Navigation – Plan du site
Articles

Activité et retraite en Europe : une exploration des données SHARE

Activity and Retirement in Europe: An Exploration through SHARE Data
Jim Ogg et Sylvie Renaut
p. 91-104

Résumé

Using data from the 4th Wave of SHARE (2010) for Europeans aged 50 to 69 in 16 countries, four dimensions are examined relating to different forms of activity before and after retirement: paid work after retirement; practicing a sport or membership in a social or other kind of club; doing voluntary or charity work; and attending an educational or training course. Social policies and economic contexts that promote employment among seniors and the possibility of remaining longer in the labour market stimulate these different forms of activity after retirement. Similarities are observed between working and retired seniors in the use of clubs and voluntary work, whereas training and education is more common among working seniors, as well as the recently retired. A mean quality of life indicator applied to the different forms of activity within each country shows a positive association—in countries where the quality of life is higher, rates of activity are also higher.

Haut de page

Texte intégral

1. Contexte et problématique

1En désignant 2012 année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations, l’Union européenne (l’UE) a ciblé quatre champs d’actions : l'employabilité des seniors, la participation à la vie sociale, le vieillissement en bonne santé et la solidarité entre les générations. L’UE retient du « vieillissement actif » « le fait de vieillir en bonne santé en conservant pleinement sa place dans la société, en restant épanoui dans sa vie professionnelle, autonome dans la vie quotidienne et engagé en tant que citoyen1 ».

  • 2 En 2000, le Conseil Européen avait pour objectif de porter à 50 % le taux d’emploi des 55 ans et pl (...)

2Les pays européens sont depuis plusieurs années engagés dans une politique de prolongation de l’activité professionnelle, notamment à travers l’augmentation de l’âge de la retraite. Cette préoccupation, qui vise à réduire le nombre de retraités pour sauvegarder les systèmes de retraite, induit une lecture restrictive du vieillissement actif [Guillemard, 2013]. Au sein de l’UE, l’âge légal de la retraite est souvent fixé autour de 65 ans mais l’âge moyen de sortie définitive du marché du travail était d’environ 61,5 ans en 2009 [Eurostat]. Loin des objectifs fixés lors des accords de Lisbonne2, nombre de seniors n’ont pas la possibilité de conserver leur emploi jusqu’à l’âge légal de la retraite. Par ailleurs, les dispositifs incitant à poursuivre son activité au-delà de cet âge, voire pendant la retraite, tels que le cumul-emploi retraite ou la surcote en France, sont difficiles à évaluer [Benallah, 2010].

3Autre dimension du « vieillissement actif », la participation à la vie sociale concerne le bénévolat dont le rôle est valorisé pour l’utilité sociale qu’elle procure à la collectivité. Se former tout au long de la vie participe aussi de cette vie sociale, et sous d’autres formes que la formation professionnelle continue, comme la préparation à la retraite, l’éducation thérapeutique ou les activités de prévention de la perte d’autonomie. Mais c’est aussi suivre des cours au temps de la retraite, pour se cultiver, se faire plaisir, ou encore occuper son temps [Chamahian, 2009]. Enfin, les travaux nombreux et anciens sur la vie associative et des clubs de loisirs ont souvent montré l’importance des activités de temps libre dans le maintien des liens sociaux. Mais surtout, l’intérêt que les décideurs politiques portent aux activités sociales réside dans le fait qu’elles sont fortement corrélées aux indicateurs de santé et de bien-être. Une meilleure qualité de vie est associée à la participation sociale, surtout pour les catégories sociales supérieures [Siegrist et Wahrendorf 2009]. Cette participation est aussi associée à un risque réduit de mortalité [Berkman et Syme, 1979], d’incapacité [Lund et al., 2010], des troubles cognitifs [Wang et al., 2002] et de dépression [Glass et al., 2006]. Ces études ne laissent aucun doute sur l’association entre la participation sociale et un meilleur niveau de santé, mais le sens du lien de cause à effet n’est pas clairement établi [Maestas, 2010 ; Sirven et Debrand, 2012].

4Cet article s’intéresse aux deux premières dimensions du « vieillissement actif » tel qu’il est défini par l’UE, l’employabilité de seniors et la participation à la vie sociale. Les frontières entre la fin de carrière professionnelle et le départ en retraite sont devenues plus complexes ; c’est pourquoi il semble pertinent d’observer les différences de pratique dans les activités des européens âgés de 50 à 69 ans selon leur situation vis-à-vis du marché du travail. L’analyse descriptive du taux d’emploi par pays est éclairée par l’examen de la poursuite d’une activité rémunérée après la retraite, une pratique qui soulève des questions dans un contexte économique difficile et des niveaux de pensions en baisse. Comprendre comment ce phénomène s’inscrit au sein des autres activités de temps libre conduit à observer l’effet des caractéristiques individuelles et de l’appartenance culturelle à un pays sur la probabilité d’exercer un travail rémunéré après la retraite, de faire du bénévolat, de suivre des cours ou de participer à la vie associative. Enfin, compte tenu des avantages attendus de la participation à la vie sociale dans les déclarations européennes, on cherchera à mettre en perspective le taux de participation globale avec l’appréciation générale que les enquêtés ont de leur qualité de vie.

2. Données et méthodes

  • 3 La collecte des données est financée par la Commission européenne, l’US National Institue on Aging (...)

