Navigation – Plan du site
Varia

Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 2011

An Estimation of the Foreign-Origin Populations of France in 2011
Michèle Tribalat

Résumés

Depuis une dizaine d’années, les occasions d’estimer la population d’origine étrangère en France se sont multipliées, grâce à l’insertion de questions sur les pays et nationalité de naissance des parents dans les grandes enquêtes de l’Insee (Enquête Emploi en 2005). La réalisation d’une nouvelle enquête Famille en 2011 (Enquête Famille et logements) auprès d’un très gros échantillon a été l’occasion d’une nouvelle estimation par origine. En fait, deux estimations ont été conduites, l’une sur deux générations et l’autre sur trois générations avec une limitation aux moins de 60 ans pour des raisons techniques. La proportion de personnes d’origine étrangère sur deux générations en 2011 serait de 19,2 %. Sur trois générations, avant 60 ans, elle approcherait les 30 %. L’inclusion des petits enfants d’immigré(s) redonne de la profondeur historique. Ceux qui sont d’origine européenne y dominent, alors qu’ils se sont raréfiés parmi les enfants d’immigrés(s) et plus encore les immigrés. Les populations originaires d’Afrique ont une marge de progression importante, ne serait-ce qu’en raison de l’inertie démographique, sans parler des flux migratoires à venir. La comparaison avec d’autres pays d’immigration européens n’est pas facile en raison d’écarts de définition. L’enquête Famille de 2011 permet cependant de se rapprocher de certaines définitions usitées ailleurs. En 2011, la France n’est ainsi, dans une définition voisine, qu’à 1,3 point de pourcentage de la Suède qui, de tous les pays européens (très petits exceptés), a probablement la plus forte proportion de population d’origine étrangère sur deux générations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme l’indique une publication postérieure. « Pour avoir une idée exacte de l’apport de l’immigrat (...)

1En France, rares ont été les occasions, et les tentatives, d’estimer la population d’origine étrangère. Peu de démographes s’y sont risqués, même si, très tôt, certains se sont rendus compte que la statistique des étrangers ne suffirait pas à donner une idée de l’impact démographique et social de l’immigration étrangère. Les tentatives d’estimation l’ont été avec les « moyens du bord », de manière plus ou moins complète, avec l’idée que mieux valait une statistique imparfaite que rien du tout. À ma connaissance, la première tentative un peu sérieuse remonte à 1927. Elle a été entreprise par Alfred Sauvy. Il a cherché à mesurer le nombre de personnes qui auraient été étrangères si la loi n’avait prévu aucun changement de nationalité, les enfants conservant celle du père. Il avait ainsi estimé à 1,2 million le nombre de « francisations » intervenues entre 1872 et 1927, ce qui équivalait à la moitié de l’accroissement démographique sur la période [Sauvy, 1927]. Quinze ans plus tard, Pierre Depoid estimait, dans le même esprit, à partir des flux d’acquisition de nationalité française, le nombre de francisés entre 1871 et 1940 à 2,9 millions. Il y ajoutait une estimation de l’effectif des personnes nées en France de deux parents ou d’un seul parent étranger : 2,7 millions [Depoid, 1942]. Dans une publication collective en 1945, il ne retenait de ces personnes nées en France que celles nées de deux parents étrangers auxquelles il ajoutait la moitié de celles nées d’un seul parent étranger. Il coupait donc « la poire en deux » pour les enfants de couples « mixtes ». Il ajoutait ce total (1,9 million) aux 2,2 millions d’étrangers et estimait ainsi à 4,1 millions la population « d’origine étrangère » en 1940, soit 11 % de la population [Landry, 1945]. Ce choix provenait, à mon avis, d’une absence claire de distinction entre apport démographique de l’immigration étrangère et population d’origine étrangère1. Conceptuellement, on est donc passé des « Francisés », à la population d’origine étrangère, puis à la population étrangère ou d’origine étrangère vue sous l’angle de l’apport démographique.

2Après-guerre, à deux reprises, en 1951 et en 1970-71, des enquêtes sur l’attitude des Français à l’égard de l’immigration ont recueilli des informations sur l’ascendance des Français [Girard, 1971]. Les questions posées n’étaient pas très heureuses. Par exemple, en 1971, la question était formulée ainsi : Avez-vous un ou plusieurs étrangers parmi vos arrière-grands-parents ? Vos grands-parents ? Vos parents ? Or on sait que la nationalité est mal connue des personnes nées en France, plus mal que le pays de naissance [Tribalat, 1991 ; Labat, 1992]. Par ailleurs, on peut, on a pu, être étranger et né en France. Quoi qu’il en soit, en 1971, sur les 2693 Français âgés d’au moins 20 ans interrogés, 14 % avaient déclaré avoir au moins un parent ou un grand-parent étranger, contre 7 % vingt ans plus tôt [Girard, Stoetzel, 1953, Girard, 1971].

3Au milieu des années 1980, à défaut d’enquêtes adéquates, je m’étais moi-même lancée dans cette entreprise en essayant d’estimer, par reconstitution à partir de diverses sources, la population d’origine étrangère sur trois générations, comprenant les immigrés et les personnes nées d’au moins un parent ou un grand-parent ayant immigré en France au cours des cent années précédentes : entre 13 et 14 millions, soit près d’un quart de la population française [Tribalat, 1991]. Cette estimation très complexe avait été construite à partir d’informations très lacunaires qui avaient nécessité de nombreuses hypothèses, notamment en matière de fécondité, d’endogamie et de sortie des enfants d’étrangers. Les informations collectées par l’Insee privilégiaient un découpage selon la nationalité et s’intéressaient peu au découpage par génération qui est pourtant nécessaire à la mesure de la population d’origine étrangère. Le schéma suivant montre l’insuffisance du critère de nationalité.

4L’introduction du pays de naissance des parents dans l’enquête Famille associée au recensement de 1999, appelée Étude de l’histoire familiale (EHF), conçue et exploitée conjointement par l’Ined et l’Insee [Cassan, Héran, Toulemon, 2000] a permis d’autres estimations [Tribalat, 2004 ; Borrel et Simon, 2005] avec, cette fois, des détails sur les origines. J’ai alors renouvelé mon estimation sur trois générations, les principaux défis tenant à la nécessité d’exclure les enfants de rapatriés des pays anciennement colonisés par la France et à celle d’éviter les doubles comptes dans la deuxième génération née en France. La population d’origine étrangère était ainsi estimée à 13,5 millions sur trois générations - soit 23 % de la population française métropolitaine - 9,8 millions sur deux générations (contre 8,8 millions chez Borrel et Simon). Il semble que Borrel et Simon aient largement sous-estimé la première génération née en France, à peine supérieure au nombre d’immigrés dans leur estimation, alors qu’elle lui est toujours nettement supérieure dans toutes les estimations d’après-guerre sauf dans la leur. L’Insee n’a d’ailleurs plus jamais fait référence à ce chiffre après son estimation de 2008. Par ailleurs, l’enquête EHF, réalisée conjointement à un recensement déjà jugé peu satisfaisant, souffrait d’un défaut de représentation des populations immigrées. Certaines y étaient très sous-représentées et d’autres surreprésentées, même après pondération, ce qui avait nécessité des corrections.

  • 2 On rappelle que les immigrés sont les personnes nées à l’étranger, de nationalité étrangère ou fran (...)

5À l’occasion de l’enquête Trajectoires et origines (Teo) de 2008, l’Insee a estimé la population née en France d’au moins un parent immigré en France métropolitaine. Il a, pour cela, combiné les données sur les mineurs dans les familles d’au moins un parent immigré tirées de l’enquête annuelle de recensement (EAR) de 2008, celles de l’enquête Teo pour les 18-50 ans, et celles de l’enquête Emploi de 2008 qui a recueilli le pays et la nationalité de naissance des parents après cet âge. En 2008, le nombre de personnes ayant au moins un parent immigré était ainsi estimé à 6,5 millions [Borrel, Lhommeau, 2010, Insee, 2012]. Si l’on y ajoutait la population immigrée2 on obtenait une population d’origine étrangère sur deux générations de 11,7 millions.

