Navigation – Plan du site
Articles

Un espace de montagne en dépeuplement : nouvelles dynamiques et stratégies de revitalisation dans l’Alpujarra granadina (Andalousie)

Fighting Depopulation in Moutain areas: Revitalization Dynamics and Strategies in the Alpujarra Granadina (Andalusia)
Thibaud de Fortescu

Résumés

L’Alpujarra granadina est un espace de moyenne montagne qui a subi les conséquences des grandes vagues d’émigration andalouse des années 1950-1970 et des transformations de la société espagnole. L’ensemble de ce qui constitue un territoire administratif a perdu 42 % de sa population en 40 ans et peine à trouver des solutions face à la baisse de sa population. Derrière la dynamique démographique défavorable se cachent des réalités socio-économiques qui recouvrent des enjeux majeures pour les pouvoirs publics locaux et qui illustrent les difficultés des espaces ruraux andalous et espagnols. Le vieillissement de la population, le retard en matière éducative, la faible attractivité et le manque de diversification de l’économie locale, ainsi que l’isolement du territoire constituent des faiblesses difficiles à enrayer. Face à cela, le développement d’un tourisme rural, appuyé par des formes de préservation et de sanctuarisation des espaces naturels, semblent apparaître comme les seules solutions proposées par les pouvoirs publics.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 http://www.ceddar.org/
  • 2 « En busca de apoyos para luchar contra la despoblación rural », site internet de la FEMP consulté (...)

1Le dépeuplement des zones rurales en Espagne est une problématique de plus en plus étudiée par les chercheurs espagnols comme en témoigne l’apparition, au début des années 2000, du Centre d’Etudes sur le Dépeuplement et le Développement des Zones Rurales1. La question suscite par ailleurs la préoccupation des pouvoirs publics puisque la Fédération Espagnole des Communes Espagnoles (FEMP) en a fait, ces dernières années, un enjeu primordial, mettant notamment en place des journées de formation pour les administrations locales2. Les dynamiques démographiques en cours depuis la fin de la dictature franquiste et qui se sont accélérées depuis les années 1990 sont celles de l’ensemble du continent européen et d’un monde de plus en plus urbain [Véron, 2006].

  • 3 Deux autres entités sont définies par l’INE : la zone urbaine, ayant une population de 10 000 habit (...)

2Selon les critères de l’Institut National de Statistique espagnol (INE), une commune est considérée rurale si elle compte moins de 2 000 habitants3. Or, l’urbanisation du territoire espagnol – largement soutenue par le « boom de la construction » des années 1990-2000 – n’a pas réellement diminué le nombre de petites communes, qui demeurent très nombreuses en Espagne. Sur les 8 116 communes recensées en 2011, 5 791 comptaient moins de 2 000 habitants, soit 71 % du total. Cependant, à peine 6 % des Espagnols vivent dans ces espaces ruraux. En Andalousie, le pourcentage est encore plus faible puisqu’ils ne sont que 3,3 %. Vingt ans plus tôt, en 1991, 8 % des Espagnols et 4,3 % des Andalous vivaient dans ces communes de moins de 2 000 habitants, ce qui souligne le caractère plus ancien de l’exode rural à l’échelle de la communauté autonome [VV.AA., 2004]. L’histoire rurale particulière de la région et notamment le poids du latifundisme peut contribuer à expliquer le faible peuplement de certains espaces ruraux. D’autres, comme l’Alpujarra – espace de moyenne montagne dont les limites sont très variables mais situé sur les provinces de Grenade et Almeria, sur le flanc sud de la Sierra Nevada – n’ont été que très partiellement marqués par la présence de grandes exploitations et sont restés très peuplés jusqu’à la deuxième partie du XXème siècle. L’Alpujarra comptait près de 70 000 habitants en 1960. Au recensement de 2011, ils n’étaient plus que 40 074, soit une baisse de près de 42 % de la population lors des quarante dernières années.

3Ce territoire qui s’étend principalement sur deux entités administratives (comarques de l’Alpujarra granadina et l’Alpujarra almeriense), comprenant respectivement vingt-deux et vingt-quatre communes, constituait le cadre de départ de cette étude. Le terrain, réalisé au printemps 2014, s’est concentré sur l’Alpujarra granadina, et nous ne traiterons donc que de cette partie du territoire en analysant les réalités du dépeuplement, et en interrogeant les problématiques et les enjeux soulevés par ce qui apparaît comme un phénomène social ainsi que les perspectives d’avenir, notamment à travers l’évocation des réponses politiques proposées. L’objectif est ici d’initier un travail sur les espaces ruraux andalous concernés par les problématiques du dépeuplement et, dans cette optique, l’Alpujarra semble constituer un cadre idéal.

L’Alpujarra granadina : un espace dépeuplé ?

Une perte de population très rapide dans les années 1960

4L’évolution de la population dans l’Alpujarra est marquée par une baisse très importante sur la période 1960-2011 (figure 1 et carte 1). On constate que les dynamiques des deux comarques furent confrontées à trois étapes relativement similaires : chute rapide de la population dans les années 1960, régulière entre 1970 et 2001, et légère hausse entre 2001 et 2011.

Figure 1. Évolution de la population dans l’Alpujarra (1960-2011)

Figure 1. Évolution de la population dans l’Alpujarra (1960-2011)

5Au sein de l’Alpujarra granadina, la population baissa de 21,4 % entre 1960 et 1970 passant d’un total de 42 051 à 33 034 habitants. C’est sans aucun doute cette décennie qui illustre le plus les difficultés récentes de ce territoire rural. Il est d’ailleurs frappant de voir que bien des villages étaient plus peuplés en 1940 qu’en 2013. Pampaneira, village de l’Ouest de l’Alpujarra, comptait 816 habitants en 1940 contre 358 en 2013. Trevélez, au nord-ouest, est passé de 1 464 à 805 habitants sur la même période. Plus marquant encore est le fait que ces deux villages comptaient 814 et 1 418 habitants en 1877, soit plus que 126 ans plus tard alors que la population provinciale a, elle, augmenté de 92 % sur la même période. Ces chiffres sont représentatifs des dynamiques démographiques de l’essentiel des villages, parfois considérés comme des petites villes.

Carte 1. Une baisse de population visible sur l’ensemble de l’Alpujarra granadina

Carte 1. Une baisse de population visible sur l’ensemble de l’Alpujarra granadina

Données : Recensement (INE, 1960, 2011).
Réalisation : de Fortescu (2014).

  • 4 En effet, depuis 1981, le recensement inclut les trois communes de Nevada, Alpujarra de la Sierra e (...)

