Navigation – Plan du site
Articles

Des « cabanes » à la « cabanisation » : la face cachée de l’urbanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon

From Traditional Housing to Illegal Housing : The Hidden Side of Urbanization on the Languedoc-Roussillon Coastline (France)
Anne Cadoret et Valérie Lavaud-Letilleul
p. 125-139

Résumés

Le développement de l’habitat illégal est une réalité à l’échelle nationale, notamment sur des littoraux soumis à une forte pression anthropique. En Languedoc-Roussillon, la consommation d’espace par l’urbanisation licite sur la frange littorale s’accompagne d’une occupation illégale de l’espace par un habitat précaire ou tout-confort non soumis aux règles d’urbanisme et occupé de façon temporaire ou permanente par des populations de niveau social très divers. La transformation d’un habitat traditionnel (« la cabane ») en problème de politique publique (« la cabanisation ») et le télescopage entre occupations traditionnelle et récente, habitants autochtones et allogènes met en difficulté des maires chargés de trouver un équilibre socio-territorial dans un contexte de pression humaine, financière et électorale croissante.

L’article vise à mettre en évidence ce mode d’occupation du littoral et à en préciser les spécificités. Il offre une grille de lecture des profils de cabanier, permettant de mettre en évidence le traitement différencié de ce phénomène et d’apprécier des territorialités distinctes et les formes de marginalisation subies par certaines populations sur le littoral du Languedoc-Roussillon.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Malgré le cadre normatif mis en place par la loi Littoral de 1986, la pression urbaine s’exerçant sur le littoral français s’accentue. L’ Observatoire du Littoral a ainsi établi que 11,5 % des logements neufs construits en France entre 1990 et 2006 l’ont été sur des communes littorales, qui ne représentent que 4 % du territoire métropolitain. Mais parallèlement à ce marché légal de l’immobilier, existe une « face cachée » de l’urbanisation que les statistiques ne prennent pas en compte : il s’agit des constructions établies en désaccord avec les règles d’urbanisme, installées dans la plus complète illégalité sur des terrains côtiers publics ou privés. Le développement de cet habitat illégal est une réalité à l’échelle nationale, notamment sur des littoraux soumis à une forte pression anthropique. En Languedoc-Roussillon, le phénomène est massif. Les « cabanes », selon le terme donné à l’habitat temporaire traditionnel des pêcheurs et des chasseurs sur le littoral régional, y étaient évaluées à 5000 en 2004, regroupant 20 000 à 25 000 personnes [BRL, 2004]. L’habitat illégal s’est multiplié depuis les années 1990, notamment pour une vocation touristique ou résidentielle, si bien que les autorités publiques utilisent désormais le terme de « cabanisation » et s’interrogent sur les moyens à mettre en œuvre pour canaliser le phénomène.

2Dans la mesure où sont en jeu à la fois le logement des populations et la préservation de milieux littoraux rares et fragiles, les problématiques sont multiples : apparition d’un marché noir de l’immobilier, intégration des « néo-résidents » dans les communes, problèmes de sécurité et de santé publiques, dégradations environnementales... Mais c’est surtout un dossier politiquement sensible car il touche au rapport à la propriété et à la norme sur un espace littoral très convoité, avec des frontières parfois floues entre le maintien des us et coutumes et le respect des lois et à la capacité des acteurs publics à faire respecter les règles. L’habitat illégal apparaît de ce fait comme une entrée intéressante pour comprendre l’une des composantes de la construction sociale du littoral du Languedoc-Roussillon depuis la fin du 19ème siècle. Il interroge de manière emblématique l’évolution de son occupation sur le temps long : son attractivité croissante, la stratification des formes d’occupation de l’espace, le rapport des populations à la norme, le jeu des acteurs institutionnels et privés.

  • 1 Une partie de ce travail a été financée par l'ANR « Programme Agriculture et Développement Durable  (...)

3Nous insisterons dans cet article sur l’articulation entre les formes d’occupation de l’espace littoral en lien avec cet habitat illégal (traditionnel/récent), sur les positionnements des acteurs publics en charge d’appliquer la loi et/ou de réguler les conflits liés à l’usage de l’espace, puis sur les représentations, pratiques et territorialités des cabaniers. Cet article est la synthèse de travaux d’analyse de la cabanisation réalisés par les auteurs entre 2004 et 2011, combinant exploitation de sources documentaires, observations de terrain et entretiens auprès des protagonistes. Nous nous sommes notamment appuyés sur les travaux d’évaluation encadrés par la Mission Interministérielle d’Aménagement du Littoral du Languedoc-Roussillon entre 2001 et 2006, sur une cartographie de la localisation des cabanes, sur une revue de la Presse Quotidienne Régionale réalisée de 1995 à 2005, sur des observations de terrain ayant permis d’établir une typologie de l’habitat illégal et des formes de son occupation, ainsi que sur des entretiens menés auprès de différents acteurs (État déconcentré, communes, habitants)1. Après avoir abordé la spécificité de la cabanisation sur les littoraux et précisé les caractéristiques de ce type d’occupation en Languedoc-Roussillon, nous exposerons les raisons de l’amplification du processus, en lien avec les différentes actions et positionnements des acteurs publics. Enfin, nous nous intéresserons aux justifications avancées par les habitants des cabanes et aux différents processus de territorialisation dont elles sont le reflet.

1. La cabanisation : quelles spécificités sur le littoral du Languedoc-Roussillon ?

1.1. Qu’est-ce que la cabanisation ? Ce qui est spécifique au littoral, ce qui ne l’est pas

4Du point de vue des acteurs publics, c’est sa caractérisation du point de vue juridique qui définit la cabanisation : c’est le non respect des règles d’urbanisme qui détermine les contours de ce que nous nommons « cabane ». Habitat atypique, provisoire, mobile, de fortune, occupation légère de l’espace, logement alternatif, etc., les cabanes, ou cabanons, relèvent de formations urbaines non règlementaires, de constructions non conventionnelles au sens des pouvoirs publics, de « logement non ordinaire » pour les institutions en charge du logement. Certaines de ces constructions répondent à des normes d’habitat (caravanes, mobil-homes, chalets, maisons pavillonnaires…), mais sont implantées hors des zones vouées à l’urbanisation ou sur des terrains tels que les campings. D’autres ne répondent pas aux règlementations nouvelles : celles des années 1970 concernant la pratique du camping sur des parcelles privées [Poulain, 2000]. C’est souvent le caractère illégal des équipements aménagés pour le fonctionnement des cabanes, notamment dans le domaine de l’approvisionnement et de l’assainissement de l’eau (loi sur l’eau de 1992) qui met les habitants dans l’illégalité, malgré le fait que leur bien soit référencé au cadastre, et qu’ils paient une taxe d’habitation.

