Navigation – Plan du site
Articles

Partir ou rester ? Transformation du choix résidentiel en fin d’activité de 1970 à 2006 en Belgique

Move or Stay? Residential Choice and Retirement in Belgium from 1970 to 2006
Jean-Paul Sanderson
p. 119-133

Résumés

Depuis les années 1970, le système de retraite en Belgique s’est profondément modifié avec le développement des mécanismes de départ anticipé du marché du travail. Cet article analyse l’évolution des migrations de retraites au cours des 40 dernières années en étudiant l’impact qu’a pu avoir l’accroissement du nombre de départs anticipés du marché du travail sur la mobilité des 50-64 ans. Un premier constat est la diminution de la mobilité au-delà de 50 ans entre 1970 et 2006. Une deuxième transformation concerne les choix résidentiels. Si les migrants partent principalement vers les grandes villes et les communes rurales, les destinations en 2001-2006 sont davantage diversifiées qu’en 1965-1970. Enfin, l’existence d’un lien entre le moment de la migration et celui du départ du marché du travail, a pu être démontrée même s’il semblerait que la probabilité de migrer avant 65 ans soit plus faible pour les personnes quittant le marché du travail de manière anticipée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Plusieurs études, notamment en France [Bonvalet et al. , 2007a ; Cribier et Kych, 1992] et en Belgique [Bracaval, 2009 et Thomsin, 2001], ont mis en évidence une mobilité accrue des individus à l’approche de la retraite. Cette mobilité répond à des motivations particulières, comme la recherche d’un cadre de vie plus agréable ou la volonté de se rapprocher des enfants ou des autres membres de la famille [Sanderson et al. , 2012].

  • 1 Le paradigme des parcours de vie fut énoncé par le sociologue américain Glenn Elder [Sapin, Spini e (...)

2Cribier et Kych (1992, p. 679), relisant cette migration de retraite à l’aune du paradigme des parcours de vie1, mettent en évidence d’autres enjeux de ce type de migration : « La migration de retraite n’est pas seulement une stratégie résidentielle, elle est une stratégie du mode de vie : l’acteur social cherche à maintenir plaisir à vivre et image positive de soi dans un nouveau mode de vie, à compenser des pertes, à développer de nouveaux rôles, de nouvelles activités, de nouvelles relations, un autre rapport aux lieux. »

3Elle peut aussi répondre à certaines nécessités et être contrainte par des facteurs économiques (l’incapacité financière de se maintenir dans le logement actuel) ou des facteurs personnels (problèmes de santé…) [Bonvalet et al., 2007a].

4En Belgique, certains travaux se sont davantage intéressés à la répartition spatiale des aînés et aux lieux de destinations privilégiés de leurs migrations. Sanderson et Eggerickx (2006) identifient deux types de destinations privilégiées : les petites villes et les communes à vocation touristique : « Trois régions forment les zones les plus attractives. Au nord du pays, toutes les communes de la côte enregistrent des bilans migratoires très positifs pour ces groupes d’âges [50-74 ans]. Il en est de même en Wallonie, pour, d’une part, les communes de la vallée de la Semois, à proximité de la frontière française, et d’autre part, plus à l’est, pour les communes des vallées de l’Ourthe et de l’Amblève. » [Sanderson et Eggerickx, 2006, p. 315].

5Par ailleurs, des analyses ont pu mettre en évidence certaines caractéristiques individuelles de ces migrants âgés parmi lesquels on retrouve une surreprésentation des non mariés, des locataires avec des profils socio-économiques révélant deux types de migration, l’une volontaire dont les bénéficiaires sont le plus souvent instruits et aisés, et l’autre subie, dont les acteurs vivent des situations moins favorisées [Bracaval, 2009].

6Dans l’ensemble, les migrations des aînés apparaissent comme affranchies des contraintes liées à la proximité du lieu de travail et davantage motivées par la recherche d’un environnement plus agréable. Dans une analyse plus spécifique menée sur les grandes villes, De Corte et al. (2003) font apparaître, pour ceux qui émigrent depuis les grandes villes, la volonté de fuir certaines nuisances (pollution, bruit, insécurité…) et de rechercher un cadre de vie plus « bucolique ».

7Ces travaux relativement récents se sont focalisés sur la période actuelle avec une attention toute particulière à la génération des baby-boomers [Bonvalet et Ogg, 2009]. Pour ce qui est des périodes antérieures et notamment les années 1965-1985, on observe une relative rareté des études. Damas et Van Houte-Minet (1986), travaillant sur la Belgique à l’échelle des arrondissements à partir des données du recensement de 1970, observent un mouvement vers les communes rurales : « Il [les auteures parlent du vieillissement lié à la migration] est le fait de travailleurs âgés et pensionnés qui ont acheté une petite propriété où ils combineront un peu d’élevage et de cultures maraîchères avec leurs activités principales et pensionnés qui se retirent à la campagne ou retournent à leur arrondissement de naissance. » [Damas et Van Houte-minet, 1976, p. 79]. Roucloux et Declercq-Tijtgat (1982) utilisant les mêmes données dans une étude spatiale centrée sur les grandes agglomérations concluent à une attractivité des centres urbains. Ainsi, l’attractivité marquée des espaces ruraux se doublerait d’une attractivité des centres villes des grandes agglomérations. Toutefois, ces deux articles analysent la situation des migrants de 65 ans et plus sans évoquer la question de l’antériorité éventuelle de la migration sur la retraite et en combinant deux types de migration : celle réalisée à la suite de la retraite et que l’on peut qualifier, à l’instar de Bonvalet et al. (2007b), de mobilité de « confort » et celle réalisée plus tard vers une institution. Dans ce dernier cas, le choix est essentiellement contraint et la localisation dépend des disponibilités en infrastructure ; dans le premier, le choix paraît relativement libre, même si des contraintes socio-économiques peuvent le limiter.

