Navigation – Plan du site

Mobilités, migrations inter-transnationales et réseaux sociaux : regards croisés empiriques et méthodologiques

Hasnia-Sonia Missaoui, Stéphanie Lima et Jérôme Lombard

La difficulté à saisir les mobilités contemporaines suscite un renouvellement des études nécessaire pour cerner à la fois les figures des migrants, les formes territoriales imaginaires ou matérielles (instituées et/ou construites par les individus) et les modalités du mouvement (circulation, immigration, retour, exode, passage, …). Aucune de ces dimensions ne semble suffire à elle seule pour restituer de manière convaincante les contours labiles des migrations contemporaines dans un contexte de mondialisation où territoires et réseaux se croisent à différents niveaux (Tarrius, Portès, Simon, Faret, Cortès, Urry, Glick-Schiller).

Depuis une vingtaine d’années, les terrains que les chercheurs ont observés et analysés sont transformés par différents processus de mise en réseau (Hily, Berthomière et Mihaylova, 2004). Les populations croisées, qu'elles soient en migration ou en mobilité internationales (professionnelles, étudiantes, forcées, environnementales, etc.), non seulement font évoluer les appartenances et constructions identitaires, mais questionnent aussi les lieux et espaces traversés. En dépit de frontières existantes toujours plus rigides (géographiques, administratives, politiques ou symboliques), les acteurs en/du mouvement, par leur mobilité, contribuent à d’importants changements sociaux et à des recompositions spatiales considérables.

Ce numéro a pour ambition de regarder les mobilités internationales, dont les migrations inter- et transnationales et les réseaux qui les constituent et les sous-tendent, et leurs différentes temporalités. Il s’agit par-là de dépasser toute approche qui serait uniquement limitée aux acteurs (candidat-e-s à la migration, agents institutionnels et politiques, société civile), ou aux lieux (villes de départ, villes d’arrivées, lieux de transit, …), ou aux espaces (quartiers, camps formels et informels, espaces d’enfermement, ..), ou aux modalités de migration en tant que tels, mais bien d’articuler ces différentes composantes/dimensions, dans la mesure où les mobilités inter- ou transnationales des personnes et leurs formes réticulaires (dont diasporiques) interrogent sans cesse les États-nations, travaillés à la fois dans leurs frontières et leurs identités.

L'objectif de ce numéro est de souligner et de décrypter les processus de constitution des réseaux de mobilités et de migrations internationales, l’émergence ou le déclin de certaines formes de réseaux (sociaux, familiaux, transnationaux, réseaux claniques ou de reconnaissance communautaire, confessionnels, d'expérience migratoire ou de circulation, …) qui sont soient activées ou réactivés selon les parcours des uns et des autres, pour un temps court ou plus long. Il est attendu des textes de nature empirique et/ou méthodologique, proposant des approches diachroniques et/ou synchroniques. Les terrains pouvant être situés autant au(x) Nord(s) qu’au(x) Sud(s), avec des niveaux d’analyse allant du local au global. Les terrains multi-scalaires seront très appréciés. Provenant d’un large spectre de disciplines relevant des SHS (sociologie, anthropologie, géographie, histoire, science politique), ce numéro d’EPS se penche sur les articulations entre mobilités et migrations internationales d’une part et réseaux sociaux de l’autre.

Les articles attendus traiteront, généralement de manière croisée, des questions suivantes :

  • réseaux et accès aux ressources de la mobilité et de la migration ;

  • réseaux et compétences transformés par/dans le mouvement ;

  • reconfigurations spatiales et temporelles des réseaux et des mobilités

  • réseaux personnels dans le parcours migratoire ;

  • visualisations et représentations graphiques et cartographiques des réseaux sociaux des migrant-e-s ;

  • Constructions et dépassement des frontières et des identités des territoires (des lieux d’enfermement aux États-nations).

Calendrier

Résumés : 31 mai 2016

Articles : 31 octobre 2016

Contacts

Hasnia-Sonia Missaoui (Maître de Conférences, Sociologie, Université Jean-Jaurès Le Mirail, LISST-Cers)
missaoui@univ-tlse2.fr

Stéphanie Lima (Maître de Conférences, Géographie, Université Jean-François Champollion, LISST-Cieu)
stephanie.lima@wanadoo.fr

Jérôme Lombard (Directeur de Recherche, géographie, IRD, UMR Prodig)
jerome.lombard@ird.fr

  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org