Navigation – Plan du site
Articles

Présence des cadres et distribution résidentielle des actifs dans les principales villes françaises

Presence of Executives and Active People’s Social Residential Diversity in the Principal French Towns
Jean-François Léger
p. 135-156

Résumés

Les travaux sur la géographie résidentielle des actifs dans les grandes villes ont surtout mis l’accent sur l’opposition entre les lieux de vie des cadres et des professions intellectuelles supérieures et ceux des ouvriers et employés. C’est là où la concentration de cadres est la plus forte, c’est-à-dire dans les mégapoles, que ce phénomène a été le plus étudié. En France, la production scientifique a donc naturellement été dominée par les travaux sur Paris. Récemment, des recherches ont réintroduit les professions intermédiaires et ont renouvelé le regard sur le phénomène de dualisation. La capacité tant sociale qu’économique de cette catégorie d’actifs de se distribuer assez largement au sein de l’agglomération parisienne a atténué le schéma classique d’opposition entre quartiers aisés et populaires. Mais qu’en est-il en province, dans les villes dépassant ou approchant le million d’habitants ? Celles-ci suivent-elles le modèle spatial parisien, qui reste dominé par une certaine forme de ségrégation sociale des catégories les plus aisées, ou bien offrent-elles au contraire des espaces résidentiels caractérisés par une plus grande mixité sociale ? C’est à cette interrogation que tente de répondre cet article dans lequel sont comparées la géographie sociale en 2009 des ménages dont la personne de référence est active des sept plus grandes métropoles françaises (Paris, Marseille, Lyon, Lille, Nice, Toulouse, Bordeaux). Cette démarche comparative et l’accent mis sur les professions intermédiaires mettent en évidence une (bien) plus grande mixité sociale en province avec, toutefois, des degrés variables selon les villes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les dernières décennies ont été marquées par le doublement de la proportion des cadres et professions intellectuelles supérieures parmi les actifs (de 8 % au recensement de 1975 à 15 % lors de l’enquête 2006 du recensement rénové), tandis que dans le même temps le poids des ouvriers diminuait fortement (de 36 % à 23 %). Ce double mouvement a caractérisé tous les espaces urbains en France mais avec une intensité différente selon la taille des agglomérations : c’est à Paris surtout et dans les principales métropoles régionales qu’il a été le plus net. Au début des années soixante-dix, si la composition socioprofessionnelle de la population active était déjà bien différente à Paris que partout ailleurs en France, les grandes villes de province ne se distinguaient guère, sur ce plan, des villes démographiquement plus petites. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, puisque les principales métropoles régionales accueillent une population active aux caractéristiques nettement différentes, le plus souvent, de celles des villes plus petites [Léger, 2012]. Mais ces très grandes villes, qui correspondent à l’agglomération de plusieurs dizaines de communes (cf. infra), continuent toutefois d’accueillir une part encore élevée de professions intermédiaires, d’employés et d’ouvriers. Comment se traduit, aujourd’hui, la présence des cadres et professions intellectuelles supérieures sur la géographie résidentielle des actifs au sein des principales métropoles du pays ? Ces dernières sont-elles caractérisées par une dualisation de l’espace métropolitain [Sassen, 1991], avec des communes aux compositions socio-professionnelles très distinctes, opposant principalement celles à dominante bourgeoise et celles à dominante ouvrière (ségrégation sociale) ? Ou bien au contraire ces villes parviennent-elles encore à accueillir les actifs au sein de communes le plus souvent « mélangées » sur le plan social, dans lesquelles aucun groupe n’est particulièrement surreprésenté (mixité sociale) ? L’objet de cet article est précisément d’apporter des éléments de réponse à ces questions qui ont pour l’instant, en France, essentiellement été abordées à partir du cas de la métropole parisienne.

2Bien qu’elle soit contestée (cf. infra), la représentation dominante de l’espace résidentiel métropolitain est encore celle d’une opposition spatiale entre les classes supérieures et populaires. L’intensification de la présence des cadres dans les grandes villes, inhérente à la concentration dans ces dernières des pouvoirs économique, politique et culturel et donc des emplois très qualifiés et très bien rémunérés, aurait pour conséquence une intensification de la ségrégation sociale qui s’exprime par la distribution inégale des groupes sociaux dans l’espace urbain [Sassen, 1991]. En France, c’est tout naturellement au sein de l’agglomération parisienne, seule mégapole européenne hormis Moscou [Wackermann, 2000], dans laquelle les cadres et les professions intellectuelles supérieures représentent dorénavant plus du quart des emplois (27 % en 2009 contre 12 % en 1975), soit autant que les professions intermédiaires et les employés (28 % et 26 %), et nettement plus que les ouvriers (15 % alors qu’ils représentaient encore 28 % des emplois en 1975), que ce phénomène a été le plus discuté, de l’échelle du quartier (par exemple Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989 ; Rozenblat, 1989) à celle de la région (entre autres, François, 2005 ; Préteceille, 1995, 2006), en passant par celle de Paris intra-muros [Brun et Chauviré, 1983 ; Dittgen, 2005].

  • 1 Dans un article publié en 1995, E. Préteceille émettait déjà des réserves sur la validité de la thè (...)

3Certes, comme le montrent tous les travaux menés sur la métropole parisienne, il y a bien une opposition spatiale entre les quartiers cadres et ouvriers et « on ne peut manquer d’être frappé par la grande compacité de ces deux ensembles socialement opposés » [François, 2005]. Mais cette perception presque dichotomique de la géographie résidentielle des actifs au sein de la métropole parisienne doit pourtant être nuancée. Ainsi, dans un article pourtant consacré à l’évolution entre 1990 et 1999 des lignes de partage entre les espaces sociaux très contrastés (les quartiers bourgeois et populaires), J.-C. François remarque d’abord « que l’espace francilien ne se réduit pas en deux blocs socialement opposés : la majeure partie de l’Île-de-France relève d’un type de structure qui ne ressemble ni au type « Luxembourg », ni au type « La Courneuve » » [François, 2005]. Au terme d’une analyse de l’évolution de la ségrégation sociale entre 1990 et 1999, E. Préteceille parvient au constat que la « thèse de la dualisation (…) est (…) inadéquate à rendre compte de l’évolution d’une métropole où les classes moyennes deviennent plus nombreuses, et où les quartiers au profil moyen-mélangé (…) ne sont nullement en voie de disparition » [Préteceille, 2006]1.

4L’introduction des professions intermédiaires « qui constituent le noyau central des classes moyennes dans les CS de l’INSEE » [Préteceille, 2006] dans l’analyse spatiale permet de montrer que la population parisienne est socialement plus mélangée qu’elle ne le parait. Peu de travaux ont été consacrés à la localisation de cette catégorie d’actifs au sein des métropoles. D’une manière générale, « les professions intermédiaires sont le plus souvent négligées par les sciences sociales, voire considérées comme résiduelles, selon la thèse de la dualisation, ou assimilées aux cadres, comme dans de nombreux travaux sur la gentrification ou l’évitement scolaire » [Oberti et Préteceille, 2011]. Pourtant, « elles sont (…) parmi les catégories sociales les plus mélangées avec les autres » [Oberti et Préteceille, 2011] et contribuent ainsi à « lisser » les discontinuités socio-spatiales. Introduire les professions intermédiaires dans l’analyse de la distribution spatiale des groupes sociaux permet donc de renouveler le regard sur la géographie résidentielle des actifs dans les (très) grandes villes.

5Nous avons repris ce schéma d’analyse de la géographie résidentielle des actifs dans les agglomérations françaises comptant au moins un million d’habitants (Paris, Marseille, Lyon, Lille) ou approchant ce seuil (Nice, Toulouse, Bordeaux). Pour chacune de ces unités urbaines, nous commençons par analyser la répartition spatiale des ménages dont la personne de référence est cadre ou ouvrier-employé, puis nous élargissons cette appréhension de la géographie résidentielle des ménages dont la personne de référence est active aux professions intermédiaires. Enfin, dans une troisième partie, nous synthétisons ces informations sous la forme d’une typologie des communes composant chacune de ces agglomérations en précisant le poids démographique de chacun des types d’espace résidentiel pluri-communal déterminés. Ces derniers sont caractérisés soit par une surreprésentation plus ou moins importante de certains groupes sociaux, soit par une « composition sociale assez mélangée, souvent proche du profil moyen » [Mansuy et Marpsat, 1994] de l’agglomération et que l’on qualifiera alors d’espaces socialement mixtes.

