Navigation – Plan du site
Articles

Vieillissement et féminisation des populations littorales : les promenades de bord de mer comme ressource contre la déprise

Ageing and Feminization of the Breton Coastal Population: Seafront Promenades as “Resource Space” against Social Exclusion
Mathilde Bigo, Raymonde Séchet et Sandrine Depeau
p. 141-157

Résumés

On oublie trop souvent que les personnes âgées sont très majoritairement des femmes ; des femmes qui s’approprient les espaces de manière différenciée, selon que l’avancée en âge est source de liberté supplémentaire ou de rétraction imposée par la réduction des capacités corporelles. Or ces pratiques spatiales permettent le maintien des liens sociaux, comme le montrent les premiers résultats d’une recherche en cours sur les pratiques que les femmes âgées développent sur les promenades de bords de mer en Bretagne. Après une première partie qui donne une vue d’ensemble des stations balnéaires et de la mesure de leur vieillissement, l’article présente les promenades de bord de mer et la méthodologie utilisée pour y étudier les pratiques des femmes âgées. La dernière partie est consacrée à l’exposition des résultats extraits des premières analyses d’observations in situ et d’entretiens semi-directifs réalisés dans deux stations balnéaires, Dinard et Larmor-Plage. Ces résultats confirment que ces promenades sont des lieux de sociabilité qui n'excluent pas les individus lorsque l’avancée en âge impose un amoindrissement physique et l’étiolement du réseau social.

Haut de page

Texte intégral

1Sous l’effet conjugué de l’avancée en âge des générations nombreuses d’après-guerre et de la poursuite de l’allongement de l’espérance de vie, le vieillissement de la population française est maintenant effectif. L’espérance de vie des femmes étant plus longue que celle des hommes (84,8 ans contre 78,2 en France en 2011), les femmes sont majoritaires parmi les personnes âgées. Cette féminisation impose d’être attentif à la dimension sexuée du vieillissement, notamment sous l’angle des relations aux espaces [Coutras, 1996 ; Denèfle, 2008] : ce sont des espaces aux morphologies, fonctionnalités et valeurs contraintes par un système de normes sociales (dont les normes de genre ou celles de bonne santé) que les femmes âgées s’approprient de manière différenciée selon que l’avancée en âge est source de liberté supplémentaire, au moment de la retraite, ou de rétraction imposée par la réduction des capacités corporelles et du réseau social qui accompagne le vieillissement de la personne. Combiné au changement de rôle social et familial qui affecte le rapport à soi et aux autres et peut mettre à mal l’investissement des espaces publics, ce processus impose une réorganisation de la vie quotidienne dans laquelle le maintien d’espaces de familiarité est important puisqu’il permet de garder prise sur le monde. Ce processus que les sociologues de la vieillesse appellent déprise s'évalue selon quatre grands types de déclencheurs : la fatigue ou le manque d’envie, la confrontation avec les jeunes dans l’espace public qui provoque le sentiment d’être « dépassé », les difficultés physiques ou celles du conjoint qui assignent à résidence et limitent la prise sur le monde, et enfin la baisse des opportunités d’engagements [Caradec, 2004, 2012].

2Étant en meilleure santé que celles des générations précédentes, les personnes âgées vivent de plus en plus longtemps dans leur logement et cherchent à repousser le moment d’entrer dans une institution. La présence d’espaces publics de qualité favorables aux pratiques des personnes âgées est donc une priorité pour éviter que ces personnes se replient sur leur domicile et perdent peu à peu prise sur le monde. Cela concerne tout particulièrement les femmes, notamment parce qu’elles sont plus souvent seules que les hommes puisque le veuvage les touche plus (46% des femmes contre 12% des hommes de plus de 65 ans en Bretagne. Insee, 2009). Le bien-être est dans ce cas relatif à l'équilibre entre le bien-vivre dans la sphère privée et le bien-vivre dans la sphère publique.

  • 1 Ce terrain est mené dans le cadre du projet FAMAGE « Les femmes âgées dans les espaces urbains litt (...)

3Dans les communes balnéaires, les promenades de bord de mer, qui sont largement fréquentées par les femmes, constituent des espaces publics singuliers pour les femmes âgées. Leurs évolutions en termes d’agencement et d’aménagement urbain devraient permettre qu’elles fonctionnent comme ressource. L’étude des usages et pratiques de ces promenades balnéaires permet de comprendre leur rôle dans le maintien de la « présence au monde » des femmes âgées. Après une présentation des stations balnéaires comme espaces attractifs pour les personnes âgées, on s’intéressera aux promenades de bord de mer et à leurs pratiques par les femmes âgées. Les premiers résultats d'un travail de terrain1 réalisé à Dinard (Ille-et-Vilaine) et Larmor-Plage (Morbihan) montrent en quoi et comment ces promenades, qui ont toujours été centrales dans l’urbanisation et la vie des stations balnéaires, constituent des ressources contre la déprise.

1. Les stations balnéaires, de la villégiature à la gérontocroissance

4Les stations balnéaires sont des entités urbaines dont le développement s'est réalisé sous l'effet du tourisme de villégiature au dix-neuvième siècle et de l'économie résidentielle afférente. Aujourd'hui, elles sont des espaces attractifs pour les migrations de retraite qui participent au processus de gérontocroissance.

1.1. Un développement lié à l’économie résidentielle

5Les stations balnéaires actuelles sont le résultat de la conjonction, variable d’une station à l’autre, entre les héritages des lieux de villégiature du dix-neuvième siècle et des premières décennies du vingtième siècle, et l’essor plus récent de l’économie résidentielle. Leur aménagement a toujours été pensé pour le bien-être et la détente des populations qui les fréquentent. Construites comme lieux de villégiature, les stations balnéaires ont été conçues comme des soupapes aux maux de la ville industrielle. Néanmoins, tout en étant posées en rupture avec l’urbanisation en cours, ces nouvelles entités urbaines constituent des prolongements de la ville. Sans entrer dans le débat qui consisterait à savoir si les stations balnéaires résultent de l’offre ou de la demande, il est incontestable que leur essor a correspondu à celui du tourisme et de la vogue des bains de mer, dont la pratique a d’abord été justifiée par des motifs sanitaires. Elles ont donc été pensées selon un modèle hygiéniste : larges avenues rectilignes incarnant la ville propre, aérée, saine et rationnelle, plans en damier ou en éventail, que l’on retrouve, à la même époque et pour les mêmes raisons, dans les stations thermales. Leur construction et leur organisation spatiale ont aussi été pensées en intime relation avec la mer, la station balnéaire étant définie comme une « ville transplantée en bord de mer » [Barbedor et al., 2001 ; Mignot, 2004]. La station doit, de plus, répondre aux désirs d'extravagance et d'ostentation de ceux à qui elle s’adressait, avec des hiérarchisations entre les plus prestigieuses — la So British Dinard par exemple, mais aussi, hors de Bretagne, Nice, Cannes, Deauville ou Biarritz — et les plus modestes. Elle doit également satisfaire les familles, du moins celles qui en avaient les moyens, dans leurs désirs de récréation. La plage, le casino, le Grand Hôtel et l’établissement de bains font la station balnéaire. Localisés en front de mer, les différents établissements sont reliés à la ville par ses avenues, et au reste du monde par la gare, qui joue un rôle de porte d’entrée sur la station [Barbedor et al., 2001 ; Lazzarotti, 2008].

