Navigation – Plan du site
Articles

Urbanisation, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil

Urbanization, Spatial Constraints and Democratic Challenge in Brazil
Dominique Vidal
p. 71-83

Résumés

Cet article se propose d’aborder une des dimensions de la dynamique démocratique du Brésil à partir des résultats d’enquêtes menées par l’auteur dans plusieurs métropoles brésiliennes depuis une vingtaine d’années et d’un travail de synthèse de la recherche en sciences sociales sur le pays. Il entend plus précisément montrer comment les contraintes de l’espace place aujourd’hui le Brésil devant le défi de donner sens à l’idée de démocratie dans une société où les perspectives de mobilité s’inscrivent dans des cadres de plus en plus contraints. On reviendra pour cela d’abord sur ce qui s’est joué en quelques décennies avec l’urbanisation et la mise en place d’une matrice socio-politique, en examinant l’évolution des liens entre mobilité géographique et mobilité sociale, la grande tolérance aux inégalités et les conséquences du corporatisme dans l’imaginaire social. On s’intéressera alors à l’émergence d’un nouveau sens du juste dans un pays désormais largement urbanisé, en insistant sur l’affaiblissement du paternalisme, la formation de nouvelles attentes sociales et la fragilité du droit à la ville.

Haut de page

Texte intégral

1Les discours sur le Brésil contemporain s’organisent le plus souvent autour de deux pôles. On insiste, d’un côté, sur les permanences qui caractérisent le pays sur la longue durée. On explique alors le fonctionnement de sa vie politique et des rapports sociaux à partir de structures qui se seraient forgées à l’époque coloniale ou, dans une autre perspective, on attribue les pratiques qui s’y observent à une culture singulière que le temps n’altèrerait guère. C’est notamment le cas des les analyses qui s’inscrivent dans le prolongement d’auteurs brésiliens qui ont acquis le rang d’« interprètes » du pays [Freyre, 1974 ; Buarque de Holanda, 1998 ; Prado Jr, 1994 ; DaMatta, 1983]. Mais on constate aussi, d’un autre côté, que le Brésil d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec ce géant endormi maintenu en perpétuel devenir par des crises à répétition, et l’on spécule désormais sur son émergence dans un monde globalisé [Rouquié, 2006 ; Saint-Geours, 2012 ; Théry, 2014].

2Aucune de ces grilles de lecture ne saurait être rejetée en bloc. Chacune comporte même des éléments essentiels pour l’interprétation du Brésil et nourrissent fréquemment la façon dont les Brésiliens aiment à se représenter. Il n’est ainsi nullement erroné de soutenir que les équilibres entre pouvoir central et pouvoirs locaux résultent de mécanismes de transaction qui se sont mis en place avant son indépendance ou que les formes de sociabilité possèdent des caractéristiques originales. Il est également incontestable que le Brésil a acquis un nouveau statut international au cours de la dernière décennie et que tout indique que sa place dans les échanges internationaux devrait croître à l’avenir.

3Pour diverses qu’elles soient, ces approches ont pourtant en commun de ne pas donner toute son importance au changement qu’a représenté le rétablissement des procédures démocratiques après plus de deux décennies d’autoritarisme (1964-1985). La transition démocratique n’a certes pas entraîné immédiatement une amélioration des conditions de vie et un renouvellement du personnel politique. Intervenue dans une période de grave crise économique et sous le contrôle étroit des forces conservatrices liées aux militaires, elle a plutôt paru engendrer une profonde continuité entre ces deux périodes. Près de trois décennies après le retour des civils au pouvoir, les idéaux des opposants à la dictature restent de même bien loin d’avoir été réalisés, comme en témoignent, pour ne citer que quelques exemples, la dénonciation régulière d’affaires de corruption, l’insuffisance notoire des services publics et l’importance de la criminalité violente.

4On se méprendrait cependant si l’on s’en tenait à un constat désabusé. La démocratie doit en effet être envisagée, au Brésil comme ailleurs, non comme un modèle figé que devrait réaliser une société, mais comme une expérience qui voit les humains décider collectivement de leur sort avec pour objectif la maîtrise collective des choses et la réalisation d’une société d’égaux [Rosanvallon, 2008]. La démocratie ne saurait avoir de ce fait de définition stable puisque c’est justement l’objet de la politique de décider de sa signification. Or c’est bien cette expérience que font les Brésiliens, tant les insatisfactions et les désenchantements alimentent le processus démocratique, que ce soit dans les débats parlementaires, lors des campagnes électorales ou quand surgissent des mouvements revendicatifs tels ceux qui ont secoué les grandes villes en juin 2013.

5Cet article se propose d’aborder une des dimensions de cette dynamique à partir des résultats d’enquêtes que j’ai menées dans plusieurs métropoles brésiliennes depuis une vingtaine d’années et d’un travail de synthèse de la recherche en sciences sociales sur le pays. Il entend plus précisément montrer comment les contraintes de l’espace placent aujourd’hui le Brésil devant le défi de donner sens à l’idée de démocratie dans une société où les perspectives de mobilité s’inscrivent dans des cadres de plus en plus contraints. On reviendra pour cela d’abord sur ce qui s’est joué en quelques décennies avec l’urbanisation et la mise en place d’une matrice socio-politique, en examinant l’évolution des liens entre mobilité géographique et mobilité sociale, la grande tolérance aux inégalités et les conséquences du corporatisme sur l’imaginaire social. On s’intéressera ensuite à l’émergence d’un nouveau sens du juste dans un pays désormais largement urbanisé, en insistant sur l’affaiblissement du paternalisme, la formation de nouvelles attentes sociales et la fragilité du droit à la ville.

1. La marque d’une matrice socio-politique

6La dynamique du Brésil contemporain procède largement d’une matrice socio-politique qui se forme à partir des années 1930 sous le régime autoritaire de Getúlio Vargas quand la population commence à basculer des campagnes vers les zones urbaines. Partir travailler en ville représente alors pour les ruraux non seulement la possibilité de mieux gagner sa vie, mais aussi la perspective d’accéder à des formes de citoyenneté sociale permises par la mise en place à la même époque d’un droit du travail et d’institutions de protection sociale. Il en résulte une grande acceptation de l’inégalité socio-économique et la faible diffusion de l’idée de lutte des classes parmi les couches populaires, deux dimensions de la société brésilienne sans lesquelles on ne peut comprendre la conjoncture actuelle du pays.

