Navigation – Plan du site
Articles

Quelles mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ?

Daily Mobilities of Poor and Aging Populations in Recife 
Pamela Quiroga

Résumés

Le vieillissement accéléré de la population au Brésil, comme dans l’ensemble de l’Amérique latine, est la source de nouvelles problématiques jusqu’alors peu étudiées et pourtant incontournables dans l’élaboration de politiques publiques adaptées au contexte social contemporain. Ce constat, conjugué aux effets endémiques de la pauvreté et des inégalités présents sur l’ensemble du territoire, renvoie à la question des pratiques quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes dans leurs espaces de proximité. La littérature scientifique a démontré que les mobilités résidentielles et quotidiennes tendent à se réduire dès lors que les individus entrent dans le processus de vieillissement ; cette dernière étape de la vie se caractérise à la fois par une stabilité résidentielle souvent acquise à travers l’accès à la propriété et à la fois par une perte d’autonomie progressive qui limite les déplacements. Dans un contexte de pauvreté, les personnes âgées réalisent leurs pratiques quotidiennes au sein d’un espace restreint et près du lieu de résidence. Par conséquent, les atouts et les faiblesses de cet espace déterminent en partie les conditions de vie de cette population. Si la présence ou non d’aménités sur l’espace de proximité (commerces, services, capital social) peut engendrer des mobilités divergentes entre individus, il n’en demeure pas moins que les pratiques quotidiennes des habitants sur le territoire dépendent plus spécifiquement des caractéristiques sociodémographiques des habitants ainsi que de leurs représentations collectives et individuelles.
Cet article, issu d’une recherche doctorale, retrace les résultats saillants obtenus dans le cadre d’une enquête par entretiens menée dans des zones défavorisées de la ville de Recife. L’objectif de cette étude est de mettre en lumière les inégalités d’accès à la mobilité des personnes âgées en observant les pratiques et stratégies quotidiennes déployées sur les espaces de proximité. C’est à travers cette approche que seront mises en valeur les nouvelles dynamiques observées sur ces espaces ainsi que les conditions de vie d’une population qui bénéficie aujourd’hui de nouveaux droits sociaux et d’un statut particulier au sein des structures sociales et familiales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le vieillissement de la population au Brésil, comme dans l’ensemble de l’Amérique latine, est source de nouvelles problématiques jusqu’alors peu étudiées dans l’élaboration de politiques publiques adaptées au contexte social contemporain. En ce sens, les observations des pratiques quotidiennes des personnes âgées en Amérique latine restent limitées et méritent une attention particulière. Leurs pratiques de mobilités sur le territoire sont un marqueur des inégalités présentes chez les individus et sur l’espace. L’identification des vulnérabilités socio-spatiales à travers l’étude des pratiques de mobilités sur le territoire permet de faire émerger les besoins de la population en termes d’accessibilité aux ressources de la ville (commerces, services, logements, travail, etc…). Bien plus qu’un simple moyen d’accès à la ville, la mobilité serait alors une valeur quasi-normative selon Bertrand (2010 : 8) : « Autrefois comprise comme un simple vecteur vers des ressources territorialisées, et liée à l’aménagement du territoire, la mobilité est désormais perçue elle-même comme ressource dans et de la ville. ». La mobilité serait un moyen de s’affranchir des formes d’exclusions socio-spatiales créées par la ségrégation [Bacqué, Fol, 2007]. À l’opposé, l’« immobilité » des populations pauvres pourrait les priver d’une mobilité sociale et les exposer à des risques d’isolement [Fol, 2010 ; Le Breton, 2005]. Le « droit » à la mobilité est alors né du constat que l’ensemble de la population ne bénéficie pas d’un égal accès aux mobilités et que les habitants les plus démunis, éloignés des aménités de la ville éprouvent d’importantes difficultés dans leurs déplacements. Dans la volonté de réduire ces inégalités, certaines villes latino-américaines ont redoublé d’effort dans l’amélioration de leur système de transport, le Transmilenio à Bogotà ou le Transantiago dans la capitale chilienne en sont des exemples concrets. Pourtant, les conditions d’accès à la ville reflètent toujours des inégalités entre les individus et ce, indépendamment des actions menées sur le territoire. Ainsi, les recherches dédiées aux mobilités se sont davantage centrées sur une observation plus fine des pratiques sur le territoire, en se positionnant à l’échelle de l’individu. À partir de cette approche, les auteurs s’accordent à dire que la mobilité généralisée, devenue une exigence quotidienne en ville, génère des déplacements qui relèvent moins d’un choix que d’une contrainte pour certains individus [Fol, 2009]. En prenant l’exemple chilien, Delaunay (2007) observe une instabilité résidentielle importante chez les populations les plus pauvres, traduites par de nombreux déménagements contraints au cours du parcours de vie. Dans les villes latino-américaines, les habitants démunis dépendent souvent de l’offre de logements locatifs, ce qui les rend vulnérables face aux expulsions et aux augmentations de loyer, cause inéluctable des mobilités résidentielles contraignantes [Dureau, 2006]. Si l’accès à la propriété devient la solution à l’itinérance résidentielle des plus démunis, il suppose néanmoins un éloignement quasi-systématique des centres dynamiques, en augmentant les distances et le temps alloués aux mobilités quotidiennes. L’observation des mobilités ne peut donc se dissocier de l’observation de ses conditions d’accès ; l’hypermobilité peut ainsi être un marqueur de vulnérabilité chez les habitants contraints à se déplacer. En ce sens, l’analyse simultanée des mobilités quotidiennes et résidentielles se justifie par leur complémentarité ; les caractéristiques du lieu de résidence (localisation, desserte de transports, équipements, commerces, services, lieu de résidence de la famille, etc.) influenceront les déplacements quotidiens des habitants. Quelles sont alors les conditions de vie des individus contraints de se déplacer pour « s’en sortir » ? Dans quelle mesure l’injonction à la mobilité impacte les conditions d’inclusion socio-spatiale des populations qui manifestent des difficultés pour se déplacer ?

2Le type de population étudiée, à la fois âgées – en perte d’autonomie et connaissant une dégradation de santé progressive – et vulnérable – qui réside de surcroît dans les zones de la ville – permet d’identifier les inégalités d’accès à la mobilité chez une population a priori défavorisée. Dans cet article, nous nous intéresserons plus particulièrement aux mobilités quotidiennes, étant donné que la fin du parcours de vie dans laquelle s’intègre la population ciblée se caractérise par une stabilité résidentielle importante – par l’accès à la propriété quasi généralisé [Peixoto, 2004 ; Lopes, 2006]. L’observation des pratiques quotidiennes des personnes âgées sur le territoire nous mène à nous interroger sur les formes d’inégalités socio-spatiales existantes dans un contexte fragile et sur les conséquences qu’elles engendrent pour les individus. Dans un premier temps, nous présenterons les terrains d’étude sur lesquels s’est appuyée notre recherche ainsi que l’échantillon de la population enquêtée. Dans un deuxième temps, nous exposerons les formes de mobilités des personnes âgées enquêtées en observant leurs pratiques : moyens de transport utilisés, motifs de déplacements et lieux fréquentés. Puis, nous exposerons les inégalités les plus saillantes de ces mobilités, identifiées par les variables du genre, du lieu de résidence et par les représentations collectives et individuelles. Pour conclure, nous exposerons les formes d’ancrage ou d’immobilité observées sur les espaces de proximité.