6Au recensement de 1960, aucune commune ne comptait moins de 500 habitants (figure 2). Ce territoire était donc certes agricole et rural, mais les villages étaient encore relativement peuplés, avec des bourgs attractifs dans lesquels de nombreux habitants pouvaient avoir accès à l’ensemble des services dont ils avaient besoin. Or, depuis 1991 (et encore en 2011), onze communes de moins de 500 habitants sont recensées, ce qui traduit la perte de dynamisme du territoire dans sa globalité. À l’inverse, alors que seize communes comptaient plus de 1 000 habitants en 1960, elles n’étaient plus que six en 2011 – et ce bien que l’Alpujarra granadina compte trois communes de plus qu’en 19604.

Figure 2. Répartition des communes de l’Alpujarra granadina par nombre d’habitants (1960-2011)

Figure 2. Répartition des communes de l’Alpujarra granadina par nombre d’habitants (1960-2011)

7Cette chute rapide de la population s’explique avant tout par la perte de dynamisme de l’économie locale dans les années 1960 qui se traduisit par l’émigration de nombreux habitants – et notamment les plus jeunes. L’agriculture traditionnelle était l’activité principale de bien des habitants et face aux transformations de celle-ci à l’échelle nationale et internationale, elle devint de moins en moins rentable.

8A l’échelle andalouse, la province de Grenade est, avec celle de Jaén, celle qui a le plus subi l’émigration de la seconde moitié du XXe siècle puisque près de 300 000 personnes quittèrent Grenade [Garcia Barbancho, 1980]. De nombreux habitants ont délaissé ces territoires agricoles en crise pour aller chercher un emploi à l’étranger ou dans les grandes zones urbaines. Les migrations furent à la fois internes (vers Barcelone, l’ensemble de la Catalogne et les grandes métropoles espagnoles et andalouses) et externes (la France, la Suisse et l’Allemagne sont les trois pays qui reçurent le plus de migrants andalous). Ces mouvements migratoires n’ont pas seulement influencé la structure démographique des villages mais ont également eu de lourdes conséquences sur la structure territoriale, produisant des zones rurales déséquilibrées. De nombreux hameaux ont perdu l’essentiel de leur population, des maisons ont été abandonnées, et quelques villages ont dû fusionner pour faire face aux difficultés économiques et administratives.

9Le recensement de 2001 a fait apparaître des migrations de retour en provenance des zones qui ont été réceptrices des grandes vagues d’émigration de l’Alpujarra. On constate que 38 habitants d’Orgiva en 2001 vivaient à Barcelone en 1991, que 24 habitants de Ugíjar vivaient à El Ejido dix ans plus tôt, ce qui est également le cas de 20 habitants de Turón et de 25 de Murtas.

10Cependant, ces migrations de retour n’ont pas permis de récupérer un réel dynamisme. Tout d’abord, comme les chiffres l’indiquent elles ne concernent que quelques dizaines de personnes à l’échelle de l’Alpujarra et il s’agit essentiellement de populations âgées, qui ne relancent pas la natalité et ne sont pas à l’origine d’un quelconque dynamisme économique.

Une partie orientale de l’Alpujarra qui résiste mieux au dépeuplement

11La dynamique démographique est donc celle d’une baisse globale de la population sur la deuxième partie du XXe siècle. Toutefois, l’analyse des données du dernier recensement met en lumière la stabilisation voire l’augmentation de la population dans une grande partie des communes. Seules quatorze communes sur vingt-quatre ont vu leur population diminuer entre 2001 et 2011, alors que lors de la décennie précédente, seule Bubión avait enregistré une hausse de sa population.

12Si ce qui apparaît possiblement comme une nouvelle dynamique démographique demandera à être confirmé à l’avenir, il est nécessaire de souligner que c’est sur la partie orientale de l’Alpujarra que cette stabilisation ou augmentation de la population semble se produire.

13L’Alpujarra orientale est organisée autour de Lanjarón et Orgiva, peuplées respectivement de 3 794 et 5 523 habitants en 2011. Ces deux communes séparées d’un peu moins de dix kilomètres (soit un peu plus de quinze minutes en voiture) constituent une sorte de porte d’entrée de l’Alpujarra. Si la première dispose d’atouts touristiques (orientés autour de la balnéothérapie et de l’eau – comme nous le verrons ci-après), la seconde est avant tout un centre commercial et administratif. Orgiva est la commune la plus peuplée de l’Alpujarra granadina et même de l’ensemble de l’Alpujarra – en y incluant la partie appartenant à la province d’Almeria. Il s’agit de la seule commune – avec Ugijar – à compter plus d’habitants en 2011 qu’en 1970.

14Autour de ces deux centres se trouve un ensemble de communes qui ont connu une augmentation relative de leur population relativement importante (carte n° 2). C’est le cas de Cañar, Soportújar, Pampaneira où les taux d’augmentation de la population entre 2001 et 2011 furent respectivement de 34,2 %, 11,6 % et 21,4 %. Cependant, ces chiffres peuvent apparaître trompeurs car il s’agit de petites communes. On s’aperçoit que c’est surtout à Orgiva et Cañar que l’augmentation en chiffres absolus est la plus significative. Á elles deux, ces communes représentent 75 % de l’augmentation de population sur la dernière décennie (respectivement 650 et 108 habitants supplémentaires).

Carte 2. L’Ouest de l’Alpujarra, cœur d’un nouveau dynamisme ?

Carte 2. L’Ouest de l’Alpujarra, cœur d’un nouveau dynamisme ?

Données : Recensement (INE, 2001, 2011), Réalisation : de Fortescu (2014)

  • 5 Le bachillerato recouvre l’équivalent français des années de lycée de première et terminale. Ce cyc (...)

15Ce qui pourrait apparaître comme un nouveau dynamisme sur la partie orientale est donc plus à lier à l’apparition de nouvelles centralités et à des recompositions territoriales. L’Alpujarra, territoire dispersé par excellence, dans lequel de nombreux petits noyaux de population existent, connaît une transformation de son organisation géographique. Orgiva apparaît comme la commune qui concentre un ensemble de fonctions commerciales, bancaires, éducatives et de loisirs. L’exemple scolaire est le plus marquant puisqu’Orgiva à l’ouest et Ugijar à l’est sont les deux seules communes à posséder un centre scolaire du bachillerato5. Chaque élève de plus de 16 ans souhaitant continuer sa scolarité dans les environs est donc amené à se rendre à Orgiva chaque jour, ce qui peut inciter les jeunes parents à se rapprocher de la commune et/ou à s’y installer au détriment d’un petit village plus éloigné ne disposant pas de ce type d’infrastructure.

