Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Christophe Imbert, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau, Matthieu Giroud, D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen

Armand Colin, collection « Recherches », 2014, 487 pages
Karine Duplan
Référence(s) :

Christophe Imbert, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau, Matthieu Giroud (dir.), D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen, Armand Colin, collection « Recherches », 2014, 487 p., ISBN : 978-2-200-28920-1

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une lecture riche et stimulante des questions de mobilité inter et intra-urbaines à l’échelle européenne. Á partir d’une enquête menée à Lisbonne dans le cadre du projet « Mobilités entre métropoles européennes et reconfigurations des espaces de vie » (MEREV), financé par l’ANR, il révèle de façon éclairante les relations entre circulations internationales, pratiques urbaines et représentations des espaces de vie des personnes circulantes. Dirigé par des géographes de l’équipe de Migrinter, cet épais volume présenté en trois parties s’inscrit d’emblée dans une approche globale articulant les différentes échelles spatio-temporelles de mobilités qui forment système tout en intégrant la dimension biographique des expériences individuelles. Par la mise en œuvre d’une démarche compréhensive et dans un effort louable de mise en dialogue entre matériau empirique, méthode et cadrage théorique et conceptuel, D’une métropole à l’autre renouvelle la circulation en tant qu’objet géographique permettant « d’entrer dans la boîte noire de l’interaction spatiale, c’est-à-dire de pénétrer à l’intérieur des flux » (p.21).

2Dès l’introduction, et tout au long de l’ouvrage, le souci généalogique est présent : les auteurs retracent le contexte conceptuel et institutionnel au sein duquel les questions de mobilités sont pensées et posées. Ils exposent avec force références le changement de paradigme ayant permis le passage d’une géographie des transports et des flux à une géographie des mobilités s’intéressant à l’expérience vécue des individus, à leur espace de vie, à leur habiter. Un grand soin est apporté à cet état de l’art sur la circulation, qui, comme cela est rappelé, n’a jamais été constituée en tant que champ de recherche à part entière. Les auteurs prennent appui sur les (rares) travaux ayant tenté chacun à leur façon une approche globale des mobilités [Dubucs 2009, Dureau 2002, Kaufmann 2008, Stock 2006, Tarrius 1989, Zelinsky 1991] pour définir leur projet visant à « situer la circulation » (p.30) et à la replacer au sein des autres pratiques de mobilité. La mobilité est entendue en tant que processus continu qu’il s’agit de penser en lien avec la configuration d’un espace de vie et l’acquisition d’une position dans le jeu social ; elle est choisie en fonction d’une situation familiale, sociale, professionnelle, au sein de ce que les auteurs définissent comme « situation de mobilité ». La première partie de l’ouvrage détaille les armatures théorique et conceptuelle développées dans les champs des mobilités résidentielles et des mobilités quotidiennes. Elle dresse un état des lieux détaillé des travaux et conditions de production des connaissances sur ces questions tout en y positionnant la recherche dont il est question. Françoise Dureau met au jour la façon dont les liens entre approche biographique et mobilité résidentielle ont ouvert des perspectives pour l’étude de la circulation. Elle souligne l’intérêt d’articuler une approche par les individus et une approche par les lieux fréquentés quant à l’étude des mobilités quotidiennes en prenant notamment appui sur les grandes enquêtes du projet « Métropoles d’Amérique Latine dans la mondialisation » (METAL). Une attention particulière est également accordée aux enjeux de l’observation dans les espaces publics, de façon à mieux saisir la continuité des pratiques spatiales des individus et des groupes et leur mode de coexistence dans l’espace urbain, tout en apportant des éléments de compréhension quant à leur participation à la production des territoires urbains. Le deuxième temps de cet ouvrage se pose comme une partie charnière présentant le double cadre contextuel et méthodologique de l’enquête de terrain. Les auteurs situent Lisbonne par le biais des différents types de circulation qui y prennent place. Les circulations métropolitaines du terrain lisboète sont appréhendées selon une approche globale des mobilités spatiales favorisant l’articulation des différents niveaux géographiques de lieux localisés. Christophe Imbert explicite ensuite la transcription méthodologique de ces positionnements théoriques en détaillant de façon rigoureuse le protocole d’enquête et sa genèse. La troisième et dernière partie s’attache à une riche restitution des résultats de l’enquête lisboète, amplement étayée de nombreux tableaux, figures et récits de parcours d’enquêtés. Les auteurs y caractérisent la variété des pratiques et des espaces-temps des circulations rencontrées par le biais d’une typologie « conçue comme une base pour la formulation des questionnements particuliers » (p.229), qui sera ensuite mise en relation, au gré des différents chapitres, avec les disparités sociales, les trajectoires familiales et résidentielles, la variété des pratiques des lieux fréquentés, le vécu de ces circulations. Les notions de continuum de mobilité et de systèmes de lieux se révèlent centrales dans la compréhension de ces résultats. L’enquête lisboète confirme l’opposition globale entre cadres mobiles et ouvriers sédentaires, bien qu’apportant sur ce sujet de nombreux éclairages plus fins soulignant notamment que la mobilité relève tout autant de réseaux sociaux et familiaux que de l’ancienneté et de l’évolution des pratiques à l’échelle biographique. Hadrien Dubucs invite ainsi à s’intéresser à l’existence de formes particulières de circulation - et non d’intensités de circulation - qui seraient propres à chaque groupe. Matthieu Giroud montre également comment la répartition des activités des circulants entre chacun des lieux qui structurent leur espace de circulation témoigne de la diversité des agencements spatiaux des systèmes d’activités à l’échelle des espaces de vie. De même, le vécu de cette circulation diffère selon les individus et les auteurs avancent l’idée que l’absence d’ancrage spatial contribue à rendre difficilement supportable, voire pénible, une situation de mobilités fréquentes.