Présentation du contexte de la ville de Recife et des zones pauvres

  • 1 Selon les estimatives de l’IBGE, le municipe de Recife comptait environ 1 600 000 habitants en 2013 (...)
  • 2 Grandes propriétés composées des plantations de canne à sucre, des locaux de production (moulin à s (...)
  • 3 Les ZEIS (Zones Spéciales d’Intérêt Social) sont des zones destinées à la régularisation urbanistiq (...)

3La ville de Recife offre un contexte d’étude jusqu’à présent peu abordé dans l’analyse des mobilités : ces dernières se concentrent en effet plus largement sur les grandes métropoles ou les capitales latino-américaines. Nous nous sommes donc intéressé à une ville de taille intermédiaire1 à l’échelle du pays, dans une région caractérisée par de fortes inégalités socio-spatiales. Recife, située sur la côte nord-est du Brésil, dans l’État du Pernambouc, a été fondée à l’époque de l’essor de la canne à sucre lorsque les fazendeiros, propriétaires des grands engenhos2, occupaient la plaine de l’actuelle ville. Pratiquant autrefois la culture de la canne à sucre, les engenhos ont peu à peu laissé place à l’urbanisation du fait de l’arrivée de plus en plus importante de migrants. L’urbanisation s’est ensuite poursuivie de façon différenciée sur la plaine où les plus aisés se sont appropriés des espaces stratégiques, ne laissant d’autre choix aux populations démunies que de s’installer sur les zones les plus éloignées des pôles dynamiques, les zones à risques et peu accessibles (en périphérie, sur les collines escarpées, sur des zones inondables, etc.) [Melo, 2011]. Une autre partie des populations pauvres a néanmoins réussi à intégrer les quartiers plus centraux de la ville où résident majoritairement les classes moyennes et aisées. Par conséquent, les populations appartenant aux extrémités de la hiérarchie sociale continuent aujourd’hui de se côtoyer dans des espaces très hétérogènes sur une zone géographique restreinte [Bezerra, 2004]. L’héritage colonialiste des engenhos prolonge les formes d’inégalités autrefois existantes et ont entraîné progressivement la multiplication des barrières physiques et symboliques qui ont accentué les ségrégations sociales et spatiales [Brun, Rhein, 1994]. Au total, on recenserait 421 zones pauvres dans le municipe de Recife dont 252 seraient réparties dans les 66 ZEIS3 de la ville [PCR/URB ; UFPE/FADE, 1998]. Les habitants résidant dans ces zones représenteraient 46,32 % du total de la population de la ville (ibidem).

Les terrains d’enquête

4Notre recherche se penche sur l’observation des pratiques de mobilité des populations vulnérables, les personnes âgées, en progressive perte d’autonomie et qui résident dans les zones pauvres de la ville. Lors des entretiens exploratoires et de l’analyse des données initiales, les premières observations ont montré que l’entrée au troisième âge réduisait globalement les mobilités des habitants. Il semblait alors intéressant de sélectionner des terrains d’études plus ou moins éloignés du centre-ville afin d’identifier les différents besoins, difficultés ou encore modes de vie des personnes âgées à travers les inégalités de mobilité.

  • 4 Il s'agit « d'ensembles constitués d'un minimum de 51 domiciles, ne bénéficiant pas ou peu des serv (...)

5Ainsi, trois zones péricentrales ont été privilégiées : Brasilit, Villa Arraes et Cordeiro (photos 1,2 et 3). Les deux terrains d’enquête situés à l’extrémité ouest de la ville (Brasilit et Vila Arraes), dans le quartier Varzea, sont classés « aglomerados subnormais »4, faisant partie des zones les plus défavorisées de la ville. Bien que ces deux zones d’étude portent sur le même quartier, elles se trouvent sur des environnements différents. La première zone longe au nord l’avenue Caxanga, un axe routier important qui débouche au centre-ville et représente le moyen d’accès au municipe frontalier : Camaragibe. Ce premier terrain d’enquête, Brasilit, se situe sur un espace qui connait une valorisation foncière importante en raison de sa localisation stratégique et de la présence de nombreux services et équipements, notamment hospitaliers et de transport. Pour la deuxième zone, le contexte est différent : Vila Arraes s’est formée au long du fleuve Capibaribe, sur une zone inondable et plus difficile d’accès que Brasilit. Bien que la zone soit également desservie, les habitants doivent parcourir plus de 200 mètres pour parvenir au premier arrêt de bus et seules les automobiles de petite taille peuvent y accéder en raison de l’étroitesse des rues. Enfin, au sein du quartier Cordeiro, situé également à l’ouest de la ville, nous nous sommes penchés sur l’ensemble de logements sociaux accueillant environ 700 familles appelé « Conjunto Habitacional Cordeiro » (CHC). Y résident des habitants issus d’anciennes zones pauvres du centre qui ont été éradiquées suite à un programme de relogement public. Relogés dans cet ensemble résidentiel depuis 8 ans, les habitants ont vu leur cadre de vie changer profondément : alors qu’ils résidaient pour la plupart dans des installations précaires sur pilotis en plein centre-ville, ils se voient aujourd’hui cohabiter dans un ensemble d’immeubles et de maisons consolidés au péricentre de Recife. Nous avons choisi cette zone pour comparer les pratiques de mobilités des habitants avant et après leur installation dans le nouveau logement, en identifiant les nouvelles difficultés auxquelles ils se confrontent dans l’accès aux aménités de la ville.

Photo 1. Zone d’enquête Brasilit – 2013 : Logements informels consolidés dans la zone pauvre de Brasilit (Quartier Várzea)

Photo 1. Zone d’enquête Brasilit – 2013 : Logements informels consolidés dans la zone pauvre de Brasilit (Quartier Várzea)

Auteur : Pamela Quiroga.

Photo 2. Zone d’enquête Vila Arraes – 2013 : Ruelle piétonne dans la zone pauvre consolidée de Vila Arraes (Quartier Várzea)

Photo 2. Zone d’enquête Vila Arraes – 2013 : Ruelle piétonne dans la zone pauvre consolidée de Vila Arraes (Quartier Várzea)

Auteur : Pamela Quiroga.

Photo 3. Zone d’enquête Cordeiro – 2013 : Logements sociaux dans l’ensemble résidentiel Cordeiro (Quartier Cordeiro)

Photo 3. Zone d’enquête Cordeiro – 2013 : Logements sociaux dans l’ensemble résidentiel Cordeiro (Quartier Cordeiro)

Auteur : Pamela Quiroga.