1.1. La mobilité comme aspiration ordinaire

7Des peuples indigènes avant même l’arrivée des Portugais aux paysans pauvres des campagnes aujourd’hui, la mobilité géographique a toujours constitué une solution courante pour chercher un sort meilleur. Migrer ne serait-ce que de quelques kilomètres, seul ou par petits groupes constitués autour d’unités familiales, a souvent suffi pour échapper à des rivaux et trouver une nouvelle terre où s’installer ou se placer sous l’autorité d’un nouveau protecteur. Le déplacement comme réponse ordinaire à l’adversité devient néanmoins un phénomène de grande ampleur quand, à partir des années 1940, le Brésil devient en quelques décennies un pays où l’essentiel de la population réside en ville. Selon le dernier recensement de 2010, plus de 84 % des 190 millions de Brésiliens vit dans une agglomération urbaine, alors que ce n’était le cas que de moins de 10 % en 1900, où il n’en comptait que 14 millions. Le grand changement a eu lieu en à peine quarante ans, puisque le taux de population urbaine passe de 31,3 % à 68,6 % entre 1940 et 1980, une période au cours de laquelle la population totale se multiplie par trois. Ces migrations voient des millions d’habitants partir des campagnes pour des zones urbaines, notamment, de la région Nordeste vers les métropoles industrielles de Rio de Janeiro et São Paulo. 24 % des ruraux s’en vont vivre en ville dans les années 1950, 36 % au cours de la décennie qui suit, et, taux d’exode rural jamais égalé au Brésil, 42 % pendant les années 1970, avant que la crise économique ne ralentisse ce processus.

8En partant travailler dans des villes jusqu’à quatre mille de kilomètres de chez eux, les migrants quittent une vie souvent misérable où ils travaillaient sur une terre qui n’était pas toujours la leur. Aussi dur que soit ce qu’ils trouvent en ville, ils n’en nourrissent pas moins le sentiment de découvrir un monde nouveau et de voir leurs conditions d’existence s’améliorer [Perlman, 1976]. Bien qu’ils forment le gros des pauvres des villes, ils gagnent toujours plus qu’avant et acquièrent des biens (vêtements, chaussures, postes de radio, médicaments, lunettes, dentiers, etc.) auxquels ils n’avaient que rarement accès dans des campagnes où l’électricité n’arrivait pas toujours. Ces nouveaux citadins trouvent aussi en ville des écoles et des postes de santé où, même si on y dispense une éducation et des soins de piètre qualité, on ne reste pas dans le dénuement. Certains, arrivés analphabètes, éprouvent une fierté nouvelle en apprenant à lire et à écrire. D’autres découvrent dans l’action syndicale qu’ils ne sont pas réduits à devoir plier devant ceux qui détiennent l’autorité. Ceux qui élèvent des enfants espèrent que ces derniers auront un sort meilleur que le sort limité auquel est promis celui qui travaille la terre.

9Pendant ces quatre décennies de forte croissance, la promotion sociale paraît d’autant plus à portée de main de celui qui est prêt à un dur labeur que, même si les faits viennent régulièrement contredire les rêves, chacun connaît dans son entourage quelqu’un qui s’est élevé. Les recherches sur la mobilité sociale au Brésil soulignent d’ailleurs ses caractéristiques exceptionnelles pour la période qui va des années 1950 au début des années 1980 [Pochmann, 2011]. Durant ces quatre décennies, il est le pays qui, juste après la Corée du Sud, enregistre la plus forte mobilité structurelle. En 1973, si 60,9 % des hommes adultes sont nés dans des familles de travailleurs agricoles, il n’y en a plus que 30,5 % qui ont toujours la même situation. Ceux qui partent abandonnent les travaux des champs pour devenir ouvriers de l’industrie ou du bâtiment, portiers d’immeubles ou s’emploient dans les mille métiers de zones urbaines en pleine expansion. Dans un contexte dominé par l’industrialisation, la construction de logements et la réalisation de grands travaux d’infrastructure, puis par la croissance des services, les parts des secteurs primaire, secondaire et tertiaire passent de, respectivement, 54 %, 12,9 %, 33,1 % de la population économiquement active en 1960 à 29,9 %, 24,4 % et 45,7 % en 1980, avant d’atteindre 10 %, 19 % et 71 % en 2010.

10Hormis quelques cas d’ascension vertigineuse, la mobilité sociale qui accompagne cette époque de forte mobilité géographique est une mobilité de « courte distance » [Scalon, 1999], tant les nouveaux venus en ville passent surtout du bas de l’échelle sociale dans le monde rural aux occupations les moins bien rémunérées du monde urbain. Il n’en reste pas moins que, sur fond de bouleversement de la structure sociale, s’installe la conviction que l’on est promis à s’élever pourvu que l’on sache en saisir l’occasion. Cette aspiration ne concerne d’ailleurs pas que les anciens ruraux dans un pays où les diplômés de l’enseignement secondaire accèdent en ce temps sans difficultés à des emplois de cadres dans l’administration et les grandes entreprises. Elle se matérialise alors aussi dans des mobilités résidentielles, comme lorsque des milliers de familles des quartiers périphériques de Rio de Janeiro viennent s’installer à proximité des plages emblématiques. Et si les inégalités sociales s’accroissent considérablement dans les années 1960 et 1970, elles sont rarement vécues comme telles, tant elles paraissent peu de choses à côté d’une promotion sociale partagée le plus grand nombre.

11Une fois finie la période de forte croissance qui reçut en son temps le nom de « miracle » économique, la mobilité sociale décline entre 1980 et le début des années 2000 durant la longue période de crise économique qui marque la transition à la démocratie. Dans un contexte de hausse du chômage et de précarité de l’emploi, la majorité des Brésiliens voient leurs conditions de vie se dégrader et, même si le niveau général de formation a augmenté rapidement, ils constatent qu’il est devenu difficile de gravir des échelons. L’ambition de s’élever socialement ne les a pourtant jamais quittés durant ces deux décennies et est redevenue une aspiration tangible depuis que le Brésil a renoué avec la croissance. La prégnance de l’imaginaire de mobilité qui s’est formé à l’époque de l’urbanisation se manifeste toutefois maintenant dans un pays où l’essentiel de la population vit en ville. Comme dans les autres sociétés modernes, la possibilité de voir sa situation personnelle s’améliorer dépend aujourd’hui moins au Brésil de la capacité à changer de lieu de résidence que d’un niveau de formation adapté aux besoins du marché du travail. Or l’inadéquation persistante du système éducatif rend cet objectif difficilement accessible pour le plus grand nombre.