5L’analyse utilise les données de l’enquête SHARE sur la santé, le vieillissement et la retraite en Europe (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe)3. Depuis 2004, cette enquête est menée auprès d’un échantillon de ménages dont au moins un membre est âgé de 50 ans et plus. Toutes les personnes de 50 ans et plus résidant dans le ménage sont interrogées tous les deux ans en panel. Les données présentées ont été collectées dans les seize pays participant à la quatrième vague en 2010 : la Suède, le Danemark, le Pays-Bas, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la Portugal, la République Tchèque, la Pologne, l’Hongrie, la Slovénie et l’Estonie. L’analyse porte sur les personnes âgées de 50 à 69 ans en 2010, soit 36 663 observations.

6Parmi les quatre dimensions retenues pour examiner les différentes formes d’activité avant et au-delà de la retraite, nous nous intéressons d’abord aux enquêtés qui, se déclarant à la retraite, ont effectué un travail rémunéré, comme salarié ou à leur propre compte, ne serait-ce que pour quelques heures, au cours des quatre dernières semaines ou depuis le dernier entretien (voir encadré). Les contours de la catégorie « retraite » sont devenus plus flous avec une porosité entre la fin du parcours professionnel et les modes de passage à la retraite, depuis la préretraite, la retraite anticipée, la cessation progressive d'activité, et la possibilité de cumuler emploi et retraite. Parmi la série d’activités possibles pratiquées au cours des douze derniers mois, l’examen porte sur les trois premières : les activités caritatives, volontariat ou bénévolat, les formations ou les cours et les activités pratiquées dans un club, une amicale, une association (sportive, 3ème âge, bridge). Pour chaque activité, la fréquence de la pratique au cours des douze derniers mois est retenue comme un indicateur de l’investissement personnel. Enfin, en s’intéressant à ce que les gens pensent de leur vie en général, l’enquête SHARE permet de mesurer la qualité de vie sur la base des réponses obtenues à une série de douze questions qui composent un indicateur dont le score varie de 0 à 36, depuis l’absence de bien-être jusqu’à la satisfaction totale.

3. Analyse

3.1. Travailler plus longtemps après la retraite

7Le taux d’emploi des 50 ans et plus en Europe est caractérisé par de grandes disparités régionales (carte 1). L’Europe du nord, et notamment la Suède et le Danemark, ont depuis longtemps des taux supérieurs à la moyenne européenne [Attias-Donfut et Sirven, 2009]. Ces pays ont mis très tôt en place des politiques de suivi et d’aménagement des fins de carrières pour les rendre plus attractives. Face à ces économies plus résistantes au chômage [Eurostat 2009], les pays qui sont entrés plus récemment dans l’UE et dont le PIB par habitant est sensiblement plus faible, tels que la Pologne, la Hongrie et la Slovénie, ont un taux d’emploi autour de 50 % pour les 50-69 ans et inférieur à 30 % pour les 55-64 ans, cœur de cible des politiques « seniors ». En dehors de la demande de travail conditionnée par le contexte économique et politique de chaque pays, la capacité individuelle d’offre de travail des européens varie en fonction de leur histoire personnelle mais aussi selon celle de leur pays. Par exemple, les indicateurs démographiques montrent, en tendance, que l’on travaille plus longtemps là où les conditions de vie le permettent, où l’espérance de vie est plus longue : en 2011, l’espérance de vie à la naissance pour les hommes et les femmes est de 82,8 ans en Suisse, 81,9 ans en Suède mais 76,9 ans en Pologne et 75,1 en Hongrie4.

8En ciblant les 55-64 ans, on observe nettement le décrochage de certains pays par rapport aux autres. C’est le cas pour la France où le taux d’emploi jusqu’à 55 ans se maintient à un niveau relativement élevé, notamment grâce à la participation des femmes au marché du travail [Minni, 2012]. Mais ensuite, dès 55 ans, le taux chute brutalement par la combinaison des possibilités de départ en retraite, mais aussi par des sorties prématurées de l’activité, les mesures de licenciement, l’invalidité, les incapacités au travail.

Carte 1. Taux d’emploi des européens entre 50 et 69 ans, éclairage pour les 55-64 ans

Carte 1. Taux d’emploi des européens entre 50 et 69 ans, éclairage pour les 55-64 ans

9Compte tenu de ce contexte européen d’emploi des seniors, l’interrogation porte alors sur le comportement des retraités vis-à-vis de l’activité. Avoir quitté tôt le marché du travail est-il une incitation à rechercher une activité ou bien, est-ce plutôt la prolongation de la durée du travail qui expliquerait le mieux la poursuite d’une activité après la retraite ? L’examen des situations reste exploratoire dans la mesure où les conditions d’exercice du cumul emploi-retraite, variables au sein de l’Europe, ne sont pas approfondies. En effet, cette possibilité admise et encouragée dans certains cas, est ailleurs plus règlementée. En France, le dispositif a été révisé en 2009 dans le but d’améliorer l’emploi des seniors et faciliter la reprise d’activité pour les retraités les plus modestes souhaitant compléter leur pension [Bridenne et Mette, 2010]. En Suède, les salariés ont la possibilité d’opter pour une retraite à temps partiel [Touzé, 2008] et en Allemagne le cumul emploi-retraite est possible sans aucune restriction ou plafond de cumul après l’âge d’obtention d’une pension complète [Cor, 2011].