  • 2 C’est seulement en 2009 que Larmor-Plage a obtenu le label « station balnéaire » accordé par le min (...)

6Aujourd'hui, les établissements de bains sont souvent devenus des centres de thalassothérapie et les Grands Hôtels des résidences de luxe. Pour autant, ces deux types d’équipements demeurent des emblèmes de la centralité de la station. À Dinard, l’ensemble constitué par la plage de l’Écluse, ouverte sur le centre-ville, le casino et le Palais des Arts et du Festival est le lieu des grands événements de la station. Larmor-Plage n’a, quant à elle, pas le même passé prestigieux. Cette commune de l’agglomération de Lorient, officiellement créée en 1925, a longuement cherché à renforcer son identité balnéaire2 : des projets de casino et de centre de thalassothérapie sont depuis longtemps envisagés dans une stratégie de positionnement, comme vecteurs de dynamisme et d’équipements indispensables à l’activité touristique, en complément des trois kilomètres de plage de sable fin de la commune. Le premier verra le jour, dans des locaux provisoires, en 2013 ; le second en 2014, en lien avec un hôtel de luxe.

7Quel que soit l’apport de tels équipements, le développement des communes littorales reste avant tout lié à l'économie résidentielle. Ce type de développement qui s’accompagne depuis quelques années d’actions visant à « étendre la saison » donne lieu à une imbrication des fonctions résidentielles, économiques et récréatives [Barnèche-Miqueu, 2009]. Cette évolution dans la conception du développement des communes de bord de mer va donc dans le sens des aspirations des migrants de retraite qui souhaitent des villes « vivant toute l'année ». Le passage d'une résidence dite secondaire à une résidence principale dans une commune littorale est en effet plus facile quand les aménagements et équipements de la ville permettent de satisfaire les besoins quotidiens (commerces, services de santé notamment) tout en autorisant des activités de loisirs et de temps libre, puisque la retraite peut offrir une certaine liberté de temps.

8Le patrimoine historique, les équipements de loisirs, les logements de qualité ne seraient rien dans le succès des stations balnéaires s’il n’y avait l’attrait pour les bords de mer. Les communes littorales bénéficient d’abord et avant tout de leur proximité avec la mer, espace de l’illimité, du rêve, de la réalisation de tous les possibles et porte d’appel sur l’ailleurs ; espace qui se pratique mais qui, aussi, s’observe depuis les chemins côtiers et les promenades balnéaires.

1.2. Une forte présence des femmes âgées

9L’attractivité des littoraux a entraîné une augmentation des effectifs de personnes âgées et de leur part dans la population. Si, en Bretagne, le taux de personnes âgées est important dans le centre de la région et sur les littoraux (figure 1.1), le processus de vieillissement n’y est pas le même. Alors que les effectifs concernés ont diminué dans le centre Bretagne, ils ont augmenté sur les littoraux, dans un contexte de croissance démographique (figure 1.2).

Figure 1.1. Les plus de 60 ans par commune bretonne en 2008

Figure 1.1. Les plus de 60 ans par commune bretonne en 2008

Source : Insee, RP 2008.
Réalisation : Allard T. et Bigo M.©UMR ESO Rennes, 2012.

Figure 1.2. Évolution des plus de 60 ans par commune bretonne entre 1968 et 2008

Figure 1.2. Évolution des plus de 60 ans par commune bretonne entre 1968 et 2008

Sources : Insee, RP 1968 et 2008.
Réalisation : Allard T. et Bigo M.©UMR ESO Rennes, 2012.

10Le vieillissement de la population des communes littorales est un vieillissement à la fois par le haut, c'est-à-dire par allongement de l’espérance de vie, et par apports migratoires. Certes, les migrations de retraite ne concernent qu'une minorité des personnes âgées présentes dans ces communes. En 2008, 84,3% des Bretons de 55 ans et plus vivaient dans le même logement cinq ans auparavant. Le passage à la retraite n'équivaut donc généralement pas à un changement de lieu d'habitation mais, quand c'est le cas, ce changement peut bénéficier au littoral. Parmi les habitants recensés en 2008, 17,4% des 55 ans et plus vivant dans une commune littorale avaient changé de logement au cours des cinq années précédentes contre 14,4% pour ceux de l'intérieur des terres (figure 2).

Figure 2. Migrations des 55 ans et plus en Bretagne selon le lieu de résidence actuel en 2008

Bretagne

Littoral

Intérieur des terres

N'ont pas changé de logement dans les cinq dernières années

807 859

84,3%

331 300

82,6%

476 560

85,6%

Ont changé de logement dans les cinq dernières années

150 037

15,7%

69 681

17,4%

80 356

14,4%

Total des 55 ans et plus

957 896

100,0%

400 981

100,0%

556 915

100,0%

Migrants provenant de l'extérieur de la Bretagne

44 351

29,6%

24 217

34,8%

20 133

25, 1%

Source : Bigo M. d'après Insee, 2008.

11Entre 1999 et 2006, 25 000 personnes de 60 ans et plus sont venues s’installer dans la Région, ce qui place la Bretagne au troisième rang des régions les plus attractives pour les plus de 60 ans, derrière le Languedoc-Roussillon et la Corse [Insee, 2009]. C'est sur le littoral que l'on retrouve le plus de migrants de 55 ans et plus ne provenant pas de la Région, soit 24 217 personnes représentant 34,8% des migrations (soit 6% de la population résidente) contre 20 133 personnes pour l'intérieur des terres représentant 25,1% des migrations (soit 3,6% de la population résidente) (figure 2).

  • 3 L’European Science Foundation fait d’ailleurs de la féminisation du grand âge l’une de ses entrées (...)

12Ces personnes âgées sont aujourd'hui majoritairement des femmes. En Bretagne, celles-ci représentent 58% de la population des plus de 60 ans. Cependant, et parce que les femmes vivent plus longtemps, l’écart entre les effectifs d’hommes et de femmes se creuse de façon progressive : alors que la part des femmes est quasi identique à celles des hommes pour les 60-74 ans (53,8%), elle atteint 63,2 % pour les 75-89 ans et près de 80 % chez les 90 ans et plus (figure 3). Ne faudrait-il pas alors parler de mamy boom autant si ce n’est davantage que de papy boom ? Le fréquent recours à cette expression pour parler de l’avancée en âge des personnes nées après la Seconde Guerre mondiale a occulté la féminisation des populations âgées3 et les enjeux sociétaux qu’elle pose.

Figure 3 Figure 3. Part des femmes dans la population des plus de 60 ans en Bretagne (2008)

effectif total

femmes

hommes

part des femmes

plus de 60 ans

756 885

439 267

317 618

58,0%

60-74 ans

453 941

244 155

209 786

53,8%

75-89 ans

279 919

177 015

102 904

63,2%

90 et plus

23 025

18 097

4 929

78,6%

Source : Bigo M., d'après Insee, Données harmonisées : RP 1968-2008.

