Navigation – Plan du site
Articles

La littoralisation dans l’Ouest algérien : analyse multiscalaire des interactions hommes-espaces-écosystèmes

Littoralization in Western Algeria: Multiscalar Approaches to Interactions Men-Areas-Ecosystem
Tarik Ghodbani et Fatiha Berrahi-Midoun
p. 231-243

Résumés

La dégradation de l’environnement sur le littoral ouest de l’Algérie a atteint un degré inquiétant. Les causes sont principalement par une urbanisation accélérée et une exploitation excessive de ses ressources naturelles. Dans cet article, l’étude de la littoralisation sera abordée à travers deux échelles régionale et locale. Pour le premier niveau, l’analyse abordera les facteurs intervenant dans l’évolution de la littoralisation dans la région ouest de l’Algérie. Cette analyse quantitative et temporelle, renseigne sur le poids du littoral par rapport à son arrière-pays. Pour le second niveau, l’analyse traitera les différents conflits entre acteurs, les inégalités de partage des ressources naturelles et le non respect des outils de gestion pour un développement durable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La méthode de travail adoptée s’est basée essentiellement sur une lecture des divers travaux traita (...)

1La littoralisation de l’Oranie est le moteur d’une urbanisation galopante et est à l’origine de l’artificialisation soutenue du littoral. Relativement ancienne, elle prend, depuis le milieu des années 1970, de l’ampleur en opposant à des espaces intérieurs, steppiques et sahariens, moins développés, voire déshérités, des espaces côtiers qui concentrent la richesse économique du pays. Cette littoralisation est passée par plusieurs phases. Elle est l’élément explicatif de la dégradation de l’environnement, la pression sur les ressources naturelles et l’urbanisation de la côte. Dans ce contexte deux points essentiels sont abordés1 : le premier est l’étude de la littoralisation et de son évolution dans l’Ouest algérien, le second est l’analyse de ses conséquences locales sur l’environnement et la gestion spatiale.

1. Les spécificités de la littoralisation en Oranie

2La littoralisation est le concept qui signifie selon F. Moriconi et F. Dinard [2000] l’urbanisation totale et linéaire de la bande littorale qui s’oppose à des espaces intérieurs qui se vident de leur substance et de leurs habitants. Elle représente pour J. Klein et S. Tabarly [2003] le processus fréquemment observé de concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux. En Algérie, les études sur le phénomène de la littoralisation sont multiples. Cependant, l’analyse de son impact sur l’environnement et la gestion spatiale, est faiblement abordée. La contribution par l’examen des interactions, littoralisation-homme-écosystème dans le littoral ouest vise à nourrir cette littérature sur l’espace littoral algérien. Afin de mesurer le poids démographique du littoral en Oranie, on considérera l’ensemble des communes de l’Ouest algérien. L’échelle spatiale d’analyse de la répartition de la population est la commune. Car elle traduit au mieux les disparités Nord-Sud en Algérie (construction de phrase curieuse). Cette échelle nous aide aussi à dépasser les contraintes qui peuvent être posées, si on travaille exclusivement à l’échelle de la wilaya [Prenant, 1991].

3La région englobe d’une part, une zone côtière d’environ 400 km de longueur et d’autre part, un arrière-pays étendu qu’il convient d’étudier afin d’approcher les disparités avec la zone côtière (figure 1). L’Oranie est composée naturellement de sahels, de plaines littorales et sub-littorales, de chaînes montagneuses, de bassins intérieurs et, enfin, d’une vaste zone steppique. Sa superficie totale dépasse les 63 000 km². Elle est limitée, au nord, par la Méditerranée, à l’ouest, par le Maroc, au sud-ouest, par le Chott Chergui, au sud, par les hautes plaines du Sersou et à l’est, par les Monts de l’Ouarsenis et la vallée du bas-Chélif. Elle est composée de huit wilayas et semble être représentative des disparités entre le littoral et l’arrière-pays.

Figure 1 : Les grandes entités naturelles dans l’Ouest algérien (Oranie)

Figure 1 : Les grandes entités naturelles dans l’Ouest algérien (Oranie)

Source : D’après la carte topographique Oran 1/500.000 INC (1988), conception T .Ghodbani.

Tableau 1. Répartition de la population par entités physiques selon différents RGPH

Communes

Superficie (km²)

RGPH 1987

RGPH 1998

RGPH 2008

Population

Densité hab/km²

Population

Densité hab/km²

Population

Densité hab/km²

Littoral

3037

1 285 415

423,25

1 595 137

525,23

2 155 603

709,78

Arrière-pays littoral

6670

769 381

115,34

950 921

142,56

1 183 778

117,47

Domaine tellien

32110

2 782 856

86,66

4 580 454

142,64

5 456 604

169,93

Nord de la Steppe

21460

159 948

7,45

172 796

8,05

190 983

8,89

Total

63277

4 997 600

78,97

7 299 308

115,35

8 986 968

142,02

Sources : ONS : RGPH 1987, 1998 et 2008.

