Navigation – Plan du site
Articles

Régimes démographiques dans les communautés villageoises de la province de Namur au cours de la première moitié du 19ème siècle (1815-1856)

Demographic Regimes in Village Communities of the Province of Namur During the First Half of the 19th Century
Marc Debuisson

Résumés

Longtemps, le monde rural avant 1850 est apparu comme un monde immobile, sans diversité. Cet article a pour but de reconsidérer cette image dans le domaine de la démographie, en prenant l’exemple de la province de Namur entre 1815 et 1856. La méthode utilisée comporte deux étapes. La première recourt à une analyse de classification pour déterminer des ensembles de communes présentant des niveaux démographiques semblables. La deuxième s’attache à déterminer les régimes démographiques dans six communes, une par groupe de la classification. Le résultat de l’analyse, partant du niveau macro au niveau micro, confirme l’existence de régimes différents dans les campagnes namuroises durant la première moitié du 19ème siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Durant les premières décennies du 19ème siècle, la Wallonie, située au sud de la Belgique, est la première région du continent européen, après l’Angleterre, à connaître la révolution industrielle. Celle-ci va transformer l’économie, touchant également le système démographique traditionnel des campagnes [Neven, 2003]. La province de Namur n’est pas en reste dans ce mouvement - son minerai de fer est au cœur de la révolution industrielle - mais elle gardera globalement son caractère rural.

  • 1 Non seulement dans le sillon Sambre-et-Meuse et la région urbaine et industrielle (carte 2), mais é (...)

2Au cœur de la Wallonie, la province de Namur s’étend sur une superficie de 3 666 km2 où vivent, en 1829, 210 187 habitants [Vander Maelen, 1832] (carte 1). La province de Namur couvre une grande diversité de terroirs, allant de la riche Hesbaye rurale au nord à l’Ardenne au sud en passant par le Condroz et la Famenne (carte 2). Peu urbanisée, à part Namur et Dinant, on y trouve cependant des communes dont le caractère industriel a déjà supplanté l’activité agricole1. Longtemps, l’image véhiculée de la société rurale de cette époque a été celle d’un monde immobile [Le Roy Ladurie, 1974]. Nous tenterons de montrer que, même sur un espace restreint comme le territoire de la province de Namur, les communautés rurales vont développer, au cours de la première moitié du 19e siècle, des stratégies démographiques particulières, appelées « régimes démographiques » [Perrenoud, 2000].

Carte 1. La province de Namur dans la Wallonie

Carte 1. La province de Namur dans la Wallonie

Carte 2. Les régions agro-géographiques de la province de Namur

Carte 2. Les régions agro-géographiques de la province de Namur

Source : Cartographie IWEPS – Conception cartographique Isabelle Reginster

  • 2 A l’occasion du Colloque de l’Association internationale des démographes de langue française tenu à (...)

3Notre définition de régime démographique dans le cadre de cet article est restrictive2 et correspond à celle proposée par Jacques Véron [2000, p. 5] : « Un régime démographique se caractérise par un ensemble d’états particuliers des différents phénomènes démographiques. […] Parler de régimes démographiques, c’est donc sous-entendre qu’il existe différents arrangements possibles des phénomènes démographiques et que les arrangements ne sont pas fortuits ». Par phénomènes démographiques, on entendra la fécondité, la mortalité et la migration, la nuptialité intervenant dans la fécondité. En d’autres termes, face à une mortalité donnée devenue relativement basse, les populations ont dû moduler leurs comportements de fécondité et de migration pour les adapter à une croissance soutenable sur leur territoire.

  • 3 Cette analyse approfondie a été menée dans une étude plus vaste reprenant le même cadre spatio-temp (...)

4Le but poursuivi par cet article se limitera donc à démontrer l’existence de plusieurs types de régime démographique dans les campagnes namuroises au cours de la première moitié du 19ème siècle. Pour répondre à cette question, nous n’avons pas besoin d’aborder les écotypes et leurs liens avec les comportements démographiques [Mitterauer 1995, Perrenoud 2000, Oris 2003]. Les régimes démographiques, tels que définis ici, ne seront caractérisés que par les comportements démographiques généraux de migrations, mortalité et fécondité dans un contexte de forte croissance de population sans aborder les comportements de nuptialité ou de limitation de naissances légitimes. Il ne s’agira donc pas de rechercher les mécanismes explicatifs de la constitution des régimes démographiques, ce qui nécessiterait l’analyse des interactions entre les régimes démographiques et les structures socio-économiques déployées sur un territoire donné3.

5Par manque de données, la première moitié du 19ème siècle reste peu couverte par les études démographiques européennes. L’appareil statistique belge, pourtant précurseur, ne fournit des données publiées qu’à partir de 1840 [Bracke, 2008]. Nous avons dès lors procédé à la reconstitution du mouvement de la population de chaque commune à partir d’un comptage dans les archives [Archives de l’État à Namur (AEN), Actes d’état-civil, microfilms] du nombre de naissances et de décès dans chacune des communes namuroises. Cette opération a été réalisée à territoire communal constant [Vrielinck, 2000], en tenant compte de toutes les modifications de superficie. Cette base de données nous a permis d’opérer une analyse de classification pour regrouper les communes au profil semblable.

6Afin d’identifier les régimes démographiques présents au sein des communes namuroises dans la première moitié du 19ème siècle, nous avons procédé en deux étapes. La première consiste à dégager, au sein du territoire étudié, des communes présentant des caractéristiques démographiques proches pour la natalité, la mortalité et la migration. Á ce stade, on ne peut pas encore parler de régimes démographiques. En effet, les informations dont nous disposons au niveau des communes, le nombre annuel de décès, de naissances et le solde migratoire permettent au plus d’identifier des groupes de communes qui présentent des niveaux démographiques identiques et non une similitude de régimes démographiques. Les différences de structures par âge pourraient en effet fausser notre perception des niveaux démographiques communaux ; le régime démographique, tel que défini plus haut, nécessite donc une analyse plus fine des comportements démographiques. Une deuxième étape sera donc nécessaire. Des communes représentant les différents groupes dégagés de la première étape seront retenues et les comportements démographiques de leur population disséqués.