13La prépondérance des femmes implique une structure spécifique des ménages âgés. À partir de 55 ans, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vivre seules, et l’écart ne cesse de croître avec l’avancée en âge : 54% des femmes de 80 ans et plus vivent seules contre 23% des femmes de 60 à 65 ans (à titre de comparaison, c’est le cas de 23 et 15% des hommes pour ces mêmes tranches d'âge) (figure 4). Au final, en 2008, 169 686 femmes de 60 ans et plus vivaient seules en Bretagne, dont 64 186 de 80 ans et plus. Celles-ci sont évidemment surtout présentes là où le nombre de personnes âgées est le plus important, c'est-à-dire sur les littoraux. Cette donnée démographique justifie de porter une attention particulière aux espaces littoraux, et plus spécifiquement aux promenades de bord de mer qui font la singularité de certaines stations.

Figure 4 Femmes et hommes vivant seul(e)s, en Bretagne, en 2008

Figure 4 Femmes et hommes vivant seul(e)s, en Bretagne, en 2008

2. Les promenades de bord de mer et leurs pratiques pour les femmes âgées

14Structurées à partir du littoral, les stations s'organisent autour d’équipements qui les définissent comme balnéaires et sont connectés entre eux par une digue ou une promenade de bord de mer qui est aussi, depuis l'édification des premières villas, un espace de déambulation pour les piétons. Ces caractéristiques font penser que, par leur agencement et leur matérialité, les promenades balnéaires sont a priori des espaces où les pratiques des personnes âgées peuvent se réaliser sans contrainte. Après une présentation de ces promenades et de leur fonction, cette deuxième partie décrit la méthodologie utilisée pour analyser les pratiques de la digue et ainsi mieux comprendre comment cet espace peut se révéler être une ressource.

2.1. Les promenades balnéaires : de leur construction à aujourd’hui

15Parallèlement à la construction de la station et à l’édification de villas de bord de mer, résidences secondaires ou temporaires des villégiateurs, l’édification d’une digue pour se protéger des marées, et ainsi « dominer l'étendue marine » [Fougnie, 2008], s’est imposée. Connectant entre eux les équipements centraux (Casino, Grand Hôtel, Établissement de bains), elle est le lieu de toutes les animations, en particulier dans les stations les plus huppées, dont Dinard. Cette digue a très souvent été aménagée en voie de circulation piétonne qui a fait du front de mer une vitrine architecturale à admirer [Toulier, 2002]. Parce que « voir et être vu » devient dialectique dans la construction de l’espace balnéaire [Barbedor et al., 2001], ce rôle de promenoir a fait de la digue un endroit pour se montrer autant que pour ne pas échapper à ce qu’il fallait voir [Rouillard, 1995]. Il a aussi incité à la déambulation « de santé ».

  • 4 Selon l’expression de H. Raymond (1975), le « programme manifeste » d’un lieu recouvre l’ensemble d (...)

16Aujourd’hui, les projets d'aménagement des communes littorales sont pensés de façon globale, en prenant en compte la qualité du cadre de vie. Les digues bénéficient des nouvelles exigences en matière de voirie. Espaces piétonniers agréables et sûrs à pratiquer, elles répondent aux besoins de confort et de sécurisation ainsi qu’au souci d’esthétique paysagère [Fougnie, 2008]. De ce fait, la pratique de la déambulation s’inscrit dans le « Programme manifeste »4 de la digue. Le « promenoir » se présente alors comme un espace d’interactions sociales importantes. En un sens goffmannien, la digue ferait même office de scène de théâtre. On y retrouve les spectateurs, observateurs de l’animation de la promenade et les acteurs, déambulateurs défilant le long de la digue, rendant compte de rapports sociaux singuliers entre adeptes de la promenade et autres usagers de la digue, dont ceux qui se contentent de la traverser pour aller à la plage. Intrinsèquement liée aux rythmes de l’activité touristique et de loisirs, la fréquentation de la digue connaît des variations saisonnières et hebdomadaires. La confrontation sociale et l’entre soi qui s’y jouent sont donc en permanente fluctuation, rappelant que les aménagements pensés pour la déambulation, dans le prolongement des vertus thérapeutiques attribuées aux bains de mer, sont aussi un cadre pour s'afficher en montrant aux autres que l'on fait partie du même milieu qu'eux, ce qui suppose de s'y retrouver au même moment qu'eux [Chadefaud, 1988; Gil de Ariba, 1996].

17Des études relatives à la vieillesse dans les espaces urbains s’appuient justement sur cette dualité altérité versus mêméité [Grandjean, 2009, p. 9] pour aborder les pratiques des personnes âgées : pratiquer la ville en s’alignant sur le temps des actifs, quand il y a foule, « permet d’être semblable au monde alentour » [Pennec, 2006] alors qu’à l’opposé, la peur de la confrontation avec les jeunes dans l’espace public et le sentiment d’être dépassé conduisent à élaborer des stratégies d’évitement des heures d’affluence et favorisent l’entre soi [Clément & Mantovani, 1996 ; Guillemot & Soumagne, 2007]. En somme, la confrontation à l’autre est un élément de la vie sociale urbaine qui influencerait largement les pratiques spatiales des personnes âgées, surtout quand cette confrontation est recherchée. Dans ce cas, les promenades de bord de mer peuvent être des espaces ressources face à la déprise dès lors qu’elles répondent aux capacités, attentes et exigences des personnes âgées, et notamment des femmes âgées quand leurs opportunités d’engagements s’amoindrissent.

2.2. Les fonctions potentielles des promenades pour les personnes âgées

18Les recherches sur le vieillissement en ville s’accordent sur les demandes des personnes âgées concernant un meilleur accès aux services, un cadre de vie bien entretenu, « propre et joli » [Ridolfi & Dumont, 2006], l’intensité de l’offre de loisirs, en lien avec le temps libéré, mais aussi le besoin de sécurisation et de confort des espaces publics. Les principaux éléments de ce confort sont l'éclairage, la largeur des trottoirs, la piétonisation et le mobilier urbain [Carmona, 1985]. La sécurisation dans l’espace public peut être un réel problème pour les municipalités. Divers rapports ont d’ailleurs fait le bilan des principales difficultés rencontrées par les personnes âgées en ville du fait de l’amoindrissement de leurs capacités motrices et cognitives [Heam & Dejeammes, 2000 ; Dommes et al., 2008]. Quant au confort, il se matérialise dans le mobilier urbain, en particulier les bancs publics, et dans la qualité du revêtement du sol qui doit être lisse pour faciliter les déplacements, mais aussi dans la continuité des parcours piétonniers, en dehors de toute circulation automobile, sans parler du relief qui doit être si possible plat. Avec l’avancée en âge, les obstacles aux déplacements sont généralement plus importants, et les personnes âgées doivent faire face à « la brutalité de l’espace construit » [Olivera & Abellan, 1994]. Le manque de sécurisation et de confort peut être rédhibitoire pour les personnes âgées dans leur pratique de la ville : le moindre relief, la moindre aspérité, le moindre obstacle, tout ce qui peut générer de la gêne pour le corps et du sentiment d’insécurité devient une contrainte pour les pratiques spatiales.

