ont une croissance assez instable. Ceci pose de nombreuses questions sur leur croissance future : peut-on dire avec certitude qu’ils garderont une croissance positive ? Tout retournement migratoire inattendu ferait basculer le territoire en décroissance démographique, en particulier dans les situations où le solde naturel est resté négatif. Si les migrants sont majoritairement âgés, les futures naissances ne seront quasiment pas affectées par l’apport migratoire. Compte tenu de ces nouveaux éclairages, il est difficile d’affirmer qu’une croissance démographique alimentée exclusivement par les migrations (surtout si les migrants sont âgés) soit pérenne dans le temps et évite de basculer une nouvelle fois dans la décroissance.

29Les dynamiques démographiques des territoires en décroissance permettent de questionner leur croissance à venir. Les territoires en décroissance constante sont majoritairement en dépopulation (plus de décès que de naissances). Á l’inverse, 80 % des territoires en décroissance relative ont une croissance devenue positive grâce à un solde migratoire positif (repeuplement). Ces éléments remettent en question l’optimisme du renouveau démographique annoncé dans certaines études. Ces dynamiques démographiques agissent en effet sur une structure : la pyramide des âges. On a remarqué une plus grande progression des 65 ans et plus que les autres groupes d’âges, indiquant un possible vieillissement de la population des territoires en décroissance. L’étude de la structure par âge apportera un éclairage sur un éventuel lien entre vieillissement et décroissance.

3. Les structures de la décroissance démographique

30Les phénomènes démographiques ont la particularité d’avoir une forte inertie temporelle. On en retrouve les manifestations dans la structure par âge d’un territoire. La forme de la pyramide des âges est donc un élément important puisqu’elle témoigne des dynamiques démographiques passées, présentes et conditionne en partie les dynamiques futures. Une première manière de résumer la structure par âge d’une population consiste à calculer l’âge moyen ou médian. Toutefois, pour un même âge moyen ou médian, plusieurs structures de population sont possibles. Pour mieux les identifier, nous faisons le choix d’une Classification Ascendante Hiérarchique à partir de la part de chaque groupe d’âges quinquennal (en %) en 2010. Nous obtenons ainsi sept profils de pyramides des âges, que nous classons du plus jeune au plus vieux selon leur âge moyen (calculé a posteriori). Au lieu de présenter les profils selon leur écart à la moyenne de l’échantillon, nous présentons une pyramide des âges représentative de chaque profil identifié (en couleur), sur laquelle est superposée en trait noir la pyramide du profil moyen total (figure 3). Deux constats majeurs s’imposent. Tout d’abord, il y a peu d’hétérogénéité spatiale puisque les profils de structure sont concentrés spatialement (voir la carte 3). Ensuite, on relève que certains profils correspondent à des pays spécifiques. Ainsi, les profils 2 et 5 n’existent qu’en France ; le profil 4 est presque exclusivement observé à l’Italie et au Portugal ; le profil 7 n’apparaît que dans la Péninsule Ibérique. Ceci souligne la pertinence du cadre étatique (les États-nation) dans les structures démographiques, puisque cette dimension n’a pas été intégrée a priori dans la CAH.

31En outre, on observe de fortes variations entre le degré de vieillissement de ces profils. La différence maximum relevée entre les âges moyens du profil le plus jeune et du profil le plus âgé est supérieure à 8 années. Dans l’ensemble des territoires, sans tenir compte des profils, l’amplitude de l’âge moyen est de 13,5 ans. Par analogie, il s’agit de la différence d’âge moyen entre la France et le Koweït. Nous observons ainsi de très fortes disparités régionales : certains profils sont nettement plus vieux que d’autres.

32De plus, l’interprétation de ces pyramides des âges donne lieu à de véritables différences qualitatives entre ces structures de population (cf. encart n° 2)

Figure 3. Les profils de la CAH

Figure 3. Les profils de la CAH

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., Bloss-Widmer I., 2014.

Encart n° 2 : interprétation des profils de la CAH des âges quinquennaux en 2010

Le profil 1 est une pyramide avec surreprésentation des jeunes jusqu’à 35-39 ans. Il y a par contre dans ce profil une sous-représentation des âges supérieurs à 60 ans par rapport à la moyenne de l’échantillon. La base de la pyramide plus large montre une natalité plus élevée. Il s’agit de territoires essentiellement urbains : Naples, la région parisienne, Lyon, Toulouse.

