Navigation – Plan du site
Articles

Environnement, structures sociales et régime démographique

La Dombes du XVIIIème au début du XXème siècle
Environment, Social Structures and Demographic Regime. The Dombes from the 18th to the Beginning of the 20th Century
Guy Brunet

Résumés

La petite province de Dombes, située au nord de la ville de Lyon, était couverte de nombreux étangs artificiels. Cette région humide connaissait également une forte mortalité et de nombreux auteurs du XVIIIème et du XIXème siècle ont établi un lien de causalité entre ces deux paramètres. L'environnement a par la suite évolué, avec l'assèchement de nombreux étangs dans la seconde moitié du XIXème siècle, puis la remise en eau de certains au début du XXème siècle. Cet article propose un examen en parallèle des conditions environnementales, des structures sociales et du régime démographique local, afin de percevoir les liens et les interactions entre ces différents paramètres qui ont fortement évolué au cours des trois derniers siècles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les nombreuses études menées sur des paroisses rurales au cours des décennies précédentes ont permis de montrer la diversité des systèmes et des régimes démographiques. Un régime démographique correspond à la synthèse des paramètres que sont la nuptialité, la fécondité, la mortalité et la mobilité géographique, sachant que ces paramètres sont liés et interagissent mutuellement. Bien entendu, ces régimes démographiques ne sont pas statiques et évoluent dans le temps en fonction, par exemple, de la modification du niveau de mortalité ou de fécondité. Comme le souligne M. Garden, « la signification du système démographique ne peut se définir indépendamment du contexte social, économique, juridique dans lequel il est étudié » (1996, VII). Après quelques décennies marquées par d'intenses recherches monographiques, il a été possible de présenter un portrait contrasté des comportements démographiques en France, en fonction de la localisation géographique, avec des contrastes entre les régions et entre plaines et montagnes [Dupâquier, 1986]. Les régions humides, et en particulier les zones d'étangs, partagent souvent des particularités qui les différencient nettement des autres régions. Par exemple, le travail sur Sérignan, paroisse située dans une région de marais salants en Languedoc, avait mis en évidence la forte mortalité et établi un lien avec les conditions environnementales [Molinier, 1968]. La recherche menée sur la paroisse de Sennely en Sologne avait intégré dans l'analyse l'importance des structures sociales [Bouchard, 1972]. Malheureusement, peu d'études menées dans un cadre monographique analysent, dans le temps long, la question de la relation entre les hommes et leur environnement, tout en tenant compte des structures sociales et en tentant de percevoir les relations entre ces différents éléments et la chronologie des évolutions les affectant. Dans cet article, nous proposons de mettre en relation l'environnement, les structures sociales et le régime démographique dans une région d'étangs relativement peu connue, la Dombes. Cette petite province, composée d'une soixantaine de paroisses, est située à quelques dizaines de kilomètres au nord-est de la ville de Lyon, et est caractérisée par la présence de nombreux étangs, pour la plupart artificiels. Une originalité de cette région est que les conditions environnementales ont été plusieurs fois modifiées au cours des siècles, et que la présence des étangs, accusés de provoquer une forte mortalité, a été l'objet de très vifs débats.

  • 1 Ce sont 8 700 actes de baptême et naissance, 2 300 actes de mariage et 9 800 actes de sépulture et (...)
  • 2 De nombreux registres paroissiaux de la Dombes ont été rendus inutilisables à cause de la colle, à (...)
  • 3 Parmi ces documents, citons le cadastre napoléonien dressé en 1833, les rôles d'imposition, les arc (...)

2Cette recherche prend appui sur le dépouillement systématique des registres paroissiaux et d'état civil de cinq paroisses qui constituaient la Châtellenie de Saint Trivier, pour la période 1720-18701, et de comptages pour la période 1870-1910. Au sein de la Dombes, les cinq paroisses de la Châtellenie de Saint Trivier ont été choisies car elles présentaient des caractéristiques a priori intéressantes. D'une part, les registres anciens ont été bien conservés, sachant que les pertes sont nombreuses dans cette région2. D'autre part, les premiers comptages avaient fait apparaître le haut niveau de la mortalité. En outre, la présence des étangs y était importante, notamment avec le « Grand Étang » qui jouxtait les murs du chef-lieu de la Châtellenie. Enfin, la population était relativement importante (de 1200 à 1800 habitants selon les époques), ce qui n'est pas le cas de la plupart des paroisses de la Dombes des étangs. Les actes dépouillés ont été couplés entre eux de manière à suivre au plus près la constitution des familles, selon la méthode préconisée par Michel Fleury et Louis Henry [1956]. L'exploitation de nombreux autres documents de nature économique et fiscale3, de même qu'une revue des travaux publiés au XIXème siècle et de la première moitié du XXème siècle, permettent de reconstituer les débats qui se sont succédé au fil de deux siècles.

3Ainsi, ce texte propose une confrontation entre les faits démographiques, mesurés avec les méthodes statistiques ad hoc, les structures sociales, les conditions environnementales et les débats auxquelles celles-ci ont donné lieu. Après avoir décrit les spécificités de l'environnement et les controverses les entourant ainsi que les structures sociales et les conditions de vie, nous tenterons de mesurer en quoi et dans quelle mesure le système démographique se modifie en fonction des évolutions connues par les paramètres précédents. Notamment, l'étude fine de la chronologie peut permettre de déceler dans quelle mesure la forte mortalité locale est liée aux structures sociales et/ou aux conditions environnementales qui se modifient à plusieurs reprises au cours de la période étudiée.

1. Un environnement en évolution et au cœur des débats

4La principale caractéristique, qui donne à la Dombes son identité, est la présence de très nombreux étangs. Encore faut-il distinguer, parmi la soixantaine de paroisses qui composent la province, deux micro-régions qui présentent des caractéristiques contrastées. D'une part, quelques paroisses sont situées dans une plaine assez fertile bordée par la rivière Saône. Dans ces paroisses, les sols permettent des productions agricoles diversifiées et des pâtures autorisant un élevage bovin s'y développent dès le XVIIIème siècle. Pratiquement aucun étang n'existe dans ces paroisses, et au XVIIIème siècle la mortalité n'y était pas plus élevée que dans les régions voisines que sont la Bresse et le Beaujolais. D'autre part, la majorité des paroisses de la Dombes sont situées sur un plateau au sol plus pauvre qui domine de quelques dizaines de mètres seulement les vallées fluviales : à l'ouest celle de la Saône déjà citée, au sud celle du Rhône et à l'est celle de l'Ain. Le plateau est ainsi séparé sur trois côtés des vallées environnantes par les côtières de la Saône, du Rhône et de l'Ain, la limite nord avec la Bresse étant moins marquée (figure 1). Dès le Moyen Âge, des communautés religieuses ont créé sur ce plateau peu densément peuplé des étangs artificiels de manière à produire localement des poissons pour alimenter le marché lyonnais. En effet, la ville de Lyon, une des plus importantes du Royaume de France, est éloignée de toute frontière maritime, et ses habitants ne pouvaient se procurer ces aliments alors que le nombre de jours maigres était important. Le nombre de ces étangs augmenta progressivement jusqu'au XVIIIème siècle, notamment parce que leur rendement économique était nettement supérieur à celui provenant de l'exploitation agricole de sols ingrats. Dans une douzaine de paroisses, qui formaient ce qu'on appelait à l'époque « la Dombes inondée », les étangs couvraient jusqu'au tiers de la superficie. Certaines fermes isolées, et même quelques hameaux, se trouvaient pratiquement cernés par les eaux et on ne pouvait y accéder que par des chemins boueux parfois impraticables.

