Navigation – Plan du site
Articles

Activité et emploi en Europe : bilan et perspectives

Activity and Employment in Europe: Assessment and Prospects
Khalid Eljim
p. 19-38

Résumés

Les marchés du travail des pays de l’Europe de l’ouest ont connu, au cours des trois dernières décennies de grandes transformations structurelles. Alors que la stagnation de l’emploi masculin était la règle dans la majorité de ces pays, l’emploi féminin, notamment à temps partiel, a augmenté de manière soutenue et accélérée. Parallèlement à cette féminisation, le tertiaire s’est imposé comme le principal secteur créateur d’emplois. Bien que cette tendance soit générale, ces deux phénomènes ne se sont pas manifestés avec la même ampleur dans tous les pays.
Dans l’avenir, ces pays seront confrontés à d’autres défis. Le nombre d’emplois sera impacté, toutes choses égales par ailleurs, par les évolutions démographiques. Sur ce point-là aussi, les simulations réalisées dans la deuxième partie de ce travail montrent que cet impact diffère d’un pays à l’autre.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Christophe Bergouignan (Iedub/Comptrasec) et Alain Parant (Ined/Futuribles) pour leurs conseils et leur lecture critique qui m’ont permis d’améliorer la qualité de ce travail.

1Au cours des trois dernières décennies, sous l’effet des transformations économiques et des évolutions démographiques, les marchés du travail des pays de l’Europe de l’ouest ont connu de profondes mutations [Boutillie et Lestrade, 2000]. Alors que la période de l’après-guerre avait été marquée par une demande massive de main-d’œuvre pour répondre aux besoins de la croissance économique, les trois dernières décennies se caractérisent plutôt par des déséquilibres structurels du marché du travail, néanmoins fort variables selon les pays. Ces déséquilibres, notamment lorsqu’ils sont les plus marqués, résultent de la coïncidence d’une structure démographique favorable aux âges actifs avec une situation économique, qui, depuis la crise des années 1970, ne cesse de fluctuer.

2Dans l’avenir, ce déséquilibre risque de connaître une nouvelle transformation. Dans beaucoup de pays, la croissance démographique cèdera la place à la diminution des populations d’âge actif [Comité de politique économique européen, 2001].

3L’importance de ce défi et les questionnements que ces modifications font surgir apparaissent clairement dans la multiplication des études et des rapports nationaux et européens. Les instances européennes multiplient ainsi les recommandations et définissent des cadres d’orientation pour faire face aux défis démographiques et à ses multiples implications, notamment sur le marché du travail. C’est ainsi par exemple qu’en 2000, le sommet de Lisbonne a fixé, à l’horizon 2010, un certain nombre d’objectifs, dont un taux d’emploi de 70 % pour l’ensemble des 15-64 ans et une proportion de 60 % d’actives parmi les femmes de 15-64 ans.

  • 1 Avant l’élargissement de 2004 qui a intégré dix nouveaux membres de l’Europe centrale, l’Union euro (...)

4Si ces questionnements impliquent tous les pays de l’Europe de l’ouest, l’ampleur des variations passées et attendues varie d’un pays à l’autre suivant leurs politiques et leurs spécificités démographiques et économiques. L’objectif de cet article est de rendre compte de ces transformations pour des pays qui, par la diversité de leur situation et leur poids démographique et économique, résument les principales transformations passées mais aussi attendues dans cette partie de l’Europe. En effet, l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, présentent à la fois les populations et les richesses globales produites les plus importantes de l’Union européenne des 151 (83 % de la population et du PIB) et des situations assez variables aux plans économiques et démographiques.

5Dans la première partie de cet article, l’accent sera mis sur les principales transformations qui ont marqué l’évolution de l’activité et de l’emploi dans ces pays. La deuxième partie traitera des perspectives d'emploi dans les six pays, à l’horizon de 40 ans, en modulant les scénarios d’évolution démographique et sous deux hypothèses d’évolution des taux d’emploi.

6Pour mener cette recherche, nous allons utiliser les données d’Eurostat, qui, pour différentes raisons, nous semblent les plus adaptées pour conduire des analyses comparatives, (voir encadré à la fin de cet article).

Activité et emploi : principales tendances des trente dernières années

  • 2 Pour adopter une terminologie commune bien qu’impropre s’agissant d’un rapport qui est en fait une (...)

7En 2011, dans l’ensemble des six pays, on comptait 216 millions de personne ayant entre 15 et 65 ans (66,2 % de la population totale). Parmi ces personnes en âge de travailler, 157 millions étaient actives, soit un taux d’activité2 de 72,5 %, en hausse de 7 points de pourcentage par rapport à 1987.

8Malgré une relative convergence, de grandes disparités existent entre les pays (graphique 1).

9Au début des années 1980, les Pays-Bas, l’Italie et, plus encore, l’Espagne, avec des taux d’activité inférieurs à 60 %, se distinguaient nettement du Royaume-Uni (plus de 70 %), de la France (68 %) et de l’Allemagne (65 %). Du fait de rythmes d’évolution divers, le bilan 2011 de l’activité dans ces 6 pays est sensiblement différent. Si le taux d’activité des 15-64 ans a progressé en effet de 13 points de pourcentage en Allemagne, de 16 points en Espagne, et de 20 points aux Pays-Bas, en France, en Italie et au Royaume-Uni, son augmentation a été beaucoup plus limitée, respectivement : +2, +3 et +5 points. En 2011, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas affichent en conséquence des taux d’activité des 15-64 ans excédant 75 % quand l’Espagne et la France ont des taux compris entre 70 % et 75 %, l’Italie conservant un taux à peine supérieur à 60 %.

10Les gains d’activité réalisés proviennent essentiellement de la population féminine. Aux Pays-Bas comme en Espagne, le taux d’activité des femmes a progressé d’environ 35 points de pourcentage de 1983 à 2011. En Allemagne, la hausse a été de 20 points. En France, en Italie et au Royaume-Uni, les progressions de l’activité des femmes se sont avérées plus modestes (entre +10 et +13 points) et se sont combinées avec des baisses plus ou moins marquées de l’activité des hommes (entre –5 et –7 points). Caractérisé, en 1983, par des niveaux d’activité féminine et masculine relativement élevés, le Royaume-Uni, reste, malgré ces évolutions mitigées, un des pays où l’activité globale des 15-64 ans est une des plus fortes d’Europe. À l’autre extrême figure l’Italie où le taux global d’activité des 15-64 ans se situe très en deçà de la moyenne européenne.