Le profil 2 ressemble au profil 1, hormis la surreprésentation des jeunes qui est uniquement remarquable jusqu’à 25 ans. Les territoires concernés sont exclusivement français, dans la vallée du Rhône, dans l’ouest et le tiers nord du pays.

Le profil 3 montre une surreprésentation des 30-50 ans et des 0-9 ans uniquement. La base de la pyramide est plus creusée que les profils précédents et les âges vieux un peu plus nombreux. La forte surreprésentation des actifs entre 30 et 50 ans pourrait être due à un effet migratoire. Ce profil se retrouve surtout dans la moitié sud-est de l’Espagne, et dans une moindre mesure dans le nord de l’Italie.

Le profil 4 représente la pyramide des âges moyenne des quatre pays. La base de la pyramide témoigne d’une baisse de la fécondité et le haut de la pyramide indique un vieillissement démographique. Cela n’est pas étonnant : l’Europe est le continent le plus vieux du monde. Il est donc normal que la structure moyenne de notre étude soit une structure davantage marquée par le processus de vieillissement. Ce profil moyen correspond à une grande partie du Portugal et du sud de l’Italie (Sicile inclue).

Comparée aux profils 1 et 2, la base de la pyramide du profil 5 est légèrement plus creusée. Par contre, elle l’est beaucoup moins que les profils 6 et 7. Parmi les profils « vieux », le profil 5 est donc celui qui présente la plus forte natalité. La seule sous-représentation est celle des âges actifs (20-49 ans). Des traces du vieillissement s’observent avec la surreprésentation des âges au-delà de 50 ans. Ce profil se retrouve uniquement en France, essentiellement dans la diagonale du vide. La fécondité française étant plus forte que les autres pays européens, il n’est pas étonnant d’observer une base moins fine que les autres profils « vieux ».

Le profil 6 représente un stéréotype d’une structure par âge touchée par un vieillissement avancé. La base est très creusée, indiquant une faible natalité. Il y a surreprésentation des âges supérieurs à 35 ans, et une sous-représentation pour les âges inférieurs. Ce profil est en quelque sorte le miroir du profil 1. La forte surreprésentation des âges compris entre 35 et 50 ans peut indiquer un effet des migrations : émigration des jeunes actifs (20-35 ans) et/ou immigration des actifs plus vieux, voire des retraités. Cette surreprésentation pourrait également être la conséquence de générations plus nombreuses que les suivantes du fait d’une forte baisse de fécondité. Ce profil correspond à toute la moitié nord de l’Italie, à la Sardaigne et à une partie du nord de l’Espagne.

Le profil 7 ressemble au profil 6, mais les tendances y sont plus accentuées. La sous-représentation se concentre exclusivement sur les âges inférieurs à 45 ans, et on observe une surreprésentation systématique au-delà. Contrairement au profil 6, l’effet des migrations serait atténué car il n’y a pas de surreprésentation des âges actifs. Géographiquement, ce profil est localisé quasi-exclusivement dans la partie nord-ouest de l’Espagne.

Carte 3. La structure par âge en 2010

Carte 3. La structure par âge en 2010

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., 2014.

33La figure 4 représente la répartition des profils selon le type de décroissance. Il existe clairement un lien entre décroissance et vieillissement démographique. En effet, 63 % des territoires en décroissance constante et 78 % de ceux en décroissance relative possèdent un des trois profils les plus vieux de la CAH (profils 5, 6 et 7). D’ailleurs, les territoires en décroissance constante sont ceux qui vieillissent le plus : l’évolution de leur âge moyen entre 2000 et 2010 est de + 0,60 %/an, contre + 0,42 %/an pour les autres territoires.

34Un tiers des territoires en décroissance constante ont le profil 7 de pyramide des âges, c'est-à-dire avec un vieillissement démographique prononcé, une base très creusée et une surreprésentation générale des âges supérieurs à 45 ans.

35Par contre, 42 % des territoires en décroissance relative possèdent le profil 6 de pyramide des âges. Nous avons émis l’hypothèse que ce profil présentait des signes d’effets migratoires (voir encart n° 2). Les migrants seraient peut-être des actifs plutôt âgés (35-55 ans), correspondant aux classes d’âge les plus représentées. Il n’est pas impossible qu’il y ait également une émigration des jeunes actifs, au vu de la forte sous-représentation de ces classes d’âges. Une analyse plus fine avec des données concernant l’âge des migrants permettrait de confirmer ou d’infirmer ces hypothèses.