  • 2 En effet, jusqu’au début des années 1970, la retraite se prend de façon assez uniforme vers 65 ans (...)

8Dans le présent article, il s’agira de se focaliser sur les événements survenant pendant la période précédant l’âge légal à la retraite de manière à appréhender l’impact de la législation sur les pré-pensions qui se met en place à partir de la fin des années 19702.

9L’objectif de cet article est double :

  • s’interroger sur l’impact de la transformation des parcours professionnels avec notamment le développement des départs anticipés du marché du travail sur la mobilité résidentielle ;

  • ouvrir la perspective historique en s’interrogeant sur l’évolution des comportements résidentiels des 50-64 ans au cours des 30 dernières années.

10Pratiquement, cet article tentera de répondre aux questions suivantes :

  • Quel fut l’impact de la transformation de l’âge au retrait du marché du travail ? Assiste-t-on à une anticipation des départs ? La retraite anticipée permet-elle d’autres possibilités, augmentant ainsi la mobilité ?

11L’un des intérêts de ce questionnement est de s’interroger sur l’impact des transformations de l’âge moyen au retrait du marché du travail sur la mobilité résidentielle des (futurs) retraités. Depuis les années 1970, l’âge moyen au départ du marché du travail n’a cessé de rajeunir. Couplé à l’amélioration de l’espérance de vie en bonne santé, cela a abouti en l’émergence d’une classe de personnes ayant quitté la vie active plus tôt et souvent en bonne santé. On peut dès lors se demander si cette transformation de la fin de la vie active n’a pas eu une influence sur le parcours migratoire des individus.

  • Comment ont évolué les choix résidentiels des personnes en fin d’activité au cours des 30 dernières années ?

12Il s’agira ici de s’interroger sur l’évolution des destinations privilégiées. Aujourd’hui, on sait que les 55-64 ans se dirigent de façon privilégiée vers les zones touristiques (vallée de la Lesse et de la Semois, côte belge) et vers les petites villes [Sanderson et Eggerickx, 2006]. Le choix est souvent influencé par les moyens financiers que peut mobiliser la personne en fin d’activité. Ainsi, la mobilité des travailleurs à l’approche de la retraite oscille entre une mobilité choisie et délibérément organisée et une mobilité subie, contrainte notamment par des impératifs économiques [Bonvalet, 2007]. La question sera de déterminer si les destinations ont évolué au cours des 30 dernières années, mais également de voir comment a joué le frein de la distance.

  • Quel est l’impact du parcours professionnel (partir ou non en préretraite) sur la mobilité ?

  • On a pu mettre en évidence l’impact de certains facteurs lié au parcours familial, notamment la situation matrimoniale à l’approche de la retraite et au parcours résidentiel (statut de propriété, lieu de résidence) [Sanderson et Eggerickx, 2006]. Il s’agira ici de s’interroger sur l’incidence du parcours professionnel de l’individu et de manière plus spécifique de son âge au moment du départ à la pension ou à la pré-pension.

1. Méthode et données

13Les deux premières questions seront abordées à partir :

  • d’une base de données couplant l’Enquête socio-économique (recensement) de 2001 avec le Registre de population (2001-2006), ce qui permet de couvrir une période allant de 2001 à 2006 ;

  • des données du recensement de 1991 ;

  • celles du recensement de 1970, afin de remonter plus loin dans le temps. Ce dernier recensement présente l’avantage de compter des questions permettant d’étudier le parcours résidentiel des individus au cours des années précédant le recensement.

14Enfin, la dernière partie sera abordée à partir des données collectées dans le cadre de l’Enquête « Generations and Gender » réalisée en Belgique (Enquête GGP). Celle-ci s’inscrit dans le vaste programme d’enquêtes développé par l’UNECE3 et incluant nombre de pays européens dont la France, l’Allemagne, l’Italie… Pour la Belgique, 7163 entretiens concernant des individus vivant dans des ménages privés et âgées de 18 à 79 ans révolus ont été réalisés en 2008-2010. Les données GGP contiennent les informations nécessaires pour étudier certains éléments du parcours migratoire des individus et la fin de leur parcours professionnel4.

  • 5 En 1975, la Belgique procède à une redéfinition de son découpage administratif sur la base d’une fu (...)

15Pour ce travail, on a calculé le taux d’immigration interne des 50-64 ans par commune pour les années 1965-19705, 1986-1991 et 2001-2006. Ainsi, est considérée comme immigrante toute personne ne résidant pas dans la commune 5 ans auparavant. On aurait pu calculer le solde migratoire par commune. Toutefois, celui-ci présente l’inconvénient de combiner l’attractivité exprimée par le taux d’immigration et la répulsivité qui se traduit par le taux d’émigration. Travailler à partir du taux d’immigration permet de ne tenir compte que de la seule attractivité de la commune. Comme le montre les résultats, ce choix n’est pas sans incidence, surtout pour la dernière période. En effet, travaillant à partir des soldes migratoires, Van Hecke et Savenberg (2002) ont mis en évidence le caractère globalement répulsif des grandes villes qui se retrouvaient avec des soldes négatifs. Si le nombre de personnes âgées quittant la ville est plus important que celui des entrants du même âge, cela ne signifie pas nécessairement un manque d’attractivité comme le montrent De Corte et al. (2003), ceux qui choisissent la ville ne le font pas nécessairement par défaut. Ils s’y installent suite à une rupture ou parce que leur logement est devenu trop grand suite au départ des enfants ou encore pour se rapprocher des membres de leur famille. Le problème de la ville est donc moins un manque d’attractivité sur les populations externes qu’une certaine incapacité à retenir certaines populations qui aspirent à autre chose.

