Navigation – Plan du site
Articles

Le vieillissement démographique des communes côtières en France : un phénomène uniforme ?

The Demographic Ageing of Coastal Spaces: A Uniform Phenomenon?
Jean-François Ghekière et Vincent Houillon
p. 59-93

Résumés

Les publications portant sur le vieillissement démographique sont très nombreuses mais peu portent précisément sur l’intensité du phénomène sur la frange littorale. Après avoir précisé les limites géographiques et la méthodologie de l’analyse, l’article envisage de montrer la variabilité géographique du phénomène. Les façades littorales de la partie méridionale de la France se différencient assez nettement de celles de la partie nord. La taille des communes est aussi une variable de différenciation. Les grandes communes sont soumises à une logique de vieillissement très différente des communes de taille inférieure. Basé en partie sur une analyse multivariée, l’article montre l’existence de différents types de communes côtières à l’égard du degré de vieillissement. Les rythmes antérieurs de la croissance démographique mais surtout la spécialisation touristique d’un territoire se révèlent déterminants dans la variabilité géographique de la gérontocroissance, c’est-à-dire de la croissance du nombre des personnes âgées. L’analyse de l’attractivité littorale auprès des personnes âgées définit des modèles de communes ouvertes à un recrutement étendu ou au contraire plus tournées vers leur environnement régional. Elle permet aussi de préciser l’intensité du balnéotropisme trèssouvent avancée comme facteur majeur du vieillissement des littoraux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comme dans la plupart des pays du monde, la succession des recensements de population confirme le glissement du peuplement vers le littoral. En France depuis plus de trente ans, la progression des départements littoraux est plus élevée que le rythme de l’ensemble métropolitain. Pour la dernière période (1999-2008), alors que la population du territoire métropolitain s’est accrue de 6 %, les seuls départements littoraux ont vu leur population progresser de près d’un point de plus. Depuis plusieurs décennies, l’intensification des échanges maritimes et le développement des activités ont induit une progression de l’urbanisation des espaces côtiers. Même si dans de nombreux pays la littoralisation du peuplement accompagnée de l’urbanisation du littoral s'est réalisée à un rythme beaucoup plus rapide, le territoire français n’est pas resté à l’écart du phénomène. Mais les déterminants économiques ne sont pas seuls en cause dans la concentration des populations littorales. L’approche culturelle des littoraux s’est également modifiée avec l’essor des loisirs et de la villégiature estivale. Le balnéotropisme n’est certes pas un phénomène nouveau mais les conditions du renforcement de ses effets sont réunies. Le vieillissement démographique accompagné de la poussée de nouvelles catégories de retraités est une donnée qui participe à la dynamique et à la densification démographique des littoraux. Le processus n’en est qu’à ses débuts avant l’entrée prochaine des générations pleines du baby-boom dans le groupe des seniors.

2Dans cet article, nous voulons nous interroger sur les caractéristiques du vieillissement littoral, une idée communément admise mais très rarement vérifiée. Des représentations véhiculent l’idée selon laquelle les façades littorales seraient soumises à une dynamique démographique forte, due en particulier à l’afflux massif de personnes âgées. Venant en grand nombre y passer leur retraite, les seniors choisiraient massivement les territoires littoraux comme lieux privilégiés de villégiature. Ce « balnéotropisme » se traduirait à la fois par un taux de vieillissement élevé et aussi par une forte gérontocroissance, c’est-à-dire par une augmentation des effectifs âgés. Après avoir présenté rapidement la littérature scientifique sur le sujet, le développement de cette problématique s’articulera en trois temps. Préalable indispensable dans une étude démographique, il est nécessaire d’introduire la mesure du phénomène. Or pour dénombrer une population, il faut d’abord la délimiter. Nous avons fait le choix d’un champ territorial restreint, choix certainement discutable mais justifié, en ne prenant en compte qu’une partie des façades littorales à savoir les communes directement en contact avec la mer. La diversité des situations du vieillissement démographique est mise en évidence par l’analyse selon la taille des communes. La deuxième partie s’appuie sur une typologie qui affine le tableau de la diversité des communes littorales et permet de présenter des modèles d’évolution des structures et des effectifs des seniors. Le vieillissement et la gérontocroissance s’avèrent en effet d’une grande variabilité selon les différentes façades. Dans un troisième temps, l’analyse du rôle de l’attractivité littorale nous permet de préciser une des composantes de la gérontocroissance et de confirmer les liens de dépendance entre celles-ci, les aménités littorales et l’orientation touristique des territoires.

1. le vieillissement littoral : approche méthodologique et problématique

1.1. Un paradigme admis mais peu étudié

3Le vieillissement démographique des territoires littoraux est idée largement répandue. Cette représentation correspond-elle à la réalité ? Nous contribuerons à répondre à cette question mais force est de constater que la question a peu suscité la sagacité des chercheurs. Les publications portant sur le vieillissement démographique sont pourtant très nombreuses. La liste serait longue des auteurs qui abordent dans leur recherche un aspect de ce phénomène social majeur du 21ème siècle et on ne peut dans le cadre aussi réduit du présent article en faire la recension détaillée. Elles émanent de très nombreux champs disciplinaires, de la médecine à l’anthropologie, de l’histoire à la sociologie. Si l’on s’en tient aux publications des géographes de la population et des démographes, la question du vieillissement démographique des littoraux en France a été peu étudiée. Dans ses publications régionales, l’INSEE évoque fréquemment le vieillissement des structures. Les analyses se limitent souvent au constat d’une proportion élevée de personnes âgées de 60 ans ou plus à l’échelon de l’arrondissement, de la zone d’emploi ou de la région. Quelques unes, plus rares, s’appuient sur l’échelon communal [INSEE, 2008]. La progression des effectifs âgés n’est jamais évoquée alors qu’elle constitue un enjeu majeur des politiques d’aménagement. Il n’existe pas à notre connaissance d’analyse sur le vieillissement démographique littoral en France prenant en compte la globalité du processus.

