Navigation – Plan du site
Articles

La fécondité des populations rurales en Belgique (1880-1940)

Des comportements très diversifiés
The Diversity of Fertility Behaviours in Rural Belgium (1880-1940)
Thierry Eggerickx, Jean-Paul Sanderson et Rafael Costa

Résumés

Cet article analyse l’évolution de la fécondité des milieux ruraux en Belgique entre 1880 et 1939 en s’interrogeant, d’une part, sur l’hétérogénéité des comportements, et d’autre part, sur l’impact des grands événements conjoncturels – la Première Guerre mondiale, la crise économique de 1929 et l’émergence des régimes totalitaires – qui ont caractérisés cette période. Les analyses combinent une approche transversale classique et une approche longitudinale basée sur l’exploitation des données rétrospectives des recensements de la population de 1961 et de 1981.
Contrairement aux idées reçues, les comportements de fécondité de la population des milieux ruraux ne sont pas homogènes. Certains se positionnent comme des territoires précurseurs de la transition de la fécondité. Pour d’autres, le démarrage est plus tardif, mais une fois amorcée, la diminution de la fécondité est rapide. Enfin, certains se caractérisent par une transition plus tardive, lente et hésitante.
Si l’effet de la Première Guerre mondiale se marque peu sur les courbes de fécondité, l’impact de la crise économique des années 1930 sur les indicateurs démographiques est plus perceptible. L’âge au mariage ainsi que le calendrier de la fécondité reculent, alors que les taux de fécondité des générations touchées par la crise affichent une diminution. L’importance de ces effets varie selon les milieux ruraux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir notamment les bibliographies et les synthèses historiographiques dressées par M. Oris [1994], (...)

1En Belgique, les analyses de l’évolution de la fécondité concernent essentiellement le 19e siècle et plus précisément les périodes qui précédent et/ou correspondent au déclenchement de la transition. La fécondité de la première moitié du 20e siècle, notamment durant l’entre-deux-guerres, reste à ce jour méconnue [Van Bavel, 2010]1. Dans les annexes statistiques de la synthèse de Chesnais [1986] sur la transition démographique de 67 pays, les indices de fécondité de la Belgique sont absents entre 1900 et 1950. Le travail de référence de Lesthaeghe [1977], mené dans le cadre du projet européen de Princeton, fait également peu de cas de la situation de l’entre-deux-guerres.

  • 2 Voir par exemple, Vermeersch A., [1927], Duval-Aumont C., [1938], Vulhopp T., [1929], Lemaire A., [ (...)

2Entre 1920 et 1940, la fécondité dans de nombreux pays européens a atteint des niveaux très faibles, parfois sous le niveau de remplacement des générations [Billari, 2008]. Certains auteurs [Philipot, 1957, Winter, 1992] interprètent cette « sous-fécondité » comme une stratégie d’adaptation à la grande dépression économique des années 1930, à la dégradation des conditions de vie qui en résulte ainsi qu’à l’instabilité politique (montée des régimes totalitaires et menace de guerre) qui caractérisèrent cette période. Dans le cas des Pays-Bas, Schellekens et Van Poppel [2012] attribuent les basses fécondités à la crise économique et plus précisément au chômage élevé. D’autres chercheurs [Garden, Le Bras, 1988 ; Festy, 1984], au contraire, considèrent plutôt ces basses fécondités comme le simple prolongement du mouvement de baisse amorcé quelques décennies plus tôt. Ce point de vue fut également partagé par de nombreux démographes dans les années 1920 et 1930 [Van Bavel, 2009], ainsi que par les milieux catholiques qui, au travers de nombreux pamphlets et autres ouvrages aux titres évocateurs2, fustigent les basses fécondités et le contrôle volontaire des naissances. L’individualisme, le consumérisme ou encore la sécularisation de la société constituent alors les principaux facteurs explicatifs de la chute des naissances [Van Bavel, 2009].

3Bien que la baisse de la fécondité soit généralisée, elle est présentée comme sensiblement moins rapide dans les campagnes et les milieux agricoles, considérés comme les derniers bastions de la famille nombreuse [Vulhopp, 1929]. Dans le contexte très moralisateur de l’époque, les villes et les milieux industriels sont fustigés : « Les arrondissements comprennent eux-mêmes des villes et des campagnes, souvent séparées des villes par la religion et les mœurs. Quel tort certaines villes font au classement des campagnes ! La justice demande donc une meilleure séparation du bon grain de l’ivraie » [Vermeersch, 1927].

4D’une manière générale, la transition de la fécondité dans les campagnes reste très largement inexplorée, tant dans la diversité éventuelle des situations que dans celle des mécanismes du changement et autres stratégies de récupération et d’ajustement aux chocs conjoncturels que furent par exemple la Première Guerre mondiale et la crise économique des années 1930.

5Deux objectifs majeurs guident cette recherche. Le premier sera de vérifier si les comportements des populations rurales durant cette période diffèrent ou non du modèle national ou de la situation observée dans les milieux les plus urbanisés et/ou industrialisés. Les assertions délivrées par la « littérature » catholique et bien-pensante de l’époque ne reposent sur aucune analyse étayée par des données statistiques, mais quelques rares études ont néanmoins démontré que les différences entre milieux de résidence ou entre type d’activité s’étaient accrues à partir des dernières décennies du 19e siècle. [G. Johnson, R. Freedman, 1960]. Nous posons l’hypothèse que, contrairement aux idées reçues, le milieu rural ne présente guère d’homogénéité en termes de comportement de fécondité entre 1880 et 1939.

6Le second objectif sera d’analyser la fécondité dans les milieux ruraux de la Belgique durant la période de l’entre-deux-guerres et de vérifier si les évolutions observées doivent être interprétées comme une réponse particulière à des circonstances économiques et politiques exceptionnelles, ou, au contraire, si elles s’inscrivent plutôt en termes de continuité par rapport aux tendances amorcées à partir des dernières décennies du 19e siècle.

7Il s’agira dans un premier temps d’identifier les « territoires » ou « espaces » ruraux en Belgique (partie 1) et ensuite de retracer l'évolution de la fécondité (intensité et calendrier) de leur population entre 1880 et 1940, en se basant, d’une part, sur la reconstitution de données transversales classiques (taux de natalité, indices de Coale…) (partie 2) et, d’autre part, sur une série d’indicateurs de fécondité extraits de l’exploitation des données rétrospectives des recensements de la population de 1961 et de 1981 (partie 3). Ces données permettent de reconstituer la vie génésique complète des générations de femmes nées à partir de la fin du 19e siècle et donc de mesurer l’impact qu’ont pu avoir les grands chocs conjoncturels – Première Guerre mondiale et crise économique des années 1930 – sur leurs parcours reproductifs.