  • 1 Voir, entre autres exemples, les travaux de Mirjina Morokvasic.
  • 2 On peut citer les travaux de Yeoh et Khoo ou de Katie Walsh, entre autres exemples.
  • 3 On pense, pêle-mêle, à Saskia Sassen Jonathan Beaverstock, Tim Cresswell…

3Les apports de cet ouvrage sont multiples et à la hauteur de ses ambitions. Ce large panorama des mobilités intègre à sa dimension généalogique nombre de questionnements épistémologiques inhérents. C’est en cela un excellent ouvrage pour quiconque s’intéresse à ces questions, voire souhaite y situer sa position de recherche. L’approche biographique contextuelle proposée par les auteurs relève en outre le défi d’intégrer les différents niveaux de mobilité avec une attention particulière dédiée à l’échelle micro et à l’individu. L’importance accordée au récit du terrain et à sa genèse érige par ailleurs cet ouvrage en exemple concret de réflexivité quant à la production de données, dont la rareté est à souligner. Enfin, tout en proposant un regard autre sur la question des circulations intra-européennes, cet ouvrage brosse un portrait inattendu de Lisbonne, réhabilitant la capitale tout à la fois au sein du système de métropoles européennes et dans les champs des études urbaines et des questions de mobilités. Quelques regrets demeurent toutefois, et ce malgré les brillantes qualités de l’ouvrage. Ainsi, en dépit de ce que le titre laisse à penser, la mise en valeur de Lisbonne au sein des métropoles européennes efface toute donnée comparative avec d’autres capitales faisant partie du projet MEREV. Les pratiques urbaines et les circulations dans l’espace européen auraient pourtant gagnées à être renseignées d’un point de vue plurilocal. Par ailleurs, en travaillant à l’articulation entre pratiques inter et intra-urbaines, l’ouvrage aurait avantageusement mérité d’intégrer les travaux et réflexions menés dans les champs des mobilités et migrations internationales dont les auteurs ne justifient pas l’évincement. La prise en compte d’approches plus répandues dans ce champ aurait sans nul doute contribué à la densité des réflexions menées tout au long de ce travail collectif, telles par exemple celles travaillant à l’intersection entre genre et mobilité1. Il importe également de noter que ces approches sont plus largement développées au sein de la littérature anglophone2, une littérature dont on ne peut que souligner la relative discrétion3.

4Il en reste qu’à l’issue de cette lecture, les nombreuses pistes de recherche ouvertes s’avèrent extrêmement riches et stimulantes. On pense entre autres aux réflexions autour des questions d’appartenance et de citoyenneté ou encore autour de la notion d’échelle et de ses hiérarchies et jeux d’emboitements. On salue au final un ouvrage dense et d’une rigueur irréprochable, qui réussit le défi de repousser les frontières disciplinaires tout en ouvrant de nouvelles perspectives en géographie des mobilités.

Haut de page

Notes

1 Voir, entre autres exemples, les travaux de Mirjina Morokvasic.

2 On peut citer les travaux de Yeoh et Khoo ou de Katie Walsh, entre autres exemples.

3 On pense, pêle-mêle, à Saskia Sassen Jonathan Beaverstock, Tim Cresswell…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Duplan, « Christophe Imbert, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau, Matthieu Giroud, D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/5904

Haut de page

Auteur

Karine Duplan

Doctorante en Géographie
Paris-Sorbonne/ENeC
karineduplan@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org