4Le comportement migratoire des populations âgées a fait l’objet des nombreuses recherches conjointes de Françoise Cribier et d’Alexandre Kych (1994). Ces deux auteurs ont suivi des cohortes de retraités. Mais les territoires littoraux ne font guère l’objet d’une attention particulière sauf pour l’une d’entre-elles. Brigitte Baccaïni (2001) dans de nombreux articles consacrés aux migrations résidentielles a évoqué un « appel de l’Ouest », révélant le renforcement de l’attractivité migratoire de cette partie du territoire français depuis deux décennies. L’effet atlantique qu’elle évoque s’étend sur un espace bien plus vaste que la façade littorale stricto sensu. Bien que les différences de comportement migratoire selon l’âge soient bien développées dans les différents articles, la relation entre les migrations et les structures démographiques locales n’entre pas dans la problématique de l’auteur. L’attractivité atlantique désormais supérieure à celle de la façade méditerranéenne est confirmée pour la période 1999-2006 dans un article plus récent de Didier Vye (2011). Cet article a l’intérêt d’aborder l’attractivité à une échelle géographique fine, celle des villes et de se détacher de l’échelon départemental, trop imprécis pour spécifier l’attractivité proprement littoral. Mais l’article n’aborde pas les migrations différentielles selon l’âge.

1.2. Méthodologie de l’analyse

5Notre propos est donc de considérer le vieillissement démographique de l’ensemble des communes du littoral depuis deux décennies. Le vieillissement démographique est l’évolution de la proportion des personnes âgées de 60 ans et plus dans la population totale. Celle-ci se traduit le plus souvent par une croissance des effectifs âgés, ou gérontocroissance, plus rarement par une gérontodécroissance. Ce dernier cas se produit lorsque les effectifs âgés diminuent par extinction naturelle ou éventuellement par migration. Les effectifs de la partie supérieure de la pyramide ne sont pas remplacés. L’analyse des déterminants du vieillissement est complexe car la variation d’un groupe d’âge a des répercussions sur l’évolution des autres groupes d’âge : la part des personnes âgées dans une population résulte directement de l’évolution du poids des autres groupes d’âges. L’essentiel du processus se produit néanmoins par la base de la pyramide (évolution de la fécondité et du nombre des naissances) ou par le sommet (avancée en âge et augmentation de l’espérance de vie).

  • 1 L’essentiel se produira lorsque les premières générations du baby-boom entreront dans cette catégor (...)

6Notre propos n’est pas d’envisager ce qui constitue un véritable « système » démographique. Nous ciblerons le groupe d’âge des 60 ans ou plus et la variation de ses effectifs qui repose à la fois sur une composante endogène (la montée en âge des générations présentes sur le territoire, encouragée par l’augmentation de l’espérance de vie) et sur une composante exogène (les migrations des personnes âgées). La distinction de sous-groupes d’âge nous paraît importante car l’augmentation de l’espérance de vie contribue à une progression des effectifs très âgés (des plus de 80 ans). L’« hyper gérontocroissance » n’en est aujourd’hui qu’à ses débuts1.

7Après avoir confronté la situation des communes côtières par rapport à l’ensemble du territoire français, nous tenterons de montrer la diversité des vieillissements littoraux. Par le biais d’analyses mutivariées, ACP (Analyse en Composantes Principales) et CAH (Classification Ascendante Hiérarchique), une typologie des littoraux sera définie. Répondant à des profils socio-démographiques spécifiques, elle permet d’élaborer des modèles de vieillissement littoral, géographiquement identifiés. Pris dans chacun de ces types, des exemples de communes du littoral maritime montreront les diverses traductions du vieillissement littoral au niveau de la variation des effectifs de populations âgées. En effet si la proportion élevée de personnes âgées de 60 ans ou plus est une généralité sur les littoraux, la variabilité de la gérontocroissance est grande à l’échelle locale. Cette diversité des dynamiques du vieillissement renvoie à l’évolution du contexte socio-économique local. Le phasage de la construction de logements qui accompagne dans de nombreux cas la mise en tourisme des espaces littoraux contribue à la diversité des situations. Enfin nous aborderons la contribution des migrations au vieillissement littoral. L’impact précis des migrations sur l’évolution d’un groupe d’âge étant difficile à cerner, nous aborderons celles-ci au travers de l’attractivité migratoire des littoraux sur les populations âgées qui n’en est qu’un aspect. Cette analyse contribuera à mieux cerner la réalité du balnéotropisme, concept trop souvent considéré comme une évidence.

1.3. Le champ géographique : les communes côtières

8La notion de littoral désigne les territoires en contact direct avec la mer ou soumis à son influence. Celle-ci est difficile à définir. Le niveau départemental que l’IFEN a pris en référence dans certains de ses travaux sur les perspectives d’évolution des littoraux nous paraissait beaucoup trop étendu. Quel impact démographique peut en effet avoir les aménités littorales sur des espaces situés à plus de 100 kilomètres de la côte ? Nous considérerons donc dans cet article les seules communes ayant un contact direct avec la mer. Ce champ géographique est très proche de celui que l’Observatoire National de la Mer et du Littoral (2008) utilise dans plusieurs de ses publications. L’ONML reprend la définition qu’en donne la loi Littoral de 1986 : les communes du littoral maritime sont des « communes de bord de mer, riveraines des lagunes ou situées sur les estuaires ». Nous n’avons pas intégré les communes de l’arrièr-pays car notre objectif était de bien identifier les territoires où l’élément marin, aménité et facteur d’attractivité, paraissaient a priori déterminants dans le processus du vieillissement. Nous ne retiendrons donc pas non plus la notion de « retrolittoral », utilisée dans quelques publications régionales de l’INSEE, comprenant les communes de l’arrière-pays directement en contact avec celles de la côte.