1. Première étape : l'analyse de classification et l'identification des types de communes

7Á partir des taux bruts de natalité et de mortalité et des soldes migratoires, nous avons pu élaborer une typologie démographique des communes de la province de Namur.

1.1. L’analyse de classification

  • 4 Par niveau démographique, nous entendons les niveaux des taux bruts de natalité et mortalité et de (...)

8Quel est le principe d’une analyse de classification ? Chaque commune évolue pour chaque événement démographique de manière différenciée sur la période étudiée. Pour éviter les effets de variation liés aux petits nombres, les événements démographiques des communes ont été regroupés sur trois périodes de 14 ans : 1815-1828, 1829-1842 et 1843-1856. Devant le nombre important d’indicateurs (317 communes x 3 périodes x 5 indicateurs (y compris taux de croissance et taux bruts de nuptialité)), il faut résumer l’information et déterminer les communes qui adoptent des niveaux démographiques communs4. L’analyse de classification est à ce niveau la méthode statistique la plus efficace. Le principe de cette méthode est de regrouper les unités d’observations en un nombre réduit de classes homogènes. Le regroupement doit s’opérer de manière à ce que, d’une part, les éléments, c’est-à-dire les communes, d’un même groupe soient très semblables, et, d’autre part, que les groupes ainsi constitués se différencient les uns des autres. En termes statistiques, la méthode minimise la variance intra-groupe et maximise la variance entre groupes.

9Parmi les méthodes d’analyse de classification, nous avons retenu des K-means pour procéder au classement des communes de la province de Namur. En effet, cette méthode est la plus appropriée lorsque le nombre de cas étudiés dépasse 200. Contrairement aux méthodes de classification hiérarchique, elle permet d’éviter que les communes trop particulières déterminent à elles seules la constitution d’un groupe. Selon cette méthode, le nombre de groupes est déterminé a priori. La méthode choisit aléatoirement des centres de cluster initiaux très distants. Ces centres évolueront avec les regroupements des communes. Pour donner à chaque variable analysée le même poids, les données ont été centrées et réduites (ramenées à la moyenne et divisées par l’écart-type). Ce processus permet de comparer des variables ayant des échelles très différentes, comme les soldes migratoires et les taux de natalité.

10Après plusieurs essais, les événements démographiques retenus sont les taux de natalité, les taux de mortalité et les soldes migratoires. Les essais incluant les taux de croissance ou les taux de nuptialité ont dû être écartés pour des raisons statistiques liées à la méthode K-means ; de plus, les résultats cartographiques n’étaient pas probants. Concernant la nuptialité, la critique des sources a mis en évidence d’importants biais dans nos données collectées. Ces derniers étaient attribués à des erreurs de comptage dues à la double inscription des mariages dans certaines tables, au nom de jeune fille des épouses ou même des veuves. Nous devons donc écarter les taux bruts de nuptialité de l’analyse de classification. La nuptialité est pourtant un élément central des régimes démographiques des sociétés préindustrielles, l’augmentation de l’âge au mariage et le célibat définitif étant les freins traditionnels à la fécondité et, au-delà, à la croissance des populations. En ce qui concerne les taux de croissance, comme le solde migratoire représente la différence entre le solde naturel et l’accroissement de population, il est partiellement présent dans la typologie. Une intégration de la croissance dans les variables de la typologie au côté des soldes migratoires aurait comporté un caractère tautologique. La cartographie des classifications intégrant la croissance ne donnait pas, là non plus, de bons résultats spatiaux.

11Six groupes de communes ont pu ainsi être constitués. Dans la formation des clusters, les taux de natalité sont les variables qui ont le plus de poids. Chaque phénomène démographique pèse néanmoins dans la constitution des groupes. Par exemple, la faible mortalité est un élément constitutif des groupes 2 et 6, alors que les soldes migratoires le sont pour les groupes 3 et 5.

Tableau 1. Typologie en six groupes

1

2

3

4

5

6

N1815-28

-

+

-

+

+

+

N1829-42

-

-

+

+

+

N1843-56

-

-

+

+

+

M1815-28

-

+

-

M1829-42

-

+

-

M1843-56

-

+

-

SM 1815-28

+

SM 1829-42

+

+

-

SM 1843-56

+

-

N : natalité
M : mortalité
SM : solde migratoire
Centres finaux des classes et positionnements par rapport aux variables : + = valeur > +0,5, - = valeur <- 0,5 (SPSS).

Carte 3 : Typologie en six groupes sur base des taux de natalité et de mortalité et des soldes migratoires sur trois périodes entre 1815 et 1856

Carte 3 : Typologie en six groupes sur base des taux de natalité et de mortalité et des soldes migratoires sur trois périodes entre 1815 et 1856

12Pour faciliter la lecture, nous avons désigné les groupes par un nom qui les rattache à des zones géographiques de la province de Namur, même si les communes de chacun des groupes de la classification couvrent d’autres parties de territoire de la province. Conscient du caractère réducteur de ce procédé qui n’a qu’un but pédagogique, nous renvoyons le lecteur à la carte 3 pour qu’il puisse prendre la mesure du biais introduit. Quatre noms désignent un seul espace ainsi circonscrit : le groupe 1 « Entre-Sambre-et-Meuse », le groupe 2 « communes dinantaises », le groupe 5 « Hesbaye », le groupe 6 « rive sud de la Meuse ». Quant au groupe 4 « industriel », ses communes couvrent majoritairement les localités industrielles dans plusieurs zones de la province de Namur, principalement autour de la ville de Namur et au nord de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Enfin, le groupe 3 « communes dispersées de mortalité en hausse » déroge quelque peu à cette règle d’attachement géographique, puisqu’il rassemble des communes éparpillées sur tout le territoire provincial et dont la principale caractéristique est d’enregistrer une mortalité en hausse sur la période observée.

1.2. Les caractéristiques des groupes selon les variables

1.2.1 La natalité

13Les profils de l’évolution de la natalité entre 1815 et 1856 se distinguent fortement d’un groupe de communes à l’autre (figure 1).

