Navigation – Plan du site
Articles

La fin de carrière professionnelle : une affaire de couple

The End of Working Life: A Joint Decision
Jim Ogg, Rémi Gallou et Catherine Bonvalet

Résumés

Dans le contexte français de la réforme des retraites qui vise à prolonger la vie active, les fins de carrière des hommes et des femmes se sont considérablement complexifiées. L'enquête PARC (Passage à la retraite des couples, enquête qualitative Ined/Cnav) réalisée en 2010 auprès des 36 membres de 18 couples âgés de plus de 50 ans, permet d'étudier le vécu des fins de carrière de chacun des conjoints. Pour les générations les plus âgées, les fins de carrière se sont déroulées selon des schémas plutôt traditionnels, privilégiant le parcours de l'homme. Pour les générations plus jeunes, on voit déjà les effets de la percée des femmes au sein de la population active et un certain équilibre entre les conjoints apparaît lorsqu'il est question des conditions de départ et des projets de retraite. L'analyse des entretiens révèle que certains couples ont d'ores et déjà intégré le durcissement des conditions de départ à la retraite et mettent en place des stratégies visant à limiter les risques de dégradation de leurs conditions de vie à l'heure de la retraite, ou tout au moins, une diminution de leur niveau de vie. D'autres voient dans la nécessité de se maintenir au travail l'occasion de compenser ou d'inverser les investissements passés de l'un et l'autre des conjoints dans l'univers professionnel ou familial. Ainsi les femmes mettent en avant les aspects de modes de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une première version de l’article a été présentée au colloque de l’AIDELF, Démographie et Politique (...)

1Depuis une vingtaine d’années, la France a mis en œuvre une série de réformes visant à prolonger la vie active au-delà de 60 ans1. Les enfants du baby-boom appartenant aux générations nombreuses nées après la Seconde Guerre mondiale sont les premiers concernés par ces réformes. Les baby-boomers ont été les pionniers dans nombreux domaines. Ils ont marqué la société non seulement par le poids de leur nombre (que l’on retrouve dans la réforme des retraites) mais également par les valeurs d’autonomie et d’indépendance qu’ils ont portées. En effet depuis 1970, de profonds changements ont bouleversé la société notamment l’entrée massive des femmes sur le marché de travail, entraînant une transformation radicale du couple avec de nouveaux rapports homme-femme [Kaufmann, 1993 ; de Singly, 1996]. Si l’activité féminine a suscité beaucoup de recherches notamment sur la conciliation famille-travail [Pailhé, Solaz, 2009], peu de travaux abordent la fin de vie professionnelle. Pourtant, avec l’augmentation des couples biactifs, le passage à la retraite se trouve profondément modifié car la concordance des dates de cessation d’activité au sein des couples dépend de nombreux facteurs, dont les dispositifs relatifs et le fonctionnement du couple jouent un rôle clé.

2Sur la base d’un cadre théorique qui explique le passage à la retraite en termes d’une interdépendance des choix de l’homme et de la femme dans le couple, nous proposons de comprendre les formes différentes de cessation d’activité en prenant en compte les parcours professionnels respectifs des conjoints, dans les contextes successifs des dispositifs relatifs à la retraite en vigueur au moment où ces couples sont passés à la retraite. Plus précisément, l’objet de la recherche est d’analyser la façon dont chacun des conjoints a mis fin à sa carrière professionnelle (ou l’envisage). Pour cela, nous cherchons à mieux comprendre comment les couples s’expriment sur leurs décisions respectives de départ à la retraite et comment celles-ci sont facilitées ou au contraire, contrariées par les transformations des dispositifs de retraite relatifs à chaque génération.

1. Contexte et problématique

  • 2 « La décote » est un coefficient de minoration appliqué à la pension d'un salarié qui décide de pre (...)
  • 3 Le 26 mars 1982, l’âge légal de la retraite passe de 65 ans à 60 ans sous le gouvernement socialist (...)

3À partir de 1993, le nombre de trimestres requis pour une retraite à taux plein pour les salariés du régime général a augmenté – à cette date une personne née en 1933 pouvait partir à l’âge de 60 ans avec un taux plein résultant de 150 trimestres de cotisations, tandis que 10 ans plus tard, 160 trimestres étaient nécessaires. Les réformes de 2003 ont introduit le dispositif de la « décote » pour les salariés partant à la retraite qui n’avaient pas le taux plein2. En 2010, une nouvelle réglementation a instauré une augmentation progressive de l’âge légal de la retraite de 60 ans à 62 ans, et de l’âge du taux plein de 65 ans à 67 ans. Ainsi, un individu né en 1960 doit attendre l’âge de 62 ans et doit avoir cotisé 168 trimestres pour pouvoir partir à la retraite avec le taux plein. Si ces éléments s’appliquent universellement, « l’âge de départ à la retraite dépend de nombreux paramètres et son évolution est difficile à expliquer et, davantage encore, à prévoir » [Benallah, Mette, 2009, p. 178]. D’autres dispositifs comme la mise en place de la retraite anticipée ont permis à un nombre important d’assurés de partir à la retraite avant 60 ans dans la période allant de 2000 à 2008. Suite à ces transformations, les fins de carrière sont davantage brouillées. Cette période, entre vie active et retraite s'est allongée et les choix possibles se sont multipliés. Symbolisé par le seuil des 60 ans pendant trois décennies, le statut de retraité apparaît aujourd'hui comme d'accès de plus en plus complexe3. D’une part, il revêt une dimension individuelle modulable selon les caractéristiques des itinéraires professionnels, parcours qui se sont extrêmement diversifiés ces dernières décennies. D’autre part, l'acquisition du statut de retraité n'est plus synonyme de l'arrêt de l'activité (salariée ou non).

4En même temps et au-delà des facteurs structurels des systèmes de retraite, des éléments non monétaires peuvent influencer la décision de partir avant ou après l’âge légal de la retraite [Blanchet, Debrand, 2007). Une mauvaise santé est incontestablement l'un des facteurs les plus importants qui cause la cessation d’activité définitive en deuxième partie de carrière. D’autres facteurs peuvent provoquer un départ précoce, comme la perception d’une mauvaise qualité de vie au travail [Mein et al., 2000 ; Volkoff, Bardot, 2004]. Tous ces éléments sont des paramètres décisifs qui portent sur la décision de terminer, ou bien prolonger sa carrière.

  • 4 Le terme de "loisirs" doit s’entendre dans son acceptation la plus large et correspond à toutes les (...)

