Navigation – Plan du site
Articles

Un territoire littoral dans l’espace politique, économique et religieux du Sénégal

Le cas de la baie de Ouakam (Dakar)
A Coastal Territory in the Political, Economical and Religious Area of Senegal. The Case of Ouakam Bay (Dakar)
Isabelle Sidibé
p. 159-176

Résumés

Les zones littorales, qui regroupent une part de plus en plus importante des populations, sont soumises à la fois aux changements environnementaux globaux et à l’accroissement des pressions anthropiques régionales et locales. Ces facteurs induisent des modifications complexes et souvent mal comprises de leur fonctionnement. L’adaptation des populations sénégalaises aux effets érosifs de la dérive littorale, à la raréfaction des ressources halieutiques, aux pollutions domestiques et industrielles, relève d’une histoire déjà longue de concurrences d’usages entre pêcheries, besoins résidentiels et récréatifs. Espaces d’enjeux fonciers, économico-touristiques, religieux, halieutiques, les littoraux de la ville de Dakar répondent à des logiques d’intérêt, d’évitements mais aussi de composition et de conflits, tous déterminants pour une mise en forme politique du débat écologique sénégalais. Le cas de la baie de Ouakam, où des personnes aux activités et intérêts divers se croisent sur un territoire restreint, nous permettra de mettre en évidence la marginalisation de certains usagers des sphères de décision. Nous tenterons ensuite d’analyser le rapport entretenu tant par les nouvelles structures que par les usagers, au principe de responsabilité dans cette gestion environnementale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1S’intéresser aux problématiques environnementales invite à un dépassement du clivage traditionnel Nord/Sud : en effet, les différentes formes de gestion de l’environnement semblent s’uniformiser répondant à des normes de plus en plus standardisées. Les organisations internationales diffusent largement les modèles de gouvernance environnementale, de participation et de concertation des usagers, mécanismes qui veulent contribuer à responsabiliser les acteurs sociaux. L’approche que nous proposons de présenter s'appuie sur une étude empirique des pratiques et des représentations sociales de l'ensemble des acteurs (usagers, résidents, pêcheurs, touristes, experts, autorités, etc.) agissant et interagissant au Sénégal sur les espaces côtiers.

  • 1 Citons le cas du déversement des eaux usées sur la plage de Cambérène, non loin du mausolée des Lay (...)

2Au Sénégal, la moitié de la population est désormais côtière et les régions littorales comme Mbour, Dakar ou Saint-Louis enregistrent des croissances de l’ordre de 5 à 6 %, qui s’expliquent en partie par la richesse naturelle d’écosystèmes terrestres et aquatiques de la bordure maritime parmi les plus productifs du monde. La pression sans cesse accrue que font subir les activités humaines au littoral menace sa durabilité ainsi que celle du développement économique et social qu’il a autorisé jusqu’ici. D’autre part, 95 % des Sénégalais sont musulmans, et les pratiques de l’Islam composent avec des pratiques plus anciennes de cultes des génies et des ancêtres qui trouvent sur le littoral dakarois une expression privilégiée. Les confréries musulmanes sont autant de formes de religiosité qui cohabitent avec des minorités animistes ou chrétiennes, imprègnent à leur manière la relation des hommes à leur milieu. Ainsi presque tout le trait de côte dakarois (et certainement national) catalyse de vieilles luttes identitaires (voire ethnico-religieuses1) et patrimoniales.

3Au regard de l'injonction, mondialisée, à la bonne gestion intégrée des zones côtières, le cas du littoral d’Ouakam attire toute notre attention car l’aménagement de son littoral témoigne largement des pressions économiques et foncières qui s’exercent sur les terres du Domaine Public Maritime (DPM). Parmi les dix-neuf communes d’arrondissement de Dakar dont onze ont une bordure littorale, Ouakam concentre sur sa côte de façon significative les investissements symboliques de pouvoirs religieux et politiques.

  • 2 D’un auteur à l’autre, on passe du terme coutumier à celui de néo-coutumier pour qualifier un pouvo (...)
  • 3 Nous remercions ici Tarik Dahou pour sa relecture et ses précieux conseils.

4Nous chercherons à dégager les caractères et les enjeux des négociations entre : les nouvelles structures de gestion de l’environnement ; des autorités religieuses musulmanes très influentes ; des autorités coutumières2 au pouvoir aujourd’hui relativement symbolique ; des usagers du littoral dakarois, aux pratiques souvent concurrentielles. Ainsi notre principale interrogation porte sur le rapport entretenu tant par les nouvelles structures que par les usagers au principe de responsabilité dans cette gestion environnementale3 Pour parvenir à y répondre, nous tentons de comprendre les nouvelles relations entre globalisation et politiques locales ancrées dans des lieux de traditions.

5Afin de mieux traiter l’interaction existant entre nature et société, nous avons choisi de baser notre méthodologie d’enquête sur le concept de système socio-écologique. Ce concept nous permet de considérer les systèmes sociaux (humains) et les systèmes écologiques (biophysique) comme étant en interaction mutuelle. Les méthodes d’enquête utilisées sont héritées d’une approche anthropologique de l’objet d’étude et reposent sur différents outils : l'entretien, l'observation, l'organisation de focus-group, la récolte et l'analyse de sources primaires ainsi qu'un travail de captation visuelle (photo/vidéo).

6Si le littoral dakarois attire plus particulièrement notre attention, c’est que sa « nouvelle » gestion active un sentiment de dépossession chez certains acteurs lébous qui revendiquent un « droit d’usage » en leur qualité de primo-occupants (nous reviendrons sur la légitimité de cette revendication). Depuis la fin de la colonisation (1960), puis la décentralisation (1996) et de façon accélérée depuis l’alternance du gouvernement d’Abdoulaye Wade (2000), la gestion du littoral a été synonyme d’appropriation et de course à l’occupation de l’espace au mépris de la loi sur le DPM. Cependant depuis peu, les nouvelles structures dites de « gestion de l’environnement » (pouvoirs publics -centraux et municipaux- et organisations de protection de la nature) tentent de composer avec un jeu d’acteurs déjà éprouvé et cherchent pour cela des relais parmi les principaux acteurs du littoral pour se réclamer d’une « gestion concertée » de l’espace.

7Ces recompositions répondent à des normes imposées par les instances supranationales et les bailleurs de fonds. 20 ans après le premier Sommet de la Terre à Rio, au Sénégal comme un peu partout dans le monde la notion de développement soutenable est intégrée à l’agenda politique international. Certaines normes ont été réaffirmées à l’occasion du Sommet de Johannesbourg en 2002 – et d’autres s'y sont ajoutées -, mettant l’accent sur la nécessité d’associer tous les « porteurs d’enjeux » [Dahou et Weigel, 2005] et semblant définir ce qui est ou n’est pas acceptable concernant les « biens communs » dans les pays en développement.

1. La presqu’île du Cap-Vert : entre héritage lébou et legs coloniaux

8La presqu’île du Cap-Vert marque la frontière entre la Grande-Côte (vers la Mauritanie) et la Petite-Côte (en direction de la Gambie). Les deux collines volcaniques des Mamelles, situées dans l’arrondissement d'Ouakam, en constituent le point culminant à 105 mètres (sur l’une, le phare, construit en 1864, sur l’autre, le Monument de la Renaissance Africaine). Elle s’étend depuis sa pointe ouest jusqu’à environ 60 km dans les terres, où elle est limitée par la falaise de Thiès. Á cette limite, la distance entre la côte nord et sud est d’une cinquantaine de kilomètres alors qu’à l’isthme elle ne dépasse pas 4,6 km.

Carte 1 : Carte de la presqu'île du Cap-Vert : le pays lébou.

Carte 1 : Carte de la presqu'île du Cap-Vert : le pays lébou.

Source : I. Sidibé, novembre 2012.

  • 4 Un Ndeye-Ji-Réew, mère du pays, pour toute la communauté léboue de Dakar (sorte de Ministre de l’In (...)

9Les anciens villages lébous situés en bordure littorale formaient et forment toujours un espace inter-villageois - désormais devenu un espace « inter-quartiers ». En effet, on observe encore aujourd'hui des rapports multi-localités très étroits notamment entre les trois anciens villages du Tank (pied en wolof) que sont Yoff, Ngor et Ouakam - nos principales zones d'enquête. Cet espace lébou s’organise au niveau des institutions coutumières et autour de fortes relations de parenté mais aussi de relations sociales, partageant un même système politique fondé sur l'autorité de chefs de villages, de chefs religieux et de notables4 Ces anciens villages lébous, reconnaissables à leurs ruelles très étroites, se trouvent aujourd’hui pris dans le tissu urbain continu de la métropole dakaroise.

