Navigation – Plan du site
Articles

Perception des plages et des politiques de rechargement : réflexions à partir du cas du golfe d’Aigues Mortes (Hérault/Gard)

Perceptions of Beaches and Beach nourishment Policies: Some Observations from the Case of the Gulf of Aigues Mortes (Hérault/Gard)
Hélène Rey-Valette, Nicolas Fraysse, Alexandre Richard et Philippe Carbonnel
p. 177-192

Résumés

Les plages constituent un enjeu stratégique tant du point de vue de l’environnement que de l’économie touristique des régions littorales. Or celles-ci sont soumises à des processus d’érosion de plus en plus importants. Les réponses des politiques publiques, d’abord centrées sur la construction d’ouvrages de défense, s’orientent de plus en plus vers des mesures dites douces, notamment de rechargement des plages en sable. Une opération de grande ampleur a ainsi eu lieu en 2008 dans le Golfe d’Aigues Mortes, dont il s’agit de tirer des enseignements, en étudiant les perceptions des usagers. Après avoir rappelé les intérêts et les effets négatifs de ces mesures, cet article présente la perception que les usagers ont des plages, notamment l’importance qu’ils accordent à leur taille et leurs points de vue sur les pratiques de rechargement. L’ensemble de ces résultats permet d’éclairer les besoins de communication et de sensibilisation qui doivent être mis en place pour accompagner ces actions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’attrait croissant pour le littoral est fortement lié à la présence des plages, qui constituent un actif naturel et patrimonial majeur pour ces territoires. Ainsi la dimension maritime du Languedoc-Roussillon est-elle fortement liée à la mise en valeur touristique du littoral [Rieucau, 1992]. Dans le cas du Languedoc-Roussillon les plages génèrent une économie touristique dont les flux sont estimés à 4,2 milliards €/an, soit 7 % du PIB régional [Payen, 2010]. De même la région arrive en seconde place derrière la Corse pour la part de l’économie résidentielle sur le littoral (46 % pour une moyenne nationale de 40,5 % [CGDD, 2011]). Le littoral du Languedoc-Roussillon, encore sauvage avant 1950, a connu une phase intense d’aménagement entre 1950 et 1980 (figure 1), avec notamment la mise en place de la mission Racine dans les années soixante. Celle-ci a créé des stations balnéaires et des ouvrages portuaires de façon à développer l’économie touristique dans un contexte de crise viticole importante. Cet aménagement planifié a permis de préserver de nombreuses coupures d’urbanisation, comparativement par exemple aux zones voisines de Côte d’Azur ou de Catalogne. Cependant depuis les années quatre-vingts, l’anthropisation des fleuves, l’urbanisation des cordons dunaires et la surfréquentation estivale ont fortement réduit la disponibilité en sédiments et accéléré les processus d’érosion. Une perte nette de 230 hectares de plages entre 1945 et 1996 a été observée (Frayssinet, 2002) et le taux d’artificialisation s’élève à 19,5 % pour la région [Meinesz et al., 2006]. Face à cette érosion croissante, les politiques de gestion ont évolué dans le temps. Après des constructions d’ouvrages lourds de défense axés sur la gestion des effets locaux, la prise de conscience de la complexité des phénomènes naturels et anthropiques a conduit à gérer l’érosion à une échelle plus large en définissant des cellules sédimentaires et en privilégiant des méthodes de gestion dites douces, axées sur le rechargement en sable. Il s’agit de pallier le déficit en sédiments et de stabiliser les plages. Ces méthodes sont dites douces car elles ne modifient pas le transit sédimentaire. Néanmoins elles présentent aussi des limites et constituent des solutions provisoires. Le plus souvent il s’agit d’actions locales de transfert de sable entre des zones en accrétion et des zones en érosion. Au cours de la dernière décennie, des opérations d’ampleur plus importante sont intervenues, avec des sédiments importés de zones plus lointaines. Dans le cas du golfe du Lion, la plus emblématique de ces opérations de rechargement est celle du golfe d’Aigues Mortes, à la fois par le volume des sédiments mobilisé et la longueur du linéaire concerné mais aussi du fait qu’il s’agit de plages très fréquentées à proximité de la capitale régionale. Face à l’ampleur de l’érosion et aux perspectives d’augmentation du niveau de la mer liées au changement climatique, ce sont plutôt à présent les logiques de recul des enjeux qui sont préconisées [Cousin, 2011].

2Les difficultés croissantes d’approvisionnement en sable nécessitent de planifier et coordonner ces opérations à travers des plans de gestion des sédiments à l’échelle régionale. Pour ce faire un programme européen MED dénommé COASTANCE a été développé de 2009 à 2012 en associant neufs partenaires chypriotes, croates, espagnols, français, grecs et italiens. À l’échelle française, les travaux ont notamment permis un bilan des réalisations, l’évaluation des stocks de sédiments disponibles à l’échelle de chaque cellule sédimentaire du Languedoc-Roussillon et la préfiguration d’un plan type de gestion. De façon à éclairer les actions d’information et de sensibilisation qui doivent accompagner ces opérations de rechargement, une étude des perceptions des usagers des plages, quant à l’érosion, aux alternatives de gestion et aux opérations de rechargement a été effectuée. Elle s’appuie sur des enquêtes menées auprès d’usagers des plages du golfe d’Aigues Mortes trois ans après l’opération de rechargement massif dont ces plages ont fait l’objet. L’objectif est donc de rendre compte des résultats. Dans une première partie nous rappellerons la problématique du rechargement et les types d’effets écologiques que les premiers retours d’expérience ont permis d’identifier. La seconde partie reprendra brièvement les caractéristiques méthodologiques des enquêtes réalisées tandis que les troisième et quatrième parties présenteront respectivement les perceptions des attributs des plages, notamment quant à leur taille, ainsi que le point de vue des usagers par rapport aux politiques de rechargement à partir de l’exemple emblématique du rechargement massif réalisé en 2008 dans le golfe d’Aigues Mortes.

1. Problématique du rechargement et aménagements réalisés

3Plusieurs phases caractérisent les politiques d’ingénierie côtière relative à l’érosion [Rey-Valette et al., 2006]. À l’origine celles-ci consistaient à construire des ouvrages lourds de défense (épis, brise-lames) qui ne se sont avérés efficaces que localement et souvent aux dépens des zones voisines, accentuant ainsi l’érosion, plutôt qu’ils ne la géraient. Ainsi en Languedoc-Roussillon, 187 épis et brise-lames ont été réalisés avec une croissance rapide des aménagements à partir de la fin des années soixante en relation avec le développement du tourisme (figure 1). Du fait de leurs résultats tangibles à l’échelle locale, ces opérations sont souvent perçues positivement et jugées rassurantes. Elles ont par ailleurs l’intérêt d’être peu consommatrices de foncier privé, puisqu’elles sont généralement réalisées sur le domaine public maritime.