Une dispersion de la population caractéristique du territoire mais qui tend à diminuer

16La province de Grenade est celle qui, au sein des huit provinces andalouses, possède le nombre le plus élevé de communes. La population y est donc plus dispersée qu’ailleurs même si la ville de Grenade – capitale provinciale – regroupe à elle seule 26 % de la population provinciale en 2013. En 2007, on recensait 168 communes, soit 22 % des communes d’Andalousie et 33,4 % des communes comptaient moins de 1 000 habitants [Saenz Lorite, Egea Jimenez, Nieto Calmaestra, 2009]. Ce phénomène d’atomisation municipale est conjugué au fait que de nombreux villages sont construits autour de différents hameaux et noyaux de populations parfois très éloignés les uns des autres. En 2007, « 13 % de la population provinciale vivaient dans 314 entités de population qui ne sont pas à proprement parler des villages ». Si ce chiffre est en baisse par rapport à 1991, il faut souligner que parmi ces entités de population, « 38 % ont moins de 100 habitants ». La dynamique de dépeuplement de ces espaces pose donc de très grands problèmes en matière d’accessibilité, d’isolement et d’accès à un ensemble de services, d’autant plus quand ils sont habités par des populations âgées ne possédant pas de véhicule ou n’étant plus en mesure de l’utiliser.

  • 6 Le recensement de 2001 est utilisé pour traiter la question du logement car celui de 2011 ne permet (...)

17Une autre conséquence majeure de cette dispersion de la population est qu’elle entraine l’abandon de nombreux logements et/ou rend extrêmement difficile le maintien en bon état des bâtiments. Au recensement de 20016, 20 % des résidences principales de l’Alpujarra granadina étaient dans un état qualifié de « mauvais », « médiocre » ou « en ruine ». Cette dernière catégorie représentait à elle seule 1,7 % des logements. Le mauvais état des logements est une problématique qui concerne surtout les petits villages et hameaux. Il est courant de trouver dans les parties isolées de certaines communes des maisons abandonnées, qui traduisent les départs – anciens ou plus récents – de populations et la transformation du territoire dans son ensemble. Dans le village de Bérchules, près d’un logement sur six était « en ruine » et un sur quatre était dans un état jugé « mauvais », « médiocre » ou « en ruine ». Il est d’ailleurs intéressant de voir que Bérchules fait partie des communes qui ont gagné des habitants entre 2001 et 2011 (+57) mais que cela s’est fait essentiellement dans le noyau central du village, illustration de la tendance au regroupement autour de quelques nouvelles centralités.

18Les statistiques du recensement de 2001 montrent également de très fortes proportions de logements vides dans les communes de l’Alpujarra : 28 % à Orgiva, 38 % à Capileira et 51 % à Trevélez ! Ces chiffres élevés s’expliquent à la fois par la dégradation du bâti, l’importante émigration qu’ont connus ces villages au XXe siècle et le fait qu’une très grande partie des émigrés revenus habiter dans l’Alpujarra ont souvent construit de nouvelles maisons – même quand ils ont réintégré leur village d’origine.

19La proportion de résidences secondaires est également importante puisqu’elle s’élève à 26 % à Lanjarón, 39 % à Nevada et 56 % à Valor. Il s’agit d’une caractéristique importante et qui traduit l’attachement d’une partie des personnes originaires de l’Alpujarra ou de leurs enfants, qui aiment conserver un logement pour y revenir quelques fois dans l’année.

20C’est le cas de M., habitant de Grenade, disposant d’une maison à Lanjarón et pour qui,

  • 7 Enquête de terrain, juin 2014.

« Il est agréable de revenir [...] J’y ai passé du temps en étant plus jeune car mes grands-parents vivaient à Lanjarón et nous avons gardé la maison dans la famille [...] Même si c’est inenvisageable d’y vivre toute l’année, on aime bien y passer un week-end ou quelques jours, ça change de la ville [...] »7

Derrière le dépeuplement, des problématiques socio-économiques qui sont celles d’un territoire marginalisé

Une population plus âgée et moins éduquée majoritaire au cœur d’un territoire peu attractif

21Le dépeuplement n’est pas la seule difficulté à laquelle est confrontée l’Alpujarra. Sur le plan démographique, c’est plus largement une tendance au vieillissement de la population qui est constatée sur l’ensemble du territoire.

22Cette dynamique s’explique par le départ des populations les plus jeunes vers des territoires plus attractifs comme la métropole de Grenade ou d’autres zones urbaines andalouses et espagnoles. Pour les étudiants, il est par exemple impossible d’envisager de continuer à vivre dans leur village d’origine et de se rendre à l’université de Grenade quotidiennement du fait de la distance qui sépare les deux territoires. Le départ à l’université représente donc souvent le départ définitif. Par ailleurs, la tertiarisation de l’économie espagnole conjuguée à la mécanisation de l’agriculture fait que l’Alpujarra est devenu un territoire n’offrant que peu d’opportunités professionnelles. Les caractéristiques orographiques du territoire rendent quasiment impossibles la pratique d’une agriculture intensive et la modernisation des techniques. Les pentes sont très souvent fortes et il est donc difficile et coûteux d’utiliser des engins agricoles puissants et efficaces sur ce type d’espace. Les cultures de l’olivier ou du noyer sont souvent celles qui sont privilégiées mais les superficies demeurent peu étendues et la rentabilité est faible face à une concurrence intense à l’échelle régionale, nationale et internationale.

  • 8 Instituto de Estadistica de Andalucía (SIMA)

23L’économie locale, longtemps centrée autour de l’agriculture, possède toutefois une industrie agro-alimentaire notable, notamment dans le domaine des jambons, charcuteries et conserves. La commune de Trevélez, dont le jambon doté d’une appellation d’origine contrôlée qui lui confère une renommée internationale, regroupe dix-sept entreprises d’industrie manufacturière sur son territoire. Cependant, ces établissements de l’industrie agro-alimentaire emploient souvent peu de salariés. La faible présence de grands employeurs assurant un salaire à des dizaines d’habitants ou de structure publique jouant le même rôle se fait ressentir. À Lanjarón, seuls 15 établissements sur 221 ont plus de 5 salariés8 (la proportion est supérieure à Trevélez avec 12 sur 87). Dans leur grande majorité, les entreprises de l’Alpujarra granadina ont donc moins de 5 salariés. Certaines entreprises, comme Chacott (qui était spécialisée dans la fabrique de chaussons de danse et installée à La Taha), ont délocalisé leur production vers l’étranger contribuant à la perte d’attractivité du territoire. Les principaux employeurs qui demeurent sont donc souvent de petits établissements marqués par une faible diversité (cafés, restaurants, commerces de biens).

  • 9 Annuaire économique de La Caixa (2013).

