Navigation – Plan du site
Articles

Tokyo, les recompositions démographiques d’une ville mature

Tokyo, demographic recompositions of a mature city
Raphaël Languillon-Aussel

Résumés

Tokyo est l’agglomération la plus peuplée au monde, avec 35 millions d’habitants localisés dans la plaine du Kantô. Ville globale dynamique des années 1980, le contexte démographique et économique national a fini par avoir raison de sa vitalité. Entre stagnation démographique préfigurant un pic de population en 2020, et une stagnation économique qui réorganise en interne la population, Tokyo est devenue une ville mature.
L’objectif de cet article est de voir le double processus de mutations démographiques qui affecte Tokyo en tant que ville mature : la dépopulation à l’échelle de l’agglomération dont les mécanismes relèvent de facteurs nationaux ; les espaces de dépeuplement et les espaces de re-peuplement en interne, dont les mécanismes relèvent du marché (prix fonciers, prix immobiliers).

Haut de page

Texte intégral

Introduction : La ville mature1 n’est pas une shrinking city comme les autres

  • 1 La notion de ville mature est issue de la littérature grise japonaise. Je la traduis de « seijuku ( (...)

1Tokyo est l’agglomération la plus peuplée et la plus riche au monde, avec 35 millions d’habitants localisés dans la plaine du Kantô (document 1). Ville globale dynamique des années 1980 [Friedmann, 1986 ; Sassen, 1991], le contexte démographique et économique national a fini par avoir raison de son extraordinaire vitalité. Entre stagnation démographique préfigurant un pic de population en 2020, et une stagnation économique suite au dégonflement de la bulle foncière au tournant des années 1990 [Aveline, 1995 ; 2008], Tokyo est devenue ce que les politiques et les praticiens de l’urbain appellent au Japon une « ville mature » (seijuku toshi) [Languillon, 2014].

Document 1. Les différents découpages administratifs de Tokyo

Document 1. Les différents découpages administratifs de Tokyo

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel
Source : Pelletier, 2012a.

2La ville mature, par ses composantes démographiques et économiques, pourrait entrer dans la catégorie des villes en contraction, les shrinking cities. À Tokyo pourtant, un certain nombre de caractéristiques sort la capitale nippone de cette catégorie trop restrictive. En effet, si l’on reprend la définition de Roger Brunet sur la dépopulation comme déficit des naissances sur les morts, et sur le dépeuplement comme baisse globale de la population sur un territoire, alors Tokyo relève plus de la dépopulation que du dépeuplement, du moins pour le moment. Si le dépeuplement caractérise une grande partie des shrinking cities [Fol et Cunningham-Sabot, 2010], la ville mature à Tokyo relève plus d’une dépopulation éparse et inégalement répartie sur l’ensemble des 23 arrondissements centraux (ku) comme sur l’ensemble du département de Tokyo (Tokyo-to) ou de l’agglomération du grand Tokyo (Tokyo daitoshiken). Cette dépopulation s’explique autant par des facteurs démographiques classiques, comme la phase post-transitionnelle, que par des facteurs économiques spécifiques issus du dégonflement de la bulle des valeurs foncières et immobilières, qui est responsable d’une importante réorganisation interne de la population [Scoccimarro, 2007].

3L’objectif de cet article est de voir le double processus de mutations démographiques qui affectent Tokyo en tant que ville mature : la dépopulation à l’échelle de l’agglomération s’explique par des mécanismes qui relèvent de facteurs nationaux communs à la phase post-transitionnelle que l’on trouve également dans d’autres pays développés comme l’Italie ou l’Allemagne ; les processus de dépeuplement et de re-peuplement en interne s’expliquent par des mécanismes qui relèvent essentiellement du marché et des stratégies concurrentielles entre entreprises immobilières privées et pouvoirs locaux.

1. Tokyo, ville mature : modalités d’un repli démographique imminent caractéristique de la phase post-transitionnelle

4Tokyo est une métropole dont le repli démographique est imminent. D’après les projections du Bureau des statistiques du Japon, le pic de population du département de Tokyo devrait se produire en 2020. Le document 2 permet de voir ce pic et les composantes démographiques qui le caractérisent, sur lesquelles nous reviendront. Ce qui est intéressant de voir, c’est que ce pic intervient plus d’une décennie après le pic de population du Japon [Pelletier, 2012a]. Il convient donc de faire ici une distinction entre dépeuplement et dépopulation à Tokyo.

Document 2. Composition de la population du département de Tokyo par tranches d’âge, entre 1980 et 2035

Document 2. Composition de la population du département de Tokyo par tranches d’âge, entre 1980 et 2035

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : TMG, 2012.

