Navigation – Plan du site
Articles

Des populations rurales prolifiques ou malthusiennes ?

La diversité des situations socio-démographiques dans les campagnes françaises au XIXème siècle
Natalist or Antinatalist Rural Populations? The Socio-Demographic Diversity of the French Countryside in the 19th Century
Nadine Vivier

Résumés

Les populations rurales ont-elles tardé à baisser leur fécondité et l’ont-elles fait sous l’influence des élites urbaines ? Cet article s’appuie sur plusieurs études régionales et il propose une synthèse de cette littérature. Les études de la démographie du XIXème siècle montrent que les ruraux ont su très tôt contrôler et restreindre leur natalité et qu’ils ont adapté la taille de leur famille à celle de leur entreprise agricole. Mais cette explication n’est pas suffisante. La grande diversité des comportements ruraux en France provient aussi de motivations liées à l’instruction, la religion et aux modes de propriété.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La singularité de la population française au XIXème siècle est bien connue pour son entrée précoce dans la transition démographique : une chute rapide de la natalité, parallèle à celle de la mortalité. A cette époque, la population est très majoritairement rurale, à 84,5 % (24,5 millions d’habitants sur un total de 29 millions) en 1806 ; 77,7 % (27,2/35) en 1851 et 59 % (23/39) en 1911 [INSEE, recensements de la population]. On pourrait donc penser que la population rurale est un acteur de ce changement d’attitude. Dès 1986, Etienne van de Walle écrivait : « Avant 1851, elle [la transition démographique] est un phénomène rural. Ce sont les départements les plus prospères qui paraissent y participer. On ne trouve pas alors de rapport entre l’industrialisation ou l’urbanisation et la baisse » |Van de Walle 1986 : 42].

2Or, l’image couramment donnée aujourd’hui de ce phénomène est paradoxale. Alors que les études démographiques sont nuancées et montrent la restriction des naissances et la diversité des attitudes régionales, une vision manichéenne prévaut. On est persuadé que ce sont les élites urbaines qui les premières, dès le XVIIIème siècle, ont réduit leur natalité, selon le schéma prévalant depuis l’époque des Lumières qui veut que tout progrès, tout changement ne puisse provenir que des élites urbaines, mais on oublie que les villes conservent durant tout le xixe siècle une natalité supérieure à celle des campagnes (22,3‰ dans les villes et 21,6‰ dans les campagnes en 1896) [INSEE]. L’image consacrée, simpliste et largement erronée du retard des campagnes, de leur culture traditionnelle par opposition à celle des villes réputée moderne et ouverte [Jessenne, 2006] est si forte que l’on a bien du mal à imaginer que les paysans aient pratiqué une contraception. Les romans naturalistes ont montré les paysans comme incapables de maîtriser leurs pulsions, forniquant dès que l’occasion s’en présente ; il est vrai aussi qu’ils les ont dépeints sous les traits d’horribles calculateurs, prêts à tout sacrifier à leurs intérêts.

3Alors qu’en est-il ? Le but de ce texte est de montrer par des analyses de cas que les ruraux ont su très tôt contrôler et restreindre leur natalité et qu’ils ont adapté la taille de leur famille à celle de leur entreprise agricole. Il veut aussi rappeler la grande diversité des campagnes françaises (figure 1), chaque région connaît un régime socio-économique et un comportement démographique qui s’influencent réciproquement.

Figure 1. Régions et villes françaises étudiées

Figure 1. Régions et villes françaises étudiées

SA, ESO, Le Mans-CNRS ? 2014

1. Les problèmes de méthode posés par une analyse différentielle villes/campagnes

4Une étude différentielle ville-campagne se heurte à une première difficulté : la propension des recherches à se focaliser sur le phénomène majeur du XIXème siècle, celui de la croissance urbaine alimentée par l’exode rural (14 millions de migrants entre 1806 et 1911 selon les estimations) [Dupâquier, 1995 : 135]. Les campagnes ne sont alors que le négatif des études sur la ville et ce sont les excédents ruraux qui apparaissent en pleine lumière.

5La deuxième difficulté sur laquelle il faut s’attarder est liée aux problèmes de méthode. Les données statistiques disponibles pour le chercheur deviennent de plus en plus abondantes au fil des décennies du XIXème siècle, assorties d’une fiabilité croissante. Pour la fin de l’Ancien Régime, on ne disposait que de registres de paroisses : baptêmes, mariages et sépultures. Le contrôleur général des Finances Terray avait bien demandé en 1772 des tableaux annuels de population, mais il n’avait obtenu que quelques dénombrements, les meilleurs étant ceux des provinces de Hainaut et de Bourgogne, cette dernière continuant l’expérience jusqu’en 1786. Quelques années plus tard, le besoin d’obtenir des données démographiques est tout autant ressenti par les comités révolutionnaires, mais leurs demandes n’obtiennent que des résultats confus ou inachevés. De plus, les registres d’état-civil n’ont pas été bien tenus dans les années qui suivent la laïcisation de septembre 1792. L’Église dessaisie continue parfois à tenir les registres alors que la municipalité, qui a maintenant cette tâche dans ses attributions, ne le fait pas sérieusement. Ce n’est qu’avec François de Neufchâteau au ministère de l’Intérieur (1797-1799) que des états départementaux des naissances et des morts sont obtenus. Peu à peu, dans les deux décennies suivantes, les progrès de l’instruction et la grande importance accordée à la statistique améliorent la qualité des données. Les recensements se font dorénavant à un rythme quinquennal régulier et ils sont considérés comme fiables à partir de 1836. Malgré tout, la tenue des registres peut encore laisser à désirer, et il reste quelques imprécisions, par exemple le traitement des mort-nés qui est très incertain. Le ministre de l’Agriculture en 1853 pense que dans les campagnes, les mort-nés sont déclarés à l’autorité ecclésiastique et non à l’état-civil, ce qui explique leur faible nombre [Gourdon et Rolley, 2009].