5Dans les pays du Nord, le développement de l’habitat illégal ne concerne pas que les littoraux. Depuis le milieu du 20ème siècle, l’implantation d’habitats non ordinaires sans autorisation s’est développé sur des terrains privés ou publics, à l’image du quartier « des Neiges » au Havre dès l’après-guerre [Lemarchand, 2007]. À l’heure actuelle, se développe également un habitat précaire dans ou en périphérie des villes ou de complexes industriels, occupé par une population en difficulté et/ou marginalisée : elle s’installe par exemple sur des friches portuaires, dans des conteneurs maritimes détournés de leur usage initial que Lemarchand (2007) qualifie de « forme post-moderne du bidonville », sur des terrains privés dans des serres plus ou moins aménagées où résident des travailleurs saisonniers comme à proximité de l’étang de Berre, ou sur des terrains proches de voies de communication (périphérique parisien). Les formes de ces constructions rappellent celles de bidonvilles des pays du Sud, qualifiés en France de « micro-bidonvilles » ou de « bidonchamps », mais dont les caractéristiques correspondent davantage à la définition de « campement » de l’UN-Habitat.

6Définie par son caractère illégal plus que par la forme qu’elle prend, la cabanisation est donc un processus commun à tous types d’espaces où l’habitat prend une forme illégale et n’est donc pas spécifique aux littoraux. Cependant, le terme de cabanisation reste employé dans la littérature grise principalement pour désigner un processus observé sur le littoral, dans l’ouest de la France [Poulain, 2000 ; 2001 ; 2005a, b], dans les villes portuaires [Lemarchand, 2007] et plus particulièrement sur le littoral du sud de la France [Gorinaoff, 1985 ; Jacquelin et Rotschi, 2005 ; Fabrega, 2003, etc.]. Par ailleurs, le terme de cabanisation semble davantage associé à des formes d’urbanisation illégale découlant de pratiques anciennes et de loisirs (pêche, chasse), ce qui le différencie des processus de bidonvilisation ou d’étalement urbain s’effectuant hors des cadres de planification comme à l’ouest d’Athènes, en Grèce [Nikilaïdou, 2009]. Les habitats non ordinaires regroupent ainsi des constructions qui à l’origine relevaient d’autorisations exceptionnelles : ce sont des abris sur le Domaine Public Maritime (DPM) pour le matériel de pêche, autorisés par l’ordonnance Colbert au 17ème siècle, ou encore des abris destinés aux outils pour les jardins familiaux autorisés dans les années d’après-guerre pour faciliter une agriculture de subsistance. La pérennisation de ces constructions et le changement de leur usage (de l’abri à la résidence) participent d’un processus où le temporaire autorisé ou toléré devient permanent et en désaccord avec les règles d’urbanisme. Enfin, sur le plan fonctionnel, il existe certes une cabanisation de loisir, une cabanisation de pauvreté et une cabanisation résidentielle permanente [Crozat, 2007], mais les espaces les plus proches de la mer, notamment en Languedoc-Roussillon, se caractérisent par le fait que c’est la première forme qui domine. C’est sur la cabanisation spécifique aux espaces littoraux que se concentre cet article.

1.2. État des lieux : un habitat multiforme et multi-usages, des habitants aux profils divers

7Sur le littoral du Languedoc-Roussillon, on observe une évolution progressive des formes, des modes d’occupation et des pratiques sociales liées aux cabanes.

8À l’origine, les cabanons sont des structures « de bric et de broc » issues des pratiques traditionnelles de la pêche et de la chasse. Utilisés pour stocker le matériel, ils permettent également de demeurer sur place. Leur présence est attestée depuis le Néolithique dans les milieux hydromorphes où se pratiquent ces activités. En Méditerranée, on les retrouve essentiellement du Vaccarès à l’étang de Salses-Leucate, c’est-à-dire en Camargue (cabanes de Beauduc) et sur le pourtour des lagunes du littoral à lido du Languedoc-Roussillon (barracas des pêcheurs de la plaine du Roussillon…) (photo 1). À la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, d’autres cabanes, dénommées « maisons de vignes » ou mazets, s’implantent dans l’intérieur des terres et le long des canaux. De la même façon, elles accueillent les outils, voire des chevaux utilisés dans le cadre des exploitations viticoles et servent d’abri aux agriculteurs lors des intempéries (photo 2). Lieu et outil de travail, ces cabanons sont occupés saisonnièrement pour l’être de façon permanente au fil des décennies. Dans un deuxième temps, à partir des années 1930 et surtout dans l’immédiat après-guerre, grâce au développement des congés payés, mais aussi à de meilleures conditions sanitaires rendues possibles par la démoustication du rivage, apparaît la vocation touristique de la cabane pour la villégiature balnéaire. Les usagers sont essentiellement d’origine locale et appartiennent aux couches populaires. Puis, au milieu du 20ème siècle, ce sont progressivement les caravanes et les mobil-homes qui prennent place aux abords des étangs attirant des touristes extérieurs à la région. Enfin, durant les années 1990, de résidence secondaire qu’elle était pour certains, la cabane devient résidence principale pour d’autres : le cabanon originel est amélioré et parfois agrandi (photos 3 et 4), les caravanes et les mobil-home perdent leurs moyens de mobilité (photo 5), tandis que plusieurs bâtisses plus ou moins imposantes sont édifiées en front de mer (photo 6). Ainsi un glissement s’est-il progressivement opéré au cours du 20ème siècle, d’une fonction de la cabane liée à l’exploitation du milieu (chasse et agriculture) à une fonction récréative et, de plus en plus, résidentielle.

Figure 1. La cabanisation : un habitat multiforme

Figure 1. La cabanisation : un habitat multiforme

Sources : Cadoret, 2005, 2007 ; Bataille, vers 1945.

9Sur le plan fonctionnel, la vocation traditionnelle de la cabane apparaît aujourd’hui comme résiduelle puisqu’elle ne correspond plus qu’à 2 % des cabanes existantes [BRL, 2004]. En revanche, si la vocation récréative des cabanes occupées de façon temporaire durant les week-ends et la belle saison est dominante (deux tiers des habitats), on note une nette augmentation dans les dernières années de leur utilisation comme résidence principale (30 %).

