Navigation – Plan du site

Populations et territoires du Brésil

Populations and Territories in Brazil
Frédéric Dumont, Marie-Françoise Fleury, Wilson Fusco et Cássio Maldonado Turra
p. 5-10

Texte intégral

1La population brésilienne se trouve actuellement à un stade avancé de la transition démographique, suivant en cela, mais avec un rythme accéléré le processus qu’ont connu les pays développés. La transition démographique au Brésil a commencé dans les années 1930 avec la baisse du taux de mortalité infantile et elle s’est traduite par une multiplication par six de la population entre 1930 et 2010. La baisse de la mortalité a été suivie, au milieu de la décennie 1960, par une réduction rapide des taux de fécondité combinée elle-même à un ralentissement de la croissance du nombre de femmes en âge de procréer, ce qui a eu pour effet une diminution progressive du taux de natalité. Petit à petit, la baisse du taux de natalité a compensé celle du taux de mortalité, amenuisant ainsi le taux de croissance de la population. Avec ce processus la population brésilienne devrait cesser de croître dans les années 2040, elle compterait alors environ 220 millions de personnes. La croissance plus faible du nombre de naissances à chaque nouvelle génération a aussi entrainé des changements dans la structure par âge, d’abord en réduisant la part relative des classes d'âge les plus jeunes et en augmentant celle des adultes, puis plus récemment, en augmentant rapidement les effectifs et la part des classes d'âge avancé. L’allongement de la vie a aussi accentué ces transformations de la structure par âge, les plus de 60 ans devraient ainsi, dès 2030, devenir plus nombreux que les moins de 15 ans. Les conséquences de ces changements démographiques ne se limitent pas à des variations d’effectifs et de poids des classes d’âge. La baisse du taux de fécondité et de mortalité a aussi eu des effets sur les familles et les ménages, avec une réduction du ratio de dépendance des jeunes des ménages (rapport entre le nombre des enfants et celui des adultes), une diminution de la taille moyenne de ces ménages et une augmentation du nombre des familles multigénérationnelles.

2Comme dans beaucoup de pays, la transition démographique au Brésil a été accompagnée par d'autres transitions importantes, en particulier par une transition épidémiologique, l'incidence des maladies et les causes de mortalité ont changé, mais aussi par une transition dans l'éducation, par une transition urbaine ainsi qu’une autre dans le marché du travail. La simultanéité de ces transitions n’est pas un effet du hasard, nombre de ces processus étant à la fois, causes et effets des changements. En se combinant, ces processus transitionnels ont produit des modifications dans la structure de la population et au-delà du vieillissement il est certainement bien des effets que l’on ne mesure pas encore sur les variables socio-économiques.

3L’originalité de l’évolution démographique du Brésil tient principalement aux particularités historiques de ses territoires qui sont lourds de déséquilibres régionaux et sociaux. Cette évolution touche la population dans sa globalité, mais avec en même temps, des facettes propres aux inégalités qui façonnent la société brésilienne. Bien que les changements aient touché tout le pays, les indicateurs montrent de nettes disparités régionales avec des stades de transitions plus avancés dans le Sud et le Sud-Est du Brésil. Dans le Nord et le Centre-Ouest, la dynamique de peuplement générée par les migrations vers la frontière agricole est presque épuisée, mais il reste encore beaucoup d’espaces vides d’hommes, ce qui rend difficile l'intégration régionale. La croissance de la population dans les zones urbaines s’est produite à une vitesse surprenante mais la région Nord-Est concentre encore près de la moitié de la population rurale du pays et c’est là que l'on trouve les indicateurs de développement humain les plus mauvais.