6La nouvelle enquête Famille de 2011, appelée Enquête Famille et logements (EFL) offre l’opportunité de renouveler l’estimation avec, cette fois, en plus du pays de naissance des parents, leur nationalité de naissance, précision utile mais qui comporte toujours l’inconvénient de classer du côté des rapatriés des enfants nés de parents Français de naissance nés en Algérie, ce qu’étaient les « Algériens » avant l’indépendance. Ce problème risque de persister encore un certain temps. Les plus jeunes des rapatriés ont certes dépassé les 50 ans, mais ce n’est pas le cas des enfants de rapatriés. En 2004, je proposais d’ajouter une question supplémentaire pour les originaires d’Algérie dans laquelle on aurait demandé aux enquêtés de parents nés en Algérie avant l’indépendance si leurs parents étaient algériens au sens d’aujourd’hui ou non, même s’ils avaient la nationalité française à leur naissance. Le compromis trouvé par l’enquête Teo n’est pas non plus le bon. On demande, lorsque les parents sont nés dans une ancienne colonie française, quelle a été leur option au moment de (ou dans les années qui ont suivi) l’indépendance. Or beaucoup n’ont pas eu la possibilité de choisir. En France, un droit d’option a été offert aux « Algériens » jusqu’en 1967. Les immigrés d’alors qui ont décidé d’opter pour la nationalité française n’en sont pas moins restés des immigrés au sens que nous donnons à ce terme aujourd’hui. En Algérie, la conservation et la perte de nationalité française ont été décidées en fonction du statut : droit commun (code civil) ou statuts particuliers (musulmans orthodoxes, musulman ibadite, coutumier kabyle) [Massicot, 1986].

7Cette nouvelle enquête Famille a été conçue et réalisée par l’Insee, en partenariat avec l’Ined, la Drees et la Cnaf, auprès de 121 312 hommes et 238 458 femmes âgés de 18 ans ou plus et vivant dans un ménage ordinaire. Elle a été appariée aux données de l’enquête annuelle de recensement, si bien que le fichier d’enquête contient aussi ces données. L’enquête Famille n’est plus obligatoire depuis 1999, ce qui a fait grimper le taux de non-réponses : de 3 % en 1990 à 20,6 % en 1999. En 2011 il a été de 16,2 %. Ces non réponses ne se distribuent pas de manière aléatoire, certaines catégories de population se dérobant au questionnaire plus que d’autres (immigrés, jeunes, vieux, sans diplôme…), ce qui oblige à des redressements compliqués. L’enquête Famille de 2011 ne comporte plus d’histoire matrimoniale, même sommaire comme en 1999. Elle a « oublié » de demander le pays de naissance des enfants et s’ils étaient encore vivants - ce qui a conduit à une imputation aléatoire des décès -. Mais elle a développé les questions sur la multirésidence, d’où la nouvelle appellation de l’enquête de 2011 : Famille et logements (EFL).

8Le tableau 1 présente, pour mémoire, les résultats globaux des diverses estimations réalisées depuis 1986 sur deux générations. Le département des statistiques, des études et de la documentation du ministère de l’Intérieur (DSED) utilise directement les données de l’enquête Emploi dans lesquelles sont collectées le pays et la nationalité de naissance des parents auprès des enquêtés âgés de 15 ans ou plus [Bouvier, Breem, 2014], l’Insee fournissant désormais un code spécifique « descendants d’immigrés », dans les variables d’exploitation.

Tableau 1. Différentes tentatives d’estimation de la population d’origine étrangère sur deux générations

 

1986

1999

2007

2008

2011

2012

 

Tribalat 1991

Tribalat 2004

Borrel Simon 2005

DSED/ INSEE 2014

Borrel Lhommeau 2010

Tribalat

DSED 2014

Immigrés

3,9

4,3

4,3

5,2*

5,2

5,5

Enfants d'immigré(s)

5,0

5,5

4,5

6,0

6,5

6,6

6,8

Total

8,9

9,8

8,8

11,2*

11,7

12,1

 %

16,1 %

16,8 %

15,0 %

17,8 %*

18,7 %

19,2 %

*Addition personnelle des données sur les immigrés collectées dans les EAR et de l’estimation DSED à partir de l’enquête Emploi.

  • 3 En 2011, alors que l’enquête Emploi, réalisée chaque trimestre, et donc tout au long de l’année (do (...)

9L’enquête Emploi trimestrielle, qui recueille depuis 2005 les informations sur le pays et la nationalité de naissance des parents et dont l’échantillon, sur une année, est aujourd’hui relativement important, peut servir de base à l’estimation des personnes d’origine étrangère sur deux générations, tout en sachant que son exploitation directe, sans correction des déclarations de nationalité de naissance des parents, sous-estime la population d’origine algérienne (voir ci-après). L’avantage de l’enquête Emploi est sa disponibilité annuelle, comme les enquêtes annuelles de recensement qui permettent d’estimer les mineurs de moins de 15 ans vivant chez les parents dont l’un au moins est immigré, pour compléter l’enquête Emploi. Par rapport à l’enquête Emploi, l’enquête Famille, qui porte sur les 18 ans ou plus, permet de disposer d’un échantillon beaucoup plus important3 et comprend des informations sur les enfants de moins de 18 ans. Il est ainsi possible d’aller au-delà des deux générations habituellement visées lorsqu’on parle des populations d’origine étrangère. L’estimation se rapporte à la France métropolitaine.

Méthode d’estimation

  • 4 Les données détaillées par pays d’origine mises en ligne par l’Insee distinguent les immigrés par p (...)

10Une première investigation porte sur la représentativité d’EFL par rapport aux données du recensement de 2011 (fichiers détails, tableaux mis en ligne). Pour mener à bien cette comparaison, nous avons donc mobilisé les tableaux détaillés par pays de naissance résultant des exploitations principales des enquêtes de recensement et la structure par âge tirée des fichiers détails mis en ligne sur le site de l’Insee4. EFL sous-estime la population immigrée d’âge adulte de près de 5 %, celle des ménages ordinaires, champ de l’enquête, de 2 %.

11Cette sous-estimation globale, dans les ménages, fait la moyenne d’écarts variés selon le pays d’origine et le sexe. Le nombre d’hommes a été sous-estimé de 7 % quand celui des femmes a été, au contraire, surestimé de 3 %. La sous-estimation du nombre d’hommes immigrés vivant dans les ménages est croissante avec l’âge, passant de 4 % chez les 18-39 ans à 10 % chez les 60 ans ou plus. Chez les femmes la tendance est identique, mais avec, au départ, une surestimation de 8 % qui finit, pour les plus âgés, par une sous-estimation de 3 %. Ces déformations ont tendance à rajeunir la structure par âge des immigrés, en plus d’en altérer le nombre.

12Les variations par pays d’origine sont beaucoup plus problématiques encore et d’une envergure beaucoup plus grande. On ne sous-estime pas systématiquement le nombre d’hommes, même si c’est souvent vrai, pas plus qu’on ne surestime systématiquement le nombre de femmes. C’est bien le cas par exemple des immigrés originaires d’Espagne entre 18 et 60 ans. Mais c’est tout l’inverse pour ceux originaires d’Italie. Les écarts ont tendance à se réduire lorsqu’on regroupe les origines. Les défauts d’EFL sont ainsi moins importants sur les immigrés d’Europe du Sud qu’ils ne le sont sur chacune de ses composantes.

  • 5 Sans la Turquie et le Sud-Est Asiatique.

13Les écarts les plus criants portent sur les immigrés classés dans « Autre Asie »5 et sur ceux originaires d’Afrique subsaharienne. Les premiers sont considérablement surestimés, les femmes plus que les hommes avant 60 ans. Les seconds, au contraire, sont sous-estimés, et ce d’autant plus qu’ils sont plus âgés et surtout s’ils sont des hommes. Après 60 ans, c’est plus d’un homme sur deux qui manque à l’appel (graphique 1).

14Il n’est donc pas possible d’utiliser les données sur les immigrés d’EFL, trop altérées dans leur composition par origine, d’autant que celles du recensement de 2011 sont disponibles. C’est à elles que nous ferons appel pour dénombrer les immigrés par pays de naissance.

Graphique 1. Ampleur de la sous-estimation ou de la sur estimation dans EFL du nombre d’immigrés originaires d’Afrique subsaharienne ou de l’Asie (hors Turquie et Sud-Est Asiatique) par sexe et groupe d’âges

Graphique 1. Ampleur de la sous-estimation ou de la sur estimation dans EFL du nombre d’immigrés originaires d’Afrique subsaharienne ou de l’Asie (hors Turquie et Sud-Est Asiatique) par sexe et groupe d’âges

Source : Insee, Fichier détail du recensement 2011, Enquête EFL 2011.

  • 6 Cette hypothèse a été remplie en donnant aux pères d’enfants vivant sans conjointe ou vivant avec u (...)
  • 7 http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=ENFAMIMMI
  • 8 Nous n’avons gardé que les enfants dont les enquêtés déclarent qu’ils sont bien le père ou la mère (...)
  • 9 Les sur et sous-estimations des femmes et des hommes immigrés altèrent l’estimation du nombre de mi (...)