L’échantillon de l’enquête

6Au total, 51 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des habitants des trois zones d’enquête. Le groupe enquêté est composé de 32 femmes et 19 hommes, tous âgés entre 60 et 93 ans. Chaque entretien s’est déroulé au domicile de l’enquêté ou sur la zone de résidence pendant environ une heure. Nous proposons, à travers le tableau 1, un profil global de l’échantillon :

Tableau 1. Profil des enquêtés – 2013

Caractéristiques sociodémographiques de l’échantillon de l’enquête

Zones d’enquête

Brasilit

Vila Arraes

Cordeiro

Total

Nombre d’enquêtés par zone

19

23

9

51

Nombre de femmes

14

11

7

32

Nombre d’hommes

5

12

2

19

Âge moyen

73

70

71

71,2

Enquêtés de 60 à 70 ans

8

14

5

27

Enquêtés de 71 à 80 ans

5

8

3

16

Les plus de 80 ans

6

1

1

8

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Auteur : Pamela Quiroga.

7Aucun critère préalable n’a été défini dans la composition de notre échantillon hormis le fait que les personnes rencontrées présentant des troubles cognitifs importants ont été exclues de l’enquête. Nous avons néanmoins privilégié un échantillon varié qui regroupe des individus dont les caractéristiques sociodémographiques laissent entrevoir une importante diversité, comme le montrent les figures 1 et 2.

Figure 1.Situation familiale des enquêtés – 2013

Figure 1.Situation familiale des enquêtés – 2013

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Auteur : Pamela Quiroga.

Figure 2. Situation socio professionnelle des enquêtés – 2013

Figure 2. Situation socio professionnelle des enquêtés – 2013

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Auteur : Pamela Quiroga.

L’entrée dans le processus de vieillissement : de nouvelles conditions face à la mobilité

Les dégradations de santé et la perte progressive de l’autonomie 

8Plus encline aux maladies chroniques et à la perte progressive des facultés physiques, motrices ou mentales, la population âgée connaît de nouvelles contraintes de mobilités liées aux processus de vieillissement. Au Brésil, l’IBGE (2008) révèle que près de 28 % des 60 ans ou plus éprouvaient des difficultés à réaliser 100 mètres à pied du fait de leur état de santé. À titre d’exemple, une étude récente réalisée par Coutrim (2010) auprès des personnes âgées actives à Belo Horizonte a montré que les maladies les plus récurrentes observées chez les enquêtés étaient l’hypertension, le diabète et les maladies qui touchent os et articulations (arthrite, arthrose, etc.). Les personnes interviewées dans le cadre de notre enquête présentaient les mêmes symptômes en termes de santé : l’arthrite ou l’arthrose étaient les maladies les plus évoquées, suivies de l’hypertension, du diabète, des problèmes de circulation sanguine et des cas de labyrinthite. Ces maladies rendent les déplacements quotidiens plus contraignants en raison des douleurs éprouvées lors de la marche, des efforts à surmonter (essoufflement, désorientation, etc.) ou des dépendances que ces difficultés engendrent (besoin de l’accompagnement d’une autre personne lors des sorties, support matériel, du type déambulateur ou autre, nécessaire pour la marche à pied, etc.). Le processus de vieillissement tend donc à confronter cette population à de nouvelles difficultés dans la réalisation de leurs activités quotidiennes et par conséquent, à modifier progressivement leurs pratiques spatiales.

L’amélioration des conditions économiques des personnes âgées enquêtées

  • 5 Selon la Commission Économique de l’Amérique latine et des Caraïbes (CEPAL), 38% de la population l (...)
  • 6 Pesquisa Nacional por Amostra de Domicilio (Recherche Nationale par Echantillon de Domicile) est un (...)

9Paradoxalement, l’on remarque que la situation économique des enquêtés semble s’améliorer lorsqu’ils entrent dans le troisième âge ; la stabilisation de leurs revenus grâce au salaire minimum accordé par l’État à travers les retraites ou les aides sociales leur confère ainsi une stabilité économique qu’ils ont rarement connu au long de leur parcours. Dans le contexte latino-américain, on observe que les nouvelles sources de revenus du troisième âge, essentiellement composées par les retraites et les pensions, font reculer l’incidence de la pauvreté dans sept pays : Argentine, Brésil, Chili, Uruguay, Mexique, Colombie et Costa Rica [Guzmán, 2002]. Si l’on prend l’exemple du Brésil, on constate que, parmi la population la plus pauvre, les personnes âgées représentent souvent les situations économiques les plus stables et subviennent fréquemment aux besoins d’autres générations [Coutrim, 2010]. Ce cas de figure n’est cependant pas une tendance observée dans l’ensemble de l’Amérique latine puisque les revenus liés aux retraites sont souvent accordés aux populations ayant eu accès au travail formel5 durant la vie active ; seuls l’Argentine, l’Uruguay, le Chili et le Brésil ont des systèmes de retraites plus souples qui assurent des revenus à une grande partie de la population [Guzman, 2002]. Au Brésil, 85,5 % des personnes de plus de 64 ans bénéficiaient ainsi, en 2009, d’un revenu lié à la retraite ou aux pensions accordées par l’Etat (PNAD6).

10De plus, la gratuité des transports en commun à partir de 65 ans, l’accès à la propriété quasi généralisée et la décohabitation des enfants du domicile familial sont autant de facteurs qui réduisent les dépenses quotidiennes des habitants et pourraient faciliter la réalisation de leurs activités quotidiennes. Dans le cadre de notre enquête, sur 51 personnes interrogées, 29 ont estimé que leur condition économique s’était améliorée contre 4 qui évoquent une dégradation de leur situation (5 habitants ont mentionné que leur situation restait inchangée et 13 n’ont pas évoqué ce sujet). Malgré l’acquisition d’une stabilité économique et d’un nouveau statut qui pourraient favoriser les mobilités dans l’ensemble de la ville, notamment à travers l’accès aux transports collectifs, les personnes enquêtées semblent davantage privilégier la marche à pied.

Caractéristiques des mobilités quotidiennes des personnes âgées enquêtées

11Les résultats de l’enquête montrent en effet que l’utilisation des transports collectifs reste limitée et que la marche à pied est le mode de déplacement le plus fréquemment observé chez les personnes âgées ; 40 % des déplacements répertoriés lors de l’enquête se réalisent à pied. Le moyen de déplacement le plus utilisé après la marche à pied est le bus, suivi des mobilités réalisées avec des moyens de déplacements multimodaux (marche à pied/bus, bus/taxi, marche à pied/taxi, etc.), puis l’automobile et enfin le taxi. On observe que les déplacements réalisés au sein du quartier de résidence sont principalement liés aux achats alimentaires, à l’église, à la santé, aux activités de loisir et à la visite de membres de la famille, ces mobilités récurrentes se réalisent principalement à pied (figure 3). Les mobilités en dehors du quartier de résidence sont, quant à elles, effectuées majoritairement en bus, comme le montre la figure 4.

Figure 3. Mobilités quotidiennes des personnes âgées au sein du quartier de résidence par motif et moyen de déplacement – Recife – 2013

Figure 3. Mobilités quotidiennes des personnes âgées au sein du quartier de résidence par motif et moyen de déplacement – Recife – 2013

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Auteur : Pamela Quiroga.