14Les groupes de communes formés par l’analyse de classification montrent bien une forte disparité en matière de natalité ; les groupes de communes du nord (groupes 4 « industriel », 5 « Hesbaye », 6 « rive sud de la Meuse ») affichant de hauts taux de natalité s’opposent aux groupes 1 « Entre-Sambre-et-Meuse » et 3 « communes dispersées de mortalité en hausse » présentant une faible natalité et situés au sud de la province. Quant au groupe 2 « communes dinantaises », il se situe à la frontière entre le Condroz et la Famenne et le long de la Meuse dinantaise. Sa caractéristique est dans son évolution. Partant d’une haute natalité durant le Régime hollandais, il affiche au milieu du siècle des moyennes inférieures à celles de la province.

15Les taux de natalité élevés, rencontrés dans le groupe 4 « industriel », peuvent être justifiés par la présence de milieu urbain ou en voie d’urbanisation autour de la ville de Namur. Ces milieux attirant des populations plus jeunes ont en effet traditionnellement de hauts taux de natalité, résultat de cet effet de structure.

16La typologie des communes namuroises ainsi dégagée ne contredit pas les informations que la recherche menée par Michel Poulain sur l’Entre-Sambre-et-Meuse a pu mettre en lumière [Poulain, 1996]. L’auteur y localise un mouvement très précoce de baisse de la fécondité, un demi-siècle avant les diminutions observées en milieux urbain et industriel par Thierry Eggerickx pour la région de Charleroi [Eggerickx, 2004]. De très faibles taux de natalité sont bien observés dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Mais l’information supplémentaire qu’apporte la typologie, c’est que les faibles taux de natalité ne sont pas observés uniquement dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, mais débordent largement de celle-ci pour caractériser une partie des Ardennes et du sud de la Famenne, remettant en cause l’impact éventuel de la crise métallurgique de l’Entre-Sambre-et-Meuse, si un effet de structure par âge ne biaise pas nos taux bruts. Hypothèse qui ne pourra être levée qu’en examinant des données individuelles.

Figure 1. Évolution des taux de natalité selon les groupes (moyennes lissées en ‰)

Figure 1. Évolution des taux de natalité selon les groupes (moyennes lissées en ‰)

Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].

1.2.2 La mortalité

17Les profils nettement différenciés qu’adoptent les courbes de mortalité des différents groupes plaident, comme celles de la natalité, pour la typologique retenue (figure 2).

18Alors que la natalité différencie le groupe 1 « Entre-Sambre-et-Meuse » du groupe 6 « rive sud de la Meuse », la mortalité adopte pour ces deux groupes un profil identique bien en dessous de la moyenne provinciale.

19La mortalité est au contraire un élément qui distingue les groupes 4 « industriel » et 5 « Hesbaye ». Alors que ces deux groupes présentent tous deux une forte natalité, la mortalité reste forte dans le groupe 4 « industriel » pendant que le groupe 5 « Hesbaye » adopte une mortalité juste en dessous de la moyenne provinciale, sauf durant la deuxième période 1829-1842. Le groupe 4 rassemble des communes urbaines ou industrielles autour de Namur ainsi qu’une série de communes industrielles du nord de l’Entre-Sambre-et-Meuse et autour de Vonêche dans les Ardennes. Pour cette dernière, l’installation des cristalleries, au milieu de communes boisées, ancêtre de celles du Val Saint-Lambert avec leurs 400 ouvriers, est sans doute un élément explicatif important. L’urbanisation et l’industrialisation se sont accompagnées d’une surmortalité qui était encore présente à la fin du siècle en Belgique [Eggerickx, Debuisson, 1990]. Le groupe 5 « Hesbaye », formé par des communes plus rurales, présente au contraire une mortalité plus faible.

20Au sud du sillon Sambre-et-Meuse, la mortalité n’est pas non plus spatialement homogène. Si les groupes 1 « Hesbaye » et 6 « rive sud de la Meuse » couvrent une grande partie de cet espace avec une très faible mortalité par rapport à la moyenne, deux autres groupes, 2 « communes dinantaises » et 3 « communes dispersées de mortalité en hausse », qui se localisent majoritairement au sud-est de la province, présentent une mortalité en évolution. Le groupe 2 « communes dinantaises », comme pour la natalité, connaît une diminution de la mortalité sur la période étudiée. Ce groupe semble être le seul qui pourrait se situer encore dans la première étape de la transition démographique, phase qui consistait dans une baisse de mortalité généralement apparue au cours du 18e siècle dans nos pays accompagnée d’une forte croissance de la population. Mais rien n’est moins sûr, la baisse de la natalité observée dans ce groupe conduit également à une baisse de la mortalité, les taux de mortalité infantile étant à cette époque très élevés [Debuisson, 2001]. Les taux bruts de mortalité peuvent traduire simplement une différence de structure par âge des populations. Il faut donc attendre l’analyse des communes-cas retenues pour tenter de valider l’hypothèse d’une diminution de la mortalité par d’autres indices que les taux bruts de mortalité.

21Le groupe 3 « communes dispersées de mortalité en hausse », qui présentait comme le groupe 1 « Entre-Sambre-et-Meuse » une faible natalité, connaît une mortalité qui se renforce au cours de la période. Ce groupe, spatialement plus hétéroclite que les autres, comprend des communes rurales au sud de la Famenne et dans les Ardennes ainsi qu’une série de petites villes : Ciney, Rochefort, Beauraing, Cerfontaine. Si le caractère plus urbain de ces dernières pouvait éventuellement justifier cette mortalité plus élevée, il est plus difficile de comprendre les raisons d’une surmortalité dans les communes plus rurales de ce groupe. Là encore, l’étude de cas-type pourra éventuellement mettre en lumière une cause ou une série de causes. Toutefois, il est bon de rappeler qu’à l’époque, comme le mentionnent les rapports des Commissions provinciales, les régions reculées ne pouvaient bénéficier des progrès, et surtout de la prévention médicale et sanitaire. Le contrôle des sages-femmes et les interventions médicales lors d’épidémies, notamment, pouvaient s’avérer plus difficiles [Archives de l’Etat à Namur (AEN), Archives Fonds commission médicale provinciale].

