Navigation – Plan du site
Articles

Richesses et limites du Mouvement de la Population et de l’État civil pour l’étude démographique des zones rurales en Belgique

L’exemple de la nuptialité de 1886 à 1913
The Strengths and Limitations of the Source « Mouvement de la Population et de l’État civil » for the Study of Rural Areas in Belgium - The Case of Marriage Behaviour Between 1886 and 1913
Rafael Costa

Résumés

Le Mouvement de la Population et de l’État civil est une source de données très riche, pourtant très peu exploitée, qui ouvre la voie à l’étude de la diversité démographique des zones rurales belges. Il permet en effet d’analyser l’évolution annuelle de diverses variables démographiques au niveau des communes depuis la fin du 19ème siècle. Cependant, l’utilisation de données au niveau communal se heurte aux problèmes statistiques liés aux petits nombres, surtout en ce qui concerne les localités rurales où les événements démographiques sont souvent peu, voire très peu nombreux. L’objectif de cette note de recherche est double. D’une part, elle a pour but de présenter la richesse des données du Mouvement, et en particulier leur intérêt pour l’étude des campagnes belges. D’autre part, elle propose une solution afin de contourner le problème des petits nombres lié à l’utilisation des données brutes issues de cette source. Cette solution consiste à agréger les communes selon un découpage territorial simplifié, et à lisser les séries à l’aide de moyennes mobiles triennales. La discussion se base sur l’exemple d’un indicateur simple du calendrier de la nuptialité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Belgique, à l’instar des autres pays européens, a connu d’importantes transformations des comportements reproductifs et familiaux lors de sa transition démographique. Au cours des 19ème et 20ème siècles, on a notamment assisté à une forte diminution des niveaux de fécondité alors que le mariage s’est rajeunit et généralisé [Lesthaeghe, 1977].

2Si l’on sait que ces transformations ne se sont pas produites au même moment et avec la même intensité dans les villes et dans les campagnes, les spécificités au sein même des zones rurales demeurent largement inconnues. En effet, faute de données à une échelle géographique fine, le rural est souvent considéré par défaut comme un tout homogène, par opposition aux villes. Or, comme le montrent les travaux réalisés au niveau local [Guttmann et Watkins, 1990 ; Van Bavel, 2004 ; Eggerickx, 2004 ; Alter, Oris et Neven, 2010], le milieu de vie, avec ses ressources, ses contraintes environnementales et son développement socioéconomique propre, a une forte emprise sur les comportements démographiques. Ceci laisse supposer une grande hétérogénéité des évolutions dans les différents espaces ruraux belges.

3Le Mouvement de la Population et de l’État civil est une source de données riche, pourtant très peu exploitée, qui ouvre la voie à l’étude de la diversité démographique des zones rurales. Il permet en effet d’analyser l’évolution de diverses variables démographiques au niveau des communes en Belgique depuis la fin du 19ème siècle. Cependant, l’utilisation de données au niveau communal se heurte aux problèmes statistiques liés aux petits nombres, surtout en ce qui concerne les localités rurales où les événements démographiques sont souvent peu, voire très peu nombreux.

4L’objectif de cette recherche est double. D’une part, elle a pour but de présenter la richesse des données du Mouvement, et en particulier leur intérêt pour l’étude de la diversité démographique des campagnes belges. D’autre part, elle propose une solution afin de contourner le problème des petits nombres lié à l’utilisation des données brutes issues de cette source, tout en conservant un haut niveau de précision temporelle et spatiale. La discussion se base sur l’exemple d’un indicateur de précocité du mariage. Il s’agit d’un indicateur simple mais original qui exprime une dimension de la transition démographique plus rarement étudiée que la fécondité et la mortalité.

5L’article est composé de trois parties. La première présente les données brutes du Mouvement disponibles à l’heure actuelle en format numérique. La deuxième partie évalue le problème des petits nombres à partir de l’exemple de l’indicateur de précocité du mariage, et propose une solution pour y remédier. Enfin, cet indicateur est utilisé dans la troisième partie dans une brève analyse descriptive de l’évolution du calendrier de la nuptialité en Belgique de 1886 à 1913.

