Navigation – Plan du site
Articles

Un littoral pour quelle population ? Une réponse politique entre nature et société

Cas du bassin d’Arcachon et du littoral picard
A Coastal Area for which Population ? A Political Answer between Nature and Society (the Cases of the Arcachon Basin and Coast of Picardy)
Vincent Bawedin et Alain Miossec
p. 211-230

Résumés

Le littoral, espace de ségrégation sociale s’il en est, présente sur la façade ouest de l’Hexagone des disparités importantes en matière de dynamique des populations. L’étude des exemples du bassin d’Arcachon et de la côte picarde permet de mettre en évidence ces différences.
Les caractéristiques et l’évolution socio-démographique de leur population démontrent que leur occupation dépend étroitement des choix de gouvernance qui y sont mis en oeuvre, de même que des dynamiques côtières qui les affectent. Une problématique au coeur des interactions Nature / Société dont la réponse se trouve dans les politiques publiques mises en place. Le bassin d’Arcachon, qui peut présenter l’image d’un espace littoral balnéaire, s’avère en réalité plus enclin aux politiques sociales permettant à une population plus hétérogène d’y demeurer, celle-ci connaissant une hausse forte alors que la part des résidences secondaires est en baisse dans l’ensemble de ses communes depuis au moins une dizaine d’années. En revanche, la côte picarde voit sa population stagner, voire diminuer dans certaines communes (Ault, Le Crotoy), au profit d’une population de résidents occasionnels toujours plus nombreuse. Il en résulte une hausse des prix qui rend difficile le maintien sur place de la population locale et de ses enfants. À cela s’ajoute un impact plus prégnant des dynamiques naturelles, nécessitant une gestion qui diffère de celle, très anthropocentrique, qui a caractérisé les dernières décennies. Il importe de noter que le bassin d’Arcachon se présente comme un territoire « fini » rompu aux politiques publiques alors que la côte picarde reste un territoire en devenir… rendant encore plus importants les choix politiques qui seront faits pour sa population.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Espace attractif et fragile, fortement convoité, le littoral est un puissant facteur d’inégalités et de ségrégation sociales [Miossec, 2004 ; Rey-Valette et Roussel, 2006]. Plus la terre est rare, plus elle est convoitée, plus les prix du foncier s’élèvent : toutes les stations balnéaires connaissent cette loi d’airain que l’on interprète souvent en terme idéologique, celui de la spéculation. Cette pression a des conséquences environnementales et sociales parce que, justement, le contact Nature-Société les engendre et les décuple. La gestion de cette situation est délicate, affaire de convictions parfois, affaire de connaissance des milieux également. La comparaison des situations est ainsi souvent éclairante sur les réalités de la géographie : pourquoi ce qui s’observe ici n’a-t-il pas ailleurs les mêmes caractéristiques ? : on peut tenter la démarche en comparant deux cas, le bassin d’Arcachon d’un côté et le littoral picard et son emblématique baie de Somme d’autre part.

2L’étude des caractéristiques socio-démograhiques de la population, démontre que l’occupation du littoral dépend étroitement des politiques (économiques et sociales) qui y sont mises en œuvre, de même que des dynamiques côtières (érosion et/ou submersion, Plans de Prévention des Risques naturels induits) qui les affectent. La difficulté de la gouvernance réside dans la nécessité de faire prévaloir l’intérêt général tout en tenant compte des particularismes locaux, de concilier protection des populations contre les risques sans altérer les possibilités de développement économique, et d’atténuer des disparités sociales que l’attractivité des littoraux contribue à mettre en exergue. Une problématique au cœur des interactions Nature-Société dont la réponse se trouve dans les politiques publiques.

1. Des dynamiques anthropiques très contrastés

3Le bassin d’Arcachon est un espace littoral où l’on s’installe pour vivre, caractérisé par une majorité de résidences principales. La politique sociale de nombreuses communes du bassin explique en partie ce phénomène. La proximité de Bordeaux et l’importance des infrastructures sont d’autres facteurs de cette occupation en hausse qui touche les dix communes du bassin (à l’exception d’Arcachon). Il n’est pas excessif de parler, pour cette dernière ville, de « saturation », phénomène que les communes du littoral picard sont bien loin de connaître !

1.1. Bassin d’Arcachon : « explosion » démographique et répartition socio-spatiale hétérogène

4Le bassin d’Arcachon se caractérise par une extension spatiale de ses zones urbanisées, avec des nuances communales, certaines municipalités (Le Teich) préférant la densification alors que d’autres (Gujan-Mestras) optent pour l’étalement des zones constructibles ; chaque commune n’ayant cependant pas les mêmes opportunités en la matière.

5Ce sont dix communes, aujourd’hui toutes supérieures à 5000 habitants (figure 1) et regroupées au sein du Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon (SIBA), créé en 1966, qui ceinturent la « petite mer du pays de Buch ». Leur population, en augmentation constante, a dépassé le seuil des 100 000 habitants entre 1999 et 2002 [Guichard et Mouhali, 2005]. Une estimation, effectuée par l’INSEE, projette à l’échelle 2020 la présence de près de 150 000 habitants autour du bassin d’Arcachon qui en comptait déjà près de 110 000 en 2009 (tableau 1).

Figure 1. Les 10 communes du bassin d’Arcachon

Figure 1. Les 10 communes du bassin d’Arcachon

Source : Bawedin [2009a].

6Il demeure l’espace côtier le plus peuplé d’Aquitaine, même si sa densité n’est en rien comparable à celle de la côte basque (respectivement 110 et 540 hab/km2 en 1999). Néanmoins, les villes les plus peuplées, situées au sud du bassin, atteignent des densités de l’ordre de 1500 habitants par km2, comme Arcachon [Trouillet, 2004]. Cette dernière et les deux communes contiguës (La Teste de Buch et Gujan-Mestras) appartiennent à la Communauté d’Agglomération du Bassin d’Arcachon Sud (COBAS) qualifiée de « petite conurbation » tant le bâti dense donne l’impression d’un continuum urbain [Moreau, 2000].

1.1.1. Dix communes différemment peuplées

7Quatre des dix communes du bassin d’Arcachon dépassent le seuil de 10 000 habitants. Parmi elles, les trois communes contiguës de La Teste, Arcachon et Gujan-Mestras qui concentrent à elles seules 51 % de l’ensemble de la population du bassin. Avec près de 60 000 habitants, ces trois communes constituent, en terme d’occupation humaine, une concentration que l’on peut qualifier de globalement continue.

8Arcachon est celle qui possède la plus petite superficie (756 hectares). Elle est aujourd’hui la troisième ville la plus peuplée du bassin avec près de 12 000 habitants, ce qui explique sa forte densité.

Tableau 1. Évolution de la population des communes du bassin d’Arcachon (1982-2009)

Année R.
Pop.
Commune littorale

1982

1990

1999

2006

2009

Évolution de la population de 1982 à 2006 (en %)

Évolution de la population de 1982 à 2009 (en %)

La Teste de Buch

18 038

20 331

22 970

25 451

25 030

+ 41,1

+ 38,7

Arcachon

13 293

11 770

11 454

12 472

11 748

-6,2

-11,6

Gujan-Mestras

8600

11 433

14 958

17 536

19 385

+ 103,9

+ 125,4

Le Teich

2946

3607

4822

6141

6608

+ 108,4

+ 124,3

Biganos

4588

5908

6950

8753

9618

+ 90,7

+ 110,28

Audenge

2675

2981

3943

5603

5913

+ 109,5

+ 121

Lanton

2535

3734

4960

5987

6274

+ 136,1

+ 147,4

Andernos

5971

7176

9256

10 499

11 313

+ 75,8

+ 89,4

Arès

3051

3911

4669

5429

5650

+ 77,9

+ 85,2

Lège - Cap Ferret

4981

5564

6307

7322

7663

+ 47

+ 53,8

Total communes du bassin

66 678

76 415

90 289

105 193

109 202

+ 57,76

+ 63,77

Sources : recensements INSEE.