Figure 2. Évolution des taux de mortalité selon les groupes (moyennes lissées en ‰)

Figure 2. Évolution des taux de mortalité selon les groupes (moyennes lissées en ‰)

Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].

1.2.3 Le solde migratoire

22Comme la mortalité, les soldes migratoires sont des éléments discriminants dans la séparation des groupes 4 « industriel » et 5 « Hesbaye » (figure 3). Si le groupe 4 « industriel » présente des soldes migratoires élevés en deuxième période (entre 1829 et 1842), le groupe 5 « Hesbaye » affiche des soldes négatifs sur les deux dernières périodes 1829-1856. Ces communes alimentent vraisemblablement un flux de migrations urbaines et industrielles vers les communes du groupe 4 « industriel ». Remarquons toutefois que le solde migratoire du groupe 5 « Hesbaye » est légèrement positif en première période. Ce phénomène est dû à un petit nombre de communes affichant surtout dans les années juste après 1815 des taux de solde migratoire élevés. Ces derniers sont éventuellement imputables à un mauvais chiffre fourni par les recensements. La critique de ceux-ci par A. Quetelet a beau être en partie justifiée par sa volonté d’établir des recensements modernes, elle n’en demeure pas moins fondée [Quetelet, 1848]. Si on calcule la médiane des soldes migratoires du groupe, elle est nulle sur la première période.

23L’évolution des soldes du groupe 4 « industriel » peut paraître peu compréhensible au premier abord. C’est oublier premièrement que les unités ne sont pas les habitants, mais des communes, deuxièmement que la province de Namur n’est pas un territoire fermé. En effet, les soldes migratoires des communes du groupe 4 « industriel » sont négatifs en début et en fin de période d’observation. Or, au début, dans ce groupe, on compte un certain nombre de communes périphériques notamment de Namur qui, d’un caractère complètement rural, acquiert progressivement au cours des premières décennies du 19e siècle un caractère plus urbain, lié à l’extension de la ville de Namur. Autrement dit, pour une partie de ces communes, de commune d’émigration vers Namur, elles sont devenues communes d’immigration. Ceci explique les soldes élevés observés pour la deuxième période 1829-42. Pour expliquer les soldes négatifs observés en fin de période, il faut observer la situation au-delà des frontières de la province. A partir surtout de la moitié du 19e siècle, Namur est coincée entre le développement de deux bassins industriels, Charleroi et Liège. Ces régions adressent une forte demande de main-d’œuvre aux régions avoisinantes. Il est probable que les soldes négatifs de fin de période que nous observons dans le groupe 4 « industriel » ne font que refléter cette situation. De plus, à cette période, l’émigration commence à bénéficier de l’installation progressive du réseau ferroviaire.

24Les groupes 1 « Entre-Sambre-et-Meuse » et 6 « rive sud de la Meuse » présentent des soldes migratoires négatifs. Cependant, la moyenne des soldes migratoires couvre des réalités fort différentes dans le groupe 1 « Entre-Sambre-et-Meuse » ; la migration n’ayant pas été retenue par la classification comme un élément important de la constitution de ce groupe.

25Quant au groupe 2 « communes dinantaises », ses hauts soldes migratoires sous le Régime hollandais est un point qu’il convient d’explorer. Les hypothèses que l’on peut émettre a priori sont un éventuel appel de main-d’œuvre des grandes propriétés. Celles-ci bénéficient en effet d’apport des nouvelles méthodes agronomiques, où l’extension de l’élevage de bétail est une caractéristique de cette région durant les premières décennies du 19e siècle [Condroz, 1989 ; Fagne et Famenne, 1988 ; Debuisson, 2013]. Mais rien n’est moins certain. Il conviendra de tenter d’éclairer ce problème lors des analyses des communes-cas. Il se pourrait que ces soldes ne reflètent qu’une mauvaise qualité des recensements déjà mentionnée durant cette période. Attirons l’attention sur le fait que les soldes migratoires sont calculés justement par solde entre le mouvement naturel et la population. Ils sont donc beaucoup plus sensibles à une mauvaise qualité des autres données du mouvement, les biais éventuels dans la mesure de ceux-ci pouvant s’additionner.

26Quant au groupe 3 « communes dispersées de mortalité en hausse », sa tendance est inverse au groupe 2 « communes dinantaises », les soldes augmentent sur la période étudiée. Comme pour la mortalité, si les petites villes qui se retrouvent dans ce groupe ont probablement généré une immigration en provenance des communes rurales proches, il est plus difficile de cerner a priori pourquoi des soldes migratoires positifs sont enregistrés dans un ensemble de communes ardennaises. La vente des terrains communaux a joué un rôle certain dans les comportements migratoires attirant ou éloignant des populations selon les cas. La loi de 1847 obligeait en effet les communes à vendre ou à louer les communaux pour les mettre en valeur, privant à terme une partie de la population des terres qui leur étaient nécessaires. Cette volonté du pouvoir central s’est renforcée tout au long de la première moitié du 19e siècle selon l’idéologie de l’époque promulguée par les agronomes et les physiocrates, comme le montrent les enquêtes menées auprès des communes namuroises [AEN, Périodes hollandaises, Biens communaux ; Delfosse, 1983 ; Vivier, 1998].

Figure 3. Évolution des soldes migratoires selon les groupes (moyennes lissées en ‰)

Figure 3. Évolution des soldes migratoires selon les groupes (moyennes lissées en ‰)

Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].

1.2.4 La croissance

27Comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, la croissance n’a pas été intégrée dans la classification.

28La forte croissance est très homogène autour de la moyenne provinciale et n’est donc pas un facteur discriminant pour rassembler des groupes de communes homogènes (figure 4). La première moitié du 19e siècle correspond à une envolée de la croissance de la population namuroise, comme au-delà la plupart des régions de l’ouest européen. Cette période correspond en effet à la phase dans la transition démographique où le décalage entre fécondité et mortalité basses est très important, provoquant une envolée qui peut dépasser 1,5 % par an. La particularité de la province de Namur a largement été mise en évidence dans la littérature démographique. Elle se caractérise par une très faible mortalité, mais également une faible fécondité [Lesthaeghe 1977 ; Duchêne, Lesthaeghe, 1975 ; Devos, 2006]. Cependant, le décalage entre les deux phénomènes entraîne une forte croissance de la population. Décalage qui se trouve également dans d’autres provinces à l’époque, mais à des niveaux de mortalité et natalité souvent beaucoup plus élevés.