Figure 4. Mobilités quotidiennes des personnes âgées en dehors du quartier de résidence par motif et moyen de déplacement – Recife – 2013

Figure 4. Mobilités quotidiennes des personnes âgées en dehors du quartier de résidence par motif et moyen de déplacement – Recife – 2013

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Auteur : Pamela Quiroga.

12Le motif santé est aussi bien invoqué dans les déplacements au sein du quartier de résidence que ceux réalisés en dehors. Ceci s’explique par la nature des visites médicales ; les soins ou consultations réalisés dans le quartier sont assurés par des médecins généralistes alors que les visites réalisées en dehors du quartier s’effectuent chez des spécialistes. En effet, chaque poste de santé de quartier, est composé d’au moins 5 personnes ; un médecin, un(e) infirmier(e), un(e) aide-soignant(e), d’au moins deux agents de santé et quelques postes bénéficient de la présence d’un dentiste. C’est donc l’accès aux soins de base dont disposent les habitants dans leur quartier de résidence. Dès lors qu’ils ont recours à des soins spécialisés, ils doivent se déplacer au centre-ville. Dans le cadre de notre enquête, les déplacements les plus fréquents dans des établissements spécialisés en dehors du quartier de résidence sont effectués par les habitants touchés par des maladies chroniques telles que le diabète, nécessitant un traitement spécifique et un suivi médical continu. Ces mobilités en dehors du quartier de résidence sont donc étroitement liées à l’absence de services spécialisés au sein du quartier de résidence.

  • 7 Les mobilités liées aux activités religieuses représentent en moyenne 6 déplacements par mois et pa (...)

13Les mobilités liées aux courses se réalisent majoritairement dans le quartier de résidence : seuls 6 enquêtés font leurs courses dans un autre quartier de la ville. De la même façon, les mobilités les plus fréquentes7 ont pour motif le culte religieux, de préférence pratiqué dans le quartier de résidence. L’omniprésence des structures religieuses sur le territoire permet aux habitants de s’y rendre aisément, sans devoir réaliser de longues distances ; des 23 enquêtés qui fréquentent une église dans leur quartier de résidence, 18 s’y rendent au sein même de la zone pauvre dans laquelle ils résident.

14En ce qui concerne les loisirs, les enquêtés ont tendance à pratiquer leurs activités de préférence dans leur quartier de résidence. Ces activités se traduisent principalement par la fréquentation des associations du troisième âge ou des cours de gymnastique financés par la mairie. Les activités de loisirs, qui se situent en dehors du quartier de résidence se manifestent par des promenades lors des grands événements culturels (Carnaval, São João, événements religieux, etc.) ou sont liées aux sorties organisées par les associations du troisième âge et par les églises.

15Les déplacements ayant pour motif « autres » se réalisent en grande partie en dehors du quartier de résidence. Ces types de déplacements sont liés à des achats non alimentaires, aux différentes démarches administratives, au travail, à l’accompagnement de petits-enfants à l’école ou aux activités extra scolaires, aux visites chez des amis, etc. Tout comme les loisirs, les mobilités ayant pour motif « autres » qui se réalisent en dehors du quartier de résidence représentent des déplacements sporadiques et aléatoires.

16À travers leurs pratiques, les enquêtés privilégient donc, dans un premier temps, les aménités de leur quartier. Lorsque les habitants nécessitent des soins spécialisés ou désirent acheter des produits rares, ils se dirigeront vers les quartiers centraux de façon ponctuelle. Ainsi, l’analyse des pratiques de mobilités nous a permis, dans un premier temps, d’identifier à la fois les besoins quotidiens et les motifs de déplacements de la population enquêtée ainsi que la répartition spatiale des aménités auxquelles ont recours ces habitants. Pourtant, les différents lieux fréquentés, les besoins ou les activités changent d’un individu à l’autre et les conditions d’accès aux aménités varient tout autant selon les caractéristiques sociodémographiques de chacun.

Les inégalités de mobilité

17L’âge et l’état de santé mais également le genre, la situation sociale, le lieu de résidence et les revenus sont autant de facteurs qui déterminent les inégalités de mobilité. Ainsi, bien qu’intégrée institutionnellement dans la catégorie sociale du « troisième âge », la population étudiée est pourtant loin de constituer un groupe homogène, partageant les mêmes conditions de vie ou les mêmes pratiques quotidiennes. Trois variables saillantes ont ici été identifiées afin d’appréhender les inégalités de mobilité : le genre, le lieu de résidence et les représentations collectives et individuelles de la vieillesse et des différents espaces de la ville.

Les inégalités de mobilité au troisième âge selon le genre

  • 8 Les ellipses représentent des tendances spatiales des mobilités quotidiennes des habitants. Elles s (...)

18Le départ à la retraite marque l’inversement de certaines pratiques selon le sexe : chez les hommes, on observe une chute des mobilités lorsqu’ils n’exercent plus d’activité professionnelle, alors que chez les femmes, les nouveaux revenus liés à leur pension, à leur retraite ou aux aides sociales leur permettent de réaliser de nouvelles activités. Bénéficiant dorénavant de plus de temps libre, de l’absence d’enfants à charge et d’une plus grande autonomie économique, les femmes enquêtées semblent réaliser plus d’activités quotidiennes en dehors de leur domicile qu’auparavant. Néanmoins, les résultats de l’enquête montrent que l’ensemble de destinations répertoriées par sexe (121 points pour les femmes et 72 pour les hommes) et rapporté aux individus (soit 32 femmes et 19 hommes) équilibre le nombre de destination à environ 3,8 par individu, hommes et femmes confondus. En termes de fréquentation, on observe que le nombre de destinations des hommes est plus élevé que celui des femmes enquêtées : en moyenne, les hommes se rendent 4,1 fois par mois aux destinations répertoriées (tous motifs confondus) alors que les femmes s’y rendent en moyenne 3,6 fois par mois. Les inégalités de mobilités entre les genres se distinguent plus aisément lorsque l’on s’intéresse à la localisation des points de destination : les femmes tendent à se déplacer de manière plus dispersée dans l’espace, en s’éloignant davantage du lieu de résidence. En prenant l’exemple de Brasilit, les figures 5 et 6 représentent, à travers des ellipses de dispersion8, les espaces de mobilité par motifs de déplacements pour les hommes et pour les femmes. On observe alors que les espaces de mobilité des femmes sont plus étendus que pour ceux des hommes et ce, pour tous les motifs. Les mobilités liées aux loisirs et aux activités religieuses sont particulièrement présentes chez les femmes : des 37 enquêtés qui côtoient un lieu de culte ou une association, 26 sont des femmes. De plus, les femmes qui pratiquent une ou plusieurs activités de loisir s’y rendent en moyenne 5,7 fois par mois alors que les hommes eux, fréquentent ces lieux en moyenne 2,8 fois par mois.

Figure 5. Mobilités quotidiennes des femmes âgées pauvres résidant à Brasilit – 2013

Figure 5. Mobilités quotidiennes des femmes âgées pauvres résidant à Brasilit – 2013

*ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Réalisation : Pamela Quiroga, Université Rennes 2, ESO – Rennes.