6Nous avons intégré dans le champ de la comparaison l’agglomération parisienne bien que sa taille et sa densité démographiques ainsi que la concentration sans égale au niveau national des catégories supérieures la distinguent de toutes les autres villes françaises [Van Puymbroeck et Reynard, 2010], y compris les principales agglomérations de province qui dépassent ou approchent le million d’habitants (tableau 1). Pour un actif français, Paris est un des lieux possibles de l’exercice de son activité professionnelle, et par conséquent une destination résidentielle envisageable. Bien que la capitale soit une « ville-monde », elle n’en demeure pas moins appartenir à une réalité nationale. D’ailleurs, E. Prétecelle notait en 1995 que « la globalisation semble moins séparer la métropole du reste du pays que resserrer les liens d’une dépendance hiérarchique et d’une complémentarité transformée. » Et loin de réduire la démarche comparative à une opposition Paris – métropoles de province, prendre Paris comme point commun de comparaison permet au contraire de mieux distinguer les grandes villes de province entre elles.

1. Quelques définitions et précisions méthodologiques

7L’appréhension de la géographie résidentielle des groupes sociaux nécessite, sur le plan méthodologique, de faire trois choix : il faut en effet au préalable définir l’unité géographique élémentaire, déterminer la composition des groupes sociaux et faire un choix parmi les nombreux outils de mesure de la diversité sociale [Apparicio, 2000] de chacune des aires géographiques analysées.

  • 2 Le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) est un document de planification qui vise à assurer la c (...)
  • 3 L’article 55 de la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvelleme (...)

8Parmi les nombreuses définitions possibles de la ville [Dumont, 2010], nous avons retenu celle fondée sur la continuité du bâti. Il s’agit donc de l’agglomération de communes à laquelle est donné le nom de la commune-centre, qui correspond à celle qui est la plus peuplée. Selon cette définition, Paris est, selon la nomenclature proposée par l’INSEE en 2010, une ville composée de 431 communes ; viennent ensuite Lyon (138), Toulouse (73), Bordeaux et Marseille (64), Lille (59) et Nice (51). De ce point de vue, chaque commune devient donc un « quartier » de la ville dont elle fait partie. Dans le cadre de ce travail, la commune constitue précisément l’unité géographique d’analyse. Elle représente une maille socialement pertinente « dans la mesure où elle constitue, à certains égards, un système spatial cohérent (fiscalité, politique locale, options d’aménagement, histoire et réputation la distinguent de ces voisines) » [François, 2006]. En outre, il s’agit de la « brique » administrative à partir de laquelle sont définis tous les territoires pluricommunaux à partir desquels s’exerce la gouvernance territoriale : syndicat de communes, communauté de communes, pays, communauté urbaine, SCoT2, etc. [Dumont, 2012]. Par exemple, c’est à partir de ce maillage territorial élémentaire que de nombreux élus locaux des communes bourgeoises de la région parisienne, opposés aux dispositions de la loi SRU qui les contraint en principe à construire des logements sociaux3, se sont regroupés « dans la définition de communautés de communes ou d’agglomération, de façon à éviter d’avoir à opérer de la redistribution fiscale locale vers des communes à profil social plus populaire, et d’avoir à partager leurs problèmes sociaux » [Préteceille, 2006].

  • 4 IRIS: îlots regroupés pour l’information statistique. Il s’agit de périmètres infra-communaux intro (...)

9Ce choix a son revers méthodologique : au sein d’une même agglomération, les communes peuvent avoir des poids démographiques très inégaux. À Paris par exemple, la moitié des communes (les plus petites) n’accueillent que 11 % des ménages de l’agglomération. À Toulouse, la commune-centre accueille à elle seule 57 % des ménages. D’une agglomération à l’autre, la distribution des ménages dans les communes est donc très différente (figure 1) : la valeur de l’indice de Gini, qui est dans tous les cas importante, varie de 0,56 (Marseille) à 0,77 (Toulouse). Cela altère incontestablement la précision de la délimitation des différents espaces résidentiels et la comparaison des mesures de la part des ménages qui résident au sein de ces derniers. Il est évident qu’une même démarche entreprise cette fois à partir d’une unité géographique plus petite (par exemple l’IRIS4) permettrait de mieux cerner les contours des divers types d’espaces résidentiels. Au sein d’une même commune, des quartiers socialement très différents pourraient être identifiés comme c’est par exemple le cas dans le centre de Marseille où se mêlent « des quartiers très divers, du quartier populaire extrême – Belsunce – aux plus élégants des quartiers centraux – Le Roucas Blanc, Endoume » (Mansuy et Marpsat, 1994). Mais l’objet de cet article n’est pas de proposer une typologie des quartiers des principales agglomérations françaises (sur ce sujet, voir Mansuy et Marpsat, 1991, 1994) mais de décrire l’éventuelle diversité sociale des communes qui composent chacune des principales agglomérations du pays et de mesurer la part des ménages dont la personne de référence est active qui résident dans les différents types de communes préalablement identifiés. Si l’IRIS est la « brique géo-statistique » élémentaire de toute analyse spatiale, la commune constitue pour sa part l’échelon territorial de base de la gouvernance territoriale. C’est ce niveau que nous avons privilégié. Il offre déjà une bonne idée des particularités de la géographie résidentielle de chacune des métropoles françaises.

Figure 1. Mesure de la concentration communale de la population des agglomérations

Figure 1. Mesure de la concentration communale de la population des agglomérations

Lecture : À Nice et Toulouse par exemple, 80 % des communes (les plus petites) accueillent 20 % des ménages. L’indice de Gini (IG) vaut dans ces villes respectivement 0,75 et 0,77, ce qui traduit une forte concentration de la population de l’agglomération dans un nombre limité de communes.

  • 5 Pour éviter les répétitions, nous utiliserons le terme « professions intermédiaires » pour qualifie (...)

10Le ménage est quant à lui l’unité statistique de référence. La catégorie sociale à laquelle il appartient correspond à la PCS de la personne de référence. Parmi les ménages dont la personne de référence est active, nous avons concentré notre attention sur les cadres et professions intellectuelles supérieures, les professions intermédiaires et un ensemble regroupant les employés et les ouvriers5. Ces trois groupes sociaux représentent au moins la moitié des ménages des grandes agglomérations françaises (tableau 1) et plus de 90 % des ménages dont la personne de référence est active. Ce choix est lié au précédent : de nombreuses communes sont de très petite taille, ce qui ne permet pas, en toute rigueur, compte tenu des nouvelles modalités du recensement et de ses limites [Pan Ké Shon, 2007 ; Riandey, 2000 ; Damais, 2001], de décomposer des effectifs de petite taille inhérents à une nomenclature des PCS très détaillée, comme celle proposée en 31 postes par l’INSEE. Cela serait dommageable si notre objectif était de mettre en évidence les catégories sociales les plus ségrégées et celles qui contribuent le plus aux évolutions de la ségrégation sociale. Mais l’objet de cet article est de caractériser les différentes communes de chaque agglomération du point de vue de leur composition sociale dominante, ce qui suppose un travail de synthèse des catégories sociales, qui réduit immanquablement le détail de l’information initiale. Ainsi, dans son travail sur la ségrégation sociale dans la métropole parisienne, E. Préteceille élabore à partir du croisement de la PCS détaillée (31 postes), du chômage et de la précarité de l’emploi, une typologie socioprofessionnelle fine des quartiers qui décrit les contrastes sociaux en 18 types finalement rassemblés en 3 groupes (espaces supérieurs, espaces moyens-mélangés, espaces populaires-ouvriers ; Préteceille, 2006). Nous verrons que les résultats auxquels nous parvenons pour l’agglomération parisienne à partir de notre catégorisation sociale et de notre découpage géographique plus sommaires conduisent à des résultats très proches de ceux de E. Préteceille, ce qui tend à crédibiliser ce choix pour les agglomérations de province.

