Navigation – Plan du site
Articles

L’invention des routines

The Invention of Routines
Frédéric de Coninck

Résumés

Parler de « routines » en sciences sociales charrie facilement des connotations liées à l’aliénation. Les routines proviendraient du fait que les individus et les ménages subiraient les contraintes de lourdes temporalités macro-sociales qui imprimeraient leur temps mécanique sur leurs calendriers quotidiens. Le pouvoir d’action des individus serait donc à chercher du côté de la souplesse et de l’improvisation en situation.
Ce parti pris a déjà été questionné par plusieurs travaux. Nous y revenons ici à propos de l’organisation du temps quotidien dans une conjoncture où les individus et les familles luttent plutôt, aujourd’hui, pour regagner du temps à eux contre un temps déstructuré, haché, hétérogène.
Les individus et les ménages construisent des routines pour préserver un temps à eux. Ils outillent une série de dispositifs, mixant ressources sociales et ressources techniques, afin d’évoluer plus confortablement dans leur quotidien.
C’est cette activité d’invention de routines, rodées, éprouvées, ajustées, réexaminées quand les circonstances l’exigent, dont nous rendons compte dans cet article, en nous appuyant sur une enquête par entretiens semi-directifs.

Haut de page

Texte intégral

L’enjeu théorique : la routine comme action sociale

1Associer la notion de routine à celle d’action sociale peut sembler paradoxal. Il est clair, en effet, que la majorité des travaux qui parlent de routine, en sciences sociales, l’associe à l’intériorisation d’une domination, d’une norme sociale, à l’expression d’une contrainte macro-sociale qui se réfracte dans la vie individuelle. Et les travaux qui, à l’inverse, se sont intéressés aux formes de résistance, d’action et d’invention que développent les individus, les ménages ou les petits groupes, manient plutôt (une fois encore dans leur majorité) les métaphores de la souplesse, de la variabilité en fonction des circonstances ou de l’improvisation continue.

2Or, ce double parti pris nous semble questionnable, surtout dans un contexte où les dynamiques macro-sociales produisent aujourd’hui nombre d’injonctions à la flexibilité et à l’acceptation d’un avenir mouvant, tout en mettant les individus et les ménages en tension au travers de temporalités hétérogènes et heurtées qu’ils sont sommés de « digérer » par eux-mêmes. Ce contexte nouveau nous pousse à mieux explorer les points aveugles du double raisonnement qui associe la routine à l’aliénation et la souplesse au pouvoir d’agir.

3Reprenons à grands traits les linéaments de ce raisonnement à deux faces.

  • 1 Selon le site Wikipedia

4Le colloque du groupe de travail « mobilités spatiales et fluidité sociale » (MSFS) de l'Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) où une première version de ce papier a été présentée, associait à la question des routines l’expression consacrée : « Métro, boulot, dodo ». Cette expression souligne à quel point l’organisation d’une journée est dépendante des horaires du travail, de l’entassement dans des transports collectifs rigides, avant l’abrutissement dans le sommeil qui fait suite, logiquement, à cette situation où le sujet subit les contraintes sociales. Elle provient1 d’un recueil de poèmes : Couleur d’usine, écrit en 1951 par Pierre Béarn. On y trouve ce quatrain : « Au déboulé garçon pointe ton numéro / Pour gagner ainsi le salaire / D'un morne jour utilitaire / Métro, boulot, bistro, mégots, dodo, zéro ». L’année (1951) et le titre du recueil montrent bien dans quel contexte on se situe : celui de la production taylorienne, avec ses gestes répétitifs, et celui de la société fordienne, avec ses horaires fixes, son organisation rigide de la vie quotidienne, sa production et son transport de masse.

5Mais, avant même l’apparition de la société fordienne, la sociologie classique a rangé la conduite répétitive dans la catégorie des comportements qui relèvent plus de la passivité que de l’activité. Lisons ce qu’en dit, par exemple, Max Weber : « Le comportement strictement traditionnel se situe absolument à la limite, et souvent au-delà, de ce qu’on peut appeler une activité orientée « significativement ». Il n’est, en effet, très souvent qu’une manière morne de réagir à des excitations habituelles, qui s’obstine dans la direction d’une attitude acquise autrefois. La masse de toutes les activités quotidiennes familières se rapproche de ce type » [Weber, 1971]. La « masse des activités quotidiennes familières » pour parler comme Weber seraient donc à peine des activités. Elles ne seraient, en tout cas, pas investies d’un sens particulier. Elles ne seraient qu’une « manière morne de réagir à des excitations » : on n’est pas très loin d’un tableau purement behavioriste du quotidien.

6Le structuralisme qui a prévalu dans les sciences sociales, en France, pendant les années 70, s’est largement nourri de l’image de comportements contraints et réguliers, imposés par les structures sociales à l’individu sans qu’il en soit même conscient.