Figure 1 : Évolution des aménagements construits sur le domaine marin en Languedoc-Roussillon (terre-pleins, ports, épis, endigages, appontements)

Figure 1 : Évolution des aménagements construits sur le domaine marin en Languedoc-Roussillon (terre-pleins, ports, épis, endigages, appontements)

Source : d’après Meinesz et al., 2006.

4Par la suite les collectivités territoriales ont plutôt privilégié des méthodes de rechargement. Plusieurs techniques peuvent intervenir selon qu’elles concernent les barres d’avant côte [Certain, 2002 ; Certain et al., 2005] ou les plages. En Languedoc-Roussillon, ces pratiques de rechargement ont d’abord été menées de façon ponctuelle à des échelles très locales, notamment à partir des sédiments recueillis lors des dragages de ports ou de zones d’accrétion voisines. Ainsi, depuis 2006, date à partir de laquelle ces opérations sont systématiquement enregistrées, 15 sites et 10 communes sont concernés pour un volume moyen annuel de 49 780 m3 pour l’ensemble de la région (variant de 7850 à 650 m3 selon les sites [Fraysse, 2011]). À partir des années 2000, des opérations de rechargement plus importantes sont intervenues, notamment à la suite des nouvelles orientations stratégiques de gestion de l’érosion [MIAL-LR, 2003]. Six opérations de rechargement massif ont été réalisées entre 2001 et 2010 (tableau 1). Elles concernent des linéaires compris entre 1km et 10km pour un volume par mètre linéaire de 80 à 120 m3.

Tableau 1. Les opérations de rechargement les plus importantes en Languedoc-Roussillon

Zones

Date

Volumes en m3

 %/total

Golfe Aigues Mortes

Déc 2007-Avril 2008

1 165 000

72 %

Valras

Printemps 2008

95 000

5,8 %

Argelès (plage du racou)

2001

28 000

1,7 %

Vendres Valras

2008

90 000

5,5 %

Lido de Sète

2008-2010

240 000

15 %

Total

1 618 000

100 %

Source : Fraysse, 2011.

5Porteurs d’espoirs importants, les retours d’expérience de ces opérations ont cependant montré diverses limites, notamment la forte variabilité de leur durée de vie, qui impacte les coûts. L’efficacité du rechargement est définie par Pilkey (1990) comme le temps nécessaire pour que la moitié du volume de rechargement disparaisse. Cette efficacité a été discutée par Pilkey et Léonard (1990 ; 1991) à propos des expériences aux États-Unis où cette durée de vie était en général inférieure à 5 ans (88 % des cas sur la côte atlantique, 90 % pour le golfe du Mexique et 82 % pour la côte pacifique). Il apparaît que cette durée de vie est très variable en fonction des caractéristiques des zones, de la granulométrie, du volume global apporté, de la densité de rechargement et de la saison où l’opération est réalisée. Par ailleurs, avec la multiplication des opérations, la disponibilité en sédiments devient problématique, d’autant que les procédures règlementaires dans les eaux internationales sont très lourdes. Enfin des impacts écologiques ont été identifiés que ce soit dans les zones d’origine où s’effectuent les dragages ou sur les plages qui bénéficient des apports de sédiments. Pour les zones de prélèvement, on note une augmentation de la turbidité avec des impacts très dommageables en cas de remobilisation et de propagation de contaminants. L’impact sur les plages concerne en premier lieu les perturbations sur la faune et la flore occasionnées par les travaux et les effets sur le degré de compacité [Boudouresque et al., 2006]. À moyen terme, en fonction de la qualité des sédiments et du profil morphologique des plages, on peut observer des transformations de la population des invertébrés, la formation d’une couche solide par cémentation, des perturbations pour la reproduction des oiseaux et des effets temporaires sur la turbidité qui restent cependant inférieurs aux effets des tempêtes [Green, 2002]. Ainsi Speybroek et al., (2006) soulignent la perte de biodiversité des plages qui ont été rechargées. L’ensemble de ces effets, pour lesquels on a encore peu de retour, dépendent aussi des techniques utilisées et nécessitent des dispositifs de suivi adéquats [Nicoletti et al., 2006]. Diverses recommandations (la Convention pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est et le programme Beachmed en Méditerranée) visent à promouvoir des pratiques vertueuses pour réduire ces impacts sur l’environnement.

2. Présentation du protocole d’enquête et de l’échantillon

6La stratégie d’enquête a été définie de façon à pouvoir comparer les résultats avec les travaux récemment réalisés sur cette zone auprès des usagers des plages (tableau 2). En effet le laboratoire LAMETA a eu l’opportunité d’effectuer quatre enquêtes sur les plages de l’Hérault sur une période de 5 ans. Bien que ciblant des problématiques légèrement différentes (érosion, submersion, qualité de l’eau, rechargement), ces enquêtes avaient en commun de rendre compte des pratiques et des perceptions des usagers. De façon à rendre possibles les comparaisons, les protocoles d’enquête ont été volontairement communs au niveau de la stratégie d’échantillonnage (proportion touristes et excursionnistes) des formes d’enquête (sur les plages et en face-à-face) et plusieurs questions communes ont été reprises de façon strictement identique dans toutes les enquêtes.