5Les études qui abordent la question de la cessation d’activité en fin carrière sont concentrées pour la plupart sur les décisions individuelles, c’est-à-dire (pour ceux qui vivent en couple), en dehors du contexte du couple et en supposant une indépendance des décisions. Or, l'important travail de Michael Hurd [1990] a replacé le couple au centre des décisions liées au départ à la retraite, révélant l’influence du conjoint et notamment, l’importance de la concordance des dates d’arrêt d’activité professionnelle. D’après Hurd, l'interdépendance des choix en matière de cessation d’activité en fin de carrière dépend de la complémentarité des préférences pour les loisirs4. Il s’agit du constat que « la préférence pour les ‘loisirs’ a plus de valeur si le conjoint ne travaille plus, auquel cas les deux conjoints chercheront à rapprocher leurs dates de cessation d’activité » [Blanchet, Debrand, 2007, p. 42].

6Dans ce contexte, à partir des données quantitatives, plusieurs études ont examiné l’effet « couple » sur la deuxième partie de carrière et la fin d’activité. En ce qui concerne la santé, la fragilité d’un conjoint semble avoir plusieurs conséquences. D’un côté, elle peut être un facteur incitant l’autre membre du couple à prendre sa retraite tôt [Hayward, Friedman, Chen, 1998]. De l’autre côté, le conjoint d’une personne en mauvaise santé peut retarder sa décision de partir à la retraite à cause de raisons financières, notamment la perte de revenus liée à la cessation de l’activité du conjoint malade [Pienta, 2003 ; Szinovacz, DeViney, 2000]. De fait, la santé semble jouer un double rôle, incitant tantôt un conjoint à arrêter son activité professionnelle, tantôt à la prolonger.

7Au-delà de la santé, le « modèle » de fonctionnement du couple semble être décisif. Plusieurs études ont montré que les couples qui sont en union de longue durée, avec des relations non conflictuelles et des activités de loisirs partagées, tendent à partir tôt à la retraite avec un faible écart entre les dates de cessation d’activité respectives [Henkens, Tazellar, 1997 ; Szinovacz, DeViney, 2000]. À partir du début des années 1970, les femmes ont commencé à entrer massivement sur le marché du travail, ce qui rend possible l'identification de plusieurs modèles de couples selon la répartition des tâches domestiques et l’investissement dans les carrières professionnelles. Parmi ces modèles, on observe des couples de type plus « traditionnel » ou « conventionnel » avec une femme plus souvent inactive ou à temps partiel, éloignée du monde du travail ; on distingue également des couples de type « contemporain » ou « moderne » où les femmes essayent de concilier famille et emploi, s'investissant autant que les hommes dans leur carrière professionnelle [Renaut, Ogg, 2009 ; Bonvalet et al., 2011]. Nous pouvons donc supposer que la fin de carrière d’un conjoint est en partie déterminée par le modèle du couple et l’organisation domestique de la vie privée qui en découle.

  • 5 En 2011, le taux d’activité des 55-64 ans était de 47,2% pour les hommes et de 41,8% pour les femme (...)

8En ce qui concerne les données françaises sur la fin de carrière des couples, Desmet et Lozachmeur (2003) ont constaté que les dispositifs financiers incitant les hommes à partir à la retraite ont un effet sur la prise de décision du départ à la retraite de leur conjointe, confirmant alors l’hypothèse de la complémentarité des préférences pour les loisirs. Sedillot et Walraet (2002) ont trouvé que « les femmes intègrent la situation d’activité de leur conjoint dans leur décision de cessation d’activité alors que les comportements des hommes semblent moins sensibles à la situation de leur conjointe » [Sedillot, Walraet, 2002, p. 79]. Ce dernier suggère que le rapport hommes/femmes au sein des couples et la question de genre influencent les décisions des couples en ce qui concerne la fin de carrière, d’autant plus avec l’augmentation du nombre de femmes actives entre 55 et 64 ans qu’a connue la France ces dernières années5.

9La fin de carrière des conjoints s’opère donc dans un contexte politique ou chaque génération doit prendre en compte les dispositifs relatifs à ses droits à la retraite, et dans un contexte familial où les relations au sein du couple jouent un rôle primordial. De ce fait, comment les couples récemment à la retraite ont-ils vécu la période de transition entre fin de carrière et passage à la retraite ? Ce vécu diffère-t-il de celui de générations plus jeunes qui sont en train de vivre cette étape majeure de leur vie ? Comment les hommes et les femmes prennent-ils leur décision de partir ou de rester plus longtemps sur le marché du travail ? Comment ce choix se justifie-t-il par rapport à l’autre membre du couple ou de l’entourage familial ? Observe-t-on des comportements différents concernant la concordance des dates de départ à la retraite entre les générations ?

2. Données et méthodes

10Pour les questions de recherche posées dans cet article, deux groupes de couples6 ont été retenus. Dans un premier groupe, il s’agit des couples au sein desquels les deux membres sont à la retraite (les conjoints ont exercé une activité professionnelle et liquidé leur retraite) ou de couples dont les membres se situent au-delà de l’âge légal de la retraite et sont sans activité professionnelle (par exemple des femmes qui n’ont jamais ou très peu travaillé). Autrement dit, les conjoints de ce groupe sont « sans activité professionnelle » selon la nomenclature de l’Insee7. Huit couples (16 entretiens) correspondent à cette description. L'âge moyen de ce groupe est de 68,6 ans pour les hommes et de 68,3 ans pour les femmes. L’écart d’âge entre les conjoints est de 3 ans en moyenne ; dans 4 couples, l’homme était plus âgé que la femme, dans 3 couples la femme était plus âgée que l’homme, et dans un couple les conjoints avaient le même âge. Dans le texte, nous appelons ce groupe « les couples retraités ».

11Le deuxième groupe est formé de couples dans lesquels un membre est en activité (qu'il soit en emploi, au chômage ou en arrêt de longue maladie) et l’autre non. Ce groupe se compose de 10 couples (20 entretiens) avec une moyenne d’âge de 59,5 ans pour les hommes et de 58,4 ans pour les femmes. L’écart d’âge entre les conjoints est en moyenne de 4,1 ans ; dans 6 couples, l’homme est plus âgé que la femme, dans 4 couples la femme est plus âgée que l’homme. Les deux graphiques ci-dessous tracent la carrière professionnelle des couples de 1980 à 2010 (la date de l’enquête), en identifiant les périodes d’emploi, de non emploi et de retraite. Notons que pour cet article, les couples interrogés comprenant deux actifs ne font pas partie du champ de l'étude car l'analyse porte sur les comportements liés à la décision du départ à la retraite.