4La carte de répartition de la population (figure 2) montre une forte disparité entre un Nord très peuplé et un Sud moins dense. Les densités enregistrées au niveau de la bande littorale, en particulier, diminuent au fur et à mesure qu’on progresse vers l’intérieur, pour atteindre des taux très bas, dans certaines zones reculées des Hautes Plaines (tableau 1). Les communes de la bande littorale, appartenant aux wilayas de Mostaganem, d’Oran, d’Aïn Témouchent et de la wilaya de Tlemcen, regroupent, à elles seules, selon le RGPH pour 2008, 2 155 603 habitants soit plus de 30 % de la population de l’Oranie sur un territoire de 3037 km², soit 4,8 % de la superficie totale de la région. La densité par commune littorale dépasse souvent les 400 habitants / km² alors que dans la plupart des communes intérieures, notamment celles du sud, les densités restent faibles, avec moins de 100 habitants / km². Les communes des wilayas de Tiaret, de Sidi Bel Abbes, de Mascara, de Saïda et de la partie hors domaine littoral de la wilaya de Tlemcen, regroupent 3 916 584 habitants, soit une densité de 71,98 hab./km². Entre la zone littorale et sub-littorale, au nord et la zone steppique, au sud, se détache, dans le domaine tellien, un centre composé d’un ensemble de communes à forte densité. Il s’agit des communes chefs-lieux des wilayas de Tlemcen, de Sidi Bel Abbès, de Mascara et de Relizane. Cette densité reste néanmoins très localisée autour des centres de ces agglomérations urbaines, contrairement à la partie littorale où la densité est diffuse sur le territoire situé sur l’axe Oran – Arzew – Mostaganem. Cette disparité semble se maintenir à travers les trois derniers recensements. Elle est due à la combinaison de plusieurs facteurs.

Figure 2 : La densité de population par commune en 2008

Figure 2 : La densité de population par commune en 2008

Source : D’après les données du RGPH 2008, conception T. Ghodbani.

1.1. Une littoralisation marquée par la corrélation entre la répartition des hommes et le milieu naturel…

5La superposition de la carte de densité de la population et de la carte des grandes entités physiques montre une corrélation globale entre le milieu naturel et la répartition des hommes dans l’espace. Les zones de plaines et de plateaux sont les plus densément peuplées, alors que les zones de montagne et de steppe sont les plus faiblement occupées. Au nord, les fortes densités se trouvent dans les plaines littorales de Bousfer-les-Andalouses et de Mostaganem et au niveau des espaces sub-littoraux de Mleta, Tlélat, et la Mina. Ces plaines littorales et sub-littorales regroupent les terrains les plus propices à l’occupation humaine, mais pas forcément les plus arrosés. Elles enregistrent des précipitations variant entre 300 à 400 mm/an et sont caractérisées par une faible amplitude thermique, due à la présence de la mer. Les zones intérieures, de forte densité, sont également des plaines, quoique situées à des altitudes plus élevées que celles du littoral entre 600 et 800 m. D’ouest en est, on trouve les plaines de Maghnia, de Tlemcen, de Mekkerra, de Ghriss et du Sersou. L’activité agricole, dans ces espaces, est dominante, car le réseau hydrographique est plus dense et les plus grands barrages de la région ouest y ont été édifiés (Béni Bahdel, Mefrouch, Sarno, Gargar, etc.).

6Les zones montagneuses restent les plus faiblement peuplées, y compris en position côtière. Deux zones font exception dans la partie septentrionale du Sahel témouchentois et des Monts des Trara, notamment autour des localités de Béni-Saf et de Ghazaouet. Les zones de montagne, réputées répulsives dans plusieurs endroits, sont connues pour être des espaces déshérités. Dans les communes montagneuses de Tlemcen, de Mostaganem et de Tiaret, les soldes migratoires y enregistrent souvent des taux négatifs, contrairement aux plaines et plateaux dont les valeurs restent souvent positives. Les monts des Trara et des Dahra affichent un solde migratoire supérieur à -20 %, alors que le plateau d’Oran enregistre plus de 20 %.

7Ces disparités ne se limitent pas aux zones montagneuses, car les hautes plaines steppiques sont aussi concernées par le faible peuplement. Mises à part les communes des trois chefs-lieux des wilayas de Tlemcen, de Saïda et de Tiaret, plus de 120 communes affichent de faibles densités, d’environ 100 habitants/km². Une vingtaine de ces communes a des soldes migratoires négatifs. Dans les zones steppiques, où l’économie pastorale est dominante, les amplitudes thermiques deviennent importantes et les précipitations ne dépassent guère les 300 mm/an. S’ajoute à ces conditions naturelles difficiles, la fragilité naturelle des écosystèmes, accentuée de nos jours par la désertification. A eux seuls, les éléments naturels ne sauraient expliquer de telles disparités entre Nord et Sud. Il est en effet reconnu que le développement d’une économie extravertie, durant la période coloniale, est à l’origine de la littoralisation en Oranie.

1.2. …Un ancrage historique dans l’évolution socio-économique…

8Dès le début du vingtième siècle, le poids économique et démographique du littoral ouest algérien a commencé à prendre de l’importance. L’ensemble des villes côtières regroupait plus de 19 % de la population de l’Oranie. Le moteur de cette dynamique est principalement lié au développement de l’activité portuaire. Quatre ports importants assuraient les échanges avec la France et l’Europe. Oran était le plus grand port exportateur de toute la région Ouest de l’Algérie. Ghazaouet, était le port de transit des plaines de Tlemcen et de Maghnia, ainsi que du Maroc oriental. Béni-Saf exportait par son port le vin témouchentois et son minerai de fer. Mostaganem était le deuxième port en importance, après Oran, dans les échanges des produits alimentaires. Incontournable, elle était le débouché principal des produits agricoles et du bétail provenant de la plaine de Mascara, de la Mina et du Sersou. Arzew, petit port de pêche traditionnelle, en développement, était un exportateur de choix du sel et de l’alfa des hautes plaines steppiques, oranaises [Tinthoin, 1952]. Ces villes portuaires, à rayonnement régional, tiraient profit des centres intermédiaires de l’arrière-pays ; qu’ils soient de création ancienne, comme Tlemcen, Mascara, ou récents, comme Sidi Bel Abbès ou Relizane. Ce sont ces villes intérieures qui étaient dynamisées durant l’époque coloniale, pour les besoins de contrôle du territoire et de mise en valeur agricole.

1.3. …Qui s’accentue depuis le début des années 1960

9Après l’indépendance, la littoralisation s’est accentuée en suivant les mêmes tendances observées durant la période coloniale. Cependant, l’expansion des villes côtières s’est renforcée avec l’industrialisation du pays. On distingue trois grandes périodes : 1962-1986, 1987-2000 et 2001-2012.