12L’urbanisation accélérée du Brésil aura en ce sens miné les perspectives de mobilité sociale par mobilité géographique qui, pour limitées qu’elles aient été dans la plupart des cas, paraissaient à la portée du plus grand nombre.

1.2. Le fondement du sentiment de pleine appartenance sociale

13C’est aussi au cours de ces décennies qui voient les villes attirer la population des campagnes que les inégalités de revenus augmentent considérablement et que se cristallisent les représentations de la société brésilienne insistant sur les distances abyssales entre milieux sociaux. À trop insister sur l’écart qui séparent les plus riches des plus pauvres, ces discours manquent pourtant l’essentiel, en ne tenant pas compte de ce qui fait sens pour le plus grand nombre, en particulier pour les couches les plus modestes. Ils négligent notamment la grande tolérance à l’inégalité des Brésiliens, ainsi que ce qui, au-delà des disparités économiques, fonde pour eux la reconnaissance de la pleine appartenance sociale.

14Le Brésil a en effet peu à voir avec les sociétés dont les membres, parce qu’ils ne se considèrent pas foncièrement différents les uns des autres, estiment que chacun doit bénéficier des mêmes droits et des mêmes chances, les inégalités ne pouvant être fondées dans une certaine mesure que sur des différences de mérite. On y a toujours été très loin de ce que Robert Castel a appelé, pour parler de la France jusqu’aux années 1970, une « société salariale » qui avait pour « acquis fondamental (…) [de] construire un continuum de positions sociales non pas égales, mais comparables, compatibles entre elles et interdépendantes [Castel, 1995, p. 470]. Par-là, il entendait que, dans ce type de formation sociale, chacun se pense comme membre d’un corps social constitué d’individus fondamentalement semblables entre eux, en dépit des différences de positions et des inégalités socio-économiques. Or seule une minorité de la population brésilienne a, d’une part, pleinement bénéficié jusqu’à présent d’un niveau de protection sociale la mettant à l’abri de la vulnérabilité. L’idée d’appartenir à un vaste ensemble où les positions individuelles sont comparables le long d’un continuum n’y fait, d’autre part, pas sens, à quelque niveau que l’on se trouve. Les Brésiliens manifestent en effet une grande tolérance aux inégalités de revenus, si on les compare aux conceptions du juste et de l’injuste prévalant en Europe occidentale en matière de rémunération et de rétribution de l’effort [Cardoso, 2010]. Ceux qui gagnent le moins considèrent ainsi justifié que les mieux placés dans la hiérarchie professionnelle perçoivent des rémunérations dix ou vingt fois supérieures à la leur, quand, en Suède ou en Allemagne, l’inégalité salariale tolérée va rarement au-delà d’un revenu deux ou trois fois plus haut que celui des occupations les moins bien payées. Ils sous-évaluent de surcroît considérablement l’ampleur des inégalités sociales, en attribuant en particulier des niveaux de rémunérations moins élevés que dans la réalité aux cadres et à ceux qui exercent des professions libérales. Cela ne les empêche pas pour autant d’estimer que ceux qui occupent des emplois peu qualifiés devraient gagner bien plus, mais ce jugement ne remet pas en lui-même en cause l’acceptation d’une société très inégale.

15On repère sans peine dans ces représentations les transformations rapides intervenues au cours des dernières décennies. Dans un pays qui a connu des phénomènes de mobilité aussi importants en moins d’un demi-siècle, l’aspiration à la mobilité sociale ascendante continue d’être toujours une attente partagée, fût-elle au prix d’une structure sociale inégalitaire. La croyance en la possibilité de voir sa position significativement s’élever par un travail acharné occupe ainsi les esprits de nombreux Brésiliens, et la valeur accordée aux titres scolaires se lit dans la légitimité que possèdent aux yeux de tous les rémunérations élevées pour les titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur.

16À la différence de ce qui s’observe généralement dans des sociétés plus stables et relativement homogènes, ce n’est en fait pas tant l’inégalité elle-même que la façon dont elle peut s’exprimer dans des interactions ordinaires qui porte le plus atteinte au sens du juste des individus en situation d’infériorité économique et sociale. Pour ces derniers, le sentiment d’être tenu à distance par ceux qui se trouvent en situation de supériorité est toujours plus durement ressenti que l’inégalité de revenus et les différences de modes de vie qu’elle génère. Ce n’est en effet ni la richesse, ni un statut social supérieur que ceux qui se trouvent en situation dominée reprochent à ceux qui occupent une place plus élevée dans la hiérarchie sociale, mais les comportements dédaigneux ou emprunts de méfiance qu’il leur arrive de témoigner [Vidal, 1998]. Ils se sentent alors rejetés dans une altérité radicale qui, plus que l’inégalité de positions, leur rappelle combien on les tient pour des individus à la marge de la bonne société. Ou, pour reprendre un des mots qui structurent les propos tenus à ce sujet, c’est le fait de ne pas être traités comme des « êtres humains » (gente) qui est dénoncé. Et, à l’inverse, les membres des couches populaires, et en particulier les plus pauvres, goûtent tout particulièrement les manifestations de « respect » (respeito) des dominants quand ces derniers reconnaissent leur honnêteté, leurs qualités de bon travailleur ou leur vertu parentale. Car la conviction d’être considéré comme un individu agissant conformément aux normes de la vie sociale, et de ce fait reconnu comme appartenant pleinement à la société en dépit d’une position dominée, passe largement par les jugements qui émanent de ceux qui incarnent la légitimité culturelle.

1.3. L’imaginaire du corporatisme contre la lutte des classes

17Loin de tracer une frontière nette entre leur monde et celui des couches supérieures, les membres des secteurs populaires préfèrent d’ailleurs généralement souligner ce qui les en rapproche, en insistant par exemple sur leurs projets d’ascension sociale ou les bonnes relations qu’ils ont su tisser avec des gens aisés. On ne rencontre ainsi au Brésil rien de comparable au « nous » identitaire de travailleurs fiers de partager une appartenance de classe se définissant dans l’opposition au « eux » des couches dominantes, comme Richard Hoggart [Hoggart, 1970] et Paul Willis [Willis, 2011] ont pu l’observer dans le monde ouvrier anglais. Cela ne signifie pas pour autant que ceux qui se trouvent en situation d’infériorité économique et sociale n’aspirent pas à de meilleures conditions de vie. Leur insatisfaction ne débouche pas non plus sur une remise en cause radicale de l’organisation sociale, hormis chez les militants politiques et syndicaux, peu nombreux en leur sein, qui en appellent à un changement révolutionnaire.