9Par commodité, les communes côtières seront dénommées aussi communes de front de mer ou encore communes du littoral maritime. Ces communes correspondent à des situations très variées tant au point de vue de leur nombre d’habitants que de leurs caractéristiques économiques et sociales. Le modèle le plus fréquent est représenté par de petites communes, inférieures à 5000 habitants, qui sont souvent de petites stations balnéaires ou des petits ports transformés à des degrés divers par l’activité touristique. Pour éviter de rompre la continuité de l’analyse spatiale de la frange côtière, nous avons tenu à garder les communes de taille moyenne et de grande taille bien que leurs structures économiques et sociales constituent un contexte qui change complètement les modalités d’évolution des structures démographiques. Marseille, Le Havre, Brest voire Nice et d’autres villes d’importance sont des grands pôles d’emploi et des grandes villes universitaires. Les actifs et les étudiants y sont nombreux, leur niveau de vieillissement est beaucoup plus faible. De tels espaces répondent davantage à une logique urbaine qu’à une logique littorale.

1.4. Un phénomène ancien qui s’accentue…

10La présence importante des personnes âgées sur les littoraux n’est pas un phénomène nouveau, au moins pour certaines façades. L’accroissement démographique des départements littoraux soumis aux effets de l’héliotropisme a depuis longtemps été remarqué par les géographes. La première phase d’attractivité des premières générations de stations littorales remonte au milieu du 19ème siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, le dynamisme du littoral méditerranéen marque les esprits. Raoul Blanchard, en 1960, notait que « le prestige de Nice et son climat exceptionnel tout autant que son dynamisme économique, expliquent le rayonnement lointain de la ville » [Beaujeu-Garnier, 1976].

11Dans le même temps, l’attractivité des littoraux auprès des retraités ainsi que le vieillissement de la population s’affirment et révèlent leur originalité par rapport au reste du territoire français. Mais on peut aisément déterminer un phasage dans le vieillissement selon les façades. Si l’on exclut les grandes agglomérations, la Côte d’Azur par exemple fut la première touchée. Dès les années 60 en pleine période du baby-boom, la population âgée de 60 ans ou plus atteignait fréquemment plus de 20 % dans de nombreuses communes littorales contre moins de 10 % pour l’ensemble du territoire. Le phénomène n’était pas absent sur les autres façades mais les concernait plus ponctuellement au niveau des anciennes villes touristiques traditionnelles. La diffusion du vieillissement sur l’ensemble des façades, toujours mesurée par la surreprésentation du groupe âgé, commence réellement dans les années 80 et se confirme dans les années 90.

12En 2008, les communes de bord de mer concentraient 10,8 % de la population des 60 ans ou plus mais seulement 8,7 % de l’ensemble de la population. La part des personnes âgées de 60 ans ou plus des seules communes du littoral maritime s’élevait alors à 27,3 % contre 22 % pour l’ensemble de la France (hors outre-mer). En excluant les grandes villes, l’écart est beaucoup plus important. Depuis 1990, la progression de cette part, respectivement de 3 points contre 2, confirme l’accentuation du vieillissement et l’affirmation de l’originalité des structures démographiques littorales. La pyramide des âges des communes côtières (figure 1) et le profil comparatif (figure 2) font ressortir clairement une surreprésentation des 60 ans ou plus particulièrement marquée entre 65 et 75 ans. La diminution de la surreprésentation aux âges les plus avancés peut s’expliquer par leur très faible poids dans la population qui rend les écarts relatifs moins sensibles. Par ailleurs il peut s’expliquer aussi par des retours au moment des dernières années de vie.

Figure 1. Pyramide des âges des communes de bord de mer

Figure 1. Pyramide des âges des communes de bord de mer

Source : Insee, 2008.

Figure 2. Profil comparatif de la pyramide des âges des communes de bord de mer à la pyramide des âges de la France métropolitaine

Figure 2. Profil comparatif de la pyramide des âges des communes de bord de mer à la pyramide des âges de la France métropolitaine

Source : Insee, 2008

1.5. … mais qui reste marqué par de fortes disparités

13La taille des communes et le contexte territorial dans lequel elles s’inscrivent introduisent des nuances dans le niveau de vieillissement. Les communes littorales de plus de 100 000 habitants (Le Havre, Nice, Brest…) affichant une part de personnes âgées de 60 ans ou plus de 23 % en 2008 sont moins vieillies. Ces grandes communes appartiennent à de grandes agglomérations dont elles constituent la ville-centre. La dynamique économique et sociale des grandes communes relève d’une logique urbaine. Grands pôles d’activités tertiaires et parfois industrialisés, ces grands organismes urbains sont aussi des grands centres universitaires. Les actifs et jeunes adultes, plus nombreux qu’ailleurs, pèsent lourdement dans la population ce qui réduit mécaniquement le poids relatif des groupes d’âges du sommet de la pyramide. La logique urbaine atténue fortement les effets potentiels d’une situation littorale.