1.3.1. Développement industriel délibéré et promotion administrative

  • 2 La promotion administrative adoptée en Algérie permettait d’assister, d’orienter et d’organiser la (...)

10Le régime économique socialiste, a instauré après l’indépendance, une politique volontariste d’industrialisation, en concédant d’importants investissements pour la construction d’infrastructures dans les villes côtières. Dans l’Ouest algérien, la mise en place d’une industrie pétrochimique à Arzew – Béthioua et de transformation à Oran, Ghazaouet et Mostaganem était une conséquence directe, une exacerbation de la polarisation des villes côtières [Semmoud, 1986]. Cette politique a coïncidé avec la promotion administrative de nouvelles agglomérations au rang de wilaya lors des découpages territoriaux successifs2. Les effets combinés de ces politiques ont certes renforcé le rôle des pôles littoraux, aidés par une évolution démographique importante, mais ont contribué aussi à faire émerger de nouveaux pôles industriels, régionaux, de l’intérieur, comme ceux de Sidi Bel Abbès et Tlemcen. Les effets sur l’espace se traduisaient alors par un recul remarquable des disparités entre littoral et intérieur. Ce volontarisme étatique déployé au niveau national, a placé l’Algérie dans une position moins critique que ses pays voisins du Maghreb où la littoralisation apparaissait comme un phénomène irréversible [Côte et Joannon, 1999]. Cette politique de rééquilibrage n’a touché néanmoins que la partie tellienne, les zones steppiques et sahariennes étant très peu intégrées dans le processus de développement industriel.

1.3.2. Insécurité et conflits internes

11La crise économique qui a frappé l’Algérie en 1986 a poussé l’État à entamer des réajustements structurels, sous les directives du FMI et de la Banque mondiale. Suite à l’instabilité causée par des conflits internes, durant la décennie 1990, les villes littorales recevaient de nouvelles vagues d’exode rural. Dans l’Ouest algérien, Oran recevait une masse importante de population fuyant les zones insécurisées. Cette population s’entassait dans les bidonvilles et quartiers d’habitat illicite, sur les marges de la ville. Parallèlement, une nouvelle politique d’aménagement voyait le jour. Elle pose la problématique de la pression sur le littoral et des déséquilibres régionaux, persistants, et propose d’introduire de nouveaux outils pour les résorber. Le nouveau dispositif, mis en place dès l’année 1988, articulait deux instruments principaux que sont le Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT) et les Schémas Régionaux d’Aménagement du Territoire (SRAT), au nombre de neuf, et orientait le rééquilibrage du territoire national. Il est complété par les Schémas Locaux et Schémas Sectoriels destinés à définir les besoins en matière d’équipements et d’infrastructures de base. Ainsi, les programmes de gestion spécifique, permettant le développement d’autres secteurs économiques hors hydrocarbures (pêche, agriculture, tourisme…etc.) [MATE, 1995].

12Cependant la mise en œuvre de ces instruments a connu plusieurs difficultés à cause de :

13la faiblesse des ressources financières, étatiques ou privées, pour couvrir les dépenses relatives à la réalisation des projets programmés ;

  • 3 Cette coopération devait être à la base d’une solidarité entre les différents acteurs régionaux, po (...)

14la non officialisation du découpage régional, par souci du pouvoir centralisé de garder la main et par crainte de la montée des revendications régionales pouvant menacer l’unité nationale du pays. La non application du découpage préconisé a eu pour effet l’annulation d’éventuelles coopérations inter wilayas, nécessaires pour la réussite des grands projets3 ;

15la situation d’instabilité politico-économique et l’incompatibilité des moyens techniques disponibles avec les projets envisagés importants, modernes et hautement innovants, en matière d’intégration urbaine. Cette situation a alimenté un climat d’hésitation au niveau de la décision politique et freiné l’engagement de l’État dans la réalisation et le suivi de plusieurs projets. Le cas des villes nouvelles est édifiant, à cet égard. La politique des villes nouvelles, dynamiques structurantes et économiquement indépendantes, ne fut jamais appliquée, par manque de moyens financiers et techniques.

1.3.3. Amélioration des conditions sécuritaires et relance économique

16Au début des années 2000, avec l’amélioration des conditions sécuritaires et économiques, l’État a relancé divers programmes de développement, utilisant différentes formes d’aide à l’investissement et finançant une grande partie des projets sur fonds publics. De nombreux projets, alors réalisés, avaient été élaborés dans la décennie précédente. Ils visent ainsi à rattraper les retards en matière de développement. Au plan national comme au plan régional, le rythme intense de réalisation de ces projets ne fait en réalité que renforcer le poids d’artificialisation du littoral, l’érosion de ses ressources et la dégradation de ses écosystèmes, déjà fragilisés. Les multiples programmes engagés (ensembles d’habitat collectif, transferts d’eau régionaux, autoroute est-ouest, Zones d’Expansion Touristique (ZET), nouveaux ports, implantations nouvelles et/ou extensions de complexes industriels, pétrochimiques et miniers) semblent être conduits d’une manière sectorielle et non intégrée, car lancés sans véritable coordination entre les différents acteurs d’aménagement. Ces disfonctionnements reflètent le manque de planification à l’échelle régionale.

17Durant la même période, la conscience relative aux menaces sur l’environnement et les exigences de durabilité a commencé à se développer. Cette prise de conscience tardive a suivi un courant mondial de revendication de la protection de la nature qui a accordé une grande importance à la préservation des espaces littoraux, vu leur vulnérabilité. Dans ce contexte, l’Algérie a mis en place un département ministériel, chargé de coordonner les actions d’aménagement du territoire avec les impératifs de protection de l’environnement. Á ce jour, ce ministère a initié plusieurs actions pour atténuer les effets de la littoralisation des espaces côtiers dont la loi littorale du 5 février 2002 et le Plan d’Aménagement Côtier (PAC) ainsi que la mise en réserve naturelle de plusieurs sites à grande valeur écologique, marins et terrestres. Néanmoins ces actions affichent un décalage par rapport aux enjeux générés par la dynamique de la littoralisation et de leurs effets à l’échelle locale.

