Navigation – Plan du site
Articles

Le littoral breton de 1975 à 2000 : quelle interaction entre les évolutions des espaces urbanisés et les dynamiques de la population ?

The Brittany’s Coastline from 1975 to 2000: What Kind of Interaction Between Urbanized Areas' Evolution and Population Dynamics ?
Line Chamseddine et Josselin Dupont
p. 41-57

Résumés

Le propos de l’article est de questionner la relation entre l’évolution de l’occupation du sol et la population dans les communes du littoral breton entre 1975 et 2000. Pendant cette période, les données de l’occupation du sol nous apprennent que de véritables bouleversements se sont produits. Ainsi, les superficies urbanisées ont progressé de 88 % alors que dans le même temps, la population n’a augmenté que de 8 %. L’article, à la rencontre de la géographie et de la démographie, interroge les interactions entre ces deux phénomènes afin de proposer in fine une typologie de l’évolution des communes littorales de Bretagne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 DREAL : Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement.

1Le point de départ de notre article est l’accès à une importante base de données sur l’occupation des sols du littoral breton. Produite par les services de l’Équipement de la région Bretagne1 à l’échelle des 289 communes du littoral de la région, cette base cartographique et statistique est le résultat de deux campagnes de photographies aériennes espacées de 23 ans : la première ayant eu lieu en 1977 et la seconde en 2000. Diffusées sous la forme d’un atlas [DREAL, 2008], les informations produites permettent de distinguer l’occupation du sol en quatre groupes : les espaces urbanisés, les espaces agricoles, les espaces naturels et les espaces aquatiques [CETE Normandie Centre, 2004]. Le propos de l’article est de mettre en perspective les données de l’atlas de l’occupation des sols du littoral breton et les dynamiques démographiques décrites sur la même période par les données de l’INSEE, les recensements de population les plus proches étant ceux de 1975 et de 1999. Dans un premier temps l’article présente les principaux enseignements tirés de l’atlas de l’occupation du sol en se concentrant en particulier sur les espaces urbanisés. La deuxième partie confronte les évolutions des espaces urbanisés à la dynamique de la population littorale afin de mesurer leur interaction. Le troisième et dernier point permet, en identifiant les principales composantes de l’évolution de l’urbanisation, de distinguer les communes du littoral breton en fonction de leurs transformations – tant sur le plan de l’occupation du sol que sur le plan des données démographiques – et d’identifier quatre profils d’évolution.

1. Les principaux enseignements de l’atlas sur les espaces urbanisés et l’émergence de la question démographique

2L’atlas de l’occupation du sol permet de mesurer avec une grande précision l’occupation des sols pour les 269 communes prises en compte. Les quatre principaux groupes d’occupation du sol décrits dans la nomenclature de l’IPLI (Inventaire Permanent du Littoral) (cf. supra) peuvent être étudiés à partir de trois données initiales : la superficie occupée en 1977, celle en 2000 et l’évolution entre les deux dates. À titre d’exemple, les espaces agricoles ont enregistré un recul de 53 372 hectares entre 1977 et 2000, soit une baisse de -15,3 %. Malgré ce net repli, les espaces à vocation agricole demeurent très largement majoritaires puisqu’ils représentent 60 % de la superficie des communes du littoral breton en 2000. À l’inverse, les espaces naturels et urbanisés enregistrent une hausse : + 12 % pour les espaces naturels et + 88 % pour les espaces urbanisés.

3Le détail des informations au niveau communal permet de mettre en évidence des différences dans l’usage/l’occupation du sol entre les communes littorales, notamment le découpage nord-sud. En effet, le littoral nord de la Bretagne est caractérisé par une forte présence des espaces agricoles (67 % de la superficie en 2000) et un léger recul des espaces naturels (-1 %). À l’inverse, les communes du littoral sud se caractérisent par une présence moins importante des superficies agricoles (55 % de la superficie en 2000) et par une forte progression des espaces naturels (+22 %). Par contre, cette distinction nord-sud n’est pas vérifiée pour les espaces urbanisés puisqu’ils sont en forte progression sur l’ensemble des communes du littoral régional (+88 %) [Dupont, 2010].

Tableau 1 - Les espaces urbanisés dans les communes littorales de Bretagne entre 1977 et 2000

Tableau 1 - Les espaces urbanisés dans les communes littorales de Bretagne entre 1977 et 2000

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008

1.1. Les espaces urbanisés du littoral breton de 1977 à 2000 : une progression forte et une variété d’usages

4Selon la nomenclature de l’IPLI, les espaces urbanisés se divisent en quatre groupes d’usages : habitat, économie et grands équipements, tourisme, et les espaces « indéfinis ». Entre 1977 et 2000, ces quatre usages enregistrent des évolutions propres décrites ci-dessous.

51- Avec une hausse de +117 %, les espaces urbanisés à vocation d’habitat, constituent la grande majorité des espaces urbanisés (74 % en 2000). Mais la réalité qu’ils recouvrent est très variée. Ils sont en effet issus du regroupement de quatre « type d’habitat » définis par l’IPLI comme suit :

  • habitat collectif : zones urbaines denses, noyaux de villes anciens, grands ensembles des quartiers périphériques et grands immeubles résidentiels.