16Afin d’obtenir des résultats comparables, les chiffres ont été systématiquement rapportés à la moyenne nationale de manière à identifier les communes les plus attractives. La valeur pivot de ce rapport est l’unité, les communes ayant un score supérieur attirent davantage d’immigrants âgés de 50 à 64 ans que la moyenne, les scores inférieurs à l’unité traduisant la situation inverse. La suite de cet article a été construite autour de ces questions, en les abordant systématiquement.

2. Quel fut l’impact de la transformation de l’âge au retrait du marché du travail ? Assiste-t-on à une anticipation des départs ?

17Globalement, le taux d’immigration (figure 1) en 1965-1970 est plus faible que celui observé en 2001-2006. A tous les âges ce constat se vérifie, exception faite au-delà de 50 ans. La mobilité après 50 ans diminue plus rapidement entre 2001 et 2006 que 35 ans auparavant. Ce premier résultat semble contredire les hypothèses formulées ci-dessus. Celles-ci reposaient sur l’idée que la transformation des parcours professionnel suite aux départs de plus en précoces du marché du travail auraient un impact sur les parcours migratoires individuels. Ce premier résultat indique un effet mais plutôt dans le sens d’une diminution de la mobilité.

Figure 1. Taux d’immigration selon l’âge par la mobilité interne (1970-2006)

Figure 1. Taux d’immigration selon l’âge par la mobilité interne (1970-2006)

Sur ce graphique est représenté le taux de migration calculé en rapportant le nombre de migrants observés à la population en fin de période. Ce choix est contraint par les données disponibles en 1970. On possède alors l’effectif de la population en 1970 ainsi que l’effectif des personnes résidant 5 ans auparavant dans une autre commune via le recensement. Par contre, on ne possède pas l’effectif de la population en 1965.
Ce choix revient à calculer le taux en posant l’hypothèse d’une concentration des migrations sur la fin de la période d’observation.
Habituellement, l’hypothèse posée est celle de migrations réparties uniformément sur l'ensemble de la période d’observation, cette dernière hypothèse étant jugée plus réaliste.
Pour ce qui est de la définition de migrants, on a retenu les personnes résidant dans une commune belge en t et résidant dans une autre commune belge en t+5.

Source : Recensement de 1970 ; Recensement de 1991 ; Enquête socio-économique de 2001 et Registre national 2001-2006 ; calcul de l’auteur.

18Ainsi, la mobilité de retraite s’est transformée en l’espace de 30 ans. Si on examine la situation intermédiaire, on constate que de 1965-1970 à 1986-1991, la mobilité a diminué du fait de la crise économique qui frappe la Belgique à la fin des années 1970 et jusqu’au début des années 1980 [Eggerickx et al., 2012]. La courbe révèle un léger vieillissement du calendrier de la migration mais surtout une courbe très proche de la situation prévalant entre 1965 et 1970. C’est donc après 1990 que surviennent l’essentiel des modifications des migrations internes avec notamment un vieillissement plus marqué du calendrier de la migration et surtout une augmentation de l’intensité du phénomène avec des proportions de migrants nettement plus importantes jusque 50 ans. Après 50 ans, cette proportion diminue.

19Pour expliquer ces différences d’intensité de la mobilité résidentielle, on peut avancer plusieurs hypothèses :

201 - la baisse de la mobilité ne serait qu’apparente et serait induite par une modification de la structure de la population par rapport à la situation face au marché du travail (tableau 1).

Tableau 1. Taux de mobilité des 50-64 ans selon la situation professionnelle

Année

Données

Emplois*

Pensionnés

Chômeurs

Autres inactifs

1965-1970

Effectifs absolus

464.641

549.539

22.961

522.871

Effectifs relatifs

30 %

35 %

1 %

34 %

Taux de mobilité

71 ‰

88 ‰

89 ‰

74 ‰

2001-2006

Effectifs absolus

521.378

563.863

50.299

429.992

Effectifs relatifs

33 %

36 %

3 %

27 %

Taux de mobilité

67 ‰

50 ‰

87 ‰

57 ‰

* Cette rubrique reprend aussi bien les personnes travaillant à temps plein que celles travaillant à temps partiel.

21La répartition des individus âgés de 50 à 64 ans selon la situation professionnelle donne une distribution assez similaire en 1965-1970 et en 2001-2006. On compte notamment 30 % de personne ayant un emploi au cours de la première période d’observation contre 33 % pour la dernière période. Il n’y a pas de ce point de vue d’effet de structure par contre, on observe bien une mobilité plus importante en 1965-1970 qu’en 2001-2006, quelle que soit la catégorie avec des écarts plus important pour les pensionnés (88‰ en 1965-1970 contre 50‰ en 2001-2006).

222 - La baisse de la mobilité ne serait qu’apparente et serait induite par une modification de la structure de la population par rapport au statut de propriété (tableau 2).

Tableau 2. Taux de mobilité des 50-64 ans selon le statut de propriété

Année

Données

Propriétaires

Locataires et logés gratuitement

1965-1970

Effectifs absolus

964 845

594 987

Effectifs relatifs

62 %

38 %

Taux de mobilité

48 ‰

128 ‰

1986-1991

Effectifs absolus

1 206 850

367 673

Effectifs relatifs

77 %

23 %

Taux de mobilité

30 ‰

92 ‰

2001-2003

Effectifs absolus

1.199.712

316.557

Effectifs relatifs

79 %

21 %

Taux de mobilité

40 ‰

122 ‰

23On a pu constater que les propriétaires sont moins mobiles que les locataires [Sanderson et Eggerickx, 2006 ; Bonvalet et al. , 2007b]. Dès lors, à comportement de mobilité constant, une proportion plus importante de propriétaires impliquerait une mobilité plus faible dans l’ensemble de la population. Ainsi, si en 1965-1970, les propriétaires sont moins nombreux, on peut s’attendre à une plus grande mobilité au cours de cette période.