Figure 6. Mobilités quotidiennes des hommes âgés pauvres résidant à Brasilit – 2013

Figure 6. Mobilités quotidiennes des hommes âgés pauvres résidant à Brasilit – 2013

Source : Enquête 2011-2013, Recife
Réalisation : Pamela Quiroga, Université Rennes 2, ESO – Rennes.

19Bien que les femmes se déplacent de manière plus dispersée dans l’espace et qu’elles tendent à s’éloigner davantage du lieu de résidence que les hommes, la fréquence et le nombre de lieux fréquentés par les hommes et par les femmes restent semblables, et ce, pour tous motifs confondus, à l’exception des loisirs.

Inégalités de mobilité selon le lieu de résidence

20À travers notre étude, on constate des inégalités de mobilité quotidienne selon le lieu de résidence. En effet, les enquêtés du CHC se déplacent moins que les habitants de Brasilit et Vila Arraes. Sur 9 personnes interviewées dans le CHC, 5 présentent des mobilités quotidiennes très faibles, demeurant essentiellement dans leur domicile. Ces faibles mobilités transparaissent d’ailleurs dans les représentations des enquêtés vis-à-vis du quartier qu’ils ne semblent pas bien connaître ; lorsqu’ils sont interrogés sur leur quartier de résidence, les enquêtés n’évoquent que l’Ensemble Cordeiro ne faisant que de rares allusions à l’environnement extérieur des limites de l’ensemble résidentiel. En effet, les habitants réalisent leurs pratiques quotidiennes principalement au sein du CHC et ne participent à aucune activité en dehors de celui-ci. Le supermarché et la banque du quartier sont les seuls lieux fréquentés en dehors de l’ensemble résidentiel. Par ailleurs, les discours de ces enquêtés se fondent sur une comparaison constante entre le lieu de résidence actuel et l’antérieur ; tous éprouvent une certaine nostalgie lorsqu’ils évoquent leur ancien quartier de résidence. La plupart d’entre eux résidaient dans la zone pauvre Brasilia Teimosa, située dans le centre de la ville, et bien que leurs conditions d’habitat étaient précaires, ils évoquent les avantages dont ils bénéficiaient sur place :

21« J’aimerais retourner à Brasilia Teimosa, là-bas on était plus à l’aise, on allait à la plage… on était près de tout… si je pouvais j’irais vivre de nouveau là-bas… ici on doit toujours prendre le bus pour aller n’importe où. » (Joaquim, 70 ans).

22Vivant dans des situations précaires, les habitants jouissaient néanmoins à Brasilia Teimosa de l’accès au travail et aux aménités du centre par leur localisation privilégiée dans la ville. Dans l’ancien quartier de résidence, les habitants avaient pu développer des stratégies leur permettant d’accéder facilement aux services élémentaires (collecte des ordures réalisée par les habitants, détournement de l’électricité et de l’eau potable) ainsi qu’aux activités informelles (dans la pêche, le tourisme ou autre). L’éloignement du centre et l’offre d’emploi peu adaptée à leur profil dans le quartier de Cordeiro a contribué à dégrader leurs conditions de vie :
« ici, on est loin de tout…pour faire les courses… là-bas tout était à proximité et je n’avais pas peur… » (Linda, 63 ans).

23Leur arrivée à Cordeiro a marqué une rupture importante dans leurs modes de vie : l’accès à un logement formel, même gratuit, a entraîné l’augmentation de leurs dépenses quotidiennes et a diminué les possibilités de contournement de certaines formes de précarité. Les situations de précarité chez les jeunes actifs augmentent les responsabilités des aînés qui se voient partager leur résidence avec d’autres membres de la famille et subvenir aux besoins de leurs enfants et/ou petits-enfants.

24Dans ce contexte, les nouvelles responsabilités des personnes âgées vis-à-vis des membres du ménage, l’éloignement des ressources de la ville et une faible connaissance du territoire tendent à isoler les enquêtés dans leur résidence. Comme on peut le voir sur la figure 7, les mobilités quotidiennes des enquêtés de Cordeiro se réalisent près du lieu de résidence et sont moins nombreuses que celles observées chez les personnes âgées de Brasilit et Vila Arraes (figure 8 et 9). Le poids des mobilités liées aux loisirs et aux visites aux membres de la famille n’était pas assez représentatif (seuls 4 destinations répertoriées pour ces motifs) et c’est pour cette raison que les déplacements relatifs à ces motifs ne figurent pas sur la carte : seuls deux enquêtés ont évoqué se rendre de temps à autre chez un membre de leur famille dans le quartier et aucun des interviewés ne pratiquait une activité de loisirs.

25À l’opposé, les personnes âgées de Vila Arraes sont les plus mobiles ; ils effectuent des déplacements plus lointains et plus dispersés dans l’espace que les habitants de Brasilit et Cordeiro. Ces mobilités plus lointaines s’expliquent notamment par le fait que cette zone est la plus éloignée des quartiers centraux. Les mobilités les plus lointaines sont liées aux motifs « santé » et « autres », qui renvoient à des services et/ou commerces plus rares, absents sur leur quartier de résidence. Les mobilités quotidiennes pour raison de « courses », « famille », « loisirs » et « église » se réalisent majoritairement près du lieu de résidence et ce pour toutes les zones enquêtées.

Ainsi, les enquêtés tendent à privilégier les aménités présentes dans le quartier de résidence et lorsque l’offre de proximité ne correspond pas à leurs besoins, ils se rendent en dehors du quartier.

Figure 7. Mobilités quotidiennes des personnes âgées résidant à Cordeiro

Figure 7. Mobilités quotidiennes des personnes âgées résidant à Cordeiro

*ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Réalisation : Pamela Quiroga ; université Rennes2, laboratoire ESO-Rennes.

Figure 8. Mobilités quotidiennes des personnes âgées à Brasilit

Figure 8. Mobilités quotidiennes des personnes âgées à Brasilit

*ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Réalisation : Pamela. Quiroga ; université Rennes2, laboratoire ESO-Rennes.

Figure 9. Mobilités quotidiennes des personnes âgées à Villa Arraes

Figure 9. Mobilités quotidiennes des personnes âgées à Villa Arraes

*ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.

Source : Enquête 2011-2013, Recife.
Réalisation : Pamela. Quiroga ; université Rennes2, laboratoire ESO-Rennes.

Les représentations collectives et individuelles de la vieillesse et des différents espaces de la ville dans la construction d’inégalités de mobilités

26Les représentations des différents espaces de la ville semblent influer sur les pratiques de mobilité ou « d’immobilité » des habitants. La maîtrise du territoire de proximité leur procure un sentiment d’appropriation, de bien-être et de sécurité. Inversement, l’on remarque que les enquêtés construisent des représentations négatives des espaces lointains et méconnus, des quartiers riches et de certaines communautés de la ville qui créent un sentiment de peur, d’insécurité ou de malaise :
« Moi j’aime ici, ces autres endroits j’aime pas, je les trouve moches, je les trouve pas bien, les autres endroits je ne les aime pas ! [...] » (Ivete, 73 ans).

