Navigation – Plan du site
Articles

Dynamiques migratoires et patronymes

Étude sur quatre zones du sud-ouest de la France : Pays Basque, Béarn, Bigorre et Chalosse
Migration patterns and surnames – Study of four zones from Southwestern France: The Basque Country, Bearn, Bigorre and Chalosse
Anna Degioanni, Pierre Darlu, Frédéric Bauduer, José Salaberria et Beñat Oyharçabal

Résumés

Une enquête sur la mobilité en milieu rural au début du XXème siècle a été menée dans les Pyrénées occidentales, couvrant le Pays Basque, le Béarn, la Bigorre et la Chalosse. Un échantillon de plus de 1600 personnes regroupées en 351 groupes familiaux incluant enfants, parents et grands-parents a permis de quantifier les différentes migrations, celles entre lieux de naissance et d’habitation des parents et de leurs enfants, et celles entre lieux de naissance des époux. La pratique dialectale et sa transmission entre générations a également été prise en considération dans l’étude de ces migrations. Par comparaison avec la distribution des patronymes dans ces régions, les patronymes des personnes échantillonnées ont permis, grâce à la mise en place d’une nouvelle méthodologie, d’estimer les distances parcourues lors de ces migrations. Cette étude permet de conclure à une forte homogamie géographique qui s’atténue et une mobilité géographique qui s’accroit avec les générations les plus récentes, ces mouvements présentant des différences importantes selon les aires dialectales.

Haut de page

Texte intégral

A.D. et P.D. ont analysé les données et écrit l’article, FB et JS ont mené l’enquête sur le terrain et B.O. a coordonné l’action HIPVAL dans laquelle s’insère cette étude.

Introduction

1Que connaît-on sur la mobilité récente des personnes en Pays Basque et en Béarn ? De nombreux travaux ont rendu compte de l’importante émigration des Basques et des Béarnais au cours du XIXème siècle, sous l’effet d’une évolution sociologique et économique difficilement compatible avec le maintien de structures familiales et d’un mode d’héritage traditionnels [Bourdieu, 1962, 1972, 2002]. Les travaux anciens [Etcheverry, 1893 ; Lhande, 1907, 1908, 1909 ; Saint-Macary, 1939] ou plus récents [Etchelecou, 1991 ; Arrizabalaga, 2009], chez qui on pourra consulter une bibliographie plus complète, rendent bien compte de la réalité d’un mouvement de populations très spécifique à cette région. En effet, cette émigration ne se borne pas à l’exode rural tel qu’il est classiquement décrit au XIXème siècle et qui amenait à grossir directement les centres urbains. C’est aussi un mouvement de populations vers des destinations plus lointaines, comme l’Amérique du sud, en particulier l’Argentine, ou la Californie. Ces migrations intercontinentales ont été largement étudiées, depuis le milieu du XIXème siècle [Barrère, 1842)] jusqu’à nos jours [Arthuys de Charnizay, 1947 ; Douglass, 1971, 1975 ; Lavallé, 1995]. Actuellement, de nombreux sites sur internet rendent compte de l’activité déployée par la diaspora basque ou béarnaise pour maintenir vivant leur particularisme identitaire, et en premier lieu leur langue.

2Les méthodologies utilisées pour rendre compte des soldes migratoires reposent essentiellement sur les données de recensements établies pour diverses communes de la région, tenant compte, quand cela s’avère possible, de la spécificité géographique de ces communes (montagnardes ou en plaine), de leur taille et des conditions démographiques qui y règnent [Etchelecou, 1991]. Malgré leur intérêt évident, ces données ne sont pas assez précises pour éclairer sur l’origine des migrants et sur leur destination à grande ou moyenne échelle, même si elles permettent, en revanche, de préciser les causes de ces migrations, celles liées au système coutumier particulier de ces régions, comme le choix préférentiel du conjoint entre un ou une premier(e) né(e) et une ou un puîné(e), ou comme la transmission des biens en faveur de l'ainé(e) [Saint-Macary, 1942 ; Gratacos, 1987 ; Etchelecou, 1991 ; Darlu et al., 2001a].

3D’autres études préfèrent utiliser une stratégie se basant sur la description de généalogies familiales et sur le suivi des destins individuels dans des familles choisies dans différentes localités prises en exemples [Arrizabalaga, 1997 ; Bonnain-Dulon, 2011]. Ce travail de terrain a l’avantage de donner une description référencée des mouvements des individus, facilement croisée avec leurs possibles motivations ou avec leur situation familiale, sociale, économique ou professionnelle. En revanche, ce qui est gagné en élucidation des causes des migrations à un niveau local et avec une certaine profondeur temporelle est perdu en exhaustivité, en particulier au niveau de la diversité géographique des mouvements migratoires au cours des périodes récentes.

4La présente étude procède d’une méthodologie intermédiaire ou mixte, dans la mesure où elle se propose de faire un état de la dynamique migratoire à la fois à partir d’un échantillon de personnes, et non pas à partir de données populationnelles issues de recensements, et à partir d’histoires familiales, bien que sur des profondeurs temporelles moindre que celles des généalogistes.