5Au Japon, dépeuplement (baisse de la population totale d’un territoire) et dépopulation (baisse de la population suite à une solde naturel négatif) tendent à se confondre, du fait de la quasi-absence de flux migratoires depuis l’étranger. À Tokyo, le dépeuplement à venir résulte de la combinatoire entre un processus de dépopulation et un phénomène de migrations complexe. Concernant l’accroissement naturel, le taux de mortalité est devenu supérieur au taux de natalité en 2012, comme le montre le tableau du document 3. En ce sens, le comportement démographique de Tokyo reprend les mêmes logiques que celles du Japon, dont le document 4 illustre les grandes étapes et la situation actuelle qualifiée de post-transitionnelle : le taux de mortalité a doublé le taux de natalité, conduisant à un solde naturel négatif dès 2005. Le décalage de sept ans de Tokyo sur le reste du Japon s’explique par son plus grand dynamisme, en particulier en raison d’une population légèrement plus jeune que la moyenne nationale.

Document 3. Évolution des taux de natalité et de mortalité dans le département de Tokyo entre 2005 et 2012

2005

2010

2012

Taux de natalité (pour 1000 habitants)

7,68

8,22

8,12

Taux de mortalité (pour 1000 habitants)

7,44

7,92

8,25

Croissance naturelle

0,21

0,3

-0,13

Source : Bureau des statistiques du Japon, 2013.

Document 4. Taux de natalité et taux de mortalité : la démographie japonaise et le modèle de la transition démographique

Document 4. Taux de natalité et taux de mortalité : la démographie japonaise et le modèle de la transition démographique

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : Bureau des statistiques du Japon, 2012.

6Néanmoins, le décalage de dix ans entre le pic de population du Japon et celui de Tokyo s’explique par un autre facteur : les migrations. Outre les migrations internationales, qui touchent Tokyo plus que les autres agglomérations du pays, les migrations nationales très favorables à Tokyo ont compensé, et compensent encore, son solde naturel négatif. Ces migrations sont devenues positives, que ce soit au niveau régional ou au niveau national.

7Au niveau national, deux types d’espaces fournissent les contingents migratoires du grand Tokyo : les territoires ruraux et les villes moyennes de la moitié nord de Honshu ; les grandes métropoles de la mégalopole, en particulier Ôsaka qui perd des habitants depuis les années 1980 au profit de Tokyo [Pelletier, 2012a]. Ce transfert est important, de l’ordre de plus de 100 000 habitants par an : près de 30 000 habitants par an depuis Ôsaka et Nagoya ; plus de 80 000 habitants depuis le reste du Japon.

8Au niveau régional, on peut constater avec le document 5 que les flux migratoires régionaux se sont inversés au cours des années 1990, pour faire du département de Tokyo un espace attractif, alors qu’il était anciennement répulsif dans les années 1980 : l’espace central de Tokyo connait ainsi un gain migratoire de 48 000 habitants en 2010, alors que ses pertes étaient de 51 000 habitants en 1990.

Document 5. Les échanges migratoires entre Tokyo et les trois départements voisins en 1990 et en 2010

Document 5. Les échanges migratoires entre Tokyo et les trois départements voisins en 1990 et en 2010

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : TMG, 2012.

Document 6. Différences entre Tokyo, ville dite mature, et les shrinking cities

Document 6. Différences entre Tokyo, ville dite mature, et les shrinking cities

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.

9La croissance démographique de Tokyo des années 2000-2010 a été tirée par les flux migratoires plus que par l’accroissement naturel. Depuis 2010, la dépopulation est compensée par un solde migratoire positif qui permet un gain démographique jusqu’à l’horizon 2020. Néanmoins, l’assèchement des réservoirs migratoires de Tokyo, et la non-ouverture aux migrations internationales expliquent pourquoi Tokyo, malgré son attractivité résidentielle, va entrer en déclin démographique, sans pour autant que ce déclin s’accompagne d’une crise structurelle de son économie, comme c’est le cas pour beaucoup de shrinking city. Le document 6 permet de synthétiser les différences entre une ville mature mais attractive comme Tokyo et une shrinking city répulsive comme Detroit.

10Tokyo reste ainsi une métropole attractive. Comme le montre le document 7, les catégories de population qui assurent le renouvèlement de la population par un solde migratoire positif sont de deux natures. Si globalement, l’ensemble des classes d’âges est concerné, les 18-25 ans constituent le principal apport, pour des raisons universitaires (essentiellement des étudiants), illustrant par-là l’attractivité des établissements d’enseignement supérieur tokyoïtes. Les 30-45 ans constituent un second contingent, plus modeste, traduisant par-là l’attractivité de l’économie tokyoïte. Si l’on compare avec la situation dans les années 1980, on constate que cette attractivité résidentielle des populations actives était largement négative, en particulier pour les tranches d’âges correspondant au premier emploi, les âges plus avancés (et donc bénéficiant, dans un système d’avancement à l’ancienneté, de plus hauts revenus) étant moins concernés par ce mouvement de départ.

Document 7. Changements migratoires du département de Tokyo par tranches d’âge des migrants

Document 7. Changements migratoires du département de Tokyo par tranches d’âge des migrants

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : TMG, 2010.