27Poussées à l’extrême, ces représentations négatives des espaces deviennent de réelles « topophobies » pour les habitants :
« Ah ! ma petite dame ! Je n’habiterai jamais... ni à Campo do Banco, j’y habiterai jamais !... je n’habiterais jamais à Cachito et ni à UR-7... [...] c’est la pagaille ! La pagaille avec le frevo, le bordel, des gens rebelles, ces choses là... beaucoup de bordel... et moi je n’aime pas le bordel... j’aime les endroits calmes.  » (Almira, 80 ans).

28L’ancrage au lieu de résidence est également perçu comme un gage de tranquillité, d’une protection vis-à-vis du « monde extérieur » qui se trouve au-delà des frontières du quartier et qui est souvent qualifié de violent par les enquêtés :
« Je n’aime pas (le quartier de) Boa Viagem…écoute, ces quartiers de la haute moi je ne les aime pas : Boa Viagem je n’aime pas, je n’aime pas Espinheiro, je n’aime pas...Casa Forte... ces choses de la haute moi j’aime pas ! Ce sont des quartiers dangereux, plus agités...moi j’aime les petits quartiers plus éloignés, plus pauvres... j’aime plus les quartiers comme Varzea, Cidade Universitaria, Engenho do Meio qui sont des quartiers plus humbles [...]... quand on passe dans ces quartiers (riches), tous les portails sont fermés...pour moi, j’aime pas ça, je n’aime plus ça. Moi j’aime ouvrir, j’aime voir un portail...pas un portail entièrement ouvert mais qu’on puisse sentir la voix, le son de la personne...pas qu’elle soit enfermée [...] » (Taciara, 81 ans).

29Comme en témoigne cette dernière interview, les représentations négatives se tournent vers les quartiers plus aisés qui contrastent clairement avec leur lieu de résidence et confirment la méfiance vis-à-vis de l’inconnu. Les représentations des espaces de la ville limitent donc les mobilités vers les espaces les moins valorisés par les habitants.

30Par ailleurs, les représentations négatives liées à la vieillesse peuvent influer sur les pratiques de mobilité des personnes âgées. La famille ou le voisinage, à travers des représentations bien souvent caricaturales de la vieillesse, transmettent aux aînés l’idée d’une vieillesse fragile et dépendante qui doit limiter les prises de risques. En les surprotégeant, l’entourage des personnes enquêtées limite les mobilités des personnes âgées et augmente le risque de sédentarisation :
« Ma fille s’énerve avec moi, elle n’aime pas que je me déplace toute seule…et c’est peut-être vrai, je mets sans doute trop de temps à traverser et quand il y a beaucoup de circulation ça embête tout le monde. » (Nina, 72 ans, Brasilit).

31On observe alors que les personnes âgées cohabitant avec des membres de la famille sont moins mobiles que les enquêtés résidant seuls ou en couple.

32Ainsi, les représentations sociales et spatiales, qu’elles soient individuelles ou collectives, ont une incidence certaine dans les pratiques de mobilité des personnes âgées qui tendent à réduire progressivement leur espace de vie.

La valorisation des espaces de proximité : entre ancrage et immobilité

Le contournement des mobilités lointaines, un moyen de préserver son autonomie

33L’entrée dans la vieillesse est la dernière étape de la vie qui expose les individus à de nouvelles conditions de vie. La dégradation de l’état de santé et la perte progressive d’autonomie chez les personnes âgées entraînent de plus grandes difficultés à se déplacer au quotidien, notamment pour les déplacements lointains. En effet, 21 enquêtés ont précisé qu’ils sortaient de leur quartier accompagnés d’un tiers dès lors qu’ils devaient utiliser un moyen de transport. Ainsi, les mobilités de plus longue distance entraînent des situations de dépendance vis-à-vis de l’accompagnateur ou des moyens de transport utilisés (horaires de passage, itinéraires imposés, etc.). Sortir du quartier de résidence nécessite alors une organisation mutualisée lorsqu’il y a accompagnement et suppose des sorties programmées à l’avance. Donner priorité aux mobilités réduites permet de préserver, pour certains enquêtés, leur indépendance et autonomie ; les déplacements réalisés à pied octroient aux habitants une certaine liberté de leurs allées et venues ainsi qu’une flexibilité dans leur organisation quotidienne. Lorsque l’accès à la mobilité est compromis, la valorisation des pratiques de l’espace de proximité constitue un moyen de maîtriser plus aisément les mobilités quotidiennes.

L’espace de proximité comme ressource

34Certaines des ressources présentes sur le territoire renvoient à des moyens matériels (équipements, infrastructures, services, commerce, etc.) et d’autres à des moyens humains (la famille, les associations, les groupes religieux, etc.). Dans le cadre de notre recherche, les trois terrains d’enquêtes sont des zones urbaines à caractère mixte, alternant logements, commerces et services. La diversité des moyens matériels disponibles dans les quartiers ciblés permet aux habitants de bénéficier de petits et moyens commerces, de postes de santé et du transport en commun à proximité de leur lieu de résidence. En ce sens, les enquêtés évoquent ne pas avoir de difficultés majeures pour accéder à leurs principaux besoins quotidiens dans leur quartier de résidence (approvisionnement alimentaire, médecine généraliste, etc.). Majoritairement dépendants des transports en commun, les enquêtés privilégient donc la fréquentation des services et commerces de proximité afin de limiter les mobilités lointaines en bus qui sont souvent contraignantes (qualité du service médiocre, problèmes de circulation, attentes longues, etc.).

35Les ressources humaines, composées par les réseaux familiaux et relationnels, sont, elles aussi, omniprésentes dans l’espace de proximité, notamment pour les zones Brasilit et Vila Arraes ; de 51 enquêtés, 37 ont au moins un membre de leur famille qui réside dans le même quartier de résidence et 27 côtoient des associations ou des groupes religieux dans leur quartier. Certaines mobilités résidentielles peuvent d’ailleurs être le résultat d’une volonté de se rapprocher géographiquement des membres de la famille ou d’un réseau social important. Au long du parcours de vie, ce motif lié à la famille est par ailleurs le motif de déménagement le plus évoqué par les personnes enquêtées.

36À l’heure de répondre à la question : « comment trouvez-vous votre quartier ? », la plupart des enquêtés associent leur jugement (positive ou négative) aux relations qu’ils entretiennent avec le voisinage. Les enquêtés de l’ensemble Cordeiro se sont montrés particulièrement critiques vis-à-vis de leur quartier de résidence, déplorant notamment l’absence de membres de leur famille au sein de l’ensemble ainsi qu’un manque d’interaction avec le voisinage.

37Le quartier, les zones pauvres ou encore le propre logement sont également perçus comme étant une source de bien-être pour la plupart des enquêtés. Selon Montulet (2004), la population ciblée ferait partie de ce que l’auteur appelle les « sédentaires », volontairement ancrés dans un espace de proximité qui leur confère un sentiment de bien-être : « […] ce qui est essentiel pour ces personnes, c’est le sentiment de sécurité que procurent l’habitude et la régularité. Pas question d’imaginer une multi-modalité flexible qui accentuerait l’insécurité. Inversement, quand le sédentaire quitte son espace de référence, l’insécurité est ostensible. Il n’y a plus de maîtrise de l’espace, ni de maîtrise de l’espace propre au mode de transport. » [Montulet, 2004 : 54]. Ainsi, la familiarité et l’attachement qu’entretiennent les enquêtés avec leur entourage et l’espace de proximité renforcent leur ancrage sur le lieu de résidence. Les habitants de Vila Arraes et Brasilit maintiennent des liens affectifs forts avec le voisinage et leur résidence, dont certains ont assuré la construction.