29La cartographie des résultats du regroupement a permis également de valider cette classification. Des zones homogènes se sont dégagées de la représentation spatiale. En effet, aucune contrainte de contiguïté n’a été introduite dans la classification, l’émergence de zones spatiales homogènes apparaît dès lors comme une contrainte forte à laquelle les résultats de l’analyse ont parfaitement répondu.

Figure 4. Évolution du taux de croissance annuel des groupes (moyennes lissées en %)

Figure 4. Évolution du taux de croissance annuel des groupes (moyennes lissées en %)

Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].

2. Deuxième étape. Choix des communes-cas et régimes démographiques

2.1. Le choix des communes-cas

30Ces résultats de la classification ne nous autorisent cependant pas encore à parler de régimes démographiques différents sur le territoire de la province namuroise puisque les taux bruts utilisés pourraient dissimuler des effets de structure par âge. Dans chacun des groupes, une commune a été sélectionnée sur la base de la disponibilité des sources nominatives. Une reconstitution des populations de six villages a pu être menée à bien en croisant les données des recensements nominatifs, de l’état-civil et des registres de population entre 1815 et 1857. Les différents indicateurs démographiques issus des 8 000 individus de ces six villages peuvent servir à établir d’éventuelles concordances entre les caractéristiques observées à partir des taux bruts des clusters et les régimes démographiques des six communes. C’est par ce processus que nous pourrons valider l’existence ou non de régimes démographiques différents sur le territoire de la province de Namur.

Carte 4. Localisation des six communes-cas dans la province de Namur

Carte 4. Localisation des six communes-cas dans la province de Namur

Source : Cartographie IWEPS – Conception cartographique Julien Charlier

31Ces communes-cas sont :

  • Hanret (arr. Namur, Hesbaye, nord de la province), groupe 5 « Hesbaye », 15 km au nord-est de Namur

  • Gelbressée (arr. Namur, commune à l’est de la ville de Namur), groupe 4 « industriel », 10 km au sud d’Hanret

  • Annevoie (arr. Dinant, à la pointe de l’Entre-Sambre-et-Meuse), groupe 6 « rive sud de la Meuse » ; 26 km au sud de Gelbressée

  • Miécret (arr. Dinant, Condroz, à l’Est de la province à côté d’Havelange), groupe 3 « communes dispersées de mortalité en hausse », 36 km à l’est d’Annevoie

  • Ciergnon (arr. Dinant, à la limite de la Famenne, à côté de Rochefort), groupe 2 « communes dinantaises », 32 km au sud-ouest de Miécret

  • Rienne (arr. Dinant, au sud dans les Ardennes namuroises), groupe 1 « Entre-Sambre-et-Meuse », 30 km au sud-ouest de Ciergnon

2.2. Le couplage des recensements et l’injection des données d’état-civil

32Pour chacune des communes retenues, un recensement nominatif de 1830 a été conservé, il a été couplé avec le registre de population de 1846 à 1856. Pour deux communes, Ciergnon et Rienne, des listes de population antérieures existent : 1814 pour Ciergnon et 1816 pour Rienne. Pour ces deux communes, un couplage entre ces recensements et ceux de 1830 et 1846 a également été opéré. Pour Hanret, les registres n’existent plus, mais des listes des paroissiens ont permis la reconstitution de la population entre 1837, 1847 et 1860.

33Au total, près de huit mille individus sont ainsi suivis au moins de 1830 à 1857, et pour deux communes de 1814 (ou 1816) à 1857.

34Les données de naissances, de mariages et de décès provenant de l’État-civil de la commune ont permis d’enrichir le couplage des recensements. Entre 1846 et 1856, ces données d’état-civil ont pu être confrontées à celles des registres. Les actes de décès de l’état-civil ont été dépouillés exhaustivement. Les décès étant ainsi réinjectés dans la base de données, les familles toujours présentes au recensement suivant sont donc complètes en matière de fécondité, puisque les enfants décédés sont pris en compte.

35Les registres de population de 1846 s’arrêtent en 1856 pour Ciergnon et Miécret ; il s’est avéré cependant nécessaire de compléter les informations du premier registre par celui de 1857. Nous avons pu ainsi récupérer une partie des populations recensées et non présentes dans le registre de 1846. Nous avons dû rayer des personnes absentes de la commune au recensement alors qu’elles étaient toujours inscrites au registre de 1846. Pour les trois autres communes (Hanret n’ayant pas de registre), ils sont seulement clôturés en 1866, les corrections y ont donc été appliquées en 1857 par les autorités communales. Pour chaque individu, nous avons pu déterminer sa présence en 1846 et 1856 (31 décembre) en analysant les ajouts et la disposition des inscriptions dans chaque ménage.

36Le schéma ci-dessous (figure 5) résume donc graphiquement les possibilités du couplage : il est possible pour cette période de dégager les émigrants et les immigrants en les déduisant des personnes absentes à l’un ou l’autre recensement et qui, selon les cas, ne sont pas nées ou décédées dans l’intervalle.

Figure 5. Sources et méthodes de dépouillement des phénomènes démographiques

Figure 5. Sources et méthodes de dépouillement des phénomènes démographiques

2.3. Les régimes démographiques dans les six communes-cas

37Les communes retenues ne sont pas représentatives statistiquement du groupe qu’elle représente, mais leur analyse permet de mettre en évidence des schémas susceptibles d’expliquer les phénomènes décrits au niveau macro. Ces communes, dont le choix nous a été imposé par la conservation des listes nominatives du recensement de 1830, sont souvent spatialement à la marge des groupes dont elles sont issues. Elles peuvent donc aussi refléter des comportements des groupes spatialement voisins. Il convient de rappeler ici que la typologie a créé des groupes dans un continuum. Il n’existe pas de rupture notable entre communes dans la distribution des variables utilisées. Le classement des communes en groupe repose sur des critères statistiques qui forcent une division de l’espace.

