Navigation – Plan du site
Articles

Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine

Rio de Janeiro in a Mega-Event Hosting Context: the Role of the Public Authorities on Urban Segregation
Michaël Chetry et Jean Legroux

Résumés

À Rio de Janeiro, la lutte pour l'occupation de l'espace urbain a contribué à faire apparaître très tôt dans son histoire les contrastes entre les conditions de logement des riches et des pauvres. Cette organisation socio-spatiale hétérogène résulte d'un ensemble de facteurs : la configuration géographique particulière de la ville, la rapidité de la transition urbaine dans le pays, l'absence de politique de logement et de réglementation foncière ont contribué à une forme extrêmement inégalitaire de l’accès au sol urbain. Dans les limites de cet article, nous nous concentrerons sur le rôle primordial des pouvoirs publics qui, historiquement, ont non seulement privilégié les investissements dans les parties nobles de la ville mais aussi mené des politiques ambigües envers les favelas, oscillant selon les périodes entre éradication et intégration. Cette ambiguïté s’accentue aujourd’hui avec les transformations urbaines liées à l’organisation des grands évènements. Tandis qu’une politique tend à montrer une image d’intégration - « pacification », améliorations des services de base et développement économico-touristique de certaines favelas bien situées - une autre montre un caractère ségrégationniste à travers l’éradication d’autres favelas et le relogement de leur population dans de l’habitat social en périphérie de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cette dernière décennie, le Brésil a connu une forte croissance économique qui s’est accompagnée de l’élévation du niveau de vie et de la réduction des inégalités. Si ces changements récents profitent avant tout aux populations à bas revenus, les inégalités restent fortement marquées, en particulier en milieu urbain, dans un pays qui possède l’un des plus forts taux d’urbanisation au monde. C’est le cas à Rio de Janeiro qui, par ailleurs, connaît d’importantes transformations urbaines dans le cadre de l’accueil de la Coupe du Monde 2014 et des JO 2016 - dont les impacts ont été mis en lumière récemment par les fortes revendications sociales. Dans ce contexte nouveau, nous souhaitons nous interroger sur la place des populations à bas revenus dans cette ville.

2À Rio de Janeiro, les inégalités sont un trait majeur du processus d’urbanisation. La lutte pour l'occupation de l'espace urbain a contribué à faire apparaître très tôt les contrastes entre les conditions de logement des riches et des pauvres. Cette organisation socio-spatiale hétérogène résulte d'un ensemble de facteurs : la configuration géographique particulière de la ville, la rapidité de la transition urbaine dans le pays, et l'absence de politique de logement et de réglementation foncière ont contribué à une forme extrêmement inégalitaire de l’accès au sol urbain.

3Dans les limites de cet article, nous nous concentrerons sur le rôle primordial des pouvoirs publics dans l'évolution et le renforcement de ce processus d’urbanisation inégalitaire. Nous souhaitons montrer ici le renouvellement du caractère « sélectif » de l’action des pouvoirs publics qui contribue à renforcer la ségrégation spatiale en dépit des améliorations globales de niveaux de vie et des investissements considérables en infrastructures urbaines au cours des dernières années. Nous montrerons qu’historiquement ces derniers ont non seulement privilégié les investissements dans les parties nobles de la ville mais aussi mené des politiques ambiguës envers les favelas, oscillant entre éradication et intégration. Nous verrons que cette ambiguïté se maintient aujourd’hui avec les transformations urbaines liées à l’organisation de grands évènements. D’une part, une politique tend à montrer une image d’intégration - « pacification », améliorations des services de base et développement économico-touristique de certaines favelas - et, d’autre part, une autre témoigne d’un caractère ségrégationniste à travers l’éradication d’autres favelas et le relogement de leurs populations dans de l’habitat social en périphérie de la ville.

  • 1 Les entretiens mobilisés dans cet article ont été réalisés par Jean Legroux entre juin 2012 et déce (...)

4Après avoir décrit l’organisation socio-spatiale actuelle de Rio de Janeiro et présenté le rôle de l’intervention publique dans les dynamiques ségrégatives, nous chercherons à montrer comment les logiques qui accompagnent la construction d’une ville attractive perpétuent une ambiguïté des pouvoirs publics envers les populations à bas revenus. L’analyse se base sur l’exploitation d’informations officielles et de données statistiques et ainsi que sur une revue de la littérature scientifique et d’article de presse sur le thème de la transformation urbaine de Rio de Janeiro, notamment dans le contexte actuel des mégaévènements. Par ailleurs, l’étude mobilise des entretiens semi-dirigés avec des habitants et des responsables associatifs et d’ONG’s des favelas affectées par les projets liés aux méga-événements, complétés par plusieurs visites des terrains1.

1. Un processus d’urbanisation marqué par la ségrégation

1.1. La division sociale de l’espace à Rio de Janeiro

5En 2010, la Région Métropolitaine de Rio de Janeiro regroupe 17 municipes et plus de 11 millions d’habitants, dont 6 millions pour la seule ville de Rio de Janeiro. Le site sur lequel s’est développé l’espace urbain de Rio de Janeiro présente des particularités géographiques qui, si elles participent à la beauté naturelle de cette ville, ont toujours constitué une contrainte dans le processus de formation de l'espace urbain [Abreu, 1996]. En effet, Rio de Janeiro est cernée par l'océan et par deux baies, celle de Sepetiba à l'ouest et celle de Guanabara à l'est et est entrecoupée de trois grands massifs, dont l'un, celui de la Tijuca, est recouvert par la plus grande forêt urbaine du monde. Son territoire est parsemé de mornes, de lagunes et de zones marécageuses, façonnant un terrain accidenté qui contribue à donner naturellement un caractère compartimenté à la ville.