14L’indifférence littorale disparaît dans les strates de communes de taille inférieure. En effet, la part des personnes âgées de 60 ans ou plus augmente lorsque la taille des communes diminue : les communes de moins de 5000 habitants sont les plus vieilles avec plus de 30 % de leur population ayant 60 ans ou plus. Cette strate compte beaucoup de petites communes marquées par le tourisme souvent des stations balnéaires ou à des petits ports de pêche. L’empreinte touristique s’accompagne de structures par âge plus vieilles. Le contraste avec les grandes communes ne cesse de s’accroître depuis 1990. Pour celles-ci, les structures par âges sont stables alors que pour les autres strates de communes plus modestes, elles vieillissent nettement. Cette évolution différenciée des structures selon la taille des communes se traduit aussi par une croissance des effectifs âgés plus soutenus au niveau des communes les plus modestes. Représentant 40 % de la population littorale, les communes littorales de moins de 20 000 habitants ont concentré les 2/3 de la gérontocroissance littorale (croissance des 60 ans et plus) entre 1999 et 2008. La variabilité géographique de la part des personnes très âgées (80 ans ou plus) apparaît beaucoup plus atténuée. En effet cette part est voisine de 6 % pour toutes les strates de villes.

2. Un poids des personnes âgées géographiquement divers

2.1. Le rôle des aménités des façades littorales

15L’indifférence littorale se limite ponctuellement au territoire des grandes communes car hormis cette exception notable, toutes les façades apparaissent structurellement vieilles (figure 3 : Proportion des 60 ans ou plus). En effet la part des personnes âgées de 60 ans ou plus atteint un niveau particulièrement élevé sur la façade de la Vendée et de la Charente-Maritime (38 %) ainsi que sur les façades les plus méridionales. Les façades du Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de la Normandie apparaissent nettement en retrait. Ces disparités de structures par âge entre les différentes façades sont renforcées par l’évolution récente des effectifs de personnes de 60 ans ou plus. Celle se produit à un rythme très rapide dans la moitié sud de la France, sur les rivages de la Vendée, de la Charente-Maritime et surtout du Languedoc-Roussillon (figure. 4). La Bretagne se trouve dans une situation assez originale étant à la fois structurellement vieille et marquée par une gérontocroissance modérée.

16La diversité géographique du groupe âgé de la population, rapidement observée ci-dessus à l’échelle intermédiaire des façades, peut être exprimée plus finement par une typologie des communes fondée sur une série de variables caractérisant les communes côtières.

Figure 3. Proportion des personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population totale en 2008

Figure 3. Proportion des personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population totale en 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 4. Évolution de la population âgée de 60 ans ou plus entre 1990 et 2008 Figure4 suite

Figure 4. Évolution de la population âgée de 60 ans ou plus entre 1990 et 2008 Figure4 suite

Source : INSEE, 2008.

2.2. Une typologie des communes du littoral maritime

17La liste des variables utilisées dans les analyses multivariées (ACP et CAH) est présentée dans la légende de la figure 5. Le premier axe (horizontal) de l’ACP oppose les classes d’âges avancées aux classes de jeunes. Le 2ème axe distingue surtout les types d’occupation des résidences principales (locataires ou propriétaires). L’information la plus intéressante est la forte corrélation entre la part des résidences secondaires dans les communes et la proportion des personnes âgées. Cela signifie que les communes aux fortes aménités valorisées par le tourisme sont marquées par une part élevée de personnes âgées. A ce point de l’analyse, on ne peut encore parler de lien avec le balnéotropisme car celui-ci implique une attractivité migratoire du littoral qui n’est qu’une des composantes du vieillissement.

18La classification ascendante hiérarchique distingue 4 types de communes selon leurs caractéristiques démographiques. Les profils sont représentés en légende et constituent autant de classes de la carte (figure 5). L’ensemble des littoraux étant structurellement vieilli, notre typologie se compose donc de 4 types de communes littorales associés à 4 formes de vieillissement démographiques.

Figure 5. Classification des communes du bord de mer

Figure 5. Classification des communes du bord de mer

Source : INSEE 2008

  • Le type 1. Le balnéotropisme : facteur du vieillissement littoral
    Le profil de ces communes se distingue des autres par une proportion de personnes âgées élevée et une grande part des résidences secondaires dans le parc de logements. En outre, ces communes apparaissent attractives pour les jeunes retraités. L’association entre vieillissement démographique et balnéotropisme est donc clairement établie dans le cas présent. Spatialement, ce type de vieillissement littoral est particulièrement bien représenté sur les littoraux languedocien et azuréen et surtout au contact de l’Atlantique, de la frontière espagnole à la Vendée incluse. Il identifie souvent de petites communes balnéaires à l’orientation touristique affirmée.

  • Le type 2. Les grandes villes ou l’indifférence littorale
    Ce type est marqué par un faible poids des personnes âgées à mettre en relation avec une proportion importante de jeunes adultes et une faible attractivité pour les personnes âgées. La répartition de ce type, plus ponctuelle, identifie les communes de grande taille : Marseille, Nice, Le Havre, Calais, Brest, Vannes. Au cœur de grandes agglomérations, une logique urbaine impose une dynamique démographique propre [Ghékière, 2006 ; Dumont, 2005]. La localisation littorale n’influe guère sur le vieillissement des structures par âges.

    • 2 Les individus stables sont les individus qui n’ont pas changé de commune de résidence entre deux da (...)

    Le type 3. Le modèle du littoral breton : un littoral âgé sans gérontocroissance
    La spécificité de ce type repose sur un poids important des propriétaires et des résidences secondaires relativement peu nombreuses. Les caractéristiques du vieillissement démographique sont très spécifiques. Si on note une proportion assez élevée de jeunes retraités (tranche d’âge de 60 à 75 ans), la croissance des effectifs âgés est souvent faible et les cas de gérontodécroissance nombreux. Celle-ci est associée à une grande stabilité2 de la population âgée qui s’éteint en n’étant que partiellement renouvelée et à une assez faible attractivité littorale. Ce modèle, très représenté en Bretagne, caractérise aussi les toutes petites communes littorales de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais.

