Navigation – Plan du site
Articles

L’apport de la notion de population présente dans l’analyse du peuplement littoral

How the Notion of Present Population Contributes to Analysis of the Coastal Population
Caroline Blondy, Luc Vacher et Didier Vye
p. 95-110

Résumés

La notion de peuplement littoral ou de pression liée à la littoralisation implique l’analyse de la population présente sur la frange côtière. Or, cette notion est classiquement abordée à travers la notion de population résidente complétée par des études sur la fréquentation touristique. Les enquêtes estivales de la fréquentation des plages menées dans le cadre de l’Observatoire des pratiques de tourisme et de loisir de l’Université de La Rochelle montrent cependant qu’une part importante de la population fréquentant le lieu touristique échappe à ces comptabilités. C’est en particulier le cas des excursionnistes, personnes fréquentant le lieu à la journée Ces catégories peuvent représenter une part importante de la fréquentation dans certains lieux littoraux et cela avec des attentes et des temporalités particulières. Afin d’affiner l’analyse du peuplement littoral, il nous apparaît donc important de nous pencher sur la nature de ces catégories, la manière de les comptabiliser, leurs pratiques spatiales et la temporalité de leur fréquentation. La gestion des lieux touristiques demande cette précision. Cette prise en compte permet de proposer ou de garantir un environnement de qualité conforme aux attentes des populations fréquentant le lieu. Nos interrogations porteront donc sur les manières dont sont actuellement comptabilisées les populations littorales, les échelles auxquelles elles sont traitées et les objectifs de ces comptabilités. Cela permettra de comprendre leurs intérêts et leurs limites en particulier dans le cadre de l’analyse de la population présente à l’échelle locale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’analyse du processus de littoralisation du peuplement et de ses effets (pression, saturation) implique de quantifier avec précision la population présente sur la frange côtière. Or, la littoralisation des populations est classiquement abordée à travers la notion de population résidente (essentiellement les résidents principaux), complétée par des évaluations de la fréquentation touristique établies à partir de la comptabilité de l’offre d’hébergement exprimée en lits touristiques. De plus, les enquêtes de fréquentation à une échelle fine sont rares et souvent régionales.

2Les travaux sur la fréquentation des plages, que nous menons dans le cadre de l’Observatoire des pratiques de tourisme et de loisir (ECOP) de l’Université de La Rochelle montrent cependant qu’une part importante de la population fréquentant le lieu touristique littoral échappe à ces comptabilités. C’est en particulier le cas des excursionnistes, personnes fréquentant le lieu à la journée depuis leur lieu de résidence principale ou depuis leur lieu de résidence touristique pour des touristes séjournant dans un autre lieu. Ces catégories peuvent représenter une part importante de la fréquentation dans certains lieux littoraux et cela avec des logiques spatiales et des temporalités particulières.

3Afin d’affiner l’analyse de la population littorale, il nous apparaît important de nous pencher sur la nature du statut dans le lieu des populations, la manière de les comptabiliser, leurs pratiques spatiales et la temporalité de leur fréquentation. La gestion des lieux touristiques demande cette précision. Nos interrogations porteront donc sur les manières dont sont actuellement comptabilisées les populations littorales, les échelles à laquelle elles sont traitées et les objectifs de ces comptabilités. Cela permettra de comprendre leurs intérêts et leurs limites en particulier dans le cadre de l’analyse de la population présente à l’échelle locale. Nous nous appuierons plus spécifiquement sur le cas de la Charente-Maritime, un des départements les plus attractifs d’un point de vue résidentiel et touristique en France (deuxième département français pour les nuitées touristiques en 2010 derrière le Var) et qui illustre donc bien le processus de littoralisation du peuplement constaté à différentes échelles au sein du monde contemporain.

4Nous verrons donc dans un premier temps les limites des approches classiques de la population fondées sur le recensement ou les statistiques liées à l’hébergement touristique commercial à travers l’analyse des représentations de la population littorale (cartes, graphiques,…) produites par ces différentes approches.

5Nous présenterons ensuite les nouvelles approches statistiques de la population fondées sur les pratiques spatiales des personnes qui ont permis d’élargir la vision sur l’occupation effective des espaces et d’introduire la notion de population présente [Terrier, 2006]. Nous verrons que ces approches ne prennent pas en compte certaines catégories de population comme les excursionnistes pas plus que l’échelle locale et ne permettent donc pas une analyse précise de la littoralisation des populations.

6Dans un troisième temps nous montrerons comment, à partir de l’étude de la fréquentation des plages par les différentes populations présentes dans un lieu littoral en période estivale, nous pouvons aborder la notion de population présente à l’échelle du lieu, en incluant les populations présentes à la journée, en montrant les approximations de l’approche par l’offre d’hébergement dans l’estimation de la fréquentation touristique ou en abordant les variations temporelles et spatiales de celle-ci à des échelles fines.

1. Les représentations classiques de la population littorale : population permanente et population touristique

7En France, la population de référence est celle issue des recensements de population réalisés par l’INSEE qui quantifie dans chaque logement une population vivant à l’année (résidents permanents). Celle-ci détermine, entre autres, le nombre d’élus locaux, le budget communal (via la Dotation Générale de Fonctionnement), la nécessité ou non de maintenir ou de renforcer des services publics. Elle a également longtemps servi de référence dans les études et analyses en matière d’aménagement des territoires. Mais dans le cadre d’une analyse démographique portant sur le littoral, elle offre une vision restrictive dans la mesure où il est nécessaire de tenir compte de nombreux flux non permanents, en particulier ceux liés au tourisme. Mais là encore, la mesure de la fréquentation touristique pose question.

1.1. La population résidente, image d’un peuplement « permanent » étroitement lié aux logiques de la collecte des données du recensement

8Le peuplement, qu’il soit littoral ou non, est classiquement analysé à partir des différents recensements de population, qui comptabilisent les personnes habitant à l’année dans un logement déclaré comme résidence principale. Ces personnes sont aussi appelées résidents permanents ou principaux. Ces données localisées permettent d’élaborer une cartographie détaillée de la population française et servent de support aux analyses de sa répartition spatiale.