2. Les enjeux de la territorialisation : jeux d’acteurs, outils de gestion et conflits d’usage

18Si la littoralisation est mesurée par le poids démographique et économique et le taux d’urbanisation, elle peut aussi être évaluée à travers des paramètres non moins importants que sont la pression sur le foncier et la concurrence sur l’exploitation des ressources naturelles [Dahou et al., 2011]. Le traitement de quelques cas d’études à travers le littoral ouest algérien, tend à conforter la complexité de la problématique de la littoralisation et de ses conséquences. Dans ce contexte quatre indicateurs de pression peuvent être abordé : les enjeux fonciers et la question de l’eau, les inégalités d’accès aux ressources et les conflits d’usages, les interactions entre problèmes environnementaux et pratiques locales et enfin la faible intégration entre les outils d’aménagement et les impératifs du développement durable.

2.1. Pression sur le foncier et urbanisation intense du littoral

19Les contraintes physiques et agricoles autour des villes côtières couplées à une forte demande sur les terrains à urbaniser expliquent la forte concurrence sur le foncier. Oran, la plus importante agglomération du littoral Ouest reflète cet état de fait. Son étalement est dynamisé, à la fois, par une mobilité résidentielle du centre à la périphérie et une démographie alimentée par un solde migratoire positif [Benjelid et Trache, 2004]. À cette dynamique, s’ajoute un autre élément non moins important, celui de la réalisation récente de grands projets à rayonnement national et international (complexe olympique, pôle universitaire, hôtels de très haut standing). Le lancement de ces nouvelles réalisations, très exigeantes en matière de superficie, répond à une volonté d’aménagement du territoire ; celle de faire d’Oran une métropole régionale. La demande de nouvelles surfaces à urbaniser est amplifiée aussi par la diminution des surfaces urbanisables, due à deux principaux facteurs. Le premier est relatif aux conditions physiques du site, caractérisé par la présence de la mer au nord et par le massif du Murdjadjo à l’ouest. Le second est l’existence de terrains agricoles au sud de la ville.

20Pour une meilleure maîtrise de l’extension urbaine le Plan Directeur d’Aménagement Urbain (PDAU) approuvé en 1997 dégage, au niveau de la partie Est d’Oran, environ 1500 ha, pour assurer les besoins en foncier de l’extension urbaine, soit presque la moitié de la surface de la ville d’Oran, entre le front de mer et le troisième boulevard périphérique. Les prévisions devraient satisfaire les besoins en terrains urbanisables jusqu’à 2030. Les potentialités agricoles sont faibles et la majorité des terrains sont domaniaux. Dix ans après l’approbation du PDAU, on observe un décalage entre ce qui a été prévu et ce qui se passe réellement. En effet, un débordement vers les zones normalement classées par le PDAU comme Secteur Non Urbanisables (SNU) est en train de se produire.

  • 4 La désorganisation est causée essentiellement par les changements d’implantation des projets qui se (...)

21Certes l’aménagement des secteurs à urbanisation future a été entamé avant l’échéancier prévu et d’une manière désorganisée4. Mais ces secteurs sont loin d’être saturés. L’explication réside dans le souhait des gestionnaires de la wilaya d’Oran d’implanter tous les nouveaux programmes à proximité de la ville d’Oran en délocalisant plusieurs projets prévus dans d’autres communes. Ainsi le nouveau pénitencier programmé sur 21 hectares, dans la commune de Tafraoui, à une quarantaine de kilomètres au sud d’Oran, vient d’être implanté en bordure du quatrième boulevard périphérique. Le second projet en cours de réalisation, l’hôpital des grands brûlés, prévu sur 19 hectares dans la commune d’Arzew à 30 km vers l’est d’Oran, a été récemment implanté à proximité du nouveau Centre hospitalo-universitaire à la périphérie sud-est d’Oran. Ces délocalisations, qui se font d’une manière sectorielle et sans révision du PDAU, traduisent la volonté des gestionnaires de concentrer les grands équipements sur Oran, afin d’éviter qu’ils soient isolés et les rendre accessibles à la population. Cependant, ceci n’explique pas l’urbanisation des SNU, dans la mesure où les Secteurs à Urbanisation Future (SUF) offrent encore des possibilités de terrain urbanisable. L’explication réelle est dans les enjeux et les rapports de force entre groupes d’intérêt dans le choix du terrain pour l’implantation de ces projets [Messahel., Ghodbani, 2011]. Dans le cas du pénitencier, la pression menée par le ministère de l’Intérieur est justifiée par l’obligation relative aux respects des droits de l’homme qui exigent de faciliter les visites familiales aux prisonniers, et par conséquent, une implantation non loin des grands centres et des voies d’accès. Par ailleurs, la délocalisation du projet de l’hôpital spécialisé des grands brûlés se justifie par la nécessité d’intégrer un grand équipement médical dans la grande structure hospitalière, à savoir le CHU.À cette pression sur le foncier s’ajoute une demande de plus en plus croissante pour l’eau.

2.2. Forte demande pour l’eau

  • 5 L’envasement des barrages est un problème commun à tous les pays à climat méditerranéen semi-aride (...)
  • 6 Les restrictions dans l’alimentation en eau des périmètres irrigués de l’Habra, de la basse vallée (...)