18Le Brésil a certes connu dans son histoire de nombreuses révoltes et grèves ouvrières, mais ces mouvements de protestation n’ont généralement eu que peu à voir avec la lutte de classe, telle que l’a pensée le marxisme, quand bien même leurs promoteurs s’en réclamaient. Comme dans le reste de l’Amérique latine [Touraine, 1988], les revendications des secteurs populaires expriment le plus souvent une demande d’intégration à une société ordonnée par l’action de l’État. Le vocabulaire marxiste de la lutte des classes a beau émailler les discours ici et là, il ne suscite qu’épisodiquement des identifications fortes chez ceux qu’il a vocation à mobiliser en classe pour soi. Et c’est au fond davantage chez des personnes issues des couches moyennes qu'il offre une grille de lecture simple qui, même si elle ne permet guère de produire le processus révolutionnaire escompté, a pour grand avantage d’imputer le statu quo politique au retard du peuple ou à sa fausse conscience, tout en s’adonnant au plaisir de l’imprécation.

19Toutes les luttes pour rendre effectives ou élargir les protections associées au droit du travail s’inscrivent en réalité dans le cadre qui s’est dessiné lorsque, dans les années 1930, se met en place une législation sociale sous la présidence de Getúlio Vargas. Inspirée du corporatisme de l’Italie fasciste, elle s’organise autour d’un droit du travail, de tribunaux chargés d’arbitrer les conflits entre employeurs et salariés, et d’un système de prévoyance qui donne accès à l’assurance-maladie et à des caisses de retraite. Une partie des travailleurs urbains accèdent alors à la protection sociale et, en particulier, au droit à un salaire minimum, à une durée maximale de la journée de travail et à des congés payés. Pour tous ceux qui n’avaient jusque-là connu d’autres formes de protection sociale que celles, fragiles et incertaines, d’organisations charitables, d’élus, d’employeurs et de propriétaires terriens paternalistes, c’est la possibilité d’échapper aux relations de dépendance personnelle par l’accès au droit social qui prend forme. Seuls cependant les travailleurs dont l’activité professionnelle est définie et reconnue par la loi en bénéficient. Wanderley Guilherme dos Santos a parlé d’une « citoyenneté réglementée » (cidadania regulada) à propos de ces droits sociaux, attribués sous un régime autoritaire, qui laissent dans une condition de « pré-citoyens » les travailleurs dont l’activité n’est pas juridiquement réglementée comme ouvrant à ces droits [Santos, 1987, p. 68]. C’est néanmoins une rupture dans la façon dont les couches populaires envisagent le rôle de la puissance publique et leur place dans la société. Bien que ces formes de protection n’aient jamais concerné qu’une minorité de Brésiliens, leur mise en place donne naissance à un puissant imaginaire de l’inclusion sociale que permet la reconnaissance d’une profession par l’État [Cardoso, 2010]. Car même si ceux qui travaillent dans l’économie informelle n’y ont pas accès ou qu’un grand nombre n’a pas cotisé suffisamment d’années pour en jouir pleinement, elles rendent à tous tangible la perspective de ne plus être un jour à la merci du bon vouloir d’un employeur.

20L’accès au droit du travail comme symbole de l’inclusion sociale continue d’organiser les représentations et les pratiques politiques bien après la mort de Vargas. Ce dernier est en effet resté dans la mémoire populaire comme le « père des pauvres » qui « a donné des droits » et mis un terme à des conditions de vie qui, après l’abolition, restaient toujours celles de l’esclavage. Après avoir concerné les migrants des campagnes arrivés en ville, l’accès au droit devient un horizon pour les travailleurs agricoles eux-mêmes, avec l’adoption, en 1963, du Statut du travailleur rural [Garcia, 1989]. Vingt-cinq ans plus tard, cet imaginaire souffle de nouveau sur les travaux de l’Assemblée constituante quand, au lendemain du régime militaire, le Brésil se dote d’une nouvelle Constitution fédérale dont le texte comporte la mention des droits de nombreuses catégories de travailleurs. Et, aujourd’hui toujours, la lutte contre des formes de travail dégradantes qualifiées de « travail esclave », dans les ateliers de confection de São Paulo comme dans des campagnes reculées, rappelle comment cet idéal du travailleur libre protégé par le droit s’est érigé par opposition à ce qui rappelle la condition de l’esclave [Vidal, 2012].

21La faiblesse de la référence à la lutte des classes dans ce vaste ensemble de pratiques où l’inclusion sociale résulte de la reconnaissance par l’État se manifeste toutefois de façon encore plus saisissante dans le rôle des syndicats entre la puissance publique et ceux dont ils sont censés représenter les intérêts. Depuis l’époque Vargas, la législation assure à chacun d’eux d’être en situation de monopole dès qu’ils deviennent majoritaires dans une circonscription territoriale et, surtout, de disposer de ressources grâce à l'obligation faite à chaque salarié de leur verser une cotisation dénommée l’« impôt syndical ». Préférant l’arrangement avec le patronat au combat syndical, ces organisations qui n’ont pas vraiment besoin de nombreux militants assurent surtout l’encadrement des travailleurs et consacrent l’essentiel de leur énergie au maintien de leur position, ainsi qu’à la gestion de mutuelles et de services sociaux. L’essor d’un syndicalisme revendicatif durant le régime militaire – dont l’ancien président Lula fut la figure de proue – a sans nul doute fait chanceler ces syndicats corporatistes prêts à tous les accommodements dès lors que leurs dirigeants parvenaient à satisfaire leurs appétits dans des jeux d’appareils. Il reste cependant loin d’avoir mis fin à cette logique qui fait de la plupart des syndicats brésiliens, y compris des plus puissants, des institutions d’un genre particulier [Brochier, 2001].