9L’occupation urbaine d’Arcachon est de 75 %, la surface habitable y paraît totalement occupée [Bawedin, 2009a]. Le quart restant correspond aux sites classés qu’elle recèle et qui contribuent à la difficile extension urbaine de la ville, « enclavée » entre La Teste de Buch et le bassin.

10La densification de l’habitat est le seul moyen de permettre une hausse de la population, les derniers travaux de réaménagement de terrains disponibles (une friche industrielle) ayant été consacrés à l’installation d’une zone commerciale. La commune a souhaité garder un cachet boisé, caractéristique de cette station balnéaire, ce qui soustrait les potentialités d’extension urbaine. Le coût de l’habitat, accentué par le manque de terrains constructibles est aussi un facteur qui explique cette situation, avec des prix de l’ordre de 4500 euros le m2 sur le front de mer [Bawedin, op. cit.].

11Andernos, au Nord-Est, a passé le seuil des 10 000 habitants au début des années 2000. Les chiffres de l’augmentation de la population au cours des trente dernières années (période 1982 à 2009) renseignent sur la nature de l’attrait de chaque commune pour ses nouveaux habitants.

12Ce sont les villes situées sur la rive sud-est à est du bassin qui connaissent la plus forte augmentation. Si la proximité plus immédiate de Bordeaux peut être une explication, la politique d’urbanisme de ces villes et le coût moindre des logements y jouent un rôle essentiel, à l’image de Lanton, dont le nombre d’habitants est celui qui a le plus progressé sur la période considérée (+ 147,4 %), suivie de Gujan-Mestras (+ 125,4 %) et du Teich (+ 124,3 %).

13A contrario, La Teste de Buch (+ 38,7 %) et Lège-Cap-Ferret (+ 53,8 %) ont connu la hausse de population la moins importante, celle-ci y étant très inférieure à la moyenne globale du taux d’augmentation des 10 communes (+ 63,8 %). Arcachon, qui fait figure d’exception, voit sur cette même période une baisse significative de population : -11,6 %.

14Les villes de Lanton, Gujan-Mestras, Le Teich ont une image éloignée de la station balnéaire « chic », contrairement aux trois précitées (tout au moins pour la partie « Pyla plage » en ce qui concerne la commune de La Teste). Elles se caractérisent par un coût immobilier moins élevé et une politique d’accueil davantage susceptible d’intéresser les classes moyennes encore en activité.

15Ce distinguo entre stations balnéaires fortunées, ayant une hausse de leur population faible (voire une baisse), et « villes dortoirs », situées dans le quart sud-est (à proximité des échangeurs amenant à la voie rapide Arcachon/Bordeaux), de travailleurs notamment bordelais peut être corrélé si l’on analyse la part de résidences principales et secondaires dans chaque commune (figure 2).

1.1.2. Un habitat de résidences essentiellement principales

16L’image d’un bassin voué aux résidences secondaires est rapidement nuancée par les chiffres obtenus auprès de l’INSEE.

17Sur l’ensemble du bassin, les résidences principales représentaient, en 1999, 57,7 %. Aujourd’hui, elles sont plus de plus 60 %. Il n’est pas téméraire de conjecturer que ce chiffre tende à la hausse.

18Lanton, qui a connu la plus forte hausse de population, est également la commune qui a vu la part de ses résidences secondaires baisser le plus. On s’y installe durablement pour vivre. Les communes qui ont, en 1999, la part de résidences secondaires la plus élevée sont Lège-Cap Ferret (69,5 %) et Arcachon (56,8 %). Ces villes sont essentiellement des lieux de villégiature et figurent parmi celles dont la population augmente le moins, quand elle ne régresse pas (Arcachon).

19Il y a bien une hétérogénéité quant à la nature de l’occupation de ces dix communes avec des stations balnéaires à « vocation de résidence secondaire » et des villes où l’on choisit de s’installer pour vivre, ces dernières étant largement majoritaires. L’offre importante (22 allers-retours quotidiens) de navettes Arcachon-Bordeaux grâce au TER Aquitaine peut également inciter à cette installation.

Figure 2. Part des résidences secondaires dans les communes du Bassin d’Arcachon

Figure 2. Part des résidences secondaires dans les communes du Bassin d’Arcachon

Source : Bawedin [2009a] ; Géolittomer LETG UMR 6554 CNRS.

201.1.3. Le bassin d’Arcachon : le plus méridional des wadden atlantiques français

21Il serait lacunaire d’expliquer l’engouement de la population pour le bassin d’Arcachon sans évoquer sa situation géographique et son climat. Localisé entre 44°38’ et 44°46’ de latitude nord et 01°01’et 01°15’ de longitude ouest, l’influence océanique y domine mais son climat, caractérisé par un été chaud et un reste de l’année doux, peut être qualifié de « midi » [Cassou-Mounat, 1975]. Appelé également « petite mer du pays de Buch » [Fénié, 1991] ou encore qualifié de « baie d’Arcachon » [De Martonne, 1942], sa situation en bassin lui confère un caractère abrité, favorisant le maintien de milieux caractéristiques des zones humides littorales tempérées que sont les marais salés ou wadden [Verger, 2005]. Les températures moyennes estivales y avoisinent 25 degrés, ce qui explique qu’il soit un lieu apprécié.

1.2. Le littoral picard : population stable et occupation résidentielle de plus en plus marquée

22Le littoral picard est très peu peuplé : moins de 22 000 habitants pour l’ensemble des 15 communes côtières, soit 20 % de la population du bassin d’Arcachon, ou encore, moins que la seule ville de La Teste de Buch.

23La politique de valorisation touristique (label « Opération Grand Site » attribué en 2011, Parc Naturel Marin créé en 2012) par l’image de nature préservée contribue à faire monter les prix de l’immobilier, rendant impossible le maintien sur place d’une partie de la population locale et de sa descendance. Les résidences secondaires, en hausse, ne sont pas non plus à la portée de tous. Parallèlement à cela, l’Ouest de la Somme est paradoxalement le territoire qui connaît le plus faible taux de logements sociaux du département, bien qu’étant l’un de ceux qui recèle la population la plus fragile socialement (fort pourcentage d’inactifs, population peu qualifiée, taux de chômage voisin de 12 % dans le Ponthieu-Marquenterre…). Cela entraîne un phénomène de « résistance localiste » face à une occupation « bo-bo » grandissante, séduite par l’image de nature de la baie de Somme qu’ont su exploiter certains groupes immobiliers comme Pierre et Vacances.

1.2.1. Le littoral picard, une « oasis verte » dans un triangle de forte densité

24Pour étudier l’évolution de la population du littoral picard, nous avons pris en compte l’ensemble des communes côtières (avec une limite communale contiguë au trait de côte), qui sont au nombre de 15 (figure 3). Certaines d’entre elles peuvent cependant être considérées comme faisant partie de l’arrière-pays littoral (Pendé, Favières,…). Outre un nombre relativement faible d’habitants, ce littoral se caractérise par une quasi-stagnation de sa population, avec des évolutions différentes de part et d’autre de l’estuaire de la Somme.