22La littoralisation a engendré un accroissement de la demande en eau de toute la région Nord, mais la situation dans la partie Ouest est particulièrement inquiétante. Le contexte physique, par rapport aux influences climatiques nord-ouest, dû aux basses latitudes, et la position d’abri favorisée par des chaînes montagneuses du sud espagnole et du Rif marocain, font que la partie occidentale de l’Algérie est la plus sèche, en comparaison avec la partie centre et est. Cette situation s’est compliquée avec des périodes de sécheresse devenues de plus en plus longues, durant ces dernières décennies. Depuis la fin du 19èmesiècle, des forages ont été creusés et plusieurs barrages ont été construits sur les oueds les plus importants : Chlef, Tafna, Isser, Fergoug, etc. Le plus grand nombre d’ouvrages hydrauliques s’est concentré dans la zone tellienne, car la plus favorisée par la pluviométrie. Les barrages destinés à l’alimentation en eau potable des villes littorales sont Béni Bahdel, Fergoug et, plus récemment, le barrage de Gargar et de Kramis. Le transfert de l’eau, depuis les lieux de rétention, a nécessité la réalisation de plusieurs centaines de kilomètres de conduites et de nombreuses stations de refoulement. Actuellement, plus de 178 000 m³/j, soit 84 % du total mobilisé, sont transférés vers les quatre villes importantes du littoral ouest (Mostaganem, Oran, Béni-Saf et Ghazaouet). Cependant, ce quota reste très faible, en comparaison avec les besoins réels de ces villes, dans la mesure où le bilan pour l’année 2010 affiche un déficit équivalent à 211 100 m³/j. Cette situation est aggravée par deux autres facteurs non moins importants. Le premier est le taux de fuite des conduites d’alimentation qui peut atteindre, dans quelques tronçons, 40 %. Le second est la régression de la capacité de stockage des barrages, suite à leur envasement5. Par ailleurs, la carence dans l’alimentation en eau potable a, en plus de la dégradation du cadre de vie, engendré un rabattement du niveau piézométrique de la majorité des nappes exploitées, suite au pompage excessif, et à l’émergence de conflits dans la gestion des quotas alloués, suite au détournement vers les villes des volumes auparavant destinés à l’irrigation6. Sur la question des rabattements des nappes souterraines, des secteurs littoraux sont exposés à l’accentuation de l’intrusion marine dans la zone continentale et par conséquent une salinisation des aquifères côtiers sur des distances qui peuvent dépasser les six kilomètres dans les couloirs d’El Maleh, la Tafna et le Chlef [Hamidi et al., 2012].

23La faiblesse des ressources hydriques et l’augmentation de la demande en eau ont poussé les gestionnaires à opter pour le dessalement industriel de l’eau de mer pour subvenir aux besoins des villes littorales en eau. Malgré les coûts élevés de ce procédé et les risques relatifs à l’artificialisation de la côte et de la pollution par le rejet des saumures dans la mer [Chouikhi, 2010], le dessalement apparaît comme un choix inévitable. Quatre grandes usines d’une production d’un million de mètres cube est en cours de réalisation pour l’alimentation des villes littorales et même intérieures en eau potable. Mais les pressions sur les ressources en eau sont également qualitatives. La non généralisation des systèmes d’épuration des eaux usées dans toutes les agglomérations côtières et, par conséquent, les rejets non épurés d’eaux usées urbaines dans la mer sans traitement préalables, constitue une véritable menace pour l’équilibre des écosystèmes côtiers et la santé des habitants.

2.3. Inégalités dans l’accès aux ressources 

24Le partage des ressources est souvent inégal en faveur des acteurs les mieux organisés et structurés. Le cas de la Macta est édifiant à cet égard. Un complexe de marais littoral classé en tant que zone humide Ramsar en 2002 subit actuellement une pression anthropique qui menace son équilibre naturel. La variété de son couvert végétal halophile attire de plus en plus une population nomade qui pratique l’élevage ovin. Ces derniers sont les gueblis, groupe solidaire par ses liens de famille et de son appartenance aux mêmes origines géographiques des hautes plaines intérieures de l’Oranie. Les gueblis s’installent autour des marais, avec mise en place d’enclos et de tentes. Il y a ceux qui sont les vrais propriétaires du cheptel et ceux qui ne sont que des employés chez des grands propriétaires. Un nombre important de nomades se sédentarisent au fur et à mesure qu’ils s’installent en solidifiant leurs tentes et les enclos par l’utilisation de tôles et la construction de murs en briques, ou en s’intégrant dans les programmes de relogement rural. Ce groupe tire sa force, en plus des liens familiaux, de son maintien d’un cheptel qui dépasse les 25 000 têtes qui alimente, en viande rouge, une grande partie du marché régional.

25Le surpâturage, qui prend de l’ampleur, depuis les années quatre-vingt-dix, autour des marais et le pacage illicite dans le périmètre intégral de la réserve naturelle est à l’origine de plusieurs conflits entre gueblis et direction des forêts qui se charge de la protection d’une part, et entre gueblis et les agriculteurs locaux autour de l’exploitation des terres naturelles domaniales d’autre part.

26Les agents forestiers verbalisent les gueblis pour leur intrusion dans la zone des marais pour pacage illicite. Cette verbalisation peut être efficace pour les agriculteurs contre la pratique du défrichement, cependant elle reste sans effet contre les gueblis. La difficulté du contrôle s’explique par un vide juridique concernant le mode de vie des nomades, en dehors de leur territoire : procédure qui suit une verbalisation pour pacage et campement illicites implique l’envoi par la justice d’une convocation écrite à l’accusé. Les nomades n’ayant pas d’adresse fixe, les poursuites judiciaires ne débouchent pas. Les négociations menées par les gueblis avec les autres usagers leur favorisent l’accès aux terres mêmes les plus protégées. Les accords avec les agriculteurs qui maintiennent des exploitations à la limite de la zone intégrale aboutissent au défrichement des terres excédentaires. Les gueblis procèdent au financement des labours et des semences contre un droit de place dans des exploitations agricoles où ils déposent tentes et enclos. Au début de l’été, après que l’agriculteur ait achevé la moisson, le cheptel profite aussi des chaumes. Ces terres nouvellement défrichées sont très fertiles, produisent jusqu’à 60 quintaux de céréales à l’hectare, alors que des sols de même valeur agro-pédologique anciennement exploités, ne dépassent guère les 20 quintaux, ce qui explique leur convoitise. Ces terres doivent être protégées et mises en défends par les services de l’agriculture, des forêts et de l’hydraulique dans le cadre du programme Ramsar. En réalité ces acteurs qui représentent l’administration, réagissent individuellement et timidement contre ces pratiques. Quant aux élus locaux, pour eux l’enjeu est électoral.