  • Le type 4. Les marges urbaines, entre influence urbaine et littorale
    Le profil de ces communes est moins nettement identifié. La part des personnes âgées est peu importante, ce qui est corrélé avec un taux faible de résidences secondaires. Les jeunes adultes sont nombreux ainsi que les jeunes actifs et les propriétaires. Les communes appartenant à ce type correspondent souvent à des banlieues ou à des espaces périurbains dépendant d’une grande ville. La dynamique démographique de ces communes est soumise à une double influence urbaine et littorale. L’attractivité de ces territoires est forte. La position littorale constitue une aménité qui exerce une attractivité sur l’ensemble des tranches d’âge de la population. Elle n’a pas d’effet sélectif sur la catégorie des personnes âgées.

2.3. Gérontocroissance endogène et gérontocroissance exogène

19Le poids des personnes âgées dans les structures par âge, plus prononcé que dans le reste du territoire français, répond donc à des situations socio-démographiques diverses. Un haut degré de vieillissement est souvent associé à une forte croissance du groupe âgé de la population. Mais cette évolution n’est qu’un des cas de figures possibles. L’analyse de cas précis de villes ou de petites communes du littoral maritime vient confirmer cette diversité de situations.

20Une croissance très importante de l’effectif des personnes âgées s’exprime à Sainte-Maxime (figure 6a), La Grande Motte (figure 6b) ou le Cap d’Agde (figure 6c) entre 1990 et 2008. Dans le cas de ces trois grandes stations balnéaires du littoral méditerranéen, les « clochers » de croissance du groupe d’âges 60-70 ans sont remarquables. Ils dissocient nettement la courbe de 2008 des deux autres se référant à des situations plus anciennes. L’augmentation des 60 ans ou plus se chiffre dans chaque cas à plusieurs centaines de personnes supplémentaires. Comme en 1999 les effectifs du groupe des 50-60 ans étaient d’un niveau très inférieur, on peut aisément en déduire que l’augmentation relève pour une part importante d’une « gérontocroissance exogène » c’est-à-dire liée à des apports migratoires extérieurs. Ceci justifie que la dernière partie de notre article soit consacrée à l’attractivité des façades maritimes. Bien que le relèvement du niveau des courbes des plus de 75 ans de 1990 à 2008 s’exprime plus discrètement sur les graphiques, il témoigne d’un « hypergérontocroissance » en cours dans ces stations balnéaires. Les effectifs des autres classes d’âges ont par contre évolué de façon beaucoup moins significative.

  • 3 La population des communes du littoral breton est peu marquée par les entrées de nouvelles populati (...)
  • 4 Située administrativement en région Pays-de-Loire.

21La croissance « exogène » des effectifs âgés n’est pas un phénomène généralisé. Sur certaines façades littorales l’existence d’un vieillissement démographique accentué coexiste avec des modalités de croissance des effectifs âgés très différentes. La Bretagne est très représentative d’une gérontocroissance de faible ampleur. L’évolution des effectifs de personnes âgées, lorsqu’elle est positive, est essentiellement endogène. Les courbes de Pont-Aven (figure 6e) montrent le vieillissement sur place de la population résidente. Un déplacement des pics et des creux se produit dans les effectifs des classes d’âges au cours des 20 dernières années. Par exemple le pic des 55-64 ans en 1990 se retrouve chez les 65-74 ans en 1999 ; de même le creux des 55-60 ans observé en 1999 se retrouve sous une forme quasi identique chez les 65-70 ans 9 ans plus tard en 2008. La faible modification des effectifs entre deux dates traduit le rôle limité des perturbations induites par les migrations extérieures. Le caractère moins ouvert du territoire breton est confirmé par plusieurs indicateurs de mobilité calculés au niveau communal 3. On notera que les communes bretonnes illustrées par les figures (Pont-Aven, figure.6e ; Le Guivinec, figure 6d) présentent une orientation touristique moins marquée que les exemples méditerranéens cités plus haut. Cependant une grosse commune touristique bretonne comme La Baule4 (figure 6f) bénéficie d’une ouverture comparable à celle de ses homologues des façades plus méridionales.

Figure 6 a, b, c. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Sainte-Maxime, La Grande Motte, Cap d'Agde)

Figure 6 a, b, c. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Sainte-Maxime, La Grande Motte, Cap d'Agde)

Figure 6 d,e, f. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Le Guilvinec, Pont-Aven, La Baule)

Figure 6 d,e, f. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Le Guilvinec, Pont-Aven, La Baule)

22La situation des grandes communes témoigne aussi d’une certaine indifférence littorale. Les courbes (figures 6g et h) illustrent assez classiquement des profils d’âge caractéristiques des grandes communes : des classes d’âges de jeunes et des jeunes adultes surreprésentées et des classes plus âgées pesant plus faiblement dans les structures, Nice (figure 6i) étant cependant structurellement plus âgée que Marseille et Le Havre. L’évolution des effectifs âgés est également très éloignée des situations spécifiquement « côtières » évoquées dans les paragraphes précédents. Il n’y a pas de boom des effectifs âgés, bien au contraire. En termes d’enjeux d’aménagement du territoire, ces grandes communes n’ont pas à faire face à des défis aussi aigus que les communes de taille modeste, situées notamment dans les régions méridionales.

Figure 6 g, h, i. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Marseille, Le Havre, Nice)

Figure 6 g, h, i. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Marseille, Le Havre, Nice)

2.4. Vieillissement et mise en tourisme

23La forte empreinte touristique d’un territoire joue un rôle important dans son dynamisme démographique général. Cette évolution est corrélée avec la construction de logements aptes à accueillir de nouvelles populations. Plusieurs exemples pris dans les types explicités ci-dessus montrent la grande diversité des situations locales du vieillissement qui rompt avec les représentations communément admises.