Figure 1. Schéma de localisation de la Dombes

Figure 1. Schéma de localisation de la Dombes

Brunet, août 2013.

1.1. Les étangs au cœur de la controverse sanitaire

5Á partir du milieu du XVIIIème siècle, les étangs, dont ceux de la Dombes, se trouvèrent au centre d'une polémique : pour certains médecins et fonctionnaires, il fallait lutter contre les vapeurs qui s'élevaient des marais et corrompaient l'atmosphère. Á cette époque, des travaux d'assèchement, donnant des résultats mitigés, ont eu lieu notamment en Auvergne et en Languedoc [Fournier, 2010]. Concernant la Dombes en particulier, de nombreuses voix s'élevèrent, notamment parmi la bourgeoisie locale et lyonnaise, pour dénoncer l'insalubrité dont ces étangs auraient été responsables. Ces bourgeois, qui ne détenaient pratiquement aucune propriété foncière en Dombes, commencèrent à développer tout un discours sur l'hygiène et l'insalubrité. Cette position se retrouve notamment dans les cahiers de doléances de certaines paroisses de la Dombes présentés aux députés lors des États généraux de 1789. En suite de cela, plusieurs textes officiels, dont une proclamation royale du 20 août 1789, une loi du 5 juin 1791 ou une autre du 11 septembre 1792, furent publiés mais restèrent pratiquement sans effet [Guigue, 1857 ; Gallois, 1892]. Dans les années 1820-1830, quelques étangs, parmi les moins profonds et dotés de bords marécageux, ont tout de même été asséchés. Tel est le cas notamment du Grand Étang, d'une superficie de 50 hectares, qui se trouvait en bordure immédiate des maisons du bourg de Saint Trivier et qui a été asséché en 1830. Ces étangs, qualifiés de « brouilleux », étaient considérés comme particulièrement insalubres.

Tableau 1. Répartition des terres vers 1830 dans 42 communes formant la « Dombes insalubres », selon M. Dubost

Superficies (en hectares)

Proportions

Étangs

15 354 ha

20,20 %

Bois

12 492 ha

16,50 %

Terres arables

32 382 ha

42,70 %

Prés

7 662 ha

10,10 %

Pâturages

4 967 ha

6,20 %

Cours, chemins, bâtiments

3 331 ha

4,40 %

Total

78 888 ha

100,00 %

  • 4 Soulignons que la superficie occupée par les étangs est bien plus importante en Dombes qu'en Sologn (...)

6Selon les données établies par l'ingénieur M. Dubost, dans les années 1830, les étangs couvraient encore un cinquième de la superficie de la « Dombes inondée » qui regroupe les communes comportant le plus grand nombre d'étangs (tableau 1). Mais ces étangs procuraient plus du tiers des revenus agricoles [Dubost, 1859]. On peut considérer que la région vit encore à cette époque dans un système agricole ancien, et que les signes de modernité observés dans les régions voisines, Bresse et Val de Saône, sont encore inconnus dans la Dombes des étangs4.

  • 5 Voir par exemple Puvis [1851]. A contrario, il faut souligner la rareté des écrits considérant que (...)
  • 6 Le terme de miasme désigne à la fois un air de mauvaise qualité et des maladies que cet air est sup (...)
  • 7 L'analyse du mouvement saisonnier de la mortalité montre effectivement une forte augmentation de la (...)
  • 8 Des descriptions du même ordre se retrouvent en Sologne. Voir notamment Bouchard [1972] et Sajaloli (...)

7Dès le début du Second Empire, la polémique sur l'insalubrité des étangs reprend vigueur. Elle est menée notamment par des médecins, influencés par la « théorie des miasmes », qui considèrent que l'évaporation estivale des plantes en décomposition est responsable du mauvais état de santé de la population. Les écrits sont alors très nombreux pour dénoncer les méfaits de l'environnement humide5. Citons un des premiers du XIXème siècle qui constitue une matrice pour de nombreux textes ultérieurs : « Un teint pâle et livide, l'œil terne et abattu, les paupières engorgées (…), des épaules étroites, des poitrines resserrées (…), une peau toujours sèche ou inondée de sueurs débilitantes, une démarche lente et pénible, et tout l'appareil de la souffrance pulmonaire, vieux à trente ans, cassé et décrépit à quarante ou cinquante, tel est l'habitant de le Dombes, de ce vaste marais (…). La santé pour lui est un bien inconnu. Né au milieu des causes d'insalubrité, il en ressent de bonne heure la funeste influence » [Bossi, 1808, p. 291]. Les médecins, qui croient en la théorie des miasmes, proche de l'aérisme, décrivent les multiples fièvres dont souffrent les habitants de la Dombes des étangs6. La plupart admettent comme une évidence, le lien direct, de cause à effet, entre étangs et mortalité. Un ingénieur agronome livre sa vision en 1859 : « Le voisinage d'un seul étang mis récemment en assec, ou d'une vallée marécageuse, ou d'un étang qui se découvre d'une façon exceptionnelle, suffit pour donner la fièvre à un groupe de maison, à un village, et quelquefois à une commune entière » [Dubost, 1859]. Le même auteur poursuit : « La fièvre de Dombes est une fièvre intermittente qui se déclare sur toute la surface du pays d'étangs (…) après les grandes chaleurs du mois de juillet. Elle règne avec intensité durant les mois d'août et de septembre. Il n'est pas rare, dans certaines années, de trouver une commune ou un village dont tous les habitants en subissent les atteintes presque sans exception »7 [Dubost, 1859, p. 131]8.