15Par contre, l’enquête EFL est indispensable pour estimer la première génération née en France, composée des enfants d’au moins un parent immigré. Néanmoins, les problèmes de sur ou sous-estimation des populations immigrées se posent pour les mineurs qui ne font pas partie du champ de l’enquête et que l’on doit inclure en passant par les déclarations des parents. Pratiquement, il faudrait ajouter, à l’ensemble des enfants des femmes immigrées, les enfants de père immigré seul ou vivant avec une femme qui n’est pas la mère des enfants, dont on suppose que la mère est née en France6, ou vivant avec un conjoint né en France. L’exploitation des deux côtés de la parenté est indispensable parce que les effectifs d’enfants ne vivant pas avec le père ou la mère n’ont pas de pondération. Contrairement à ce que l’on a pu faire jusqu’à présent avec les EAR [Aubry, Tribalat, 2009, Tableau INSEE 20117], tous les enfants de moins de 18 ans vivant en France, qu’ils habitent ou non avec leur parent immigré sont comptés8. Le nombre d’enfants de moins de 18 ans qui seraient présents en France alors que leurs parents n’y seraient plus est supposé négligeable. Ces estimations sont entachées, en particulier, d’une sous-estimation des enfants d’origine subsaharienne et d’une surestimation des enfants d’origine américaine-océanienne mais surtout asiatique (hors Turquie et Sud-Est asiatique). Des corrections ont donc été pratiquées9.

  • 10 L’Insee a imputé les non déclarations du pays de naissance (10 % pour la mère et 12 % pour le père) (...)
  • 11 L’Insee et le DSDE hiérarchisent les sexes. Quand les deux parents sont immigrés, c’est l’origine d (...)

16Les effectifs d’adultes nés en France d’au moins un parent immigré sont tirés des déclarations des enquêtés sur les pays de naissance de leur mère et de leur père10. Comme dans nos travaux antérieurs, les doubles comptes sont évités en hiérarchisant les origines11. Sont considérées comme d’origine étrangère les personnes dont au moins un parent a été déclaré né à l’étranger sans être de nationalité française à sa naissance. Mais il nous a fallu traiter autrement les enfants de parent(s) né(s) en Algérie. Le nombre d’enfants de rapatriés déduits de la nationalité de naissance s’avérant bien supérieur à ce que l’on pouvait s’attendre d’après nos estimations antérieures. Compte tenu de la mortalité, les enfants de rapatriés d’Algérie nés en France estimés en 1999 survivants et âgés de 18 ans ou plus en 2011 sont bien moins nombreux que le nombre observé en 2011, si l’on s’en tient au paramètre de la nationalité de naissance. Des enfants d’Algériens ont donc, en nombre assez important, déclaré leur père et/ou leur mère Français de naissance, ce qu’ils étaient effectivement avant l’indépendance. Ce qui aboutit à une sous-estimation globale proche de 28 %, mais d’ampleur inégale selon les groupes d’âges et qui revient concrètement à rajouter, au total, un peu plus de 160 000 enfants d’immigrés d’Algérie d’âge adulte.

17Les petits enfants d’immigrés, qui forment la deuxième génération née en France, sont estimés à partir des déclarations des personnes nées en France d’origine étrangère. Ces déclarations souffrent de deux biais – la mortalité et les départs – dont seul le premier peut être corrigé. En effet, des petits enfants d’immigrés vivent en France sans que leur mère où leur père soit encore vivant ou présent. Comme l’enquête EFL nécessite de passer successivement par les déclarations des femmes et des hommes, il nous faut corriger les déclarations de la probabilité des enfants d’être orphelins, de mère, lorsque nous utilisons les déclarations des femmes et de père lorsque nous utilisons les déclarations des hommes. Ces probabilités ont été calculées à partir d’EFL, toutes origines confondues.

  • 12 Information figurant sans indétermination dans les données rapatriées de l’EAR, déjà corrigée par l (...)

18Par ailleurs, il faut éviter de compter en deuxième génération les enfants déjà comptés dans la première. Ont donc été retenus tous les enfants déclarés par les femmes sauf lorsque le conjoint était immigré12 et les seuls enfants déclarés par les hommes dont on suppose qu’ils les ont eus avec une femme native au carré (née en France de deux parents nés en France). Côté père, la proportion d’unions actuelles avec une native au carré a été tirée de l’enquête Teo et appliquée aux effectifs d’enfants de père appartenant à la première génération. Le même correctif a été retenu pour les petits enfants d’immigré(s) d’origine algérienne que pour les enfants de même origine. Par rapport à l’estimation de 1999, au lieu de fixer des limites d’âges variables selon les origines pour la correction de la mortalité, nous avons limité l’exercice aux moins de 60 ans pour tout le monde, afin de ne pas avoir d’effets multiplicatifs trop importants sur des variations aléatoires dues aux trop petits effectifs. Les résultats comprenant trois générations ne porteront ainsi que sur les moins de 60 ans, ce qui semble finalement moins problématique que de conserver, comme je l’avais fait précédemment, tous les âges et d’être obligée de prévenir que la deuxième génération née en France est sous-estimée.

19En raison de la grande jeunesse de la plupart des petits-enfants d’immigrés, la correction du biais lié à la mortalité n’explique que 14 % de l’effectif total. Elle est évidemment plus importante dans les courants migratoires les plus anciens et au contraire très limitée pour les plus récents : 23 % pour les petits enfants d’immigré(s) polonais mais 2,4 % pour ceux d’origine subsaharienne. L’estimation de 1999 avait retenu, lorsque nécessaire, le premier conjoint pourvu que la première union ne soit pas rompue, ce qui avait un effet restrictif. Comme EFL n’a recueilli aucune information sur les conjoints des unions antérieures, il n’y avait pas d’autre choix que celui du conjoint actuel. L’analyse de l’évolution 1999-2011 portera donc essentiellement sur les immigrés et les enfants d’immigré(s).

20Le champ de l’enquête est celui des ménages ordinaires soit 97,8 % de la population en 2010. L’estimation comprend les immigrés hors ménages ordinaires, mais très peu des natifs vivant hors ménages ordinaires. Lorsque nous rapportons notre estimation à l’ensemble de la population de la France métropolitaine, nous sous-estimons la partie née en France d’origine étrangère. Dans la première génération née en France, seuls les mineurs susceptibles de vivre hors ménages ordinaires sont comptés (très peu nombreux, moins de 6 p. 1000 en moyenne en France en 2010), pourvu que les immigrés vivant en foyer n’aient pas d’enfants vivant en France. La première génération née en France composée d’adultes ne comprend que ceux nés de personnes appartenant à des ménages ordinaires. La deuxième génération est obtenue à partir des déclarations des adultes de la première génération vivant en ménages ordinaires. Certains de ces petits enfants peuvent très bien vivre hors ménage ordinaire. Les enfants des adultes de première génération vivant en ménages collectifs, et on pense ici notamment aux personnes âgées vivant en maison de retraite, ne sont pas comptés.

Une population d’origine étrangère sur deux générations qui s’accroît et qui change

21En 2011, la population d’origine étrangère sur deux générations est estimée à 12,1 millions (près de 5,5 millions d’immigrés et de 6,6 enfants d’immigré(s)), soit 19,2 % de la population de la France métropolitaine (tableau 2). Si l’on met de côté l’estimation de Borrel et Simon, toutes les estimations réalisées au cours du quart de siècle passé indiquent une croissance de la population d’origine étrangère (revoir le tableau 1).

  • 13 Le découpage des pays de naissance et de nationalité détaillés retenus dans l’enquête EFL ajoute la (...)

22Sur deux générations, la population d’origine européenne est minoritaire : 42,7 % pour l’ensemble des pays européens et 39,2 % pour l’Union européenne à 2513. Cette présence européenne en France est encore dominée par l’Europe du Sud. L’Afrique fait désormais pratiquement jeu égal avec l’Europe : un peu plus de 5,1 millions de personnes dans les deux cas. Les pays d’immigration plus ancienne, d’Espagne et d’Italie notamment, ont une première génération deux à trois fois plus fournie que celle des immigrés. (tableau 2). Il y aurait 1,45 millions d’individus originaires d’Asie, parmi lesquels ceux d’origine turque sont relativement nombreux. Les immigrés et enfants d’immigrés originaires d’Algérie approchent les deux millions et forment le groupe d’origine étrangère le plus important, devant ceux d’origine marocaine (1,4 million), africaine (1,3 million) et ceux d’origine portugaise et italienne (1,2 million dans les deux cas).