24Les conséquences de la crise économique se font ressentir dans les villages et se traduisent par la fermeture de commerces. En 2012 on recense 34 % de bars et restaurants en moins dans la commune de Lanjarón qu’en 20079. Plus le village est petit, plus la fermeture d’un ou deux commerces va avoir un impact important, non seulement en terme d’emploi mais surtout en terme de dynamisme, de vie sociale.

25Les commerces, et particulièrement les bars et cafés jouent un rôle important dans la sociabilité quotidienne, permettant aux habitants – notamment les plus anciens – de se retrouver et d’échanger. De nombreux cafés vendent également des produits de première nécessité, possèdent une télévision (ce qui n’est toutefois pas rare en Espagne), un abonnement à la presse quotidienne. Comme en témoigne J., propriétaire d’un café situé à Orgiva,

  • 10 Enquête de terrain, juin 2014.

« Même s’il est facile d’avoir accès à tout ça à Orgiva, dans les petits villages où il n’y a que 300-400 habitants, c’est important. Même ici, tu as des anciens qui viennent, qui prennent un café, restent une heure ou deux. Ça leur permet de croiser d’autres gens et de rapporter des nouvelles chez eux »10

26Face à ces dynamiques économiques, des communes telles que Valor, Lobras et Cástaras ont plus de 40 % de leur population qui est, en 2013, âgée de 60 ans ou plus. A l’échelle de la province les plus de 60 ans ne représentent « que » 21,5 % de la population totale et l’Alpujarra apparaît donc comme un territoire faisant face à une problématique particulière. Une impression qui est d’ailleurs renforcée par le fait que seules Cañar et Pampaneira soient en dessous de ce seuil de 21,5 %.

27Là encore, la question scolaire s’avère déterminante et le fait qu’une école se trouve sur le territoire communal incite souvent les jeunes couples à s’y installer au détriment d’une commune similaire ne disposant pas de cette infrastructure.

  • 11 Le Barranco (« ravin », « précipice ») de Poqueira est une zone du versant sud de la Sierra Nevada, (...)

28Le regroupement d’écoles est donc une pratique envisagée par certains. Lors de l’année scolaire 1992-1993, les trois écoles de Pampaneira, Capileira et Bubión, qui étaient alors indépendantes, décidèrent de se regrouper afin de former un centre scolaire unique nommé « Collège Public Rural du Barranco de Poqueira11 ». Le siège administratif de l’école se trouve à Capileira mais les trois communes utilisent leur centre pour une partie des enseignements et classes. Depuis 2009-2010, devant la trop faible présence d’élèves, la section du secondaire n’existe plus et le groupe scolaire ne concerne donc plus que l’équivalent de l’école maternelle et primaire, obligeant les élèves du secondaire à rejoindre chaque jour Orgiva ou Trevélez.

29L’enjeu scolaire est déterminant pour conserver les jeunes habitants – couples et enfants – mais également pour transformer un territoire qui conserve un large déficit en matière de niveau d’éducation. En effet, en 2001, plus de 40 % de la population présente dans les communes de l’Alpujarra granadina était analphabète ou n’avait pas fait d’études. Ce pourcentage était de 30 % à l’échelle de la province de Grenade. En limitant l’analyse aux populations analphabètes, le pourcentage était de 10 % à l’échelle provinciale et de 12 % dans l’Alpujarra. Le déséquilibre se fait donc surtout sur la forte proportion de personnes n’ayant pas fait d’études puisque le pourcentage était supérieur à 14 % à Orgiva et Cádiar. L’écart se fait également sur la présence des personnes dotées d’un diplôme de troisième cycle. Elles sont 7 % à l’échelle de l’Alpujarra granadina contre 12 % dans la province.

30Ces différences en terme éducatif sont essentielles car elles participent à alimenter la représentation d’un territoire en difficulté sur le plan économique mais aussi social. Rester vivre dans l’Alpujarra s’apparente souvent à une forme d’échec professionnel et social.

Isolement et inaccessibilité : des contraintes réelles ?

31Les deux contraintes majeures évoquées par les habitants des communes de l’Alpujarra sont celles du relief et des contraintes physiques et climatiques. Beaucoup de communes sont en effet situés à plus de 1 000 mètres d’altitude (Capileira à 1 436 mètres, Trevélez à 1 560 mètres, Murtas à 1 115 mètres), ce qui complique l’accessibilité. Si les routes existent et font l’objet d’un entretien certain, elles sont souvent tortueuses, avec de nombreux enchaînements de virages serrés, de pentes raides, ce qui les rend dangereuses, notamment de nuit (des opérations de sensibilisation sont très fréquemment mises en place par les pouvoirs publics face aux accidents de la route récurrents). Les conditions climatiques, parfois très rudes l’hiver, renforcent l’isolement de certains villages, tel que Trevélez. Il arrive que des routes soient coupées ou difficilement praticables rendant la circulation d’autobus interdite.

Photo 1.

Photo 1.

Les rues de certains villages sont parfois très pentues (ici à Pampaneira), ce qui peut constituer un risque pour une partie des personnes âgées.

© Fortescu, 2014.

Photo 2.

Photo 2.

Le village de Capileira, à 1 436 mètres d’altitude

© Fortescu, 2014.

32Parmi les résidents de l’Alpujarra en âge de conduire, 65 % ont un véhicule, contre 75 % à l’échelle de la province, ce qui est à relier à la proportion élevée de personnes âgées au sein du territoire (à Soportújar il y a d’ailleurs plus de personnes sans véhicule qu’avec véhicule).

33Les liaisons en autobus existent mais le maillage s’avère très inégal d’une commune à l’autre. Par ailleurs, elles sont très largement tournées vers l’extérieur en ayant comme destination finale des communes situées hors de l’Alpujarra (vers Grenade, Motril ou plus largement Almeria, Malaga). Dans cette organisation des transports, Orgiva apparaît une nouvelle fois comme la centralité la plus évidente.

34A l’inverse les petites communes ne disposent souvent que d’un ou deux passages de bus par jour. Pour aller d’Orgiva à Murtas (et donc traverser le territoire d’Ouest en Est), il faut par exemple compter 2h de bus...tout en n’ayant qu’une seule possibilité chaque jour (et aucune le week-end). Même les liaisons entre deux villes importantes comme Orgiva et Ugíjar sont rares (deux par jour, toute la semaine). La liaison la plus fréquente est celle entre Orgiva et Lanjarón avec six bus par jour. L’absence de transports entre certaines communes oblige donc les habitants à solliciter des proches pour se déplacer ou à mettre en place des itinéraires complexes (correspondance avec attente très longue, départs très tôt le matin et retours généralement avant 18h).

  • 12 Enquête de terrain, juin 2014.

