Navigation – Plan du site
Articles

Entre ancrages temporaires et mobilités saisonnières : l'installation permanente des travailleurs mobiles du tourisme sur le littoral atlantique

Between Temporary Bases and Seasonal Mobilities: The Permanent Settlement of Mobile Seasonal Workers in Tourism on the Atlantic Coast
Aurélien Gentil
p. 111-124

Résumés

À partir d’un travail ethnographique mené dans un petit village balnéaire de la côte landaise, cet article analyse la place différenciée des salariés saisonniers mobiles du tourisme dans la production sociale de l’espace littoral. Il montre comment ceux-ci alimentent, sur un plan synchronique et diachronique, à travers leur présence et leur trajectoire de vie, la morphologie sociale du lieu qu’ils investissent temporairement pour travailler. Dans cette optique, une typologie des manières d’habiter l’espace-temps saisonnier estival est d’abord établie pour ensuite être resituée au regard de la trajectoire résidentielle d’installation permanente sur le littoral atlantique d’une partie de ces « intermittents » du tourisme. Cette approche permet de dégager à la fois le rôle singulier et évolutif des travailleurs saisonniers dans la vie du lieu qu’ils investissent temporairement pour mener leur activité et la place de cette expérience dans le processus de formation de leur manière d’être, de faire et de penser. Elle invite finalement à appréhender la dynamique de peuplement du littoral atlantique comme l’articulation de trajectoires de vie multiples déterminant des rapports pratiques et symboliques contrastés à cet espace

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une typologie complète des lieux touristiques se référer à l’ouvrage de l’Équipe MIT (2002), T (...)
  • 2 En 2005, c’est sur la côte atlantique que l’amplitude saisonnière du nombre d’emplois liés au touri (...)
  • 3 Cet article s’appuie sur les résultats d’une recherche ethnographique menée à Belle-Plage entre 200 (...)
  • 4 Le véritable nom ce lieu a été modifié afin de livrer nos résultats en respectant l’anonymat promis (...)
  • 5 D’après la typologie des lieux touristiques construite par l’équipe MIT, Belle-Plage appartiendrait (...)
  • 6 D’après l’enquête réalisée par questionnaires durant l’été 2006, on distingue à Belle-Plage trois g (...)
  • 7 Ils retirent de l’activité saisonnière la part principale de leur revenu annuel.

1L’espace littoral est plus distinctement qu’ailleurs marqué par les variations saisonnières de sa morphologie sociale [Mauss, 1904 -1905]. Cette situation permet « d'étudier dans des conditions particulièrement favorables, la manière dont la forme matérielle des groupements humains, c'est-à-dire la nature et la composition de leur substrat, affectent les différents modes de l'activité collective » [Mauss, 1997, p. 390]. De mai à septembre la vie sociale des lieux touristiques1 dispersés sur le littoral atlantique est mise en branle par la coprésence temporaire de diverses populations. Un « système d’acteurs, de pratiques et de lieux » [Knafou et Stock, 2003, p. 931] qui engage parallèlement à la présence des vacanciers celle de nombreux salariés saisonniers venus d’ailleurs pour travailler2 À partir d’une recherche empirique focalisée3 sur le village côtier landais de Belle-Plage4 ce texte examinera la manière dont ces travailleurs mobiles alimentent de façons contrastées, selon leur trajectoire de vie, la production sociale d’une petite « station »5 de l’espace littoral. Suivant les axes de réflexion de M. Halbwachs (1970) dans ses travaux sur la morphologie sociale il sera finalement question d’analyser les modes d’inscription spatio-temporels des pratiques déployées par un groupe social donné et les fonctions sociales de ces modes d’inscription. Une population spécifique est ici précisément visée : les salariés menant durant l’année une activité bi-saisonnière et multi-localisée6. « Vivant des saisons »7 ceux-ci sont guidés dans leurs déplacements par les logiques de déploiement spatiales et temporelles des pratiques touristiques. Migrant au gré des périodes et des lieux de vacances pour accéder à l’emploi, ils semblent incarner l’impératif de flexibilité et d’adaptabilité promu par le « nouvel esprit du capitalisme » érigeant aujourd’hui la mobilité spatiale et professionnelle comme norme [Boltanski et Chiapello, 1999]. Caractérisée par l’instabilité et la discontinuité de leur rapport à l’emploi, à l’espace et au temps, leur situation peut-être qualifiée de « précaire » [Cingolani, 2005]. Cependant cette mobilité saisonnière et les modes d’ancrage qu’elle détermine peuvent revêtir des formes et des sens multiples selon les individus [Douarche, 2003]. L’étude localisée de cette population offre dès lors une possibilité intéressante de montrer que sa place dans la production sociale de l’espace littoral se joue bien au croisement de déterminants structurels et de logiques individuelles. Elle permet de saisir pourquoi et comment des individus partageant une « communauté de position » (salariés, saisonniers et mobiles) entretiennent des rapports pratiques et symboliques socialement différenciés à un même lieu de travail et de résidence temporaire.

  • 8 On entend par là l’ensemble des recherches dont la fonction et la légitimité premières sont de prod (...)
  • 9 L’espace-temps saisonnier doit être ici conçu comme un cadre spatial et temporel d’inscription des (...)