  • 2 Au cours des années 1950, les municipes composant la périphérie de Rio de Janeiro présentaient un t (...)

6L'insuffisance de terre ferme disponible pour être aménagée a configuré très tôt l'organisation socio-spatiale de la ville. À partir de son noyau central autour du port, l’expansion spatiale de Rio de Janeiro s'est faite le long de la côte et en direction de l'intérieur des terres, en suivant les routes menant aux exploitations agricoles et qui, plus tard, définiront les axes de développement des moyens de transport. Dans ce mouvement, les populations aisées ont occupé les terrains plats et secs, généralement proches du centre, et hautement valorisés par leur rareté. De leur côté, les populations pauvres se sont vues contraintes de s'installer dans les zones difficilement constructibles s’appropriant les pentes des mornes présents dans le centre et les terrains marécageux, bordant la baie de Guanabara. Par la suite, elles sont venues alimenter la croissance de la périphérie principalement à partir du milieu du 20ème siècle dans un contexte d’afflux massif de migrants pauvres vers les grandes villes2.

  • 3 Les différents types présentés sur la carte expriment la surreprésentation d’une ou plusieurs catég (...)

7Ce processus d’expansion a ainsi donné naissance à la structure métropolitaine actuelle, organisée selon un modèle centre-périphérie (figure 1)3. Globalement, les classes aisées se concentrent dans la partie centrale de l’espace métropolitain, à savoir la ville de Rio de Janeiro et le municipe voisin de Niteroi. À Rio de Janeiro, les quartiers littoraux de la zone Sud et son extension vers Barra da Tijuca et Jacarepagua, constituent des fronts d’expansion des catégories supérieures, ainsi que certaines parties de la zone Nord, comme le quartier de Tijuca, par exemple. Ces espaces se caractérisent par un niveau élevé d’équipements et de services, tout comme les quartiers des classes moyennes, à un degré moindre tout de même, qui constituent le suburbio (zone nord et une partie de Jacarepagua) et les municipes de la périphérie proche. Enfin les classes populaires (et ouvrières) occupent les quartiers distants de la zone ouest de Rio de Janeiro et des municipes de la périphérie distante, qui se caractérisent par donc par l’éloignement des lieux d’emplois et un faible accès aux services et équipements publics.

Figure 1. Profil social de la Région Métropolitaine de Rio de Janeiro en 2010

Figure 1. Profil social de la Région Métropolitaine de Rio de Janeiro en 2010

Élaboration : Observatório dos metrópoles, Michaël Chetry, 2014.

Source : Censo IBGE 2010.

8Cependant, si ce schéma exprime globalement la division sociale de la métropole de Rio de Janeiro, la présence des favelas dans l’ensemble de l’espace métropolitain rend la structure socio-spatiale plus complexe, et dont la singularité se trouve dans la proximité physique entre les couches aisées et pauvres de la population. Le développement des favelas est en effet partie prenante de la dynamique d’urbanisation et continue d’être significatif. Ainsi, sur l’ensemble de la région métropolitaine, entre 2000 et 2010, la population des habitants des favelas a augmenté plus fortement que celle des habitants « non-favelas », respectivement de 28 % et de 7 %, pour représenter 15 % de la population totale de la RMRJ en 2010, soit 1,7 million d’habitants [Cotelo et Rodrigues, 2013]. C’est certainement á l’échelle de la ville de Rio de Janeiro que s’exprime clairement cette coexistence entre les différentes couches de la population (tableau 1). La présence des favelas est significative dans toutes les zones de la ville bien que leur distribution soit inégale selon les aires de planifications. Ainsi, la zone centre possède le taux le plus élevé d’habitants en favelas (35 %) contre 17 % pour la zone Sud. En revanche, en termes absolus, le plus grand nombre d’habitants en favelas se trouve dans la zone nord avec 654 000 personnes soit 27 % de la population totale de la zone.

Tableau 1.  Population des favelas selon les Aires de Planification en 2010 et évolution du pourcentage d’habitants en favelas entre 2000 et 2010

Aire de planification

Population en 2010

Évolution de la population

entre 2000 et 2010 ( %)

Total

Favelas

 %

Favelas

Non-favelas

Zone Centre

297.976

103.296

35 %

28 %

4 %

Zone Sud

1.009.170

174.149

17 %

15 %

-1 %

Zone Nord

2.399.159

654.755

27 %

11 %

-1 %

Zone Barra/ Jacarepagua

909.368

236.834

26 %

53 %

28 %

Zone Ouest

1.704.733

274.739

16 %

15 %

8 %

Rio de Janeiro

6.320.446

1.443.773

23 %

19 %

5 %

Source : IBGE, recensement de la population 2010, in Cavallieri et Vial (2012 : 5).

9Entre 2000 et 2010, le nombre d’habitants des favelas a augmenté de 19 % sur l’ensemble du territoire de Rio de Janeiro, contre 5 % pour les habitants « non-favelas ». Cette augmentation a été particulièrement forte dans la zone centre (28 %), ce qui exprime une forte pression sur le centre qui concentre toujours les emplois, infrastructures et services urbains. Par ailleurs, en ce qui concerne la zone Barra/Jacarepagua, la forte croissance de la population « favela » et « non favela », de 53 % et de 28 % respectivement, traduit l’expansion urbaine et démographique qui s’opère dans cette région de la ville. Ces zones, qui bénéficient d’ailleurs de nombreux investissements liés à la préparation aux méga-événements, sont l’objet de la construction d’une nouvelle centralité urbaine au sein de laquelle on retrouve un certain conflit pour l’occupation résidentielle. En effet, il s’agit à la fois d’une aire d’expansion de profil social supérieur et d’une zone qui connaît une forte augmentation des couches populaires.

