Navigation – Plan du site
Editorial

Éditorial

Marlène Lamy
p. 3-7

Texte intégral

1Les crises successives qu’a connues l’Europe comme le reste du monde ces dernières années, en exacerbant la concurrence, ont mis l’accent sur l’hétérogénéité des régimes sociaux, des conditions de travail et de rémunérations dans les pays de l’Union européenne. L’Union dont l’un des buts est « d’encourager la coopération des États membres, la coordination et la mise en convergence des politiques nationales », au travers de textes récents a énoncé plusieurs objectifs pour rapprocher les politiques d’emploi. La décision 2010/707/UE du Conseil du 21 octobre 2010 relative aux lignes directrices pour les politiques de l’emploi des États membres s’est fixé « pour objectif de relever à 75 % le taux d’emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans d’ici à 2020 » et affirme que « pour satisfaire à cet objectif, les États membres doivent encourager la participation au marché du travail des jeunes, des travailleurs âgés, des travailleurs faiblement qualifiés et des migrants en situation régulière ».

2Mais le chemin à parcourir pour y parvenir est plus ou moins long pour les États membres, l’âge moyen à la cessation d’activité étant pratiquement toujours inférieur à celui fixé pour la retraite. En 2012, le taux d’emploi des 55-64 ans atteignait 73 % en Suède, mais n’était que de 32,9 en Slovénie. Celui des 15-24 ans était de 63,3 % aux Pays-Bas, mais de 13,1 % en Grèce et si l’on peut penser que la faiblesse de ce taux est très liée à la situation économique actuelle par ce pays, le taux d’activité n’en était pas moins seulement de 29,2 %.

3La Commission européenne a publié le 16 février 2012, un livre blanc intitulé « Une stratégie pour des retraites adéquates, sûres et viables » qui renouvelait cette demande d’« encourager les actifs à travailler plus longtemps » et l’assortissait d’une recommandation à « épargner davantage pour leur retraite ».

4Le vieillissement des populations, lié à l’augmentation de l’espérance de vie aux âges élevés, à l’arrivée à l’âge de la retraite des baby-boomers et à la baisse de la fécondité, avait déjà obligé les États à repenser ou au moins à faire évoluer les conditions de départ à la retraite dans les régimes publics. La crise, les crises, en accroissant les déficits des finances publiques, ont obligé les pays qui n’avaient pas encore réformé leur système de retraite à s’y employer et souvent les autres à, de nouveau, les modifier. La plupart ont décidé de reculer l’âge auquel les individus pouvaient prendre une retraite à taux plein, certains l’assortissant d’un accroissement du nombre d’annuités nécessaires pour bénéficier de cette retraite.

5L’évolution des structures de population et la faiblesse des taux d’activité aux deux extrémités de la vie active ne sont pas les seuls problèmes auxquels vont être confrontés les États. Selon les prévisions d’Eurostat à l’horizon 2060, la population de l’Union devrait diminuer à partir de 2045. Mais tous les pays ne sont pas dans la même situation. Alors que la Belgique, Chypre, le Danemark, la France, l’Irlande, le Luxembourg, la Suède et le Royaume-Uni garderont un solde positif, l’Allemagne et les pays de l’ancienne Europe centrale et de l’est (sauf la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie) ont déjà un solde négatif et le conserveront jusqu’à la fin de la période. Les autres États verront leur population diminuer plus ou moins tardivement : l’Italie, l’Autriche à partir de 2050 seulement. Les crises ont fait croître très fortement le chômage dans certains États, amplifiant encore les écarts au sein de l’Europe. En novembre 2013, le taux de chômage, qui était de 10,9 % dans l’ensemble de l’Union des 28, atteignait 27,7 % en Grèce et 26,6 % en Espagne, tandis qu’il n’était que 5,2 % en Allemagne et 4,8 % en Autriche. La France se situait dans la moyenne européenne avec un taux de 10,8 %. Les pays où les taux sont les plus bas (chômage structurel) souffrent d’un déficit de main d’œuvre tandis que d’autres n’ont pas assez d’emplois à proposer. La libre circulation des individus est assurée au sein de l’espace Schengen, mais le transfert quantitatif ou qualitatif (manque d’adéquation entre chômeurs et emplois disponibles) entre États risque d’être insuffisant. Un apport d’étrangers à l’Union est ou sera nécessaire. La directive 2011/98/UE, qui doit être mise en œuvre au plus tard le 25 décembre 2013, « établit une procédure commune simplifiée pour les ressortissants de pays tiers qui demandent à résider et à travailler sur le territoire d'un État membre, ainsi qu'un socle commun de droits pour les immigrants qui résident légalement dans un État membre ». Mais « seuls les États membres ont la capacité de fixer les volumes d'entrées des ressortissants de pays tiers, en provenance de pays tiers, sur leur territoire dans le but d'y rechercher un emploi salarié ou non salarié ». Actuellement, l’Union compte 33 millions de résidents étrangers dont 20 millions de ressortissants de pays hors-UE, essentiellement issus du reste de l'Europe.