  • habitat individuel groupé : zones pavillonnaires denses, maisons à 1 ou 2 étages au plus, avec jardins de petites dimensions, lotissements assez denses et généralement viabilisés, des quartiers périphériques.

  • habitat individuel diffus : zones pavillonnaires espacées, maisons individuelles avec jardins ou parcs, zones de résidences secondaires dans les quartiers boisés autour des villes, résidences organisées mais espacées présentant un "maillage" plus ou moins régulier.

  • habitat dispersé : maison isolée autre que bâtiment de ferme d’allure récente, implantée en espace agricole.

6Le graphique 1 nous montre la répartition de ces quatre usages et leur progression respective entre 1977 et 2000. On remarque ainsi qu’avec une hausse modeste de +24 %, l’habitat collectif enregistre la plus faible évolution et représente en 2000 à peine 4 % des espaces voués à l’habitat. Ce résultat est pourtant à relativiser puisque le propre de cette forme d’habitat est justement d’être dense, donc peu consommatrice d’espace. À l’opposé, l’habitat dispersé est celui qui connaît la plus forte progression avec +545 %. Mais sa superficie ne compte que pour 11 % des espaces à vocation d’habitat en 2000. Enregistrant un doublement de superficie entre les deux dates, c’est l’habitat individuel groupé qui représente la majorité des espaces à vocation d’habitat avec 54 % en 2000 (soit 40 % de l’ensemble des espaces urbanisés). Le quatrième type d’habitat, l’habitat individuel diffus, progresse de +67 % même si la part qu’il représente dans les espaces à vocation d’habitat diminue de 38 à 31 % entre 1977 et 2000.

Graphique 1 - Les espaces urbanisés à vocation d’habitat en 1977 et 2000 : répartition des usages et évolution

Graphique 1 - Les espaces urbanisés à vocation d’habitat en 1977 et 2000 : répartition des usages et évolution

Axe horizontal : superficie exprimée en hectares.
Note : les pourcentages sur les barres du graphique sont exprimés en fonction de la superficie totale des espaces urbanisés à vocation d'habitat.

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008.

72- Les espaces urbanisés à vocation économique et de grands équipements. Ce sont les zones industrielles et commerciales (usines, hangars, commerces en grandes surfaces et leurs parkings, entrepôts, etc.), les équipements sportifs (stades, gymnases, hippodromes, etc.), les établissements publics (établissements scolaires et universitaires, hôpitaux, etc.) et les infrastructures de transport (voies ferrées, routes, ports, aérodromes, etc.). Entre 1977 et 2000, comme le montre le graphique 2, leur volume progresse nettement avec +74 % de superficie supplémentaire. Mais leur importance relative en 1977 et en 2000 reste stable à 19 % des espaces urbanisés.

83- Les espaces urbanisés à vocation touristique. Il s’agit des habitats touristiques spécifiques (village ou colonie de vacances, bungalows, etc.), des espaces verts (espaces aménagés tels que parcs, aires de loisirs et de pique-nique, golfs, etc.) ainsi que des campings. L’évolution de ces espaces est modeste entre 1977 et 2000 (+16 %). Ils représentent en 2000 environ 6 % des espaces urbanisés.

94- Les espaces urbanisés « indéfinis ». Ce sont des espaces en mutation décrits par l’IPLI comme suit : « espace dont l’aspect dégradé laisse présager d’un changement d’affectation ». Il peut s’agir par exemple de terrains vagues ou de friches industrielles. Leur superficie a diminué de plus de la moitié et leur part relative est devenue marginale puisqu’ils ne comptent que pour 1,5 % des espaces urbanisés en 2000 (contre 7 % en 1977).

Graphique 2 - Les espaces urbanisés en 1977 et 2000 : répartition des usages et évolution

Graphique 2 - Les espaces urbanisés en 1977 et 2000 : répartition des usages et évolution

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008.

1.2. Émergence de la question démographique

10Comme nous venons de le voir, les espaces urbanisés ont enregistré une progression importante de leur superficie entre 1977 et 2000, avec une évolution de près de 42 000 hectares. Parmi ces espaces nouvellement urbanisés, la très grande majorité est destinée à l’habitat (86 %) : alors que la part des autres usages (économie-équipement, tourisme et indéfini) stagne ou régresse, celle de l’habitat progresse de 10 points (de 64 % en 1977 à 74 % en 2000). Cette forte progression des espaces urbanisés interroge le contexte démographique et son évolution sur la même période : la hausse des superficies urbanisées est-elle liée à l’évolution de la population et à ses besoins en termes de logement ? C’est la question à laquelle se propose de répondre la partie suivante.

2. Évolution des espaces urbanisés et dynamique de population : une interaction délicate à saisir

11L’objet de cette deuxième partie est de décrire les interactions entre l’artificialisation des sols et les dynamiques de peuplement. Pour ce faire, nous proposons de suivre un développement en quatre étapes. La première étape consiste à cartographier l’évolution des deux données étudiées. La deuxième décrit les évolutions de l’urbanisation dans les communes littorales par le calcul d’un indicateur d’« intensité de l’urbanisation ». La troisième étape met en regard les données démographiques et celles relatives à l’artificialisation des sols au moyen de trois indicateurs de densité de population. Enfin, la quatrième et dernière étape souligne, à travers l’exemple de la commune de Saint-Malo, les difficultés d’interprétation des indicateurs composés de deux variables évolutives.