Tableau 2. Caractéristiques des enquêtes déjà réalisées sur la zone

Projet européen Beachmed (Rey-Valette et al., 2007)

Projet Microgam (Hénichart et al., 2009)

Projet Miseeva (Rey-Valette et Rulleau 2010)

Projet européen Coastance (Rey-Valette et Fraysse, 2011)

Date

Avril à Août 2007

du15 juin au 15 juillet 2009

Juillet-Août 2009

Juillet-Août 2011

Organisme financeur

Département de l’Hérault et Union européenne

Programme Liteau Ministère Écologie et Développement Durable

Agence Nationale de la Recherche

Département de l’Hérault et Union européenne

Effectif enquêté

301

321

400

318

Lieu d’enquête

Sur la plage

Durée

30 mn

20 mn

Plages concernées

Palavas, Lido de Sète et Valras

Ensemble des plages du golfe d’Aigues Mortes

Palavas, Carnon, Petit travers et Grand travers

Palavas, Carnon, Petit travers et Boucanet

Objectif de l’enquête

Perception de l’érosion et des méthodes de gestion

Perception de la qualité des eaux de baignade

Perception de la submersion marine et des méthodes de gestion

Perception du rechargement et des méthodes de gestion

2.1. Stratégie d’échantillonnage

7L’enquête s’est déroulée durant une semaine en juillet et une semaine en août 2011, de façon à tenir compte des profils d’usagers différents selon les mois. Quatre enquêteurs ont été mobilisés. Les plages concernées étaient celles où ont eu lieu les opérations de rechargement, à savoir : Palavas, Le petit Travers, Carnon et le Boucanet au Grau du Roi (figure 2). Le plan de sondage a été établi de façon à avoir une répartition équilibrée entre les deux périodes et à tenir compte de quotas entre les touristes et les excursionnistes (tableau 3). Les excursionnistes viennent sur les plages pour une durée limitée à la journée tandis que les touristes passent au moins une nuit dans un établissement d’hébergement collectif ou privé sur le lieu visité ou à proximité immédiate . Les enquêteurs ont été distribués sur l’ensemble des sites de façon à éviter les biais.

Figure 2 : Présentation de la zone d’enquête

Figure 2 : Présentation de la zone d’enquête

Source : L. David, Laboratoire Géolittomer, Brest.

Tableau 3 : Structure du plan de sondage

 

Palavas

Carnon

Petit Travers

Boucanet

Total

 %/total

Juillet

Touristes

25

25

25

25

100

63 %

Locaux

15

15

15

15

60

37 %

Sous-total

40

40

40

40

160

100 %

Août

Touristes

25

25

25

25

100

63 %

Locaux

15

15

15

15

60

37 %

Sous-total

40

40

40

40

160

100 %

Total

Effectif

80

80

80

80

320

 %

25 %

25 %

25 %

25 %

100 %

8L’enquête, d’une vingtaine de minutes, a été réalisée en face à face, au hasard sur les plages. Au total 318 questionnaires se sont révélés exploitables.

2.2. Structure du questionnaire

9Le questionnaire comprenait 59 questions organisées en cinq rubriques, avec des aménagements selon qu’il s’agissait de touristes et d’excursionnistes :

  • origine de l’usager et mode d’accès à la plage ;

  • nature et importance de l’usage de la plage ;

  • perception des plages ;

  • perception de l’érosion et du rechargement ;

  • caractéristiques personnelles de l’enquêté.

2.3. Profil des enquêtés

10La répartition par âge et par sexe est relativement équilibrée avec néanmoins un poids légèrement plus fort des femmes (56 %). L’usage des plages est pour plus de la moitié des usagers (57 %) un usage familial : ce sont des couples qui viennent avec leurs enfants ou des grands parents accompagnés de leurs petits-enfants. En seconde place on observe des groupes d’amis (23 %) et enfin des couples (11 %) ou des personnes seules (8 %). Contrairement aux enquêtes précédentes, on observe l’existence de quelques individus de moins de 18 ans (8 au total, le plus jeune ayant 15 ans). On note, comme dans les autres enquêtes, une surreprésentation des cadres et professions supérieures ainsi que, dans une proportion moindre, des retraités par rapport à la moyenne départementale (tableau 4).

Tableau 4. Distribution des enquêtés en fonction des catégories socioprofessionnelles

Données COASTANCE

Données

de comparaison

Effectifs

 %

Hérault (2009)

Miseeva2009

Beachmed 2007

Agriculteur pêcheur

5

2 %

0,9 %

0,3 %

0,3 %

Artisan commerçant chef d’entreprise

14

4 %

4,1 %

4,5 %

6,6 %

Cadres et professions supérieures

62

20 %

7,9 %

29,4 %

18,3 %

Professions intermédiaires

21

7 %

13,2 %

15,6 %

7 %

Employé

70

22 %

16,2 %

16,3 %

27,6 %

Ouvrier

5

2 %

10 %

6 %

8,6 %

Étudiant Scolaire

46

14 %

8,4 %

10,1 %

9,3 %

Retraité

75

24 %

27,5 %

9,5

14,6 %

Chômeur

8

2 %

11,9 %

5 %

1 %

Autres (femmes au foyer le plus souvent)

12

4 %

3,3 %

2,7 %

Total

318

100 %

100 %

100 %

100 %

11Près des deux tiers des usagers passent une demi-journée à la plage (60 % des réponses) pour une médiane qui s’établit à 3 heures, tandis que le nombre médian de jours de fréquentation annuelle est de 15 jours pour les touristes et de 25 jours pour les excursionnistes. On dénombre quelques cas d’usage régulier tout au long de l’année.