35Il est donc surprenant de ne pas trouver de lignes constituées de plus petits autobus comme cela peut exister dans certaines zones rurales européennes, permettant aux personnes âgées de se déplacer à l’échelle de deux ou trois communes mutualisant ou partageant certains services. Selon José Jesús García Aragón, responsable de l’Association pour le Développement Rural de l’Alpujarra, « cette initiative a été essayée dans deux ou trois communes mais cela n’a pas fonctionné car la dispersion de l’habitat rend complexe l’efficacité du service » et « finalement cela s’avérait peu prisé par la population »12.

36Si ces initiatives rencontrent peu de succès c’est aussi parce que les populations les plus âgées ont tendance à moins ressentir l’éloignement comme quelque chose de négatif ou de très contraignant. Dans les discussions tenues avec certains retraités vivant dans les communes de l’Alpujarra granadina (comme Pampaneira ou Trevélez), il était frappant de constater que l’éloignement n’était pas considéré comme « dur à vivre ».

37Un habitant de 75 ans déclarait « j’ai connu l’époque où il n’y avait pas encore un bus qui venait, où les voitures étaient rares ou n’existaient pas...alors je n’ai pas l’impression que la situation soit invivable ». Ce type de remarque évoque, toute proportion gardée, la perception de l’isolement dans des territoires bien plus isolés comme la Patagonie Chilienne [Peuziat, 2012]. L’isolement est perçu de manière très différente en fonction de l’âge, du vécu, de la trajectoire personnelle (émigration ou non) et de la situation professionnelle de chacun.

38Il faut par ailleurs reconnaître que le maillage du territoire sur le plan sanitaire est relativement efficace alors que cela constituait le point le plus négatif mis en avant par les habitants de Patagonie. Si le nombre de médecins est jugé par les locaux « trop faible » et que l’attente avant consultation y est « souvent longue », il n’en demeure pas moins que toutes les communes disposent au moins d’un dispensaire public dans lequel des médecins sont présents quelques heures par jour en semaine. Cette caractéristique est essentielle pour faire face aux problèmes de santé des personnes âgées.

  • 13 Ici, le nombre de communes incluses dans le plan de la Junta n’est pas le même que dans notre étude (...)
  • 14 Plan de Zone Rurale à Revitaliser de l’Alpujarra (2010-2014), Junta de Andalucía, 2009.

39L’isolement apparaît finalement comme un problème plus important pour les populations les plus jeunes. En effet, le manque d’accès à un certain nombre de biens, services, loisirs, se fait plus ressentir pour les jeunes habitants. Il faut souligner qu’aller de Grenade à Trevélez nécessite près de deux heures de route – aller – et que la métropole ne représente donc pas un lieu de passage fréquent pour les habitants de l’Alpujarra. Qui plus est, la ville de Grenade ne constitue pas à l’échelle nationale un pôle très attractif. Dans ce contexte, les télécommunications – dont Internet – sont extrêmement importantes. Or, certains hameaux sont encore déficients sur ce plan ne disposant d’aucune connexion Internet. Selon la Junta de Andalucía, « parmi les 149 noyaux de population de la Zone Rurale à Revitaliser13, 123 disposent d’une connexion Internet à haut débit pour plus de 60 % de la population »14. A Murtas, Ugíjar et Cástaras, plusieurs hameaux ne disposent d’aucune connexion et à Bérchules et Ugíjar, certains ne sont couverts que partiellement.

40Ces problématiques alimentent la perception négative du territoire et il est donc essentiel pour les pouvoirs publics d’offrir des réponses concrètes pour redynamiser l’Alpujarra.

Quelles réponses et solutions face aux dynamiques territoriales ?

Le développement touristique comme seule réponse des pouvoirs publics ?

41L’agro-tourisme, ou tourisme rural, s’est développé dans l’Alpujarra parallèlement à la chute de l’agriculture traditionnelle. De nombreuses définitions du tourisme rural ont émergé dans un contexte espagnol qui n’offre aucune base légale pour encadrer cette activité. Trois caractéristiques sont mises en avant par Hernández-Maestro pour qualifier le tourisme rural [Hernandez-Maestro, 2010] :

  • le cadre qui doit être celui de l’espace rural ;

  • la motivation des visiteurs qui correspond à la recherche d’une forme de vie traditionnelle ;

  • la durée du séjour qui doit être courte, et correspondant souvent à des week-ends ou « ponts ».

42Malgré cette tentative de définition, il demeure difficile d’évaluer si chaque pratique de tourisme dans l’Alpujarra correspond à du tourisme rural ou non.

43Le tourisme a connu un développement dès les années 1970-1980 dans l’Alpujarra, étant à ses débuts une activité uniquement complémentaire à l’agriculture [Jimenez Olivencia, 1994]. Depuis, son développement a été soutenu par les différentes institutions publiques : communes, province, communauté autonome, Etat et Union Européenne.

44En 2006, un Plan de Développement Touristique de 4,2 millions d’euros a été lancé par l’administration régionale et co-financé par la Junta à 60 %, le reste étant pris en charge conjointement par les vingt-six communes sur lesquelles des actions ont été mises en place. Ce Plan a permis la création de plusieurs infrastructures visant à valoriser le patrimoine local (centre sur l’histoire minière à Orgiva, centre ethnologique à Murtas ou vinicole à Cádiar). Le développement et la valorisation de la « route médiévale » furent également intégrés dans cette politique touristique afin de renforcer la dimension historique et patrimoniale de l’offre.

45Cependant, malgré ces nouvelles infrastructures, le tourisme reste diffus et les séjours sont de courte durée (50 % restent deux nuits ou moins15, les séjours étant majoritairement effectués entre avril et septembre, lorsque le climat est le plus doux). Il faut souligner que le nombre de logements disponibles est variable d’une commune à une autre, ce qui a tendance à rendre très difficile le développement touristique de certaines communes. Celles-ci sont donc avant tout des étapes dans lesquelles les visiteurs vont rester quelques heures mais sans séjourner.

  • 16 Le terme hostal est utilisé pour désigner un hôtel exonéré d’un certain nombre d’exigences (ils peu (...)

46Pampaneira est sans doute – avec Capileira – l’exemple le plus illustre du développement touristique de l’Alpujarra ces dernières années. Village de 295 habitants en 2001, il en compte 358 dix années plus tard et le doit en partie à son dynamisme touristique. Un hôtel de 39 chambres a ouvert ses portes depuis quelques années et est venu compléter l’offre déjà existante (46 chambres en hostal et pension16). Plusieurs restaurants et commerces sont présents autour de la place principale et des petites rues avoisinantes, offrant aux touristes un cadre agréable pour passer la journée mais l’offre touristique y demeure très réduite. Par ailleurs, il s’agit de la seule commune – avec Lanjarón – à disposer d’un office de tourisme permettant d’orienter les visiteurs. L’offre d’activités y reste toutefois peu développée et les informations transmises concernent majoritairement le Parc Naturel de la Sierra Nevada.