2.1. Des évolutions en ordre dispersé

12Sur la période étudiée, les données des recensements de population (1975-1999) nous apprennent que la population des communes littorales de la région Bretagne a augmenté d’un peu plus de +8 % pour compter 1 121 254 habitants en 1999. Avec ses nuances de gris, la carte 1, réalisée à l’échelle communale, permet de visualiser les évolutions de la population. On relève ainsi que les plus importantes progressions en valeur relative sont localisées dans les communes situées à proximité immédiate des centres urbains : en périphérie de Saint-Brieuc, de Brest ou de Lorient par exemple. Outre ces hausses, on relève surtout qu’en 25 ans, une commune sur trois a perdu de la population. L’utilisation de cercles proportionnels permet également de distinguer l’évolution en valeur absolue des espaces urbanisés qui sont en augmentation dans toutes les communes du littoral. Les hausses les plus significatives se localisent dans les centres urbains (Saint-Malo, Lannion, ou Vannes par exemple) ainsi que dans les communes disposant d’un vaste territoire communal (à l’image de Crozon dans le Finistère).

Carte 1. Évolution de la population et des espaces urbanisés entre 1975 et 2000

Carte 1. Évolution de la population et des espaces urbanisés entre 1975 et 2000

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008 RGP - INSEE 1975 et 1999.

13Au premier regard, la carte semble révéler une absence de corrélation entre les évolutions de ces deux données. En effet, alors que certaines communes enregistrent une forte hausse de population, elles n’enregistrent dans le même temps que peu d’espaces urbanisés nouveaux. C’est le cas, par exemple, des communes du Golfe du Morbihan. À l’inverse, malgré une perte de population, de nombreuses communes affichent une progression importante de l’artificialisation. Cela se vérifie par exemple dans les communes du Finistère au sud-ouest de Douarnenez, mais également dans le nord des Côtes d’Armor, ou encore pour la commune de Brest.

14À l’échelle de l’ensemble du littoral de la région Bretagne, si l’on rapproche l’évolution de la population (+8 %) à celle des espaces urbanisés (+88 %), le rapport est de 1 pour 11. Plus encore, si l’on considère uniquement les espaces à vocation d’habitat (+117 %), le rapport est proche de 1 pour 15. L’évolution de la population se révèle beaucoup moins importante que ne pouvait le laisser présager l’évolution massive des superficies urbanisées. Le calcul d’un coefficient de corrélation permet de mesurer le décrochage entre ces deux données : il est de 0,1, soit quasiment nul. Le coefficient de corrélation est encore plus faible (0,06) lorsque l’on ne prend en compte que les espaces urbanisés à vocation d’habitat. Il n’y a donc aucune corrélation entre les données d’occupation du sol et celles de l’évolution quantitative de la population. Partant de ce résultat, nous nous intéressons, dans l’étape suivante, aux évolutions de l’urbanisation dans le littoral breton.

2.2. Une intensité de l’urbanisation de plus en plus lâche

15L’indicateur d’intensité de l’urbanisation mesure l’évolution relative du nombre de m² d’espaces urbanisés par habitant entre 1975 et 2000.

Carte 2. Intensité de l'urbanisation : évolution relative du nombre de m² artificialisés par habitant entre 1975 et 2000

Carte 2. Intensité de l'urbanisation : évolution relative du nombre de m² artificialisés par habitant entre 1975 et 2000

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008 RGP - INSEE 1975 et 1999.

16Sur la carte 2, plus la teinte est foncée, plus le nombre de m² urbanisés par habitant a fortement augmenté. À titre d’exemple, la grande majorité des communes situées sur la pointe sud-ouest du Finistère a connu au moins un doublement du nombre de m² urbanisés par habitant (évolution supérieure à + 100 %). La conjonction de deux phénomènes (recul démographique et important développement de l’urbanisation) explique la plupart de ces situations. On relève ainsi que pour les 31 communes qui enregistrent une progression supérieure à +200 %, l’artificialisation des sols a été particulièrement marquée (+226 %, une statistique largement supérieure aux +88 % calculés sur l’ensemble du littoral breton), et parmi elles, 21 communes ont enregistré une perte de population. À l’inverse, bien que le phénomène soit plus rare, certaines communes enregistrent une stagnation voire, plus exceptionnellement, une baisse dans l’évolution du nombre de m² urbanisés par habitant. C’est le cas en particulier du littoral morbihannais. Dans ces communes, la population a augmenté dans une proportion telle que la hausse des espaces urbanisés, bien qu’importante, n’a pas bouleversé le rapport du nombre de m² urbanisés par habitant entre les deux dates de prise en compte. À l’échelle de l’ensemble des 269 communes du littoral, le nombre de m² urbanisés par habitant est de 801 m² en 2000, contre 456 m² en 1975, soit une progression de 76 %. L’intensité de l’urbanisation peut alors être décrite comme de plus en plus lâche puisqu’elle compte de plus en plus de m² urbanisés par habitant. Pour affiner ce constat, l’étape suivante propose le calcul de trois indicateurs de densité de population.