1. L’identification des espaces ruraux

8Comment identifier les territoires ruraux et leur diversité ? L’idéal est de travailler avec un découpage spatial fin et de considérer, selon la définition officielle, toutes les communes avant la fusion de 1976 dont le chiffre de population est inférieur à 5.000 habitants. Le principal problème, dès lors, concerne la disponibilité des données. S’il est possible de reconstituer l’évolution du taux de natalité par commune, les statistiques publiées ne permettent pas de produire des indices de fécondité transversaux, par exemple les indices de Coale

Figure 1. Le taux d’urbanisation (%) des arrondissements en Belgique et l’identification des arrondissements ruraux

Figure 1. Le taux d’urbanisation (%) des arrondissements en Belgique et l’identification des arrondissements ruraux

Source : recensement de la population de 1900.

9Une autre solution, plus sécurisante, est de travailler sur la base des arrondissements que l’on peut définir comme ruraux, par exemple en 1900. Selon la statistique belge, le seuil séparant l’urbain du rural est fixé à 5000 habitants et ce seuil est appliqué pour la première fois lors du recensement de 1866 et restera en vigueur jusqu’au recensement de 1947. L’application de ce seuil, à la population des anciennes communes de chaque arrondissement, permet de calculer un taux d’urbanisation par arrondissement et de ne retenir que ceux dont ce taux est très faible voire nul. C’est ce qu’identifie la figure 1 qui présente le taux d’urbanisation des arrondissements en 1900. On ne conservera que les arrondissements dont le taux d’urbanisation en 1900 est inférieur ou égal à 20 % : parmi ceux-ci, 8 sont définis comme entièrement ruraux et se situent en Campine et dans les provinces du Luxembourg et de Namur.

10L’avantage de travailler avec ce découpage administratif en arrondissement est double : les données, pour caractériser la fécondité, sont davantage disponibles et on se soustrait au problème des petits effectifs, inhérent aux petites populations.

2. Approche transversale : évolution de la natalité et de la fécondité dans les arrondissements ruraux de 1880 à 1940

2 .1. Des taux de natalité très différents avant la Première Guerre mondiale

11Avant la Première Guerre mondiale, l’évolution des taux de natalité des arrondissements ruraux reflètent la dichotomie régionale bien connue [Lesthaeghe, 1977] ; à savoir, une natalité plus élevée et une baisse irréversible plus tardive en Flandre qu’en Wallonie (figure 2). De fait, jusqu’en 1914, les arrondissements ruraux flamands - Dixmude, Furnes, Tongres et Maaseik - maintiennent des niveaux élevés de natalité, fluctuant entre 30 et 35‰, sans qu’une diminution significative ne s’amorce. En revanche, celle-ci s’enclenche au plus tard vers 1880 dans les arrondissements wallons centraux de Nivelles, Ath, Waremme et Dinant et procède en deux temps : une phase lente de 1880 à 1900, suivie d’une accélération nette qui amène les taux à moins de 20‰ à la veille du premier conflit mondial. Ce décrochage, au tournant du siècle, transparaît également dans les courbes des taux de natalité des arrondissements wallons du sud du pays, mais il succède plutôt à une phase de stagnation des taux de natalité, dont les valeurs se situent néanmoins bien en deçà de celles du référent national. C’est particulièrement le cas des arrondissements de Virton et de Philippeville, qui jouxtent la frontière française, lesquels se distinguent par des taux de natalité très bas, les plus faibles du pays, proches du seuil de 20‰ dès 1880. Il s’agirait là des zones pionnières de la transition de la natalité et de la fécondité en Belgique [Eggerickx, 2004 ; Lesthaeghe, 1977 ; Poulain, 1996] qui se serait donc enclenchée d’abord en milieu rural, contredisant ainsi l’antériorité caractéristique du monde urbain. Il n’en demeure pas moins, qu’une fois amorcée, c’est dans les arrondissements urbains et industriels que la baisse de la natalité fut la plus brutale.

Figure 2. Évolution de taux de natalité (‰) de 1880 à 1940 (moyenne mobile sur 5 éléments)

Figure 2. Évolution de taux de natalité (‰) de 1880 à 1940 (moyenne mobile sur 5 éléments)

Source : Statistiques du mouvement de la population et de l’état-civil

12Dans tous les cas, on observe le creux caractéristique des années de guerre suivi d’une récupération modérée et de courte durée, puisqu’on rejoint à peine les niveaux de 1910. Dès le début des années 1920, à l’exception du cas de Maaseik en Campine, le taux de natalité retombe pour atteindre des valeurs très basses comprises entre 10 et 15‰ dans les campagnes wallonnes à la fin des années 1930, soit des niveaux comparables à ceux observés dans les milieux urbanisés du pays. Ce schéma d’évolution de la natalité est conforme à celui observé en France durant l’entre-deux-guerres [Desplanques, Chesnais, 1988]. En résumé :

  • la récupération des naissances d’après-guerre ne peut être comparée au baby-boom qui suivit le second conflit mondial, tant dans son intensité que dans sa durée ;

  • l’impact de la crise économique, de la dégradation des conditions de vie et de l’instabilité politique des années 1930 est indétectable à travers l’évolution des taux de natalité : il n’y a pas de cassure, pas d’accélération du mouvement de baisse, mais un simple prolongement des tendances amorcées plus tôt ;

  • si avant la Seconde Guerre mondiale, la natalité des arrondissements ruraux flamands reste plus élevée que celle de leurs homologues wallons, on observe une tendance nette, du côté de ces derniers, à l’uniformisation des niveaux et à la disparition des contrastes avec les arrondissements urbains et industriels.

2.2. La fécondité des arrondissements ruraux : des niveaux et des rythmes d’évolution différents

  • 3 Cette estimation a été réalisée selon la méthode proposée par J.-P. Sardon [1995] qui consiste à mu (...)
  • 4 La construction de ces indices repose sur un procédé de standardisation indirecte. Il consiste à co (...)
  • 5 L’indice conjoncturel de fécondité mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de s (...)

13La figure 3 présente pour nos différents arrondissements ruraux l’évolution de l’estimation3, à partir des indicateurs de fécondité générale de Coale4, de l’indice conjoncturel de fécondité5 de 1880 à 1930. Les données disponibles ne permettent malheureusement pas de caractériser la fécondité entre 1930 et 1939, cette décennie n’ayant fait l’objet d’aucun recensement de la population, indispensable au calcul des indices de fécondité de Coale. Certaines tendances et hiérarchies entre arrondissements ruraux, observées dans le cas des taux de natalité, se répètent ici. Ainsi, la fécondité des arrondissements ruraux flamands reste supérieure à la moyenne nationale pendant toute la période d’observation. On épinglera la baisse tardive de la fécondité, aux alentours de la Première Guerre mondiale, qui caractérise les arrondissements de Maaseik et de Tongres en Campine (nord-est du pays).

