Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Philippe Deboudt et Louis Marrou
p. 3-7

Texte intégral

  • 1 Thumerelle P.-J. (1983), Présentation de la revue Espace Populations Sociétés, Espaces Populations (...)

1La revue Espace Populations Sociétés a été créée en 1983 pour promouvoir et publier des travaux sur les « rapports entre les phénomènes sociaux, démographiques et spatiaux, leurs imbrications et leur rétroaction réciproque dans l’espace-temps », tout en favorisant le dialogue entre les disciplines des sciences humaines et sociales (Thumerelle, 19831). En se référant à cette orientation éditoriale, les auteurs des textes rassemblés dans ce numéro analysent le littoral en tant que production sociale, ainsi que les rapports qui associent les populations (structures, dynamiques) et les sociétés littorales dans la construction de cet espace géographique.

2Les faits de nature et leur rôle dans la transformation des espaces littoraux sont aujourd’hui largement étudiés en relation avec un accroissement de la vulnérabilité aux aléas. Des travaux sur la mise en perspective d’un point de vue historique du peuplement des littoraux, sur les dynamiques démographiques des populations littorales, sur les modalités de leur insertion dans l’espace et leurs conséquences socio-spatiales (inégalité, ségrégation, justice) doivent aussi être développés.

3Á l’échelle mondiale, les littoraux représentent des espaces attractifs pour les populations ; cette littoralisation est associée à différentes configurations socio-spatiales marquées, en général, par des phénomènes de saturation, de déséquilibres, de pression, d’inégalités dans l’accès au territoire, de ségrégations sociales. Depuis une trentaine d’années, de nombreuses politiques publiques ont tenté de maîtriser ces évolutions. Aujourd’hui, l’aménagement des littoraux est confronté à une complexité grandissante en raison de tensions issues de la confrontation entre dynamiques environnementales (élévation du niveau moyen de la mer, destruction des écosystèmes, érosion des côtes…) et processus de développement des littoraux (littoralisation des hommes et des activités).

4En liaison avec ce contexte, les articles de ce numéro apportent un éclairage sur l’évolution des rapports entre les phénomènes démographiques, sociaux et spatiaux dans les espaces littoraux. Une revue est toujours la rencontre entre une attente, celle du lecteur attiré par un titre ou un court résumé, et la proposition offerte par les auteurs. Ce qui est au cœur de ce numéro, c’est bien sûr le littoral et bien souvent aussi le processus de littoralisation. Ce phénomène a quelque chose de fascinant par sa complexité et seuls certains aspects seront ici présentés. Cet espace est comme animé de dynamiques démographiques puissantes que l’on peut observer à des échelles différentes et sous des angles assez variés, comme par exemple la question des séniors. Derrière le vieillissement de la population ou de l’accès aux loisirs des personnes âgées se pose la question de l’appropriation de l’espace littoral. Si la question du foncier n’est qu’effleurée dans ce numéro, on sait l’importance qu’elle revêt pour ceux qui souhaitent s’installer durablement sur le littoral. C’est aussi un espace intensément fréquenté : par les touristes, mais aussi du fait des incessants mouvements liés à son rôle d’interface et de lieu de production de richesses. Par ailleurs, le littoral apparaît ainsi comme un espace étonnamment labile. Il est fait d’interstices, de recoins ou une autre vie semble possible, comme une sorte d’ailleurs à portée de main.

5Certaines choses, vous le découvrirez, sont dites en creux. Il apparaît bien à l’analyse que la question de la gouvernance du littoral est dans tous les esprits. Les choses sont en train de bouger et les acteurs semblent hésiter entre les logiques nationales, anciennes, ancrées dans des lois et des règlements, et de nouvelles formes de gestion de l’espace reposant sur des recommandations internationales, confirmées par des politiques et des expérimentations européennes pour le littoral français (gestion intégrée des zones côtières) et une forme de désengagement de l’Etat. Un nouvel équilibre est en train d’être trouvé. Les textes mêlant littoral, peuplement et environnement sont peu nombreux. Le littoral présenté dans ce numéro est incroyablement terrien, territorialisé. C’est sans doute normal puisqu’il est ici question de population, mais cela ne laisse pas de surprendre. Les prolongements en mer, vers le large, ne sont que très rarement évoqués. Les populations qui travaillent en mer et sur le littoral sont peu présentes. Pourtant, les populations ont de nombreuses pratiques maritimes ; la mer est support de mobilités et les habitations en zone littorale cherchent bien souvent à offrir de larges ouvertures sur l’étendue marine.

