Navigation – Plan du site
Varia

Femmes africaines immigrées responsables d’association face aux enjeux de citoyenneté et de développement

Entre mimétisme et innovation en Ile de France et dans le Nord Pas-de-Calais
African Immigrant Women Heading Associations who are Facing Citizenship and Development Challenges: between Imitation and Innovation. The French Case
Abdoul Hameth Ba

Résumés

Cet article aborde la question des associations de femmes migrantes originaires des pays de l’Afrique au sud du Sahara en général et de l’Afrique sahélienne en particulier. Les études sur l’évolution du mouvement associatif issu de l’immigration montrent que les hommes sont les pionniers de ce mouvement. Leurs associations ont privilégié des actions de développement territorial en direction des pays d’origine [Daum, 1993 ; Gonin, 1990 ; Quiminal, 1991].
Mais avec la féminisation de l’immigration africaine en France vers le début des années 1980, les femmes migrantes créent à leur tour leurs propres associations et proposent des actions citoyennes (culturelles, sociales) en réponse aux problèmes rencontrés dans les pays d’accueil. Peut-on dire que ces femmes migrantes responsables d’associations innovent dans leur mode d’action par rapport aux hommes ? Par certains aspects, elles ont imité les hommes. Mais sur d’autres registres, on peut considérer qu’elles sont en train d’introduire des nouveautés. C’est notamment le cas dans la composition de leurs associations. En effet, contrairement aux hommes, les associations de femmes sont composées de personnes appartenant à des ethnies diverses et originaires de villages ou pays différents.
C’est en partie en raison de la diversité des profils, des lieux d’origines des membres des associations que les stratégies et les territoires d’intervention, les publics ciblés et les partenaires des associations de femmes migrantes se distinguent de ceux des hommes. Une analyse fine des activités des associations de femmes migrantes permet d’appréhender les nouveaux mécanismes de transformations sociales et spatiales induites par les migrations contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cette contribution aborde la question des associations françaises créées et dirigées par des femmes originaires de l’Afrique au sud du Sahara. Ces africaines immigrées sont devenues progressivement très actives dans le mouvement associatif.

2L’analyse porte plus particulièrement sur les associations présidées par des femmes originaires d’Afrique sahélienne et installées en France. Les études sur les associations de femmes migrantes sont moins nombreuses que celles sur des hommes migrants. En effet, la migration internationale africaine est restée longtemps une affaire d’hommes. Aussi, il n'est pas étonnant de constater l’antériorité et l’abondance des études sur ces derniers. En effet, depuis le milieu des années 1970, c'est-à-dire quinze ans après les premiers flux migratoires des subsahariens vers la France, on note un intérêt certain des chercheurs en sciences sociales et humaines sur le phénomène migratoire africain. Ces publications se sont cantonnées, pour l’essentiel, à traiter les causes, les trajectoires migratoires, les actions et les projets des hommes. Ce n’est qu’à partir du milieu des années 1990 avec Quiminal (1996), M. Tribalat (1995), Poiret(1995), Timera (1997) que commencent les études sur les femmes immigrées, originaires d’Afrique sahélienne. Mais dans les publications de ces auteurs, la question des associations de femmes migrantes occupe une place moindre voire inexistante. Il est plutôt traité des causes des migrations internationales féminines, les problèmes de vie conjugale, d’intégration des femmes à la société française. Plus récemment, les questions liées au niveau de qualification, aux métiers exercés par les femmes migrantes d’origine africaine commencent à être abordées [Dianka 2007].

3Dans cette contribution, nous tenterons de montrer comment les femmes migrantes responsables d’association et originaires de l’Afrique subsaharienne en général et de l’Afrique sahélienne en particulier, se saisissent des enjeux contemporains comme la citoyenneté, le développement au sens large, la solidarité pour introduire des mutations sociales et spatiales dans le pays d’accueil et parfois dans leur pays de départ. Peut-on dire qu’elles sont des vraies actrices intermédiaires des transformations sociales et spatiales au même titre que les hommes immigrés originaire des mêmes pays ?

4Les réponses à ces questions peuvent varier en fonction des critères retenus (sociaux, économiques, politiques) et des spécificités géographiques des régions de départ des migrants. L’étude des actions et des motivations des responsables associatifs issus de l’immigration n’est pas un exercice simple. En effet, le migrant responsable d’une association est à la fois d’ici et d’ailleurs ; il est inscrit mentalement dans plusieurs cultures ; il est connecté à plusieurs réseaux sociaux et pratique des territoires différents dans le même temps. Par ailleurs, le recours à différents outils conceptuels (citoyenneté, frontière, développement, nationalité, identité, …) dont le contenu varie selon les disciplines rend compliquée toute analyse des effets des actions des immigrés leaders d’associatifs (hommes ou femmes) dans le pays d’accueil ou le pays d’origine.

5Notre propos sera organisé en deux parties :

  • Une première partie est un rapide historique consacré à la dynamique associative issue de l’immigration. Il s’agit de montrer les conditions d’émergence des associations dirigées par des migrants africains. Cette partie aborde aussi les actions initiées par les groupements d’hommes aussi bien dans les pays d’origine que dans les pays d’accueil.

  • La deuxième partie est le cœur de notre réflexion. L’avènement des associations de femmes migrantes dans le tissu associatif français correspond-t-il à un mimétisme des hommes ? Une analyse fine des motivations et des actions menées par les femmes permettra de dire si elles innovent et, si oui, dans quels secteurs (social, politique, spatiale, économique) et à quelle échelle géographique (quartier, village, ville…) les transformations induites par ces femmes, sont-elles lisibles ?

Terrain d’observation et méthodologie d’enquête

  • 1 Originaire de la vallée du fleuve Sénégal, j’effectue régulièrement des enquêtes dans cette même ré (...)

6Les terrains d’observation et d’enquêtes retenus pour cette étude sont deux régions françaises (Île de France et Nord Pas-de-Calais) et les régions du bassin du fleuve Sénégal (régions de de Saint-Louis, de Matam, de Tambacounda au Sénégal, région de Kayes au Mali, région de Sélibaby en Mauritanie). Le choix de deux régions françaises de forte immigration et des régions sahéliennes de forte émigration tient à deux raisons : premièrement ces régions sont les premiers terrains d’études sur les questions de migration-développement (Institut Panos, 1993 ; Nair, 1997), deuxièmement, nous avons une connaissance directe et une longue pratique de ces espaces1. La région Île de France concentre le plus grand nombre d’associations issues de l’immigration, quant à la région Nord Pas-de-Calais, elle se singularise par la vigueur de sa politique de coopération décentralisée qui a eu pour effet de susciter chez les migrants responsables d’association une nouvelle manière de concevoir les projets d’aide au développement de leurs régions d’origine. Une analyse fine des flux migratoires et des responsables d’association de migrants montre que trois groupes ethniques prédominent : les soninké, les haapulaaren et les wolof. Les deux premiers se rencontrent au Sénégal, en Mauritanie et au Mali alors que le foyer originel de l’ethnie wolof reste le centre ouest du Sénégal.