Figure 1. Parcours des couples retraités ou sans activité professionnelle

Figure 1. Parcours des couples retraités ou sans activité professionnelle

Note : l'âge de l'enquêté figure entre parenthèses.

Enquête PARC : Encadré méthodologique

  • 8 Nous tenons à remercier cette équipe car c’est lors de ce dernier passage que le repérage des coupl (...)

Les données utilisées dans cette étude proviennent de l’enquête PARC (Passage à la Retraite des Couples) mené par l’INED et la CNAV en 2010. Nous avons réalisé 48 entretiens (soit vingt-quatre couples) sur la base de questions clés abordant les thèmes de l’emploi, du passage à la retraite, du logement et de la famille. Les enquêtés résidaient en région Île-de-France et avaient tous participé à l’enquête Logement de l’Insee en 2006 et à l’enquête complémentaire menée par Nathalie Picard et André De Palma8. L’échantillon est composé de couples dont l’un des deux conjoints au moins est âgé de 50 à 74 ans, une tranche d’âge suffisamment large pour distinguer les comportements supposés plus « traditionnels » parmi les couples les plus âgés et les relations plus « égalitaires » dans les couples plus jeunes, proches de la retraite et dans lesquels les carrières féminines ont davantage d’importance (voir tableaux 1 et 2 pour quelques caractéristiques des enquêtées). La majorité de l’échantillon consiste en des couples « stables », avec des mariages de longue durée.

Les questions abordées sont suffisamment larges pour laisser l’enquêté s’exprimer librement sur le sujet. Deux enquêteurs ont interrogé les deux conjoints simultanément mais séparément et de façon aléatoire. À partir des récits de vie de chaque membre du couple, il s’agit d’étudier les arbitrages réalisés tout au long de la vie du point de vue de la famille, du travail et du logement. La technique des entretiens est inspirée de Gubrium et Holstein (1998) : « l’entretien actif ». L’enquête offre la possibilité de mieux comprendre les arbitrages entre l’homme et la femme en matière de décisions qui portent sur les carrières professionnelles respectives et la cessation d’activité et/ou la liquidation des droits de retraite en deuxième partie de carrière.

Afin d’étudier les arbitrages déjà réalisés, nous n’avons retenu dans cet article que les couples dont au moins un membre a cessé définitivement son activité professionnelle à savoir 8 couples composés de deux inactifs et 10 couples dont l’un est toujours en activité.

Tableau 1. Couples retraités ou sans activité professionnelle

Couple

Age

Age

Type de couple

Statut et carrière HOMME

Statut et carrière FEMME

Rousseau 
42 ans de mariage

78

70

Traditionnel

Retraité : carrière complète – hydrologue,
plusieurs missions pours les fonctions publiques ;
à la retraite depuis l’âge de 64 ans (1996)

Retraite : secrétaire – 10 ans d’interruption pour élever les enfants ; à la retraite depuis l’âge de 65 ans (2005) ; petite pension de retraite ; dépend de son mari

Perrin 
51 ans de mariage

75

73

Traditionnel

Retraité : carrière complète – ingénieur
dans la même société (cimenterie); à la
retraite depuis l’âge de 60 ans (1995)

Retraite : secrétaire, carrière complète dans la même société – à la retraite depuis l’âge de 58 ans (1995) ; A mal supporté le passage aux nouvelles technologies

Poirier 
52 ans de mariage

75

75

Traditionnel

Retraité : carrière complète d'ingénieur
dans le nucléaire, toujours dans la même
société ; à la retraite depuis l’âge 62 ans (1997)

Retraite : secrétaire, carrière partielle – cessation définitive à 52 ans (1987) ; Petite pension de retraite, dépend de son mari. Dépassée par l’arrivée de l’informatique

Depretz 
50 ans de mariage

67

71

Traditionnel

Retraite : carrière complète – ingénieur,
plusieurs missions à l’étranger ; continue
de faire des missions ponctuelles ; départ à 60 ans
suite aux réformes de 2003 (en 2003)

Retraite : diplôme d’infirmière-assistante sociale mais n’a pratiquement jamais travaillé

Martin 
2èmeunion pour madame mais plus de 40 ans de mariage avec Monsieur

67

72

Traditionnel

Retraité de la RATP ; Retraite légale à
56 ans (RATP) ; (1999) mais prorata ;

Retraite : agent comptable ; cessation activités 59 ans (1998), un an d’invalidité, retraite à 60 ans avec ses droits

Perricaud 
plus de 40 ans de mariage

65

62

Moderne

Retraite – carrière complète, policier,
retraite légale à 52 ans (1998)

Retraite – infirmière ; retraite légale à 56 ans (2004)

Chevalier 
40 ans de mariage

62

63

Moderne

Retraite : carrière complète, technicien
chauffagiste ; Retraite à 60 ans (2008)

Retraite : auxiliaire puéricultrice, retraite légale à 55 ans (2002)

Madiot 
38 ans de mariage

60

61

Moderne

Retraite : carrière complète, métallurgie,
fraiseur ; cessation d’activité 55 ans (chômage) ; retraite à 60 ans en 2009

Retraite : directrice de l’administration générale ; cessation à 55 ans (invalidité) ; retraite à 58 ans (2007)

Tableau 2. Couples où un conjoint est en emploi et l’autre conjoint retraité ou sans activité professionnelle

Couple

Age ♂

Age ♀

Type de couple

Statut et carrière HOMME

Statut et carrière FEMME

Romilly 
à peu près 50 ans de mariage

74

67

Moderne

Retraite : ex ingénieur dans une grande société informatique, carrière complète, haut niveau ; retraite à 58 ans (1994)

Travaille encore ; Elle rattrape sa carrière est devenue universitaire sur le tard ; elle a donné priorité à la carrière de son mari – elle est issue d’une famille bourgeoise suédoise.