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des principales villes françaises (2009)

Villes

Population (en milliers)

Part des ménages dont la personne de référence est active

Ménages dont la personne de référence est active

Professions intermédiaires

Cadres

Employés & ouvriers

Autres

Paris

10 300

70 %

25 %

32 %

37 %

6 %

Marseille

1550

58 %

26 %

20 %

46 %

8 %

Lyon

1500

64 %

27 %

25 %

41 %

7 %

Lille

1000

63 %

25 %

22 %

47 %

6 %

Nice

950

57 %

24 %

20 %

45 %

11 %

Toulouse

860

65 %

27 %

29 %

38 %

6 %

Bordeaux

830

62 %

27 %

23 %

43 %

7 %

Lecture : À Bordeaux (unité urbaine), la personne de référence de 62 % des ménages est active. Parmi les ménages dont la personne de référence est active, on compte 27 % de professions intermédiaires, 23 % de cadres et 43 % d’ouvriers-employés. Ces trois catégories représentent 93 % des ménages dont la personne de référence est active.

Source : INSEE.

11Les nombreux indices de ségrégation résidentielle dont D.S. Massey et N. A. Denton (1988) et plus récemment P. Apparicio (2000) proposent de (très) bonnes synthèses « renvoient une valeur pour l’ensemble de l’espace d’étude et ne répondent en aucun cas à des questionnements spatiaux du type : où se localise tel ou tel groupe dans la ville ? » [Apparicio, 2000]. Or, c’est précisément à ce type de question que nous tentons de répondre. De ce fait, nous avons opté pour un raisonnement « en termes de sur et de sous-représentation, ce qui revient à dire que l’on choisit comme norme de représentation l’équirépartition » [Pinol, 1994]. Nous avons donc calculé pour chaque commune et pour chaque catégorie de ménage un rapport qui mesure l’écart relatif entre le nombre observé de ménages de chaque catégorie et celui que l’on devrait observer dans le cas d’une indépendance parfaite entre la catégorie sociale et la commune de résidence au sein de l’agglomération. Il correspond au rapport entre le poids de la catégorie de ménage considérée (xi) dans une commune donnée (ti) et celui de cette même catégorie (X) dans l’agglomération (T). Cet indice de concentration relative est appelé quotient de localisation (QL) ou de concentration [Apparicio, 2000] :

12Lorsque l’effectif observé dans la commune correspond à celui attendu dans l’hypothèse d’une équirépartiton, l’indice est égal à 1. Plus il est élevé, plus ce groupe social est surreprésenté et vice versa. Pour chaque commune, nous avons donc calculé trois quotients de localisation : un pour les cadres, un autre pour les professions intermédiaires et un dernier pour les ouvriers et employés. Nous avons distingué 6 classes. Quand cet indice est :

  • supérieur à 1,5 (soit une proportion supérieure au moins de moitié à celle de l’ensemble de l’agglomération), on peut parler d’une surreprésentation très nette ;

  • compris entre 1,1 et 1,5 (de 10 % à 50 % au-dessus de la valeur moyenne dans l’agglomération), on parlera de surreprésentation modérée ;

  • compris entre 0,9 et 1,1 (de -10 % à +10 %), le poids de la catégorie sociale dans la commune considérée est globalement comparable à celui de l’agglomération ;

  • compris entre 0,9 et 0,5 (de 10 % à 50 % de moins que dans l’agglomération), la sous-représentation est qualifiée de modérée ;

  • inférieur à 0,5 (la part de ce groupe dans la commune est au moins inférieure de 50 % à ce qu’elle est dans l’agglomération), le groupe social considéré est nettement sous-représenté dans la commune.

13Puis nous avons établi pour chaque agglomération une typologie des communes en 5 classes qui permet de distinguer (tableau 2) :

  • les communes dans lesquelles la concentration relative d’une catégorie sociale donnée se fait au détriment des deux autres ;

  • celles dans lesquelles deux groupes sociaux sont surreprésentés au détriment du troisième ;

  • celles enfin dans lesquelles aucune catégorie de ménage n’est particulièrement surreprésentée. Ces communes sont celles dont la composition sociale des ménages se rapproche le plus, à l’échelle de la commune, d’une mixité sociale parfaite.

14À chaque fois, ces informations sont complétées par la part des ménages de chaque catégorie qui résident dans chacun de ces ensembles de communes. On approche ainsi la proportion de ménages dont la personne de référence est active qui résident dans des communes socialement très mélangées, c’est-à-dire mixtes sur le plan socio-professionnel.

Tableau 2. Typologie des communes selon la dominante sociale de la personne de référence du ménage

Type de commune

Valeur du quotient de localisation

Cadres

Prof. Intermédiaires

Ouvriers & Employés

Cadres

>> moyenne

< moyenne

< moyenne

PI & Cadres

> moyenne

> moyenne

< moyenne

Mixte PCS+

faiblement > moyenne

proche moyenne

faiblement < moyenne

Prof. intermédiaires

< moyenne

>> moyenne

< moyenne

Mixte

proche moyenne

proche moyenne

proche moyenne

Mixte PCS-

faiblement < moyenne

proche moyenne

faiblement > moyenne

PI & Ouvriers/Employés

< moyenne

> moyenne

> moyenne

Ouvriers/Employés

< moyenne

< moyenne

>> moyenne

2. Deux lectures de l’opposition spatiale entre cadres et ouvriers

15Dans chacune des principales agglomérations françaises, on constate un même schéma d’opposition spatiale entre les communes dans lesquelles les ménages cadres sont surreprésentés et celles dans lesquelles la présence des ouvriers et employés est nettement supérieure à la moyenne.

16On peut caractériser chaque commune par deux quotients de localisation : celui des ménages cadres et celui des ouvriers-employés. Ces deux valeurs peuvent être placées sur un plan. Sur celui-ci, on peut projeter les couples de valeurs caractérisant toutes les communes des sept plus grandes agglomérations françaises. Le résultat est éloquent (figure 2) : plus le quotient de localisation d’une catégorie est élevé, plus celui de l’autre groupe social diminue (r = -0,82). Cette corrélation est moins élevée dans les villes comptant moins de 1 million d’habitants : le coefficient de corrélation est ainsi de -0,59 à Bordeaux, de -0,60 à Nice et de -0,76 à Toulouse, tandis qu’il est de -0,84 à Lyon, de -0,88 à Paris, de -0,89 à Marseille et de -0,90 à Lille. On ne peut pas dire pour autant que la taille des agglomérations a un effet sur l’intensité de l’opposition spatiale entre ces deux catégories sociales. Si tel était le cas, la mesure statistique de cette opposition devrait être la plus convaincante à Paris, ce qui n’est pas le cas. Le même constat vaut pour le poids des ménages cadres au sein de chacune des agglomérations, puisque c’est à Paris et Toulouse qu’il est le plus élevé (respectivement 32 % et 29 % des ménages dont la personne de référence est active), et à Marseille et Nice qu’il l’est le moins (20 %). Sur le plan statistique, on peut donc seulement retenir que, là où les ménages cadres sont surreprésentés, les ménages ouvriers et employés sont sous-représentés et inversement, avec des intensités fortes mais nuancées dans les principales agglomérations françaises. Cette corrélation statistique recouvre des réalités démographiques bien différentes.

Figure 2. Lecture statistique de l’opposition entre ménages cadres et ménages ouvriers-employés dans les principales métropoles françaises

Figure 2. Lecture statistique de l’opposition entre ménages cadres et ménages ouvriers-employés dans les principales métropoles françaises

Champ : communes des agglomérations de Paris, Marseille, Lyon, Lille, Nice, Toulouse et Bordeaux.

  • 6 Ici comme dans la suite de cet article, pour le calcul de ce type de proportions, la population de (...)
  • 7 A partir de sa catégorisation sociale bien plus détaillée que la nôtre (31 PCS, prise en compte du (...)

