Navigation – Plan du site
Articles

Insularité et dépeuplement : le cas de l’île de Flores aux Açores (Portugal)

Human Depopulation and Insularity: a Study Case of the Azores (Flores Island)
Louis Marrou

Résumés

L’île de Flores dans l’archipel des Açores est peuplée depuis plus de 500 ans. Cette île portugaise connaît depuis plus de 50 ans un dépeuplement continu. Elle a perdu plus de la moitié de sa population et la densité y est désormais inférieure à 30 hab/km2. Cette recherche tend à spatialiser les phénomènes et à en comprendre les facteurs déterminants (mobilité, isolement, concurrence spatiale). L’urgence est devenue forte car les solidarités régionales, nationales et européennes, qui permettent le maintient du territoire, menacent de se diluer.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En février 2015, à l’occasion de la session solennelle marquant le début des commémorations des 500 ans du conselho, l’équivalent d’un canton, de Lajes das Flores dans l’archipel des Açores, le président de l’exécutif local a agencé son discours autour d’une idée forte unique. La presse locale l’a résumée ainsi : « La désertification est le principal problème du conselho de nos jours ». Cette prise de position sans précédent a fait l’effet d’un pavé dans la mare de la part d’un élu pragmatique, souvent prompt a vanter le développement de son territoire. Lors de cette même cérémonie, ce cri d’alarme a été repris par l’ouvidor de l’île, le représentant le plus élevé du monde ecclésiastique catholique. Cette conjonction de prises de paroles, unissant monde politique et monde spirituel a secoué cette petite île de 140 km2 située au milieu de l’Atlantique nord, à l’extrémité occidentale de l’archipel des Açores.

2L’île de Flores est l’une des neuf îles des Açores, elle-même l’une des deux régions autonomes portugaises (avec l’archipel de Madère). L’archipel a été peuplé à partir du premier tiers du XVe siècle. La population de cette région ultra-périphérique européenne est de 250 000 habitants, chiffres du dernier recensement de 2011, un chiffre proche de celui du début du XXe siècle (256 000 habitants en 1900). La région est une terre ancienne de migration vers l’Amérique. Au cours du dernier siècle, elle a atteint son maximum de population en 1960. L’archipel comptait alors 327 500 habitants.

3Au sein de l’archipel, Flores est à la fois une île relativement petite et excentrée et sa population connaît des variations accentuées. Alors que l’archipel peine à maintenir sa population d’un siècle à l’autre, l’île de Flores a vu sa population divisée par deux. Il y avait plus de 8 000 habitants en 1900, il en reste moins de 4 000 en 2011, 3 793 exactement. La densité est désormais inférieure à 30 hab/km2 (d = 26,76). Longtemps, les autorités ont pensé voir l’hémorragie atteindre un point bas. Des chiffres symboliques ont été évoqués. La barrière des 30 hab/km2 a fait un temps illusion, de même que le seuil des 4 000 habitants.

4Cet article se propose de replacer la baisse de la population de l’île de Flores dans le contexte de l’histoire de l’archipel et de la démographie des 100 dernières années. C’est le processus de peuplement, et de dépeuplement, qui est au cœur de notre analyse pour tenter de comprendre au mieux les enjeux territoriaux actuels. L’urgence est désormais de mise car les tensions démographiques mettent à mal les solidarités insulaires et archipélagiques, Flores recevant de nombreuses subventions régionales, nationales et européennes.

1. Flores, une île de taille réduite à l’extrémité de l’archipel des Açores

5Au sein de l’archipel des Açores, deux traits géographiques caractérisent l’île de Flores : sa taille et sa situation (figure 1). Parmi les îles de l’archipel, Flores fait partie des îles de taille moyenne. Avec un peu plus de 140 km2, elle tient compagnie à São Jorge (245 km2) et à Faial (167 km2). Elle prend ainsi facilement le pas sur Corvo (17 km2), Graciosa (61 km2) et même Santa Maria (97 km2) tout en restant éloigné, par la taille, des trois « grandes » îles que sont Terceira (400 km2), Pico (451 km2) et surtout São Miguel (747 km2). Dans le panorama mondial, elle n’est pas un « confetti » insulaire, même si sa superficie ne permet pas des développements territoriaux mirifiques. S’il était possible de le faire, le tour de l’île serait fait relativement rapidement. Plus que sa taille s’est son positionnement dans l’archipel qui fait sa particularité. Avec sa voisine Corvo, auprès de laquelle elle fait figure de « petite géante », elle forme le groupe insulaire occidental. Celui-ci pèse moins de 7 % de la superficie de la région. Il se trouve à 220 km de la première île du groupe central et à plus de 500 km de São Miguel. On peut donc parler d’un certain isolement dans l’archipel. Il y a par exemple moins de 140 km entre le groupe central (Terceira) et le groupe oriental.