2Jusqu’à présent les recherches portant sur les travailleurs saisonniers du tourisme se sont appliquées majoritairement à déterminer leur profil sociodémographique et à dresser l’état des lieux de leur situation sociale et professionnelle. Si certains travaux mobilisent des méthodes ethnographiques pour accéder au vécu des saisonniers et à leur trajectoire [Réau, 2006 ; Dethyre, 2007], nombreux sont ceux qui se cantonnent à une approche plus quantitative (enquêtes par questionnaires, croisement des statistiques publiques). Généralement inscrits dans le vaste champ de la « recherche-action »8, ces travaux trouvent leur légitimité dans l’objectif d’améliorer la situation sociale des travailleurs saisonniers et/ou l’offre touristique [Le Pors, 1999]. Initiés à différentes échelles par des acteurs sociaux aux objectifs divers, certains dénoncent des conditions de vie « indignes » [Fondation Abbé Pierre, 2003] quand d’autres s’inquiètent de la difficulté à trouver une main-d’œuvre qualifiée et fidèle. Dans tous les cas, chacune des dimensions encadrant l’expérience saisonnière est appréhendée en termes de position et de condition. Saisies séparément et définies en fonction des problèmes sociaux ou économiques qu’elles posent, les modalités d’existence des travailleurs saisonniers (travail, logement, mobilité, famille, santé) sont finalement abordées de manière statique comme des « états » qu’il faut décrire et mesurer pour mieux les corriger. Rompant avec cette approche, cet article invite à penser l’expérience de l’espace-temps saisonnier9 comme un rapport contextualisé, conjuguant de multiples dimensions de la vie sociale (relationnelle, professionnelle, familiale et résidentielle), déterminé par une trajectoire et pris dans un processus. Un rapport évolutif dont il s’agit de saisir les déterminants et l’empreinte sur les lieux investis, plus spécialement ici sur la vie d’un petit village côtier animé principalement durant la période estivale. Comment la localité se construit-elle dans les mobilités ? Quel rôle tiennent les bi-saisonniers mobiles dans la vie du lieu qu’ils habitent pour travailler durant l’été ? Comment participent-ils à la production du contexte qui encadre leurs pratiques ? De quelles manières alimentent-ils les variations de la morphologie sociale de ce lieu d’ancrage temporaire ? Et en retour, quelle place tient l’expérience de l’espace-temps saisonnier estival dans la formation de leurs manières d’être, de faire et de penser ? En quoi cette expérience peut-elle infléchir leur trajectoire de vie ? Pourquoi et comment certains décident-ils, avec le temps, de se procurer un logement permanent dans leur lieu d’activité saisonnière ? Pour répondre à ces questions, cet article étudiera d’abord des façons socialement et spatialement différenciées d’habiter temporairement un même espace. Trois « manières d’habiter » Belle-Plage seront dégagées. Puis ces « modèles d’appropriation de l’espace » [Grafmeyer et Authier, 2008, p. 44] isolés pour l’analyse seront ensuite resitués, à partir des ressources et des contraintes qu’ils déterminent, au regard de la trajectoire résidentielle des bi-saisonniers mobiles ayant élu domicile « à l’année » à Belle-Plage. La production sociale de l’espace littoral sera ainsi saisie dans sa dimension synchronique et diachronique.

1. Trois manières d’habiter l’espace-temps saisonnier : les ambulants, les habitués et les locaux

  • 10 Cette typologie a pu être élaborée à partir de nos observations et de l’analyse des entretiens semi (...)

3L’étude des modes d’appropriation différenciés de Belle-Plage révèle que, conjointement à l’influence de certains déterminants sociaux « classiques » (âge, position dans le cycle de vie, qualification, type d’emploi occupé), la trajectoire d’entrée et l’ancienneté des bi-saisonniers dans ce lieu touristique pèsent nettement sur leur manière de l’habiter. Ainsi on peut, à partir de différents indicateurs, repérer trois formes distinctes de rapport pratique et symbolique à Belle-Plage, correspondant à trois catégories idéal-typiques d’individus : les ambulants, les habitués et les locaux10

1.1. Les ambulants 

4Résidant durant des périodes plus courtes que les autres bi-saisonniers (2/3 mois), leur présence, avec celle des étudiants ayant un emploi pour l’été, marque la séquence durant laquelle la densité dynamique [Durkheim, 1895] du village est la plus forte. Leur arrivée et leur départ bornent la principale période de fréquentation touristique (juillet/août). C’est pour la plupart leur première saison à Belle-Plage. Cette catégorie peut être divisée en deux groupes d’âge, de qualification et d’expérience distincts. Les jeunes ambulants (moins de 22 ans) qui sont les moins expérimentés professionnellement et occupent généralement les emplois les moins qualifiés (plonge, ménage, …) pour ceux n’ayant pas de formation en lien avec le tourisme ou peu d’expérience dans ce secteur et des emplois plus qualifiés pour ceux formés dans la restauration, le sport ou l’animation. Les ambulants expérimentés (plus de 22 ans) qui ont accompli un plus long parcours professionnel en tant que salariés saisonniers. Ils ont une formation en lien avec leur activité ou se sont formés « sur le tas » au fil de leurs expériences. Ils occupent généralement, parmi les ambulants, les emplois les plus qualifiés et offrant les meilleurs avantages (salaire, logement,..). Si les jeunes formés dans les métiers du tourisme mettent principalement en avant l’acquisition d’une expérience professionnelle pour expliquer leur arrivée dans le lieu, les jeunes non qualifiés invoquent plutôt leur curiosité vis-à-vis du travail saisonnier et la possibilité de gagner de l’argent dans un cadre agréable. Les expérimentés justifient leur présence d’abord par le choix d’un mode de vie, le plaisir de « faire les saisons » et de profiter des lieux investis, puis la possibilité d’accéder à un emploi et un revenu.

5Le rapport que les ambulants entretiennent à leur lieu de résidence temporaire est largement déterminé par le fait d’être arrivés pour la plupart au hasard de leur recherche d’emploi. Cette trajectoire d’entrée dans la vie du lieu pèse à différents niveaux sur les formes et la nature des sociabilités locales qu’ils vont déployer.

6La position géographique de leur logement est rarement le résultat d’un choix, du moins d’une anticipation. Entrés par le biais de leur recherche d’emploi dans la vie d’un lieu qu’ils ne connaissaient pas (ou peu) ou dans lequel ils ne pensaient pas a priori revenir, ils sont amenés à résider dans le logement fourni par leur employeur ou dans les logements disponibles pour les travailleurs saisonniers au moment de leur arrivée. Ainsi si certains vivent au cœur de la station, plusieurs d’entre eux trouvent à se loger à distance du centre. Les ambulants, plus que les autres, habitent des tentes, des caravanes ou des camions. Leur espace d’habitation est souvent peu propice de par sa taille, sa configuration et les fonctionnalités qu’il offre pour recevoir ou héberger des amis ou des membres de leur famille. Logeant parfois seuls, ils partagent dans la plupart des cas leur logement ou leur zone d’habitation (camping) avec des collègues de travail ou d’autres ambulants. Leur réseau de sociabilité, à l’échelle du lieu, est principalement composé par ces co-habitants. Leur fréquentation des espaces de sociabilité du bourg (logements saisonniers, bars, restaurants, rue commerçante, plage) est largement dépendante du réseau local de relations qu’ils ont pu tisser. Ils investissent les mêmes lieux que leurs collègues de travail ou que les ambulants avec lesquels ils ont sympathisé. Les jeunes qui assimilent plus que les expérimentés la saison à une période festive multiplient les sorties nocturnes. L’éventail des commerces investis par les ambulants, notamment les bars, est assez large. Ils n’ont pas intégré les critères de hiérarchisation et de sélection des lieux d’animation du village qui déterminent les autres saisonniers dans leurs pratiques. Leur situation de logement et l’entre soi qu’elle alimente engendrent chez eux un sentiment de distance par rapport aux saisonniers plus anciens. S’ils participent avec plaisir aux différents événements formels ou informels (sportifs, culturels ou festifs) animant la vie du lieu, ils n’en sont jamais les instigateurs ou les organisateurs. Ils tiennent plutôt une position de spectateur.