10La ville de Dakar est fondée officiellement par le français Pinet-Laprade en 1857. Toute la presqu'île est alors gérée par l'organisation politique léboue : un pouvoir traditionnel coutumier que les colons ont très tôt assimilé, du fait de son fonctionnement atypique dans cette région, à une « République léboue » [Verdat, 1949], parfois augmentée du qualificatif théocratique ou gérontocratique. Une nomenclature nouvelle et exogène à la culture locale, celle de République, vient donc marquer et imprégner durablement l'identité de cette collectivité : on note dans le discours des Lébous la prégnance d'un statut particulier, voire exceptionnel, de régulation politique.

11« On oublie que la Collectivité léboue était une République bien avant la France. On oublie qu'elle était démocratique, ouverte au monde et généreuse... Alors, il est temps de se souvenir, pour ne plus oublier. Cet enracinement dans nos valeurs traditionnelles sera pour nous comme une digue protectrice contre les méfaits de la mondialisation et nous permettra de mieux nous ouvrir aux valeurs du monde moderne. Car un peuple a besoin de mémoire pour ne pas se perdre, tout comme il a aussi besoin de fêtes pour marquer le temps et se réjouir », extrait d'entretien avec Abdou Khadre Gaye, président de l'Entente des Mouvements Associatifs pour le Développement (Emad).

1.1. Migration des Lébous et attachement à l'espace côtier

12Dès leur arrivée sur cette terre au début du 15ème siècle, les Lébous font un pacte avec les génies protecteurs des lieux et négocient ainsi la possibilité de leur cohabitation [Sylla, 1992]. Quant aux origines des Lébous avant leur installation sur ce Cabo Verde que les Portugais ont découvert en 1445, l'histoire se fait mythe, nous le verrons.

13Ce qui est sûr c'est que plusieurs familles d'origines ethniques diverses quittent l’Empire du Djolof et s’établissent progressivement sur la presqu’île du Cap-Vert où ils trouvent déjà installés des Socés qui, à la fin du 15ème siècle, se retirent en Gambie après une bataille sanglante. La suzeraineté de cette région est alors revendiquée par le nouveau Royaume du Cayor (qui a succédé à la chute du Royaume du Djolof). Le groupe nouvellement installé au Cap-Vert qui forme donc la collectivité des Lébous se battra durant trois siècles contre le régime du Damel du Cayor. La majorité des femmes usagères du littoral, plongeuses ou mareyeuses, organisées en GIE ou indépendantes, léboues ou non, n'ont pu dater l'arrivée des Lébous sur la presqu'île. « Mon mari sait cela », me disent-elles.

  • 5 Différentes thèses qu'on retrouve synthétisées in [Balandier et Mercier, 1952]
  • 6 Zone géographique du nord-ouest du Sénégal constituée de dunes et de dépressions propices aux cultu (...)

14De nombreux scientifiques s’accordent à penser que cette communauté serait une branche de l’ethnie Sérère, pour certains même le fruit d’un métissage entre Sérères et Wolofs et qu'elle viendrait du Fouta Toroo à l’intérieur du pays, près du Fleuve Sénégal ; d'autres comme Cheikh Anta Diop lui confèrent une origine libyenne (du désert libyque dont ils auraient émigré il y a 7000 ans, se divisant par la suite5). « Les Lébous ne constituent pas un groupe ethnique homogène ayant émigré d'un seul coup vers la presqu'île, venant d'un seul endroit. Il s'agit d'une migration par petits groupes, échelonnée sur plusieurs décades, de familles appartenant à toutes les ethnies du Sénégal, et venant d'un peu partout » [Thiam, 1970], chaque composante nouvelle apportant une partie de sa culture à l'édification du groupe. Ces familles se sont dispersées en plusieurs villages le long du littoral sénégalais depuis Saint-Louis jusqu’à la région de Mbour sur la Petite-Côte, et de façon plus dense sur la presqu’île du Cap-Vert et la zone de Rufisque. Elles y pratiquaient la pêche maritime et l’agriculture maraîchère dans les zones de Niayes6. N'étant ainsi pas défini comme un groupe ethnique, peut-on cependant parler chez les Lébous d’un peuple « originel » dont l’identité territoriale, spatiale, serait le dénominateur commun ?

  • 7 « [238e] Ce gouvernement, nous le devons à l'égalité de notre origine. Les autres pays sont composé (...)

15Selon Platon, c’est « l’égalité dans l’origine », l’isogonie [Platon, De l'oraison funèbre, Ménéxène] qui fonde la démocratie. Cette égalité dans l’origine, c’est l’autochtonie7 Le mythe grec de l’autochtonie (chthonios, qui est sous terre) illustre bien le processus de construction d'une identité collective : Héphaistos, dieu souterrain, reçoit Athéna dans sa forge, il se prend d'amour pour elle, la déesse échappe à son étreinte, mais, dans la lutte, la semence du dieu se répand sur le sol. Ainsi fécondée, la terre produit un enfant, Erichthonios, que la déesse confie aux filles d’un roi de l’Attique. Il deviendra l’un des premiers rois d’Athènes. Á l'image des Grecs qui puisent leurs origines dans le mythe, tous les peuples semblent fabriquer ou manipuler ainsi des preuves, pour justifier leur autorité sur le sol en tant que primo-occupants. Dans l'enquête ethnographique menée sur les villages des pêcheurs lébous du Cap-Vert [Balandier et Mercier, 1952], on trouve trois exemples de « légendes léboues » qui assoient leurs origines dans une relation des hommes aux poissons, ou aux sirènes. Cette référence mythique aujourd'hui quasi disparue des discours (on me parle ni de sirène ni de poisson en entretien, mais d'un lien à la mer de par la pêche) constituerait pourtant une preuve de leur attachement ancien à cet espace marin et côtier.

16Tous les Lébous interrogés, hommes et femmes, m'expliquent que leurs ancêtres en arrivant sur la presqu'île y ont trouvé des génies. Pour pouvoir vivre en paix sur cette terre déjà occupée, les Lébous ont pactisé avec eux. Les offrandes (lait caillé ou mil versés, sacrifice animal) se font soit dans l'espace public généralement en bord de mer, soit dans l'espace privé (une chambre est réservée aux rab dans la maison). Les Lébous assoient leur particularité identitaire sur cet enracinement territorial.

17De manière générale, tous les peuples autochtones cherchent « à contrôler la représentation de leur culture donnée par les anthropologues, les musées et les médias » [Glowczewski et Henry, 2007] ; mais si le débat sur les peuples autochtones/indigènes, importé d'Amérique latine, a pris de l'ampleur dans les institutions onusiennes à partir des années 1990, on ne peut pas dire qu'il y ait à Dakar de revendications autochtones au sein des revendications foncières. Á la différence des mouvements autochtones politisés qui se greffent aux questions autochtones au niveau international, la question de l'autochtonie léboue telle que nous l'observons aujourd'hui semble se cantonner à une sphère purement historique ; ainsi la collectivité en cherchant des moyens pour préserver son patrimoine constitué pour l'essentiel de contes, de danses, de connaissances cosmogoniques, d'identification de sites sacrés et de plantes médicinales, de chants et de savoirs-locaux liés à l'espace côtier, réifie cette relation territoriale de primo-occupant.

1.2. Á Dakar, l'administration coloniale mise en difficulté par les revendications foncières indigènes

  • 8 Voir à ce sujet les ouvrages de [Seck, 1970] et [Verdat, 1949].

18L’Indépendance de la presqu’île face au Cayor est reconnue par le Damel Amary Ndella Coumba en 1790. Un traité de paix est signé et Thierno Diop dit Dial Diop, est élu premier Seriñ Ndakaaru des Lébous. Cette indépendance est difficilement reconnue par l'administration coloniale qui a signé des accords avec le Damel sur la propriété des terres de sa région et se voit donc freinée dans la seconde moitié du 19ème siècle dans sa colonisation de la Presqu'île. L’implantation effective des organes de colonisation est plus difficile à Dakar que nulle part ailleurs en Afrique noire8 Les indigènes lébous considèrent que leurs droits coutumiers ne peuvent être contestés même au regard du droit français. Aussi l’administration coloniale ne pouvant recourir à une simple confiscation pour installer ses organes politiques, s’emploie-t-elle à contester ces droits fonciers coutumiers et surtout le caractère de la propriété privée des terres léboues. Alors que le Damel est le seul propriétaire des terres dans son royaume, sur la presqu’île du Cap-Vert, les terres appartiennent à l’ensemble de la communauté léboue qui distribue aux familles des lots dont elles deviennent seules propriétaires au sens moderne du terme (terres privatisées). Les autorités politiques léboues n’ont aucun droit sur ces terres. Dans ces conditions, la substitution de l’autorité française à celle des chefs locaux ne peut juridiquement changer le statut des terres familiales, et l'administration coloniale est réduite à marchander le rachat des terres collectives.