9Si l’on prend l’exemple d’un département littoral attractif comme celui de la Charente-Maritime, la population des résidents permanents, considérée ici à l’échelle communale et totalisant en 2008 611 714 habitants, est concentrée autour de quelques centres urbains situés en bord de mer (La Rochelle, Royan), en fond d’estuaire (Rochefort) ou à l’intérieur des terres (Saintes) (figure 1).Ces pôles urbains génèrent une couronne plus ou moins fournie de communes périphériques dont la population est plus importante que celles des communes périurbaines ou rurales voisines. Les communes littorales en dehors de ces agglomérations sont en général plus peuplées que les communes du rural intérieur. Sur le littoral charentais, cette situation est particulièrement nette avec les îles de Ré et Oléron où la population des communes est largement supérieure à celle des communes de l’intérieur des terres. Mais cette représentation fondée sur une vision statique et « permanente » du peuplement n’a pas forcément grand sens quand on constate l’importance des variations saisonnières qui peuvent modifier la fréquentation d’un lieu de manière très importante, faisant d’un lieu sans animation l’hiver, une destination attractive et fréquentée durant la saison touristique. De même, à cette question des mobilités de loisirs à l’échelle saisonnière s’ajoute celle des déplacements domicile-travail ou domicile-études qui peuvent à l’échelle d’une journée modifier radicalement les rapports de force démographiques d’une commune à une autre en augmentant la population des communes des pôles urbains quand celle des communes périurbaines diminue radicalement (communes « dortoirs »). Enfin, depuis la mise en place d’un recensement rénové en 2004 fondé sur la technique du sondage (pour les communes de plus de 10 000 habitants) ou sur une rotation annuelle (pour les communes de moins de 10 000 habitants), ces chiffres collectés traduisent une réalité recensée de manière échelonnée et partielle qui ne permet plus d’avoir une situation globale des communes d’un département à un moment donné.

1.2. Un comptage des populations à partir des logements qui exclut les résidents secondaires

10Les enquêtes du recensement de la population qui permettent de quantifier une population « permanente » s’intéressent autant aux personnes qu’à la description des logements. Elles sont menées auprès des individus directement sur leur lieu d’habitation à partir, pour les communes de plus de 10 000 habitants, du Répertoire des Immeubles Localisés (RIL) qui est une base de données d’adresses comprenant notamment celles des habitations mais concernant aussi les locaux non affectés à l’habitation. Cette entrée par les adresses du domicile pour le recensement pose d’emblée la question des résidences secondaires et de la comptabilisation de leurs « habitants » par définition non permanents. Cette idée d’une comptabilité des habitants temporaires avait été posée pour le recensement de manière précoce avec la notion de « population sans double compte » (notion abandonnée par l’INSEE depuis le recensement de 1999 au bénéfice de la notion de « population municipale »). Dès 1841, est mis en place le principe de décompter séparément, dans la population d'une commune, les personnes qui y résident habituellement et celles qui y sont accueillies plus ou moins temporairement dans des établissements particuliers tels que les casernes, les pensionnats, les hôpitaux, les prisons, etc. Ce principe de la « population comptée à part » permet de présenter aujourd’hui une « population municipale » et une « population totale » comportant la population municipale plus la population comptée à part. Les résidents secondaires par contre ne sont toujours pas comptabilisés dans ces « populations légales » puisque chaque individu doit se faire recenser au lieu de résidence principale, entendu comme le lieu dans lequel on passe plus de six mois dans l’année. En revanche, le résident secondaire doit remplir la feuille logement. De ce fait, s’il n’est pas comptabilisé dans la population de la commune, sa résidence secondaire est elle par contre identifiée dans le parc de logements communal établi par le recensement. Pour autant, la part généralement élevée de résidences secondaires sur les littoraux et plus particulièrement dans les îles (plus de 50 % des logements sur Ré ou Oléron par exemple) fait qu’il est problématique de ne pas en tenir compte dans l’analyse du peuplement littoral. À cela s’ajoute le fait que pour les communes, les retombées fiscales (taxes d’habitation, taxe foncière) liées aux résidences secondaires sont loin d’être négligeables. En Poitou-Charentes, le produit de ces taxes représentait en 2005, le tiers des recettes des communes [Aguer et Vergeau, 2009]. De plus, ces logements participent au calcul de la Dotation Globale de fonctionnement versée par l’État aux communes et qui représente 20 à 25 % de leurs recettes. La DGF est calculée à partir de la population totale des communes à laquelle est ajouté un habitant fictif par résidence secondaire.

1.3. Une évaluation de la population touristique plus ou moins élaborée, reposant sur la capacité d’accueil d’une partie de l’hébergement commercial