6Ce numéro d’EPS examine ces problèmes sous un angle démographique - emploi et prévisions d’emploi, immigration de travailleurs étrangers, retraite -, économique - pauvreté en Suisse -, mais aussi sociologique - choix de la date de départ en retraite, de la résidence, occupations des retraités. Il s’intéresse également à la répartition géographique des catégories socio-professionnelles au sein des grandes agglomérations et est complété par une note de recherche sur les taux d’activité et un dossier pédagogique sur les conditions de retraite dans les 28 pays de l’UE et la Suisse.

  • 1 Y compris la Croatie qui ne rentre dans l’Union qu’en 2013.

7Dans un premier article, Khalid Eljim dresse un bilan des changements intervenus au cours des trois dernières décennies dans les six principaux pays (Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni) qui regroupent au 1er janvier 2013, 66 % de la population de l’Europe des 281. Il relève la place de plus en plus grande prise par les services, souvent mais pas toujours au détriment de l’industrie. Il souligne la forte augmentation de l’activité féminine, surtout à temps partiel, la légère diminution de l’activité masculine et l’hétérogénéité existant aux âges de début et de fin d’activité. Cette hétérogénéité se retrouve dans le calendrier des évolutions démographiques, les populations « tombant sous leur niveau actuel » plus ou moins rapidement selon les pays et les modèles prévisionnels qu’il propose.

8Dès aujourd’hui, on l’a vu, certains pays ont besoin d’accroître leur population active et les transferts d’un pays à l’autre de l’Union risquent d’être insuffisants. Le second article, de Jean François Léger et Yves Breem, propose, à partir des données disponibles en France, une méthode pour évaluer l’arrivée sur le marché du travail des étrangers issus des pays extérieurs à l’Union. Il s’agit de prendre en compte, non pas les seules entrées directes sur le marché d’étrangers venus pour travailler, mais aussi les entrées décalées d’immigrants de longue date, arrivés souvent très jeunes en France au titre du regroupement familial et se présentant sur le marché du travail à l’âge adulte ou d’immigrants plus récents venus dans un premier temps pour faire des études. Cette méthode doit permettre d’affiner les prévisions en besoin d’entrées directes, c’est-à-dire de connaître le volume nécessaire d’immigrants venant de pays tiers pour répondre, à un moment donné, aux besoins de l’économie, compte tenu de l’arrivée prévisible sur le marché du travail d’étrangers déjà présents en France.

  • 2 Elles sont appréhendées par Eurostat comme le % de la population âgée 18-24 ans ne suivant ni étude (...)