24Ici, l’effet de structure est assez évident, confirmant notre hypothèse. En effet, le tableau 2 montre une proportion de propriétaire nettement plus élevée en 2001-2006 (ils sont alors 79 % contre 62 % en 1965-1970). Cet effet est d’autant plus important que les locataires sont nettement plus mobiles que les propriétaires. Enfin, au-delà de cet effet, on observe une mobilité plus faible de chaque catégorie en 2001-2006 par rapport à 1965-1970. Pour ce qui est de la période 1986-1991, elle confirme son statut de période « à part » dans le sens où elle est marquée par des taux de mobilité particulièrement bas pour chacune des deux catégories avec une baisse particulièrement forte pour les locataires où on passe de 128‰ en (1965-1970) à 92‰ en 1986-1991.

253 - La baisse de la mobilité ne serait qu’apparente et serait induite par une modification de la structure de la population par rapport à l’état-civil (tableau 3).

26On sait les isolés et les célibataires plus mobiles que les couples ou les personnes mariées [Sanderson et al. 2012]. En prenant en compte l’allongement de l’espérance de vie, observe-t-on, au-delà de 50 ans, en 1970, une plus grande proportion d’isolés (liés notamment au veuvage) qu’en 2006 ?

Tableau 3. Taux de mobilité des 50-64 ans selon l’état-civil et pour les isolés

Année

Données

Célibataires

Marié(e)s

Veufs/veuves

Divorcé(e)s

Isolés

1965-1970

Effectifs absolus

66 025

746 430

119 980

21 720

146 032

Effectifs relatifs

7 %

78 %

13 %

2 %

10 %

Taux de mobilité

141 ‰

75 ‰

111 ‰

168 ‰

122 ‰

1986-1991

Effectifs absolus

108 705

124 7704

223 270

71 974

24 8655

Effectifs relatifs

7 %

75 %

14 %

4 %

15 %

Taux de mobilité

64 ‰

39 ‰

59 ‰

128 ‰

73 ‰

2001-2006

Effectifs absolus

87 941

112 4481

145 789

177 056

26 4615

Effectifs relatifs

6 %

73 %

9 %

12 %

17 %

Taux de mobilité

75 ‰

48 ‰

76 ‰

142 ‰

98 ‰

27La part des célibataires et celle des mariés sont assez stables (7 % pour les premiers en 1965-1970 et en 1986-1991, 6 % en 2001-2006 et 78 % pour les seconds en 1965-1970 puis 75 % et enfin 73 % en 2001-2006). Pour ce qui est des veufs/veuves et des divorcé(e)s, on assiste à une modification progressive des proportions en 2001-2006 par rapport aux deux périodes précédentes. Le poids relatif des veufs (veuves) diminuant au profit des divorcé(e)s. L’augmentation la plus spectaculaire est celle des isolés qui ne représentent que 10 % de l’effectif en 1965-1970 passent à 15 % en 1986-1991 pour atteindre 17 % en 2001-2006. On ne peut donc véritablement parler de transformation des structures par rapport à l’état-civil. On peut certes pointer la transformation des types de ménages mais, une fois encore, ce qui transparaît est la transformation des taux d’immigrations de 1965-1970 à 2001-2006.

284 - Une dernière hypothèse reposait sur l’idée de migrations d’entrée en institution plus précoces et plus importantes vers 1970 que vers 2006 (tableau 4).

29Aujourd’hui, l’entrée en institution est assez tardive et survient souvent, en Belgique, après 75 ans [Bracaval, 2009]. Ce phénomène est renforcé par une politique de maintien à domicile des personnes âgées relativement récente en Belgique et en Wallonie [Hanson et Ronveaux, 2006]. Si en 1965-1970, l’entrée est plus précoce, cela pourrait impliquer une répartition du phénomène plus étale dans le temps et dès lors une augmentation de la mobilité. Le tableau 4 ne permet pas de confirmer cette hypothèse. Si l’entrée en institution est plus importante entre 1965 et 1970, cela se passe après 65 ans et n’apparaît donc pas dans le tableau qui livre l’image d’une grande stabilité du phénomène avant 65 ans.

Tableau 4. Taux de mobilité des 50-64 ans vers les institutions

Année

Données

Personnes résidant en institution

1965-1970

Effectifs absolus

16.083

Effectifs relatifs

1 %

Taux de mobilité vers une institution

239 ‰

1986-1991

Effectifs absolus

26.071

Effectifs relatifs

2 %

Taux de mobilité vers une institution

161 ‰

2001-2006

Effectifs absolus

20.764

Effectifs relatifs

1 %

Taux de mobilité vers une institution

246 ‰

30De ceci, il ressort que l’hypothèse d’une baisse de la mobilité apparente ne tient pas. Si on observe bien une modification de la structure de la population que ce soit en termes de statut de propriété ou de types de ménage, en contrôlant ces paramètres, on observe une mobilité plus faible en 2001-2006 qu’en 1965-1970. On assiste donc en 30 ans à une modification importante des comportements migratoires des individus âgés de 50 à 64 ans dans le sens d’une baisse de la mobilité. Cette baisse de la mobilité au-delà du cinquantième anniversaire peut trouver une explication dans l’amélioration des conditions de logement des quinquagénaires. L’hypothèse d’une plus grande satisfaction des 50-64 ans par rapport à leur logement et à leur environnement permettrait d’expliquer, du moins en partie, une plus grande sédentarité.

3. Comment ont évolué les choix résidentiels des personnes en fin d’activité au cours des 30 dernières années ?

  • 6 Dans certains cas, il peut s’agir de choix sous contrainte (un employeur imposant à son employé de (...)