11Les résidents secondaires, s’ils ne sont pas comptabilisés dans la population des lieux qu’ils habitent temporairement, sont classiquement associés à une population touristique qui fréquente passagèrement le littoral. Cette population touristique, mobile et fluctuante, est évidemment encore plus complexe à appréhender que les résidents dits permanents. Classiquement, elle est évaluée à partir de la notion d’ « offre d’hébergement touristique » exprimée en« lits touristiques » telle que définie par le ministère en charge du tourisme et l’INSEE. Cette capacité d’accueil touristique, n’est pas à confondre avec la « capacité d’accueil » à laquelle fait référence la Loi « littoral ». Cette notion, bien qu’elle ait fait l’objet d’études n’a pas abouti à une définition précise validée à l’échelle nationale [Pottier et al., 2009]. Elle est pourtant une notion de portée juridique mobilisée selon différents objectifs de préservation, de protection et de condition de la fréquentation des espaces naturels littoraux. Le fait d’évaluer la population touristique à partir de l’offre d’hébergement pourrait sembler étrange si on ne rappelait pas que selon la définition classique du tourisme (OMT), un touriste est un individu qui passe au moins une nuit en dehors de son domicile. Cette notion d’offre d’hébergement ne peut cependant pas être assimilée à une mesure de la fréquentation. L’INSEE calcule en effet ce nombre de lits touristiques à partir d’une pondération appliquée à la comptabilité d’un certain nombre de structures d’hébergement : les résidences secondaires (selon la définition INSEE de la résidence secondaire, c’est-à-dire y compris les meublés de tourisme que cela soit des maisons ou des appartements mis en location de vacances), les hôtels homologués classés et des campings classés. Pour estimer le nombre de lits, l’INSEE attribue un coefficient à chaque type d’hébergement : 5 lits pour une résidence secondaire, 4 lits pour un emplacement de camping et 2 lits pour une chambre d’hôtel. Cette méthode, si elle possède l’avantage de fournir un cadrage national clair, est forcément plus discutable à l’échelle locale, alors même que c’est à cette échelle que les enjeux de gestion des flux touristiques sont les plus forts et que les politiques d’urbanisme sont entreprises. De plus, cette lecture globalisante de l’accueil touristique qui additionne des hébergements aux logiques parfois différentes peut masquer l’ampleur des disparités spatiales sur le littoral (figure 1). Il est ainsi possible d’opposer la ville touristique dominée par l’hôtellerie (cas de La Rochelle) de la station touristique (cas de l’ensemble Royan-Côte de Beauté) dominée par l’hébergement en camping et par les résidences secondaires louées ou non, sans compter les structures hybrides tels que les mobil-homes particulièrement présents dans les stations ou les îles touristiques. Ces caractéristiques différentes impliquent aussi des rythmes de fréquentation inégaux : la ville touristique est marquée par une fréquentation plus régulière à la différence des îles et autres stations balnéaires davantage marqués par la saisonnalité.

Figure 1. Les représentations classiques de la population littorale : population permanente et offre d’hébergement support à l’estimation d’une population touristique

Figure 1. Les représentations classiques de la population littorale : population permanente et offre d’hébergement support à l’estimation d’une population touristique

2. La notion de population présente et son application au littoral

12Les approches classiques distinguant d’une part une population permanente et d’autre part une population touristique sont aujourd’hui réutilisées dans d’autres méthodes de calcul qui tentent d’en dépasser les limites comme dans le cas de l’approche par la population présente [Terrier, 2006]. Cependant ces nouvelles approches, si elles ont incontestablement renouvelé la façon de mesurer la population en général, ne prennent toujours pas en compte certaines catégories de population. Elles ne traitent pas non plus toujours de l’échelle locale, ce qui rend difficile une analyse fine de la littoralisation des populations.

2.1. L’intérêt de la notion de population présente

13Face à l’explosion des mobilités, notamment de tourisme et de loisir, et à l’augmentation du phénomène de multi-résidentialité, la notion de population permanente ne permet plus de saisir la réalité démographique d’un lieu. C’est particulièrement vrai pour les littoraux touristiques dont les pouvoirs publics locaux doivent composer avec une population particulièrement fluctuante afin de proposer des aménagements (routes, places de stationnement, etc.), de calibrer leurs équipements (stations d’épuration, équipements de loisirs, etc.), ou d’évaluer l’impact environnemental de la fréquentation. De plus, l’apport supplémentaire de populations, même temporaires, contribue à la création de richesses économiques par les besoins qu’elles nécessitent. C’est la notion d’économie présentielle qui, à partir de 2003, s’est progressivement substituée à celle d’économie résidentielle qui ne traitait que des richesses induites par les résidents permanents ou secondaires [Davezies, 2009]. Ainsi, depuis janvier 2010, l’INSEE sépare l’économie présentielle qui regroupe les « activités mises en œuvre localement pour la production de biens et de services visant la satisfaction des besoins de personnes présentes dans la zone, qu'elles soient résidentes ou touristes1 » de l’économie non présentielle, calculée par défaut2. L’économie présentielle prend désormais toute sa place au sein des analyses économiques territoriales, étant même parfois présentée comme un rempart économique face aux menaces des délocalisations dans l’industrie et dans les services [Davezies, 2009]. Cette sphère présentielle regroupe aujourd’hui plus des deux tiers des emplois en France (65 %), grâce notamment à une forte augmentation entre 1999 et 2007 (+ 2, 3 millions d’emplois).

14Dans ce contexte, les études permettant de quantifier la fréquentation d’un lieu se sont multipliées ces dernières années avec l’émergence de la notion de population présente. Cette dernière désigne « la population présente dans un lieu à un moment donné », possédant une double dimension, spatiale et temporelle [Terrier, 2009]. La quantification de la population présente demeure toutefois un vrai défi scientifique et méthodologique. En France, le travail de référence reste celui engagé par Christophe Terrier pour le compte du Ministère du Tourisme [Terrier, 2006]] Il s’agit d’une estimation reposant entre autres sur l’enquête « Suivi de la demande touristique » (SDT) réalisée chaque mois afin de connaître les déplacements touristiques d’un échantillon de 20 000 personnes âgées de 15 ans et plus. Prenant comme base la population résidente à l’année, l’estimation est effectuée jour par jour à l’échelle d’une année. Elle est réalisée sur l’ensemble du territoire métropolitain français et tient compte aussi bien des mobilités à l’intérieur de l’Hexagone grâce l’enquête SDT que de celles en provenance de l’étranger, ces dernières étant calculées à partir de plusieurs sources : enquêtes aux frontières, enquêtes mensuelles de fréquentation des hôtels et des campings

2.2. La notion de population présente est-elle applicable au littoral ?

15Cette étude ambitieuse ne permet cependant pas d’évaluer directement la population présente à l’échelle du littoral stricto sensu, l’unité de base de la méthodologie de C. Terrier étant le département. Ainsi, les flux calculés en fonction des présents et des absents sont des flux interdépartementaux auxquels s’ajoutent les flux touristiques en provenance de l’étranger. Cette échelle de référence écarte ainsi les déplacements touristiques à l’intérieur d’un même département. Il est donc difficile de quantifier la population présente à l’échelle de l’espace urbain [Vacher, Vye, 2011] sauf pour le cas particulier des départements presqu’entièrement urbanisés et organisés autour d’une seule métropole (départements franciliens, Rhône…) et encore moins du littoral. Ainsi, dans le cas de la Charente-Maritime, si l’approche de C. Terrier nous permet de savoir que la population moyenne présente sur l’année était supérieure en 2005 de 16,3 % à celle de la population résidente, soit 95 800 habitants supplémentaires, il n’est pas possible d’en connaître la proportion concentrée sur le littoral qu’il s’agisse des îles (Ré, Oléron), des villes (La Rochelle), ou des stations touristiques (Royan) (figure. 2).