19En 1889 une commission présidée par le Conseiller à la Cour d’Appel, Chambaud, chargée de déterminer la situation des terres à Dakar et d’indiquer celles qui peuvent revenir à l’État, est créée [Sarr, 1980]. Désormais, les terres qui ne sont munies d’aucun titre régulier c'est-à-dire de titre foncier au nom du propriétaire mentionnant la superficie du terrain, reviennent à l’État français et ainsi le Conseil d’État colonial décrète que les seuls tribunaux jugeront désormais de l’attribution des terres restées sans titres, sans demander donc l’avis du Conseil Général du Sénégal. Concernant les terres qui appartiennent à la Collectivité léboue, l’Administration coloniale attend le début du 20ème siècle pour entamer des pourparlers avec les notables lébous, qui aboutissent à la signature d’une Convention en 1905 : la majorité de ces terres est remise à la colonie soit contre compensations, soit par voie d’expropriation. Des contestations émergent car les notables signataires ne représentent qu’une faible partie de la collectivité qui se scinde alors en deux clans. Les décrets sur l’immatriculation des terres qui suivent (1906 puis 1932) ne sont pas défavorables aux Lébous, dans la mesure où des droits coutumiers incontestables peuvent être transformés en titres fonciers définitifs de propriété au titre de la collectivité. La loi de 1955 instituant un livret foncier officialise la reconnaissance des droits coutumiers et, de ce fait, bien que comportant quelques restrictions concernant les transactions, les Lébous peuvent demander à la collectivité des lots de terres appartenant à la collectivité pour ensuite acquérir dessus des titres individuels et ainsi revendre à titre personnel ces terres, voire spéculer sur leur terrain.

  • 9 Exode du Prophète Mahomet de La Mecque vers Médine en 622.

20C'est ainsi que la ville coloniale se construit sur les hauteurs du Plateau dès la fin du 19ème siècle autour du port qui s’agrandit et devient très vite un haut lieu du commerce d’Afrique de l’Ouest. Siège du gouvernement général de l’AOF en 1905, Dakar est bâtie au début du 20ème siècle par une main-d’œuvre venue des campagnes sénégalaises, toutes ethnies confondues. Logée dans des baraques en bois au Plateau, elle est très vite expulsée en périphérie suite à l’épidémie de peste de 1914, créant le quartier dit « La Médina » (en souvenir de l’Hégire9). La capitale s'étale : dans la première moitié du 20ème siècle elle se développe surtout autour et derrière les quartiers du Plateau et de Hann puis progressivement vient englober tous les villages lébous pour finalement faire se rejoindre, depuis les années 1980, les villes de Dakar et de Rufisque par une continuité de banlieues. La presqu'île s'est entièrement urbanisée en un siècle.

21Durant cette période coloniale, le littoral dakarois (en dehors de la zone portuaire) ne semble pas représenter pour les colons comme pour les dignitaires lébous un enjeu particulier au regard des autres terrains constructibles de la presqu'île. Sur le plan politique, c’est le service de l’océanographie et des pêches maritimes qui est alors chargé des questions relatives à sa gestion.

1.3. Droit foncier et dynamiques d'autochtonisation

22Bien avant la colonisation française dans la plupart des sociétés sénégambiennes (Diola, Wolof, Sérère, Peul) le lamane accomplissait un rite agraire pour connaître la réponse des génies à la demande de l'installation humaine. Progressivement, son rôle s'est étendu pour devenir éminemment politique, et la perspective essentielle du lamanat fut le contrôle de l'espace. Jusqu’à la période coloniale incluse, les terres de la Presqu’île appartenaient en grande majorité aux Lébous. Ils pouvaient les vendre à titre personnel, aucun titre foncier n’étant alors mis en vigueur. Avec l'Indépendance du Sénégal en 1960 le développement national voulu par l'État anéantit cette fonction de lamane : il incorpore la majorité des terres dans le domaine national, ravissant alors les fonctions de maître du sol pour « les adapter aux nécessités du développement national » Seck, 1994. Le « bon usage du sol » (destiné à contribuer au développement national) doit remplacer les offrandes traditionnelles pour la garantie des droits de l'occupant. Ceux de la communauté se trouvent donc réalisés dans un cadre plus moderne : la Nation.

23Depuis l’introduction de la loi du 17 juin 1964 instituant le Domaine National, le territoire sénégalais est soumis à trois régimes fonciers différents : le domaine public naturel, le domaine privé, et le domaine national. Ce dernier comprend toutes les terres non classées dans le domaine public et non immatriculées à la date d’entrée en vigueur de la loi relative au domaine national. En d’autres termes les terres que la collectivité léboue n’avait pas enregistrées étaient d’office considérées comme propriété de l’État. E. Le Roy a beaucoup travaillé sur la question de l'appropriation et la régulation foncière en Afrique et au Sénégal. Concernant la loi sur le Domaine National il écrit [Le Bris et al.,] 1991 qu'une réforme a été initiée en 1959 au sein d'un comité interministériel animé par le ministère des Finances et devait « ne rien coûter au budget de l'État » ; en d'autres termes, cette réforme (promulguée en 1964) organise une nationalisation des terres sans expropriation, donc sans indemnisation.

  • 10 Actuel Ndeye Ji Réew des Lébous, 82 ans (voir note 4).

24On peut ainsi penser que sous l'autorité coloniale les droits coutumiers de l'ancienne « République léboue », bien que subordonnés, étaient alors davantage pris en compte qu’à l'Indépendance où le Sénégal a constitué un droit contraignant géré par le pouvoir central, et non un droit flexible. Mais le Sénégal reste ambigu face au traitement ethnique ou autochtone du droit foncier. La reconnaissance du droit coutumier reposerait sur l'acceptation par le droit d’un lien matériel et moral entre une communauté humaine et une terre, et impliquerait un dualisme juridique qui vaut reconnaissance, de manière réelle et non plus virtuelle, de la minorité autochtone. Le jeune État sénégalais a fait tout le contraire, instaurant une loi unique pour une Nation indivisible, essayant ainsi ni de gommer les injustices historiques ni de composer avec cet écart de cultures juridiques foncières. Pourtant, on a longtemps pu observer une entente tacite entre membres du gouvernement et chefs coutumiers. Ainsi sous les régimes de L.S. Senghor et A. Diouf, selon Alioune Diagne Mbor10 « aucun député ni ministre n’osait vendre le littoral sans s’assurer que les pouvoirs coutumiers ne donnaient leur accord, titre foncier ou pas ». Pourquoi l'arrivée au pouvoir en 2000 du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) a-t-elle ainsi marqué une rupture dans la concertation entre pouvoir central et autorités coutumières, renforçant dans un mouvement inverse les relations entre pouvoir central et confréries musulmanes ? Sans tenter de répondre ici à cette vaste question, notons que cette relation entre l'État et les marabouts, qui n'a cessé de se renforcer depuis les années 1980 traverse en réalité toutes les couches de la société sénégalaise [Seck, 2010].

25En milieu lébou fortement islamisé depuis un siècle, il n’y a pas disparition mais assimilation du culte traditionnel lébou par l’Islam, et naissance d'un syncrétisme. Le Saraxu Ndakaaru est une fête annuelle qui consacre la perpétuation du pacte originel avec les génies tutélaires, par des prières et des offrandes s'étalant sur une semaine. Après avoir égorgé les bêtes sur la plage et laissé le sang se répandre en mer, une pirogue se rend sur les sites où résident les génies pour leur porter leur part. Ces journées sont rythmées par des prières musulmanes, l'Imam Ratib de la Grande Mosquée de Dakar assurant aux côtés des chefs coutumiers lébous l'encadrement des festivités. Il est intéressant de remarquer que les dépenses liées à ces journées de prières sont financées par la Collectivité léboue grâce aux ressources tirées de biens immobiliers communs qu'elle loue. On constate ici que le régime foncier précolonial de gestion commune des terres a perduré jusqu'à ce jour et que certains sites (très peu, certes) sont encore « propriété de la collectivité » et n'ont pas été versés dans le Domaine National. Il s'agit d'immeubles par exemple construits sur des terrains appartenant à la collectivité et dont les loyers reviennent au groupe. Chaque Pénc (assemblée traditionnelle) dispose d'un compte bancaire « collectif ». Ce point est essentiel car toute l'organisation politique de cette « République léboue » repose sur cette question foncière : c'est cette gestion collective des biens qui fonde une appropriation particulière des espaces terrestres et maritimes.

2. le littoral de Dakar aujourd'hui : quelle valorisation ?