Tableau 2. Estimation de la population d’origine étrangère sur deux générations par origine et par génération en 2011

 

Immigrés

Première génération née en France

Total

Effectifs (milliers)

 %

Effectifs (milliers)

 %

Effectifs (milliers)

 %

Afrique

2395

43,6

2708

41,1

5104

42,2

Maghreb

1662

30,3

2148

32,6

3810

31,5

Algérie

737

13,4

1170

17,7

1907

15,8

Maroc

679

12,4

698

10,6

1378

11,4

Tunisie

246

4,5

280

4,2

526

4,3

Afrique subsaharienne

733

13,3

560

8,5

1293

10,7

 

 

 

 

 

 

 

Asie

800

14,6

651

9,9

1452

12,0

Turquie

247

4,5

254

3,9

501

4,1

Sud-Est Asiatique

160

2,9

127

1,9

287

2,4

Autre Asie

393

7,2

270

4,1

663

5,5

 

 

 

 

 

 

 

Amérique-Océanie

224

4,1

149

2,3

372

3,1

 

 

 

 

 

 

 

Europe

2074

37,8

3089

46,8

5163

42,7

UE25+ Norvège, Suisse et Islande

1789

32,6

2946

44,7

4735

39,2

Europe du Sud

1134

20,6

2049

31,1

3182

26,3

Italie

297

5,4

894

13,6

1191

9,9

Espagne

245

4,5

542

8,2

786

6,5

Portugal

592

10,8

613

9,3

1205

10,0

Pologne

93

1,7

272

4,1

364

3,0

Allemagne

123

2,2

184

2,8

307

2,5

Belgique-Luxembourg-Suisse

174

3,2

269

4,1

444

3,7

Autre UE25+ Norvège et Islande

266

4,8

172

2,6

438

3,6

Autre Europe

285

5,2

143

2,2

427

3,5

 

 

 

 

 

 

 

TOTAL

5493

100,0

6597

100,0

12090

100,0

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee.

23Malgré des techniques d’estimation différentes, on peut quand même affirmer que la croissance a été molle sur la période 1986-1999, période de relative stagnation migratoire [Tribalat, 2013] et qu’elle a été beaucoup plus vigoureuse ensuite. La comparaison 1999/2011 ne doit pas être prise à la lettre en raison des incertitudes et différences qui caractérisent les deux estimations, mais elle donne quand même une idée des évolutions en cours pour les origines retenues aux deux dates. Entre 1999 et 2011, la population d’origine étrangère aurait ainsi augmenté de près de 2,3 millions, soit un accroissement de 23 %, quand l’ensemble de la population française progressait de 7,8 %. En 12 ans, la part de la population d’origine étrangère se serait donc accrue de 2,4 points de pourcentage. L’évolution de la composition par origine sur deux générations au cours des 12 années qui séparent les deux enquêtes Famille est spectaculaire.

Tableau 3. Évolution de la population d’origine étrangère pour quelques origines de 1999 à 2011 (en milliers et en pourcentage)

 

Immigrés

1ère génération

Immigrés et 1ère génération

1999

2011

1999

2011

1999

2011

1999 ( %)

2011 ( %)

Δ 1999-2011 %

Afrique

1692

2393

1717

2708

3409

5101

34,7

42,2

50 %

Maghreb

1299

1662

1431

2148

2730

3810

27,7

31,5

40 %

Algérie

574

737

783

1170

1357

1907

13,8

15,8

41 %

Maroc

523

679

451

698

974

1378

9,9

11,4

41 %

Tunisie

202

246

197

280

399

526

4,1

4,3

32 %

Afrique subsaharienne

393

731

286

560

679

1291

6,9

10,7

90 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Europe du Sud

1267

1134

2079

2049

3346

3182

34,0

26,3

-5 %

Italie

379

297

1020

894

1399

1191

14,2

9,9

-15 %

Espagne

316

245

577

542

893

786

9,1

6,5

-12 %

Portugal

572

592

482

613

1054

1205

10,7

10,0

14 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Turquie

174

247

148

254

322

501

3,3

4,1

56 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre

1174

1720

1587

1585

2761

3305

28,1

27,3

20 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOTAL

4307

5493

5531

6597

9838

12090

100,0

100,0

23 %

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee.

24La progression a été très importante pour les courants migratoires en provenance d’Afrique et de Turquie. Les dynamiques migratoire et démographique sont incontestablement à l’avantage de la présence africaine et tout particulièrement de l’Afrique subsaharienne. La population d’origine africaine a beaucoup augmenté, accroissement qui fait la moyenne entre un accroissement de 40 % pour celle d’origine maghrébine et de 90 % pour celle d’origine subsaharienne. Cette dernière a augmenté à un rythme un peu inférieur chez les immigrés (+86 %) alors que le nombre des descendants directs en première génération a presque doublé. La présence maghrébine, plus ancienne, progresse plus par développement naturel en France que par immigration. La population d’origine turque plus modeste s’est aussi considérablement accrue, plus encore en raison de sa fécondité en France. L’Europe du Sud, qui a participé aux deux grandes vagues migratoires des années 1920 et d’après-guerre, voit sa présence s’effacer peu à peu. Son relatif maintien tient surtout au dynamisme naturel de la population immigrée du Portugal. Le poste « Autre » du tableau 3, fourre-tout, progresse surtout grâce aux nouveaux courants migratoires d’Europe et d’Asie dont les effets démographiques se feront sentir pleinement dans quelques années.

25La structure par âge de la population d’origine étrangère sur deux générations n’est pas très éloignée de celle des natifs au carré avec, cependant, un peu plus de jeunes adultes et un peu moins de personnes de 60 ans ou plus. Cette proximité résulte de la compensation entre courants anciens et courants récents. Les premiers, ceux en provenance de l’Union européenne, ont abouti à une présence d’origine étrangère déjà âgée - deux tiers ont plus de 40 ans -, résultat inévitable dû au tarissement de courants migratoires anciens. C’est l’inverse pour les courants plus récents ou qui se sont maintenus. Les personnes d’origine africaine se concentrent en dessous de 40 ans, conjuguant immigration récente soutenue (qui vient grossir le nombre des 18-39 ans) et vitalité démographique (qui abonde le nombre de mineurs). Deux tiers d’entre elles ont moins de 40 ans. On retrouve cette même jeunesse dans la population d’origine asiatique (tableau 4).

Tableau 4. Répartition par groupe d’âges de la population en France métropolitaine en 2011 selon qu’il s’agit des natifs au carré ou des personnes d’origine étrangère sur deux générations

 

Natifs au carré

Immigrés et 1ère génération

Dont

UE25

(+Suisse+Norvège+Islande)

Afrique

Asie

Moins de 18 ans

22,1

21,5

10,5

28,2

29,5

18-39 ans

26,8

31,8

22,8

37,3

38,2

40-59 ans

26,9

27,1

32,0

24,5

22,6

60ans ou plus

24,2

19,5

34,7

9,9

9,7

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee.

La prise en compte de la deuxième génération née en France chez les moins de 60 ans

26Les caractéristiques de la population d’origine étrangère dépendent évidemment du nombre de générations prises en compte. L’inclusion de la deuxième génération née en France redonne de la profondeur historique à la population d’origine étrangère, même limitée aux moins de 60 ans (tableau 5).

27Parmi les moins de 60 ans résidant en France métropolitaine, près de 30 % sont alors d’origine étrangère. L’ancienneté de nombreux courants migratoires européens renforce leur présence dans la deuxième génération née en France. Plus de trois petits-enfants d’immigré(s) sur quatre sont d’origine européenne. Ainsi les petits enfants de migrants italiens sont près de deux fois plus nombreux que les immigrés et la première génération réunis. Les trois générations prises ensemble et âgées de moins de 60 ans comptent près de 2 millions de personnes. Les petits enfants de migrants polonais comptent eux-aussi beaucoup plus de petits enfants d’immigrés que d’immigrés et d’enfants d’immigrés. Au total, environ 630 000 personnes âgées de moins de 60 ans seraient originaires de Pologne, presque toutes nées en France. On perçoit, de même, les traces anciennes de la migration belge dans le poste regroupant, en plus de la Belgique, la Suisse et le Luxembourg. Au total, sur trois générations, près d’un habitant de moins de 60 ans sur 7 est d’origine européenne.