6Il reste difficile de séparer population rurale et population urbaine pour le début du XIXème siècle. Le recensement de 1836, bien organisé, distingue pour la première fois la population urbaine, c’est-à-dire là où vivent plus de 2000 habitants agglomérés. Les recensements reprennent systématiquement cette distinction à partir de 1846. Une autre difficulté reste irrémédiable : on ne peut séparer à l’échelle départementale la population active agricole des autres populations rurales. Cette distinction s’avère impossible puisque très souvent, les ruraux cumulent deux activités : agriculture et artisanat, industrie ou migrations temporaires. On peut se contenter d’admettre avec Claude Thélot que la part des actifs agricoles dans la population rurale est restée constante au cours du siècle, environ 23 % [Thélot, 1992 : 65].

7Signalons encore une autre difficulté qui a son importance lorsque l’on cherche à expliquer la fécondité des populations : il est difficile d’interpréter le taux de mortalité dans les communes rurales proches des villes, car ce taux est souvent gonflé par la forte mortalité des jeunes enfants des familles urbaines placés en nourrice dans les campagnes. La forte mortalité de ces enfants peut influencer le taux de natalité, les familles bourgeoises urbaines ayant besoin de plus de naissances pour assurer leur descendance.

2. La restriction précoce des naissances

8Les populations urbaines ont-elles opté les premières pour la restriction des naissances, et en particulier leurs élites (car on sait que les ouvriers gardent longtemps la fécondité la plus élevée) ? Bien avant les populations des campagnes ? Une comparaison des données sur la ville et les villages proches ou plus lointains ne le confirme pas.

2.1. Un différentiel ville/campagne ?

9De minutieuses études de démographie historique ont été menées dans les années 1960-1980 dans le cadre de l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED). Dévoreuses de temps, ces entreprises ne pouvaient que s’attaquer à de petites communautés avec les moyens de l’époque, les fiches de famille. Les études de Jacques Houdaille sur le Nord-Est et de Marcel Lachiver sur l’Ile-de-France n’ont montré aucune différence notable dans la fécondité des familles paysannes et celles des familles exerçant des professions tertiaires dans les petites villes au XIXème siècle [Lachiver, 1969 ; Houdaille, 1976].

10Au milieu du XIXème siècle, on observe que les départements les plus urbanisés ont un taux brut de reproduction supérieur à celui des départements les moins urbanisés. En 1861, le nombre de jeunes filles nées pour 100 femmes âgées de 20 à 39 ans est de 191 dans les départements où le taux d’urbanisation est de 52,9 %, alors qu’il n’est que de 168 pour les départements urbanisés à 22,3 %. Les villes petites et moyennes ont en effet un taux de natalité un peu supérieur à celui des campagnes voisines. Plus significative encore est l’étude d’une grande ville. Pierre Guillaume a comparé l’indice de fécondité dans la ville de Bordeaux et dans les campagnes alentour. Si, au fil des décennies du XIXème siècle, la réduction est nette dans les deux cas, elle est plus précoce dans les campagnes. L’indice de fécondité est de 4,42 dans la ville de Bordeaux contre 3,04 dans les campagnes environnantes en 1836, et de 3,06 contre 2,78 en 1872 [Guillaume, 1972 : 245]. Paris conserve durant presque tout le siècle un taux supérieur à celui de la France. En 1831, la natalité y est la plus forte (32,2‰ contre 27,3‰ en moyenne nationale). La natalité se réduit très progressivement et ce n’est qu’après 1900 qu’elle devient inférieure à la moyenne nationale [Bourillon, 1992 :15]. Il faut penser que ces villes en pleine expansion ont une forte proportion de jeunes adultes, donc un fort taux de natalité. Celui-ci est d’autant plus fort que le taux de mortalité est très fort dans ces villes qualifiées de « mortifères » et « délétères ». Les jeunes enfants en sont les premières victimes, qu’ils soient élevés en ville ou mis en nourrice à la campagne.

11Ces quelques exemples amènent à nuancer voire même réinterroger l’idée d’un modèle urbain copié peu à peu par les campagnes. Manifestement, la fécondité en France est originale encore sur ce point : contrairement à ce qui se passe fréquemment dans les autres pays européens, la fécondité urbaine n’est pas forcément inférieure à celle des villages [Eggerickx, 1995]. Alors quel rôle ont joué les notables des villes, si nous entendons par ce terme les personnages qui exercent une certaine influence par des métiers du secteur tertiaire ? Les habitants de Rouen se restreignent très tôt, tout comme la Normandie dans son ensemble. Les jeunes ruraux arrivant dans la ville imitent-ils réellement les notables [Bardet, 1983] ? Ou bien ce modèle préexiste-t-il dans les villages, ce qui expliquerait que les jeunes ruraux l’adoptent aussitôt et contribuent à le répandre ? Ce dernier exemple montre les limites de la comparaison ville/campagne et incite à regarder aussi les différences régionales [Sharlin, 1986]. D’autres comparaisons sont nécessaires, en particulier entre catégories sociales.