22Les transformations qu’a connues le Brésil au cours des dernières décennies ont pourtant progressivement entraîné une remise en question du bien-fondé de l’ordre social, laquelle gagne désormais de très larges secteurs de la population. Car si la matrice socio-politique que nous venons de présenter imprègne toujours à des degrés divers les représentations sociales et les logiques des acteurs politiques, elle fait de moins en moins sens en n’offrant plus les mêmes possibilités de se projeter dans l’avenir qu’à l’époque où la population du pays se déplaçait des campagnes vers les villes.

2. Un nouveau sens du juste à l’épreuve d’un pays urbanisé

23En plus de transformer radicalement sa physionomie, l’urbanisation du Brésil a graduellement modifié la façon dont la majorité des Brésiliens envisagent ce qu’est une société juste. En milieu urbain, le rapport de clientèle ne règle plus les relations sociales avec la même efficacité que dans les campagnes, et de nouvelles attentes sont apparues chez les citadins les plus défavorisés, fréquemment issus des migrations rurales. Il en ressort la fragilité du droit à la ville dont l’aspect le plus saillant – la criminalité violente – révèle l’ampleur des mutations de la société brésilienne et des défis auxquels elle fait face.

2.1. L’efficacité déclinante du paternalisme

24Le mode majeur d’intégration des individus à la société a connu des bouleversements colossaux au cours des décennies qui ont vu l’urbanisation massive de la population brésilienne. Dans le monde rural, chacun, quel que fut son statut, ne pouvait en effet trouver une place qu’au prix de sa capacité à entretenir des relations fondées sur la recherche de la protection d’hommes forts et d’équilibres fragiles entre groupes familiaux. Hormis sur les territoires où vivent les peuples indigènes, les campagnes brésiliennes n’ont jamais compté de formes d’organisation sociale comparables aux ejidos mexicains et aux comunas andines. Aucun mode de gestion collective des terres, aucune référence à une lointaine origine partagée n’ont ainsi donné une identité et des règles à des populations rurales qui, dès les débuts de la colonisation, présentent un caractère peu traditionnel sur l’ensemble du territoire [Queiroz, 1978]. Et c’est parce qu’ils forment des ensembles composites d’individus poursuivant avant tout des stratégies familiales que les habitants des campagnes dépendent de la qualité des relations qu’ils entretiennent avec leur environnement immédiat. Sur les fronts pionniers, hier comme aujourd’hui, là où une figure d’autorité n’a pas toujours eu le temps de s’imposer, on doit savoir composer avec les groupes familiaux du voisinage dans des relations qui, selon les moments, peuvent donner lieu à une coopération étroite comme à des conflits violents [Monbeig, 1952 ; Souchaud, 2002]. Ailleurs, lorsque le peuplement possède une plus grande stabilité, on recherche aussi la protection de plus puissants que soi parmi les propriétaires terriens et les notables de bourgades.

25Ce rapport de clientèle – entendu au sens de « rapport de dépendance personnelle non lié à la parenté qui repose sur un échange réciproque de faveurs entre deux personnes, le patron et le client, qui contrôlent des ressources inégales [Médard, 1976] » – constituait le principal mode d’intégration sociale dans un pays essentiellement rural. Il définissait les obligations des deux parties l’une vis-à-vis de l’autre, le patron secourant son client quand il se trouvait dans le besoin ou sous la menace d’un tiers, celui-ci le rétribuant par son allégeance en votant pour le candidat qu’il soutenait, en travaillant sur ses terres ou en exécutant ses basses besognes. Sans jamais offrir une protection absolue, tant les calamités naturelles et les luttes entre grandes familles bouleversaient régulièrement les équilibres des campagnes, il limitait alors les risques auxquels chacun était exposé dans un monde où dominaient la pauvreté et la violence. Relation inégalitaire entre deux individus (et, plus généralement, deux familles), le rapport de clientèle donnait à tous ceux qui y prenaient part une place dans l’ordre social local. Il ne caractérisait d’ailleurs pas seulement les relations de ceux qui se trouvaient au plus bas de l’échelle sociale avec ceux qui occupaient les strates supérieures, car il pouvait aussi relier toutes les positions le long d’une hiérarchie sociale où l’on pouvait être à la fois patron et client.

26Or le passage rapide du Brésil d’une société principalement rurale à un pays où l’essentiel de la population vit en ville a largement entamé le substrat sociologique du rapport de clientèle. Il reste certes une rhétorique paternaliste qui imprègne les relations entre des individus séparés par une importante distance sociale et qui est souvent tenu comme le signe de la prégnance des rapports de clientèle hérités du monde rural. Que ce soit à propos des relations entre une patronne et sa bonne, entre des fonctionnaires de niveaux hiérarchiques distincts, entre un avocat et sa secrétaire, ou entre un résident habitant des beaux quartiers et le portier de son immeuble, on peut par exemple observer la présence d’un vocabulaire et de pratiques qui se rapportent à cette matrice. Celui ou celle qui se trouve alors en position dominante fait montre de son affection pour ceux, conjoncturellement dominées, en leur faisant des faveurs diverses, et ces derniers reconnaissent en retour son autorité, en acceptant parfois de rendre des services que ne prévoient pas explicitement les cadres contractuels.

27L’échange paternaliste en milieu urbain traduit toutefois moins l’attachement des subalternes à un modèle de relations traditionnelles où l’on se soumet à un patron en contrepartie de sa protection qu’un langage imposé qui permet de régler tant bien que mal une relation hiérarchique. Ce sont d’ailleurs souvent les mieux placés qui croient le plus à la rhétorique paternaliste, tellement elle leur ménage le beau rôle de celui qui fait preuve de compassion. Rarement dupes de la subordination et de l’infériorité dans laquelle on les tient, ceux qui n’ont d’autre choix que de se plier à l’autorité se contentent généralement de se prêter à ce jeu, en les remerciant pour leur bonté, ne sachant que trop les risques qu’encourt celui qui n’accepte pas sa place dans une hiérarchie. Dans les grandes villes, les actions que les travailleurs domestiques (dont 93 % sont des femmes) intentent aujourd’hui devant la Justice du travail contre les employeurs qu’elles accusent de ne pas avoir respecté le droit du travail en constituent une bonne illustration [Vidal, 2007]. Depuis que la Constitution de 1988 a élargi l’accès au droit social à cette catégorie, la justice du travail fournit à ces femmes au bas de l’échelle sociale de nouveaux schèmes d’interprétation du monde dans lequel elles vivent. Ce qui est juste et injuste ne repose plus maintenant seulement dans la qualité des relations personnelles, mais aussi dans ce qui est permis et interdit par la loi. Et si l’accès des travailleuses domestiques au droit social ne bouleverse pas radicalement l’agencement des rapports sociaux, il change néanmoins leur perception de l’ordre social, de la place qu’elles y tiennent et de ce qu’elles peuvent en espérer.