24Les courbes l’attestent, la véritable explosion démographique des seniors doit peu à l’avancée en âge de populations déjà résidentes. Il s’agit surtout des communes de bord de mer au profil touristique très marqué. Des entrées massives de personnes âgées ont eu lieu au cours des 2 dernières décennies (cf. partie 3). On peut associer la croissance rapide du nombre des personnes âgées à l’évolution du parc de logements pendant la même période. À titre d’exemple, l’augmentation du nombre de logements à La Grande Motte s’est élevée à près de 2100 unités entre 1999 et 2008. Cette station intégrée fait partie du grand programme d’aménagement de la côte languedocienne qui débuta dans les années 60. La Grande Motte en est l’une des 6 grandes unités touristiques. Depuis sa création, le rythme de construction de nouveaux logements comprenant une part importante de résidences secondaires est resté élevé.

25Il est cependant très difficile, avec les données utilisées, d’établir une relation précise à l’échelle locale entre la variation du nombre des logements et la croissance des effectifs âgés. Dans de nombreux cas, la variation du nombre total de logements est positive mais elle ne se traduit pas toujours par une croissance forte des personnes âgées. Bien évidemment, certains logements ont pu être construits pour des populations appartenant à des tranches de population moins âgées. On pense en particulier à la catégorie des communes côtières périurbaines où les nouveaux habitants sont en majorité des actifs.

26D’autre part, le boom des seniors résidant dans la commune côtière a pu être précédé au cours des périodes précédentes par une croissance forte des logements secondaires. On peut penser que de nombreux individus ayant investi dans un premier temps dans une résidence secondaire ont transformé celle-ci en résidence principale au moment de leur cessation d’activité [Bonvalet, 2007]. Ils sont alors devenus résidents de la commune alors que précédemment ils ne l’étaient pas. En reprenant l’exemple de la Grande Motte, on constate lors de la période 1999-2008, l’augmentation du nombre de logements a reposé en très grande partie sur la croissance des résidences principales (+1500) et de façon moins nette sur celle des résidences secondaires (+700). Or pendant la période précédente (1990-1999), celles-ci ont augmenté plus rapidement que celles-là. Le phénomène de passage d’un type de résidence à l’autre semble vérifié. Mais seul le suivi de cohortes de personnes âgées et des segments de logements qu’elles ont occupés successivement permettrait de comprendre l’ampleur du phénomène. Cela n’a pas été possible avec les données utilisées dans le cadre de cet article.

3. Entre cloisonnement et ouverture : l’attractivité migratoire des littoraux auprès des personnes âgées

3.1. Les traits communs

27Dans de nombreux cas, mais pas dans tous nous l’avons vu, les entrées contribuent significativement à la croissance récente du nombre des personnes âgées. L’analyse de l’attractivité des territoires des littoraux maritimes apporte un éclairage utile pour comprendre la diversité du processus de vieillissement et de gérontocroissance. Comme l’impact touristique d’un territoire exerce une influence sur son attractivité, il est intéressant de s’interroger sur l’existence de similitudes entre les modèles migratoires touristiques et les modèles migratoires des personnes âgées.

28Les façades littorales présentent plusieurs points communs à l’égard des migrations de personnes âgées (figure 7). Elles sont attractives et excédentaires. À l’échelle des communes, il y a bien sûr des exceptions aux premiers rangs desquels les plus grandes communes de bord de mer qui relèvent d’une problématique très spécifique. La grande majorité des flux migratoires de personnes âgées en direction des communes littorales a pour origine le territoire régional dans lequel elles se situent. Comme pour les migrations résidentielles en général, le champ migratoire répond une logique prédominante de proximité. La « sédentarité » régionale est un caractère commun de toutes les migrations résidentielles. À cet égard, les migrations de personnes âgées ne font pas exception à la règle.

Figure 7. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans une commune de bord de mer entre 2003 et 2008

Figure 7. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans une commune de bord de mer entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

29Toutes les façades littorales ont comme pôle d’émission secondaire l’Île-de-France. Ceci résulte à la fois de l’effet démographique, la masse des effectifs potentiellement très élevés de migrants, et d’un effet de structure sociale. La propension à migrer dépend de la catégorie sociale dont sont issus les individus. Les personnes âgées à la sortie de leur vie active conservent leur comportement migratoire. Enfin, toutes les façades ont comme pôle d’émission « tertiaire » les grandes agglomérations proches. Ces pôles peuvent être situés dans la même région administrative où se situe la façade littorale ou à l’extérieur mais à une distance que l’on peut évaluer à moins d’une centaine de kilomètres.

Figure 7 a. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral atlantique sud entre 2003 et 2008

Figure 7 a. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral atlantique sud entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008

Figure 7 b. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral breton entre 2003 et 2008

Figure 7 b. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral breton entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 7 c. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer de la Corse entre 2003 et 2008

Figure 7 c. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer de la Corse entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 7 d . Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des ccommunes de bord de mer du littoral nord entre 2003 et 2008

Figure 7 d . Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des ccommunes de bord de mer du littoral nord entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 7 e. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral languedocien entre 2003 et 2008

Figure 7 e. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral languedocien entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 7 f. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral azuréen entre 2003 et 2008

Figure 7 f. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral azuréen entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008

3.2. Les modèles migratoires

30Les cartes permettent de distinguer plusieurs grands modèles migratoires de personnes âgées (7a, b, c ,d ,e ,f). Les modèles que Françoise Potier et Christophe Terrier ont élaboré pour les mobilités touristiques sont repris ici de façon simplifiée.