9L’appartenance à l’Union fait que l’on compare, voire oppose les pays entre eux. Le chômage qui frappe la France amène sans cesse à faire référence à l’Allemagne qui préparerait plus efficacement les élèves au marché du travail. Parmi les 5 objectifs de l’UE pour 2020, celui concernant l’éducation se résume en 2 cibles : abaisser le taux de sortie précoce du système scolaire à moins de 10 % et garantir un diplôme de l’enseignement supérieur pour au moins 40 % de la population âgée de 30 à 34 ans. En 2012, l’Allemagne et la France avait presque atteint la cible indiquée pour les sorties précoces2 (respectivement 11,6 % et 10,6 %). Par contre, la France avait dépassé la cible relative à l’enseignement supérieur avec 43,6 % de diplômés tandis que l’Allemagne n’en comptait que 32 %. Mais le chômage des jeunes de 15-24 ans était pratiquement 3 fois inférieur en Allemagne (8,6 % contre 22 %) quel qu’ait été le niveau d’études (4,4 % contre 14,7 % pour les diplômés de 1er et second cycle de l’enseignement supérieur). Olivier Giraud, dans un article sur l’accès des jeunes à l’emploi en Allemagne et en France analyse la transformation de l’action publique dans les domaines de l’emploi, de l’éducation et de la formation dans les deux pays depuis les années 70 avant de conclure au rapprochement des deux systèmes.

10D’après Eurostat, en 2012, 13,7 % des salariés européens occupaient un emploi temporaire et 6 sur 10 d’entre eux l’occupaient à défaut d’avoir trouvé un emploi à durée indéterminée. Face à la concurrence née de la mondialisation, les entreprises réclament la flexibilité de l’emploi et le temps où l’on occupait un CDI dans la même entreprise de son entrée sur le marché du travail à son départ à la retraite est révolu. Mais quand ce sont toujours les mêmes qui occupent les emplois les plus précaires qu’ils alternent souvent avec des périodes de chômage, se crée une population d’autant plus vulnérable qu’elle n’est intégrée ni dans une famille, ni dans des réseaux sociaux. Félix Bühlman, à partir des données relatives à la seconde vague du panel suisse des ménages, met en lumière les facteurs qui conduisent à la vulnérabilité les personnes occupant des emplois précaires en Suisse.

11L’augmentation de l’espérance de vie à l’âge ou l’on prend sa retraite, doublée d’un accroissement de l’espérance de vie en bonne santé a conduit la Commission européenne en 2000 à proposer « une enquête européenne longitudinale sur le vieillissement ». L’enquête SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe) a été mise en place en 2004 et s’adresse à un échantillon de ménages dont l’une des personnes est âgée de 50 ans et plus. Le ménage est réinterrogé tous les deux ans. Dans un 4ème article, Jim Ogg et Sylvie Renaut, à partir de la 4ème vague de l’enquête, plus particulièrement consacrée au vieillissement actif, se penchent sur l’activité des personnes interrogées avant et après le départ à la retraite, montrant que la démarcation entre fin d’activité et retraite n’est pas stricte. Les retraités peuvent consacrer une partie de leur temps à des activités associatives, voire à une activité rémunérée, mais cette part est plus ou moins grande selon les pays. Elle est plus importante dans les pays du Nord qui sont aussi ceux qui ont les indicateurs de qualité de vie les plus élevés.

12S’il y a un âge pour obtenir une retraite à taux plein, cette retraite peut, sous conditions, être anticipée ou différée, ce qui laisse à chacun un choix plus ou moins étendu pour cesser son activité. De plus en plus de femmes travaillent et sont donc, comme les hommes, confrontées à la décision de prendre leur retraite, mais cette décision est-elle prise en toute indépendance ou en concertation quand les hommes ou les femmes vivent en couple ? Jim Ogg, Rémi Gallou et Catherine Bonvalet, à partir de l’enquête « Passage à la retraite des couples », ont étudié comment 18 couples avaient décidé du moment du départ à la retraite des deux conjoints ou du seul qui était actif. Ils ont montré que cette décision était prise à la suite de négociations qui prenaient en compte les carrières professionnelles de chacun, leurs états de santé, le contexte familial et leurs goûts pour les loisirs. La connaissance des conditions dans lesquelles se prend la décision de cesser son activité est indispensable si l’on veut proposer des politiques susceptibles de conduire ceux qui prennent une retraite anticipée à retarder leur départ.