1. Les données du Mouvement de la Population et de l’État civil

6La Belgique dispose d’un patrimoine statistique remarquable qui reste, de nos jours, largement inexploité. Depuis 1841, la Commission centrale de Statistique a collecté des données à l’aide de deux instruments complémentaires : les recensements et le Mouvement de la Population et de l’État civil. Alors que les recensements offraient tous les 10 ans une photo détaillée de la population couvrant divers domaines (démographique, social et économique), le Mouvement mettait en évidence l’évolution des événements démographiques, année après année [Poulain, 1981 ; Bracke, 2010]. Ces deux instruments ont constitué les piliers de la statistique en Belgique, couvrant tous les aspects de la vie du Royaume, allant des faits démographiques jusqu’aux détails des activités agricoles et industrielles [Bracke et Vanhaute, 2005]. Cependant, alors que les recensements ont été exploités dans diverses études, le Mouvement est resté une source bien moins connue et utilisée [Preneel, 2010].

  • 1 La période 1886–1952 est particulièrement stable quant à la cohérence des tableaux. A partir de 197 (...)

7Le Mouvement se base sur le registre de population des communes, qui « transcrit les événements enregistrés par les registres d’état civil (naissance, mariage, divorce, décès), enregistre les changements de résidence (entrées et sorties de la commune, migrations) et permet une estimation continue de l’effectif et des structures de la population d’une commune » [Poulain, 1981, p. 206]. Ces informations étaient centralisées et rassemblées par la Commission centrale de Statistique sous forme de tableaux thématiques annuels couvrant divers aspects démographiques [Poulain, 1981 ; Bracke, 2010]. Bien que la fréquence et le type d’informations rapportées au Mouvement aient quelque peu varié au fil du temps, celui-ci constitue une série continue d’informations démographiques allant de 1841 à 19761.

  • 2 La série complète des manuscrits est disponible aux Archives générales du Royaume.

8Le Mouvement de la Population et de l’État civil est dès lors une source précieuse de données de population. Il permet de suivre en continu l’évolution démographique en Belgique à un niveau géographique très détaillé, sur une longue période, et à partir d’un large éventail de variables. Cependant, l’utilisation de cette source est en décalage avec son potentiel, ce qui s’explique par le volume considérable de temps et de travail lié à la mise au point des données [Bracke et Vanhaute, 2005]. En effet, les informations ont été conservées sous la forme de manuscrits2, dont la mauvaise lisibilité empêche leur numérisation automatique à l’heure actuelle. La saisie manuelle, à l’échelle des quelques 2600 communes que comptait la Belgique à l’époque, représente un travail non négligeable.

9Les variables de population (entrées, sorties, naissances, décès et population totale par commune et par sexe) ont déjà fait l’objet d’une saisie pour la période 1880–1976. En ce qui concerne l’état civil, une saisie est en cours de réalisation en vue d’analyser l’évolution de la nuptialité et de la fécondité au niveau des communes. Il s’agit plus précisément du nombre de mariages par classe d’âge, ainsi que du nombre de naissances légitimes et illégitimes. La série commence en 1886, date à laquelle le Mouvement rapporte ces informations sur la nuptialité et les naissances avec une fréquence annuelle, de manière ininterrompue. Les manuscrits ont jusqu’à présent été encodés jusqu’en 1913.

10Le tableau 1 présente les données du Mouvement de la Population et de l’État civil au niveau des « anciennes » communes déjà numérisées.

Tableau 1. Les données du Mouvement de la Population et de l’État Civil au niveau des communes belges numérisées à l’heure actuelle

Observations

Ventilation

Période

Naissances

Hommes

Femmes

Décès

Hommes

Femmes

Entrées

Hommes

Population

Femmes

1880-1976

Sorties

Hommes

Femmes

Population totale

Hommes

Femmes

0-17 ans

18-20 ans

21-24 ans

Mariages

25-29 ans

30-34 ans

1886-1913

État civil

35-49 ans

50 ans et plus

Naissances

Légitimes

Illégitimes

2. Le problème des petits nombres et les solutions possibles

11Les séries annuelles du Mouvement ouvrent la voie à des analyses très fines de l’évolution démographique dans le temps et dans l’espace. Elles permettent notamment d’appréhender l’hétérogénéité démographique des zones rurales. Cependant, ce niveau fin de détail spatial et temporel se heurte au problème des petits nombres.