Figure 2. Mobilité touristique et population présente en Charente-Maritime en 2005

Figure 2. Mobilité touristique et population présente en Charente-Maritime en 2005

Sources : estimation direction du Tourisme in TERRIER C. (dir.), 2006, Mobilité touristique et population présente – les bases de l’économie présentielle des départements, Paris, Direction du Tourisme, 128 p.

  • 3 Source : Projet d’Aménagement et de Développement Durable du SCoT de l’Île de Ré, 2011.

16La possibilité d’étudier la population présente à une échelle plus fine est toutefois une préoccupation scientifique grandissante. Les territoires insulaires, pratiques à analyser car possédant en général un seul point d’entrée et de sortie, sont ainsi l’objet de nombreuses analyses fines sur le plan quantitatif comme sur le plan qualitatif. En France, citons la thèse de S. Le Berre (2008) sur l’archipel breton de Chausey réalisée dans le cadre de l’observatoire dirigée par le géographe Louis Brigand, les travaux de la DREAL Pays de la Loire sur l’Île d’Yeu en Vendée à partir de la notion de capacité d’accueil [Pottier et al., 2009], ou différentes études de fréquentation commandées par les élus des îles d’Oléron [Duvat, 2010] ou de Ré [Guérineau, 2010] en partenariat avec l’Université de La Rochelle. Ces études sont souvent réutilisées dans l’élaboration de documents d’urbanisme, c’est le cas du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de l’Île de Ré élaboré en 2011 et qui s’appuie à la fois sur un travail d’enquêtes réalisées auprès des usagers de l’île (résidents permanents, résidents secondaires, excursionnistes, touristes en hébergement marchand) et sur un comptage réalisé le 8 août 20103.

17Sur le continent, la mesure de la population présente à l’échelle locale (communale ou intercommunale) est beaucoup plus compliquée. Toutefois, la thèse de Magali Talandier (2007) dirigée par L. Davezies propose un calcul de ces populations à l’échelle communale grâce une extrapolation statistique : les départs de touristes de chaque département sont ventilés entre les communes de résidence selon les caractéristiques de la population locale (notamment l’indicateur « revenu des ménages » fortement corrélé avec le taux de départ en vacances). Pour les arrivées, les touristes sont répartis au sein du département selon la capacité d’hébergement de la commune.

18À partir de cette méthodologie, il est possible de calculer des taux de présence (communaux ou intercommunaux) exprimant le rapport entre la population présente et la population résidente comptabilisée par le recensement converti en %. Laurent Davezies a ainsi calculé dans une étude réalisée en décembre 2008, que le taux de présence moyen sur l’année pour les 18 communes de la Communauté d’agglomération (C.A.) de La Rochelle était de 113 % [Davezies 2008b]. En appliquant ce taux de présence à la population de la C.A. de La Rochelle aux chiffres du recensement de 2007 (indice 100 = 146 362 personnes), cela représente donc un surplus de 19 027 personnes permettant d’atteindre sur l’année une population présente moyenne de 165 389 personnes.

19Les chiffres de C. Terrier, qui tiennent compte de la saisonnalité, montrent que la population touristique du département de la Charente-Maritime augmente de 62 % pour la période juillet-août par rapport à la population résidente recensée par l’INSEE (figure 2). Un « pic de fréquentation » évalué à 1 148 000 personnes présentes dans le département le 14 août 2005 permet presque de doubler (+ 95,5 %) cette population résidente.

  • 4 Ces chiffres sont obtenus en comparant le surplus de population à l’échelle départementale (+95 800 (...)

20Il est donc possible de combiner ces deux méthodologies, l’une (Davezies/Talandier) nous apportant l’échelle locale, l’autre (Terrier) nous apportant la variation saisonnière. Ainsi, si l’on applique ces augmentations liées à la saisonnalité à la population présente moyenne de la communauté d’agglomération rochelaise calculée par Davezies, cela implique 72 500 personnes supplémentaires sur la période juillet/août. On peut donc produire une première estimation de la population présente dans la ville touristique de La Rochelle. Pour 2010, la population municipale est évaluée à partir des chiffres de l’INSEE à 149 000 habitants. Ce chiffre est donc porté à environ 220 000 personnes en moyenne en juillet-août 2010 avec un pic en août4estimé à 260 000 personnes. Toutefois, cette première estimation qui permet une évaluation de la population présente à l’échelle d’un territoire littoral, tel que La Rochelle, « oublie » certaines catégories de population.

3. Peut-on affiner la notion de population présente sur le littoral ?

21Aussi spectaculaire soit-elle, la valeur de 260 000 personnes présentes à La Rochelle en pic estival est en fait un chiffre sous-estimé. Il est en effet calculé à partir d’une population « présente » qui ignore certaines catégories de population, à savoir celles effectuant des déplacements quotidiens (figure 3).

3.1. La prise en compte des déplacements quotidiens

22Le surplus de population présente de C. Terrier est obtenu en faisant la différence entre des résidents absents et des touristes présents. Il ne concerne donc que des « séjournants », autrement dit des populations qui passent au moins une nuit en dehors de leur domicile. Les populations en déplacement pour la journée ne sont donc pas comptabilisées. Ces populations qui fréquentent les lycées ou l’université, qui travaillent ou qui viennent visiter la ville pour la journée sont pourtant importantes pour le fonctionnement de l’économie, la justification de certains services comme pour la génération d’embouteillages.

Figure 3. Population présente estimée dans une ville touristique littorale : le cas de l’agglomération de La Rochelle en 2010

Figure 3. Population présente estimée dans une ville touristique littorale : le cas de l’agglomération de La Rochelle en 2010

Source : Terrier (C.), 2006, Mobilité touristique et population présente, les bases de l’économie présentielle des départements, Paris, Direction du Tourisme, 128 p ; Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir ECOP, CNRS-Université de La Rochelle, 2010 ; INSEE, Recensement de la population 2007 (exploitations principale et complémentaire).