3. Usages et perception des plages

3.1. Perception des plages et importance accordée à leur taille

12Comme le soulignent Corbin (1988) et Urbain (1994), la vocation ludique des plages s’est construite progressivement avec la démocratisation des vacances et le développement des usages balnéaires. La plage acquiert alors une fonction hédoniste se rattachant dans l’imaginaire à la jouissance d’un espace paradisiaque. Outre l’existence depuis 2000 de l’Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir mis en place par l’Université de la Rochelle permettant de disposer d’un suivi de la fréquentation, des pratiques et de la qualité des plages, il existe quelques enquêtes à partir des pratiques déclarées [Odit France/Afit, 2000 ; Meur-Férec et al. 2001 ; Myatt et al., 2003 ; Deboudt et al. 2002 ; Shivlani et al., 2003 ; Meur-Férec, 2008 ; Mirault 2007 ; Rulleau 2008 ; Rey-Valette et al. 2007 ; Roca et al., 2007 ; Rey-Valette et Rulleau 2010, Rey-Valette et Fraysse, 2011 ; Koutrakis et al., 2010 ; 2012]. Ces travaux s’accordent à montrer des usages récréatifs essentiellement passifs. Les plages constituent ainsi un lieu (i) de repos et de farniente, (ii) de liberté, (iii) de plaisir et de volupté (contact du corps avec le sable chaud et le soleil) dans la logique du corporéisme [Kaufmann, 1998] et, enfin, (iv) de convivialité et de rencontre. Cet espace paradisiaque est souvent associé à l’image de grandes plages à la fois désertes et propres. Pour plus d’un tiers des usagers (37 % [CELRL, 2006]) cette notion de propreté implique aussi de ramasser les laisses de mer qui contribuent pourtant à lutter naturellement contre l’érosion. Paradoxalement le littoral est aussi perçu comme « une nature aménagée, un équipement de service permettant des loisirs récréatifs » [Kalaora et Granier, 1995]. Concernant les attributs des plages, près des trois-quarts des usagers que nous avons enquêtés (74 %) préfèrent des plages naturelles ou peu équipées (question fermée à choix unique). Ils sont aussi, paradoxalement avec la préférence pour le caractère naturel, près de deux tiers (67 %) à considérer positivement la présence des épis (tableau 5). Ces aménagements paraissent totalement intégrés par les usagers qui ne sont que 14 % à penser qu’ils dégradent le paysage. Au contraire pour plus de la moitié des enquêtés le cloisonnement de l’espace qu’ils engendrent est positif (28 %) ainsi que le fait qu’ils permettent de diversifier les usages en offrant l’opportunité de ramasser des crabes ou de pêcher. Les motifs de choix des plages (question fermée avec deux modalités de choix possible) font d’abord intervenir des critères pragmatiques tels que la proximité (30 %), la facilité de parking (14 %), avant des propriétés qui renvoient à cette image paradisiaque, à savoir la propreté (12 %) et la faible densité de fréquentation (11 %). Les autres motifs - par ordre décroissant : le caractère naturel, la sécurité (hauteur d’eau), la qualité du sable, les équipements présents- peuvent être considérés comme marginaux au sens où ils recueillent seulement entre 2 % et 6 % des réponses.

Tableau 5 : Perceptions des épis par les usagers des plages

Effectifs

 %

Perception négative

Dégrade le paysage

43

14 %

Est une source de danger

10

3 %

Sous-total

53

17 %

Perception positive

Découpe la plage et facilite la surveillance

88

28 %

Permet de ramasser des crabes ou de pêcher

84

26 %

Lieux de jeux pour les enfants

41

13 %

Sous-total

213

67 %

Autres

45

14 %

Non réponse

7

2 %

Total

318

100 %

Source : Enquête Coastance 2011 [Rey-Valette et Fraysse, 2011]. Que pensez-vous des épis ? Question fermée à choix de modalité unique.

13Nous avons aussi cherché à préciser l’importance accordée à la taille des plages, qui est la caractéristique sur laquelle agit le rechargement. En premier lieu on note que seulement 12 % des enquêtés ont déclaré changer de plage pour bénéficier de plus d’espace (question fermée à choix unique : est-ce que cela vous arrive d’aller plus loin pour avoir une plage plus grande ?). Cette stabilité relève tout autant de leur attachement aux plages (cf. infra) que de l’importance de la taille. Interrogés sur leur degré de satisfaction (échelle de 0 à 10) par rapport à la configuration actuelle des plages et dans l’hypothèse d’une augmentation de plus de la moitié de la taille de ces mêmes plages, les scores recueillis restent très proches : la moyenne s’établit dans la situation actuelle à 7,1 (médiane 7) et à 7,6 (médiane 8) dans l’hypothèse d’une taille augmentée. Ce faible écart de satisfaction semble témoigner d’une faible importance de la taille des plages dans la satisfaction que les usagers ont de leur fréquentation des plages. En effet, soulignons que 70 % des enquêtés octroient la même note dans la situation actuelle et dans l’hypothèse d’une taille significativement plus importante. Plus précisément quant à la densité souhaitée, plus de la moitié des usagers (52 %) ont déclaré vouloir bénéficier d’au moins de 2 mètres entre deux groupes de personnes sur la plage. La question était : quel est l’espace minimum entre deux groupes de personnes pour que vous ne soyez pas gêné ? et les enquêtés avaient le choix entre 4 modalités de réponse (1 m, 1,5 m, 2 m et plus de 2m).

3.2. Attachement aux plages

14Plusieurs facteurs créent un attachement aux plages, introduisant une sorte de fidélisation indépendante de la taille. Ainsi si près de la moitié des enquêtés (46 %) viennent depuis moins de 5 ans sur la plage où ils ont été enquêtés, au contraire 30 % y viennent régulièrement depuis plus de 30 ans. De façon à mieux cerner les enjeux du rechargement, on a demandé aux enquêtés s’ils continueraient à venir sur ces plages si elles devenaient très petites : il apparaît que 30 % seraient effectivement fidèles à leur plage quelle que soit sa taille, tandis que 27 % n’en sont pas sûrs et que 41 % au contraire changeraient de plage (question fermée à choix unique). Les raisons évoquées (question ouverte) par ceux qui pensent continuer à venir quoi qu’il arrive, relèvent de motifs environnementaux (cadre agréable, paysage …), sociaux (proximité de la famille, d’amis ou existence de souvenirs à propos de ces plages) ou enfin géographique (proximité du lieu de résidence).

4. Perception des politiques de rechargement par les usagers

4.1. Perceptions de l’érosion et des politiques de lutte contre l’érosion

15Plusieurs questions visaient à appréhender les perceptions et préférences des enquêtés vis-à-vis des méthodes de gestion de l’érosion. Il s’agissait de questions fermées à choix unique qui, pour la plupart, avaient déjà été posées selon la même formulation dans les enquêtes précédentes menées sur les plages du golfe d’Aigues Mortes ou de l’Hérault (tableau 2). Près de la moitié des usagers sont peu conscients du phénomène d’érosion à l’échelle du golfe d’Aigues Mortes, qu’ils jugent faible ou inexistant. Il s’agit là à la fois d’une méconnaissance des phénomènes d’érosion et d’un biais d’optimiste ou statu quo souvent observé en sociologie du risque [Tversky et Kahneman, 1981 ; Peretti-Watel, 2010 ; Le Breton, 2012]. À propos des politiques de lutte contre l’érosion, la moitié (51 %) pensent que ces politiques ne doivent intervenir que si leur coût est raisonnable, tandis que pour 17 % des usagers il ne faut jamais intervenir parce que c’est un phénomène inévitable (14 %) ou parce que le coût est trop important (3 %). Au niveau des méthodes préférées (tableau 6), ce sont les méthodes dures d’enrochement, épis ou brises lames qui sont évoquées en premier par près d’un quart des enquêtés. Soulignons que le recul des constructions, choisi par près d’un quart des enquêtés, arrive en 2ème position avant les politiques de rechargement qui, en 3ème place, ne sont sélectionnées que par 18 % des enquêtés.