2.2. Des attentes sociales renouvelées

28Le sens du juste des Brésiliens s’est aussi modifié au fur et à mesure des changements que le pays a connus ces dernières décennies. L’amélioration générale des conditions de vie a notamment entraîné de nouvelles attentes plus dures à satisfaire, en dépit de l’amélioration des ressources publiques. Considérons pour s’en faire une idée les domaines de la santé et de l’éducation qui sont de longue date au cœur des campagnes électorales.

29Concernant la santé, le retour à la démocratie a été à l’origine de transformations majeures dans l’accès aux soins. La Constitution de 1988 érige la santé en « droit de tous et devoir de l’État » et jette les bases d’un Système unique de santé (SUS) dont la vocation est d’assurer l’accès gratuit à l’ensemble des services de santé publique. Il s’agissait là d’une revendication des opposants au régime militaire sous lequel ceux qui ne contribuaient pas à la prévoyance sociale ne pouvaient que rarement être soignés gratuitement. En à peine deux décennies, la mise en place du SUS a contribué à une amélioration significative de la situation de la santé au Brésil et constitue aujourd’hui une référence pour les autres domaines des politiques publiques. Plus de 75 % de la population brésilienne en dépend aujourd’hui exclusivement pour sa santé, le reste recourant en partie ou en totalité au secteur privé. Ses dizaines de milliers d’équipes et d’unités, réparties sur tout le territoire, ont notamment facilité un meilleur suivi de la santé des familles, des campagnes de vaccination infantile de grande ampleur, un contact plus facile des populations vulnérables avec des personnels de santé et la distribution gratuite de médicaments. En combinant étroitement prévention et traitement, l’action publique a également permis de contenir l’épidémie de sida, et, dans les pays du Sud, le Brésil fait figure à juste titre de modèle en la matière.

30En dépit de ces progrès considérables, le système de santé publique brésilien assure cependant des prestations de qualité moindre que celui d’autres grands pays d’Amérique latine comme l’Argentine, le Chili, la Colombie et le Mexique. Les investissements importants dont il a bénéficié au cours des vingt dernières années n’ont pas suffi à compenser des caractéristiques issues de l’histoire. Les inégalités de santé restent encore fortes entre la majorité des Brésiliens qui dépendent du SUS et une minorité aisée qui peut bénéficier d’une médecine privée onéreuse. Il n’est du reste pas dit que la croissance économique permette de les réduire. L’augmentation du pouvoir d’achat se traduit ainsi aujourd’hui par un recours croissant – mais modulé selon le niveau des revenus – à ce secteur privé en forte expansion. Ce dernier bénéficie en particulier des systèmes d’assurance sociale mis en place par certains syndicats qui, après en avoir appelé à la création du SUS, constatent maintenant ses limites et lui cherchent des alternatives pour leurs adhérents. L’accès de tous à des soins de qualité demeure pour cette raison plus que jamais au cœur de la politique de santé publique.

31L’incapacité des pouvoirs publics à répondre à la demande sociale est encore plus marquée en matière d’éducation. En dépit des politiques publiques menées depuis la fin du régime militaire, le système éducatif n’offre toujours qu’une formation de faible qualité à la majorité des Brésiliens et s’avère incapable de fournir en nombre suffisant une main-d’œuvre qualifiée à l’économie. Le Brésil pâtit ici encore du poids de son histoire. Dans une société restée longtemps rurale, l’éducation apparaissait d’autant moins une priorité pour la puissance publique qu’un bas niveau de qualification n’empêchait pas de travailler dans une économie agraire. Ni l’action publique, ni la croissance du nombre d’établissements privés – toutes deux stimulées par la demande d’éducation qui se développe ensuite au fur et à mesure qu’augmentent les postes de travail qualifié avec l’urbanisation et l’industrialisation – n’ont pallié cette carence. Le Brésil affiche aujourd’hui des indicateurs qui le placent dans les derniers rangs des nations industrialisées et, en Amérique latine, derrière l’Argentine, le Chili et le Mexique. L’analphabétisme a certes désormais pratiquement disparu dans les jeunes générations, mais les enquêtes PISA sur le suivi des acquis des élèves montrent que le Brésil obtient des résultats particulièrement médiocres en compréhension de l’écrit et en mathématiques. L’enseignement secondaire concentre le feu des critiques, où la majorité des élèves étudient dans des conditions dégradées [Brochier, 2009].

32La demande d’éducation reste néanmoins particulièrement forte, car même s’ils ne sont plus aussi élevés que jusque dans les années 1970, les bénéfices tirés d’un diplôme restent toujours significatifs. Ils jouent d’abord toujours un rôle important dans l’accès à l’emploi. En augmentant le nombre de diplômés, l’expansion scolaire a ainsi eu pour effet d’entraîner une diminution de la valeur des titres scolaires, en même temps qu’elle restreint l’accès aux emplois même faiblement qualifiés à ceux qui en ont peu ou aucun. Dans le secteur des services, les employeurs demandent de plus en plus que les candidats à un emploi d’employé soient titulaires du second degré, le diplôme de fin d’études secondaires, quand ils n’exigent pas qu’ils aient également suivi une formation spécifique. Dans les hôpitaux, il faut aujourd’hui de même avoir obtenu un diplôme délivré au terme de deux années d’études après le second degré pour espérer être embauchée comme aide-soignante. Et, dans ce contexte, les efforts importants de la puissance publique vers l’enseignement depuis une décennie, s’ils ont donné lieu à une revalorisation de la condition enseignante et à un accroissement important de la population estudiantine, n’ont que très partiellement répondu aux attentes des Brésiliens qui consacrent souvent des sommes importantes pour étudier dans des établissements privés.