  • Le modèle polynucléaire
    Ce type est caractérisé par la prépondérance de la région comme pôle d’émission principal puis par le rôle de l’aire parisienne comme pôle secondaire. Les autres régions françaises contribuent ensuite de façon significative aux flux de personnes âgées. Les façades languedocienne et azuréenne entrent dans cette catégorie. Leur aire de recrutement est largement diffusée à l’ensemble du territoire métropolitain. Dans cette catégorie on rangera aussi la façade atlantique bien que l’aire d’émission soit moins vaste et plus limitée à la moitié ouest de la France. La façade corse est bipolaire. Hormis la Corse elle-même et secondairement l’Île-de-France, seul le littoral méditerranéen contribue réellement aux migrations de personnes âgées.

  • Le modèle mononucléaire
    . Ce type est caractérisé par la prépondérance de la région comme pôle principal d’émission puis par le rôle de l’aire parisienne comme pôle secondaire. Les autres régions contribuent aux migrations de personnes âgées de façon beaucoup moins significatives. Dans cette catégorie, la façade bretonne en est le modèle le plus achevé. Les façades de la Manche et de la mer du Nord recrutent aussi dans leur propre environnement régional. Par rapport au modèle breton, les pôles significatifs d’émission sont cependant relativement plus nombreux.

3.3. Les binômes migratoires : proximité et tradition

31L’origine géographique des migrants âgés peut être observée plus finement à partir d’exemples de communes pris sur les différentes façades. Selon les cas, on peut définir une dépendance migratoire des communes littorales, plus ou moins forte à l’égard de l’environnement local et régional.

32La dépendance d’Arcachon (figure 8a) par rapport au pôle d’émission bordelais est très élevée. Les conditions d’une forte dépendance sont réunies. La vieille ville touristique et la capitale régionale, distantes d’à peine 70 kilomètres, sont bien reliées par autoroute et voie ferrée. De plus, Arcachon n’a pas de réelle concurrence et jouit d’une suprématie sur le littoral du département de la Gironde et des Landes. Deauville (figure 8b) et Paris ainsi que sa banlieue proche constituent également un binôme très intensément lié mais deux caractéristiques les distinguent du cas précédent. Le foyer émetteur démographiquement, beaucoup plus puissant, est plus éloigné (200kms). Par ailleurs, sur ce même secteur de la côte normande, les migrants parisiens ont un choix plus diversifié de lieux de destination.

Figure 8a. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune d'Arcachon entre 2003 et 2008

Figure 8a. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune d'Arcachon entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

33Les deux autres cas diffèrent. Le Touquet (figure 8c) a clairement une attractivité auprès des migrants âgés qui s’étend sur l’ensemble de la région Nord-Pas-de-Calais, l’agglomération lilloise ne constituant qu’un des pôles d’émission. Le Touquet est la station d’une région et non d’une agglomération. On notera, que l’ajout « Paris-Plage » qui a longtemps été accolé au toponyme de la station nordiste ne trouve plus de justification dans les migrations de personnes âgées.

34Enfin, La Grande Motte (figure 8d), très représentative de la façade languedocienne présente un degré de dépendance faible à l’égard des territoires proches. L’agglomération montpelliéraine n’est pourtant guère éloignée. La grande diversité géographique des lieux d’origine des migrants constitue une caractéristique que la Grande Motte partage avec l’ensemble de la façade languedocienne. La logique migratoire observée pour la Grande-Motte répond tout à fait à l’ambition initiale de la Mission Interministérielle pour l’aménagement touristique du Languedoc-Roussillon en 1963. Entre autres objectifs assignés au nouveau littoral planifié figurait le rayonnement non seulement régional mais surtout national et international des nouvelles stations.

Figure 8b. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées de la commune de Deauville entre 2003 et 2008

Figure 8b. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées de la commune de Deauville entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 8c. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune du Touquet entre 2003 et 2008

Figure 8c. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune du Touquet entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

Figure 8d. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune de la Grande Motte entre 2003 et 2008

Figure 8d. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune de la Grande Motte entre 2003 et 2008

Source : INSEE, 2008.

35Sur ce dernier point comme pour d’autres, l’attractivité des communes du littoral maritime auprès des personnes âgées présente de fortes similitudes avec les caractéristiques de l’attractivité des littoraux auprès de la population touristique.

Conclusion

36À l’issue de cette analyse quelques éléments conclusifs peuvent être dégagés. Les aménités littorales et la position d’un territoire sur les bords de la mer coïncident avec un vieillissement des structures par âge. Mais il faut nettement distinguer la spécificité du littoral à l’égard de la part des personnes âgées dans la population d’une part et celle de la croissance des effectifs âgés d’autre part. Toutes les catégories de communes littorales, sauf les plus grandes soumises à une logique urbaine, sont structurellement vieilles. Par contre la gérontocroissance, si elle peut-être localement très forte, n’est pas généralisable à l’ensemble du bord de mer. Au niveau des littoraux peu attractifs, le processus du vieillissement est caractérisé par le vieillissement sur place de population installée et par le faisceau complexe des facteurs qui affectent l’évolution des autres groupes d’âges de la population. La croissance des effectifs âgés est alors faible comme en Bretagne.

37De fait les migrations de personnes âgées introduisent une différenciation très marquée. Les soldes migratoires du groupe des personnes âgées sont parfois modestes voire déficitaires. Ils le sont parfois pour les grandes villes dont la dynamique ne se différencie guère de la logique démographique des villes de la même strate de population. Ils le sont aussi pour les communes appartenant à des grandes agglomérations littorales. Au sein de celles-ci, le jeu complexe des redistributions internes de la population est peu sensible aux aménités littorales. Nous avons pu évoquer un effet d’indifférence de nombreuses communes du littoral maritime à l’égard de l’attractivité migratoire des personnes âgées et donc de la croissance de leur nombre. L’attractivité des territoires littoraux est par contre déterminante dans les secteurs les plus marqués par une forte orientation touristique mais généraliser le balnéotropisme comme facteur responsable du vieillissement de l’ensemble des littoraux est largement abusif.