1.2. De l'assèchement partiel à la remise en eau (milieu du XIXème siècle - début du XXème siècle

8Ces arguments d'ordre sanitaire vont se doubler d'arguments de nature économique. En France, le Second Empire est une période d'expansion économique marquée par un certain développement industriel et une modernisation des techniques agricoles. Les pouvoirs publics estiment que la Dombes, pour connaître ces progrès, doit bénéficier d'importants travaux d'infrastructure. Considérant que l'archaïsme de la région est lié, notamment, au fait que les chaussées sont impraticables, une loi du 18 avril 1863 porte sur l'ouverture de voies de communication par l'assèchement de nombreux étangs. L'espoir est d'améliorer simultanément les conditions sanitaires et économiques, de désenclaver la région et d'améliorer le commerce par la création de nouvelles routes et d'une voie ferrée. C'est la compagnie Mangini qui obtient la concession des chemins de fer de la Dombes, moyennant l'obligation d'assécher au moins 6 000 hectares couverts d'étangs. Pour convaincre les propriétaires, pour lesquels les étangs sont d'un bon profit, la compagnie Mangini verse des primes aux propriétaires qui consentent à renoncer à leurs étangs. La démarche connaît ainsi un succès au-delà des attentes, puisque ce sont environ 10 000 hectares qui sont asséchés en quelques années [Gallois, 1892, p. 130]. Il est à noter que même des étangs de profondeur importante et bien entretenus, qui n'étaient pas suspectés d'entretenir l'insalubrité, disparaissent à cette époque. Toujours est-il qu'en quelques années, les conditions environnementales et le paysage sont une nouvelle fois considérablement modifiés. Les observateurs notent alors que la fièvre des marais disparaît, et les statistiques montrent un net recul de la mortalité.

  • 9 Il a été établi, à partir des années 1930, qu'il existait de nombreuses variétés de moustique anoph (...)

9Cependant, dans les dernières décennies du XIXème siècle, les étangs font de nouveau parler d'eux, pour des raisons à la fois sanitaires et économiques. D'une part, le médecin Alphonse Laveran, qui est alors médecin militaire à Constantine, découvre en 1880 l'hématozoaire du paludisme. Il montre que le moustique anophèle maculipennis transmet la fièvre paludéenne, aussi appelée malaria. Ce médecin prouve que l'hématozoaire affaiblit les organismes humains, mais qu'il ne conduit pas à la mort. Ce moustique anophèle est d'ailleurs présent dans de nombreuses régions sans provoquer de conséquences notables en termes de mortalité. Le lien de causalité entre la présence des étangs et la forte mortalité est ainsi réfuté9. Par ailleurs, des propriétaires fonciers mécontents de la baisse de leurs revenus suite à l'assèchement de nombreux étangs, réclament la remise en eau de certains d'entre eux. C'est le député de la circonscription de Trévoux, qui couvre l'ensemble de la Dombes, Alexandre Bérard, qui présente en 1901 une loi en ce sens. En quelques années 3 000 hectares sont remis en eau. Les observateurs notent que le nombre de moustiques anophèles augmente notablement, sans que cela provoque de recrudescence des fièvres ou de la mortalité. Un phénomène de même nature s'observe à l'échelle nationale. Les principales régions palustres et paludéennes du XIXème siècle, dont la Dombes, ont fait l'objet d'assèchements très partiels, et malgré la faiblesse de ces assèchements, le paludisme a disparu dans les dernières décennies du XIXème siècle. En Languedoc, malgré la progression des rizières au début du XXème siècle, le paludisme ne progresse pas [Beauchamp, 1988, p. 255]. La question des étangs est ainsi close durablement et, en Dombes, l'environnement est depuis cette date resté pratiquement inchangé. On dénombre actuellement plus de mille étangs en Dombes, et ils représentent 18 % de la surface en étangs en France.

2. Des structures sociales et des conditions de vie lentes à se modifier

10La question des étangs n'est pas uniquement sanitaire, mais elle est aussi une question sociale. La Dombes est, aux XVIIIème et XIXème siècles, une région de grande propriété foncière. En outre, les principaux propriétaires ne résident pas sur place, mais dans les villes de la région, notamment Lyon Villefranche sur Saône ou Bourg en Bresse. Les grandes exploitations sont confiées à des « fermiers » qui ont en fait un rôle d'intendants. Responsables de l'organisation des cultures et de la production, ces fermiers embauchent une abondante main d'œuvre domestique. Les plus petites exploitations sont louées en « grangeage », ce qui est une forme locale de métayage particulièrement défavorable à l'exploitant. Les archives notariées montrent qu'il n'est pas rare que des grangers, ruinés par une mauvaise récolte, abandonnent leur exploitation. Celle-ci est alors rapidement remise en location.

2.1. Des structures sociales particulièrement inégalitaires

  • 10 Ceci se marque, par exemple, par le faible nombre d'électeurs lors des élections censitaires du XIX (...)
  • 11 Ce trait n'est pas spécifique de la Dombes. Ch. Beauchamp [1988, p. 259] note que, en Espagne, la c (...)

11Au milieu du XIXème siècle encore, 97 % de la terre dépend de grands propriétaires. Cela signifie que la très grande majorité de la population résidant sur place, qui vit essentiellement de l'exploitation agricole, a un niveau de vie très faible10. Il s'agit soit de domestiques agricoles, soit de grangers. Les quelques « fermiers », de rares commerçants et artisans, quelques fonctionnaires ou employés, complètent cette structure sociale déséquilibrée11. A ces travailleurs de la terre séjournant durablement en Dombes, il faut ajouter les travailleurs saisonniers, notamment les ouvriers agricoles qui venaient dans la région des étangs lorsque les récoltes l'exigeaient. Eux aussi pouvaient contracter des fièvres paludéennes lors de leur séjour, selon le témoignage d'un contemporain : « Les étrangers (…) rapportent souvent dans leur pays la fièvre des marais qu'ils ont contracté dans la Dombes »[Puvis, 1851, p. 21].

12Si la question des étangs et de l'insalubrité a dominé les discours durant deux siècles, quelques témoins se sont intéressés à la question des conditions de vie des habitants de la Dombes des étangs. Tous ont pointé la pauvreté généralisée qui concerne aussi bien l'habitat que l'alimentation ou les conditions de travail. Pour ce qui est de l'habitat, l'exploitation des inventaires après décès montre que la norme pour les logements populaires était l'existence d'une pièce unique, à la fois cuisine et chambre, dont le sol était en terre battue. En outre, le sol de cette pièce était souvent d'un niveau inférieur à celui de la rue, ce qui le rendait facilement humide. Dans ces habitations, le chauffage était également insuffisant et les logements n'apportaient pas une protection efficace contre le froid et l'humidité ambiante.

  • 12 Archives départementales de l'Ain, série C, liasse 507.