10Sur le plan esthétique et architectural enfin, les matériaux utilisés pour leur construction permettent de distinguer trois types de cabanes. Les plus traditionnelles ont pour caractéristique d’être adaptées au milieu lagunaire et de relever de l’auto-construction, étant habillées d’éléments naturels et/ou de récupération selon la technique du « garbage housing ». En ce sens, l'architecture cabanière a pour spécificité d’échapper à tout modèle ; elle donne la prime à la débrouillardise et à l’imagination, que mettent d’ailleurs en avant de nombreuses publications à la tonalité poétique et esthétisante, parues sur le sujet [Jacquelin et Rotschi, 2005 ; Gruckert, 2001 ; Baissette, 1990 ; etc.]. De facture plus récente viennent ensuite les cabanes construites à partir d’une caravane ou d’un mobil-home. La réalisation d’une terrasse, d’un avant-toit en dur, d’abris supplémentaires et l’aménagement de clôtures contribuent à pérenniser l’installation de ce type d’habitat qui perd souvent ses moyens de mobilité. Ils rappellent ainsi les habitations légères de loisir (HLL) que l’on retrouve dans les campings et parcs résidentiels de loisirs où se manifeste une nouvelle forme de cabanisation : la résidentialisation dans les campings. Ces deux premières catégories se différencient nettement des cabanes bâties en brique ou en béton, ou des constructions précaires qui ont bénéficié de travaux de réhabilitation et qui disposent d’une toiture en tuile. Ces cabanes revêtent un aspect de construction prépavillonnaire plus maîtrisée qui les fait ressembler à des maisons classiques, voire à des villas. Seul leur statut foncier oblige alors à ne pas les assimiler aux constructions licites équivalentes.

11Enfin sur le plan social, les cabanes sont occupées par une population hétérogène. Les habitants permanents ou saisonniers des mobil-home ou des petites cabanes sans grand confort correspondent en grande majorité à une population modeste, d’origine urbaine, dont la moyenne d’âge tourne autour de 60 ans et qui a souvent l’habitude de pratiquer le camping [BRL, 2004]. Une autre catégorie d’occupants se compose d’anciens sans-logis, de nouveaux pauvres ayant connu une perte d’emploi ou une crise familiale et qui se retrouvent souvent seuls, de gens du voyage qui se sédentarisent et de familles pauvres qui ne parviennent pas à entrer sur le marché officiel du logement locatif et/ou social. Une minorité concerne une population qui se marginalise volontairement, souhaitant mener une vie en dehors des cadres sociétaux communs. À l’extrême opposé, on trouve aussi une catégorie beaucoup plus aisée financièrement, puisqu’elle contribue à alimenter un marché immobilier rentable, certaines cabanes se louant relativement cher ou se vendant aujourd’hui parfois plus de 300 000 euros selon les dires d’experts.

2. Un phénomène massif interrogeant l’accès au littoral des populations et la régulation des pouvoirs publics

12Les facteurs explicatifs de l’intensification de la cabanisation sont multiples. Son développement résulte autant de l’évolution des pratiques des populations (développement de la société des loisirs, augmentation de la mobilité des ménages depuis les années 1960) que de l’évolution des usages du foncier (déprise agricole, développement des campings) et de la tension croissante sur le marché de l’immobilier. Mais son analyse ne peut se faire sans évoquer l’évolution de la tolérance des pouvoirs publics par rapport à des pratiques illégales touchant un espace littoral de plus en plus soumis à la pression anthropique.

2.1. Un phénomène de plus en plus massif, avec deux logiques de localisation littorale

13Si le phénomène est resté plus ou moins contenu jusqu’aux années 1980, la plaine littorale a accueilli 15 % de cabanes en plus entre 1990 et 2000. Le diagnostic réalisé en 2004 sur les 54 communes de la région Languedoc-Roussillon soumises à la loi sur le littoral [BRL, 2004] fait ressortir un nombre de cabanes estimé à plus de 5000. La littoralisation du phénomène est très nette puisque les cabanes se situent principalement en bordure des étangs littoraux et sur le rivage (Error: Reference source not found). 80 % des communes littorales de la région sont concernées, mais ce sont les communes littorales de l’Hérault qui, avec plus de 4600 constructions illégales, concentrent le plus de cabanes (Carte 1). Deux pôles rassemblent plus de la moitié des constructions illicites de la zone côtière régionale, localisés au niveau de Vias et du Cap d’Agde, puis aux abords des étangs palavasiens. Situés pour l’un, sur le front pionnier urbain de l’urbanisation de l’Hérault et pour l’autre, dans la périphérie immédiate de la métropole montpelliéraine où la pression foncière est extrême, ils appartiennent aux deux auréoles de l’urbanisation héraultaise.

Carte 1. Nombre et localisation des cabanes sur les communes littorales du Languedoc-Roussillon (estimation 2004)

Carte 1. Nombre et localisation des cabanes sur les communes littorales du Languedoc-Roussillon (estimation 2004)

Réalisation: Cadoret A., TELEMME, 2012.
Source : Mission Littoral LR et SIEL (2005).

14Leur localisation se calque par ailleurs de façon remarquable sur le schéma d’organisation du littoral à lido languedocien. Dans ce cadre, la double polarisation lagune-façade maritime renvoie dans les faits à deux processus de cabanisation distincts. D’un côté, sur le pourtour des lagunes, la répartition des cabanes émane d’une logique identitaire traditionnelle puisque c’est là que s’est développée cette culture ancestrale, s’appuyant principalement sur les activités de chasse et de pêche, que l’on peut qualifier de « lagunaire ». De l’autre, si l’on considère l’implantation des cabanes sur la façade maritime, c’est la logique plus récente du front pionnier de l’urbanisation sur le littoral qui domine. Les cabanes s’agglomèrent alors à 90 % au niveau des coupures d’urbanisation définies entre les sept stations touristiques aménagées par l’État dans le cadre de la Mission Interministérielle d’Aménagement du Littoral du Languedoc-Roussillon, dite Mission Racine (1963-1983). Les espaces tampons entre les pôles balnéaires imaginés dans les années 1960 deviennent aujourd’hui les lieux privilégiés de développement de cette urbanisation illégale. L’instauration de coupures d’urbanisation entre les stations touristiques a évité la création d’un « mur de béton » et permis de sauvegarder des espaces naturels, dont le statut a été progressivement renforcé par des protections de type réglementaire, foncier ou contractuel. Ces espaces sont autant d’opportunités pour les cabaniers recherchant des terrains situés à l’écart de la foule, mais à proximité des commodités.