7De façon générale, leur trajectoire d’entrée dans la vie saisonnière de Belle-Plage participe au déploiement de sociabilités « externes » [Forsé, 1981] centrées sur leurs collègues de travail et les espaces de sociabilité du bourg. Leur logement semble tenir un rôle principalement fonctionnel, servant surtout de lieu de repos. Recevant et hébergeant peu, ils ne s’approprient pas leur logement comme un véritable « chez soi » [Serfaty-Garzon, 2003].

8En dehors de leur lieu d’activité saisonnière estivale, le réseau de sociabilité des ambulants s’inscrit dans une pluralité d’espaces et paraît assez labile. Le dessin du réseau de liens « forts » [Granovetter, 1973] tissés et entretenus par les expérimentés est souvent déterminé par leur expérience de la mobilité saisonnière. Ainsi la plupart de leurs amis ont été rencontrés dans d’autres espaces de saison. Il est d’ailleurs fréquent durant l’intersaison pour les expérimentés de rendre visite à ces proches. Les jeunes seront pour la plupart encore largement attachés aux liens familiaux et amicaux qu’ils ont tissés dans leur lieu d’origine. Un lieu où ils « se posent » généralement durant l’intersaison.

9Les ambulants mobilisent peu les catégories indigènes de perception et de qualification du lieu. S’ils apprécient le cadre naturel (forêt, océan, vagues, plage) ils semblent moins que les autres (habitués et locaux) avoir construit un rapport mythifiant à Belle-Plage. C’est avant tout un lieu de travail, agréable certes, mais qu’ils ne considèrent pas comme unique et irremplaçable. Ils se disent « de passage » et n’envisagent pas, a priori, de revenir pour les saisons suivantes. Si les jeunes évoquent peu les désagréments d’un rapport discontinu au temps et à l’espace et mettent en avant les attraits d’une vie nomade et festive, faite de rencontres et d’expériences nouvelles, l’exercice prolongé des saisons semble toutefois, pour les expérimentés, se traduire par le projet de se stabiliser professionnellement et géographiquement. Pourquoi pas dans un lieu touristique saisonnier auquel avec le temps ils se seraient habitués ?

1.2. Les habitués 

10Ils s’installent majoritairement pour un temps dépassant largement la pleine période d’activité touristique (3/7 mois). Les premiers rayons de soleil printaniers accompagnent leur arrivée et les premiers orages d’automne leur départ. Ils ont travaillé et résidé à Belle-Plage au moins quatre saisons estivales. Plus ceux-ci sont anciens dans la vie du lieu plus leur période de résidence est longue. Plus âgés en moyenne (plus de 22 ans) que les autres bi-saisonniers, ils n’étaient pas pour la plupart qualifiés pour l’emploi qu’ils occupent désormais. Ils sont généralement entrés dans la vie du lieu par le biais d’un ami, d’une connaissance ou d’un membre de leur famille élargie. Des contacts locaux qui les ont aidés dans bien des cas, pour leur première saison à Belle-Plage, à trouver un emploi et un logement sur place. Plus que l’argent que leur apporte leur emploi, ils mettent en avant leur degré d’attachement au lieu et à sa population pour expliquer et légitimer leur présence. Ils apprécient la forte interconnaissance qui régit les formes de sociabilité locales et la possibilité qui leur est offerte de tisser et d’entretenir certaines relations d’amitié.

11La position géographique de leur logement, est cette fois-ci le résultat d’un « choix », du moins d’une démarche anticipatrice. Ils ont pu préparer leur venue et réserver, parmi les logements disponibles, celui qui leur convient. Dans tous les cas, le choix de la position géographique de leur logement s’articule au rapport qu’ils entretiennent avec la vie du lieu. Ceux qui souhaitent profiter au maximum de l’animation de Belle-Plage prendront lorsqu’ils le peuvent un logement au centre de la station alors que ceux, souvent les plus anciens, qui veulent pouvoir couper avec la frénésie de la vie saisonnière se logent à distance des zones les plus animées. Une même position géographique d’habitation ne revêt pas la même signification et n’engendre pas les mêmes pratiques selon le type de saisonnier. Les habitués vivent plus souvent dans des logements « en dur », de petits appartements, parfois même des maisons. Ils louent généralement leur logement à titre personnel mais peuvent parfois être logés par leur employeur ou un ami saisonnier habitant un logement familial. Qu’ils vivent seuls ou à plusieurs les habitués pensent avoir « choisi », selon les possibilités qui leurs étaient offertes, leur situation de logement. Certains, souvent les plus anciens, affirment avoir fait le choix de vivre seul (ou en couple) et d’éviter ainsi les désagréments d’une colocation (manque d’intimité, nuisances sonores, …) quand d’autres préfèrent vivre de manière plus conviviale et plus économe avec d’autres saisonniers partageant les coûts d’habitation. Leur logement, contrairement à celui des ambulants, est généralement approprié comme un « chez soi » ou un « chez nous » pour ceux qui vivent en couple. Décoré, personnalisé, aménagé, il devient leur principal point d’ancrage au lieu. Ne possédant pas dans la plupart des cas de logement qu’ils considèrent comme « permanent », cet habitat temporaire représente pour eux un point de stabilisation spatio-temporel essentiel. Ainsi les sociabilités à l’intérieur et autour du logement sont directement liées à la place que celui-ci tient dans la trajectoire des individus. Ils peuvent recevoir de manière plus ritualisée, préparer un repas pour leurs amis saisonniers, et héberger des amis ou des membres de leur famille. Ainsi, ils déploient plutôt une sociabilité « interne » [Forsé, 1981], centrée sur leur logement, qu’ils conçoivent comme un espace de retrait et de préservation de leur vie privée.

12Leur réseau local de relations est plus élargi et diversifié que celui des ambulants. Avec le temps, ils ont pu nouer des relations d’amitié avec d’autres habitués, avec certains commerçants, avec des vacanciers revenant chaque année ou de simples résidants du bourg. Avec l’ancienneté, la temporalité des pratiques de sociabilité qu’ils déploient en dehors de leur logement se modifie. Avec l’expérience ils tendent à sélectionner leurs sorties nocturnes et à moins fréquenter la rue et ses commerces dans leurs moments les plus festifs, spécialement durant la pleine saison (mi-juillet/mi-août). Mais ils participent à d’autres facettes de la vie locale. On pourra par exemple les observer, durant les matinées d’été, regroupés sur la terrasse d’un café ou sur le sommet des dunes, savourant les premiers rayons de soleil en discutant de leurs aventures (sportives, sentimentales ou festives) de la veille ou à venir. Ils donnent en partie, à travers leur présence et leur visibilité dans certains commerces et dans certains espaces (la dune, la plage, la rue,..), le ton à la vie matinale de Belle-Plage. Leur réseau de liens forts semble au fil du temps se réduire de plus en plus au cercle d’amis qu’ils ont pu se faire durant les saisons qu’ils ont menées à Belle-Plage. Si certains entretiennent quelques relations durant les intersaisons avec les membres de leur famille et leurs amis de longue date, il s’avère qu’avec le temps et les saisons passées dans un même lieu, la fréquence et l’intensité de ces relations diminuent. Si certains ont noué des liens solides dans d’autres lieux de saison investis durant l’hiver, c’est à Belle-Plage que le noyau dur de leur réseau de relations semble être ancré.