1.2. Le rôle des pouvoirs publics dans les dynamiques de ségrégation

10Les pouvoirs publics ont joué un rôle majeur dans la structuration de cet espace urbain socialement marqué que l’on vient de décrire, contribuant, directement ou indirectement, au renforcement des inégalités socio-spatiales à Rio de Janeiro. Traditionnellement, les interventions publiques et les politiques d’aménagement de l'espace urbain se sont faîtes au service des classes aisées. Les investissements dans le centre et les quartiers nobles étaient privilégiés, alors que l'expansion urbaine se faisait par l'occupation de zones dépourvues d'infrastructures et de services urbains, créant rapidement de grandes disparités entre les différentes parties de la ville en termes d'équipements publics, de réseaux (eau, assainissement, électricité, transport) ou de commerces. Abreu (1996, p. 15) souligne à ce sujet que « le soutien traditionnel de l'État aux intérêts et aux privilèges des classes et des groupes dominants se reflète par une « périphérisation » des classes à bas revenu, non seulement à travers leur localisation loin du centre mais aussi dans leur non accessibilité à la consommation des biens et services qui, bien que produits par l'État, se situent uniquement dans les zones les plus privilégiées de la ville et bénéficient, donc, principalement à ceux qui y résident ». De ce point de vue, la politique d'implantation des services urbains de base répondait en partie à une logique de rentabilité, en privilégiant des lieux garantissant un retour sur investissement à travers les impôts et les tarifs, justifiant ainsi la concentration des ressources dans les aires valorisées et déjà dotées d'infrastructures et d'équipements urbains [Lago, 1996]. Enfin, la classe moyenne a également joué un rôle essentiel dans les dynamiques ségrégatives : d’un côté, ses revenus lui permettent de s’approprier les espaces les mieux dotés et les plus valorisés et de l’autre, grâce à son pouvoir politique, elle s’accapare la distribution spatiale des investissements publics de la ville, renforçant des inégalités de conditions de vie entre les territoires de l’espace urbain [Vetter et Massena, 1981].

11Plus directement, les politiques successives menées dans des quartiers pauvres ont également participé à la structuration d’un espace urbain ségrégué. Au milieu du 19ème siècle, alors que l’espace urbanisé était encore restreint au noyau central, l’habitat populaire prenait la forme de cortiços, des demeures anciennes et détériorées, divisées en logements destinés à être loués. Face à la multiplication des épidémies, les mauvaises conditions sanitaires de la ville se sont retrouvées au centre des préoccupations des pouvoirs publics, qui vont mettre en œuvre de grandes réformes urbaines visant à assainir et à « civiliser » la ville, inspirés de la rénovation de Paris par Haussmann. Les réformes du maire Pereira Passos (1903 et 1906) sont à cet égard emblématiques et signent la fin des cortiços ne laissant aux populations pauvres que deux alternatives : aller vivre aux frontières de la ville ou, option choisie par le plus grand nombre, occuper les zones encore libres de la partie centrale et des environs : les pentes de mornes. C’est ainsi que les favelas ont surgi significativement dans le paysage urbain à partir des années 1910. Celles-ci vont susciter très tôt la préoccupation des classes dominantes et vont faire l’objet d’interventions officielles, au travers d’une attitude qui oscillera tout au long du 20ème siècle entre éradication/marginalisation et intégration/urbanisation. Dans les années 1960, sous couvert de résoudre le problème de l’habitat populaire, on assiste à la mise en place de politiques nationales dans le but de promouvoir l’éradication des favelas et la construction d’ensembles résidentiels populaires en périphérie, dans des zones distantes et dépourvues de services urbains [Cardoso et al. 2007]. Avec l’instauration de la dictature en avril 1964, la politique d’éradication des favelas se renforce, en particulier à Rio de Janeiro où est créée la Coordination de l’Habitat d’Intérêt Social de l’Aire Métropolitaine de Rio de Janeiro (Chisam). Cet organe aura pour objectifs d’éliminer totalement les favelas et de réorganiser l’espace urbain suivant une logique fonctionnelle de séparation des zones résidentielles des classes aisées et populaires, notamment en expulsant les habitants des favelas des zones centrales de ville, en particulier dans la zone sud, vers des ensembles résidentiels construits dans la périphérie [Brum, 2013].

12À partir de la fin des années 1970, dans un contexte d’ouverture politique avec l’approbation de la Constitution de 1988, les municipalités commencent à implanter des programmes d’urbanisation et de régularisation des favelas, comme à Rio de Janeiro avec le projet Favela-Bairro. Initié en 1994, l’objectif de ce dernier est l’intégration physique et sociale des favelas en construisant ou complétant la structure urbaine de celles-ci avec l’implantation d’infrastructures et d’équipements urbains. Le volet régularisation n’a lui quasiment jamais abouti et le projet - bien que présenté au départ comme innovant dans le domaine de la participation populaire - s’est en réalité résumé à des réunions d’informations sur le projet [Correia, 2003]. Malgré des résultats mitigés, la grande visibilité du projet, qui privilégiait des améliorations physiques, a permis de légitimer l’urbanisation comme le mode d’intervention le plus approprié. Ce procédé, comme nous l’observerons dans la partie suivante, semble s’être accéléré et perfectionné dans le traitement des favelas, notamment dans le contexte de préparation aux grands événements.