23Les pendulaires ou navetteurs par leurs déplacements quotidiens de leur domicile à leur travail génèrent une redistribution spatiale des populations durant la journée. À l’échelle de la communauté d’agglomération de La Rochelle, le solde entre les personnes qui quittent l’espace urbain pour la journée et ceux qui y viennent depuis l’extérieur s’élève à 29 460 navetteurs d’après les chiffres INSEE sur les déplacements domicile-travail issus du Recensement de la population 2007 (exploitation complémentaire). On peut estimer qu’en juillet/août, le nombre d’actifs en vacances réduit ce chiffre de moitié.

24Il faut aussi considérer les mouvements journaliers des scolaires et des étudiants. Le croisement entre les chiffres du Recensement de la population 2007 sur la population scolarisée à l’échelle communale et ceux des transports scolaires, auxquels s’ajoutent ceux des effectifs étudiants de l’Université de la Rochelle nous permettent d’estimer un solde au bénéfice de la communauté d’agglomération de La Rochelle de 3582 personnes en période scolaire. Le solde entre les entrées et les sorties de l’agglomération est faible pour les collèges (340 collégiens) dont le recrutement est local. Il est plus fort pour l’université dont 1200 personnes sont susceptibles de faire le trajet chaque jour depuis une commune du nord de la Charente-Maritime. Enfin c’est pour les lycéens du nord du département que le solde est le plus important avec 1600 lycéens extérieurs à la Communauté d’agglomération faisant quotidiennement le trajet vers un des 10 lycées de la ville.

25Il convient aussi de comptabiliser les excursionnistes, c’est-à-dire les visiteurs à la journée pour des motifs touristiques. Les enquêtes de l’Observatoire des pratiques de tourisme et de loisir ECOP montrent qu’ils représentent 16 % des personnes présentes sur les plages de l’agglomération durant les étés 2008 et 2009 (figure 4). Ces excursionnistes sont absents des études de population présente bien qu’ils soient très « présents » dans les discours où ils sont souvent accusés d’être responsables de bouchons aux ponts des îles de Ré et d’Oléron ou de « papiers gras » liés à leurs supposées pratiques abusives du pique-nique, qu’ils préfèrent souvent à la restauration marchande. Or, ils forment une catégorie particulièrement bien représentée sur les plages du littoral où les visites à la journée sont fréquentes. Il s’agit d’excursions pratiquées par des résidents d’une ville proche, mais aussi par des touristes en vacances à proximité : un quart des excursionnistes enquêtés sur l’agglomération sont en fait des touristes en vacances dans la région et qui viennent à La Rochelle pour la journée.

Figure 4. Typologie des plageurs* en fonction de leur statut dans les lieux et répartition par plage à La Rochelle en 2008 et 2009

Figure 4. Typologie des plageurs* en fonction de leur statut dans les lieux et répartition par plage à La Rochelle en 2008 et 2009

* Un « plageur » est défini comme étant un usager de la plage à des fins de tourisme ou de loisir [Coeffé et Violier, 2008 ; Urbain, 1994].

Source : Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir - ECOP, CNRS-Université de La Rochelle 2010.

26Dans le cas de La Rochelle, la prise en compte de l’ensemble de ces catégories amène à revoir les estimations du surplus saisonnier pour atteindre en situation moyenne sur l’année (dépassée ou égalée durant 7 mois d’avril à octobre) au moins 212 000 personnes. En juillet-août, on obtient une population présente moyenne de 258 000 personnes qui atteint en période de pic 307 000 personnes minimum. En effet, on pourrait aussi ajouter les déplacements des personnes résidant à l’extérieur de l’agglomération et venant fréquenter un commerce ou un service dans la journée. De plus, certains évènements culturels particuliers (festival, feu d’artifice estival) peuvent ponctuellement gonfler ces estimations qui doivent donc être considérées comme des situations moyennes en période de forte fréquentation. Ces estimations sont d’autant plus minimales si l’on considère la question de la résidence secondaire. La complexité des usages touristiques de l’objet « résidence secondaire » n’est en général pas prise en compte et seule la fréquentation par les résidents secondaires est abordée dans la comptabilité de la population touristique.

3.2. Les approximations de l’approche par l’offre d’hébergement dans l’estimation de la population présente

27L’objet « résidence secondaire » est souvent mal cerné au moins du point de vue des statistiques du tourisme [Sacareau, Vacher, Vye, 2012]. Or, les usages de la résidence secondaire concernent de nombreuses catégories d’utilisateurs avec notamment de nombreuses transactions marchandes, qu’elles soient déclarées ou non. Ainsi, il convient de ne pas confondre l’objet « résidence secondaire » et le ou les usagers de celles-ci, propriétaires ou non.

28Ainsi, il existe une vraie difficulté à cerner précisément la population hébergée en résidence secondaire, ce qui nous amène à reconsidérer également la manière de comptabiliser la population touristique à travers la notion de lit touristique. En effet, nous avons vu que la population touristique fréquentant le littoral est évaluée à partir d’une comptabilité des lits qui s’appuie sur un coefficient multiplicateur variable selon les types d’hébergement (2 lits en hôtellerie classée, 4 lits pour un emplacement de camping et 5 lits pour la résidence secondaire).

29Or, concernant notamment la résidence secondaire, cette comptabilité doit être envisagée avec précaution. D’une part, le nombre de résidences secondaires dans un lieu tel qu’une commune littorale varie selon que l’on utilise la définition INSEE, qui comprend les meublés de tourisme par exemple, ou la définition fiscale (données FILOCOM) qui ne comptabilise pas les meublés de tourisme soumis à la taxe professionnelle dans la comptabilité des résidences secondaires. Ainsi, pour l’île de Ré, le nombre de résidences secondaires comptabilisées par l’INSEE équivaut à 13 536 logements en 2008 alors que selon la définition fiscale FILOCOM, il n’y aurait « que » 10 103 résidences secondaires sur l’île de Ré (chiffres de 2007). Le calcul de la population touristique est donc particulièrement biaisé avec un tel différentiel (25 % d’écart soit 3400 logements). Lorsque que ce nombre est multiplié par 5 selon le système de comptabilité traditionnel des lits touristiques, on arrive à un différentiel de 17 000 personnes soit presque l’équivalent de la population permanente de l’île – (17 986 personnes en 2009) !