Tableau 5. Population d’origine étrangère sur trois générations selon l’origine pour les moins de 60 ans en 2011

 

Immigrés

1ère génération née en France

2ème génération née en France

Total

 % origine étrangère 3G

Effectifs (milliers)

 %

Effectifs (milliers)

 %

Effectifs (milliers)

 %

Effectifs (milliers)

 %

Afrique

1930

47,0

2667

47,4

880

18,8

5477

38,0

11,3

Maghreb

1257

30,6

2110

37,5

821

17,6

4189

29,1

8,7

Algérie

529

12,9

1142

20,3

563

12,0

2235

15,5

4,6

Maroc

541

13,2

694

12,3

130

2,8

1365

9,5

2,8

Tunisie

187

4,5

273

4,9

129

2,8

589

4,1

1,2

Afrique subsaharienne

673

16,4

557

9,9

59

1,3

1288

8,9

2,7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Asie

691

16,8

620

11,0

133

2,9

1444

10,0

3,0

Turquie

216

5,2

238

4,2

48

1,0

501

3,5

1,0

Sud-Est Asiatique

124

3,0

126

2,2

36

0,8

285

2,0

0,6

Autre Asie

352

8,6

257

4,6

49

1,0

657

4,6

1,4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amérique-Océanie

199

4,8

139

2,5

37

0,8

374

2,6

0,8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Europe

1289

31,4

2197

39,1

3626

77,5

7111

49,4

14,7

UE25+ Norvège, Suisse et Islande

1048

25,5

2081

37,0

3541

75,7

6670

46,3

13,8

Europe du Sud

625

15,2

1545

27,5

2326

49,7

4497

31,2

9,3

Italie

103

2,5

569

10,1

1260

26,9

1931

13,4

4,0

Espagne

107

2,6

383

6,8

750

16,0

1240

8,6

2,6

Portugal

416

10,1

593

10,6

317

6,8

1326

9,2

2,7

Pologne

59

1,4

127

2,3

445

9,5

631

4,4

1,3

Allemagne

78

1,9

129

2,3

230

4,9

437

3,0

0,9

Belgique-Luxembourg-

Suisse

118

2,9

141

2,5

408

8,7

667

4,6

1,4

Autre UE25+ Norvège

et Islande

167

4,1

139

2,5

132

2,8

439

3,0

0,9

Autre Europe

241

5,9

115

2,1

84

1,8

441

3,1

0,9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOTAL

4108

100,0

5622

100,0

4677

100,0

14407

100,0

29,8

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et l’EAR de 2011, Insee.

28En 2011, avant 60 ans, même en comptant trois générations, la présence européenne n’est plus majoritaire. Le reste du monde pèse désormais un peu plus. Par ailleurs, l’Afrique est loin d’avoir épuisé son potentiel démographique en raison d’une immigration soutenue et d’un début seulement de deuxième génération née en France, pour l’instant principalement liée à la présence maghrébine. D’ores et déjà, près d’un habitant sur neuf de moins de 60 ans est d’origine africaine.

29Avant 60 ans, sur trois générations, l’Algérie est le premier pays d’origine devant l’Italie, le Maroc, le Portugal, l’Afrique subsaharienne et l’Espagne. Il y a douze ans, même si le calcul était quelque peu différent, les originaires d’Italie dominaient encore. C’est fini. Nous sommes à un tournant. La domination des origines européennes va céder la place à l’Afrique d’abord, car le fort potentiel démographique reste du côté de l’Afrique, même si la population d’origine portugaise sur trois générations devrait progresser encore, et dans une moindre mesure du côté de l’Asie. L’immigration en provenance de ces continents, d’Afrique tout particulièrement, devrait se poursuivre à un rythme plus soutenu que l’immigration intra-européenne à destination de la France. Mais, même en l’absence de toute nouvelle immigration en provenance du continent africain, la population d’origine africaine sur trois générations continuerait d’augmenter fortement par la première et surtout la deuxième génération née en France qui début à peine pour l’Afrique subsaharienne.

30Le maintien des flux migratoires, en provenance d’Afrique notamment, au niveau relativement élevé connu dans les années 2000 devrait avoir un effet décisif à court et moyen termes sur la première génération née en France et, à plus long terme, sur la deuxième génération née en France, tandis que s’épuiseront les effets de la migration européenne ancienne. La population d’origine européenne n’est encore majoritaire dans celle d’origine étrangère, que parmi les personnes âgées de 40-59 ans (tableau 6). C’est sans doute encore plus vrai chez les 60 ans ou plus. Près d’un jeune de moins de 18 ans sur cinq est originaire d’un pays non européen et près d’un sur six d’Afrique (contre un sur dix, douze ans plus tôt).

Tableau 6. Proportion de population d’origine étrangère sur trois générations pour trois groupes d’âges en 2011 ( %)

 

Total

Europe

Hors d'Europe

Dont

Afrique

Asie

Amérique Océanie

Moins de 18 ans

30,2

10,9

19,3

14,8

3,6

0,9

18-39 ans

30,9

14,6

16,3

12,1

3,3

0,9

40-59 ans

28,3

17,9

10,3

7,7

2,1

0,5

Total

29,8

14,7

15,1

11,3

3,0

0,8

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee.

Note de lecture : 30,2 % des moins de 18 ans sont d’origine étrangère, 10,9 % sont d’origine européenne.

31Si l’on met de côté les immigrés de moins de 18 ans, très peu nombreux, le poids des populations d’origine européenne augmente avec l’âge dans les trois générations. À 40-59 ans, près de sept enfants d’immigrés sur dix sont d’origine européenne et, à cet âge, la presque totalité des petits-enfants le sont aussi (tableau 7). C’est l’inverse chez les enfants et petits enfants d’immigrés originaires d’Afrique ou d’Asie qui pèsent d’autant plus qu’ils sont jeunes. Même si l’immigration en provenance de ces deux continents s’amenuisait, ils auraient une marge de progression importante du fait de l’inertie démographique. Les première et deuxième générations continueraient d’augmenter.

Tableau 7. Participation des continents à la population d’origine étrangère selon le groupe d’âge et la génération ( %)

 

Europe

Afrique

Immi-grés

1ère généra-tion

2ème généra-tion

Immi-grés

1ère généra-tion

2ème généra-tion

Moins de 18 ans

39,6

22,4

56,3

36,6

58,5

38,2

18-39 ans

24,0

39,8

83,5

51,2

48,1

13,9

40-59 ans

36,6

69,3

93,5

44,9

27,5

3,7

Total

31,4

38,9

77,5

47,0

48,0

18,8

 

Asie

Amérique-Océanie

Immi-grés

1ère généra-tion

2ème généra-tion

Immi-grés

1ère généra-tion

2ème généra-tion

Moins de 18 ans

15,2

15,9

4,5

8,7

3,2

1,0

18-39 ans

19,3

10,2

1,9

5,6

2,0

0,7

40-59 ans

14,9

2,4

2,1

3,6

0,7

0,7

Total

16,8

10,9

2,9

4,8

2,2

0,8

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee.

Note de lecture : 39,6 % des immigrés âgés de moins de 18 ans sont d’origine européenne, 36,6 % d’origine africaine… 22,4 % des enfants d’immigré(s) âgés de moins de 18 ans sont d’origine européenne, 58,5 % d’origine africaine.

Comparaison avec d’autres pays européens

  • 14 Notamment sur les échelles temporelles des uns et des autres : privilégier la durée de séjour pour (...)

32Les comparaisons avec nos voisins européens sont difficiles à mener car presque tous ont leur définition bien à eux de la population d’origine étrangère, quand ils en ont une, diversité que l’on retrouve dans la manière de la désigner. On parle souvent de « foreign background » en anglais ou de « migrationshintergründ » en allemand pour évoquer les antécédents migratoires de ces populations, mais aussi d’ « ancestry », d’origine [Tribalat, 2008]. Généralement, on désigne par seconde génération ce que j’appelle première génération née en France, appellation choisie à la fin des années 1980 pour éviter le glissement, trop fréquent, vers l’usage du terme « immigrés » ou en anglais « immigrants » pour désigner les descendants d’immigrés qui n’ont pourtant jamais connu la migration. Il est important de marquer la césure entre les immigrés qui ont vécu la migration et leurs descendants qui sont nés en France. Cette distinction a des implications dans l’analyse que l’on peut faire des uns et des autres14. Le tableau 8 présente les définitions en usage dans huit pays. Les données sur les populations d’origine étrangère se limitent généralement à deux générations.

  • 15 En fait, l’Allemagne compte comme immigrants tous les étrangers et les anciens Allemands qui sont v (...)

33Même lorsqu’il s’agit des immigrés, ces pays n’ont pas tous la même définition. Pour certains, toute personne née à l’étranger est un immigré, y compris si ses deux parents sont des nationaux ou des natifs. C’est le cas de la Suède. Certains pays ajoutent une restriction sur le pays de naissance des parents. Les deux parents doivent être nés à l’étranger pour la Norvège et le Danemark. Pour les Pays-Bas, un seul parent né à l’étranger suffit. Mais la Norvège offre la possibilité, dans quelques tableaux, de décompter les immigrés à la suédoise, à la néerlandaise ou dans une manière proche des Danois. Ces définitions, ont l’inconvénient d’inclure les nationaux qui sont nés à l’étranger ou les enfants qu’ils ont eu à l’étranger, dont ceux des anciens empires coloniaux et ceux nés de l’autre côté du rideau de fer pour l’Allemagne15. C’est pourquoi j’ai proposé, dans les années 1980, de définir les immigrés par une combinaison du pays de naissance et de la nationalité actuelle ou antérieure [Tribalat, 1989), définition qui a été popularisée par le Haut Conseil à l’intégration et est définitivement entrée dans les mœurs de l’Insee. La catégorie « Immigrés » a fait son entrée officielle à l’Insee, lors de la publication des résultats du recensement de 1999 [Tribalat, 2012].