2. La fabrique actuelle de Rio de Janeiro dans le contexte des méga-évènements 

13La reconfiguration urbaine actuellement à l’œuvre à Rio de Janeiro dans le contexte des grands-événements a pour corolaire une double attitude des pouvoirs publics dans le traitement des quartiers à bas revenus. Outre les nombreuses expropriations d’habitants de certaines favelas et leur relocalisation en périphérie, on observe également des projets d’urbanisation et d’intégration d’autres favelas qui répondent souvent à des objectifs différents que celui de lutter contre la ségrégation socio-spatiale. Les impacts combinés du programme fédéral d’habitation Minha Casa Minha Vida (« Ma Maison Ma Vie ») qui vise l’accès à la propriété des couches populaires, et de la reconfiguration urbaine actuelle à Rio de Janeiro se traduisent par deux phénomènes : l’appropriation par les acteurs publics locaux et les promoteurs immobiliers du programme fédéral ; et la survalorisation de certaines zones par la concentration des investissements publics et de la spéculation immobilière.

2.1. Le programme Minha Casa Minha Vida : l’ « habitation sociale de marché »

14Les dynamiques ségrégatives s’intensifient aujourd’hui par les alliances et rapprochements croissants entre l’État, le capital immobilier et le capital financier. Comme le soulignent Mendonça et Costa [2011], l’entrée du capital financier dans le marché de la construction civile au cours de la dernière décennie a eu pour effet d’instaurer une nouvelle relation entre la politique publique d’habitation et la production privée de logement au Brésil. Cette nouvelle forme de production de l’habitat pour les populations à bas revenus est parfois désignée sous l’expression « habitation sociale de marché ». Cette action combinée des politiques d’habitation et de la production privée de logements aurait comme conséquence l’intensification de la production d’aires urbaines super-valorisées s’accompagnant de l’émergence ou de la consolidation de zones de populations à bas revenus, toujours plus distantes que les antérieures [Mendonça et Costa, 2011]. Nous abordons ici les effets sur la structure socio-spatiale de Rio de Janeiro de la première véritable politique national de logement mise en place au Brésil.

  • 4 En 2014, le salaire minimum s’élève à R$ 724 soit 240 € environ.

15Le programme Minha Casa Minha Vida (MCMV) a été lancé en 2009 avec pour objectif la création de mécanismes d’incitation à la production et à l’acquisition de nouveaux logements pour des familles dont les revenus sont compris entre 0 et 10 salaires minimums4. Il s’agissait également de redynamiser le secteur de la construction civile après la crise des Subprimes de 2008. Les objectifs initiaux prévoyaient la production d’un million de nouvelles résidences, dont 800 000 réservées aux deux segments au plus bas revenus (de 0 à 3 et de 3 à 6 salaires minimums). Le gouvernement fédéral a confié à l’initiative privée les ressorts de l’application du programme MCMV. Concrètement, ce sont les constructeurs qui décident de la localisation des unités de logements, les segments bénéficiaires, et le type de construction [Cardoso, Nunes, 2013]. Aussi, la structure même du programme MCMV, « en dirigeant la politique de l’habitat strictement vers les financements et l’achat de nouvelles unités, en attribuant des subventions très élevées - au travers des incitations à l’emprunt - non seulement à l’industrie de la construction civile, mais aussi aux capitaux immobiliers de façon générale - contribue à la valorisation immobilière, rendant difficile ses propres objectifs d’ampliation de l’accès à de plus amples couches de la population, à cause des prix plus élevés » [Mendonça et Costa, 2011, p. 30].

16De fait, l’étude de la localisation des programmes d’habitations financées par le programme MCMV démontre que 47 % des logements produits (et plus de 53 % de ceux réservé au plus bas segment de revenu), se concentrent dans la zone ouest de Rio, à l’extrême limite de la tâche urbaine, là où le foncier est moins cher [Cardoso, Rodrigues Nunes, 2013] Le programme est largement mobilisé pour reloger des personnes aux revenus modestes en périphérie, notamment - nous le verrons - suite à des expropriations liées aux transformations urbaines impulsées par les méga-événements. C’est en cela que l’action des pouvoirs publics, reléguée à la logique marchande - puisque les constructeurs choisissent les terrains en fonction du prix de la terre - participe du processus de ségrégation socio-spatiale à Rio de Janeiro. Ces terrains à la marge de la ville, sont par ailleurs dépourvus de services et d’infrastructures urbaines, renforçant les inégalités socio-spatiales. Le caractère ségrégatif de la production de logement par le programme MCMV est accentué par la construction de grands ensembles de plusieurs centaines de logements motivée par des économies de coûts et qui contribue aussi à produire de l’homogénéité sociale.

2.2. Les impacts des projets urbains liés aux méga-événements sur la ségrégation socio-spatiale

  • 5 Ces deux événements ne représentent d’ailleurs que la consécration d’une « stratégie de ville » bas (...)