Graphique 1. Taux d’activité des 15-64 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Graphique 1. Taux d’activité des 15-64 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

11Une partie des différences de niveau et d’évolution de la participation moyenne des populations à l’activité économique s’explique par les écarts de taux aux âges extrêmes. Ainsi, les taux d’activité masculins à 25-54 ans (graphique 2) sont très proches pour les six pays considérés (voisins de 90-95 %) et ils varient peu dans le temps, même s’ils déclinent légèrement en Italie et au Royaume-Uni. Contrastés en 1983 (de moins de 35 % en Espagne à plus de 65 % en France), les taux d’activité féminins à 25-54 ans, ont globalement convergé, de sorte qu’en 2011, pour cinq des six pays considérés, ils se distribuent entre 78 % et 84 %. Seule l’Italie se distingue avec moins de 65 % d’actives parmi les femmes de 25-54 ans.

Graphique 2. Taux d’activité des 25-54 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Graphique 2. Taux d’activité des 25-54 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

12On observe, en revanche, des évolutions très divergentes en matière d’activité des 15-24 ans (graphique 3). Alors que dans les six pays considérés, la période 1983-2011 a été marquée par un allongement de la durée des études (avec une ampleur et un calendrier néanmoins différents selon les pays), on constate, aux fluctuations conjoncturelles près, que celle-ci s’est accompagnée :

  • d’une baisse importante des taux d’activité des 15-24 ans en Italie, mais aussi, à un moindre degré, en France et en Espagne (graphique 3) ;

  • d’une stagnation des taux d’activité des 15-24 ans en Allemagne et d’une baisse très modérée au Royaume-Uni ;

  • d’une hausse importante des taux d’activité des 15-24 ans aux Pays-Bas.

Graphique 3. Taux d’activité des 15-24 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Graphique 3. Taux d’activité des 15-24 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

13Ainsi, la dispersion des niveaux d’activité des hommes de 15-24 ans qui prévalait en 1983 (de 50 % aux Pays-Bas à 70 % au Royaume-Uni), s’est renforcée en 2011 (de 30 % en Italie à 70 % aux Pays-Bas). Cette évolution est encore plus manifeste s’agissant de l’activité des femmes de 15-24 ans ; le spectre, ouvert en 1983 de plus 40 % (Italie) à moins de 60 % (Royaume-Uni), s’étend en 2011 d’un peu plus de 20 % (Italie) à un peu moins de 70 % (Pays-Bas). Autrement dit, le terme générique « d’allongement de la durée des études » recouvre des significations très différentes selon les pays, en termes de professionnalisation des filières comme d’exercice d’une activité économique parallèle et/ou conjointe. En effet, loin d’harmoniser les conditions d’activité des jeunes adultes entre les pays d’Europe, cet « allongement de la durée des études », tend au contraire à diversifier les expériences « nationales » de la jeunesse, au moins sur le plan professionnel.

14Pour les 55-64 ans, on constate plutôt un maintien des différences entre les pays se combinant avec des évolutions distinctes pour les hommes et les femmes (graphique 4) :

  • baisse de l’activité des seniors masculins jusqu’au début des années 2000, remontée ensuite ;

  • stagnation de l’activité des seniors féminines jusqu’au début des années 2000, hausse nette ensuite.

Graphique 4. Taux d’activité des 55-64 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Graphique 4. Taux d’activité des 55-64 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

15En Allemagne et aux Pays-Bas, les regains d’activité des seniors ont été à la fois plus précoces et plus vigoureux, ce qui témoigne de réformes structurelles plus anticipées et plus efficaces que celles entreprises dans les autres pays. Alors qu’en 2011, les taux d’activité des hommes de 55-64 ans, sont compris entre 64 % et 71 % pour l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ils sont de l’ordre de 50 % seulement en France et en Italie. Plus dispersés, les taux d’activité 2011 des femmes de 55-64 ans varient entre 30 % (Italie) et plus de 55 % (Allemagne).

Dynamique du marché de l’emploi dans les six pays : des performances contrastées

16Les disparités entre ces pays sont encore plus marquées en termes de taux d’emploi qui ne prennent en compte que les personnes occupant un travail. En moyenne, de 1983 à 2011, 55 % des personnes de 15-64 ans ont occupé un emploi en Espagne et en Italie, alors qu’au Royaume-Uni ce taux a atteint 69 %. En France, les taux d’emploi sont restés relativement stables depuis le début des années 1980, aux alentours de 62 %, alors qu’en Allemagne, ces taux ont nettement augmenté, passant de 60 % en 1983 à 72,5 % en 2011. En Espagne, la hausse a longtemps été remarquable, de 44 % en 1986 à 65 % en 2006, avant que, du fait de la crise, le taux retombe à 58 % en 2011, mais c’est aux Pays-Bas toutefois que la progression du taux d’emploi a été la plus nette : de 52 % à 75 %.

17Dans ces deux derniers pays, l’augmentation s’explique en grande partie par l’explosion de l’emploi féminin dont les taux ont plus que doublé, passant respectivement de 25 % à 52 % et de 34,5 % à 70 % (graphique 5). En France, le taux d’emploi féminin a progressé de 10 points, passant de 50 % au début des années 1980 à 60 % actuellement. Dans le même temps, le taux d’emploi des hommes a baissé de près de 8 points, ce qui explique la quasi-stabilité du taux global d’emploi signalée supra. À l’exception des Pays-Bas et de l’Allemagne, les autres pays ont tous connu, parallèlement à la progression des taux d’emploi féminins, une baisse des taux d’emploi masculins. L’Allemagne confirme son exception puisque, c’est le seul pays du groupe qui a enregistré une augmentation nette de son taux d’emploi malgré la crise qui frappe l’Europe depuis 2007. Les pays où l’impact négatif de cette crise sur l’emploi a été le plus marqué sont l’Espagne (-8 points), le Royaume-Uni (-2 points) et l’Italie (-1,8 point). Dans tous ces pays, la baisse a touché plus sévèrement les hommes que les femmes ; -12 points de pourcentage contre -4 points en Espagne, -3 points contre -1,5 point au Royaume-Uni.