2.2. Pourquoi est-on passé des cabanes à la cabanisation en Languedoc-Roussillon ?

15Le passage de la cabane à la cabanisation s’explique par un double phénomène de resserrement de l’accès au littoral des populations et par les politiques de régulation assez incohérentes, voire laxistes, mises en place par les pouvoirs publics durant de nombreuses années.

16Les contraintes foncières et immobilières s’exerçant sur les espaces littoraux ont fortement contribué au développement d’une urbanisation diffuse et illégale. À ce jour, 55 % des habitants du Languedoc-Roussillon sont concentrés sur une frange littorale qui ne représente que 16 % de la superficie globale du territoire régional. Mais du fait des limites à l’urbanisation imposées par la réglementation (Loi Littoral, protection des espaces naturels, zones à risques des Plans de Prévention des Risques), les réserves foncières des communes sont restreintes, les zones constructibles deviennent rares et l’obtention d’un permis de construire s’avère de plus en plus complexe. Si l’on concentre l’analyse sur les 30 % de cabanes correspondant à un habitat permanent, force est de constater que leur multiplication est à mettre en lien avec la diminution du pouvoir d’achat des ménages. De la même façon, les campings, qui se transforment en « parcs de résidences secondaires » [CREATER, 2006], connaissent quant à eux depuis trente ans un double mouvement de durcification et de sédentarisation qui participe du processus d’artificialisation et d’urbanisation légale, mais aussi illégale, de la zone côtière. Ces nouvelles formes d’habitat précaire correspondent à une forme alternative de logement pour ceux qui se trouvent à un moment critique de leur parcours résidentiel. La cabanisation constitue de ce point de vue un bon indicateur de la paupérisation des populations et de l’insuffisance de l’offre de logement locatif à bas coût sur les littoraux.

17Qu’ont fait l’État et les collectivités publiques locales face aux enjeux que pose la cabanisation jusqu’à présent ? Face à la multiplication des cabanes, force est de constater que les pouvoirs publics n’ont pendant de très nombreuses années pas su mettre en place des politiques de régulation efficaces, contribuant par là à donner de l’ampleur au phénomène. 

18À leur décharge, les difficultés rencontrées par les pouvoirs publics tant pour cerner que pour gérer le problème tiennent au fait que cabane et cabanisation touchent à deux données sensibles dans notre société : la propriété privée d’une part (difficulté à accéder aux parcelles privées pour observer les faits), et l’écart à la norme, de l’autre (flou juridique sur le statut des habitations notamment au moment des transactions immobilières). Le manque de moyens (agent assermenté dans les communes chargé de contrôler et de monter les dossiers) et de temps pour engager une action sur le plan juridique (la prescription de trois ans établie pour les infractions dans le Code de procédure pénale, bien connue par la majorité des cabaniers [Coulombié, 2006] a fait le reste). Mais c’est au final surtout la volonté et/ou la cohérence qui ont fait défaut dans la mise en place des politiques de régulation.

19Face à la cabanisation, l’État s’est montré tour à tour tolérant jusqu’aux années 1960 (lorsque le littoral était un territoire relativement peu occupé et fréquenté) ; puis répressif à partir des années 1960 (avec la destruction de villages de pêcheurs accompagnant le plan d’aménagement touristique de la côte du Languedoc-Roussillon porté par la Mission Racine [Racine, 1980 ; Cadoret, 2006] ; et enfin plus conservateur sur le plan patrimonial à partir des années 1980 (l’ancien village de pêcheurs de Canet-en-Roussillon fait ainsi l’objet d’une réhabilitation patrimoniale par les services culturels de l’État dans les années 1990). Enfin, depuis plus d’une décennie, la prolifération de caravanes, la bétonisation des constructions et l’extension des cabanes poussent différents acteurs au niveau de l’État (Préfet, Commission supérieure des monuments historiques, Conservatoire du Littoral, Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Service Maritime en Languedoc-Roussillon…) à promouvoir la lutte contre la cabanisation. D’aménageur, l’État devient « ménageur ». La 2ème Mission Interministérielle d’Aménagement du Littoral du Languedoc-Roussillon (MIAL) (ou Mission Littoral) se porte maître d’ouvrage d’un diagnostic de la cabanisation réalisé en 2004 à l’échelle régionale [BRL, 2004] qui permet de prendre la mesure de l’ampleur du phénomène. Il débouche sur la mise en place d’une boîte à outils et sur la définition de grandes lignes d’actions avec l’ensemble des acteurs chargés de résorber le phénomène, au premier rang desquels apparaissent les maires.

20L’échelon communal apparaît de fait comme le plus adéquat pour observer et évaluer la légitimité de l’installation de populations sur le territoire et lutter contre les effets néfastes de la cabanisation. Cependant, l’action des maires dans le domaine apparaît comme très hétérogène et rarement systématique. D’après le diagnostic établi en 2004 [BRL, 2004], la majorité des communes ayant répondu à l’enquête témoigne d’un sentiment d’impuissance et surtout d’une forme de tolérance passive en ce que la régulation du phénomène, peu connu, ne semble pas faire partie des préoccupations principales de la municipalité (15 communes). Dans les faits, le rôle du maire s’avère complexe. La volonté politique des maires diverge selon qu’il se réfère aux responsabilités que lui confère son mandat d’élu ou à « l’esprit des cabanes » présent sur son territoire. D’un côté, c’est le devoir du fonctionnaire ou de l’élu voyant une infraction de la faire constater par tout agent assermenté afin que soient engagées des poursuites contre le contrevenant et la commune engage alors sa responsabilité si elle ne fait rien (responsabilité vis-à-vis des cabaniers situés en zones inondables par exemple). De l’autre, l’élu étant toujours soucieux de ménager ceux qui sont appelés à le rappeler au pouvoir, certains maires préfèrent fermer les yeux sur le phénomène, sachant que la résorption de la cabanisation a de toute façon un coût pour la collectivité (résorption des cabanes en cas de lutte, financement d’un raccordement aux réseaux et d’équipements en cas de légitimation, mise en place de moyens de prévention efficaces). Le type de cabanisation et de cabaniers en jeu peut faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Si les lieux historiques de loisir et de convivialité, occupés par des gens du crû ou bien de magnifiques villas construites plus récemment par des amis ont souvent la faveur des élus, les cabanes de moindre standing, occupées par des nouveaux venus dans la commune, font plus souvent l’unanimité contre elles.