11Malgré cet apport migratoire de catégories plutôt jeune, la phase post-transitionnelle, couplée à l’augmentation de l’espérance de vie, aboutit à un vieillissement important de la population de Tokyo. Si le processus de vieillissement est moins accentué à Tokyo que dans le reste du Japon, la capitale connait elle aussi un accroissement du nombre de personnes âgées, en particulier sur ses marges, posant de réels problèmes d’accessibilité et de qualité de vie. Ainsi, au regard du document 1 plus haut, la part des plus de 65 ans est passée de 7,7% en 1980, à 20,4% en 2010, et sera vraisemblablement de 29% en 2035. Si la population de la préfecture de Tokyo passera de 13,98 millions d’habitants en 2020, date de son pic, à 12,78 millions en 2035, celle des plus de 65 ans continuera de croitre, passant de 3,21 millions en 2020 à 3,69 millions en 2035. Cet effet ciseau (baisse de la population totale mais accroissement de la population des plus de 65 ans) caractéristique d’un vieillissement accéléré préfigure un taux de mortalité plus important dans les décennies à venir, et donc une accélération possible du déclin démographique s’il n’est pas compensé par une vigoureuse politique d’immigration et par une encore plus vigoureuse politique nataliste.

2. Dépopulation générale, dépeuplement sélectif : la spatialisation d’un repli démographique inégal

12La spatialisation des processus démographique est intéressante à deux niveaux : au niveau de la spatialisation en elle-même des données démographiques ; au niveau des impacts spatiaux des caractéristiques démographiques. Les deux niveaux seront examinés successivement.

13La spatialisation des processus démographiques en cours ou à venir fait apparaître une profonde inégalité dans les phénomènes de replis démographiques, de vieillissement, ou de solde naturel. Au niveau de l’agglomération, les logiques de la croissance urbaine se sont inversées au cours des années 2000 [Scoccimarro, 2007 ; Pelletier, 2012a]. Le document 8 permet de voir dans le département de Tokyo un phénomène intéressant de croissance du cœur métropolitain, en particulier les arrondissements centraux de Chûô-ku et Minato-ku, de faible croissance du péricentre, et de déclin de la seconde couronne (la première couronne connait des processus différenciés traduisant sa situation intermédiaire). Globalement, cette nouvelle géographie résidentielle à Tokyo résulte d’abord d’un phénomène inédit initié au milieu des années 1990 : le mouvement de retour au centre. Les mouvements migratoires internes à l’agglomération de Tokyo sont devenus centripètes, là où ils étaient centrifuges sans interruption depuis les années 1960.

Document 8. Évolution démographique des municipalités du département de Tokyo entre 1995 et 2010

Document 8. Évolution démographique des municipalités du département de Tokyo entre 1995 et 2010

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : Bureau des statistiques du Japon, 2014.

14Ce mouvement de retour au centre est essentiellement dû à des transferts des première et deuxième couronnes du grand Tokyo vers quelques arrondissements centraux, en particulier Minato-ku et Chûô-ku. Si on regarde plus en détails l’arrondissement de Chûô, on constate avec le document 9 un gain substantiel de population à partir de 1998. Ce gain est d’abord migratoire, avec un solde positif dès 1996, puis naturel, avec un solde positif en 2001, traduisant une reprise de la fécondité. Cette reprise de la fécondité s’explique par le fait que la population arrivante est essentiellement constituée de jeunes actifs, la plupart du temps en couple, qui débutent leur vie de famille et donc font des enfants. Le document 10 permet de voir l’évolution de la pyramide des âges dans l’arrondissement de Chûô : on y constate effectivement que la tranche d’âge majoritaire est celle des 25-45 ans, soit la part de la population la plus fertile.

15Ainsi, deux éléments de conclusion partielle s’imposent ici : le dépeuplement à venir n’empêche pas, grâce aux recompositions internes de la population, des processus de repeuplements ponctuels, faisant émerger une réorganisation démographique en points chauds et en points froids ; les transferts de population plus fertiles que la moyenne permettent à des espaces démographiquement attractifs de connaître par la suite un retour à une croissance naturelle positive dans un contexte plus général de dépopulation.

Document 9. Prix fonciers résidentiels et évolution de la population dans l’arrondissement de Chûô

Document 9. Prix fonciers résidentiels et évolution de la population dans l’arrondissement de Chûô

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : Rémi Scoccimarro, 2007, p.104 et 109.

Document 10. Pyramide des âges de l’arrondissement de Chûô

Document 10. Pyramide des âges de l’arrondissement de Chûô

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : Municipalité de Chuo-ku www.city.chuo.lg.jp (consulté en mai 2014).

16Á cette spatialisation très inégale des caractéristiques démographiques au sein du département de Tokyo, se surimposent des logiques sociologiques importantes. Il s’agit ici de voir les impacts spatiaux des logiques sociales liées à l’évolution de la démographie tokyoïte. En effet, alors que le pic de population devrait être atteint vers 2020, ce pic ne se traduira pas par une contraction immédiate de la macro-forme de Tokyo. Alors que les mouvements de retour au centre tendent à accélérer une contraction générale de la ville, un processus inverse d’augmentation du nombre de foyers tend au contraire à maintenir un gain du nombre total de logements au-delà du pic démographique.