2.3. La dédensification cachée de l’espace littoral breton

17Nous avons ici réalisé trois calculs de densité de population. Le premier calcul de densité est le rapport entre la population et la superficie communale. Cette densité communale ne distingue donc que la population comme facteur possible d’évolution (la superficie restant inchangée entre les deux dates). Le deuxième calcul de densité rapporte la population à la superficie urbanisée de la commune, c’est la densité brute. Le troisième calcul rapporte la population aux seuls espaces urbanisés à vocation d’habitat, c’est la densité nette. Ces trois indicateurs proposent des valeurs exprimées à l’échelle de chaque commune et supposent une répartition homogène des habitants sur le territoire communal… ce qui n’est évidemment pas le cas ne serait-ce que pour des raisons de formes urbaines : un espace d’habitat collectif ou d’habitat dispersé n’offrant pas les même possibilités de peuplement [CERTU, 2005]. Pour autant, dans la recherche du lien entre l’évolution des espaces urbanisés et l’évolution de la population du littoral breton, cette étape est incontournable pour appréhender au mieux les interactions entre ces deux données.

Tableau 2. Les trois densités de population

Tableau 2. Les trois densités de population

Les densités de population sont exprimées en nombre d’habitants par kilomètre carré.
(1) - Densité communale : nombre d’habitants rapporté à la superficie communale.
(2) - Densité brute : nombre d’habitants rapporté à la superficie des espaces urbanisés.
(3) - Densité nette : nombre d’habitants rapporté à la superficie des espaces urbanisés à vocation d’habitat.

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.

  • 2 Ce constat recouvre des réalités très variées ne serait-ce qu’à l’échelle des départements. En effe (...)
  • 3 Les trois usages « économie et grands équipements », « tourisme » et « espaces indéfinis » sont ici (...)

18Alors que la densité communale n’augmente que très légèrement (elle reflète ainsi directement la hausse de la population puisque les superficies communales sont inchangées), les deux autres densités, brute et nette, enregistrent un recul notable. Ainsi, la densité de population brute affiche une baisse de -42 % pour représenter 1248 habitants par km² en 2000. On constate alors que derrière la faible hausse de la densité communale, se cache en réalité une très importante baisse de la densité de population dans les espaces urbanisés2. Le calcul de la troisième densité confirme également ce constat. À noter tout d’abord, qu’avec une superficie de référence moins importante puisque ne retenant que l’habitat3, la densité nette est notablement plus élevée : 3384 hab/km² contre 2162 hab/km² pour la densité brute en 1975 (soit 56 % de plus). Mais la densité nette, en ne retenant que les espaces à vocation d’habitat, permet d’affiner encore un peu plus la mesure de la dédensification des espaces urbanisés du littoral breton : une baisse de -50 % à l’échelle régionale avec des nuances marquées selon les départements, qui varient entre -30 % en Ille-et-Vilaine et -57 % pour le Finistère. À noter ici, qu’il faudrait relativiser ce résultat avec le type d’habitat dominant car le calcul de la densité nette ne fait pas de distinction entre des formes d’habitat denses ou diffuses. Par ailleurs, il faut préciser qu’une population vieillissante conjuguée à des phénomènes de décohabitation ou de recherche d’un plus grand confort impactent fortement les densités brute et nette. Mais prendre en compte l’ensemble de ces phénomènes nécessiterait le calcul d’indicateurs complexes, ce que nous ne développerons pas ici.

19À l’issue du calcul des trois indicateurs de densité, aucun lien entre l’évolution des espaces urbanisés (qu’ils soient à vocation d’habitat ou pas) et l’évolution de la population ne semble là encore être mesurable.

2.4. Interactions entre espaces urbanisés et population : la limite des indicateurs composés de deux variables évolutives

20La difficulté dans les indicateurs que nous venons d’utiliser (intensité de l’urbanisation et densité nette ou brute de la population) est que leur calcul se base sur deux variables dont les évolutions présentent parfois des résultats contradictoires. Ces évolutions peuvent alors s’annuler ou au contraire se cumuler, rendant plus difficile l’interprétation du résultat final. Ainsi, lorsque la densité brute enregistre une baisse, est-ce majoritairement dû à une variation de la population ou à une modification des superficies urbanisées ? Un calcul nous permet de mesurer l’impact respectif de ces deux données sur le résultat final. L’idée est de construire deux scénarios d’évolution entre 1975 et 2000 et de mesurer alors la contribution de chaque donnée lorsque l’autre demeure inchangée. Dans le premier scénario, seule l’évolution de la population est prise en compte et les espaces urbanisés sont alors considérés comme stables. Le deuxième scénario, à l’inverse, ne prend en compte que l’évolution des espaces urbanisés et considère la population comme stable. À titre d’illustration, prenons par exemple la commune de Saint-Malo qui enregistre un recul de -25 % de sa densité brute de population entre 1975 et 2000. Sur cette période, la population a augmenté de +5645 habitants (soit +12,5 %), et les espaces urbanisés de +50 %. Notre calcul permet d’établir que l’impact relatif de l’évolution de la population, sur l’indicateur de densité brute, est de +10,4 % contre -35,5 % pour les espaces urbanisés, ce qui aboutit à une évolution résultante négative (-25 %). Le recul de la densité brute sur la commune de Saint-Malo s’explique alors avant tout par une forte progression des espaces urbanisés, dont l’impact sur l’indicateur de densité a été atténué par l’augmentation de la population.