5Nos enquêtes de terrain ont été menées simultanément en Pays Basque (français et espagnol), Béarn, Bigorre et sur le sud des Landes (Chalosse), dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire (HIPVAL). Les premiers résultats concernant la partie génétique de l’enquête ont été publiés en 2012 [Behar et al. 2012 ; Martinez-Cruz et al. 2012]. Le présent travail porte exclusivement sur les zones françaises, sur la seule exploitation des données familiales recueillies et sur les données anthroponymiques, ces dernières constituant une approche complémentaire aux indispensables enquêtes de terrain. Dans ce domaine anthroponymique propre aux Pyrénées, quelques travaux pionniers ont ouvert la voie [Darlu et al., 2001b ; Darlu et Oyharçabal, 2006]. Dans ce travail, il s’agit de décrire comment les fréquences patronymiques varient d’une région à l’autre, d’une zone dialectale à une autre, et d’une génération à la suivante sur une vaste zone des Pyrénées occidentales, et de tenter d’en inférer la direction et l’ampleur des migrations.

1 Matériels : individus, lieux et bases de données investigués

6La zone franco-espagnole des Pyrénées occidentales peut être subdivisée en 18 régions si l’on considère la classification des dialectes proposée par le Prince Louis-Lucien Bonaparte [Bonaparte, 1869] et si l’on y ajoute les aires circonvoisines non basques définies par des critères historico-linguistiques : Chalosse, Béarn, Bigorre, Aragon, Rioja, Burgos et Cantabrie [Broca, 1875]. Dans chacune de ces régions, 50 hommes âgés d’au moins 60 ans ont été échantillonnés, chacun d’eux ayant ses quatre grands parents originaires de la région étudiée, augmentant ainsi la probabilité de leur origine autochtone. La procédure utilisée pour cet échantillonnage conduit à sélectionner des personnes dont l’implantation régionale est garantie sur une certaine profondeur générationnelle. Cela conduit à restreindre les inférences possibles sur les migrations à celles observées dans le milieu rural de l’aire considérée. Un prélèvement sanguin destiné à récupérer l’ADN était effectué chez chaque personne (dénommée « Ego ») en même temps qu’un questionnaire était soumis comportant les informations suivantes : nom, lieu et date de naissance, lieu de résidence, dialecte parlé. Ces mêmes informations furent également recueillies pour les parents et pour le conjoint. La procédure de recherche a été validée auprès du Comité d’éthique de l’Institut Pasteur et du CHU de Bordeaux. Un consentement éclairé écrit a été accordé pour tous les participants.

7Le présent travail porte uniquement sur les régions de la partie française (voir figure 1). Il se base sur les données recueillies sur un échantillon de 351 hommes et de leurs ascendants. Les dialectes parlés ont été classés en dialectes appartenant à la langue basque (navarro-labourdin, bas navarrais, souletin), gasconne (parlé en Chalosse, Béarn et Bigorre) ou autres (français, espagnol …).

Figure 1. Régions linguistiques ou dialectales

Figure 1. Régions linguistiques ou dialectales

8L’unité géographique retenue pour ce travail est le canton. Les lieux de naissance et de résidence seront donc ceux des cantons dans lesquels ces lieux se situent. Cependant, en fonction de la commune de naissance, l’origine géographique de chaque personne a été classifiée en l’une des 6 régions dialectales : Labourd, Basse-Navarre, Soule, Béarn, Bigorre, Chalosse. Une septième classe, « Extérieur », regroupe toutes les autres zones, françaises ou espagnoles.

9La base patronymique de l’INSEE [INSEE, 1985] a servi de référence pour les données patronymiques. Elle se compose de l’ensemble des patronymes des personnes nées dans la période 1891-1915, par communes, et regroupés par cantons. Les données de cette base ne comportent que les personnes encore vivantes dans les années 1970. Pour éviter les biais que pourrait entrainer ce mode de recrutement, seules les fréquences des patronymes sont ici utilisées et non pas le nombre d’occurrence de chaque patronyme. On peut considérer, en effet, qu’il n’y a pas de mortalité différentielle selon le patronyme, si bien que les fréquences sont peu ou pas sensibles aux variations d’effectifs. Les données des départements 64, 65, 40 et 32 ont été utilisées pour cette étude.

2. Méthodes

2.1. Migrations géographiques et mobilité des unions

10Deux estimations différentes des taux de migrations géographiques locales sont proposées. La première est une estimation de la mobilité familiale. Elle repose sur l’observation des discordances entre les cantons de naissance ou les cantons de résidence des personnes échantillonnées. Il s’agit des discordances suivantes :

  • entre le canton de naissance de la personne échantillonnée (Ego) et son canton de résidence, d1 ;

  • entre le canton de naissance d’Ego et celui de sa conjointe, d2 ;

  • entre le canton de naissance d’Ego et de son père, d3 ;

  • entre le canton de naissance d’Ego et de sa mère, d4 ;

  • entre le canton de naissance du père et de la mère d’Ego, d5.

11Pour chaque comparaison, la discordance est de 0 ou de 1, selon que les cantons de naissance ou de résidence impliqués sont les mêmes ou sont différents. La moyenne est effectuée sur l’ensemble des comparaisons et les résultats sont présentés en fonction de l’aire dialectale de naissance d’Ego, de sa conjointe, de son père et de sa mère (Tableau 1).

Tableau 1. Mobilité individuelle estimée*

Tableau 1. Mobilité individuelle estimée*

* Mobilité individuelle estimée par la proportion d1 de personnes (Ego) dont le canton de résidence est différent du canton de naissance ; d2 dont le canton de naissance est différent de celui de la conjointe, d3, de celui du père, d4, de celui de la mère, d5, la proportion des pères et mères d’Ego dont les cantons de naissances sont différents. Les effectifs menant à ces proportions sont ensuite détaillées par régions dialectales. Les comparaisons entre les valeurs observées des d selon des différentes zones dialectales (excluant les origines extérieures, Ext) ont été testées par analyse de variance.