Figure 1. Localisation et organisation de l’archipel des Açores (Portugal)

Figure 1. Localisation et organisation de l’archipel des Açores (Portugal)

6S’il était possible de le faire, le tour de l’île serait fait relativement facilement. Mais à l’instar du reste de l’archipel, l’île est montueuse, escarpée et son littoral n’est que chichement échancré de parties basses permettant un véritable développement littoral. Il n’y a pas de site portuaire « évident » comme c’est parfois le cas à Terceira (avec Angra) ou à Faial (avec Horta). L’île est occupée en son centre par une sorte de plateau en altitude, dont les bordures sont ourlées de lacs qui font la fascination des touristes qui bravent distance et nuages.

7Les données du milieu géographique sont fondamentales pour comprendre les conditions et les formes du peuplement. Notre hypothèse principale est qu’il existe un lien entre la mise en place du peuplement et les formes de dépeuplement. Retracer comment s’est installée la population de l’île de Flores doit permettre de mieux comprendre le délitement contemporain. Le pari est risqué en raison de la modification forte des conditions d’accessibilité et de mobilité.

8Les deux îles du groupe occidental sont, avec l’île de Pico, celles qui ont connu le plus de difficulté à être durablement occupées dans la première phase du peuplement de l’archipel. Si à Pico c’est le manque d’eau douce et la peur d’un volcan en activité qui expliquent le retard, c’est surtout l’éloignement et l’isolement qui ont joué pour Flores et Corvo. Le scénario du peuplement de l’île de Flores est désormais convenablement établi [Leite, 2003]. Flores est « découverte » en 1542 par Diogo de Teive, un quart de siècle après l’entrée des Portugais dans l’archipel qui s’étire sur environ 600 km. A Flores, « découverte » ne signifie pas directement peuplement car les premières tentatives d’installation au XVIe siècle se soldent par des échecs. Pendant un demi-siècle, l’île est surtout un objet « foncier » qui passe aux mains de plusieurs « propriétaires », en fonction des bonnes volontés de la Couronne portugaise. En 1504, João da Fonseca est le nouvel « exploitant » de l’île et l’arrivée réelle des premiers « peuplants » se fait autour de 1508-1510.

9Deux traits doivent être retenus pour caractériser la phase initiale du peuplement durant le XVIe siècle (figure 2) :

  • les premières installations se font dans des fajãs, des zones littorales basses au pied de falaises ou au débouché de certains cours d’eau. Deux principales sont attestées : Ribeira da Cruz, et son annexe de la Fajã do Conde près de Santa-Cruz et Fajã de Lopo Vaz près de Lajes, toutes deux dans la moitié méridionale de l’île ;

  • l’émergence rapide de trois points de fixation du peuplement dès que les conditions s’améliorent et que l’on passe d’un système de « survie », celui de la fixation initiale sous forme d’enclaves, à une exploitation associant les parties littorales et intérieures de l’île. Au sud, Lajes se voit reconnaître le statut de vila en 1515. A l’est, Santa-Cruz fixe la population et devient vila au milieu du XVIe siècle, alors qu’un troisième noyau se développe au nord, faisant face à l’île de Corvo, à Ponta Delgada.

10Au XVIIe siècle, le schéma initial est altéré par l’apparition d’un quatrième gros noyau de peuplement. Celui-ci s’installe sur la côte occidentale, dans une zone de fajã à fort potentiel agricole. Fajã Grande se développe alors rapidement. Les quatre points cardinaux sont grossièrement occupés par les quatre principaux foyers d’habitants. La croissance de la population va se faire par le grossissement de ces foyers et par la création, entre ces points, de peuplements « satellites ». Ces développements sont indépendants les uns des autres. Ils se limitent à la frange littorale de l’île, l’intérieur, souvent dans les nuages, restant vide d’habitation et voué aux pâturages. C’est à cette époque que se met en place l’essentiel du réseau de paroisses. Aujourd’hui encore, il existe un véritable chapelet de villages qui couvre les 2/3 du tour de l’île, de Ponta Delgada à Fajã Grande, en passant par Santa-Cruz et Lajes, en suivant le sens des aiguilles d’une montre. Seule la zone entre Fajã Grande et Ponta Delgada est dépourvue de peuplement intercalaire en raison du caractère abrupt du littoral.