17À Paris, la surreprésentation des cadres à l’échelle de la commune se fait globalement au détriment de la présence de toutes les autres catégories de ménage dont la personne de référence est active. C’est précisément le cas dans 96 des 431 communes de l’agglomération parisienne. Parmi elles se trouvent certaines des communes les plus peuplées. Les 17 premiers arrondissements parisiens figurent ainsi dans ce groupe de communes, de même, par exemple, que les communes de Boulogne-Billancourt (plus de 100 000 habitants), Versailles (plus de 85 000 habitants), Courbevoie (85 000 habitants), Rueil-Malmaison (près de 80 000 habitants), Levallois-Perret, Issy-les-Moulineaux ou encore Neuilly-sur-Seine (qui comptent toutes environ 60 000 habitants). Au total, ces 96 communes accueillent un peu plus du tiers (34 %) des ménages de l’agglomération6 mais plus de la moitié (51 %) des ménages parisiens dont la personne de référence est cadre7 : à Paris, plus d’un ménage cadre sur deux réside donc dans une commune dans laquelle leur poids est nettement plus important que leur proportion dans l’ensemble de l’agglomération. Au contraire, un ménage ouvrier ou employé parisien sur cinq (21 %) habite cet ensemble de communes. Dans les 67 communes parisiennes dans lesquelles ces ménages sont au contraire nettement surreprésentés au détriment des deux autres groupes (en particulier les ménages de cadres), qui accueillent pourtant 17 % des ménages de l’agglomération parisienne, ne résident que 6 % des ménages cadres parisiens, tandis que nettement plus du quart (27 %) des ménages ouvriers ou employés y habite. Cette opposition révèle bien, comme nombre de travaux l’ont d’ailleurs parfaitement montré, que la localisation des cadres à Paris se fait largement sur un mode exclusif. Elle est accentuée sur le plan cartographique par le fait que les communes dominées, soit par les ménages cadres, soit par ceux d’ouvriers-employés, ont également une grande cohérence géographique (carte 1). Au bloc quasiment continu de communes aisées qui sont principalement localisées à Paris intra-muros, dans la partie ouest des Hauts-de-Seine et la partie des Yvelines la plus proche du centre de l’agglomération, s’oppose un vaste ensemble de communes modestes massivement concentrées en Seine-Saint-Denis et dans le Val d’Oise (le long de la ligne de partage avec la Seine-Saint-Denis). Ailleurs en France, il n’y a guère qu’à Lyon, et encore, de manière très atténuée, qu’un tel phénomène peut être mis en évidence.

Carte 1. Paris (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 1. Paris (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

18Dans l’agglomération lyonnaise, les communes au sein desquelles les ménages cadres sont nettement surreprésentés au détriment des autres ménages dont la personne de référence est active se concentrent principalement au nord de la ville-centre, en remontant le long de la Saône et/ou dans les Monts d’Or (carte 2). À l’exception des 2e et 6e arrondissements de Lyon (respectivement 30 000 et 50 000 habitants) et des communes limitrophes à la ville-centre de Sainte-Foy-les-Lyon (22 000 habitants) et Écully (18 000 habitants), ce sont pour la plupart des communes de petite taille. Au nombre de 34 sur les 138 que compte la métropole lyonnaise (soit le quart des communes), elles n’accueillent donc que 14 % des ménages dont la personne de référence est active. Mais plus d’un ménage cadre sur cinq (23 %, soit tout de même moitié moins qu’à Paris) contre seulement moins d’un ménage ouvrier-employé sur dix (9 %) y réside. À l’inverse, on dénombre 12 communes, dont les plus importantes sont pour la plupart situées dans l’est de l’agglomération (par exemple Vénissieux avec 57 000 habitants ; Vaulx-en-Velin et Saint-Priest avec 40 000 habitants chacune, Rilleux-la-Pape avec 30 000 habitants ou encore Decines-Charpieux avec 25 000 habitants), dans lesquelles les ménages ouvriers ou employés sont nettement surreprésentés au détriment des deux autres catégories de ménage. Dans cet ensemble qui accueille 16 % des ménages de l’agglomération réside un quart des ménages d’ouvriers-employés lyonnais et 6 % seulement des ménages de cadres. De toutes les grandes villes de province, Lyon est la seule qui présente une division sociale de l’espace résidentiel qui se rapproche un peu de celle observée en région parisienne. Mais l’opposition spatiale entre les ménages de cadres et ceux des ouvriers ou des employés est toutefois encore loin d’être aussi marquée qu’à Paris.

Carte 2. Lyon (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 2. Lyon (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

19À Marseille comme à Lille, Nice, Toulouse et Bordeaux, rares sont les communes dans lesquelles la présence de cadres est exclusive. Et celles dans lesquelles cette situation est observée sont de très petite taille. Par exemple, à Bordeaux, 5 communes sur les 64 que compte l’agglomération sont caractérisées par une surreprésentation importante des ménages de cadres au détriment de la présence des professions intermédiaires et des ménages ouvriers ou employés. Seulement 3 % de l’ensemble des ménages et 5 % des ménages cadres de l’agglomération y résident. Dans les autres grandes villes françaises de province, la part de ménages cadres résidant dans des communes où la surreprésentation de ces derniers se conjugue avec un déficit des autres catégories de ménages dont la personne de référence est active est encore plus faible : elle est de 4 % à Nice, 3 % à Lille, 1 % à Toulouse et inférieure à 1 % à Marseille !

20En revanche, dans la plupart de ces villes, on observe de plus grandes concentrations de ménages ouvriers-employés au détriment des cadres et des professions intermédiaires. C’est en particulier le cas à Lille. Dans 7 communes de l’agglomération, qui comptent toutes au moins 10 000 habitants parmi lesquelles Roubaix (97 000 habitants), Tourcoing (92 000 habitants) et Wattrelos (42 000 habitants), la surreprésentation des ménages ouvriers-employés s’accompagne d’un net déficit relatif de ménages cadres et de professions intermédiaires (carte 3). Ces communes forment un ensemble démographique important (27 % des ménages). Plus du tiers des ménages ouvriers-employés de l’agglomération (36 %) y réside, tandis que 12 % des ménages cadres y ont leur logement.

Carte 3. Lille (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 3. Lille (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

21À Marseille aussi, un ensemble de communes de plus de 10 000 habitants accueille une proportion de ménages ouvriers ou employés nettement plus importante que la moyenne de l’agglomération, tandis que celle des deux autres catégories de ménages est tout aussi nettement en dessous de la moyenne. Il s’agit des 2ème, 3ème, 14ème et 15ème arrondissements de Marseille, ainsi que des communes de Berre-L’étang et Port-de-Bouc (carte 4). Elles accueillent au total 13 % des ménages. Près d’un ménage ouvrier-employé sur cinq (19 %) de l’agglomération y réside contre 5 % des ménages cadres.

Carte 4. Marseille (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 4. Marseille (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

22À Toulouse, 8 des 73 communes de l’agglomération sont caractérisées par une nette surreprésentation des ménages ouvriers-employés au détriment des autres groupes sociaux (carte 5). Mais hormis la commune de Muret (24 000 habitants), il s’agit de communes de quelques milliers d’habitants. Elles n’accueillent donc au total que 7 % des ménages de l’agglomération et 9 % des ménages ouvriers-employés.

Carte 5. Toulouse (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 5. Toulouse (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

23Bordeaux compte pour sa part 16 communes (sur les 64 de l’agglomération) ayant ce profil social ; 6 d’entre elles comptent plus de 10 000 habitants : Bègles (25 000 habitants), Cenon (23 000), Lormont (21 000), Floirac (16 000) et Ambarès-et-Lagrave (13 000). 14 % des ménages dont la personne de référence est active et 19 % des ménages ouvriers-employés de l’agglomération résident dans cet ensemble pluri-communal qui est assez compact sur le plan spatial (carte 6).

Carte 6. Bordeaux (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 6. Bordeaux (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

24Enfin, Nice se distingue de toutes les autres grandes villes françaises : il n’existe pas, en effet, de véritable ensemble de communes dans lesquelles le poids des ménages ouvriers-employés entraîne un déficit marqué des deux autres catégories de ménages (carte 7). Là où le quotient de localisation des ménages ouvriers-employés est important, celui des ménages cadres est pourtant faible. Mais cette surreprésentation des ouvriers-employés n’exclut pas les professions intermédiaires. L’inverse est également vrai : dans de nombreuses communes, la surreprésentation des ménages de cadres ne pénalise pas la présence des professions intermédiaires.