Figure 3. Évolution de l’indice conjoncturel de fécondité (ICF-nombre d’enfants) de 1880 à 1930

Figure 3. Évolution de l’indice conjoncturel de fécondité (ICF-nombre d’enfants) de 1880 à 1930

Source : Lesthaeghe (1977)

14Du côté des arrondissements ruraux de Wallonie, la fécondité est généralement inférieure au référent national entre 1880 et 1910, et même à celle des arrondissements urbains en début de période d’observation (entre 1880 et 1900). Plusieurs facteurs distinguent les arrondissements ruraux du centre et du sud de la Wallonie. Les premiers se caractérisent par une baisse rapide et continue de la fécondité et le maintien d’un niveau inférieur à la moyenne nationale après le premier conflit mondial. Pour les arrondissements méridionaux, l’évolution est marquée par trois temps : une baisse jusqu’en 1890, un temps d’arrêt entre 1890 et 1910 et une nouvelle baisse parfois timide après la Première Guerre mondiale avec des niveaux supérieurs cette fois à la moyenne nationale. Cette période de rémission, de stagnation de la fécondité a été également observée en France entre 1830 et 1870, mais son explication demeure « énigmatique » [Bardet, 1998]. Faut-il associer ce temps d’arrêt au « ski jump » – une brève augmentation de la fécondité suivie d’une diminution rapide – observé dans de nombreuses sociétés européennes [Alter et al., 2010] et nettement perceptible dans le cas des arrondissements ruraux de Campine (figure 2) et des populations rurales de Belgique orientale. Dans ce dernier cas, l’amélioration des conditions alimentaires aurait favorisé une meilleure fertilité des mères et donc « l’efficacité de la reproduction » [Alter et al., 2010]. A ce stade, il est difficile de tester cette hypothèse dans le cas de nos arrondissements ruraux, mais on peut légitimement supposer qu’une meilleure alimentation des mères se traduirait par des risques de mourir moins élevés. Or, pour la période 1889-1892, les quotients de mortalité des femmes âgées de 20 à 35 ans des arrondissements ruraux du sud du pays sont moins élevés que pour leurs homologues du centre du pays, lesquels bénéficient pourtant d’une espérance de vie féminine assez similaire (tableau 1). Par la suite, les différences s’atténuent, mais les arrondissements du sud conservent un léger avantage en 1897-1903.

Tableau 1. Indicateurs de mortalité féminine pour les arrondissements ruraux de Wallonie

Espérance de vie féminine à la naissance (année)

Quotient de mortalité des femmes de 20-35 ans (‰)

Arrondissements ruraux

1888-1892

1897-1903

1908-1912

1888-1892

1897-1903

1908-1912

Arr. ruraux du centre

Nivelles

49.3

53.7

56.2

38.7

30.6

25.8

Ath

51.6

55.6

59.0

38.0

33.9

24.0

Waremme

49.7

54.0

57.0

39.8

28.9

25.4

Arr. ruraux du sud

Bastogne

50.5

53.9

55.8

31.8

29.5

22.3

Marche

50.5

52.8

56.0

32.4

31.1

27.8

Neufchâteau

51.0

54.5

57.2

30.4

28.2

28.5

Virton

48.7

53.6

57.0

33.7

26.9

27.5

Dinant

52.8

55.4

55.6

38.2

30.7

29.0

Philippeville

54.0

56.5

58.6

28.8

26.3

24.1

Source : Statistiques du mouvement de la population (âge au décès) et recensement de la population de 1890, 1900 et 1910.

  • 6 Cet indice d’intensité de la nuptialité mesure l’impact de la nuptialité sur la fécondité générale (...)
  • 7 Pour la moyenne de la Belgique, l’augmentation de la valeur de Im est de 19% entre 1890 et 1910. Da (...)

15La stagnation de la fécondité entre 1890 et 1910 pourrait aussi être liée à une intensification de la nuptialité entrainant une diminution du nombre de femmes n’ayant pas d’enfant. Cette hypothèse n’est pas validée par l’évolution des indices Im de Coale6 (figure 4). En effet, cette période se caractérise par une augmentation de la nuptialité pour tous les arrondissements, mais généralement moins rapide pour ceux où la fécondité stagne7.

Figure 4. Évolution de l’intensité des mariages (indice Im de Coale) de 1880 à 1930

Figure 4. Évolution de l’intensité des mariages (indice Im de Coale) de 1880 à 1930

Source : Lesthaeghe (1977).

16Hormis dans le cas de l’arrondissement de Dixmude, la récupération des naissances après la Première Guerre mondiale est imperceptible sur les courbes de fécondité, le nombre moyen d’enfants par femme étant en 1920 généralement inférieur à son niveau de 1910. La baisse de la fécondité se poursuit entre 1920 et 1930 et les niveaux atteints à la veille de la grande crise sont très faibles dans certains arrondissements ruraux (ceux du centre) proches ou même inférieurs à deux enfants par femme. D’une manière générale, comme dans le cas de la France, la fécondité a poursuivi tranquillement son évolution « (… ) comme si la guerre n’avait pas eu lieu » [Garden, Le Bras, 1988, p. 116]. L’effet de la Première Guerre mondiale se marque davantage sur la nuptialité. Partout, dans les milieux urbanisés comme dans les campagnes, on observe durant le conflit un temps d’arrêt dans le mouvement de hausse de la nuptialité, mais celui-ci reprend dès 1920. Si les tendances évolutives sont communes à tous les arrondissements, ruraux comme urbains, les écarts restent importants et se maintiennent, contrairement à la fécondité, sur toute la période. Au sein des arrondissements ruraux, l’hétérogénéité est importante, avec une nuptialité plus intense que la moyenne nationale dans les espaces centraux de Nivelles et d’Ath et surtout dans l’arrondissement de Philippeville, marqué par une transition démographique très précoce. Ces mêmes arrondissements se distinguent également par un calendrier du mariage plus jeune que la moyenne nationale sur l’ensemble de la période.