2.1. La gestion de l'environnement aux mains de l'État et des privés

26Si, dans les années 1960, la dimension environnementale occupe une place presque invisible dans les préoccupations des autorités publiques sénégalaises, l’évolution internationale en matière d’environnement (notamment avec la mise en place des conventions sur la désertification, la biodiversité et les changements climatiques) amène le gouvernement à s’y intéresser. Ainsi, à la suite des réformes de décentralisation on assiste à une reformulation de la gouvernance urbaine selon laquelle les municipalités plus que l’état doivent prendre en charge des programmes de protection de l’environnement en partenariat avec le secteur privé et le tiers-secteur.

27La régionalisation est consolidée en 1996. Elle porte sur trois points : l’introduction du contrôle de légalité a posteriori, le transfert de certaines compétences partagées aux collectivités locales (comme l’environnement et la gestion des ressources naturelles), et la création de collectivités locales à l’échelon régional. Pressé par les bailleurs l’État sénégalais transfère bien malgré lui des compétences aux collectivités locales. Le Sénégal est présent au Sommet de la Terre de 1992 et ratifie la Convention des Nations unies sur la Diversité Biologique en 1994 (mise en vigueur en 1995) : on assiste alors à l'entrée du référentiel « environnement » dans les programmes d'actions et ce à toutes les échelles du politique. En termes de décentralisation de la gestion foncière, le processus initié n’a pas permis l’application effective des principes et orientations de la loi sur le domaine national. Des obstacles socio-culturels, économiques, structurels et politiques ont altéré les actions des instances exécutives et décisionnelles des collectivités locales en matière de gestion foncière. Comme pour les autres compétences transférées, il n’y a pas eu de transfert de moyens, ni même de pouvoir réel11.

28Dans un contexte de non évolution du droit littoral et maritime - toujours régi par l'ancienne Loi sur le Domaine National de 1964, on assiste cependant à une multiplication de programmes, gouvernementaux ou non. Ce cadre juridique et institutionnel de gestion foncière en zone rurale comme en zone urbaine est en inadéquation avec les besoins des différents acteurs ce qui débouche sur des pratiques locales bien éloignées des textes en vigueur.

29L'ambiguïté du Code de l’Environnement de 1983 a eu des conséquences importantes dans l’élaboration et l’application des politiques environnementales de 1983 à 2001. Ainsi, la loi de 1983 ne réglementait que certains aspects de l’environnement (le domaine marin et côtier n'en faisant pas partie) et était cependant complétée par les autres textes intervenants dans des secteurs spécifiques (forêt, chasse, urbanisme, aménagement du territoire, etc.). On peut se demander qui est responsable, aujourd'hui, de la mise en œuvre de ces décrets ? Des organes et commissions interviennent à différents échelons de l’administration d’État et des services décentralisés (collectivités locales, entreprises publiques, etc.), comme le Conseil national de l’urbanisme et de l’environnement, le Conseil supérieur de la chasse et de la protection de la faune, le Conseil supérieur des ressources naturelles et de l’Environnement, etc. Des instruments de planification sont adoptés, comme par exemple le Plan national d’actions pour l’environnement ou la Stratégie nationale de développement durable.

  • 12 Se référer aux textes de Lois suivants : 96-06 du 22 mars 1996 portant Code des Collectivités Local (...)

30Ainsi le programme de gestion de la biodiversité marine et côtière qui avait été soumis par le Réseau de Planification Côtière à la Banque mondiale (BM) et appuyé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), début 2001, est le fruit d'orientations prises communément par le gouvernement du Sénégal et la BM. Progressivement, un cadre logique fédérateur pour ce programme de gestion intégrée des ressources marines et côtières, alliant la conservation de la biodiversité et la pêche, se met en œuvre (en 2002) au sein du Programme de Gestion Intégrée des Ressources Marines et Côtières (GIRMaC). Quatre zones pilotes sont alors définies sur le littoral sénégalais avec entre autres objectifs de renforcer les capacités des pêcheurs et des plongeurs, pour une « pêcherie durable ». Si l’on s’en tient à la décision de transférer certaines compétences environnementales aux collectivités locales dans le souci de « responsabiliser les populations locales à la gestion des ressources naturelles locales12 » et dans le but de concrétiser le principe démocratique dans le domaine de la protection de l’environnement, l’État à travers ses directions ministérielles ne devrait pas avoir aujourd’hui les pleins pouvoirs dans la formulation et la mise en œuvre des politiques, plans et stratégies de gestion de l’environnement. Mais comme nous le verrons à la lumière du cas d'Ouakam, ni les municipalités ni les pêcheurs-plongeurs ne semblent associés aux prises de décisions.

2.2. Occupation anarchique et usages concurrentiels du littoral

31Le littoral de la ville de Dakar a bénéficié d'aménagements urbains dès l'époque coloniale. Avec la promotion esthétique du paysage côtier, se sont construits, le long de la corniche ouest, l'université, les grands hôtels, les nouveaux quartiers chics de Fann et Mermoz, puis ceux des Almadies. Sur la corniche Est, longeant le Plateau et continuant vers Hann, alternent d’anciens quartiers résidentiels bourgeois et européens et des entreprises et usines en tous genres. L’aménagement massif, visible depuis la mer par un bétonnage récent et continu, exerce une pression qui est plus particulièrement sensible dans deux secteurs cartographiables : le littoral de Ngor à Fenêtre Mermoz (pression qui commence vers les années 1980) ; celui autour de la baie de Hann (pression antérieure aux années 1980).

32Dès les années 1970, la bande côtière de la ville de Dakar est progressivement devenue le théâtre de conflits d'appropriation entre personnes privés (souvent riches et proches du pouvoir en place) et usagers. Elle a été investie symboliquement par des pratiques nouvelles qui ont imité les pratiques européennes d’investissement du littoral : les Sénégalais (toutes classes confondues) ont commencé à y développer des pratiques de loisirs. Les infrastructures modernes qui se sont démultipliées depuis vingt ans ont transformé le paysage du rivage et sont apparues comme un facteur perturbateur de l’environnement. Aujourd'hui sur le littoral dakarois les activités économiques se partagent entre le secteur primaire (pêche côtière et transformation artisanale du poisson, qui engendrent toutes deux des problèmes du ressort, a priori, des politiques publiques quant à l’aménagement des quais de pêche) et le secteur tertiaire (tourisme et concentration hôtelière). Depuis la décentralisation l’État sénégalais délègue à la ville les travaux d’embellissement urbain littoral (plantation de palmiers par exemple) et de nettoyage des plages.

  • 13 Extrait d’entretien avec Alassane Samba, ex-directeur du Centre de Recherche Océanographique Dakar- (...)

33Avec l’accession au pouvoir du président Abdoulaye Wade en 2000, la grande majorité des terres littorales de la corniche Ouest (de la Pointe des Almadies au Cap Manuel) ont été « confisquées par l’État13 », dans le cadre de la réalisation de ses grands travaux d’infrastructure, et par des privés (à qui l’État cède ou vend les terres) soit pour l’édification de logements « pieds dans l’eau », soit pour l’exploitation indue ou autorisée d’une activité économique. Cette situation est favorisée par la dispersion relativement récente des instruments de gestion du domaine maritime où interviennent concurremment le ministère chargé de l’Urbanisme, celui chargé de l’Environnement, celui chargé du Tourisme, les services déconcentrés et les collectivités locales.

  • 14 Notons l'adoption en 2003 par l'UNESCO de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel i (...)

34Le paysage littoral urbain de Dakar mêle ce qu’il est convenu d’appeler tradition et modernité, tant au niveau des pratiques qu’on y rencontre que des constructions, des patrimoines matériels (édifices religieux) et immatériels14 (territoire sacré de vie des génies tutélaires). Ainsi à Ouakam, sur la plage des Mamelles qui est à seul usage récréatif, Pape Diop, Lébou ouakamois sénateur et proche du président sortant, a construit un bâtiment colossal malgré l’interdit, jusqu’ici jamais bravé, du génie local, Mam, qui ne tolère aucune cohabitation nocturne. Faisant fi des traditions, ce riche personnage politique a construit puis loué des locaux à l'Office International des Migrations – de façon significative, la majorité des usagers de ce littoral se représentent ce bâtiment comme un hôtel. Les plagistes expliquent qu'au début des travaux, le génie manifestait son mécontentement en coupant le courant, claquant des portes, bref, en faisant tout ce qui peut effrayer un mortel...

  • 15 Grotte mystique où Seydina Limamou Laye, fondateur de cette confrérie et cinquième monarque après l (...)