10Il existe un lien indéniable entre la pratique d’une activité rémunérée par les retraités, le taux d’emploi des seniors et l’âge de cessation d’activité (graphique 1). Dans les pays du nord de l’Europe (Suède, Danemark) mais aussi en Europe continentale (Suisse, Pays-Bas, Allemagne) où le taux d’emploi est plus élevé et la retraite plus tardive, l’existence d’un travail rémunéré, telle que nous l’observons dans SHARE, apparaît plus fréquente : plus d’un retraité sur cinq est concerné. Dans les pays méditerranéens (Italie, Espagne, Portugal) cette pratique est identifiée pour moins de 5 % des personnes retraitées tandis qu’à l’est, dans les pays qui ont récemment intégré l’UE, les observations sont plus variées. En Estonie ou en Slovénie, très peu de retraités sont concernés par un travail rémunéré au-delà de la retraite (moins de 4 %) tandis que les Tchèques ou les Polonais y recourent davantage, environ un retraité sur six.

Tableau 1. Les retraités européens : âge médian, pourcentage dans la population des 50-69 ans et pourcentage des retraités qui mentionnent une activité rémunérée

Pays

Retraités parmi
les 50-69 ans
(en %)

Activité rémunérée
parmi les retraités
(en %)

Âge médian
des retraités

Suède

31,6

39,7

66

Allemagne

29,8

29,3

66

Danemark

28,5

28,6

66

Pays-Bas

24,0

27,9

66

Suisse

24,7

23,3

66

France

39,8

12,4

64

Belgique

33,5

8,4

64

Autriche

50,1

6,6

63

Italie

33,4

5,1

64

Espagne

21,5

4,7

66

Portugal

37,5

4,2

64

République Tchèque

52,2

17,0

64

Pologne

44,9

15,5

63

Hongrie

48,2

7,1

63

Slovénie

53,0

3,4

62

Estonie

26,2

2,9

65

Ensemble des 16 pays

34,3

15,2

65

Lecture : 32 % des Suédois entre 50et 69 ans sont retraités, 40 % des retraités Suédois ont signalé avoir effectué un travail rémunéré et la moitié ont 66 ans et plus.

Source : SHARE 4ème vague 2010. Champ : 50-69 ans, 36 663 observations.

11En France, 12 % des enquêtés retraités déclarent cumuler la perception d’une pension et celle d’un revenu d’activité. Les données agrégées manquent pour estimer globalement le taux de toutes les formes de cumul emploi-retraite pour l’ensemble des retraités. Néanmoins, les changements de paramètres dans les dispositifs contribuent à modifier les comportements comme pour les travailleurs indépendants qui ont connu un assouplissement des conditions du cumul emploi-retraite dès la réforme des retraites de 2004 et surtout la création du statut d’auto-entrepreneurs en 2009 qui a eu un effet incitatif sur la création d’activité pour les retraités [Bac et Gaudemer, 2012]. Quant à la retraite progressive, créée en 1988 avec l’objectif de permettre le cumul d’une partie de la pension tout en continuant à travailler à temps partiel, elle concerne toujours un tout petit nombre de personnes malgré l’assouplissement du dispositif en 2006 [Cnav, 2012].

12Le passage à la retraite est parfois perçu comme une véritable rupture dans les habitudes de vie, avec un abandon de l’identité professionnelle et la nécessité pour les nouveaux retraités de se reconstituer une identité en dehors de la sphère du travail. Mais cette représentation n’est-elle pas en train de se modifier avec la pluriactivité, les possibilités de reprendre ou poursuivre une activité ? D’ailleurs, au-delà du travail rémunéré, d’autres formes de participation à la vie sociale se présentent comme la prolongation ou la reprise d’activités antérieures, parfois sous un autre statut, en tant que bénévole ou responsable d’une association, par exemple.

3.2. Actif ou retraité, participer à la vie sociale

13La participation à la vie associative est l’activité la plus fréquente au sein du groupe d’âge étudié : un quart des enquêtés entre 50 et 69 ans sont concernés, contre 17 % pour le bénévolat et 12 % pour la formation (tableau 2). Les deux activités, bénévolat et formation, sont moins souvent exclusives que la vie associative : 42,6 % des bénévoles ne font que du bénévolat et 54,9 % des adhérents associatifs ne font ni du bénévolat ni de la formation. Il est vrai que les trois quarts déclarent une pratique hebdomadaire. L’engagement bénévole mobilise plus de la moitié des intéressés une fois par semaine tandis que ceux qui suivent des cours ou des formations sont en proportion deux fois moins nombreux dans ce cas.

Tableau 2. Vie associative, bénévolat, cours et formations

 

Vie associative

Bénévolat

Formation, cours

 

Taux de
pratique

Seule
activité
pratiquée

Pratique
hebdo-
madaire

Taux de
pratique

Seule
activité
pratiquée

Pratique
hebdo-
madaire

Taux de
pratique

Seule
activité
pratiquée

Pratique
hebdo-
madaire

50-69 ans

25,5

54,9

73,9

17,0

42,6

55,1

12,4

39,3

23,7

Emploi

29,5

52,3

70,1

17,2

37,9

50,6

20,6

43,6

12,8

Retraite

27,5

58,6

78,1

19,1

42,2

54,8

7,0

26,7

46,5

Lecture : Entre 50 et 69 ans, 25,5 % des européens ont une vie associative, c’est le cas de 29,5 % des actifs en emploi et 27,5% des retraités.

