Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Deepa V., Mohan Rao, Rama Baru, Ramila Bisht, Sarojini N., Susan Fairly Murray, Sourcing Surrogates. Actors, Agencies and Networks

Zubaan Publishing Services, Delhi, 2013, 98 pages
Alain Vaguet
Référence(s) :

Deepa V., Mohan Rao, Rama Baru, Ramila Bisht, Sarojini N., Susan Fairly Murray : Sourcing Surrogates. Actors, Agencies and Networks, Zubaan Publishing Services, Delhi, 2013, 98 pages

Texte intégral

1Ce livre de petit format (98 pages) mais de grande actualité, rend compte d’une recherche collective, menée par des collègues de sciences sociales, pour la plupart membres du Département de Médecine Sociale de l’Université Nehru (Delhi). Ils contribuent à éclairer des faits plus souvent fantasmés que documentés : la Gestation Pour Autrui (GPA) ou autrement dit, les « mères porteuses » et les techniques de Procréation Médicalement Assistée (PMA), en Union Indienne.

2Ces techniques, actuellement en pleine croissance en Inde, ont souvent été perçues, dans les divers pays, au travers de polémiques réductrices : pour ou contre l’autorisation de la gestation pour un tiers. La loi française, pour l’instant favorable à la PMA mais hostile à la GPA, connaît actuellement des débats, suscités par l’autorisation du « mariage homosexuel », dont une grande partie des opposants craignait qu’il ne débouche rapidement sur une possibilité d’accès des homosexuels à la parentalité. Dans le même temps, comme chacun le sait, des pays voisins (Grande-Bretagne, Belgique, Danemark) autorisent ces techniques, suscitant des flux de personnes à la recherche de lois moins contraignantes.

3Parfois, ces flux atteignent l’Asie et cela concerne particulièrement l’Union Indienne dans la mesure où celle-ci, comme souvent, offre des prix extrêmement bas. La comparaison des coûts montre un différentiel immense : une Fécondation In Vitro revient environ à 400 euros par cycle en Inde, contre 4 000 aux États-Unis, la gestation pour un tiers 6 à 8 000 euros contre 80 000 ! Ces prix cassés attirent la demande mais paradoxalement surtout celle des ressortissants des pays à législation plutôt favorable, comme le Royaume Uni et la Californie (USA), autrement dit, ni la France, ni l’Italie, par crainte des difficultés juridiques au retour de l’enfant dans son pays.

4Le grand mérite des collègues indiens est d’avoir extrait leur problématique des multiples connotations morales, religieuses et juridiques étroitement nationales, associées à ces techniques. Tout à l’inverse, ils ont axé leurs enquêtes sur les pratiques en cours. Celles-ci placent leur pays au coeur de l’émergence d’un véritable « marché des corps mondialisés ». En effet, l’offre indienne, comme elle l’a déjà fait pour les médicaments génériques, s’organise pour répondre tant bien que mal à la demande intérieure mais ce faisant, compte tenu de la masse de la population et des bas salaires, elle modifie la donne dans le reste du monde ! D’autres auteurs ont déjà documenté les spécificités de ces pratiques dans les espaces moyens - orientaux (M.C. Inhorn) mais en Inde, il faut bien comprendre que se mettent en place des mécanismes de plus grande ampleur qui contribuent grandement à construire, à tort ou à raison, un début de globalité sanitaire.

5Pour l’instant, le quasi vide juridique local rend possible beaucoup de montages à but commerciaux qui suscitent des risques d’exploitation de la masse des femmes pauvres. Par ailleurs, on sait déjà que la loi, à elle seule, ne suffit pas toujours à endiguer des pratiques interdites, comme le diagnostique prénatal du sexe des foetus mais tout de même, les acteurs principaux redoutent qu’une loi ne vienne, un jour, ruiner leurs affaires. De fait, l’avènement rapide des techniques médicales a ouvert des perspectives aux nombreux couples indiens sans descendance. Ces nouveautés ont d’ailleurs été appropriées extrêmement vite : En 1978, naissance du premier « bébé éprouvette » en Allemagne, 1982 : le Gouvernement indien sponsorise l’Intitute for Research on In Vitro Fertilisation à Bombay, lieu où naquit le premier « bébé éprouvette » en 1986. En 2005, les estimations officielles dénombraient 250 cliniques spécialisées dans les FIV, en 2013 : 600. Lorsque les premiers spécialistes formés à l’étranger ont commencé à proposer des FIV et éventuellement des mères de substitution, ils ont d’abord répondu à une importante demande endogène de couples qui, pour des raisons de pression sociale, ne pouvaient se satisfaire d’une adoption. Même si les auteurs mettent en garde contre une interprétation trop rapidement associée aux questions de castes ; culturellement ces pratiques connaissent une bonne acceptation sociale mais il convient pour ces couples, comme au Moyen Orient, que l’enfant à naître soit lié génétiquement à au moins l’un des parents.