7Il était donc normal que les auteurs qui, les premiers, ont cherché à sortir du paradigme structuraliste aient, à l’inverse, cherché le pouvoir d’agir du côté de la souplesse. On cite souvent, à ce propos, le livre fondateur de Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant : Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs [1974], qui a mis en évidence un autre paradigme d’action : celui de la ruse, de l’adaptation aux circonstances, de l’habileté pratique en situation. Il est frappant d’observer que Detienne et Vernant ont illustré cette mètis au travers de métiers qui s’affrontent à la souplesse : les vanniers ou les tisserands, par exemple, ou à un élément mouvant : les navigateurs ou les pêcheurs, autre exemple. Lorsque Michel de Certeau écrira, ensuite, L’invention du quotidien [1980], il reprendra les figures de la ruse, du braconnage, de l’action tactique qui se greffe sur une stratégie qui lui échappe pour la subvertir, etc. ; bref d’une action qui doit plus à un opportunisme toujours en éveil qu’à l’élaboration de routines pour son compte propre.

8Voilà résumé, à grands traits, le raisonnement qui pose d’un côté la routine comme figure de l’aliénation et de l’autre l’improvisation temporelle comme chemin privilégié de l’émancipation. Or, pour une double raison, théorique et conjoncturelle, il nous semble que ce raisonnement laisse dans l’ombre un champ important de l’action sociale portée par les individus, les ménages ou les petits groupes. Comme nous l’avons déjà rapidement mentionné, la conjoncture actuelle, où le temps macro-social est largement déstructuré, appelle des formes de résistance nouvelles pour lesquelles l’invention de routines représente un outil important. Et cela nous conduit à porter attention aux travaux qui ont questionné cette équivalence entre routine et aliénation.

La routine comme compétence d’action

9La revue Sociologie du travail a publié, en 1998, un dossier « À quoi sert la notion de routine ? ». Deux des articles de ce dossier soulignent que la maîtrise de la routine est la marque d’une certaine compétence, tandis que le débutant tâtonne à la recherche des bonnes stratégies opératoires. Bernard Conein [1998] distingue, pour sa part, règle et routine. Le débutant, dit-il, s’en tient à la règle et essaye de la suivre, tandis que l’acteur confirmé (il prend l’exemple de l’usage d’un photocopieur un peu sophistiqué), utilise directement une routine qu’il a rodée, repère immédiatement le geste opportun à faire et n’hésite que lorsqu’une tâche particulièrement pointue s’offre à lui. Sophie Dubuisson [1998] relate, de son côté, l’observation qu’elle a pu faire des stratégies de déplacement des individus dans le hall d’une grande gare. Ceux qui ne sont pas habitués cherchent où ils peuvent trouver l’information pertinente, hésitent, font demi-tour, marchent de long en large. Les personnes qui ont plus d’expérience vont droit au but, repèrent d’un coup d’œil les renseignements dont ils ont besoin et, surtout, sont capables d’agir en s’écartant de leurs routines si la situation l’exige. La routine sert de cadre et de base à leur action, mais face à un encombrement inhabituel, par exemple, ils vont modifier leur itinéraire, couper ou contourner l’obstacle, sans perdre de vue leurs repères habituels. Comme elle l’écrit : « interprétation et automatisme ne sont pas antinomiques ». On voit, au travers de l’expérience qu’elle relate, que les micro-incidents servent à nourrir les automatismes, en construisant non seulement des règles d’action, mais aussi des méta-règles sur la manière de s’écarter des automatismes en cas de situation inhabituelle.

10Didier Schwint a fait fond, par la suite, sur ces travaux, pour montrer que les artisans construisaient des routines pour nourrir leur habileté technique. Revenant sur une vision, à ses yeux trop limitée, de ce que l’on peut ranger dans la catégorie de la mètis il écrit : « Nous proposons, au contraire, que la routine fait intrinsèquement partie de la mètis. Cela pour deux raisons : elle laisse place à une part de création ; elle met en scène les caractéristiques générales de la mètis » [Schwint, 2005].

« Tout individu veut être sujet de ses routines »

11Ainsi les situations de travail, qui ont été les plus directement concernées par l’action répétitive, sont aussi celles où on a, en premier lieu, considéré un autre mode de lecture possible de la routine. On peut s’apercevoir, d’ailleurs, que cet autre regard sur les routines s’est développé dès l’âge d’or du taylorisme.

  • 2 p. 135.

12En 1947, le philosophe Georges Canguilhem commente l’ouvrage que Georges Friedmann vient de consacrer aux Problèmes humains du machinisme industriel [1946]. L’article « Milieu et normes de l’homme au travail » [1947] qui est devenu un classique dont se sont inspirés, ensuite, nombre de sociologues du travail et d’ergonomes, commente les descriptions du travail taylorien dont parle Georges Friedmann, mais il est aussi l’occasion, pour Georges Canguilhem, de préciser sa pensée sur les rapports entre action humaine et travail de normalisation. On y trouve, notamment, cette formule fameuse, à propos de la résistance des ouvriers à la normalisation taylorienne de leur travail : « Tout homme veut être sujet de ses normes. L’illusion capitaliste est de croire que les normes capitalistes sont définitives et universelles, sans penser que la normativité ne peut être un privilège »2.

13C’est là que l’argument de Canguilhem se décale de la simple équivalence répétitivité et aliénation (ici, il parle des normes de production tayloriennes) : il n’affirme pas que l’homme veut échapper à la normalisation. Il dit que tout homme veut normaliser lui-même son comportement et que, de ce fait, la normativité ne peut être un privilège. En reprenant ce point de vue anthropologique fondamental à propos de la routine, nous traduisons : tout individu veut être le sujet de ses routines et la routinisation ne peut être un privilège. La routinisation est donc une ressource (et non pas un handicap) qui fait l’objet d’une lutte sociale. On peut vouloir routiniser le temps de l’autre pour s’approprier son temps, mais chacun veut routiniser son temps comme il l’entend, afin de garder la maîtrise sur son activité.