27Face à la forte pression des agriculteurs locaux, les élus sont forcés de maintenir des accords qui concilient paysans et gueblis. Les élus sont par ailleurs convaincus que l’exploitation des ressources naturelles de la Macta favorisera à court terme le développement économique de leurs communes rurales. Ces arrangements ne sont pas toujours passifs, souvent des affrontements sont déclenchés entre agriculteurs locaux et bergers nomades. Les agriculteurs qui réagissent sont ceux qui n’ont pas été associés aux négociations arrêtées. Ils considèrent ces derniers comme des intrus. Enfin, dans ce climat de conflits et de rapports d’intérêt, la préservation de la zone humide littorale paraît compliquée.

2.4. Dégradation de l’environnement et impacts sur les pratiques

28L’extension accélérée des villes littorales, en particulier depuis le milieu des années 1990, et, par conséquent, la forte demande sur le sable et son extraction des dunes littorales, a conduit à de graves situations de déséquilibre écologique et à des impacts négatifs sur les activités humaines. Le cordon dunaire quaternaire de la zone côtière de Terga représente un exemple très intéressant pour la compréhension des impacts de cette dynamique anthropique sur la nature. En effet, et depuis l’ouverture officielle d’une sablière à Terga, les extractions n’ont pas cessé d’augmenter pour l’alimentation des chantiers de construction de la région ouest de l’Algérie. La production est passée de 105 620 m³/an, en 1996, à 810 970 m³/an, en 2004. Le prix de vente a également enregistré une évolution importante, passé de 100 DA/m³, en 1988, à 450 DA/m³, en 2004, puis à 1500 DA/m³ en 2011. Ce prix très instable peut atteindre 4000 DA/m³ sur le marché des revendeurs. Les causes en sont : la fermeture des autres sablières comme celles d’Aïn el Turck et de la Macta vers la fin des années quatre-vingt-dix, la reconstruction de la ville d’Aïn Témouchent, après le séisme de 2001 et de la ville de Boumerdes, après le séisme de 2002, le lancement d’importants chantiers d’habitat, à la périphérie des grandes villes de la région ouest, à partir de 2001, menés pour la plupart par de puissantes entreprises chinoises très demandeuses en matériaux de construction.

  • 7 Plusieurs demandes ont été déposées au niveau des services des domaines de la wilaya d’AïnTémouchen (...)

29L’extension des extractions vers le sud du cordon dunaire a entraîné la destruction d’importantes surfaces de végétation naturelle centenaire, tel que le genévrier, estimées à 10 ha et à l’ensablement des terres agricoles limitrophes. La plantation d’espèces fourragères hautes, autour du maraîchage en format rectangulaire, pour protéger la pousse des jeunes plantes reste insuffisante face à la ténacité des vents chargés en particules sableuses. Les surfaces abandonnées par la carrière, au sud, sont devenues des espaces très sollicités par les promoteurs touristiques7. Enfin, les zones Nord à proximité de l’embouchure d’El Maleh, sont devenues inondables suite au franchissement, par les extractions, du niveau zéro marin sur une distance de plus de cent mètres à partir de la rive gauche de l’oued El Maleh. Le risque d’inondation de la plage de Terga est de plus en plus accentué par la régression du corps dunaire. La catastrophe d’octobre 2000 causant la destruction de cinquante maisons de plage et la mort d’un jeune garçon reflète l’émergence d’une situation de risque majeur à Terga [Ghodbani, 2009].

  • 8 Les variétés cultivées sont obtenues à partir de semences hybrides stabilisées à rendement importan (...)

30Nos constatations de terrain, basées sur le vécu des paysans, essentiellement dans la basse vallée de la Tafna, couvrant une partie du terroir d’Oulhaça, révèlent l’inquiétude de ces derniers face à la régression du débit superficiel de la Tafna et l’élévation des taux de salinité des eaux souterraines et des sols depuis 1995. Ces modifications sont causées essentiellement par l’augmentation du déficit pluviométrique, le débordement de la saison sèche sur le printemps mais aussi, par le sur-pompage et la rétention de l’eau exercée par des aménagements hydrauliques dans la partie amont du bassin versant. Rétention et sècheresse ont favorisé le tarissement de la nappe alluviale et l’avancée de l’intrusion marine souterraine à l’intérieur de la zone continentale causant ainsi la perte, sur les deux rives de la Tafna, d’une cinquantaine d’hectares de beaux vergers d’agrumes. Depuis quelques années, face à la faiblesse des moyens de lutte, contre l’augmentation du taux de salinité (de l’eau et du sol), les petits agriculteurs Oulhaçi, optent pour un passage au maraîchage de plein champ. De grandes parcelles, bordées de brise-vents, autrefois agrumicoles sont converties en cultures à cycle court, de primeurs. Cette reconversion est focalisée sur des variétés adaptées à la salinité telle que la tomate de Luxorou de Ginan, l’oignon rouge d’Amposta et l’oignon Jaune d’Espagne8. Plusieurs variétés du terroir ont disparu laissant place à de nouveaux produits, moins bons mais plus résistants aux sels, venant de l’étranger. Le changement de systèmes de cultures est, dans ce cas, l’indicateur des conséquences socio-économiques et physiques. Cet indicateur constitue de ce fait, une excellente mesure d’un passé et des tendances actuelles et futures de la littoralisation [Berrahi-Midoun, 2003].