12Une représentation graphique de la mobilité cantonale est également proposée pour rendre compte du choix du conjoint selon le lieu de naissance. Il s’agit d’une représentation en réseau où les flèches (ou les boucles) relient le canton de naissance d’Ego au canton de naissance de sa conjointe. La flèche indique donc le canton dans lequel Ego a choisi sa conjointe, ou du moins là où elle est née. Dans ce réseau, ne sont représentées que les relations établies à l’intérieur des départements dans lesquels se situe l’enquête HIPVAL (Pyrénées-Atlantiques, Landes, Hautes-Pyrénées). La méthode de construction du réseau est celle proposée par Batagelj et Mrvar [2011], dite « Pajek » (figure 2).

Figure 2. Relations entre les cantons de naissance d’Ego et de sa conjointe par région dialectale

Figure 2. Relations entre les cantons de naissance d’Ego et de sa conjointe par région dialectale

2.2 Migrations géographiques et méthode patronymique

13L’ensemble des noms présents, ceux d’Ego, de sa conjointe, de ses parents et grands-parents, constitue un ensemble de 1192 noms différents (pour un ensemble de 1625 personnes). La plupart des noms ne sont donc portés que par une seule personne (« hapax »). Les noms les plus fréquents sont indiqués dans le tableau 2 et les données tirées du fichier INSEE des patronymes et de Darlu et Oyharçabal [2006] sont présentées pour comparaison.

Tableau 2. Liste des noms les plus fréquents, portés par au moins 6 personnes et correspondant à 1 % du nombre total de noms (N =1192)*

Tableau 2. Liste des noms les plus fréquents, portés par au moins 6 personnes et correspondant à 1 % du nombre total de noms (N =1192)*

* Cette liste est extraite de l’ensemble des noms, ceux d’Ego, de sa femme et de ses deux grands-parents maternels. 78,8 % des noms sont portés par un seul individu (hapax). Les fréquences (x103) de ces noms en Pays Basque, Béarn et Bigorre sont tirées de Darlu et Oyharçabal [2006].

14La méthode d’estimation des distances de migration se fonde sur la présence ou l’absence du patronyme d’Ego dans les différents cantons de l’aire considérée. Le nom d’Ego peut être présent exclusivement dans son canton de naissance et absent dans les 140 autres cantons. Dans ce cas et compte tenu du mode d’échantillonnage, on peut en conclure qu’Ego n’est pas un immigrant et qu’il se trouve bien dans son canton familial d’origine (Tableau 3 : « non immigrant »). Mais le nom d’Ego peut aussi être présent dans plusieurs cantons de l’aire considérée et à des fréquences variables. Dans cette situation, il n’est pas possible d’affirmer qu’Ego est ou n’est pas un migrant. S’il y a eu migration, elle est seulement locale (Tableau 3 : « immigration locale possible »). Enfin le nom d’Ego peut être totalement absent dans tous les autres cantons, y compris dans son canton de naissance. Dans ce cas il est nécessairement le résultat d’une « migration lointaine ».

Tableau 3. Estimation du statut migratoire*

 

Total

Non migrant

Migration locale

Migration lointaine

Chalosse

59

3

0,051

46

0,780

10

0,169

Labourd

29

8

0,276

13

0,448

8

0,276

Basse-Navarre

76

5

0,066

53

0,697

18

0,237

Soule

59

9

0,153

31

0,525

19

0,322

Béarn

62

7

0,113

35

0,565

20

0,323

Bigorre

49

2

0,041

30

0,612

17

0,347

Extérieur

17

0

-

0

-

17

1,000

Total

351

34

0,097

208

0,593

109

0,311

*Estimation du statut migratoire établi à partir des noms de famille, en distinguant les noms d’Ego i) attestés en plusieurs exemplaires, mais seulement dans les cantons de leur naissance (non migrant), ii) attestés dans au moins un des 140 cantons des départements 40, 64 et 65 (migration locale), et iii) les noms d’Ego absent de la base INSEE (migration lointaine).

15La méthode patronymique permet aussi d’estimer une distance moyenne de migration, pour toutes les personnes dont le nom se retrouve dans le fichier INSEE et qui figure parmi un ou plusieurs des 140 cantons de la région étudiée. La figure 3 donne les résultats de cette analyse en fonction de la région d’origine d’Ego. Cette nouvelle méthode d’estimation de la mobilité est fondée sur les distributions des noms d’Ego telles qu’elles peuvent être reconstruites à partir de la base INSEE pour la période 1891-1915. Il s’agit donc d’une estimation des distances moyennes de migration parcourues par les personnes portant le même patronyme qu’Ego dans son canton d’origine, entre la période 1891-1915 [INSEE] et leurs dates de naissance (entre 1909 et 1947).