12En effet, les données du Mouvement sont disponibles pour l’ancien découpage communal belge, composé d’environ 2600 localités, dont beaucoup très peu peuplées. Ce n’est qu’en 1977 qu’une réforme territoriale a réduit ce nombre à 589 par une série de fusions. Parmi les « anciennes » communes, presque la moitié comptait moins de 1 000 habitants en 1900 et, dans une bonne partie de celles-ci, les événements démographiques tels que les naissances et les mariages au cours d’une année pouvaient être qualifiés de « rares ». Les indicateurs calculés à partir de faibles effectifs risquent de présenter de fortes fluctuations aléatoires. Dans ce contexte, il est impossible de s’assurer que les variations observées d’une année à l’autre, ou d’une commune à l’autre, révèlent de vraies différences dans les comportements démographiques et ne sont pas le fruit d’aléas [Eggerickx et Poulain, 1996].

13L’utilisation des données communales du Mouvement suppose par conséquent un travail préalable de préparation. Ce travail doit être guidé par deux critères : la conservation d’un maximum de diversité spatiale et temporelle d’une part, et la minimisation des risques d’aléas liés aux petits nombres, d’autre part.

  • 3 Le choix du seuil de 25 ans est basé sur l’âge moyen au mariage : entre les périodes 1886-1890 et 1 (...)

14Afin de mettre en évidence le problème des petits nombres et de discuter des différentes stratégies pour le contourner, prenons un indicateur simple du calendrier de la nuptialité. Il s’agit de la proportion de femmes de moins de 25 ans3 parmi le total de femmes mariées au cours d’une année. Cet indicateur de la « précocité du mariage » peut être calculé à partir des données du Mouvement au niveau des quelques 2600 communes, année par année entre 1886 et 1913 (tableau 1). Même si sa construction est simple, cet indicateur est une manière d’exprimer le calendrier du mariage qui, au niveau national, a connu un rajeunissement important durant la période considérée [Lesthaeghe, 1977].

15Alors que le calcul de l’indicateur ne pose pas de problème pour les villes, il devient plus délicat dans le cas des localités rurales. En effet, le mariage peut être considéré comme un événement rare dans de nombreuses communes. 63,1 % des communes ont enregistré moins de 10 mariages au cours de l’année 1886. Le faible nombre de mariages implique des chances encore plus faibles d’observer des mariages de jeunes femmes : ainsi, 63,4 % des communes ont enregistré moins de 5 cas en 1886. Ces proportions n’étaient guère plus favorables en 1913 (49,7 % et 53,6 % respectivement). Le calcul de l’indicateur du poids des jeunes mariées au niveau des anciennes communes sera donc parasité par de fortes fluctuations aléatoires, fluctuations d’autant plus importantes que la localité est petite [Eggerickx et Poulain, 1996].

16Pour illustrer le problème des petits nombres dans le calcul de l’indicateur de précocité du mariage, prenons l’exemple de quatre communes de tailles différentes : Gand (160 133 habitants en 1900), Namur (31 196), Oostakker (4 406) et Suarlée (479). L’évolution de l’indicateur entre 1886 et 1913 (figure 1) est stable dans les deux villes : même si Namur compte cinq fois moins d’habitants que Gand, le nombre de mariages y est largement suffisant pour produire des indicateurs cohérents. La commune d’Oostakker présente des variations modérées de l’indicateur, avec quand même un pic en 1886 (70 %), qui coïncide avec une année où les mariages ont été moins nombreux. Enfin, l’évolution de l’indicateur dans le petit village de Suarlée semble refléter uniquement des fluctuations aléatoires. La fréquence des mariages y est si basse que, certaines années, le seul mariage concerne une jeune femme (indice de 100 %) et, pour d’autres années, les mariages précoces sont inexistants (indice de 0 %). En somme, cet exemple montre que les petits nombres empêchent toute comparaison à l’échelle d’une petite commune dans le temps et dans l’espace : les fluctuations aléatoires sont trop importantes pour pouvoir cerner les différences réelles dans les comportements démographiques.

Figure 1. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913)

Figure 1. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913)

Source : Mouvement de la Population et de l’État Civil.

17Le problème des petits nombres lié aux données communales du Mouvement peut être contourné de trois manières : le lissage gaussien, l’agrégation temporelle et l’agrégation spatiale.

  • 4 Dans la mesure où des observations proches dans l’espace ont tendance à se ressembler, le lissage g (...)