7Pour bien saisir les réalités des transformations culturelles et spatiales liées aux actions des femmes migrantes et responsables d’associations en France, nous nous sommes intéressé à une vingtaine d’associations françaises composées de femmes et présidées par des femmes issues de l’immigration africaine (voir liste des associations étudiées plus loin).

Pour les associations approchées directement, nous avons choisi la méthode d’entretiens semi- directifs. Les entretiens se sont déroulés dans les maisons des femmes ou par téléphone. Afin de permettre aux femmes de bien préparer leurs réponses, nous leur avons transmis par courrier le guide des questionnaires avant le rendez-vous. Les entretiens se sont déroulés avec la présidente seule. Dans deux cas seulement, les présidentes étaient accompagnées d’un membre du conseil d’administration de l’association. Le nombre et la durée des entretiens étaient variables (1 ou 2 entretiens espacés d’une semaine ou plus, 2 heures d’entretien en face en face). Le fait qu’un chercheur homme les interroge n’a pas biaisé les échanges, nous semble-t-il. En effet, les femmes étaient très libres dans leurs propos. D’ailleurs, elles étaient parfois très prolixes et critiques à propos des stratégies des hommes migrants face aux problèmes rencontrés en France. Nous avons aussi consulté les sites internet de présentation des associations qui en possédaient pour compléter certaines informations.

8Le profil des femmes interrogées est variable en termes d’origine ethnique, d’âge, de pays d’origine. Mais les présidentes partagent quelques traits communs : elles sont instruites, mariées, mères et effectuent un travail salarié. Nous avons privilégié une analyse globale des stratégies, des actions de femmes migrantes responsables d’association dans notre questionnaire et moins une analyse fine des profils des présidentes. Cependant, nous constatons à postériori qu’une prise en compte du profil détaillé des femmes aurait permis de mieux saisir les réalités profondes de leurs motivations en tant que responsables d’association.

9Les interrogations principales adressées aux femmes ont porté sur les raisons qui ont présidé à la création de leurs associations, les actions déjà réalisées, celles en cours ou prévues, les contraintes rencontrées, les pays d’origine des membres fondateurs de l’association, les types de relations que les femmes entretiennent avec les associations dirigées par les hommes, les types de relation avec les institutions françaises et avec celles des pays d’origine.

Par ailleurs avant et après les entretiens, nous avons eu l’occasion de participer à quelques tables rondes ou manifestations culturelles organisées par ces association de femmes migrantes. Nous avons ainsi pu recueillir les témoignages directs d’autres femmes militantes dans les associations. En croisant au fur et à mesure les différentes informations issues de ces deux approches, nous avons affiné notre hypothèse de départ : face aux enjeux de citoyenneté et de développement, les femmes migrantes responsables d’associations en France adoptent des stratégies différentes de celles hommes migrants et il nous semble qu’elles sont bel et bien en train d’innover.

  • 2 En France, la question de la citoyenneté et de l’immigration en Europe en général et en France en p (...)

Par citoyenneté2, nous entendons la participation directe d’un individu à la vie sociale dans toutes les dimensions dans le territoire dans lequel il vit. Par innovation, nous retenons l’introduction d’une manière de penser ou de faire inédite dans un domaine particulier.

Par développement, nous entendons tout type de projet individuel ou collectif qui concourt à l’amélioration des conditions de vie et de travail, à l’épanouissement social, politique et culturel.

1. Dynamique du tissu associatif français issu de l’immigration africaine

1.1. Les hommes pionniers du mouvement associatif issu de l’immigration

10Les premiers mouvements noirs en France émergent dans les années 1930. En effet, durant la période coloniale, des intellectuels noirs d’origine sénégalaise ou antillaise vivant en France comme L. S. Senghor, A Diop, L. Guèye, A. Césaire dénonçaient déjà les conditions de vie sociale souvent précaires des africains en France. Á partir de 1970, c’est à dire une décennie après les indépendances des anciennes colonies, le nombre d’immigrés africains subsahariens présents sur le territoire français augmente. Ils viennent essentiellement des zones rurales et sont rarement scolarisés. Ces hommes travaillent comme ouvriers et vivent dans des foyers pour travailleurs immigrés. Ils reproduisent des structures de liens communautaires basées sur les mêmes schémas hiérarchiques et familiaux hérités des pays d’origine. C’est ainsi qu’ils mettent en place des « tontines » sorte de « caisses villageoises » pour réunir des sommes d’argent dans le but de venir en aide aux nouveaux arrivants et/ou rapatrier les corps des défunts vers les pays d’origine. Lorsque les ressortissants d’un même village sont assez nombreux, ils créent leur propre « caisse » pour aider leur propre village dans la réalisation de projets de développement d’intérêt collectif (construction d’une école, d’une mosquée, creusement d’un puits, achat d’une motopompe pour irriguer les champs…) [Gonin, 1990]. Bien que considérées comme informelles car non déclarées, ces associations villageoises de développement (AVD) sont dynamiques et elles initient un type nouveau d’intervention en ce qui concerne les associations issues de l’immigration. Elles mettent en place une forme de solidarité active en direction des villages d’origine. En 1981, à la suite de la modification de la loi 1901, les étrangers résidant légalement en France ont le droit de créer et de diriger des associations. C’est ainsi qu’une partie des AVD décide de déclarer leur association à la préfecture de leur lieu de résidence (Institut Panos, 1995). On observe durant cette période, un développement rapide des associations issues de l’immigration dont les actions ne sont pas exclusivement orientées vers les populations restées au village à la différence des « caisses villageoises » initiées par les primo migrants.