16Supposons, hypothèse Hm, que Ego se soit installé dans le canton i après migration ou qu’il soit né dans le canton i après la migration de ses parents, donc supposons que lui ou ses parents sont originaires d’un autre canton k inconnu. La distance de cette migration, entre le canton i et k, peut être estimée à partir du patronyme s de Ego, de la distance géographique (ici à vol d’oiseau) gik entre le chef-lieu du canton i où la présence d’Ego est attestée (naissance ou résidence) et les divers chefs-lieux de cantons k où son patronyme s était également présent dans la période précédant la migration. Si fsk est la fréquence du patronyme s dans le canton k (fréquence calculée à partir du fichier INSEE pour la période antérieure allant de 1891 à 1915), alors on peut écrire la distance de migration, sous Hm, comme :

17La distance dsi est donc la distance entre le canton de naissance (ou de résidence) d’Ego et le centre de gravité du patronyme s dans l’espace considéré, ici limité aux départements des Landes (40), des Pyrénées-Atlantiques (64), du Gers (32) et des Hautes-Pyrénées (65) dans la période 1891-1915. Le choix du canton en tant qu’unité géographique implique que les migrations à l’intérieur d’un même canton ne sont pas prises en considération (distance de migration nulle par définition).

18Cependant, il reste à attribuer une valeur à la probabilité a priori de l’hypothèse Hm . On peut considérer que si le patronyme s est très fréquent dans le canton i où réside Ego, la probabilité qu’il soit un immigré venu d’un autre canton est plus faible que si ce patronyme y est rare. Dans ces conditions, il semble raisonnable de proposer une pondération, ωsi, soit (1- fsi)x, fsi étant la fréquence du patronyme s dans le canton i, et x un facteur puissance (ici égale à 1).

19L’estimation finale de la distance moyenne de migration pour un ensemble de N personnes échantillonnées dans un canton i, sachant que parmi ces N personnes, ns portent le patronyme s est :

20Les résultats sont représentés par la figure 3.

Figure 3. Estimation des distances log-normalisées de migration locale (troisième colonne du tableau 3) selon la région de naissance d’Ego*

Figure 3. Estimation des distances log-normalisées de migration locale (troisième colonne du tableau 3) selon la région de naissance d’Ego*

*Les différences sont significatives (ANOVA, p<0.0001). Les flèches signalent les différences significatives deux à deux (test de Bonferroni/Dunn). Un équivalent en kilomètres est proposé.

2.2. Mobilité dialectale

21Des mobilités ou « migrations » dialectales résultent de changements dans la pratique dialectale d’une génération à la suivante. Elles s’expriment également en terme de discordance ou distance, selon que le dialecte pratiqué par Ego est le même (valeur 0) ou différent (valeur 1) que celui pratiqué par le conjoint ou par ses parents.

Tableau 4. Coefficient de contingence C et proportion ( %) de personnes parlant le même dialecte

Assortiment dialectal %

Père/Mère

Ego/conjointe

Gascon

96,4

48,1

Labourdin

94,3

54,1

Bas-Navarrais

100,0

52,3

Souletin

98,4

61,5

Béarnais

91,7

44,6

Bigourdin

89,1

39,5

22Le tableau 4 montre le degré avec lequel les couples partagent le même dialecte. Le coefficient de contingence C est calculé sur les 6 dialectes. Le pourcentage est celui du nombre de couples pratiquant le même dialecte.

3. Résultats et discussion

23La liste des noms recueillis au cours de l’enquête ne présente pas de divergences notables avec les listes exhaustives établies dans le travail de Darlu et Oyharçabal [2006]. En effet, bien que le recouvrement géographique des deux listes ne soit pas total, les noms portés par au moins 6 personnes du tableau 2 figurent également parmi les 200 noms les plus fréquents relevés par ces auteurs. Ils restent géographiquement bien délimités. Par exemple, les noms ETCHEVERRY, ETCHEBARNE, GARAT ou IRIART sont clairement des noms basques, tandis que les CARRERE ou LABORDE sont plutôt localisés en Béarn ou Bigorre (patronymes « gascons »). Dans notre échantillon, la diversité patronymique se trouve être considérable, avec une proportion de noms portés par un seul individu très élevée (hapax : 78.8 %). Cet élément atteste de la bonne qualité de l’échantillon (absence d’apparentement).

24L’objectif, dans la répartition géographique de notre échantillon, a été d’équilibrer, autant que le permettent les contraintes de terrain, les effectifs entre les 6 grandes régions dialectales. La distribution de ces effectifs par rapport aux cantons est indiquée sur la carte de la figure 1. Trente cantons sont représentés, chacun d’eux par au moins deux personnes. Trois cantons, Amou (Chalosse), Mauléon-Licharre (Soule) et Saint-Jean-Pied-de-Port (Basse-Navarre), sont sur- représentés.

25La première observation porte sur la mobilité d’Ego telle qu’on peut l’estimer par la discordance entre son canton de naissance et son canton de résidence. De ce point de vue, il existe un fort contraste entre le Pays Basque et les trois autres régions (Béarn, Bigorre, Chalosse). Cette discordance est particulièrement faible dans ces trois dernières régions, révélant une certaine stabilité résidentielle des personnes qui y sont nées, phénomène que l’on ne retrouve pas aussi marqué en Pays Basque. La différence entre les discordances de ces deux zones est très significative (d1 = 0,130 versus 0,365, p<0.0001). L’analyse peut être poussée plus loin. En effet, si les déplacements du lieu de naissance au lieu de résidence sont faibles pour les trois aires non basques, ils s’effectuent toujours à l’intérieur de la même zone dialectale. Ainsi, sur les 47 personnes (Ego) nés en Bigorre, seule une personne possède sa résidence hors de Bigorre, en Soule en l’occurrence. De même, sur les 62 personnes nées en Béarn, une seule a quitté cette zone pour aller résider en Basse Navarre. Cette absence de migration hors de son aire dialectale ne s’observe pas en Pays Basque. Non seulement cette mobilité est plus importante (entre 0,286 pour le Labourd et 0,463 pour la Basse-Navarre), mais elle ne se fait pas strictement dans le même espace dialectal, à la différence de la Bigorre, du Béarn ou de la Chalosse. Ainsi sur les 42 personnes nées en Labourd, seulement 30 y résident, alors que 11 ont migré et se sont installées en Basse-Navarre ou en Soule (voir tableau 2) ; sur les 60 personnes nées en Soule, 13 ont choisi d’aller résider en Basse-Navarre et une en Béarn.