30Toutefois, même en considérant l’offre d’hébergement selon la fourchette basse de la définition FILOCOM, il peut exister des décalages entre l’offre recensée par les acteurs institutionnels du tourisme et le terrain. Certaines formes d’hébergement sont ainsi surestimées quand d’autres sont ignorées. En effet, si l’on compare, pour nos deux terrains d’étude (Ré et La Rochelle), les chiffres fournis par le Comité Départemental du Tourisme de Charente-Maritime (Charente-Maritime Tourisme) avec l’hébergement déclaré par les touristes présents sur les plages en saison estivale (figure 5), on observe que l’importance des résidences secondaires est moins grande que prévue, alors que celle des meublés de tourisme est beaucoup plus grande que dans les estimations officielles (15points d’écart sur Ré, 19 sur l’agglomération de La Rochelle). Cela confirme qu’une partie importante des touristes résidant en location de vacances échappe aux comptabilités classiques ou sont mal identifiés. Cette moindre importance de l’hébergement en résidence secondaire est tout à fait remarquable même quand la fréquentation par des parents et amis est additionnée à celle des propriétaires de résidences secondaires.

31Cette comparaison nous montre aussi qu’un type d’hébergement est clairement oublié dans les comptabilités officielles : l’hébergement chez des parents ou amis dans leur résidence principale, pratique particulièrement répandue au sein d’une ville touristique telle que La Rochelle (22 % des formes d’hébergement soit presque autant que l’hébergement en hôtellerie classique ou de plein air, cf. figure 5)

32

Figure 5. Des estimations de la population touristique basées sur l’offre d‘hébergement qui surestiment certaines formes et en ignorent d’autres

Figure 5. Des estimations de la population touristique basées sur l’offre d‘hébergement qui surestiment certaines formes et en ignorent d’autres

Sources : Charente-Maritime Tourisme (CMT) ; Préfecture 17 ; INSEE ; Gites de France ; Clévacances dans Chiffres clés 2009 Rochelais ; Ile de Ré & Charente-Maritime Tourisme ; Filocom d’après DGI (Observatoire CDT17) pour les résidences secondaires, www.observatoire.en-charente-maritime.com ; Rapport Campagne d’enquêtes été 2010, Observatoire des pratiques de tourisme et de loisir-ECOP,http://ecop.univ-lr.fr/​Productions.htm#prodope3

3.3. Des variations temporelles et spatiales de la population touristique pouvant relativiser la « saturation » des espaces littoraux

  • 5 Source : Projet d’Aménagement et Développement Durable du SCoT de l’Île de Ré, 2011, p.15.

33Au sein de la plupart des lieux touristiques littoraux, la saisonnalité de la fréquentation touristique est une réalité incontestable. Si l’on examine, pour le littoral charentais, les variations à l’échelle d’une année des taux d’occupation des principales formes d’hébergement touristique commercial, la saisonnalité est très forte pour les Campings, forte pour les meublés et légèrement moins marquée pour les hôtels (figure 6) en particulier à La Rochelle. Il est même d’usage de considérer l’existence d’une « pleine saison » correspondant aux mois de juillet et d’août. Cette notion de « pleine saison » se retrouve aussi lorsqu’il s’agit pour certaines collectivités locales d’évaluer la population présente du territoire afin de déterminer d’éventuels effets de saturation. En effet, celle-ci va être parfois définie autour d’un chiffre maximum théorique de 100 % de taux d’occupation pour l’hébergement commercial, comme c’est le cas pour la Communauté de Communes de l’île de Ré dans le cadre de son ScoT5. Or, il s’agit bien d’un maximum théorique qui peut être en décalage avec les taux d’occupation constatés en particulier pour l’hôtellerie de plein air (71 % en moyenne pour les mois d’août 2007-2011 à l’île de Ré), pourtant première forme d’hébergement touristique marchand au sein d’une île touristique telle que Ré (28 % des lits en 2009 - figure 5). Ces maximas sont de surcroît atteints en août et non sur l’ensemble des deux mois dits de « pleine saison ». L’évaluation de la population présente en général et sur les littoraux en particulier passe donc par la nécessité de prendre en compte plus finement ces fréquentations.

34

Figure 6. Taux d’occupation de l’hébergement commercial 2007-2011 pour l’île de Ré et le Pays rochelais

Figure 6. Taux d’occupation de l’hébergement commercial 2007-2011 pour l’île de Ré et le Pays rochelais

Sources : Charente Maritime Tourisme ; Centrale de Réservation Gîtes de France 17 ; Charente-Maritime Tourisme ; Service Observatoire (meublés) ; INSEE Poitou-Charentes - CDT Charente-Maritime ; Observatoire du Tourisme (hôtel) ; Observatoire du Tourisme 17 (camping)

35De plus sur le littoral charentais, à l’échelle du lieu touristique, la population présente ne se concentre pas massivement même sur les sites les plus fréquentés. L’exemple de la fréquentation de la plage est un bon exemple. Pour l’île de Ré, comme pour d’autres lieux touristiques littoraux tels que les stations balnéaires, la plage peut être un site considéré comme un des espaces les plus fréquentés par la population touristique.

  • 6 Source : Vacher L. (dir.), Brunello P., Guais A., James D., Pignon-Mussaud C., 2011.
  • 7 Des comptages effectués aux accès des principales plages de l’Île de Ré ont permis d’observer que l (...)
  • 8 Source : Projet d’Aménagement et Développement Durable du SCoT de l’Île de Ré, 2011, p.19 et 20.
  • 9 Ce chiffre produit dans le cadre du SCoT de l’île de Ré a été calculé par rapport à un taux d’occup (...)