  • 3 Cette conférence a été publiée, ensuite, en 1952, dans le recueil : La connaissance de la vie.

14La même année, Canguilhem prononce une conférence, sous le titre : « Machine et organisme ». À l’opposé des visions technicistes qui voudraient comparer l’organisme à une machine, il souligne, au contraire que c’est l’organisme qui crée des machines3. Avec son vitalisme particulier, il montre comment l’homme construit des mécanismes qu’il utilise et qu’il essaye ensuite de dépasser ou d’améliorer sans cesse. Les routines (pour revenir à notre sujet) sont des outils que l’homme se forge afin de se faciliter la gestion de son temps et qu’il ne cesse d’enrichir et de peaufiner au fil de son existence.

15Yves Clot, lecteur attentif de Canguilhem, a repris, dans le champ de la clinique de l’activité, cette ligne de lecture. Il a cherché à démêler, au travers d’une série de publications, ce qui se jouait dans l’action répétitive. La répétition est, en effet, un phénomène ambigu, qui relève d’analyses diverses. Il a, ainsi, analysé le travail théâtral où l’acteur, encouragé par le metteur en scène et ses partenaires, répète une scène jusqu’à ce qu’il trouve une manière satisfaisante (aux yeux de tous) de la jouer [Clot, 2002 ; Béguin et Clot, 2004]. Il y a là, selon une formule que Clot emprunte à Leontiev, une « répétition sans répétition ». L’acteur revient sur son action, la rejoue, il ne la réinvente pas complètement à chaque reprise, mais il ne la copie pas non plus à l’identique. Dans le travail taylorisé, la répétition est censée se produire à l’identique et sans réflexion du sujet. Dans la répétition construite par le sujet lui-même, chaque nouvelle occurrence s’accompagne d’un réinvestissement qui permet d’habiter l’action sans la réinventer complètement, mais sans se fermer non plus à une éventuelle modification, à la marge, du mode d’agir. Revenant, dans un article postérieur, sur cette formule de la « répétition sans répétition » il livre le commentaire suivant : les invariants « sont le produit d’activités répétées au cours d’activités non réitérables. […] En ce sens, le processus de répétition est une répétition sans répétition. [Notamment] parce que chaque activité singulière affecte, que ce soit sous la forme d’une consolidation ou d’un développement, le répertoire des fonctionnalités de l’invariant » [Clot, 2004 : 45].

16On est là au cœur de ce que nous appelons l’invention des routines : construire des invariants qui sont mobilisés au cours de l’action quotidienne, sans mettre entre parenthèses totalement la possibilité d’inventer de nouvelles versions de ces invariants. L’action quotidienne, comme le dit Yves Clot, peut conduire à consolider ou à développer lesdits invariants. Dans le vocabulaire de Canguilhem, on dira que le sujet invente des mécanismes qu’il peaufine au fil du temps, voire qu’il révoque totalement s’il découvre qu’ils ne sont plus pertinents. Et une part importante de son activité inventive tourne autour de la création, du développement et des ajustements de ses routines.

17Nous élargissons ces réflexions en dehors du champ du travail salarié, car cela nous semble fécond. Dans la conjoncture particulière que nous avons mentionnée, où l’individu se trouve mis en tension, voire déchiré entre des temporalités hétérogènes, l’invention de routines qui simplifient la gestion du temps est devenue une activité stratégique. Ce qui nous frappe, en effet, dans les enquêtes qualitatives, est que les personnes interrogées sont plus prolixes, quant aux outils qu’elles se sont forgés, lorsqu’elles évoquent les situations où l’accumulation de contraintes temporelles est la plus forte. C’est lorsqu’elles sont en passe d’être dépossédées de leur maîtrise du temps qu’elles se réaffirment comme sujets de leurs routines et qu’elles décrivent longuement les inventions qu’elles ont élaborées pour ce faire.

18L’invention des routines est bien plus qu’une « manière morne de réagir à des excitations habituelles ». Dans la mesure où les temporalités sociales se sont considérablement complexifiées, depuis une cinquantaine d’années, « l’individu hypermoderne, pour citer François Ascher, est de plus en plus souvent confronté au temps » [2004]. Le temps ne va plus de soi : il fait face au sujet qui doit y réagir d’une manière consciente et réflexive. C’est cette activité réflexive d’invention de routines qui permettent de regagner de la maîtrise sur son temps dont nous voulons faire état dans ce papier.

Un lieu d’observation : les routines quotidiennes et la mobilité un jour travaillé

19Il serait, évidemment, opportun d’examiner cette question à propos de la gestion de la vie quotidienne à différents horizons de temps. De fait, comme l’a souligné Séverine Febvre [De Coninck et Febvre, 2010], la simple interrogation des individus quant à leur programme d’activité hebdomadaire fait émerger leurs stratégies à des horizons de temps beaucoup plus vastes : le mois, l’année, voire même des projets pluriannuels.