11Dans le même temps, les institutions des pays d’accueil et les États africains commencent à s’intéresser à ce mouvement association qui est le fait des hommes seuls. Les ONG françaises aident, à partir de la France, les migrants à concevoir leurs projets. En 1997, le consulat général du Sénégal à Paris tente de connaître les associations, il répertorie près de 200 associations dirigées par des Sénégalais. On note qu’une majorité des associations est composée et présidée par des hommes. Seules trois associations sur les 200 répertoriées sont dirigées par des femmes. La typologie de ces 200 associations renseigne sur la diversité des formes de regroupement [Ba, 2007]. Cette prolifération et diversification des actions des associations se poursuit avec le développement des politiques de coopération décentralisée portées par les collectivités locales et territoriales françaises à partir de 1992. En effet, les élus des collectivités prennent conscience de l’intérêt à encourager la mise en place de réseaux d’associations de solidarité, y compris celles issues de l’immigration, dont les actions de coopération et d’aide au développement sont orientées vers les pays du Sud (notamment les pays sahéliens). C’est ainsi que certains immigrés africains (souvent il s’agit de migrants instruits) créent des associations dans le but d’obtenir un appui technique et/ou financier des collectivités locales ou territoriales. Le conseil régional Nord Pas-de-Calais est exemplaire dans ce domaine, il mène depuis 1993, une politique très volontariste dans le domaine d’appui aux associations de ressortissants de pays sahéliens. Vers la fin des années 1990, la tenue des assises nationales de la coopération décentralisées à Paris permet un début de reconnaissance officielle du rôle des associations de migrants dans l’aide au développement.

12Dans le même temps, on observe une évolution dans les formes de regroupement. Des réseaux d’associations nationales ou transnationales de migrants se mettent en place, notamment, en région Île de France. Dans la même période, les anciens migrants de retour en Afrique continuent à (ré)activer leurs réseaux tissés durant l’épisode de l’immigration pour développer leur territoire d’origine. Leur succès est tel que certains migrants parviennent à se faire élire député à l’assemblée nationale dans leur pays, c’est le cas de T. D.et K. B. K au Sénégal, de D. S. au Mali. Pour certains auteurs [Daum, 1993, Ba, 2007], ces migrants sont des acteurs de développement reconnus dans leurs régions. Ils (re)construisent leurs territoires grâce aux équipements d’intérêt collectif ou individuel variés dont ils sont les principaux initiateurs et financeurs.

1.2. La structure démographique des immigrés change, celle des associations et de leurs objectifs aussi

13Pour comprendre l’émergence du mouvement associatif de femmes migrantes, un rapide détour par l’histoire de la migration féminine s’impose. En effet, la structure sociodémographique des immigrés subsahariens en général et sahéliens en particulier, change vers la fin des années 1970. On assiste à une féminisation de l’immigration et une présence d’enfants suite à l’application du décret de la loi sur le regroupement de familial votée en 1976. En effet, des études montrent une augmentation de 177 % de l’effectif des femmes subsahariennes entre 1975 et 1982 [Couillet, 2009]. Dans les premières années leur arrivée, une majorité des femmes originaires des pays sahéliens (Sénégal, Mali, Mauritanie) rejoignant leur mari en France, appartient à deux groupes ethniques Soninké ou Haapulaar (ces deux groupes pratiquent l’endogamie). Ces femmes sont analphabètes et proviennent des zones rurales. Aujourd’hui, leur profil est hétérogène. En effet, les pays d’origine des femmes se sont diversifiés (Cameroun, Côte d’Ivoire, Togo, République démocratique du Congo, Guinée….). Par ailleurs, dans le cas des immigrées d’origine sénégalaise, on observe l’arrivée de femmes issues d’autres groupes ethniques, en particulier, les wolof. Ces nouvelles femmes immigrées wolof ont souvent été scolarisées avant leur arrivée en France, elles sont parfois diplômées et viennent dans la plupart des cas des milieux urbains. Rappelons que l’ethnie wolof occupe les régions les plus urbanisées du Sénégal. Par ailleurs, on observe une autre caractéristique des femmes immigrées : certaines candidates à l’émigration sont célibataires. Vers la fin des années 1980, des femmes seules commencent à alimenter l’émigration internationale [Dianka 2007]. Cette transformation de la structure démographique des populations immigrées créé de nouveaux besoins mais aussi de nouveaux problèmes (éducation des enfants, intégration des femmes).

Nous avons déjà dit que les hommes africains ont montré une réelle capacité à intervenir à distance pour améliorer les conditions d’existence de leurs familles restées au village comme en témoigne la diversité des projets d’intérêt individuel ou collectif réalisés dans différents secteurs (agricole, sanitaire, éducatif, cultuel, immobilier…). En revanche, ils sont apparus moins efficaces en termes de gestion des problèmes de leurs familles installées en France. C’est dans ce contexte que les femmes ont fait irruption sur la scène des associations. On assiste alors à l’émergence des associations féminines d’un type nouveau dont le rôle est de tenter de traiter, en France, les problèmes sociaux et culturels auxquels sont confrontées les familles immigrées.

2. Associations féminines : mimétisme ou innovation ?

2.1. Des associations de femmes migrantes pour préserver et transmettre les valeurs culturelles des pays d’origine dans les pays d’accueil

14D’abord, Il nous semble utile de traiter les domaines dans lesquels les femmes interviennent, ensuite d’analyser comment elles se positionnent par rapport aux stratégies des hommes africains, aux organismes publics des pays d’accueil et, enfin, dire dans quelle mesure elles participent aux transformations des sociétés et des territoires en France et en Afrique ?

Le contexte de l’immigration des femmes expliquent en partie les raisons de création de leurs associations. En effet, les premières femmes arrivées en France dans le cadre du regroupement familial ont vécu un isolement presque total durant les premières années. L’isolement était encore plus fort lorsque les femmes ne savaient ni lire, ni écrire en français. L’isolement pouvait être intenable lorsqu’une famille immigrée était logée loin des autres familles africaines originaires du même pays. Pour rompre cet isolement, les femmes créent des « tontines », une sorte de regroupement de femmes dont le fonctionnement est simple. Lors d’un entretien, mesdames F.D et S. D., leaders de l’AFPAO (Association des femmes des pays de l’Afrique de l’Ouest), nous livrent les raisons de la création de leur association et son mode de fonctionnement :

« Nous avons créé notre association pour combattre l’isolement, pour aider les familles africaines qui souhaitent organiser des cérémonies traditionnelles… une fois par mois, nous nous retrouvons dans une maison. Lors de cette rencontre chaque femme verse un montant d’argent déterminé à l’avance par le groupe. Ensuite, on procède au tirage au sort pour déterminer la personne qui a le droit d’utiliser l’argent selon ses propres envies et besoins. »

Au-delà de l’avantage, en termes de trésorerie, que les femmes retirent de ce type d’opération, il y a un autre aspect, nous semble-t-il, plus important que les femmes interviewées ont souligné au cours de l’entretien :

« Ces moments de rencontre nous permettent de consolider les liens, de préserver nos valeurs culturelles africaines, nos traditions, de se soutenir, de se retrouver entre sœurs africaines… »

On le voit, ces moments de rencontre permettent d’échanger des idées.