36Grâce aux campagnes d’observation aérienne menées dans le cadre de l’Observatoire ECOP6, nous avons pu comptabiliser le nombre de plageurs présents sur l’ensemble des plages de l’île de Ré en période de pic estival. Après ajustement pour tenir compte de l’heure de prise de vue7, le nombre de personnes présentes sur les plages de Ré le 8 août 2010 a été estimé à 22 273. Or, dans le même temps (8 août 2010) une opération de comptage était effectuée dans le cadre du SCoT8, afin d’évaluer la population présente sur l’ensemble de l’île et aboutissait au chiffre de 152 350 personnes9. Ainsi, « seulement » 14,6 % des personnes étaient présentes en même temps sur les différentes plages de l’île. De plus cette valeur maximum n’est atteinte que ponctuellement en fin d’après-midi au moment du pic de 16h45-17h (figure 7). Le matin comme le montrent les comptages aux entrées de plages (figure 7) il est rare de dépasser les 6000 personnes sur l’ensemble des plages rétaises, ce qui représente un quart de la fréquentation maximum.

37L’analyse des variations spatio-temporelles de la population présente permet donc de mettre en avant, une relative fluidité dans la fréquentation d’un lieu touristique davantage que des phénomènes de saturation. Même en période de pic maximal de fréquentation, la « pression » touristique n’est pas concentrée sur un site en particulier. Il est donc important de mener des études fines de ces fréquentations pour pouvoir apporter des réponses de gestion appropriées pour des milieux considérés comme fragiles d’un point de vue environnemental

Figure 7. Fréquentation des plages rétaises de Trousse-Chemise (20 août 2010) et de Rivedoux-Plage (2 août 2010)

Figure 7. Fréquentation des plages rétaises de Trousse-Chemise (20 août 2010) et de Rivedoux-Plage (2 août 2010)

Source : Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir - ECOP, CNRS-Université de La Rochelle 2010.

Conclusion

38La prise en compte de la notion de population présente dans l’évaluation de la population littorale est indispensable dans un espace soumis à de fortes variations d’occupation par rapport à sa population « permanente ». La population touristique, quand sa présence est correctement prise en compte est bien sûr une donnée fondamentale, mais elle est souvent abordée de manière réductrice avec une comptabilité reposant sur une estimation effectuée à partir de l’offre d’hébergement exprimée en lits touristiques et en privilégiant un certain type d’hébergement commercial. Une meilleure connaissance des formes d’hébergement utilisées, notamment l’accueil des proches par les résidents permanents ou secondaires, et de leurs saisonnalités permet d’affiner ces valeurs. De plus, la question des populations présentes à la journée, et plus généralement la question du statut dans le lieu, comme la manière dont les populations se concentrent ou non dans l’espace, permettent de mieux évaluer voire de relativiser les effets d’agglomération et de « saturation » sur les sites les plus fréquentés. Alors que des notions comme la capacité d’accueil ou la capacité de charge sont présentes de manière récurrente dans les études sur l’aménagement et la gestion des espaces littoraux, l’application de la notion de population présente à l’analyse du peuplement littoral reste encore rare. Cette approche permet pourtant de mieux cerner les volumes de population ainsi que leurs variations, préalables indispensables à toute analyse scientifique des pressions et des effets que ces populations engendrent sur le littoral.

Haut de page

Bibliographie

AGUER E., VERGEAU O. (2009), Les résidences secondaires : une composante du développement et de l’attractivité de la région, Décimal, n° 288, 6 p.

COËFFÉ V., VIOLIER P. (2008), Les lieux du tourisme : de quel(s) paradis parle-t-on ? Articulo-revue de sciences humaines, n° 4, mis en ligne le 04 octobre 2008, consulté le 08 novembre 2010.

DAVEZIES L. (2008a), La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses, Paris, Seuil, Coll. « La République des Idées », 110 p.

DAVEZIES L. (2008b), Les moteurs du développement de la zone de La Rochelle et de ses territoires, DREAL Poitou-Charentes, Poitiers, 15 p.

DAVEZIES L. (2009), L’économie locale « résidentielle », Géographie Économie Société, volume 11, n° 1, janvier-mars 2009, pp. 47-53.

DUVAT V. (2010), Étude de fréquentation et de perception de la qualité des plages, île d’Oléron : résultats de la campagne 2009. Rapport de résultats n° 3, Programme de recherche QUALIPLAGES, 107 p.

GUÉRINEAU B. (2010), Analyse de la fréquentation et des pratiques sur l’île de Ré, Communauté de communes de l’île de Ré/Université de La Rochelle, La Rochelle, 115 p.

LE BERRE S. (2008), Les observatoires de la fréquentation : outils de gestion des îles et des littoraux, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Bretagne Occidentale, 419 p.

POTTIER P., CHADENAS C., POUILLAUDE A., STRULLIOU J.F. (2009), Évaluer la capacité d’accueil et de développement des territoires littoraux, DREAL Pays de La Loire, Nantes, 92 p.

SACAREAU I., VACHER L., VYE D. (2012), « La résidence secondaire est-elle un objet aux confins du tourisme ? Réflexions à partir de l’exemple des résidences secondaires des Britanniques en Poitou-Charentes », in P. Bourdeau, H. François, L. Perrin-Bensahe (éd.), Fins et confins du tourisme, Paris, L’Harmattan. À paraître.

TALANDIER M. (2007), Un nouveau modèle de développement hors métropolisation : le cas du monde rural français, Thèse de doctorat en urbanisme, aménagement et politiques urbaines, 479 p.

TERRIER C. (dir.) (2006), Mobilité touristique et population présente – les bases de l’économie présentielle des départements, Paris, Direction du Tourisme, 128 p.

TERRIER C. (2009), Distinguer la population présente de la population résidente, Courrier des statistiques, n° 128, pp. 63-70.

URBAIN J.-D. (1994), Sur la plage, Paris, Payot, 316 p.