19Par leurs aménagements et leurs agencements, les digues des communes balnéaires semblent pouvoir répondre aisément aux besoins des personnes âgées qui rencontrent des difficultés à se déplacer en ville. Autrement dit, ces espaces sont malléables selon le stade d'avancée en âge en ce sens où ils permettent les réajustements des pratiques selon les changements dans l'appréciation des lieux et selon l’amoindrissement des capacités fonctionnelles. Au-delà d'être une simple conséquence du processus de vieillissement, le réajustement des pratiques est une condition pour que « le vieillissement ne soit pas assimilable à la vieillesse » [Thalineau & Nowik, 2009] car il fait perdurer les pratiques individuelles, en permettant leur modification. L’attention aux formes matérielles des espaces est d'autant plus importante qu’un obstacle venant limiter l’accès à l’environnement physique limite aussi l’accès au monde social. Or, ce dernier est une des exigences de la lutte contre l'isolement. Les sociologues du vieillissement considèrent qu’il y a déprise lorsque l’accès au monde est mis en péril par l'avancée en âge qui s’accompagne souvent de l’étiolement du réseau social sous l’effet du décès des proches, du veuvage, de l'éloignement des petits-enfants, de l'espacement des visites familiales [Barthe, et al. 1988].

20Les conséquences de ce risque d’étiolement concernent plus particulièrement les femmes âgées. L'implication traditionnelle des femmes dans le caregiving et la plus longue durée de vie des femmes les confrontent bien souvent à une déprise contrainte, imposée par l'obligation de porter attention et d'accompagner la fin de vie des conjoints. L'investissement dans le soin à autrui se retrouve aussi dans la prise en charge des petits-enfants quand la grand-maternité se fait prolongement de la maternité. Pour autant, il permet aux femmes de garder un rôle social reconnu par leur entourage. Il y a donc une variation, selon l'âge et la structure familiale, de la façon dont le care va jouer sur la déprise.

2.3. Étudier les pratiques des promenades de bord de mer par les femmes âgées

21Considérer la promenade de bord de mer comme une ressource pour les femmes âgées impose de se pencher sur les pratiques spatiales, pour analyser ce qui les différencie d'une femme à l'autre, mais aussi d'une digue à l'autre, et ainsi comprendre de quelle façon l'espace peut-être ressource : l’accès physique à la digue est-il, par exemple, une promesse d'accès à des relations sociales ? Pour répondre à cette question, les espaces de promenades sont d’abord observés de façon globale afin d’y repérer la présence des femmes relativement à celle des hommes et aux personnes plus jeunes, puis la focale est portée sur les seules femmes âgées pour mieux comprendre ce qui se joue dans leur rapport à l’espace, en lien avec leur histoire de vie personnelle et résidentielle. Comme cela a déjà été annoncé, les observations sont faites à Dinard et Larmor-Plage.

22Station historique du nord de l'Île-et-Vilaine, Dinard a été choisie parce qu’elle est fortement identifiée comme une des premières stations balnéaires de Bretagne. On y retrouve les éléments caractéristiques de l'époque : casino, cabines de bains, villas, établissement de bains devenu Thalasso, digue de la plage principale et longue promenade en bord de mer. Larmor-Plage, commune de l'agglomération de Lorient dans le Morbihan, n'a pas le même prestige mais elle possède néanmoins une digue de bord de mer aménagée sur un peu plus de deux kilomètres. Dans chacune de ces communes, deux promenades ont été choisies en fonction de leur situation par rapport au centre-ville (une des deux constituant une centralité pour la ville), leur ouverture sur la plage, leur degré supposé de confort et de sécurisation.

23Pour mieux connaître ces pratiques, deux outils complémentaires ont été mobilisés : les observations in situ et les entretiens compréhensifs avec des femmes de 60 à 90 ans. La mise en œuvre de cette méthodologie a été pensée de façon à analyser les pratiques de l'espace balnéaire selon les caractéristiques des individus, et à comprendre comment ces pratiques peuvent répondre aux aspirations inhérentes à l'avancée en âge, et donc aux différents stades de vieillissement. Elle tient compte des variations saisonnières qui, ici comme dans tout espace public, participent à la production d’une rythmicité et d’une variation « théâtrale » spécifiques. Les techniques d'observation utilisées sont le balayage et le suivi d'individus sur la digue. La première technique, le balayage, consiste à observer les pratiques de l’espace, toutes tranches d’âge confondues, en effectuant des aller-retour dans une zone circonscrite pour les besoins de l’étude tout en étant muni d’une grille d’observations élaborée en fonction des objectifs de départ. Proche de la technique de la cartographie comportementale (Legendre & Depeau, 2003), le balayage permet de relever rapidement des informations sur :

  • les caractéristiques des individus (sexe et tranche d’âge),

  • les caractéristiques d’accompagnement (une femme ou un homme seul, un couple, un groupe d’individus, mixte ou non, la compagnie d’enfants ou d’animaux),

  • les caractéristiques de déplacement et d’usage de l’espace : le codage explicite si l’individu ou le groupe est en déplacement ou à l’arrêt et, dans ce cas, la position, debout ou assise,

  • la présence d’éventuelles aides au déplacement (cannes par exemple),

  • le type d’activité qui est à l’origine de l’usage ou du déplacement, telle qu'une activité sportive.

24Le balayage permet la description temporelle et spatiale des pratiques de l’espace public tout en révélant la diversité des paysages à la fois sociaux et matériels constitutifs des usages de la promenade. Surtout, le balayage répété, qui offre une vue synthétique de la distribution temporelle et spatiale des individus et groupes sociaux fréquentant la promenade, permet de saisir les lieux de confrontation ou d'entre soi dans lesquels s'inscrivent les femmes âgées.

25Le suivi d'individus permet, quant à lui, de saisir en continu le déplacement. Pour cela, en se postant à un point d’entrée de la promenade, on observe discrètement et en continu la première femme âgée entrant dans cet espace, qu'elle soit accompagnée ou non, jusqu’à ce qu’elle sorte de la zone d’étude. Le choix des personnes observées est donc aléatoire. Par cette technique d’observation, un échantillon de 133 femmes a été suivi.

26La grille d’observation référence les informations liées au contexte du suivi (lieu, heure, date, météo, degré de fréquentation des terrasses de café et de la plage) ainsi que les caractéristiques des femmes suivies et leurs activités au cours du déplacement. Sont notamment relevées les alternances entre périodes de déplacement (en notant le rythme de marche et le positionnement des individus par rapport aux accompagnants) et d’arrêt. L’observation peut s’enrichir, quand c’est possible, de la prise en compte des orientations du regard de la personne ou de détails concernant ses activités. Enfin, autant pour les périodes de déplacement que pour les arrêts, les interactions avec des personnes extérieures au groupe qui entourent la femme suivie sont également notées, en précisant le type de personnes qui participent à l’interaction (sexe, âge) et la nature de l’interaction (échange bref, conversation, politesse). Ces suivis sont effectués à différents moments de l’année, de la semaine et de la journée.