Demoulin
plus de 30 ans de mariage

59

60

Moderne

En emploi : responsable magasin peinture ; il envisage de travailler 2 ou 3 ans au-delà de la date à laquelle il pourra liquider ses droits

Inactive– mais exerce un métier dans la brocante ; auparavant, elle était secrétaire de direction dans une société de conseil ; puis elle a repris le tabac de ses parents – mais « ça n’a pas marché »

Giraudot 
36 ans de mariage

62

65

Traditionnel

En emploi : bibliothécaire-adjoint ; il ne s’épanouit pas – mais il faut qu’il continue à cause de leurs fils malade

Retraitée : BEPC – a travaillé dans une librairie ; s’est arrêtée de travailler à 55 ans, liquide ses droits à 60 ans ; elle est amère par rapport à sa carrière ; elle n’aime pas être à la retraite 

David 
plus de 35 ans de mariage

60

56

Traditionnel

En emploi : ingénieur dans l'électricité ; il a connu de nombreuses missions en France (localisations multiples)

Sans emploi : elle n’a quasiment jamais travaillé; elle ne semble pas avoir de regrets

Joly 
deuxième union- 20 ans ensemble

59

51

Moderne

Chômage depuis quelques mois ; chauffeur poids lourds

Sans emploi : (elle travaille 2 heures par semaine) ; ancienne hôtesse d’air ; elle se dit incapable de travailler à plein temps

Fremont 
plus de 30 ans de mariage

59

58

Moderne

Chômage - contrat universel d'insertion ; il a fait l’armée, puis a connu des difficultés en deuxième partie de carrière

Retraite : agent de service dans les écoles ; carrière complète si on compte les trimestres pour les enfants

Decroix 
deuxième union

52

57

Moderne

En emploi : professeur de mathématiques

Retraite anticipée – ancien professeur d'EPS – elle avait 47 ans quand elle a souhaité arrêter son travail pour passer plus de temps avec ses enfants

Troadec 
plus de 30 ans de mariage

56

54

Moderne

Retraite : ancien garde républicain ; officiellement à la retraite, mais il va prendre un nouveau travail (reconversion)

En emploi : biochimiste ; carrière complète ; elle s’attache à son métier ; se préoccupe des aspects financiers de son travail dans sa réflexion de cessation d’activité.

Barbereau
33 ans d'union

57

54

Moderne

Au chômage depuis 3 ans, attend la retraite sans trop d'espoir de retrouver un emploi auparavant (fortes prétentions salariales)

En activité ; professeure des Ecoles spécialisée dans l'enseignement pour enfants handicapés. A travaillé dans le prêt-à-porter en 1ère partie de carrière

Cardot
35 ans de mariage

57

62

Traditionnel

En activité : auditeur financier. Très investi dans son travail qu'il souhaite prolonger lors d'un cumul emploi / retraite

Á la retraite depuis 3 ans, était documentaliste dans une banque. On lui a demandé d'arrêter. A beaucoup d'occupations sociales et culturelles.

3. Analyses

3.1. Les couples retraités ou sans activité professionnelle

12Les couples retraités que nous avons enquêtés en 2010 appartiennent à la fois aux générations nées entre 1935 et 1943, c’est-à-dire à des générations qui restent peu concernées par les réformes de 2003 et 2010, et d’autres couples plus jeunes composés des premières générations de baby-boomers avec l’entrée de la femme dans le monde du travail, et plus touchées par l’augmentation de la précarité qu’a connu le monde du travail à partir de la fin des années 1990. Leurs durées de cotisations varient entre 37,5 ans pour les plus âgées et 40 ans pour les plus jeunes. Outre ces différences, ils forment un groupe plutôt hétérogène composé des couples « traditionnels/conventionnels » où la femme n’a jamais ou peu exercé d’activité professionnelle. Les trajectoires professionnelles et le départ à la retraite témoignent de ces différences de générations mais également des rapports entre conjoints.

  • 9 Signalons que parmi les hommes enquêtés, aucun ne s’est vu imposer une retraite d’office.

13En ce qui concerne la fin de carrière, la première constatation qui s’impose, c’est la façon normative dont les couples retraités s’expriment à propos des raisons du départ à la retraite, en évoquant principalement les facteurs structurels (droits de liquidation, licenciement économique, politique d’entreprise de préretraite etc.) qui s’appliquaient à leur situation individuelle. D’emblée, le fait d’avoir atteint suffisamment de trimestres cotisés pour ouvrir les droits à la retraite apparaît comme une raison incontestable dans la décision d’arrêter de travailler (« je suis parti parce que j’avais cotisé suffisamment » ; « je suis à la retraite parce que j’ai eu 60 ans… »)9. Pour les couples appartenant aux générations plus anciennes, il s’agit surtout de la cessation de l’activité professionnelle de l’homme, celui-ci décidant pour ainsi dire seul du moment de l’arrêt et ce, souvent dans une configuration où la femme ne travaillait pas. Tout semble se passer comme si le passage à la retraite était décidé longtemps à l'avance, déterminé par les paramètres institutionnels et législatifs et façonné par les rôles de l’homme et de la femme dans un couple-type de cette génération. À première vue, la situation du conjoint ne semble pas jouer un rôle important dans le processus de transition entre emploi et retraite, et ceci d’autant plus que la femme a peu ou pas travaillé.

  • 10 Tous les patronymes cités dans cet article sont des pseudonymes fictifs.

14Cependant, les couples retraités plus jeunes ou les couples ayant été biactifs ont eu à gérer deux transitions professionnelles au sein du ménage. Pour ceux-ci, la fin de carrière est devenue une « affaire de couple ». D’autres facteurs au-delà des dispositifs de retraite sont intervenus. Les entretiens ont montré que pour un certain nombre de couples retraités, le départ à la retraite a été négocié, coordonné et planifié au sein du couple, et que des paramètres non monétaires liés à un conjoint ont eu une influence sur les décisions de l’autre membre du couple. Nous retrouvons bien sûr l’effet d’une dégradation de la santé qui, dès qu’elle était un motif déterminant pour arrêter de travailler, avait pour conséquence de précipiter la retraite du conjoint plutôt que de la retarder. Dans le cas de Monsieur et Madame Madiot10, la femme atteinte d’un cancer à 55 ans aurait pu reprendre son travail après trois ans d’arrêt maladie, mais elle a décidé de faire valoir ses droits à la retraite avant 60 ans. Suite à cette décision, son mari devenu chômeur entre temps, a préféré ne pas chercher activement un nouvel emploi et passer du statut de chômeur à celui de retraité le plus vite possible, c’est-à-dire à 60 ans. Si, pour la femme, il n’y pas eu de discussion entre elle et son conjoint au sujet de leurs décisions respectives pour mettre un terme à une vie de travail (Madame Madiot : Non, y a pas eu de discussion. Ca s'est fait... de toute façon, je fais un peu ce que je veux), elle reconnaît que la présence de son conjoint à la maison pendant sa maladie l’a beaucoup aidée à surmonter le cancer. Les deux époux ressentaient la nécessité d’être ensemble à la maison pendant cette épreuve, entraînant d’après eux une cessation coordonnée de leurs activités professionnelles.