20Mais il faut restreindre, dans l’espace de ce papier, notre champ d’investigation et, s’agissant de routines, les phénomènes observables sur le pas de temps d’une journée sont la meilleure voie d’entrée. Et la mobilité quotidienne reste, à ce propos, un lieu de construction central de ces routines : que ce soit la mobilité dans le travail, dans les liens domicile-travail, en dehors du travail, ou les recouvrements travail-hors travail, au travers de l’usage des technologies de l'information et de la communication sur lesquelles s’appuie, de plus en plus, la construction de ces routines.

21Les temporalités professionnelles restent, par ailleurs, le cas le plus robuste de temps contraint, de temps hétéronome. Il existe d’autres cas : les horaires scolaires, pour les parents de jeunes enfants, les horaires d’ouverture des commerces et des services publics, ou, sur un mode mineur, les rendez-vous médicaux, les horaires de livraison et, sur un autre mode encore, les heures de pointe. Mais si l’on veut observer ce qu’il en est des oppositions sociales qui se structurent autour des routines, le meilleur poste d’observation reste une journée travaillée, lorsque la rigidité et la complexité des horaires de travail viennent percuter les contraintes des autres horaires. C’est sur ce cas : la construction des routines correspondant à un jour travaillé, que nous nous focaliserons.

22Comment, dès lors, les individus et les familles construisent-ils des routines, afin de garder ou de regagner, une maîtrise sur leur temps ? C’est ce dont nous allons rendre compte à présent, en restituant les résultats d’une enquête qualitative sur l’organisation temporelle d’une journée travaillée (encadré).

Description du protocole d’enquête

L’enquête à laquelle nous faisons référence n’avait pas pour objet essentiel d’observer des « routines ». C’est l’analyse des résultats qui a conduit à travailler sur cette notion.
L’objet de l’enquête était de rendre compte des recouvrements (notamment au travers de l’usage de moyens de télécommunication divers) des activités familiales et des activités professionnelles au cours d’une journée travaillée.
La méthodologie employée consistait à demander aux personnes de « raconter » leur dernière journée travaillée, depuis le moment du départ de leur domicile jusqu’à leur retour. Les questions de relance portaient sur l’usage du téléphone ou d’Internet pendant les différents moments (transport, pauses, phases de travail, déplacements supplémentaires par rapport au simple domicile-travail, etc.).
50 entretiens semi-directifs ont été réalisés, auprès des personnes exerçant une activité professionnelle rémunérée, dans trois régions françaises : Ile-de-France, Centre, Provence-Alpes-Côte d’Azur.
L’échantillon a été stratifié de manière à avoir une variété des situations aussi grande que possible suivant les critères suivants : âge, sexe, situation matrimoniale (vivant seul ou en couple), situation familiale (présence ou non d’enfants, enfants de 10 ans ou moins, enfants en dessous de 18 ans), CSP ; horaires de travail (standard, décalés, plein-temps ou temps partiel) ; localisation par rapport à la ville-centre (centre, périphérie, périurbain), modes de transports utilisés pour se rendre à son travail (voiture, transport en commun, etc.).
Nous avons mené à bien cette enquête de concert avec Leslie Belton-Chevallier et Marie-Hélène Massot.

Des routines assez simples pour préserver du temps pour soi

23Ce que l’on collecte, dans les entretiens, est, d’abord, l’évocation de petits « trucs » de petites habitudes assez simples qui permettent, aux individus, de préserver des temps où ils sont à l’abri d’autres temporalités : celles de la famille, des collègues, ou encore des normes et règlements professionnels.

24Un responsable de production, père de famille, travaillant dans une imprimerie avec beaucoup de travail d’interface entre les clients et les ateliers pendant sa journée, nous raconte, par exemple, sa manière d’aller au travail :

« Le matin je suis dans la lune […] J’aime bien être tranquille […] J’aime bien prendre mon temps le matin […] Je ne regarde mes mails qu’en arrivant au travail, mais, en attendant, j’essaye de prendre du recul avec tout ça ».

25Il s’aménage un temps de latence entre son domicile et son travail où il s’autorise à « n’y être pour personne » ou, comme il le dit, à être « dans la lune ». On relèvera que, alors même que notre questionnement porte d’abord sur la dernière journée travaillée, il généralise spontanément. Il fait cela « le matin ». On imagine que cela signifie : toujours sauf exception. Il ne précise pas la régularité exacte de cette stratégie. Mais c’est néanmoins une routine : un acte répétitif, qu’il insère à ce moment, dans son emploi du temps, pour avoir plus de confort.

26À l’autre bout de la journée, une jeune femme, vivant en couple, sans enfant à charge, raconte comment elle retrouve son conjoint :

« Je fais un détour systématiquement. Pour souffler, faire les boutiques et puis je vais au magasin aussi voir mon mari ».

27Là encore, le mot « systématiquement » mérite d’être souligné. L’idée de « souffler » à la fin de la journée de travail s’explique notamment du fait du travail assez tendu qu’elle effectue : elle est agent de recouvrement ce qui la conduit à avoir nombre de conversations tendues au fil de la journée. Elle n’envisage donc pas de rentrer directement chez elle, mais sa manière de rentrer indirectement est assez routinière. C’est, manifestement, un dispositif qu’elle a rôdé et qui lui convient.