27Pour leur part, les entretiens (dont 19 ont été effectués à domicile et 45 sur la digue), apportent des éléments de compréhension du processus d’avancée en âge à partir de la connaissance des réajustements en termes d’activités, de relations sociales, de gestion du temps, en fonction du parcours de vie passé (vie professionnelle, matrimoniale, familiale, économique). Ils permettent aussi de saisir la place des pratiques du bord de mer dans l’ensemble des pratiques de la ville ou des pratiques hors domicile, et donc le rapport à l’espace public et à la ville. Ils confirment que la vieillesse est la résultante, au sens de produit d’un processus de vie, d’une trajectoire particulière, affective, relationnelle, sociale et professionnelle [Clément et al., 1996]..

3. Les promenades de bord de mer comme ressource contre la déprise

28L’ensemble des matériaux collectés permet d’analyser les pratiques de bord de mer selon une grille de lecture comportant cinq entrées. Les premiers résultats confirment que la promenade est effectivement un espace-ressource pour les femmes âgées.

3.1. Choix de résidence et enjeu d’accessibilité

29Pour certaines personnes, la migration de retraite dans une commune littorale peut être un retour aux sources. Pour d’autres, elle tient à la spécificité de villes et communes touristiques dont le développement repose sur la combinaison entre fonctions résidentielle, économique et de loisirs. Les retraitées qui ont été interviewées et sont venues s’installer sur le littoral recherchent « une vraie ville en bord de mer » (F., 71 ans, Dinard). Elles font l'éloge de son animation tout au long de l'année (parce que c'est une « vraie » ville) et de la semaine, avec des magasins ouverts le dimanche : « je ne voulais pas être loin des commerces, ça c'est un critère important pour moi » (MC, 73 ans, Dinard). Certaines personnes prospectent même de façon scrupuleuse en amont de l’installation définitive : « on est venu à toutes les saisons pour savoir si on s'y plairait » (D., 62 ans, Dinard). D’ailleurs, au quotidien, la présence de commerces peut se révéler être l’élément justifiant la sortie en ville et le passage sur la digue.

30L’accessibilité en transports en commun est un autre élément important. Ne possédant pas forcément le permis de conduire, ni de voiture, les Lorientaises âgées qui cherchent à s'éloigner de la grande ville et vivent la digue de Larmor-Plage comme un espace de détente de proximité ont fréquemment recours au bus. Pour les résidentes à Dinard et Larmor-Plage, lorsque l’amoindrissement corporel se fait ressentir et que le trajet du domicile à la plage devient trop pénible à pied, l’utilisation des transports en commun permet de rejoindre le bord de mer qui reste un des rares lieux où la marche à pied peut être possible.

3.2. La promenade de bord de mer : du simple déplacement à la marche « ressourçante »

31Le bord de mer permet de profiter du temps libéré des contraintes salariales et domestiques à la retraite. Il est très apprécié : « c'est vraiment super quoi, ça nous permet de prendre l'air » (S., 70 ans Dinard), « pour la beauté du site, pour marcher, pour faire du sport en même temps » (Mme D., 66 ans, Dinard). La marche et la promenade en bord de mer ressortent comme des éléments clés de la pratique de la digue. Qu'elle se pratique seule, en couple ou entre ami(e)s, la marche peut être à visée sportive. On observe d’ailleurs des femmes équipées de bâtons de marche et de chaussures adéquates. Elle peut aussi être un simple plaisir sensoriel et prend alors la forme d'un détour par le bord de mer lors d'un parcours dans la ville « quand j'ai des démarches à faire, à la Poste ou à la banque, j'aime bien aller par la plage » (C., 73 ans, Dinard). L’injonction médicale est parfois mise en avant. Lors des entretiens, la marche est présentée comme un réflexe à avoir dès le début de la retraite pour ne pas laisser son corps s’amoindrir, et une pratique à conserver par la suite pour se maintenir en forme, tel un « médicament » (M., 75 ans, Larmor-Plage). Par ailleurs, le bord de mer est aussi un passage pour accéder à une terrasse de café, ou à la plage, voire à une résidence privée.

32Deux grandes catégories de pratiques spatiales sur la digue s’affinant en sous-catégories ressortent des suivis et ont pu être confirmées par les entretiens (figure 5). Ainsi, on distingue dans la première catégorie les fonctions de coup d’œil et de transit, l’une pour les individus qui ne font qu’entrer et sortir, restant peu de temps sur la promenade, et l’autre qui assimile la digue à un espace de transition pour accéder à un autre espace. La deuxième catégorie se divise en trois fonctions : une première relative à une utilisation en espace clos, où les déplacements sont rares et lents, et où l’usage des bancs publics est prédominant ; une deuxième qui prend la forme d’un « itinéraire bis » comme autre option à la rue où la promenade va être parcourue sur une distance plus ou moins longue et apparaît alors plus comme support au déplacement, tout comme la troisième fonction qui est celle de promenoir.

Figure 5

Figure 5

Réalisation : M Bigo, août 2012.

3.3. La pratique de la promenade de bord de mer : une routine ?

33La retraite offre l’avantage de pouvoir choisir les moments de présence sur la promenade. Ainsi, quand certaines affirment que « quand il y a du monde, on évite […] y'a tout plein de monde, on a l'impression d'être sur les Grands Boulevards. C'est pas agréable du tout » (D., 76 ans, Dinard) (et donc la promenade ne répond plus aux caractéristiques de la ville « idéale »), d'autres voient cela d'un autre œil car « y'a une autre ambiance […] On voit sur la plage, des gamins, des gens […] on voit de la... ça bouge quoi » (MC, 73 ans, Dinard), « On voit de nouvelles têtes » (Mme Y., 84 ans, Larmor-Plage, habite Lorient). Les balayages révèlent en effet une forte variation de la fréquentation de la digue selon les périodes de l'année, de la semaine et de la journée. Ainsi, pour un balayage répété quinze fois sur un même tronçon de digue, on distingue des périodes où les personnes âgées sont majoritaires dans l’ensemble des usagers, et qui sont des jours de semaine, et celles où ces personnes âgées sont en minorité, et qui concernent les week-ends, vacances et jours fériés. Cependant, ce phénomène ne vaut pas pour tous les tronçons. À Dinard, la fréquentation de la promenade de bord de mer par les personnes âgées est très différenciée selon qu’on se trouve sur la digue de l'Écluse qui regroupe, historiquement, les éléments de centralité de la station, est en accès direct au centre-ville et à ses services, donne sur la plage principale, et s'anime grâce aux établissements de consommation, ou sur la promenade du Clair de Lune qui, quant à elle, est plus excentrée et traverse le port de plaisance, sans ouverture sur une plage. Lors des pics de fréquentation, la proportion de personnes âgées est plus réduite sur la digue de l’Écluse que sur la promenade du Clair de Lune (38% en moyenne contre 61%).

34Ainsi, au choix des temps de confrontation à l’autre, ou d’évitement, s’ajoute celui des lieux sur les promenades. Certains sont moins familiaux que d’autres parce qu’ils ne permettent pas l’accès à une plage et sont éloignés des cafés et restaurants, et c’est bien là que l’on retrouve la plus forte part de personnes âgées. Par contre, au sein même d’un tronçon, les zones les plus éloignées des entrées principales sont de manière générale les moins fréquentées et remportent peu de succès auprès des femmes âgées. À l’inverse, à proximité du centre des stations, la présence d’un grand nombre de personnes sur les promenades est rassurante et plus stimulante pour les femmes âgées.