26L’enquête permet également d’estimer la mobilité à la génération précédente, celle des parents d’Ego, en analysant la discordance entre les cantons de naissances d’Ego et ceux de son père ou de sa mère. Cette mobilité est relativement faible, en particulier pour les pères nés en Labourd (d3 =0,135) et en Béarn (d3 =0,085). Dans ces aires dialectales, les pères n’ont probablement pas quitté leur canton de naissance, celui où ils ont également donné naissance à leur fils. En revanche, les mères viennent le plus souvent de cantons différents, bien que pratiquement toujours de la même région dialectale. De ce fait, il n’est pas étonnant que la discordance entre le canton de naissance d’Ego et de sa mère soit plus élevée, bien que très voisine, de celle existant entre le canton de naissance d’Ego et de son père. La Bigorre fait exception. Dans cette région, le lieu de naissance d’Ego se trouve plus souvent, mais de façon non significative, dans le canton de naissance de la mère que dans celui du père.

27Comme les lieux de naissance des Ego et de leurs conjoints ont été renseignés, de même que ceux de leur père et de leur mère, il est possible d’apprécier le degré d’endogamie géographique sur deux générations successives, celle d’Ego et celle de ses parents. La figure 2 en donne une représentation en réseau pour la génération des Ego. On y voit que les passages d’une aire dialectale à une autre sont plutôt rares, exceptés entre les différentes aires basques et le Béarn. Le choix de l’épouse se fait, dans plus de la moitié des cas, dans un canton différent, comme en témoigne les valeurs de d2 (discordance entre les cantons de naissances d’Ego et de son épouse). C’est également le cas à la génération précédente, avec des valeurs de d5 élevées, entre le canton de naissance du père et celui de la mère d’Ego. Ces discordances ne sont pas significativement différentes selon les aires dialectales. En revanche, elles sont bien plus grandes pour la génération d’Ego que pour celle de ses parents (p =0,005). Clairement, la nouvelle génération va chercher l’épouse plus souvent en dehors de son canton de naissance que la génération précédente et, dans 28,3 % des cas, hors de sa région dialectale au lieu de seulement 11,3 % pour la génération des pères. Ainsi, les hommes nés en Basse-Navarre choisissent leurs épouses parmi celles qui sont nées dans le même canton dans 31,4 % des cas et, en Basse-Navarre, dans 66 % des cas, ces proportions étant de 41,4 % et de 73 % respectivement à la génération de leur père. Il y a donc bien un important élargissement du cercle de mariage entre l’ancienne et la nouvelle génération, élargissement qui se produit dans toutes les régions dialectales.

28Si l’on en reste à la dernière génération, on peut remarquer que les couples dont les deux membres sont nés dans le même canton résident également dans ce même canton dans la majorité des cas (48 %), et seulement dans 7 % des cas dans des cantons différents. En revanche lorsqu’Ego et sa femme ne sont pas nés dans le même canton, ils vivent dans le canton de naissance de cette dernière dans seulement 6 % des cas contre 39 % dans un autre canton. Les couples ont donc tendance à s’installer dans le canton de naissance du mari et ne s’installent dans le canton de l’épouse que dans un nombre très réduit de cas.

29Les travaux comparables sur les taux d’endogamie géographique dans ces régions sont relativement rares, surtout en Pays Basque à notre connaissance. En revanche, les données sont plus nombreuses en Béarn. On peut relever le travail de Fernet et al. [1975] sur trois villages de la vallée de l’Ouzom, pour lesquels les taux de mariages endogames diminuent également avec le temps, passant de 41 % entre 1919 et 1944 à 26 % entre 1944 et 1972, pour le village d’Arthez d’Asson et de 68 % à 36 %, pour les mêmes dates, à Arbeost. Marquer [1979] note aussi sur plusieurs villages béarnais divisés en villages de vallée et villages de plaine, un taux d’endogamie de 91 % et 77 % respectivement, pour la génération des parents, taux qui s’abaissent à 50 % et 40 % à la génération des enfants. Bourdieu [1972], dans son étude de la société paysanne en Béarn, donne des statistiques comparables. Il note qu’entre 1871 et 1884, les mariages entre natifs de la commune sur laquelle il a travaillé représentaient 48 % du nombre total de mariage, mais que ce taux s’abaisse à 40 % entre 1941 et 1960 tandis que les mariages avec conjoints de l’extérieur s’accroissent. Les présentes statistiques, établies sur une plus large aire géographique, confortent donc celles qu’il a pu publier dans un seul village il y a près de 30 ans, pour des périodes assez semblables. Plus récemment, le travail de Dugène et Bauduer [2012], portant sur le village de Béost en Vallée d’Ossau, montre au XIXème siècle la présence d’une endogamie de village de 57,5 % et d’une endogamie de vallée de 92,4 %