  • 2 Levy J. (2012), Quel espace pour le Postlithique ? Système productif et aménagement de l’espace, Te (...)
  • 3 De Rosnay J. (2012), Surfer la vie. Comment sur-vivre dans la société fluide, éd. Les liens qui lib (...)
  • 4 Lussault M. (2013), L'avènement du monde. Essai sur l'habitation humaine de la Terre, Le Seuil, Par (...)

6Il nous semble bon de remettre en situation ce numéro par rapport à nos attentes et donc, d’une certaine façon, par rapport à nos propres regards et représentations de géographes travaillant sur les questions littorales. Qu’observons-nous ? Premièrement que le rapport à la mer des sociétés occidentales, pour le moins, est en train de changer. Cette relation est moins archaïque comme l’a analysé Jacques Levy2 (2012) dans un texte récent où il montre comment, selon lui, l’homme est sorti de son rôle de « prédateur » des mers. En quelque sorte, nous sortons du Néolithique, puisque désormais l’aquaculture (à terre et en mer) est plus importante que le prélèvement par la seule pêche. Les pratiques de loisirs se sont développées, en particulier de nombreuses innovations dans les sports de glisse à la suite des pionniers du surf. Le rapport est plus sophistiqué. Deuxièmement, nous sommes entrés dans l’ère de la société fluide et la position d’interface des littoraux les mettent dans une position tout à fait singulière à l’époque de la mondialisation. Dans son ouvrage Surfer la vie3, Joël de Rosnay essaye de montrer, avec une certaine réussite, l’avènement d’une société de la fluidité en se servant de l’exemple du surfeur qui utilise la force de la vague, en dépit de son caractère chaotique et aléatoire, pour prendre un maximum de sensation (De Rosnay, 2012). La troisième observation que l’on peut faire porte sur la question de l’habiter4. Elle est en liaison avec les deux autres. Avec le pic de mobilité qui semble avoir été atteint dans le monde en 2008 et l’avènement de l’information instantanée, nos espaces de territorialisation et d’appartenance sont bouleversés et, là aussi, l’attractivité du littoral interroge (Lussault, 2013). La mondialisation est passée par là.

7Cet autre regard sur le littoral, le rôle de la mondialisation et des réseaux, l’attention que nous portons aux lieux sont aujourd’hui d’actualité, comme ils l’ont déjà été par le passé. Ce qui change, selon nous, c’est la combinaison des trois et leur intensité simultanée. La traduction en terme de recherche sur le lien entre populations et littoral peut se décliner alors en trois grands champs d’une acuité certaine :

8- Populations littorales et risques. Entre la fin des années 1990 et la première décennie du XXIe siècle, cette question a été centrale et au cœur des préoccupations de beaucoup. Elle reste bien sûr d’actualité mais un certain recul commence à être pris. Les travaux sur le changement climatique et la montée du niveau moyen de la mer, ceux sur la question des réfugiés climatiques sont désormais accompagnés de travaux sur la question des épisodes tempétueux dans le passé et la capacité d’adaptation des populations littorales. Il y a là un champ immense de réflexion qui se prête bien au travail pluridisciplinaire ;

  • Populations et peuplement littoral. Si des travaux ponctuels émergent de-ci de-là pour reconstituer la généalogie des peuplements littoraux, nous manquons encore d’envergure et de recul pour bénéficier d’une véritable vision du processus de peuplement littoral. Le peuplement insulaire offre un formidable laboratoire pour ceux qui ont eu la chance d’admirer les lignes de peuplement littorales ou rétro-littorales de nombreuses îles, espaces qui plus est parcourus par d’intenses mobilités migratoires ;

  • Le dernier champ de réflexion contemporain porteur d’avenir est bien sûr celui des populations littorales et des mobilités dans le contexte d’une société fluide. Il doit permettre de reprendre la réflexion sur les aménités, mâtinées et remises en perspective par les recherches sur les services rendus par les écosystèmes littoraux. Les perspectives sont immenses, comme le sont celles sur le statut des lieux et leurs déclinaisons, déterminés lorsque l’on analyse les populations présentes ou résidentes. Cela bouleverse bien des points de vue et rend ainsi la recherche incroyablement stimulante.