35Le ratio femme/homme au sein du groupe des personnes âgées varie selon les moments de la journée, et ce, sur l'ensemble des tronçons observés. On retrouve, durant les jours de semaines, ce qui est annoncé lors des entretiens par les femmes, c'est-à-dire une fréquentation largement féminine l’après-midi, alors que le matin le sex-ratio penche du côté des hommes. Sur l’ensemble des observations réalisées dans les deux communes, le nombre de femmes âgées est moitié moins important que celui des hommes âgés le matin (ratio de 0,5), alors qu’il est proche du double l’après-midi (ratio de 1,9). Les femmes justifient cela par une routinisation des pratiques domestiques qui consiste à s’occuper de la maison le matin pour être « débarrassée » et pouvoir sortir l’après-midi. Ces quasi-rituels font penser aux promenades des riches touristes au 19ème siècle qui respectaient des rythmes journaliers précis [Chadefaud, 1988] : avoir le même rythme permet en effet de se retrouver au même moment entre pairs.

3.4. La promenade de bord de mer, lieu de sociabilités

36Même si la digue est évitée lorsqu'il y a foule, elle est généralement perçue comme un moyen de faire des rencontres. Ces rencontres peuvent être des connaissances, et sont dans ce cas des événements réservés aux habituées : « soit on s'arrête un peu, soit on fait juste un coucou de la main mais c'est un petit signe quoi, un truc, c'est un fil de plus dans la journée » (M., « 70 + », Dinard). Les retrouvailles avec des connaissances s'observent lors des suivis quand, par exemple, la femme va saluer un individu en terrasse de café, ou même le serveur du restaurant, révélant certaines habitudes sur la digue. Les lieux peuvent même servir de point de ralliement pour se retrouver entre amies : « on a notre coin » (groupe de femmes, Larmor-Plage, habitant Lorient pour la plupart), « c'est notre banc! » (Mme S., 84 ans, Larmor-Plage). De plus, les spécificités de la promenade qui sont celles d'être à proximité des services urbains, largement intégrées aux pratiques quotidiennes, permettent d'en faire un espace de familiarité, et donc de sociabilités pour se retrouver entre pairs.

37Les échanges plus éphémères sont en revanche accessibles à toutes et ne concernent pas uniquement les habituées.

38Parmi les contextes de production de ces sociabilités sur la digue, trois méritent d’être précisés :

  • premièrement, la présence d’un animal. Ce sont les promeneuses de chien qui récoltent le plus de formes d'interactions sociales lors de leur venue sur la digue, relativement au nombre de chiens promenés. Autrement dit, sur une zone d'étude de suivis comptant 76 observations, quatre individus ou groupes étaient accompagnés d'un chien, et donc 72 individus ou groupes n'en étaient pas. Sur les quatre « promeneuses de chiens », trois d'entre elles ont participé à une interaction sociale (et à chaque fois avec un(e) autre promeneur(se) de chien) tandis que pour les femmes ne promenant pas de chien, la probabilité de rencontrer quelqu'un semble plus faible... car seuls dix individus sur 72 y ont eu droit. Celles qui ne sont pas concernées ont quand même leur avis sur la question : « J'imagine que les gens qui se promènent là, qui ont des petits chiens, ils doivent se connaître » (A., 78 ans, Dinard).

  • deuxièmement, la présence d’un enfant qui peut, elle aussi, provoquer un échange entre individus, et nous reprendrons ici Carole Gayet-Viaud (2006) pour qui les personnes des âges extrêmes, les très jeunes et les très vieux, seraient porteuses d’innocuité sociale, les rendant « inoffensives » et engendrant des sociabilités singulières « peu contraintes et presque désinhibées » […], « ordonnant des attentes spécifiques et des conduites typiques ». Leur « typicité porte et fonde des caractéristiques positives d’attractivité sociale » [Gayet-Viaud, 2006, p.61]. Le rôle traditionnel du soin aux enfants qu’endossent les femmes âgées renforce la probabilité d’un échange avec autrui quand elles sont accompagnées d’un enfant. À ce sujet, ce sont les plus jeunes d’entre elles qui sont concernées, l’âge estimé lors des suivis ne dépassant pas 75 ans. Mais ce peut être aussi le cas quand une femme croise un individu accompagné d'un petit enfant. La femme semble alors se raccrocher à un rôle de maternage pour engager un début de conversation, ou du moins, esquisser un signe de reconnaissance. Même sans prise de contact réelle, il n’est pas rare de voir une femme âgée s’arrêter pour regarder des enfants, fait confirmé dans des entretiens sur les promenades ;

  • enfin, la présence d’un banc, observable comme support à l'interaction, et affirmé comme tel dans les entretiens : « si vous vous asseyez sur un banc, y'a facilement des gens qui viennent s'asseoir et puis, même si vous les connaissez pas, qui disent un mot » (F., 71 ans, Dinard) ; « Si y'a quelqu'un à côté de moi, je m'assois et on parle. […] C'est le but aussi hein, je dis « faut pas être seule, faut avoir des contacts » » (MC, 73 ans, Dinard).

39Les entretiens ont montré que ce besoin de rencontres et d’échanges serait particulièrement caractéristique des femmes qui vivent seules. Les venues sur la digue permettent de se parler et de partager les soucis ; elles autorisent des rencontres entre femmes seules. Souvent liée au veuvage, la solitude s’intensifie avec l’âge, et c’est au moment où ces rencontres semblent incontournables qu’elles deviennent plus compliquées. En effet, les habitudes de promenades prises avec le mari ont parfois du mal à perdurer, et la disparition des pairs s’accélère au fur et à mesure de l’avancée en âge, réduisant considérablement le champ des possibles pour les sociabilités. L’espace de la promenade constitue alors une ressource quand la routine permet d’assurer une sortie, et donc une chance de voir quelqu’un.

3.5. La promenade du bord de mer, espace malléable selon les faiblesses motrices

40Quand l'avantage du temps libre de la retraite passe en seconde position derrière la déprise relative à l'avancée en âge, la pratique de la promenade prend une autre dimension.

41Du point de vue des difficultés physiques, la pratique évolue en termes de rythme et d'espaces parcourus. Ainsi, des différenciations selon le niveau de ces difficultés sont relevées dans la façon d'investir l'espace de bord de mer.

42Terrain de sport ou support au maintien d'une activité physique, l'espace balnéaire est malléable. Il s’adapte à l'amoindrissement corporel qui participe à la déprise et est un facteur de différenciation dans les pratiques. La marche dynamique, pratiquées par des personnes jouissant des parcours proposés par la forme matérielle de la digue, laisse place à une déambulation plus lente et une rétraction de l’espace parcouru du fait d’une réduction des capacités de mobilité : « le tour du Moulinet en courant, je le ferai plus jamais » (D., 76 ans, Dinard). Le mobilier urbain et l’aide au déplacement jouent alors un rôle crucial. Lors des suivis, on observe en effet que le rythme de marche est ralenti quand il y a une difficulté visible pour se mouvoir, ce qui concerne les plus vieilles des femmes observées. Dans ces cas-là, la marche sur la promenade s’accompagne d’une aide humaine, que ce soit par une accroche au bras de l’accompagnateur, ou bien par le fait d’être soutenue pour se relever d’un banc, pour passer la marche d’entrée d’un café, ou bien encore par le fait d’être poussée en fauteuil roulant. Notons qu’à chaque fois que cela a été observé, l’aide était apportée par une autre femme, soit aussi âgée mais encore valide, soit plus jeune.