17Contrairement à la fécondité pour laquelle il n’existe pas de données transversales pour la décennie 1930, on dispose des âges moyens au mariage des femmes pour 1930, 1935 et 1939 à l’échelle des arrondissements [Dufrasne, 1943] (figure 5). Selon Winter [1992, p. 303], à propos de l’augmentation de l’âge au mariage et du célibat définitif, “These two keys features of the demographic history of Western Europe vanished in the years before and after World War II. Such changes occurred in countries directly involved in the war, as well as in those that remained neutral”. Le cas des arrondissements belges – ruraux comme urbains – ne se conforme pas à cette conclusion. Si la décennie 1920 se caractérise bien par une diminution sensible de l’âge moyen au mariage, perpétuant ainsi le mouvement amorcé dès la fin du 19e siècle et perturbé par le report des mariages et les remariages de veuves suite au premier conflit mondial, les années 1930 marquent une rupture. Partout, mais avec une intensité variable, l’âge moyen au premier mariage augmente, l’indice rejoignant dans certains cas les situations d’avant-guerre, voire dans le cas des arrondissements les plus urbanisés, celles de 1890. En d’autres termes, en période de crise économique, les vieux réflexes malthusiens, qui consistent notamment à retarder le mariage, ressurgissent. Le mouvement est général, mais plus ou moins marqué selon les arrondissements, ce qui souligne à nouveau la diversité des comportements et des réponses. Dans les arrondissements urbains et industrialisés, comme dans la plupart des arrondissements ruraux du sud du pays, le mouvement est net. Dans les arrondissements flamands de Furnes et de Maaseik ainsi que dans l’arrondissement rural de Waremme, la hausse de l’âge moyen au mariage est plus tardive, à partir de la seconde moitié des années 1930, alors que dans les arrondissements d’Ath et de Nivelles, à proximité de l’agglomération bruxelloise, la hausse est à peine perceptible et brève (figure 5).

Figure 5. Évolution l’âge moyen au mariage (‰) de 1890 à 1939

Figure 5. Évolution l’âge moyen au mariage (‰) de 1890 à 1939

Source : Dufrasne (1943).

18En résumé, entre 1880 et 1939, et selon cette approche transversale de la natalité, de la fécondité et de la nuptialité, les arrondissements ruraux belges ne sont guère homogènes et présentent généralement davantage de différences que les milieux urbanisés et industrialisés. Plusieurs modèles ruraux peuvent être distingués :

  • Le modèle « flamand » caractérisé par une baisse plus tardive de la natalité et de la fécondité (surtout pour Maaseik et Tongres en Campine), une nuptialité moins intense et plus tardive que la moyenne. Y figurent tous les arrondissements flamands considérés ;

  • Le modèle « luxembourgeois » caractérisé par une baisse précoce mais lente de la natalité et de la fécondité, le maintien de niveaux supérieurs à la moyenne nationale après le premier conflit mondial et, à l’instar du modèle précédent, une nuptialité moins élevée et un âge moyen au mariage plus tardif que la moyenne. Ce modèle concerne les arrondissements de Bastogne, Marche, Neufchâteau, Virton et Dinant ;

  • Le modèle du « centre du pays » qui se distingue par une baisse précoce et rapide de la fécondité, qui atteint des niveaux très faibles après la Première Guerre mondiale, inférieurs au référent national et comparables à ceux observés dans les arrondissements urbains et industriels. Ce modèle, qui regroupe les arrondissements d’Ath, Nivelles, Waremme et Philippeville, se démarque également par une nuptialité plus forte et plus précoce que la moyenne.

19Si ces données agrégées et transversales permettent de mettre en évidence la diversité des modèles démographiques au sein du monde rural, elles proposent une chronologie trop peu précise et des indicateurs trop rudimentaires pour réellement évaluer l’impact de la crise économique sur l’évolution des comportements de fécondité. Si les courbes de la natalité portent l’empreinte caractéristique de la Première Guerre mondiale (déficit des naissances pendant le conflit et récupération furtive par la suite), celle-ci comme la crise économique des années 1930 ne semble pas avoir modifié la tendance à la baisse de la fécondité amorcée dès les dernières décennies du 19e siècle en Wallonie et au début du 20e siècle en Flandre. Mais l’absence de rupture dans les tendances ne signifie pas que la crise économique n’ait pas intensifié celles-ci. Son empreinte sur le calendrier de la nuptialité est plus nette et se traduit par un recul de l’âge au mariage qui a pu, comme par le passé, réduire indirectement la fécondité.

20Le recours aux données rétrospectives du recensement de la population de 1981 permet d’affiner la chronologie et de produire des indicateurs de fécondité plus performants.

3. Approche rétrospective et longitudinale de la fécondité

  • 8 La descendance finale est le nombre moyen d'enfants mis au monde par une génération de femmes donné (...)
  • 9 La parité atteinte est le nombre total d’enfants nés vivants mis au monde par une femme au terme de (...)

21Les données transversales disponibles n’autorisent qu’une analyse très partielle de la fécondité au début du 20e siècle. Les indicateurs sont peu nombreux et se limitent à la mesure de l’intensité de la fécondité, alors que son calendrier ne peut être appréhendé qu’indirectement via l’âge moyen au mariage. Les données rétrospectives et longitudinales extraites du recensement de la population de 1981 permettent de pallier ces carences en produisant, outre les indicateurs synthétiques, comme la descendance finale8, l’âge moyen aux premières et dernières maternités, les taux de fécondité selon l’âge des mères ou encore les parités atteintes en fin de vie féconde9. Le potentiel de ces données est grand, et paradoxalement peu exploité, car il se heurte à deux principales contraintes méthodologiques. Premièrement, les femmes interrogées en 1981 sur leur vie génésique sont des « survivantes » et leur fécondité n’est peut-être pas représentative de celle de l’ensemble de leur génération de naissance et donc des femmes sorties d’observation par décès ou par migration. On pose alors l’hypothèse d’indépendance entre les phénomènes qui suppose que la mortalité et la migration n’influent pas sur la fécondité. Cette hypothèse, rarement éprouvée, a pu être testée en comparant, à génération de femmes identiques, les données des recensements de 1981 et de 2001. Les différences, en termes de descendances finales et de taux de fécondité par âge, présentées dans deux études [Costa et al., 2011 ; 2012], sont minimes et confirment l’hypothèse d’indépendance. Deuxièmement, une approche rétrospective de la fécondité au niveau régional ou des arrondissements, comme dans le cas de cette étude, peut impliquer d'importants biais liés aux migrations internes. En effet, alors que l'appartenance territoriale des femmes est déterminée par leur lieu de résidence (commune, arrondissement…) à la date des recensements, leur vie génésique a pu se dérouler ailleurs, compte tenu des migrations effectuées avant le recensement. Dans l’hypothèse où le milieu de résidence, au sens large du terme, influence les comportements de fécondité, les indicateurs calculés à partir des données rétrospectives des recensements ne seraient pas représentatifs de la situation du lieu de résidence au recensement et donc inutilisables dans le cadre d’une approche spatiale de la fécondité. Une étude récente [Eggerickx et al., 2013], réalisée à partir du couplage des recensements de 1981 et de 2001 et du suivi du parcours résidentiel des femmes, a démontré que le biais lié aux migrations internes avait en fait très peu d’impact sur la fécondité observée au lieu du recensement. D’une part, l’essentiel des migrations se réalisent sur de petites distances, et d’autre part, les analyses ont montré l'existence d'un « effet territoire d'accueil » sur la fécondité des migrantes. Dans tous les types de communes, la fécondité des migrantes se conforme plus à la situation du lieu de résidence au recensement qu'à celle des lieux de résidence antérieurs. En somme, les migrations internes ne semblent pas perturber l’observation rétrospective de la fécondité.