4Avec la configuration actuelle de la structure par âge de la population brésilienne la planification des politiques publiques devrait se focaliser d'une part sur l'éducation et la formation professionnelle des jeunes et, d'autre part, sur l’amélioration de l'accès à des services de santé et de soins de longue durée pour la population âgée. Pour l’éducation, la baisse du nombre absolu et relatif des enfants a été un facteur favorable à l’amélioration de la couverture scolaire et elle a allégé les dépenses, publiques et privées, consacrées à l'éducation. Les dépenses publiques devraient maintenant favoriser les crèches, les écoles maternelles et primaires, la qualité de l’enseignement (et en particulier celle de l'enseignement secondaire) et permettre un meilleur accès à l'enseignement supérieur ainsi qu’une atténuation des disparités régionales en matière de ressources humaines. La baisse du rapport de dépendance démographique a également aidé à la consolidation des systèmes de protection sociale pour les personnes âgées (santé publique, sécurité et assistance sociale). Le Brésil se distingue ainsi des autres pays d'Amérique latine par un taux important de couverture de protection sociale (plus de 85 %). On peut toutefois s’interroger, dans un contexte de vieillissement rapide de la population, sur la viabilité à long terme de ces systèmes pour assurer les mêmes avantages aux générations futures. En effet, avec la réduction de la taille des familles, la diminution du nombre de soignants informels et le nombre croissant de personnes vivant seules, en particulier des femmes âgées, le défi sera de garantir le bien-être des prochaines générations de personnes âgées, de préserver et d’améliorer les droits de l'homme dans les dernières années de sa vie. Pour cela, pour atténuer les effets démographiques et pour réduire les écarts socio-économiques quant à la mortalité et la morbidité des adultes, le Brésil va devoir établir un système de soins de longue durée, complet et combinant différents critères d'admissibilité.

5Enfin, autre élément important des dynamiques démographiques, les migrations internationales qui, avec l'arrivée des Européens, ont marqué le peuplement du Brésil à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, ces migrations ont radicalement changé au cours des dernières décennies. Alors que, pour la première fois, la population brésilienne a commencé à émigrer, à la recherche de meilleures conditions de vie, dans d'autres pays, principalement aux États-Unis, en Europe et au Japon, des migrants en provenance de Chine, de Corée du Sud, de Bolivie et du Paraguay commencent à arriver dans le pays, en particulier dans le Sud-Est. L'Amazonie aussi est devenue une porte d’entrée pour les migrants internationaux, et surtout les Haïtiens. Dans un contexte de vieillissement de la population, la réduction de la population en âge d’activité, encourage la mobilité interne et l’immigration internationale de main-d’œuvre. Le Brésil a maintenant besoin d’élaborer une politique de migration internationale qui soit à la fois respectueuse des droits de l'homme et qui contribue à sa croissance économique.