43Enfin, auparavant perçus comme une occasion de faire une pause, les bancs publics deviennent une condition à la pratique du bord de mer. Certaines femmes se rendent d'ailleurs compte qu'elles n'y faisaient auparavant pas attention, alors qu'avec l’intensification de la fatigue et des difficultés à se déplacer, elles sont plus sensibles à la qualité et la quantité du mobilier urbain. Cette évolution des pratiques malgré les changements des critères d’attractivité des lieux rend compte à nouveau de la malléabilité de l'espace de la promenade, car on observe un réajustement et non un renoncement à sa présence dans l'espace public, d’autant que le mobilier urbain est occupé par toutes les tranches d’âge, ne stigmatisant pas ainsi celles qui y vont par nécessité.

  • 5 Il s'agit de deux plages que longe la digue à Larmor-Plage, Lomener étant la plus éloignée de l'ent (...)

44L’analyse des entretiens fait ressortir que l’occasion de faire des pauses transformée en besoin de faire une halte se conjugue avec la diminution des distances parcourues. L'agencement de la digue présentant une promenade en continu permet d'ajuster la pratique aux capacités personnelles. Ainsi, même si certaines avouent que leur objectif de promenade s'est considérablement réduit — « avant c'était Lomener, maintenant c'est Locqueltas! »5 (A., 90 ans, Larmor-Plage) —, elles continuent à marcher sur la digue et à se rendre au point de ralliement pour « voir les copines », en usant notamment de la présence des bancs.

Conclusion

45La Bretagne est une des régions françaises les plus attractives pour les migrations de retraite et, ici comme ailleurs, le littoral attire des retraités. Ces migrations contribuent au vieillissement de la population bretonne dans son ensemble et à la gérontocroissance des communes littorales les plus attractives pour les personnes âgées. Bien que l’accessibilité aux différents lieux de la ville ainsi que le confort et la sécurisation des espaces publics profitent à toutes les classes d’âge, la forte présence de personnes âgées devrait rendre les collectivités territoriales plus enclines à penser la qualité de leurs espaces. À Dinard par exemple, l’entretien de la promenade (fleurissement et bancs publics) est stimulé par les conversations entre les promeneuses et les jardiniers, et par des courriers adressés de la part de « dames » à la mairie. Le caractère balnéaire et touristique du site ne fait que renforcer cette attention portée aux espaces publics.

46La combinaison des effets de l’âge sur les capacités physiques des personnes et des rapports sociaux de sexe est un élément majeur des formes d’appropriation et des pratiques des espaces par les femmes âgées. L’hypothèse qui a été mise en avant dans cet article est que les promenades de bords de mer, qui sont un des éléments inhérents au modèle de la station balnéaire, sont des espaces-ressources pour ces femmes. De fait, la lecture des premiers résultats (circonscrite aux terrains choisis et donc sans prétention à une quelconque généralisation à ce stade) montre que les femmes âgées sont nombreuses à les fréquenter, que ce soit de façon quasi quotidienne ou plus exceptionnelle, en y marchant, y déambulant ou y stationnant, ou encore en les traversant pour aller à la plage, seules ou accompagnées, sportivement ou avec une aide au déplacement. En effet, les promenades de bord de mer présentent des caractéristiques matérielles qui permettent l’adaptation des pratiques en fonction du contexte et de l’évolution des capacités physiques. Elles sont des espaces malléables qui n’excluent pas les individus lorsque l’avancée en âge impose un amoindrissement physique et l’étiolement du réseau social. Cette malléabilité contribue à repousser les déclencheurs de la déprise car elle permet de garder prise sur le monde, en particulier pour les femmes âgées, largement touchées par le veuvage. Attractivité du bord de mer et matérialité des formes urbaines se cumulent donc dans cette construction d’espaces ressources.

  • 6 La définition de l’OMS peut être paraphrasée ainsi : bien dans son corps, bien dans sa tête, bien a (...)

47Si le maintien d'espaces de familiarité est important lors du processus de déprise, c’est généralement le domicile et son voisinage qui est présenté comme enjeu pour garder prise sur le monde. Cependant, les premiers résultats de la recherche en cours confirment que les digues peuvent elles aussi être considérées comme des espaces de familiarité, surtout pour les femmes qui y viennent régulièrement. Ces espaces contribueraient au bien-être, c'est-à-dire à la santé telle que l’Organisation mondiale de la santé la définit : bien-être physique, puisque le corps est à son aise dans cet espace sécurisé et confortable, bien-être mental favorisé par le calme, la détente, le ressourcement procuré par la sortie sur la digue, bien-être social favorisé par les opportunités de rencontres et d’échanges avec d’autres personnes, âgées ou non6, et par un rapport au corps qui ne renvoie pas à ses propres faiblesses, préservant ainsi le sentiment de faire partie du monde. Par ailleurs, les usages et formes d’appropriation des promenades de bord de mer révèlent des rapports à l’espace encore fortement genrés par le biais d'un rapport au temps différencié et pour le moins singulier chez les femmes âgées. En effet, plus enclines à pratiquer la promenade durant la deuxième partie de la journée, elles semblent reproduire et cristalliser à travers les pratiques et les usages des lieux de la promenade des formes de socialisation passées qui pouvaient être rattachées à la question des rôles dans les sphères domestiques et professionnelles. Enfin, l'analyse qui est en cours devrait permettre d'approfondir la question des particularités topologiques et matérielles de la promenade et des occasions d’affordances pour les personnes âgées, c'est-à-dire la gamme d’actions qui leur sont possibles dans un environnement donné (Norman, 1999), en fonction des possibilités qu’il offre de s’engager dans des interactions sociales.

48Les sociabilités qui sont favorisées par la pratique des digues contribuent à l’ancrage spatial (Di Méo, 1998). Les digues seraient donc des espaces-ressources pour le maintien de la citadinité des femmes âgées, si on considère que ce concept prend forme dans l’appropriation de l’espace [Navez-Bouchamine, 1997 ; Florin, 1999 ; Semmoud, 2001] et se construit, entre autres, par le biais des sociabilités. La citadinité des femmes âgées à laquelle contribuent les pratiques des promenades de bord de mer serait alors une façon d'être de la ville, et non pas uniquement dans la ville [Sidi Boumedine, 1996].

Haut de page

Bibliographie

BARBEDOR I. et al. (2001), La Côte d’Émeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo, Paris, Éditions du Patrimoine.

BARNÈCHE-MIQUEU L. (2009), Avant-propos, ESSACHESS - Journal for Communication Studies, vol. 2, n° 4, pp. 1–8.

BARTHE J.-F., DRULHE M. & CLÉMENT S. (1988), Vieillesse ou vieillissement? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées, Revue du Centre de Recherches sur le travail social, Caen, n° 15, pp. 11–31.