3.1. Des modèles ruraux qui transgressent les oppositions classiques régionale et urbain-rural

22Les indicateurs d’intensité, de calendrier et de parités atteintes mettent en évidence la grande variété de situation qui caractérise les arrondissements ruraux. Les différences portent sur les niveaux et non pas sur les tendances, communes à la quasi-totalité des arrondissements. Ainsi, hormis dans le cas de Maaseik – un arrondissement limbourgeois retardataire de la transition de la fécondité – la descendance finale des femmes nées avant le début du 20e siècle, celles dont l’essentiel de la vie génésique se déroule avant la grande crise, diminue constamment pour atteindre son niveau le plus bas avec la génération de femmes nées entre 1897 et 1901. La moyenne nationale est de 1,88 enfant par femme, mais les écarts entre les arrondissements ruraux varient de 4,70 enfants à Maaseik à 1,57 enfant à Nivelles (figure 6). La dichotomie régionale subsiste avec ces données longitudinales, les niveaux de fécondité étant plus élevés en moyenne dans les arrondissements flamands que dans leurs homologues wallons. Dans les arrondissements ruraux wallons du sud, les descendances finales sont supérieures à la moyenne nationale, mais affichent généralement une chute brutale pour les générations nées entre 1882 et 1901, signe d’une transition tardive. En revanche, pour les arrondissements ruraux du centre (Nivelles, Ath et Waremme), la fécondité atteint des niveaux très bas pour la génération 1897-1901, proches de 1,6 enfant par femme, soit à peine supérieurs à ceux observés dans les arrondissements industriels de Charleroi et de Liège.

Figure 6. Évolution de la descendance finale par génération (nombre d’enfants par femme)

Figure 6. Évolution de la descendance finale par génération (nombre d’enfants par femme)

Sources : recensements de la population de 1961 et de 1981.

23Les indicateurs de calendriers – âge moyen aux premières et dernières maternités – consacrent les mêmes oppositions (figure 7). Les arrondissements ruraux de Flandre et du sud de la Wallonie se caractérisent par un calendrier des naissances assez similaire, mais plus tardif que la moyenne nationale. Le contraste est net avec les arrondissements du centre qui présentent, pour chaque génération, des âges moyens aux premières et dernières naissances plus précoces et proches du modèle urbain.

24C’est au niveau de l’âge moyen à la dernière maternité – l’indicateur du contrôle des naissances par contraception d’arrêt – que les différences entre les espaces ruraux sont les plus marquées, témoignant ainsi de l’avance et du retard pris par chacun d’eux dans le cadre de la transition de la fécondité. Les milieux les plus contraceptifs sont indubitablement les arrondissements urbains et industriels [Eggerickx, 2004], où l’âge moyen à la dernière maternité est inférieur à 30 ans pour les générations nées avant 1910. Les arrondissements ruraux du centre sont dans le même cas de figure, alors que cet indicateur est sensiblement plus élevé (entre 33 et 37 ans) chez leurs homologues flamands et du sud du pays, signe d’un contrôle des naissances par contraception d’arrêt moins volontaire ou du moins sensiblement plus tardif.

Figure 7. Évolution des indicateurs de calendrier de la fécondité par génération

Figure 7. Évolution des indicateurs de calendrier de la fécondité par génération

Source : recensement de la population de 1981.

25La figure 8 présente la répartition proportionnelle des femmes selon les parités atteintes au terme de leur vie génésique. A l’échelle du pays, les générations nées au début du 20e siècle se caractérisent par les proportions les plus élevées de femmes n’ayant pas eu d’enfant ou au plus un enfant. Au fil des générations, ces parts relatives vont progressivement diminuer au profit notamment de celles ayant eu deux enfants au plus, le modèle familial largement dominant pour les générations du baby-boom nées durant l’entre-deux-guerres [Costa et al., 2012]. Les situations et évolutions sont une fois de plus très variables selon l’arrondissement rural, mais deux modèles dominent et transgressent les dualisations classiques entre la Flandre et la Wallonie et entre les milieux urbains et ruraux. Le premier modèle, identifié par les arrondissements flamands et luxembourgeois, présente, pour les générations nées au début du 20e siècle, les fréquences les plus élevées pour les parités 0 et 4 enfants et plus. Si la proportion de femmes n’ayant pas eu d’enfant va diminuer au fil des générations, la part relative des femmes ayant eu 4 enfants et plus reste (arrondissements flamands), ou devient (arrondissement luxembourgeois) dominante. Avec les générations plus récentes, les parités à 2 enfants deviennent aussi importantes. Le deuxième modèle comprend les arrondissements ruraux du centre et les arrondissements urbains et industriels. Pour les générations plus anciennes, les faibles parités, à 0 et 1 enfant sont largement dominantes, alors que les proportions de femmes à descendances élevées, supérieures ou égales à 3 enfants sont beaucoup plus réduites. Elles augmenteront au fil des générations, mais ce sont les parités à 1 et 2 enfants qui seront les plus représentées pour les générations nées à la fin des années 1920.

Figure 8. Évolution des parités atteintes par génération

Figure 8. Évolution des parités atteintes par génération

Source : recensement de la population de 1981.

3.2. L’impact de la crise économique des années 1930

26Les générations de femmes nées entre 1902 et 1916 sont celles dont la vie génésique se déroule durant la grande crise économique des années 1930. Celle-ci a-t-elle affecté les comportements de reproduction de ces générations et cet impact varie-t-il selon le milieu de résidence ? Pour R. Philippot [1957, p. 57], l’effet de la crise est indéniable : « Après les inévitables remous de la guerre 14-18, une courte période de récupération apparaît, suivie bientôt d’une profonde dépression. Les crises économiques et les troubles internationaux vont amener une chute de la natalité dans tous les pays de l’Ouest européen ».

  • 10 En transformant les taux longitudinaux en taux transversaux, on pourrait à priori mieux appréhender (...)

27Les données transversales de fécondité ne permettent pas de répondre à ces questions, puisque aucun recensement n’a été réalisé en Belgique durant la décennie 1930. Néanmoins, on l’a vu, les années de crise coïncident avec un relèvement de l’âge moyen au mariage, mais également à une augmentation de l’âge moyen aux premières et dernières maternités pour les générations nées entre 1902 et 1916 (figure 7). Cette réactivité apparente à la crise concerne davantage les arrondissements ruraux wallons que leurs homologues flamands (annexe 1). Une manière plus efficace de mesurer l’impact de la crise économique sur les comportements de fécondité est d’analyser les taux de fécondité par groupe quinquennal d’âges selon la génération10. Les figures 9, 10 et 11 présentent, pour un groupe d’âges donné – 20-24 ans, 25-29 ans et 30-34 ans –, l’évolution des taux de fécondité par génération et arrondissement de résidence. L’axe des abscisses convertit, pour chaque génération, la période d’observation concernée. Enfin, pour faciliter les comparaisons, la période d’observation 1927-1931 est systématiquement choisie comme période de référence ( = base 100).