17Le document 11 illustre ce décalage : l’expansion du nombre de foyers composés d’une seule personne, suite à l’allongement de la vie, à la généralisation du modèle de la famille nucléaire, à l’augmentation du nombre de divorces, à l’émancipation des femmes, qui constituent autant de modifications sociologiques majeures des années 2000, augmente la pression sur les logements, et maintiennent ainsi une demande forte y compris en périphérie. Une baisse de la population ne s’accompagnera pas immédiatement d’une contraction de l’aire urbanisée, ou de la macro-forme, ce qui constitue un facteur de plus qui distingue la ville mature qu’est Tokyo d’une shrinking city. Sur le document 11, on peut ainsi voir que le pic du nombre de foyers est décalé de 5 ans par rapport au pic du nombre d’habitants. À ce décalage, il faudra vraisemblablement ajouter un autre décalage de 5 ans avec le pic du nombre de logements, en raison de l’inertie du secteur de la construction, mais surtout en raison de la montée du nombre de résidences secondaires à la périphérie de Tokyo. Il y aura donc une petite décennie de décalage entre le pic du nombre d’habitants à Tokyo vers 2020 et le pic du nombre de logements vers 2030.

Document 11. Évolution du nombre de foyers à Tokyo entre 1980 et 2035

Document 11. Évolution du nombre de foyers à Tokyo entre 1980 et 2035

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : TMG, 2012.

3. Les intenses recompositions internes de la population de la ville mature au regard des mécanismes de marché à Tokyo

18Les recompositions internes de la population à Tokyo s’expliquent par de puissants mécanismes de marché, en particulier le marché immobilier et foncier. Au cours des années 1980, qui sont celles de la bulle immobilière au Japon (1985-1991), l’augmentation irrationnelle des valeurs observable dans le document 12 avait conduit à un étalement urbain sans précédent, pris en charge essentiellement par le secteur immobilier des compagnies ferroviaires privées qui ont aménagé le long de leurs lignes des lotissements pavillonnaires ou des grands ensembles [Aveline, 2003]. Cet étalement avait abouti à une explosion des mouvements pendulaires domicile-travail, responsable d’un véritable enfer des transports qui a alimenté les images collectives que les étrangers gardent encore du Japon [Pelletier, 2012b].

Document 12. Évolution des prix fonciers résidentiels dans l’hypercentre de Tokyo (base 100 : 1984)

Document 12. Évolution des prix fonciers résidentiels dans l’hypercentre de Tokyo (base 100 : 1984)

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : Yukio Noguchi, 1994.

19Le document 13 permet d’illustrer la corrélation entre expansion des valeurs foncières et immobilières, et étalement urbain. Ce document fait état du gradient de croissance des prix dans les condominiums en fonction de l’éloignement au centre de Tokyo, symbolisé par le kilomètre 0 qui se trouve à Nihombashi. Il est communément admis que le prix maximal d’un logement que peut acheter un travailleur est l’équivalent de cinq fois son revenu annuel. En 1984, le prix moyen d’un logement de 75 m², qui correspond à un F3-F4 pour un couple avec un ou deux enfants, correspond à peu près à cette limite maximale, avec un salaire moyen annuel estimé à 6,4 millions de yens. La zone où se trouve la plupart des condominiums avec des logements dans un rapport de cinq fois le salaire annuel moyen des salariés tokyoïtes se situe entre 20 km et 30 km du centre.

20Néanmoins, en 1989, au plus fort de la bulle, les prix moyens dans cette zone sont passés à plus de huit fois le salaire moyen annuel des salariés tokyoïtes, alors que le rapport est supérieur à 10 dans la zone des 10 km-20 km, et supérieur à 15 dans l’hyper-centre compris entre 0 km et 10 km. Le Grand Tokyo est devenu inabordable pour les salariés moyens, qui se trouvent rejetés plus loin, dans un rayon supérieur à 50 km du centre [Noguchi, 1994], expliquant l’étalement dans la région urbaine de Tokyo.

21Le phénomène de creusement démographique consécutif à la recomposition du centre de Tokyo s'est d'abord observé à Chiyoda, l'arrondissement le plus central de Tokyo, dont la population est passée de 120 000 habitants en 1960, à 35 000 habitants en 1995. À ce sujet, le quartier de Kanda-Izumy chô, dans l'arrondissement de Chiyoda, a été bien étudié durant les années 1990 [Tezuka et alii, 1998]. Tout près de la gare d’Akihabara, Kanda-Izumi chô a été rattrapé par le dynamisme et le développement du Central Business District de Tokyo, autour de la gare centrale.

22Alors que se développaient les immeubles de bureaux le long des artères principales, la population résidente est passée de 2 300 habitants en 1960 à 612 habitants en 1995. Dans le même temps, le ratio entre population diurne et nocturne est passé de 1 à 17, avec 10 739 employés venant travailler chaque jour dans les 585 établissements du quartier [Tezuka et alii, 1998]. En conséquence de l'effondrement démographique, il était question, à la fin des années 1990, de faire fusionner le chônaikai (association de quartier qui prend en charge une grande partie des services publiques de proximité) du quartier avec celui des quartiers limitrophes pour atteindre une masse critique suffisante, éloignant de la vie locale une structure sensée pourtant ordonner la vie des quartiers.