Graphique 5. Taux d’emploi des 15-64 ans selon le sexe. Évolution 1983-2011

Graphique 5. Taux d’emploi des 15-64 ans selon le sexe. Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

  • 3 Du fait du manque d’homogénéité, les comparaisons internationales d’emploi selon le temps travaillé (...)

18Derrière ces performances contrastées entre les pays se cache, entre autres, le temps travaillé3. Aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Allemagne, la participation croissante des femmes au marché de l’emploi est à mettre en relation avec la diffusion de l’emploi à temps partiel. Bien que les hommes tendent à être de plus en plus concernés, ce phénomène reste essentiellement féminin. À l’exception du Royaume-Uni, au cours de la période 1983-2011, la croissance des emplois à temps partiel a partout largement excédé celle des emplois à temps complet.

19Aux Pays-Bas, en 2011, un quart des emplois masculins et trois-quarts des emplois féminins sont à temps partiel (graphique 6). En Allemagne et au Royaume-Uni, cela concerne un peu plus de 4 emplois sur 10 chez les femmes et 1 emploi sur 10 chez les hommes. En France, après une augmentation au cours de la période 1983-2000, la part des emplois à temps partiel s’est stabilisée aux environs de 30 % chez les femmes et de 6 % chez les hommes.

20En Espagne et en Italie cette pratique apparaît comparativement beaucoup moins répandue, même si, au cours de la dernière décennie, la part des emplois à temps partiel, notamment chez les femmes italiennes, a augmenté rapidement pour se situer au même niveau qu’en France.

Graphique 6. Poids des emplois à temps partiel parmi l’ensemble des emplois (en %). Évolution 1983-2011

Graphique 6. Poids des emplois à temps partiel parmi l’ensemble des emplois (en %). Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

21Si on ne considère que l’emploi à temps plein, le classement des pays selon les performances de leur marché d’emploi change alors considérablement (graphique 7). Ainsi, sur l’ensemble de la période, les Pays-Bas affichent les taux d’emploi à temps plein les plus bas du groupe (environ 40 %). Cette tendance est encore plus marquée chez les femmes néerlandaises dont le taux d’emploi à temps plein oscille autour de 18 % depuis le début des années 1980.

22En Allemagne, en France, en Italie et au Royaume-Uni, les taux d’emploi à temps plein s’étagent de 48 % à 58 %, les évolutions dans le temps résultent :

  • d’une légère baisse des taux masculins (plus marquée en France et en Italie), inégalement compensée par une légère hausse des taux féminins (plus marquée au Royaume-Uni) ;

  • de la conjoncture économique et des réformes structurelles concernant l’emploi des seniors.

23L’Espagne présente une évolution très spécifique, avec des taux d’emploi à temps plein connaissant des variations très importantes (forte hausse de 1995 à 2007, notamment pour les femmes, puis forte baisse du fait de la crise, notamment pour les hommes).

Graphique 7. Proportion de personnes en emploi à temps plein (en %) selon le sexe. - Évolution 1983-2011

Graphique 7. Proportion de personnes en emploi à temps plein (en %) selon le sexe. - Évolution 1983-2011

Source : Eurostat

24L’analyse des raisons qui conduisent à l’emploi à temps partiel semble indiquer que la diffusion de cette pratique n’est pas toujours synonyme d’une précarisation de l’emploi. Ainsi, aux Pays-Bas, 95 % des femmes qui travaillent à temps partiel ne souhaitent pas un temps complet, leur choix est donc volontaire. C’est aussi le cas chez 85 % des Britanniques et des Allemandes et 70 % des Françaises. En revanche, chez les Espagnoles et les Italiennes, cette situation est subie dans 50 % des cas.

25La diffusion de l’emploi à temps partiel est elle-même à relier aux bouleversements de la répartition des emplois selon les secteurs d’activité. Dans tous les pays, les emplois à temps partiel se concentrent, en effet, essentiellement dans le secteur des services, notamment dans les deux branches « services administratifs » et « commerce, transport et activités de restauration ».

Les mutations de l’appareil productif et la tertiarisation de l’emploi

26Au début des années 1980, dans le groupe des six pays considérés, 9,1 % des emplois provenaient de l’agriculture, 35,4 % de l’industrie et 55,5 % des services. En 2011, près des trois-quarts des personnes occupées (73,5 %) l’étaient dans le tertiaire, contre 24 % dans l’industrie et seulement 2,5 % dans l’agriculture (graphique 8).

Graphique 8. Répartition des emplois (en %) selon les secteurs d’activité. Évolution 1980-1983

Graphique 8. Répartition des emplois (en %) selon les secteurs d’activité. Évolution 1980-1983

Source : Eurostat.

27Si la part du tertiaire dans l’emploi total était, en 2011, inférieure à la moyenne en Allemagne (70 %) et en Italie (68 %), elle atteignait 74 % en Espagne, 78 % en France, 80 % au Royaume-Uni et 82 % aux Pays-Bas. C’est en Espagne que le nombre d’emplois dans les services a le plus fortement augmenté durant les trois dernières décennies. Alors que dans les autre pays, le taux de croissance annuel moyen a été inférieur ou à peine supérieur à 2 % (Pays-Bas 2,2 %, Royaume-Uni 1,8 %, France 1,6 %, Allemagne et Italie 1,4 %), en Espagne, il s’est élevé à 3,4 %.

  • 4 Pour ce pays, ce taux concerne la période 1992-2011.