21Ce calcul de l’impact respectif de chaque donnée peut se révéler intéressant et permettre de dégager des groupes de communes ayant connu des contributions similaires de l’une ou de l’autre donnée dans leurs indicateurs de densité ou d’intensité. Mais cela ne ferait qu’expliquer les indicateurs composites que nous avons construits. La question de notre article est avant tout de chercher à mesurer les interactions entre l’évolution des espaces urbanisés et les dynamiques démographiques. Or la progression des espaces urbanisés semble indépendante de l’évolution de la population, du moins de son évolution en termes quantitatifs. C’est pourquoi la troisième partie de l’article questionne l’évolution qualitative de la population grâce à une analyse multifactorielle qui permet de prendre en compte à la fois l’évolution des caractéristiques sociodémographique de la population des communes littorales, et l’évolution des espaces urbanisés et de leurs usages entre 1975 et 1999.

3. Progression des espaces urbanisés et évolution de la structure de la population : une approche multivectorielle

22Les résultats de la partie précédente ont montré qu’il est délicat d’établir des liens entre l’évolution quantitative de la population et la progression des espaces urbanisés. Dans cette troisième partie, nous prenons en compte différents paramètres constitutifs de la population (structure par âge, répartition par catégorie socioprofessionnelle, type de logement…) afin de les confronter à l’évolution de l’urbanisation.

23Cette partie s’articule autour de trois points. Le premier consiste à identifier les principaux facteurs d’évolution des espaces urbanisés dans les communes du littoral breton, à travers une analyse multivariée de leurs caractéristiques d’évolution entre 1975 et 2000. Le deuxième point étudie comment se positionnent les communes littorales par rapport aux tendances d’évolution observées. Enfin, le dernier point dresse une typologie des profils d’évolution des communes du littoral breton.

3.1. Les facteurs socio-démographiques : quelle interaction avec la progression des espaces urbanisés ?

  • 4 Une étude préalable a été réalisée sur les différentes variables « caractéristiques des communes » (...)

24Nous utilisons ici une méthode statistique permettant une analyse multifactorielle de l’évolution des espaces urbanisés. L’analyse en composante principale (ACP) permet de déterminer la liaison entre l’évolution des caractéristiques socio-démographiques des communes et la progression de l’urbanisation. Les variables retenues pour l’analyse sont de trois ordres. Les variables socio-démographiques : structure de la population par âge, nombre moyen de personnes par ménage, type de logement ; les variables économiques : population active, chômeurs, catégorie socioprofessionnelle des personnes en activité ; les variables géographiques : types d’usage des espaces urbanisés, types d’habitat. La variable relative à l’évolution globale des espaces urbanisés est alors introduite dans le modèle, en tant que variable illustrative, pour la confronter aux tendances d’évolution ainsi observées et identifier les principales variables ayant contribué à son évolution. Le tableau 3 décrit les variables qui ont été retenues4 dans l’ACP, notons que l’ensemble des indicateurs d’évolution sont calculés en termes de différence de proportions entre les deux dates d’observation.

Tableau 3. Les 12 indicateurs d’évolution des communes littorales bretonnes entre 1975 et 2000

Tableau 3. Les 12 indicateurs d’évolution des communes littorales bretonnes entre 1975 et 2000

(*) : L'évolution de la part des espaces urbanisés p_artif est la variable qu'on cherche à expliquer, elle intervient dans l'ACP comme variable illustrative. Elle n'entre donc pas en amont dans l'analyse mais sera représentée graphiquement sur les axes factoriels pour étudier sa corrélation avec les autres variables.
Note : Min. (minimum) ; Max. (maximum) ; Moy. (moyenne) ; ET. (écart-type) ; Méd.(médiane).

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.

25La grande dispersion des variables indique une forte diversité dans l’évolution des communes du littoral vis-à-vis des caractéristiques étudiées, en particulier pour la part des différents types d’habitat et le rapport des retraités à la population active. À titre d’exemple, les variations de la proportion des espaces urbanisés dédiés à l’habitat individuel diffus (p_us13) fluctuent, selon les communes, de -90 à +75 points sur la période, alors qu’en moyenne cette proportion baisse de 4 points. Les communes littorales ont en effet des comportements d’évolution très hétérogènes entre 1975 et 2000. L’analyse en composante principale permet de mettre en exergue les principales tendances qui structurent ces évolutions, à travers l’identification des facteurs qui restituent le mieux possible cette hétérogénéité. La représentation graphique des variables caractéristiques des communes, sous forme de cercle de corrélation (graphique 3), permet de décrire les facteurs ainsi identifiés et de les qualifier.

Graphique 3. Cercle de corrélation du premier plan factoriel

Graphique 3. Cercle de corrélation du premier plan factoriel

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.

  • 5 Le nombre moyen de personnes par résidence est le rapport entre la population totale et le nombre d (...)