35Sur tout le trait de côte de la capitale (et au-delà), de nombreux usages souvent concurrentiels se côtoient : on ne peut faire de sport ou se mettre en maillot sur la portion de plage qui jouxte le mausolée Layenne de Yoff ; à Ouakam, les pêcheurs acceptent les sportifs mais selon nos observations ils ne leur réservent qu’un petit bout d'espace ; les Layennes en pèlerinage à Ngor15 tolèrent mal la promiscuité avec la petite plage à usage récréatif, dite « Lieu de Prière », sur laquelle ils déversent régulièrement, aux dires des plagistes qui l’entretiennent, des déchets ou des gravats. Faute de place, les territoires littoraux dakarois sont devenus le théâtre de conflits d'appropriation de l'espace entre : pêcheurs, exploitants de plage, mareyeuses, promoteurs immobiliers, aubergistes et restaurateurs, qui investissent ces plages depuis plusieurs décennies, et les pouvoirs publics et institutions de protection de la nature.

Photo 1. Photo de la plage d’Ouakam. Exemple de juxtaposition de pratiques littorales (sport, pêche, religion, nouvelle construction résidentielle)

Photo 1. Photo de la plage d’Ouakam. Exemple de juxtaposition de pratiques littorales (sport, pêche, religion, nouvelle construction résidentielle)

Source : I. Sidibé, avril 2012.

  • 16 « Cette statue recycle le panafricanisme d’un vétéran octogénaire du modernisme. Monument dressé au (...)

36En 2009, A. Wade récupère à titre quasi privé le sommet vierge de la seconde colline pour y construire le Monument de la Renaissance africaine inauguré à la veille du cinquantenaire de l'Indépendance du pays (le 3 avril 2010) et qui fait l'objet de controverses énormes [De Jong et Foucher, 2010] ; Sur le plan économique pour le gaspillage d'argent qu'il représente, sur le plan esthétique, le style stalinien développé par des architectes roumains et nord-coréens, enfin sur le plan environnementaliste et symbolique pour le choix de son emplacement : territoire des génies lébous, terres appartenant à des familles léboues et depuis 1976 classées DPM. Les pêcheurs disent que le président aurait versé 3 millions de FCFA à la collectivité léboue en dédommagement (rumeur confirmée par l’administrateur du Monument, ex-Ambassadeur du Sénégal en Malaisie) et que des bœufs auraient été sacrifiés pour que les génies tolèrent cette présence humaine en leur territoire. Mais aujourd'hui, à la suite d'un conflit d'autorité, il y a deux chefs de village à Ouakam et le dédommagement promis par l’État est bloqué, les deux camps revendiquant l'enveloppe. Les Ouakamois n'ont donc rien perçu. Ce « fétiche néocolonial16 » auquel les Sénégalais sont invités à croire (le président a organisé des réunions d'explication auprès des intellectuels et des médias) n'est autre qu'une infrastructure comme une autre visant à montrer au monde combien l'État a fait pour le développement du pays, après les deux rudes décennies années d'ajustement structurel.

37C’est contre ce type d’aménagements prétendant valoriser le territoire sur tout le trait de côte que, depuis plusieurs années, des associations de protection de l’environnement comme SOS Littoral, l’Association pour le Protection des Almadies, le Parcours Sportif de la Corniche ou l'Association des Volontaires de l'Environnement, manifestent régulièrement. Elles réclament un aménagement des zones côtières en espaces publics ainsi que la destruction de certains complexes ou résidences privées construites en dehors de la loi sur le Domaine National. Sur la baie d’Ouakam, tous les yeux sont rivés sur une zone encore en friche appelée « espace 888 ». Le cabinet du célèbre architecte sénégalais Pierre Goudiaby Atepa, conseiller d’A.Wade et désormais président d’honneur de la Plateforme des associations de protection du littoral, brandit son projet de jardin public quand les pêcheurs ouakamois, eux, préféreraient y voir construire une station essence pour leurs pirogues et une usine de transformation du poisson, ou encore un stade pour les jeunes. Nous assistons ici à des contradictions de représentations locales et à l'affrontement de registres de légitimation : qui du GIE de pêche (soutenu par les autorités coutumières), ou de l'ONG environnementaliste (proche des bailleurs et des intellectuels), gagnera cette bataille de gestion de l'espace et manipulera au mieux les différentes normes ?

  • 17 « Chaque société locale peut être considérée comme une arène socio-politique, dans laquelle différe (...)

38Selon nous, l'arrivée des nouveaux gestionnaires a reconfiguré les modes de gouvernances locales17 du littoral. Des arènes politiques et sociales hétérogènes apparaissent : nous avons ici en mémoire une réunion à laquelle nous avions assisté en mars 2011, la rétrocession du quai de pêche de Ouakam. Le sous-préfet de l'arrondissement des Almadies, en uniforme, modère une réunion qui a lieu dans les locaux du Comité Local des Pêches. Les pêcheurs sont presque tous présents, la séance s'ouvre avec une prière (musulmane) de bénédiction, et le maire de la Commune de Ouakam signe l'accord de cession de la gestion du quai de débarquement au président du GIE (organe créé récemment et venue concurrencer les actions du CLP). Cette réunion est officieusement présidée par le grand Jaraaf (chef coutumier, chef de village) de Ouakam venu en tenue traditionnelle. Pourtant destitué de tout pouvoir décisionnel, le chef coutumier par sa simple présence peut apparaître comme celui dont l'accord est nécessaire pour valider l'action. Cette reconfiguration de la gestion traditionnelle de l'ancien territoire lébou place la coutume dans une position symbolique voire folklorique. Cette rétrocession permettra aux bailleurs de fonds qui travaillent sur cette baie de concrétiser leurs partenariats avec l'échelle « locale » dans un cadre officiel, sans avoir à passer par la Commune.

3. Vers une gouvernance littorale plurielle : Ouakam, un microcosme où logiques d'appropriation territoriale locale et représentations spatiales diverses s'enchevêtrent, favorisant la fabrique de nouveaux espaces et identités

  • 18 Rappelons-nous la mort d'un pêcheur de Soumbedioune, travaillant dans une zone interdite, tué par u (...)

39Les plages dédiées à la pêche piroguière restent publiques mais la pression liée à la conservation de la nature, voire à la patrimonialisation de certaines zones marines et côtières, est telle que le littoral dakarois devient le siège de divers conflits entre usages et préservation18. La question d’une bonne gouvernance se pose à toutes les échelles de la gestion littorale mais les outils d’évaluation semblent manquer.

40L’exemple d’Ouakam illustre l’idée selon laquelle la multiplicité des organes chargés des tâches de police en matière de gouvernance environnementale conduit à « une confusion des rôles de production de normes et de police ». « Une telle confusion aboutit à la remise en question de la légitimité des deux sources principales de production de normes et à des conflits de normes récurrents » [Dahou et al., 2004]. Les deux sources principales de normes découlent des deux paradigmes de la gouvernance : celui d’une gouvernance d’autorité (où la décision publique prime) et celui d’une « confiance mutuelle » (qui met sur le devant de la scène les « porteurs d’enjeux », les stakeholders).

  • 19 Mouvement religieux (pas reconnu comme une confrérie mais davantage comme accueillant toutes les co (...)

41En 1998, à la suite des réformes de décentralisation a été créé à Ouakam un Comité Local des Pêches (CLP), chargé de gérer les rentrées d'argent et d’assurer la surveillance des pêches et du quai. Le Programme GIRMaC a fait de Ouakam une de ces zones pilotes dès 2003, nouant un partenariat avec les usagers du quai de pêche. Puis, en 2010, la municipalité locale a aidé à la création d’un Groupe Interprofessionnel Economique (GIE) des Pêches pour qu'il gère le quai de pêche. Aujourd'hui, les bénéfices des taxes sont divisés en trois parts, GIE, mairie, et CLP, ce dernier n'appréciant guère la création du GIE qui a divisé les tâches et les revenus. Sur la baie un chantier a débuté fin 2011 : une industrie de transformation de poissons et une station essence. Les pêcheurs sont contents, mais certains ignorent qui est le bailleur, privé ou public. D’autres affirment que tous étaient conviés aux réunions d’information sur les travaux qui s’inscrivent dans le cadre de la deuxième phase du programme GIRMaC. Parallèlement à ce chantier, des Naby-Allah19 les propriétaires de la mosquée de la Divinité (qu’on voit sur la photo de l'image 2 et qui a été édifiée en 1997 après de nombreux conflits avec les pêcheurs) auraient récemment obtenu, grâce au soutien de quelques politiciens et notables lébous, des terres avoisinant l’édifice pour y construire un Institut Islamique. Certains pêcheurs ouakamois refusaient ce projet (« pourquoi auraient-ils encore du terrain, quand nous on ne loge même pas ici, on doit remonter jusqu’au village pour s’entasser dans nos maisons ? ») mais il semblerait qu'il y ait finalement eu arrangement entre la mosquée, le CLP et les pouvoirs coutumiers.