47Le Barranco de Poqueira – constitué de Pampaneira, Capileira et Bubión – est la zone qui a fait l’objet du développement touristique le plus intense (carte n° 3). Sa relative proximité avec Lanjarón, des grands axes de communication de la province, de la ville de Grenade, et la relative bonne conservation du bâti permettent de mettre en valeur l’histoire et l’architecture locales. Paradoxalement, ces investissements concentrés sur une partie du territoire de l’Alpujarra ont aussi tendance à renforcer les déséquilibres internes en terme de revenus (carte n° 3).

Carte 3. Un ouest plus riche

Carte 3. Un ouest plus riche

Données : IRPF (Agencia Tributaria, 2010).
Réalisation : Fortescu -2014.

48Les touristes venant dans l’Alpujarra sont souvent âgés (21 % de plus de 65 ans contre 15 % à l’échelle de la province). Le poids joué par les cures et la balnéothérapie est écrasant à l’échelle de l’Alpujarra granadina mais doit beaucoup à la spécificité de Lanjarón qui dispose d’une offre touristique concentrée autour de cette spécificité. Par conséquent, la commune est celle qui offre le plus grand nombre de places d’hôtels (1086), loin devant Capileira (162, figure 3). Cela se retrouve dans le fait que 34 % des touristes affirment que les « soins » sont la première raison de leur voyage (4 % à l’échelle de la province).

Figure 3. Répartition des places en hôtel et hostal/pension dans les communes de l’Alpujarra disposant d’une offre de logement touristique en 2012.

Figure 3. Répartition des places en hôtel et hostal/pension dans les communes de l’Alpujarra disposant d’une offre de logement touristique en 2012.
  • 17 Ibid.
  • 18 « La Diputación Provincial reforzará la promoción de Pampaneira y el Barranco del Poqueira en el me (...)

49Les touristes sont plus souvent originaires de la province (19 % contre 11 %) ou d’Andalousie (62 % contre 42 %)17 que dans le reste de la province. Ces chiffres traduisent les difficultés qu’a la destination Alpujarra à attirer des visiteurs du reste de l’Espagne ou étrangers. Ces derniers ne représentent que 9 % des touristes en 2010 contre 19 % dans la province – bien que la renommée internationale de l’Alhambra de Grenade créée évidemment une distorsion en attirant, par exemple, de nombreux touristes asiatiques. C’est aussi pour compenser ce déficit que l’administration provinciale cherche à promouvoir la destination sur les marchés étrangers et notamment en Allemagne18.

Les néo-ruraux étrangers : l’avenir de l’Alpujarra ?

50L’Alpujarra est également concerné par des mouvements migratoires autres que touristiques qui sont l’initiative de populations étrangères qualifiées de « néo-rurales » [GOMEZ-ULLATE GARCIA DE LEON, 2006]. Ces migrations étaient, dès les années 1970, le fait de Britanniques à la recherche d’un autre mode de vie et très influencés par la culture hippie. Appelés guiris, ils fondèrent des communautés locales, particulièrement dans la commune d’Orgiva. C’est d’ailleurs dans cette dernière – après Cádiar – que le pourcentage d’étrangers est le plus élevé en 2013 (25 % de la population totale). Cette population est constituée à 46 % de Britanniques et de 12 % d’Allemands, qui sont fréquemment à l’origine de nouveaux commerces, dont certains très différents de l’offre déjà existante (salons de massages, thérapies alternatives).

51Il est possible de distinguer les habitants qui, souvent parce qu’ils ont des enfants, préfèrent vivre à Orgiva, et ceux, plus souvent célibataires ou retraités, qui s’installent dans des espaces plus reculés comme Cádiar et Cañar [Bertuglia, Sayadi, Parra Lopez, Guarino, 2013].

52L’arrivée de ces néo-ruraux au style de vie très différent – souvent installés loin des centres, pratiquant leurs propres cultures – fut à l’origine de tensions et conflits récurrents avec les locaux espagnols. Le Dragon festival – festival musical et culturel – créé par des ressortissants étrangers en 1997 et qui se tenait à Orgiva a dû être déplacé à Santa Fe (aux alentours de Grenade) depuis 2010 suite à des plaintes récurrentes de voisins et de responsables politiques. Comme en témoigne un propriétaire de commerce espagnol installé à Orgiva,

  • 19 Enquête de terrain, juin 2014

« Les locaux devraient faire plus pour pouvoir communiquer avec eux [les étrangers], échanger, mais moi-même, je ne parle pas un mot d’anglais. Il y en a qui ont le temps de prendre des cours – parce que certains Anglais donnent des cours – mais moi non [....] On ne peut pas dire que les populations échangent beaucoup. Chacun a ses cercles d’amis. »19

53Ces populations étrangères, aujourd’hui plus diversifiées, cohabitent avec les Espagnols mais sans que cela aboutisse réellement à la création ou l’apparition d’une nouvelle société locale basée sur la mixité. Soulignons toutefois l’existence d’une section britannique bilingue dans le centre scolaire d’Orgiva qui traduit l’adaptation des pouvoirs publics aux nouvelles dynamiques démographiques.

Des politiques locales entre développement rural et sanctuarisation

  • 20 Loi 45/2007, du 13 décembre pour le Développement durable du milieu rural.

54Plus largement, l’avenir de l’Alpujarra granadina et la recherche d’une nouvelle attractivité demeure une préoccupation majeure pour les acteurs politiques locaux. Si le tourisme y apparaît être un enjeu central, il n’est cependant qu’un axe des politiques de développement. Le Plan de Zone Rurale à Revitaliser (2010-2014) qui est intégré dans le Programme de Développement Rural Durable20 (PDRS) de l’administration régionale est articulé autour de quatre axes : « activités économiques et emploi », « infrastructures et équipements », « services et bien-être social », « environnement ».

55Trois lignes stratégiques sont au cœur du premier axe dont celle de la diversification économique qui apparaît comme un enjeu clé pour endiguer la perte de dynamisme car, nous l’avons vu, l’économie est aujourd’hui recentrée autour de quelques petites industries et des commerces de bien. Au cœur de cette politique économique, l’idée centrale est celle de valoriser les atouts du territoire, notamment à travers les secteurs spécifiques à ce territoire comme l’industrie agro-alimentaire et particulièrement la production de jambons.