Tableau 6. Préférences des usagers quant aux méthodes de gestion de l’érosion

Effectifs

 %

Beachmed 2007

Miseeva 2009

Digues, Brises lames, épis, enrochements

81

26 %

32 %

39 %

Recul stratégique des constructions en 1ère ligne

73

23 %

15 %

28 %

Rechargement en sable

55

18 %

51 %

7 %

Barres sous-marines en sable

42

13 %

22 %

Autres

10

3 %

2 %

4 %

Ne sais pas

57

18 %

-

1 %

Non réponse

0

0 %

-

0 %

Total

318

100 %

100 %

100 %

Source : Enquête Coastance 2011 [Rey-Valette et Fraysse, 2011]. Quelles sont d’après vous les meilleures méthodes de lutte/érosion ? Question fermée à choix de modalité unique. La question était formulée de la même façon pour les trois enquêtes de façon à permettre la comparaison.

16Il est intéressant de remarquer l’évolution de ces préférences par rapport aux enquêtes précédentes (figure 3), avec un meilleur score en faveur des politiques de retrait et inversement un intérêt moindre pour le rechargement des plages. Il paraît logique que l’attrait pour le rechargement soit moindre dans le cas de l’enquête MISEEVA orientée vers la submersion et le changement climatique, mais les différences observées entre les enquêtes Beachmed et Coastance sont plus inattendues. En effet, en 2007, le rechargement des plages apparaissait comme la méthode préférée des usagers, à une période où ce type de pratique était fortement prôné par les politiques publiques et souvent évoqué dans les journaux locaux. L’enquête Coastance, pratiquée trois ans après une opération massive de rechargement, ciblait spécifiquement les perceptions de ce type d’opération. Les résultats montrent une forte régression des choix en faveur du rechargement au profit, pour partie des aménagement en dur mais surtout des indécis qui représentent à présent 18 % des opinions, attestant ainsi d’une plus grande perplexité des enquêtés par rapport à la gestion des plages. Ces perceptions ont pu être influencées par les résultats visibles du rechargement. En effet il convient de préciser que les sédiments apportés lors du rechargement réalisé dans le golfe d’Aigues Mortes en 2008, ont été en majeure partie déplacés l’année suivante et en grande partie stockés dans la zone d’avant-plage. Bien que ces sédiments restent de ce fait re-mobilisables, ils ne sont pas directement visibles pour les usagers. Ainsi, si lors de l’enquête les plages étaient plus réduites que juste après le rechargement, elles restaient cependant plus grandes qu’avant cette opération. Cette situation peut expliquer que ce type de méthode ait été moins choisi tandis que parallèlement l’accent mis par les médias sur les effets du changement climatique a pu contribuer à renforcer le choix du recul stratégique qui était assez peu choisi en 2007 (15 %). Ainsi l’évolution des préférences peut s’expliquer par les changements observés sur les plages mais aussi par l’effet des discours médiatiques [Kasperson, 2003].

Figure 3 : Comparaison des méthodes de gestion des plages préférées selon les enquêtes

Figure 3 : Comparaison des méthodes de gestion des plages préférées selon les enquêtes

Sources : INSD, 1979, 1989, 2000, 2008

4.2. Information et perception des opérations de rechargement

17En premier lieu, il convient de signaler que plus de la moitié (59 %) des usagers n’avait pas eu connaissance de l’opération de rechargement. Plus d’un tiers avaient eu une information par les journaux, la télévision (9 %) ou leurs réseaux de connaissances (13 %). Enfin 14 % sont allés voir les travaux. Par contre lorsqu’on les interroge sur leur souvenir de l’année où ces rechargements ont été effectués, quasiment les trois quarts ne savent pas et seulement 14 % citent la bonne année, à savoir 2008. De même plus des trois quarts ne connaissent pas l’organisme financeur (8 % seulement ont cité le département de l’Hérault). Concernant leur opinion par rapport au rechargement, on observe (tableau 7) une partition relativement équilibrée entre ceux qui ont une opinion positive de ces opérations (39 %) et ceux, légèrement moins nombreux (31 %), qui pensent au contraire que c’est inutile ou qu’il y a des méthodes plus efficaces. Soulignons que près d’un tiers des enquêtés (29 %) n’ont pas d’opinion marquée sur la question.

Tableau 7. Perception de l’opération de rechargement des plages du golfe d’Aigues-Mortes

Effectifs

 %

Opinion positive

Opinion positive

121

38 %

Opinion positive mais trouve cela trop cher ou non pérenne

4

1 %

Sous total

125

39 %

Opinion négative

Pense que les digues ou d’autres méthodes sont plus efficaces

20

6 %

Pense que c’est trop cher, que c’est du gaspillage, qu’on ne peut pas lutter contre la mer

80

25 %

Sous total

100

31 %

Non réponse

93

29 %

Total

318

100 %

Source : Enquête Coastance 2011 [Rey-Valette et Fraysse, 2011]. Question ouverte : Que pensez-vous de ce type d’opération ?

18Par rapport au coût de l’opération qui s’est élevé à 8,7 millions d’euros, les usagers se répartissent de façon assez équilibrée entre ceux qui trouvent ce coût très cher (33 %), moyennement cher (29 %), et, dans une moindre mesure, pas très cher par rapport aux enjeux (23 %). Près de la moitié (48 %) des usagers envisagent un renouvellement fréquent des rechargements : la fréquence la plus citée étant de cinq années (37 %) contre 17 % qui envisagent tous les dix ans et 11 % qui accepteraient des rechargements annuels (1 %) ou bi annuels (10 %). Un cinquième seulement des usagers interrogés ont déclaré accepter de participer au financement de ces opérations tandis qu’ils sont autant à être indécis. Ces résultats sont comparables à ceux observés dans l’enquête Beachmed qui portait aussi sur la gestion de l’érosion [Rey-Valette et al., 2007]. En effet lors de cette enquête en 2007 les deux-tiers des enquêtés (67 %) estimaient que le financement devait rester public. Par contre lors de l’enquête MISEEVA orientée vers l’adaptation à la submersion due au changement climatique qui intervient à un horizon de fait plus éloigné, on observe une plus grande proportion (56 %) d’usagers enclins à participer au financement [Rey-Valette et Rulleau, 2010]. De façon à ne pas alourdir l’enquête, l’éventail des modalités pratiques de participation au financement n’a pas été exploré dans le cadre de ces enquêtes. Il ressort de la littérature que l’acceptabilité de cette participation financière est très liée à la confiance et à la légitimité des dispositifs institutionnels chargés de ces opérations [Myatt et al., 2003].