42Au cœur du chantier, l’impression générale qui se dégage est un manque de communication. Le même pêcheur nous confie : « ça fait bizarre, on vient travailler un matin et tout est en train d’être détruit, sans qu’on s’y soit préparé. On ne se sent plus chez nous ». Nous sommes bien ici face à ce que T. Dahou nomme la difficile articulation entre deux types de gouvernance, d’autorité et de confiance mutuelle, dont le résultat est d'aboutir à une impasse. Il semble alors difficile, dans un pays où la loi sur le Littoral se fait toujours attendre, aux usagers comme aux bailleurs d'analyser la multiplicité des instances de régulation de l'appropriation de l'espace.

43Les nouveaux aménagements posent plusieurs questions : comment s’associent les structures et dynamiques dites de « gestion de l’environnement côtier » et les populations qui travaillent sur le littoral, dans la construction de cet espace géographique ? Peut-on véritablement parler à Ouakam de gestion concertée de l’espace ? Ce qu’il est convenu d’appeler la gouvernance urbaine, littorale ou paysagère, occulte en fait une série d’écarts faits à la norme. C’est un vocable assez abstrait, un discours « langue de bois » qui a très souvent pour effet la marginalisation des groupes censés être les premiers bénéficiaires de cette gouvernance. Au lieu de reconnaître la complexité des formes de gestion littorale (coutumière, religieuse, récréative, professionnelle), les experts définissent des bonnes pratiques. Cela se traduit par l'empilement de lieux de coordination et de formes (parfois contradictoires) de gestion de l'espace. Ce processus d'enchevêtrement de discours et de pratiques est certes propre à la mondialisation mais il ravive, chez les Lébous (déjà doublement spoliés pendant la période coloniale puis avec la LDN qui a ouvert la voix au clientélisme), un sentiment de dépossession à la fois de la gestion foncière de leur territoire et de leur patrimoine culturel matériel et immatériel.

44Á Dakar, on assiste à une nouvelle gestion du littoral en milieu urbain qui tenterait de composer avec le capital traditionnel des populations et les nombreuses formes de religiosité contemporaines. La multiplicité des opérateurs qui se confrontent dévoile une modernité faite d’incertitudes [Balandier, 1988]. Pourtant, les acteurs de la protection de l'environnement, malgré toute la communication déployée autour des bonnes pratiques, semblent aussi incapables que l'État de mettre sur pied des projets en réelle concertation. Les autorités coutumières léboues sont toujours conviées par les nouvelles structures développementistes à présider des réunions, mais tant leur présence que leur parole restent symboliques en termes de gestion. Les questions d’appropriation du foncier sont depuis longtemps passées dans d’autres mains.

45Les actions collectives et individuelles des populations installées sur le littoral fabriquent au quotidien un espace social, politique et culturel. De leurs interactions avec des actions rattachées, elles, à une vision plus globale du développement aux niveaux institutionnels et économiques méso comme macro, naît une forme spécifique, hétérogène de relation au littoral et une conception plurielle de l’environnement. À travers l'étude d'un faisceau de « pratiques ordinaires », nous prêtons une attention toute particulière au détail ethnographique comme porteur de sens. Il s'agit donc de lire la complexité des interactions entre tradition et modernité, qui toutes deux cohabitent dans un même espace et chez un même individu : le pêcheur lébou de Ngor par exemple regarde TV5 Monde et Canal +, connaît les scores d'un match Brésil-Hollande et les tenants et aboutissants de la crise grecque, nous explique que son village doit rester identique, reconnaît les avantages du GPS pour pêcher et se refuse à traiter avec la municipalité de son arrondissement quel que soit le litige, mais s'en réfère aux pouvoirs coutumiers et à sa justice en laquelle il a davantage confiance. En toute connaissance des normes environnementalistes produites à l'échelle internationale sur la gouvernance littorale, le pêcheur ngorois élabore un idéal de gestion de cet espace dans lequel il évolue au quotidien. Chez les Wolof, l'individu seul ne peut rien et n'est rien ; c'est dans la relation interindividuelle qu'il trouve son identité [Le Roy, 1986], qu'il construit à travers une pluralité de mondes, un ensemble de réseaux auxquels il appartient et parvient ainsi à inventer le quotidien par des ruses, tactiques et résistances cet « obscur entrelacs des conduites journalières » [De Certeau, 1980].

46Le syncrétisme (cette fusion, cette absorption qui peut tendre vers la confusion) pourrait caractériser les pratiques observées et les discours véhiculés en milieu lébou sur le littoral dakarois. L’identité empêche de penser la rencontre, appelle souvent à la violence et favorise l’exclusion. L’ethnologue François Laplantine nous fournit un outil pour repenser les concepts d’identité et de représentation dans le contexte sénégalais : « les énoncés de la pensée identitaire et représentationnelle sont des injonctions à la séparation, à l’idée qu’il puisse y avoir une autonomie, une autochtonie de l’individu, du groupe, de la société, comme si tout ne communiquait pas et ne cessait de se déplacer » [Laplantine, 11/1999]. Il propose alors le concept de métissage qui lui permet de « sortir d’une pensée monologique » : sur les traces de Fernando Pessoa, Laplantine tend « vers une pensée hétéronymique, c’est-à-dire méthodologiquement plurielle ».

47La structure sociale, politico-religieuse et économique de la collectivité léboue place d'emblée ce groupe minoritaire entre modernité et tradition. Sa place au sein de l'organisation urbaine de la métropole dakaroise permet de penser cette question du métissage : il semblerait que plus le pouvoir coutumier de la communauté léboue soit devenu symbolique et le secteur de la pêche piroguière investi par des ménages non lébous, plus la volonté de s’affirmer sur les scènes de gouvernance locale en brandissant des particularités linguistiques, culturelles ou cultuelles, ait augmenté et continué de croître. Identité léboue ou métissage, nous assistons à une dynamique de revalorisation de la culture léboue mue par un sentiment d’urgence à constituer un patrimoine, mouvement dont le porte-parole pourrait être Abdou Khadre Gaye qui projette de fonder un écomusée dynamique de la culture léboue. L’Emad a célèbré en juin 2012 la troisième édition du festival des Pénc (assemblées traditionnelles léboues), initiative cofinancée depuis trois ans par la Ville de Dakar et le Fonds Européen de Développement.

48Au cours de nos enquêtes, les échanges que nous créons tant auprès des acteurs lébous, que des usagers du littoral, des acteurs politiques locaux et des experts en entretien individuel comme en focus-group (regroupant les 4 catégories d'acteurs), nous amènent à constater un intérêt croissant chez les nouveaux gestionnaires de l'environnement pour les Lébous, qu'ils identifient comme les bénéficiaires privilégiés de leurs programmes en cours et à venir. Il semblerait que ces experts en développement contribuent à réifier le mythe d’une identité autochtone léboue pour construire et/ou justifier ainsi une action devant être portée par tel groupe d’individus, comme le laisse présager l’extrait suivant :

Encadré 1 : Extrait de l’allocution de Madeleine Sarr, de la Direction de l'Environnement et des Établissements Classés (Division Changement Climatique et Érosion Côtière). Atelier réflexif du 11 avril 2012, Dakar.

« Nous sommes ici face à un débat de concertation, et de partage. (…) On travaille actuellement à la Loi sur le Littoral. In fine, au ministère on souhaite arriver à un décret où tout le monde serait d'accord : le littoral, c'est comme ça qu'on le gère. Une dynamique globale. C'est ça notre rôle à la DEEC, ce que nous cherchons c'est coordonner l'ensemble des initiatives menées par l'État ou d'autres structures non gouvernementales, afin d'avoir quelque chose d'harmonisé, accepté par tous. (…) Nous cherchons réellement à créer cette unité de partage, de concertation, pour finaliser l'organisation de l'espace, mais ça ne se fera pas sans les parties prenantes parce que ce sont eux qui doivent donner leur accord et leur point de vue pour permettre l'applicabilité de ces options. (…) Les Lébous ont une relation avec la mer, connaissent la mer, ils ont ce qu'on appelle des connaissances endogènes, ils en connaissent parfois beaucoup plus même que les scientifiques car ils vivent la mer, et je souhaiterai qu’Isabelle (moi-même) arrive à travailler avec la communauté léboue pour nous faire comprendre comment ils sont organisés face à la mer. Comment depuis leur installation, ils vivent la mer. Et comment nous pouvons nous aussi les capitaliser ces savoirs, et voir comment les analyser pour les intégrer dans notre planification. »

Conclusion

49Nos interlocuteurs se définissant comme Lébous n’ont jamais placé la question identitaire sous le signe du devoir (de préserver) mais sous celui du droit (droit au sol, droit d’exploiter les ressources halieutiques, etc.). L’autochtonie n’est revendiquée que lorsqu’il s’agit de gestion territoriale au sens d’accès privilégié à la terre et aux ressources. Quand il s’agit de gestion environnementaliste (dégradation – à qui la faute ?, préservation – qui s’en charge ?), les enquêtés ne parlent plus de terres léboues mais du Domaine Public et renvoient au devoir qui incombe à tous les usagers, sans distinction communautaire ou ethnique. C’est le principe même de responsabilité [Salles, 2009] de toutes les couches de la population, sans distinction, un standard véhiculé par les instances supranationales et intégré à toutes les échelles de la gestion littorale à Dakar. Mais les mécanismes d’imputation de responsabilité par le haut ont leurs limites et semblent dans les faits peu effectifs. Les acteurs locaux se renvoient volontiers la faute (les mareyeurs accusent les plagistes, qui accusent les pêcheurs, qui dénoncent les municipalités, etc.). Ainsi les politiques environnementalistes de responsabilisation viendraient corriger les effets pervers des processus d’individualisation propres aux sociétés modernes [Corcuff et al., 2005].