28Une autre femme ouvrière travaillant à la chaîne explique, pour sa part, qu’elle ne veut pas se mettre au travail dès qu’elle arrive. Dans la mesure où elle a un travail posté, cela suppose pour elle d’arriver en avance :

« J'aime bien arriver en avance. Boire un café, fumer une petite cigarette avant de commencer à travailler. Je n'aime pas arriver et aller directement sur mon poste. C’est l'occasion de discuter avec les collègues et puis aussi de s'échanger les consignes avec l'équipe de nuit, les pannes, les problèmes qu'il y a eu ».

29Dans cette citation c’est l’opposition « j’aime bien » / « je n’aime pas » qui nous frappe. Cette pratique qu’elle a développée rejoint une attitude très profonde qui lui permet de rentrer dans son travail d’une manière qui lui convient.

30Un cadre nous décrit un voyage professionnel qu’il a fait la semaine précédant l’entretien. Il avait trois heures de TGV dans chaque sens pour effectuer ce voyage. À l’aller, il a travaillé sur ses dossiers et préparé sa réunion. Au retour, il a recommencé à travailler sur son ordinateur portable. Mais à partir de 20 heures, la logique a changé et, une fois de plus, il ne décrit pas cela comme une inspiration subite qu’il a mise en œuvre, mais comme une pratique régulière mûrement réfléchie. Il lui paraît « normal » de s’arrêter de travailler à 20 heures :

« En revenant, le soir, je regarde des DVD ou des DIVX. Quand je sors de rendez-vous et qu’il est tard, je n’ai pas envie de bosser non plus, je mets mes écouteurs et je regarde un film, à partir de 20h je me considère un peu chez moi… je ne culpabilise pas de regarder des films ».

31Il prévoit donc son stock de DVD avant de partir en déplacement, sachant qu’il basculera du mode travail au mode loisirs à l’heure prévue.

32On peut se demander, dans ces quatre exemples, pourquoi les personnes interrogées insistent aussi spontanément sur la régularité des pratiques qu’elles évoquent. Quiconque a mené à bien ce type d’entretien, sait que la difficulté est, précisément, de faire venir dans la conversation des événements singuliers. Il faut insister, relancer, en demandant comment les choses se sont passées « ce jour-là, à ce moment-là ». Mais les individus reviennent très vite à ces routines qui, manifestement, leur servent de cadre et de repère de base : c’est sur la base de ces routines qu’ils construisent leur activité en temps réel et que, le cas échéant, ils improvisent ou s’éloignent du schéma standard.

  • 4 Ce n’est pas le lieu de multiplier les références théoriques. Signalons simplement que notre mentio (...)

33On peut, légitimement, parler de grammaires d’action : tout comme dans l’usage du langage, les individus se réfèrent à des normes dont ils jouent ensuite. Les figures de style qui consistent à naviguer à la frontière des règles de grammaire, à employer un mot pour un autre, à tirer le sens d’un mot loin de son sens premier, à jouer sur les inversions, n’ont pas de force en dehors des règles qu’elles détournent. Il en va de même pour les séquences d’activité quotidiennes : les individus improvisent, mais sur la base d’une trame à laquelle ils tiennent4.

34Cette trame est structurée par des contraintes sociales : des horaires de travail, des heures « normales » de travail, mais pas seulement. En tout état de cause, on voit bien, dans les quatre exemples ci-dessus, que les individus se revendiquent comme sujets de leurs normes et que ces petites inventions leur importent pour naviguer à l’aise dans la temporalité quotidienne.

35Ce que nous observons ici ne correspond pas à des contraintes temporelles aiguës. Malgré cela, on voit, dans tous les cas, que les individus tiennent à ces dispositifs qui occupent, dans certains cas, très peu de temps, dans leur journée, mais qui leur permettent de mettre à distance la temporalité du travail, avec ses contraintes et ses tensions. Il est probable que c’est le poids de ces contraintes qui conduit à routiniser ces dispositifs : les individus cherchent une arme efficace pour faire face à ce poids et ils ont besoin de l’affiner pour trouver une parade convenable. Le cadre précise qu’il ne « culpabilise pas », ce qui implique qu’il pourrait le faire. Le chef de production dans l’imprimerie et la dame qui travaille pour une société de recouvrement usent des moments de distraction ou de détour, pour évacuer les aspects difficiles de leur travail. C’est quelque chose qui ne se passe pas tout seul et il faut inventer une procédure qui le permet. Celle qui travaille à la chaîne a besoin d’un temps de discussion ouvert avec ses collègues, avant d’être soumise au rythme des machines et du bureau des méthodes. Il y a le temps du travail et le contretemps du temps pour soi et les routines se construisent à l’articulation de ces deux temps.

36Ces constructions qui font face à un seul type de temporalités constituent des cas relativement simples, qui nous permettent d’analyser, ensuite, des cas plus complexes.

Des routines pour faire face à des tensions entre des temporalités contradictoires

37Lorsque les contraintes s’accumulent, les routines deviennent plus élaborées, mais elles ne sont pas la simple déclinaison de ces contraintes dans la vie quotidienne : elles sont, au contraire, ce qui permet de vivre avec ces contraintes et d’y échapper en partie. C’est la volonté de regagner de la marge d’action et du confort qui conduit à inventer des routines.

38Lorsque les horaires des différents membres du ménage ne coïncident pas, lorsque la prise en charge des enfants impose des contraintes particulières, lorsque les horaires de travail conduisent à vivre décalé des rythmes sociaux dominants, en bref lorsque l’harmonisation horaire entre vie de famille et vie au travail ne se produit pas simplement, on voit émerger des routines parfois assez élaborées et qui mettent souvent en œuvre des outils techniques divers.