15La dégradation de la santé est un des facteurs les plus importants qui entraîne une sortie précoce du marché de travail, cette dernière n’étant pas sans effet sur les décisions du mari ou de la femme. Mais il existe également d’autres éléments comme l’existence de projets de retraite, qui ont comme conséquence l’anticipation d’activité du conjoint encore actif, dès que l’un a arrêté de travailler. Ces activités non professionnelles liées aux projets de retraite ont pris une importance particulière pour les retraités qui n’ont pas été touchés par les mesures de réforme visant à prolonger la vie active et qui ont ainsi pu profiter de la retraite anticipée. Monsieur et Madame Martin semblent avoir coordonné leurs cessations d’activité respectives pour s’occuper des petits-enfants, une décision en partie facilitée par la possibilité qu’a eue Monsieur Martin de prendre sa retraite après 25 ans de service et sans décote. Sa femme, quant à elle, a arrêté son travail à l’âge de 59 ans en 1998, un an avant l’ouverture de ses droits à la retraite, pour raison de santé (arthrose). L’année suivante, son mari a à son tour cessé définitivement son activité, à l’âge de 56 ans (« C'était au prorata, bien sûr ») pour que le couple puisse réaliser son projet de retraite centré sur la famille élargie et notamment la garde des petits-enfants.

16Une mauvaise appréciation des conditions de travail peut également provoquer l’arrêt d’activité d’un conjoint venant bouleverser alors la fin de carrière de son conjoint. Dans le cas de Monsieur et Madame Perrin, le passage à la retraite s’est déroulé simultanément pour les deux conjoints, c’est-à-dire en 1995 quand la femme avait 58 ans et le mari 60 ans. Après la restructuration de son entreprise, « très fatiguée », Madame Perrin accepte sans regret l’offre de partir qui lui a été proposée. Après un an de chômage, elle a pu prendre sa retraite. Parallèlement, son mari, suite à la vente de son entreprise, décide comme sa femme de s'inscrire au chômage pour une durée de 6 mois en attendant la liquidation de ses droits. La cessation d’activité des conjoints a donc été simultanée, même si dans le discours de chacun, l’appréhension du processus n’est pas la même (la femme : [il n’y a pas eu] une discussion…c’était dans la normalité des choses ; l’homme : je lui ai conseillé de rester [le plus longtemps possible].

17L’analyse des entretiens des trois couples cités ci-dessus, met bien en évidence des comportements qui s'accordent avec la préférence pour la complémentarité de loisirs et le rapprochement de la cessation d’activité de chaque membre du couple. Pour d’autres couples, le désir de partager les loisirs pendant la retraite apparaît moins évident. Dans ce cas, les difficultés révélées par les conjoints après le passage à la retraite y sont afférentes, liées aux ajustements et à la réorganisation nécessaire engendrée par un nouveau rythme de vie [Caradec, 2004]. Pour deux couples, nous avons pu constater la tendance marquée de l'un des conjoints à prolonger son activité professionnelle, du fait que l'autre était à la retraite. Pour les femmes retraitées les plus âgées, cette décision de continuer à travailler et à reprendre le travail tardivement, souvent « des petits boulots », était liée à la présence du conjoint retraité dans le ménage et les difficultés à mener une vie ensemble toute la journée. Prenons l'exemple de Monsieur et Madame Rousseau. Plus âgé de huit ans que sa femme, Monsieur Rousseau a pris sa retraite en 1996 à l’âge de 65 ans après avoir réalisé une carrière complète. À cette époque, sa femme âgée de 57 ans et dont la carrière professionnelle s’était interrompue pendant plus de dix ans, décidait de poursuivre son travail de représentante en vente à domicile (Tupperware) jusqu’à l’âge de 64 ans, c’est-à-dire sept ans de plus. Même si les raisons avancées pour expliquer cette situation sont le manque de trimestres cotisés de Madame Rousseau, on peut constater que d’autres facteurs viennent s'ajouter et justifier sa prolongation d’activité après la retraite de son conjoint. Il s’avère que le passage à la retraite de Monsieur Rousseau a posé quelques problèmes d'organisation dans le couple, liés à la répartition des tâches en ce qui concerne le travail domestique et la carrière professionnelle. Non seulement la femme n’a pas souhaité s’arrêter en même temps que son conjoint, mais la retraite de ce dernier l’a au contraire incitée à différer la sienne, même si son activité professionnelle était peu rémunérée.

18Le même constat a été relevé dans le cas de Monsieur et Madame Poirier, mais c’est le mari qui cette fois a continué à travailler, après le départ à la retraite de sa femme - « parce que quand on passe à la retraite, on se retrouve entre 4 murs avec sa femme... ». Précisons que la carrière de la femme s’est terminée en 1987 à l’âge de 52 ans alors que son mari a poursuivi son activité dix ans encore. Il semble que le couple n’ait pas manifesté la moindre prédisposition à coordonner ses dates de cessation d’activité définitives et encore moins à partager des loisirs pendant la retraite. Au moment de l’enquête, alors que les deux conjoints étaient à la retraite, leurs activités se déroulaient de manière distinctes, le mari s’occupait de l’entretien d’une résidence secondaire et jouait au golf, tandis que sa femme préférait faire du sport de son côté (gym piscine) et cultivait son réseau social et amical.

19Parmi les couples retraités, quelques-uns ont délibérément choisi de ne pas partir en retraite en même temps tandis que d’autres, notamment ceux qui ont pu bénéficier d’une certaine souplesse par rapport aux dispositifs en place (retraite anticipée, dispense de recherche d’un emploi pour des chômeurs en fin de carrière, absence de décote) ont réussi à s’organiser pour faire en sorte que leur cessation d’activité coïncide. Souvent parmi les premières générations de baby-boomers, ces couples ont souhaité passer plus de temps ensemble, même s’il existait des préoccupations liées à l’état de santé de l'un des conjoints. En revanche, pour les couples plus « traditionnels » souvent plus âgés et dans lesquels la carrière de l’homme avait pris plus d’importance que celle de la femme, le désir de synchroniser les dates de cessation d’activité est apparu moins visible dans l’analyse des entretiens.

3.2. Les couples où un conjoint est actif, l’autre inactif

20Comment la vie des couples s'organise-t-elle ou se réorganise-t-elle quand l'un des conjoints est actif et l’autre inactif ? Ce groupe se distingue des couples retraités dans la mesure où, à l’heure de l’entretien, le couple était en train de construire un projet de retraite, avec souvent beaucoup d’incertitudes sur l’avenir. Comme pour les couples retraités, évaluer s’ils cherchent à mettre fin à leur vie professionnelle en même temps se révèle complexe. On peut néanmoins dégager des similitudes avec les trajectoires des couples retraités, dans la mesure où quelques arrêts d’activité ont suivi un schéma classique, les femmes acceptant facilement le retour au foyer alors que leur époux continue de travailler et ce, d’autant plus facilement qu’elles savent s’organiser et diversifier leurs activités ou encore apprécier ces moments de solitude, tandis que d’autres mettaient en évidence la ‘nouvelle donne’ de la femme active en fin carrière.