Figure 4. Les structures de la population des territoires en décroissance

Figure 4. Les structures de la population des territoires en décroissance

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

36Ces structures de population permettent de questionner la croissance future des territoires en décroissance. La décroissance constante est marquée par une pyramide des âges vieillie : un tiers de ces territoires est caractérisé du profil 7 (figure 4), structure classique d’une population au vieillissement avancé. Les âges actifs (jusqu’à 45 ans) sont sous-représentés, or il s’agit de la période de fécondité pour les femmes. Chez les moins de 15 ans, plus la classe d’âge est jeune, moins sa part dans la population totale est importante : la part des 0-4 ans est moins importante que celle des 5-9 ans, elle-même moins importante que celle des 10-14 ans. Les naissances sont donc de moins en moins nombreuses. Á fécondité constante, quand ces générations creuses atteindront les âges féconds, elles engendreront moins de naissances qu’à l’heure actuelle. Ces naissances seront d’autant moins nombreuses que la fécondité diminuera. Structurellement, le nombre de jeunes est appelé à diminuer à l’avenir, contrairement aux générations nombreuses âgées de plus de 45 ans qui renforceront le groupe des personnes âgées. Ainsi, la hausse du nombre de personnes âgées impliquera une augmentation des décès, qui dépassera celui des naissances dont la tendance est à la baisse. Á défaut d’immigration, et de migrants jeunes pouvant faire des enfants sur place, la trajectoire démographique de cette structure de population tend à confirmer sa décroissance.

37Ces remarques peuvent être étendues aux profils 5 et 6, avec quelques précautions néanmoins. En effet, le profil 5 présente une natalité plus forte que les deux autres : on y trouve une plus grande proportion de personnes de moins de 20 ans. Les générations sont plus nombreuses que les précédentes, impliquant une augmentation des naissances à l’avenir. Cependant, la structure semble présenter des signes d’émigration des jeunes actifs (sous-représentation des 20-49 ans), ce qui réduit l’impact d’une plus forte natalité. Dans ce cas, la décroissance sera maintenue, mais dans le même temps limitée par le nombre des naissances et aggravée par l’augmentation des décès due au vieillissement de la population.

38Le profil 6 montre une augmentation des naissances depuis 10 ans : les 0-9 ans sont plus nombreux que les 10-19 ans. Cela peut s’expliquer par une remontée de la fécondité ou par des migrants plutôt jeunes amenant des naissances. Le poids des générations plus âgées viendra certainement contrebalancer cet effet positif des migrations par une augmentation future des décès. De plus, les migrations peuvent changer durablement la structure de la population à la condition qu’elles perdurent dans le temps. Une diminution du flux d’immigrants pourrait entraîner un retour très rapide à la décroissance.

39Cette classification met en évidence le fort lien entre décroissance démographique (constante comme relative) et vieille structure de population (base de la pyramide creusée et surreprésentation des personnes âgées). Ce vieillissement de la pyramide des âges conditionne d’une certaine façon la croissance future. Alfred Sauvy résumait cette situation par une formule restée célèbre : « croître ou vieillir ». Une manière pour une population de ne pas vieillir, ou du moins de ralentir ce mouvement, est de ne pas avoir une fécondité basse et/ou d’accueillir de nombreux jeunes migrants, autrement dit de continuer de croître. Dans le cas contraire, la population vieillit et voit sa croissance diminuer, voire devenir négative. Le vieillissement démographique pose explicitement l’enjeu de la croissance. Tout l’enjeu pour une société est d’ « apprendre à vieillir, sans croître et sans perdre sa vitalité » [Sauvy, 1965 : p. 194].

40La qualification des territoires en décroissance selon leur dynamique démographique et leur structure montre une hétérogénéité des cas de figures. Les cartes présentées ci-dessus illustrent une distinction forte selon les pays d’Europe du sud auxquels on s’intéresse. Regardons désormais s’il existe des caractéristiques spécifiques à chaque pays. Les décroissances constante et relative en Espagne diffèrent-elles vraiment de celles des autres pays ? Les dynamiques à l’œuvre et les structures sous-jacentes se distinguent-elles selon l’espace national ?

4. Des caractéristiques spécifiques à un espace national ?

41Nous nous proposons d’étudier maintenant les différences de dynamiques et de structures des territoires en décroissance démographique entre les quatre pays de notre aire d’étude. L’unité utilisée dans les tableaux de synthèse suivants est le nombre d’unités administratives concernées par chaque profil de décroissance.