56La promotion de l’agriculture écologique fait partie de ces transformations souhaitées et mises en avant par les pouvoirs publics. Cependant, elle rencontre les mêmes difficultés que l’agriculture traditionnelle, à savoir, le manque de main d’œuvre. Comme le signale José Jesús García Aragón, « rester dans l’Alpujarra, quand vous êtes jeune, représente une forme d’échec. La réussite c’est la ville ». Le même type de procédé s’applique entre agriculture et services, même lorsqu’il s’agit d’une agriculture écologique, supposée être plus valorisante en termes de revenus et d’image. Par ailleurs, les contraintes pour pratiquer une agriculture écologique sont parfois trop importantes pour une population au niveau d’éducation plus bas que la moyenne et trop peu accompagnée par les pouvoirs publics.

  • 21 Plan de Zone Rurale à Revitaliser de l’Alpujarra (2010-2014), Junta de Andalucía, 2009.

57Le deuxième axe propose de mettre l’accent sur les énergies renouvelables afin de « réduire la situation déficitaire sur le plan de la production d’énergie » et de pallier « l’inexistence d’entreprises distributrices d’énergie à l’échelle locale »21. Le développement durable est au cœur des politiques de développement local comme l’illustre la présence de nombreux espaces protégés. Plusieurs dispositifs se superposent dans l’Alpujarra granadina : le Parc Naturel Sierra Nevada, le Parc National Sierra Nevada, les Zones Spéciales de Protection pour les oiseaux (ZEPA) et les Lieux d’Intérêt Communautaire (LIC).

58Concernant le premier dispositif, il couvre parfois jusqu’à 100 % du territoire communal (à Pampaneira, Capileira, Busquístar et Trevélez) et plus de 75 % dans cinq autres communes.

  • 22 Fixé par le décret 64/1994, du 15 mars 1994.

59La gestion du Parc Naturel est une compétence de la communauté autonome andalouse et est traduite à travers le Plan de Gestion des Ressources Naturelles du Parc Naturel de la Sierra Nevada22 et qui définit, sur le même principe que la législation française, trois zones sur lesquelles s’appliquent un degré de protection variable. C’est sur le même principe que fonctionne le Parc National. Ces dispositifs traduisent une forme de sanctuarisation des zones naturelles de l’Alpujarra qui tend à limiter la transformation du territoire et s’intègre dans la stratégie de promotion d’une richesse environnementale et d’un tourisme durable.

  • 23 « Diputación de Granada solicitará que la Alpujarra sea Patrimonio de la Humanidad », Ideal Granada(...)

60Dans cette logique, un projet visant à faire inscrire l’Alpujarra comme patrimoine culturel de l’humanité de l’UNESCO est portée depuis 2012. Lancé à l’initiative de la Diputación – administration provinciale – de Grenade et de son président Sebastián Pérez, le projet vise à mettre en valeur un territoire « unique au monde » en raison de son histoire, de « son orographie et de la présence d’une zone de protection de la biosphère »23. Ce projet soulève toutefois certaines oppositions à l’échelle locale car il sous-entend de nouvelles contraintes en termes d’aménagement et de conservation du territoire. Cependant, pour que cela aboutisse, il est nécessaire que le gouvernement espagnol décide de choisir l’Alpujarra comme le « candidat » espagnol. La décision sera connue en 2018 mais cela pose déjà la question de la stratégie choisie par une partie des pouvoirs publics, qui semble être celle de la « muséification » de ce territoire afin de préserver un tourisme qui apparaît comme la seule alternative possible au déclin des autres activités.

Conclusion

61L’Alpujarra granadina est un territoire qui a souffert des conséquences de sa géographie physique mais surtout de l’incapacité de s’adapter aux transformations de l’économie régionale et nationale. L’agriculture y est devenue peu rentable, ouvrant la voie à l’émigration vers les zones urbaines. Les villages sont aujourd’hui habités par des populations vieillissantes, les maisons en ruine ou inhabitées parsèment les hameaux les plus éloignés des centres, signes du temps qui passe et des difficultés sociales, économiques d’un territoire finalement très représentatif des zones rurales les plus reculées d’Espagne.

62Face à ce constat, le contexte de crise économique incite certains à faire le choix d’activités durables ou à plus forte valeur ajoutée, mais tend à accélérer le déclin de l’emploi dans les plus petits villages. Les politiques locales semblent donc se concentrer sur la préservation des atouts historiques, patrimoniaux, naturels, afin de mettre en avant un tourisme rural de plus en plus présent mais qui reste trop faible pour relancer l’économie locale.

63Il conviendra d’élargir ces recherches et de les compléter par d’autres, en Andalousie et en Espagne, afin mieux comprendre la transformation de territoires riches en ressources naturelles mais qui n’apparaissent plus comme autre chose que des espaces de loisirs et de tourisme.

Haut de page

Bibliographie

BARKE M., NEWTON M. (1995), La iniciativa comunitaria « Leader » y el desarrollo rural en España : Estudio comparativo de la Alpujarra (Almeria/Granada) y La Loma (Jaén), Estudios Regionales, n° 41, pp. 39-63.

BERTUGLIA A., SAYADI S., PARRA LOPEZ C., GUARINO A. (2013), El asentamiento de los neorrurales extranjeros en La Alpujarra Granadina : un análisis desde su perspectiva, Ager. Revista de Estudios sobre Despoblación y Desarrollo Rural, n° 15, pp. 39-73.

DEL PINO ARTACHO J. (1996), Sociología de la Alpujarra, Malaga, Universidad de Malaga, 282 p.

FUENTES LUQUE A. (2009), El turismo rural en España : terminología y problemas de traducción, Entreculturas, n° 1, pp. 469-486.

GARCIA BARBANCHO A. (1980), La población andaluza, Grenade, Editorial Universidad de Granada, 107p.

GOMEZ-ULLATE GARCIA DE LEON M. (2006), Contracultura y asentamientos alternativos en la España de los 90 : un estudio de antropología social, Thèse de doctorat d’anthropologie sociale, Université de Sciences Politiques et de Sociologie, Université Complutense, Madrid.

HERNANDEZ-MAESTRO R. (2010), La normativa española sobre turismo rural, Estudios Turísticos, n° 183, pp. 25-41.

JIMENEZ OLIVENCIA Y. (1994), « Relaciones entre turismo y agricultura en zonas rurales de montaña : el caso de la Alpujarra granadina », in F. Fourneau, A. M. García Lorca (coord.), Desarrollo regional y crisis del turismo en Andalucía : Actas del simposio hispano-francés, Almería, pp. 171-185.

MAIGROT J-L. (2003), Dépeuplement rural, maitrise agricole et évolution des écosystèmes, L’Espace géographique, n° 3, pp. 253-263.