VACHER L., VYE D., 2011, La fréquentation à la journée, une forme de dilatation de la ville moyenne touristique, Revue Urbanisme, n° 378, Mai/juin 2011, pp. 71-73

VACHER L. (dir), BRUNELLO P., GUAIS A., JAMES D., PIGNON-MUSSAUD C. (2011), Atlas de la fréquentation des plages de Charente-Maritime, Campagne 2010, La Rochelle, Observatoires des Pratiques de Tourisme et de Loisir-ECOP, Cellule Géomatique de l’UMR LIENSs, UMR 6250 LIttoralENvironnement et Sociétés (LIENSs), CNRS - Université de La Rochelle, 316 p., consultable à l’adresse suivante : http://ecop.univ-lr.fr/Observatoire_des_Pratiques.htm

Haut de page

Notes

1 Source : insee.fr, rubrique définitions et méthodes. URL : http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/sphere.htm. Consulté le 28 mars 2011.

2 Les activités non présentielles correspondent aux activités qui produisent des biens économiques majoritairement consommés hors de la zone et des activités de services tournées principalement vers les entreprises correspondantes.

3 Source : Projet d’Aménagement et de Développement Durable du SCoT de l’Île de Ré, 2011.

4 Ces chiffres sont obtenus en comparant le surplus de population à l’échelle départementale (+95 800) à celui à l’échelle de l’agglomération (+19 000). On peut ainsi estimer que l’agglomération de La Rochelle capte environ 1/5ème des flux supplémentaires du département et appliquer ce ratio aux données produites par C. Terrier pour le département de Charente-Maritime.

5 Source : Projet d’Aménagement et Développement Durable du SCoT de l’Île de Ré, 2011, p.15.

6 Source : Vacher L. (dir.), Brunello P., Guais A., James D., Pignon-Mussaud C., 2011.

7 Des comptages effectués aux accès des principales plages de l’Île de Ré ont permis d’observer que le pic de fréquentation des plages est atteint entre 16h45 et 17h. Le survol aérien de l’ensemble de l’Île ayant été effectué entre 15h et 17h, le nombre des plageurs observé a été ajusté en tenant compte de l’heure de prise de vue.

8 Source : Projet d’Aménagement et Développement Durable du SCoT de l’Île de Ré, 2011, p.19 et 20.

9 Ce chiffre produit dans le cadre du SCoT de l’île de Ré a été calculé par rapport à un taux d’occupation de l’ensemble de l’hébergement commercial estimé à 100% (soit 45 300 personnes), à un nombre de résidents secondaires calculés par rapport au coefficient de 5 lits par logement et selon la définition INSEE soit 74 600 personnes, à un nombre de résidents permanents calculé selon le principe que tous restent sur l’île en été (18 300 personnes). Enfin ont été comptabilisés les excursionnistes (14 150 personnes). En revanche, les personnes accueillies chez des parents ou amis (notamment chez les résidents principaux) n’ont pas été comptabilisées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les représentations classiques de la population littorale : population permanente et offre d’hébergement support à l’estimation d’une population touristique
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 2. Mobilité touristique et population présente en Charente-Maritime en 2005
Crédits Sources : estimation direction du Tourisme in TERRIER C. (dir.), 2006, Mobilité touristique et population présente – les bases de l’économie présentielle des départements, Paris, Direction du Tourisme, 128 p.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 3. Population présente estimée dans une ville touristique littorale : le cas de l’agglomération de La Rochelle en 2010
Crédits Source : Terrier (C.), 2006, Mobilité touristique et population présente, les bases de l’économie présentielle des départements, Paris, Direction du Tourisme, 128 p ; Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir ECOP, CNRS-Université de La Rochelle, 2010 ; INSEE, Recensement de la population 2007 (exploitations principale et complémentaire).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 4. Typologie des plageurs* en fonction de leur statut dans les lieux et répartition par plage à La Rochelle en 2008 et 2009
Légende * Un « plageur » est défini comme étant un usager de la plage à des fins de tourisme ou de loisir [Coeffé et Violier, 2008 ; Urbain, 1994].
Crédits Source : Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir - ECOP, CNRS-Université de La Rochelle 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 5. Des estimations de la population touristique basées sur l’offre d‘hébergement qui surestiment certaines formes et en ignorent d’autres
Crédits Sources : Charente-Maritime Tourisme (CMT) ; Préfecture 17 ; INSEE ; Gites de France ; Clévacances dans Chiffres clés 2009 Rochelais ; Ile de Ré & Charente-Maritime Tourisme ; Filocom d’après DGI (Observatoire CDT17) pour les résidences secondaires, www.observatoire.en-charente-maritime.com ; Rapport Campagne d’enquêtes été 2010, Observatoire des pratiques de tourisme et de loisir-ECOP,http://ecop.univ-lr.fr/​Productions.htm#prodope3
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 6. Taux d’occupation de l’hébergement commercial 2007-2011 pour l’île de Ré et le Pays rochelais
Crédits Sources : Charente Maritime Tourisme ; Centrale de Réservation Gîtes de France 17 ; Charente-Maritime Tourisme ; Service Observatoire (meublés) ; INSEE Poitou-Charentes - CDT Charente-Maritime ; Observatoire du Tourisme (hôtel) ; Observatoire du Tourisme 17 (camping)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 7. Fréquentation des plages rétaises de Trousse-Chemise (20 août 2010) et de Rivedoux-Plage (2 août 2010)
Crédits Source : Observatoire des Pratiques de Tourisme et de Loisir - ECOP, CNRS-Université de La Rochelle 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5354/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Blondy, Luc Vacher et Didier Vye, « L’apport de la notion de population présente dans l’analyse du peuplement littoral », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 95-110.

Référence électronique

Caroline Blondy, Luc Vacher et Didier Vye, « L’apport de la notion de population présente dans l’analyse du peuplement littoral », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5354 ; DOI : 10.4000/eps.5354

Haut de page

Auteurs

Caroline Blondy

UMR 7266 LIENSs, Équipe Agîle
Université de La Rochelle
caroline.blondy@univ-lr.fr
luc.vacher@univ-lr.fr
didier.vye@univ-lr.fr

Luc Vacher

Didier Vye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org