Document 13. Évolution du rapport entre le prix des logements et les salaires moyens à Tokyo

Document 13. Évolution du rapport entre le prix des logements et les salaires moyens à Tokyo

Le rapport de 5 est la limite maximale au-delà de laquelle les salariés moyens ne peuvent pas acquérir de logements.

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source statistique : Yukio Noguchi [1994, p.16].

23La bulle fait prendre à Tokyo la structure d’une ville en doughnut (donatsu genshô, effet du beignet), avec un centre évidé et une périphérie démographiquement dynamique. D’importants transferts de population s’observent de l’un à l’autre, alors que le ratio population diurne/population nocturne présente le profil inverse d’un centre densément pourvu en travailleurs et d’une périphérie dévitalisée en journée. Aux mouvements migratoires résidentiels du centre vers la périphérie qui se mettent en place sur une échelle de temps moyenne correspondant à la temporalité de la bulle, s’opposent des mouvements migratoires professionnels de la périphérie vers le centre qui se mettent en place sur l’échelle de temps très courte des migrations quotidienne domicile-travail. Ce double mouvement explique la saturation progressive des systèmes de transport au court des années 1980-1990, et la montée de l’image de l’enfer des transports, qui n’est pas nouvelle, mais qui atteint à Tokyo un paroxysme jamais égalé jusqu’alors.

24Le mouvement de retour au centre de la population s’explique par deux éléments essentiels : la fin de la bulle spéculative d’une part, l’urbanisation de terre-pleins à proximité du cœur économique de Tokyo d’autre part. En effet, si l’on regarde l’évolution des prix fonciers et des prix immobiliers dans l’arrondissement de Chûô, on constate que le mouvement de retour au centre coïncide avec le plancher des prix immobiliers et fonciers de 1995 consécutif au dégonflement de la bulle. Cette population qui investit les espaces centraux de la capitale bénéficie donc d’un effet d’aubaine au niveau de la contraction des prix fonciers et immobiliers résidentiels à Tokyo. On observe dans le document 9 l’adéquation entre le seuil bas atteint par les prix et la reprise de la démographie à Chûô. Si l’on regarde l’évolution démographique de la ville nouvelle de Tama, située en première couronne, on constate que son déclin démographique épouse la même temporalité, avec une amorce autour de 1994 (document 14).

Document 14. Évolution démographique de la ville de Tama entre 1972 et 2002

Document 14. Évolution démographique de la ville de Tama entre 1972 et 2002

Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
Source : Municipalité de la ville de Tama www.machisen.net (consulté en mai 2013).

4. Discussion : où situer Tokyo par rapport au champ de la recherche sur les shrinking cities ?

25Le déclin urbain entre dans un questionnement plus large portant sur l’évolution et le devenir des villes. Aux visions linéaires reposant sur le schéma urbanisation/stagnation/déclin, s’opposent les visions cycliques avec des débats portant sur les processus d’urbanisation/désurbanisation/contre-urbanisation/réurbanisation [Fol et Cunningham-Sabot, 2010]. Les causes du déclin et leurs manifestations varient selon les cas et les approches, même si trois indicateurs sont communément retenus : la démographie, l’économique, et le social par le biais de processus de paupérisation [Beauregard, 2003]. Les études américaines sur le déclin urbain privilégient l’angle économique, que le déclin soit associé à la suburbanisation [Jackson, 1987], ou à la désindustrialisation [Friedrichs, 1993].

26La suburbanisation s’explique autant par des facteurs micro-économiques que par des éléments sociaux. Le Tokyo des années 1980 est un cas d’école de ce processus d’évidemment du centre et d’étalement péri-urbain. Les facteurs micro-économiques relèvent des stratégies des agents économiques qui visent à maximiser leurs investissements immobiliers, avec à Tokyo un partage de l’espace très net entre les investissements commerciaux dans les cœurs par les entreprises immobilières des keiretsu japonais, et les investissements résidentiels dans les périphéries par les compagnies ferroviaires privées [Aveline, 2003]. À cela s’ajoutent les politiques publiques américaines qui auraient encouragé l’aménagement des suburbs par des aménagements publics et des incitations au crédit [Jackson, 1985], ce que l’on retrouve dans une moindre mesure au Japon, sous d’autres formes [Aveline, 2003].

27Contrairement au Japon les facteurs sociaux dans un contexte nord-américain tiennent surtout à l’essor de la mobilité [Gutkind, 1966], et aux stratégies résidentielles fondées sur l’homogénéité socio-confessionnelle ou socio-raciale [Hoyt, 1939] et les stratégies d’entre-soi [Le Goix, 2003]. L’évolution urbaine et le déclin des centres au profit des périphéries seraient liés à l’évolution linéaire des quartiers, apparaissant, se développant et disparaissant en fonction des plus-values et des dévalorisations immobilières [Hoyt, 1939] qui ne sont pas seulement imputables au vieillissement des parcs immobiliers, mais aussi aux rapports sociaux ségrégatifs entre classes et entre « races ».