2.2. La forte restriction chez les petits propriétaires et la forte natalité chez les ouvriers agricoles

12Seules des études ayant un cadre géographique restreint peuvent fournir des données sur l’attitude des différentes catégories sociales. Dans son étude sur la Beauce, Jean-Claude Farcy [1989] utilise les échantillons de familles qu’il a reconstitués, pour l’ensemble des communes du canton de Voves, pour les couples mariés de trois cohortes, celle des années 1781-1790, puis 1831-1840 et enfin 1871-1880 (figure 2). Pour chacun de ces couples mariés, les naissances ont pu être relevées dans les registres d’état-civil. Les tables de succession et absences de l’Enregistrement permettent de vérifier et prendre en compte les naissances qui auraient pu avoir lieu dans une autre commune.

Figure 2. Évolution du nombre moyen d’enfants par femme selon la catégorie sociale dans le canton de Voves en Eure-et-Loir (familles complètes)

Catégories sociales

1781-1790

1831-1840

1871-1880

Laboureurs

6,23

4,40

3,52

Marchands

5,41

4,60

3,37

Artisans

5,38

3,93

3,87

Journaliers

4,71

4,11

4,32

Domestiques

4,85

4,14

4,34

Ensemble

5,17

4,12

3,99

Source : Farcy, 1989 : 351 et 586.

13Des résultats similaires se retrouvent en Artois pour lequel Ronald Hubscher a étudié les structures démographiques de 80 villages (figure 3). Il en ressort que, en 1851, la moitié des couples (49,8 %) de 20 à 45 ans font vivre sous leur toit 1 ou 2 enfants, l’autre moitié 3 enfants ou plus. La répartition est très tranchée selon les catégories socio-professionnelles [Hubscher, 1979 : 146-148].

Figure 3. Nombre d’enfants par ménages selon la catégorie professionnelle en 1851

1 ou 2 enfants

3 ou 4 enfants

5 enfants et plus

Ménagers

61 %

30 %

9 %

Artisans

52 %

36 %

12 %

Marchands

57 %

31 %

12 %

Ouvriers

53 %

31 %

16 %

Propriétaires-exploitants

51 %

36 %

13 %

Fermiers

49 %

33 %

18 %

Journaliers

43 %

44 %

13 %

Source : Hubscher, 1979 : 146-148.

14Ces deux analyses touchent des régions de fort dynamisme démographique. La Beauce a des taux de natalité assez élevés car, c’est une terre riche qui est encore relativement peu peuplée ; elle a besoin de main d’œuvre pour son agriculture qui s’intensifie. Elle nourrit de nombreux paysans parcellaires qui vivent dans des villages de 200 à 1000 habitants où ils exercent souvent plusieurs activités. L’Artois est encore plus prolifique. Assez densément peuplée, la région a pu faire vivre sa population par l’agriculture et par une forte industrie du tissage à domicile. Elle connaît pourtant une pauvreté endémique qui frappe les journaliers à la moindre cherté des prix. Bon nombre de ces ouvriers tisserands partent l’été faire la moisson en Ile-de-France ou en Beauce où ils obtiennent de meilleurs salaires. La combinaison de toutes ces activités, accrues par l’exploitation minière, explique que le maximum de population n’intervienne qu’en 1881 et que le déclin ne s’amorce qu’après 1890. Le taux de natalité, encore très élevé en 1851 (28,4‰) remonte à 30,9‰ en 1875 et ne redescend à 26,8‰ qu’en 1910. Les mouvements d’émigration se font alors plus voyants.

15Dans ce contexte global, apparaissent de nettes différences de comportements familiaux. Les marchands et artisans ont le plus souvent de petites familles. C’est dès les années 1830 qu’ils réduisent drastiquement le nombre des naissances, en Beauce tout comme en Artois où 80 % d’entre eux ont des familles de 1 à 3 enfants.

16Parmi les populations agricoles, on voit nettement la fécondité différentielle selon leur accès à la propriété. En Artois aussi bien qu’en Beauce, propriétaires-exploitants et fermiers limitent la taille des familles. Les laboureurs, paysans assez aisés ayant un train de labour, sont ceux qui avaient le plus d’enfants, aussi la diminution est-elle rapide en Beauce dès le début du XIXème siècle. En Artois, les deux tiers d’entre eux ont 2 ou 3 enfants. Très significatif est le comportement des ménagers qui sont dans le Nord ceux qui ne possèdent qu’un lopin de terre et exploitent leur terre à bras ou avec un cheval ; ils privilégient la famille d’un enfant (35 % d’entre eux), à la rigueur 2 (25 %). Une hypothèse vraisemblable est celle de la recherche d’un équilibre entre deux nécessités économiques : celle des vingt années à venir, le besoin de bras utilisables par l’exploitation familiale et celle de la transmission d’une exploitation viable malgré le partage.