17Notre hypothèse est que les méga-événements, dans le cadre d’une véritable stratégie de ville fondée sur la spéculation immobilière et les grands projets urbains, viennent renforcer et accélérer les effets d’un modèle de construction de la ville (et de production de l’habitat) de plus en plus basé sur les alliances entre l’État, le capital immobilier et le capital financier. En accueillant la Coupe du Monde 2014 (dont la finale) et l’organisation des JO d’été 2016, Rio de Janeiro affiche clairement la consécration de sa destinée de ville attractive et touristique5. Depuis les années 2000, de nombreux travaux montrent que les pays et les villes ont accepté la stratégie des méga-événements comme outil pour propager une image favorable, renforcer la croissance et transformer l’espace urbain [Andranovich G, Burbank, 2001 ; Horne J, Manzenreiter W, 2006 ; Antier G, 2005]. Bien au-delà des discours produits par le marketing urbain et les promoteurs de méga-événements à propos des impacts positifs de ces derniers, il faut souligner que les transformations urbaines afférentes accélèrent les dynamiques de spéculation immobilière, de fragmentation de l’espace urbain et augmentent la ségrégation socio-spatiale. La fabrique de l’espace urbain au travers de grandes interventions a pour objectif d’accélérer la flexibilisation (juridique, institutionnelle, territoriale etc.) en démontant les obstacles à l’expansion ou à la valorisation de l’espace. Mais la finalité de cette flexibilisation est la « valorisation de capitaux spéculatifs immobiliers et fonciers » [Brandão, 2006, p. 4].

18Dans la profonde reconfiguration actuelle de Rio de Janeiro on observe : la rénovation d’anciennes centralités (la zone sud et le centre-ville) dont la désormais classique revitalisation de la zone portuaire (projet Porto Maravilha), et la consolidation de nouvelles centralités (Barra da Tijuca par exemple). Les projets liés à cette réorganisation de l’espace urbain provoquent l’expropriation souvent violente des populations à bas revenus dont une grande partie est relogée en périphérie lointaine, dans les logements du programme MCMV. De fait, un total de 30 favelas représentant 8350 familles sont concernées par les expropriations, sachant que 2434 familles ont déjà été expropriées (tableau 2).

Tableau 2. Familles expropriées ou menacées de l’être par des projets liés à la Coupe du Monde 2014 et aux JO 2016

  • 6 Nous avons rassemblé certains investissement tels que : l’élargissement du Sambodromo, la construct (...)

Interventions urbaines

Nombre de familles expropriées

Nombre de familles menacées

Total

BRT

1203

4028

5231

Porto Maravilha

605

1142

1747

Autres infrastructures6

626

746

1372

Total

2434

5916

8350

Source : Comitê Popular da Copa (2013).

  • 7 Bus en site propre.

19Plusieurs favelas ont été éradiquées sous couvert de l’implantation de projets de transport collectif comme le BRT (Bus Rapid Transit)7. Ainsi, le BRT Transoeste a servi de justificatif pour exproprier la population de nombreues favelas, dont 150 familles de la favela de Restinga, 120 de celle de Vila Harmonia, 235 de Recreio 2. Le BRT Transcarioca et la construction d’un nouvel accès à une résidence de luxe ont provoqué l’expropriation de 68 familles de la favela de Arroio Pavuna. La plupart de ces familles ont été relogées via le programme MCMV dans des logements situés en périphérie de la ville.

20Ces quelques exemples ne sont qu’une illustration d’un processus global des méga-événements dans lequel les projets servent de justificatifs à l’expropriation des populations à bas revenus des zones centrales et valorisées de la ville vers la périphérie dépourvue d’infrastructures et de services urbains, appuyant ainsi une logique de ségrégation. Dans le même temps, on observe des tendances de polarisation et d’homogénéisation sociale dans les zones prisées par les classes moyennes/hautes, la spéculation immobilière et les capitaux financiers. Certaines zones comme celles de Barra da Tijuca et de Recreio, en faisant disparaître les favelas par des projets liés aux grands événements, ont pour effet d’accroître l’homogénéisation sociale de leurs espaces.

21Faisant écho au « soutien traditionnel de l’État aux intérêts et aux privilèges des classes et des groupes dominants » [Abreu, 1996], les logiques actuelles d’investissement sur le territoire carioca affichent également une concentration dans les zones déjà valorisées ou en cours de grande valorisation immobilière. À titre d’exemple, le quartier de Barra da Tijuca, où sera construit le futur parc olympique, bénéficie de 3 des 4 couloirs de BRT en phase d’implantation et du prolongement de la ligne de métro venant de la zone sud et du centre. Pourtant, les réels besoins en transport de la ville se concentrent au nord, dans les municipes périphériques où le système de train dégradé et l’offre insuffisante de bus ont pour conséquence de pénibles conditions de transport, et non dans la zone de Barra da Tijuca qui concentre à peine 13 % des emplois formels en 2010 selon l’IBGE.

2.3. Des interventions publiques équivoques dans les favelas

22Dans les favelas, le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro a lancé fin 2008 un programme de « pacification » avec l’implantation d’Unités de police pacificatrice (UPP). Cette politique phare du gouvernement local dans la lutte contre la violence et le trafic de drogue réside dans la mise en place d’une police de proximité, installée de manière permanente, et s’accompagne de politiques d’urbanisation et de régularisation, et de programmes sociaux et de développement économique. Toutefois, des doutes subsistent quant aux objectifs réels de cette politique : d’une part, les UPPs sont installées principalement dans les favelas situées dans des zones touristiques, fortement valorisées par le marché immobilier, ou celles concernées par les méga-événements, et, d’autre part, les investissements apportés contribuent à une augmentation du coût de la vie et des logements qui représentant un risque pour la permanence de la population d’origine [Chetry, 2013]. Dès lors, pour l’heure, cette politique apparaît comme partie intégrante de la stratégie de Rio de Janeiro en tant que ville entrepreneuriale autour de l’organisation d’événements [Freeman, 2012], en libérant à la spéculation immobilière de vastes zones autrefois dépréciées par la présence du trafic et en ouvrant à la logique du marché des territoires qui en étaient jusqu’alors exclus.