6Dans ce numéro de la revue Espace Population Sociétés « Populations et territoires du Brésil », on va retrouver toutes ces thématiques démographiques. L’article d’Hervé Théry « Les populations du Brésil, disparités et dynamiques » ouvre le numéro avec un cadrage, à l’échelle du Brésil, sur les populations et les dynamiques régionales. Il décrit l’évolution de la population brésilienne en nombre et en répartition sous l’effet de la mise en valeur du pays. C’est un portrait cartographique de la population brésilienne qui met en évidence les disparités qui existent au sein de ce grand pays ainsi que les dynamiques qui conduisent ou ont conduit à ces disparités. Il retrace la colonisation du Brésil à partir du littoral et la pénétration des diverses populations à l’intérieur des terres. C’est aussi cette époque qu’explore Sébastien Rozeaux avec un article intitulé « Les horizons troubles de la politique de « colonisation » au Brésil au XIXe siècle : réflexions sur l’identité de la nation brésilienne à travers le prisme de la question migratoire (1850-1889) ». L’auteur propose un retour historique sur les origines de la nation brésilienne au travers des débats sur l’immigration et ce qu’ils disent de l’image que les élites de la jeune nation veulent alors avoir et véhiculer d’eux-mêmes. L’auteur se base pour cela sur une synthèse de la littérature et discute les débats qui faisaient rage sur l’identité de la nation brésilienne, la question servile, la politique migratoire ou le métissage pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, notamment entre 1850 (année de l’arrêt de la traite négrière) et 1888-1889 (date de l’abolition de l’esclavage et la chute de l’Empire). Bernard Bret, lui aussi, part d’une perspective historique pour discuter les liens entre le passé esclavagiste du Brésil et les structures territoriales actuelles. Son article « Territoires de servitude et territoires de liberté aux Brésil », s’inscrit dans la géographie du temps long en montrant comment la servitude, qui a présidé à la mise en valeur du territoire brésilien à l’époque coloniale, a continué à marquer la société locale au travers de nouvelles formes de dépendances, adaptées aux divers cycles économiques qu’a connus le pays. Á chaque fois, à côté de masses résignées, on voit surgir des individus qui refusent l’exploitation et luttent pour la liberté : ils cherchent alors refuge dans des contrées retirées de l’intérieur ou ils utilisent la religion comme vecteur d’affranchissement et, à une époque plus récente, ils militent pour une plus grande démocratie. Á travers cet article l’auteur présente un grand nombre d’exemples de régions, de lieux particuliers, de pratiques spatiales, sociales et religieuses comme emblèmes de la lutte contre la dépendance. Dominique Vidal avec l’article « Héritages de l’histoire, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil » lui aussi discute de l’émergence récente d’un « nouveau sens du juste ». Il part d’une perspective historique, discute l’évolution des liens entre mobilités géographiques et mobilités sociales au Brésil et présente « la réalité sociale » du Brésil contemporain à l’heure où le pays est devenu un acteur économique de premier plan et un chef de file pour les États du Sud. Il décrit l’urbanisation et la mise en place d’institutions de protection sociale depuis les années 1930, et montre, qu’au-delà des transformations de la physionomie du pays, l’urbanisation a « graduellement modifié la façon dont la majorité des Brésiliens envisagent ce qu’est une société juste ». Un des défis actuel du Brésil est de « donner sens à l’idée de démocratie dans une société aujourd’hui largement urbanisée et caractérisée par des inégalités socioéconomiques toujours considérables » et où le poids de l’Histoire est encore très présent. Tout comme l’idée de justice, les croyances évoluent, Alan Marcus, dans son article «  Des liaisons opportunes : migrations Brésil-USA et contacts de réseaux religieux » examine les mécanismes de conversion religieuse opérés au Brésil catholique par les pasteurs évangéliques américains, les tensions qui en résultent et les filières migratoires liées aux églises entre le Brésil et les États unis. Jonas Simões das Neves Anderson et Sergio Schneider abordent eux d’autres formes de mobilités et de transformations sociales en liens avec la transition démographique et les politiques mises en œuvre par l’État pour limiter les inégalités sociales. Leur article, « La transition démographique au Brésil et le rôle stratégique de la jeunesse » explore les spécificités de la transition démographique brésilienne, à partir de l’exemple de l’État du Rio Grande do Sul, un des états les plus riches, les plus développés et aussi le plus avancé dans ce processus transitionnel. Les auteurs s’intéressent aussi aux transformations des populations rurales touchées par le départ des jeunes vers les villes. La relation rural-urbain est un thème que l’on retrouve dans plusieurs articles de ce numéro. Yannick Sencébé et Ademir A. Cazella, dans leur article intitulé « Le paradoxe d’un pays rural qui s’ignore : urbanisation et place de l’agriculture familiale au Brésil. » mettent en relation, la fragilité et la précarisation de l’agriculture familiale avec les modalités de découpage et de définition des espaces urbains au Brésil qui aboutissent à une minimisation de la ruralité brésilienne. Ils s’appuient pour cela à la fois sur les mécanismes statistiques et politico-administratifs qui prévalent pour délimiter le fait urbain et sur l’analyse du recensement agricole. On comprend bien cette articulation entre zones rurales et urbaines avec l’article de Stéphanie Nasuti, Ludivine Eloy et Isabelle Tritsch « Régularisation foncière et mobilités rurales-urbaines en Amazonie brésilienne. Quels effets sur les dynamiques résidentielles et démographiques des populations forestières ? » qui est en partie consacré à l’observation des trajectoires migratoires et des systèmes résidentiels des ménages. Dans un contexte de modification du peuplement qui touche l’Amérique du sud depuis une cinquantaine d’années et qui s’est traduit au Brésil par une croissance forte des métropoles et une redistribution sur le territoire soutenue par la politique de colonisation des zones périphériques, les auteurs montrent comment les populations rurales incluent progressivement la ville dans leur système de mobilité (éclatement des espaces de vie, multi localité résidentielle). Pour les auteurs, les années 1980 marquent une transition, le passage d’un modèle de migration à un modèle de mobilité, avec des conséquences sur la dualité ville-campagne. Elles expliquent comment l’urbanisation et la fermeture de l’espace, avec les politiques de préservation, ont contribué à redéfinir les dynamiques agraires et sociales des territoires ruraux, avec une distanciation des activités agricoles au profit d’un déplacement définitif vers la ville. Les auteurs pour cela observent le lien entre ces nouvelles mobilités (en particulier celle des jeunes femmes) et d’autres phénomènes démographiques. On retrouve ces interrogation sur les migrations et le peuplement, toujours avec l’Amazonie comme champ géographique, dans l’article d’Alexandre Magno Alves Diniz et d’Elisângela Gonçalves Lacerda « La colonisation du Roraima au Brésil : analyse des principaux flux migratoires (de 1970 à 2010). ». Les auteurs mettent en perspective l’évolution des structures économiques de l’état de Roraima, partie méconnue de l’Amazonie brésilienne, avec son peuplement. Ils s’intéressent notamment aux mouvements migratoires de cette région qui se distingue par des taux de croissance de la population très rapides au cours des dernières décennies, mais également par une augmentation significative de la pauvreté. Le lien migration-pauvreté est souvent évoqué par les auteurs de ce numéro, Alberto Augusto Eichman Jakob dans son article « Migrations internationales et ségrégation dans l’Amazonie Légale Brésilienne » retrace l’évolution des migrations internationales sur le temps long et à l’échelle du pays, puis focalise sur les régions qui ont été les plus concernées par le phénomène depuis les années 1970. Les états du Mato Grosso et du Rondania, qui sont une partie de l’Amazonie Légale, reçoivent des flux en provenance du Pérou, de Bolivie et de Colombie, mais aussi, plus récemment, faiblement il est vrai, des États-Unis, du Japon et du Portugal. L’auteur montre que les migrants sont souvent jeunes et socialement défavorisés même si leur situation s’est améliorée dans la période récente. La pauvreté, les inégalités, thèmes récurrents dans ce numéro, sont un trait marquant du processus d'urbanisation, Michaël Chetry et Jean Legroux dans « Rio de Janeiro dans le contexte de méga-évènements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine » mettent l'accent sur l'organisation socio spatiale de la ville de Rio et les effets des politiques d'intégration et d'éradication des favelas. Ils décrivent le développement des favelas, les éradications des années 1960, le relogement des familles en périphérie, l'intégration à partir des années 1980, les politiques urbaines dont ils soulignent l’ambiguïté. Les auteurs observent aussi le renforcement de ces processus avec les grands événements sportifs que Rio attire comme la coupe du monde de football de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016.