26Le premier facteur (axe 1) est celui de l’évolution de la structure par âge de la population communale. Il oppose les communes caractérisées par une forte évolution de la part des personnes âgées de 60 ans et plus (dans la partie positive de l’axe : p_60pl) à celles ayant enregistré une forte progression de la part des « 0-19 ans » et « 20-59 ans » (dans la partie négative de l’axe : p_0019 et p_2059). On note également que le rapport des retraités à la population active et la part des résidences secondaires sont positivement corrélés avec cet axe. À l’inverse, le nombre moyen de personnes par résidence5 (pers_res) est inversement corrélé avec celui-ci. La première tendance qui différencie les communes littorales se définit donc surtout au travers des transformations de la structure par âge de la population entre 1975 et 2000.

27Le deuxième facteur (axe 2) est caractérisé par les données de l’occupation du sol. Les communes ayant augmenté fortement la part des superficies dédiées au tourisme (p_t3) et/ou à l’économie et aux grands équipements (p_t2) sont corrélées positivement avec l’axe. À l’inverse, celles ayant fortement développé la part des superficies consacrées à l’habitat se retrouvent dans la partie négative de l’axe (p_t1). L’axe 2 souligne également une opposition supplémentaire concernant les formes d’habitat. En effet, dans sa partie positive, on retrouve l’habitat dense, par exemple l’habitat collectif ou individuel groupé (p_us1112), alors que dans la partie négative de l’axe, se place l’habitat individuel diffus (p_us13). Le deuxième axe permet donc une différenciation des communes à partir de la vocation des espaces urbanisés et du type d’habitat, dense ou diffus, ayant le plus progressé.

28L’interprétation des deux premiers facteurs confirme encore une fois la relation d’indépendance entre l’évolution des espaces urbanisés et celle de la population : chacune de ces données est représentée par un facteur et les deux facteurs ont une corrélation linéaire nulle (orthogonalité).

  • 6 Rappelons que cet indicateur a augmenté de 76% pour atteindre 801 m2 d’espaces urbanisés par habita (...)

29La représentation graphique de la variable illustrative (p_artif), relative à l’évolution globale des espaces urbanisés, sur le cercle de corrélation, permet d’identifier les facteurs déterminants dans l’évolution de ces espaces à travers l’étude des corrélations. Plus l’angle entre deux variables est faible, plus leur corrélation est forte. Ainsi, l’évolution des espaces urbanisés entre 1975 et 2000 semble être principalement corrélée au développement des espaces dédiés au tourisme, à l’économie et aux grands équipements. Elle est également positivement corrélée aux formes d’habitat dense alors que l’évolution de la population et de ses différentes classes d’âge, ainsi que le développement des résidences secondaires, semblent jouer un rôle secondaire dans la progression de l’urbanisation. La progression des espaces urbanisés semble donc davantage liée aux caractéristiques et à la nature même de l’urbanisation (types d’usage des espaces urbanisés, formes d’habitat,…) qu’aux évolutions démographiques. Ce constat met en évidence l’impact de facteurs externes tels que le changement des modes de vie sur le développement de l’urbanisation. En effet, la recherche d’un plus grand confort avec des logements de plus en plus grand [INSEE, 2008], la décohabitation qui fait que le nombre de résidences augmente plus vite que la population [Petibon, 2000], le développement des grands équipements (notamment ceux relatifs aux transports) et des zones industrielles et commerciales sont des éléments qui ont contribué fortement à la hausse du nombre de m2 urbanisés par habitant entre 1975 et 20006.

30D’ailleurs, si l’on décompose l’évolution des espaces urbanisés en deux parts : celle liée à l’évolution de la population et celle liée à l’intensité de l’urbanisation, on peut constater que la population contribue à hauteur de 16 % à la progression de ces espaces alors que l’intensité contribue à hauteur de 84 %. La population a donc un impact relativement réduit sur la progression des espaces urbanisés mais c’est l’évolution de l’intensité de l’urbanisation qui joue un rôle amplificateur, à l’origine de la hausse de 88 % des superficies occupées par des espaces urbanisés entre 1975 et 2000.

3.2. L’approche multifactorielle appliquée à l’échelle des communes : des évolutions diversifiées

31La représentation graphique des communes sur les deux premiers axes factoriels permet, à travers l’étude de leur positionnement, de les situer par rapport aux tendances d’évolution observées et de mettre en évidence des similarités ou des oppositions entre elles, comme le montre le graphique 4.

Graphique 4. Représentation des communes du littoral breton sur le premier plan factoriel

Graphique 4. Représentation des communes du littoral breton sur le premier plan factoriel

Note : La représentation graphique ne concerne que 123 des 269 communes étudiées. Le choix des communes représentées est fait selon leur qualité de représentation sur les axes : seules les communes ayant une contribution supérieure à la moyenne à l’un des deux axes sont représentées. D’ailleurs, on remarquera que les villes du littoral breton n’apparaissent pas en raison de leur positionnement central par rapport aux deux axes, ce qui démontre une évolution homogène de l’ensemble des caractéristiques étudiées.

Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.