28A l’échelle du pays, les courbes présentent le même profil d’évolution quel que soit le groupe d’âge considéré. Pour chaque génération, la période de crise 1932-1936 correspond à une baisse du taux par âge par rapport aux périodes encadrantes. Par rapport à la période 1927-1931, cette diminution n’est que de 3 % en moyenne pour les femmes de 20-24 ans et de 25-29 ans, mais atteint 6 % pour celles âgées de 30 à 34 ans. L’effet apparent de la crise se marquerait donc surtout chez les femmes plus âgées, en fin de période féconde, ce qui coïncide avec le relèvement de l’âge moyen à la dernière maternité observé précédemment.

29Ce schéma national est loin d’être respecté à l’échelle des arrondissements ruraux. Pour les arrondissements ruraux flamands, hormis le cas de Maaseik dont la transition de la fécondité vient de s’amorcer, la crise économique semble sans effet sur les femmes âgées de 20-24 ans : par rapport à la période pré-crise, leur taux de fécondité n’a cessé d’augmenter. La situation est différente dans les arrondissements ruraux de Wallonie (figure 9). Pour certains – Waremme, Dinant, Neufchâteau, Marche et Virton – les taux à 20-24 ans augmentent entre 1927-1931 et 1932-1936, pour ensuite chuter drastiquement au cours de la période suivante. Plus que la crise économique, c’est peut-être l’instabilité politique inhérente à ces années d’avant-guerre qui explique ce changement de tendance. Dans les autres arrondissements ruraux wallons, les taux de fécondité à 20-24 ans s’affaiblissent progressivement au cours des années 1930, se démarquant ainsi radicalement de la tendance observée pour leurs homologues flamands, ainsi que pour les arrondissements urbains-industriels, qui se conforment davantage au schéma national.

Figure 9. Évolution des taux de fécondité à 20-24 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)

Figure 9. Évolution des taux de fécondité à 20-24 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)

Source : recensement de la population de 1981.

30Á 25-29 ans (figure 10), les effets de cette décennie troublée sur l’évolution des taux de fécondité sont généralisés dans les arrondissements ruraux. Partout, les taux observés durant les périodes 1932-1936 et 1937-1941 sont inférieurs à ceux des années 1927-1931. Mais cette baisse est, à l’exception du cas particulier de Maaseik, plus timide dans les arrondissements flamands, puisqu’elle n’excède jamais 10 % de la valeur observée en 1927-1931. En revanche, dans les arrondissements ardennais du sud, le déficit est plus sensible, oscillant entre 10 et 15 % pour la période 1937-1941. Comme pour les taux à 20-24 ans, le déficit de fécondité correspond davantage, dans le sud du pays, aux années 1937-1941 qu’aux années de crise économique (1932-1936). Dans les arrondissements ruraux du centre, par contre, on retrouve un schéma similaire à celui des arrondissements flamands avec un déficit marqué pour la période 1932-1936 et un relèvement pour la période suivante. D’une manière générale, pour les 25-29 ans, la baisse des taux de fécondité durant cette décennie est plus élevée en moyenne dans les arrondissements ruraux que dans les zones urbaines-industrielles.

Figure 10. Évolution des taux de fécondité à 25-29 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)

Figure 10. Évolution des taux de fécondité à 25-29 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)

Source : recensement de la population de 1981

31Á 30-34 ans (figure 11), la situation des arrondissements ruraux flamands se démarque à nouveau, avec cette fois une diminution franche des taux de fécondité tant pour la période 1932-1936 que 1937-1941. Dans les arrondissements ruraux du sud, l’impact de cette décennie troublée se marque moins sur les taux de fécondité des femmes de 30-34 ans, alors qu’il semble insignifiant dans les arrondissements ruraux du centre.

32En résumé, cette analyse de l’évolution des taux de fécondité selon l’âge révèle bien une diminution durant les années de crise, suivie d’une légère augmentation durant la période qui précède la Seconde Guerre mondiale. Dans les arrondissements ruraux flamands, ce sont surtout les femmes de 30-34 ans qui semblent les plus sensibles aux effets de la crise. Dans les arrondissements ruraux wallons du centre, il s’agit plutôt des femmes de 25-29 ans, alors que pour les arrondissements du sud du pays, l’effet concerne les trois groupes d’âges considérés, mais porte davantage sur la période 1937-1941 que sur les années 1932-1936.

Figure 11. Évolution des taux de fécondité à 30-34 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)

Figure 11. Évolution des taux de fécondité à 30-34 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)

Source : recensement de la population de 1981.

Conclusion

33Cette recherche, ciblée sur l’évolution de la fécondité des milieux ruraux en Belgique entre 1880 et 1939, repose sur deux questions principales. Observe-t-on des différences significatives de fécondité entre les milieux ruraux, généralement présentés, souvent par défaut, comme des espaces socio-démographiquement homogènes et en retard d’évolution par rapport aux territoires urbains et industriels ? Durant les premières décennies du 20e siècle, une période peu étudiée dans le champ de la démographie historique, l’évolution de la fécondité porte-t-elle l’empreinte des grands événements conjoncturels – la Première Guerre mondiale, la crise économique de 1929 et l’émergence des régimes totalitaires – qui ont frappé cette période ?

34Les milieux ruraux ont été définis comme étant les arrondissements dont le taux d’urbanisation (part de la population résidant dans des communes de plus de 5.000 habitants) était en 1900 inférieur à 20 %. Les analyses combinent une approche transversale classique, reposant notamment sur les taux de natalité et des estimations des indices conjoncturels de fécondité, et une approche longitudinale basée sur l’exploitation des données rétrospectives des recensements de la population de 1961 et de 1981.

35Contrairement aux idées reçues, les comportements de fécondité de la population de ces arrondissements ruraux ne sont guère homogènes. Certains (Philippeville, Virton) se caractérisent par des indices très faibles au cours des dernières décennies du 19e siècle et se positionnent comme des territoires précurseurs de la transition de la fécondité. Pour d’autres (arrondissement du centre de la Wallonie), le démarrage est plus tardif, mais une fois amorcée, la diminution de la fécondité est rapide et les niveaux atteints durant l’entre-deux-guerres sont similaires, voire parfois inférieurs, à ceux observés dans les milieux les plus urbanisés. Dans les arrondissements ruraux flamands, la baisse décisive de la fécondité n’intervient réellement qu’au début du 20e siècle et les indices transversaux et longitudinaux demeurent, dans les années 1930, supérieurs au référent national. Enfin, le modèle des arrondissements du sud de la Wallonie est également spécifique avec une baisse lente, hésitante et le maintien d’une fécondité là aussi supérieure à la moyenne nationale. Bref, la diversité des situations rurales est une réalité qu’il conviendrait ultérieurement d’expliquer.