2.5. Actions sectorielles dans l’aménagement et faible application des instruments de protection

31La vision sectorielle du développement est engendrée par l’incompatibilité entre les objectifs des Plans d’Aménagement Côtier et les instruments d’aménagement appliqués à l’échelle locale. Le PAC, comme document de mise en œuvre de la loi Littoral et d’orientation en matière de développement, se base dans sa concrétisation, sur des instruments d’aménagement urbain, tels que le PDAU et le POS. Cependant, il se trouve que ces outils n’intègrent que très peu la dimension maritime dans les projets d’aménagement. Ainsi les PDAU de Béni-Saf, d’Arzew ou d’Aïn el Turck ne citent la mer que pour indiquer la position géographique de l’agglomération étudiée ou pour l‘identifier comme contrainte à l’extension de la ville. Même les infrastructures portuaires sont considérées comme des enclaves qui sont gérées indépendamment de la ville. Cette approche fragmentant l’espace littoral en deux zones, marine et continentale, ne permet pas une vision globale, écarte toute possibilité de gestion intégrée des zones côtières. Cette situation conduit aussi à la régression de la perception collective envers la fragilité de l’environnement marin. Cette faible intégration touche aussi la partie terrestre de la côte. Les différents projets sont conçus et réalisés sans coordination réelle. À titre d’exemple la programmation d’une ZET sur le rivage de Bouzedjar, sur une zone de falaises vives en phase de recul accéléré, n’a pas pris en considération les changements hydrodynamiques engendrés par le nouveau port de pêche. Ce dernier, par son interception des transferts sédimenteux d’avant-côte, a fragmenté la baie en zone d’engraissement et zone d’érosion. À Rachgoun l’aménagement d’une ferme aquacole, la plus importante sur le littoral ouest est une preuve de la distorsion entre la planification qui projette un développement touristique de cette zone côtière et les réalisations concrètes, on notera, que cette ferme sur la rive gauche de la basse Tafna occupe un secteur destiné par le POS à la construction d’une discothèque, d’un parking et de terrains de sports [Ghodbani, 2005].Dans les zones côtières fortement urbanisées les textes réglementant l’occupation les zones côtières (loi Littoral, Domaine Public Maritime) demeurent inefficaces. À Aïn El Turck, le recul du trait de côte, survenu suite à un processus d’érosion accélérée des plages sableuses, a obligé les autorités locales à fermer les yeux sur la construction anarchique, par les habitants du rivage, d’avancées en béton pour protéger leurs maisons d’une possible attaque de hautes vagues hivernales. Ces avancés qui empiètent sur le DPM, défigurent le paysage et participent à la bétonisation et à l’érosion du rivage d’Aïn El Turck [Ghodbani, Semmoud, 2010].

Conclusion

32La littoralisation de l’Ouest algérien évolue, depuis quelques décennies, à un rythme soutenu. Elle se manifeste par de nouvelles formes en contradiction avec toute stratégie de développement équilibré et durable du territoire. Dès le début du siècle dernier, le littoral de l’Oranie se distinguait par son rôle d’espace charnière entre l’Europe et l’Algérie. Au service d’une économie extravertie, le littoral a pris un poids démographique et économique important, aux dépens de régions intérieures. Plus récemment on assiste à un renforcement de la littoralisation. La volonté d’exploiter au maximum les potentialités offertes par le littoral et le lancement de plusieurs projets, sur un espace déjà convoité, encouragent l’artificialisation de la côte et, par conséquent, le renforcement de son poids, par rapport aux espaces intérieurs. À une échelle plus locale, l’effet de littoralisation se traduit différemment d’une zone côtière à une autre. Mais le point commun entre les cas étudiés met en exergue des inégalités d’accès aux ressources entre les différents usagers, des problèmes environnementaux d’origine anthropique et enfin un important décalage entre les instruments de planification et de protection environnemental adoptés et les enjeux locaux et réels dans l’exploitation des ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

BENJELID A., TRACHE S-D (2004), Différenciations sociospatiales dans les nouveaux espaces urbanisés d’Oran, Revue Insaniyat, Oran une ville d’Algérie, Oran, CRASC, n° 23-24, pp. 7-44

BERRAHI MIDOUN F. (2003), Sécheresses et stratégies de l’occupation du sol dans les périmètres irrigués en Oranie, Actes des Premières Journées Scientifiques INAU-Rabat, Impact des changements climatiques sur l’écologie des espèces animale, la santé et la population humaine Maghrébine, 9-10-11juillet 2003, Rabat Maroc.

COTE M., JOANNON M. (1999), Les disparités spatiales en Méditerranée sud et est, Revue Méditerranée, tome 91 (Littoralisation et disparités spatiales Machrek Maghreb), n° 1-2, pp. 5-12.

CHOUIKHI A. (2010), « Unité de dessalement d’eau de mer par osmose inverse : déchets produits et réduction de leur impact sur l’écosystème marin », in Actes du colloque international Bel 02, Oran, 28-30 novembre 2008, pp. 497-505.

DAHOU T., ELLOUMI F., MOLLE F., GASSAB M.., ROMAGNY B. (2011), Pouvoirs, sociétés et nature au sud de la Méditerranée, Paris, Éditions Karthala, 269 p.

GHODBANI T., SEMMOUD B. (2010), Urbanisation côtière en Algérie, Processus et impacts sur l’environnement : Le cas de la baie d’Aïn el Türck, Étude Caribéennes, (Ressources marines : états des lieux, usages et gestion), n° 15, URL, http://etudescaribeennes.revues.org/4431

GHODBANI T. (2009), Environnement et littoralisation de l’Ouest algérien, Thèse de doctorat en géographie, Université d’Oran Es-Senia, Université de Paris 8 Seine-St-Denis, 306 p.