38Enfin, l’observation des mobilités quotidiennes des personnes âgées nous informe à la fois sur leurs modes de vie mais également sur les caractéristiques de l’espace de proximité. Les commerces, les services, les lieux de culte mais également les réseaux sociaux des enquêtés présents dans le quartier constituent les facteurs explicatifs des mobilités de proximité observées. Bien plus qu’une assignation à résidence, l’ « immobilité » relative des enquêtés repose essentiellement sur des stratégies de contournement des mobilités éprouvantes.

La délégation de mobilité : un potentiel exploité dans la quête de l’immobilité

  • 9 Un ticket de bus pour un trajet unique dans le périmètre du municipe de Recife vaut aujourd’hui 2,1 (...)

39Les habitants enquêtés tendent à limiter leurs déplacements contraignants lorsqu’ils en ont la possibilité. Certaines mobilités quotidiennes représentent en effet un coût matériel, social, moral ou temporel important pour les enquêtés. Durant leur parcours de vie, ces derniers dépendaient fondamentalement des transports collectifs par exemple, un moyen de transport souvent onéreux9 et de qualité médiocre (bus surchargés aux heures de pointe, absence de climatisation, absence d’horaires de passage, etc.). Dans le but de contourner ces mobilités quotidiennes rendues pénibles par leur durée et leur inconfort, les enquêtés ont majoritairement privilégié de pratiquer leurs activités quotidiennes près de leur lieu de résidence. Et puis, d’autres stratégies de contournement ont été observées au fil de l’enquête : les enquêtés cherchent à réduire leurs déplacements en « déléguant » certaines démarches ou tâches à leur entourage. Ainsi, les enquêtés confient fréquemment des tâches à leurs proches qui se traduisent par des déplacements ponctuels pour les achats ou les démarches administratives (paiement des factures, poster du courrier, retrait des pensions, retraites ou bénéfices, etc.). Les personnes âgées utilisent également les services informels de proximité à travers les livraisons à domicile proposées par les marchands ambulants ou par les petits commerces de proximité.

40Sont souvent sollicités les proches équipés d’une automobile pour réaliser des déplacements lointains ou pour assurer les courses du mois. Les mobilités « déléguées » sont souvent réalisées par les enfants ou les petits-enfants des enquêtés bien que le rôle des voisins reste important dans les situations d’entraide :

41« Je suis allé une seule fois à l’atacadão (supermarché), mais je n’ai pas aimé y aller à cause de la chaleur, du monde… on commence à se stresser alors je dis non, « maintenant c’est toi qui y va toute seule ! » (sa fille) quand elle n’y va pas toute seule, elle y va avec mon petit-fils…» (Mira, 70 ans)

42« J’achetais chez Araujo (supermarché), j’achetais au marché São José (centre-ville), j’achetais en dehors du quartier… j’achetais dans le quartier Nações Unidas… je connais tous les coins dans le centre… mais maintenant je ne peux plus y aller… quand je veux quelque chose de là-bas, ou quand il y a des promos, j’envoie les filles acheter… donc les filles y vont et achètent… » (Almira, 80 ans)

43« Moi j’achète là-bas, pas loin [...] mais quand je ne peux pas y aller, j’envoie quelqu’un... « viens ici mon petit, va acheter ça pour moi » [...] je demande au petit d’à côté ou alors à n’importe qui ! On se connait tous par ici, tout le monde m’appelle Vo...» (Livia, 93 ans).

44Souvent, les enquêtés évoquent leur santé comme la cause principale de la réduction de leurs déplacements.

45Les délégations de mobilités sont donc le résultat d’une volonté de contourner les mobilités contraignantes ou « risquées » mais révèlent également le potentiel dont disposent les enquêtés à réduire leurs mobilités. Du réseau social ou de la situation économique des personnes âgées dépendrait donc la capacité de celles-ci à déléguer leurs mobilités quotidiennes et d’accéder ainsi à une certaine « immobilité ».

Conclusion

46Les résultats de l’enquête menée à Recife ont donc identifié des formes de mobilités caractéristiques d’une population vieillissante. Cette dernière réalise ses déplacements à proximité de son lieu de résidence, tout en valorisant les aménités de son quartier. Au-delà des contraintes physiques ou économiques qu’éprouvent les personnes âgées dans leurs mobilités quotidiennes, il existe une volonté réelle de limiter les déplacements lointains, en dehors du quartier de résidence. Les ressources présentes sur l’espace de proximité, telles que le réseau social ou une offre importante de commerces et services, accentuent l’ancrage des personnes âgées dans le lieu de résidence. C’est cet espace qui leur procure un sentiment de sécurité et de familiarité auquel les habitants sont profondément attachés. La diversité des ressources de proximité et les fortes interactions entre individus observées à Vila Arraes et à Brasilit, justifient l’attachement des habitants à leur quartier. À l’opposé, les habitants de Cordeiro, ayant subi une mobilité résidentielle sous contrainte à travers le programme de relogement de la ville, ont le sentiment d’avoir été déracinés de leur territoire, de leur mode de vie. Leur installation à Cordeiro a signifié la fin d’une cohésion sociale entre les habitants, l’augmentation des dépenses liées au logement, la perte de nombreuses ressources de proximité et par conséquent, la dégradation des conditions de vie des habitants. Ainsi, les mobilités réduites des habitants de Cordeiro s’expliquent davantage par une assignation à résidence que par un sentiment d’appartenance ou d’attachement à l’espace de proximité. Les inégalités de mobilités sont donc déterminées par le parcours de vie des habitants, par leurs caractéristiques sociodémographiques, par le lieu de résidence mais également par les types de rapports entretenus avec le réseau social et les différents espaces de la ville. La valeur positive attribuée aux mobilités, trouve ici ses limites, dès lors que les pratiques sur le territoire se réalisent sous contrainte et que les mobilités sont sources de pénibilité. Les réductions de mobilités se révèlent ainsi être une résistance aux mobilités subies, une stratégie de contournement devenue un potentiel, une ressource. De ce point de vue, les variables explicatives des inégalités de mobilités pourraient faire l’objet d’une nouvelle analyse, se penchant, cette fois-ci, sur les inégalités d’accès à l’ « immobilité ».

Haut de page

Bibliographie

BACQUE M.-H., FOL S. (2007), L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction, Revue suisse de sociologie, vol. 33, n° 1, pp. 89-104.

BERTRAND M. (2010), Mobilités, pauvretés : les villes interrogées, Paris, Armand Colin, Revue tiers monde, n° 201, 230 p.

BEZERRA DE MIRANDA L. (2004), Organização socioespacial e mobilidade residencial na Região Metropolitana do Recife, Cadernos Metrópole, n° 12, pp. 123-144.