13L'alimentation était insuffisante, comportant peu de variété et notamment peu d'aliments carnés. Mais le problème alimentaire le plus grave est probablement celui de la boisson. Chaque ferme ou hameau disposait d'un puits. Or, plusieurs témoignages font état de la pollution des eaux de puits, notamment pour la châtellenie de Saint Trivier. Ainsi, selon un rapport de 1762 concernant le bourg de Saint Trivier, « (…) les eaux de puits de cette ville sont rares en été, et surtout dans les sécheresses elles blanchissent, sont remplies de vers et donnent des maladies »12. En outre, dans les exploitations agricoles, l'habitude était de placer le tas de fumier à proximité du puits, ce qui, en raison des infiltrations, provoquait une pollution des eaux. La situation change dans les dernières décennies du XIXème siècle, avec le creusement de puits publics plus profonds en remplacement des puits individuels, décrits de la manière suivante : « les anciens puits, tout à fait insuffisants, alimentés par l'égout des terres ou l'infiltration des étangs, ne fournissaient qu'une eau des plus malsaines » [Gallois, 1892, p. 130]. Au milieu du XXème siècle, un rapport pointe les risques de pollution liés à la présence de fumiers à proximité des puits [Demarcq, 1964].

14En outre, il semble que de nombreux habitants aient eu l'habitude de boire directement de l'eau non canalisée. L'ingénieur agronome déjà cité, témoin direct de ce qu'il décrit, écrit en 1859 que « Le cultivateur dombiste (…) toute l'année boit de l'eau, quelle qu'en soit la provenance : lorsque la chaleur du jour l'a altéré, il boit celle des fossés et des étangs » [Dubost, 1859]. Au XIXème siècle, l'habitude dans les milieux populaires, lors des repas pris à la maison, était de consommer une boisson appelée « rapé » ou « piquette ». Un ethnologue amateur nous en livre la recette en 1934 : « Ce rapé était obtenu par la macération, dans des barriques, d'eau nécessairement croupie, de certaines baies, généralement séchées au four (…) et, chaque fois qu'on allait soutirer un pot de rapé, on le remplaçait soigneusement dans la barrique, par une égale quantité d'eau, versée par la bonde. Naturellement, à force de répéter l'opération, on arrivait à consommer un breuvage si aigre et si trouble, voire si nauséabond, que les gosiers les moins délicats devaient finir par déclarer forfait » [Claudin, 1934, p. 150]. Les questions hydriques sont probablement à la base d'un certain nombre de problèmes digestifs pointés par les médecins de l'époque, et la typhoïde peut être responsable d'un certain nombre de décès attribués au paludisme.

15La pauvreté se doublait, pour de nombreux enfants, par l'obligation d'exercer un travail dès l'âge de 7 ou 8 ans. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui avaient perdu l'un ou l'autre de leurs parents et étaient particulièrement nombreux en Dombes [Brunet, 2011b]. Dès cet âge de 7 ou 8 ans, et jusqu'à leur douzième anniversaire environ, ces enfants s'embauchaient pour garder les troupeaux. Ensuite, ils devenaient généralement domestiques agricoles. Dans tous les cas, leurs gages étaient très faibles et leurs conditions de vie mauvaises. Les témoignages à leur propos sont plus rares mais éclairants. « Dans la Dombes, [on] a décrit le misérable carat, gardien de bestiaux âgé de douze à dix-huit ans, mal nourri, couchant dans les étables. Il était la grande victime du paludisme. Le carat a disparu en même temps que se transformaient le pays et la nourriture des habitants » [Callot, 1947, p. 334]. Dans son étude sur la Sologne, B. Sajaloli pointe également le lien entre pauvreté de la population de la région des étangs et mortalité : « Quoi qu'il en soit, si les fièvres sont loin d'être les seules maladies, celles-ci ont toutes en commun d'affecter les plus pauvres et les plus affamés » Cet auteur décrit le paludisme comme « une maladie de la misère avant d'être celle des zones humides » [2010, p. 29].

2.2. Une amélioration tardive des conditions de vie

16En effet, même si l'évolution a été longue à se dessiner, les conditions de vie ont connu une certaine amélioration en Dombes. Cette amélioration, marquée par une meilleure alimentation, notamment en eau, et une meilleure protection des logements contre le froid et l'humidité, commence sous le Second Empire. La disparition progressive des murs de torchis et des toits de chaume prive les anophèles de leurs refuges les plus proches des humains. L'usage modéré de la quinine a amélioré la protection contre les fièvres paludéennes. L'amélioration sanitaire observée en Dombes s'inscrit dans le mouvement général de développement économique que connaît alors la France, et se trouve être contemporaine de la transformation de l'environnement entraînée par l'assèchement d'une partie des étangs En Dombes, l'emploi de la charrue de Dombasle, qui permet de creuser des sillons plus profonds et facilite l'infiltration des eaux à travers les terres labourées, se répand dans la seconde moitié du XIXème siècle. Le chaulage et le marnage deviennent fréquents. Des prairies artificielles sont créées [Gallois, 1892, p. 130]. En Sologne, J.M. Derex [2008, p. 51] note qu'« une meilleure hygiène alimentaire et corporelle, l'introduction de l'eau courante eurent raison peu à peu des fièvres typhoïdiques et dysentériques ». Il est bien difficile de mesurer quelle est la part, dans la baisse de la mortalité, qui revient à l'assèchement en lui-même, et ce qui revient à l'amélioration globale des conditions de vie. Comme cela a récemment été souligné à propos de la Sologne, question sanitaire et question sociale sont indissociablement imbriquées : « Le paludisme, et plus généralement l'exécrable situation sanitaire de la Sologne aux XVIIIème et XIXème siècles, apparaît bien comme le triste fruit de la misère paysanne, elle-même produit d'un système social (…). La fièvre est le fléau, mais d'essence foncière » [Sajaloli, 2010, p. 31]. Cette analyse est à rapprocher d'un proverbe, réputé d'origine toscane : « Le remède à la malaria ? Il est dans la marmite ! ». Depuis les années 1930, toutes les analyses concluent au caractère plurifactoriel de la disparition du paludisme dans les zones humides à la fin du XIXème siècle [Le Lannou, 1936 ; Callot, 1947]. Sans doute conditions environnementales, structures sociales et conditions de vie sont-elles liées, et leurs modifications sont-elles à l'origine d'une transformation radicale du régime démographique local.

3. Un régime démographique qui se renverse tardivement mais radicalement

  • 13 Il s'agit des paroisses de Bouligneux, Lapeyrouse, Birieux, Cordieux, Joyeux, Ambérieux en Dombes, (...)