23Par ailleurs, les politiques actuelles d’urbanisation de certaines favelas sont également effectuées à travers le Programme fédéral d’Accélération de la Croissance (PAC) lancé en 2007 et qui a contribué à doubler les investissements publics de 1,6 % à 3,3 % du PIB en 2010 [Governo Federal Brasileiro, 2014]. Plusieurs domaines d’investissements composent ce programme (transport, eau et assainissement, électricité), y compris le programme MCMV et des investissements destinés à la coupe du Monde. Le « PAC-Copa » est ainsi responsable des travaux des ports et aéroports des villes-hôtes de la Coupe du Monde 2014. Par ailleurs, de nombreux travaux issus du PAC sont destinés à l’amélioration de certaines favelas de Rio de Janeiro avec des investissements dans la construction de postes de santé, crèches, assainissement, rénovation viaire, etc.

  • 8 Le Complexo do Alemão est un complexe de 19 favelas situé dans la zone nord de Rio de Janeiro, en (...)
  • 9 Entre la date d’inauguration et la date de célébration des 6 millions de passagers en 2013, le télé (...)
  • 10 Voir le reportage: « Construção de teleféricos nas favelas do Rio causa polêmica » (TV A FOLHA). Di (...)
  • 11 Ce résultat demeure le même, que l’on prenne les données officielles de 80 000 habitants ou les don (...)

24Nous développerons ici quelques exemples de l’implantation du PAC au Complexo do Alemão8 et dans la favela de Rocinha qui attestent d’une certaine préoccupation d’améliorer les conditions de vie de populations à bas revenus [Governo Federal Brasileiro, 2014]. Au Complexo do Alemão, financé à travers la première phase du PAC (PAC-1), le premier « transport de masse par câble » du Brésil a été inauguré le 7 juillet 2011 et a coûté 210 millions de R$. Le système, qui promettait de transporter 30 000 passagers par jour, transporte en moyenne un tiers de cet objectif9. L’inefficacité du téléphérique comme option de transport pour les habitants est flagrante si l’on prend en compte le fait que 60 % des usagers du système, pendant le week-end sont des touristes (contre 30 % en semaine10) et que, dans le même temps le téléphérique transporte au plus 10 % de la population locale11. Ces données confirment les propos d’un militant de l’Institut Raizes em Movimento qui nous a confié : « Les stations du téléphérique ont été pensées dans une logique de sécurité publique et de symbole pour la ville, pas de transport public de masse ».

25La solution téléphérique pour les favelas - emblème des contradictions entre le développement d’une ville attractive et les besoins plus urgents des habitants - semble se consolider puisque deux autres projets ont été élaborés. Ainsi, le Morro da Providência dans le centre-ville, connu pour être l’une des plus anciennes favelas du Brésil, bénéficie lui aussi la construction d’un téléphérique inauguré pendant la coupe du Monde en juillet 2014. En pleine zone de valorisation immobilière et de rénovation de la zone portuaire par le projet Porto Maravilha, le téléphérique de Providência a coûté 75 millions de R$ et a été financé au travers du programme Morar carioca (provenant des trois niveaux de gouvernement : fédéral, État de Rio et municipalité de Rio). Dans le cadre de la transformation de la ville liés á l’accueil des méga-événements, la favela fait partie intégrante du projet de valorisation immobilière de la zone portuaire et de sa transformation en pôle touristique [Broudehoux, 2011]. Enfin, un troisième projet de téléphérique est en cours dans la favela de Rocinha, située dans la Zone Sud : estimé à 700 millions de R$, il représente á lui seul plus de 40 % du budget total de la deuxième phase du PAC (PAC-2) pour la favela12.

  • 13 Les projets incluent la construction et l’élargissement d’une voie principale formant une ceinture (...)

26L’étude de l’implantation de téléphériques dans les favelas apporte quelques éléments éclairants sur les logiques de l’intervention de l’État dans ces espaces. Tout d’abord, de nombreux travaux du PAC-1 au Complexo do Alemão n’ont pas été réalisés, comme par exemple, l’ouverture de nouvelles voies carrossables et la construction d’un réseau viaire intégré, d’escaliers et de rues pavés13. En outre, le système d’assainissement et le réseau d’égouts n’ont été que très partiellement réalisés. Aussi le téléphérique apparaît pour beaucoup comme une futilité, au vu de la non-réalisation des travaux d’infrastructures de base au cours du PAC-1. L’analyse du programme dans la favela de Rocinha affiche des conclusions similaires. Bien que l’accès à l’eau potable et au système d’assainissement aient été identifiés comme des besoins prioritaires par le PAC- 1, les travaux prévus en ce sens n’ont pas été effectués à l’instar de l’élimination du principal égout à ciel ouvert de la favela. Un responsable associatif local, Martins de Oliveira, nous confie :

Le PAC-1 a laissé derrière lui un projet d’assainissement qu’il reste à faire, une crèche inachevée, un plan incliné à peine entamé et un marché populaire non réalisé (…) Comment allons-nous croire qu’ils vont réaliser des travaux d’assainissement dans le PAC-2 si ils n’ont rien fait en ce sens dans le PAC-1 ?