28Cette tendance générale à la tertiarisation de l’emploi s’est faite à des rythmes et selon des configurations différentes. En Espagne, la progression du secteur tertiaire s’est inscrite dans une dynamique générale de création d’emplois sans attrition du secteur industriel ; au cours des deux dernières décennies, la tertiarisation s’est même accompagnée d’un accroissement annuel moyen de 0,8 % de l’emploi industriel. Cette évolution moyenne de l’emploi industriel cache d’ailleurs une hausse beaucoup plus rapide si l’on se réfère à la seule période 1997-2007 (2,5 % par an), récemment suivie d’un effondrement du fait la crise, cette baisse 2007-2011 très rapide (-7 % par an) renvoie directement à la baisse des taux d’emploi masculins à temps plein déjà observée pour la même période. Aux Pays-Bas, les emplois industriels ont certes régressé, mais à un rythme relativement modéré (-0,18 %, en moyenne annuelle, entre 1983 et 2011) comparativement aux autres pays : -0,74 % en France, -1,34 % au Royaume-Uni, -1,48 % en Allemagne4. Dans les six pays, le nombre d’emplois agricoles a diminué, mais à un rythme plus ou moins soutenu : -4 % en moyenne annuelle de 1991 à 2011 en Allemagne, -3,2 % en Italie, -2,6 % en France, -2,5 % en Espagne, -2,1 % au Royaume-Uni et seulement -0,6 % aux Pays-Bas.

29L’analyse des taux d’emploi révèle d’autres réalités. Ainsi, bien que la part des emplois tertiaires ait été toujours plus importante en France qu’en Allemagne, les taux d’emploi dans ce secteur ont été toujours très proches dans les deux pays. Ces deux voisins occupent une place intermédiaire entre d’un côté le Royaume-Uni et les Pays-Bas qui affichent conjointement les taux d’emploi tertiaire les plus élevés et l’Espagne et l’Italie qui ont les taux les plus bas (graphique 9).

Graphique 9. Taux d’emploi selon les secteurs d’activité (en %) Évolution 1983-2011

Graphique 9. Taux d’emploi selon les secteurs d’activité (en %) Évolution 1983-2011

Source : Eurostat.

30Une autre différence entre les pays concerne la ventilation des emplois de services entre les branches. En France, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, l’emploi dans la branche des services publics (Administration publique et défense ; sécurité sociale obligatoire, Éducation, Santé et action sociale, Autres activités de services collectifs, sociaux et personnels) pèse d’un poids relativement important. En 1990, il représentait 30 % de l’ensemble des emplois aux Pays-Bas, 28 % en France et au Royaume-Uni. À la même date, ce type d’emploi ne représentait que 24,7 % de l’emploi total en Italie, 23,7 % en Allemagne et seulement 17,7 % en Espagne. Au cours des deux dernières décennies, le poids de cette branche a augmenté dans tous les pays, mais les écarts restent très marqués ; en 2011, il atteignait 35 % au Royaume-Uni, 33 % en France et aux Pays-Bas, 31 % en Allemagne, 27 % en Espagne et seulement 24 % en Italie.

31L’analyse de la dynamique du marché du travail dans les six pays européens au cours de ces trois dernières décennies, révèle deux transformations principales. La première concerne la féminisation, la seconde la tertiarisation des emplois.

32Nous avons cherché à savoir quelle était la situation dans les autres pays de l’Europe des 27. Pour déterminer les différents profils de pays, nous avons choisi d’utiliser une Classification Ascendante Hiérarchique selon la méthode de Ward. Nous avons choisi d’étudier la situation avant la crise, pour cela nous avons pris les données de 2007. Pour la classification, nous avons retenu 4 indicateurs :

  • Taux d’emploi total ;

  • Taux d’emploi par sexe ;

  • Taux d’emploi à temps partiel ;

  • Taux d’emploi par secteur d’activité (Agriculture, Industrie et Service).

33Cette méthode conduit à constituer 5 groupes de pays.
Groupe 1 (5 pays) : « tertiarisation et féminisation très accentuées ».
Dans ce groupe de pays, sont enregistrés les taux d’emploi les plus élevés de toute l’Europe des 27, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Cette performance s’explique en outre par une diffusion importante du travail à temps partiel notamment chez les femmes (les taux d’emploi à temps partiel y sont les plus élevés) et par une tertiarisation accrue des emplois (les taux d’emploi dans les services y sont les plus élevés)
On y retrouve, les pays du nord de l’Europe, Danemark, Suède, Norvège, mais aussi le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

34Groupe 2 (2 pays) : « forts taux d’emploi et maintien de la base industrielle ».
Comme les pays du groupe 1, l’Allemagne et l’Autriche présentent des taux d’emploi relativement élevés. Ils s’en distinguent toutefois par une moindre tertiarisation, par une moindre féminisation et un recours un peu moins fréquent aux temps partiels qui s’explique en partie par le maintien des taux d’emploi industriels à un niveau conséquent.

35Groupe 3 (8 pays« sous-emploi, féminisation minime et tertiarisation modérée »
Dans ce groupe, le profil des pays est à l’opposé de celui des pays du groupe 1. Le sous-emploi y est très important, notamment pour les femmes et les taux d’emploi dans le tertiaire sont faibles à modérés.
On y retrouve des pays méditerranéens (Italie et Grèce) et une grande partie des pays d’Europe Orientale qui ont rejoint l’Union européenne au dernier élargissement 2004-2007 (Malte, Roumanie, Pologne, Hongrie, Slovaquie et Bulgarie).

36Groupe 4 (5 pays) « taux d’emploi intermédiaires et tertiarisation modérée »
Dans ce groupe, on observe un sous-emploi beaucoup moins marqué que dans le groupe 3. Il comprend les pays qui enregistrent les taux d’emploi dans l’industrie les plus élevés de l’Union des 27. En plus de l’industrie, l’agriculture y conserve un poids relativement important. En contrepartie, les taux d’emploi dans le tertiaire sont faibles à modérés. On y retrouve : la République tchèque, la Slovénie, la Lituanie, l’Estonie et le Portugal.

37La Classe 5 (7 pays) « taux d’emploi intermédiaires et forte tertiarisation ».
Ces pays sont caractérisés par des taux d’emploi inférieurs à ceux observés pour les pays du groupe 1, avec une tertiarisation un peu moins nette et une féminisation moins avancée. On y retrouve : l’Espagne, l’Irlande, la Belgique, la France, Chypre, le Luxembourg et la Finlande.

38Par-delà des tendances générales, les mouvements de féminisation et de tertiarisation du marché de l’emploi en Europe se font à des rythmes variables selon les pays. La tertiarisation opère une redistribution des emplois entre les différents secteurs, la féminisation influe, quant à elle, sur les volumes puisqu’il s’agit de l’arrivée sur le marché du travail d’une réserve de main-d’œuvre jusque-là peu présente. La question des réserves et du renouvellement de la main-d’œuvre sera d’ailleurs une des questions auxquelles les pays européens, notamment les six qui font l’objet de ce texte, seront confrontés à l’avenir, à des degrés divers en fonction des évolutions démographiques passées et attendues.