28Au Japon, le mythe social fort d’une homogénéité socio-professionnelle limite les analyses sur le modèle nord-américain, où le lien entre processus micro-économique et comportements sociaux s’expliquerait par le caractère auto-réalisateur des théories du déclin, avec des stratégies d’abandon quasi-planifié des espaces urbains centraux à la fois par les acteurs publics et privés de l’urbain et par les populations elles-mêmes [Metzger, 2000]. Au Japon, si les centres ont été abandonnés par la population au cours des années 1980, ils ne l’ont pas été par les agents économiques de la fabrique urbaine, expliquant l’absence de paupérisation et l’absence d’un effet downtown. Ce modèle de déclin urbain américain est inclus et pensé dans le cadre plus large d’agglomération en croissance, et ne renverse pas le paradigme dominant de la croissance urbaine, contrairement au cas japonais dont l’étude des agglomérations est en cela très éclairant.

29La désindustrialisation s’inscrit dans des logiques plus macro-économiques, que l’on peut résumer en deux approches. Un première approche concerne essentiellement les processus de désindustrialisation qui correspondent au passage du stade industriel au stade globalisé (lié à la globalisation), qui substitue aux logiques wébériennes de localisation des facteurs de production des logiques globalisées (mise en concurrence accrue, dispersion des chaînes de production) qui aboutit au déclin des espaces monofonctionnels. Cette approche a donné lieu au gros des études sur les shrinking cities, et leurs homologues allemandes des Schrumpfende Städte, qui sont des villes où le déclin se traduit par un processus de contraction. Dans la plupart des études, et ce jusqu’à une date très récente, les shrinking cities s’inscrivent dans une vision post-wébérienne de l’espace.

30Cette vision d’une société post-industrielle qui voit décliner un grand nombre de villes permet d’opérer des passerelles entre désindustrialisation et suburbanisation, les agents économiques se détournant des centres industriels en crise pour se tourner vers des espaces plus attractifs, théorie qui nourrit toute la réflexion sur l’émergence du polycentrisme, en particulier avec le cas des edge cities. Si la théorie semble valable pour certains espaces très localisés du front de mer à Tokyo, il n’en reste pas moins que la très grande diversité de l’économie tokyoïte, expliquant son attractivité résidentielle au cours des années 2000 et 2010, exclue Tokyo de cette catégorie de shrinking cities.

31Une seconde approche de la désindustrialisation s’inscrit dans le cadre des cycles de vie urbains comme résultante des cycles économiques mis au jour par Kondratieff en 1922. Ces cycles économiques ont permis à Schumpeter d’élaborer une réflexion sur le rôle de l’innovation dans les rythmes économiques, qui apparaissent fortement déterminés par les rythmes technologiques. La théorie du cycle de vie des produits et des innovations permet d’expliquer les cycles de croissance et de décroissance urbaines, chaque vague de développement urbain étant déterminée par le cycle de vie des industries qui alimentent le dynamisme des espaces où ils se trouvent. La « destruction créatrice » de Schumpeter, issue des transformations des systèmes productifs résultant des successions de cycles d’innovations, impacterait ainsi les espaces urbains, le déclin de certains s’expliquant par l’obsolescence des systèmes productifs correspondant à des innovations dépassées [Hall, 1988]. Pour ce modèle également, les processus à l’œuvre à Tokyo ne permettent pas de valider l’inclusion de la capitale japonaise dans le champ des shrinking cities.

32Cette non-inclusion de Tokyo dans le champ des shrinking cities alors même que la capitale est sur le point de connaître un déclin structurel de sa population s’explique par le fait que les approches économiques n’envisagent pas de déclin urbain de façon absolue ou définitive. Dans le cas de la suburbanisation, il s’agit d’un déclin qui intervient dans le cadre d’une croissance urbaine plus large de l’agglomération, voire de l’aire urbaine. Dans le cas de la désindustrialisation, il s’agit d’un déclin cyclique, correspondant à une phase d’ajustement structurel soit lié à la transition post-wébérienne des facteurs de localisation spatiale des systèmes productifs, soit lié à la transition entre deux cycles d’innovation suite au « ratage » momentané d’un cycle.

33Néanmoins, des approches plus démographiques d’une part, et systémiques d’autre part, permettent d’envisager le déclin comme crise non conjoncturelle, voire comme état définitif de la dynamique urbaine. Les approches démographiques relèvent de la théorie portant sur une seconde transition démographique [Van de Kaa, 1987], qui résulte d’une baisse de la fécondité et du vieillissement de la population [Sardon, 2004]. L’approche systémique, quant à elle, ne pense plus la ville comme un élément d’une agglomération, mais comme composante d’un système urbain structuré dans le cadre de la globalisation. Le déclin urbain serait ainsi, tout comme la croissance, la résultante d’une combinaison complexe entre logiques mondiale, nationale, régionale, métropolitaine et locale qui entretiennent des relations systémiques par le biais des réseaux urbains desquels elles procèdent [Fol et Cunningham-Sabot, 2010].