Source : SHARE 4ème vague 2010. Champ : 50-69 ans, 36 663 observations.

14Les données mobilisées sont transversales et ne permettent pas de suivre l’émergence d’une nouvelle activité au moment du passage à la retraite, ou son abandon. Néanmoins, sur le groupe d’âge considéré, et selon la situation vis-à-vis du travail, on observe une certaine proximité des comportements entre actifs et retraités pour la vie associative et le bénévolat : les taux de pratiquants sont plus ou moins équivalents, alors que l’activité de formation est nettement plus fréquente pour les personnes en emploi (20,6 %), contre 7 % de retraités. Il est vrai que la question sur les formations et les cours dans l’enquête SHARE ne fait pas la distinction entre les formations « personnelles » et celles qui seraient liées à l’emploi. Ceci peut expliquer que les actifs sont, en proportion, trois fois plus nombreux que les retraités à se former ou suivre des cours. Mais, à l’inverse, l’investissement des retraités dans ce domaine est beaucoup plus suivi : 46,5 % s’y adonnent chaque semaine pour 12,6 % des personnes en emploi.

15Du côté des bénévoles, les retraités n’affichent pas une pratique très différente de celle des autres bénévoles. Ce point est intéressant car, les résultats de recherches précédentes sur l’influence du passage à la retraite sur la participation sociale sont partagés. En utilisant les données longitudinales de SHARE, Hank et Erlinghagen (2009) ont montré que la probabilité de faire du bénévolat augmentait de façon significative au moment de la retraite tandis que Palmore et al. (1984) n’ont trouvé que peu d’effet. D’ailleurs, la diminution des activités sportives observées dans d’autres travaux avec l’avancée en âge [Berger et al., 2005] n’affecte pas le taux de participation à la vie associative des jeunes retraités, par rapport à ceux qui travaillent encore. Au contraire, les retraités s’investissent davantage que les actifs dont le temps dédié aux projets personnels est potentiellement concurrencé par celui consacré au travail professionnel : 78 % des retraités adhérents associatifs s’y consacrent chaque semaine pour 70 % des personnes en emploi.

16La participation à la vie sociale est à scruter du point de vue des déterminants personnels et culturels. La probabilité de pratiquer une activité peut varier selon l’âge, le sexe, la composition du ménage et de la famille, l’état de santé perçu et la durée de scolarité ou la capacité à faire face à des difficultés financières. Le choix des activités peut également se trouver influencé par un contexte propre à chaque pays en Europe.

3.3. Disparités européennes dans les activités des retraités

17L’analyse des choix d’activités conduit à rechercher les probabilités pour les retraités d’associer pension de retraite et activité rémunérée, de faire du bénévolat, de suivre des cours ou de participer à la vie associative. Certaines caractéristiques individuelles, parmi l’âge, le sexe, le type de ménage ou de famille, la santé, la scolarité ou les difficultés financières, jouent-elles différemment selon l’activité considérée ? Le même modèle de régression logistique, appliqué pour les quatre dimensions de participation à la vie sociale permet d’étudier, toutes choses égales par ailleurs, l’effet des caractéristiques par rapport à une situation de référence (tableau 3). Pour chaque type de pratique, les retraités engagés dans l’une d’elle, ont une probabilité significative plus élevée d’en exercer une autre : par exemple, l’activité rémunérée est plus largement associée au suivi d’une formation ou de cours. Pour les autres activités de temps libre, faire du bénévolat, suivre une formation ou participer à la vie associative, augmente la probabilité d’en pratiquer plusieurs. Dans tous les cas, une bonne santé et une scolarité longue favorisent toutes les pratiques, au contraire d’une mauvaise santé et d’une scolarité courte. La situation financière du ménage est également un élément limitant, notamment pour les bénévoles ou les adhérents associatifs. L’âge joue de façon significative uniquement pour l’activité rémunérée qui décline pour les plus âgés des retraités. Par rapport aux hommes, les femmes ont plus de chance de suivre une formation ou des cours et moins de chance de poursuivre une activité rémunérée ou de participer à la vie associative. A noter que le genre n’intervient pas au niveau du bénévolat. Enfin, la composition du ménage a un effet positif sur l’activité rémunérée pour les personnes qui vivent seules ou celles qui vivent avec d’autres personnes que leur seul conjoint. Sur le plan de la famille, sa configuration générationnelle est sans effet sauf dans le cadre de la vie associative dont la probabilité d’y participer est significativement plus faible pour les personnes sans enfant, ni petits-enfants.

Tableau 3. Les déterminants de la pratique d’une activité des retraités européens (modèles logistiques)

Retraités

Activité
rémunérée

Formation,
cours

Bénévolat

Vie
associative

N=14 896

N=1 783

N=1 209

N=2 705

N=4 062

Odds-ratio

Odds-ratio

Odds-ratio

Odds-ratio

Activité rémunérée (ref=non)

2,319

***

1,077

1,090

Formation, cours (ref=non)

2,299

***

2,445

***

1,863

***

Bénévolat (ref=non)

1,070

2,508

***

2,113

***

Vie associative (ref=non)

1,099

1,908

***

2,142

***

Femme (ref : homme)

0,674

***

1,786

***

0,939

0,805

***

65-69 ans (ref : <65 ans)

0,552

***

1,012

1,071

0,968

Bonne santé

1,283

***

1,244

**

1,206

**

1,274

***

Santé moyenne

(ref)

(ref)

(ref)