21Force est de constater que la tolérance qui s’est installée à tous les niveaux en matière d’occupation du littoral du Languedoc-Roussillon dans les années 1980, a favorisé l’extension de la cabanisation. Le non respect des règles a eu pour conséquence le développement de l’incivisme, une cabane en appelant une autre selon un effet boule de neige. On peut s’en offusquer. C’est pourtant ce même esprit frondeur qui est mis en avant par certains, à propos de ce qui apparaît comme la persistance d’une sorte de « monde à l’envers » par rapport au mouvement de domestication du littoral entamé à partir du 17ème siècle [Corbin, 1990]. « Les cabaniers, « réboussiés » par principe, s’accommodent assez bien de ce jeu avec la loi qui est là pour être transgressée ou détournée » (Jacquelin et Rotschi, 2005). Comme B. et N. Mouaziz (2010) qui étudient l’urbain informel dans la ville d’Alger, ces pratiques d’urbanisation « qui contreviennent à la règle, [et] posent frontalement la question de la légitimité sociale face à la légalité institutionnelle », nous amènent à nous interroger sur la territorialité des espaces cabanisés pour mieux comprendre ce phénomène et la complexité de sa régulation.

3. Habiter illégalement : justification des habitants et territorialités littorales

22Face aux mesures de gestion ou de résorption de la cabanisation, quels arguments sont avancés par les habitants des cabanes ? En réalité, on observe que ces mesures jouent un rôle clé dans les processus de territorialisation qui marquent le phénomène et renforcent son ancrage. Les entretiens que nous avons réalisés, comme l’analyse de la presse régionale, révèlent que les justifications et réactions des cabaniers face aux autorités publiques sont distinctes et diffèrent selon les processus de territorialisation. Alors que les cabaniers traditionnels mettent en évidence le caractère identitaire de la cabane, d’autres s’appuient sur des critères socio-économiques, comme les populations des maisons pavillonnaires ou les résidents au sein de parcs hôteliers de plein air. Les populations les plus marginalisées, quant à elles, valorisent leur mode de vie nomade ou font appel à l’état de nécessité [Mesini, 2011].

23Au risque de masquer certaines particularités, nous présentons ici plusieurs profils de cabaniers, en fonction des formes de l’habitat et du lien à leur espace de résidence, qui diffère selon le processus de territorialisation littoral.

3.1. Une territorialisation patrimoniale et identitaire forte fondée sur « l’esprit des cabanes »

24La presse régionale et les entretiens réalisés sur les terrains offrent un aperçu révélateur de « l’esprit des cabanes » mis en avant par certains cabaniers. Généralement locaux et/ou bien intégrés à la communauté locale, ils s’efforcent de faire valoir un droit issu d’une « tradition ». Leur vocabulaire apporte des éléments de compréhension quand à la dimension socio-culturelle et affective de certains sites de cabanisation. Séjourner de manière occasionnelle ou permanente dans une cabane traduit un « mode de vie symbole de liberté » et « sans contrainte ». Les cabanons « retracent une façon de vivre, une culture », « témoignage vivant de l’histoire de l’étang », ils représentent l’« héritage d’un mode de vie spécifique aux gens du pays » et en cela, ils représentent un « patrimoine culturel » « qu’il faut absolument préserver ». En plus du lien à la cabane, le lien aux gens qui y habitent ou y séjournent et à l’espace environnant est particulièrement important. Les sites de cabanisation sont chargés en symboles et constituent un lieu de mémoire : ce qui est ici mis en avant l’est aussi dans d’autres régions, comme par exemple à Sormiou, dans les Calanques. L’ancrage affectif et social du cabanier à sa cabane, aux gens et aux lieux qui l’entourent, dans un monde soumis à ses propres règles, explique la très forte mobilisation des cabaniers pour assurer la pérennisation de leur mode de vie. Cet attachement révèle un fort degré d’appropriation d’une portion d’espace et renvoie à la notion de territorialité forte évoquée par Raffestin (1980).

  • 2 Termes employés plusieurs fois dans l’article de L’Indépendant du 29 mai 2003, « Menace de démoliti (...)
  • 3 Propos d’un cabanier recueilli en juin 2002 au cours du tournage du film A la revoyure ! Joseph le (...)

25Cette territorialité a été renforcée par les actions publiques de lutte contre la cabanisation. Ces actions ont suscité la crainte d’une disparition de cet « esprit des cabanes », ce qui non seulement a renforcé la territorialité mais a également fait naitre et/ou consolidé une organisation collective des cabaniers, contribuant au processus de territorialisation. Alors que les réseaux sociaux existant dans les sites de cabanisation étaient initialement peu structurés, en 2004, l’étude BRL révèle que 65 % des cabaniers sont regroupés en associations. Lieu de mémoire et de convivialité, les cabanes sont aussi un lieu de vie que les propriétaires entretiennent, aménagent et délimitent (clôtures, panneaux d’interdiction d’entrée). Les cabaniers s’approprient l’espace qu’ils organisent spatialement (jardins, quartiers, etc.) et socialement (associations). Ces éléments font référence à un ancrage territorial et participent d’une formation d’une identité spécifique [Cadoret, 2006]. Ce processus de territorialisation est à la fois renforcé et mis en cause par des mesures de lutte contre la cabanisation, qui apparaissent aux yeux des habitants des cabanes comme une mise en cause des droits acquis, une violation territoriale et un risque d’altération identitaire. La rupture brutale entre le laisser-faire et l’engagement dans des procédures juridiques marquant un tournant dans la politique de l’État suscite l’incompréhension des cabaniers et de la population locale. À titre d’exemple, citons la mise en demeure par le préfet de démolir 70 des cabanes du site de la Sagna del Deves, sur les rives de l’étang de Salses-Leucate en mai 2003. Vécue comme un « choc »2 par les cabaniers et les habitants de Salses, cette décision suscite une opposition locale qui s’organise en « Association Baraques et Senills pour la protection, la sauvegarde, la conservation et l’embellissement des baraques de l’étang de Salses ». La menace de démolition des cabanes entraîne une crainte de déterritorialisation, une atteinte à l’identité et une perte de repère pour des populations qui expriment leur attachement à leur mode et lieu de vie, comme en témoignent cette phrase d’un cabanier de l’étang de Salses-Leucate concernant sa cabane, « j’y suis très attaché, elle représente toute ma vie », ou celle d’un pêcheur à Lunel « Y’a 16 ans que j’habite en cabane…hé bé, c’est chez moi »3.