21Nous retrouvons d’abord la situation où la cessation d’activité de la femme ne semble pas dépendre de la décision du conjoint. Madame Giraudot, âgée de 65 ans et inactive depuis dix ans tandis que son conjoint (âgé de 62 ans) travaille encore, pouvait prétendre au taux plein puisqu’elle avait commencé à travailler à l’âge de 19 ans. Pour expliquer son départ à 60 ans, elle évoque tout d’abord une mauvaise qualité de vie au travail mais en même temps et contrairement à Madame Perrin dont la situation a été présentée précédemment, elle ajoute que son conjoint l’avait également encouragée à partir :

22Madame Giraudot : « …il voyait bien que j'en pouvais plus mais il m'a dit "mais prends ta retraite"… Parce que je devais être insupportable je suppose quand je rentrais du boulot. Il devait se dire, il est temps qu'elle arrête ».

23Elle a donc déposé sa demande de retraite, mais cette décision ne semble pas avoir eu beaucoup d’impact sur la fin de carrière de son conjoint. À l’époque, Monsieur Giraudot âgé de 57 ans seulement, n’était pas en position d’obtenir le taux plein. Madame Giraudot précise qu'elle n’était absolument pas pressée de voir son mari arrêter de travailler et qu’elle était « bien toute seule… ». Cependant on apprend par la suite qu’elle regrette d'avoir pris sa retraite à 50 ans parce que depuis, elle s'ennuie. Le sentiment qu’elle exprime n’est pas anodin, puisqu’il révèle que parmi les premières générations des baby-boomers au sein desquelles les femmes se sont investies sur le marché de travail, une carrière ne se termine pas forcément à l’âge correspondant à l’ouverture des droits. Dans la vie de ce couple, un facteur « aggravant » joue un rôle essentiel dans les décisions prises par chacun des conjoints. Monsieur et Madame Giraudot hébergent chez eux leur fils de 27 ans qui souffre de schizophrénie, son état nécessitant une présence constante. La maladie de ce fils auquel s’ajoute le besoin de contacts professionnels, sont les deux raisons qui conduisent Monsieur Giraudot à se maintenir au travail (« j'ai une raison rédhibitoire et économique [de continuer à travailler] »).

24Dans le cas de Monsieur et Madame Cardot, cette étape du cycle de vie s’est déroulée un peu différemment. Madame Cardot (62 ans), a pris sa retraite deux ans avant l'âge légal, sur proposition de la DRH et dans le cadre d’une retraite anticipée. Ayant trois enfants, elle savait qu’elle pouvait bénéficier d'une bonification des cotisations retraite et qu'elle serait éligible à la retraite bien avant son mari qui de plus, est son cadet de quatre ans (57 ans). Ce dernier est auditeur externe pour une filiale d'un grand groupe financier. Selon lui, existe au sein du couple un accord, concernant le prolongement nécessaire de la période d'activité, induit par la dernière réforme des retraites. De plus cet accord porte non seulement sur la durée d’activité, mais aussi et surtout sur l'investissement de l’homme dans son travail (« elle comprend tout à fait que travailler un an de plus c'est un peu un devoir citoyen là en l'occurrence elle l'admet »). Et effectivement, sur la poursuite d'activité de son mari, la femme se montre compréhensive. Alors qu'elle aimerait qu'il soit davantage présent à la maison et qu'il puisse l'aider dans la gestion du quotidien, elle patiente le temps que son mari connaisse une période professionnelle moins intéressante pour arrêter, ou tout au moins, ralentir son rythme de travail. Monsieur Cardot connaît les souhaits de son épouse. Et s’il n'est pas question de mettre un terme à sa carrière avant d'avoir cotisé suffisamment de trimestres pour obtenir le taux plein, ralentir son rythme de travail est en discussion. Pour la suite, une nouvelle négociation se profile car si madame Cardot compte sur l'arrêt définitif de la vie active de son mari, ce dernier prévoit à terme de poursuivre une activité indépendante, à mi-temps.

  • 11 Soulignons que les militaires de carrière avaient le droit de travailler même en situation de retra (...)

25Si d’après Sedillot et Walraet (2002), les femmes intègrent la situation d’activité de leur conjoint dans leur décision de cessation d’activité, les entretiens que nous avons menés montrent toutefois que cette situation est moins fréquente quand il s’agit d’une retraite anticipée parmi les générations plus jeunes, comme dans le cadre de certains régimes à l’époque (fonctionnaires, cheminots, etc.). C’est le cas de Monsieur Troadec, tout juste âgé de 56 ans qui vient de terminer ses 38 ans de carrière de garde républicain. Officiellement, il est à la retraite, mais il a souhaité continuer à travailler car il se considérait comme trop jeune pour être inactif. De plus, sa conjointe de deux ans plus jeune que lui « se verrait obligée » de travailler jusqu’à 62 ans. Monsieur Troadec a donc postulé à un certain nombre d'emplois par le biais de la cellule de reconversion de la gendarmerie et sa candidature a été retenue dans un établissement privé d'enseignement d'une école d'ingénieurs. Ce travail est programmé en attente de la retraite de sa conjointe pour qu’ils puissent enfin emménager dans leur résidence secondaire de Vendée et partir plus souvent voir leur fils qui habite le sud de la France. La volonté de synchroniser sa date de cessation d'activité avec celle de sa femme a donc conduit Monsieur Troadec à bénéficier des mesures qui permettent à un retraité de poursuivre une activité salariée11.