25Figure 3. Les communes du littoral picard

26Source : Bawedin [2009a].

27En 1982, les communes considérées totalisaient 21 239 habitants, contre 21 455 habitants en 2009, soit une « hausse » de 1 % en près de trente ans. Il importe de noter que cette progression toute relative connaît un ralentissement, puisque sur la période 1982-2006, l’évolution globale de nombre d’habitants y était de + 5,1 %.

28Le tableau 2 montre cependant de fortes disparités, avec une baisse de la population dans les villes situées au sud de la baie de Somme (- 3,3 % entre 1982 et 2009), Ault et Mers étant emblématiques du phénomène (respectivement - 15,4 % et - 19,5 %), tandis que les communes du nord de la baie connaissent une hausse (+ 10,7 sur la même période), à l’exception notable du Crotoy.

29Tableau 2. Évolution de la population des communes du littoral picard (1982-2009)

30Année Villes 1982 1990 1999 2006 2009 Évolution entre 1982 et 2006 (en %) Évolution entre 1982 et 2009 (en %)

31Mers-les-Bains 3945 3540 3392 3530 3176 -10,5 -19,5

32Ault 2058 2054 2070 1941 1741 -5,7 -15,4

33Woignarue 735 708 735 804 830 +9,3 +12,9

34Cayeux/mer 2649 2856 2781 2785 2857 +5,1 +7,8

35Lanchères 775 826 834 981 1044 +26,5 +34,7

36Pendé 1043 1055 980 1116 1159 +7 +11,1

37Saint-Valéry 2935 2769 2691 2822 2908 -3,9 -0,9

38Boismont 526 551 497 473 463 -10 - 12

39Sous-total Sud baie de Somme

4014 666

4114 359

4213 980

4314 557

4414 178

45-0,74

46-3,32

47Noyelles 813 802 741 860 819 +5,7 +0,7

48Ponthoile 509 502 547 610 624 +19,8 +22,6

49Favières 403 406 405 463 479 +14,9 +18,6

50Le Crotoy 2347 2440 2439 2361 2297 +0,6 -2,1

51Saint-Quentin en Tourmont 296 309 334 320 314 +8,1 + 6

52Quend 1243 1209 1200 1397 1412 +12,3 +13,6

53Fort-Mahon 962 1042 1140 1296 1332 +34,7 +38,5

54Sous-total Nord baie de Somme

556573

566710

576806

587307

597277

60+11,1

61+10,7

62Total communes littorales

6321 239

6421 069

6520 786

6621 864

6721 455

68+2,9

69+ 1 %

70Sources : recensements INSEE.

71Cette tendance s’explique par la dichotomie prégnante entre le littoral sud de la baie de Somme (Bas champs picards), qui correspond à la frange côtière du plateau industriel du Vimeu, et le littoral nord (Marquenterre), plus agricole et mieux desservi en termes d’infrastructures, notamment touristiques. L’autoroute A 16, qui permet de relier la baie de Somme à Paris ou Calais, et plus récemment l’A 28, qui la relie à la Normandie, ont incontestablement contribué à la fréquentation accrue du littoral picard. Elles en font un espace de passage et de villégiature, que la population locale a tendance à quitter comme le confirment les recensements de populations. Le fait que ce littoral nord, constitué de plages sableuses, soit moins touché par l’érosion est aussi une explication (voir troisième partie). Ainsi au sud de la plaine maritime picarde, Ault subit l’érosion des falaises et n’a jamais eu une identité littorale forte, comme l’avait constaté Victor Hugo dans l’un des récits de ses nombreuses promenades sur la côte picarde qui l’amena à Ault un 7 septembre 1837. Il y indique que l’activité maritime de cette ville bordant les falaises n’est pas prégnante : « les gens du Bourg-d’Ault ne pouvaient être marins ni pêcheurs, ils n’avaient pas de port. Ils se sont fait serruriers » .

72Rien de comparable, là encore, en termes de densités avec celles rencontrées dans le bassin d’Arcachon. La densité de la population de la côte picarde s’échelonne, selon les communes, de 10 habitants au km2 (Saint-Quentin en Tourmont) à 629 (Mers les Bains), la moyenne étant de 126,7 avec une différence forte entre les communes du littoral situées au nord de la baie de Somme (53,8) et celles situées au sud (plus du double), « tirées vers le haut » par les valeurs de Mers-les-Bains.

73À l’inverse du bassin d’Arcachon, décrit comme « un plein dans un vide » [Trouillet, 2004], le littoral picard s’apparente plutôt, à une échelle élargie, à un vide dans un plein. Situé au cœur d’un triangle Le Havre-Dunkerque-Paris, il fait figure d’espace peu peuplé. Si l’on élargit encore le triangle à Paris-Londres-Bruxelles, qui correspond aux territoires à fortes densités de l’Europe du Nord-Ouest, il présente un espace rural à la nature préservée, attrayant pour les populations parisiennes, anglaises et belges, ces dernières y trouvant un littoral bien différent de leur côte urbanisée.

741.2.2. Des disparités entre villes côtières et arrière littorales

75Les disparités qui touchent les villes de la côte picarde concernent aussi bien leur nombre d’habitants, la progression de ce dernier que la nature de l’occupation. Les petites communes voient leur population augmenter.

76Lanchères, petite commune des Bas champs qui borde la baie de Somme au niveau des prés salés situés entre Le Hourdel et Saint-Valéry, connaît ainsi une augmentation importante de sa population (+ 26,5 % et + 34,7 % sur les périodes considérées). Pendé, commune voisine, et Woignarue connaissent la même tendance, mais de façon moins prononcée.

77Au nord, le même phénomène est perceptible. La ville portuaire du Crotoy connaît une baisse de population constante depuis le début des années 1990 tandis que les communes arrière-littorales de petite taille voient une hausse de leur population : Ponthoile (+ 22,6 %), Favières (+ 18,6 %) ainsi que Noyelles-sur-Mer et Saint-Quentin en Tourmont, avec toutefois un ralentissement depuis 2006. Nous voyons donc une baisse globale de la population dans les villes côtières les plus importantes : Mers-les-Bains, Ault, Saint-Valéry, Le Crotoy (excepté un léger regain pour Cayeux-sur-Mer), mises à part les stations balnéaires récentes du Nord de la Somme, Quend et Fort-Mahon, qui bordent de longues plages de sable.

78Leur population est en hausse, régulière pour Fort-Mahon et plus récente (depuis 1999) pour Quend. Les petites communes (environ 1000 habitants), essentiellement arrière-littorales, ont de plus en plus d’habitants. Il se dessine donc, depuis Saint-Quentin en Tourmont jusqu’à la limite normande - soit sur la majeure partie du littoral picard - une occupation en hausse des petites communes arrière-littorales, traduisant davantage la recherche de « la campagne » que de la mer, puisque les stations de Mers-les-Bains, Ault, Saint-Valéry, Le Crotoy et, dans une moindre mesure Cayeux-sur-Mer (qui a connu une baisse de population dans les années 1990) ne connaissent pas de hausse sensible de leur population. Ces stations sont soit des villes de côtes à falaises et/ou à galets, soit d’estuaire. De fait, les communes arrière-littorales offrent davantage de zones constructibles que les villes côtières, situées en zone à risques (falaises, zone de bas champs), où l’étalement urbain est rendu difficile voire impossible selon les Plans de Prévention des Risques (en cours de révision au sud de la baie de Somme).