17Les journaliers agricoles sont ceux qui diminuent le moins la taille de leur famille, d’autant qu’elle était déjà la plus restreinte en 1781-1790. Leur fécondité reste la plus élevée : la moyenne est encore 4,32 enfants par couple en Beauce dans les années 1870 ; en Artois en 1851, 16 % des couples de journaliers ont un enfant, 27 % deux enfants, 28 % en ont trois, 15 % en ont quatre et seulement 7 % ont plus de cinq enfants. Sont-ils moins gagnés par l’idée de limitation des naissances, quoique les familles de plus de 5 enfants soient rares, ou bien ont-ils des intérêts contraires ? Pour eux, les enfants sont une source de revenus, ils gagnent très tôt leur vie, soit à la ferme, soit en travaillant avec les tisserands. Ils ont peu accès à l’instruction et n’ont pas de perspective d’ascension sociale. Malgré la loi restreignant le travail des enfants en 1840 puis la loi de 1881 sur l’école obligatoire de 6 à 13 ans, les comportements ne changent que lentement car les enfants représentent un soutien et une aide tant que les assurances sociales n’existent.

18L’étude réalisée à partir de l’enquête TRA (3000 individus décédés entre 1800 et 1939 en France) illustre cette nécessité économique [Bourdieu et Ketszenbaum, 2007]. La situation des journaliers est précaire : ils meurent souvent assez jeunes et pour ceux qui jouissent d’une plus grande longévité, ils ne sont que 46,7 % à avoir des biens lors d’un décès à 60 ans et 34,3 % à 80 ans. Avoir des enfants est donc une nécessité pour survivre lorsqu’ils ne peuvent plus travailler.

19Comment les ruraux ont-ils réussi à restreindre leur natalité ? La première méthode utilisée fut le mariage tardif et le célibat. Le retard au mariage a un rôle de régulateur démographique, pour toutes les catégories sociales, avec quelques nuances. Au fil des décennies, l’âge moyen au mariage devient plus précoce parce que les couples ont trouvé d’autres méthodes de contraception. Confirmant les différentiations sociales, l’âge moyen au mariage en Beauce est de 26,8 ans en 1830 pour les hommes et 25,9 pour les femmes. Mais les gros laboureurs ont tendance à prendre des épouses plus jeunes (24,6 ans) alors que les salariés agricoles conservent plus longtemps le mariage tardif (28 ans pour les journaliers et 27,6 ans pour leurs épouses). Ceci laisse à penser que les gros laboureurs maitrisent bien la contraception, alors que les salariés agricoles ont recours à l’abstinence ; ils repoussent aussi l’âge au mariage pour avoir les moyens nécessaires à une installation. Ensuite, c’est l’interruption de la fécondité des couples qui est pratiquée [Dupâquier,1995 : 361 et suiv.]

20La pratique de la limitation des naissances apparaît nettement pour la cohorte des couples mariés dans la décennie 1830. Ils concentrent les naissances dans les premières années du mariage. « L’allongement des intervalles entre les naissances, la diminution des intervalles courts, la réduction de la dimension des familles, comme l’avancement de l’âge à la dernière maternité confirment l’évolution des taux de fécondité qui s’orientent à la baisse entre la fin de l’Ancien Régime et les premières décennies du XIXème siècle » [Farcy, 1989 : 352].

21Pour restreindre ainsi les conceptions, de « funestes secrets » sont utilisés. La pratique du coït interrompu est certainement la plus répandue. Philippe Ariès a formulé une intéressante hypothèse complémentaire : au moment où l’on commence à se préoccuper de la sélection des races, de la maîtrise de la reproduction des animaux, il paraît logique que les couples maitrisent aussi leur propre reproduction [Ariès, 1948]. Les ruraux sont aussi les mieux informés sur les différentes plantes (tisanes abortives). On pense aussi aux infanticides et avortements. Les infanticides sont connus grâce aux procès auxquels ils donnent lieu. Ils sont le plus souvent le fait de pauvres filles abandonnées, analphabètes et isolées, vivant loin des centres urbains [Tillier, 2001 ; Le Naour, Valenti, 2003]. Les avortements sont vraisemblablement plus nombreux mais mal connus, tout autant urbains que ruraux. Tous s’accordent à penser que ces méthodes, très risquées pour la mère, n’étaient que marginales.

2.3. Les motivations : religion et propriété

22L’Église exerçait-elle une influence en ce domaine ? On a souvent expliqué la chute de la natalité par la déchristianisation accélérée par la Révolution. Pourtant l’Église reste assez discrète sur ce sujet dans la première moitié du siècle. Ce n’est qu’à la fin du siècle, lorsque nait l’inquiétude face à la stagnation de la population française confrontée à la forte croissance de la population allemande que l’anathème de l’Eglise frappe ces comportements conjugaux inacceptables, les traque par des questions inquisitrices dans les confessionnaux. On s’est même demandé si les pressions morales exercées par les curés sur leurs ouailles ne les avaient pas éloignées de l’Église, les hommes d’abord, les femmes ensuite [Dupâquier, 1995 : 372-376]. Quoi qu’il en soit, les régions de forte pratique religieuse gardent une natalité plus élevée que les régions déchristianisées. Prenons deux exemples parmi les plus tranchés.