32L’axe horizontal regroupe dans sa partie positive les communes caractérisées par un vieillissement de la population. On y retrouve la plupart des communes insulaires (Île de Sein, Hoédic, Molène en particulier) ou celles en situation de presqu’île (Gâvres, Penmarch, Saint-Jacut-de-la-Mer). Ces communes, contraintes dans leur développement urbain par une situation géographique spécifique, ne peuvent accueillir de nouvelles populations qu’à la marge. Elles sont par ailleurs des communes prisées et affichent des prix immobiliers très élevés (la corrélation avec une forte progression de la part des résidences secondaires y est par ailleurs très marquée). Ces contraintes géographiques et financières font que ces communes sont peu accessibles aux primo-accédants et jeunes ménages. La majorité des communes ayant connu une baisse de population se retrouvent également dans cette partie de l’axe avec, par exemple, Le Guilvinec, Ouessant ou encore Cléden-Cap-Sizun qui ont perdu plus d’un tiers de leur population sur la période étudiée.

33À l’inverse, la partie négative de l’axe regroupe principalement des communes ayant connu une augmentation de leur population. Ce constat est souvent lié à une situation de périphérie urbaine. Ainsi, on peut identifier Theix et Le Hezo dans la périphérie immédiate de Vannes, La Richardais et Le Minihic-sur-Rance dans la périphérie de Saint-Malo et Dinard, ou bien encore Morieux et Pordic dans la périphérie de Saint-Brieuc. C’est aussi le cas de Plougastel-Daoulas et Loperhet dans la périphérie de Brest. En plus de l’augmentation de leur population, ces communes se caractérisent par une progression importante de la part des « 0-19 ans » confirmant leur caractère « familial périurbain ». Ce constat se retrouve également à travers l’évolution du nombre de personnes par résidence puisque c’est dans ces communes que l’indicateur reste le plus élevé.

34Le deuxième axe, vertical, différencie les communes selon l’évolution des différents usages du sol. Il regroupe dans sa partie positive les communes ayant développé considérablement la part des espaces artificialisés à vocation de tourisme, d’économie et de grands équipements. Parmi celles-ci, situées dans la partie gauche de l’axe, on retrouve en particulier les communes caractérisées par l’activité conchylicole telles que Saint-Benoît-des-Ondes, Cherrueix, Le Vivier-sur-Mer et Cancale dans la Baie du Mont-Saint-Michel. À droite de l’axe, se trouvent les communes ayant développé fortement la part du tourisme. On peut citer à titre d’exemple Quiberon, Arradon et Baden dans le Morbihan, ou bien encore Dinard et Saint-Lunaire sur la Côte d’émeraude. À noter que ces communes sont fortement corrélées avec l’évolution du type d’habitat dense. Cette situation peut s’expliquer, d’une part, par les contraintes de disponibilité foncière dans des communes déjà très urbanisées, comme c’est le cas de Dinard ou de Quiberon, et, d’autre part, par la nature même des constructions à vocation économique, de grands équipements ou touristique qui prennent souvent une forme urbaine relativement dense, à l’image des zones d’activités, des complexes sportifs ou des villages de vacances. De plus, localisés en majorité à proximité immédiate des centres urbains, ces usages sont intimement liés à des formes d’habitat denses (graphique 3).

35À l’opposé, la partie négative de l’axe est essentiellement caractérisée par une évolution forte des superficies urbanisées à vocation d’habitat et en particulier d’habitat diffus. On y retrouve des communes peu urbanisées ou caractérisées par une superficie relativement importante ayant permis sur cette période le développement d’un type d’habitat espacé. Parmi ces communes, on remarque des communes sous la pression d’urbanisation de grandes villes voisines, comme Kervignac en périphérie de Lorient, mais également des communes connaissant une forte demande de résidences secondaires comme c’est le cas des îles (Île d’Houat, Hoédic et les 4 communes de Belle-Île : Locmaria, Sauzon, Le Palais, Bangor) ou bien encore des communes du Golfe de Morbihan (Noyalo, Sarzeau).

3.3. Le littoral breton : quelle typologie d’évolution ?

36La méthode d’analyse en composante principale offre également la possibilité de distinguer des groupes de communes semblables par rapport aux caractéristiques étudiées et de définir ainsi une typologie de l’évolution des communes littorales. Cette approche se base sur les facteurs identifiés, lors de l’analyse en composante principale, comme étant ceux qui restituent la plus grande part de l’information totale. Elle aboutit, moyennant une classification ascendante hiérarchique, à la construction de la typologie. Ainsi, quatre profils d’évolution ont été identifiés parmi les communes du littoral breton.

  • Profil 1 – Standard. C’est le profil dominant parmi les communes littorales bretonnes, il regroupe 48 % d’entre elles. Il est le seul à connaître une baisse de population (-0,5 % au global). Ce profil se caractérise par un vieillissement dû essentiellement à la forte baisse des « 0-19 ans » (-30 %) et dans une moindre mesure à la faible augmentation des « 20-59 ans » (+6 %), une situation caractéristique des communes littorales [Beoutis, Jean et Colas, 2004]. Il se différencie également par une évolution équilibrée des trois types d’usage des sols (habitat +95 %, économie - équipements +72 % et tourisme +71 %). Ce profil regroupe les principales villes du littoral et peut être considéré comme le représentant du « profil moyen » de l’évolution du littoral breton entre 1975 et 2000.