38Pour la catégorie des communes fortement marquée par le tourisme, la progression des effectifs âgés de la population est donc vive. Mais le processus n’en est qu’à ses débuts car, pour l’instant, seules les premières générations issues du baby-boom sont entrées dans la partie supérieure de la pyramide des âges. Il faut s’attendre dans un avenir proche à la montée en puissance des effectifs avec l’arrivée des classes pleines du baby-boom dans le groupe des seniors. De même l’hypergérontocroissance, c’est-à-dire, l’augmentation des effectifs des personnes très âgées (80 ans ou plus), aujourd’hui limitée, croîtra de façon spectaculaire sous le double effet de la montée en âge des générations pleines et de l’augmentation de l’espérance de vie. Pour les territoires touristiques littoraux, les défis sont donc connus. Les collectivités locales doivent se préparer en termes d’aménagement et de développement de services spécifiques à une montée massive des effectifs âgés. Les situations sont certes extrêmement variées mais la densification démographique de certains littoraux risque d’exercer un effet direct sur la pression foncière et sur les prix de l’immobilier. En retour mais à plus long terme, cette évolution pourrait freiner voire réorienter les flux migratoires.

Haut de page

Bibliographie

BONVALET C. (2007), Vieillissement de la population et logement, les stratégies résidentielles et patrimoniales, La documentation française, PUCA, 171p

BACCAÏNI B. (2001), Les migrations internes en France de 1990 à 1999 : l’appel de l’Ouest, Économie et Statistiques, n° 344, pp. 39-79.

BEAUJEU-GARNIER J. (1976), La Population Française d’après le recensement 1975, Armand Colin, 143 p.

CRIBIER F., KICH A. (2005), « Les parcours de fin de vie d’une cohorte de retraités de la région parisienne », in Union Internationale pour l’Étude Scientifique de la Population, 25ème congrès international de la population, Tours, France, 12 p.

CRIBIER F., KICH A. (1994), La côte d’Azur, région d’accueil des retraités. Tome 1, La Côte d’Azur, région de retraite ; Les arrivées des années 70 et 80 : une enquête auprès des retraités depuis plus de 10 ans, 95 p.

DUMONT G.-F. [dir.] (2005), Les territoires face au vieillissement en France et en Europe, Ellipses, 415 p.

GHÉKIÈRE J.-F. (2006), La distribution des âges dans la ville. Les Annales de la recherche urbaine, n° 100, pp. 7-14.

INSEE (2008), Démographie et économie du littoral, Dossier de l’INSEE et du SOeS, Observatoire de la Mer et du Littoral, 22 p

POTIER F., TERRIER C. (2007), Atlas des mobilités touristiques en France métropolitaine, Autrement, 112 p.

VYE D. (2011), Les dynamiques migratoires de la France atlantique (1990-2006) : d’une attractivité littorale à une attractivité de façade ?, Espace Populations Sociétés, n° 3, pp. 617-637.

Haut de page

Notes

1 L’essentiel se produira lorsque les premières générations du baby-boom entreront dans cette catégorie d’âge en 2025.

2 Les individus stables sont les individus qui n’ont pas changé de commune de résidence entre deux dates considérées. La notion ne prend pas en compte les éventuels changements de logements intracommunaux qu’ils ont pu réaliser.

3 La population des communes du littoral breton est peu marquée par les entrées de nouvelles populations. Ceci est attesté par exemple par un fort taux de stabilité communal (part de la population qui résidait dans la même commune en 1999) ou par une part élevée de ménages ayant emménagée il y a plus de 30 ans.

4 Située administrativement en région Pays-de-Loire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pyramide des âges des communes de bord de mer
Crédits Source : Insee, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. Profil comparatif de la pyramide des âges des communes de bord de mer à la pyramide des âges de la France métropolitaine
Crédits Source : Insee, 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3. Proportion des personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population totale en 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 4. Évolution de la population âgée de 60 ans ou plus entre 1990 et 2008 Figure4 suite
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 5. Classification des communes du bord de mer
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Crédits Source : INSEE 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6 a, b, c. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Sainte-Maxime, La Grande Motte, Cap d'Agde)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 6 d,e, f. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Le Guilvinec, Pont-Aven, La Baule)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 6 g, h, i. Évolution de pyramides des âges entre 1990 et 2008 (Marseille, Le Havre, Nice)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 7. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans une commune de bord de mer entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 7 a. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral atlantique sud entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Figure 7 b. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral breton entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 7 c. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer de la Corse entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 7 d . Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des ccommunes de bord de mer du littoral nord entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 7 e. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral languedocien entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 7 f. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans des communes de bord de mer du littoral azuréen entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 8a. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune d'Arcachon entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 8b. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées de la commune de Deauville entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 8c. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune du Touquet entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 8d. Origine géographique des personnes âgées de 60 ans ou plus en 2008 arrivées dans la commune de la Grande Motte entre 2003 et 2008
Crédits Source : INSEE, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5347/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Ghekière et Vincent Houillon, « Le vieillissement démographique des communes côtières en France : un phénomène uniforme ? », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 59-93.

Référence électronique

Jean-François Ghekière et Vincent Houillon, « Le vieillissement démographique des communes côtières en France : un phénomène uniforme ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 13 octobre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/5347 ; DOI : 10.4000/eps.5347

Haut de page

Auteurs

Jean-François Ghekière

Université Lille1
UFR de Géographie et Aménagement
Laboratoire TVES (EA 4477)
Avenue Paul Langevin 59655 Villeneuve d’Ascq cedex
jean-francois.ghekiere@univ-lille1.fr
vincent.houillon@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Vincent Houillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org