4.1. Le Portugal : des territoires très vieux marqués essentiellement par la dépopulation

42La décroissance constante au Portugal se concentre en grande majorité dans des territoires en dépopulation avec une structure de population correspondant au profil 7. Il n’y a pas de cas de dépeuplement au Portugal puisque la décroissance constante portugaise s’explique principalement par un déficit de la composante naturelle. Les territoires concernés ont une structure parmi les plus vieilles d’Europe du Sud. La base creusée de la pyramide des âges s’explique certainement par ce déficit naturel. On relève tout de même 3 sous-régions en décroissance généralisée, dont deux avec une structure de profil 7.

43La décroissance relative s’observe dans les territoires aux structures plus jeunes (profil 1 et 4). Le basculement dans une croissance positive se fait dans la moitié des cas grâce aux migrations, et dans l’autre moitié par les deux soldes (naturel et migratoire) positifs.

Tableau 3. Type de décroissance au Portugal

Décroissance constante

Décroissance relative

Profil n° 

Dépopulation

Décroissance généralisée

Les deux soldes positifs

Uniquement solde migratoire positif

1

 

 

2

 

4

 

1

 

2

6

1

 

 

 

7

9

2

 

 

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

4.2. L’Espagne : les migrations au secours de la croissance

  • 3 D’ailleurs, l’étude des tendances très récentes grâce aux registres communaux semble confirmer ce r (...)

44La décroissance constante espagnole s’explique exclusivement par la dépopulation. Notons toutefois que seules 4 provinces sont concernées. L’Espagne est remarquable du point de vue de la décroissance relative. En effet, 78 % des territoires en décroissance constante entre 1990 et 2000 passent en décroissance relative, en grande majorité grâce aux migrations. Les structures de populations sont très âgées (profils 6 et 7). Cela s’explique en partie par le très faible indice de fécondité de l’Espagne, autour de 1,41 entre 2005 et 2010. La combinaison d’une croissance retrouvée grâce aux migrations et des structures démographique très vieilles met en question la pérennité de cette croissance à l’avenir. L’Espagne a connu une forte immigration au cours de la décennie 2000. Un renversement du solde migratoire impliquerait sûrement un retour à la décroissance3.

Tableau 4. Type de décroissance en Espagne

Décroissance constante

Décroissance relative

Profil n° 

Dépopulation

Les deux soldes positifs

Uniquement solde migratoire positif

6

4

3

7

4

8

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

4.3. La France : une mosaïque de décroissances possibles, marquée par des structures plus jeunes

45La France est le pays avec le plus de cas de figure de décroissance démographique. La décroissance constante s’explique à part égale par le dépeuplement et la dépopulation. Que ce soit pour la décroissance constante ou relative, les territoires ont une structure par âge plutôt jeune. En effet, le profil le plus vieux présent est le profil 5, c'est-à-dire le profil vieux avec la plus forte représentation des jeunes, synonyme d’une plus forte natalité. Ce constat s’explique par la forte fécondité française. Cela se confirme à l’échelle infranationale, où les départements présentent globalement une structure plus jeune que ceux des autres pays d’Europe du Sud (carte 3).

46Comme dans les autres pays, les départements passent majoritairement d’une décroissance à une croissance positive grâce aux migrations. Cependant, cette proportion est plus faible qu’ailleurs, puisqu’il existe tout de même 4 départements se repeuplant grâce à un solde naturel positif, cas de figure inexistant dans les autres pays. Cette diversité de profils de décroissance démographique s’explique avant tout par la plus forte fécondité générale de la France.

Tableau 5. Type de décroissance en France

Décroissance constante

Décroissance relative

Profil n° 

Dépeuplement

Dépopulation

Décroissance généralisée

Les deux soldes positifs

Uniquement solde naturel positif

Uniquement solde migratoire positif

1

1

2

1

3

5

3

4

1

1

8

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

4.4. L’Italie : la forte influence du dépeuplement

47La décroissance constante en Italie s’explique à 48 % par le dépeuplement (solde migratoire négatif), à 29 % par la dépopulation (solde naturel négatif) et à 23 % par une décroissance généralisée. Il s’agit du pays où le dépeuplement a la plus forte influence sur la décroissance constante. Les territoires en dépeuplement ont d’ailleurs une structure plus jeune (profil 4) que ceux en dépopulation ou décroissance généralisée.