13Plus que les ambulants, les habitués mobilisent des catégories de classement indigènes pour décrire le lieu et ses spécificités. Ils revendiquent la « différence » entre Belle-Plage et d’autres lieux côtiers, une différence qu’il s’agit de protéger. Ils décrivent le village comme un espace à l’abri d’un tourisme trop envahissant et offrant un cadre naturel particulièrement agréable. Un espace élu pour son ambiance et son côté préservé. Avec le temps ils ont finalement intériorisé l’inquiétude autochtone d’une potentielle transformation de la morphologie du lieu.

14Enfin, les habitués portent un regard ambivalent sur leur situation de saisonnier. D’un côté, ils revendiquent une situation d’emploi et un mode de vie « extraordinaires ». Ils estiment être à l’écart des préoccupations et des temporalités routinières des gens « normaux ». Ils souhaitent avant tout profiter pleinement des lieux dans lesquels ils sont amenés à s’inscrire. D’un autre côté, s’ils manifestent un rapport idéalisé à la saison durant leurs premières années d’activité, le regard qu’ils portent sur leur situation devient plus nuancé avec l’expérience. Ils conçoivent l’activité saisonnière comme tenable à long terme, à condition de pouvoir se stabiliser à l’année dans un logement dans lequel ils pourront « se poser » avec les affaires (vêtements, meubles, …) qu’ils transportent d’une saison à l’autre. Si cette installation n’exclut pas la poursuite des saisons hivernales en montagne, elle peut se traduire à terme par l’ouverture/reprise d’un commerce estival ou le cumul d’une activité salariée saisonnière durant l’été et d’autres types d’emplois ancrés localement durant l’hiver.

1.3 Les locaux

15Minoritaires parmi les bi-saisonniers mobiles de Belle-Plage, ils font partie des figures locales. C’est eux qui en dehors de leur activité saisonnière hivernale résident le plus de temps dans le village (5/8 mois). Originaires du département ou de la région, âgés pour la plupart de moins de 25 ans, ils habitent là depuis leur enfance et s’inscrivent en profondeur dans l’épaisseur historique nourrissant la vie du lieu. Belle-Plage est pour eux un espace « hérité » et « fondateur » [Gotman, 1999]. Au-delà d’une rémunération, leur emploi saisonnier leur offre la possibilité de profiter au mieux d’un lieu dont ils ne veulent pas changer. Socialisés dans ce lieu d’activité saisonnière il leur semble « naturel » d’y travailler durant l’été. Ainsi, ils mettent en avant leur origine locale pour légitimer leur situation.

16Les locaux disposent plus que les autres de ressources localisées (économiques, pratiques et symboliques) compensant la précarité inhérente à la condition de saisonnier mobile.

17On peut noter en premier lieu que leur situation d’emploi et leur projection dans le travail saisonnier sont étroitement liées à leur capital d’autochtonie [Renahy, 2010]. Ils ont tous pu s’appuyer sur leur réseau familial ou amical pour trouver un emploi à Belle-Plage. Certains sont enfants de commerçant(s) et reproduisent la position de leurs parents en s’investissant dans l’entreprise familiale. D’autres sont salariés par leurs amis ou des membres de leur famille élargie. Ils restent fidèles à leur emploi qu’ils reprennent chaque année. Qualifiés ou non ils estiment que cet emploi leur offre l’opportunité de mobiliser, d’assimiler et de parfaire certains savoir-faire professionnels, mais surtout qu’il leur permet de travailler avec leurs proches dans un cadre qu’ils apprécient. Satisfaits dans l’ensemble de leur situation d’emploi et de leurs conditions de travail, ils entretiennent des liens solides avec leurs employeurs et leurs collègues habitués des lieux qu’ils côtoient fréquemment en dehors du cadre de leur activité professionnelle et de la période estivale.

18Certains habitent le logement familial. Cette situation offre plusieurs avantages. C’est d’abord pour eux un atout financier. Les revenus qu’ils peuvent espérer durant la saison estivale ne sont pas amputés d’un loyer. Ensuite, ce logement généralement plus spacieux et confortable que ceux investis temporairement par les autres saisonniers offre des conditions d’habitat moins contraignantes. Il permet à certains, de part sa taille et sa configuration, de recevoir et de loger plus facilement et plus régulièrement des amis vacanciers ou d’autres saisonniers de Belle-Plage en mal de logement. Le logement familial peut jouer parfois le rôle de relais pour des amis venus mener une saison à Belle-Plage n’ayant pas encore trouvé d’emploi et/ou de logement. Solidaires, certains locaux peuvent ainsi pallier au manque de logements disponibles ou à la difficulté d’en trouver, par leur accueil temporaire ou permanent (le temps d’une saison), d’autres saisonniers. Ce logement peut de plus être un relais important des sociabilités alimentant la vie du lieu et de la population saisonnière. Les fêtes, les repas, les jeux (parties de cartes, jeux vidéo) ou les discussions se déroulant fréquemment dans cet espace confortable offrent la possibilité à de nombreux saisonniers de se rencontrer ou de renforcer les liens qui les unissent. La position symbolique des hôtes locaux s’en trouve valorisée. Bien sûr, la place du logement familial dans le déploiement de ces formes de sociabilité dépend largement du degré de présence et de tolérance des autres membres de la famille, notamment des parents généralement propriétaires des lieux. Le logement familial est un espace privé dont l’accès reste sélectif. Ainsi, il offre aux locaux plus d’intimité et la possibilité de couper plus nettement avec la frénésie de la vie saisonnière.

19D’autres locaux décident toutefois de quitter le logement familial durant la saison estivale pour investir un logement qu’ils partagent avec leurs amis proches. Souvent plus jeunes il s’agit pour eux d’expérimenter une nouvelle forme de cohabitation. Dans ce cas, ils préparent leur saison et organisent assez tôt leur installation. Ils peuvent ainsi aménager et personnaliser leur logement et se bricoler plus facilement un espace d’intimité. Ce « chez soi » tient là encore une place importante dans leurs sociabilités. Il permet de recevoir des amis, des voisins, d’héberger leur(s) rencontre(s) amoureuse(s) estivale(s), d’organiser des fêtes et des repas. La plupart des locaux rencontrés à Belle-Plage en 2007 ont depuis quitté de façon permanente le logement familial pour investir une habitation située dans le village ou ses environs qu’ils ont pu trouver par le biais de leurs connaissances. Une habitation qu’ils louent toute l’année même lorsqu’ils continuent à partir en saison d’hiver. En couple et/ou en colocation, ils se sont tous installés avec d’autres saisonniers originaires du lieu ou habitués. Plus encore que les habitués, ils déploient des sociabilités « internes » [Forsé, 1981], leur logement tenant une place centrale dans l’économie de leurs pratiques et de leurs relations.