26S’efforçant de faire valoir un droit coutumier issu d’une « tradition » pour assouplir la rigidité législative qu’imposent les autorités publiques, certains se présentent comme les héritiers de la grande tradition cabanière. Ceci est mis en avant dans les argumentaires de nombreux défenseurs des cabanes qui mettent l’accent sur le fait que leur mode d’habiter est choisi et non subi. Patrimoine, traditions, héritages culturels sont alors mis au premier plan des arguments contre la politique de lutte menée par les pouvoirs publics : un engagement dans la proximité des lieux et une légitimité domestique [Boltanski et Thévenot, 1991] sont clairement mis en avant. Les associations de cabaniers les plus actives sont généralement composées d’habitants locaux possédant une cabane dans la même commune ou à proximité, parfaitement intégrés à la communauté (parfois même conseillers municipaux) et qui savent s’entourer et trouver des alliés parmi les responsables des services du patrimoine et de la culture pour défendre leur position. Ainsi, même si les cabanes sont en marge de la légalité et, selon certaines autorités publiques, en marge de normes esthétiques, leurs propriétaires disposent d’une capacité de négociation avec les autorités publiques, basée sur le caractère patrimonial de leur cabane et de leur pratique.

3.2. De nouvelles territorialités littorales fondées sur une légitimation socio-économique

27Le processus de territorialisation que nous venons d’évoquer diffère de celui des populations qui vivent dans des habitats disposant d’un certain niveau de confort matériel et ayant généralement accès à l’eau et à l’électricité, qui mettent en avant des critères socio-économiques et non plus patrimoniaux pour légitimer leur habitat. Deux populations distinctes sont dans ce cas : ce sont d’une part des résidents aisés habitant dans des constructions de type pavillonnaire, d’autre part des résidents modestes, principalement retraités, habitant dans des parcs d’hôtellerie de plein-air.

28Les populations qui résident de façon permanente dans des pavillons au sein de véritables quartiers aisément accessibles par des routes goudronnées, parfaitement intégrées à la collectivité locale, militent pour une régularisation de leur situation en mettant en avant le fait qu’ils participent à la vie citoyenne et paient des impôts. Leur habitat n’est pas en marge des normes de construction, les accès aux équipements sont effectifs (eau, électricité, gaz, téléphone, assainissement), et le caractère irréversible des constructions placent les propriétaires en capacité de négocier avec les acteurs publics. Ils restent dans l’illégalité car leur maison est en défaut d’autorisation ou située dans une zone non constructible mais exigent la reconnaissance de leur qualité de « citoyens comme les autres » à travers la transformation de leurs quartiers en véritables lotissements. Structurés en associations, ils revendiquent une modification du plan local d’urbanisme (PLU), qu’ils obtiennent dans certains cas (comme à Palavas, Pérols, Agde). Les cabaniers traditionnels, pour qui la cabane est le symbole d’une culture, considèrent les maisons pavillonnaires comme vidées des valeurs de « l’esprit des cabanes » et appellent les autorités publiques à distinguer leurs propres revendications (reconnaissance patrimoniale) de celles des « cabaniers de luxe » (selon l’expression d’un chasseur-cabanier de l’étang de l’Or).

  • 4 Propos recueillis dans la lettre des avocats des propriétaires envoyée au Préfet le 8 décembre 2004 (...)
  • 5 Propos de l’avocat des résidents recueillis dans L’Indépendant, 2 février 2005.

29Face à la crise du logement et aux prix du foncier, des populations résident à l’année dans des parcs d’hôtellerie de plein-air. Ce sont principalement des retraités venus du Nord de la France [BRL, 2004], propriétaires d’une caravane ou d’un mobil-home, mais pas toujours du terrain où ils élisent domicile. Cette sédentarisation prend une ampleur croissante dans les années 1990 et se concentre sur les communes de Vias et du Cap-d’Agde. Au cœur de parcs d’hôtellerie de plein air se forment de véritables quartiers où la convivialité saisonnière devient permanente lorsque les mobil-home perdent leur vocation touristique au profit d’un usage d’habitat principal. Structurés, les résidents participent à la vie de la communauté de quartier et sont solidaires dans l’adversité, que ce soit face aux autorités publiques engageant des procédures d’expropriation, ou face aux promoteurs immobiliers souhaitant changer l’affectation des terrains. Les autorités publiques ont la possibilité d’engager des procédures contentieuses pour faire respecter la loi interdisant la résidentialisation dans les campings, mais le traitement juridique est souvent long, coûteux, parfois humainement délicat, ce qui encourage l’inertie. La mise en place de plans de prévention des risques inondation et incendie (PPRI) a permis de justifier des démarches d’expropriation engagées au nom de la protection et la sécurisation des populations face aux risques. Le cas du camping Aqua Dulce, situé à Saint-Nazaire en zone inondable et soumis en 2004 à une décision préfectorale visant à expulser les populations résidentes, montre cependant combien ceci est délicat. Certains résidents « refusent catégoriquement d’abandonner là seul leur bien (…), Ils refusent de voir vingt années de vie rayées par un simple acte administratif sur trois pages »4 et leur défenseur met en avant le fait que « Agua Dulce n’est plus un problème juridique, c’est un drame humain. (…) L’État fabrique de l’exclusion »5. Ces propos révèlent à la fois l’attachement des populations à leur habitat, à leur mode de vie, à leur lieu de résidence, ce qui est le reflet d’un processus de territorialisation, et une argumentation basée sur les risques d’exclusion sociale. Les populations domiciliées en camping revendiquent donc une prise en compte d’un mode de vie contraint par un contexte économique et social difficile et une normalisation de leur situation considérée par les autorités publiques en marge des normes sociales.

30Finalement, ces deux populations, socialement très différentes, mettent toutes les deux en avant de nouvelles territorialités littorales fortes, ainsi qu’un droit à être considéré comme des citoyens comme les autres, sur la base de critères socio-économiques, que soient mis en avant le fait de payer des impôts, de contribuer à la vie citoyenne ou les risques d’exclusion. Une légitimité civique [Boltanski et Thévenot, 1991], basée sur l’égalité des citoyens, est mobilisée dans les deux cas.