39Une pratique, souvent rapportée, dans les entretiens, est de tirer profit d’un décalage des horaires de travail des deux conjoints, ou de le provoquer, afin que l’un prenne en charge l’accompagnement des enfants le matin et l’autre le soir. En cas d’horaires postés, il faut construire des arrangements plus complexes, comme le rapporte cette ouvrière qui travaille en 2x8 :

« J’emmène le dernier [7 ans] à l’école le matin quand je suis de l’après-midi, sinon c’est son père qui l’emmène chez la nounou. Moi, je vais le chercher le soir ».

40Ces arrangements peuvent conduire à des situations tendues lorsque les marges de manœuvre temporelles sont serrées. Un professionnel de maintenance travaillant à l’aéroport de Roissy-en-France doit aller chercher ses enfants à l’école, en fin d’après-midi, lorsque sa femme, hôtesse de l’air sur des vols internationaux, est en déplacement. Les déplacements de son épouse étant programmés assez longtemps à l’avance, il peut s’inscrire lui-même sur des plages horaires relativement matinales. Mais il n’en reste pas moins qu’il habite a plus de 50 kilomètres de son lieu de travail, sur des routes potentiellement encombrées. Voici ce qu’il nous dit :

« A 15 heures je pars de Roissy en France. Avant de partir, je regarde sur Sytadin l’état du trafic. Si tout est rouge, je passe par la Francilienne. Il y a 20 km de plus. Mais si je sais que je dois aller chercher les enfants à l’école … Je peux toujours téléphoner à un voisin, mais les jokers il faut les garder pour quand vraiment ça va mal. Il ne faut pas trop demander aux amis non plus »

41La routine mise en place enchaîne trois éléments : travailler à des horaires précoces, puis regarder sur Internet quelles sont les routes encombrées et opter pour un trajet ou pour l’autre en fonction de l’état du travail et, finalement, se réserver la possibilité de téléphoner aux voisins s’il est hors délai. Il qualifie lui-même ce dernier élément de « joker » : c’est quelque chose qui a été entendu d’avance avec les voisins, mais dont il est entendu que cela ne doit servir que de temps en temps. Ce « joker » est un mélange d’outillage technique (téléphone portable) et d’outillage social (arrangement avec quelqu’un d’autre). Il est clair qu’il est le fruit d’une construction progressive et élaborée, résultant d’ajustements progressifs et d’améliorations continuelles.

42L’usage du téléphone portable, en cas d’empêchement majeur, n’est jamais spontané lorsque les enfants sont en jeu. Il résulte toujours d’une entente préalable et il s’accompagne systématiquement de précautions diverses afin que ce recours soit le moins fréquent possible. Un père divorcé, ayant la garde alternée de ses enfants, dit qu’il peut demander à la nounou de prolonger la garde de ses enfants d’une heure, mais que ça ne lui est arrivé que deux fois depuis un an. Une conductrice de bus détaille devant nous les recours qu’elle a, si elle a pris du retard dans son travail à cause des conditions de circulation pour terminer par : « jusqu’à maintenant ça ne m’est jamais arrivé ». Mais si cela arrivait, tout est en place.

43Lorsque les enfants sont plus âgés, les contraintes sont moins sensibles, mais beaucoup de mères de famille tiennent à pouvoir rester accessibles, pour leurs enfants, s’ils rencontrent une difficulté quelconque dans la journée. La différence homme/femme est d’ailleurs, extrêmement forte dans ce domaine. Les hommes coupent les communications avec leurs grands enfants lorsqu’ils sont au travail et ne s’attendent à être dérangés que pour une question « grave » (c’est souvent le mot qui revient). Les femmes, au contraire, cherchent à maintenir le lien, en s’autorisant des petites coupures dans leur temps de travail, pour rester accessibles.

44Une femme, vendeuse en charcuterie dans un supermarché, n’a pas le droit d’avoir son téléphone portable sur elle lorsqu’elle est en rayon. Elle le garde donc dans son vêtement, en salle de pause, et va le consulter dès qu’elle le peut. Et même, dit-elle, elle enfreint le règlement lorsque son fils est malade : transgression mesurée qu’elle s’autorise dans des cas qu’elle considère comme exceptionnels.

45Une autre mère de famille, responsable administrative dans une grosse organisation, a mis en place plusieurs canaux de communication qu’elle distingue les uns des autres :

En voiture « le téléphone portable est près du levier de vitesse ! Je regarde qui appelle. Si c’est les enfants, je décroche, sinon non. Mais, dans ce cas, j’appelle du parking (elle a un trajet de 15 minutes) ». Ses enfants l’appellent à plusieurs reprises dans la journée. « Ils appellent pendant la récréation. Ma fille appelle souvent pendant que je mange (sa fille mange à la maison) et je n’aime pas trop ça. Je lui dis : je suis en train de manger, je te rappelle après. En général ma fille essaye d’abord sur MSN et si je ne réponds pas elle téléphone ». Elle laisse donc MSN ouvert en permanence sur son ordinateur. Elle communique facilement avec ses enfants par ce moyen qui ne dérange pas trop et qui n’est pas trop visible.