26Pour certains couples, et notamment les couples les plus aisés, la frontière entre « retraite » et « travail » peut se révéler floue, même si d’un point de vue administratif la situation est nécessairement plus claire. Le cas de Monsieur et Madame Romilly constitue un exemple où les deux époux ont connu une vie professionnelle valorisante et prenante à un tel point qu'ils sont encore "en activité" selon leurs propres dires. Le mari de 74 ans, à la retraite depuis quinze ans, poursuit néanmoins ses activités professionnelles en autofinançant ses recherches dans le domaine des télécommunications. Sa femme âgée de 67 ans, continue de donner des cours à l'Université et d’écrire des ouvrages. Ce couple fait figure d'avant-gardiste tant l'activité de Madame Romilly ne peut se dissocier du parcours du couple, à la fois familial et professionnel. Le début de leur vie commune semble être celui d’un couple « classique » ou « traditionnel ». Ayant très peu travaillé en début de cycle de vie pour suivre son mari et s'occuper de leurs trois enfants, elle a repris ses études pour faire une thèse et commencé réellement une carrière à l'âge de 34 ans. Finalement, elle explique son maintien en emploi après l'âge légal de la retraite et surtout longtemps après celle de son mari, comme un rattrapage de la vie passée. La question de la retraite entendue comme arrêt de toute activité professionnelle n'est pas d'actualité (« Comment est-ce qu'on sort de la vie professionnelle progressivement ? On ne peut pas arrêter d'un seul coup »). Cependant, lorsqu'elle évoque cette perspective, c'est de l'inquiétude et sans doute de l'angoisse qui transparaît. Il est question de la santé de son mari, mais également de la peur de ne plus être utile, de ne plus servir à rien d'autre qu'à aider des membres de la famille.

27L’arrivée des femmes sur le marché de travail modifie donc non seulement les relations dans le couple au cours de la première partie de carrière, mais aussi la fin de vie professionnelle et les années de retraite. Ceci est d’autant plus vrai lorsque la femme exerçant une activité professionnelle valorisante s’investit fortement dans son travail. Monsieur et Madame Barbereau moins âgés que les époux précédents (57 ans pour l’homme et 54 ans pour la femme), forment un couple comportant également des signes innovateurs quant aux rôles dévolus à chacun des membres dans la période ralliant vie active et retraite. La femme doit travailler encore huit ans pour prétendre à une carrière complète, mais elle redoute l’avenir (« beaucoup de déplacements, beaucoup de transport… Je ne suis pas sûre de tenir jusqu'à 62 ans »). Monsieur Barbereau, « techniquement » au chômage, n'imagine pas sa retraite sans sa femme, de même qu’elle ne poursuivra pas sa carrière jusqu'à son terme si son mari ne reprend pas une activité. Les conjoints fonctionnent de façon très dépendante dans la mesure où ils n’envisagent leurs situations respectives à l'égard de l'activité que de manière coordonnée.

28En dehors des questions liées aux difficultés de se maintenir dans un travail éprouvant jusqu'à la fin de sa carrière, la femme évoque l'interaction avec la situation de son mari, pouvant jouer dans le sens d'un arrêt anticipé de sa carrière, ou bien, à l'inverse, de sa prolongation. Mais un lien est clairement établi entre les deux : « C'est assez difficile que lui ne fasse rien, que moi je continue à travailler, il va falloir qu'on trouve une articulation, c'est certain ». Quand est-ce qu’elle doit s’arrêter ? Alors qu'ils en discutent ensemble (« on se pose des questions, je n'ai pas de réponse ») les nouvelles dispositions de départ à la retraite les plongent dans une incertitude qu'ils semblent vivre de manière angoissante. La présence des enfants et des petits-enfants apparaît comme l'un des piliers autour duquel le choix pourra s'organiser. Quoiqu'il en soit, l’homme pressent que l'avis de sa femme sera déterminant, et que décidément, « la vie à la retraite, c'est mieux à deux ». Lorsque est évoquée l'hypothèse d'une situation inversée, où l’homme serait actif et elle inactive, Madame Barbereau ne se sent pas plus à l'aise. Pour elle, la situation d'équilibre passe par le partage d'un même statut entre les conjoints : soit tous les deux actifs, soit tous les deux inactifs. Et finalement ils supportent difficilement ce décalage, chacun en prise avec ses appréhensions.

29Pour les derniers cas étudiés, nous ne saurons évidemment pas si les souhaits exprimés lors des entretiens verront le jour et confirmeront l’hypothèse de « la complémentarité pour les loisirs ». Les femmes encore en activité, plus jeunes que leurs maris, ne bénéficiant pas des mêmes faveurs de conditions de départ à la retraite ou plus simplement très impliquées professionnellement et ne souhaitant pas s'arrêter de travailler finiront-elles par partir plus tôt que prévu pour réaliser les projets de retraite du couple ? Autre possibilité, l'état de santé du conjoint ou d'un ascendant aura-t-il raison de leur maintien en emploi ? Ces questions liées aux cas de l'enquête PARC étudiés ne trouveront pas nécessairement de réponse ici. Mais elles permettent de mettre en avant un certain nombre de choix opérés par les individus pour négocier le passage de la vie active à la retraite. Elles apparaissent de façon tantôt classique, tantôt personnelle, tantôt conjointe et tantôt innovante.

Conclusion

30Les entretiens que nous avons menés montrent bien l’impact des différentes réformes de retraite dans la vie des couples au seuil de la retraite. Pour les plus âgés dont le passage à la retraite a eu lieu entre les années 1990 et le début des années 2000, la cessation d’activité en fin carrière était un événement qui concernait quasi exclusivement l’homme, surtout quand le modèle du couple s’était construit autour d’un mari actif et d’une femme au foyer. Dans le cas où les deux membres du couple étaient en emploi, la négociation concernant la concordance du départ était encore facilitée il y a quelques années par un âge légal fixe à 60 ans, l’absence de dispositifs de décote, de surcote ou de cumul emploi-retraite, et l'existence d'une panoplie de mesures concernant la retraite anticipée. Cependant, il est aussi vrai que dans certains couples, le réajustement nécessaire des rôles après la retraite ne se faisait pas sans difficulté, ce qui pouvait parfois inciter les hommes à retarder la date de leur arrêt d'activité, ou les femmes à chercher des activités extérieures au foyer.

31L’entrée massive des femmes sur le marché du travail à partir des années 1970, les diverses réformes des systèmes de retraite depuis 1993 ont bouleversé la donne. La cessation d’activité en fin carrière est devenue plus complexe et pour certains individus, il ne s’agit plus de la simple décision de quitter le marché du travail une fois pour toute. De fait, le passage à la retraite s’est transformé en une affaire de couple lors de laquelle il faut planifier, anticiper, gérer, voire coordonner deux cessations d’activité professionnelle en fonction des trajectoires plus ou moins ascendantes et des aléas de la vie professionnelle (chômage, mutation, place des seniors dans l’entreprise), des états de santé, des desiderata de chaque membre du couple quant à la "complémentarité pour les loisirs". C’est toute la complexité des négociations révélant la place de chaque conjoint, faisant parfois état d'un rapport de force entre eux au terme d'une vie active que nous avons voulu retracer dans ce travail, à partir des témoignages de couples.