BRUN J., RHEIN C. [éds] (1994), la ségrégation dans la ville, Paris, Harmattan, 258 p.

COUTRIM R. (2010), A velhice invisivel. O cotidiano de idosos que trabalham nas ruas de Belo Horizonte, São Paulo, Annablume, 192 p.

DELAUNAY D. (2007), Relaciones entre pobreza, migración y movilidad : dimensión territorial y contextual, Santiago : CEPAL, Notas de Población, n° 84, pp. 87-130.

DUREAU F. (2006), Habiter la ville : stratégies et mobilités résidentielles, in F. Dureau, V. Gouëset, A. Mesclier, 2006, Géographies de l’Amérique latine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 292 p.

FOL S. (2010), Encouragement ou injonction à la mobilité ? , C.E.R.A.S., revue Projet 1/2010, n° 314, pp. 52-58.

GUZMAN J.-M. (2002), Envejecimiento y desarrollo en América Latina y el Caribe, Santiago de Chile, CEPAL, Serie Población y Desarrollo, n° 28, 51 p.

LE BRETON E. (2005), Bouger pour s’en sortir, Paris, Armand Colin, 247 p.

LOPES A. (2006), Dependência, contratos sociais e qualidade de vida na velhice, in O. Von Simson, A. Neri, M. Cachioni [coord.], As multiplas faces da velhice no Brasil, Campinas, 2ème ed., Editora Alinea, pp. 129-140.

MELO (de) A.-M. (2011), La planification stratégique et ses effets sur les métropoles. Analyse des expériences de Lille (France) et de Recife (Brésil), Paris, thèse de doctorat – Géographie, Aménagement et Urbanisme, Université Sorbonne nouvelle, 759 p.

MONTULET B. (2004), Mobilités spatio-temporelles et usages différenciés des modes de transport, in [Montulet, Kaufmann] Mobilités, fluidités… liberté ?, Bruxelles, Presses des facultés Saint-Louis, pp. 43-58.

PEIXOTO C. [coord.] ( 2004), Familia e envelhecimento, Rio de Janeiro, Editora FGV, 144 p.

Haut de page

Notes

1 Selon les estimatives de l’IBGE, le municipe de Recife comptait environ 1 600 000 habitants en 2013. La Région Métropolitaine de Recife, qui regroupe 14 municipes, atteignait pour la même année plus de 4 millions d’habitants.

2 Grandes propriétés composées des plantations de canne à sucre, des locaux de production (moulin à sucre), de la résidence du propriétaire et une partie du terrain dédiée aux installations des esclaves.

3 Les ZEIS (Zones Spéciales d’Intérêt Social) sont des zones destinées à la régularisation urbanistique, juridique et foncière et à la promotion de l’Habitat d’Intérêt Social et mises en place par le Plano Director (équivalent au PLU français) de la ville. Elles correspondent aux zones les plus précaires de la ville et ont pour objectif d’améliorer les conditions d’habitat et l’insertion socio-spatiale de ces zones.

4 Il s'agit « d'ensembles constitués d'un minimum de 51 domiciles, ne bénéficiant pas ou peu des services publics essentiels, occupant ou ayant occupé, jusqu'à une période récente, un terrain de propriété privée ou publique et disposés en général de façon désordonnée et dense » (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques - IBGE).

5 Selon la Commission Économique de l’Amérique latine et des Caraïbes (CEPAL), 38% de la population latino-américaine aurait recourt au travail informel.

6 Pesquisa Nacional por Amostra de Domicilio (Recherche Nationale par Echantillon de Domicile) est une recherche réalisée par l’IBGE. Les résultats de cette recherche sont issus d’une enquête menée sur un échantillon de domiciles sélectionné.

7 Les mobilités liées aux activités religieuses représentent en moyenne 6 déplacements par mois et par enquêté.

8 Les ellipses représentent des tendances spatiales des mobilités quotidiennes des habitants. Elles se forment par rapport aux points de destinations localisés sur le territoire. Le centre moyen et la surface des ellipses sont déterminés par la localisation géographique des points considérés et sont pondérés par la fréquentation des habitants dans chaque lieu de destination. Les centres des ellipses sont donc créés par le calcul des distances moyennes entre les différents points répertoriés et leur  poids selon l’attribut « fréquentation » ; défini selon le nombre de fois que les enquêtés s’y rendent par mois.

9 Un ticket de bus pour un trajet unique dans le périmètre du municipe de Recife vaut aujourd’hui 2,15 reais, l’équivalent d’environ 0,70 euros.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Zone d’enquête Brasilit – 2013 : Logements informels consolidés dans la zone pauvre de Brasilit (Quartier Várzea)
Crédits Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 2. Zone d’enquête Vila Arraes – 2013 : Ruelle piétonne dans la zone pauvre consolidée de Vila Arraes (Quartier Várzea)
Crédits Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 3. Zone d’enquête Cordeiro – 2013 : Logements sociaux dans l’ensemble résidentiel Cordeiro (Quartier Cordeiro)
Crédits Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 1.Situation familiale des enquêtés – 2013
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. Situation socio professionnelle des enquêtés – 2013
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Mobilités quotidiennes des personnes âgées au sein du quartier de résidence par motif et moyen de déplacement – Recife – 2013
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4. Mobilités quotidiennes des personnes âgées en dehors du quartier de résidence par motif et moyen de déplacement – Recife – 2013
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Auteur : Pamela Quiroga.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 5. Mobilités quotidiennes des femmes âgées pauvres résidant à Brasilit – 2013
Légende *ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Réalisation : Pamela Quiroga, Université Rennes 2, ESO – Rennes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 6. Mobilités quotidiennes des hommes âgés pauvres résidant à Brasilit – 2013
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife Réalisation : Pamela Quiroga, Université Rennes 2, ESO – Rennes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 7. Mobilités quotidiennes des personnes âgées résidant à Cordeiro
Légende *ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Réalisation : Pamela Quiroga ; université Rennes2, laboratoire ESO-Rennes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 8. Mobilités quotidiennes des personnes âgées à Brasilit
Légende *ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Réalisation : Pamela. Quiroga ; université Rennes2, laboratoire ESO-Rennes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 9. Mobilités quotidiennes des personnes âgées à Villa Arraes
Légende *ce motif correspond aux achats non alimentaires, aux démarches administratives, au travail, à l’accompagnement des petits-enfants à l’école ou aux activités extra-scolaires, aux visites chez des amis, etc.
Crédits Source : Enquête 2011-2013, Recife.Réalisation : Pamela. Quiroga ; université Rennes2, laboratoire ESO-Rennes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5841/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pamela Quiroga, « Quelles mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5841 ; DOI : 10.4000/eps.5841

Haut de page

Auteur

Pamela Quiroga

Doctorante
UMR CNRS ESO Rennes 6590
Université Rennes II
quirogapamela@hotmail.fr
Directeur scientifique : Vincent Gouëset, Enseignant-Chercheur à l’Université Rennes II - Co-Directeur : Jan Bitoun, Enseignant à l’Université Fédérale du Pernambouc

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org