31Dans un ouvrage publié en 1981, Gokalp parlait de 18-25 ans comme de l’âge des choix. De plus en plus, la tranche d’âge 50-65 ans apparaît également comme un âge des choix6 : celui de quitter anticipativement son travail ; celui de changer de résidence… Cette période de la vie où les individus doivent selon l’expression de Cribier et Kych (1992) développer de nouveaux rôles, de nouvelles activités, de nouvelles relations est une période de remise en question. Le choix résidentiel apparaît ici d’autant plus important qu’il peut être l’occasion de définir un nouveau cadre de vie, un nouvel espace à investir. L’analyse de l’évolution des choix résidentiels de 1965-1970 à 2001-2006 est d’autant plus pertinente qu’en 35 ans, l’image de la retraite s’est complètement métamorphosée passant de la retraite « mort sociale » à la retraite « loisir » ou la retraite « solidaire » [Guillemard, 2002]. De plus, en Belgique, comme dans d’autres pays européens, ces 35 années ont vu le développement des mécanismes de retraites anticipées du marché du travail. Certes, ceux-ci sont déjà latents dans les textes des retraites de 1953 mais c’est après la crise des années 1970 qu’ils vont davantage être développés [Sanderson et al., 2012]. On peut dès lors se demander si l’accroissement des retraits anticipés du marché (en 1970, le taux d’emploi masculin des 60-64 ans est de 62 % ; en 2001, ce chiffre est tombé à 18 % [Sanderson et al., 2012] combiné à l’allongement de l’espérance de vie ne va pas augmenter la propension à repenser sa vie après la retraite et à effectuer une migration.

32En 1965-1970 (figure 2), Bruxelles se révèle très attractive avec un taux d’immigration nettement supérieur à la moyenne, à l’inverse des autres grands villes (Anvers, Charleroi, Gand et dans une moindre mesure Liège et Namur). Certaines communes rurales situées à proximité des grandes villes sont aussi très attractives de même que les communes du Brabant wallon, une partie du nord de la province de Liège et une zone qui s’étire du sud de Charleroi au sud de Liège. Enfin, les communes de la côte belge apparaissent également attractives. Ces résultats sont conformes aux résultats trouvés par Damas et Van Houte-Minet (1976) qui identifiaient les arrondissements ruraux comme attractifs pour les migrants âgés de plus de 65 ans et pour les travailleurs en fin de carrière. Toutefois, l’analyse par commune permet de nuancer leur propos. En effet, alors qu’à l’échelle des arrondissements, ceux qui relevaient du monde rural étaient très attractifs pour les 65 ans et plus, pour les 50-64 ans, cette attractivité ne s’étend pas à l’ensemble des communes rurales de la province du Luxembourg.

Figure 2. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (1965-1970)

Figure 2. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (1965-1970)

33La période 1986-1991 (figure 3) porte l’empreinte du ralentissement des migrations internes observées et induites par la crise économique [Eggerickx et al., monographie sur les migrations]. On retrouve certains espaces attractifs en 1965-1970 mais avec une intensité moindre et moins de communes concernées. C’est notamment le cas de la côte belge, de certaines communes périurbaines anversoises, du Brabant wallon et les vallées touristiques de la Lesse, de la Semois et de l’Ourthe-Amblève.

Figure 3. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (1986-1991)

Figure 3. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (1986-1991)

34En 2001-2006 (figure 4), on retrouve une configuration plus proche de 1965-1970 même si on observe des différences. Si la région bruxelloise demeure assez attractive, ce n’est plus le cas de sa première couronne qui perd de son attractivité, à l’inverse des communes plus éloignées du Brabant wallon, du nord-est du Hainaut et du nord-ouest de la province de Liège. Pour ce qui est des zones touristiques (côte belge, vallée de la Lesse et de la Semois et vallée de l’Ourthe-Amblève), l’attractivité s’accroît fortement en 2001-2006 comparativement à 1965-1970.

Figure 4. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (2001-2006)

Figure 4. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (2001-2006)

35D’une manière générale, sur l’ensemble des trois périodes, on observe une plus faible attractivité des communes flamandes (à l’exception du littoral belge) par rapport aux communes wallonnes.

36Ces différents constats soulèvent plusieurs questions sur l’évolution du phénomène. La baisse d’attractivité de la première couronne bruxelloise est-elle due à la concurrence des migrations périurbaines et à la volonté de s’éloigner de la ville ? Cela pourrait préfigurer l’évolution possible de communes périurbaines plus éloignées. De même l’attrait des communes touristiques va-t-il se renforcer du fait de l’arrivée à la pension des générations de baby-boomers ? Les réformes en cours des systèmes de pension avec une limitation des possibilités de pré-pension et un report de l’âge à la retraite va-t-il reporter le phénomène vers des âges plus avancés ou au contraire freiner celui-ci ? À ce stade, il est difficile de répondre. On constate, entre 1965-1970 et 2001-2006, une modification des comportements migratoires des 50-64 ans. D’une part, on enregistre une baisse de l’immigration (figure 1) de même qu’une extension des lieux de destination et un renforcement de l’attrait des lieux touristiques ainsi que de communes plus éloignées des grandes villes. Ainsi, ce ralentissement de l’immigration s’accompagne d’une diminution du frein de la distance.

4. Quel est l’impact du parcours professionnel sur la mobilité ?

37La baisse de l’immigration en 2001-2006 par rapport à 1965-1970, semble indiquer l’absence d’effet de la transformation des parcours professionnels avec notamment le développement des préretraites. Celui-ci aurait été largement concurrencé par la transformation du marché immobilier et des conditions d’accès à la propriété nettement plus développé parmi les 50-64 ans en 2001-2006 qu’en 1965-1970. Toutefois, au sein des générations qui ont connu le développement du système de préretraite et la généralisation des départs anticipés du marché du travail, on a voulu déterminer si le fait de bénéficier d’une retraite anticipée modifiait les comportements migratoires.