79La situation, pour l’ensemble du littoral picard, n’est en rien comparable à celle du bassin d’Arcachon. Il n’y a pas de dynamique urbaine sur la côte picarde, la plus forte hausse de la population y est de + 5,1 % (entre 1999 et 2006) alors qu’elle est pour cette période plus de dix fois supérieure (+ 57 %) dans le bassin d’Arcachon. L’analyse de la part des résidences principales et secondaires est susceptible de nous apporter d’autres renseignements sur l’évolution et la nature de l’occupation de ces villes.

801.2.3. Des logements essentiellement secondaires à la hausse

81Si la population n’augmente pas, ou augmente peu, sur le littoral picard, il n’en est pas de même concernant les habitations secondaires. La dichotomie entre le nord et le sud se retrouve puisqu’en 1999, le littoral nord était composé de près de 2/3 (64,2 %) de résidences secondaires - et cette tendance s’accentue - alors que sur le littoral sud, la part des résidences principales dominait (52,6 %), la tendance étant susceptible de s’inverser à long terme (voir figures 4 et 5). Le meilleur exemple est celui de Noyelles-sur-Mer qui comptait 81,2 % de résidences principales en 1999 contre 55,8 % en 2005. Parallèlement, sur la même période, l’occupation secondaire y a augmenté de 26,8 %.

82Sur les 15 communes étudiées, 40 % ont autant ou davantage de résidences secondaires que principales (part des résidences secondaires égale ou > à 50 %). Il s’agit, dans l’ordre décroissant, de Fort-Mahon (85 % de résidences secondaires), Quend (62,5 %), Favières (58,1 %), Cayeux-sur-Mer (55,9 %), Ault (50,8 %) et Le Crotoy (5 %). Au milieu de la décennie 2000, aucune de ces communes n’a vu cette part de résidences secondaires baisser. Nous assistons donc, pour l’ensemble du littoral picard, à une modification de la nature de l’occupation des villes, les données disponibles montrant une hausse globale de l’habitat secondaire, beaucoup plus marquée dans la partie centrale (Noyelles-sur-Mer) et nord du littoral, mais également réelle au sud.

83Parallèlement, nous assistons à une baisse globale de la part de l’habitat principal malgré une hausse de la population, néanmoins modeste et épargnant les stations les plus importantes (Ault, Le Crotoy…).

84Le littoral picard, qui comptait déjà 52, 3 % de résidences secondaires en 1999, devient encore davantage un lieu de villégiature. Ainsi, s’il n’y a pas de dynamique urbaine sur le littoral picard, il y a un phénomène croissant d’installations à des fins de villégiature. C’est le phénomène inverse à ce qui est constaté dans le bassin d’Arcachon (figure 5).

85Figure 4. Part des résidences secondaires dans les communes du littoral picard en 1999

86Source : Bawedin [2009a] ; Géolittomer LETG UMR 6554 CNRS.

87Figure 5. Part des résidences principales et secondaires sur nos espaces d'étude (1999) et tendances de l'évolution amorcée pour la décennie 2000

88Source : Bawedin [2009a].

89Si les dynamiques de population varient en fonction des situations économiques et sociales, elles dépendent aussi des priorités politiques mises en œuvre, le lien entre les deux étant évident. Les orientations de celles-ci et les « publics » auxquels elles s’adressent jouent également un rôle loin d’être négligeable.

902. DES VISIONS OPPOSÉES DE LA GESTION DE L’ESPACE MARITIME QUI INFLUE SUR LES DYNAMIQUES ANTHROPIQUES : DE L’IIMPORTANCE DES CHOIX POLITIQUES

91Que ce soit en matière d’attractivité, de répartition spatiale et de fréquentation sociale, les choix des gouvernances mises en œuvre sur les espaces côtiers influent considérablement.

92Au sein d’un même espace voire d’une même commune, les perspectives d’occupation, tant qualitative que quantitative, peuvent s’avérer diamétralement opposées. En ce sens, les Prés salés de La Teste de Buch sont un cas d’école tant les projets ont varié au gré des municipalités qui se sont succédées. Un exemple, parmi d’autres, qui met en évidence l’importance et l’influence des maires dans la politique urbaine sur le littoral, et montre également celle de l’arbitrage de l’État, garant d’une certaine cohérence.

93Les communes du Teich et de Lège-Cap-Ferret, avec la côte Noroît, présentent aussi une démarche contrastée qui explique la situation constatée dans le chapitre précédent.

94Sur la côte picarde, la démarche de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) engagée depuis 2005 a contribué à mettre entre parenthèses des projets destinés essentiellement à un tourisme socialement aisé, parfois au détriment d’une partie de la population résidente.

952.1. Une hétérogénéité forte dans les politiques des communes du bassin d’Arcachon

96Les Prés salés Ouest sont un cas d’école de l’importance des choix politiques dans l’aménagement du littoral. Au gré des municipalités, des projets diamétralement opposés ont vu le jour.

972.1.1. Le cas des Prés salés Ouest de La Teste de Buch : marina versus aménagement écologique et pédagogique

98Suite à l’arrêt de la Cour de cassation de 1996 mettant fin à un long contentieux entre une société privée et la commune sur la nature juridique des prés salés, qui s’avèrent être de domanialité publique (DPM), différents projets vont apparaître, chacun de ses porteurs (commune, Conseil général) espérant convaincre l’État de l’opportunité de se voir attribuer la concession à des fins de gestion. Ils mettent en évidence deux visions opposées de la valorisation d’un espace maritime.

99Le projet de port et de ZAC (Zone d’Aménagement Concerté), à l’initiative du Maire Claude Espied (1997-2001) et de l’Association Faire Vivre l’Anse Testerine (AFVAT).

100Initié en 1998, il s’inscrit dans un volontarisme économique destiné à faire de La Teste une station touristique balnéaire. Il entre dans le cadre des projets du maire dont le slogan est « l’urbanisme avec détermination » [Bawedin, 2009a]] avec l’objectif de réaliser des équipements dans l’anse des prés salés, le quartier du Lapin blanc et de l’Aiguillon. La surface de cette ZAC représente 113,5 hectares.

101Il s’agit donc d’un projet d’envergure qui prévoit :

102la création d’un port en eau profonde sur le site du Lapin blanc,

103la création d’un port à sec,

104la création d’une plage,

105la construction d’un musée maritime (aquariums),

106l’installation de plans d’eau destinés aux jeux nautiques,

107la construction d’une piste cyclable sur la zone DPM et d’un « skate park ».

108Deux autres projets ont en commun de promouvoir la valorisation des prés salés sans aménagement lourd :

109Le projet du Conseil général de la Gironde porté par René Serrano, élu socialiste du canton de La Teste de Buch jusqu’en mars 2008 :

110À vocation sociale et environnementale (animation culturelle, écomusée, sentiers pédagogiques), il exclut à la fois la remise en eau des prés salés, préférant un maintien en l’état, mais également toute idée de port en eau profonde. Un port à sec est toutefois prévu au Lapin blanc. Ce projet a également pour ambition d’étendre la zone gérée par le Conseil général au-delà du port de La Teste. Il peut être associé au projet suivant, très proche, porté par des ostréiculteurs et des associations.

111Le projet d’écomusée portuaire :

112Son objectif est de promouvoir le patrimoine local historique, traditionnel et écologique. Le souhait des porteurs du projet (ostréiculteurs et acteurs associatifs) est de faire connaître les activités du port (ostréiculture, charpenterie navale…) au public.

113La remise en eau des prés salés n’est pas nécessaire à sa réalisation et la position des initiateurs du projet sur ce point reste ouverte. Les aménagements prévus sur le site sont minimes, seules des activités pédagogiques et de découverte étant prévues.