CARADEC V. (2004), Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, Presses Universitaires de France - PUF.

CARADEC V. (2012). « Épreuve et enjeux du grand âge », in les dynamiques des parcours sociaux : temps, territoires, professions, Rennes, PUR., pp. 91-105).

CARMONA M. (1985), Le mobilier urbain. Paris, Presses Universitaires de France (PUF).

CHADEFAUD M. (1988), Aux origines du tourisme dans les pays de l’Adour, du mythe à l’espace: Un essai de géographie historique. Atlantica.

CLÉMENT S., MANTOVANI J, & MEMBRADO M. (1996), Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer, Les annales de la recherche urbaine, vol. 73, pp. 90–98.

COUTRAS J. (1996), Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin.

DENÈFLE S. (2009), Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, PUR.

DI MÉO G. (1998), Géographie sociale et territoire. Paris, Nathan.

DOMMES A., CAVALLO V. & BOUSTELITANE F. (2008), La traversée de rue chez le piéton âgé. Effets d’une méthode réentraînement sur simulateur (No. n°3). Inrest/fondation Maif.

FLORIN B. (1999), Itinéraires citadins et territorialités dans une métropole du Monde arabe: Le Caire, Thèse de Doctorat en Géographie, Université François-Rabelais de Tours.

FOUGNIE S. (2008), L’intégration géographique comme mode d’interprétation de l’évolution des stations balnéaires, Norois. Environnement, aménagement, société, n° 206, pp. 63–89.

GAYET-VIAUD C. (2006), De l’innocuité sociale aux degrés d’humanité. Les types du petit vieux et du bébé, Les annales de la recherche urbaine, n° 100, pp. 59–67.

GIL DE ARIBA C. (1996), Les vacances du corps. Établissements balnéaires et activités de loisir sur la côte nord de l’Espagne de 1868 à 1936, Annales de Géographie, vol. 105, n°589, pp. 257–278.

GILLOT G. (2002), Espaces populaires, pratiques intimes : les jardins publics au Caire, à Rabat et à Damas, Géocarrefour, n° 77(3), pp. 267–274.

GRANDJEAN P, (2009), « Introduction », in P. Grandjean (dir.), Construction identitaire et espace, Paris, L’Harmattan, pp. 7-18.

GUILLEMOT L. & SOUMAGNE J. (2007), Temporalités et services en milieu urbain : le cas d’Angers, Espace populations sociétés, n° 2-3, pp. 255–272.

HEAM A. S. & DEJEAMMES M. (2000), L’insécurité routière des piétons âgés à travers le système Mobilité - Urbanisme – Réseau, CERTU.

LAZZAROTTI O. (2008), Wimereux, station balnéaire de villégiature (1860-1930): la « machine à habiter », In Situ, n° 9.

INSEE (2009), Octant, n°115.

LEGENDRE A. & DEPEAU, S. (2003), « La cartographie comportementale, une approche spatiale du comportement », in espaces de vie: aspects de la relation homme-environnement, pp. 267–299.

MIGNOT C. (2004),  La Villégiature retrouvée : les réseaux de la recherche, In Situ, n° 4.

NAVEZ-BOUCHANINE F. (1997), Habiter la ville marocaine, Paris, L’Harmattan.

NORMAN D. (1999), Affordances, conventions and Design, Interactions, vol. VI., n° 3, pp. 38-42.

OLIVERA A. & ABELLAN A. (1994), Les obstacles physiques de la cité : la brutalité de l’espace construit, Gérontologie et société, vol. 69, pp. 82–91.

PENNEC S. (2006), Les pratiques de la ville entre anonymat et proximité. Garder une relation urbaine au monde, Les annales de la recherche urbaine, n° 100,pp. 51–58.

RIDOLFI G. & DUMONT I. (2006), Promenades pour l’âge d’or dans deux petites villes italiennes, Les annales de la recherche urbaine, n° 100, pp. 97–105.

ROUILLARD D. (1995), Le site balnéaire, Mardaga.

SEMMOUD N. (2001), Les Stratégies d’appropriation de l’espace à Alger, Paris, L’Harmattan.

SIDI BOUMEDINE R. (1996), « La citadinité : une notion impossible? », in M. Lussault, P. Signoles (dirs.), La citadinité en questions, Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches n° 29, pp. 49-56, et MSV, n° 13.

THALINEAU A. & NOWIK L. (2009), Être en « milieu de retraite » et choisir de vivre ailleurs, Lien social et Politiques, vol. 62, pp. 99–109.

TOULIER B. (2002), Architecture de villes d’eau. Paris, Imprimerie Nationale.

Haut de page

Notes

1 Ce terrain est mené dans le cadre du projet FAMAGE « Les femmes âgées dans les espaces urbains littoraux : quand la citadinité est questionnée par le genre et le vieillissement », financé par le programme d’allocation de recherche de la région Bretagne.

2 C’est seulement en 2009 que Larmor-Plage a obtenu le label « station balnéaire » accordé par le ministère de l’Économie, ce label étant indispensable pour demander la création d’un casino.

3 L’European Science Foundation fait d’ailleurs de la féminisation du grand âge l’une de ses entrées prioritaires dans la thématique du vieillissement en Europe (ESF, Vital Questions. The contribution of European Social Science, novembre 2009).

4 Selon l’expression de H. Raymond (1975), le « programme manifeste » d’un lieu recouvre l’ensemble des activités que les concepteurs (architectes, urbanistes, aménageurs) ont prévu (« programmées ») pour ce lieu [Gillot, 2002].

5 Il s'agit de deux plages que longe la digue à Larmor-Plage, Lomener étant la plus éloignée de l'entrée sur la promenade.

6 La définition de l’OMS peut être paraphrasée ainsi : bien dans son corps, bien dans sa tête, bien avec les autres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.1. Les plus de 60 ans par commune bretonne en 2008
Crédits Source : Insee, RP 2008.Réalisation : Allard T. et Bigo M.©UMR ESO Rennes, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 1.2. Évolution des plus de 60 ans par commune bretonne entre 1968 et 2008
Crédits Sources : Insee, RP 1968 et 2008.Réalisation : Allard T. et Bigo M.©UMR ESO Rennes, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 4 Femmes et hommes vivant seul(e)s, en Bretagne, en 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5
Crédits Réalisation : M Bigo, août 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Bigo, Raymonde Séchet et Sandrine Depeau, « Vieillissement et féminisation des populations littorales : les promenades de bord de mer comme ressource contre la déprise », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 141-157.

Référence électronique

Mathilde Bigo, Raymonde Séchet et Sandrine Depeau, « Vieillissement et féminisation des populations littorales : les promenades de bord de mer comme ressource contre la déprise », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5392 ; DOI : 10.4000/eps.5392

Haut de page

Auteurs

Mathilde Bigo

Université Rennes 2
CNRS, UMR 6590 ESO
35 000 Rennes
mathilde.bigo@outlook.fr
raymonde.sechet@univ-rennes2.fr
sandrine.depeau@univ-rennes2.fr

Raymonde Séchet

Articles du même auteur

Sandrine Depeau

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org