38Le tableau 4 a été construit à partir des données de l’enquête GGP Belgique qui permettait de croiser l’âge à la retraite et l’âge à l’entrée dans le logement occupé au moment de l’enquête. Ce tableau porte uniquement sur les individus âgés de 70 à 74 ans au moment de l’enquête (2008), soit ceux qui ont pris leur pension ou leur pré-pension entre 1983 et 2003, autrement dit après que les principaux mécanismes du système des pré-pensions ont été mis en place [Sanderson et al., 2012]. En choisissant ce groupe d’âge, on ne sélectionnait que des personnes retraitées depuis au moins 5 ans. Le tableau 4 reprend les individus selon l’âge au retrait du marché du travail et l’âge à l’entrée dans le logement actuel (soit l’âge à la dernière migration). On a considéré uniquement les personnes qui se sont retirées du marché du travail entre 50 et 69 ans car en deçà et au-delà, l’événement est très rare. Par ailleurs, on a pris en compte uniquement les migrations survenant entre 45 ans et 69 ans, soit autour de la période de retrait du marché du travail.

Tableau 5. Âge au retrait du marché du travail et âge à la migration

Âge à la pension

50-54

55-59

60-64

65 ans

Effectif total

31

75

114

79

Effectif des individus ayant migré entre 45 et 69 ans

7
23 %

26
35 %

45
39 %

34
43 %

Âge à la migration

Distribution des migrants

45-49

0

0 %

5

7 %

5

4 %

4

5 %

50-54

1

3 %

7

9 %

9

8 %

3

4 %

55-59

1

3 %

4

5 %

13

11 %

8

10 %

60-64

3

10 %

4

5 %

13

11 %

7

9 %

65-69

2

6 %

6

8 %

5

4 %

12

15 %

39À l’approche de la pension, en moyenne, 37 % des individus migrent entre 45 et 69 ans. Cette proportion est croissante selon que l’âge au retrait du marché du travail est plus tardif. Ainsi, parmi les individus ayant quitté le marché du travail entre 55 et 59 ans, 35 % ont effectué une migration entre 45 et 69 ans alors que pour ceux qui ont pris leur retraite à 65 ans, cette proportion atteint 43 %.

40Cette migration survient principalement dans les années encadrant l’âge au départ du marché du travail (la convergence entre la migration et le retrait du travail est indiqué en grisé dans le tableau). Il semble se dessiner ici un lien entre le moment de la migration et celui du départ du marché du travail.

  • 7 Ce choix se justifie pour la période récente par le fait que c’est à partir de 75 ans qu’on observe (...)

41À partir des mêmes données de l’enquête GGP, on a voulu affiner ces différentes approches. La question posée ici est relativement simple. En élargissant la période d’observation (50-747 ans), on peut se demander si en contrôlant différents facteurs comme le niveau d’instruction, le statut de propriété…, la trajectoire professionnelle n’influence pas directement le parcours résidentiel des individus. L’hypothèse sous-jacente est qu’un départ anticipé du marché du travail permettrait de réaliser une migration résidentielle (si la personne en effectue une) plus tôt tandis que le maintien au travail pousserait les individus à reporter le moment de cette migration. Pour tester cette hypothèse, on a utilisé une régression logistique binaire de manière à contrôler différents paramètres susceptibles d’influencer la probabilité de migrer.

42Le choix de la régression logistique binaire se justifiait par le fait que la variable dépendante (le moment de la migration) pouvait se réduire à une variable nominale comptant deux modalités (migration réalisée avant 65 ans vs migration réalisée après). De plus, cette méthode permet de combiner des variables nominales, ordinales ou quantitatives (discrètes ou continues).

43Les résultats antérieurs [Sanderson et al. , 2012] mettaient en évidence l’influence de variables comme l’âge (au-delà de 50 ans, la probabilité de migrer diminue), le statut de propriété (pour les propriétaires, la probabilité de migrer est plus faible que pour les non-propriétaires) et le statut matrimonial (le mariage est un frein à la migration. Indépendemment de la composition du ménage, le fait d’être marié entraîne une sous-mobilité).

44Dans ce nouvel exercice, on a voulu déterminer si l’âge au départ à la retraite avait une influence sur le moment de la migration pour ceux qui migraient. Dans le modèle présenté ci-dessous, on a retenu comme variables explicatives : le fait d’avoir bénéficié ou non d’une retraite anticipée, le niveau de diplôme, l’état-civil, le sexe et le statut d’occupation du logement.

Tableau 6. Variables reconnues pour la régression logistique

Variables

Modalités

Effectifs

Diplôme le plus élevé

au plus primaire

132

secondaire inférieur

73

secondaire supérieur

91

supérieur

112

État civil

Marié

237

Célibataire

21

Marié-divorcé-séparé

150

Sexe

Homme

225

Femme

183

Retraite*

Retraite (65 ans)

174

Retraite anticipée

234

Statut d’occupation du logement

Propriétaire

268

Locataire

140

Effectif total

408

On a retenu la variable dichotomique « retraite avant 65 ans/ retraite à 65 ans » car celle-ci était significative au seuil de 5 % dans le modèle alors que la variable continue « âge à la retraite » ne l’était pas.

Tableau 7. Régression logistique à propos de la réalisation de la dernière migration (au moment de l’enquête) avant 65 ans

Variables

Coefficient B

Diplôme le plus élevé (Réf. Au plus primaire)

secondaire inférieur

-0,400

secondaire supérieur

-0,787**

supérieur

0,059

Retraite anticipée (Réf. Retraite à 65 ans)

0,797**

État civil (Réf. Marié)

Célibataire

-0,274

Marié-divorcé-séparé

-0,171

Sexe (Réf. Homme)

-0,181

Statut d'occupation du logement (Réf. Propriétaire)

-0,452*

Constante

-1,102

* : significatif au seuil de 10 %, ** : significatif au seuil de 5 %.