17Dès le XVIIIème siècle, des auteurs ont constaté le fait que la mortalité était plus élevée en Dombes que dans les provinces environnantes et que, dans certaines paroisses, le nombre de décès était supérieur à celui des naissances. Par exemple, le curé de la paroisse de Villars les Dombes, située au cœur de la région des étangs, a dressé à la fin de l'Ancien Régime une statistique récapitulative du mouvement de la population. Il en ressort que, au cours de la période 1685-1784, 2 034 naissances ont été enregistrées dans cette paroisse pour 2 319 décès. Si le solde naturel est parfois légèrement positif pour certaines décennies, il est parfois nettement négatif, notamment de 1775 à 1784, avec 219 naissances pour 233 décès [Bossi, 1808, p. 280]. Pour la paroisse de Saint Nizier Le Désert, située à proximité de Villars, de 1701 à 1800 il est né 2 430 enfants et il est décédé 2 455 personnes. Comme à Villars, le solde naturel décennal est alternativement positif et négatif, mais la période 1771-1780 est nettement déficitaire avec 221 naissances pour 260 décès [Bossi, 1808, p. 282]. A l'échelle de huit autres paroisses de la Dombes des étangs13, naissances et décès sont pratiquement équilibrés pour l'ensemble du XVIIIème siècle : 12 407 naissances pour 12 295 décès [Bossi, 1808, p. 290].

3.1. Saint Trivier : une forte mortalité

18Pour les cinq paroisses de la Châtellenie de Saint Trivier notre travail de dépouillement des registres paroissiaux et d'état civil permet de mesurer plus précisément le régime démographique local et ses évolutions.

Tableau 2. Naissances et décès dans la Châtellenie de Saint Trivier par périodes de cinquante ans, 1720-1869

période

naissances

décès

Solde naturel

1720-1769

2 883

3510

-627

1770-1819

3 019

3340

-321

1820-1869

2 671

2733

-62

19Les données présentées dans le tableau 2 montrent que le déficit naturel est encore plus fort à Saint Trivier que dans les paroisses déjà mentionnées. Par période de cinquante ans, on observe que le déficit est très fort de 1720 à 1769, toutes les décennies présentant des soldes négatifs, notamment 1730-1739 et 1740-1749. Le déficit décroit dans la période suivante, mais reste élevé. Parmi les cinq décennies de 1770 à 1819, trois ont encore un solde négatif, le plus fort se situant en 1800-1809, décennie marquée par plusieurs épidémies. Les deux décennies qui ne sont pas déficitaires présentent des soldes faiblement positifs. L'amélioration se poursuit au cours de la période 1820-1869, et l'équilibre est pratiquement atteint pour cette période de cinquante ans. Après une décennie 1820-1829 encore marquée par des épidémies, et un solde fortement négatif, le nombre de décès régresse et la dernière décennie, 1860-1869, connaît un net excédent des naissances sur les décès. Ainsi, avec le Second Empire, marqué par les modifications environnementales et les progrès économiques déjà signalés, Saint Trivier sort de son ancien régime démographique et ne connaît plus de déficit du solde naturel.

20Cette forte mortalité peut être précisée en analysant en particulier la mortalité infantile et la mortalité des enfants.

  • 14 Les quotients de mortalité, à un âge donné, expriment le risque encouru de décéder à cet âge. Par e (...)

Tableau 3. Quotients de mortalité infantile et de mortalité des enfants (exprimés en p. 1000) et nombre de survivants au dixième anniversaire (pour 1000 naissances vivantes), Châtellenie de Saint Trivier14

q0

4q1

5q5

S5

1760-1789

295

318

145

413

1800-1829

294

261

138

450

  • 15 Dans certains villages de Sologne les quotients de mortalité infantile pouvaient dépasser les 400 ‰ (...)

21Au cours de la seconde moitié du XVIIIème siècle près de 30 % des enfants n'atteignent pas leur premier anniversaire et le quotient de mortalité de 1 à 4 ans est supérieur au quotient de mortalité infantile, ce qui signale la fragilité de la vie des enfants confrontés au contexte sanitaire et social présenté plus haut. De ce fait, seuls 41.3 % des enfants, nés et ayant grandi à Saint Trivier atteignent leur dixième anniversaire (Tableau 3). L'amélioration notée pour le début du XIXème siècle provient essentiellement d'une baisse de la mortalité entre le premier et le cinquième anniversaire, puisque le quotient de mortalité infantile reste pratiquement stable. Mais c'est toujours une minorité des enfants, 45 % qui atteint le dixième anniversaire15.

  • 16 Selon ce même auteur (p.56), ce sont environ 20 % des unions qui seraient rompues avant le dixième (...)

22La mortalité des adultes est difficile à mesurer, en raison essentiellement de la forte mobilité géographique des individus et des familles. Ce n'est que pour les couples sédentaires qu'une mesure précise peut être posée, mesure qui reflète le niveau de mortalité des adultes qui restent durablement dans cette Châtellenie, et non de l'ensemble de la population qui ne fait que passer, plus ou moins brièvement dans cette région. Il en ressort une extrême fragilité des unions. Pour les unions célébrées entre 1750 et 1789, près du tiers (31 %) sont rompues avant le cinquième anniversaire du mariage. La durée médiane de ces unions est de 10,1 ans et la durée moyenne de 11,4 ans. Cela est à comparer avec la durée moyenne des mariages en France dans la seconde moitié du XVIIIème siècle qui est de l'ordre de 24 ans [Minvielle, 2011, p. 56]16. Ces indicateurs reflètent également la relative amélioration du début du XIXème siècle. Parmi les unions célébrées entre 1790 et 1829, c'est le quart – on n'ose dire seulement – qui sont rompues avant le cinquième anniversaire du mariage. La durée médiane monte à 11,5 ans et la durée moyenne à 14,5 ans.

23Naturellement, la vie des familles en est considérablement perturbée et la majeure partie des enfants perdent au moins l'un ou l'autre de leurs parents, quand ce n'est pas les deux, alors qu'ils sont encore mineurs. La proportion d'enfants âgés de 10 ans ayant perdu leur père est de 30,9 %, la proportion de ceux ayant perdu leur mère de 24,7 %, et la proportion de ceux ayant perdu leurs deux parents de 9,6 %. Au quinzième anniversaire, ces proportions sont respectivement de 56,8 %, 47,6 % et 33 % [Brunet, 2011b, p. 4]. Grandir avec ses parents n'est le cas que d'une minorité des enfants et adolescents vivant à Saint Trivier dans les siècles passés. Or, perdre l'un ou l'autre de ses parents à un jeune âge induit fréquemment une sur-mortalité des enfants, plus ou moins forte selon le sexe du parent décédé et l'âge de l'enfant lors de ce décès [Akerman 1996 ; Beekink et al. 1999]. Á Saint Trivier, en raison de la brièveté de nombreuses unions, ce sont souvent des enfants en bas-âge qui deviennent orphelins, ce qui aggrave les conséquences de ce décès.

