Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Monique Membrado, Alice Rouyer (dir.), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures

Toulouse, Erès, coll. « Pratiques du champ social », 2013, 278 p., ISBN : 978-2-7492-3661-2
Sylvie Coupleux
Référence(s) :

Monique Membrado, Alice Rouyer (dir.), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures

Toulouse, Erès, coll. « Pratiques du champ social », 2013, 278 p., ISBN : 978-2-7492-3661-2

Texte intégral

1Le colloque « Vivre le vieillir : des lieux, des mots, des actes » qui s’est tenu à Toulouse en 2009 a donné lieu à la rédaction de l'ouvrage collectif codirigé par Monique Membrado et Alice Rouyer « Habiter et vieillir ». Il propose une vision pluri disciplinaire de l’approche des modes d’habiter et du vieillissement par l’observation du processus, des étapes et des transitions structurant l’avancée en âge. Les quatre parties du livre restituent la diversité et la richesse des itinéraires et des expériences.

2Les sources utilisées sont issues d'enquêtes, d'entretiens libres, de cartes mentales ; elles témoignent de la variété des profils mais aussi du caractère récurent de l’identification aux lieux, de la nécessaire reconstruction de soi et de son espace lors des phases de transition biographique.

31- La première partie traite de « l’expérience du chez soi » au travers, dans le premier article, de l’appréhension du lègue, d'une transmission qui se veut garante d’un « après soi social ». Les travaux présentés par Perla Serfaty-Garzon témoignent de la préoccupation que représente la gestion de la trace laissée aux proches. Elle s’appuie sur l’expérience de ce que peut être « l’acte de dépôt d’une représentation de soi aux mains d’autrui », rapportée par des femmes du Québec et de France. On y reconnait les préoccupations d’une gestion qualifiée de maternelle dans le souci d’équité des dons, et aussi la volonté de garder pour soi des moments de vie privée en en effaçant les traces.

4A partir de récits de vie recueillis dans le quartier de port à l’Anglais à Vitry sur seine, Christiane Montandon s’est intéressée aux effets des transformations de l’espace public sur les rapports des individus à leur espace privé. Le questionnement renvoie au processus de vieillissement en même temps qu’à la dynamique du quartier, à ses transformations et à la manière dont elles sont perçues par les résidents les plus anciens. L’auteur montre que la manière de vivre les changements dépend du profil d'enracinement des individus et que vieillir peut être une expérience douloureuse dans ce contexte de mutation.

5L'étude menée par Martha de Alba Gonzalez sur le centre historique de Mexico permet l'analyse de la construction de l'identité sociale du lieu dans ses dimensions affectives, avec tout ce que cela représente de subjectivité.

6Simone Pennec, quant à elle, s'est penchée sur la façon de vivre les transitions biographiques et sur l’adaptation de la manière d'habiter. Ses travaux témoignent de la plasticité des modes d'habiter et de la diversité des transitions vécues.

72 -Parcours, mobilité résidentielle et mobilité habituelle des populations âgées font l'objet de la seconde partie de l'ouvrage.

8C'est tout d'abord la question du vieillissement des périphéries et de l'ancrage résidentiel qui est posée. La réponse se trouve souvent dans la plasticité du logement, dans l'adaptation des pratiques spatiales et dans l'aménagement du temps. C'est ce que développe l'article de Claire Aragau et Annabelle Morel-Brochet ou encore celui de Sandra Thomann et Sandrine Bacconnier-Baylet qui, s'appuyant sur des expériences différentes témoignent de la variété des réponses individuelles.

9L'exemple mexicain apporte un éclairage différent sur cette phase de plus grande vulnérabilité individuelle, celle où la question de la mobilité résidentielle se pose de manière de plus en plus affirmée. Dans un pays où les conditions socio économiques des retraités sont difficiles, Guénola Capron et Salomon Gonzales Arrellano montrent que les relations intergénérationnelles et les arrangements familiaux occupent une place majeure dans la prise en charge des plus âgés.

103- La troisième partie traite du passage à la vie en institution et de la manière de l'anticiper, de le gérer, soulignant l'importance du statut d'occupation du dernier logement et de son mode de transmission dans la gestion de la transition : entre rupture et continuité (Christel Chaineaud, Solène Billaud).

11L'installation en maison de retraite nécessite une adaptation, une redéfinition de l'espace privé, un espace privé restreint, confiné et plus ou moins investi par le personnel de l'institution. C'est une phase du cycle de vie qui voit l’adaptation de la manière d'habiter, une phase durant laquelle la cohabitation avec d'autres résidents, comme avec le personnel, oblige à de nouveaux ajustements (Bernard Dupperein) lorsque le chez soi n’est plus le lieu de l’intimité et de l’accueil.

12Enfin, la dernière partie de l'ouvrage souligne le rôle des politiques publiques dans le développement de formes d'habitat, façonnant le nouvel espace de vie des résidents âgés. S'agissant de dépasser la logique de gestion qui a longtemps prévalu, "Réinventer les lieux du vieillir" c'est imaginer de nouvelles demeures, des modes de cohabitation et d'entraide ... L'analyse franco-britannique menée par Jim Ogg, Sylvie Renaut, Sarah Hillcoat Nallétamby et Catherine Bonvalet comme l'étude comparée de l'habitat intergénérationnel de Anne Labit montre la diversité des initiatives et des modes de traitement dans des contextes socio économiques différents.

13L'intérêt de l'ouvrage réside dans la place laissée à l'expérience dans l'appréhension du processus de vieillissement et dans l'approche du rapport à l'espace. Il souligne l’intérêt d’un questionnement qui va au-delà de la simple adaptation matérielle du logement en abordant les lieux par leur dimension affective, quelle que soit l’échelle d’observation. Les exemples traités montrent l'importance de la capitalisation matérielle et sociale dans la gestion des phases de transition, les expériences comparées apportent des enseignements important pour initier de nouvelles formes d’habitat et de nouveaux modes d’habiter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Coupleux, « Monique Membrado, Alice Rouyer (dir.), Habiter et vieillir. Vers de nouvelles demeures », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/5702

Haut de page

Auteur

Sylvie Coupleux

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org