11Parler de chapelet évite d’employer le terme de réseau. Le fonctionnement de ces villages est en grande partie autonome, voire autarcique durant certaines périodes de l’année. Les circulations se font plus par la mer que par la terre en raison des difficultés de déplacement (pente, échancrure des vallées) dans l’île. Aux XVIIIe et XIXe siècles, de nouveaux foyers de peuplement, de tailles réduites se sont par endroits intercalés entre les principaux villages. La vie parfois éphémère de ces hameaux commence à être un peu mieux connu comme ceux de Cuada et da Caldeira près de Fajã Grande [Bragaglia, 2005].

Figure 2. Processus de peuplement de l’île de Flores (Açores)

Figure 2. Processus de peuplement de l’île de Flores (Açores)

Conception : Louis Marrou
Réalisation : P. Brunello http://ctig.univ-lr.fr

12Dans le contexte açorien, les deux îles du groupe occidental restent les moins peuplées de l’archipel. À la fin du XVIe siècle, Gaspar Frutuoso, l’un des premiers chroniqueurs de l’archipel, considère que Flores compte environ 600 habitants alors que les autres îles tournent autour de 2 000 habitants [Frutuoso, 1998]. En 1695, Flores compte 3 245 habitants alors que les « petites » îles de Graciosa et Santa Maria en comptent respectivement 6 676 et 4 248. En 1769, la croissance est toujours de mise et on estime la population de l’île à 4 825 habitants [Amorim, Mesquita, 1998]. Ces chiffres montrent leur intérêt quand on les rapproche des statistiques contemporaines. La population de Flores baisse sans discontinuité depuis le recensement de 1950. On est ainsi passé de 7 850 hab. à cette date, à 5 379 hab. en 1970, puis 4 352 en 1981 et désormais 3 793 en 2011 (Espinola, Silveira, 2011). En clair, la population du début du XXIe siècle à Flores est équivalente à celle du début du XVIIIe siècle dans l’île. Si la trame de peuplement est à priori similaire, la hiérarchie des lieux est différente. Elle fait ressortir des mises en valeur contrastées et des réponses aux migrations qui ne sont pas similaires.

2. Des recompositions territoriales incessantes

13Dès le XVIe siècle, la hiérarchisation des lieux de peuplement et le constat de la difficulté de vivre dans une île de taille réduite établi. Parmi les éléments qui sont mis en avant pour expliquer la relative lenteur de la croissance du développement de la population, sont évoqués trois facteurs principaux : les attaques des pirates, l’incertitude face à la continuation des flux migratoires ainsi que les difficultés liées à l’isolement [Amorim, Mesquita, 1998]. Analyser le dépeuplement contemporain nécessite d’avoir toujours en vue deux de ces trois éléments : celui des flux migratoires et la question de l’accessibilité réelle et relative.

14Il existe, depuis la fin du XIXe siècle, des recensements relativement fiables où l’unité de base est l’individu et non plus le « feu », l’habitation. De 1900 à 2011, on dispose ainsi de données localisées sur plus d’un siècle (figure 3). On note une unique division de freguesia, l’équivalent de la commune, en 1920 : celle de Lajes donne naissance à celle de Fazenda, les autres circonscriptions conservant leurs délimitations. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, même si les cartes peinent à montrer la réalité du dépeuplement. Entre 1900 et 2011, la densité de population chute de 57 à 27 hab./km2. Si les cartes peinent à montrer le dépeuplement, c’est en raison de la forme que prennent l’habitat et le découpage administratif. À Flores, le peuplement est littoral et rétro littoral. Aucune maison habitée ne se situe à plus de 2 km à vol d’oiseau de la mer et donc une grande partie de l’intérieur de l’île est vide d’hommes. Les villages s’étirent le long de la route circum-insulaire, ou se blottissent au creux de leur vallon dominant l’océan. Le calcul d’une densité de population par freguesia n’a du sens que dans les comparaisons d’une date à une autre et non entre freguesia en raison du rôle fondamental du découpage administratif et de l’incorporation, ou non, de grandes portions de terres intérieures vides.

Figure 3. Évolution de la population à Flores de 1900 à 2011 (par freguesia)

Figure 3. Évolution de la population à Flores de 1900 à 2011 (par freguesia)

Source : www.ine.pt
Conception : Louis Marrou / Réalisation : P. Brunello http://ctig.univ-lr.fr

15L’analyse visuelle de la succession des cartes est sans appel sur le processus à l’œuvre. C’est d’abord l’effondrement du poids démographique de la côte occidentale de l’île, de Fajã Grande à Lajedo qui apparaît. A l’exception de la freguesia de Fajã Grande, qui survit en raison de son « rôle » touristique, les villages semblent disparaître de la carte. Fajãzinha, Mosteiro, Lajedo voient leurs populations baisser drastiquement. Fajãzinha passe ainsi de 610 habitants en 1900 à 76 habitants en 2011. La baisse ne connaît aucune rémission au cours du siècle. En termes de densité, on passe de 98 hab/km2 à un famélique 12 hab/km2. À Mosteiros, la densité est désormais de 7 hab/km2. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les villages sont désormais déserts. Le bâti, la structure villageoise, pourtant résistent. Les maisons gardent un certain cachet même si les demeures abandonnées sont légions. La vie est, en grande partie, partie.