18Le lissage gaussien est souvent utilisé dans le calcul d’indicateurs d’événements rares, comme la proportion de centenaires dans les communes [Poulain et al., 2009] ou des taux de mortalité par causes spécifiques de décès [Kafadar, 1996]. Cette technique permet de lisser l’espace en cherchant, dans des unités spatiales « proches », le complément d’information nécessaire pour calculer un indicateur avec une plus grande précision. Ainsi, dans notre exemple, ceci consisterait à procéder à un lissage pour toutes les communes à faibles effectifs en cherchant des informations sur la précocité du mariage dans les communes à proximité. Le concept de proximité joue un rôle central. Le lissage basé uniquement sur un critère de distance peut renforcer la dépendance spatiale4 [Carrington et al., 2007] et, en contrepartie, masquer d’importantes différences au niveau local. Une meilleure alternative serait de s’appuyer plutôt sur un critère de ressemblance socioéconomique et culturel, en cherchant le complément d’information nécessaire dans des communes qui présentent des caractéristiques similaires [Sanderson et al., 2012]. Néanmoins, cette méthode n’est pas applicable à notre cas, puisque nous ne disposons pas de variables socioéconomiques et culturelles au niveau des anciennes communes pour la période concernée.

19L’agrégation temporelle consiste à fusionner un certain nombre d’années d’observation, par exemple, en utilisant des moyennes mobiles. Dans le cas des données du Mouvement, cette stratégie permettrait d’augmenter les effectifs des communes et de réduire ainsi les variations aléatoires d’un indicateur, tout en gardant un découpage fin de l’espace. Néanmoins, vu la petite taille des communes rurales, le lissage doit être réalisé sur un nombre important d’années. Comme l’illustre la figure 2, pour la commune de Suarlée, l’utilisation de moyennes mobiles sur 3 ans est insuffisante pour lisser la série de l’indicateur de précocité du mariage. Ce n’est qu’à partir de sept ans que les fluctuations se réduisent, ce qui implique une perte importante de la précision temporelle offerte par la série du Mouvement.

Figure 2. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées dans la commune de Suarlée (1886-1913) – moyennes mobiles sur 3, 5 et 7 ans

Figure 2. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées dans la commune de Suarlée (1886-1913) – moyennes mobiles sur 3, 5 et 7 ans

Source : Mouvement de la Population et de l’État civil.

  • 5 Pour un aperçu de l'évolution du découpage territorial belge, voir Vrielinck, [2000].

20La troisième stratégie – l’agrégation spatiale – consiste à fusionner des communes afin d’augmenter les effectifs des unités d’analyse. La fusion peut impliquer une perte de précision géographique considérable, en ce qu’elle risque d’effacer des particularités locales. Néanmoins, cette stratégie présente quelques avantages importants. Premièrement, les communes d’avant 1977 ont connu de nombreuses fusions, scissions et changements de limites au fil des ans5 [Institut National de Statistique, 1991]. L’agrégation spatiale permet dès lors de définir un territoire constant sur toute la période d’étude et d’effacer en grande partie l’effet des changements de limites communales. Par ailleurs, en fusionnant des petites unités territoriales telles que les communes de l’époque, il est possible d’obtenir des zones suffisamment vastes pour minimiser les problèmes des faibles effectifs, mais toujours assez petites pour mettre en évidence la diversité spatiale du territoire.

21La solution retenue ici combine l’agrégation temporelle et spatiale. La stratégie consiste à proposer un nouveau découpage territorial, moins détaillé que l’ancien découpage communal belge, mais plus simple et constant sur toute la période. Ensuite, les séries d’indicateurs calculées sur la base de ce nouveau découpage sont lissées à l’aide des moyennes mobiles. Cette solution vise à conserver un maximum de précision temporelle et spatiale, tout en contournant le problème des faibles effectifs.

22L’agrégation spatiale proposée a pour but de produire un découpage territorial cohérent et compréhensible et, en même temps, conserver l’opposition entre les communes urbaines et rurales. Pour cela, nous avons procédé en deux étapes. Premièrement, les anciennes communes qui comptaient plus de 10 000 habitants en 1900 ont été conservées. En d’autres termes, l’agrégation n’a pas concerné les communes considérées comme « villes » au milieu de notre période d’étude. Ensuite, les localités restantes ont été fusionnées selon l’actuel découpage communal belge. En procédant ainsi, les centres urbains sont isolés de leur arrière-pays rural. Par exemple, le découpage obtenu distingue le centre urbain de Namur de l’ensemble des villages ruraux autour du centre urbain (dont la commune de Suarlée) ; de même, « Gand ville » est séparée de « Gand rural » (qui englobe la commune d’Oostakker).

  • 6 Pour la période concernée, seules les petites localités de Caggevinne et d’Assent ont été morcelées (...)