Évolutions démographiques et perspectives de l’emploi : quel impact ? 

39En fonction de la précocité et de l’ampleur de la baisse passée de la fécondité et de la hausse de la longévité, et de ce qui peut être anticipé en la matière ainsi qu’en termes de migrations internationales, les transformations démographiques induites, de même que les questions que ces transformations vont à leur tour faire surgir, varient très fortement selon les pays.

  • 5 Ces projections s’articulent sur trois hypothèses d’évolution de la fécondité, de la mortalité et d (...)

40Pour rendre compte de ces transformations, nous avons utilisé les projections de population élaborées par Eurostat en 20065.

41Quatre variantes ont été envisagées :

  • la variante de base qui combine les trois hypothèses médianes de fécondité, mortalité et de solde migratoire ;

  • deux variantes conduisant soit à la structure par âge la plus jeune (vieillissement minimum ; VieilMin), avec une fécondité haute, une espérance de vie basse et une immigration haute, soit à la structure par âge la plus vieille (Vieillissement maximum ; VieilMax) avec une fécondité basse, une longévité haute et une immigration basse ;

  • une variante sans migrations pour évaluer, par différence, l’impact des migrations.

42À l’évidence, le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas ne sont pas dans la même situation que l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne (graphique 10).

43Dans la variante de base, le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas voient leur population croître au moins jusqu’en 2030 alors que l’Italie et l’Allemagne voient la leur décliner très rapidement. La population de l’Espagne, après une phase de croissance, régresse à partir de 2025, sans descendre cependant au-dessous de son niveau actuel avant 2040. Par contre en l’absence des migrations, l’Espagne démographiquement s’effondre, au même titre que l’Allemagne et l’Italie où la décroissance sera encore plus rapide. À l’exception de la France qui, grâce à son excédent naturel, maintient une croissance de sa population jusqu’à 2035, les populations tombent sous leur niveau actuel à partir de 2030 aux Pays-Bas et de 2035 au Royaume-Uni. À des horizons et des rythmes différents, le déclin de la population sera aussi la règle dans tous les pays avec la variante du vieillissement maximum (VieilMax). Avec la variante conduisant au profil par âge le plus jeune (VieilMin), la croissance des effectifs sera soutenue en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, relativement modérée en Espagne et en Allemagne, faible en Italie où la population sera alors, dès 2040, inférieure à la population actuelle.

Graphique 10. Population totale (au 1er janvier) selon différentes variantes. Évolution indiciaire 1983-2051 (2011, base 100)

Graphique 10. Population totale (au 1er janvier) selon différentes variantes. Évolution indiciaire 1983-2051 (2011, base 100)

Source : Eurostat

44Les variantes des projections d’Eurostat considérées ici induisent toutes une baisse des populations en âge de travailler.

45Dans l’hypothèse d’une stabilité des taux d’emploi actuels, la tendance au déclin de la population active occupée serait très marquée. Dans la variante de base, la baisse est de l’ordre de -5 % pour le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas à l’horizon terminal projeté, mais elle atteint -23 % en Allemagne et -26 % en Italie et en Espagne, (graphique 11).

46En l’absence de migrations, le déclin du nombre d’actifs occupés est plus rapide et intense ; ce résultat étant des plus logiques tous les pays considérés étant des pays d’immigration nette. Dans cette configuration, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie enregistrent, à l’horizon 2050, une baisse de -37 %, les deux derniers pays retrouvant le nombre d’emplois du milieu des années 1980. Avec une baisse de seulement -13 % par rapport au niveau actuel, la France est moins touchée que le Royaume-Uni (-17 %) et les Pays-Bas (-20 %).

47Le scénario d’une contraction de la population active occupée vaut également pour les six pays avec la variante du vieillissement maximal (VieilMax) : l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie sont à nouveau les plus touchés avec des pertes de plus d’un tiers (-35 %), le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la France étant moins frappés (entre -20 et -15 %). Pour ces trois derniers pays, ces pertes peuvent être évitées et même transformées en légers gains à long terme si les tendances de la mortalité, de la fécondité et des migrations conduisent à limiter au maximum le vieillissement de la population totale (variante VieilMin). Cette configuration s’avère être la moins susceptible d’engendrer des baisses du nombre d’emplois en Allemagne, en Espagne et en Italie.

Graphique 11. Population en emploi dans l’hypothèse d’un maintien des taux d’emploi actuels des 15-64 ans selon différentes variantes de projections de population totale. Évolution indiciaire 1983-2051 (2011, base 100)

Graphique 11. Population en emploi dans l’hypothèse d’un maintien des taux d’emploi actuels des 15-64 ans selon différentes variantes de projections de population totale. Évolution indiciaire 1983-2051 (2011, base 100)

48Ces tendances sont conditionnées par les taux actuels d’emploi qui varient sensiblement selon les pays. Pour le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Allemagne, ces taux, respectivement égaux à 70 %, 72,5 % et 75 %, satisfont à la stratégie élaborée par l’Union européenne lors du sommet de Lisbonne en mars 2000. Pour ces pays, les potentialités d’employabilité des personnes de 15-64 ans sont de plus en plus limitées. Pour la France au contraire, qui affiche un taux global d’emploi voisin de 64 %, les marges de manœuvre sont encore relativement importantes, a fortiori en Espagne où, sous l’effet de la crise, le taux d’emploi a chuté de 66 % en 2007 à 58 % en 2011 et en Italie où il a toujours été relativement bas, aux environs de 57 %.

  • 6 Compte tenu des disparités actuelles des taux d’emploi et compte tenu des évolutions enregistrées a (...)

49Pour évaluer l’impact d’une évolution future des taux d’emploi sur le nombre d’emplois, nous avons considéré un scénario dans lequel les taux d’emploi dans les six pays convergent vers un seuil de 80 %6 (graphique 12). Ce taux, relativement élevé, n’est pas, en lui-même, impossible à atteindre, puisqu’il est proche des niveaux observés dans des pays tels que le Danemark ou la Norvège, qui, en 2008, affichaient un taux d’emploi des 15-64 ans de 78 %.