Mais si son téléphone portable sonne (elle a, par ailleurs, une ligne fixe dans son bureau), « la première chose à laquelle je pense, c’est à mes enfants. J’assimile mon téléphone personnel à mes enfants. Les gens qui ont mon numéro savent que je travaille et ils m’appellent le soir sauf urgence. Donc les seuls qui appellent en journée ce sont mes enfants. Dans ce cas je décroche même s’il y a quelqu’un dans le bureau ».

46Cette pratique, on le voit, suppose des hiérarchisations multiples dans ses communications : dans sa voiture, au bureau, pendant ses pauses, elle construit de la distance pour certains, permet à d’autres de la joindre, mais fixe des limites malgré tout. La facilité avec laquelle elle raconte l’enchâssement de ces différents dispositifs est frappante. La situation créée par l’entretien y est propice, évidemment, mais les éléments se mettent en place sans difficulté dans son discours : il s’agit, manifestement, d’une collection de « trucs » longuement rôdée par la pratique.

47Les horaires de travail décalés ou éclatés appellent une mobilisation spécifique afin de garder le contact avec ses relations. Il est difficile de les appeler lorsqu’on sort du travail : eux-mêmes sont en train de travailler ; et vice-versa. Il est difficile de se donner rendez-vous ou de sortir ensemble pour les mêmes raisons. Du coup, la solution est d’insérer pendant les temps morts des appels téléphoniques soutenus. La conductrice de bus dont nous parlions ci-dessus profite des pauses, au milieu de ses journées de travail, pour s’installer dans son bus confortablement, et entamer de longues conversations avec ses amies, sa mère, sa sœur. Comme elle l’explicite elle-même : « c’est le téléphone qui a pris la place du relationnel ».

48Une autre personne interrogée travaille de nuit dans un centre d’appel d’urgence. Elle a de nombreux temps morts dans son activité. Son conjoint travaille en 2x8 de sorte que, lorsqu’il est d’après-midi, elle part travailler avant qu’il ne rentre. Du coup ils s’appellent et parlent comme s’ils se retrouvaient à leur domicile :

« Mon ami me raconte sa journée et me demande comment s’est passée la mienne. On fait le point, sur ce qu’il peut encore avoir à faire. Des fois on planifie aussi la journée du lendemain, car des fois on se quitte la veille suivant qu’il est du matin ou de l’après-midi, on se croise le lendemain. On s’appelle plusieurs fois dans les 12h, on s’appelle souvent ! En plus on est en illimité entre nos deux portables donc je ne vous raconte pas ! »

49Toutes les personnes vivant en couple ont construit des routines de coordination et d’échange, au fil de la journée. Celles qui ont entamé leur vie de couple bien avant l’invention des téléphones portables ont souvent gardé l’habitude de se concerter le matin et de ne se recontacter qu’en cas d’évolution majeure. Les autres s’appellent plus ou moins souvent, en fonction des possibilités qu’ils ont de communiquer de vive voix. Les deux exemples extrêmes que nous venons de citer montrent que ceux qui sont isolés, géographiquement ou temporellement, mobilisent beaucoup les outils de communication à distance. Les couples qui rentrent chez eux dans des plages horaires proches recourent davantage à de courts appels au moment où ils partent de leur travail pour se tenir l’un l’autre au courant et régler, éventuellement, le passage chez le boulanger ou chez un autre commerçant alimentaire, sur le chemin du domicile. Les rendez-vous téléphoniques routiniers sont adaptés aux contraintes qui font obstacle aux communications aisées. L’augmentation des obstacles induit une inflation des routines.

Conclusion : l’invention des routines pour faire face à la complexité des temps sociaux

50On se trouve bien, avec ces routines, face à des formes d’action répétitives qui, pour suivre l’argument d’Yves Clot, ne sont pas de pures répétitions. Ces routines évoluent, se peaufinent au fil des jours, se transforment si un événement vient les mettre en question. Elles sont élaborées par les individus ou les ménages pour venir à bout d’une tension temporelle. Ces inventions sont donc susceptibles d’évoluer rapidement si la situation change. Lorsque les enfants s’autonomisent, lorsque le travail change, lorsque la situation familiale évolue (quand le couple se sépare, par exemple), de nouvelles routines sont à inventer.

51Elles ne sont pas non plus le produit de routines macro-sociales. Chacun des récits que nous avons rapportés possède sa singularité. Les tensions à surmonter diffèrent d’un ménage à l’autre. Les grandes logiques qui construisent ces tensions sont assez largement communes (divergence des horaires de travail, multiplication des horaires atypiques, bi-activité des couples, prise en charge des enfants en bas âge, éloignement des différents lieux de vie, etc.). Mais les configurations qu’elles produisent sont propres à chaque ménage et chaque ménage, voire chaque personne dans le ménage invente les routines ad hoc qui lui permettent de gérer ces tensions.

52On observe donc des routines individualisées et souples, mais il n’en reste pas moins que le caractère répétitif de ces petits dispositifs est frappant. Alors même que les outils de communication sont réputés pour leur souplesse et, notamment, pour la souplesse d’adaptation qu’ils permettent, on s’aperçoit que les individus les manient de manière relativement constante. On peut faire la même remarque à propos de la voiture. Les arrangements sociaux, les rendez-vous, les trajets suivis, les détours, les moments de communication, les outils utilisés, obéissent à des schémas réguliers, à partir du moment où deux temporalités (au moins) se heurtent. Cette stratégie de la routine procure, manifestement, un confort d’action appréciable et apprécié par la plupart des personnes.