GHODBANI T. (2005), Rachgoun, un espace à protéger sur le littoral ouest de l’Algérie, Revue Méditerranée, n° 3-4 (Les grands sites naturels des aires métropolitaines méditerranéennes), pp. 87-94.

HAMIDI M., NADJI A., FOUKRACHE M., ZEROUAL I. (2012), Impact du contexte géo-structural et biseau salé sur la contamination des aquifères côtiers oranais (Algérie nord-occidentale), Bulletin du Service Géologique National, vol. 23, n° 2, pp. 155-168.

KLEIN J., TABARLY S. (2008), Les espaces littoraux : gestion, protection, aménagement, Géoconfluences, Glossaires spécialisés, URL,http://geoconfluences.ens-lsh.fr

LAYEB H. (1999), Volontarisme spatial et promotion administrative en Algérie, Revue Méditerranée, tome 91, n° 1-2 (Littoralisation et disparités spatiales Machrek Maghreb), pp. 85- 91.

MESSAHEL A., GHODBANI T. (2011), Les terres agricoles face à la ville, Les Cahiers thématiques n° 11, Agriculture métropolitaine / métropole agricole, pp. 154-166.

Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire (MATE) (1995), L’aménagement du territoire dans sa dimension régionale, 123p.

MORICONI-EBRARD F., DINARD F. (2000), L’urbanisation du littoral méditerranéen, Revue électronique Mappemonde, n° 57, URL, http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M491/AFROUEST.pdf

ONS (2010), Recensement Général de Population et de l’Habitat (RGPH) 1987, 1998 et 2008, Collection statistique n° 87, wilaya de : Oran, AïnTémouchent, Relizane, Mostaganem, Tiaret, Saïda, Mascara, Sidi Bel Abbes, Tlemcen, documents non publiés.

PRENANT A. (1991), Littoral intérieur et dynamique urbaine dans l’histoire de l’Algérie, Les Cahiers d’Urbama, n° 5, Tours, Publications du Centre d'Études et de Recherches sur l'Urbanisation du Monde Arabe, pp. 21-33.

SEMMOUD B. (1986), Industrialisation et espace régional en Algérie, le cas de l’Oranie littorale, tomes 1 et 2, Alger, OPU, 703 p.

THINTOIN R. (1952), L’Oranie, sa géographie, son histoire, ses centres vitaux, Oran, Édition L. Fouque Oran, 56 p.

URSA (1995), Plan Directeur et d’Aménagement Urbain (PDAU) du Groupement d’Oran, 410 p et cartes hors texte.

Haut de page

Notes

1 La méthode de travail adoptée s’est basée essentiellement sur une lecture des divers travaux traitant de la question dans le monde en général et en Algérie en particulier. Cette lecture est complétée par des observations de terrains, des analyses statistiques et cartographiques et des entretiens avec des acteurs du territoire.

2 La promotion administrative adoptée en Algérie permettait d’assister, d’orienter et d’organiser la dynamique des espaces régionaux et urbains. Cette initiative volontariste implique, pour l’espace promu, une dotation en investissements publics considérables. Ce qui induit la création d’emplois massifs, la diversité des activités, la construction de logements et d’infrastructures et la multiplication d’équipements. En somme, l’État devient un agent décisif dans le remodelage du système urbain, la généralisation de l’urbanisation, ainsi que la diffusion du progrès social [Layeb, 1999].

3 Cette coopération devait être à la base d’une solidarité entre les différents acteurs régionaux, pour la mise en œuvre des grands projets, tels que les grands transferts hydrauliques.

4 La désorganisation est causée essentiellement par les changements d’implantation des projets qui se traduisent par le non respect de l’affectation initiale du terrain.

5 L’envasement des barrages est un problème commun à tous les pays à climat méditerranéen semi-aride il est causé par la combinaison de plusieurs facteurs : la fragilité des sols, la faiblesse de la couverture végétale et le régime torrentiel de la pluviométrie.

6 Les restrictions dans l’alimentation en eau des périmètres irrigués de l’Habra, de la basse vallée de la Tafna et à un degré moindre, de Maghnia, engendrent des piquages clandestins sur le réseau de l’AEP, des creusements non autorisés de puits ou l’utilisation des eaux usées urbaines pour l’irrigation des cultures maraîchères. Ces pratiques menées par certains fellahs ont pour but de compenser le manque d’eau qui persiste depuis plusieurs années.

7 Plusieurs demandes ont été déposées au niveau des services des domaines de la wilaya d’AïnTémouchent pour acquérir ces terrains pour la construction d’équipements touristiques.

8 Les variétés cultivées sont obtenues à partir de semences hybrides stabilisées à rendement important. Les légumes de terroir tel que la Tomate : Aïcha, Marmande ou l’Ognon rouge local de Mascara sont de moins en moins cultivés. Ce choix des variétés répond aussi à des exigences de marché régional en matière de quantité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les grandes entités naturelles dans l’Ouest algérien (Oranie)
Crédits Source : D’après la carte topographique Oran 1/500.000 INC (1988), conception T .Ghodbani.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 2 : La densité de population par commune en 2008
Crédits Source : D’après les données du RGPH 2008, conception T. Ghodbani.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tarik Ghodbani et Fatiha Berrahi-Midoun, « La littoralisation dans l’Ouest algérien : analyse multiscalaire des interactions hommes-espaces-écosystèmes », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 231-243.

Référence électronique

Tarik Ghodbani et Fatiha Berrahi-Midoun, « La littoralisation dans l’Ouest algérien : analyse multiscalaire des interactions hommes-espaces-écosystèmes », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5488 ; DOI : 10.4000/eps.5488

Haut de page

Auteurs

Tarik Ghodbani

Département de géographie et d’aménagement du territoire
Université d’Oran
Algérie
ghodbani_tarik@yahoo.fr
fatihaberrahi@yahoo.fr

Fatiha Berrahi-Midoun

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org