Carte 7. Nice (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

Carte 7. Nice (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009

25L’appréhension démographique de la géographie des catégories sociales au sein de ces différentes agglomérations atténue donc fortement la mesure statistique de l’opposition spatiale entre les ménages les plus aisés et ceux qui le sont moins. Ainsi, contrairement à ce qui est observé à Paris et dans une moindre mesure à Lyon, la présence des cadres se fait sur un mode bien moins exclusif à Marseille, Lille, Nice, Toulouse et Bordeaux. La géographie des professions intermédiaires le montre bien. Celles-ci semblent assurer, bien souvent, une sorte de continuité spatiale entre les quelques communes caractérisées par une forte concentration de ménages cadres et celles, plus nombreuses, dans lesquelles les ménages-ouvriers sont particulièrement présents.

3. Les professions intermédiaires : des ménages qui se mélangent aux autres catégories sociales

26Contrairement aux ménages cadres et ouvriers-employés dont la surreprésentation peut se faire au détriment des deux autres catégories de ménages d’actifs, on compte très peu de communes dans lesquelles la présence des professions intermédiaires est telle qu’elle entraîne un déficit relatif des ménages de cadres et d’ouvriers-employés. Il n’y a guère que dans l’agglomération niçoise qu’un tel phénomène est observé, mais il concerne de très petites communes (5 au total) qui accueillent seulement un peu plus de 1 % des ménages de l’agglomération et 2 % des professions intermédiaires locales.

27D’une manière générale, quelle que soit la ville considérée à l’exception de Lyon, rares sont les communes au sein desquelles les professions intermédiaires sont nettement surreprésentées, alors que leur poids parmi les ménages est du même ordre de grandeur que celui des cadres. Sur le plan démographique, cette catégorie de ménages pourrait donc tout aussi bien que les ménages cadres se concentrer au sein d’espaces résidentiels « réservés ». Ce n’est pas le cas, ce qui souligne la position particulière que les professions intermédiaires occupent dans l’espace résidentiel des grandes agglomérations françaises.

28À Paris, dans 48 des 431 communes de l’agglomération, leur proportion est nettement supérieure à la moyenne de l’unité urbaine. Ces mêmes communes accueillent le plus souvent une proportion légèrement plus élevée de ménages ouvriers-employés et un déficit relatif de cadres. Elles sont de petite taille : 6 % des ménages de l’agglomération y réside et seulement 7 % des professions intermédiaires. Les chiffres sont comparables pour la ville de Marseille : dans 8 des 64 communes de l’agglomération, la surreprésentation des professions intermédiaires est associée à une présence des ménages ouvriers-employés légèrement plus importante qu’en moyenne dans l’agglomération, tandis que les cadres sont déficitaires. Là encore, ces communes sont de petite taille et n’accueillent que 6 % de l’ensemble des ménages et 7 % des professions intermédiaires de l’agglomération.

29À Bordeaux aussi le renforcement de la présence des professions intermédiaires est le plus souvent associé à une légère surreprésentation des ménages ouvriers et employés. Là encore, ces caractéristiques sont celles de peu de communes (5 sur 64), toutes de petite taille : elles n’accueillent que 3 % des ménages et 4 % des professions intermédiaires de l’agglomération.

30Toulouse, Lille et Lyon s’écartent de ce schéma, pour différentes raisons :

  • À Toulouse, on ne peut véritablement identifier de communes au sein desquelles les professions intermédiaires sont nettement surreprésentées. À l’exception des quelques communes dans lesquelles la présence des cadres est nettement plus importante qu’en moyenne, les professions intermédiaires se distribuent de manière très équilibrée au sein de l’agglomération.

  • À Lille, il y a bien quelques communes (7 sur 59) dans lesquelles les professions intermédiaires sont nettement surreprésentées. Mais dans ces communes, la catégorie de ménages également surreprésentée est cette fois celle des cadres. Elles pèsent toutefois peu sur le plan démographique : elles accueillent en effet moins de 2 % des ménages de l’agglomération et un peu plus de 2 % des professions intermédiaires.

  • Lyon est donc la seule grande ville qui comprend des communes de taille importante où les professions intermédiaires sont nettement surreprésentées. Elles partagent ces territoires communaux avec les cadres, eux aussi nettement surreprésentés, au détriment des ménages ouvriers ou employés. Cette situation est notamment celle des 5e et 7e arrondissements de Lyon (respectivement 47 000 et 70 000 habitants) et des communes de Caluire-et-Cuire (41 000 habitants) et de Saint-Genis-Laval (20 000 habitants environ). Au total, 21 des 138 communes de l’unité urbaine présentent ces caractéristiques : elles accueillent 16 % de l’ensemble des ménages de l’agglomération, 18 % des professions intermédiaires et 23 % des cadres.

31Lyon présente aussi une autre singularité : ces communes au sein desquelles les professions intermédiaires sont nettement surreprésentées se trouvent pour un certain nombre d’entre elles au centre de l’unité urbaine, tandis que dans toutes les autres villes elles se situent pour la plupart à la périphérie des agglomérations, comme si les professions intermédiaires ne pouvaient créer leur « entre-soi » résidentiel (et encore, en devant le partager le plus souvent avec un autre groupe social) qu’en repoussant les limites géographiques de la ville ; ce constat est particulièrement net dans la métropole parisienne.

32Ce que soulignent en creux ces observations, c’est la très grande intégration résidentielle de cette catégorie de ménages au sein des grandes villes : elle peut d’ailleurs être considérée comme le vecteur de la mixité sociale dans les métropoles régionales en assurant d’une certaine manière une continuité spatiale et sociale entre les différentes communes. Ce rôle est plus difficile à remplir à Paris où la division sociale de l’espace résidentiel est tout de même très forte. Mais leur présence atténue considérablement l’opposition spatiale entre communes aisées et populaires. Pour le montrer, on peut répartir les professions intermédiaires selon le type de commune dans lequel elles résident.

33Sur la base des classifications ascendantes hiérarchiques effectuées pour chaque agglomération, 7 types de commune ont été distingués en fonction du niveau de concentration relative de chacune des trois catégories de ménages considérées ici (tableau 2). Comme toute typologie, cette réduction des caractéristiques sociales des communes de chaque agglomération comporte une part d’arbitraire qui ne restitue pas parfaitement les nuances qui pourraient être observées sur le terrain de manière plus qualitative ou à partir d’une catégorisation sociale et d’un maillage territorial plus fins (cf. supra). Elle permet toutefois de saisir, là encore, la singularité de Paris par rapport aux villes de province, mais aussi de mettre en évidence certaines différences entre ces dernières.

34À Paris, près du tiers (30 %) des professions intermédiaires réside dans une commune dans laquelle la concentration des cadres est nettement supérieure à la moyenne. C’est deux fois plus que la part des professions intermédiaires dont le logement se trouve au contraire dans une commune largement dominée par la présence de ménages ouvriers-employés (15 %). Entre ces deux espaces résidentiels opposés, près de la moitié (48 %) réside dans une commune dont la composition sociale se rapproche de celle de l’ensemble de l’agglomération ; enfin, une petite partie (7 %) est installée dans des communes dans lesquelles les cadres sont sous-représentés au profit des deux autres catégories de ménage.

  • 8 Cela signifie qu’à l’échelle de la commune, la répartition selon la PCS des ménages dont la personn (...)
  • 9 Statistiquement, la nuance est parfois de faible ampleur. Localement, ces nuances statistiques peuv (...)
  • 10 À Bordeaux, les communes mixtes à tendance « bourgeoise » sont caractérisées par une surreprésentat (...)

35À Paris, plus de la moitié des professions intermédiaires réside dans des communes nettement déséquilibrées sur le plan social. Au contraire, dans les principales villes de province, elles habitent pour la plupart dans des communes pouvant être considérées comme socialement mixtes. Ainsi à Marseille, plus de 9 professions intermédiaires sur 10 (91 %) résident dans une commune dont la composition diffère peu de celle de l’ensemble de l’agglomération. On observe des proportions équivalentes voire même supérieures dans toutes les villes du sud : 97 % à Nice, 90 % à Toulouse, 84 % à Bordeaux. Si l’on décompose de manière plus nuancée les territoires proches de la mixité sociale, quelques différences apparaissent. En effet, si l’on observe des cas de mixité sociale presque parfaite8, certaines communes mixtes comptent toutefois une légère surreprésentation des cadres au détriment des ouvriers-employés, tandis que d’autres présentent un profil symétrique. En caricaturant, on peut donc distinguer les cas de mixité sociale à tendance « bourgeoise » de ceux à tendance « populaire »9. À Nice et à Toulouse, c’est très largement (respectivement 79 % et 80 %) au sein de communes mixtes mais dans lesquelles les ménages ouvriers-employés sont néanmoins légèrement surreprésentés que les professions intermédiaires résident. À Marseille, ces dernières se partagent à peu près équitablement entre les communes mixtes à tendance « bourgeoise » (48 %) et « populaires » (43 %). À Bordeaux, les communes mixtes à tendance « bourgeoise »10 accueillent plus de la moitié (54 %) des professions intermédiaires de l’agglomération, tandis que 30 % de ces dernières résident dans des communes presque parfaitement mixtes.