15C’est ainsi que pendant ces rencontres conviviales loin des hommes que les femmes établissent un diagnostic réel de leur situation (éducation des enfants, polygamie, vie conjugale, maintien et transmission de la culture, rapports aux institutions, emploi…). Elles évaluent aussi les actions des hommes. Lors de nos entretiens, une partie des femmes interrogées affirme que les stratégies des hommes semblent inopérantes lorsqu’il s’agit de faire face aux problèmes posés par les enfants. Par exemple, elles trouvent inefficaces le fait de renvoyer temporairement ou définitivement un jeune vers le village d’origine du père. Le renvoi intervient lorsque le jeune (garçon ou fille) est jugé trop éloigné par ses comportements des valeurs traditionnelles des parents. C’est pour répondre à ces problèmes d’éducation des enfants dans un environnement nouveau [Timera, 1997] et pour sortir de l’isolement qu’émergent progressivement les associations de femmes africaines avec des objectifs prioritaires différents de ceux des hommes. Ces femmes sont résolument déterminées à trouver les solutions aux problèmes sociaux et culturels que rencontre leur communauté.

2.2. Singularités des associations de femmes migrantes : ouverture et enracinement

16Elles s’improvisent comme relais de la médiation culturelle. Certaines femmes responsables d’association « africaine » se forment et travaillent avec les structures sociales locales et juridiques (caisse d’allocations familiales, tribunaux, préfecture). Il nous semble utile d’insister sur le terme « africaines » car contrairement aux hommes, les femmes originaires de la même région ne sont guère assez nombreuses pour créer une association sur la base de l’appartenance à un même territoire d’origine comme le pays, la région et encore moins le village. C’est ainsi que la quasi majorité des associations féminines est constituée de personnes originaires de pays différents. C’est le cas de l’AFPAO créée en 2008 dont le siège social est en région parisienne et dont les membres sont originaires du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Sénégal, de la Mauritanie. C’est aussi le cas d’autres associations comme Rencontre internationale des femmes noires (RIFEN) fondée en 1997 à Lille ; AFA (Association des femmes africaines de Massy) créée en 2003 ; ou encore AMI (Association multiculture et intégration) fondée en 2008 à Corbeil Essonne (région parisienne) et composée de maliennes, sénégalaises, mauritaniennes, congolaises, togolaises. Les actions de ces associations féminines sont orientées plus vers les populations immigrées installées en France et moins vers les populations des pays d’origine. Alors que pour les hommes c’est l’inverse. Plusieurs raisons expliquent cela. D’abord, le choix d’un pays bénéficiaire d’une action de l’association est délicat d’autant que les femmes membres de l’association proviennent de pays différents voire de régions différentes même lorsqu’elles sont issues du même pays. Ensuite, les femmes semblent enclines (consciemment ou inconsciemment) à laisser aux hommes le soin de s’occuper des questions qui relèvent de l’échelle villageoise. Peut-on voir dans cette attitude, une intériorisation du rôle des femmes en cours dans les villages africains où elles ne prennent des décisions que dans les affaires domestiques (échelle de la maison) ? La réponse n’est guère simple car, dans certaines régions sahéliennes, on observe depuis une vingtaine d’années une sorte d’effet miroir. En effet, à l’image des femmes immigrées en Europe, les femmes restées au village fondent des associations dont les actions se déploient parfois à l’extérieur du terroir villageois. C’est le cas des associations de promotion féminines rencontrées dans le bassin du fleuve Sénégal.

17Dans tous les cas, les associations de femmes migrantes se démarquent par certains points de celles des hommes immigrés. On peut montrer en quoi les femmes ont parfois imité les hommes mais nous nous intéressons plus au fait qu’elles innovent, c'est-à-dire qu’elles introduisent des stratégies inédites dans la manière de traiter les problèmes liés à l’immigration.

Historiquement, les femmes primo migrantes sont arrivées plus tard que les hommes. Par conséquent, on peut considérer que les associations issues de l’immigration créées et dirigées par des femmes africaines sont récentes. Ces groupements féminins deviennent lisibles dans le monde associatif que vers la fin des années 1990. Sur les 20 associations présidées par une africaine qui ont fait l’objet de notre enquête, 11 ont une existence inférieure à 5 ans. La plus ancienne des 20 associations est Arts et médias d’Afrique (AMA), elle a été créée en 1992 à Lille.

Liste des associations dirigées par des femmes migrantes classées par date de création

Association

région du siège social

Date de création

Nationalité d’origine de la présidente ou de la directrice

actions en France

actions en Afrique

FIA-ISM (Evry)*

Parisienne

1985

Togolaise

+

-

AMA.

Nord

1992

Ivoirienne

+

+

RIFEN

Nord

1997

Béninoise

+

-

UTSF -SF.

Aquitaine

2000

Sénégalaise

+

-

Génération II

Idem

2000

Malienne

+

-

FORIM (Paris)

Parisienne

2002

Sénégalaise

+

-

FAM

Parisienne

2003

Malienne

+

-

MANASSE

Nord

2004

Centre africaine

+

+

AMCE

Parisienne

2005

Malienne

+

-

AMI

Idem

2008

Sénégalaise

+

-

FFM

idem

2008

Malienne

+

-

AFA. St Michel/Orge

Parisienne

2008

Malienne

+

-

FFM

idem

2008

Malienne

+

-

Sahel vert

Parisienne

2009

Malienne

+

+

AFPAO

Parisienne

2009

Malienne

+

-

ADRA

Idem

2010

Camerounaise

+

+

Chantiers de Muse

Paris

2010

Camerounaise

-

-

AVERS

Nord

2010

Sénégalaise

+

+

FALATO**

Parisienne

2010

Malienne

+

+

Dames de cœur

Idem

2011

Sénégalaise

+

-

AFC

Parisienne

2011

Congolaise

+

-

Remarques :
Le signe + indique des actions régulières alors que le signe - indique la rareté voire l’inexistence d’actions 
*La FIA-ISM (Femmes Inter association Inter service migrant) date de 1985, mais bien que dirigée actuellement par une femme africaine lors de notre enquête, cette association n’a pas été créée par une africaine.
**FALATO (orphelin en langue soninké)