(ref)

Mauvaise santé

0,660

***

0,821

**

0,958

0,635

***

Scolarité courte

0,828

**

0,661

***

0,783

***

0,817

***

Scolarité moyenne

(ref)

(ref)

(ref)

(ref)

Scolarité longue

1,296

***

1,781

***

1,293

***

1,188

**

Budget difficile

0,791

**

0,940

0,770

***

0,814

***

Equilbre budget

(ref)

(ref)

(ref)

(ref)

Aisance financière

1,097

1,249

**

1,171

**

1,114

*

Vit seul

1,293

**

0,989

1,184

**

0,953

En couple seule

(ref)

(ref)

(ref)

(ref)

Cohabitation

1,318

***

0,955

1,026

0,906

Sans enfant

0,789

*

0,925

0,893

0,699

***

Enfant

(ref)

(ref)

(ref)

(ref)

Enfant & petit-enfant

0,967

0,871

0,926

0,975

Suède

8,147

***

1,756

**

0,475

***

0,961

Allemagne

4,550

***

1,288

0,699

**

1,321

**

Danemark

3,687

***

1,111

0,748

**

2,110

***

Pays-Bas

3,479

***

1,288

1,707

***

1,277

**

Suisse

2,596

***

1,301

1,284

**

0,946

République Tchèque

2,194

***

1,005

0,198

***

0,638

***

Pologne

1,906

***

0,479

**

0,109

***

0,120

***

Hongrie

1,325

0,692

0,459

***

0,344

***

Espagne

1,037

1,163

0,193

***

0,485

***

Belgique

1,025

2,808

***

1,008

0,963

Portugal

0,873

0,828

0,425

***

0,216

***

Italie

0,845

0,182

***

0,860

0,426

***

Autriche

0,645

**

1,484

**

0,562

***

0,852

**

Estonie

0,437

***

1,148

0,251

***

0,491

***

Slovénie

0,366

***

1,420

**

0,536

***

0,922

France

(ref)

(ref)

(ref)

(ref)

Probabilité de
la situation
de référence

11,9%

2,6%

21,3%

37,1%

Lecture : Par rapport à la situation de référence, la probabilité d’avoir effectué un travail rémunéré augmente pour ceux qui suivent aussi une formation ou des cours. Coefficient significatif au seuil de : 1 % *** ; 5 % **; 10 % *.

Source : SHARE 4ème vague 2010. Champ : retraités de 50-69 ans,
14 896 observations.

18Au-delà des caractéristiques individuelles, l’effet du pays est à la fois extrêmement important et très variable selon l’activité considérée. Rejoignant les observations précédentes sur les taux de personnes en emploi et retraitées, par rapport à la France choisie comme situation de référence, la probabilité de cumuler une rémunération avec une pension de retraite est de loin la plus élevée pour les Suédois, puis les Allemands, les Danois et les Hollandais, suivis ensuite par les Suisses, les Tchèques et les Polonais. À l’autre bout de la distribution, là où la probabilité est la plus faible, on retrouve l’Estonie et la Slovénie. Compte-tenu des autres dimensions propres à chaque pays, en termes de ressources et de niveau de vie, notamment santé, éducation, ce résultat laisse penser que les retraités qui continuent de travailler ont d’autres motivations que des raisons financières. En effet, le cumul emploi-retraite concerne probablement davantage des professions spécifiques, consultants, experts, anciens cadres supérieurs qui peuvent être sollicités pour leurs connaissances et leurs compétences techniques dans des domaines spécialisés. Les données manquent dans SHARE pour analyser les motivations des retraités qui travaillent et repérer parmi eux, ceux qui sont contraints de le faire pour des raisons économiques, par exemple à cause d’une pension de retraite trop faible pour couvrir les dépenses du ménage. D’ailleurs, pour ces pays où la probabilité d’exercer un travail après la retraite est plus élevée, l’effet est aussi positif pour le suivi de formations ou de cours.

19La comparaison des quatre modèles montre l’importance du contexte lié au pays. Contrairement aux autres dimensions, telles que la santé ou l’éducation pour lesquelles les effets ne changent pas de sens selon l’activité choisie, les chances de pratiquer telle ou telle activité ne suivent pas les mêmes tendances pour un même pays. Les pratiques culturelles sont sans doute très prégnantes dans l’investissement différencié des Européens pour les activités caritatives. Par exemple, c’est aux Pays-Bas que le bénévolat est potentiellement le plus répandu, toujours par rapport à la France, tandis qu’il l’est significativement beaucoup moins dans une grande partie de l’Europe. Au regard de la vie associative et de la participation française, les Danois s’y adonnent davantage, beaucoup plus que les Allemands ou les Hollandais, loin devant les autres pays. Il est notable que, pour chacune des activités, la pratique est plus fréquente aux Pays-Bas qu’en France tandis que la participation est systématiquement plus faible en Italie et au Portugal. Par ailleurs, et toujours par rapport à la France, en République Tchèque, Pologne et Hongrie, l’effet positif et significatif pour le cumul-emploi retraite, est négatif dans les autres activités (sauf pour la formation sans effet pour les Tchèques). Enfin, en Autriche, Estonie et Slovénie, l’effet pays est négatif sauf pour les activités de formation et de cours.

20L’intrication de l’effet pays, variable selon l’activité, est complexe. Par rapport aux autres Européens, les Français vont davantage s’impliquer dans les actions bénévoles et la vie associative plutôt que dans un travail rémunéré ou des projets de formation.