50Est-ce parce que les dispositifs de concertation et de décision nécessaires à la mise en œuvre de ce mécanisme manqueraient au Sénégal, qu’on assisterait à un revirement de situation aujourd’hui ? Les experts cherchant un autre modèle et imputant la responsabilité non plus à la société dans son ensemble, mais au groupe « autochtone », instrumentalisant ainsi son origine ?

51Les responsables des programmes gouvernementaux (GIZC, GIRMaC) ou non (MACO de l'UICN) réunis dans un atelier réflexif en avril 2012 se sont demandé si, en donnant plus de poids au pouvoir coutumier lébou (tout symbolique qu'il soit) dans cette gouvernance littorale, la fabrique de l'espace serait davantage partagée, moins imposée, et tendrait vers un habiter plus respectueux des attentes de chacun. Nous sommes ici face à une problématique politique de cogestion d'un territoire : une communauté autochtone, endogène, serait donc plus légitime qu'une autre à gérer l'espace. Mais le problème que nous repérons ici réside dans le fait que cette autorité coutumière ne parvient plus à assurer la cohésion sociale du groupe, et les nombreux conflits au sein même de son organisation ne font que dissoudre davantage son pouvoir.

52Le dossier « Enjeux de l'autochtonie » (2008) de la revue Politique africaine met en exergue les liens existant entre les instances de l’autochtonie et les processus de naturalisation, de dépolitisation et re-politisation, qui opèrent dans les formes diverses de la gouvernementalité libérale. Ces instances « articulent, dans le cadre d’une logique biopolitique du gouvernement de la vie, des « populations » et des « appartenances » avec des « territoires » et des « ressources », suscitant des réponses et des résistances qui sont profondément imbriquées dans les processus de subjectivation politique liés à l’autochtonie » (p.6, A. Cutolo). Ainsi, toujours au Sénégal dans la Réserve de biosphère du delta du Saloum, invoquant la surexploitation des ressources halieutiques et « grâce à la promotion de l’autochtonie par le ONG », les originaires du Saloum ont obtenu « l'exclusivité sur l’accès aux espaces pour recouvrer un contrôle sur les populations migrantes en tentant de transformer leurs droits d’usage en droits territoriaux ». En Mauritanie, dans l'Aire marine protégée du Banc d'Arguin, les Imraguen appuyent leurs revendications d'accès privilégié à la ressource halieutique sur des légitimités historiques, avancées par les hiérarchies tribales anciennes, « réactivant des liens de sujétion et de clientélisme » [Dahou et Ould Cheikh, 2007]. Sur tout le continent africain on observe une concordance temporelle entre la montée en puissance de l'autochtonie dans la sphère du politique et le processus de démocratisation des régimes autoritaires. En Côte d'Ivoire par exemple, c'est avec la réhabilitation des élections que des question comme « qui peut se présenter ? », ou encore « qui peut voter ? » sont apparues, nourrissant alors le mythe de l'autochtonie chez les tenants de l'« ivoirité » [Bayart et al., 2001].

53De telles considérations n'émergent pas au niveau national dans le discours politique sénégalais, comme c'est le cas dans la région des Grands Lacs pour ne citer qu'elle. Toutefois, ce qui est semblable dans la relation entre autochtonie et politique sur l'ensemble du continent, réside en ce que le conflit entre autochtones et allogènes ait trait à des ressources sociales et économiques qui se raréfient depuis les années 1970, comme l'accès à la terre et aux ressources. Ce lien entre autochtonie et démocratie est renforcé par l'aliéanation des États africains à la tutelle de l'étranger et aux normes imposées par les bailleurs de fonds. Ainsi, toujours selon Bayart, le discours autochtoniste constituerait moins une réaction à la globalisation qu'un de ses effets, rappelant que le conflit autochtone/allogène s'inscrit également dans des expériences sociales et historiques, existentielles, qui en font « un conflit de subjectivation ». Mais si l'autochtonie s'apparente à des formes de violences extrêmes, elle peut également aboutir à d'autres possibles historiques, « compte tenu de la complexité des mouvements sociaux qu'elle met en jeu ou des mobilisations universalistes transethniques et transnationales avec lesquelles elle doit composer ». Il convient donc de rappeler ici, avec Karel Arnout, la flexibilité de l'autochtonie en tant qu'idéologie politique, et des concepts d'autochtone et d'allogène en tant qu'identités politiques. Nous avons souhaité présenter dans cet article la particularité du discours autochtoniste porté par la collectivité léboue de Dakar, discours au sein duquel la question du rapport entre gestion et appropriation foncière se rejoue.

54Dans l'espoir de dépasser cette approche identitaire voire ethnique qui dérange à Dakar, nous émettons une hypothèse liée au patrimoine, à la transmission et la sauvegarde d'une culture littorale. Nous nous demandons s’il serait envisageable, à partir d'une connaissance voire d'une remise en circulation même symbolique des modes d’habiter (l’espace littoral) lébous, de transmettre des valeurs environnementales partagées par tous. Le musée serait-il le lieu de cette éducation à un autre développement ? Un conservatoire du littoral ferait-il sens au Sénégal ? Ces questions commencent à émerger chez les acteurs de la nouvelle gouvernance littorale à Dakar, et il nous faudra suivre avec attention l’avancée de ces phénomènes de composition et d’imbrication de gestions socio-spatiales, complexes et souvent contradictoires. Cette interface qu’est le littoral apparaît comme la matérialisation spatiale du concept de tension métisse, d’oscillation constante entre des écosystèmes et des socio-systèmes en perpétuelle mutation - un territoire passerelle.

Haut de page

Bibliographie

ARNAUT K. (2008), Mouvement patriotique et construction de « l'autochtone » en Côte d'Ivoire, Afrique et développement, vol. 33, n° 3, pp. 1-20.

BALANDIER G. (1988), Le désordre : éloge du mouvement, Paris, Fayard, 252 p.

BALANDIER G. et MERCIER P. (1952), Les pêcheurs Lébou du Sénégal. Particularisme et évolution, Saint-Louis, Sénégal, Centre IFAN-Sénégal, Collection Études sénégalaises, n° 3, 216 p.

BAYART J.-F., GESCHIERE P., NYAMNJOH F. (2001), Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique, J’étais là avant ! Problématiques politiques de l’autochtonie, Critique internationale, n° 10, pp. 177-194.

BELLIER I. (2006), Identité globalisée, territoires contestés : les enjeux des peuples autochtones dans la constellation onusienne. Autrepart, 38, pp. 99-118.

CORCUFF P., ION J. et DE SINGLY F. (2005), Politiques de l’individualisme, Paris, La Discorde, 183 p.

DAHOU T. et WEIGEL J.-Y. (2005), La gouvernance environnementale au miroir des politiques publiques. Le cas des aires marines protégées ouest-africaines, Afrique contemporaine, n° 213, pp. 217-231.

DAHOU T. et OULD CHEIKH A.W. (2007), L'autochtonie dans les aires marines protégées, Politique africaine, n° 108, pp. 173-190.

DE CERTEAU M. (1980), L’invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire. Paris, Coll. 10/18, U.G.E., 374 p.

DE JONG F. et FOUCHER V. (2010) La tragédie du roi Abdoulaye ? Néomodernisation et renaissance africaine dans le Sénégal contemporain. Politique africaine, n° 118, pp. 187-204.

DUMEZ R. et KA M. (2000), Yoff, le territoire assiégé. Un village lébou dans la région de Dakar. Unesco, Paris, Dossiers régions et petites îles 7, 90 p.

GIDDENS A. (1994), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 192 p.

GLOWCZEWSKI B. et HENRY R. (dir.) (2007), Le défi indigène. Entre spectacle et politique. Éditions Aux lieux d'être, 362 p.

LAPLANTINE, F. (1999), Je, Nous et les Autres. Être humain au-delà des appartenances, Paris, Éditions Le Pommier, 156 p.

LAPLANTINE F. (1999), Le métissage, moment improbable d'une connaissance vibratoire. X-Alta, n° 2/3, Multiculturalisme., Propos recueillis à par Henri Vaugrand et Nathalie Vialaneix, pp. 35-48.