9Les douze articles que nous vous proposons répondent, chacun à leur manière, à certaines de ces interrogations. Ils abordent plusieurs facettes des questions soulevées par la mise en relation des populations et de l’espace littoral. On peut identifier quatre thèmes principaux. Le premier concerne la question du peuplement du littoral, des dynamiques socio-démographiques et de leurs configurations spatiales analysées à différentes échelles géographiques. Les quatre premiers articles relèvent de ce sujet et mobilisent différentes méthodologies et traitements statistiques pour produire des cartographies, des typologies ou développer une approche critique des sources statistiques. Les quatre articles suivants s’intéressent aux modes d’habiter l’espace littoral selon différentes approches : pour les articuler avec les mobilités, pour mettre en relation le vieillissement des populations littorales avec le genre, pour souligner les spécificités des formes d’occupation illégale et les conflits d’usages entre affirmations identitaires et nouvelles pratiques de gestion environnementale. Les quatre derniers articles ont en commun de relier les phénomènes socio-démographiques aux transformations de l’environnement littoral, associées notamment aux risques naturels, à partir de travaux sur la perception ou les représentations sociales des populations littorales concernant les lieux touristiques ou les pratiques de gestion de l’espace.

10Sophie Liziard aborde une question de peuplement à partir de l’analyse des dynamiques spatiales associées au processus de littoralisation de l’Arc Latin de 1960 à 2010, pour quatre bandes côtières d’une largeur de 10 km chacune. L’intérêt de la démonstration réside dans le croisement de temporalités et de configurations spatiales à des échelles infra régionales et locales pour analyser la répartition de la population sur le littoral méditerranéen, en Espagne, en France et en Italie. Les résultats présentés reposent sur une cartographie des Indicateurs Locaux d’Association Spatiale (LISA), qui révèle des processus de littoralisation complexes, avec une combinaison de dynamiques spatiales, de diffusion de la croissance de la population (le long du bord de mer et/ou vers l’intérieur des terres), d’atténuation ou de maintien du foyer initial de peuplement, de rupture et de reprise de la concentration littorale. Ces dynamiques montrent la diversité des configurations locales des territoires littoraux qui intègrent de manière différenciée les processus de littoralisation selon cinq types de profils.

11Line Chamseddine et Josselin Dupont questionnent la relation entre l’évolution des espaces urbanisés et les dynamiques démographiques sur le littoral breton entre 1975 et 2000, pour proposer une typologie de l’évolution des communes littorales en Bretagne. Les résultats présentés sont issus d’une part, de l’exploitation de statistiques sur l’occupation du sol dans les communes du littoral breton et d’autre part, de variables socio-démographiques à l’échelle communale. La réalisation de traitements statistiques (analyses multivariées) permet d’obtenir une typologie des communes littorales bretonnes pour illustrer les relations entre l’évolution des caractéristiques socio-démographiques des communes et la progression de l’urbanisation.

12Jean-François Ghékière et Vincent Houillon analysent le vieillissement démographique de l’ensemble des communes côtières de la France métropolitaine à partir de l’exploitation des statistiques de l’INSEE, de cartographies d’indicateurs et de typologies pour démontrer l’hétérogénéité socio spatiale de ce phénomène démographique.

13Á partir d’une analyse de la notion de population présente, Caroline Blondy, Luc Vacher et Didier Vye s’interrogent sur les manières de comptabilisation des populations littorales, les échelles à laquelle elles sont traitées et les objectifs de ces comptabilités. L’analyse s’appuie sur le département de la Charente Maritime, un des départements français les plus attractifs du point de vue du tourisme.

14Aurélien Gentil s’intéresse aux modes d’inscription spatio-temporels (ancrages temporaires, mobilités saisonnières) des pratiques déployées par les travailleurs saisonniers dans une station balnéaire de la côte landaise. Il s’appuie sur un travail de terrain mobilisant une démarche ethnographique associant une observation directe participante, la réalisation d’entretiens et d’enquêtes par questionnaires. Il s’agit d’identifier différents modes d’habiter l’espace de travail et de sociabilité.

15Anne Cadoret et Valérie Lavaud-Letilleul dévoilent la « face cachée » de l’urbanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon à partir d’une étude analytique de l’habitat illégal. Les auteurs analysent l’articulation entre les formes d’occupation de l’espace en lien avec des modes d’habitat illégal (cabanes), les représentations, les pratiques des populations et les positionnements des acteurs publics. La recherche s’appuie sur les divers rapports liés à la Mission Racine, des relevés de terrain cartographiés et des entretiens. L'article a pour but de mettre en évidence les modes d'occupation littorale en précisant ses spécificités. Il utilise pour cela une grille de lecture des profils d'occupation illicite, qui met en évidence les traitements différenciés mais aussi les formes de marginalisation que subissent certaines populations.