21Indépendamment du pays, la probabilité de participer à la vie sociale est positivement associée à la pratique de plusieurs activités. Pour chacune des activités, on observe que les ressources personnelles de santé, d’éducation et les capacités financières se cumulent et favorisent la vie sociale des jeunes retraités européens. En combinant les quatre dimensions de la vie sociale qui ont été étudiées, nous souhaitons apprécier la relation entre cette participation et ce que les gens pensent de leur vie en général, en termes de bien-être et qualité de vie.

3.4. Qualité de vie et participation à la vie sociale

22La qualité de vie est reconnue comme un facteur essentiel pour favoriser le « vieillissement actif », l’activité en emploi et la participation sociale. L'évaluation que chacun fait de sa vie, de ses expériences et priorités, est mesurée dans SHARE à partir d’un indicateur de score qui mesure la qualité de vie depuis l’absence de bien-être jusqu’à la satisfaction totale, sur une échelle variant théoriquement de 0 à 36 [Ogg et Renaut, 2013]. Dans tous les pays, les scores sont plus élevés parmi les enquêtés qui participent au moins à une des quatre activités, par rapport à ceux qui n’en font aucune, un résultat qui confirme celui d’autres enquêtes [McMunn et al., 2009]. La moyenne de l’indicateur de qualité de vie confrontée au taux de participation à la vie sociale par pays permet de visualiser la liaison positive qui existe entre les deux séries de données (graphique 1). Plus l’indicateur de qualité de vie est élevé et plus le taux de pratique est élevé, et inversement. Les pays se positionnent sur un gradient nord-sud, depuis l’Europe du nord et continentale en passant par l’Europe de l’est et du sud.

Graphique 1. Qualité de vie et activité en Europe

Graphique 1. Qualité de vie et activité en Europe

Lecture : Plus l’indicateur est élevé, meilleure est la qualité de vie : 30 pour les Danois,

Source : SHARE 4ème vague 2010. Champ : 50-69 ans, 36 663 observations.

20 pour les Portugais, les taux d’activité étant respectivement de 77 % et 15 %.

23La moyenne européenne sépare grossièrement deux blocs de pays, avec d’un côté, l’Estonie, la République Tchèque, la Hongrie et la Pologne auxquels s’ajoutent les pays d’Europe du Sud, l’Espagne, l’Italie et le Portugal qui ferme la marche avec un taux de pratique et un score de qualité nettement plus faibles qu’ailleurs. À l’autre bout de la distribution, le Danemark et les Pays-Bas affichent une qualité de vie et un taux de participation très au-dessus de la moyenne européenne.

24Pour les Européens entre 50 et 69 ans, quels que soient l’âge, le sexe ou le statut d’occupation, les premières dimensions explicatives de la participation sociale sont, ici encore de nature socio-économique, comme invariablement et de façon récurrente dans tous les travaux. Faire des activités suppose un certain niveau de ressources économiques et donc ne pas rencontrer de difficulté financière pour boucler son budget en fin de mois, être en capacité physique et psychologique et donc ne pas avoir une mauvaise appréciation de son état de santé, avoir un certain niveau d’éducation, c’est-à-dire avoir bénéficié d’un temps de scolarité plutôt plus long que la moyenne. Ensuite, ce sont les effets de contexte propres à chaque pays qui influencent le taux de pratique pour les activités étudiées : très élevée aux Pays-Bas ou au Danemark, la pratique est beaucoup moins fréquente en Pologne, mais aussi en Espagne et au Portugal. L’effet du statut d’occupation et celui de l’âge émergent ensuite avec une moindre participation sociale des inactifs (ni en emploi, ni retraités) et des plus âgés. Enfin, les personnes sans famille (sans enfant, ni petits-enfants) ou celles qui vivent à deux, en couple seul, sont moins investies dans la pratique des activités retenues et, en dernier lieu, les femmes plutôt moins que les hommes.

4. Conclusion

25La poursuite d’une activité au-delà de la retraite diffère selon le type d’activité, les caractéristiques individuelles, le contexte culturel et institutionnel des pays européens. L’analyse des données de l’enquête SHARE permet de dégager plusieurs hypothèses sur l’avenir et le développement des politiques qui concernent le « vieillissement actif ». Les politiques et les situations économiques qui favorisent le maintien en emploi avec la possibilité de rester actif plus longtemps sur le marché du travail semblent stimuler la reprise d’une activité professionnelle pour les retraités, au moins jusqu’à un certain âge. Cependant, travailler après la retraite est un phénomène qui, jusqu’à présent en Europe, concerne davantage les activités intellectuelles et les professions exigeantes en termes de connaissances et d’expertises particulières. Les études montrent que la poursuite d’une activité rémunérée après la retraite peut avoir un effet positif sur la santé si les conditions de travail sont bonnes [Skoglund, 1979 ; Westerlund et al., 2009]. Or, le cumul emploi-retraite apparaît moins lié au besoin de travailler pour financer sa retraite, les retraités pauvres ou les plus modestes n’ayant pas la capacité d’échanger leur force de travail sur un marché de l’emploi dont ils ont parfois été exclus. Si cette hypothèse se confirme, l’Europe pourrait connaître un accroissement des inégalités intra-générationnelles parmi les jeunes retraités, avec d’un côté ceux qui ont la possibilité de travailler plus longtemps et de « vieillir actif » et ceux qui pourraient avoir besoin de travailler pour un complément de revenu mais qui n’ont pas cette possibilité de choix sur un marché senior spécialisé.