LE BRIS E., LE ROY E., MATHIEU P. (dir.), 1991, L'appropriation de la terre en Afrique noire. Manuel d'analyse, de décision et de gestion foncières. Paris, Karthala, 359 p.

LE ROY E., KARSENTY A., BERTRAND A. (dir.) (1996), La sécurisation foncière en Afrique. Pour une gestion viable des ressources renouvelables. Paris, Karthala, 388 p.

OLIVIER DE SARDAN J.-P. et BIERSCHENK T. (dir.) (1998), Les pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation. Paris, Karthala, 295 p.

PIAULT M.-H. (1986), L'intention anthropologique, Afrique plurielle, Afrique actuelle, Paris, Karthala, pp. 91-102.

PLATON, De l'oraison funèbre, Ménéxène, [238e-239a], autour de 387 avant J.-C.

SALLES D. (2009), Environnement, la gouvernance par la responsabilité ? Vertigo, Hors Série n° 6, pp. 1-7.

SARR D. (1980), La Cour d’Appel de l’A.O.F., Thèse d’État en Droit, Université Montpellier 1, 245 p.

SECK A. (1970), Dakar, métropole ouest-africaine, IFAN, 516 p.

SECK P.O. (1994), L'idée de nation en Afrique, Thèse de doctorat en droit public, Université de Nanterre La Défense, Paris 10.

SYLLA A. (1992), Le Peuple Lébou de la presqu'île du Cap-Vert, Dakar, Les Nouvelles Éditions africaines du Sénégal, 135 p.

THIAM M., Entretiens sur l'histoire des Lébou de la presqu'île du Cap-Vert. Traduit par Sylla, A., Dakar, 1970, 30 p.

VERDAT M. (1949), Histoire moderne du Cap-Vert, in La presqu’île du Cap-Vert, Études sénégalaises, IFAN, n° 1, 316 p.

ZEMPLENI A., RABAIN J. (1965), L'enfant nit-ku-bon : un tableau psychopathologique traditionnel chez les Wolof et les Lébu du Sénégal, Psychopathologie Africaine, I, Dakar, pp. 329-443.

Haut de page

Notes

1 Citons le cas du déversement des eaux usées sur la plage de Cambérène, non loin du mausolée des Layennes. Des membres influents de cette confrérie, organisés en comité, bloquent depuis les années 2000 le programme (porté par l’État et financé par un don de l'Union européenne) consistant à prolonger le conduit ; ils demandent le retrait total de l'émissaire « impure en cette terre sainte ». Ainsi depuis 12 ans, l'émissaire usé et trop étroit se déverse, non pas à 2 km en mer, mais sur la plage.

2 D’un auteur à l’autre, on passe du terme coutumier à celui de néo-coutumier pour qualifier un pouvoir local et/ou une autorité traditionnelle. Je choisis celui de coutumier, comme je parle de modernité et non de post-modernité, voulant m’éloigner au maximum de cette idée qu’il y aurait du premier et du second, de l’originel et du dérivé.

3 Nous remercions ici Tarik Dahou pour sa relecture et ses précieux conseils.

4 Un Ndeye-Ji-Réew, mère du pays, pour toute la communauté léboue de Dakar (sorte de Ministre de l’Intérieur) ; un Jaraaf par village (chef de village, par la suite responsable des Affaires domaniales et des finances de la collectivité pour son village) - il peut y avoir plusieurs Jaraafs si l’élection est contestée par une lignée ; de nombreux Saltigué, chefs de guerre (aujourd'hui, ce sont eux qui surveillent par exemple les travaux entrepris par la municipalité dans leur quartier) ; une assemblée de Freey, groupe de « jeunes » (hommes âgés de 50 ans environ) chargés du maintien de l’ordre et de l’exécution des décisons du Jambuur (l’assemblée des anciens, ou Conseil des Notables).

5 Différentes thèses qu'on retrouve synthétisées in [Balandier et Mercier, 1952]

6 Zone géographique du nord-ouest du Sénégal constituée de dunes et de dépressions propices aux cultures maraîchères.

7 « [238e] Ce gouvernement, nous le devons à l'égalité de notre origine. Les autres pays sont composés d'hommes d'espèce différente ; aussi l'inégalité des races se reproduit dans leurs gouvernements, despotiques ou oligarchiques. Là, les citoyens se divisent en esclaves et en maîtres. Pour nous et les nôtres, [239a] qui sommes frères, et nés d'une mère commune, nous ne croyons pas être ou les esclaves ou les maîtres les uns des autres. L'égalité d'origine entraîne naturellement celle de la loi, et nous porte à ne reconnaître entre nous d'autre supériorité que celle de la vertu et des lumières ».

8 Voir à ce sujet les ouvrages de [Seck, 1970] et [Verdat, 1949].

9 Exode du Prophète Mahomet de La Mecque vers Médine en 622.

10 Actuel Ndeye Ji Réew des Lébous, 82 ans (voir note 4).

11 Cf. Rapport de l'Atelier de l'IPAR, 2010, www.ipar.sn/IMG/pdf/Compte-rendu_atelier_foncier_IPAR.pdf

12 Se référer aux textes de Lois suivants : 96-06 du 22 mars 1996 portant Code des Collectivités Locales ; 96-07 du 22 mars 1996 portant transfert de compétences aux régions, aux communes et aux communautés rurales ; le décret 96-1118 du 27 décembre 1996 instituant un Conseil national de développement des Collectivités Locales ; le décret 96-1134 du 27 décembre 1996 portant application de la loi de transfert de compétences aux régions, aux communes et aux communautés rurales, en matière d’environnement et de gestion des ressources naturelles.

13 Extrait d’entretien avec Alassane Samba, ex-directeur du Centre de Recherche Océanographique Dakar-Thiaroye, mars 2011.

14 Notons l'adoption en 2003 par l'UNESCO de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, reconnaissant les pratiques sociales, traditions esthétiques, et différentes formes de savoir véhiculées par les communautés culturelles au titre de "patrimoine culturel vivant" à défendre face à la montée de la mondialisation.

15 Grotte mystique où Seydina Limamou Laye, fondateur de cette confrérie et cinquième monarque après les quatre qui l’ont précédé à être souverain du Monde, Prophète encore attendu de tous les autres musulmans, aurait séjourné 1 000 ans avant de naître parmi les Lébous.

16 « Cette statue recycle le panafricanisme d’un vétéran octogénaire du modernisme. Monument dressé aux dix années de pouvoir de Wade, la statue donne chair à la prétention de celui-ci à être le primus inter pares des gouvernants africains. Le Monument est un fétiche postcolonial par excellence – par une sorte de magie, il vise non seulement à marquer la transformation du continent, mais bien à susciter cette transformation, une transformation à sa mesure : colossale ». [De Jong et Foucher, 2010].

17 « Chaque société locale peut être considérée comme une arène socio-politique, dans laquelle différents « groupes stratégiques » sont en confrontation, coopération et négociation permanentes les uns par rapport aux autres. (…) Contradictions locales, au cours desquelles les nouvelles règles du jeu politique et les nouvelles structures décentralisées sont régulièrement ré-interprétées, transformées et même « détournées ». (…) C'est dans ces arènes locales que les logiques de l'État central, celles des fonctionnaires ou des salariés « affectés », celles des cadres et des « ressortissants » restés en ville, se confrontent avec les logiques des divers groupes d'acteurs (…) dans un enchevêtrement qui dessine les formes locales (et régionales) du politique. » [Olivier de Sardan et Bierschenk (dir.), 1998].

18 Rappelons-nous la mort d'un pêcheur de Soumbedioune, travaillant dans une zone interdite, tué par un éco-garde du parc National des Îles de la Madeleine, en juin 2010.

19 Mouvement religieux (pas reconnu comme une confrérie mais davantage comme accueillant toutes les confréries) né à Ouakam, son représentant est un Lébou très lié aux usagers de la baie de pêche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Carte de la presqu'île du Cap-Vert : le pays lébou.
Crédits Source : I. Sidibé, novembre 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 1. Photo de la plage d’Ouakam. Exemple de juxtaposition de pratiques littorales (sport, pêche, religion, nouvelle construction résidentielle)
Crédits Source : I. Sidibé, avril 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Sidibé, « Un territoire littoral dans l’espace politique, économique et religieux du Sénégal », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 159-176.

Référence électronique

Isabelle Sidibé, « Un territoire littoral dans l’espace politique, économique et religieux du Sénégal », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/5415 ; DOI : 10.4000/eps.5415

Haut de page

Auteur

Isabelle Sidibé

UMR 201 Développement et sociétés
Université Paris I – IRD
Institut d’Étude du Développement Économique et Social
Isabelle.Sidibe@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org