48Comme l’Espagne, la croissance positive des territoires en décroissance relative provient quasi-exclusivement (90 %) d’un solde migratoire positif. Les structures de population de ces territoires sont très vieilles (profils 6 et 7). La pérennité des croissances futures de ces derniers est donc fortement remise en question par leurs structures et dynamiques.

Tableau 6. Type de décroissance en Espagne

Décroissance constante

Décroissance relative

Profil n° 

Dépeuplement

Dépopulation

Décroissance généralisée

Les deux soldes positifs

Uniquement solde migratoire positif

4

10

1

3

2

1

6

5

2

17

7

1

Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.

Conclusion

49Depuis 1990, la décroissance démographique est un phénomène en recul en Europe méridionale, mais n’a cependant pas disparu. Son importance varie d’un pays à l’autre : limitée en Espagne elle est très forte au Portugal. L’étude des dynamiques démographiques responsables de la décroissance montre l’importance de la dépopulation dans la décroissance constante et celle des migrations pour la décroissance relative. En effet, la grande majorité des territoires ont retrouvé une croissance positive uniquement grâce aux migrations. Cependant, l’évolution attendue des grands groupes d’âges révèle une plus grande augmentation des personnes de 65 ans ou plus par rapport aux autres groupes d’âges. Une classification des structures par âge en Europe du sud a mis en évidence le fort lien entre décroissance et pyramide des âges vieillie. Certaines structures de population portent en elles les stigmates de la baisse de fécondité et du vieillissement démographique, conditionnant en partie la décroissance future. C’est une décroissance structurelle qui s’installerait alors.

50D’autre part, des profils de décroissance spécifiques à chaque pays se sont dégagés des analyses. Le Portugal et l’Espagne restent essentiellement marqués par des territoires en dépopulation dont les structures par âge sont les plus vieilles d’Europe du Sud, signe d’une fécondité très basse dans les deux pays. L’Espagne, dispose cependant d’un nombre important de territoires en décroissance relative, quasi-exclusivement grâce aux migrations. La France présente une plus grande variété de type de décroissance. La moitié de ses territoires en décroissance constante sont en dépeuplement, et l’autre moitié en dépopulation. Il s’agit du seul pays où des territoires gagnent une croissance positive grâce au solde naturel. Parmi tous les territoires en décroissance en Europe du Sud, les départements français ont la structure par âge la plus jeune, provenant de sa plus grande fécondité générale. La décroissance constante en Italie est d’abord et avant tout marquée par le dépeuplement, même si la dépopulation est aussi présente. Comme l’Espagne, les provinces italiennes en décroissance relative le sont grâce aux migrations. Par contre, malgré des territoires très vieillis, l’Italie dispose tout de même d’un nombre conséquent de territoires de profil moyen de structure par âge, essentiellement localisés dans le sud, où la fécondité est légèrement plus élevée.

51Les descriptions du processus de décroissance démographique d’un point de vue dynamique et structurel nous permettent d’imaginer et de discuter le futur de ces territoires en décroissance. Selon les dynamiques à l’œuvre et les structures présentes, il n’est pas raisonnable d’appliquer le même modèle.

52Nous ne pouvons qu’être pessimistes à propos des territoires à la fois vieillis, en situation de dépopulation et de dépeuplement : il faudrait de grands bouleversements démographiques pour renverser la tendance. Pour les territoires en dépeuplement par contre, un simple renversement du solde migratoire pourrait les faire revenir vers la croissance. Á long terme, une dépopulation combinée à une structure par âge vieillie semble être un cas de décroissance difficile à contrebalancer, même si un fort solde migratoire positif peut permettre de sortir, ponctuellement, de la décroissance. Dans tous les cas, une structure par âge plus jeune, avec des générations de jeunes plus fournies, limiterait durablement la décroissance grâce un solde naturel plus élevé, permettant alors de contrebalancer un solde migratoire négatif.

53Le rôle des migrations est ambigu et nécessite une réflexion. Tout l’impact du phénomène migratoire dépend de l’âge des migrants. Des migrants plus jeunes ont tendance à rajeunir durablement la population. Á l’inverse, des migrants âgés accéléreront la décroissance à venir. Le cas de figure le plus extrême serait une émigration des jeunes actifs et une immigration de personnes âgées. Même si le solde migratoire se révèle positif, ce profil migratoire transforme durablement la structure de la population et la prédispose alors à une décroissance future durable.