16Le second trait est le poids pris par la ville de Santa-Cruz dans l’ensemble insulaire. La petite capitale de l’île a su tirer son épingle du jeu. Certes, sa population a baissé au cours du siècle de 2 247 habitants en 1900 à 1 725 en 2011. Mais c’est son poids relatif dans l’île qui est à retenir. En un siècle, la ville passe d’un peu plus du ¼ de la population insulaire à près de la moitié ! C’est elle qui dispose de l’aéroport de l’île et qui offre un peu d’animation commerciale par la présence de « nombreux » commerces et services.

17Des deux autres « pôles » historiques restant, Lajes et Ponta Delgada, on peut dire qu’ils tentent de se maintenir. La situation la plus critique est celle de la freguesia du nord. Au cours des 20 dernières années, à la suite de la fermeture de la base militaire française, Ponta Delgada a vu sa population quasiment baisser d’un tiers. Elle est une sorte de far-north. Les liens avec Corvo se distendent en raison de l’ouverture de l’aéroport sur la petite île voisine et par le fait qu’une partie des relations maritimes se font désormais avec Lajes. Sur la côte sud-est, l’ensemble Lajes-Fazenda-Lomba forme un pôle de résistance. Le port de l’île, Lajes, conserve quelques services et la ville rayonne sur toute la côte de Fajà Grande à Lomba.

18Les notions de dépeuplement et de dépopulation ont une drôle de résonnance dans un milieu archipélagique et insulaire comme l’est celui de l’île de Flores. Loin de nous l’idée de nier la baisse de population. Elle est sévère, implacable et elle pousse la société à bouger. Ces deux notions postulent cependant une situation à l’équilibre, à un moment donné et quelque chose qui se dégrade, qui se délite. Un « stock » qui fond. Il est difficile d’appliquer ce schéma à l’archipel des Açores.

19L’archipel des Açores, et sa population, procèdent d’un « mouvement de gens » quasi permanent qui voit des personnes arriver dans ces îles, d’autres s’y installé ou y resté, et d’autres enfin partir ou repartir. Le maître mot de ce système est celui de « passage ». Lors des débuts du peuplement de l’archipel, dans le mouvement de conquête qui va porter les Portugais jusqu’au Brésil, les Açores sont communément perçues comme une sorte d’escale dans la trajectoire migratoire ou comme un espace d’essai, de test, pour le peuplement. Dès le milieu du XVIe siècle, la Couronne portugaise recrute des « açoriens » pour aller gonfler les troupes et les habitants des régions brésiliennes [Cordeiro, Madeira, 2003].

20C’est à l’aune de cette dynamique qu’il faut chercher à comprendre les mouvements de population. Les migrations historiques et contemporaines sont imbriquées dans un imaginaire migratoire qui fait que la société des Açores semble, en permanence, à la recherche de la « dixième île » de l’archipel. Le succès de l’expression est telle que l’on pourrait réaliser un mini-atlas avec les cartes de ces communautés expatriées qui se revendiquent, au Brésil, au Canada, en Californie, près de Boston, comme étant l’île supplémentaire de l’archipel.

21Ces déplacements s’opèrent à plusieurs échelles. À celle de l’île, le mouvement se fait vers les plus gros centres « urbains » que sont Lajes et Santa-Cruz qui sont les deux lieux d’où l’on peut quitter l’île, par le ferry (ponctuellement durant le printemps et l’été) ou l’avion (quasi quotidiennement). Au sein de l’archipel, les habitants de Flores ont une relation forte avec l’île de Faial. Cela tient grandement à des questions administratives et logistiques (configuration du réseau de la SATA, la compagnie aérienne açorienne). C’est là que l’on poursuit ses études secondaires, si l’on ne reste pas dans le lycée de l’île, et que l’on va se soigner ou faire une échographie (hôpital).