20De façon générale, le réseau de sociabilité des locaux traduit la profondeur historique de leur ancrage à Belle-Plage. Ils entretiennent des liens intenses et fréquents avec les commerçants les plus anciennement établis, les saisonniers et les vacanciers les plus familiers du lieu. Leur réseau de sociabilité semble plus exclusif que celui des autres saisonniers, notamment celui des habitués dont le processus d’intégration dans la vie du village a été alimenté par la formation et l’entretien d’un réseau de liens plus souple et ouvert.

21Cultivant une forme de « culture de la frontière » [Raphael, 1996] Belle-Plage est devenue pour les locaux un « mythe référent », socle de leur représentation des autres lieux touristiques saisonniers de la côte Atlantique et plus généralement du monde urbain. Conçu comme « un monde à dimensions humaines, où l’individu a une place reconnue et des repères pour s’orienter » [Raphael, 1996, p. 85], Belle-Plage est pour eux le territoire revendiqué d’un « entre nous » (commerçants et habitants les plus anciens, saisonniers habitués et locaux) dont les réseaux de sociabilité forment le canevas, un espace protégé et unique qu’il s’agit de préserver. Ainsi ils rejettent l’idée d’un développement trop important de l’activité touristique du lieu qui risquerait à leurs yeux de priver Belle-Plage d’une morphologie sociale qui en fait la singularité. Le rapport qu’ils entretiennent avec les espaces dans lesquels ils pratiquent pour la plupart des sports aquatiques (surf, body-surf, natation) est significatif. Ils apprécient la faible fréquentation de leurs « spots » et redoutent la venue de trop nombreux visiteurs. Ainsi ils semblent avoir fortement intégré les représentations que les générations précédentes, pionnières dans le développement touristique de Belle-Plage, peuvent véhiculer. Non sans rappeler les logiques de classement statutaire des célèbres « Established » dont N. Elias et J.L. Scotson (1965) essayaient de dégager la genèse, les locaux ont largement intériorisé les clivages anciens/nouveaux qui structurent localement les relations entre commerçants, entre habitants ou entre travailleurs saisonniers. Ainsi, ils fréquenteront par exemple moins que d’autres saisonniers certains commerces stigmatisés à l’échelle locale par les plus anciens parce que tenus par des individus considérés comme « étrangers » au lieu et à son histoire.

2. Sociabilité de mobilité vs sociabilité de proximité

22Si la formation du réseau de sociabilité des ambulants est caractérisée par un mouvement « centrifuge », avec des sociabilités durant l’été tournées vers l’extérieur de leur logement et un réseau de relations dispersé dans les différents espaces qu’ils investissent durant l’année (sociabilités de mobilité) la formation et l’entretien du réseau de liens des habitués sont travaillés par un mouvement « centripète » (sociabilités de proximité). Avec le temps et l’expérience des saisons, leur réseau d’amitiés tend à être de plus en plus ancré localement. La localité se construit ainsi dans les mobilités. Alors que les liens forts tissés par les habitués et les locaux sont ancrés dans leur lieu d’activité estivale, le réseau de liens forts des ambulants s’inscrit dans d’autres espaces se confondant généralement avec le lieu d’ancrage familial pour les plus jeunes ou d’autres lieux d’activité saisonnière précédemment investis pour les plus expérimentés. En outre, les relations amicales, amoureuses et/ou professionnelles nouées au fil des saisons entre les bi-saisonniers mobiles se cristallisent bien souvent à travers le partage de destinations communes durant l’intersaison (à l’occasion de voyages menés en couple et/ou en groupes) et pour la période hivernale qu’ils passent en montagne. Ainsi les liens tissés dans un lieu d’activité saisonnière prennent bien souvent des formes délocalisées à d’autres périodes de l’année.

3. Manières d’habiter et trajectoire résidentielle

  • 11 Parmi les 26 bi-saisonniers mobiles interrogés en 2007, 12 habitaient en 2011 un logement permanent (...)

23Les manières d’habiter isolées pour l’analyse doivent être maintenant resituées au regard de la trajectoire résidentielle des bi-saisonniers mobiles décidant de se procurer un logement permanent dans leur lieu d’activité estivale11. En effet le rapport pratique et symbolique à un lieu doit être saisi non pas comme une relation figée mais comme une relation évolutive qui cristallise et alimente le processus de formation et de transformation du rapport que l’individu entretient avec sa situation, sa mobilité et les lieux dans lesquels son activité le guide.

24Durant une première séquence, l’individu se familiarise avec l’univers saisonnier et semble principalement séduit par un mode de vie festif et nomade et/ou la possibilité de gagner de l’argent et d’assimiler certains savoir-faire (professionnels, sportifs, relationnels) dans un cadre agréable. Il développe alors un réseau de liens multi-localisés se distribuant entre un point d’ancrage familial qu’il peut investir à l’intersaison et les différents lieux d’activité touristique qu’il va habiter. Sa relation aux lieux et aux populations qu’il rencontre est assez labile. Il se pense « de passage » et conçoit l’activité saisonnière comme une expérience temporaire.

25Puis, au fil des années, il tend à s’approprier un lieu particulier, plus spécialement celui dans lequel il a pu être introduit par un ami, une connaissance ou un membre de sa famille. Un lieu dans lequel il revient chaque saison pour une période de plus en plus longue. Cette deuxième étape se dessine alors qu’une certaine « fatigue » vis-à-vis de la mobilité se traduit par la création d’un réseau de relations de plus en plus localisé dans le lieu saisonnier « élu ». Ce processus d’investissement pratique et symbolique compense bien souvent le délitement des liens affectifs, amicaux, familiaux et professionnels qui l’attachent à ses autres lieux d’ancrage et ses anciennes appartenances. Petit à petit plus attaché à la population locale, il partage avec les saisonniers habitués des lieux et les commerçants des relations de sociabilité plus fréquentes et intenses, même en dehors de la période d’activité touristique. Satisfait par la place et le rôle qui lui sont offerts dans son emploi, il revient généralement travailler fidèlement chez le même employeur. Ses liens avec son employeur et ses collègues ont ainsi tendance à renforcer son degré d’attachement au lieu en se solidifiant. Son réseau local de relations, de plus en plus diversifié, lui permet d’accéder à un logement plus confortable offrant la possibilité de recevoir et d’héberger plus facilement des amis et des membres de sa famille.