38Dans chacune des six communes, des indicateurs démographiques ont été choisis pour les trois composantes (fécondité, mortalité, migrations). Ces indicateurs combinés décrivent l’ensemble des régimes démographiques établis dans ces six communes et l’évolution qu’ils connaissent au cours du demi-siècle étudié.

39La mortalité a été définie par ses composantes principales (tableau 2) : mortalité infantile et espérance de vie à la naissance comme à cinq ans. Tous les niveaux observés dans les six communes respectent la hiérarchie observée dans la typologie. Un élément important se dégage des données : le niveau bas des taux de mortalité infantile pour l’époque en Europe. Cependant, toutes les études traitant de la mortalité infantile des provinces belges arrivent à ce constat pour la province de Namur, comme celle du Luxembourg. Celui-ci ne peut découler d’un mauvais enregistrement à l’état-civil puisque ces niveaux sont encore observés en fin de siècle, avant le grand déclin de la mortalité infantile en Belgique [Debuisson 2001, Eggerickx, Debuisson, Sanderson, 2012]. Poussée par ces faibles niveaux de mortalité des enfants de moins d’un an, l’espérance de vie à la naissance atteint également un niveau élevé, au-delà de 50 ans.

  • 5 Seules deux crises importantes de mortalité ont pu être mises en évidence sur les six communes : un (...)

40Dans les six communes, c’est la commune de mineurs de Gelbressée qui a les conditions les moins favorables pour les enfants en dessous d’un an. La mortalité infantile n’atteint pas cependant 150 ‰. Sur l’ensemble de la population, Gelbressée présente également une mortalité plus élevée qui se démarque nettement des cinq autres communes. Rappelons que cette mortalité importante est un des déterminants de la constitution du groupe de communes auquel Gelbressée se rattache dans la typologie. Un indicateur est également construit pour mesurer la fréquence des crises de mortalité selon la méthode élaborée par Dûpaquier [1979]. La disparition de ces crises, attestée dans le Namurois à cette période5, est généralement admise comme l’élément ayant enclenché la baisse de la mortalité dès le 18ème siècle.

Tableau 2. Indicateurs de mortalité

Commune

1q0 (‰)

e0 (années)

e5 (années)

Hanret

1812-56

106

50,2

56,3

Gelbressée

1812-56

146

44,0

51,2

Annevoie

1812-56

99

51,6

56,4

Miécret

1812-56

84

51,0

55,4

1812-36

84

51,5

56,0

1837-56

85

50,3

54,4

Ciergnon

1812-56

112

50,5

56,4

1813-33

138

47,5

55,6

1834-56

83

53,5

57,9

Rienne

1812-56

82

52,6

57,1

1q0 : mortalité infantile, e0 : espérance de vie à la naissance, e5 : espérance de vie à cinq ans.

Source : Base de données « État-civil, recensements, registre de population » [Archives de l’Etat à Namur (AEN)]

41En ce qui concerne les indicateurs de la migration (figure 6), ils peuvent mesurer les deux composantes que sont les émigrations et les immigrations. Ce phénomène est généralement très mal connu pour cette période faute de données. Mais il peut être mesuré par la présence ou l’absence des individus lors de recensements successifs dans nos six communes. Comptabilisant l’ensemble des populations migrantes entre recensements, leur contribution à l’évolution de la population peut être également établie. Bien loin d’un constat de village immobile [Le Roy Ladurie, 1974], les migrations révèlent des échanges importants de populations entre communes à la seule exception notable d’une des six communes, la plus méridionale, Rienne.

Figure 6. Parts des migrants dans la population (%)

Figure 6. Parts des migrants dans la population (%)
  • 6 L’exercice a été mené et a conduit aux conclusions suivantes sur les relations observées entre régi (...)

42Enfin, la troisième composante, la fécondité, est la plus importante. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le taux brut de natalité est, parmi les trois variables démographiques retenues dans la typologie, celle qui a le plus de poids. Elle est aussi la plus complexe. Elle est en effet étroitement liée, surtout à l’époque, à la nuptialité. L’augmentation de l’âge au mariage sert de frein à la croissance dans les populations traditionnelles. Il peut être accompagné d’un célibat définitif plus fréquent, mais il s’agit d’une pratique peu fréquente en Namurois. Le contrôle de la fécondité légitime par arrêt ou espacement peut également être une stratégie mise en place par ces populations. L’examen de tous ces facteurs est nécessaire pour caractériser un régime démographique, mais nous porterait hors cadre du but poursuivi par ce présent article6 : prouver l’existence en milieu rural namurois de différents régimes. Les indices conjoncturels de fécondité calculés pour les six communes corroborent tant en niveau qu’en évolution les caractéristiques des groupes dont ils sont issus. Une seule exception, Miécret tant pour ses taux de fécondité que pour ses taux bruts de natalité. Mais ces derniers ne s’alignent déjà pas sur ceux de la moyenne du groupe 3, ils sont en effet plus élevés sur les premières décennies du 19e siècle : 31,2 ‰ contre 28,1 ‰. A l’inverse, en dernière période, le taux de Miécret n’est que de 26,1 ‰ contre 29,0 ‰ pour le groupe. Pour la fécondité, Miécret est donc beaucoup plus proche du profil d’Annevoie que de celui de son groupe.

Tableau 3. Indicateurs conjoncturels de fécondité (ICF) et taux de fécondité (nombre moyen d’enfants par femme)

Commune

ICF
1812-56

ICF
1812-31

ICF
1832-56

Hanret

5,1

5,3

4,9

Gelbressée

5,0

5,1

4,9

Annevoie

4,2

4,5

4,0

Miécret

4,2

4,6

3,8

Ciergnon

4,0

4,5

3,5

Rienne

3,7

3,7

3,6

Source : Base de données « État-civil, recensements, registre de population » [Archives de l’État à Namur (AEN)].