34Ces définitions plus ou moins larges de l’immigré (immigrant en anglais) sont néanmoins préférables à l’usage de nationalité [Tribalat, 1989] comme le rappelle opportunément les tabulations proposées par le Royaume-Uni qui retient la définition suédoise et compte comme immigrants l’ensemble des personnes qui ne sont pas nées dans le Royaume-Uni.

35On retrouve ces mêmes distinctions dès que l’on passe à la première génération née dans le pays (tableau 8). Seuls quelques pays ont une définition claire de cette génération. C’est le cas de la Suède, des Pays-Bas, de l’Autriche et de la France. Le Danemark mélange la première génération née au Danemark et les enfants nés de parents étrangers nés au Danemark qui appartiennent à la génération suivante, mais doivent être en nombre réduit pour l’instant. Les Allemands déterminent mal cette première génération qui est composée de personnes nées en Allemagne d’au moins un parent étranger ou naturalisé, parent qui peut donc lui-même être né en Allemagne. S’y ajoutent les enfants de leurs rapatriés des pays de l’Est (Spätaussiedler) qui eux-mêmes sont comptés comme immigrés.

Tableau 8. Définitions des populations d’origine étrangère dans quelques pays européens

 

Immigrés

Descendants

Définition suédoise étroite

Nés à l'étranger

Nés en Suède de deux parents nés à l'étranger

Définition suédoise élargie

Nés à l'étranger

Né en Suède d'au moins un parent né à l'étranger

Définition néerlandaise*

Nés à l'étranger d'au moins un parent né à l'étranger

Nés aux Pays-Bas d'au moins un parent né à l'étranger

Définition danoise

Nés à l'étranger de deux parents nés à l'étranger

Nés au Danemark de deux parents immigrés ou descendants d'immigrés de nationalité étrangère

Définition allemande

Nés à l'étranger

Comprend les étrangers et les anciens Allemands de l'Est (Spätaussiedler) arrivés après 1949

Né en Allemagne d'au moins un parent étranger, naturalisé ou ancien Allemand des pays de l'Est arrivé après 1949

Définition belge

Étrangers, Belges par acquisition et nés en Belgique d'au moins un parent de nationalité étrangère à la naissance

Définition française

Nés à l'étranger, étrangers ou devenus français

Nés en France d'au moins un parent immigré

Définition anglaise

Nés à l’étranger Nés au Royaume Uni

Classification ethnoraciale. Sont considérés ici comme d'origine étrangère ceux qui ne sont pas des blancs locaux appelés North-Irish Whites, English Whites etc.

36La plupart des pays qui proposent des données sur les populations d’origine étrangère distinguent clairement les immigrés de la première génération née dans le pays. Le Royaume-Uni publie des données sur les immigrants dans la même définition que la Suède. S’il peut distinguer les nés à l’étranger des nés au Royaume-Uni, les catégorisations les plus fréquentes portent sur les groupes ethniques. La codification de ces derniers est devenue d’une complication effrayante. Si l’on prend seulement le cas de l’Inde, on ne trouve pas moins de cinq affiliations regroupant les déclarations de ceux qui ont un lien avec l’Inde et le déclarent. Cette codification ethnique n’a pas la stabilité dans le temps des catégories fondées sur l’ascendance migratoire, laquelle est un fait immuable. La Belgique ne produit apparemment pas de données systématiques sur ses populations d’origine étrangère. L’institut Itinera a publié une estimation qui se fonde uniquement sur la nationalité actuelle ou antérieure. La génération née en Belgique appelée imprudemment deuxième génération compile en fait les enfants nés en Belgique à partir de 1970 de parent(s) étranger(s) à la naissance, ce qu’étaient la plupart des enfants d’immigrés avant la modification du code de la nationalité en 1985.

37Cette multitude de définitions ne favorise pas les comparaisons. Ajoutons qu’aucun pays, à ma connaissance, n’a estimé la population d’origine étrangère sur trois générations même si certains pays incluent une partie de la troisième génération dans la deuxième. Ce qui se comprend aisément compte tenu de la faible ancienneté des flux migratoires comparée à celle de la France. Le tableau 9 présente les données pour neuf pays en 2011 (2010 pour la Belgique), selon différentes combinaisons de définitions lorsque c’est possible pour la France, afin de la mieux situer par rapport à ses voisins. Les données sont tirées des registres de population pour les pays du nord de l’Europe, des mikrozensus pour l’Allemagne et l’Autriche, du recensement britannique de 2011 et d’une estimation de circonstance pour la Belgique. Sauf pour ce dernier, ces données sont accessibles en ligne sur le site des instituts de statistique nationaux.

Tableau 9. Proportion de population d’origine étrangère sur deux générations en 2011 dans quelques pays européens selon la définition adoptée

 

Définition suédoise élargie

Définition suédoise étroite

Définition néerlan-daise

Définition danoise

Définition allemande

Définition belge

Définition française

Définition anglaise

Suède

26,0 %

19,1 %

 

 

 

 

 

 

France

24,7 %

 

24,0 %

 

 

 

19,2 %

 

Autriche

 

18,7 %

 

 

 

 

 

 

Pays-Bas

 

 

21,1 %

 

 

 

 

 

Norvège

20,9 %

16,3 %

17,2 %

12,2 %*

 

 

 

 

Danemark

 

 

 

10,1 %

 

 

 

 

Allemagne

 

 

 

 

18,5 %

 

 

 

Angleterre-Galles

 

 

 

 

 

 

 

19,5 %

Angleterre

 

 

 

 

 

 

 

20,2 %

Belgique (2010)

 

 

 

 

 

24,2 %

 

 

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee et données des instituts de statistique nationaux.

* Dans une définition qui se rapproche de la définition danoise car la Norvège ne fournit pas de données sur les enfants nés d'étrangers, eux-mêmes nés en Norvège.

  • 16 En appliquant aux effectifs de personnes nées à l’étranger, la proportion de celles dont un parent (...)

38L’enquête EFL offre l’opportunité d’estimer quel serait le nombre d’enfants d’immigrés d’après la définition suédoise élargie : 8,4 millions. Les EAR (exploitation complémentaire des fichiers détails) donnent également le nombre de personnes nées à l’étranger en 2011 : 7,2 millions. Au total, si l’on suit la définition suédoise élargie, c’est 15,6 millions de personnes qui seraient d’origine étrangère en France sur deux générations, soit près d’un quart de la population, proportion pas très éloignée de celle observée en Suède à la même date (26 %). Si l’on applique la restriction néerlandaise sur la définition des immigrés16, la proportion de personnes d’origine étrangère serait encore de 24 % et donc supérieure à celle observée aux Pays-Bas en 2011 (21,1 %).

39Si l’on veut comparer la Norvège à ses voisins, on aura intérêt à reconvertir la définition officielle, en allant combiner les données plus détaillées mises en ligne sur Statistic Norway, pour la rapprocher de la définition des pays voisins. La Norvège se trouve ainsi encore à quelques points de pourcentage de la Suède, de l’Autriche, de la France ou des Pays-Bas, selon la définition adoptée. Vraisemblablement, le Danemark, malgré sa manière particulière de compter, est lui-même encore en dessous. Il n’est pas aisé de situer précisément la France par rapport aux autres pays. Le Royaume-Uni est particulièrement difficile à comparer. Par exemple, on ne connaît pas la propension des enfants d’immigrants blancs notamment à se compter parmi les White British, ce qu’ils sont pleinement en vertu du droit du sol britannique. Ce que l’on peut dire avec peu de chances de se tromper, c’est que la plus grande des minorités ethniques britanniques, celle originaire d’Inde, est bien inférieure à l’ensemble des personnes nées en Algérie ou de parent(s) né(s) en Algérie : près d’1,5 million, côté britannique, plus du double (rapatriés et enfants de rapatriés compris) côté français. L’ensemble des immigrés et descendants d’immigrés d’Algérie (hors rapatriés) – 1ère et 2ème génération nées en France - est lui-même, on l’a vu, voisin de 2 millions.

  • 17 Année de création de la RFA (23 mai) et de la RDA (7 octobre), après le transfert d’Allemands expul (...)
  • 18 Proportion calculée à partir du mikrozensus de 2012, en mettant de côté les 7,4 % dont l’origine at (...)
  • 19 En 2013, le solde migratoire enregistré en Allemagne a été de +437 000, selon la manière de compter (...)