54Le fait qu’entre 2000 et 2010 les migrations soient majoritairement responsables du passage de la décroissance vers une croissance positive laisse dubitatif sur la pérennité de cette croissance. L’immigration est un phénomène incertain et fluctuant, contrairement au solde naturel qui dépend étroitement de la structure de la population. Si, comme nous le laissent voir les structures par âges, les migrants sont majoritairement des personnes âgées, alors la croissance positive ne sera certainement pas durable. Dans ce cas, il est à prévoir qu’un certain nombre de territoires retombent dans la décroissance dans les décennies à venir.

55Bien évidemment, ces réflexions prospectives n’envisagent qu’une partie des scénarios possibles. Toutefois, nous pensons que la décroissance démographique n’est pas encore terminée en Europe du sud. N’oublions pas qu’entre 1995 et 1998, l’Italie a perdu plus de 100 000 habitants. De la même manière, l’Espagne a perdu plus de 300 000 habitants entre le 1er janvier 2013 et le 1er janvier 2014. Le fait qu’un pays entier puisse décroître laisse imaginer l’ampleur du phénomène sous-jacent.

  • 4 Lorsque nous écrivons qu’il faut attendre quelques années pour confirmer la fragilité de cette repr (...)

56S’il nous faut attendre d’avoir un peu de recul pour valider (ou non) ces éléments4, il est quand même possible d’avoir quelques indications grâce aux dernières publications concernant l’effectif de la population au 1er janvier 2013, pour chaque pays de l’étude. Les résultats sont sans appel : 88 % des territoires en décroissance constante entre 2000 et 2010 continuent à décroître de 2010 à 2013. Le constat le plus illustratif de l’incertitude de ces « renouveaux démographiques » concerne les territoires ayant retrouvé une croissance positive entre 2000 et 2010, dont 78 % retombent en décroissance constante à partir de 2010. Fait suffisamment exceptionnel pour être noté : toutes les provinces espagnoles en décroissance relative ont rebasculé en décroissance.

57Nos démonstrations ont ainsi mis en évidence, que contrairement aux conclusions optimistes auxquelles la plupart des auteurs arrivent, la décroissance démographique est loin d’être terminée. Et si les tendances très récentes viennent à se confirmer avec le temps, le « renouveau démographique » de la décennie 2000 aura été bien éphémère.

Haut de page

Bibliographie

BOUTET D. (2006), L’importance d’une dynamique résidentielle dans le rural isolé, RERU, n° 5, pp. 781-798.

BRUN A., STEPHAN J.-M., BONTRON J.-C. [dir.] (1989), Le grand atlas de la France rurale, Paris, INRA-SCEES/Ed. J.-P. de Monza, 494 p.

COLLANTES F., PINILLA V., SAEZ L.A., SILVESTRE J., (2013), Reducing depopulation in rural Spain: The impact of immigration », Population, space and place

CUNNINGHAM-SABOT E., FOL S., GRASLAND C., ROTH H., VAN HAMME G. (2010), « Shriking cities et Shriking regions. Définitions et typologies », in BARON, M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C, RIVIERE D., VAN HAMME G., Villes et régions européenne en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Hermès Lavoisier, pp. 67-95.

DEDEIRE M., RAZAFIMAHEFA L., CHEVALIER P., HIRCZAK M. (2011), Dynamiques des espaces ruraux en France : vers un modèle des trajectoires démographiques, Espace, Populations, Sociétés, 3, pp. 521-537.

ESPON (2008), « Territorial Dynamics in Europe. Trends in Population Development », Territorial Observation, 1, European union, 16 p.

FONT E. (1994), « Un schéma d’évolution démographique pour les communes rurales », Revue de l’économie méridionale, vol. 42, n° 65-166, pp. 27-47.

GRASLAND C. (2010), « Les mécanismes démographiques de la décroissance : 3 boucles de rétroaction », in BARON, M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C, RIVIERE D., VAN HAMME G., Villes et régions européenne en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Hermès Lavoisier, pp. 97-116.

HENRY L. (1981), Dictionnaire démographique multilingue, UIESP, Ordina éditions, Liège, 179 p.

HIRCZAK M., CHEVALIER P., DEDEIRE M., RAZAFIMAHEFA L. (2011), Dynamiques rurales et trajectoires démographiques : comparaison France, Italie, Espagne, Information géographique, vol. 75, n° 2, pp. 68-87.