23Dans la pratique, l’agrégation spatiale a été réalisée en attribuant, à chaque localité apparaissant dans le Mouvement année par année, le code de la nouvelle commune d’appartenance après la fusion de 1977. Ensuite, pour chaque année, les localités ont été agrégées (à l’exception des villes de plus de 10 000 habitants en 1900). Heureusement, sauf dans de très rares exceptions6, les scissions et les fusions de communes d’une année à l’autre concernent des localités qui appartiennent actuellement à la même commune. Par conséquent, les unités territoriales proposées ici ne sont pas affectées par les diverses fusions et scissions survenues durant la période d’étude. En revanche, les modifications des limites communales survenues au fil des ans ne peuvent pas être contrôlées. Nous pouvons néanmoins supposer qu’une bonne partie des rectifications de frontières a été réalisée au sein du territoire des nouvelles communes et, dans ce sens, le découpage territorial proposé ici limite ce problème. De plus, les éventuels transferts entre communes ont un impact limité sur les nombres relatifs, le numérateur et le dénominateur étant rectifiés en même temps.

24Le découpage territorial retenu est illustré par la figure 3. Il compte au total 648 unités spatiales, dont 88 villes et 560 unités rurales. Les effectifs de population des entités obtenues par l’agrégation sont sensiblement plus élevés. Plus de la moitié des unités comptaient plus de 6 000 habitants en 1900, et seulement 4 en avaient moins de 1 000.

Figure 3. Le découpage territorial proposé pour l’étude des données du Mouvement de la Population et de l’État civil

Figure 3. Le découpage territorial proposé pour l’étude des données du Mouvement de la Population et de l’État civil

25En revenant à l’exemple de la nuptialité, dans un certain nombre d’entités du nouveau découpage proposé, les mariages peuvent toujours être considérés comme des événements rares. Ainsi, 143 unités après agrégation avaient enregistré moins de 10 mariages en 1886 et, en 1913, ce nombre s’élevait à 29. En d’autres termes, l’agrégation spatiale proposée ne résout pas totalement le problème des petits nombres. Dans ce contexte, l’utilisation de l’agrégation temporelle peut débarrasser l’indicateur des aléas restants. La figure 4 illustre l’évolution de l’indicateur après fusion. Dans le découpage proposé, les villes de Gand et de Namur ont été conservées en tant que « Gand ville » et « Namur ville », tandis que les communes d’Oostakker et de Suarlée ont été fusionnées dans de nouvelles unités (« Gand rural » et « Namur rural »). Ici, la série temporelle a été calculée à partir de moyennes mobiles sur trois ans. De fait, les séries sont débarrassées des fluctuations aléatoires.

Figure 4. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913) selon le découpage territorial proposé - moyennes mobiles sur 3 ans

Figure 4. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913) selon le découpage territorial proposé - moyennes mobiles sur 3 ans

Source : Mouvement de la Population et de l’État civil

  • 7 Il s’agit des petites communes de Baerle-Duc et d’Herstappe.
  • 8 (...)

26Enfin, on peut se demander si les variations spatiales restent pertinentes après la fusion des communes. Cette question peut être évaluée à travers un simple test du chi-deux, qui consiste à vérifier si les différences entre unités territoriales par rapport à la moyenne nationale sont statistiquement significatives [Decroly et Grimmeau, 1991 ; Poulain et al., 2009]. L’application de ce test exige un minimum théorique de 5 observations de l’événement d’intérêt (mariage de femmes de moins de 25 ans) par unité. Pour la période 1886-1888, l’indicateur de jeunes mariées au niveau national étant de 50 %, le minimum théorique correspond à 10 mariages par unité sur la période, tous âges confondus. Seulement 2 unités après fusion n’atteignent pas ce seuil sur une période triennale7. La valeur du chi-deux est obtenue à partir de la somme des carrés des écarts relatifs entre la valeur observée dans chaque commune et la valeur attendue si le taux national prévalait partout8. Pour 1886-1888, on obtient un chi-deux de 1 853, ce qui, à 647 degrés de liberté, est significatif à 99 % de confiance. En d’autres termes, ce test montre que l’analyse des variations spatiales du mariage jeune au niveau du découpage territorial proposé reste statistiquement pertinente.

3. L’évolution du calendrier de la nuptialité en Belgique (1886-1913)

  • 9 L’indicateur utilisé ici a été choisi pour sa simplicité, à titre illustratif. Il est toutefois aff (...)