24Une autre conséquence de cette faible durée des unions est la dimension restreinte des fratries. Au dixième anniversaire de mariage, si les couples formés entre 1800 et 1829 ont donné naissance, en moyenne, à 3,7 enfants, seulement 2,3 sont encore en vie. Pour la minorité des couples qui atteignent le vingtième anniversaire de mariage, le nombre moyen de naissance est de 5,4, mais celui d'enfants en vie de 3,1 seulement [Brunet, 2011a, p. 194].

25Par ailleurs, la fragilité des unions entraîne aussi fréquemment un processus de réorganisation familiale, avec ce que l'on peut appeler des familles recomposées, formées par un conjoint veuf et un conjoint célibataire, voire par deux conjoints veufs. Il n'est donc pas rare pour un enfant de vivre sous l'autorité d'une belle-mère ou, moins fréquemment, d'un beau-père. Mais ces arrangements familiaux sont également brefs, ces secondes unions étant aussi fragiles que les précédentes. Cela va de pair avec la présence sur le marché matrimonial de nombreux veufs et veuves de tous âges, parfois âgés d'une vingtaine d'années seulement.

3.2. Une mobilité géographique importante mais sur de faibles distances

26Il faut maintenant évoquer plus précisément un autre élément fondamental du régime démographique local, la mobilité géographique. Avec le déficit du solde naturel qui a été établi, sans l'existence d'un solde migratoire positif, la population de la Châtellenie de Saint Trivier aurait disparu. Or, non seulement elle ne disparaît pas, mais elle connaît une petite croissance au cours du XVIIIème siècle et du début du XIXème siècle, passant d'environ 1 360 habitants à la fin de l'Ancien Régime à 1 536 en 1812 et 1 818 en 1866. Les migrants qui viennent s'installer plus ou moins durablement à Saint Trivier sont originaires de villages des régions voisines, essentiellement Bresse au nord et Beaujolais à l'ouest. Ces régions, qui connaissent une situation sanitaire meilleure mais une certaine pauvreté, jouissent d'un solde naturel positif. La Dombes offre aux jeunes gens qui sont originaires de ces régions des opportunités de travail et d'indépendance par rapport au milieu familial. Le choix est souvent entre rester célibataire, sous l'autorité des parents puis d'un frère aîné, ou tenter sa chance dans une région peu éloignée qui manque de bras.

27De fait, la population de la Dombes connaît un brassage important et se trouve pratiquement renouvelée au cours des XVIIIème et XIXème siècles. Il y a très peu de lignées familiales dont un membre au moins reste présent au cours de l'ensemble des XVIIIème et XIXème siècles. Cette réalité peut être approchée par l'étude des patronymes dont sont porteurs les enfants nés dans la Châtellenie puis dans la commune de Saint Trivier. Au cours de la période 1720-1749, 414 patronymes différents sont attribués aux enfants nés dans la Châtellenie de Saint Trivier. Cela témoigne d'une très grande diversité patronymique, c'est à dire que chaque nom de famille n'est porté que par un faible nombre d'individus. Parmi ces 414 patronymes, seulement 107 sont encore attribués à des enfants nés dans la période 1810-1839 [Brunet, 2011a, p. 118]. En d'autres termes, la plupart des noms attribués au cours de la période précédente ont disparu de la commune et ont été remplacés par d'autres qui apparaissent au fil des décennies. Cela signifie que la plupart des lignées familiales présentes au cours de la première moitié du XVIIIème siècle ont disparu avant le début du XIXème siècle et ont été remplacées par d'autres familles originaires des régions voisines. Cette disparition peut s'expliquer par deux raisons principales : la forte mortalité qui a déjà été évoquée, et l'existence d'un courant d'émigration à partir de la Dombes : parmi ceux qui échappent à la mortalité qui sévit, certains vont tenter leur chance ailleurs. Ils sont remplacés par un flux constant de nouveaux arrivants, ainsi que le montre la distribution des personnes décédées à Saint Trivier en fonction du lieu de naissance. (Tableau IV).

Tableau 4. Lieu de naissance des personnes âgées de dix ans et plus décédées à Saint Trivier, 1790-1839

Lieu de naissance

Effectifs absolus

Proportions

Canton de St Trivier

395

33,20 %

Autres cantons du département de l'Ain

633

53,20 %

Département du Rhône

95

8,00 %

Autres départements français

61

5,10 %

Étranger

6

0,50 %

Total

1190

100,00 %

Figure 2. Lieu de naissance des personnes âgés de dix ans et plus décédées à Saint Trivier de 1790 à 1839. Cantons des départements de l'Ain et du Rhône

Figure 2. Lieu de naissance des personnes âgés de dix ans et plus décédées à Saint Trivier de 1790 à 1839. Cantons des départements de l'Ain et du Rhône

Brunet, août 2013

28Les données présentées dans le tableau 4 montrent que, parmi les personnes décédées à Saint Trivier, les natifs du canton sont nettement minoritaires, représentant un tiers de l'ensemble. Les défunts les plus nombreux proviennent en fait des cantons les plus proches : 242 proviennent du canton de Thoissey, situé en Dombes dans le Val de Saône au climat plus salubre, et 195 de celui de Châtillon de Chalaronne, situé en Bresse, mais limitrophe de celui de Saint Trivier. Les migrants venant du département du Rhône proviennent essentiellement des cantons de Belleville, Villefranche sur Saône et Beaujeu, situés immédiatement à l'ouest de la Saône, à quelques dizaines de kilomètres seulement du canton de Saint Trivier (figure 2). Nous sommes donc bien face à une mobilité géographique très importante quantitativement, mais une mobilité de faible distance et d'un village à un autre village.

3.3. Un régime démographique original et ses mutations tardives

29La période 1820-1925 est marquée au niveau local, comme nous l'avons vu, par d'importantes modifications de l'environnement, notamment l'assèchement du Grand Étang de Saint Trivier en 1830, et par une amélioration globale des conditions de vie. Les données présentées dans le tableau 5 montrent l'évolution du solde naturel, de l'accroissement total de la population, et, par déduction, de la migration nette.