7Plus au nord, toujours en ville, à Recife, Paul Cary, Armelle Giglio-Jacquemot, Tadeu Giglio et Ana Melo explorent le vécu de l’accès à l’eau par les habitants, à partir des pratiques d’approvisionnement et de stockage, dans un article intitulé « Vivre avec la pénurie d’eau à Recife. Déni public et alternatives privées. ». Y sont décrites les stratégies des différentes catégories de population de Recife pour faire face à l’insuffisance et à l’irrégularité de l’approvisionnement en eau par le réseau public ainsi que leur représentation de la pénurie. Le manque d’eau fait l’objet d’un déni de la part des autorités à Récife, les auteurs à travers une présentation des processus de gouvernance de l’eau cherchent des explications. C’est à Recife aussi que Pamela Quiroga dans son article « Quelles mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ? » analyse les effets du vieillissement sur la mobilité quotidienne des populations pauvres et âgées. Elle observe les pratiques et les stratégies quotidiennes de mobilité dans trois quartiers défavorisés et décrit des déplacements qui se limitent pour la plupart aux horizons familiers du quartier de résidence. Toujours à Recife, mais aussi à São Paulo, Octavie PARIS dans « Les populations des cortiços : le cas de Recife et São Paulo » met en évidence les caractéristiques et les motivations des habitants pour cette forme d’habitat populaire urbain et s’intéresse aux questions de mobilité urbaine, de micro-appropriations et d’accès à la ville spécifiques à ces populations. Rivaldo Mauro de Faria et Paula Santana, dans « Les inégalités régionales de la mortalité infantile et des Soins de Santé Primaires dans l'État du Minas Gerais, au Brésil » évaluent les résultats d’une politique sanitaire (amélioration de l’offre de soins de santé primaire) par l’observation du taux de mortalité infantile. Les auteurs en examinent les variations infrarégionales au sein du Minas Gerais puis mettent ces taux de mortalité infantile en relation avec d’autres variables statistiques : taux de couverture de soins prénataux, taux de familles assistées, indice de défavorisation matérielle et sociale. Il en ressort que les secteurs plus isolés, malgré des efforts plus importants de desserte médicale par les autorités publiques, continuent d’avoir des résultats moins bons que les principales aires urbaines.