34Ainsi, le déclin urbain ne serait plus seulement l’expression ni de la suburbanisation, ni de la désindustrialisation, mais bien la manifestation spatiale du processus de globalisation, avec la mise en place d’un nouveau régime d’accumulation et le passage de la logique de l’agglomération à celle du système urbain. C’est bien dans cette nouvelle approche systémique et globalisée du déclin urbain que s’inscrit le questionnement de cet article sur le déclin à venir de Tokyo, qui reste paradoxalement une ville attractive et dynamique. Le paradoxe néanmoins disparait si l’analyse chausse les lunettes non plus du territoire, mais du système duquel participe l’entité en question, toute dépendante qu’elle est d’un jeu d’interactions complexes qui amène à penser le repli non plus sur le mode du déclin économique, mais sur le mode de l’ajustement systémique dans lequel l’économique n’est qu’un paramètre parmi d’autres.

Conclusion : ce vers quoi tend la ville mature à Tokyo

35Tokyo, entendue comme ville mature par ses promoteurs, est très différente d’une shrinking city (ville en déclin). Si la shrinking city connaît un dépeuplement suite à l’entrée en crise de son économie qui explique un taux migratoire très négatif, comme à Détroit ou dans certaines villes est-allemandes, la ville mature connaît surtout une dépopulation modeste du fait de la composante de sa démographie, et ce malgré une attractivité qui reste notable. Taux de mortalité supérieur au taux de natalité, assèchement du réservoir migratoire pour des raisons plus démographiques qu’économiques, vieillissement, sont ainsi les trois indicateurs démographiques de la ville mature.

36Pourtant, la ville mature à Tokyo ne connaît pas de dépopulation uniforme. Au contraire, les processus sont très contrastés, et la capitale nippone connaît un redéploiement en interne en points chauds et en points froids, avec des espaces de perte sèche de population, des espaces de gains par migrations internes à l’agglomération, et des espaces de gains par migrations internes et par une natalité plus vigoureuse que dans les autres espaces de l’agglomération. Dans le monde démographiquement quasi-fini de la ville mature, les recompositions internes constituent un puissant moteur de mutations à l’échelle locale, responsables d’une concurrence entre arrondissements et entre municipalités constituant l’agglomération. Cette concurrence est rendue plus rude encore par des mécanismes de marché qui permettent d’expliquer, en partie, la rapidité et l’ampleur de ces recompositions internes.

37Néanmoins, il faudrait faire attention ici à l’image anthropomorphique ou à la connotation « cycle de vie » que le terme « mature » pourrait ici avoir. Contrairement aux approches cycliques qui tendent à faire de la ville en déclin une étape dans l’éternel recommencement d’un processus d’urbanisation/désurbanisation/contre-urbanisation/réurbanisation, ou aux approches linéaires qui font de la ville mature l’avant-dernière étape d’un schéma urbanisation/stagnation/déclin, la ville mature à Tokyo relève plutôt de la systémique : elle s’inscrit dans un système urbain globalisé solidaire, dont chaque terme impacte les recompositions des autres termes interconnectés. Tokyo est ainsi la composante d’un système urbain japonais et asiatique complexe. À présent, le devenir de Tokyo dépend autant des politiques urbaines locales, des politiques économiques et démographiques nationales, que des jeux de forces et d’acteurs entre grandes métropoles d’Asie pacifique. Les acteurs de la ville à Tokyo ne s'en sont pas tous encore rendu compte : certains restent aveuglément persuadés de la supériorité historique de Tokyo sur le réseau urbain d’Asie pacifique.

Haut de page

Bibliographie

AVELINE N. (2008), Immobilier - l’Asie, la bulle et la mondialisation, Paris, CNRS Editions, 319 p.

AVELINE N. (2003), La ville et le rail au Japon. L'expansion des groupes ferroviaires privés à Tokyo et Osaka, Paris, CNRS Edition, 252 p.

AVELINE N. (1995), La bulle foncière au Japon, Paris, ADEF, 242 p.

BEAUREGARD R., (2003), Voices of Decline. The Postwar Fate of US Cities, Blackwell, 320 p.

BOURDIER M. et PELLETIER P. (dir.) (2000), L’Archipel accaparé. La question foncière au Japon, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 308 p.

FOL S., CUNNINGHAM-SABOT E., (2010), Déclin urbain et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine, Les Annales de Géographie, N° 674, pp. 359-383.

FRIEDMANN J. (1986), The world city hypothesis, Development and Change, vol.17, n°1, pp. 69-84.

FRIEDRICHS J. (1993), A Theory of Urban Decline: Economy, Demography and Political Elites, Urban Studies, vol. 30, n°6, pp. 907-917.

GUTKIND E.A. (1966), Le crépuscule des villes, Paris, Stock, 203 p.

HALL P. (1988), The geography of the fifth Kondratieff, in MASSEY D. et ALLEN J. (dir.), Uneven Re-Development: Cities and Regions in Transition, Open University, pp. 51-67

HOYT H. (1939) : The structure and growth of residential neighborhoods in American cities, Washington, DC, Federal Housing Administration

JACKSON K. (1985), Crabgrass Frontier: the Suburbanization of the United States, New York, Oxford University Press, 396 p.