36L’impact de la crise économique des années 1930, par exemple, ne peut être véritablement décelé par une approche transversale, car les données requises font défaut (absence de données pour la décennie 1930 ou encore de taux de fécondité par âge, notamment). Par contre, cet effet de la crise économique et plus globalement de cette décennie troublée, transparaît au travers de l’évolution des indicateurs longitudinaux. Les générations de femmes nées entre 1902 et 1916, celles dont la vie reproductive se déroule durant les années 1930, se caractérisent par un âge moyen aux premières et surtout aux dernières maternités plus élevés. Mais c’est surtout l’analyse des taux de fécondité par âge qui permet d’appréhender l’impact des événements conjoncturels, avec des effets d’intensité différente selon les arrondissements ruraux. Dans les arrondissements ruraux flamands, les effets sont plus timides et concernent essentiellement les femmes plus âgées, de 30-34 ans, alors que dans les arrondissements du centre, les femmes de 25-29 ans sont les plus concernées. Enfin, dans les arrondissements du sud de la Wallonie, l’impact concerne tous les groupes d’âges (de 20 à 35 ans), mais porte davantage sur la fin de la décennie. Ici aussi, il reste à expliquer ces différences de sensibilité de la fécondité aux effets de la crise économique, notamment.

Haut de page

Bibliographie

ALTER G., GUTMANN, M.P., (2005), “Belgian historical demography as viewed from North America: Protoindustrialization, fertility decline, and the use of population registers”, Revue Belge d’Histoire Contemporaine, 45, 4, pp. 523-546.

ALTER G., ORIS M., NEVEN M., (2010), « Le déclin de la fécondité dans les campagnes de Belgique Orientale. Illustration d’une réponse multiphasique », Histoire de la Population de la Belgique et de ses territoires, T. Eggerickx, J.-P. Sanderson (eds), Chaire Quetelet 2005, Centre de Recherche en Démographie et Sociétés, Presses Universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, pp. 489-525.

BARDET J.-P., (1998), « La France en déclin », in Histoire des populations de l’Europe. II. La révolution démographique, 1750 à 1914, sous la direction de J.-P. Bardet et J. Dupâquier, Paris, Fayard, pp. 287-325.

BILLARI F., (2008), « Lowest-Low Fertility in Europe: Exploring the Causes and Finding Some Surprises”, The Japanese Journal of Population, vol. 6, No.1, pp. 1-17.

CHESNAIS J.-C., (1986), La transition démographique. Etapes, formes, implications économiques, Travaux et Documents, n° 113, INED, Paris, 580 p.

COSTA R., EGGERICKX T., SANDERSON J.-P., (2011), « Les territoires de la fécondité en Belgique au 20e siècle. Une approche longitudinale et communale », Espaces, Population, Sociétés, 2, pp. 353-375.

COSTA R., EGGERICKX T., SANDERSON J-P., (2012), « Les données individuelles et rétrospectives des recensements de la population, apports et limites pour une approche longitudinale de la fécondité en Belgique de la fin du 19e siècle à 1970 », Journée d’étude sur la restriction des naissances, Fribourg (à paraître).

DESPLANQUES G., CHESNAIS J.-C., (1988), « Les vicissitudes de la fécondité », Histoire de la population française. 4. De 1914 à nos jours, sous la direction de J. Dupâquier, PUF, paris, pp. 287-344.

DUFRASNE M., (1943), Démographie de la Belgique de 1921 à 1939, Office Central de Statistique, Van Muysewinkel, Bruxelles, 449 p.

DUVAL-AUMONT C., (1938), Le contrôle des naissances au foyer chrétien. Exposé moral et biologique, Paris-Tournai, 144 p. 

EGGERICKX T., (2004), La dynamique démographique et la transition de la fécondité dans le bassin industriel de la Région de Charleroi de 1831 à 1910, Histoire quantitative et développement de la Belgique aux XIXe et XXe siècles, 1ère série, Tome III, volume 1, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 561 p.

EGGERICKX T., SANDERSON J.-P., COSTA R. (2013), « L’impact des migrations sur la fécondité dans le cadre d’une approche longitudinale et spatiale de la fécondité en Belgique », Revue Quetelet, 2 (à paraître).

FARON O., (2002), « Guerre(s) et démographie historique », Annales de Démographie Historique, n° 1, pp. 5-9.

FESTY P., (1984), « Effets et répercussions de la Première Guerre mondiale sur la fécondité française », Population, n° 6, pp. 977-1010.

GARDEN M., LE BRAS H., (1988), « La population française entre les deux guerres », Histoire de la population française. 4. De 1914 à nos jours, sous la direction de J. Dupâquier, PUF, paris, pp. 83-145.

JOHNSON G., FREEDMAN R., (1960), “Differential fertility in European country”, Demographic and economic change in developed countries, pp. 36-76.

LEMAIRE A., (1920), La Wallonie qui meurt. Etude sur la natalité en Wallonie. Action catholique, Bruxelles, 120 p.

LESTHAEGHE R., (1977), The decline of Belgian fertility, 1800-1970, Princeton University Press, Princeton, 350 p.

NEVEN M, DEVOS I, (2001), “Breaking stereotypes. Historical demography in Belgium since 1981 (19th and early 20th centuries”, Revue Belge d’Histoire Contemporaine, XXXI, 3-4, pp. 311-346.

ORIS M., (1994), Bibliographie de l’histoire des populations belges. Bilan des travaux des origines à nos jours, Laboratoire de démographie, Université de Liège, Liège.

POULAIN M. (1996), « A propos du déclin de la fécondité wallonne et plus particulièrement de celle de l’Entre-Sambre-et-Meuse », Les systèmes démographiques du passé, sous la direction de A. Bideau, A. Perrenoud, K.-A. Lynch, G. Brunet, s.l., pp. 295-309.

PHILIPPOT R., (1957), Initiation à une démographie sociale, Paris, 216 p.

SARDON J-P., (1995), « Indices de Coale, indices comparatifs, génération moyenne, indicateur conjoncturel et composantes », Population n° 1, Paris, PUF, pp. 170-176.

SCHELLEKENS J., VAN POPPEL F., (2012), “Marital fertility decline in the Netherlands; child mortality, real wages, and unemployment, 1860-1939”, Demography, 49 (3), pp. 965-988.