2.3. Un droit à la ville bien fragile

33Dans le prolongement du concept élaboré par Henri Lefebvre, l’idée de droit à la ville renvoie à la possibilité pour les citadins de disposer de conditions de vie en ville convenables et de pouvoir changer leur environnement en ce sens. Or ce droit à la ville, s’il a assurément progressé depuis les mouvements sociaux urbains de la fin des années 1970, demeure fragile. Des dispositions destinées à le rendre effectif ont bien été adoptées dans le sillage de la Constitution de 1988, et le Statut de la ville, loi votée en 2001, en fait même son objectif premier. Ces mesures restent cependant loin d’améliorer la qualité de vie des citadins et de les associer pleinement à la transformation des villes. D’importants travaux d’infrastructures (assainissement des eaux usées, murs de soutènement d’habitations sur des collines, ouverture de dispensaires) ont de même réduit les risques dans de nombreuses zones d’habitat illégal et eu un effet positif sur la plupart des indicateurs de santé, mais ils s’avèrent encore très insuffisants pour répondre à tous les risques de glissements de terrain et aux menaces sanitaires liées à la dégradation de l’environnement.

34Vivre en ville pèse de plus lourdement sur le budget d’un nombre important de citadins qui consacrent une partie importante de leurs revenus à payer un loyer ou à rembourser un prêt immobilier. La construction de grands ensembles d’habitat social ne répond que partiellement à la demande des ménages. L’éloignement fréquent des bassins d’emplois de ces nouvelles zones d’habitat en conduit même beaucoup à préférer vivre à l’étroit sous un même toit plutôt que de passer de longues heures dans des transports en commun bondés. D’autant que, phénomène lié à la hausse du pouvoir d’achat, l’accroissement du nombre d’automobiles (qui a augmenté de 80 % entre 2002 et 2012) et de motocyclettes (qui a été multiplié par cinq pendant la même période), s’il facilite les mobilités individuelles, accentue les problèmes de circulation et la pollution.

35Les villes représentent surtout de moins en moins un horizon où se découvrent de nouvelles perspectives de vie et de travail, comme à l’époque où elles accueillaient en masse des migrants ruraux dans des conditions objectivement plus dures qu’aujourd’hui. Nées pour l’essentiel en milieu urbain, les jeunes générations de citadins ne font pas l’expérience d’ouverture du monde qu’avaient souvent connue leurs aînés et constatent bien davantage l’écart entre le mode de vie des habitants des beaux quartiers et ceux, pauvres en équipements, où vit l’essentiel de la population (Perlman, 2010). L’insatisfaction qui en résulte nourrit alors autant l’idée du droit à la ville qu’elle en exprime la fragilité.

36La criminalité violente qui est, à des degrés divers, le lot de toutes les villes est d’une des expressions de ce fragile droit à la ville que ressent une partie de la jeunesse populaire. L’augmentation des phénomènes de violence depuis la transition à la démocratie résulte de la combinaison d’un ensemble de facteurs aussi divers que l’essor du trafic de stupéfiants, la circulation croissante d’armes à feu et la disponibilité pour des comportements délinquants des jeunes des couches défavorisées [Peralva, 2001]. Comme dans les autres sociétés modernes, c’est en effet moins la pauvreté en elle-même que l’affaiblissement de l’efficacité des cadres anciens de socialisation et les frustrations nées de la situation d’infériorité sociale dans un univers consumériste qui poussent vers la délinquance. Ou, pour le dire dans les termes de la célèbre analyse de Robert Merton sur la déviance, le comportement déviant procède souvent d’un besoin de conformité contrariée et du souhait d’atteindre des buts socialement valorisés par des moyens non conformes à ceux que la société valorise.

37L’incapacité des pouvoirs publics à endiguer la criminalité et à susciter la confiance de la population dans les forces de l’ordre et la justice pénale constitue un des défis les plus difficiles devant lesquelles se trouvent aujourd’hui placées les institutions démocratiques. En dépit d’un effort accru de formation de la police et de résultats significatifs dans le déclin des homicides dans certaines localités, le Brésil reste bien loin d’une situation où, selon la célèbre analyse de Max Weber, l’État peut revendiquer avec succès le monopole de la violence physique légitime. Le lynchage de petits délinquants ou d’auteurs d’agressions sexuelles comme l’assentiment que rencontrent ceux qui éliminent de supposés criminels, quand ce n’est pas le recours pur et simple à des hommes de main pour se faire justice, rappellent régulièrement les limites de l’institution étatique. Transparaît alors en filigrane l’histoire d’un pays où ceux qui, dans les campagnes, occupaient les échelons inférieurs de la hiérarchie sociale se trouvaient à la merci de grands propriétaires dont dépendaient leur protection et où l’État n’avait pu d’ailleurs étendre son influence qu’en prenant appui sur des potentats qu’il ne contraignait guère.

Conclusion

38Trois décennies après le départ des militaires, le Brésil a connu de nombreuses transformations en partie dues au rétablissement des procédures démocratiques. Il possède désormais des institutions stables qui ont montré leur solidité à différents moments de crise, et des dispositifs participatifs associent dans de nombreuses villes la population à la définition des priorités de l’action publique. Des politiques sociales ont permis de réduire considérablement le nombre de pauvres, et, au cours des dix dernières années, le niveau de vie de l’ensemble de la population a sensiblement augmenté. Les résultats des élections rappellent d’ailleurs régulièrement que les Brésiliens n’hésitent pas à accorder leurs suffrages aux élus dont ils sont satisfaits ou, inversement, à les refuser à ceux dont ils sont mécontents. Quelles que soient ses faiblesses, la dynamique politique brésilienne reste de ce fait toujours portée par le souhait de nombreux acteurs de voir se réaliser l’idéal d’une société plus juste.

39La démocratie ne s’en trouve pas moins à un tournant au Brésil. Les transformations du rapport à l’espace en sont une des raisons majeures. Le temps n’est ainsi plus où mobilité géographique rimait avec mobilité sociale et où la seule perspective de s’installer en ville constituait la promesse d’un avenir meilleur. L’urbanisation a transformé les relations sociales et généré de nouvelles attentes que les gouvernants ne parviennent à satisfaire que très partiellement. Il en résulte une insatisfaction croissante qui touche, sous des formes et à des degrés divers, tous les secteurs de la population. Ce d’autant plus que la croissance ne suffit plus à soulager les effets des inégalités toujours fortes et de moins en moins acceptables pour des Brésiliens désormais massivement citadins qui, vivant à côté les uns des autres, peuvent comparer les différences qui les séparent.