40L’Allemagne se situe, avec une définition différente comprenant ses rapatriés et enfants de rapatriés des années 1990, mais avec une limitation sur la date de migration (194917), vraisemblablement en dessous de la France par sa proportion de population d’origine étrangère. Si l’on rajoutait seulement les rapatriés d’Algérie et leurs enfants à la population d’origine étrangère sur deux générations, l’ensemble pèserait plus de 21 %, contre 18,5 % en Allemagne à la même date. La population d’origine étrangère de l’Allemagne est beaucoup plus européenne que celle de la France (56 %18 contre 43 %). Mais elle compte plus d’Européens n’appartenant pas à l’UE que la France (22 % contre 3,5 %). Les originaires d’Afrique y sont peu nombreux (4 % contre 42 %) contrairement aux originaires d’Asie (37 % contre 12 %), ceux de Turquie tout particulièrement. Le nombre de personnes d’origine turque, à l’allemande est de l’ordre de 3 millions dans un pays plus peuplé que la France. C’est probablement la plus grande minorité d’origine étrangère de l’UE. L’immigration est beaucoup plus récente en Allemagne qu’en France, qui plus est dans une Allemagne qui vieillit, accentuant ainsi le contraste avec la population d’origine étrangère : en 2012, 32 % des personnes âgées de moins de 18 ans sont d’origine étrangère, à comparer avec 19 % en France en 2011 ; après 65 ans, seulement 9 % sont d’origine étrangère (16 % en France chez les 60 ans ou plus). L’ampleur des transformations du peuplement apportées par l’immigration étrangère dépend du dynamisme démographique des sociétés d’accueil. La faiblesse de la natalité allemande va accentuer l’impact démographique de l’immigration étrangère par rapport à la France. Ces transformations devraient avancer à un rythme beaucoup plus soutenu en Allemagne qu’en France si la fécondité y reste aussi basse qu’elle l’est aujourd’hui et si elle continue d’accueillir un grand nombre de migrants19.

41Il est donc ardu de juger de l’importance de la question migratoire au sens large, incluant la dynamique démographique interne aux courants migratoires, seulement à partir des flux ou des soldes migratoires récents. Et dès que l’on passe à des concepts un peu plus fins, il faut une grande prudence en raison des écarts de définitions. Contrairement à ce qui se dit souvent, la France n’est pas la lanterne des pays européens, mais à un stade où cette dynamique démographique a eu le temps de prendre de l’ampleur. Des sept pays pour lesquels l’estimation est faisable, c’est en France que la proportion de personnes d’origine étrangère sur deux générations nées sur place est la plus importante, quelle que soit la définition retenue. Cette dernière a bien évidemment une influence déterminante sur le poids de la 1ère génération née dans le pays, notamment selon que l’on retient ou non les enfants nés sur place d’un seul parent immigré comme l’indiquent les données sur la Suède et la Norvège (tableau 10).

Tableau 10. Proportion de natifs dans la population d’origine étrangère sur deux générations en 2011 dans quelques pays européens selon la définition adoptée

 

Définition suédoise élargie

Définition suédoise étroite

Définition néerlan-daise

Définition danoise

Définition française

Définition allemande

France

53,6 %

 

55,3 %

 

54,6 %

 

Pays-Bas

 

 

49,4 %

 

 

 

Danemark

 

 

 

23,8 %

 

 

Autriche

 

26,5 %

 

 

 

 

Allemagne (2012)

 

 

 

 

 

33,2 %

Suède

43,5 %

23,0 %

 

 

 

 

Norvège

34,0 %

15,2 %

48,0 %

16,6 %

 

 

Source : Calculs personnels d’après l’enquête EFL et les EAR, Insee, et d’après les données des instituts nationaux de statistique.

Conclusion

42L’antériorité du phénomène migratoire en France permet à sa population d’origine étrangère de rivaliser aujourd’hui avec celle des autres pays européens touchés par l’immigration étrangère plus tardivement, tout en ayant souvent reçu des flux moins intenses au cours des années plus récentes. C’est vrai sur deux générations. Ça l’est encore plus sur trois générations puisque 30 % des habitants de France métropolitaine de moins de 60 ans sont d’origine étrangère, chiffre que peineraient à atteindre, dans une définition voisine, la plupart de ses voisins. L’intérêt d’une mesure sur plusieurs générations est la restitution de l’écho lointain des vieux courants migratoires, dont la population immigrée, sur laquelle on se contente bien souvent de travailler, ne donne aucun aperçu. C’est le cas pour les originaires de Pologne. Avant 60 ans, ils ne comptent que moins de 60 000 immigrés, mais 445 000 petits-enfants d’immigrés. Pa contraste, elle permet de se figurer le potentiel démographique, encore non accompli, des courants migratoires plus récents. C’est le cas des originaires d’Afrique subsaharienne qui comptent aussi peu de petits-enfants que les immigrés nés en Pologne, mais plus d’immigrés que ces derniers n’ont eu de petits-enfants. Nul doute que l’immigration à venir viendra grossir encore leur potentiel démographique. Le dynamisme démographique de la France relativement à des pays où la fécondité s’est effondrée depuis longtemps freine la vitesse de transformation de la population qui, chez certains de ses voisins, l’Allemagne notamment, s’en trouve accélérée.

43À la pénurie de données qui, jusque dans les années 1990, rendait extrêmement difficile toute estimation des populations d’origine étrangère en France a succédé, après bien des débats et des lenteurs, un ajustement aux réalités. Il est désormais acquis, y compris à l’Insee, que, si l’on veut cerner le phénomène migratoire, on ne peut pas s’en tenir à une statistique réduite à la compilation des nationalités. La plupart des pays européens en ont eux aussi pris conscience et ont développé, sous une forme ou sous une autre, une statistique par génération, sous des appellations diverses. La France devrait être en mesure de fournir une série annuelle ou groupant plusieurs années, en recourant aux données de l’enquête Emploi combinées à celles des enquêtes annuelles de recensement. Ces données permettent de suivre les transformations considérables de la composition par origine de la population française qui s’opèrent sous la poussée des nouveaux courants migratoires. Espérons qu’il sera possible, de temps en temps d’aller au-delà de deux générations, comme le permettent les enquêtes Famille. C’est d’autant plus important en France, en raison de l’ancienneté du phénomène migratoire. Par ailleurs, il n’est pas impossible que, d’ici quelques années, comme l’y autorise la Cnil, l’Insee finisse par consentir à recueillir les informations nécessaires à l’estimation des populations d’origine étrangère sur deux générations dans les enquêtes annuelles de recensement. Elle doterait alors la France d’un outil plus fin et mieux adapté à l’étude des concentrations spatiales.

Haut de page

Bibliographie

AUBRY B., TRIBALAT M., 2009, Les jeunes d’origine étrangère en France de 1968 à 1999, Commentaire, 126, p. 431-437.

BORREL C., SIMON P., 2005, L’origine des Français, in : LEFEVRE C., FILHON A., Histoire de Familles, Histoires familiales, Ined, p. 425-441.

BORREL C., LHOMMEAU B., 2010, Être né en France d’un parent immigré, Insee Première, 1287, 4 p.

BOUVIER G., BREEM Y., 2014, Démographie des descendants d’immigrants, DSDE, Ministère de l’Intérieur, Infos migrations, 66,

CASSAN F., HÉRAN F., TOULEMON L., 2000, Étude de l’histoire familiale : l’édition 1999 de l’enquête Famille, Courrier des statistiques, Insee, 93, p. 25-37.

DEPOIDS P., 1942, Les naturalisations en France, 1870-1940, Études démographiques, 3, Service national des statistiques, Imprimerie nationale, 148p.

GIRARD A., STOETZEL J., 1953, Enquête par sondage sur les attitudes et le comportement des Français à l’égard des immigrants, in : Français et immigrés, Travaux et Documents, Ined, n° 19, p. 127-152

GIRARD A., 1971, Attitudes des Français à l’égard de l’immigration étrangère. Enquête d’opinion, Population, 26(5), p. 827-875.

INSEE, 2012, Immigrés et descendants d’immigrés en France, Collection Insee Références, 266 p.

LABAT J.-C., 1992, La population étrangère en 1990 par nationalité, Insee Première, 217, 4 p.

LANDRY A., 1945, Traité de démographie, Payot, 651p.

MASSICOT S., 1986 , Effets sur la nationalité française de l’accession à l’indépendance de territoires ayant été sous la souveraineté française, Population, 41(3), p. 533-546.

SAUVY A., 1927, La population étrangère en France et les naturalisations, Journal de la société de statistique de Paris, réédité dans Annales de Démographie, Paris, 1989 : 60-72 et 89-97.

TRIBALAT M., 1988, Différences de comportements liées à un changement d’état, Démographie des différences, Actes du colloque de l’association des démographes de langue française, p. 469-477.

TRIBALAT, M. 1989, Immigrés, étrangers, Français : l’imbroglio statistique, Population et Sociétés, 241, 4 p.

TRIBALAT M., (dir) 1991. Cent ans d’immigration, Étrangers d’hier, Français d’aujourd’hui, Ined/PUF, 302 p.

TRIBALAT M., 2004, Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 1999, Population, 1, p. 51-81.

TRIBALAT M., 2008, Effets démographiques de l'immigration étrangère. Eléments de comparaison européenne, Futuribles, 343, p. 41-59.