23En Briançonnais, la population atteint son maximum en 1841, et à partir de là elle décline régulièrement par une émigration massive. L’accroissement naturel annuel est de 5 à 6‰ et il est contrebalancé par un taux d’émigration plus élevé, de 6 à 10‰ selon les années. Le taux de natalité dans les communes rurales ne diminue que de 33‰ en 1851 à 31‰ en 1890, ce qui est remarquablement élevé puisque l’émigration touche surtout les jeunes. Ici, l’instruction touche presque tous les enfants (la région est un réservoir d’instituteurs et de prêtres). La pratique religieuse des hommes aussi bien que des femmes reste très élevée. Les visites pastorales et les conférences ecclésiastiques organisées par l’évêque dans les années 1857-1860 se penchent sur les attitudes conjugales face aux conceptions car Mgr Depéry, prélat très actif et tolérant dans bien des domaines, commence alors à être préoccupé par ces questions éthiques [Vivier, 1992].

24Le contraste est total avec la Creuse, une autre région d’intenses migrations, d’abord campagnes hivernales des maçons vers Paris, puis départs définitifs d’hommes et de femmes. Ici le niveau d’instruction est faible, la déchristianisation est importante et la chute de la natalité très précoce : 25,6 ‰ en 1846, 24,46 ‰ en 1866. Elle s’est adaptée simultanément à la chute de la mortalité : 19,6‰ en 1846 [Corbin, 1999 : 553].

25Incontestablement, ces deux exemples montrent que la religion a joué un rôle important pour ralentir la chute de la fécondité. Il ne faut toutefois par surestimer ce rôle puisque la natalité reste plus forte en ville où pourtant la présence des religieux est moindre. D’autres motivations sont donc à l’œuvre.

26Pourquoi les ruraux, les petits propriétaires au premier rang, ont-ils adopté cette attitude qualifiée en France de malthusienne ou néo-malthusienne ? En fait, Malthus n’aurait pas apprécié qu’une telle attitude se réclame de ses écrits, lui qui préconisait la limitation des naissances par l’abstinence obtenue par le célibat ou le mariage tardif. Son Essai a eu beaucoup de succès en France au cours de la première moitié du XIXème siècle et les lecteurs n’en ont retenu que l’idée du contrôle de la croissance démographique. Les penseurs libéraux et les philanthropes qui rêvent d’améliorer la condition des pauvres voudraient leur apprendre à mieux gérer leur vie : travailler, épargner et contrôler le nombre de leurs enfants.

27Ces idées de travail et épargne étaient bien ancrées dans le monde rural. Ceux qui travaillaient la terre aspiraient à posséder leur instrument de travail afin de s’assurer la stabilité sur leur ferme et les bénéfices d’un investissement d’amélioration des terres. Au fil des décennies, la propriété paysanne s’est renforcée. Les migrations ont libéré des terres ; la rente foncière a produit un intérêt inférieur à celui procuré par les placements industriels, donc les capitaux bourgeois se sont placés dans l’industrie. Tout ceci libéra des terres que les cultivateurs ont pu acquérir. La petite exploitation familiale est devenue à la fin du siècle un modèle et un idéal. A ce moment-là, pour des raisons économiques, les familles ont voulu préserver la viabilité de l’exploitation [Duby, 1976 : 402 et suiv passim].

28Une influence déterminante a été attribuée au régime de transmission des terres. Frédéric Le Play voit la cause de la réduction du nombre d’enfants dans le code civil napoléonien de 1804 qui impose le partage égal entre les enfants. Il estime que la nécessité de garder des exploitations familiales viables a conduit à avoir le moins d’enfants possibles. L’influence de Le Play a été forte, si bien que cette idée a été beaucoup répandue, reprise encore au XXe siècle. Pourtant elle ne résiste pas à une étude précise. Tout d’abord le code civil instaure certes le partage égal mais avec des exceptions possibles ; ces dispositions bien exploitées ont permis à des régimes inégalitaires de subsister jusqu’à maintenant, comme dans le Sud-Ouest [Lamaison, 1988]. Les parents ont employé la quotité disponible que leur réservait le droit de succession, soit dans leur testament, soit lors du mariage de celui qu’ils ont désigné comme leur héritier [Lacanette-Pommel, 2003]. D’autre part, les régions ayant une tradition ancienne, bien antérieure au code civil, de partage égalitaire comme la Bretagne et le Nord comptent aussi parmi les régions de forte natalité jusqu’à la fin du XIXème siècle. Bien plus que le cadre législatif, les motivations économiques ont pu être déterminantes.

3. La grande diversité démographique des campagnes françaises

29Après cette étude générale des comportements des populations, attardons-nous sur la diversité régionale, déjà évoquée, qui contribue encore à nuancer les résultats.

3.1. Différenciation selon les systèmes agraires : le cas de la Bourgogne

30L’étude menée par Pierre Lévêque [1983] sur la Bourgogne sous la monarchie de Juillet (1830-1848) confirme les différences de comportements familiaux selon les conditions sociales. Replacées dans le contexte géographique, ces études de villages soulignent l’importance des structures agraires et des spécialisations agricoles.