32Cette complexité qui entoure désormais une période dont la durée tend à croître et au cours de laquelle les individus passent du statut d'actif à celui de retraité, pourrait encore s'intensifier dans les années à venir. Cette hypothèse confère davantage de poids à la nécessité de prendre en compte le contexte familial dans les politiques du « vieillissement actif ». Ainsi par exemple, depuis le 1er janvier 2009, le dispositif du cumul emploi-retraite a été libéralisé, rendant plus facile pour un retraité de cumuler un emploi tout en percevant une pension de retraite. Par ailleurs, si les couples que nous avons interviewés étaient pour la plupart en union de longue durée, l’augmentation des familles recomposées avec une différence d’âge accrue entre conjoints, parfois la naissance tardive d’un enfant, devrait venir compliquer les négociations ayant pour objet la concordance des dates de cessation d’activité des membres du couple et le passage à la retraite.

Haut de page

Bibliographie

BENALLAH S., METTE C. (2009), Âge moyen de départ en retraite : tendances récentes et évolutions attendues, Retraite et société, n° 58 (novembre), pp. 166-183.

BLANCHET D., DEBRAND T. (2007), Souhaiter prendre sa retraite le plus tôt possible : santé, satisfaction au travail et facteurs monétaires, Économie et Statistique, n° 403-404, pp. 39-62.

BONVALET C., CLÉMENT C., OGG, J. (2011), Réinventer la famille : l’histoire des baby-boomers, Paris, PUF, Coll. Lien social.

CARADEC V. (2004), Vieillir après la retraite, Paris, Presses Universitaires de France.

DARES (2012), Emploi et Chômage des 55-64 ans en 2011, Dares analyses, (juillet), n° 49.

DE SINGLY F. (1996), Le Soi, le couple et la famille, Paris, Nathan.

DESMET R., LOZACHMEUR J.-M. (2003), Le départ à la retraite des couples mariés, Revue française d'économie, vol. 18, n° 2. pp. 35-54.

GUBRIUM J. F., HOLSTEIN J. A. (1998), Narrative practice and the coherence of personal stories, The Sociological Quarterly, vol. 39, n° 1, pp. 163-187.

HAYWARD M. D., FRIEDMAN S., CHEN H. (1998), Career trajectories and older men's retirement, Journal of Gerontology : Social Sciences, vol. 53B :S91-S103.

HURD M. (1990), “The Joint Retirement Decisions of Husbands and Wives”, in David A. Wise (ed.), Issues in the Economics of Aging, Chicago, University of Chicago Press.

HENKENS K. TAZELLAR F. (1997), Explaining retirement decisions of civil servants in the Netherlands. Intentions, behavior, and the discrepancy between the two, Research on Aging, vol. 19, pp. 139-173.

KAUFMANN J.-C. (2003), Sociologie du couple, Paris, Presses Universitaires de France.

MEIN G., MARTIKAINEN P., STANSFELD S. A., BRUNNER E. J., FUHRER R. and MARMOT M. G. (2000), Predictors of early retirement in British civil servants, Age &Ageing. vol. 29, n° 6, pp. 529-536.

PAILHÉ A., SOLAZ A. (2009), Entre famille et travail : des arrangements de couples face au pratiques des employeurs, Paris, La Découverte.

PIENTA A. (2003), Partners in marriage : An analysis of husbands' and wives' retirement behaviour, Journal of Applied Gerontology, vol. 22, pp. 340–358.

RENAUT S., OGG J. (2009), « Parcours de vie et situation professionnelle en seconde partie de carrière », in A. Regnier-Loilier (sous la dir.), Portraits de Famille, Paris, Ined. pp. 341-363.

SEDILLOT B., WALRAET E. (2002), La cessation d'activité au sein des couples : y a-t-il interdépendance des choix ? Économie et statistique, n° 357-358, pp. 79-102.

SZINOVACZ M. E., DEVINEY S. (2000), Marital characteristics and retirement decisions, Research on Aging, vol. 22, pp. 470–498.

VOLKOFF S., BARDOT F. (2004), Départs en retraite, précoces ou tardifs : à quoi tiennent les projets des salariés quinquagénaires ?, Gérontologie et Société, n° 111, pp. 71-94.

Haut de page

Notes

1 Une première version de l’article a été présentée au colloque de l’AIDELF, Démographie et Politiques sociales, Ouagadougou, 12-16 novembre 2012.

2 « La décote » est un coefficient de minoration appliqué à la pension d'un salarié qui décide de prendre sa retraite sans avoir cotisé assez longtemps pour atteindre la retraite à taux plein.

3 Le 26 mars 1982, l’âge légal de la retraite passe de 65 ans à 60 ans sous le gouvernement socialiste de François Mitterrand.

4 Le terme de "loisirs" doit s’entendre dans son acceptation la plus large et correspond à toutes les activités non salariées et non professionnelles.

5 En 2011, le taux d’activité des 55-64 ans était de 47,2% pour les hommes et de 41,8% pour les femmes [Dares, 2012]. En 1975, ce taux était 64,7% et 33,8%, et en 1995, 34,6% et 25,3% respectivement [ibid.].

6 Voir l'encadré méthodologique détaillant l'enquête PARC (Ined / Cnav, 2010).

7 http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=nomenclatures/pcs2003/n1_8.htm

8 Nous tenons à remercier cette équipe car c’est lors de ce dernier passage que le repérage des couples composant l’échantillon de Parc a été effectué.

9 Signalons que parmi les hommes enquêtés, aucun ne s’est vu imposer une retraite d’office.

10 Tous les patronymes cités dans cet article sont des pseudonymes fictifs.

11 Soulignons que les militaires de carrière avaient le droit de travailler même en situation de retraite. Ce droit a été accordé aux salariés des secteurs privés et publics en 2003 et les conditions se sont de nouveau assouplies en 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Parcours des couples retraités ou sans activité professionnelle
Légende Note : l'âge de l'enquêté figure entre parenthèses.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jim Ogg, Rémi Gallou et Catherine Bonvalet, « La fin de carrière professionnelle : une affaire de couple », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5570 ; DOI : 10.4000/eps.5570

Haut de page

Auteurs

Jim Ogg

CNAV-DSPR
Unité de recherche sur le vieillissement
49, rue Mirabeau
75016 Paris
James.Ogg@cnav.fr
remi.gallou@cnav.fr

Articles du même auteur

Rémi Gallou

CNAV-DSPR
Unité de recherche sur le vieillissement
49, rue Mirabeau
75016 Paris
remi.gallou@cnav.fr

Catherine Bonvalet

INED
133, boulevard Davout
75020 Paris
bonvalet@ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org