Tableau 5. Évolution des principaux indicateurs du régime démographique, Saint Trivier, 1820-1925

Période

Solde naturel

Accroissement total

Migration nette

1820-1845

-226

198

424

1846-1865

109

233

124

1866-1885

146

-168

-314

1886-1905

55

-68

-123

1906-1925

32

-153

-185

30Ainsi que nous l'avons déjà vu, le solde naturel, encore négatif au début du XIXème siècle, devient par la suite nettement et durablement positif. Par contre, la population qui était en croissance alors que le solde naturel était négatif, commence à décroître alors que celui-ci devient positif sous le Second Empire. Le Second Empire constitue une période charnière, et le maximum de population est atteint en 1866. L'évolution de l'accroissement de la population ne peut s'expliquer que par un renversement brutal du solde migratoire qui survient précisément sous le Second Empire. Du début au milieu du XIXème siècle, le solde migratoire diminue progressivement, puis il se renverse brutalement à partir des années 1860 (Tableau 5). Par la suite, et de fait ce mouvement se poursuit pendant la majeure partie du XXème siècle, le solde migratoire devient nettement négatif. La Dombes, qui connaît un début de mécanisation agricole et l'abandon de certaines terres trop ingrates, n'a plus besoin d'une main d'œuvre domestique aussi abondante qu'auparavant. Les flux migratoires se détournent de cette région, et, à l'échelle régionale, les migrations qui auparavant étaient majoritairement des migrations de village à village s'orientent vers les petites villes de la région (Villefranche sur Saône, Bourg en Bresse, Ambérieu en Bugey) qui offrent des opportunités de travail salarié dans la domesticité, l'artisanat ou le chemin de fer, ou vers la ville de Lyon qui connaît alors un fort développement économique et démographique.

Conclusion

31Il est aisé de constater que, en Dombes, de part et d'autre de la période charnière que constitue le Second Empire, les conditions sanitaires et environnementales, de même que le régime démographique, sont fort différents. Du début du XVIIIème siècle au milieu du XIXème siècle, la Dombes offre un visage original, tant sur le plan environnemental que sur le plan sanitaire et sur le plan démographique, marqué par la présence des étangs, une forte mortalité et une immigration constante. Jusqu'aux années 1880, la présence des étangs a été considérée comme la cause principale de la forte mortalité, et la question des étangs a dominé les débats et occulté les causes économiques et sociales de la surmortalité de la population dombiste. Pour importante qu'ait été leur présence, les étangs ne peuvent être tenus pour seuls responsables de la forte mortalité. De même, en dépit de la coïncidence chronologique, le mouvement d'assèchement de certains étangs ne peut expliquer à lui seul la baisse de la mortalité. On peut dire qu'en Dombes, on mourrait des mêmes causes que partout ailleurs, simplement la pauvreté généralisée, les mauvaises conditions de vie et les fièvres rendaient les organismes plus vulnérables. La perte précoce des parents contribuait à élever le niveau de la mortalité des enfants.

32La forte mortalité des siècles passés étant due à des causes multiples, les raisons de sa baisse sont également diverses. Les analyses menées récemment dans les zones humides, notamment en Sologne, pointent le rôle de structures sociales particulièrement inégalitaires et d'une économie arriérée dans les mauvaises conditions de vie de la population. Á partir du Second Empire, l'ouverture économique, les progrès des techniques agricoles et l'amélioration des conditions de vie, constituant un cercle vertueux, ont ouvert une nouvelle période dans l'histoire de la Dombes. Mais, dépourvue de ses spécificités, la Dombes s'est trouvée en quelque sorte « normalisée » et, à partir des années 1870, fut confrontée au même problème que de nombreuses régions rurales ; le départ d'une partie de ses habitants. Alors que le solde naturel devenait enfin positif, la population a commencé à décroître.

33Aujourd'hui, ne reste plus des caractéristiques anciennes de la Dombes que la présence des étangs, qui modèlent un paysage original et constituent un atout économique, la pisciculture étant intégrée dans une économie agricole moderne.

Haut de page

Bibliographie

AKERMAN S. (1996), « Survival of orphans in 19th century Sweden »,in L.-G. Tedebrand dir., Orphans and foster children. A historical and cross-cultural perspective. Umeä, Umeä University Press, pp. 83-103.

BEEKINK E., VAN POPPEL F. and LIEFBROER A.C. (1999), Surviving the loss of the parents in a nineteenth-century Dutch provincial town, Journal of Social History, vol. 32, n° 3, pp. 641-667.

BEAUCHAMP Ch. (1988) Fièvres, d'hier, paludisme d'aujourd'hui. Vie et mort d'une maladie, Annales Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 43, n° 1, pp. 249-275.

BÉrard A. (1898), Les étangs de la Dombes. La réforme législative, Bourg, Imprimerie du Courrier de l'Ain, 26 p.

BOSSI G. (1808), Statistique générale de la France. Département de l'Ain, Paris, Testu, 720 p.

Bouchard G. (1972), Le village immobile. Sennely-en-Sologne au XVIIIème siècle, Paris, Plon, 386 p.

BRUNET G. (2011a), Population et environnement. Vie et mort dans la Dombes des étangs aux XVIIIème et XIXème siècles, Bern, Peter Lang, 258 p.

BRUNET G. (2011b), So many orphans How could one give them all a helping hand? Family solidarity in a context of high mortality in the first half of the nineteenth century. A case-study: The Dombes province (France), The History of the Family. An International Quarterly, vol. 16, n° 1, pp. 1-12.

CALLOT J. (1947), Un problème complexe : la régression du paludisme, Annales Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 2, n° 3, pp. 328-335.

CLAUDIN C. (1934), Les conditions anciennes d'existence dans les Dombes, Bulletin de la Société des Naturalistes et Archéologues de l'Ain, n° 48, pp. 147-158.

Demarcq G. (1964), Rapport géologique sur le projet d'amélioration en eau potable de la commune de Saint Trivier sur Moignans, Lyon, rapport dactylographié, 13 p.

Derex J.M. (2008), Géographie sociale et physique du paludisme et des fièvres intermittentes en France du XVIIIème au XXème siècles, Histoire Économie et Société, vol. 27, n° 2, pp. 39-60.

DUBOST M. (1859), Études agricoles sur la Dombes, Bourg, Dufour et Martin, et Lyon, Giraudier, 231 p.

Dupâquier J. (1986) Histoire de la population française, vol. 2 et 3, Paris, Presses Universitaires de France, 601 et 554 p.

FLEURY M. et HENRY L. (1956), Des registres paroissiaux à l'histoire de la population Manuel de dépouillement et d'exploitation de l'état civil ancien, Paris, Institut National d'Études Démographiques, 84 p.

FOURNIER P. (2010) Zones humides et « aérisme » à l'époque moderne, in J.M. Derex (dir.), Zones humides et santé, Groupe d'histoire des zones humides, Paris, GHZH, pp. 9-23.

GALLOIS L. (1892), La Dombes, Annales de Géographie, vol. 1, n° 2, pp. 121-131.

GARDEN M. (1996), Les systèmes démographiques occidentaux du passé, in A. Bideau, A. Perrenoud, K.A. Lynch et G. Brunet (dir.), Les systèmes démographiques du passé, Lyon, PPSH-CNRS, pp. V-XII.

GUIGUE M.C. (1857), Essai sur les causes de la dépopulation de la Dombes et l'origine de ses étangs, Bourg, Imprimerie Milliet-Bottier, 123 p.