31Les villages de vignerons bourguignons ont très vite réduit leur population. La mortalité baisse de 23 % au début du siècle, et dès 1831 la natalité passe de 30 à 24‰, soit une baisse de 20 %. Le village de Mercurey en 1841 voit sa natalité descendre à 19,5‰. Comme les jeunes sont peu nombreux, d’autant que certains ont migré, la population vieillit : Pommard, village producteur d’un grand cru, en est le meilleur exemple avec plus de 14 % de gens âgés de plus de 60 ans. Après 1836, la population des communes vigneronnes n’augmente plus. Les vignerons sont presque toujours propriétaires de leurs terres et ont un taux d’alphabétisation élevé. Ils offrent l’exemple de paysans aisés qui maitrisent très consciemment leur fécondité afin de conserver et transmettre leur domaine.

32L’Auxois et les plateaux calcaires, région de polyculture-élevage, ont une attitude similaire. La mortalité y a baissé de façon précoce, elle n’est que de 22,2‰ dans l’arrondissement de Semur en 1830, et dans l’ensemble de l’Auxois, 19‰ en 1841. Pierre Lévêque devine une meilleure hygiène et de bonnes conditions d’entraide entre ces gens qui sont majoritairement de petits propriétaires-cultivateurs.

33Dans la Bresse, au sud-est de la Bourgogne, la même distinction entre les classes, constatée en Beauce et en Artois, se retrouve. Chez les propriétaires-cultivateurs et les artisans, la fécondité s’effondre car l’intervalle entre les naissances s’allonge, passant de 4 à 5 ans. Au contraire, dans les villages où dominent les fermiers et les journaliers, la main d’œuvre des jeunes est un apport appréciable qui maintient une bonne natalité.

34Ce sont les villages les plus pauvres, ceux du bocage de l’ouest, autour d’Autun, qui conservent une démographie d’Ancien Régime : natalité 40‰, mortalité 35‰. L’agriculture traditionnelle y est pauvre, il n’y a pas d’ouverture aux échanges extérieurs. Et ceci va de pair avec un faible niveau d’instruction.

Figure 4. Taux de natalité dans les campagnes de Bourgogne, 1841-1845

Figure 4. Taux de natalité dans les campagnes de Bourgogne, 1841-1845

Source : Lévêque, 1983 : 564-566 et 584-84
SA, ESO, Le Mans-CNRS ? 2014

35Ainsi se juxtaposent, dans une aire géographique restreinte, tous les cas de figure : des villages les plus traditionnels à ceux qui ont très vite adopté un nouveau régime démographique (figure 4). Les villages les plus aisés par la richesse de leur production et par leur commerce ont une meilleure espérance de vie, leur fécondité s’adapte à la nécessité de transmettre le patrimoine sans appauvrissement. Cette fécondité différentielle qui se retrouve partout, aussi bien dans les régions où la population continue à croître que là où elle se réduit, prouve bien que les habitants des villages ont la préoccupation d’adapter la taille de la famille aux besoins en main d’œuvre d’abord, puis aux capacités à installer les jeunes et aider les anciens à survivre.

3.2. Les contrastes régionaux

36Les exemples donnés précédemment soulignent les disparités entre les différentes classes sociales, mais il existe des contrastes régionaux inexplicables par des raisons économiques. Citons quelques cas régionaux, ceux de régions à forte natalité et de régions à faible natalité globale.

37Trois régions manifestent un dynamisme démographique constant : la Bretagne, l’Alsace et le Nord (Artois, Flandre, Hainaut). Toutes trois conservent une natalité élevée durant tout le siècle. Pourquoi ? Il est d’abord remarquable que ce sont des terres de forte pratique religieuse catholique, qui se maintient intacte au cours du siècle. D’autre part, les conditions économiques ont permis les fortes densités. Les exploitations de petite taille (de 10 à 30 ha) dominent, voire même les fermes inférieures à 10 ha. Or ces fermes augmentent leur production au fil des décennies en s’ouvrant au marché. D’une part, elles adoptent des méthodes nouvelles qui intensifient la production, et d’autre part, elles se spécialisent vers des productions de valeur, les cultures maraîchères et les fruits. Tout ceci exige une main d’œuvre abondante, d’autant plus que la taille des exploitations ne permet pas de profiter des machines agricoles qui commencent à s’introduire [Vivier, Béaur, 2011].

38La Bretagne ne commence réellement à moderniser son agriculture que vers le milieu du XIXème siècle. Les franges côtières augmentent encore leurs fortes densités grâce aux multiples occupations, pêche, maraîchage. Globalement la densité de la population bretonne atteint 81 habitants par km2. Les exploitants se partagent en deux moitiés, l’une est celle des propriétaires de la terre, l’autre celle des fermiers dont les propriétaires sont des urbains. La proportion des superficies en fermage dépasse fréquemment la moitié.

39Dans le Nord, les zones rurales et urbaines sont de plus en plus imbriquées à cause du fort développement industriel : l’activité minière et métallurgique qui transforme les villages en cités industrielles, et l’activité textile qui se concentre en grandes usines (ex. Roubaix, Fourmies..) ou bien est dispersée dans les maisons rurales. Là où prédominent ces ouvriers du textile, véritable prolétariat, la natalité est très forte. La distinction entre fermier et exploitant-propriétaire ne semble pas fondamentale pour introduire une attitude différente face à la natalité car le critère essentiel est ici la taille, souvent trop exigüe de l’exploitation. Le revenu doit être complété soit par des journées sur d’autres exploitations, par des migrations temporaires ou par l’artisanat textile [Jessenne et Rosselle, 2008].