45Les résultats ne sont pas concluants. Seules deux variables influencent le fait de migrer entre 50 et 64 ans plutôt qu’entre 65 et 74 ans, à savoir le fait de bénéficier ou non d’un retrait du marché du travail avant l’âge légal à la retraite (65 ans) ainsi que le statut d’occupation du logement. Dans ce dernier cas, le fait d’être locataire implique une diminution de la probabilité d’avoir effectué la dernière migration avant 65 ans. Ces résultats mettent en évidence un lien entre l’âge à la retraite et le moment de la migration. Ces deux variables ne sont pas indépendantes l’une de l’autre et il est probable que d’autres facteurs que ceux pris en compte dans le modèle influence le moment de la migration ainsi que le choix de migrer. On peut mettre en avant des facteurs liés au conjoint éventuel (son âge, sa situation par rapport au marché du travail), au lieu de résidence de l’enfant… autant de facteurs qui peuvent influencer tant le moment de la migration que celui du retrait du marché du travail.

Conclusion

46L’objectif de cet article était d’analyser l’évolution des migrations de retraites au cours des 30 dernières années. Pratiquement, il s’agissait de répondre à trois questions :

  • Quel fut l’impact de la transformation de l’âge au retrait du marché du travail ?

  • Comment ont évolué les choix résidentiels des personnes en fin d’activité au cours des 30 dernières années ?

  • Quel est l’impact du parcours professionnel sur la mobilité ?

47En 30 ans, on assiste à une diminution de la mobilité au-delà de 50 ans. Cette diminution n’est pas le fait d’un changement de structure de la population par rapport à différents facteurs (statut d’occupation des logements, état-civil…). En effet, elle se maintient lorsque ces facteurs sont contrôlés.

48Pour ce qui est des choix résidentiels, une deuxième transformation apparaît. Si les choix se partagent toujours entre grandes villes et communes rurales, il apparait que les lieux de destination en 2001-2006 sont davantage variés que ceux identifiés en 1965-1970, avec une prédilection pour les communes touristiques (littoral belge et vallée touristiques wallonnes).

49À la dernière question, la réponse s’est avérée plus complexe. S’il ressort clairement des analyses réalisées qu’il y a un lien entre le moment de la migration et celui du départ du marché du travail, il semblerait que la probabilité de migrer avant 65 ans soit plus faible pour les personnes quittant le marché du travail de manière anticipée. Toutefois, ces analyses devront être affinées en analysant notamment l’impact du conjoint éventuel sur la décision de partir à la retraite et celle de migrer.

Haut de page

Bibliographie

BONVALET C., DROSSO F., BENGUIGUI F. et HUYNH Phuong-Mai [dir.] (2007a), Vieillissement de la population et logement : les stratégies résidentielles et patrimoniales. Paris, La Documentation Française. (Actes du séminaire Patrimoine immobilier et retraite organisé par le Ministère de l’Equipement, PUCA) 509 p.

BONVALET C., DROSSO F., BENGUIGUI F. et HUYNH Phuong-Mai [dir.] (2007b), Vieillissement de la population et logement : les stratégies résidentielles et patrimoniales : Population ageing and housing. Residential strategies and asset management. Paris, La Documentation Française, (Synthèse bilingue).

BONVALET C., OGG J. (2009), Les Baby-boomers : une génération mobile, Paris, Co-Éditions de l’Aube et de l’INED, coll. « Monde en Cours », 253 p.

BRACAVAL F. (2009), La migration interne des personnes âgées de plus de 50 ans en Belgique, Louvain-la-Neuve, Mémoire de DEA en Démographie.

COURGEAU D. (1984), Relations entre cycle de vie et migrations, Population, n° 3, pp. 483- 513.

CRIBIER F., KYCH A. (1992), La migration de retraite des Parisiens : une analyse de la propension au départ, Population, n° 3, pp. 677-717.

DAMAS H., VAN HOUTE-MINET M. (1976), Migrations internes en Belgique (1970). Étude par sexe, âge, nationalité, état-civil, Population et famille, n° 39, pp. 41-107.

DE CORTE S., RAYMAEKERS P., THAENS K., VANDERKERCKHOVE B., FRANÇOIS G. (2003), Étude des mouvements migratoires de et vers les grandes villes pour les trois régions belges, Bruxelles, SPP de l’intégration sociale – Politique des grandes villes, 187 p.

EGGERICKX T, HERMIA J.-P., SURKIJN J., WILLAERT D. (2012), Les migrations internes en Belgique, Bruxelles, DGSIE, 200 p., Monographie de l’Enquête socio-économique 2001, (à paraître).

GOKALP C. (1982), Quand vient l’âge des choix. Enquête auprès des jeunes de 18 à 25 ans : emploi, résidence, mariage, Paris, Ined, PUF, Travaux et documents cahier n° 95, 180 p.

GUILLEMARD A.-M. (2002), De la retraite mort sociale à la retraite solidaire. La retraite une mort sociale (1972) revisitée trente ans après, Gérontologie et société, n° 102, pp. 53-66.

HANSON S. et RONVEAUX M.-E. (2006), « Vieillissement et territoire en Région wallonne », in Gérard-François Dumont (dir.), Les territoires face au vieillissement en France et en Europe. Géographie-Politique-Prospective, Paris, Ellipse, pp. 318-330.

ROUCLOUX J.-C., DECLERCQ-TIJTGAT A. (1982), Les migrations du troisième âge. Importance et impact sur la structure par âge de la population des agglomérations de Bruxelles, Liège, Charleroi, Verviers et Namur, Population et famille, n° 55, pp. 35-78.