19L’opinion des usagers quant aux effets positifs des rechargements (tableau 8) montre un fort intérêt pour l’agrandissement physique des plages (44 %), notamment à des fins d’usage individuel (24 % des enquêtés). Les autres aspects relatifs à une amélioration du paysage, à une plus grande tranquillité ou pour faciliter les usages collectifs ne concernent que 27 % des réponses. On est donc dans une perception plutôt utilitariste du rechargement des plages, tournée vers le bien-être individuel. Plus de la moitié des enquêtés (60 %) n’envisagent aucun effet négatif et, lorsque ceux-ci sont cités, il s’agit des risque de pollution (13 %), du caractère grossier du sable (9 %) et de la moindre proximité par rapport à la voiture (6 %). Tandis que seulement un tiers des enquêtés évoque la possibilité d’effets sur l’environnement, ils sont largement majoritaires (82 %) à penser que les rechargements sont bénéfiques pour l’économie touristique. Les propriétés du sable apporté auxquelles les enquêtés sont sensibles concernent la propreté du sable (26 %), l’absence d’effet sur l’environnement (20 %) et la taille des grains (14 %). Près des deux tiers des usagers souhaitent une traçabilité de l’origine du sable apporté.

Tableau 8. Perception des types d’effets positifs des opérations de rechargement

Motif évoqué en 1° choix

Total des deux choix

Effectifs

 %

Effectifs

 %

Arguments en faveur de la taille liés à un usage individuel de la plage

La plage est plus grande

102

32 %

131

20 %

On est moins serré sur la plage

54

17 %

74

12 %

On a plus de place pour s’installer

39

12 %

73

12 %

Arguments en faveur d’une amélioration du cadre et du paysage

On a l’impression d’être plus loin de la route

11

4 %

18

3 %

On se sent plus tranquille

12

4 %

37

6 %

Elle ressemble à une plage naturelle

23

7 %

59

9 %

Arguments liés à un usage collectif de la plage

On peut jouer au ballon ou aux raquettes sans déranger les autres

4

1 %

16

2 %

Autres arguments

On a pied plus longtemps

9

3 %

43

7 %

Autres

8

3 %

9

1 %

Aucun effet

50

16 %

50

8 %

Non réponse

6

2 %

126

20 %

Total

318

100 %

636

100 %

Source : Enquête Coastance 2011 [Rey-Valette et Fraysse, 2011]. Quels sont pour vous les effets du rechargement au niveau du bien être sur la plage ? Question fermée avec deux choix possibles à ordonner.

Conclusion

20Les perceptions par rapport à l’usage des plages et aux méthodes de gestion font apparaître quelques paradoxes. Par certains aspects les usagers sont sensibles à des propriétés qui renvoient à la recherche inconsciente d’un espace naturel paradisiaque… mais ils sont aussi attachés à la proximité et à l’accès qui relèvent de la facilité de consommation d’un service récréatif ! Il existe un attachement à certaines plages qui tend à créer des situations que l’on peut assimiler à une sorte de marché captif. Les usagers sont assez peu conscients des enjeux de la vulnérabilité des plages à l’érosion et préfèrent les constructions dures qui, comme nous l’avons noté, sont plus rassurantes. Ils sont notamment très attachés à la présence des épis qui sont totalement intégrés à leurs usages de la plage. On observe que les nouveaux principes de recul stratégique, paraissent être mieux acceptés. Néanmoins, il convient de souligner ici que seulement 4 % des usagers enquêtés sont des résidents des communes littorales, tandis qu’il s’agit pour 42 % d’excursionnistes et pour 54 % de touristes. Or nous avons pu montrer par ailleurs que les résidents locaux sont en général beaucoup moins favorables au recul [Rey-Valette et al., 2012]. Les différentes méthodes de gestion de la vulnérabilité des plages ont des impacts déterminants et différenciés sur l’aménagement des territoires littoraux. Il s’agit en effet de concilier la gestion des risques d’érosion, voire de submersion, et le développement ou la pérennité des aménagements touristiques, dans le cadre de politiques de gestion intégrée qui se veulent de plus en plus concertées [Meur-Férec et al., 2008]. La prise en compte des perceptions que les populations ont de ces risques et des types de méthodes de gestion permet d’adapter les politiques et d’accroître leur acceptation, et par là, leur efficacité. Ce type de connaissances est indispensable pour identifier les besoins d’apprentissages collectifs et moduler les politiques territoriales.

21Si les politiques de rechargement restent des mesures transitoires dont on a pu montrer qu’elles avaient aussi des limites, l’accroissement des processus d’érosion qui conduit à multiplier ces pratiques nécessite de rationaliser l’usage des sédiments qui servent à ces rechargements. Ainsi le département de l’Hérault au travers du projet COASTANCE a-t-il œuvré pour l’élaboration d’un plan de gestion des sédiments à l’échelle du golfe du Lion, qui constitue un outil technique au service de l’aménagement du littoral. Il permet à la fois d’établir un bilan des ressources et des besoins, mais surtout de proposer des recommandations pour améliorer et coordonner la mise en œuvre locale des opérations de rechargement. L’accent est mis sur le rôle central de la communication autour de ces opérations et le besoin d’une structure de gouvernance adaptée pour porter le processus à l’échelle locale. Soulignons que la multiplication de ces opérations dans un contexte de réduction des financements publics pose la question de leur financement futur. En effet les coûts de maintien des plages ont été évalués par Vanroye et Auffret (2010) à 12 millions d’euros par an pour les années à venir. Ces enjeux sont d’autant plus importants que la durée de vie des rechargements, comme on l’a vu, peut être très variable selon les sites et que les usagers ne semblent spontanément pas prêts à participer fiscalement à ces opérations. Il convient donc à moyen terme de réfléchir aux questions éthiques que pose la définition des assiettes de prélèvement et parallèlement étudier les solidarités territoriales qui peuvent exister entre les différentes populations (usagers et non usagers, touristes et résidents, communes littorales et communes rétro-littorales….), voire avec les génération futures autour de la problématique de la gestion du trait de côte [Cooper et Mc Kenna, 2008].