Figure 4. Les principales migrations açoriennes dans le bassin atlantique

Figure 4. Les principales migrations açoriennes dans le bassin atlantique

Conception : Louis Marrou
Réalisation : P. Brunello http://ctig.univ-lr.fr

22Juillet et août sont les deux mois de l’année qui permettent de prendre la mesure de l’importance de cet « atavisme » migratoire. C’est à cette période de l’année que l’on a des chances de croiser les familles « florentines » éparpillées à travers le monde, et essentiellement dans le bassin atlantique, en quête de leurs racines. Historiquement, on compte deux grandes vagues de migrations (figure 4). Une première vers le Brésil, qui s’est faite sous l’autorité de la Couronne, et qui perd de son importance sans jamais se tarir à partir du milieu du XIXe siècle. La seconde vague migratoire commence à la fin du XVIIIe, connaît son heure de gloire avec la chasse à la baleine et se continue activement de nos jours. Elle intéresse les Etats-Unis d’Amérique et le Canada. C’est une migration majoritairement non contrôlée qui a fait de Flores l’embarcadère açorien le plus prisé de 1850 à 1920. Les bateaux américains venaient charger les clandestins sur la côte occidentale de l’île, celle aujourd’hui si dépeuplée. Des familles entières sont parties. Certaines sont revenues. Chacun sait aujourd’hui, au bout de plusieurs siècles de migrations, ce qu’il pense pouvoir trouver de l’autre côté de l’océan.

3. « Ré-inventer l’île » ?

23« Réinventer des îles » c’est d’abord le titre d’un doctorat soutenu en 2011 [Soulimant, 2011] et c’est aussi le nom d’une association qui s’est donné pour but de dynamiser le développement insulaire florentin en associant art, agriculture et développement humain. Le titre sonne comme un slogan mais aussi un peu comme une supplique et une réponse à l’apathie des autorités insulaires œuvrant dans tous les domaines.

242015 pourrait bien rester comme l’année de la prise de conscience du problème de la désertification de l’île de Flores. C’est en tout cas ce qui ressort des discours prononcés de façon solennelle au printemps et en particulier par le principal édile du sud de l’île Luis Maciel : « Rappelons-nous qu’au cours des 150 dernières années, notre conselho a perdu près des ¾ de sa population. De près de 6 000 habitants, au milieu du XIXe siècle, nous avons aujourd’hui une population qui tourne autour des 1 500 habitants. La tendance a été régulièrement à la baisse au cours des dernières décennies.(…) Nous devons avoir les capacités de tirer parti du potentiel de plus-values que nous avons à notre disposition : notre important patrimoine naturel et architectural, le caractère unique de nos paysages et notre capacité à bien recevoir ceux qui nous rendent visite pour pouvoir véritablement créer plus d’emplois, plus de richesse et une meilleure qualité de vie. Le titre décerné à notre île de Réserve de Biosphère de l’UNESCO, n’est rien de plus que la confirmation du caractère unique et exceptionnel de notre important patrimoine. » [Monchique, 2015]

25La « désertification » tient d’abord à une situation démographique difficile puisque depuis presque trente ans, une croissance de la population à Flores ne peut venir que d’une balance migratoire positive. Il faut remonter à 1987 pour retrouver un nombre de naissances supérieur à celui des décès. Le taux de natalité est désormais très bas, régulièrement en dessous des 10 pour mille et entre 2000 et 2010, il a été par trois fois inférieur à 7 pour mille. Si depuis une trentaine d’années, le taux brut de mortalité diminue régulièrement, il reste toujours supérieur à celui de natalité. Il nait à peine une trentaine d’enfants par an dans les foyers florentins !

26C’est donc bien à une désaffection des maternités à que l’on assiste. La pyramide des âges de Flores est chaque année plus déséquilibrée en raison du vieillissement continu de la population. Parler de maternité est une chose sensible sur l’île de Flores. En effet si les enfants florentins sont « enregistrés » sur leur lieu de « naissance », celui-ci correspond à l’adresse des parents car depuis le milieu des années 1980, il n’y a plus d’accouchement sur l’île. Les mamans se rendent, à partir du huitième mois de grossesse sur l’île de Faial, à l’hôpital d’Horta, pour vivre leurs dernières semaines avant l’accouchement. C’est une situation inconfortable, dictée par la hiérarchie des centres de santé entre des îles de tailles différentes.

27La figure du « passage » entre dès la naissance dans le registre du petit florentin. Bouger, traverser la mer est une seconde nature. Aller d’île en île fait partie des habitudes. On va à Faial pour consulter un médecin spécialiste, à l’occasion de rencontres sportives ou culturelles. Le voyage est souvent pris en charge par les autorités régionales qui appliquent aux transports une politique archipélagique très intéressante. Le domaine de l’éducation porte en lui les germes du déséquilibre qui mine Flores depuis quelques temps. Les années de formation au-delà du lycée se font en-dehors de l’île. Là réside le grand dilemme florentin : les gens sans formation particulière restent dans l’île alors que ceux qui obtiennent une qualification peuvent passer dès l’âge de 17 ou 18 ans, un ou deux lustres loin de leur île natale. On assiste actuellement à une migration des jeunes adultes florentins diplômés. Cette situation est fort nouvelle. Longtemps, les florentins qui quittaient l’île étaient représentatifs de la population. Ils ont suivi des filières migratoires classiques, rejoignant d’autres membres de la famille et s’intégrant par le réseau açorien dans le système économique du pays d’accueil.