27Sur la base des solutions proposées ci-dessus pour contourner le problème des petits nombres, les données du Mouvement peuvent être utilisées. Cette partie propose un bref aperçu de l’évolution du calendrier de la nuptialité en Belgique entre 1913 et 1886 afin d’illustrer la richesse spatiale de cette source de données, notamment en ce qui concerne les zones rurales9.

28Entre la fin du 19ème siècle et l’avant-guerre, la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariages célébrés par an a augmenté partout en Belgique, ce qui correspond à la tendance au rajeunissement de la nuptialité (figure 5). Sur l’ensemble du Royaume, cette proportion est passée de 49 % en 1886 à 59 % en 1913. Néanmoins, le rythme de cette augmentation est marqué par d’importantes variations selon les régions et les types de communes. Les villes wallonnes présentent un calendrier plus jeune sur toute la période, alors que les communes rurales de Wallonie ont un calendrier légèrement plus vieilli. Les villes flamandes ont quant à elles rattrapé les villes wallonnes dès le début du 20e siècle. Le calendrier de la nuptialité est particulièrement tardif dans les communes rurales flamandes. Globalement, ces évolutions vont dans la même direction que les résultats obtenus par Lesthaeghe [1977, p. 62] sur le calendrier de la nuptialité.

Figure 5. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913) en Belgique et dans ses régions

Figure 5. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913) en Belgique et dans ses régions

Source : Mouvement de la Population et de l’État civil.

  • 10 Par souci de simplification, les unités du découpage territorial proposé sont appelées « communes » (...)

29L’analyse à l’échelle des régions cache pourtant d’intéressantes particularités sous-régionales, comme le montre la cartographie de l’indicateur de jeunes mariées (figure 6). Au début de la période d’étude (1886-1888, figure 6a), le bassin industriel de Charleroi se démarquait par une nuptialité plus précoce, de même que quelques communes10 situées autour de Bruxelles, d’Anvers et de Liège. Ceci pourrait s’expliquer par un accès au mariage plus facile là où l’emploi salarié était le plus présent. En revanche, les communes rurales étaient caractérisées par un mariage plus tardif, à l’exception de celles situées dans le sud de la province du Hainaut.

30Au cours de la période d’étude, le rajeunissement de la nuptialité semble se répandre de plus en plus à partir du Hainaut, de Liège et de l’axe Bruxelles-Anvers vers les communes environnantes (figures 6b et 6c). A la fin de la période d’observation, on observe de vastes zones contiguës de communes — rurales et urbaines — qui enregistrent des proportions de jeunes mariées supérieures à 60 % du total.

Figure 6. La distribution spatiale de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées

Figure 6. La distribution spatiale de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées

Source : Mouvement de la Population et de l’État civil.

31Les cartes montrent également le contraste d’évolution dans les différentes zones rurales de Belgique. Ainsi, les communes rurales situées dans le sud des provinces du Hainaut et de Namur — pionnières dans le déclin de fécondité [Lesthaeghe, 1977] — présentaient déjà à la fin du 19e siècle un mariage plus rajeuni que la moyenne nationale. En revanche, certaines communes rurales de la province du Luxembourg semblent résister à la tendance générale de rajeunissement de la nuptialité. Surtout, les communes à proximité des frontières allemande et luxembourgeoise connaissent une évolution très lente du calendrier de la fécondité. Enfin, il est intéressant d’observer l’hétérogénéité des communes de la province du Limbourg. Essentiellement rurales, elles n’avaient pas encore amorcé le déclin de fécondité en 1913 [Costa, 2013]. On observe toutefois un rajeunissement de la fécondité, notamment dans les localités situées le long de la frontière néerlandaise.

Conclusion

32Le Mouvement de la Population et de l’État civil constitue une source précieuse, et pourtant sous-exploitée, de données démographiques. Cet article a tenté de montrer, à travers l’exemple de la nuptialité, le potentiel que ces données offrent pour la démographie historique et plus particulièrement pour l’étude de la diversité et des spécificités du monde rural.

33Le Mouvement met à disposition des séries annuelles de diverses données démographiques, de 1841 à 1973, à l’échelle des communes avant la fusion de 1977. Il permet donc de suivre en continu l’évolution démographique en Belgique à un niveau géographique très détaillé, sur une longue période et à partir d’un large éventail de variables. Ce niveau de précision implique toutefois, hormis le labeur non négligeable de numérisation, un travail de mise au point des données avant leur exploitation.