30L’utilisation des patronymes permet également de faire quelques inférences sur les mouvements de population. Sur les régions du Pays Basque, du Béarn et de la Bigorre, les patronymes notés sur l’ensemble de ces territoires avaient déjà été utilisés pour rendre compte des migrations entre ces trois régions [Darlu et Degioanni, 2001]. Dans le présent travail, seule la liste des noms d’Ego a été utilisée et comparée à la liste des patronymes de l’INSEE dont les fréquences ont été calculées par canton. Le tableau 3 résume les résultats. Le Labourd est la région dialectale où se trouve la plus large proportion de patronymes d’Ego qui ne se retrouvent que dans le canton d’Ego. Les noms d’Ego de ces cantons y sont donc caractéristiques, puisqu’ils n’apparaissent pas ailleurs. C’est donc que 27,6 % des labourdins échantillonnés ne sont pas des migrants, mais bien des habitants originaires de leur canton, probablement depuis plusieurs générations. Cette proportion est plus faible en Soule (15,3 %) et en Béarn (11,3 %), et pratiquement négligeable pour la Chalosse et la Basse Navarre. En ce qui concerne les noms d’Ego dont on ne trouve pas la trace dans les 140 cantons de l’étude, on peut considérer qu’ils sont de véritables immigrants. Leurs proportions ne sont pas très différentes entre les diverses régions, bien qu’on observe un certain contraste entre la Chalosse et la Bigorre. Globalement, ces migrations dites « lointaines » concernent entre 17 % et 35 % des personnes de notre échantillon.

31En revanche, pour les personnes dont les noms se retrouvent dans les données de référence de l’INSEE parmi un ou plusieurs des 140 cantons de la région étudiée, la méthode décrite plus haut permet de proposer une estimation des distances à la migration. Les Souletins sont ceux dont la distance à l’immigration serait la plus faible, les Bigourdans ceux dont cette distance serait la plus grande. Globalement, les Basques sont ceux dont la mobilité géographique se serait effectuée sur les plus courtes distances par rapport aux non basques (p<0.001) (figure 3). Dans le cas du Béarn, et plus précisément dans le cas du village d’Esquirre [Bourdieu, 1962, 2002], l’aire matrimoniale, c'est-à-dire la distance à laquelle le conjoint ou la conjointe va chercher sa ou son partenaire, se situait aux environs de 15 km, aussi bien à la fin du XIXème siècle (1871-1884) qu’au milieu du XXème siècle (1941-1960). Ceci démontre une grande stabilité au fil du temps. Cette aire matrimoniale reste donc majoritairement dans l’espace cantonal. Dans l’actuel échantillon, et par cette nouvelle méthode patronymique, ce qui est estimé concerne les distances moyennes que les hommes qui ont immigré ont dû parcourir pour donner naissance à leur fils Ego, ou la distance parcourue par Ego vers son lieu de résidence (en fait, ces deux distances restent très proches et non significativement différentes). Nos résultats sont donc d’une autre nature que ceux donnés par Bourdieu, mais ils indiquent cependant que si la mobilité occasionnée par la recherche du conjoint est de l’ordre de 15 km, celle des immigrants s’effectue sur une distance bien plus grande, en moyenne, de l’ordre de 50 km pour les hommes immigrants dans des cantons non basques et de l’ordre de 20 km pour ceux qui immigrent dans des cantons basques (figure 3).

32Enfin, puisque les personnes interrogées ont pu informer sur leur pratique dialectale, nous avons pu vérifier que Ego et sa conjointe partageaient le même dialecte dans 71 % des cas (avec un coefficient de contingence de C =0,852), alors que cette proportion était nettement plus élevée à la génération des parents d’Ego : 97,8 % (C =0,926). Si la différence entre génération s’avère importante, on peut également remarquer que le partage d’une même forme dialectale au sein d’un couple, du moins chez ceux qui en pratiquent une, est statistiquement plus fréquent quand il s’agit de basque que de langue d’Oc (Tableau 5)

Tableau 5. Proportion ( %) de couples parlant le même dialecte parmi ceux qui en pratiquent un

Assortiment dialectal %

Père/Mère

Ego/conjointe

Gascon

96,4

48,1

Labourdin

94,3

54,1

Bas-Navarrais

100,0

52,3

Souletin

98,4

61,5

Béarnais

91,7

44,6

Bigourdin

89,1

39,5

33La raison de cette baisse de la pratique du même dialecte au sein des couples de la génération actuelle est à rechercher à la fois dans l’élargissement du cercle de mariage et dans une perte de l’usage du dialecte face à la pression de la langue officielle. Cette dérive vers une perte progressive de l’usage du dialecte dans les familles n’est pas propre à cette région. La même tendance, peut-être irréversible, a été notée par exemple en Italie dans les Pouilles [Gaillard-Corvaglia, 2011]. Il faut néanmoins remarquer qu’en région basque, la perte de cette pratique semble se ralentir. Enfin, comme le même dialecte est très généralement pratiqué chez les couples de la génération des parents, il n’est pas étonnant que l’on ne puisse pas établir si Ego a une préférence pour la pratique du dialecte du père ou de celle de la mère. De fait, l’identité entre le dialecte pratiqué par Ego et par son père est tout à fait comparable à celle observée entre le dialecte pratiqué par Ego et par sa mère (0,984 et 0,975 respectivement).