TRIBALAT M., 2012, Les habits neufs d’une vieille polémique, Diversité, 168, p. 25-30

TRIBALAT M., 2013, Assimilation, La fin du modèle français. Éditions du Toucan, 348 p

Haut de page

Notes

1 Comme l’indique une publication postérieure. « Pour avoir une idée exacte de l’apport de l’immigration en France, il est insuffisant de considérer les nombres d’étrangers et les nombres de naturalisés, il est nécessaire de déterminer aussi les effectifs globaux de Français d’origine étrangère. », Girard, Stoetzel, 1953, p. 20.

2 On rappelle que les immigrés sont les personnes nées à l’étranger, de nationalité étrangère ou françaises par acquisition (Tribalat, 1989).

3 En 2011, alors que l’enquête Emploi, réalisée chaque trimestre, et donc tout au long de l’année (dont un sixième des logements est renouvelé chaque trimestre) a porté sur 162 000 individus âgés de 15 ans ou plus appartenant aux logements sélectionnés dans l’échantillon, l’enquête famille de 2011 a été réalisée auprès de près de 360 000 personnes âgées d’au moins 18 ans. L’enquête Famille, réservée aux femmes jusqu’en 1990, a été étendue aux hommes en 1999.

4 Les données détaillées par pays d’origine mises en ligne par l’Insee distinguent les immigrés par pays de naissance, en regroupant les étrangers et les Français par acquisition. Dans les fichiers détails mis en ligne, seuls 12 pays ou groupements de pays de naissance ont été retenus alors que les nationalités actuelle et antérieure comprennent 49 postes. On peut alors définir l’origine des immigrés en retenant les personnes nées à l’étranger, en détaillant la nationalité actuelle ou antérieure, et non plus le pays de naissance. Ces deux classements possibles sont à l’origine de petits décalages. Pour plus de cohérence, la structure par âge des immigrés du second classement a été appliquée à l’effectif des immigrés du premier classement.

5 Sans la Turquie et le Sud-Est Asiatique.

6 Cette hypothèse a été remplie en donnant aux pères d’enfants vivant sans conjointe ou vivant avec une conjointe qui n’est pas la mère des enfants, une conjointe née en France dans la proportion constatée pour l’ensemble des hommes immigrés vivant en couple.

7 http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=ENFAMIMMI

8 Nous n’avons gardé que les enfants dont les enquêtés déclarent qu’ils sont bien le père ou la mère de ces enfants, selon que l’on s’intéresse aux déclarations des femmes ou des hommes, y compris ceux qui n’habitent pas avec eux. La seule incertitude porte sur le fait que la conjointe n’est pas toujours l’autre parent des enfants. Nous faisons l’hypothèse que cela ne change pas radicalement les résultats. Il en sera de même pour les enfants des femmes de première génération.

9 Les sur et sous-estimations des femmes et des hommes immigrés altèrent l’estimation du nombre de mineurs de la première génération née en France. L’Insee a publié un tableau des enfants d’immigrés vivant en famille dont le chef de famille, ou son conjoint lorsqu’il en a un, est immigré alors que ces enfants ont moins de 18 ans. Les âges sont exprimés en années révolues dans le tableau Insee, ce qui devrait normalement donner un nombre d’enfants total supérieur d’environ 5 % au nôtre qui a considéré l’âge en différences de millésimes. C’est cette différence qui va nous servir de guidage pour ajuster notre estimation. Le mode de classement visant à éviter les doubles comptes n’est pas le même à l’Insee. Ce denier ne hiérarchise pas les origines mais donne la primeur aux hommes. Ici ce sont les origines qui sont hiérarchisées. Pour l’Insee, l’origine d’un enfant est celle du père, sauf quand il n’y a pas de père. Un enfant de père immigré de Tunisie et de mère immigrée du Maroc sera classé ici d’origine marocaine et d’origine tunisienne d’après l’Insee. Il n’est donc pas possible de prendre tout simplement les données de l’Insee pour les origines connues et de les corriger des différences dans la définition des âges. Voilà donc comment nous avons procédé. Les nombres d’enfants mineurs d’origine étrangère ont été corrigés, côté mère et côté père du sous-enregistrement ou du surenregistrement affectant les hommes et les femmes immigrées entre 18 et 59 ans, par origine. L’enquête EFL donne l’information sur la localisation des enfants : dans le ménage du répondant ou ailleurs. Il est donc possible en appliquant la probabilité de vivre chez le répondant d’obtenir, pour l’ensemble des origines, des données sur un champ comparable à celui des données publiée par l’Insee, à la définition de l’âge près. Au total, le nombre des mineurs d’origine étrangère reste supérieur de 1,7 % à celui fourni par l’Insee au lieu de lui être inférieur de 5 %. L’écart qui sépare notre estimation du chiffre publié par l’Insee corrigé de la différence de définition des âges aboutit donc à une surestimation du nombre total de mineurs de 7 %. C’est cette surestimation qui a été appliquée aux effectifs de mineurs corrigés des sur ou sous-enregistrements des immigrés dans EFL, pour toutes les origines. Ce qui amène à un effectif de 2,601 millions en différences de millésimes, contre 2,666 millions en années révolues. L’écart, désormais de 2,5 %, rend compte des différences de définitions des âges et de l’incomplétude des chiffres publiés par l’Insee, limités aux enfants vivant en famille. La correction a été appliquée uniformément à toutes les origines, faute de définition comparable.

10 L’Insee a imputé les non déclarations du pays de naissance (10 % pour la mère et 12 % pour le père), pour une dizaine d’origines. Il a fallu compléter cette imputation pour les autres origines non détaillées par l’Insee en allant chercher la nationalité des enquêtés, leur pays de naissance ou la nationalité de naissance de l’autre parent, lorsque ces variables indiquaient une origine étrangère. Le petit reliquat a été distribué au prorata.

11 L’Insee et le DSDE hiérarchisent les sexes. Quand les deux parents sont immigrés, c’est l’origine du père qui prédomine.

12 Information figurant sans indétermination dans les données rapatriées de l’EAR, déjà corrigée par l’Insee.

13 Le découpage des pays de naissance et de nationalité détaillés retenus dans l’enquête EFL ajoute la Norvège, l’Islande et la Suisse aux pays de l’UE, mais ne comprend pas les deux derniers entrants de 2007 (Roumanie et Bulgarie). Le regroupement correspond donc à L’Espace économique européen sans ces deux pays, sans la Croatie évidemment qui n’en faisait pas partie en 2011, et sans le Liechtenstein, mais avec la Suisse.

14 Notamment sur les échelles temporelles des uns et des autres : privilégier la durée de séjour pour les immigrés et l’avancement en âge pour leurs descendants (Tribalat, 1988).

15 En fait, l’Allemagne compte comme immigrants tous les étrangers et les anciens Allemands qui sont venus des pays de l’Est, hors Allemagne de l’Est après 1955.

16 En appliquant aux effectifs de personnes nées à l’étranger, la proportion de celles dont un parent au moins est né à l’étranger obtenue dans l’enquête EFL (par grands groupes d’âges, la proportion trouvée pour les 18-39 ans étant également appliquée aux moins de 18 ans).

17 Année de création de la RFA (23 mai) et de la RDA (7 octobre), après le transfert d’Allemands expulsés d’Europe centrale et orientale.

18 Proportion calculée à partir du mikrozensus de 2012, en mettant de côté les 7,4 % dont l’origine attribuée d’après la nationalité antérieure n’est pas connue.

19 En 2013, le solde migratoire enregistré en Allemagne a été de +437 000, selon la manière de compter allemande - très large - niveau exceptionnel atteint en 1993, pour un solde naturel de -196 000. D’après les projections de destatis, base 2008, avec la fécondité actuelle et en l’absence de migration, l’Allemagne perdrait près de 24 millions d’habitants d’ici 2060. La fonte des classes d’âges jeunes en Allemagne est très visible sur les moins de 20 ans et très rapide par rapport à la France (outre mer compris ici). En 2004, l’Allemagne a encore 1,1 million de jeunes de plus que la France. En 2011, il lui en manque près d’un million, alors qu’elle abrite près de 17 millions d’habitants en plus. L’écart s’est, en plus, trouvé amorti par l’immigration. Sans les jeunes d’origine étrangère, l’écart serait de l’ordre de 2,5 millions.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Graphique 1. Ampleur de la sous-estimation ou de la sur estimation dans EFL du nombre d’immigrés originaires d’Afrique subsaharienne ou de l’Asie (hors Turquie et Sud-Est Asiatique) par sexe et groupe d’âges
Crédits Source : Insee, Fichier détail du recensement 2011, Enquête EFL 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/6073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Tribalat, « Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 2011 », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/1-2 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/6073 ; DOI : 10.4000/eps.6073

Haut de page

Auteur

Michèle Tribalat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org