36À Lyon et Lille, une partie non négligeable (respectivement 13 % et 10 %) des professions intermédiaires réside dans des communes dans lesquelles les cadres sont particulièrement nombreux, et ce au détriment des autres catégories de ménages dont la personne de référence est active. De plus, à Lyon, 18 % des professions intermédiaires habitent dans des communes où elles sont, au même titre que les ménages cadres, surreprésentés au détriment des ménages ouvriers-employés. Au total, dans la capitale rhônalpine, près du tiers (31 %) des professions intermédiaires réside dans des communes plutôt aisées. Cette proportion est de 13 % à Lille. Néanmoins, dans ces deux villes, plus de la moitié des professions intermédiaires demeure au sein de communes caractérisées par une assez grande mixité sociale : cette proportion est de 56 % à Lyon (dont 34 % à tendance « populaire » et 22 % proche d’une situation de mixité sociale parfaite) et de 66 % à Lille où cette mixité est à dominante « populaire ».

4. La mixité sociale dans les grandes villes : un mythe à paris, une réalité en province ?

  • 11 G.-F. Dumont parvient également à un constat identique au terme d’une comparaison de la géographie (...)

37La prise en compte des professions intermédiaires dans l’étude de la distribution spatiale des groupes socioprofessionnels dans les métropoles et l’élargissement géographique à l’ensemble des unités urbaines dépassant ou approchant le million d’habitants conduit à repousser la bipolarisation comme schéma type de l’organisation spatiale des groupes sociaux au sein des grandes villes11. La segmentation à grande échelle de l’espace urbain entre communes aisées et populaires est véritablement seulement observée à Paris. Et encore, cette lecture de l’organisation spatiale de l’agglomération parisienne doit, elle aussi, être relativisée : la capacité des professions intermédiaires à occuper « normalement », d’un point de vue démographique, de nombreux espaces résidentiels témoigne d’une certaine porosité sociale entre les communes aisées et populaires, alors que la focalisation de l’analyse sur ces deux groupes socioprofessionnels opposés tend à renvoyer une image de segmentation spatiale très rigide.

  • 12 En moyenne, fin 2012, le prix à la vente du m2 des appartements anciens était de 8400 € à Paris int (...)

38En fait, ce qui caractérise surtout Paris par rapport aux grandes villes de province est la capacité des ménages aisés à s’isoler (en partie seulement) du reste de la population (et donc à se concentrer) à une échelle spatiale et démographique importante. Le marché immobilier dans les grandes villes de province ne permet pas aux cadres, comme c’est le cas à Paris12, d’exclure aussi nettement les autres catégories sociales, en particulier les professions intermédiaires, de leur environnement communal et de les reléguer dans d’autres communes.

39De ce fait, à Paris, moins de la moitié (43 %) des ménages dont la personne de référence est active réside dans une commune dont la composition socio-professionnelle peut être considérée comme proche de la mixité sociale. Partout ailleurs cette proportion est supérieure à 50 %. Elle dépasse toutefois ce seuil de très peu à Lyon (53 %), plus nettement à Lille (62 %), et s’en écarte de manière importante à Bordeaux (82 %), à Marseille (87 %), à Toulouse (89 %) et à Nice (97 %).

40Il est bien évident que la même méthode appliquée à l’échelle de l’IRIS par exemple atténuerait la valeur de ces chiffres. A une échelle plus petite, on mettrait bien sûr en évidence, au sein même des communes qualifiées ici de mixtes, des quartiers aisés et populaires. Il n’empêche que les écarts parfois considérables entre Paris et les autres villes françaises témoignent des perspectives résidentielles très différentes offertes en province aux professions intermédiaires et aux ouvriers-employés (et même aux cadres). Par ailleurs, les ménages semblent bien plus mélangés dans les métropoles du sud de la France qu’à Lyon ou Lille.

  • 13 Toutefois, les travaux de « P.-P. Zalio sur la bourgeoisie marseillaise (1999) ont montré l’extrême (...)

41Le sud serait-il l’eldorado de la mixité sociale ? Peut être, mais certainement pas aussi nettement que les chiffres mentionnés ci-dessus le laissent paraître. La comparaison, entre métropoles, de la part des ménages d’actifs résidant dans une commune mixte sur le plan social souffre en effet d’un biais lié au poids inégal de la commune-centre dans l’agglomération. À Paris, Lyon et Marseille, la commune-centre est divisée en arrondissements, ce qui rend possible la mise en évidence des différences éventuelles de compositions sociales à l’intérieur de la ville-centre et donc des phénomènes de contrastes sociaux. Plus l’échelle est fine, moins le calcul de la part de la population résidant dans un environnement mixte conduit à un résultat important. Ce biais permet toutefois de souligner la singularité de l’agglomération marseillaise au sein de laquelle plus de 9 ménages sur 10 résident dans une commune globalement mixte13. Il conduit aussi à appréhender les résultats obtenus pour Lille, Nice, Toulouse et Bordeaux de façon plus nuancée.

42La commune de Lille accueille 26 % des ménages dont la personne de référence est active de l’agglomération. Elle pèse donc sur le plan statistique d’une manière assez importante sur la composition sociodémographique de l’ensemble de l’agglomération, ce qui limite par la même la possibilité de se démarquer du profil moyen et accentue par conséquent les chances d’être classée parmi les communes mixtes. C’est encore plus le cas à Bordeaux où la commune-centre accueille le tiers des ménages de l’agglomération, à Nice (36 %) et surtout à Toulouse où 55 % des ménages de l’agglomération résident dans la ville-centre. A contrario, pour les communes plus petites, ce même poids démographique important des villes-centres favorise les éventuels écarts par rapport aux caractéristiques de ces dernières. Il n’empêche, dans le cas présent, plus les agrégats démographiques sont importants, plus la part des ménages résidant dans des communes qualifiées de mixtes a de chance d’être élevée. Ce biais est intéressant à mobiliser dans le cas de Lille où « seulement » 62 % des ménages demeurent au sein d’une commune mixte. Si la ville-centre de Lille était scindée en quelques arrondissements, cette proportion diminuerait vraisemblablement pour tendre vers celle de Lyon. Pour les mêmes raisons, et ce d’autant plus que le poids de la commune-centre à Nice, Bordeaux et Toulouse est encore plus élevé, le découpage de la ville-centre en arrondissements conduirait à situer le taux de mixité sociale nettement en dessous des 90 %.

43Le calcul d’un indice de ségrégation (IS) de Duncan et Duncan (1955) pour chaque groupe social au sein de chaque ville-centre, en prenant comme unité géographique élémentaire l’IRIS, apporte un éclairage complémentaire à nos résultats. Cet indice mesure la part (nécessairement comprise entre 0 et 1 ou 100 %) de la catégorie de ménage considérée (dans le cas présent identifiée par la PCS de la personne de référence) qui devrait déménager (ici changer d’IRIS) afin d’obtenir une équirépartition au sein de la ville-centre. On peut commencer par faire un constat général : c’est pour les professions intermédiaires que cet indice est le plus faible. À Lille, Nice, Toulouse ou Bordeaux, il faudrait seulement que 10 % à 13 % des professions intermédiaires déménagent pour assurer une équirépartition de cette catégorie de ménage à l’échelle de l’IRIS au sein de la ville-centre. Ce groupe social est bien celui qui se mélange le plus aux autres groupes sociaux, ce qui lui confère un rôle de lien socio-spatial au sein des métropoles régionales. En revanche, d’une agglomération à l’autre, la part de ménages cadres et ouvriers-employés qui devraient déménager pour assurer une distribution parfaite au sein de la ville-centre varie sensiblement. Pour les cadres, cet indice de ségrégation est de 27 % à Nice et de 25 % à Lille, tandis qu’il est seulement de 18 % à Toulouse et de 19 % à Bordeaux. C’est à peu près la valeur que prend cet indice pour les ouvriers-employés : 17 % à Toulouse et Bordeaux, 18 % à Nice mais 25 % à Lille. On retrouve bien ici l’opposition spatiale entre cadres et ouvriers-employés.