3.3. Une cabanisation de pauvreté et de marginalité associée à une faible territorialité

31En dehors des parcs de loisirs aménagés, des populations s’installent de façon saisonnière ou permanente sur des terrains privés, comme les gens du voyage à Marseillan, ou sur des terrains publics, parfois en sites classés comme sur les rives nord de l’étang de Leucate. L’accès aux réseaux (eau, électricité, gaz, etc.) est souvent inexistant. Un raccordement temporaire aux réseaux (eau, gaz, électricité) peut être autorisé par un maire, qui a également la possibilité d’interdire un raccordement définitif. Peu, voire non intégrés à la population locale, ces résidents restent en marge de la société en plus d’être en marge de la légalité. D’autant plus marginalisées sont les populations pauvres, d’anciens sans-logis, vivant dans des baraques ne répondant à aucune norme d’habitat, sur des terrains publics. Les formes d’habitat sont comparables à celles des bidonvilles. Petonnet (2011) compare d’ailleurs certaines cabanes des littoraux méditerranéens, comme celles de Beauduc, avec les habitats des collines de Rio qui « sont qualifiées de précaires ou d’indignes, qualificatifs également attribués à leurs occupants ». À Marseillan par exemple, une enquête de terrain révèle l’absence de structuration en réseaux (associatifs par exemple) et l’absence de tradition et de conscience collective cabanière [Vanti, 2009], synonyme de faible territorialité. Cette population, souvent discriminée, manque de relais avec les autorités publiques pour dialoguer et peine à mettre en avant une légitimité territoriale. Ceci affaiblit sa capacité à négocier avec les pouvoirs publics, qui privilégient des mesures coercitives à son encontre, telles que des actions visant à lutter contre une forme d’habitat ne répondant pas aux critères de sécurité.

32Face à ces populations comme face aux retraités résidant dans des parcs de loisirs, les politiques de lutte contre la cabanisation sont marquées par « la volonté de sédentarisation de ces populations au moyen d’un mode d’habitat classique de type pavillonnaire et d’une règlementation d’urbanisme allant dans ce sens », ce qui a « vocation à répondre à la fois à une finalité de protection des personnes, tout en contribuant à « uniformiser » le mode d’habiter » [Lorio, 2011]. Cette normalisation des modes d’habitat, ici au cœur des politiques de lutte contre la cabanisation, s’appuie sur une légitimité tant civique qu’industrielle [Boltanski et Thévenot, 2011] mais se heurte à la volonté des habitants des cabanes de faire reconnaître une diversité de modes de vie et d’habitat.

33Face à cette cabanisation de pauvreté et de marginalité, notons que, si les pouvoirs publics ont adapté les mesures de régulation selon les contextes de cabanisation en fonction des diagnostics locaux, ces mesures concernent davantage le volet juridique et patrimonial des cabanes, alors que le volet social reste particulièrement discret, voire inexistant. Il est vrai que toute solution envisagée doit comprendre le relogement de ces populations dans un périmètre où les possibilités d’action sont, comme nous l’avons vu, restreintes. La cabanisation n’est pas qu’une problématique juridique pour les pouvoirs publics, car elle interroge de nombreuses politiques publiques dans le domaine social (logement, santé, vieillesse/retraite…), environnemental (gestion des eaux usées et des déchets, paysage, érosion) et culturel (architecture, patrimoine). Sur les littoraux et en particulier en Languedoc-Roussillon, il semble que ces deux derniers domaines soient davantage pris en compte par les autorités publiques, mettant au second plan, voire entre parenthèses, les problématiques sociales concernant une cabanisation de pauvreté et une réflexion sur les modes d’habitat alternatifs à la maison individuelle, qui restent stigmatisés et marginalisés.

34Au vu de ce panorama apparaissent plusieurs groupes d’habitants des cabanes caractérisés par des formes d’habitat différentes mais aussi par des territorialités fortes ou faibles, des justifications relevant de divers principes, des niveaux d’intégration dans la société et des capacités de négociation très différents. Les politiques publiques doivent tenir compte de cette diversité.

Conclusion

35L’habitat illégal est une réalité aux multiples visages tant les formes et les usages sont divers. Il se développe sur tous types d’espaces, et particulièrement sur les littoraux soumis à une forte pression anthropique et où le processus est ancien. On y observe le croisement de trois types de cabanisation (de loisir, de pauvreté, résidentielle) et la prédominance d’une cabanisation de loisir sur les espaces les plus proches de la mer. L’analyse révèle le poids de caractéristiques spécifiques à l’espace côtier du Languedoc-Roussillon : milieux lagunaires d’une côte basse à lido propices à des implantations dissimulées ; urbanisation tardive du littoral avec la Mission Racine impliquant un télescopage entre des traditions ancestrales d’occupation du littoral et les formes d’occupation résidentielle contemporaines ; rapport à la norme problématique sur certains points du littoral.

36L’analyse des politiques publiques menées en Languedoc-Roussillon pour encadrer le phénomène montre le passage d’un relatif laisser-aller émaillé de quelques actions coups de poing, à des solutions plus complexes et coordonnées entre les différents acteurs publics, intégrant également parfois des acteurs de la sphère privée (associations d’habitants, notaires, agents immobiliers…). Pour gagner en efficacité dans leur travail de régulation, les acteurs publics, au premier rang desquels les maires, doivent notamment tenir compte de la diversité des populations concernées.

37Si la caractéristique commune des cabanes étudiées dans cet article est d’être en marge de la légalité, on remarque que certaines des populations concernées sont également en marge de « l’ordre social » (population discriminée, marginalisée, pauvres…) et/ou en marge des normes esthétiques. Certaines populations cumulent ces trois « mises à l’écart », ce qui tend à affaiblir leur capacité à négocier avec les autorités publiques. Par contre, les cabaniers en marge « seulement » de la légalité, et parfois des normes esthétiques, ont réussi à mobiliser des alliés parmi les autorités publiques et les personnalités locales, et à rééquilibrer les rapports de force avec les pouvoirs publics. De façon générale, la présentation de profils des cabaniers met en évidence le fait que la cabanisation n’est pas qu’un problème juridique mais interroge des politiques sociales, environnementales et culturelles. Elle souligne surtout la diversité des populations, des argumentaires et des processus de territorialisation qui marquent les phénomènes de cabanisation et l’ancrent plus ou moins dans les réalités locales, diversité dont les politiques publiques doivent tenir compte. La lecture des profils des habitants et processus de territorialisation proposée dans la dernière partie de l’article mérite d’être approfondie et réfléchie à partir de travaux sur d’autres terrains et d’ouvrir sans doute davantage à des réflexions interdisciplinaires sur les questions de justice socio-spatiale.