50Pour l’Allemagne, la progression du taux d’emploi des 15-64 ans, forcément limitée vu le niveau déjà atteint, ne permettra pas d’endiguer la contraction de la population active occupée sans une évolution démographique limitant au maximum le vieillissement de la population. Dans les autres cas de figure, à l’horizon 2050, la baisse sera très importante, allant de -15 % à -30 % selon les variantes démographiques de la projection. En Espagne, au contraire, l’augmentation du taux d’emploi se traduirait, quelle que soit la variante démographique, au moins jusqu’en 2030, par un accroissement suivi d’une phase de stabilité du nombre de personnes en emploi. Mais au-delà de 2040, la contraction du marché de l’emploi sera très rapide. Avec une intensité moindre, la même tendance prévaudrait en France où, quelle que soit la variante démographique, la population en emploi augmentera de manière soutenue jusqu’en 2035, avant de légèrement décliner. En Italie, sauf hausse beaucoup plus rapide du taux d’emploi et rattrapage du retard à un rythme plus rapide que celui envisagé ici, le nombre d’actifs occupés devrait très modestement augmenter jusqu’en 2025, avant de baisser.

Graphique 12. Population en emploi dans l’hypothèse d’une convergence vers un taux d’emploi des 15-64 ans de 80 % selon différentes variantes de projections de population totale. Évolution indicaire 1983-2051 (2011, base 100)

Graphique 12. Population en emploi dans l’hypothèse d’une convergence vers un taux d’emploi des 15-64 ans de 80 % selon différentes variantes de projections de population totale. Évolution indicaire 1983-2051 (2011, base 100)

51L’extension de ces analyses aux autres pays de l’Europe des quinze révèle qu’ils se trouvent plus ou moins dans l’une des configurations décrites ci-dessus. Dans la variante du vieillissement démographique maximum (VieilMax), la Grèce et le Portugal figurent à côté des autres pays du sud et de l’Allemagne, alors que la Belgique, le Danemark et la Suède sont, à l’instar de la France, du Royaume-Uni et des Pays-Bas, peu affectés par une érosion de leur population active occupée. Les conclusions diffèrent peu avec la variante conduisant au profil par âge le plus jeune (VieilMin). Quelle que soit la variante considérée, l’Irlande affiche des spécificités, puisque, toutes choses étant égales par ailleurs, la population en emploi connaîtra un accroissement soutenu au moins jusqu’au milieu des années 2030, l’impact du facteur démographique étant également moins marqué au-delà de cette échéance.

Vue d’ensemble

52Au cours des trois dernières décennies, l’emploi a connu d’importantes mutations dans de nombreux pays européens. Constituant le trait d’union entre la population et l’activité économique, il est logique que ces transformations résultent conjointement de ces deux domaines, sans qu’il soit toujours possible d’en isoler parfaitement l’influence respective. Quoi qu’il en soit, tous les pays ont été affectés par deux tendances :

  • l’accroissement de la participation des femmes à l’activité économique,

  • la tertiarisation de l’emploi.

53Pour autant, l’accroissement de l’activité féminine ne s’est pas manifesté avec la même ampleur dans tous les pays. D’une part, dans certains pays (France, Royaume-Uni, Allemagne à un moindre degré), les taux d’emploi féminins étaient déjà assez importants, ce qui a naturellement limité la marge de progression. D’autre part, tous les pays n’ont pas été aussi réactifs à ces évolutions, les Pays-Bas et l’Espagne connaissant les augmentations les plus fortes et l’Italie présentant des évolutions plus modestes. Enfin, l’emploi à temps partiel (souvent souhaité dans les pays où il est le plus fréquent), n’a pas eu, selon les pays, la même influence sur l’entrée massive des femmes dans l’activité économique, très important aux Pays-Bas (où il représente 80 % des emplois féminins) et en Allemagne, ce rôle est moins marqué en Espagne, en France et en Italie. La tertiarisation de l’emploi est évidemment à mettre en parallèle avec sa féminisation bien qu’il semble délicat d’en déduire un mécanisme de causalité, tant les réalités sont diverses en matière de préférences des employeurs et des employés et d’orientation scolaire des filles et des garçons,… Si le poids de l’agriculture dans l’emploi s’est réduit partout (bien qu’à des rythmes divers) la tertiarisation de l’emploi n’a pas partout la même ampleur et les mêmes interactions avec l’évolution de l’emploi dans la sphère industrielle. La baisse des taux d’emploi industriel s’observe surtout pour la France et le Royaume-Uni alors qu’elle est moins nette, notamment en Allemagne pour la période récente, mais aussi en Italie. À ce titre, la crise très récente, a un impact assez variable, avec, en 4 ans, des pertes nettes d’emploi très importantes en Espagne, où elles se sont fortement concentrées sur les postes à temps plein de l’industrie occupés par des hommes. La crise récente a ainsi quasiment annihilé plusieurs années d’augmentation des taux d’emploi espagnols, notamment dans l’industrie.