(Sources : enquêtes personnelles, 2012-2013)

18Les associations dirigées par des femmes d’Afrique noire ont bénéficié d’une situation favorable lors de leur création. En effet, elles émergent après la modification en 1981 de la loi 1901. Par ailleurs, les femmes ont eu le temps d’observer les hommes issus de l’immigration dans leur mode d’animation des associations. Certaines femmes ont même adhéré aux associations dirigées par des hommes avant de créer leurs propres associations. C’est le cas de A. S., une immigrée d’origine sénégalaise habitant la métropole lilloise. Après avoir adhéré pendant cinq ans au sein de l’Union des travailleurs sénégalais de France (UTSF), cette cadre sénégalaise dans le domaine de la gestion fonde et préside depuis 2010, AVERS (association pour la valorisation des énergies renouvelables du Sénégal). Un autre cas intéressant à souligner est celui de la FFM (fédération des femmes maliennes). Cette structure est composée de vingt associations féminines. Lors de l’entretien avec la présidente, celle-ci affirme :

« C’est un immigré malien connu et reconnu dans le milieu associatif malien en France qui nous a suggéré de créer une fédération d’associations de femmes maliennes à l’image de celle des maliens. »

Ces deux exemples montrent que, dans le processus de création des associations, les femmes ont imité les hommes et/ou bénéficié du soutien de ces derniers.

Mais qu’en est-il dans les autres domaines comme l’échelle d’intervention, le secteur et le mode d’intervention, le rapport aux élus locaux, le rapport aux pays d’origine, les relations avec les populations d’accueil et les autres immigrés ?

Nos enquêtes montrent que l’échelle d’intervention des femmes en France reste le quartier ou la ville. En effet, leur mobilité (la femme immigrée possède rarement une voiture particulière) et leur disponibilité (tâches domestiques importantes) sont limitées et les cantonnent à ces deux espaces géographiques d’intervention. Concernant le domaine d’intervention, nos entretiens montrent que le principal enjeu demeure la résolution des problèmes sociaux et culturels. Ces problèmes sont divers (conflit au sein d’un couple, mariage forcé, mariage extracommunautaire des filles, basculement des enfants vers la violence et la délinquance). Par ailleurs, certaines associations de femmes migrantes remettent en cause des pratiques culturelles comme l’excision des filles, la polygamie. D’autres problématiques plus complexes comme la transmission des éléments de la culture africaine (cuisine, langue, coiffure, vêture et parure) sont traitées par les femmes. En effet, la transmission de la culture aux enfants nés en France reste une préoccupation centrale des responsables associatifs tout comme la question de l’alphabétisation et de la formation à l’informatique des femmes adultes. Ce sont là des besoins cités par les associations FFM (Fédération des femmes maliennes) et AFPAO.

19Le mode d’intervention des femmes se distingue de celui des hommes par le fait qu’elles font appel aux compétences extérieures (animateurs des maisons de quartiers, des services sociaux de collectivités locales). Elles négocient l’obtention des salles pour organiser leurs activités. Leurs soirées festives (défilé de mode, cuisine, chants, danses) attirent les « français dits de souche » y compris les élus locaux (photo 1). Leur présence dans la vie des quartiers et leur efficacité sont tels que les associations de femmes migrantes travaillant dans la médiation obtiennent une reconnaissance aussi bien de la part des organismes sociaux français que des hommes africains pourtant rétifs au départ aux idées et activités proposées par les responsables des associations de femmes migrantes.

Photo 1. Une action de sensibilisation à la diversité culturelle réalisée par l’association AFPAO (S. D.) de lors de la journée Afrique de l’Ouest à Chevilly la rue (région parisienne)

Photo 1. Une action de sensibilisation à la diversité culturelle réalisée par l’association AFPAO (S. D.) de lors de la journée Afrique de l’Ouest à Chevilly la rue (région parisienne)

Madame S. D., une des responsables de l'association « AFPAO » accueillant les visiteurs de l'exposition « découverte des cultures du monde » organisée par l'AFPAO dans la commune de Chevilly la Rue.

  • 3 Des auteurs comme Darlène Clark Hine (1990 ; 2009) et Philomena Essed (1980) ont écrit sur le rôle (...)

20Deux exemples illustrent notre propos. L’association génération II à Evry dont la directrice, une femme d’origine malienne a réussi à organiser des rencontres qui ont permis de faire prendre conscience aux épouses et époux que la connaissance des institutions françaises et le respect des lois sont indispensables pour réaliser un meilleur vivre ensemble et assurer un meilleur avenir à leurs enfants. L’association FALATO à Corbeil Essonne (ville de résidence de l’ex chef de gang M. L. dont le parcours est retracé par une sociologue M. H. Bacqué dans un ouvrage publié en 2009), se mobilise pour éviter que leurs enfants sombrent dans la violence. Pour cela, pendant l’été, les membres de cette association occupent les quartiers. Elles grillent et vendent du maïs le soir dans les rues fréquentées par les jeunes. Ces mamans originaires de pays différents, en affichant leur amitié et leur complicité, espèrent transmettre les valeurs d’amitiés aux jeunes enclins à se disputer le contrôle des territoires dans cette ville considérée comme zone urbaine sensible. En occupant le même terrain et dans le même temps que les jeunes, ces femmes jouent les gardiennes, elles dissuadent leurs enfants de commettre des incivilités, un peu à la manière des hommes occupant la grande place du village et surveillant les faits et gestes de leurs enfants. Le mode d’intervention de l’association FALATO est efficace car les rixes entre jeunes ont baissé dans ce quartier populaire. Les propos de la présidente madame K. montre que la prise en compte du genre (femme et mère) a un sens dans l’analyse des motivations qui guident l’action citoyenne « nous ne donnons pas naissance pour voir nos enfants se battre et s’entretuer ».3

21L’association « Dames de cœur » se singularise aussi par sa volonté d’aider les femmes à créer des petites entreprises en France ou dans leur pays d’origine. Depuis sa fondation en 2011, cette association a permis à des femmes de créer leurs propres sociétés en France (restauration, salon de coiffure). Dans la région Nord Pas-de-Calais, et plus précisément dans la métropole lilloise, les associations AVERS et RIFEN se mobilisent, pour la promotion des femmes. L’association RIFEN organise souvent des conférences -débats sur les droits des femmes dans le monde. En 2012, AVERS a réalisé deux expositions : l’une sur la problématique de l’eau dans les pays sahéliens, une forme d’éducation au développement en direction des jeunes français (photo 2), l’autre exposition intitulée « Le nénuphar et les lauriers » met en valeur les femmes immigrées. Elle est composée de 13 portraits de femmes migrantes engagées dans la vie associative.