40En contraste frappant, la Normandie et le Sud-Ouest de la France affichent dès le début du siècle un déficit du solde naturel. Bordeaux et sa région ont déjà été évoqués. La Normandie connaît elle aussi une baisse précoce du taux de natalité et un déficit du solde naturel. Sa pratique religieuse s’inscrit dans la moyenne française, et le niveau d’instruction des populations rurales est plutôt bon. La faible natalité ne peut s’expliquer par les aptitudes naturelles des terroirs. La Normandie a une agriculture assez riche en voie de spécialisation vers l’élevage. Gabriel Désert s’interroge sur les liens entre la démographie et l’économie. Il en conclut à un double mouvement. Avant la révolution des transports des années 1850-60, « (…) l’histoire économique et sociale des campagnes calvadosiennes est essentiellement commandée par le facteur démographique, facteur rendant nécessaire et possible tout à la fois une véritable révolution agricole. Par la suite, la démographie s’efface devant les nouveaux rapports économiques » [Désert, 2007 : 713]. En effet, dès 1815-19, les taux de natalité ont chuté à 21 ou 22 ‰ selon les arrondissements [Désert, 2007 : 102]. La faiblesse induite du marché local fait péricliter l’industrie rurale et l’artisanat. L’agriculture à beau rester prospère jusqu’en 1860, elle n’a pas à se moderniser pour répondre à une forte demande locale ; de plus, elle pâtit de la forte ponction fiscale et de la rente foncière versée aux propriétaires urbains. Après 1860 et l’ouverture du marché plus lointain, les très petits propriétaires (moins de 5 ha) n’ont plus le revenu complémentaire de l’artisanat ; la diminution du revenu familial entraîne l’émigration. Si la Plaine de Caen où domine la céréaliculture reste peuplée malgré la baisse de natalité, le Pays d’Auge et le Bessin tournés vers l’élevage qui demande peu de main d’œuvre ont une faible population aisée. A ce moment, ce sont les contingences économiques qui semblent conditionner la natalité.

41La moitié méridionale de la France, terre d’exploitants-propriétaires très majoritaires est aussi une zone de fertilité modérée.

42Les régions rurales françaises présentent donc tous les cas de figure, des régions prolifiques à celles qui se montrent antinatalistes. Ni la religion, ni les ressources naturelles et les activités industrielles ne peuvent suffire à expliquer les différences d’attitude des populations face à leur descendance.

Conclusions

43La théorie de la diffusion des idées novatrices vers les masses rurales, héritée des Lumières et chère à Maurice Agulhon [Duby, 1976] est aujourd’hui remise en cause, en particulier sa vision de la descente de la politique des élites urbaines vers le peuple des campagnes. Les exemples collectés ici l’ébranlent aussi dans le domaine démographique. S’il est facile de repérer quelques cas de familles illustres qui ont opté pour une descendance restreinte à la fin de l’Ancien Régime, il n’est pas certain qu’elles aient exercé une véritable influence. En revanche, les statistiques montrent que partout, malgré la grande diversité des campagnes, les idées de contraception y sont présentes. Pourquoi ce processus commence-t-il dès le milieu du XVIIIème siècle ? Est-il associé au mouvement des idées qui s’épanouit avec la Révolution ? Ou est-il un ajustement à la chute de la mortalité ? Ce qui est certain, c’est que la fécondité différentielle est nette entre les couches sociales. Les plus fécondes sont les plus pauvres, celles qui ont besoin de l’apport du travail des enfants pour survivre puis assurer leurs vieux jours, en ville comme à la campagne, en milieu agricole comme en milieu industriel. En revanche, ceux qui ont accès à la propriété et à l’instruction maîtrisent plus précocement leur fécondité. Plus qu’une opposition ville/campagne, c’est plutôt une opposition entre ceux qui aspirent à une ascension sociale pour leurs enfants et les autres. La motivation apparaît donc économique, mais pas seulement puisque ce rêve d’amélioration inclut forcément une meilleure attention à l’épanouissement individuel de leur progéniture (instruction, mariage).

44Ne faut-il pas insister plutôt sur les échanges réciproques intenses entre populations urbaines et rurales qui ont permis à chacun de connaître la famille et le mode de vie de l’autre : installation de ruraux en ville, placement d’enfants bourgeois en campagne ou venue de nourrices en ville, liens entre les propriétaires urbains et leurs fermiers. En ce cas, qui a influencé qui ? Les élites urbaines ou les laboureurs ? Ou bien encore une réaction simultanée d’adaptation de la famille à la chute de la mortalité ?

Haut de page

Bibliographie

ARIES P., (1948), Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie, Paris, Self, 573 p.

BARDET J.-P. (1983), Rouen aux XVIIème et XVIIIème siècles : les mutations d’un espace social, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 2 vol. , 421 p. et 197 p.