54Dans l’avenir ces pays seront confrontés à d’autres défis. Les simulations réalisées dans la deuxième partie de cet article ont montré que l’impact des évolutions démographiques sur l’évolution du nombre d’emplois, toutes choses égales par ailleurs, diffèrera d’un pays à l’autre. Sauf cumul d’évolutions démographiques (solde migratoire élevé et remontée de la fécondité) et socio-économiques (hausse des taux d’emploi), le nombre d’actifs occupés devrait progressivement décroître en Allemagne, en Italie et en Espagne. En Allemagne, maintenir le nombre d’emploi à son niveau de 2011, suppose, vu la faible marge de variation subsistante en matière d’augmentation du taux d’emploi, sauf à élargir encore la plage d’âges actifs, une importance croissante des questions migratoires et du débat sur la possibilité de n’avoir pas à choisir entre la maternité et la vie professionnelle. En Italie, la faiblesse actuelle des taux d’emploi des femmes, des jeunes adultes et des seniors, semble ouvrir plus largement l’éventail des paramètres quantitatifs susceptibles de conditionner l’évolution future du nombre d’emplois. Cela ne signifie pas pour autant que ces options soient tellement plus aisées à mettre en œuvre, tant les tendances transalpines de la relation population-emploi semblent ancrées dans la durée. Quant à l’Espagne, la baisse très récente et brutale du taux d’emploi, élargit mécaniquement les options de maintien futur du nombre total d’emplois. Ce quasi-paradoxe illustre la limite des simulations strictement démographiques pour questionner l’interaction entre dynamiques de la population et de l’économie, puisque ici la baisse de la population active occupée n’est pas une cause de l’appauvrissement mais son symptôme. D’une certaine façon, et au-delà du caractère pour une grande part conjoncturel de la situation espagnole de 2011, le chômage de masse forme une sorte de partie émergée de « l’iceberg » des difficultés de mobilisation du capital humain par l’économie. C’est la raison pour laquelle, la situation française que l’on pourrait considérer, du point de vue de ces simulations, comme une des plus favorables d’Europe (croissance démographique future très probable pour les 25 prochaines années, marges assez importantes de variation des taux d’emploi à la hausse), renvoie à des interrogations n’ayant pour l’instant pas reçu de réponse satisfaisante. Comment conjuguer allongement du temps de formation, hausse des qualifications et présence des jeunes dans l’emploi ? Jusqu’à présent, chaque phase d’allongement de la durée des études s’est traduite (en France, comme dans les autres pays latins) par une baisse des taux d’emploi avant 25 ans. Comment maintenir les seniors en emploi, au-delà des seuls aspects comptables de l’équilibre des budgets sociaux ? Là encore, les réformes largement inspirées par cette préoccupation n’ont transformé que modérément les taux d’emploi des 55-64 ans. A ces deux égards, la situation néerlandaise et les transformations dont elle résulte, peuvent paraître relativement satisfaisantes, d’autant que les paramètres démographiques ne laissent pas augurer un effondrement de la population en âge de travailler. L’inégalité entre hommes et femmes en matière d’emploi à temps partiel (fut-elle déclarée « souhaitée ») interroge néanmoins certains aspects de cette forme de régulation du marché du travail.

Dans la base Eurostat, la principale source de données pour les statistiques relatives au marché du travail est l’enquête sur les forces de travail de l’Union Européenne (EFT). Ces enquêtes sont faites par sondage et couvrent la population vivant dans les ménages privés dans les pays membres et dans les pays candidats. Elles fournissent des résultats annuels et trimestriels sur la participation au marché du travail des personnes âgées de 15 ans et plus ainsi que sur les personnes « inactives ». Les données sont ventilées par sexe, âge, secteur d’activité, type d’emploi : à temps plein et à temps partiel, et selon bien d’autres critères encore.

Les instituts nationaux de statistique s’occupent de la collecte (sélection de l'échantillon, la préparation des questionnaires et le déroulement des entretiens) et transmettent ensuite les résultats à Eurostat conformément à un schéma de codage commun. Dans le cadre des efforts d’harmonisation entamés à partir de 1983 (les premières enquêtes remontent à 1960), un cahier des charges commun a été imposé à l’ensemble des pays :

Définitions communes fondées sur les recommandations formulées par la 13ème conférence internationale des statisticiens du travail de 1982, (OIT) ;

Utilisation de classifications communes (nomenclature des activités économiques NACE, classification internationale type des professions CITP, classification internationale type de l'éducation CITE…) ;

Le passage progressif, depuis 1998, à une enquête trimestrielle continue où les semaines de référence sont réparties uniformément sur l'année ;

Restriction du champ de l’enquête à la seule population des ménages privés.

Ces recommandations font de ces enquêtes la source qui assure le degré de comparabilité le plus élevé plus que n’importe quelle autre source de données.

Ceci dit, comme les autres enquêtes auprès des ménages qui sont affectés par des biais subjectifs, la comparabilité des données de l’EFT communautaire n’est pas parfaite du fait que les questionnaires sont moins harmonisés que les variables [Bruyère et Chagny, 2002].

Ainsi en ce qui concerne par exemple le temps du travail, la distinction entre temps plein et temps partiel n’est pas totalement harmonisée puisque dans certains pays, elle est basée uniquement sur une déclaration spontanée de l’enquêté (cas de la France et de l’Italie) et dans d’autres pays, cette déclaration et combinée à un seuil d’heures de travail habituelles (Espagne, Allemagne et Royaume-Uni).

Haut de page

Bibliographie

BARBIER J.-C. et SAMBA Sylla N. (2004), La stratégie européenne pour l’emploi : genèse, coordination communautaire et diversité nationale, Rapport de recherche pour la Dares, CEE.

BARRÈRE-MAURISSON M.-A. et MARCHAND O. (1990), Structures familiales et marchés du travail dans les pays développés. Une nette opposition entre le Nord et le Sud, Économie et statistique, n° 235, pp. 19-30.

BASSANINI A. & DUVAL R. (2006), “Employment Patterns in OECD Countries: Reassessing the Role of Policies and Institutions,” Paris, OCDE, OECD Social, Employment and Migration Working Papers, n° 35.

BLANCHARD O. et SUMMERS L. (1986), « Hysteresis and the European Unemployment Problem », in NBER Macroeconomics Annual, vol. 1, Cambridge, MIT Press, pp. 15-77.

BLANCHET D. (2001), L’impact des changements démographiques sur la croissance et le marché du travail : faits, théories et incertitudes, Mimeo, Insee.

BLOCH L. et GALTIER B. (1999), « Emplois et salariés à temps partiel en France », in G. Cette, Le temps partiel en France, rapport du conseil d’analyse économique, n° 19, pp. 93-126.

BOUTILLIE S. et LESTRADE B. (2000), Les mutations du travail en Europe, Éditions L'harmattan.

BRUYERE M. CHAGNY O. (2002),  Comparaisons internationales de durée et de productivité : Une tentative de construction d’un indicateur synthétique de durée du travail, DARES document d’études, n° 60 (septembre).

CADIOU L., GENET J. et GUÉRIN J.-L. (2002) : Évolutions démographiques et marché du travail: des liens complexes parfois contradictoires, Économie et statistique, n° 355-356.