40Le Brésil connaît aujourd’hui sans doute à sa façon la tension entre la « démocratie-régime » (au sens des institutions politiques) et la « démocratie-société » (au sens où Tocqueville parlait de l’égalité des conditions) observée aujourd’hui dans de très nombreux pays à la tradition démocratique plus ancienne [Rosanvallon, 2011]. Mais il le fait sur un mode singulier qui renvoie à son histoire. Contrairement à l’Europe occidentale, aux États-Unis ou à des pays comme l’Argentine et le Chili, la progression de la citoyenneté politique ne s’est pas accompagnée d’une régression de la citoyenneté sociale à proprement parler. Depuis une dizaine d’années, les inégalités ont même diminué, l’emploi formel a progressé, la capacité à saisir les tribunaux a augmenté, et l’intervention de l’État a amélioré les conditions de vie du plus grand nombre.

41Le sentiment d’injustice procède nonobstant bien davantage au Brésil de l’incapacité des gouvernants à mettre en œuvre une action publique qui fasse la majorité des Brésiliens se sentir considérés comme d’égale dignité avec les plus favorisés, quelles que soient les inégalités socio-économiques qui les différencient. Or, en les rapprochant les uns des autres et en restreignant la possibilité d’aller chercher une vie meilleure par la migration vers les villes, l’urbanisation du pays, après avoir ouvert de nouveaux horizons aux populations rurales, a engendré la revendication d’un traitement égalitaire de la part des institutions. Un nombre croissant de citadins, notamment parmi les jeunes générations, ne se satisfont plus d’une place en position subalterne comme leurs parents qui venaient des campagnes, pas plus qu’ils n’acceptent des services publics de piètre qualité et ne se résignent au mépris social de ceux qui occupent les meilleures positions. L’avenir démocratique du Brésil se joue sans doute là en grande partie. Nul ne sait les réponses que les Brésiliens apporteront à ce défi et, si leur pays sera à n’en point douter une grande puissance du monde de demain, leur capacité à se représenter et à se vivre comme une société de semblables reste, elle, toujours en suspens.

Haut de page

Bibliographie

BROCHIER C. (2001), Les évolutions du syndicalisme brésilien dans les années 1970. Une étude de cas dans le bâtiment, Sociologie du travail, vol. 3, pp. 491-513.

BROCHIER C. (2009), Les collégiens des favelas. Vie de quartier et quotidien scolaire à Rio de Janeiro, Paris, Éditions de l’IHEAL, 240p.

CARDOSO A. (2010), A construção da sociedade do trabalho no Brasil. Uma investigação sobre a persistência secular das desigualdades, Rio de Janeiro, Editora FGV, 492p.

CASTEL R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 462p.

DAMATTA R. (1983/1979), Carnavals, bandits et héros. Ambiguïtés de la société brésilienne, Paris, Seuil, 310p.

FREYRE G. (1974/1933), Maîtres et esclaves. La formation de la société brésilienne, Paris, Gallimard, 550p.

GARCIA A. (1989), Libres et assujettis. Marché du travail et modes de domination au Nordeste, Paris, Éditions de la MSH, 176p.

HOGGART R. (1970/1957), La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 420p.

HOLANDA S. B. de. (1998/1936), Racines du Brésil, Paris, Gallimard, 350 p.

MÉDARD J.-F. (1976), Le rapport de clientèle : du phénomène social à l’analyse politique, Revue française de science politique, vol. 26, pp. 103-131.

MONBEIG P. (1952), Pionniers et planteur de l’État de São Paulo, Paris, Armand Colin, 376p.

PERALVA A. (2001), Violence et démocratie. Le paradoxe brésilien, Paris, Balland, 189p.

PERLMAN J. (1976), The Myth of Marginality. Urban Poverty and Politics in Rio de Janeiro, Los Angeles, University of California Press, 341p.

PERLMAN J. (2010), Favela. Four Decades of Living on the Edge in Rio de Janeiro, New York, Oxford University Press, 412p.

POCHMANN M. (2011), « Mudança social recente no Brasil », in J. A. de Castro et F. Monteiro Vaz (eds.), Situação social brasileira. Monitoramento das condições de vida. vol. 1, Brasília, IPEA, pp. 91-111.

PRADO Jr C. (1994/1942), Formação do Brasil contemporâneo, São Paulo, Editora Brasiliense.

QUEIROZ M. I. P. (1978), Cultura, sociedade rural, sociedade urbana no Brasil : ensaios, Rio de Janeiro, LTC-Editora da Universidade de São Paulo, 374p.

ROUQUIÉ A. (2006), Le Brésil au XXIème siècle. Naissance d’un nouveau grand, Paris, Fayard, 410p.

ROSANVALLON (P.) (2008), L’universalisme démocratique : histoire et problèmes, Esprit, janvier, pp. 104-120.

ROSANVALLON P. (2011), La société des égaux, Paris, Seuil, 432p.

SAINT-GEOURS Y. (2012), L’émergence : souveraineté, classes moyennes et interdépendance. Réflexions à partir de l’exemple brésilien, Cahiers des Amériques latines, n° 71, pp. 7-13.

SANTOS W. G. (1987/1979), Cidadania e justiça. A política social na ordem brasileira, Rio de Janeiro, Campus, 89p.

SCALON M. C. (1999), Mobilidade social no Brasil, Rio de Janeiro, Revan, 190p.

SOUCHAUD S. (200), Pionniers brésiliens au Paraguay, Paris, Karthala.

THÉRY H. (2014), Le Brésil, pays émergé, Paris, Armand Colin, 300p.

TOURAINE A. (1988), La parole et le sang. Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 532p.

VIDAL D. (1998), La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife, Paris, Éditions de la MSH, 234p.

VIDAL D. (2007), Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 312 p.

VIDAL D. (2012), Les immigrants boliviens à São Paulo : métaphore de l’esclavage et figuration de l’altérité, Critique internationale, n° 57, pp. 71-85.

WILLIS P. (2011/1977), L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Marseille, Éditions Agone, 438p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Urbanisation, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil », Espace populations sociétés, 2014/2-3 | -1, 71-83.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Urbanisation, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/5760 ; DOI : 10.4000/eps.5760

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Université Paris Diderot / URMIS
Case 7027
5 rue Thomas Man
75205 Paris cedex 13
dominique.vidal@univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org