26La fréquence et l’intensité des relations de sociabilité qu’il déploie autour de son logement (voisinage, réception et hébergement) traduisent une forme de re-territorialisation de ses liens amicaux ou/et conjugaux. Il développe, au fil du temps et des liens forts qu’il va tisser et entretenir, le sentiment d’être « chez lui » et tend petit à petit à concevoir l’activité saisonnière comme durable, dans ce lieu là. Il s’établit une certaine stabilité dans ses rythmes et ses lieux de déplacement saisonniers. Parmi ces lieux, l’un d’entre eux peut être à terme privilégié. Il représente potentiellement un lieu d’installation permanente. Ainsi au fil du temps l’individu élabore un ensemble de pratiques, de schèmes de rationalisations et de justifications l’amenant à élire un lieu comme le lieu dans lequel il semble légitime de s’installer. Passant d’un rapport d’ambulant au lieu à une relation d’habitué, il peut au fil des années en décidant de se procurer un logement « à l’année » s’inscrire à terme dans la population animant la vie locale en dehors de la pleine période touristique. Cette trajectoire d’installation peut se traduire par différentes combinaisons d’emplois selon son âge et sa situation familiale : les célibataires (ou les jeunes couples) tendront à cumuler des emplois saisonniers salariés les amenant toujours à se déplacer durant l’hiver en montagne, souvent dans un même lieu, alors que ceux plus âgés, généralement en couple, envisageant ou ayant un enfant, chercheront à ne plus « bouger » au gré des saisons en cumulant la reprise/ouverture d’un commerce saisonnier estival et l’accès hors saison à d’autres types d’emplois inscrits localement (intérim, bâtiment, restauration …). Leur attachement au lieu semble donc bien souvent renforcé par la mise en ménage des bi-saisonniers qui scellent leur ancrage local en fondant un foyer sur place.

27On peut finalement constater qu’il existe pour les ambulants, les habitués et les locaux des réseaux de relations contrastés qui traduisent par leurs formes et leur localisation des façons différenciées de composer aux différentes étapes de leur trajectoire avec leur situation. Chaque manière d’habiter renvoie aux différentes ressources que l’espace-temps saisonnier peut offrir face à la précarité. Si les ambulants entretiennent des sociabilités de mobilité et s’accommodent de la discontinuité qui caractérise leur rapport à l’emploi, à l’espace et au temps par la multiplication des liens et des lieux auxquels ils s’attachent, l’expérience des saisons s’articule pour les habitués et les locaux à la formation et l’entretien d’un réseau de sociabilité ancré localement et composé principalement de pairs saisonniers.

28Toutefois une forme de réversibilité est toujours possible. Si le processus d’ installation dans la vie saisonnière d’un lieu tend à guider les ambulants vers la situation des habitués, si l’instabilité de la condition saisonnière et l’affaiblissement de liens multi-localisés trouvent une réponse dans l’ancrage et l’attachement identitaire à un lieu particulier, certaines ruptures dans les biographies individuelles (problèmes professionnels, familiaux, conjugaux ou de santé) peuvent engendrer un renversement de cette tendance, ceci nous rappelant l’imbrication complexe entre la relation que l’on entretient avec un espace donné et nos expériences biographiques.

4. Un outil sociologique comparatif en construction

29Les formes de mobilité et d’ancrage temporaire déployées par les salariés mobiles du tourisme tiennent des places différenciées et évolutives dans la production de l’espace littoral et révèlent un pouvoir socialisant. Articulant l’étude des dimensions sociales de la production de l’espace et des dimensions spatiales du processus de socialisation, on a pu vérifier que les manières contrastées d’habiter un même lieu des bi-saisonniers mobiles doivent être appréhendées au regard de leur trajectoire individuelle. Conjointement aux déterminants sociaux classiques, c’est bien leur trajectoire d’entrée et leur ancienneté à Belle-Plage qui pèsent sur leur façon pratique et symbolique de s’approprier ce lieu dans la discontinuité et d’en nourrir la morphologie. Ainsi leur temps de présence, la place de leur logement dans l’économie de leurs pratiques et de leurs relations, la temporalité, les formes et les espaces de leur sociabilité, leur degré d’incorporation des schèmes de perception et de classification indigènes, leur niveau d’engagement dans l’animation de la vie locale et leur degré d’attachement à ce lieu d’ancrage temporaire et sa population doivent être saisis à la lumière de ces déterminants. Comme on l’a vu, leur manière d’habiter Belle-Plage peut, évoluant avec le temps, alimenter la trajectoire d’installation permanente d’une partie des bi-saisonniers sur le littoral atlantique. Ceux-ci trouvant à travers leur inscription locale les ressources pratiques et symboliques qui leur permettent de compenser l’instabilité de leur situation. Un nouveau regard sur la sociologie des lieux littoraux habités temporairement par des populations contraintes de se déplacer pour y travailler est ici mis en avant. Il incite à prendre en compte le vécu et les pratiques des intermittents du lieu, à saisir à travers la transformation du sens qu’il donnent à leur présence la manière dont s’articulent pour eux les différentes dimensions régissant leur existence (relationnelle, professionnelle, familiale et résidentielle) et les marges de manœuvre qu’elles peuvent déterminer.

30Toutefois, au-delà de ce constat général, il est essentiel de resituer les résultats de cette recherche en gardant à l’esprit les limites d’une approche ethnographique chevillée à la singularité qui caractérise notre terrain d’enquête et la composition de sa population saisonnière. Ainsi, les figures idéal-typiques de l’ambulant, de l’habitué et du local doivent être conçues comme des outils sociologiques en construction amorçant un travail comparatif enrichissant avec d’autres lieux touristiques côtiers.

31Cette typologie invite par exemple, à saisir sous un jour nouveau les mécanismes de tri et de filtrage qui déterminent la composition de la population saisonnière en activité sur le littoral et leurs conséquences. Quelle place tiennent en proportion selon les lieux nos trois catégories d’individus ? Qu’est-ce qui détermine cette répartition ? Au regard de l’impact des trajectoires d’entrée sur les manières d’habiter, quels effets la variation de leur poids relatif dans la population saisonnière d’un lieu va-t-elle produire ? La part relative d’habitués peut-elle devenir un indicateur de la propension d’un lieu à devenir un point d’installation permanente pour des travailleurs temporaires venus d’ailleurs ? Que se passe-t-il dans des lieux caractérisés par une forte rotation de leur personnel saisonnier employant beaucoup d’ambulants ? Dans des lieux où la part des locaux est majoritaire ? Seront-ils tendanciellement moins investis de façon permanente par les bi-saisonniers arrivés d’une autre région ? Que nous indique finalement cette répartition sur les dynamiques locales, par exemple sur les tensions travaillant le marché du travail ou du logement ?