Haut de page

Bibliographie

BOUDOURESQUE C.-F., BERNARD G., BONHOMME P., CHARBONNEL E., DIVIACCO G., MEINESZ A., PERGENT G., PERGENT-MARTINI C., RUITTON S., TUNESI L. (2006), Préservation et conservation des herbiers à Posidonia oceanica, RAMOGE pub, 202 p.

CERTAIN R. (2002), Morphodynamique d’une côte sableuse micro-tidale à barres : le golfe du Lion (Languedoc-Rousillon), Thèse, Université de Perpignan, France, 189 p.

CERTAIN R., TESSIER B., BARUSSEAU J.-P., COURP T., PAUC H. (2005), Sedimentary balance and sand stock availability along a littoral system. The case of the Western Gulf of Lions littoral prism (France) investigated by high resolution seismic, Marine and Petroleum Geology, vol. 22, pp. 889-900.

CHAUVETIÈRE N. (2001), Stations du littoral : qui vient en été ? Groupement de la Statistique Publique en Région Languedoc-Roussillon. Dossier le Littoral, pp. 41-44.

Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) (2011), Environnement littoral et marin. Service de l’Observation et des statistiques, Coll. références, (mai), 164 p.

Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres (CELRL), (2006), La plage un milieu vivant, Plaquette de présentation. 3 p.

CORBIN A. (1988), Le territoire du Vide, l’Occident et le désir de rivage 1750-1840. Flammarion Éd., Paris, 407 p.

COUSIN A. (2011) Propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de la défense contre la mer, partagée entre l'État et les collectivités territoriales. Rapport pour le Gouvernement, Paris. 60 p.

DEBOUDT P., BELLAN-SANTINI D., DAUVIN J.-C., MEUR-FÉREC C., POUILLE X. (2002), « Définition et perception de l’espace littoral : perceptions du public sur l’espace littoral », in J.-C. Dauvin (ccord.), Gestion intégrée des zones côtières : outils et perspectives pour la préservation du patrimoine naturel, Patrimoines naturels, 57, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), pp. 47-53.

FRAYSSE N. (2011), Prospection et mise en place d’une méthode de gestion des sédiments. Rapport Coastance, Composante 4, Département de l’Hérault, (juin). Rapport de recherche BRLi, 47 p.

FAYSSINET D. (2002), L’évolution du trait de côte, Groupement de la Statistique Publique en Région Languedoc-Roussillon. Dossier le Littoral, pp. 57-59.

GREEN K. (2002), Beach Nourishment : a review of the biological and physical impacts. ASMFS, Atlantic States marine Fisheries Commission, Habitat Management Serie, 7, 174 p.

HÉNICHART L.M., VALETTE F., DELDICQUE M. (2009), Évaluation de la qualité des eaux de baignade. De l’approche des gestionnaires à la perception des usagers. Perceptions, Usages et enjeux économiques, Rapport projet Liteau MICROGRAM Modélisation des contaminations bactériennes d’origine fécale du golfe d’Aïgue-Mortes en vue d’une gestion de risques en temps réel. Rapport de recherche LAMETA Août 2009, 77 p.

KALAORA B, GRANIER M. (1995), L’évolution des aspirations sociales à propos du littoral et de sa protection. In Les Français et la protection du littoral, Les Cahiers du Conservatoire du Littoral, 4, pp. 52-61.

KASPERSON R.-E. (2003), « The social amplification of risk : Assessing fifteen years of research and theory », in N. Pidgeon, R.E. Kasperson, P. Slovic (eds.), The social amplification of risk. Cambridge, Sci. Cambridge University of Press. pp. 13-46.

KAUFMANN J.-C. (1998), Corps de femmes, regards d’hommes : sociologie des seins nus. Nathan Éd. Coll Pocket, Paris, 293 p.

KOUTRAKIS E.-T., SAPOUDINIS A., MARZETTI S., MARIN V., ROUSSEL S., MARTINO S., FABIANO M., PAOLI C., REY-VALETTE H., POVH D., MALVAREZ C.-G. (2012), ICZM and coastal defence perception from beach users : lessons from the Mediterranean coastal area, Ocean & Coastal Management, vol. 54, n° 11, pp 821-830.

KOUTRAKIS E.-T., SAPOUDINIS A., MARZETTI S., GIULIANI V., MARTINO S., FABIANO M., MARIN V., PAOLI C., ROCCATAGLIATA E., SALMONA P., REY-VALETTE H., ROUSSEL S., POVHD D., MALVÁREZ C.-G. (2010), Public stakeholders’ perception on ICZM, coastal erosion and coastal defence systems, Coastal Management, vol. 38, pp. 354-377.

LE BRETON D. (2012), Sociologie du risque, Paris, PUF, Coll. Que sais-je ?, 128 p.

MEINESZ A., JAVEL F., LONGEPIERRE S., deVAUGELAS J., GARCIA D. (2006), Inventaire et impact des aménagements gagnés sur le domaine marin – côtes méditerranéennes françaises, Laboratoire Ecomers, Université de Nice Sophia Antipolis, www.medam.org

MEUR-FÉREC C., DEBOUDT P., MOREL V. (2008), Coastal Risks in France : An Integrated Method for Evaluating Vulnerability, Journal of Coastal Research, vol. 24, Issue sp 2, pp. 178-189.

MEUR-FÉREC C. (2008), De la dynamique naturelle à la gestion intégrée de l’espace littoral : un itinéraire de géographe. Saint Denis, Edilivre, 250 p.

MEUR-FÉREC C., HOEDT M., DANES L. (2001), Fréquentation des sites naturels littoraux. Vers une meilleure connaissance du public : l’exemple de deux sites dunaires à l’Est de Dunkerque, Hommes et Terres du Nord, n° 2, pp. 81-89.

MIRAULT E. (2007), Les fonctions et enjeux socio-« économiques des écosystèmes récifaux : une approche géographique des valeurs de l’environnement appliquée à l’île de la Réunion, Thèse de Doctorat en géographie, Université Paris X Nanterre, 712 p.

Mission Interministérielle d’Aménagement du Littoral de la Région Languedoc-Roussillon (MIAL-LR) (2003), Orientations stratégiques pour la gestion de l’érosion en Languedoc-Roussillon, 24 p. + cartes.

MYATT LB., SRIMSHAW MD., LESTER JN. (2003), Public perceptions and attitude towards a forthcoming managed realignment scheme : Freiston Shore, Lincolnshire, UK., Ocean &Coastal management, vol. 46, pp. 565-582.