LANGUILLON R. (2014), Tokyo, ville globale mature. Lecture critique de la maturité urbaine au Japon, Urbia, hors-série n°2, pp. 123-142.

LE GOIX R. (2003), Les « gated communities » aux Etats-Unis, morceaux de villes ou territoires à part entière, Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, SAINT-JULIEN T. (ss. dir.). Soutenue le 19 mai 2003.

METZGER J.T. (2000), Planned Abandonment: The Neighborhood Life-Cycle Theory and National Urban Policy, Housing Policy Debate, vol. 11, n°1, pp. 7-40.

NOGUCHI Y. (1994), Land prices and housing prices in Japan, in NOGUCHI Y. et POTERBA J. (dir.), Housing Markets in the U.S. and Japan, Chicago, University of Chicago Press, pp. 11-28.

PELLETIER P. (2012a), Atlas du Japon : Après Fukushima, une société fragilisée, Paris, Editions Autrement, 96 p.

PELLETIER P. (2012b), La fascination du Japon : Idées reçues sur l'archipel japonais, Paris, Editions Le Cavalier Bleu, 270 p.

SARDON J.-P. (2004), Évolution démographique récente des pays développés, Population, vol. 59, pp. 305-360.

SASSEN S. (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 472 p.

SCOCCIMARRO R. (2007), Le rôle structurant des avancées sur la mer dans la baie de Tokyo. Production et reproduction de l'espace urbain, Thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme, Université Louis Lumière Lyon 2, PELLETIER P. (ss. dir.), 271 p.

TEZUKA A. et alii (1998), Structure et dynamisme d’un quartier dans le centre-ville de Tokyo, Annales de géographie, vol. 107, n° 602, pp. 410-430.

VAN DE KAA D. (1987), Europe’s Second Demographic Transition, Population Bulletin, vol. 42, pp. 1-57.

Haut de page

Notes

1 La notion de ville mature est issue de la littérature grise japonaise. Je la traduis de « seijuku (mature) toshi (ville) ». Elle n’est que très peu reprise par les travaux scientifiques japonais et n’est pas utilisée par les travaux occidentaux. J’en propose une lecture critique dans LANGUILLON R. (2014), Tokyo, ville globale mature. Lecture critique de la maturité urbaine au Japon, Urbia, hors-série n°2, pp. 123-142. Le cas de Tokyo est donc pour le moment assez exceptionnel, ce qui ne signifie pas qu’il soit unique. D’autres travaux sont nécessaires pour évaluer le degré de maturité d’autres métropoles à travers le monde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. Les différents découpages administratifs de Tokyo
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel Source : Pelletier, 2012a.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Document 2. Composition de la population du département de Tokyo par tranches d’âge, entre 1980 et 2035
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : TMG, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Document 4. Taux de natalité et taux de mortalité : la démographie japonaise et le modèle de la transition démographique
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : Bureau des statistiques du Japon, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Document 5. Les échanges migratoires entre Tokyo et les trois départements voisins en 1990 et en 2010
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : TMG, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Document 6. Différences entre Tokyo, ville dite mature, et les shrinking cities
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Titre Document 7. Changements migratoires du département de Tokyo par tranches d’âge des migrants
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : TMG, 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Document 8. Évolution démographique des municipalités du département de Tokyo entre 1995 et 2010
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : Bureau des statistiques du Japon, 2014.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Document 9. Prix fonciers résidentiels et évolution de la population dans l’arrondissement de Chûô
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : Rémi Scoccimarro, 2007, p.104 et 109.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Document 10. Pyramide des âges de l’arrondissement de Chûô
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : Municipalité de Chuo-ku www.city.chuo.lg.jp (consulté en mai 2014).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Document 11. Évolution du nombre de foyers à Tokyo entre 1980 et 2035
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : TMG, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Document 12. Évolution des prix fonciers résidentiels dans l’hypercentre de Tokyo (base 100 : 1984)
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : Yukio Noguchi, 1994.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Document 13. Évolution du rapport entre le prix des logements et les salaires moyens à Tokyo
Légende Le rapport de 5 est la limite maximale au-delà de laquelle les salariés moyens ne peuvent pas acquérir de logements.
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source statistique : Yukio Noguchi [1994, p.16].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Document 14. Évolution démographique de la ville de Tama entre 1972 et 2002
Crédits Réalisation : Raphaël Languillon-Aussel. Source : Municipalité de la ville de Tama www.machisen.net (consulté en mai 2013).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6139/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Languillon-Aussel, « Tokyo, les recompositions démographiques d’une ville mature », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/6139 ; DOI : 10.4000/eps.6139

Haut de page

Auteur

Raphaël Languillon-Aussel

Agrégé – ATER – doctorant en géographie
UMR 5600 Environnement Ville Société
Université Lumière Lyon 2 – IRG
5, Avenue Pierre Mendès-France FRANCE
69676 BRON CEDEX
rlanguillon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org