LARUE Q., (2014), Les étrangers en Espagne : une géographie au niveau communal depuis 15 ans, mémoire de master de l’Université d’Aix-Marseille, non publié.

OLIVEAU S., DOIGNON Y. (2016), « La diagonale se vide ? Analyse spatiale exploratoire des décroissances démographiques en France métropolitaine depuis 50 ans », Cybergo, https://cybergeo.revues.org/27439

PARANT A. (1992), Croissance démographique et vieillissement, Population, n° 6, pp. 1657-1675.

PINILLA V., AYDA M.-I., SAEZ L.-A. (2008), Rural depopulation and the migration turnaround in Mediterranean Western Europe: A case study of Aragon, Journal of rural and community devlopement, 3, pp. 1-22

PISTRE P. (2011), Migrations résidentielles et renouveaux démographiques des campagnes françaises métropolitaines, Espace, Populations, Sociétés, 3, pp. 539-555.

PRESSAT R. (1979), Dictionnaire de démographie, PUF, Paris, 295 p.

SAUVY A. (1965), Mythologie de notre temps, Etudes et Documents, Payot, Paris, 300 p.

Haut de page

Notes

1 Terme apparaissant à la fin des années 70 aux États-Unis dans le contexte du déclin industriel et du processus de suburbanisation. « To shrink » signifie à la fois le rétrécissement (dimension spatiale) et la notion de décroissance d’une quantité.

2 Il s’agit d’une catégorie d’une classification spatiale élaborée dans la continuité des travaux de J.-C. Bontron, qui a réalisé une typologie des cantons français [Brun A. et al., 1989].

3 D’ailleurs, l’étude des tendances très récentes grâce aux registres communaux semble confirmer ce risque (Larue, 2014).

4 Lorsque nous écrivons qu’il faut attendre quelques années pour confirmer la fragilité de cette reprise démographique, c’est que les instituts de statistiques eux-mêmes ne probabilisent pas les hypothèses retenues pour leurs projections, a fortiori dans le domaine des migrations. En outre, les hypothèses prolongent les tendances d’un passé plus ou moins proche, porteur d’une conjoncture migratoire particulière, ce qui ne permet pas de penser des ruptures de tendances, des ralentissements de rythme etc. Ainsi, les projections de l’INE espagnol n’avaient pas prévu qu’après une période de forte attractivité migratoire, le pays confronté à la crise économique connaitrait une période d’émigration aussi massive. L’INSEE français dans ses dernières projections départementales à l’horizon 2040 (modèle OMPHALE), utilise quant à lui des quotients migratoires qui sont maintenus constants pendant toute la période de la projection reflétant les niveaux d’échanges observés au cours de la période 2000-2008. Or, il s’agit d’une période de forte attractivité pour certains départements ruraux français, et tout indique que ce mouvement ne s’est pas prolongé aux périodes récentes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La croissance démographique en Europe du Sud (1990-2000)
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Carte 2. La croissance démographique en Europe du Sud (2000-2010)
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 1. Les dynamiques démographiques de la décroissance
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. Évolution des grands groupes d'âges par type de décroissance relative
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3. Les profils de la CAH
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., Bloss-Widmer I., 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Carte 3. La structure par âge en 2010
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.Auteurs : Doignon Y., Oliveau S., 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 4. Les structures de la population des territoires en décroissance
Crédits Sources : INE, INE, INSEE, ISTAT.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6171/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoann Doignon, Sébastien Oliveau et Isabelle Blöss-Widmer, « L’Europe méridionale depuis 20 ans : dépeuplement, dépopulation et renouveau démographique », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/6171 ; DOI : 10.4000/eps.6171

Haut de page

Auteurs

Yoann Doignon

UMR 7300 ESPACE – UMR 7305 LAMES – DEMOMED
Université Nice Sophia Antipolis, Avignon Université, Aix Marseille Université, CNRS
06204 Nice
yoann.doignon@univ-amu.fr

Sébastien Oliveau

UMR 7300 ESPACE – DEMOMED
Université Nice Sophia Antipolis, Avignon Université, Aix Marseille Université, CNRS
06204 Nice
sebastien.oliveau@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Isabelle Blöss-Widmer

UMR 7305 LAMES – DEMOMED
Aix Marseille Université, CNRS
13094, Aix-en-Provence
isabelle.widmer@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org