27À Rocinha, les mêmes arguments que l’on retrouve au Complexo do Alemão se font entendre quant à la pertinence du projet de téléphérique pour la mobilité des habitants. Outre son coût élevé, on explique mal le besoin de recourir à un tel mode de transport étant donné les nombreuses routes déjà asphaltées. Comme dans les autres cas de téléphériques, la critique se concentre sur la non-adéquation avec certains besoins en termes de transport de matériaux, marchandises et déchets, et sur la difficulté d’accès pour les personnes âgées et les handicapés. Ainsi, Martins de Oliveira, dénonce le but touristique au détriment de la population en narrant sa participation à un débat sur le téléphérique :

J’ai soulevé le fait que téléphérique ne transporte ni les personnes âgées, ni les déchets domestique, ni les achats, et ne fait en somme rien. [L’élaborateur du projet] m’a répondu que cette plainte n’avait pas de sens parce toutes les stations sont reliées à des voies carrossables. Je lui ai alors demandé : pourquoi construire un téléphérique si il existe déjà des voies carrossables ? Ils ne construisent donc pas un téléphérique pour nous, ils le font pour d’autres, les touristes.

28La logique touristique identifiée dans les trois cas de téléphériques, tous financés par le biais de programmes publics (PAC ou Morar Carioca) exprime en partie l’attitude des pouvoirs publics à l’égard de certaines favelas. Outre le fait que les besoins les plus fondamentaux (assainissement, éducation, santé) soient ignorés, la construction de téléphériques provoque également des expropriations. Par exemple, dans la favela de Providência, de nombreuses familles ont été (ou seront) expulsées avec les travaux du téléphérique, la rénovation de la place Americo Blum, la réalisation de travaux viaires, etc., relogées pour la plupart en périphérie [Sanchez et Broudehoux, 2013]. Quant à Rocinha, environ 1800 familles seront expropriées pour la construction du téléphérique.

Conclusion 

29À Rio de Janeiro, les politiques publiques actuelles, dans un contexte de gestion et de production de l’espace urbain orientées par la stratégie des méga-événements, illustrent donc la permanence de la logique « ségrégationniste » des pouvoirs publics envers les populations à bas revenus. Historiquement, ces derniers ont joué un rôle décisif dans le maintien et le renforcement des inégalités socio-spatiales que ce soit en privilégiant les classes aisées et leurs espaces ou, plus directement, en menant des campagnes d’éradication des favelas. De ce point de vue, les investissements et projets actuels liés aux méga-événements produisent de nombreuses expropriations - touchant uniquement les favelas et impliquant la disparition de certaines d’entre elles - et la relocalisation des habitants en périphérie de la ville.

30Parallèlement, les pouvoirs publics implantent dans certaines favelas des programmes d’urbanisation et de « pacification » visant leur intégration et leur désenclavement. Pour autant, le choix des favelas ciblées, localisées en majorité dans les quartiers touristiques et aisés, pose la question des réels bénéficiaires de ces interventions. D’autant qu’en dépit des améliorations apportées aux habitants, ces programmes peuvent conduire à terme, comme des signaux en attestent déjà, à ce que l’on nomme au Brésil les « expropriations blanches », c’est-à-dire l’expulsion par les prix d’une certaine partie de la population.

31Enfin, plus largement, cette continuité ne se restreint pas seulement á la logique ségrégationniste des pouvoirs publics. Nous partageons ainsi l’hypothèse de Ribeiro (2014) selon laquelle le renouveau du dynamisme économique de Rio de Janeiro ne s’accompagne pas d’une évolution de la structure et du mode de fonctionnement de l’accumulation urbaine, c’est-à-dire du « modèle de développement qui oriente l’économie politique de la ville ».

Haut de page

Bibliographie

ABREU M. (1996), A Evolução Urbana do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, IPLANRIO.

ANDRANOVICH G. & BURBANK, M., HEYING Ch. (2001), Olympic Cities: Lessons learned from Mega-Event Politics, Journal of urban affairs, 23(2), pp. 113-131.

ANTIER G. (2005), Les stratégies des grandes métropoles : enjeux, pouvoirs et aménagement, Paris, Armand Colin, 253 p.

BRANDÃO C. (2006), Grandes projetos urbanos : o que se pode aprender com experiência brasileira ? Relatório de pesquisa, Lincoln Institute of Land Policy, Rio de Janeiro.

BROUDEHOUX A-M. (2011), « The Social and Spatial Impacts of Olympic Image Construction: The case of Beijing 2008 », in S. Wagg, H. Lenskyj, A Handbook of Olympic Studies, London, Palgrave Macmillan.

BRUM M. (2013), Favelas e remocionismo ontem e hoje : da ditadura de 1964 aos Grandes Eventos, O Social em questão, n° 29, pp. 179-208.

COMITÊ POPULAR DA COPA (2013), Megaeventos e violações dos Direitos Humanos no Rio de Janeiro.

CARDOSO A., ARAUJO R., COELHO W. (2007), « Habitação Social na Região Metropolitana do Rio de Janeiro », in A. Cardoso (dir.), Habitação Social nas Metrópoles Brasileiras - Uma avaliação das políticas habitacionais em Belém, Belo Horizonte, Porto Alegre, Recife, Rio de Janeiro e São Paulo no final do século XX, Porto Alegre, Coleção Habitare, pp. 42-81.

CARDOSO A., RODRIGUES NUNES D., ARAUJO F. (2013), Quando um direito vira produto : impactos do programa minha casa minha vida na cidade do Rio de Janeiro, UERJ, XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana, 18 a 22 de novembro 2013.

CAVALLIERI F., VIAL A. (2012), Favelas na cidade do Rio de Janeiro : o quadro populacional com base no Censo 2010, Coleção Estudos Cariocas, Instituto Pereira Passos, Prefeitura da Cidade do Rio de Janeiro, n° 20120501.

CHETRY M. (2013), La domination territoriale des favelas par les trafiquants de drogue à Rio de Janeiro, Espaces et sociétés, n° 155, p. 79-93. DOI : 10.3917/esp.155.0079.