28Les deux dernières décennies ont ainsi vu un bien curieux ballet dans les villages de Flores, celui d’une sorte de croisement de générations [Bragaglia, 2009]. Alors que de jeunes florentins la quittaient, de nombreux étrangers se sont installés sur l’île. Ceux-ci sont souvent au terme de leur vie professionnelle et viennent couler une partie de leur retraite sous des cieux presque hospitaliers. À Flores, trois grandes communautés étrangères sont bien implantées :

  • Les ressortissants des pays lusophones, à commencer par les Brésiliens, les Angolais et les Cap-Verdiens. Ils travaillent surtout dans le domaine du bâtiment et de la construction civile ;

  • Les Allemands forment sans doute la plus importante communauté étrangère européenne. Ce sont pour l’essentiel des retraités qui ont commencé à arriver dans les années 1990. Beaucoup sont des « intermittents » de l’île passant une partie de l’année dans le pays d’origine où ils profitent du système de santé qu’ils ne trouvent pas à Flores ;

  • les Français forment une communauté traditionnellement importante à Flores depuis près d’un demi-siècle dans la foulée de l’installation d’une base de suivi de missiles durant une petite trentaine d’années. Les militaires français sont retournés depuis longtemps dans les Landes. Ils ont été remplacés par des « aventuriers », qui ont découvert l’île par le nautisme, et par des retraités ou des « vacanciers ».

29Ce croisement de générations n’est pas générateur de beaucoup de dynamisme. Les retraités étrangers, aisés, sont au contact avec une population florentine qui travaille pour l’essentiel dans la fonction publique, le commerce et l’agriculture. Les connivences ne sont pas nombreuses et les communautés s’interpénètrent peu. C’est là tout le pari des autorités de l’île : arriver à maintenir les jeunes florentins et profiter et faire fructifier la venue de résidents étrangers. Le problème a rarement été pris à bras le corps. La fonction publique, déjà pléthorique, n’est pas capable de continuer à absorber la majorité des jeunes insulaires ayant fait des études, et la solidarité archipélagique, nationale et européenne montre ses limites.

30Alors que faire ? Continuer comme avant, comme depuis deux générations ? Il nous faut nous interroger, avec les habitants de l’île, sur les politiques archipélagiques à l’œuvre, dont les Açores ont été une sorte de laboratoire. Les fonds européens ont été mis à contribution dans une volonté de « convergence » au sein de l’archipel et entre celui-ci et les autres régions européennes. L’idée est de donner à chacune des îles des chances similaires. On tente à tout prix de gommer les distances et les différences d’une île à l’autre. Pourtant les faits sont têtus : une petite île éloignée reste moins attractive qu’une grande île bien connectée. La nouvelle donne du ciel européen avec l’arrivée des avionneurs « low-costs » à São Miguel et Terceira n’y changera probablement rien. Le gouvernement régional a décidé de faire profiter tous les habitants de l’archipel de la « baisse » des prix prévisibles en compensant entièrement les surcoûts éventuels liés au réacheminement vers les îles plus lointaines.

31Changer pour quoi ? La réponse tient en partie à la capacité de persuasion du gouvernement régional à assurer le maintien au sein du Portugal et de l’Union Européenne de la solidarité territoriale. Vivre dans un espace de faible densité est aujourd’hui un luxe en Europe [Marrou, Soulimant, 2011]. Maintenir un service public de qualité minimum coûte cher lorsque la basse densité ne laisse qu’un faible « retour sur investissement ». Un autre mode de vie est possible. On raconte dans l’île l’histoire d’un jeune garçon dont la famille avait décidé de rentrer s’installer à Flores à la suite d’un long séjour dans la capitale britannique. Au bout de quelques jours, l’enfant était venu voir sa mère en lui disant qu’il avait l’impression d’être devenu sourd. Etonné, sa maman lui fait rapidement quelques tests auditifs et conclue que son ouïe est bonne. Le garçon insiste en disant qu’ici il n’entend plus la sorte de bruit de fond qu’il était coutumier d’entendre à Londres. « Tu es à Flores, l’île où le silence est d’or ».