114L’État n’accorde cependant toujours pas de concession, peut-être parce que les élections municipales sont très proches et qu’une nouvelle équipe peut potentiellement prendre la tête de la commune de La Teste.

115Le projet de l’équipe du maire sortant pour les prés salés, rendu public dès 1999, auquel est adjoint le projet de ZAC en 2000 n’est vraisemblablement pas sans conséquences dans les résultats du second tour des élections municipales de 2001. Ils donnent 45,23 % à la liste de droite menée par M. Claude Espied et 54,77 % à la liste emmenée par M. Jean-François Acot-Mirande, présentée comme « dépassant les clivages politiques et les ambitions personnelles » [Jariod, op. cit.], mais proche du PS puisque le futur maire sera « étiqueté » apparenté socialiste.

116La réflexion sur la réhabilitation des prés salés reprend, avec d’autres projets émanant de la nouvelle municipalité. L’un des premiers actes symboliques forts de cette nouvelle municipalité est de modifier le Plan Local d’Urbanisme (PLU), faisant passer le zonage de l’anse des Prés salés Ouest de zone constructible à moyen terme (II NA) à zone du DPM destinée à la mise en valeur du milieu naturel et à son ouverture au public (NDo). Elle met ainsi le PLU en adéquation avec l’arrêté de la Cour de cassation de 1996.

117En 2002, la commune lance un comité de pilotage, comprenant le Conservatoire du Littoral, le Forum des Marais Atlantiques (FMA), le SIBA, la Préfecture et la Direction Régionale de l’Environnement (DIREN) Aquitaine ainsi que des représentants des assemblées départementale et régionale, en vue de travailler à un nouveau projet de mise en valeur des Prés salés Ouest.

118C’est le potentiel paysager, pédagogique et écologique, d’une part, et la gestion hydraulique du site, à mettre en conformité avec le récent Schéma Directeur d’Assainissement Pluvial (SDAP) qui ont incité le comité de pilotage, renforcé par la présence d’experts, à envisager le retour partiel de la mer dans les Prés salés par un système de vannes et de régulation d’eau.

1192001-2007 : L’avènement du projet de remise en eau des Prés salés de la nouvelle municipalité

120Le SDAP a mis en évidence la nécessité d’un aménagement susceptible de pouvoir répondre à des crues importantes des crastes (terme gascon désignant les fossés de drainage. Ceux-ci sont d’origine artificielle et quadrillent les abords du Bassin d’Arcachon) à hauteur de 37 000 m2.

121Le projet permet aux Prés salés d’accueillir une quantité d’eau sur 25 hectares, dont 16 consacrés à l’eau de mer dans la perspective d’un retour d’une zone de schorre. Les Prés salés constituent alors une zone en phase de végétalisation où se développe une espèce arbustive invasive, le Séneçon en arbre (Baccharis halimifolia).

122Il est ratifié par le conseil municipal en décembre 2004 et porté à connaissance de la population en 2005/2006. Un bassin de lagunage permettra la décantation des eaux de débordement des crastes avant leur rejet dans le milieu naturel.

123C’est donc le projet qui avait l’emprise la moins importante qui a été retenu, et qui constitue une remise en eau par vannes d’un site jusque-là protégé de la mer. Un choix politique suffisamment rare pour être souligné, dont la finalité est aux antipodes de projets favorisant l’emprise urbaine et les activités liées à une certaine catégorie de population. Il n’en est pas de même sur la frange ouest du bassin d’Arcachon.

1242.1.2. Les villages ostréicoles de la côte Noroît : de futures résidences de riches ?

125La côte Noroît recèle des villages aux cabanes ostréicoles particulièrement prisées. À vocation initialement ostréicole, ils illustrent la transgression des règles législatives et le laisser faire de l’État. En 1972, Cassout-Mounat signalait déjà une part importante de cabanes dont l’usage était autre qu’ostréicole, estimant à plus de 50 % (65 cabanes sur 120) une utilisation d’habitations ou de résidences secondaires [Monteil, 2000].

126Plus récemment, ce dernier auteur estime que pour l’an 2000, 80 cabanes sur 115 servent d’habitation saisonnière voire annuelle. Les cabanes à vocation récréative sont en passe d’y supplanter les cabanes strictement ostréicoles, entraînant une nouvelle sociologie de villages qui risquent de n’avoir plus d’ostréicole que le nom. Les enjeux financiers entrent ici en compte. Le meilleur exemple est celui de la vente de deux cabanes contiguës au prix de 1 120 000 euros au printemps 2005. Leur surface cumulée n’excédait pourtant pas 68 m2, ce qui revient à un prix de 16 470 euros le m2.

127Ce prix faramineux s’explique ici par une vente aux enchères, diligentée par le Tribunal de Bordeaux, suite à une mésentente entre trois héritiers. Le prix de départ était de 400 000 euros, mais parmi les acquéreurs potentiels figuraient le directeur général d’une chaîne nationale câblée, ce qui montre une nouvelle donne sociale dans l’occupation de ce village authentique de pêcheurs. Pour la plus grande inquiétude de ces derniers et du Président de l’association de défense de l’environnement locale « Protection et Aménagement - Lège -Cap-Ferret ». Celui-ci fait part de sa crainte d’une mutation sociale et voit le risque qu’une population aisée avec de très gros moyens supplante la population sédentaire et active. Nous pouvons ici parler de « boboisation. »

128Les ostréiculteurs voient également cette spéculation d’un très mauvais oeil, car ils sont conscients que « chacun veut sa maison et son bateau, l’un n’allant pas sans l’autre » (T. Beaugendre, comm. pers). Or qui dit bateau dit occupation spatiale accentuée et pollution.

1292.1.3. Le Teich : une gestion communale pour un développement local

130Le seul capital de la commune du Teich, l’une des rares du Bassin à ne pas avoir d’accès sur la mer, est la nature. L’équipe municipale en place depuis 1989 se définit même comme « un initiateur de tourisme de nature » (V. Hidalgo, comm. pers.). C’est cette voie qui est choisie par la commune dès la fin des années 1990, via son Parc Ornithologique. Celui-ci compte 70 000 visiteurs par an (deux fois moins qu’au Marquenterre). En revanche, la gouvernance du Parc du Teich, propriété communale, est différente de celle de son « équivalent » de la baie de Somme. La ville du Teich le gère avec l’appui du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, dont la commune fait partie intégrante, et le Conseil général, par le biais des Espaces Naturels Sensibles (ENS). Les Taxes Départementales sur les ENS permettent de réinjecter les prélèvements sur les permis de construire dans la protection et la valorisation du site.

131Ainsi, le Parc du Teich s’autofinance à 80 %, grâce notamment à une possibilité d’hébergement de scolaires (4000 nuitées par an) – le Parc remplace un ancien Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement – et du grand public (capacité de 62 lits).

132Ces prestations sont proposées par la Maison de la Nature du bassin d’Arcachon dont le parc ornithologique est une composante. Les locaux sont d’ailleurs contigus. Des offres de découverte de la vallée de l’Eyre en canoë-kayak ou en barque sont aussi proposées.

133Le prix d’entrée pour le grand public (individuel) est de 7 euros, soit 27,1 % de moins qu’au Parc du Marquenterre. Cela permet une plus grande hétérogénéité de la fréquentation, d’un point de vue social et géographique, les habitants du Bassin visitant également les lieux avec plus de facilité.