34En effet, le calcul d’indicateurs annuels au niveau des quelques 2600 communes se heurte aux fluctuations aléatoires liées aux petits effectifs. Ce problème a été mis en évidence à partir d’un indicateur simple du calendrier de la nuptialité, à savoir la proportion de femmes de moins de 25 ans mariées au cours d’une année sur le total des mariages. La solution proposée ici en vue de minimiser le problème des petits nombres se base sur un nouveau découpage territorial, moins détaillé que les anciennes communes, mais plus simple et constant sur toute la période. Cette grille de lecture de l’espace belge se cale sur les nouvelles communes belges issues des fusions de 1977, tout en isolant les centres urbains : elle évite ainsi de fusionner des aires urbaines et rurales. Les séries d’indicateurs calculés à partir de ce nouveau découpage sont lissées ensuite à l’aide de moyennes mobiles triennales.

35Enfin, sur la base du découpage communal proposé, une brève analyse de l’évolution du calendrier de la nuptialité a illustré le potentiel des données du Mouvement. Au-delà des analyses descriptives, le niveau de détail spatial et temporel des données permet d’appliquer un large éventail de méthodes quantitatives. L’échelle géographique fine permet de mieux distinguer les structures urbaines et rurales, ce qui est impossible à l’échelle des arrondissements. Ces données ouvrent dès lors la voie à des études spatiales plus précises du milieu rural.

Haut de page

Bibliographie

ALTER G., ORIS M., NEVEN M, 2010, « Le déclin de la fécondité dans les campagnes de Belgique orientale. Illustration d’une réponse multiphasique », in EGGERICKX T., SANDERSON J.-P. (dir.), Histoire de la population de la Belgique et de ses territoires, Actes de la Chaire Quetelet 2005, Presses Universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, pp. 547–572.

BRACKE N., VANHAUTE E., 2005, Opsporing en Ontsluiting van Historische Statistieken in België (1800– 1960), rapport final d’une étude réalisée pour le SPP Politique scientifique, 83 p.

BRACKE N., 2010, « L’élément statistique par excellence. Op zoek naar het “perfecte” bevolkingscijfer : de Belgische demografische statistieken tussen 1841 en 1870 », in EGGERICKX T., SANDERSON J.-P. (dir.), Histoire de la population de la Belgique et de ses territoires, Actes de la Chaire Quetelet 2005, Presses Universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, pp. 51–72.

CARRINGTON A., RALPHS M., MITCHELL B., HEADY P., RAHMAN N., 2007, « Smoothing of Standardised Mortality Ratios. A Preliminary Investigation », National Statistical Methodological Series, n° 35, 59 p.

COSTA R., 2013, « Spatial diffusion in the Belgian fertility transition. Estimating neighbourhood effects using event-history analysis », communication présentée au XXVIIe Congrès international de la population (UIESP), Busan, Corée du Sud, 26-31 août 2013.

DECROLY J.-M., GRIMMEAU J.-P., 1991, « Variations intercommunales de la mortalité par âge en Belgique », Espace Populations Sociétés, 1991-1, pp. 75–83.

EGGERICKX T., 2004, La dynamique démographique et la transition de la fécondité dans le bassin industriel de la région de Charleroi, de 1831 à 1910, Histoire Quantitative et développement de la Belgique, 1e série (XIXe siècle), Tome III, volume 1, Académie Royale de Belgique, Bruxelles, 561 p.

EGGERICKX T., POULAIN M., 1996, « De la variabilité des paramètres démographiques pour les petites populations », Espace Populations Sociétés, 1996-1, pp. 93–102.

GUTMANN M. P., WATKINS S. C., 1990, « Socio-Economic Differences in Fertility Control. Is There an Early Warning System at the Village Level ? », European Journal of Population/Revue Européenne de Démographie, 6(1), pp. 69–101.

INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE, 1991, Registre historique des communes belges de 1831 à nos jours – classement chronologique : date de la loi ou A. R., 223 p.

KAFADAR K., 1996, « Smoothing geographical data, particulary rates of disease », in Statistics in Medicine, vol. 15, pp. 2539-2560.

LESTHAEGHE R., 1977, The Decline of Belgian Fertility, 1800–1970, Princeton University Press, Princeton, 259 p.

POULAIN M., 1981, « Évolution des statistiques démographiques belges disponibles au niveau communal depuis la fin du XVIIIème siècle », Revue Belge de Géographie, n. 105/5, pp. 205–217.