Conclusion

34Avant de conclure, sans doute faut-il d’abord insister sur les caractéristiques de cette enquête qui porte sur un large échantillon de familles connues sur 3 générations et dont les origines sont locales. De ce fait, la dynamique migratoire que l’on détecte est la migration locale, sans pouvoir préciser les origines des émigrations et/ou immigrations « externes » (vers ou depuis le reste de la France, l’Espagne, l’Amérique…). Il faut également souligner que les causes des migrations ne sont pas explicitement analysées, bien que la prise en compte des systèmes coutumiers propres au Pays Basque et au Béarn, s’ils étaient encore véritablement actifs [Darlu et al., 2001], pourraient fournir des pistes d’explications. Par exemple, dans le cas où Ego et son père sont nés dans deux localités différentes, il serait intéressant de pouvoir préciser si le père a migré dans la commune de naissance de son fils parce qu’il était puîné.

35De l’analyse du corpus de données, il apparaît que les migrations à l’intérieur de l’espace de l’ouest-pyrénéen restent relativement limitées, bien qu’une évolution importante, avec un élargissement du cercle de mariage et une certaine implantation de nouveaux arrivants dans chacun des cantons, se soit produite entre les deux générations sur lesquelles ont porté nos investigations, c'est-à-dire entre le début et le milieu du XXème siècle. Ces migrations ainsi détectées ne peuvent pas être considérées comme participant à l’exode rural vers les grandes agglomérations tel qu’il est classiquement décrit pour les régions rurales au XIXème et au début du XXème siècle. En effet, l’échantillon a été constitué de façon à ce que chaque individu ait une profondeur généalogique suffisante et un lien stable avec ses origines dialectales. C’est donc les mouvements de la société rurale qui sont ainsi mis à jour, avec une forte homogamie géographique, bien que glissant, avec le temps, d’une homogamie cantonale à une homogamie plus large couvrant une aire dialectale. Ces micro-mobilités se révèlent assez différentes selon les régions. Elles sont plus réduites pour ceux qui sont nés en Pays Basque, les mouvements s’y restreignant le plus souvent à l’intérieur des frontières dialectales basques. Cela est vérifié aussi bien à propos des stratégies matrimoniales, surtout au début du XXème siècle, que pour les mobilités résidentielles de la génération actuelle. Cependant, les disparités régionales observées à la génération des parents tendent à s’atténuer à la génération des enfants. Bien qu’il soit difficile de faire des pronostics précis sur ce que seront les mouvements de populations à l’avenir, il est probable que le processus d’homogénéisation ne fasse que s’accentuer, le particularisme dialectal s’amenuisant peu à peu.

Haut de page

Bibliographie

Arrizabalaga M.P. (1997), Structures familiales et destins migratoires à Sare au XIXème siècle, Lapurdum, 2, pp. 50-69.

Arrizabalaga M.P. (2009), « Basque Migration and Inheritance in the Nineteenth Century », in A. Steid, J. Ehmer, S. Nadel, H. Zeitlhofer (eds.), European Mobility, V&R unipress (Göttingen), pp. 135-150.

Batagelj V., Mrvar A. (2011), Pajek – Program for Large Network Analysis, Home page: http://vlado.fmf.uni-lj.si/pub/networks/pajek/).

Barrère B. (1842), Émigration à Montevideo et à Buenos aires, Pau, E.Vignancour, 51 p.

Behar D., Harmant C., Manry J., Van Oven M., Haak W., Martinez-Cruz B., Salaberria J., Oyharçabal B., Bauduer F., Comas D., Quintana-Murci L., (2012), The Basque Paradigm : Genetic Evidence of a Maternal Continuity in the Franco-Cantabrian Region since Pre-Neolithic Times, The American Journal of Human Genetics, vol. 90, no. 3, pp. 486-493.

Bonaparte L.L. (1869), Cartes des sept provinces basques montrant la délimitation actuelle de l’euscara et sa division en dialectes et variétés (1863), Londres.

Bonnin-Dulon R. (2011), Contrats de mariage et migration des filles au XIXème siècle dans les Pyrénées, Annales de démographie historique, 1, pp. 49-68.

Bourdieu P. (1962), Célibat et condition paysanne, Études rurales, 5-6, pp. 32-135.

Bourdieu P. (1972), Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 4-5, pp. 1105-1127.

Bourdieu P. (2002), Le bal des célibataires. Crise de la société paysane en Béarn, Collection Essai Le Point, Paris, Éditions du Seuil, 268 p.

Broca P. (1875), Sur l’origine et la répartition de la langue basque, Ernest Leroux, Paris.

Arthuys de Charnisay (D’) H. (1947), L’émigration Basco-Béarnaise en Amérique, Thèse de Droit, dactylographiée, Paris, 1947.

Darlu P., Hochez J., Jakobi L. (2001), Le choix du conjoint, entre mythe et réalité : l’exemple de la vallée de l’Ouzom en Béarn (France) depuis le XVIIIème siècle, Bulletin et Memoires de la Société d‘Anthropologie de Paris, Nouvelle série, 6 (3-4), pp. 199-213.

DARLU P., A. DEGIOANNI, Jakobi. L. (2001), Les cloisonnements dans les Pyrénées Occidentales. Évolution du XIXème siècle à nos jours », In G. Brunet, P. Darlu et G. Zei (Eds), Le patronyme : Histoire, anthropologie, société, CNRS-Éditions, pp. 173-187.

Darlu P., Oyharçabal B. (2006), Distribution des patronymes et structure des populations dans les Pyrénées occidentales, Lapurdum, (XI), pp. 137-165. http://lapurdum.revues.org/266

Douglas W.A., (1971), Rural exodus in two Spanish-Basque villages: a cultural explanation, American Anthropology, 73 (2), pp. 1100-1114.