32Les leviers pour faire profiter à un plus grand nombre de gens de la qualité de vie florentine ne sont pourtant pas légions. C’est à la détection de ces actions possibles que s’attache l’association « Ré-inventer les îles » en liaison avec les collectivités locales. Elle mêle florentins, Portugais du continent et un « étranger ». Les lois du marché sont telles qu’elles participent de la fuite de la population. Il faut donc des politiques incitatives pour ne pas rendre, d’ici quelques années, la situation trop pesante ou inextricable :

33- faciliter l’accès à l’île d’une nouvelle population en provenance des autres îles des Açores, du Portugal ou d’ailleurs. Le levier pourrait être foncier. Le prix de la terre et de l’immobilier sont abordables et peuvent donc être incitatifs. L’État, les collectivités locales, les institutions culturelles disposent d’un patrimoine foncier important qu’il est possible de valoriser. Il faut aussi tout faire pour fluidifier le marché immobilier sur une île de migrants où les ayants droits de telle ou telle parcelle ne sont pas toujours faciles à identifier :

  • jouer à fond la carte du tourisme rural et de nature en mettant en avant l’authenticité de l’île et son aptitude à accueillir du monde. Avoir des cousins en Californie, au Canada ou au Brésil « prédispose », d’une certaine façon, à voir venir le touriste européen ou américain. Ce développement peut passer par la récupération d’édifices ruraux, ce qui peut assurer du travail à toute une filiale locale de travaux publics ;

  • remettre en cause la mono-culture de l’herbe et des bovins en tentant de retrouver une diversité de productions végétales qui a toujours fait la richesse de l’île de Flores. L’île est un carrefour d’influences tempérée et sub-tropicale et une gamme étonnante de plantes y est acclimatée de la patate douce à l’ananas en passant par le théier ou le caféier qui viennent en relais des productions fruitières des latitudes tempérées. Le souci principal est le vent mais l’artificialisation climatique (coupe-vent, micro-topographie, serre) est pleine de ressources. L’étroitesse du marché permet à des structures de tailles raisonnables de tester de nouvelles productions qui rendraient moins sensibles la dépendance de l’île au cargo bi-mensuel pour l’arrivée des produits frais.

34La plupart de ces leviers sont compatibles avec l’utilisation des fonds européens actuels et ne rien tenter équivaut à une mort lente, que personne ne souhaite mais que beaucoup redoutent. Les « étrangers » pionniers, rattrapés par l’âge, pensent à rentrer au pays pour se rapprocher des médecins et des petits-enfants. La prochaine vague migratoire se fait un peu attendre.

Conclusion

35L’île de Flores se trouve à la croisée des chemins. Son territoire peut être vu comme porteur d’ « handicaps géographiques permanents » et se trouver en 2015 en situation combinée de dépeuplement, le solde migratoire est légèrement négatif, et de dépopulation, le solde naturel étant négatif depuis plusieurs décennies. Cette vision n’est pas tenable si l’on prend soin d’examiner la situation à travers la notion de « passage » appliqué à la population. Nous proposons de raisonner en termes de flux, là où l’on a l’habitude de raisonner en termes de stock et ceci nous semble possible en raison de l’évolution de la mobilité dans la société contemporaine.

36Nous proposons d’appliquer à la population d’un archipel les caractéristiques qui valent pour sa propre organisation, à savoir labilité, complémentarité, mobilité (Marrou, 2005). La dépopulation est patente à Flores mais nous réfutons l’idée de « dépeuplement » en raison de la spécificité de la population archipélagique. L’accélération de la mobilité générale, rendu possible par la baisse des coûts de transports aériens, modifie passablement la façon d’être « peuplant » dans l’île. Durant des siècles, le fait de partir, de sortir de l’île était quelque chose de réfléchi, de posé, dans le temps et dans un budget précis. On mettait parfois des mois à partir, avant de trouver la bonne opportunité maritime ou climatique. On accumulait parfois des années de maigres économies avant de pouvoir acheter le précieux sésame. De nos jours, sortir de l’île est devenu presque banal. La politique de desserte aérienne régionale permet à de nombreux açoriens de sortir quelques jours de l’île sous le couvert, et au frais, d’un rendez-vous médical généreusement accordé. Cet appel d’air est un véritable apprentissage de la mobilité extra-insulaire. Il est pour beaucoup dans les départs réguliers contemporains. Nous pensons que la balance migratoire va de nouveau s’inverser ou s’équilibrer au fur et à mesure de la remise à niveau des rythmes des entrées et des sorties en fonction des nouvelles mobilités.

37Une fois ce cap passé, il restera un gros chantier pour la société açorienne et en particulier florentine, celui qui consistera à réussir sa mue territoriale. Face à la baisse de population, l’urgence accompagne le projet. Avec moins de 4 000 habitants, c’est un manque criant d’efficacité que de maintenir deux conselhos et onze freguesias, dont l’une est l’une des deux moins peuplées du Portugal tout entier. C’est l’échelle de l’île qui doit être plébiscitée. Décréter « l’île projet » est la seule issue possible face au défi d’une société qui peut aller à vau-l’eau si rien n’est fait.