13Si la Commission européenne s’inquiète du développement des retraites prématurées et veut les réduire, c’est que pré-retraites et retraites anticipées se sont largement développées, à l’initiative des employés, mais aussi des employeurs qui ont vu là une variable d’ajustement possible en cas de difficulté économique. Jean Paul Sanderson consacre un article à l’impact possible d’une retraite anticipée sur les migrations au moment de la retraite. Il pointe l’évolution des choix de résidence au moment de la retraite qui se sont diversifiés au cours des 30 dernières années et développés au bénéfice des communes wallonnes. Il s’interroge sur les raisons d’une diminution de la mobilité, qui ne peut s’expliquer par la seule augmentation de la proportion des propriétaires, plus sédentaires que les locataires ou par l’amélioration des conditions de logement et conclut sur un éventuel impact du conjoint sur la décision de partir à la retraite ou de migrer.

14Ce numéro d’EPS va au-delà des problèmes d’activité ou de retraite rencontrés dans l’un ou l’autre des pays de l’Union européenne et s’intéresse à la répartition dans l’espace des catégories professionnelles. Si l’appartenance à une catégorie conduit les individus à se regrouper, ce regroupement peut entraîner le rejet des autres catégories qui n’ont plus qu’à se rabattre sur les espaces encore disponibles et susceptibles de répondre à leur capacité financière d’où le risque de création de ghettos. Jean François Léger, dans un article sur la géographie résidentielle des actifs en fonction de leur catégorie socio-professionnelle, a étudié la répartition de l’espace entre cadres, professions intermédiaires et ouvriers-employés dans les grandes métropoles de province et montrer l’importance des professions intermédiaires pour assurer une continuité spatiale et sociale entre communes, pour assurer la mixité sociale. Si Paris se singularise par une forte surreprésentation des cadres au détriment de toutes les autres catégories, dans les autres métropoles, les communes sont plus homogènes surtout dans le Sud de la France.

15Ce numéro se termine par une réflexion de Jean Marie Le Goff sur les taux d’activité et d’emploi, sous un même terme se cachant des réalités parfois différentes liées à l’environnement dans lequel se sont construites les premières statistiques et aux conditions dans lesquelles ont lieu les enquêtes relatives aux forces de travail. Un dossier pédagogique sur les systèmes de retraite dans l’Union européenne présente l’environnement démo-économique et politique qui a obligé les pays à modifier leur régime de retraite et résume les modifications adoptées. Ces modifications étaient rendues nécessaires parce que, du fait du vieillissement de la population, le nombre des allocataires augmentaient tandis que celui des cotisants diminuait, mettant en péril les finances publiques. Le seul recul de l’âge au départ à la retraite est devenu insuffisant face à la crise. Celle-ci, en augmentant le nombre des chômeurs a fait baisser les cotisations et exploser les déficits. Seule une reprise suffisante pour faire baisser le taux de chômage et relever les taux d’activité des séniors permettrait de rééquilibrer les budgets et probablement d’éviter de nouveaux changements.

Haut de page

Notes

1 Y compris la Croatie qui ne rentre dans l’Union qu’en 2013.

2 Elles sont appréhendées par Eurostat comme le % de la population âgée 18-24 ans ne suivant ni études ni formation et dont le niveau d'études ne dépasse pas l'enseignement secondaire inférieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Lamy, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2013/3 | 2013, 3-7.

Référence électronique

Marlène Lamy, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/3 | 2013, mis en ligne le 07 mai 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5520

Haut de page

Auteur

Marlène Lamy

Professeur
Institut de démographie (IDUP)
Université Panthéon-Sorbonne
Marlene.Lamy@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org