26L’analyse confirme l’importance du « capital culturel » accumulé tout au long de la vie. La formation initiale ou professionnelle est constitutive du capital culturel et, comme toutes les activités sociales, contribue à l’accumulation des ressources personnelles. La probabilité de participer à la vie sociale est positivement associée à la pratique de plusieurs activités et, dans tous les pays, le niveau de qualité de vie est plus élevé parmi ceux qui font au moins une activité, par rapport à ceux qui n’en font aucune. L’analyse ne permet pas de déterminer comment ce capital culturel se construit au cours de la vie, elle suggère néanmoins que des politiques de « vieillissement actif » pourraient être plus difficiles à mettre en œuvre auprès de certains secteurs de la population qui n’ont pas les ressources suffisantes pour « bien vieillir ». La participation des seniors à la vie sociale s’inscrit davantage dans la continuité d’une pratique indépendante de la situation professionnelle. Pour ceux-là, le passage à la retraite est moins l’objet de rupture entre la vie privée et publique.

Haut de page

Bibliographie

ATTIAS-DONFUT C. et SIRVEN N. [coord.] (2009), Emploi et retraite en Europe. Enquête SHARE, Retraite et Société, n° 57, (juin).

BAC C., GAUDEMER C. (2012), Actif au RSI et retraité du régime général : évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010, Zoom Sur, n° 64, (janvier).

BENALLAH S. (2010), La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite ? Les Cahiers de la CNAV, n° 2, (décembre).

BERGER U, DER G., MUTRIE N., HANNAH M. K. (2005), The impact of retirement on physical activity, Ageing & Society, vol. 25, pp. 181-195.

BERKMAN L. F. and SYME L. (1979), Social networks, host resistance, and mortality : A nine-year follow-up study of Alameda County residents, American Journal of Epidemiology, vol. 109, n° 2, pp. 186-204.

BRIDENNE I., METTE C. (2010), Le cumul emploi-retraite : les retraités du régime général ‘actifs’, Cadr’@ge, n° 12, (septembre).

CHAMAHIAN A. (2009), Vieillissement actif et enjeux de la formation dans le temps de retraite, Lien social et politiques, n° 62, pp. 59-69.

CNAV (2012), Brèves/Statistiques, Cadr'@ge, n° 20, (septembre)

Conseil d’orientation des retraites, Séance plénière du 14 décembre 2011 à 9 h 30 « Emploi et retraite en Europe : étude de cas », Document N° 4, Emploi et retraite en Europe : le cas de l’Allemagne.

Eurostat (2009), Regions of Europe,
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/statistics_explained/index.php/Regions_of_Europe

GLASS T. A., MENDES DE LEON C. F., BASSUK S. S. and BERKMAN L. G. (2006), Social engagement and depressive symptoms in late life, Journal of Aging and Health, vol. 18, n° 4, pp. 604-628.

GUILLEMARD A. (2013), Le vieillissement actif : enjeux, obstacles, limites. Une perspective internationale, Retraite et Société, n° 65, à paraître.

HANK K. and ERLINGHAGEN M. (2010), Dynamics of volunteering in older Europeans, The Gerontologist, vol. 50, n° 2, pp. 170-78.

LUND R. NILSSON C. J. and AVLUND K. (2010), Can the higher risk of disability onset among older people who live alone be alleviated by strong social relations ? A longtitudinal study of non-disabled men and women, Age and Ageing, vol. 39, n° 3, pp. 319-326.

MAESTAS N. (2010), Back to work : expectations and realizations of work after retirement, Journal of Human Resources, vol. 45, n° 3, pp. 718-748.

McMUNN A. NAZROO J., WAHRENDORF M., BREEZE E. and ANINOTTO P (2009), Participation in socially-productive activities, reciprocity and wellbeing in later life : baseline results in England, Ageing & Society, vol. 29, n° 05, pp. 765-782.

MINNI C. (2012), Emploi et chômage des 55-64 ans en 2011, DARES Analyses, n° 049, juillet 2012.

OGG J. et RENAUT S. (2013) Qualité de vie et conditions de travail en Europe, Cadr’@ge, n° 22, (mars).

PALMORE E. B., FILLENBAUM G. G. and GEORGE L. K. (1984), Consequences of retirement, Journal of Gerontology, vol. 39, pp. 109-16.

SIEGRIST, J. and WAHRENDORF M. (2009), Participation in socially productive activities and quality of life in early old age : findings from SHARE, Journal of European Social Policy (October), vol. 19, n° 4, pp. 317-326.

SIRVEN N. and DEBRAND T. (2012), Social capital and health of older Europeans : Causal pathways and health inequalities, Social Science & Medicine, vol. 75, n° 7, (2012/10), pp. 1288-1295.

SKOGLUND J. (1979), Work after Retirement, Aging and Work : A Journal on Age, Work and Retirement, vol. 2, n° 2, (Spring), pp. 103-112.

TOUZÉ V. (2008), Marché du travail et emploi des seniors en Suède, Revue de l’OFCE, vol. 105, pp. 19-54.

WANG H., KARP A., WINBLAD B. and FRATIGLIONI L. (2002), Late-life engagement in social and leisure activities is associated with a decreased risk of dementia : A longitudinal study from the Kungsholmen Project, American Journal of Epidemiology, vol. 155, n° 12, pp. 1081-1087.