Douglas W.A., Bilbao J. (1975), Amerikanuak, Basques in the New World, Reno. University of Nevada Press, 519 p.

Dugène J.P., Bauduer F. (2012), Marriage patterns in the Western French Pyrenees during the 1800-1899 period: data from the village of Beost (Ossau Valley, Béarn), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (in press).

Etchelecou A. (1991), Transition démographique et système coutumier dans les Pyrénées occidentales, Travaux et documents, Cahier n° 129, INED, Paris, Puf, 260 p.

Etcheverry L. (1893), L’émigration dans les Basses-Pyrénées pendant soixante ans, Revue des Pyrénées, pp. 509-520.

Fernet P., Jaquard A., Jakobi L. (1975), Mariages et filiations dans la vallée pyrénéenne de l’Ouzom depuis 1744, Population, n° spécial (novembre), pp. 187-196.

Gaillard-Corvaglia A. (2009), De la cladistique à la linguistique : une étude appliquée aux dialectes Italo-Romans Méridionaux et Salentins, Thèse de doctorat de l’Université Paris II, 238 p.

Gratacos (I.), (1987), Fées et gestes. Femmes pyrénéennes : un statut social exceptionnel en Europe, Toulouse, Privât Ed., 239 p.

INSEE, (1985), Registre français des noms patronymiques.

Lavallé B. (1995) (éd.), L’émigration aquitaine en Amérique Latine au XIXème siècle, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques, 347 p.

Lhande P. (1907), L’émigration basque, Revue international des études basques, pp. 609-616.

Lhande P. (1908), L’émigration basque, Revue international des études basques, pp. 95-103 ; 239-249 ; 438-455.

Lhande P. (1909), L’émigration basque, Revue international des études basques, pp. 79-100.

Marquer P. (1979), Endogamie, exogamie et variations de la stature et de l’indice céphalique dans la population béarnaise (Pyrénées –Atlantiques), Bulletin et Mémoires de la Société d‘Anthropologie de Paris, 6(6-3), pp. 333-342.

Martínez-Cruz B., Harmant C., Platt D., Haak W., Manry J., Ramos-Luis E., Soria-Hernanz D., Bauduer F., Salaberria J., Oyharçabal B., Quintana-Murci L., Comas D. (2012), Evidence of pre-roman tribal genetic structure in Basques from uniparentally inherited markers, Genographic Consortium, Molecular Biology and Evolution, 29(9), pp. 2211-2222.

SAINT-MACARY J. (1939), La désertion de la Terre en Béarn et dans le Pays Basque, Bordeaux-Pau, Lescher-Moutoué ed., 157 p.

Saint-Macary J. (1942), Les régimes matrimoniaux en Béarn avant et après le code civil, Pau, Marrimpouey Ed.,198 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Régions linguistiques ou dialectales
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 1. Mobilité individuelle estimée*
Légende * Mobilité individuelle estimée par la proportion d1 de personnes (Ego) dont le canton de résidence est différent du canton de naissance ; d2 dont le canton de naissance est différent de celui de la conjointe, d3, de celui du père, d4, de celui de la mère, d5, la proportion des pères et mères d’Ego dont les cantons de naissances sont différents. Les effectifs menant à ces proportions sont ensuite détaillées par régions dialectales. Les comparaisons entre les valeurs observées des d selon des différentes zones dialectales (excluant les origines extérieures, Ext) ont été testées par analyse de variance.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 2. Relations entre les cantons de naissance d’Ego et de sa conjointe par région dialectale
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 2. Liste des noms les plus fréquents, portés par au moins 6 personnes et correspondant à 1 % du nombre total de noms (N =1192)*
Légende * Cette liste est extraite de l’ensemble des noms, ceux d’Ego, de sa femme et de ses deux grands-parents maternels. 78,8 % des noms sont portés par un seul individu (hapax). Les fréquences (x103) de ces noms en Pays Basque, Béarn et Bigorre sont tirées de Darlu et Oyharçabal [2006].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-5.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-6.png
Fichier image/png, 1,4k
Titre Figure 3. Estimation des distances log-normalisées de migration locale (troisième colonne du tableau 3) selon la région de naissance d’Ego*
Légende *Les différences sont significatives (ANOVA, p<0.0001). Les flèches signalent les différences significatives deux à deux (test de Bonferroni/Dunn). Un équivalent en kilomètres est proposé.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5619/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Degioanni, Pierre Darlu, Frédéric Bauduer, José Salaberria et Beñat Oyharçabal, « Dynamiques migratoires et patronymes », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 17 octobre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://eps.revues.org/5619 ; DOI : 10.4000/eps.5619

Haut de page

Auteurs

Anna Degioanni

UMR 7269
CNRS-MMSH
LAMPEA
Aix-en-Provence cedex 2

Pierre Darlu

UMR7206 Eco-Anthropologie et ethnobiologie
MNHN-CNRS
Université Denis Diderot
CP135, 57 rue Cuvier
75231 Paris Cedex 05
darlu@mnhn.fr

Frédéric Bauduer

Unité d’Anthropologie biologique
Laboratoire de génétique humaine
Université Victor Segalen
Bordeaux

José Salaberria

UMR-CNRS IKER
Bayonne
France

Beñat Oyharçabal

UMR-CNRS IKER
Bayonne
France
darlu@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org