Ces deux associations sont exemplaires dans l’exercice d’une citoyenneté culturelle. C'est-à-dire, cet engagement à organiser des actions ouvertes à tous pour présenter les valeurs culturelles des groupes humains d’origines diverses mais qui partagent le même territoire (même quartier, même ville), utilisent et fréquentent les mêmes espaces et équipements publics. L’exposition de l’association AVERS a su montrer les richesses de la femme africaine (gardienne de la culture, courageuse, élégante…) et combattre l’idée tant répandue en Occident que les femmes africaines sont rarement initiatrices d’activités culturelles et sont rarement engagées dans les partis politiques.

Photo 2. Une action d’éducation au développement réalisée par l’association AVERS à l’occasion de la journée solidarité internationale

Photo 2. Une action d’éducation au développement réalisée par l’association AVERS à l’occasion de la journée solidarité internationale

Ici A. S, présidente de l’Avers commentaire une exposition sur l’eau au Sahel, à des élèves de la métropole lilloise

Cliché : AVERS, 2012.

22En France, la montée en puissance des femmes leaders d’association est liée à la prégnance de leurs actions dans leur commune de résidence. Ce fait leur assure la sympathie et la reconnaissance des élus locaux et des populations. En réalité, ces femmes participent activement à la vie de la cité. Elles tissent des liens sociaux par-delà les « frontières » ethniques ou de nationalités. Ce qui apparaissait comme une contrainte (peu de ressortissantes du même village pour créer une association) est devenue un atout. Les associations d’immigrées dirigées par des femmes sont moins repliées sur elles-mêmes. De ce pont de vue, elles se démarquent des associations dirigées par des hommes. C’est ainsi que les diagnostics qu’elles opèrent, les moyens qu’elles mettent en œuvre pour réaliser leurs objectifs se différencient de ceux des hommes. En effet, les femmes agissent directement sur les problèmes sociaux et culturels quotidiens en France. Á cet égard, on peut considérer qu’elles exercent une citoyenneté participative locale. Elles considèrent les actions dans le pays d’installation prioritaires par rapport à celles en direction des pays d’origine. Alors que les hommes, nous l’avons dit, se mobilisent pour réaliser des projets individuels ou collectifs dans leurs pays d’origine. Par ailleurs, les femmes remettent en cause sans détour certaines pratiques culturelles jugées incompatibles ou peu opérantes (endogamie, polygamie) en France et, dans le même temps, elles veillent à la transmission des éléments de la culture africaine qu’elles trouvent importants (langue, gastronomie, musique, parure et vêture) pour répondre à une demande spécifique des enfants. Ces associations dirigées par des femmes migrantes sont souvent encouragées et soutenues par les maires (mise à disposition plus fréquent de local pour l’organisation de manifestations culturelles, accords de subvention pour réaliser des activités culturelles intergénérationnelles).

L’association AFPAO nous indique que le maire de leur commune les associe à certaines fêtes et cérémonies officielles. Elles sont présentes aux côtés du maire lors des cérémonies d’inauguration. Mieux encore, on observe que les militantes associatives (possédant la nationalité française) sont « courtisées » par les hommes et femmes politiques pour figurer sur les listes pendant les élections municipales ou régionales. Une responsable associative d’origine togolaise qui a répondu à notre questionnaire est maire adjointe de la commune de Ris-Orangis (région parisienne). En définitive, à chaque élection (municipale régionale, législatives) en France, on observe que nombre de femmes de nationalité française par acquisition élues ont ou été très impliquées dans la vie associative de leur ville.

23Quoique très rares, les actions des femmes en direction des pays d’origine existent. L’association FFM et l’association FALATO ont organisé des séjours culturels pour jeunes dans les pays d’origine. Comme on le voit, l’objectif reste la (re)découverte des cultures et des régions d’origine des parents par les enfants nés dans l’épisode de l’immigration. La rareté des actions des femmes dans les pays d’origine est liée à des faits structurels (le manque de relais sur place en Afrique) ou culturels (les femmes savent que le développement du terroir villageois reste encore l’affaire des hommes). Il y a dans ce jeu d’acteurs, une sorte de répartition des territoires d’action en fonction du genre. En effet, Les femmes ne veulent pas disputer aux hommes leurs prérogatives notamment la conduite des projets villageois. C’est pourquoi, il nous semble que cette volonté de ces immigrées africaines d’agir ne doit pas être lue comme un mouvement d’émancipation. Elles agissent en choisissant leurs domaines et en laissant aux hommes leurs domaines de prédilection. Parfois hommes et femmes agissent ensemble dans la même association. C’est le cas de la section femmes de l’UTSF à Bordeaux.

Comparaison des domaines d’intervention des responsables associatifs en fonction des lieux

Pays d’origine

Homme

Femme

Enfants des migrants

Pays d’immigration

Homme

Femme

Enfant des migrants

Pays d’immigration

Domaine politique

+

-

-

Domaine politique

-

+-

-

Domaine politique

Domaine social

+

-

-

Domaine social

-

+

+-

Domaine social

Domaine culturel

+

-

-

Domaine culturel

-

+

+-

Domaine culturel

Domaine sanitaire

+

-

-

Entrepreneurial

+ -

+-

-

Entrepreneurial

Domaine éducatif

+

-

-

Secteur éducatif

-

+

Secteur éducatif

Secteur économique

+

-

-

Environnement

-

-

Environnement

Environnement

+

-

-

Secteur cultuel

+

+

Secteur cultuel

Remarque : le signe + indiquent des actions de fortes ampleurs, le signe indiquent des actions de faible importance voire action inexistante.
H : Homme, F : femmes, E : enfants (il s’agit de jeunes issus de l’immigration qui commencent à investir le milieu associatif).

Sources : enquêtes personnelles.

Conclusion : des femmes mobilisées pour une citoyenneté culturelle

24Cette présentation des associations de femmes migrantes d’origine subsaharienne et installées en France montre que le changement d’environnement peut développer chez un individu des attitudes et des stratégies nouvelles. Les femmes sont venues en France avec l’idée qu’elles resteront longtemps, au moins le temps que leurs enfants finissent leur scolarité. Alors que les hommes (primo migrants) n’avaient pas cette vision, ils étaient venus pour un court séjour et n’ont pas voulu physiquement et mentalement rompre avec les pays d’origine. Les associations de migrants ont alors privilégié les actions en direction des régions d’origine.