38Si ce sursaut, qui génèrera des conflits en raison de l’importance de l’emploi public, ne convainc pas, rien n’empêche de proposer à moyen terme, comme au temps du peuplement un « dé-peuplement » de l’île qui verrait petit à petit les habitants de l’île se replier vers les autres îles de l’archipel. Ce scénario, l’un des rares à ne pas avoir été envisagé dans les études de prospective récentes, mérite d’être porté sur la voie publique. Il aura le mérite de faire bouger les lignes pour une île qui en vaut la peine.

Haut de page

Bibliographie

AMORIM N., MESQUITA H. (1998), « Uma perspectiva da populaçao açoriana no século XVIII », in O Faial e a Periferia Açoriana nos Séculos XV a XX, Acta, Nucleo Cultural da Horta, pp. 353-375

BRAGAGLIA P. (2005), « Cuada e Caldeira. Flores de outrora : ecos longinquos do Far West europeu », in P. Bragaglia (dir.), Flores : Folhas-Algumas folhas de uma ilha com muita flores. Ilha das Flores-Açores, Fajã Grande, Ed. do autor (www.argonauta-flores.com), pp. 59-74

BRAGAGLIA P. (2009), Ilha das Flores-Açores-Roteiro historíco e pedestre, Ed. do autor (www.argonauta-flores.com), Fãja Grande, 380 p.

CORDEIRO C., MADEIRA A. B. (2003), « A emigração açoriana para o Brasil (1541-1820 », pp. 99-122 in Arquipélago-Historia, 2a série, VII, Ponta Delgada.

ESPINOLA P., SILVEIRA L., (2011), « As tendencias demográficas no arquipélago dos Açores no longo da primeira década do século XXI. Anàlise a partir dos dados provisórios dos censos da população de 2011 », (www.academia.edu), 12p.

Frutuoso G. (Doutor), (1998), Saudades da terra, Livro VI (Do Doctor Gaspar Fructuoso em que brevemente se trata do incerto descobrimento da ilha Terceira e das ilhas Sam Jorge, Graciosa, Faial, Pico, Flores, Corvo, suas adjacentes, e do que se pôde saber da vida e progénia dos capitães delas e seus habitadores e de algumas coisas que nelas aconteceram), Ponta Delgada (Açores), Instituto Cultural, 169 p.

LEITE J. G. R. (2003), « O povoamento das Flores », in O Faial e a Periferia Açoriana nos Séculos XV a XX, Actas do III Colóquio, Núcleo Cultural da Horta, pp. 483-492

MARROU L. (2005), La figure de l’archipel, Habilitation à Diriger les Recherches, J. E. OTELO, Institut du Littoral et de l’Environnement, Université de La Rochelle, La Rochelle, 362 p.

MARROU L., SOULIMANT N. (2011), « Baisse de la population et concept d’île renouvelable dans l’archipel des Açores », in F. Taglioni (dir.) Insularité et développement durable, Col. Objectifs Suds, Marseille, IRD Editions, pp. 107-129

O Monchique (Ilha das Flores), mensuel, n°205 du 27/2/2015, « La session solennelle marque le début des commémorations des 500 du concelho de Lajes ».

Site d’une agence immobilière : http://www.immobilien-flores-azoren.com/angebote-zum-ausbau-ruinen/9-haeuser-in-caldeira-do-mosteiro/

SOULIMANT N. (2011), Faire face au changement et réinventer des îles, Thèse de doctorat, Université de La Rochelle, UMR LIENSs, 476 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation et organisation de l’archipel des Açores (Portugal)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2. Processus de peuplement de l’île de Flores (Açores)
Légende Conception : Louis MarrouRéalisation : P. Brunello http://ctig.univ-lr.fr
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 3. Évolution de la population à Flores de 1900 à 2011 (par freguesia)
Crédits Source : www.ine.ptConception : Louis Marrou / Réalisation : P. Brunello http://ctig.univ-lr.fr
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 4. Les principales migrations açoriennes dans le bassin atlantique
Crédits Conception : Louis MarrouRéalisation : P. Brunello http://ctig.univ-lr.fr
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Marrou, « Insularité et dépeuplement : le cas de l’île de Flores aux Açores (Portugal) », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/3-2016/1 | 2016, mis en ligne le 20 mars 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/6132 ; DOI : 10.4000/eps.6132

Haut de page

Auteur

Louis Marrou

Université de La Rochelle
ULR-FLASH
UMR CNRS LIENSs 7266
1 Parvis Fernand Braudel
F-17042 La Rochelle Cedex 1
Louis.marrou@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org