53La norme, pour reprendre le vocabulaire de Canguilhem, n’est pas l’ennemie de la vie, elle en est le support. Mais « tout homme veut être sujet de ses normes » et les routines contemporaines en donnent de nombreux exemples. Maintenant, les situations que nous avons rapportées montrent-elles réellement des individus « sujets de leurs normes » ? N’y a-t-il pas une persistance du « métro, boulot, dodo » ? Assurément, les individus restent lourdement dépendants de leurs horaires de travail et le contrat salarial reste un rapport de subordination, sans l’ombre d’un doute. Mais il est clair que l’on n’est plus dans une société fordienne. Ce n’est plus l’homogénéité des horaires qui est problématique, mais sa variation : les horaires éclatés et décalés mettent les individus sous pression ; la divergence des horaires de travail entre les membres d’une même famille se transforme rapidement en difficulté importante ; la bi-activité (rappelons que la société fordienne était une société où le salariat féminin était peu fréquent) pose la question de l’articulation des temps sociaux entre conjoints, entre parents et enfants et entre des enfants relevant d’institutions de prise en charge différentes. Le passage du « boulot » au « dodo » doit être finement organisé et ne va plus de soi. Le « métro » environné d’outils de communication prend, par ailleurs, un autre sens.

54L’évidence est que les ménages ne routinisent plus en se laissant porter par des temporalités sociales structurantes mais qu’ils routinisent pour lutter contre des temporalités sociales déstructurantes. L’argument de François Ascher [2004] est tout à fait pertinent : la construction des routines devient de plus en plus réflexive et inventive parce que les individus sont de plus en plus souvent « confrontés au temps ». Dans une société où le temps ne va plus de soi, les individus et les ménages reconstruisent un temps à eux, en inventant, en solidifiant, en faisant évoluer, en mobilisant au quotidien, des routines.

Haut de page

Bibliographie

ASCHER F. (2004), « Le futur au quotidien, De la fin des routines à l’individualisation des espaces-temps quotidiens », in L’individu hypermoderne, Aubert N., (dir.), Paris, Erès, pp. 273-290.

BÉGUIN P., CLOT Y. (2004), « L’action située dans le développement de l’activité », Activités, n° 2, pp. 35-49.

CANGUILHEM G. (1947), « Milieu et normes de l’homme au travail », Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol 3, pp. 120-136.

CANGUILHEM G. (1952), « Machine et organisme », in, La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 198 p.

Clot Y. (2002), « Clinique de l’activité et répétition », Cliniques méditerranéennes, n° 2, pp. 31-53.

CLOT Y. (2004), « Action et connaissance en clinique de l’activité », Activités, n° 1, pp. 23-33.

CONEIN B. (1998), « La notion de routine : problème de définition », Sociologie du travail, n° 4, pp. 479-489.

DE CERTEAU M. (1980), L’invention du quotidien, tome I, Arts de faire, Paris, 10-18, 347 p.

DE CONINCK F., FEBVRE S. (2010), « La programmation à des horizons de temps différents », in Marie-Hélène Massot, dir., Mobilités et modes de vie métropolitains, Paris, L’œil d’or, pp. 217-232.

DETIENNE M., VERNANT J.-P. (1974), Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 316 p. dans l’édition de poche.

DUBUISSON S. (1998), « Regard d’un sociologue sur la notion de routine dans la théorie évolutionniste », Sociologie du travail, n° 4, pp. 491-502.

FRIEDMANN G. (1946), Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard, 424 p.

RICOEUR P. (1986), Du texte à l’action, Essais d’herméneutique II, Paris, Seuil, 416 p.

SCHWINT D. (2005), « La routine dans le travail de l’artisan », Ethnologie française, n° 3, pp. 521-529.

WEBER M. (1971), Économie et Société, trad. franç., Paris, Plon, 820 p. en deux tomes dans l’édition de poche.

Haut de page

Notes

1 Selon le site Wikipedia

2 p. 135.

3 Cette conférence a été publiée, ensuite, en 1952, dans le recueil : La connaissance de la vie.

4 Ce n’est pas le lieu de multiplier les références théoriques. Signalons simplement que notre mention des grammaires d’action doit quelque chose à notre lecture de Paul Ricœur et de ses Essais d’herméneutique II, qui s’intitulent Du texte à l’action [Ricœur, 1986]. Mentionnons cette phrase dans la ligne que nous développons ici : « En introduisant la notion de norme ou de règle, nous ne mettons pas nécessairement l’accent sur le caractère de contrainte, voire de répression, que certains y attachent » (p. 244). Pierre Tripier [2009] a, par ailleurs, remarquablement restitué la manière dont un déficit de grammaire d’action a conduit une compagnie de pompiers à échouer dans la prise en charge d’un feu de forêt. Un déficit de routines articulées peut conduire à perdre pied dans une situation complexe et tendue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric de Coninck, « L’invention des routines », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/1-2 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/5951 ; DOI : 10.4000/eps.5951

Haut de page

Auteur

Frédéric de Coninck

Directeur de recherches
Université Paris Est
ENPC-LVMT
frederic.deconinck@univ-paris-est.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org