16L’article de Mathilde Bigo, Raymonde Séchet et Sandrine Depeau s’inscrit dans les recherches développées sur le genre et les relations entre les phénomènes socio-démographiques et les rapports spatiaux de sexe. Les auteurs proposent un éclairage sur la dimension sexuée du vieillissement, notamment sous l’angle des relations aux espaces. Après une présentation du vieillissement de la population des littoraux en Bretagne, des spécificités des stations balnéaires et des promenades de bords de mer, les auteurs livrent les premiers résultats d'un travail de terrain réalisé sur les promenades de bord de mer des femmes âgées à Dinard (Ille-et-Vilaine) et Larmor-Plage (Morbihan). Les pratiques et les représentations de ces bords de mer (le rapport au lieu) sont des moyens pour les individus (ici les femmes âgées) de lutter contre l’exclusion et l’isolement social.

17Isabelle Sidibé propose une étude monographique issue d’un travail de terrain (observations, entretiens, focus group...) sur le territoire littoral de la baie de Ouakam à Dakar (Sénégal). L’article retrace l’histoire des lébous, qui habitent depuis longtemps la presqu’île du Cap Vert et son littoral, avec toutes les croyances d’un groupe animiste islamisé lié à la mer et au littoral. A partir d’un questionnement sur la notion d’identité, de population autochtone, de patrimonialisation et de gestion environnementale, l’auteur explore la notion de conflits d’usage sur le littoral

18Hélène Rey-Valette, Nicolas Fraysse, Alexandre Richard et Philippe Carbonnel ont étudié, à partir d’une enquête par questionnaire, la perception des usagers à propos des lieux touristiques du littoral du Languedoc Roussillon (Golfe d’Aigues-Mortes, Hérault, Gard). Cette perception est analysée dans une période de mise en œuvre de techniques de gestion des plages destinées à lutter contre l’érosion.

19Lydie Goeldner-Gianella, Frédéric Bertrand, Florent Pratlong et Sophie Gauthier-Gaillard développent une approche sociale des questions environnementales et de la mise en place des politiques publiques de gestion des risques naturels littoraux. Ils livrent les résultats de différentes enquêtes auprès des acteurs locaux et des populations du bassin d’Arcachon sur la représentation sociale des risques de submersion marine et des pratiques de gestion (dépoldérisation).

20Vincent Bawedin et Alain Miossec présentent les dynamiques démographiques de deux espaces littoraux de 1980 à 2009 : Baie de Somme et Bassin d’Arcachon. Ces évolutions démographiques sont mises en perspective en prenant en considération à la fois les choix politiques retenus par les acteurs mais aussi les dynamiques naturelles (érosion notamment). Ils montrent en quoi les politiques économiques et sociales et les dynamiques environnementales côtières contribuent à expliquer les évolutions très différentes en terme de peuplement des espaces littoraux.

21Tarik Ghodbani et Fatiha Berrahi ont étudié la littoralisation de l’ouest algérien en insistant sur l’ampleur des disparités entre les régions littorales et celles de l’intérieur. Ils présentent les différentes formes de dégradation de l’environnement des régions littorales algériennes ainsi que la désorganisation de l’agriculture et soulignent les principales causes des dysfonctionnements.

22La livraison de ce numéro 1-2 2013 coïncide avec la 30e année de la revue Espace Populations Sociétés et avec le départ en retraite de Madame Nicole Thumerelle-Delannoy, secrétaire de rédaction, dont le travail éditorial a contribué, tout au long de ces années, de manière constante et méticuleuse, à la publication de la revue. Le comité de rédaction se joint à nous pour lui souhaiter une bonne retraite !

Haut de page

Notes

1 Thumerelle P.-J. (1983), Présentation de la revue Espace Populations Sociétés, Espaces Populations Sociétés, 1, pp. 11-13.

2 Levy J. (2012), Quel espace pour le Postlithique ? Système productif et aménagement de l’espace, Territoires 2040, La revue en ligne, n°6, pp. 99-108.

3 De Rosnay J. (2012), Surfer la vie. Comment sur-vivre dans la société fluide, éd. Les liens qui libèrent, 256 p.

4 Lussault M. (2013), L'avènement du monde. Essai sur l'habitation humaine de la Terre, Le Seuil, Paris, 296 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Deboudt et Louis Marrou, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 3-7.

Référence électronique

Philippe Deboudt et Louis Marrou, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/5403

Haut de page

Auteurs

Philippe Deboudt

Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société (TVES) EA 4477
UFR de Géographie et Aménagement
Université Lille 1 Sciences et Technologies
59655 Villeneuve d’Ascq cedex
philippe.deboudt@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Louis Marrou

LIttoral ENvironnement et Sociétés UMR 7266 CNRS
UFR des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH)
Université de La Rochelle
1 Parvis Fernand Braudel
17042 La Rochelle cedex 1
lmarrou@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org