La prise en compte de ces deux temporalités (hommes/femmes) permet de comprendre les motivations différenciées. Les femmes leaders d’association ont privilégié les stratégies à mettre en place pour tenter de mieux vivre avec la population d’accueil. Leurs associations accordent une place centrale aux questions sociales et culturelles. Pour rompre leur isolement, elles ont investi profondément le domaine social et elles donnent une place singulière à la transmission de certains éléments de la culture africaine. C’est pour cette raison qu’elles nous pouvons les considérer comme innovantes par rapport aux hommes. En France, elles occupent l’espace extérieur jusque-là réservé aux hommes (au moins dans le contexte africain). Elles font montre d’une grande ouverture à la fois sur le plan des relations à l’autre que sur le plan des territoires d’intervention et les lieux de rencontre alors que les hommes ont privilégié les liens claniques ou ethniques et les rencontres dans des espaces clos comme les foyers de migrants.

25Migrantes et mobilisées, pour reprendre le titre de l’ouvrage collectif de Kergoat D. et alii. publié en 2011, les femmes leaders d’association, par leur mode d’action, sont allées à la rencontre des populations d’accueil. Elles accèdent ainsi à la citoyenneté sociale et multiculturelle grâce à leur détermination. Elles sont sollicitées par les élus locaux pour tenter de trouver des réponses à des problèmes sociaux qui se posent dans les quartiers. Cette reconnaissance du rôle des femmes leaders d’association de la part des élus et des services publics français, nous fait dire qu’elles ont acquis une forme de citoyenneté participative. C'est-à-dire qu’elles participent à l’élaboration des actions susceptibles d’apporter des réponses à des problèmes dans leur lieu de résidence.

Elles participent à la prise de décision des actions à conduire. D’ailleurs, on observe que les femmes instruites occupent désormais des fonctions de responsabilité. On peut citer le cas de la sénégalaise, K. S. Niang élue en juin 2013 présidente du conseil d’administration du FORIM (Forum des organisations de solidarité internationale issues de l’immigration). Une structure qui regroupe 700 associations et dont le siège est à Paris.

Certaines femmes ont appris à utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication et les dispositifs sociaux et techniques pour être plus lisibles et consolider les actions de leur association. C’est le cas de la jeune association lilloise Avers qui possède un site internet très attractif et un salarié grâce au dispositif « emplois aidés ».

  • 4 François Brouard dans une communication aux journées de l’Acfas (association canadienne-française p (...)
  • 5 L’ouvrage collectif dirigé par M. H. Bacqué et Y. Sintomer propose de multiples définitions de la d (...)

26Les femmes sont des vraies actrices de développement social et culturel car elles tentent d’apporter des réponses concrètes aux enjeux contemporains (développement durable, éducation à la diversité culturelle…) en tenant compte de leur double inscription territoriale et des valeurs culturelles propres de leur société d’origine et celles des sociétés d’accueil. Toutefois on ne peut ignorer dans certains domaines, quelques incompatibilités entre culture des pays d’origine et celle du pays d’accueil (valorisation de l’endogamie chez le soninké immigré et liberté de choix du conjoint ou de la conjointe chez les français de souche). Il faut admettre que faire face à cette tension culturelle n’est pas simple. Dans tous les cas, la citoyenneté participative des femmes subsahariennes en général et des sahéliennes en particulier est bien en œuvre. Elle est en construction grâce à leur investissement dans le mouvement associatif, à la vivacité et à la diversité de leurs actions. L’étude des comportements culturels des femmes immigrées originaires d’Afrique subsaharienne en Europe permet de (re)visiter les concepts de citoyenneté culturelle et de citoyenneté participative.4 Dans le premier concept, l’individu a le droit de pratiquer « sa » culture et donc de défendre ses particularités culturelles sans entamer la cohésion sociale. Il est aussi question d’ouvrir la culture à tous. Quant au deuxième concept, on peut partir de la notion de démocratie participative telle que définie par M. H. Bacqué et Y. Sintomer5 pour dire que la citoyenneté participative se caractérise par l’implication d’un individu dans la vie de la cité au travers des dispositifs existants (association citoyenne, maison de quartier...) et qui favorisent le lien social. Cette implication directe permet à l’individu de faire des propositions et de participer à la prise de décision.

27La citoyenneté multiculturelle est encouragée par les organismes et institutions internationaux (Unesco, Union Européenne). L’application de la politique de la diversité culturelle dans les pays européens permettrait aux associations de femmes migrantes de consolider leurs démarches et rendre leurs actions plus lisibles.

La marge de manœuvre de ces femmes reste encore mince. En effet, confrontées à des enjeux sociétaux dont les causes sont multiples et complexes, elles « circulent » entre deux territoires, deux civilisations, deux cultures, deux systèmes de valeurs. Leurs stratégies dépendent de leur degré de conscientisation, de responsabilisation et des politiques migratoires et culturelles.

Pour l’instant elles ont réussi à franchir les barrières artificielles (clan, ethnie, nationalité du pays d’origine) même si subsistent quelques différences culturelles et cultuelles entre immigrées d’origine sahélienne de confession musulmane et celles originaires de l’Afrique centrale de confession chrétienne.

Les associations de femmes migrantes d’origine africaine participent bien aux transformations sociales et culturelles ici et là-bas. Cette sociologie mouvante du tissu associatif issu de l’immigration augure la naissance d’un(e) citoyen(ne) d’un nouveau type. Il reste à savoir quelle sera dans les décennies à venir l’attitude des enfants issus de ces femmes immigrées et quelle place occupera la dimension culturelle dans les projets de développement de ces enfants, citoyens du monde où les mobilités géographiques sont renforcées et où les grandes villes sont de plus en plus multiculturelles ?

Haut de page

Bibliographie

BA A. H. (2007), Acteurs et territoires du Sahel : Rôle des mises en relation dans la recomposition des territoires, Lyon, Editions ENS.

BA A. H. et COQUET I. (1993), Bassin du fleuve Sénégal : zone d’émigration -zone en transformation : impacts des projets des associations villageoises de développement, mémoire de maîtrise, MST ENVAR, université de Lille I, UFR de géographie

BA A. H.et COQUET I. (1994), « les initiatives des émigrés de la région du Fleuve installés dans le Nord -Pas -de Calais », Hommes et Terres du Nord, n° 4, pp. 166 -171

BACQUE M. H. et SINTOMER Y. (dir.), (2011), La démocratie participative : Histoire et généalogie, La Découverte, 288p.