134La politique de la commune est de favoriser le développement local. Pour Véronique Hidalgo,

135directrice du Parc, « il n’y a pas de développement local si la priorité n’est pas donnée à la population ». C’est pourquoi chaque habitant du Teich (près de 7000 aujourd’hui) a droit à une journée « portes ouvertes » dans le parc avec sa famille et/ou ses proches. En termes d’emplois, la priorité est également donnée aux locaux, au risque d’une démarche « localiste ».

136Cette approche diffère de celle du Parc du Marquenterre, davantage tournée vers un tourisme de masse, composé de Parisiens et Nordistes, voire d’étrangers (11 % parmi lesquels 50 % de Belges) aux revenus plutôt confortables. Chadenas (2008) précise que la politique du Parc du Marquenterre vise à s’intégrer dans une dynamique touristique de l’ensemble de la côte picarde, en tentant de « capter » les estivants. La CSP la mieux représentée est celle des retraités, dont le pouvoir d’achat est souvent supérieur à celui des actifs. Les enseignants et cadres supérieurs constituent ensemble près d’un tiers des visiteurs (31 %).

137Au-delà de la fabrication d’une nature destinée à être visitée, les modes de gouvernance des structures d’accueil peuvent déboucher sur des initiatives différentes en termes de prise en compte de la population locale. La gestion du Parc du Teich par une commune au service de sa population n’est en rien comparable à la gestion du Parc du Marquenterre, site appartenant à un organisme d’État, géré parmi d’autres par une grande structure intercommunale qui axe ses initiatives sur un tourisme de plus grande envergure.

1382.2. Le littoral picard : la mise en valeur de la nature au service du tourisme

139La comparaison précédente entre le fonctionnement de deux parcs ornithologiques met en évidence une différence d’objectif. L’aspect social au service des locaux est promu par la commune du Teich tandis que la politique globale du Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard est axée sur l’économie touristique grâce à l’image de la nature et de l’oiseau [Chadenas, 2008 ; Bawedin, 2009a]. La population locale, composée de professionnels de la mer (mytiliculteurs, ramasseurs de coques, éleveurs d’agneaux de prés-salés, pêcheurs) et d’usagers attachés à une activité emblématique localement (la chasse au gibier d’eau) perçoit ce phénomène et s’en inquiète. Ces catégories se montrent critiques envers l’évolution des politiques publiques et la hausse des labels (OGS) et autres outils de protection (PNM, PNR en cours).

1402.2.1. Baie de Somme : les locaux privés de côte ?

141« Les locaux privés de côte » ? C’est le titre d’un article du Courrier Picard paru dans son édition du 9 juin 2006. Il est révélateur de l’état d’esprit qui anime les populations locales vis-à-vis de la gestion en cours du littoral. Des résidences secondaires à la hausse, une population qui stagne davantage qu’elle n’augmente (voir chapitre 1), des offres touristiques de haut standing, comme le village Pierre & Vacances de Quend ou le récent complexe du même groupe au Crotoy, le souhait longtemps avancé du renforcement de l’offre golfique au sud de la baie de Somme indiquent que les choix du SMACOPI (devenu Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard fin 2007) sont ceux d’un aménagement pour des touristes de classes sociales supérieures.

142C’est un tourisme de « nature » financièrement plus rentable dont il est question ici [Yellès, 1993]. Cela explique la fréquentation accrue du littoral par les Parisiens, mais surtout les Belges et les Anglais, au pouvoir d’achat supérieur. Ces deux derniers totalisent 30 % du parc de résidences secondaires du littoral picard [Bawedin, 2009a].

143Face à ce phénomène, plusieurs élus s’inquiètent et posent la question : « les gens d’ici pourront-ils rester chez eux ? ». La crainte réside dans la hausse des prix, rendant difficile aux « gens du cru » et notamment aux jeunes, de s’installer sur la côte picarde. La « mode des loisirs verts », pour reprendre l’expression de N. Yellès (op. cit.) inquiète la population du littoral picard. Au-delà des conflits d’usage que cet auteur met en évidence, ce sont aujourd’hui surtout les problèmes sociaux et économiques engendrés qui inquiètent.

144L’exemple du village de vacances de « Belle Dune », parfaitement intégré au milieu et pouvant faire figure de modèle en termes d’aménagement n’en demeure pas moins guère accessible à la population locale, qui n’est d’ailleurs pas considérée comme occupante potentielle, et accueille une population qui, à terme, (pourrait) recherche(r) à s’installer dans la région pour les vacances par l’acquisition d’une résidence secondaire. L’exemple du centre Pierre et Vacances du Crotoy renforce cette analyse.

145C’est la seule structure à offrir une piscine dans la commune, accessible uniquement pour les « vacanciers locataires », avec des prix de location à la semaine avoisinant 450 euros.

1462.2.2. L’écueil d’une Ria Formosa d’Europe du Nord évité

147Longtemps, le SMACOPI a affiché sa volonté de faire de la côte picarde une destination pour les joueurs de golf d’Europe du Nord, avec deux terrains de 18 trous. Ceux-ci s’inséreraient dans un complexe de 8 golfs répartis entre Dieppe (Seine Maritime) et Wimereux (Pas-de-Calais). Il était possible jusqu’en 2007, de lire, sur le site Internet du SMACOPI la phrase « Faire de la Côte Picarde une grande destination golfique en adéquation avec le marché de proximité nord européen ».

148Les promoteurs de terrains de golf, dans l’objectif de rendre leur projet acceptable par la population locale notamment, mettent souvent en avant l’argument de l’adéquation de leur projet avec la protection de l’environnement. Ici, il s’agit de l’adéquation avec le marché économique. La recherche de rentabilité est pleinement assumée par le SMACOPI. Un golf existe déjà. Il s’agit du golf de Belle Dune, créé en même temps que le village du même nom, géré par Pierre & Vacances. Le second pressenti aurait concerné le sud de la baie de Somme, agrémenté d’un camping 4 étoiles et de trois hôtels de 2 à 3 étoiles.

149Nous pouvons parler aujourd’hui de ce projet au passé, le Syndicat Mixte Baie de Somme ayant depuis fait preuve d’une diversité d’approches en matière de valorisation du territoire. Les projets ambitieux d’il y a quelques années (golfs, hôtels de luxe) ont été revus à la baisse et semblent s’insérer dans une démarche un peu plus acceptable pour la population locale, preuve de l’efficacité d’une Gestion Intégrée de la Zone Côtière, en cours sur cette espace depuis 2005. Les disparités sociales n’en demeurent pas moins prégnantes.

150La comparaison avec la Ria Formosa n’est pas fortuite. Cette région côtière du sud de l’Algarve (Portugal) est la première destination golfique pour les Européens du Nord. En 2001, la région comptait 22 terrains de golf. Les pouvoirs publics affichaient leur volonté d’arriver à 50 terrains de golf pour la décennie à venir [Bawedin, 2001]. Les touristes qui y pratiquent cette activité sont essentiellement de nationalités anglaise, néerlandaise, allemande et suédoise.

151Si concurrencer cet espace n’était vraisemblablement pas l’objectif du SMACOPI, son approche en terme d’offre touristique s’adressait bien aux mêmes catégories de population. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les « tour operators » britanniques se sont montrés intéressés par ce projet. Nous sortons ici du cadre de tourisme de nature, vers lequel est revenu le Syndicat Mixte, avec la labellisation de la baie de Somme en Grand Site de France ® depuis 2011. Le changement de gouvernance de cette structure, revenant à un Conseiller Général de la nouvelle majorité, et de celle d’un nouveau Directeur depuis juin 2009 ont vraisemblablement eu un rôle dans la nouvelle orientation donnée, mais ce serait sans compter sur le rôle de l’État, arbitre des différents projets portés par le Syndicat Mixte (GIZC, OGS).