WESTERLUND H., KIVIMÄKI M., SINGH-MANOUX A., MELCHIOR M., FERRIE J. E., PENTTI J., JOKELA M., LEINEWEBER C., GOLDBERG M., ZINS M., VAHTERA J. (2009), Self-rated health before and after retirement in France (GAZEL) : a cohort study, The Lancet, vol. 374, n° 9705, pp. 1889-1896.

Haut de page

Annexe

Les questions mobilisées dans l’enquête SHARE

Module (EP). Situation professionnelle

De manière générale, quelle catégorie décrit le mieux votre situation actuelle vis-à-vis de l'emploi ? (carte)

  • Retraité(e)

  • Occupe un emploi (y c. travail pour une affaire familiale)

  • Chômeur(se)

  • Invalide ou en congé de longue maladie

  • Homme ou femme au foyer

  • Autres (Rentier, Etudiant, Bénévole)

En cas de doute : « Retraité signifie retraité de son emploi, y c. préretraite, retraite anticipée, cessation progressive d'activité). Les bénéficiaires de pension de réversion qui ne touchent pas de retraite pour leur propre emploi ne doivent pas être codés en retraités. S'ils ne rentrent pas dans les catégories 2 à 5, les coder en Autres. »

Si la personne n’occupe pas d’emploi :
Avez-vous effectué un travail rémunéré, depuis notre dernier entretien /au cours des 4 dernières semaines, que ce soit comme salarié(e) ou à votre propre compte, ne serait-ce que pour quelques heures ?

Module (AC). Activités

Voici maintenant quelques questions sur vos activités.
Lesquelles de ces activités avez-vous pratiquées durant les douze derniers mois ? (carte)

  • Volontariat, bénévolat, activités caritatives

  • Suivre une formation ou des cours

  • Activité dans un club, une amicale, une association (sportive, 3ème âge, bridge)

  • Participé aux activités d'une organisation religieuse (église, synagogue, mosquée etc.)

  • Participé aux activités d'une organisation politique, syndicale, locale ou communale

  • Lecture de livres, magasines ou journaux

  • Jeux de lettres, ou de chiffres comme les mots croisés ou le Sudoku

  • Jeux de cartes ou de société, tels que les échecs

  • Aucune de ces activités

Á quelle fréquence durant les douze derniers mois avez-vous fait [l’activité en question] ?

  • Tous les jours ou presque

  • Toutes les semaines ou presque

  • Tous les mois ou presque

  • Moins souvent

Nous nous intéressons aussi à ce que les gens pensent de leur vie en général. Je vais lire des expressions que les gens utilisent pour décrire leur vie.

Á quelle fréquence vous pensez qu'elles se sont appliquées à vous pendant les 4 dernières semaines : souvent, parfois, rarement, ou jamais ?

  • Pensez-vous que votre âge vous empêche de faire ce que vous voudriez ?

  • Avez-vous le sentiment de ne pas contrôler ce qui vous arrive ?

  • Vous sentez-vous à l'écart des choses ?

  • Pensez-vous que vous arrivez à faire les choses que vous voulez faire ?

  • Pensez-vous que les responsabilités familiales vous empêchent de faire ce que vous voulez ?

  • Pensez-vous que le manque d'argent vous empêche de faire ce que vous voulez ?

  • Abordez-vous chaque nouvelle journée avec plaisir ?

  • Avez-vous le sentiment que votre vie a un sens ?

  • Tout bien pesé, repensez-vous à votre vie avec bonheur ?

  • Vous sentez-vous [plein/pleine] d'énergie ces jours-ci ?

  • Trouvez-vous que la vie offre beaucoup de possibilités ?

  • Pensez-vous que l'avenir se présente bien pour vous ?

Haut de page

Notes

1 http://europa.eu/ey2012/ey2012main.jsp?catId=971&langId=fr

2 En 2000, le Conseil Européen avait pour objectif de porter à 50 % le taux d’emploi des 55 ans et plus en 2010.

3 La collecte des données est financée par la Commission européenne, l’US National Institue on Aging et les pays participant au projet (http://www.share-project.org/contact-organisation/funding.html)

4 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/statistics_explained/index.php/Mortality_and_life_expectancy_statistics#Main_tables

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Taux d’emploi des européens entre 50 et 69 ans, éclairage pour les 55-64 ans
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 1. Qualité de vie et activité en Europe
Légende Lecture : Plus l’indicateur est élevé, meilleure est la qualité de vie : 30 pour les Danois,
Crédits Source : SHARE 4ème vague 2010. Champ : 50-69 ans, 36 663 observations.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jim Ogg et Sylvie Renaut, « Activité et retraite en Europe : une exploration des données SHARE », Espace populations sociétés, 2013/3 | 2013, 91-104.

Référence électronique

Jim Ogg et Sylvie Renaut, « Activité et retraite en Europe : une exploration des données SHARE », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/5565 ; DOI : 10.4000/eps.5565

Haut de page

Auteurs

Jim Ogg

CNAV-DSPR Unité de recherche sur le vieillissement
49, rue Mirabeau
75016 Paris
james.ogg@cnav.fr

Articles du même auteur

Sylvie Renaut

CNAV-DSPR Unité de recherche sur le vieillissement
49, rue Mirabeau
75016 Paris
sylvie.renaut@cnav.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org