CORREIA F. (2003), Programa Favela-Bairro : cidadania e exculsão, Dissertação de Mestrado, Ciência Política, UFRJ, Rio de Janeiro.

COTELO F., RODRIGUES J. (2013), Como cresce a Região Metropolitana do Rio de Janeiro ? Uma comparação entre os Censos Demográficos de 2000 et 2010, Cadernos de Desenvolvimento Fluminense, Rio de Janeiro, n° 2, julho.

HORNE J., MANZENREITER W. (2006), An introduction to the sociology of sports mega-events, The editorial Board of the Sociological Review, 24, in J.Horne & W.

FREEMAN J. (2012), Neoliberal accumulation strategies and the visible hand of police pacification in Rio de Janeiro, Revista de Estudos Universitários, vol. 38, n° 1, p. 95-126.

GOVERNO FEDERAL BRASILEIRO, Site officiel du gouvernement fédéral sur le PAC, disponible sur http://www.pac.gov.br (consulté le 20/09/2014).

IBGE – Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. (2012), Données citées disponibles sur : http://www.ibge.gov.br/

LAGO L. (1996), Desigualdades socioespaciais e mobilidade residencial na metrópole do Rio de Janeiro : novas tendências em tempo de crise, Cadernos IPPUR, Rio de Janeiro, n° 2, ano X, p. 57-76.

MENDONCA J., COSTA H. (Eds) (2011), Estado e Capital Imobiliário. Convergências atuais na produção do espaço urbano brasileiro. Editora c/ arte., 50p.

RIBEIRO L.-C. (2014), O Rio de Janeiro no contexto dos mega-eventos : a hegemonia de um modelo de desenvolvimento, non-publié à l’heure actuelle.

SANCHEZ F., BROUDEHOUX A.-M. (2013), Mega-events and Urban Regeneration in Rio de Janeiro: Planning in a State of Emergency, International Journal of Urban Sustainable Development, 5(2).

TAVARES E. (2013), Estrutura urbana e mobilidade espacial nas metrópoles, Rio de Janeiro, Letra Capital/Observatório das Metrópoles.

VETTER D., MASSENA R. (1981), « Quem se apropria dos benefícios líquidos dos investimentos do Estado em infra-estrutura ? – uma teoria da causação circuar », in L. Machado da Silva (dir.), Solo urbano – Tópicos sobre o uso da terra. Série Debates Urbanos. Rio de Janeiro, Zahar. 

Haut de page

Notes

1 Les entretiens mobilisés dans cet article ont été réalisés par Jean Legroux entre juin 2012 et décembre 2013.

2 Au cours des années 1950, les municipes composant la périphérie de Rio de Janeiro présentaient un taux de croissance de 7,3% par an [Tavares, 2013].

3 Les différents types présentés sur la carte expriment la surreprésentation d’une ou plusieurs catégories socio-occupationnelles, surreprésentation qui renvoie à de la part relative de la catégorie socio-occupationnelle dans le type par rapport à l’ensemble de la région métropolitaine.

4 En 2014, le salaire minimum s’élève à R$ 724 soit 240 € environ.

5 Ces deux événements ne représentent d’ailleurs que la consécration d’une « stratégie de ville » basée sur l’accueil des méga-événements et le développement touristique. Aussi, la ville a-t-elle accueilli les Jeux Militaires de 2011, le sommet pour l’environnement Rio+20 en 2012, la Coupe des Confédérations de 2013 et les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) en 2013.

6 Nous avons rassemblé certains investissement tels que : l’élargissement du Sambodromo, la construction d’un parking pour le stade Maracana à l’endroit de la favela Metrô-Mangueira, ou encore la construction d’une nouvelle voie d’accès au Stade João Havelange.

7 Bus en site propre.

8 Le Complexo do Alemão est un complexe de 19 favelas situé dans la zone nord de Rio de Janeiro, en bordure de l’Avenida Brasil.

9 Entre la date d’inauguration et la date de célébration des 6 millions de passagers en 2013, le téléphérique a transporté en moyenne 8550 passagers par jour.

10 Voir le reportage: « Construção de teleféricos nas favelas do Rio causa polêmica » (TV A FOLHA). Disponible sur : http://www.youtube.com/watch?v=I5fbf4DdIbI.

11 Ce résultat demeure le même, que l’on prenne les données officielles de 80 000 habitants ou les données extra-officielles de 120 000 habitants.

12 Selon les calculs de l’EMOP (Empresa Pública de Obras Públicas). Voir : http://www.rocinha.org/noticias/view.asp?id=2717

13 Les projets incluent la construction et l’élargissement d’une voie principale formant une ceinture de 2,5 kilomètres autour du complexe de favelas et la création de plusieurs voies secondaires à partir de cet axe, totalisant 101 078 m2 de surface pavée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Profil social de la Région Métropolitaine de Rio de Janeiro en 2010
Légende Élaboration : Observatório dos metrópoles, Michaël Chetry, 2014.
Crédits Source : Censo IBGE 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Chetry et Jean Legroux, « Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/5809 ; DOI : 10.4000/eps.5809

Haut de page

Auteurs

Michaël Chetry

Maître de conférences
Université Fédérale Fluminense
chercheur associé á l’Observatorio das Métropoles (IPPUR/UFRJ).
chetrym@hotmail.com

Jean Legroux

Doctorant
Laboratoire Économie des Transports (Université Lyon 2/ENTPE/CNRS)
Instituto de Pesquisa e Planejamento urbano e Regional - IPPUR/UFRJ.
jeanlegroux@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org