152Les aspects économiques, sociaux et les politiques mises en œuvre dans ce domaine influent sur les mouvements des populations littorales. Un autre élément est à prendre en compte : les dynamiques naturelles qui affecte ces territoires d’interface… et les choix de gestion des pouvoirs publics face à celles-ci.

1533. UNE ATTRACTIVITÉ QUI DÉPEND AUSSI DES DYNAMIQUES NATURELLES

154Les dynamiques naturelles et la façon dont elles sont gérées, constituent un facteur important concernant le devenir des littoraux en matière de fréquentation et d’occupation. Cela vaut essentiellement pour le littoral picard, impacté par des dynamiques prégnantes, notamment l’érosion des falaises qui influe sur le devenir d’Ault, et le risque de submersion des bas champs, avec les outils de planifications et plans de préventions des risques induits.

155Le bassin d’Arcachon est relativement à l’abri de dynamiques physiques importantes, les seules qui l’affectent étant celles liées à l’anthropisation et l’urbanisation, ainsi que les conséquences des activités de plaisance et agricoles, avec les risques de pollution inhérents.

156Si la dynamique humaine prédomine dans le bassin d’Arcachon, c’est bien la dynamique physique qui incite les pouvoirs publics à agir sur la côte picarde.

1573.1. La fermeture du bassin d’Arcachon : un mythe

158L’étude intégrée menée par l’Ifremer sur le bassin d’Arcachon [Bouchet et al., 1997] ne juge pas sérieuse l’hypothèse d’une fermeture du bassin, le volume oscillant des passes et le pouvoir de chasse dû aux marées étant jugés suffisants pour maintenir la communication entre le Bassin et l’océan, d’autant que son creusement dans sa partie sud-ouest a été mis en évidence.

159En outre, un problème bien réel est celui de l’engraissement de sa partie interne au nord-est, se traduisant par une simplification du réseau des chenaux, les plus petits disparaissant au profit des chenaux principaux. Cela a des conséquences concernant l’activité ostréicole qui s’est décalée vers le sud-ouest (banc d’Arguin notamment).

160C’est pourquoi des projets visant à l’amélioration de l’hydraulique du bassin [Sogreah, 2002]

161ou au ralentissement de l’exhaussement des fonds [Le Nindre et al., 2000], souvent coûteux ont été mis en place.

162Si la vie économique et culturelle du bassin est dépendante de la pérennité de son caractère maritime, celui-ci ne paraît pas menacé à l’instar de la baie de Somme.

1633.2. Le littoral picard : entre colmatage et menace marine

164Les dynamiques concernant le littoral picard sont antagonistes. L’estuaire se comble inexorablement, risquant à terme d’avoir une incidence sur les activités professionnelles. Ainsi la pêche, la pêche à pied pourraient se voir supplanter, avec le gain du schorre, par l’élevage des agneaux de prés salés ou la culture de la salicorne ou des « oreilles de cochons », nom local de l’Aster maritime (Aster tripolium), déjà entreprises.

165Le véritable risque pour la population réside cependant dans la dynamique inverse, celle de l’érosion, qui est plus prégnante au sud de l’estuaire.

166Des villes comme Ault et Cayeux doivent faire face aux risques littoraux (falaises et cordon érodés, zone de bas champs), le récent Plan de Prévention des Risques concernant les bas champs de Cayeux et le sud de la baie gelant pratiquement toute possibilité d’extension urbaine, au grand dam des élus locaux. Face à l’opposition forte de la population et des élus, ce Plan de Prévention des Risques inondations est en cours de révision. Cela dénote, outre peut-être une faiblesse de l’État, un manque flagrant de culture du risque de la population locale… qui serait certainement la première à s’insurger en cas d’inondations d’espaces bâtis.

167Les initiatives en cours, s’appuyant sur le récent rapport Cousin (2011), consistent en la mise en place d’un Plan d’Actions et de Préventions des Inondations (PAPI), porté par le Syndicat Mixte Baie de Somme. Elles font suite à la politique de GIZC mise en place à partir de 2005. Si l’ensemble du littoral picard est concerné par ce PAPI, depuis l’embouchure de la Bresle jusqu’à celle de l’Authie, c’est bien le devenir du sud du littoral qui interpelle. L’idée d’un recul maîtrisé commence enfin à faire son chemin. Ainsi, Ault bénéficie d’un projet urbain valorisant le centre du bourg au détriment de sa frange littorale. Quant aux bas champs de Cayeux, ils bénéficient d’une étude entièrement financée par l’État et l’Agence de l’Eau visant à sonder la faisabilité d’une dépoldérisation partielle et maîtrisée. Ce projet, politiquement porté par le Conseil général et dont le maître d’ouvrage est le Syndicat Mixte, envisage une gestion pérenne du trait de côte par la recréation d’une zone tampon à l’endroit du Hable d’Ault. Ainsi, à l’image d’exemples anglais (Tollesbury, Freiston Shore) où la dépoldérisation à été utilisée afin de lutter contre les effets de la hausse eustatique par gain d’un schorre protecteur contre les vagues [Goeldner-Gianella, 2008], le Conseil général de la Somme a souhaité que soit étudiée la possibilité d’extrapoler cette technique de recul maîtrisé sur l’espace des bas champs de Cayeux, actuellement protégé des assauts de la mer par un cordon de galets bordé d’épis. L’exemple anglais de Tollesbury (Essex) a ainsi montré qu’avec un schorre développé, les digues en arrière pouvait être réduites, et par conséquent le coût de défense économisé par quatre voire davantage [Bawedin, 2004]. La mesure des coûts/bénéfices pour le territoire picard est au cœur des enjeux, sachant que depuis les années 1980, ce sont 60 millions d’euros qui ont été dépensés pour conforter ce cordon de galets de 7 kilomètres de long [Bawedin, 2009b ; Bawedin et Hoeblich, 2006]. La question de la poursuite de tels investissements pour la protection de ces bas champs était déjà posée par Raymond Regrain (1992) il y a une vingtaine d’années.

168Ainsi, il n’est pas impossible qu’après la tempête Xynthia et une prise de conscience nouvelle des pouvoirs publics en terme de réalisme face aux dynamiques côtières, une frange du littoral picard voit dans les prochaines années une gouvernance aux antipodes de la « technique Shadocks » (rechargements en galets ad vitam aeternam ?) jusqu’alors employée. Pour un coût qui pourrait être moindre et un résultat plus prometteur, répondant à la nouvelle politique de gestion du littoral basée sur la relocalisation des biens et des personnes.

169CONCLUSION

170Le bassin d’Arcachon, qui peut présenter l’image d’un espace littoral balnéaire, s’avère en réalité plus enclin à des politiques sociales, certes localisées, permettant à sa population d’y demeurer, celle-ci connaissant une hausse forte alors que la part des résidences secondaires est en baisse dans l’ensemble de ses communes depuis au moins une dizaine d’années, à l’exception des stations historiques d’Arcachon et de la côte Noroît qui connaît une mutation sociale. La gestion de l’urbanisation, donc de la dynamique de la population, avec ses aspects environnementaux mais aussi sociaux, demeure l’élément central de la gouvernance de ce territoire.

171En revanche, la côte picarde voit sa population stagner, voire diminuer dans la plupart des communes côtières (Mers, Ault, Saint-Valéry…), au profit d’une population de résidents occasionnels toujours plus nombreuse et d’une installation dans les petites communes arrière-littorales (Lanchères, Ponthoile, Favières) moins exposées aux risques naturels. Il en résulte une hausse des prix qui rend difficile le maintien sur place de la population locale et de ses enfants.