Haut de page

Bibliographie

BAISSETTE G. (1990), L’étang de l’Or. Montpellier, Les presses du Languedoc-Roussillon : 241 p.

BOLTANSKI L., THÉVENOT L. (1991), De la justification : les économies de la grandeur. Paris, Gallimard, 421 p.

BRL (2004), Connaissance et identification de la cabanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon. Rapport principal, MIAL, 28 p.

CADORET A. (2006), Conflits d’usage liés à l’environnement et réseaux sociaux : enjeux d’une gestion intégrée ? Le cas du littoral du Languedoc-Roussillon, thèse de géographie-aménagement, Université Paul Valéry, Montpellier III, 586 p.

CORBIN A. (1990), Le territoire du vide. L'Occident et le désir de rivage (1750-1840), Paris, Flammarion, coll. « Champs », 407 p.

COULOMBIÉ H. (2006), « Littoral : le retour vers l’équilibre. Partie 2 », Bulletin de Jurisprudence du Droit de l’Urbanisme, n° 2, pp. 82-91.

CREATER (2006), L’évolution des campings sur le littoral du Languedoc-Roussillon. État des lieux par une approche indicateurs, Rapport pour le compte de la MIAL, 107 p.

CROZAT D. (2007), La cabanisation dans l’Hérault : négociation et production de la norme à travers l’habitat illégal, colloque « Les périphéries des villes du sud de l’Europe entre normes et innovations ». Bordeaux.

FABREGA H. (2003), Le phénomène de cabanisation sur les marges des étangs palavasiens ; état des lieux et diagnostic, mémoire de DESS GERALD, Université Paul Valéry Montpellier 3, 126 p.

GORIAINOFF A. de (1985), La cabanisation, une vieille histoire, Études Foncières, n° 28, pp. 31-34.

GRUCKERT F. (2001), Le secret des cabaniers. Pont St-Esprit, La Mironde :, 127p.

INSEE Repères, n° 3, juin 2004.

JACQUELIN C., ROTSCHI A. (2005), Les cabanes de pêcheurs du Roussillon, Dossier cabanes et cabaniers des étangs de Camargue, du Languedoc et du Roussillon, 5 p.

LEMARCHAND A. (2007), « Travail mobile et habitat non ordinaire dans les villes portuaires », in C. Lévy-Vroelant, D. Robertson et J. Smyth, Le logement précaire en Europe, Paris, L’Harmattan, 2007.

LORIO C. (2011), Normalisation de l’habitat, Techniques et Cultures, Habiter le temporaire, n° 56, pp. 166-177.

MIAL (2004), Protocole pour les porter à connaissance des PLU des communes littorales, 2 p.

MÉSINI B. (2011), Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile, éphémère ?, Techniques et Cultures, Habiter le temporaire, n° 56, pp. 148-165.

MOUAZIZ B. et MOUAZIZ N. (2010), L’urbain informel et les paradoxes de la ville algérienne : politiques urbaines et légitimité sociale, Espaces et sociétés, 2010/3 (n° 143), pp. 101-116.

NIKOLAÏDOU S. (2009), L'urbanisation littorale de la plaine viticole de Messoghia : entre villégiature et périurbanisation, Rencontre thématique internationale, Typologies des conflits littoraux, École Française de Rome, Madrid, 3 et 4 juillet 2009.

PETONNET C. (2011), Des Cabanes quand même encore et toujours, Techniques et Cultures, Habiter le temporaire, n° 56, pp. 194-199.

POULAIN F. (2000), Le coût de la résorption du camping illégal sur parcelles privées, Études Foncières, n° 88, pp. 41-45.

POULAIN F. (2001), Le camping, alternative à la résidence secondaire - propriétaire de son habitat, locataire de son terrain, Cahier Espaces, n° 69, pp. 106-112.

POULAIN F. (2005a), Habitat de plein air, habitat mutable. De l’appropriation des habitats de plein air hors des campings, Cahier Espaces, n° 84, n° spécial « Hébergement de plein air », pp. 94-106.

POULAIN F. (2005b), Tous campeurs. Le rôle social des terrains de camping pour les habitants non vacanciers, Cahier Espaces, n° 84, n° spécial « Hébergement de plein air », pp.100-106.

RACINE P. (1980), Mission impossible ? l'aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon, Montpellier : Midi libre, coll. Témoignages, 293 p.

RAFFESTIN C. (1980), Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 249 p.

VANTI C. 2009, Réflexion sur la problématique de cabanisation et premier diagnostic sur la commune de Marseillan, Mémoire de Master 1, Montpellier III, 96 p.

Haut de page

Notes

1 Une partie de ce travail a été financée par l'ANR « Programme Agriculture et Développement Durable », projet « ANR-05-PADD, COVER (COnflits d’usage et de Voisinage dans les Espaces Ruraux et périurbains) », piloté par André Torre (2006-2009).

2 Termes employés plusieurs fois dans l’article de L’Indépendant du 29 mai 2003, « Menace de démolition de baraques à l’étang ».

3 Propos d’un cabanier recueilli en juin 2002 au cours du tournage du film A la revoyure ! Joseph le Cabanier réalisé par Bazin et Jacquelin, 2003.

4 Propos recueillis dans la lettre des avocats des propriétaires envoyée au Préfet le 8 décembre 2004.

5 Propos de l’avocat des résidents recueillis dans L’Indépendant, 2 février 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La cabanisation : un habitat multiforme
Crédits Sources : Cadoret, 2005, 2007 ; Bataille, vers 1945.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 1. Nombre et localisation des cabanes sur les communes littorales du Languedoc-Roussillon (estimation 2004)
Crédits Réalisation: Cadoret A., TELEMME, 2012.Source : Mission Littoral LR et SIEL (2005).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Cadoret et Valérie Lavaud-Letilleul, « Des « cabanes » à la « cabanisation » : la face cachée de l’urbanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 125-139.

Référence électronique

Anne Cadoret et Valérie Lavaud-Letilleul, « Des « cabanes » à la « cabanisation » : la face cachée de l’urbanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5378 ; DOI : 10.4000/eps.5378

Haut de page

Auteurs

Anne Cadoret

Université d’Aix-Marseille
UMR 7303 TELEMME
anne.cadoret@univ-amu.fr

Valérie Lavaud-Letilleul

Université Paul Valéry Montpellier III
UMR 5281 ART-Dev
lavaud.letilleul@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org