BOURDIEU, J., KETSZENBAUM L. (2007), Comment vivre vieux dans un monde vieillissant ? Les personnes âgées en France, 1820-1940, Population, vol. 62, n° 2, pp. 221-252.

BOURILLON F. (1992), Les villes en France au XIXème siècle, Gap, Ophrys, 197 p.

CORBIN A. (1999), Archaïsme et modernité en Limousin au XIXème siècle, 1845-1880, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, (1ère éd. 1975), XIV-1174 p.

DESERT G. (2007), Une société rurale au XIXème siècle : les paysans du Calvados, 1815-1895, Caen, Centre de Recherche d’histoire quantitative, (1ère éd.. 1975), 864p.

DUBY G., WALLON A., (1976), Histoire de la France rurale, t.3, Paris, seuil, 568p.

DUPAQUIER J. (1995), Histoire de la population française de 1789 à 1914, t. 3, Paris, Presses Universitaires de France, (1e éd. 1988), 554 p..

EGGERICKX Th. (1995), Urbanisation et déclin de la fécondité légitime en Europe au XIXème siècle, in D. Tabutin, Th. Eggerickx, C. Gourbin (dir.), Transitions démographiques et sociétés, Louvain-la-Neuve, Academia, pp. 333-358.

FARCY J.-C. (1989), Les paysans beaucerons au XIXème siècle, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 2 vol. , 1229 p.

GOURDON V., ROLLEY C. (2009), Les mort-nés à Paris au XIXème siècle: enjeux sociaux, juridiques et médicaux d’une catégorie statistique, Population, vol. 64, n° 4, pp. 687-722.

GUILLAUME P. (1972), La population de Bordeaux au XIXème siècle, Paris, A. Colin, 304 p.

HOUDAILLE J. (1976), Fécondité des mariages de 1770 à 1829 dans le quart nord-est de la France, Annales de Démographie historique, pp. 341-392.

HUBSCHER R. (1979), L’Agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais : du milieu du XIXème siècle à 1914, Arras, Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 2 vol. , 964 p.

INSEE, Recensements de la population 1851 à 1921 Statistique Générale de la France, consultables en ligne :
http://www.insee.fr/fr/insee-statistique-publique/bibliotheque/tableaux_sgf/tableaux.asp?domaine=rec

JESSENNE J.-P. (2006), Les campagnes françaises entre mythe et histoire, XVIIIème-XXème siècle, Paris, A. Colin, 285 p.

JESSENNE J.-P., ROSSELLE D. (2008), L’histoire rurale de la France du Nord à la fin du Moyen-Age au XIXème siècle. Pour une histoire décloisonnée des campagnes françaises, Revue du Nord, 90, pp. 303-334.

LACANETTE-POMMEL C. (2003), La famille dans les Pyrénées : de la coutume au code Napoléon : Béarn 1789-1840, Estadens, PyréGraph, 228 p.

LACHIVER M. (1969), La population de Meulan du XVIIIème au XIXème siècle (vers 1600-1870). Étude de démographie historique, Paris, S.E.V.P.E.N., 342 p.

LE NAOUR J.-Y., VALENTI C. (2003), Histoire de l’avortement, XIXème-XXème siècle, Paris, Seuil, 387 p.

LEVEQUE P. (1983), Une société en crise : la Bourgogne au milieu du XIXème siècle, 1846-1852, Paris, Éditions de l’EHESS, 592 p.

SHARLIN A. (1986), Urban-rural differences in fertility in Europe during the demographic transition, in A.J. Coale, S. C. Watkins (dir.), The decline of fertility in Europe, Princeton, Princeton University Press, pp. 234-260.

LAMAISON P. (dir.) (1988), La terre : succession et héritage, Études rurales, numéro spécial, n° 110-112, 400 p.

THELOT C. (1992), Paysans, ruraux, cultivateurs, actifs agricoles, in J. Dupâquier, D. Kessler (dir.), La société française au XIXème siècle. Tradition, transition, transformations, Paris, Fayard, pp. 63-82

TILLIER A. (2001), Des criminelles au village : femmes infanticides en Bretagne 1825-1865, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 447 p.

VAN DE WALLE E. (1986), La fécondité française au XIXème siècle, Communications, n° 44, pp. 35-45.

VIVIER N. (1992), Le Briançonnais rural aux XVIIIéme et XIXème siècles, Paris, L’Harmattan, 296p.

VIVIER N., BEAUR G. (2011), Northern France, 1750-2000, in E. Vanhaute, I Devos, T. Lambrecht (dir.), Rural economy and society in north-western Europe, 500-2000, Making a living : family, labour and income, Turnhout, Brepols, pp. 127-156

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Régions et villes françaises étudiées
Crédits SA, ESO, Le Mans-CNRS ? 2014
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 4. Taux de natalité dans les campagnes de Bourgogne, 1841-1845
Crédits Source : Lévêque, 1983 : 564-566 et 584-84 SA, ESO, Le Mans-CNRS ? 2014
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Vivier, « Des populations rurales prolifiques ou malthusiennes ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5666 ; DOI : 10.4000/eps.5666

Haut de page

Auteur

Nadine Vivier

Professeur émérite d’histoire contemporaine
Université du Maine
Avenue Olivier Messiaen
F-72085 Le Mans France
nadine.vivier@univ-lemans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org