POULAIN M., DAL L., GRASLAND, C., 2009, « Un outil pour analyser la distribution spatiale d’un événement ou d’une structure démographique rare », Poster présenté à la XXVI IUSSP International Population Conference, Marrakech, septembre 2009.

PRENEEL M., 2010, « Over levendgeboren onwettige meerlingen in Wortel, Luikse emigratie naar Argentinië en epidemische meningitis in Zedelgem. « Le Mouvement de la Population et de l’État Civil » (1841-1976) : een nauwelijks ontgonnen bron voor historisch-demografische statistiek in België », in EGGERICKX T., SANDERSON J.-P. (dir.), Histoire de la population de la Belgique et de ses territoires, Actes de la Chaire Quetelet 2005, Presses Universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, pp. 73–82.

SANDERSON J.-P., DAL L., DEBUISSON M., EGGERICKX T., POULAIN M., 2012, « Perspectives de population et de ménages des communes belges », Cahiers de démographie locale 2010, pp. 112–147.

VAN BAVEL J., 2004, « Diffusion Effects in the European Fertility Transition : Historical Evidence from Within a Belgian Town (1846–1910) », European Journal of Population/Revue européenne de Démographie, 20, pp. 63– 85.

VRIELINCK S., 2000, De territoriale indeling van België (1795–1963), Universitaire Pers Leuven, Leuven, 2104 p.

Haut de page

Notes

1 La période 1886–1952 est particulièrement stable quant à la cohérence des tableaux. A partir de 1977, lors de la réduction du nombre de communes belges, les données furent simplifiées et publiées en format numérique [Poulain, 1981]. Pour un aperçu des statistiques disponibles sur toute la série, voir Poulain [1981], Bracke et Vanhaute [2005] et Preneel [2010].

2 La série complète des manuscrits est disponible aux Archives générales du Royaume.

3 Le choix du seuil de 25 ans est basé sur l’âge moyen au mariage : entre les périodes 1886-1890 et 1906-1910, l’âge moyen au mariage a diminué de 26,7 à 25,2 ans [Lesthaeghe, 1977, p.53].

4 Dans la mesure où des observations proches dans l’espace ont tendance à se ressembler, le lissage gaussien basé sur la distance peut renforcer cette ressemblance et exagérer ainsi les logiques spatiales du phénomène en question.

5 Pour un aperçu de l'évolution du découpage territorial belge, voir Vrielinck, [2000].

6 Pour la période concernée, seules les petites localités de Caggevinne et d’Assent ont été morcelées et redistribuées au-delà des nouvelles limites communales.

7 Il s’agit des petites communes de Baerle-Duc et d’Herstappe.

8 Image 10000000000000760000002F8017696B.jpgva = valeur attendue de l’indicateur ; vo = valeur observée de l’indicateur.

9 L’indicateur utilisé ici a été choisi pour sa simplicité, à titre illustratif. Il est toutefois affecté par les différences dans les structures par âge, et les résultats descriptifs doivent donc être nuancés. Bien entendu, d’autres indicateurs plus sophistiqués peuvent être calculés à partir des données du Mouvement, notamment en utilisant les structures par âge disponibles dans les recensements de la population tous les 10 ans.

10 Par souci de simplification, les unités du découpage territorial proposé sont appelées « communes » dans l’analyse descriptive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913)
Crédits Source : Mouvement de la Population et de l’État Civil.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées dans la commune de Suarlée (1886-1913) – moyennes mobiles sur 3, 5 et 7 ans
Crédits Source : Mouvement de la Population et de l’État civil.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3. Le découpage territorial proposé pour l’étude des données du Mouvement de la Population et de l’État civil
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 4. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913) selon le découpage territorial proposé - moyennes mobiles sur 3 ans
Crédits Source : Mouvement de la Population et de l’État civil
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5649/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 5. L’évolution de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées (1886-1913) en Belgique et dans ses régions
Crédits Source : Mouvement de la Population et de l’État civil.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5649/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6. La distribution spatiale de la proportion de femmes de moins de 25 ans sur le total des mariées
Crédits Source : Mouvement de la Population et de l’État civil.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5649/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rafael Costa, « Richesses et limites du Mouvement de la Population et de l’État civil pour l’étude démographique des zones rurales en Belgique », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 17 octobre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5649 ; DOI : 10.4000/eps.5649

Haut de page

Auteur

Rafael Costa

Aspirant FNRS
Centre de recherche en démographie et sociétés
Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org