CADIOU L., GUICHARD S. et MAUREL M. (2000), Disparités institutionnelles et flexibilité des marchés du travail dans l’UE, Économie et statistique, n° 332-333, pp. 49-63.

CHÂTEAU J., GUÉRIN J.-L. et LEGROS F. (2002), Demographic Evolutions and Unemployment: a French Labour Market Analysis with Generations of Workers, Mimeo, CEPII.

Commission Européenne (2001, 2003), L’Emploi en Europe, Luxembourg, Office de Publication des Communautés Européennes.

CUTLER D., POTERBA J., SHEINER L. et SUMMERS L.H. (1990), “An Aging Society: Opportunity or Challenge?”, Brookings Papers on Economic Activity, vol. 1.

DAVOINE L. et ERHEL Ch. (2007) : La qualité de l’emploi en Europe : une approche comparative et dynamique. Économie et statistique, n° 410, pp.47-69.

Eurostat : base de données [http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/employment_unemployment_lfs/data/database]

FRETWELL D.H., BENUS J. & O’LEARY C.J. (1999), “Evaluating the Impact of Active Labor Market Programs: Results of Cross-Country Studies in Europe and Central Asia,” World Bank, Washington D.C.

JAUMOTTE F. (2003), Female Labour Force Participation: Past Trends and Main Determinants in OECD Countries, OECD Economics Department Working Paper, n° 376.

MORIN P. (2002), Comparer les marchés du travail, Revue économique, vol. 53, n° 3, pp. 345-390.

OCDE (2006), Perspectives de l’emploi, Paris.

PÉRIVIER H. (2004), La marche vers l’égalité des sexes au travail : du piétinement au recul, il n’y a qu’un pas, Droit Social, n° 9/10, pp. 803-811.

PHELPS E. and ZOEGA G. (1998), Natural Rate Theory and OECD Unemployment, Economic Journal, vol. 108, n° 448, pp. 782-801.

SHIMER R. (1999), The Impact of Young Workers on the Aggregate Labor Market, NBER Working Paper, n° 7306, (August).

THÉVENON O., (2009), L’augmentation de l’activité des femmes en Europe : progrès de la conciliation ou polarisation des comportements ?, Population-F, vol. 64, n° 2, pp, 263-304.

Haut de page

Notes

1 Avant l’élargissement de 2004 qui a intégré dix nouveaux membres de l’Europe centrale, l’Union européenne était constituée de 15 pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède.

2 Pour adopter une terminologie commune bien qu’impropre s’agissant d’un rapport qui est en fait une proportion ; la même remarque valant pour le taux d’emploi.

3 Du fait du manque d’homogénéité, les comparaisons internationales d’emploi selon le temps travaillé (partiel ou complet) soulèvent beaucoup de débats et de problèmes méthodologiques [Chagny, Bruyère 2002).

4 Pour ce pays, ce taux concerne la période 1992-2011.

5 Ces projections s’articulent sur trois hypothèses d’évolution de la fécondité, de la mortalité et des migrations.
Pour la fécondité : trois niveaux sont envisagés, atteints dès 2020 et stables au-delà : niveau bas, ouvert de 1,3 à 1,6 enfant en moyenne par femme ; niveau moyen, ouvert de 1,5 à 1,9 enfant par femme ; niveau haut, ouvert de 1,8 à 2,1 enfants par femme.
Pour la mortalité : trois cheminements anticipent une poursuite de l’allongement de la vie à un rythme de plus en plus ralenti avec réduction des écarts entre les femmes et les hommes se traduisant, en 2050, par des espérances de vie à la naissance fluctuant de 73 à 78 ans pour les hommes et de 79,5 ans à 84 ans pour les femmes (longévité basse) ; de 78 à 82 ans pour les hommes et de 83 ans à 87 ans pour les femmes (longévité moyenne) ; de 82 à 85 ans pour les hommes et de 85 ans à 88 ans pour les femmes (longévité haute).
Pour les migrations : trois valeurs de soldes migratoires atteintes vers 2010, la valeur moyenne étant la demi-somme des valeurs basse (fluctuant de -5000 à +150 000) et haute (fluctuant de -400 à +250 000).

6 Compte tenu des disparités actuelles des taux d’emploi et compte tenu des évolutions enregistrées avant la crise de 2007, ce seuil de 80% est supposé être atteint en : 2020 aux Pays-Bas, 2025 en Allemagne, 2028 au Royaume-Uni, 2030 en France, 2035 en Espagne et 2045 en Italie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Taux d’activité des 15-64 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Graphique 2. Taux d’activité des 25-54 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 3. Taux d’activité des 15-24 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique 4. Taux d’activité des 55-64 ans (en %) selon le sexe. Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 5. Taux d’emploi des 15-64 ans selon le sexe. Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 6. Poids des emplois à temps partiel parmi l’ensemble des emplois (en %). Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 7. Proportion de personnes en emploi à temps plein (en %) selon le sexe. - Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 8. Répartition des emplois (en %) selon les secteurs d’activité. Évolution 1980-1983
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique 9. Taux d’emploi selon les secteurs d’activité (en %) Évolution 1983-2011
Crédits Source : Eurostat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Graphique 10. Population totale (au 1er janvier) selon différentes variantes. Évolution indiciaire 1983-2051 (2011, base 100)
Crédits Source : Eurostat
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Graphique 11. Population en emploi dans l’hypothèse d’un maintien des taux d’emploi actuels des 15-64 ans selon différentes variantes de projections de population totale. Évolution indiciaire 1983-2051 (2011, base 100)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 12. Population en emploi dans l’hypothèse d’une convergence vers un taux d’emploi des 15-64 ans de 80 % selon différentes variantes de projections de population totale. Évolution indicaire 1983-2051 (2011, base 100)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5522/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khalid Eljim, « Activité et emploi en Europe : bilan et perspectives », Espace populations sociétés, 2013/3 | 2013, 19-38.

Référence électronique

Khalid Eljim, « Activité et emploi en Europe : bilan et perspectives », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5522 ; DOI : 10.4000/eps.5522

Haut de page

Auteur

Khalid Eljim

Institut d’études démographiques de l’Université de Bordeaux (Iedub)
Centre de droit comparé du travail et de la sécurité sociale.(Comptrasec)
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac
khalid.el_jim@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org