NICOETTI L., PAGANELLI D., GABELLINI M. (2006), Environmental aspects of relict sans dredging for beach nourishment : proposal for a monitoring protocol, Quaderno ICLARM n° 5, 155 p.

ODIT France, AFIT (2000), Fréquentation touristique des plages : études de clientèles. Rapport AFIT, 48 p.

PAYEN G. (2010), Saison d’été 2009 : 28 millions de nuitées dans l’ensemble des hébergements collectifs touristiques du Languedoc-Roussillon. Insee, Coll. Repères Chiffres pour l’économie du Languedoc-Roussillon, n° 5, (septembre), 10 p.

PERETTI-WATEL P. (2010), La société du risque, Paris, La Découverte Éd., coll. Repères (2e éd.), 126 p.

PILKEY OH. (1990), A Time to Look Back at Beach Nourishment. Editorial, Journal of Coastal Research, vol. 6, n° 1, pp. iii-vii.

PILKEY OH., LEONARD LA. (1990), Reply to : Houston Discussion of Pilkey (1990) and Leonard et al. (1990), Journal of Coastal Research, vol. 6, n° 4, pp. 1047-1057.

PILKEY OH., LEONARD LA. (1991), Reply to : Houston (1991) JCR ; Re-Discussion of Pilkey and Leonard (JCR 1990) and Houston (JCR 1990), Journal of Coastal Research, vol. 7, n° 3, pp. 879-894.

REY-VALETTE H., FRAYSSE N. (2011), Perception des opérations de rechargement des plages du Golfe d’Aigues Mortes. Rapport Coastance Département de l’Hérault. Composante 4 Élaboration d’un plan de gestion des sédiments, Rapport de recherche LAMETA, 36 p.

REY-VALETTE H, RULLEAU B. (2010), Perception des risques de submersion et des politiques d’adaptation par les usagers récréatifs des plages. Rapport de recherche LAMETA, (juin), 29 p.

REY-VALETTE H., ROUSSEL S. HENICHART L.-M., PI ALPERIN M.-N., DURAND G. (2007), Évaluation de la politique de gestion du littoral relative à l’érosion et aux inondations côtières en Languedoc-Roussillon : perceptions, usages, enjeux économiques directs et valeurs des plages. Rapport Final phase C Programme Européen Interreg Beachmed-e, Rapport de recherche LAMETA, 70 p.

REY-VALETTE H, RULLEAU B., MEUR-FÉREC C., FLANQUART H., HELLEQUIN A.-P., SOURISSEAU E. (2012), Les plages du littoral languedocien face au risque de submersion : définir des politiques de gestion tenant compte de la perception des usagers. Géographie, Économie, Société, vol. 14, pp. 369-391.

REY-VALETTE H., CARBONNEL P., ROUSSEL S., RICHARD A. (2006), L’apport de la GIZC à la gestion de l’érosion : Intérêt et exemple en Méditerranée française. VertigO, la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 7, n° 3, 12 p.

RIEUCAU J. (1992), « Le Languedoc, le Roussillon et la mer à la fin du XX° siècle », in J. Rieucau et G. Cholvy (éds), Le Languedoc, le Roussillon et la mer. Des Origines à la fin du XXe siècle, Paris, Sci. L’Harmattan, pp. 15-18.

ROCA E., VALLÈS C.-D., VILLARES M. (2007), Public perception for evaluating beach quality in urban and semi-natural environments, Ocean & Coastal Management, vol. 51, pp. 314-329.

RULLEAU B. (2008), Services récréatifs en milieu naturel littoral et évaluation économique multi-attributs de la demande, Thèse de Doctorat en Économie, Université Montesquieu-Bordeaux IV, 307 p. + annexes.

SHIVLANI MP., LETSON D., THEIS M. (2003), Visitor Preferences for Public Beach Amenities and Beach Restoration in South Florida, Coastal Management, vol. 31, n° 4, pp. 367-385.

SPEYBROEK J., BONTE D., COURTENS W., GHESKIERE T., MAELFAIT JP., MATHYS M., PROVOOST S., SABBE K., STIENEN EWM., VAN LANCKER V., VINCX M., DEGRAER S. (2006), Beach nourishment : An ecologically sound coastal defence alternative ? A review, Aquatic Conservation : Marine and Freshwater Systems, vol. 16, pp. 419-435.

TVERSKY A., KAHNEMAN D. (1974), The Framing of Decisions and the Psychology of Choice, Science, vol. 211, pp. 453-458.

URBAIN J.-D. (1994), Sur la plage, Petite Bibliothèque Payot, 375 p.

VANROYE C., AUFFRET C. (2010), Coût de la protection côtière en Languedoc-Roussillon : quelle rentabilité ? Communication aux journées Impacts du Changement climatique sur les risques côtiers, BRGM Orléans, 15 -16 novembre, pp. 97-100.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution des aménagements construits sur le domaine marin en Languedoc-Roussillon (terre-pleins, ports, épis, endigages, appontements)
Crédits Source : d’après Meinesz et al., 2006.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2 : Présentation de la zone d’enquête
Crédits Source : L. David, Laboratoire Géolittomer, Brest.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 3 : Comparaison des méthodes de gestion des plages préférées selon les enquêtes
Crédits Sources : INSD, 1979, 1989, 2000, 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Rey-Valette, Nicolas Fraysse, Alexandre Richard et Philippe Carbonnel, « Perception des plages et des politiques de rechargement : réflexions à partir du cas du golfe d’Aigues Mortes (Hérault/Gard) », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 177-192.

Référence électronique

Hélène Rey-Valette, Nicolas Fraysse, Alexandre Richard et Philippe Carbonnel, « Perception des plages et des politiques de rechargement : réflexions à partir du cas du golfe d’Aigues Mortes (Hérault/Gard) », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/5451 ; DOI : 10.4000/eps.5451

Haut de page

Auteurs

Hélène Rey-Valette

Économiste
LAMETA Université Montpellier 1
Montpellier
helene.rey-valette@univ-montp1.fr

Nicolas Fraysse

Directeur de projets portuaires et littoraux BRLingénierie Nîmes
nicolas.fraysse@brl.fr

Alexandre Richard

Géographe, Conseil Général de l’Héraut
Montpellier
arichard@cg34.fr

Philippe Carbonnel

Ingénieur principal Chef du Service Gestion de l'eau sur Piémont Biterrois et Cites maritimes
(Lagunes et Littoral)
Conseil Général de l’Héraut
Montpellier
pcarbonnel@cg34.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org