44Ces résultats révèlent qu’à l’échelle infra-communale (IRIS), les ménages sont moins mélangés dans les villes-centres de Lille et de Nice que dans celles de Toulouse et Bordeaux. Cela confirme que la géographie résidentielle de l’agglomération lilloise est manifestement un peu plus segmentée que ne le montrent les mesures opérées à l’échelle communale. À l’opposé, c’est à Toulouse et Bordeaux que les indices de ségrégation déterminés pour la commune-centre sont les plus faibles, ce qui confirme bien la géographie résidentielle socialement très mélangée mise en évidence par notre approche à partir de mesures communales. Enfin, à Nice, l’indice de ségrégation des cadres tend à indiquer qu’avec un découpage territorial plus fin, la part de ménages de l’agglomération niçoise résidant dans un environnement mixte serait vraisemblablement plus faible qu’à Toulouse et Bordeaux, tout en demeurant élevée et nettement distincte de celle des métropoles situées plus au nord.

45Bien que soulignant les limites de l’adoption de la commune comme unité géographique élémentaire dans le cadre d’une démarche comparative, ces dernières mesures ne remettent pas en cause la conclusion essentielle : les communes composant les principales agglomérations françaises sont plus homogènes sur le plan social dans les métropoles du sud de la France qu’à Paris (surtout), (et à un degré moindre) Lyon et Lille.

Pour conclure

46Au terme de cette présentation, peut-on entrevoir un lien entre la présence des cadres, inégale d’une agglomération à l’autre, et la distribution géographique des ménages dont la personne de référence est active ?

47Certes, c’est bien dans la ville dans laquelle la concentration de cadres est la plus forte (Paris), que l’espace résidentiel des ménages dont la personne de référence est active est le plus segmenté, tandis qu’à l’opposé, c’est à Marseille, où la part de cadres est la plus faible, que les ménages sont le plus mélangé. Il est donc tentant de conclure à une corrélation négative entre présence des cadres et mixité sociale. Les observations pour les autres métropoles régionales françaises conduisent toutefois à davantage de prudence :

  • Tout d’abord parce qu’à Toulouse, en dépit d’une proportion de ménages cadres élevée (la plus importante après celle observée à Paris), peu de communes (et elles sont dans ce cas très petites d’un point de vue démographique) ont une composition sociale qui s’écarte de la moyenne de l’agglomération. De ce fait, la plus grande partie des ménages dont la personne de référence est active réside dans des communes mixtes.

  • Ensuite, parce que la comparaison des situations lilloise et bordelaise brouille encore un peu plus l’existence hypothétique de ce lien. Dans ces deux agglomérations dans lesquelles le poids démographique de la ville-centre est du même ordre de grandeur (respectivement 26 % et 33 %), la part de ménages cadres est la même (14 %). Pourtant, la part des ménages dont la personne de référence est active qui réside dans une commune mixte est à Lille très différente de celle mesurée à Bordeaux (62 % contre 82 %).

48Il n’est donc pas possible de conclure à un lien linéaire entre la présence des cadres et la géographie résidentielle des ménages dont la personne de référence est active. Mais peut-être faut-il atteindre un certain seuil, une masse démographique de cadres particulière pour que la géographie résidentielle se trouve modifiée et tende vers une segmentation socio-spatiale assez marquée. L’adoption de la même démarche à l’échelle de l’IRIS, afin de bénéficier d’une même unité géographique et démographique pour nos calculs, permettrait peut-être de répondre plus précisément à notre questionnement initial. On pourrait surtout envisager d’analyser, pour chaque métropole, les évolutions depuis une trentaine d’années, d’une part, de la composition socio-professionnelle de la population active et, d’autre part, de la géographie résidentielle des ménages d’actifs. Cette démarche offrirait également l’opportunité de mieux cerner le modèle vers lequel tend chaque métropole. Lyon et Lille en particulier tendent-elles vers un modèle bipolarisé ou bien au contraire s’en écartent-elles ? La question ne manque pas d’intérêt au moment où les grandes villes françaises de province ont pour ambition commune de devenir des métropoles européennes. Quelle place en effet auront alors dans ces villes tous ceux qui n’exercent pas une fonction de cadre ou une profession intellectuelle supérieure ? Dans un contexte national qui a vu, ces dernières années, tous les groupes sociaux s’appauvrir « en termes de nombre d’années de travail requises pour rembourser un logement à proximité d’un marché du travail un peu dynamique » [Chauvel, 2012], les moins aisés ne peuvent accéder à la propriété qu’en « s’endettant plus lourdement, sur un plus grand nombre d’années ; en se logeant à l’étroit, en résidant plus loin du lieu de travail, en habitant des quartiers moins prestigieux » [Chauvel, 2012]. Paris est un exemple frappant de cette logique de relégation résidentielle d’une partie des professions intermédiaires et des ouvriers-employés (et même de certaines catégories de cadres). Est-ce le prix à payer pour les villes dont l’objectif est de devenir visible à l’échelle européenne ? Ce n’est pas certain. À ce titre, le cas de l’agglomération lyonnaise, très engagée dans cette voie, mériterait, plus que les autres grandes villes régionales (pour le moment au moins), une attention particulière.

Haut de page

Bibliographie

Apparicio P. (2000), Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique, Cybergeo : European Journal of Geography, mis en ligne le 16 juin 2000, consulté le 30 mars 2013 [http://cybergeo.revues.org/12063].

BRUN J., CHAUVIRÉ Y. (1983), « La ségrégation sociale, observations critiques sur la notion et essais de mesure à partir de l’exemple de Paris (1962-1975) », in D. Noin (éd.), Géographie sociale, Paris, pp. 102-133.

BRUN J., RHEIN C. (éds) (1994), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan.

CHAUVEL L. (2012), Les raisons de la peur : les classes moyennes sont-elles protégées de la crise ?, Les notes de l’OFCE, n° 18 (26 avril).

Damais J.-P. (2001), Du « recensement général » au « recensement rénové » de la population : vers une dégradation de son apport à la recherche géographique, Revue de géographie alpine, n° 1, pp. 119-131.

Dittgen A. (2005), Logement et ménage dans la dynamique des populations locales. L’exemple de Paris intra-muros, Population-F, vol. 60, n° 3, pp. 307-348.

Dumont G.-F. (2012), Diagnostic et gouvernance des territoires. Concept, méthode, application, Paris, Armand Colin.

Dumont G.-F. (2011), Géographie urbaine de l’exclusion dans les grandes métropoles régionales françaises, Paris, L’harmattan.

DUMONT G.-F. (2010), La France en villes, Paris, Éditions Sedes/Cned.

DUNCAN O. D. et DUNCAN B. (1955), A methodological analysis of segregation indexes, American Sociological Review, vol. 20, n° 2, pp. 210-217.

FRANÇOIS J.-C. (2005), Les évolutions récentes de la division sociale de l’espace francilien : observation des discontinuités structurelles par l’analyse discriminante, L’Espace géographique, n° 3, pp. 193-206.

lÉger j.-F. (2012), L’évolution sociodémographiques des villes moyennes de 1968 à 2006, Espace populations sociétés, n° 3, pp. 557-576.

Mansuy M., Marpsat M. (1994), « La division sociale de l’espace dans les grandes villes françaises, hors Île-de-France », in J. Brun et C. Rhein (éds), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, pp. 195-227.

Mansuy M.. Marpsat M. (1991), Les quartiers des grandes villes : contrastes sociaux en milieu urbain, Économie et statistique, n° 245 (juillet-août), pp. 33-47.