8Les trois articles qui ferment ce numéro parlent de populations et de territoires amazoniens. L’article de François-Michel Le Tourneau, « En marge ou à la marge ? Les populations amérindiennes au Brésil » offre un regard contemporain sur la place des Amérindiens au Brésil et les enjeux associés. Les Indiens ne représentent que 0,4 % de la population mais la Constitution brésilienne leur accorde le droit à la possession de 13,5 % du territoire. Des voix de plus en plus nombreuses appellent à un retour en arrière sur un nombre d’avancée réalisées pour et par les Amérindiens depuis la mise en place de la Constitution en 1988. Face aux polémiques, l’auteur fait une mise au point sur l’effectif des Amérindiens et sur les terres qui leur sont allouées. Sur ces territoires, le gouvernement projette de grands programmes d’équipement, souvent remis en cause par les Indiens qui réclament les droits attribués, sans vouloir pour autant rester les « Indiens sauvages » que la société veut préserver. On retrouve cette question des conséquences des politiques d'intervention de l'Etat et de la société civile sur les dynamiques identitaires, économiques et organisationnelles des populations traditionnelles de l’Amazonie brésilienne dans l’article de Luna Gámez Pérez « Les « gardiens de la forêt » : l'extractivisme de ressources naturelles et la dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne ». L’auteur l’aborde à partir du cas des populations riveraines de l'Île de Marajo. Après une contextualisation historique de l'évolution des activités agro-forestières, elle livre une réflexion sur les questions de citoyenneté et d'action communautaire des populations traditionnelles. Elle montre comment les activités et le système de production économique des populations traditionnelles (en l’occurrence la cueillette de l’açaï) peuvent être des éléments d'intégration sociale et quels sont les mécanismes mobilisés dans un contexte de précarité pour l'affirmation de la citoyenneté. La reconnaissance juridique et politique des savoirs locaux contribue à la revalorisation du rôle des populations locales dans la gestion et la conservation des ressources naturelles même si l’introduction des transferts monétaires impulsés par l’État perturbe les pratiques sociales. Ce passage d’une économie de subsistance à une économie de marché est aussi abordé par Catherine Sabinot, Brunna Crespi et Pauline Laval dans leur article « La communauté de pêcheurs de Taperebá (Amapá- Brésil) face à la création du Parc national du Cabo Orange. ». Alors qu’ils vivaient de l’agriculture, de la chasse et de la pêche, prélevant avec mesure les ressources nécessaires à leur survie, les habitants de Tapereba, communauté installée dans cet espace depuis les années 1940 ont dû quitter leur village au moment où a été mis en place le Parc National de Cap Orange. Ils se sont installés, sans toutefois bénéficier du statut de population traditionnelle, dans une zone insalubre à Oiapoque où, confrontés aux autres pêcheurs, ils ont dû abandonner les méthodes ancestrales de pêche qui ménageait l’écosystème alors que leur départ de Tapereba a laissé la voie libre à des méthodes de pêche peu respectueuses de l’environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Dumont, Marie-Françoise Fleury, Wilson Fusco et Cássio Maldonado Turra, « Populations et territoires du Brésil », Espace populations sociétés, 2014/2-3 | -1, 5-10.

Référence électronique

Frédéric Dumont, Marie-Françoise Fleury, Wilson Fusco et Cássio Maldonado Turra, « Populations et territoires du Brésil », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/5728

Haut de page

Auteurs

Frédéric Dumont

Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES) EA 4477
UFR de Géographie et Aménagement
Université Lille 1
59655 Villeneuve d’Ascq cedex
frederic.dumont@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Marie-Françoise Fleury

Université de Lorraine, UFR SHS-Metz
Ile du Saulcy
57045 METZ cedex01
Laboratoire CREDA UMR7227, Paris3 Sorbonne Nouvelle
marie-francoise.fleury@univ-lorraine.fr

Wilson Fusco

Diretoria de Pesquisas Sociais
Fundação Joaquim Nabuco
Recife, Brésil
wilson.fusco@fundaj.gov.br

Cássio Maldonado Turra

Professor do Departamento de Demografia da UFMG.
Centro de Desenvolvimento e Planejamento Regional. 
Universidade Federal de Minas Gerais
Av. Antônio Carlos, 6626 - SL 3006
Pampulha
31270901 - Belo Horizonte, MG – Brasil
cmturra@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org