6Compte tenu de la taille de la population indienne, la réponse à ce besoin assez spécifique a rapidement constitué un éventail de cliniques mis en place selon un modèle de diffusion assez original. Autrement dit, pas partout en même temps, preuve s’il en était besoin, du hiatus entre une Inde septentrionale à forte fécondité et une Inde méridionale déjà entrée dans le processus de vieillissement. Il est donc significatif de souligner que tout a donc commencé dans les grands centres métropolitains connectés à l’international, comme on pouvait s’y attendre mais surtout au Nord de l’Inde, où le patriarcat pèse le plus, là où l’absence de descendance est vraisemblablement la plus insupportable socialement. Plus tard, ces nouvelles offres de soins se sont développées au centre de l’Inde, à Hyderabad et de là vers le sud.

7Une fois l’offre démultipliée, des pionniers ont aussitôt entrevu la possibilité de capter la demande étrangère. Les auteurs soulignent bien l’effet accélérateur du « tourisme médical », celui-ci étant officiellement promu par les pouvoirs publics. Ainsi s’est donc mis en place une réponse à un besoin local, qui pouvait à l’occasion intéresser le global, au risque de la commercialisation du corps des femmes les plus déshéritées. Le potentiel des candidates mères-porteuses se révèle immense. Les parents intéressés par ce service peuvent s’adresser à des membres de leur famille ou recruter eux-mêmes la mère porteuse, ils payent alors environ 1 000 euros mais les chiffres montent (6 à 7 fois plus) si des intermédiaires mettent en contact l’offre et la demande. Toucher environ 6 000 euros, pour une famille qui vit sous le seuil de pauvreté, revient à pouvoir détenir une somme que ces personnes démunies n’ont jamais imaginé posséder. Cette situation ambiguë a bien suscité quelques articles journalistiques mais au total, les connaissances sur le sujet sont restées limitées et les questions encore nombreuses. C’est dire combien l’éclairage proposé par l’équipe de JNU semble précieux. Qui plus est, l’organisation de cette recherche dans divers sites en Inde a permis de révéler une sorte de géographie de la construction de cette nouvelle offre.

8En conclusion, cette publication témoigne d’un premier travail qui dégrossit les connaissances et positionne la problématique des mères porteuses comme une demande intérieure, au départ assez limitée mais qui montre désormais un potentiel transfrontalier considérable.

9Du point de vue académique, ces pratiques médicales offrent des perspectives de recherche, à la fois dans le champ de ceux qui explorent les liens mondialisation/ santé mais aussi aux chercheurs engagés dans la perspective des études de genre. Le monde de la santé constitue, en effet, un excellent observatoire de la mondialisation, surtout si on se préoccupe de situer les techniques de procréations assistées dans ce qui s’est déroulé en Union Indienne ces dernières décennies, où la libéralisation et la mondialisation ont conjugué leurs efforts pour accélérer une transition fulgurante de l’offre hospitalière.

10Du paysage d’inégalités sanitaires, de commercialisation des corps ou de portions de corps que l’on peut acheter ou louer à distance, se dégage un tableau tragique, bien exposé et nuancé par les auteurs de l’ouvrage. Des camps de santé pour les couples locaux aux hôtels de luxe pour les étrangers, le paysage d’injustice se trouve largement renforcé par le fait que les victimes soient toutes exclusivement des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Vaguet, « Deepa V., Mohan Rao, Rama Baru, Ramila Bisht, Sarojini N., Susan Fairly Murray, Sourcing Surrogates. Actors, Agencies and Networks », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5910

Haut de page

Auteur

Alain Vaguet

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org