BACQUE M. H. ; MADZOU L. (2009), J’étais chef de gang, suivi de Voyage dans le monde des bandes, Paris, La Découverte.

BAROU J. (dir.), (2011), De l’Afrique à l’autre : d’une génération à l’autre, Paris, A. Colin.

CHAABANE N. (2008), « Diversité des mouvements de “femmes” dans l’immigration in Femmes, genre, migration, et mondialisation », Les cahiers du CEREF, pp. 231-250.

CLAUDE –VALENTIN M. (1995), « Femmes antillaises Outre-mer » communication au colloque national de démo-géographie, 27-25-27 octobre 1995, Poitiers, 12p.

COSTA-LASCOUX (1989), De l’immigré au citoyen, Paris, La Découverte.

COUILLET M. (2009), Les Africains subsahariens vivant en France. Caractéristiques sociodémographiques et accès aux soins, Paris, CEPED, Ined, IRD.

DAUM C. (dir.), (1993), Quand les immigrés du Sahel construisent leur pays, Paris, L’Harmattan, Instituts Panos.

DIANKA D. (2007), La migration internationale féminine individuelle à partir du Sénégal vers la France : le cas des Fatou-Fatou, thèse de doctorat de géographie, université de Reims, 315.

DIARRA H. (1998), « Association d’immigrés et développement. Le point sur une décennie d’intervention », Hommes & migrations, n° 1214, pp. 74-84.

GONIN P.(1990), « Migration et développement des lieux d’origine, exemple de la communauté de l’Afrique de l’ouest installée en France, Espaces-Populations-Sociétés, n° 2,p.304-309.

GONIN P. (coord.), (2010), « Les migrations subsahariennes », Hommes & migrations, n° 1286-1287-juillet-octobre 2010.

INSTITUT PANOS (2010), D’un voyage à l’autre. Des voix de l’immigration pour un développement pluriel, Paris, Karthala.

KERGOAT D., MIRANDA A., OUALI N. (coord.), (2011), « Migrantes et mobilisées », Cahiers du genre, n° 51.

MATTELAT A., NEVEU E. (2008), Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte.

MIADI F. (2005), « Ces africains chefs d’entreprises » dans J.A./L’Intelligent n° 2304, pp. 28-31.

NAIR S., (1997), Rapport de bilan et d’orientation sur la politique de co-développement liée aux flux migratoires, mission interministérielle migration /co –développement, Paris, Ministère des Affaires étrangères.

POINSOT M. (2001), « Le mouvement associatif, un instrument au service des politiques publiques d’intégration ?, Hommes & migration, n° 1299 janvier-février 2001, pp. 64-75

POIRET C. (1995), Familles africaines en France, Paris, L’Harmattan.

QUIMINAL C. (1991), Gens d’ici, gens d’ailleurs, Migrations soninké et transformations villageoises, Paris, Christian Bourgeois.

QUIMINAL C et alii. (1996), « Mobilisation associative et dynamiques d’intégration des femmes d’Afrique subsaharienne en France », revue Migrations études n° 61, pp. 1-12.

SIMON-BAROUH (dir.), (1997), Dynamiques migratoires et rencontres ethniques, Paris, L’Harmattan.

TIMERA M. (1997), « Les association de femmes africaines : un creuset d’intégration », Revue française des affaires sociales. Ministère de l’emploi et de la solidarité. Documentation française, 51ème année, n° 2, avril-juin 1997.

TODD E. (1994), Le destin des immigrés. Assimilation et ségrégation dans les démocraties occidentales.

TRIBALAT M. (1995), Faire France, une enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Originaire de la vallée du fleuve Sénégal, j’effectue régulièrement des enquêtes dans cette même région depuis 1993. J’ai vécu 14 ans dans la métropole lilloise et réside depuis 11 ans dans la région parisienne.

2 En France, la question de la citoyenneté et de l’immigration en Europe en général et en France en particulier a été traitée par plusieurs auteurs. On peut se référer entre autre aux textes de Lapeyronie (1997) ; Neveu (2004) ; Todd (1994) ; Wieviorka (1997) ; Withol de Wenden (2012) … Tous montrent que dans certains pays européens comme la France, les immigrés non communautaires en général et les immigrés africains, en particulier, sont privés de droits civiques (vote aux élections locales). Cette situation limite leur implication dans la vie de la cité.

3 Des auteurs comme Darlène Clark Hine (1990 ; 2009) et Philomena Essed (1980) ont écrit sur le rôle des femmes en général et les femmes migrantes en particulier. Leurs travaux montrent que les femmes bien que minoritaire dans les associations et dans la population immigrée ont pu jouer un rôle important dans les luttes pour l’accès aux droits civiques, la justice sociale.

4 François Brouard dans une communication aux journées de l’Acfas (association canadienne-française pour l’avancement des sciences) en 2009 à Ottawa parle du citoyen en ces termes : «  face à des enjeux, des éléments et une responsabilisation personnelle, l’individu citoyen pose des actions dans l’espace privé et public suite à des initiatives permettant de tenir compte des intérêts collectifs et individuels se situant dans un environnement contextuel et temporel »

5 L’ouvrage collectif dirigé par M. H. Bacqué et Y. Sintomer propose de multiples définitions de la démocratie participative. Retenons la définition suivante : la démocratie participative « …c’est une combinaison de structures classiques de la démocratie représentative avec des procédures de démocratie directe ou semi directe dotées d’un pouvoir décisionnel et pas simplement consultatif…  » (p.17)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Une action de sensibilisation à la diversité culturelle réalisée par l’association AFPAO (S. D.) de lors de la journée Afrique de l’Ouest à Chevilly la rue (région parisienne)
Légende Madame S. D., une des responsables de l'association « AFPAO » accueillant les visiteurs de l'exposition « découverte des cultures du monde » organisée par l'AFPAO dans la commune de Chevilly la Rue.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photo 2. Une action d’éducation au développement réalisée par l’association AVERS à l’occasion de la journée solidarité internationale
Légende Ici A. S, présidente de l’Avers commentaire une exposition sur l’eau au Sahel, à des élèves de la métropole lilloise
Crédits Cliché : AVERS, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoul Hameth Ba, « Femmes africaines immigrées responsables d’association face aux enjeux de citoyenneté et de développement », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://eps.revues.org/5891 ; DOI : 10.4000/eps.5891

Haut de page

Auteur

Abdoul Hameth Ba

Maître de conférences en géographie
IDHES -UMR 8533, site Evry
Université d’Evry Val d’Essonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org