VAN BAVEL, J., (2009) “Subreplacement fertility in the West before the baby boom: Past and current perspectives”, Population Studies, First published on: 29 December 2009 (iFirst), pp. 1-18.

VAN BAVEL J., (2010), « The decline of Belgian fertility in the nineteenth century. What have we learned since the Princeton project ? », Histoire de la Population de la Belgique et de ses territoires, T. Eggerickx, J.-P. Sanderson (eds), Chaire Quetelet 2005, Centre de Recherche en Démographie et Sociétés, Presses Universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, pp. 429-461.

VERMEERSCH A., (1927), Le problème de la natalité en Belgique, Maison de l’action catholique, Bruxelles, 71p.

VULHOPP T., (1929), Une politique des familles nombreuses en Belgique, Bruxelles, 434 p.

WINTER F.M., (1992), « War, family, and fertility in Twentieth-Century Europe », The European experience of declining fertility, 1850-1970. The quiet revolution, J.R. Gillis, L. A Tilly, D. Levine (eds), Cambridge, Blackwell, pp. 291-309.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. L’évolution des âges moyens aux premières et dernières naissances
selon la génération de naissance des mères (source : recensement de la population de 1981)

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les bibliographies et les synthèses historiographiques dressées par M. Oris [1994], M. Neven et I. Devos [2001] ou encore G. Alter et M.P. Gutman [2005].

2 Voir par exemple, Vermeersch A., [1927], Duval-Aumont C., [1938], Vulhopp T., [1929], Lemaire A., [1920].

3 Cette estimation a été réalisée selon la méthode proposée par J.-P. Sardon [1995] qui consiste à multiplier l’indice de fécondité générale de Coale (If) par 12,44 qui est la fécondité naturelle maximale, celle des Huttérites. HuttéritesH

4 La construction de ces indices repose sur un procédé de standardisation indirecte. Il consiste à comparer le nombre total de naissances qu’auraient eu les femmes dénombrées lors d’un recensement, si elles avaient eu la fécondité par âge des Huttérites, avec le nombre de naissances réellement observé. L’indice de fécondité générale If se calcule de la manière suivante :
Image 100000000000005E0000001FAABBBC6D.jpg
Avec B, le nombre total de naissances observées pendant une période de 5 ans, centrée sur le recensement de la population ; Wi, le nombre total de femmes pour un groupe d’âges i ; Fi, le taux de fécondité des Huttérites pour un groupe d’âges i. 

5 L’indice conjoncturel de fécondité mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

6 Cet indice d’intensité de la nuptialité mesure l’impact de la nuptialité sur la fécondité générale en comparant le nombre d’enfants que les femmes mariées auraient mis au monde si elles se caractérisaient par les mêmes taux de fécondité que ceux des Huttérites au nombre qui serait survenu si toutes les femmes se distinguaient par ce schéma type de fécondité. L’indice de la proportion de femme mariée Im se calcule de la manière suivante :
Image 100000000000007A0000003039A58643.jpg
Avec Mi, le nombre total de femmes mariées pour un groupe d’âges i ; Wi, le nombre total de femmes pour un groupe d’âges i ; Fi, le taux de fécondité des Huttérites pour un groupe d’âges i.

7 Pour la moyenne de la Belgique, l’augmentation de la valeur de Im est de 19% entre 1890 et 1910. Dans les arrondissements ruraux du centre, Nivelles, Ath, Waremme, l’accroissement est respectivement de 28, 25 et 22%, alors que dans les arrondissements du sud, là où la stagnation de la fécondité se marque, la progression est souvent plus lente (Bastogne, +16% ; Neufchâteau, +15%, Virton, +19%)

8 La descendance finale est le nombre moyen d'enfants mis au monde par une génération de femmes donnée au cours de leur vie féconde (entre 15 et 50 ans). Il s’agit de la somme des taux de fécondité selon l’âge.

9 La parité atteinte est le nombre total d’enfants nés vivants mis au monde par une femme au terme de sa vie génésique (50 ans).

10 En transformant les taux longitudinaux en taux transversaux, on pourrait à priori mieux appréhender les effets de la crise économique des années 1930, par exemple. Malheureusement, la génération la plus ancienne pour laquelle on dispose de taux de fécondité par âge est celle née entre 1897 et 1901. Or, la reconstitution des taux transversaux entre 1920 et 1930 nécessite de disposer des taux de fécondité pour des générations plus anciennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le taux d’urbanisation (%) des arrondissements en Belgique et l’identification des arrondissements ruraux
Crédits Source : recensement de la population de 1900.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 2. Évolution de taux de natalité (‰) de 1880 à 1940 (moyenne mobile sur 5 éléments)
Crédits Source : Statistiques du mouvement de la population et de l’état-civil
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Figure 3. Évolution de l’indice conjoncturel de fécondité (ICF-nombre d’enfants) de 1880 à 1930
Crédits Source : Lesthaeghe (1977)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 4. Évolution de l’intensité des mariages (indice Im de Coale) de 1880 à 1930
Crédits Source : Lesthaeghe (1977).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 5. Évolution l’âge moyen au mariage (‰) de 1890 à 1939
Crédits Source : Dufrasne (1943).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 6. Évolution de la descendance finale par génération (nombre d’enfants par femme)
Crédits Sources : recensements de la population de 1961 et de 1981.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Figure 7. Évolution des indicateurs de calendrier de la fécondité par génération
Crédits Source : recensement de la population de 1981.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 8. Évolution des parités atteintes par génération
Crédits Source : recensement de la population de 1981.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 9. Évolution des taux de fécondité à 20-24 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)
Crédits Source : recensement de la population de 1981.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Figure 10. Évolution des taux de fécondité à 25-29 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)
Crédits Source : recensement de la population de 1981
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 11. Évolution des taux de fécondité à 30-34 ans par génération et période (1927-1931 = base 100)
Crédits Source : recensement de la population de 1981.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5684/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Eggerickx, Jean-Paul Sanderson et Rafael Costa, « La fécondité des populations rurales en Belgique (1880-1940) », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5684 ; DOI : 10.4000/eps.5684

Haut de page

Auteurs

Thierry Eggerickx

Centre de recherche en Démographie et Sociétés
Université catholique de Louvain
1 place Montesquieu, 1348
Louvain-la-Neuve
Belgique
thierry.eggerickx@uclouvain.be

Articles du même auteur

Jean-Paul Sanderson

Centre de recherche en Démographie et Sociétés
Université catholique de Louvain
1 place Montesquieu, 1348
Louvain-la-Neuve Belgique
jean-paul.sanderson@uclouvain.be

Articles du même auteur

Rafael Costa

Centre de recherche en Démographie et Sociétés
Université catholique de Louvain
1 place Montesquieu, 1348
Louvain-la-Neuve Belgique
Rafael.costa@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org