LE LANNOU M., (1936), Le rôle géographique de la malaria. Annales de Géographie, vol. 45, n° 254, pp. 113-135.

MINVIELLE S. (2010), La famille en France à l'époque moderne, Paris, A. Colin, 299 p.

MOLINIER A. (1968), Une paroisse du Bas-Languedoc. Sérignan, 1650-1792, Imprimerie Déhan, Montpellier, 216 p.

POITOU Ch. (1978), La mortalité en Sologne orléanaise de 1670 à 1870, Annales de Démographie Historique, pp. 235-264

PRESSAT R. (1961), L'analyse démographique. Paris, Presses Universitaires de France, 498 p.

PUVIS M.E. (1851), Des causes et des effets de l'insalubrité des étangs : de la nécessité et des moyens d'arriver à leur dessèchement, Bourg en Bresse, Milliet, 60 p.

Sajaloli B. (2010) La Sologne et la Beauce aux XVIIIème et XIXème siècles. Examen clinique d'un couple sain-malsain, in J.M. Derex (dir.), Zones humides et santé, Groupe d'histoire des zones humides, Paris, GHZH, pp. 25-38.

Sérandour J., Girel J., Boyer S., Ravanel P., Lemperière G. et Raveton M. (2007), How human practices have affected vector-borne diseases in the past: a study of malaria transmission in Alpine valleys. Malaria Journal, vol. 6, n° 1, pp. 115-124.

Haut de page

Notes

1 Ce sont 8 700 actes de baptême et naissance, 2 300 actes de mariage et 9 800 actes de sépulture et de décès qui ont été dépouillés pour la période 1720-1869. Documents conservés à la Mairie de Saint Trivier sur Moignans, non cotés.

2 De nombreux registres paroissiaux de la Dombes ont été rendus inutilisables à cause de la colle, à base de farine, utilisée pour les relier. Au fil du temps, les vers ont transformé les pages des registres en véritables dentelles, en rendant l'exploitation très délicate, parfois impossible, les noms et les dates étant illisibles.

3 Parmi ces documents, citons le cadastre napoléonien dressé en 1833, les rôles d'imposition, les archives notariées (notamment les contrats de mariage et inventaires après décès), las archives judiciaires (notamment les délibérations des conseils de famille et ventes des meubles et effets de la succession du défunt).

4 Soulignons que la superficie occupée par les étangs est bien plus importante en Dombes qu'en Sologne. Globalement, en 1830, les étangs ne couvrent que 2,45 % des terres solognotes. Il est vrai que dans certaines communes, ce pourcentage peut être nettement plus élevé [Beauchamp, 1988, p. 267]..

5 Voir par exemple Puvis [1851]. A contrario, il faut souligner la rareté des écrits considérant que les étangs ne sont pas porteurs d'insalubrité et de mortalité. Dans un article récent, J.M. Derex (2008) cite le marquis de Lancomme, qui écrit en 1842 à propos de la région de Brenne en Sologne : « Les fièvres tierces, doubles et quartes ne font mourir personne ».

6 Le terme de miasme désigne à la fois un air de mauvaise qualité et des maladies que cet air est supposé causer. P. Fournier [2010] souligne que la théorie dite de l'aérisme « est une reconstruction historique qui rassemble en les simplifiant des théories multiples traversées par des contradictions »

7 L'analyse du mouvement saisonnier de la mortalité montre effectivement une forte augmentation de la mortalité à partir de la fin de l'été, avec un maximum en septembre.

8 Des descriptions du même ordre se retrouvent en Sologne. Voir notamment Bouchard [1972] et Sajaloli [2010].

9 Il a été établi, à partir des années 1930, qu'il existait de nombreuses variétés de moustique anophèle maculipennis, vecteurs plus ou moins efficaces du paludisme [Beauchamp, 1988, p. 253]. Ainsi, en France, les anophèles les plus virulents ont été observés en Corse, mais semblent absents de la région Rhône-Alpes (Sérandour et al., 2007, p. 115].

10 Ceci se marque, par exemple, par le faible nombre d'électeurs lors des élections censitaires du XIXe siècle.

11 Ce trait n'est pas spécifique de la Dombes. Ch. Beauchamp [1988, p. 259] note que, en Espagne, la carte du paludisme coïncide avec celle des régions de grande propriété (Latifundios) dans le centre et le sud du pays.

12 Archives départementales de l'Ain, série C, liasse 507.

13 Il s'agit des paroisses de Bouligneux, Lapeyrouse, Birieux, Cordieux, Joyeux, Ambérieux en Dombes, Dompierre de Chalaronne et Juis-Savigneux. Toutes ne font pas partie de la zone de forte concentration des étangs.

14 Les quotients de mortalité, à un âge donné, expriment le risque encouru de décéder à cet âge. Par exemple, le quotient de mortalité infantile (q0) mesure la proportion d'enfants décédés avant le premier anniversaire pour 1000 enfants nés vivants, et donc le risque de décéder encouru par chacun. Des différents quotients de mortalité entre la naissance et le 10e anniversaire, on déduit le nombre d'enfants encore en vie à cet anniversaire pour 1000 enfants nés vivants. Cette proportion est également exprimée en pour 1000. Ainsi, lorsque S5 est égal à 413, cela signifie que pour 1000 enfants nés vivants, 413 sont encore en vie au cinquième anniversaire. Pour le calcul des indicateurs démographiques, voir par exemple R. Pressat [1961].

15 Dans certains villages de Sologne les quotients de mortalité infantile pouvaient dépasser les 400 ‰ au XVIIIe siècle, et se maintenir proches des 300 ‰ au cours de la période révolutionnaire et impériale. Par contre, le recul de la mortalité infantile aurait ensuite été très rapide, avec des quotients inférieurs à 200 ‰ dès les années 1830 [Poitou, 1978].

16 Selon ce même auteur (p.56), ce sont environ 20 % des unions qui seraient rompues avant le dixième anniversaire de mariage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma de localisation de la Dombes
Crédits Brunet, août 2013.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5614/img-1.png
Fichier image/png, 159k
Titre Figure 2. Lieu de naissance des personnes âgés de dix ans et plus décédées à Saint Trivier de 1790 à 1839. Cantons des départements de l'Ain et du Rhône
Crédits Brunet, août 2013
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5614/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Brunet, « Environnement, structures sociales et régime démographique », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/5614 ; DOI : 10.4000/eps.5614

Haut de page

Auteur

Guy Brunet

Professeur de démographie historique
LARHRA UMR CNRS 5190
Université Lumière Lyon 2LARHRA UMR 5190
Institut des Sciences de l'Homme
14 avenue Berthelot
69367 Lyon cedex 07
Guy.Brunet@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org