Oberti M., PrÉteceille E. (2011), « Les cadres supérieurs et les professions intermédiaires dans l’espace urbain : des dynamiques résidentielles divergentes, entre séparatisme et mixité sous contrôle », in S. Pochic, P. Bouffartigue et C. Gadéa (éds), Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement, Paris, Armand colin, pp. 202-212.

Pan KÉ Shon J.-L. (2007), Le recensement rénové français et l’étude des mobilités, Population-F, vol. 62, n° 1, pp. 123-141.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M. (1989), Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil.

PINOL J.-L (1994), « Les historiens et les phénomènes de ségrégation », in J. Brun et C. Rhein (éds), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, pp. 59-71.

PrÉteceille E. (2006), La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité, Sociétés contemporaines, n° 62, pp. 69-93.

PrÉteceille E. (1995), Division sociale de l’espace et globalisation. Le cas de la métropole parisienne, Sociétés contemporaines, n° 22-23, pp. 33-67.

Riandey B. (2000), La précision des données collectées sur une année dans le projet de recensement rénové, Population, vol. 55, n° 4-5, pp. 821-830.

ROZENBLAT C. (1989), Différenciations spatiales et sociales dans un espace urbain : les quartiers de Paris, L’Espace géographique, n° 3, pp. 264-272.

Sassen S. (1991), The global city. New-York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

Van Puymbroeck C., Reynard R. (2010), Répartition géographique des emplois, INSEE Première, n° 1278.

Wackermann G. (dir.) (2000), Les métropoles dans le monde, Paris, Ellipses.

ZALIO P.-P. (1999), Grandes familles de Marseille au XXe siècle, Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 Dans un article publié en 1995, E. Préteceille émettait déjà des réserves sur la validité de la thèse de S. Sassen. Mais à l’époque, on pouvait encore considérer que « l’ensemble des évolutions économiques et sociales de la région ne se conformait que très partiellement aux hypothèses » [Préteceille, 1995] sur lesquelles repose le modèle de dualisation de l’espace urbain dans les mégapoles.

2 Le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) est un document de planification qui vise à assurer la cohérence des politiques publiques à une échelle territoriale qui permette de prendre en compte les enjeux de fonctionnement des bassins de vie.

3 L’article 55 de la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (loi SRU) impose aux villes de disposer d’au moins 20 % de logements sociaux.

4 IRIS: îlots regroupés pour l’information statistique. Il s’agit de périmètres infra-communaux introduits par l’INSEE lors du recensement de 1999. Les IRIS d’habitat comptent de 1800 à 5000 habitants. Ils sont homogènes quant au type d'habitat et leurs limites s'appuient sur les grandes coupures du tissu urbain (voies principales, voies ferrées, cours d'eau, …).

5 Pour éviter les répétitions, nous utiliserons le terme « professions intermédiaires » pour qualifier les ménages dont l’activité de la personne de référence est classée parmi les professions intermédiaires. Pour la même raison, nous mentionnerons parfois seulement les termes « cadres » (au lieu de « cadres et professions intellectuelles supérieures ») ou « ouvriers-employés » pour évoquer les ménages dont la personne de référence appartient à l’une ou l’autre de ces catégories d’actifs.

6 Ici comme dans la suite de cet article, pour le calcul de ce type de proportions, la population de référence est celle des ménages dont la personne de référence est active. Cette précision n’est pas toujours mentionnée en raison de la « lourdeur » de l’intitulé. Dans le cas présent, parmi les ménages dont la personne de référence est active, 34 % résident dans des communes dans lesquelles les ménages cadres sont surreprésentés. Quand on calcule le poids de tous les ménages de l’agglomération (y compris ceux dont la personne de référence est inactive) qui résident au sein des différents types de communes, on parvient à des résultats très proches voire identiques. Cela est dû à la distribution proche de l’équirépartition des ménages dont la personne de référence est inactive.

7 A partir de sa catégorisation sociale bien plus détaillée que la nôtre (31 PCS, prise en compte du chômage et de la précarité de l’emploi) et d’un découpage territorial très fin (l’IRIS comme unité géographique élémentaire) et couvrant l’ensemble de la région Ile-de-France, E. Préteceille (2006) arrive au résultat suivant : en 1999, 53 % (51 % à partir de notre démarche) des cadres et professions intellectuelles supérieures résidaient dans les « espaces supérieurs » contre 28 % (34 % avec notre approche) de l’ensemble des actifs. Les différences peuvent bien sûr être attribuées à notre catégorisation sociale et à notre découpage territorial plus sommaires. Mais l’aire géographique considérée (l’agglomération pour nous, la région Île-de-France pour E. Préteceille), l’année d’observation (2009 contre 1999) et le fait de travailler sur les ménages dont la personne de référence est active et non sur l’ensemble des actifs peuvent également expliquer une partie de ces écarts. Mais au-delà des petites différences, les mesures sont du même ordre de grandeur et le constat est le même : celui d’une forte concentration territoriale des catégories supérieures. En revanche, ces choix méthodologiques différents interdisent de mobiliser ces deux séries de chiffres pour décrire des évolutions possibles entre 1999 et 2009.

8 Cela signifie qu’à l’échelle de la commune, la répartition selon la PCS des ménages dont la personne de référence est active est presque la même que celle de l’ensemble des communes de l’agglomération.

9 Statistiquement, la nuance est parfois de faible ampleur. Localement, ces nuances statistiques peuvent recouvrir des différences plus nettes. On touche là les limites de l’approche strictement quantitative.

10 À Bordeaux, les communes mixtes à tendance « bourgeoise » sont caractérisées par une surreprésentation parfois très nette des ménages cadres sans toutefois entraîner, dans la plupart des cas, un déficit marqué des professions intermédiaires et d’ouvriers-employés. On a tout de même qualifié de « mixité PCS++ » la dominante sociale de ces communes afin de souligner que s’il n’y a pas de déséquilibre trop marqué en faveur des ménages cadres, ces derniers y sont néanmoins bien plus présents qu’en moyenne dans l’agglomération.

11 G.-F. Dumont parvient également à un constat identique au terme d’une comparaison de la géographie urbaine de l’exclusion dans les grandes métropoles régionales françaises (2011).

12 En moyenne, fin 2012, le prix à la vente du m2 des appartements anciens était de 8400 € à Paris intra-muros, contre, par exemple, 3150 € dans la commune de Lyon ou 2500 € à Marseille (source : Base des Notaires de France).

13 Toutefois, les travaux de « P.-P. Zalio sur la bourgeoisie marseillaise (1999) ont montré l’extrême concentration résidentielle des groupes appartenant à l’élite » [Préteceille, 2006] dans cette ville ; ceux de M. Mansuy et M. Marpsat (1994) ont de leur côté mis en évidence la grande diversité sociale des quartiers dans le centre-ville. Mais à l’échelle de la commune (ou de l’arrondissement), ce constat d’une grande mixité sociale reste valide.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Mesure de la concentration communale de la population des agglomérations
Légende Lecture : À Nice et Toulouse par exemple, 80 % des communes (les plus petites) accueillent 20 % des ménages. L’indice de Gini (IG) vaut dans ces villes respectivement 0,75 et 0,77, ce qui traduit une forte concentration de la population de l’agglomération dans un nombre limité de communes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-2.png
Fichier image/png, 1,1k
Titre Figure 2. Lecture statistique de l’opposition entre ménages cadres et ménages ouvriers-employés dans les principales métropoles françaises
Légende Champ : communes des agglomérations de Paris, Marseille, Lyon, Lille, Nice, Toulouse et Bordeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 1. Paris (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 2. Lyon (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 3. Lille (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 4. Marseille (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 5. Toulouse (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Carte 6. Bordeaux (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 7. Nice (unité urbaine) : la dominante sociale des communes de l’agglomération en 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5583/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Léger, « Présence des cadres et distribution résidentielle des actifs dans les principales villes françaises », Espace populations sociétés, 2013/3 | 2013, 135-156.

Référence électronique

Jean-François Léger, « Présence des cadres et distribution résidentielle des actifs dans les principales villes françaises », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5583 ; DOI : 10.4000/eps.5583

Haut de page

Auteur

Jean-François Léger

Université Panthéon Sorbonne – Paris 1
Institut de démographie (IDUP)
Centre Pierre Mendès France
90, rue de Tolbiac
75694 Paris cedex 13
jfleger@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org