43L’ensemble de ces indicateurs valide totalement les niveaux et les évolutions des taux bruts et des soldes migratoires des six communes. Ce résultat, qui pourrait apparaître comme surprenant, ne l’est pas si on compare les structures par âge de nos populations. L’effet de structure par âge tant redouté reste très faible (tableau 4). Les six communes présentent des structures très proches. Seule la part des moins de 15 ans est quelque peu plus importante dans les deux communes à plus forte fécondité (Gelbressée et Hanret).

Tableau 4. Part des groupes d’âge dans la population communale (%)

Hanret

Gelbressée

Annevoie

Miécret

Ciergnon

Rienne

Prov. Namur rural 1846

0-14 ans

38,9

36,0

34,0

33,5

33,6

33,6

34,4

15-29 ans

23,8

24,1

24,5

24,0

25,0

24,4

24,6

30-44 ans

16,1

17,7

19,2

19,7

17,0

18,7

18,0

45-59 ans

11,9

12,5

12,8

13,4

13,6

13,8

12,9

60 ans et plus

9,2

9,6

9,6

9,4

10,7

9,6

10,0

 % femmes 15-44 ans

20,9

20,8

22,7

21,2

21,2

21,0

20,9

Source : Base de données « État-civil, recensements, registre de population » [Archives de l’État à Namur (AEN)], Recensement 1846.

Conclusion

44En fin de démarche, devant l’unanimité des concordances entre régimes démographiques et niveaux et évolutions des taux bruts dans nos six communes, ne convient-il pas de remettre en cause l’impossibilité d’extrapoler cette correspondance des six communes à l’ensemble des communes de la province ? Devons-nous déroger aux précautions énoncées plus haut de non-représentativité des communes-cas ? Nous devons admettre que les populations des villages de la province ont une structure de population très semblable. Nous parlons bien entendu de communes rurales, les villes ont une structure par âge propre, plus influencée par la migration [Eggerickx, 2004, p. 235-236]. L’effet de structure par âge entre communes rurales namuroises reste donc faible dans le calcul des taux bruts. De cette prémisse découle une conclusion très importante. Sans effet de structure, la typologie des communes effectuée par l’analyse de classification est alors également validée non plus comme une typologie des mouvements de population, mais bien comme une typologie des régimes de population des villages namurois. C’est en quelque sorte une réhabilitation des taux bruts dans les études démographiques.

  • 7 Ce choix opéré par les communautés villageoises dépend de leur structure économique agraire, de l’a (...)

45Au final, la province de Namur présente bien en ce début 19e siècle une grande diversité de régime démographique tel que nous le définissons dans ce présent article. La répartition des régimes démographiques de la province de Namur ne se calque pas parfaitement sur celle des régions agro-géographiques (carte 2). Le déterminisme géographique n’entre que pour une part dans leur constitution. D’autres éléments interviennent. Les communautés villageoises qui possèdent les mêmes caractéristiques socio-économiques ont eu tendance à adopter le même régime démographique [Debuisson 2013]7, comme tend à le montrer la caractéristique urbaine et industrielle du groupe 4 ou l’homogénéité spatiale de la grande majorité des groupes de la classification. Si cette analyse permet d’attester de l’existence de différents régimes démographiques dans la province de Namur, elle montre également que les trois composantes qui déterminent le régime tel que défini ici, mortalité, fécondité et migrations, entrent toutes en compte dans la différenciation des régimes présents sur le territoire de la province de Namur.

Haut de page

Bibliographie

BRACKE N. (2008), Een monument voor het land. Overheidsstatistiek in Belgïe, 1795-1870, Academia Press, Gent, 467 p.

DEBUISSON M. (2001), « The decrease of infant mortality in Belgian districts around 1900 », in Revue belge d’Histoire contemporaine. Special Issue, (3-4/2001), pp. 497-527.

DEBUISSON M. (2013), Régimes démographiques et structures socio-économiques dans les communautés villageoises de la province de Namur au cours de la première moitié du 19ème siècle (1815-1856), Thèse de doctorat en histoire Université Saint-Louis – Bruxelles, Académie universitaire « Louvain », septembre 2013, 547 p.

DELFOSSE P. (1983), La politique agricole de l’état belge en période de crise au XIXème siècle : les rapports de force dans une société en transition vers le capitalisme industriel, CREHIDES, Louvain-la-Neuve, 257 p.

DEVOS I. (2006), Allemaal Beetjes. Mortaliteit en morbiditeit in Vlaanderen (18de-20ste eeuw), Gent, 262 p.

DUCHÊNE J., LESTHAEGHE R. (1975), Essai de reconstitution de la population belge sous le régime français : quelques caractéristiques démographiques de la population féminine, Population et Famille, t. 36, pp. 1-47.

DUPÂQUIER J. (1979), Les crises de mortalité, in Charbonneau H., Larose A. (eds), Les grandes mortalités : étude méthodologique des crises démographiques du passé, Liège, pp. 83-112.

EGGERICKX Th. (2004), La dynamique démographique et la transition de la fécondité dans le bassin industriel de la région de Charleroi de 1831 à 1910, Histoire quantitative et développement de la Belgique, 1ère série, tome III, vol. 1, Bruxelles, 561 p.

EGGERICKX Th., DEBUISSON M. (1990), « La surmortalité urbaine : le cas de la Wallonie et de Bruxelles à la fin du XIXème siècle (1889-1892) » Annales de Démographie historique, pp. 23-41.

EGGERICKX Th., DEBUISSON M., SANDERSON J.P. (2012), La mortalité des jeunes enfants de moins d’un an en Belgique, de 1840 à 1939. Une approche spatiale, Annales de Démographie historique, pp. 25-61.

GENICOT L.-F. (dir.), (1989), Condroz, Architecture rurale de Wallonie, Bruxelles-Liège, Éd.P. Mardaga; 280 p.

GENICOT L.-F. (dir.), (1988), Fagne et Famenne, Architecture rurale de Wallonie, Bruxelles-Liège, Éd. P. Mardaga; 232 p.