172Il importe de noter que le bassin d’Arcachon se présente comme un territoire « fini », rompu aux politiques publiques (de la Mission Interministérielle pour l’Aménagement de la Côte Aquitaine à la GIZC en passant par le Schéma de Mise en Valeur de la Mer) alors que la côte picarde reste un territoire en devenir (la gouvernance spécifique à ce littoral ne datant que du CIADT de 2001)… rendant encore plus importants les choix politiques qui seront faits pour sa population. Cette dernière devra à terme appréhender la réalité des dynamiques côtières et acquérir une culture du risque encore trop peu présente sur un espace pourtant particulièrement exposé.

173BIBLIOGRAPHIE

174BAWEDIN V. (2001), Les marais du Sao Lourenço dans la lagune de la Ria Formosa (Algarve, Portugal) : mise en place puis évolutions physiques et environnementale depuis le XVIIIe siècle, Mémoire de DEA de géographie, Université Lille 1 - USTL, 93 p.

175BAWEDIN V. (2004), La dépoldérisation, composante d’une gestion intégrée des espaces littoraux ? Prospective sur le littoral picard et analyse à la lumière de quelques expériences : Baie des Veys (Normandie), Aber de Crozon (Bretagne), Tollesbury (Essex) et Freiston Shore (Lincolnshire), Cahiers Nantais, n° 61, pp. 11-20.

176BAWEDIN V. (2009a), La Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) confrontée aux dynamiques territoriales dans le bassin d’Arcachon et sur la côte picarde, Thèse de Doctorat, Université de Nantes, 532 p.

177BAWEDIN V. (2009b), « La gestion intégrée du littoral : quelle prise en compte de la dynamique littorale dans les outils conceptuels ? Le cas de la baie de Somme », in X Lafon et S. Treyer (coord.), Agir ensemble pour le littoral. Mobilisations scientifiques pour le renouvellement des politiques publiques, Paris, La documentation Française, Coll. L’environnement en débat, MEEDDAT, pp. 151-167.

178BAWEDIN V. et HOEBLICH J-M. (2006), Les bas champs de Cayeux (Somme, France) : vers une gestion intégrée ? Enjeux et perspectives de l’ouverture à la mer d’un espace jusque là protégé, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 7, n° 3, Montréal, (mis en ligne le 8 septembre 2006. URL : http://www.vertigo.revues.org/​index162.html)

179BOUCHET J-M., DELTREIL J-P., MANAUD F., MAURER D., TRUT G., DRENO J-P, MASSON N., PELLIER C., D’AMICO F., CANTIN C., CHAPRON V., AUBY I. et L’YAVANC J. (1997), Étude intégrée du bassin d’Arcachon, Arcachon, IFREMER, 5 tomes (paginations diverses).

180CASSOU-MOUNAT M. (1975), La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne : le milieu et l’homme. La diversité des cadres de vie vers l’aménagement, Thèse d’État en géographie, Talence, Université de Bordeaux III, 905 p. + annexes.

181CHADENAS C. (2008), L’homme et l’oiseau sur les littoraux d’Europe occidentale, L’Harmattan, coll. Milieux naturels et sociétés, 293 p.

182COUSIN A. (2011), Propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de la défense contre la mer, partagée entre l’État et les collectivités territoriales, Rapport au Premier Ministre, Le Genelle de la Mer, 61 p.

183DE MARTONNE E. (1942), Géographie physique de la France, Paris, A. Colin, 463 p.

184FÉNIÉ J-J. (1991), « Arcachon (bassin d’) », in F. Verger et R. Vivian (coord.), Les plus beaux sites naturels de France, Guide album, Éd. Eclectis, pp. 80-81.

185GOELDNER-GIANELLA L. (2008), Dépoldériser en Europe occidentale : les apports d’une géographie sociale de l’environnement à l’étude du milieu littoral, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris 1, 348 p.

186GUICHARD N. et MOUHALI K. [coord.] (2005), Littoral aquitain, diagnostic de territoire, SGAR-INSEE Aquitaine, 45 p.

187HUGO V., (1991), Correspondance familiale et écrits intimes, Tome II : 1828-1839, Paris, Éd. Robert Laffont, Coll. Bouquins.

188LE NINDRE Y-M., THOM C., SOUCHON J-PH., BENHAMMOUDA S., SIGUIE C. et ROUZEAU O. (2000), Terra Symphonie – Aménagement intégré du Bassin d’Arcachon. Étude n° 5 : mise au point d’un outil de surveillance et d’aide à la décision en matière d’exhaussement des fonds du Bassin d’Arcachon, Rapport du BRGM/RP-50578-FR, 67 p.

189MIOSSEC A. (2004), « Les littoraux face au développement durable », in A. Miossec, P. Arnould, Y. Veyret (coord.), Vers une géographie du développement durable, Historiens et Géographes, juillet 2004, CNFG, APHG, pp. 181-188.

190MONTEIL N. (2000), Les problèmes environnementaux dans le nord du bassin d’Arcachon, Mémoire de DEA de géographie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, 116 p + annexes.

191MOREAU S. (2000), Les problèmes environnementaux dans le sud du bassin d’Arcachon, Mémoire de DEA de géographie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, 111 p. + annexes.

192REGRAIN R. (1992), « Protéger le littoral ouest des Bas champs de Cayeux ? », ,in A. Flament, A. Miossec, R. Regrain, E. Flament, Les littoraux en France : risques et aménagements, CRDP Picardie, APHG Picardie, pp. 49-73.

193REY-VALETTE H. et ROUSSEL S. (2006), L’évaluation des dimensions territoriale et institutionnelle du développement durable : le cas des politiques de Gestion Intégrée des Zones Côtières, Développement Durable et Territoires, Dossier n° 8 : Méthodologies et pratiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable, 18 p. (en ligne : http://developpementdurable.revues.org/​document3311.html)

194SOGREAH (2002), Amélioration de l’hydraulique du bassin d’Arcachon - Dossier d’enquête publique, SIBA, 129 p.

195TROUILLET B. (2004), La mer côtière d’Iroise à Finisterre. Étude géographique d’ensembles territoriaux en construction, Thèse de Doctorant en géographie, Université de Nantes, 271 pages + annexes.

196VERGER F. (2005), Marais et estuaires du littoral français, Paris, Belin, 335 p.

197YELLÈS N. (1993), Tourisme de nature et aménagement du littoral : le modèle picard, Mappemonde, vol. 1, 93, pp. 27-31.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les 10 communes du bassin d’Arcachon
Crédits Source : Bawedin [2009a].
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. Part des résidences secondaires dans les communes du Bassin d’Arcachon
Crédits Source : Bawedin [2009a] ; Géolittomer LETG UMR 6554 CNRS.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bawedin et Alain Miossec, « Un littoral pour quelle population ? Une réponse politique entre nature et société », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 211-230.

Référence électronique

Vincent Bawedin et Alain Miossec, « Un littoral pour quelle population ? Une réponse politique entre nature et société », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/5475 ; DOI : 10.4000/eps.5475

Haut de page

Auteurs

Vincent Bawedin

LETG-Nantes Géolittomer
Campus du Tertre – BP 81227
44312 Nantes Cedex 3
Bawedin_v@yahoo.fr

Alain Miossec

Rue des Boutons d’Or
44700 Orvault
Alain.miossec@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org