MARTIN JORGE M. (1987), Aproximacion a un estudio social-etnologico y antropologico de la Alpujarra. Grenade, Universidad de Granada.

PEUZIAT I. et al. (2012), L'isolement géographique : contrainte ou opportunité pour les territoires ? Regards croisés en Patagonie chilienne, Norois, n° 225, pp. 47-59.

RODRIGUEZ MARTINEZ F. (1999), Desarrollo rural y desigualdades. Algunas observaciones en relación con Andalucía, Estudios Regionales, n° 54, pp. 269-290.

RODRIGUEZ MARTINEZ F. (2001), Las montañas andaluzas en la encrucijada del desarrollo rural, Ería, n° 54-55, pp. 125-139.

SAENZ LORITE M., EGEA JIMENEZ C., NIETO CALMAESTRA J.A. (2009), « Cambios recientes en la poblacion y el poblamiento en la provincia de Granada », in L. Lopez Trigal, A. Abellan Garcia, D. Godenau (dir.), Envejecimiento, despoblacion y territorio, Leon, Universidad de Leon, pp. 619-628.

SAYADI GMADA S., CALATRAVA REQUENA J. (2001), Agroturismo y desarrollo rural : situación actual, potencial y estrategias en zonas de montaña del Sureste español, Cuadernos de turismo, n° 7, pp. 131-157.

VERON J. (2006), L’urbanisation du monde, Paris, La Découverte, 128p.

VV.AA. (2004), Las zonas rurales en España. Un diagnóstico desde la perspectiva de las desigualdades territoriales y los cambios sociales y económicos, Colección Estudios, Cáritas Española y Fundación Foessa, Madrid.

Documents officiels

Direccion General de Ordenacion del Territorio y Urbanismo, Información y Diagnóstico territorial y urbanístico de la Alpujarra de Granada, Junta de Andalucia, Séville, 1998.

Plan de Desarrollo y Consolidación de la Producción Ecológica en La Alpujarra-Sierra Nevada, (Granada), Grupo de Desarrollo Rural de La Alpujarra-Sierra Nevada, (Granada).

Plan de Zona Rural a Revitalizar Comunidad Autónoma de Andalucía. Zona Rural a Revitalizar La Alpujarra (2010-2014).

Haut de page

Notes

1 http://www.ceddar.org/

2 « En busca de apoyos para luchar contra la despoblación rural », site internet de la FEMP consulté le 2/06/2014 (http://www.femp.es/CartaLocal/Front/Noticias/CL_ContenidoDetalle/_sYcniRvuy5mSQCEiAF0W81rtO9k9E474MUm2_rtg1eg)

3 Deux autres entités sont définies par l’INE : la zone urbaine, ayant une population de 10 000 habitants ou plus, et zone intermédiaire, ayant une population comprise entre 2 000 et 10 000 habitants.

4 En effet, depuis 1981, le recensement inclut les trois communes de Nevada, Alpujarra de la Sierra et La Taha.

5 Le bachillerato recouvre l’équivalent français des années de lycée de première et terminale. Ce cycle ne fait pas partie de l’enseignement obligatoire.

6 Le recensement de 2001 est utilisé pour traiter la question du logement car celui de 2011 ne permet pas d’obtenir le même niveau de détails.

7 Enquête de terrain, juin 2014.

8 Instituto de Estadistica de Andalucía (SIMA)

9 Annuaire économique de La Caixa (2013).

10 Enquête de terrain, juin 2014.

11 Le Barranco (« ravin », « précipice ») de Poqueira est une zone du versant sud de la Sierra Nevada, relativement enclavée, et dans laquelle se trouvent les trois communes de Pampaneira, Capileira et Bubión.

12 Enquête de terrain, juin 2014.

13 Ici, le nombre de communes incluses dans le plan de la Junta n’est pas le même que dans notre étude, la Junta considérant l’Alpujarra dans une acceptation très large.

14 Plan de Zone Rurale à Revitaliser de l’Alpujarra (2010-2014), Junta de Andalucía, 2009.

15 Memoria 2010, Observatorio Turistico de la provincia de Granada. http://www.turgranada.es/pdf/espanyol/MemoriaObservatorio2010.pdf (consulté le 25 mai 2014)

16 Le terme hostal est utilisé pour désigner un hôtel exonéré d’un certain nombre d’exigences (ils peuvent par exemple ne se situer que dans une partie du bâtiment) et celui de pension correspond à la gamme encore inférieure.

17 Ibid.

18 « La Diputación Provincial reforzará la promoción de Pampaneira y el Barranco del Poqueira en el mercado turístico alemán » (http://www.dipgra.es/inicio/noticias.php?noticia=3360&area=125, consulté le 2 juin 2014)

19 Enquête de terrain, juin 2014

20 Loi 45/2007, du 13 décembre pour le Développement durable du milieu rural.

21 Plan de Zone Rurale à Revitaliser de l’Alpujarra (2010-2014), Junta de Andalucía, 2009.

22 Fixé par le décret 64/1994, du 15 mars 1994.

23 « Diputación de Granada solicitará que la Alpujarra sea Patrimonio de la Humanidad », Ideal Granada, 27/09/2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la population dans l’Alpujarra (1960-2011)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Carte 1. Une baisse de population visible sur l’ensemble de l’Alpujarra granadina
Crédits Données : Recensement (INE, 1960, 2011). Réalisation : de Fortescu (2014).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 2. Répartition des communes de l’Alpujarra granadina par nombre d’habitants (1960-2011)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Carte 2. L’Ouest de l’Alpujarra, cœur d’un nouveau dynamisme ?
Crédits Données : Recensement (INE, 2001, 2011), Réalisation : de Fortescu (2014)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 1.
Légende Les rues de certains villages sont parfois très pentues (ici à Pampaneira), ce qui peut constituer un risque pour une partie des personnes âgées.
Crédits © Fortescu, 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Photo 2.
Légende Le village de Capileira, à 1 436 mètres d’altitude
Crédits © Fortescu, 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Carte 3. Un ouest plus riche
Crédits Données : IRPF (Agencia Tributaria, 2010). Réalisation : Fortescu -2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 3. Répartition des places en hôtel et hostal/pension dans les communes de l’Alpujarra disposant d’une offre de logement touristique en 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6149/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud de Fortescu, « Un espace de montagne en dépeuplement : nouvelles dynamiques et stratégies de revitalisation dans l’Alpujarra granadina (Andalousie) », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/6149 ; DOI : 10.4000/eps.6149

Haut de page

Auteur

Thibaud de Fortescu

Docteur en géographie
Membre associé au Centre de Recherches et d’Analyses Géopolitique (CRAG)
Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org