La Province. Hier et aujourd’hui - Namur (1976), Crédit communal, Bruxelles, 93 p.

LE ROY LADURIE E. (1974), L'histoire immobile, Annales. Économies-Sociétés-Civilisations, t. 29, pp. 673-692.

NEVEN M. (2003), Dynamique individuelle et reproduction familiale au sein d’une société rurale. Le pays de Herve dans la seconde moitié du XIXème siècle, Doctorat Histoire ULG, 519 p.

LESTHAEGHE R. (1977), The decline of Belgian fertility, 1800-1970, Princeton, 259 p.

Mitterauer M. (1995), « Peasant and non Peasant family forms in relation to the physical environment and the local economy », in Rudolph R. L., The European Peasant Family and Society. Historical Studies, Liverpool University Press, pp. 26-63.

POULAIN M. (1996), Á propos du déclin de la fécondité wallonne et plus particulièrement de celle de l'Entre-Sambre-et-Meuse, in dir A. Bideau, A. Perrenoud, K.-A. Lynch, G. Brunet Les systèmes démographiques du passé, s.l., pp. 295-309.

PERRENOUD A. (2000), Inscription géographique des régimes démographiques : perspectives historiques, in Régimes démographiques et territoires, Colloque international de l’AIDELF à La Rochelle (22-26 septembre 1998), n° 9, AIDELF, PUF, Paris, pp. 205-214.

ORIS M., (2003), The History of migration as a chapter in the history of European rural family: an overview, History of the family, n° 8, pp. 187-215.

QUETELET A. (1848), Sur les anciens recensements de la population belge, Bulletin de la commission centrale de statistique, tome III, pp. 1-38.

VANDER MAELEN Ph. (1832), Dictionnaire géographique de la province de Namur, Bruxelles, 313 p.

VIVIER N. (1998), Propriété collective et identité communale. Les biens communaux en France, 1750-1914, Publications de la Sorbonne, Paris, 352 p.

VÉRON J. (2000), Les régimes démographiques : concepts et mesure, in Régimes démographiques et territoires, Colloque international de l’AIDELF à La Rochelle (22-26 septembre 1998), n° 9, AIDELF, PUF, Paris, pp. 5-7.

VRIELINCK S. (2000), De territoriale indeling van Belgïe, KUL, 3.vol., Leuven, 2106 p.

Haut de page

Notes

1 Non seulement dans le sillon Sambre-et-Meuse et la région urbaine et industrielle (carte 2), mais également dans l’ouest du Condroz.

2 A l’occasion du Colloque de l’Association internationale des démographes de langue française tenu à La Rochelle en 1998 sur « Régimes démographiques et territoires », Alfred Perrenoud [2000, p. 205] mettait l’accent sur l’interaction des régimes démographiques et de leur environnement formant, en bout de course, plus qu’un espace, une structure de vie construite par la communauté : « Dans toute société consciente de ses limites spatiales et économiques, les hommes ont élaboré des mécanismes de régulation leur permettant d’assurer au mieux, sans heurts, dans un contexte écologique donné, les équilibres entre ressources et peuplement, les échanges entre les générations, la continuité, le renouvellement et la reproduction de leur propre structure. Ces mécanismes forment système, c’est-à-dire qu’ils sont en interrelation et associent aux comportements démographiques les données socio-économiques, les pratiques sociales et les représentations personnelles ».

3 Cette analyse approfondie a été menée dans une étude plus vaste reprenant le même cadre spatio-temporel [Debuisson 2013].

4 Par niveau démographique, nous entendons les niveaux des taux bruts de natalité et mortalité et de soldes migratoires.

5 Seules deux crises importantes de mortalité ont pu être mises en évidence sur les six communes : une à Hanret en 1829-1830 et l’autre à Ciergnon en 1818.

6 L’exercice a été mené et a conduit aux conclusions suivantes sur les relations observées entre régimes démographiques et structures socio-économiques dans les six villages : les populations rurales dans cette première moitié du 19e ont été confrontées à la croissance sans précédent de leur population. Face à cette pression démographique, les communes ont joué sur quatre facteurs : l’âge au mariage, la limitation volontaire des naissances dans le mariage par arrêt de la descendance ou par espacement des naissances, et l’émigration. Toutes ces solutions à leur disposition semblent avoir été utilisées dans les communes namuroises, mais les villages ont choisi leur propre stratégie donnant priorité à l’une ou l’autre option, identique souvent s’ils présentaient des caractéristiques socio-économiques similaires [Debuisson, 2013].

7 Ce choix opéré par les communautés villageoises dépend de leur structure économique agraire, de l’accès au marché, de la diffusion des comportements malthusiens et de la structure sociale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La province de Namur dans la Wallonie
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Carte 2. Les régions agro-géographiques de la province de Namur
Crédits Source : Cartographie IWEPS – Conception cartographique Isabelle Reginster
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Carte 3 : Typologie en six groupes sur base des taux de natalité et de mortalité et des soldes migratoires sur trois périodes entre 1815 et 1856
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 1. Évolution des taux de natalité selon les groupes (moyennes lissées en ‰)
Crédits Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 2. Évolution des taux de mortalité selon les groupes (moyennes lissées en ‰)
Crédits Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 3. Évolution des soldes migratoires selon les groupes (moyennes lissées en ‰)
Crédits Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 4. Évolution du taux de croissance annuel des groupes (moyennes lissées en %)
Crédits Source : Base de données inédite [Archives État-civil, recensements population, publication de l’Office de statistique].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Carte 4. Localisation des six communes-cas dans la province de Namur
Crédits Source : Cartographie IWEPS – Conception cartographique Julien Charlier
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 5. Sources et méthodes de dépouillement des phénomènes démographiques
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 6. Parts des migrants dans la population (%)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5654/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Debuisson, « Régimes démographiques dans les communautés villageoises de la province de Namur au cours de la première moitié du 19ème siècle (1815-1856) », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5654 ; DOI : 10.4000/eps.5654

Haut de page

Auteur

Marc Debuisson

Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS)
Wallonie
2 Route de Louvain-la-Neuve, 5001 Namur, Belgique
m.debuisson@iweps.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org