32Ensuite cette catégorisation peut aussi, à travers la comparaison, offrir un outil permettant d’interroger le poids des spécificités propres à chaque contexte sur les pratiques et les représentations des bi-saisonniers s’y inscrivant. L’espace n’est pas neutre et « le fait d’habiter « ici » ou « là » produit des effets spécifiques sur les manières d’habiter localement » de populations au profil sociologique pourtant assez proche [Grafmeyer et Authier, 2008, p. 46]. Chaque lieu de par sa localisation, son histoire, sa morphologie, les ressources qu’il offre en termes de logement, d’emploi, d’équipement, d’activités ou d’espaces distractifs, structure les manières de se l’approprier. Belle-Plage est un village de faible étendue, relativement isolé et peu urbanisé, employant temporairement un nombre de salariés saisonniers limité et marqué par un fort niveau d’interconnaissance. Un lieu comptant seulement quelques centaines de résidents permanents et soumis aux fortes variations saisonnières de sa morphologie. Ainsi quelles formes prennent les manières d’habiter des bi-saisonniers dans des lieux plus urbanisées et plus peuplées ? Dans des lieux aux variations morphologiques moins prononcées ? Leur attachement se joue-t-il sur d’autres registres ? Par le biais de liens faibles plutôt que de liens forts ? Les ingrédients nourrissant les formes d’arbitrage présidant leur choix de s’installer à l’année sur le littoral sont-ils différents ? Le poids des représentations indigènes est-il moins prégnant dans la formation de leur rapport au lieu ? Leurs formes de sociabilité et d’ancrage sont-elles marquées plus nettement par le jeu de proximité/distance et l’anonymat caractéristiques de l’expérience du monde urbain ? Voici quelques pistes de réflexion qui pourraient être creusées afin d’enrichir notre catégorisation et la compréhension du rôle des bi-saisonniers mobiles dans la production de l’espace littoral.

Haut de page

Bibliographie

BACCAINI B, THOMAS G., KHIATI A. (2006), L’emploi salarié dans le tourisme : une nouvelle estimation, INSEE Première, 4 p.

BOLTANSKI L, CHIAPELLO E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 843 p.

BOYER M. (2005), Histoire générale du tourisme. Du XVIe au XXIe siècle, Paris, l’Harmattan, 334 p.

CHAUVIN S., JOUNIN N. (2010), « L’observation directe », in S Paugam (dir.), L’enquête sociologique, Paris, Presses universitaires de France, Quadrige, pp. 143-165.

CINGOLANI P. (2005), La précarité, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que-sais-je ? » , 128 p.

DETHYRE R. (2007), Avec les saisonniers. Une expérience de transformation du travail dans le tourisme social, Paris, La dispute, 250 p.

DOUARCHE M. (2003), Le météore, l’aspirant et le professionnel, Territoire, n° 435, pp. 16-18.

DURKHEIM É. (1895), Les règles de la méthode sociologique, Paris, P.U.F., Quadrige (9ème édition - 1997), 149 p.

ÉQUIPE MIT (2002), Tourisme I, lieux communs, Paris, Belin (2ème édition - 2008), 320 p.

ELIAS N., SCOTSON J. L. (1965), The Established and the Outsiders, Sage Publications, 166 p.

FONDATION ABBÉ PIERRE (2003), Les saisonniers, des conditions de vie indignes pour les soutiers du tourisme et de l’agriculture, Annexe au Rapport 2002 sur l’état du mal logement en France », 36 p.

FORSE M. (1981), La sociabilité, Économie et statistiques, n° 132, pp. 39-48.

GOTMAN A. (1999), « Géographies familiales, migrations et générations », in C. Bonvalet, A. Gotman, Y. Grafmaeyer, La famille et ses proches. L’aménagement des territoires, PUF, Travaux et documents, pp. 69-133.

GRAFMAEYER Y., AUTHIER J.Y. (2008), Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, coll. 128, 128 p.

GRANOVETTER M. S. (1973), « The strength of weak ties », American Journal of sociology, vol. 78, n° 6, pp. 1360-1380.

HALBWACHS M. (1970), Morphologie sociale, Paris, Armand Colin, coll. U2, 190 p.

KNAFOU R., STOCK M. (2003), « Tourisme », dans J.Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de géographie et des sciences de l’espace et du social, Paris, Belin, 1033 p.

LE PORS A. (1999), Propositions pour l’amélioration de la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme, Paris, La Documentation Française, coll. Rapports officiels, 109 p.

MATHIO F. (2010), Sur le littoral aquitain, le tourisme procure un job d’été à 24 400 saisonniers en 2006, Insee Aquitaine, n° 1, 15 p.

MAUSS M. (1904-1905), « Essai sur les variations saisonnières des sociétés Eskimos. Étude de morphologie sociale », in M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, P.U.F., 1997, pp. 389-478.

RAPHAEL F. (1996), « Anthropologie de la frontière. Culture de la frontière, culture-frontière », in M. Hirschorn M. Berthelot, Mobilités et Ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation ?, Paris, L’Harmattan, pp. 79-92.

REAU B. (2006), Les devoirs de vacances : La vie quotidienne d’un Gentil Organisateur de Club Méditerranée, Regards sociologiques, n° 32, pp. 73-81.

RENAHY N. (2010), Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion, Regards sociologiques, n° 40, pp. 9-26.

SERFATY-GARZON P. (2003), « Le Chez-soi : habitat et intimité », in M. Segaud, J. Brun, J.-C. Driant (dir.), Dictionnaire critique de l’habitat et du logement, Paris, Armand Colin, pp. 65-69.

Haut de page

Notes

1 Pour une typologie complète des lieux touristiques se référer à l’ouvrage de l’Équipe MIT (2002), Tourisme I, lieux communs, Paris, Belin (2ème édition - 2008), pp.220-221.

2 En 2005, c’est sur la côte atlantique que l’amplitude saisonnière du nombre d’emplois liés au tourisme fut maximale en France [Baccaini et al., 2006]. En 2006, 24 400 salariés saisonniers furent recrutés entre mai et septembre en Aquitaine dont les trois-quarts comme employés. Assez jeunes, leur âge médian était de 22 ans. Ces salariés venaient pour la majorité d’un autre lieu que celui dans lequel ils ont dû résider pour travailler, à 85% pour des contrats de moins de trois mois. Près de la moitié n’habitaient pas au départ le littoral, dont 46% arrivant même d’une autre région. À 83%, les emplois salariés liés au tourisme se trouvaient dans les départements côtiers. C’est dans les Landes que la saisonnalité de l’emploi fut la plus marquée avec un triplement des emplois liés au tourisme entre janvier et août. C’est aussi là que la proportion de saisonniers résidant seulement temporairement sur leur lieu de travail estival fut la plus forte [Mathio, 2010].