SANDERSON J-P., EGGERICKX T (2006), « Migrations des aînés et qualité de vie en Belgique : un vieillissement différentiel des territoires », in G.-F. Dumont (sous la dir. de), Les territoires face au vieillissement en France et en Europe. Géographie-Politique-Prospective, Paris, Ellipse, pp. 304-317.

SANDERSON J.-P., EGGERICKX T. et BURNAY N. (2012), Vieillissement de la population et mise en place du système des retraites en Belgique, Communication présentée au Colloque international de l’AIDELF, 12-16 novembre 2012, 20 p.

SANDERSON J.-P., DAL L., DEBUISSON M., EGGERICKX T., POULAIN M. (2012), Perspectives de population et de ménages des communes belges. Confrontation des résultats à la réalité des chiffres, Cahiers de démographie locale, 2010, n° 3, pp. 111-148.

SAPIN M., SPINI et WIDMER E. (2007), Les parcours de vie. De l’adolescence au grand âge, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 140 p.

SIMOENS D. (1980), Hoe pijnloos is de crisis†? Kritische analyse van de ontwikkeling van de wetgeving over desociale zekerheidsprestaties (1976-1979), Crisiswetgeving en social Zekerheid, Anvers, pp. 70-82.

THOMSIN L. (2001), « Les mobilités de la retraite », in M. Legrand (Éd.), La retraite : une révolution silencieuse, Toulouse, Ères, pp. 223- 242.

VAN HECKE E. SAVENBERG S. (2002), Suburbanisation et développement durable, Espace Populations Sociétés, n° 1-2, pp. 25-36.

WILLAERT D., LOUCHX K. et SANDERSON J.-P. (2011), Codeboek census 1970, Interface demography working paper, 2011-1, Bruxelles, Vrij Universiteit Brussel, 16 p. + annexes.

Haut de page

Notes

1 Le paradigme des parcours de vie fut énoncé par le sociologue américain Glenn Elder [Sapin, Spini et Widmer, 2007].

2 En effet, jusqu’au début des années 1970, la retraite se prend de façon assez uniforme vers 65 ans (pour les hommes), 60 ans pour les femmes. La crise économique qui survient alors va pousser les gouvernements successifs à prendre des mesures en faveur des jeunes travailleurs et du retrait anticipé des aînés. (ex. : la loi du 26 juin 1972 relative à la pension des ouvriers mineurs prévoit la possibilité de prendre sa retraite dès 55 ans pour les mineurs de fond ou dès 27 ans d’occupation quel que soit l’âge de l’intéressé ; en 1974, une convention de travail prévoit le départ du marché du travail pour les chômeurs âgés). Ce n’est que dans les années 1990 que ces mécanismes seront remis en cause aboutissant, dans le cas belge, à l’abolition progressive d’une partie d’entre eux. Ainsi, la loi du 23 décembre 2005 relative au pacte de solidarité entre les générations vise à limiter les possibilités de pré-pension [Simoens, 1980 ; Sanderson et al., 2012].

3 http://www.unece.org/pau/ggp/Welcome.html .

4 Des informations complémentaires sur l’Enquêtes GGP et sa réalisation peuvent être obtenues via le site : http://www.ggps.be/). Sur ce site figurent également les informations nécessaires pour accéder aux données GGP, tant nationales qu’internationales.

5 En 1975, la Belgique procède à une redéfinition de son découpage administratif sur la base d’une fusion des communes existantes. Afin de permettre une stricte comparaison des résultats de 1965-1970 avec ceux des années ultérieures, on a procédé à un regroupement des communes afin de retrouver le découpage tel que nous le connaissons aujourd’hui, de manière à travailler à territoire constant.

6 Dans certains cas, il peut s’agir de choix sous contrainte (un employeur imposant à son employé de partir à la retraite avant l’âge légal ; une société en difficulté organisant une restructuration avec licenciement et départ anticipé à la retraite ; une personne dont les moyens ne permettent pas de se maintenir dans son logement…)

7 Ce choix se justifie pour la période récente par le fait que c’est à partir de 75 ans qu’on observe essentiellement des migrations d’entrée en institution [Bracaval, 2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Taux d’immigration selon l’âge par la mobilité interne (1970-2006)
Légende Sur ce graphique est représenté le taux de migration calculé en rapportant le nombre de migrants observés à la population en fin de période. Ce choix est contraint par les données disponibles en 1970. On possède alors l’effectif de la population en 1970 ainsi que l’effectif des personnes résidant 5 ans auparavant dans une autre commune via le recensement. Par contre, on ne possède pas l’effectif de la population en 1965.Ce choix revient à calculer le taux en posant l’hypothèse d’une concentration des migrations sur la fin de la période d’observation.Habituellement, l’hypothèse posée est celle de migrations réparties uniformément sur l'ensemble de la période d’observation, cette dernière hypothèse étant jugée plus réaliste.Pour ce qui est de la définition de migrants, on a retenu les personnes résidant dans une commune belge en t et résidant dans une autre commune belge en t+5.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (1965-1970)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 3. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (1986-1991)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 4. Proportion d’immigrants par migration interne âgés de 50 à 64 ans (2001-2006)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Sanderson, « Partir ou rester ? Transformation du choix résidentiel en fin d’activité de 1970 à 2006 en Belgique », Espace populations sociétés, 2013/3 | 2013, 119-133.

Référence électronique

Jean-Paul Sanderson, « Partir ou rester ? Transformation du choix résidentiel en fin d’activité de 1970 à 2006 en Belgique », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5576 ; DOI : 10.4000/eps.5576

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Sanderson

Centre de Recherche en Démographie et Sociétés
Université Catholique de Louvain
Louvain-la-Neuve
Belgique
jean-paul.sanderson@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org