3 Cet article s’appuie sur les résultats d’une recherche ethnographique menée à Belle-Plage entre 2006 et 2010. Accessible par de petites routes départementales se rejoignant à ses portes, près de 10 km séparent ce petit village côtier, quelque peu isolé géographiquement, des communes avoisinantes situées dans les « terres ». Circonscrit sur une étroite zone dessinée à l’ouest par de larges dunes surplombant l’océan et à l’est par une vaste étendue de pins, son tissu urbanistique est dessiné par le plan en damier de diverses habitations, majoritairement des maisons individuelles, implantées sur moins d’un km2. Le sable omniprésent, participe de ce quadrillage, recouvrant les différentes parcelles non aménagées. Une avenue, descendant vers la plage, concentre la grande majorité des commerces. Cœur de la vie sociale, elle reflète la vie touristique du lieu. Très fortement marqué par les variations saisonnières de sa morphologie sociale, Belle-Plage habitée hors saison par moins de 300 habitants est investi par des milliers de personnes durant l’été. Ce village offre toutefois, par rapport aux grandes stations du littoral, une capacité d’hébergement relativement restreinte (moins de 5000 lits). Un camping situé à l’entrée du village loge une grande part des touristes, venus majoritairement en famille, séjournant sur place. Comme la plupart des commerces il ouvre entre avril et septembre. Cette temporalité détermine la co-présence temporaire de nombreux acteurs, familiers du lieu (vacanciers, travailleurs saisonniers, commerçants, résidents), qui nourrissent durant la saison touristique, à travers la récurrence de leur présence et le canevas de leurs sociabilités, une forte interconnaissance et une ambiance assez cordiale.
La dimension de ce village et de sa population saisonnière, le fort degré d’interconnaissance régissant les sociabilités locales et notre possibilité d’y résider à différentes reprises durant plusieurs mois en tant que travailleur saisonnier nous ont permis de mener une observation directe et participante [Chauvin et Jounin, 2010] à visée « monographique ». Durant l’été 2006, on a pu dénombrer à Belle-Plage 170 salariés en contrat saisonnier dont nous avons tenté par questionnaires (n=97) de cerner le profil sociodémographique, les parcours (professionnels, résidentiels et scolaires), la fréquence et le type de sociabilité et les représentations (du logement, de l’emploi, de Belle-Plage,…). Dans un second temps on a pu approfondir et affiner notre réflexion à partir d’une série d’entretiens semi-directifs menés avec 26 bi-saisonniers ayant travaillé à Belle-Plage durant l’été 2007 et ayant fait « au moins » une saison d’hiver en montagne. Ces entretiens portaient sur leur trajectoire de vie, leurs pratiques et leur vécu (du travail saisonnier, de la précarité, des lieux dans lesquels ils ont pu s’inscrire,…). Enfin, un suivi longitudinal de la situation des saisonniers interrogés en 2007 encore présents à Belle-Plage les années suivantes a pu être réalisé jusqu’en 2010.

4 Le véritable nom ce lieu a été modifié afin de livrer nos résultats en respectant l’anonymat promis aux personnes ayant accepté de se livrer en entretien et dont les propos peuvent être mobilisés dans d’autres publications.

5 D’après la typologie des lieux touristiques construite par l’équipe MIT, Belle-Plage appartiendrait à la catégorie des « stations » : des lieux créés ex nihilo « par et pour les touristes (…) structuré(s) par les infrastructures nécessaires pour répondre au besoin des touristes », marqués dans leur fonctionnement par une « discontinuité spatiale et socio-économique avec l’environnement », l’implication « d’acteurs ou de promoteurs plus ou moins nombreux » et une « fonction d’hébergement essentielle » [Équipe MIT, 2008, p. 221-222]

6 D’après l’enquête réalisée par questionnaires durant l’été 2006, on distingue à Belle-Plage trois grandes catégories de salariés saisonniers lorsque l’on retient comme critère discriminant l’expérience d’un emploi hivernal lié au tourisme : 20% de bi-saisonniers mobiles (ils ont fait « au moins » une saison d’hiver), 40% d’étudiants (c’est pour eux un job d’été) et 40% de poly-actifs (ils cumulent un emploi saisonnier durant l’été et d’autres types d’emplois durant le reste de l’année).

7 Ils retirent de l’activité saisonnière la part principale de leur revenu annuel.

8 On entend par là l’ensemble des recherches dont la fonction et la légitimité premières sont de produire des connaissances permettant d’agir délibérément sur le réel pour le transformer.

9 L’espace-temps saisonnier doit être ici conçu comme un cadre spatial et temporel d’inscription des pratiques touristiques. Un produit socio-historique qui détermine la coprésence temporaire dans un lieu donné (un lieu touristique) à une période donnée (la saison de fréquentation touristique de ce lieu) de différents acteurs (résidants, commerçants, travailleurs saisonniers, touristes) dont les interactions, les pratiques et les représentations prennent forme et sens à travers la manière dont ils s’approprient ce « champs des possibles ».

10 Cette typologie a pu être élaborée à partir de nos observations et de l’analyse des entretiens semi-directifs (2 à 7 heures) menés avec 10 femmes et 16 hommes bi-saisonniers en activité durant l’été 2007 à Belle-Plage. Elle mobilise et articule des dimensions objectives relevant du profil socio-démographique et des formes d’ancrage caractérisant ces individus et le rapport subjectif qu’ils entretiennent avec leur situation, Belle-Plage et sa population. Parmi les 26 interrogés (soit 75% des bi-saisonniers mobiles dénombrés en 2007 dans le village), la plupart venaient d’une autre région (19/26) ou d’un autre département aquitain (2/26). On a pu finalement distinguer dans cet échantillon 8 ambulants, 13 habitués et 5 locaux.

11 Parmi les 26 bi-saisonniers mobiles interrogés en 2007, 12 habitaient en 2011 un logement permanent à Belle-Plage ou dans ses environs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Gentil, « Entre ancrages temporaires et mobilités saisonnières : l'installation permanente des travailleurs mobiles du tourisme sur le littoral atlantique », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 111-124.

Référence électronique

Aurélien Gentil, « Entre ancrages temporaires et mobilités saisonnières : l'installation permanente des travailleurs mobiles du tourisme sur le littoral atlantique », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/5361 ; DOI : 10.4000/eps.5361

Haut de page

Auteur

Aurélien Gentil

Doctorant en sociologie
Université Lumière Lyon 2
aurelien.gentil@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org