  • Profil 2 – Économie et équipements d’abord. Ce groupe représente près d’un quart des communes littorales (24,4 %). Il se caractérise par une augmentation forte des espaces urbanisés dédiés à l’économie et aux grands équipements (+120 %) et par une augmentation relativement importante de sa population (+35 %). Cette dernière est liée à une hausse importante des personnes en âge d’activité « 20-59 ans », et, dans une moindre mesure, à une augmentation des personnes de « 60 ans et plus ».

  • Profil 3 – Familial périurbain. Ce profil représente 11 % des communes du littoral et se distingue par une augmentation très élevée de sa population, la plus forte de tous les profils (+54 %). Cette augmentation concerne particulièrement les classes d’âges « 0-19 ans » et « 20-59 ans », ce qui signifie une forte présence de familles avec enfants. L’évolution des espaces dédiés à l’habitat, à l’économie et aux équipements est également importante dans ce profil, +154 % et +115 % respectivement. Ce profil concerne particulièrement des communes situées en périphérie de grandes villes du littoral ayant subi entre 1975 et 2000, le mouvement de la périurbanisation. La distinction principale de ce profil se trouve donc dans la jeunesse de sa population et non pas dans l’usage très hétéroclite de ses superficies urbanisées.

  • Profil 4 – Habitat d’abord. Le dernier groupe se caractérise par une forte évolution des espaces à vocation d’habitat au détriment, semble-t-il, de ceux voués à l’économie et au tourisme. En effet, ce profil enregistre l’évolution la plus élevée des superficies à vocation d’habitat (+192 %), alors que celles dédiées à l’économie et au tourisme sont, à l’inverse, les moins élevées de tous les profils (+53 % et +36 % respectivement). La population de ce profil augmente de +20 % sur la période, avec en particulier la classe d’âge des « 60 ans et plus » qui progressent de +43 %. Ce profil caractérise ainsi des communes à dominante résidentielle, bénéficiant le plus souvent d’une superficie relativement grande, ce qui a permis le développement d’un type d’habitat plus diffus.

37Ces quatre profils montrent des oppositions fortes. En effet, le profil 1 s’oppose nettement au profil 3 selon une dimension à dominante démographique : croissance forte et jeunesse démographique d’un côté, perte et vieillissement de population de l’autre. De même, le profil 2 s’oppose au profil 4 à travers la vocation des espaces urbanisées : très orienté vers l’habitat pour le profil 4 (en corrélation nette avec le type d’habitat diffus) et plutôt à vocation économique, de grands équipements ou touristique pour le profil 2 (en association étroite avec le type d’habitat dense).

Conclusion

38Les communes du littoral breton ont connu entre 1975 et 2000 des « transformations profondes et brutales » en particulier dans l’usage et l’occupation des sols mais également concernant les dynamiques démographiques [Lebahy et Le Delezir, 2007]. À l’issue de notre étude, il apparaît que l’évolution de l’urbanisation des communes du littoral breton entre 1975 et 2000 est très directement corrélée au développement des espaces dédiés au tourisme, à l’économie et aux équipements, associé de plus à des formes d’habitat dense. À l’inverse, le lien avec l’évolution « quantitative » de la population s’est révélé très faible (graphique 3) puisqu’il n’y a pas de lien visible sur la cartographie, que la corrélation entre l’évolution de ces deux données est presque nulle et que les indicateurs d’intensité et de densité présentent des résultats très hétérogènes. Pour autant, les espaces à vocation d’habitat sont ceux ayant le plus progressé (graphique 2), ce qui souligne l’impact réel des dynamiques démographiques sur les espaces urbanisés. Toutefois, la progression de ces derniers n’est pas de même ordre que celle de la population, le rapport entre les deux données étant de 11 à 1 respectivement.

39Par ailleurs, les différents usages du sol ainsi que les caractéristiques socio-démographiques que nous avons analysés semblent démontrer que l’évolution de la population et celle de l’urbanisation sont liées non pas directement, mais par des effets d’accompagnement et d’influence réciproque. En effet, si l’impact de l’évolution de la population est relativement faible sur la hausse des espaces urbanisés, ce sont les besoins de la population qui expliquent, en grande partie, cette hausse par le biais de l’indicateur d’« intensité » de l’urbanisation : le nombre de m2 urbanisés par habitant a ainsi augmenté de 76 % entre 1975 et 2000. L’ « intensité » de l’urbanisation joue donc un rôle amplificateur de l’impact de l’évolution de la population sur la progression des espaces urbanisés, d’où cet ordre de grandeur de 1 à 11 dans leurs évolutions respectives. Sur un littoral toujours plus « convoité » [Buhot, Gérard, Brulay et Choblet, 2009], le rôle et l’impact des politiques publiques d’aménagement du territoire, situées à la rencontre des stratégies d’occupation des sols (avec les documents d’urbanisme) et de la réponse aux besoins des populations (déterminés par ses caractéristiques sociales, économiques et démographiques), constituent un enjeu majeur. L’enjeu est en effet de concevoir une réponse aux besoins de sols pour le logement et le développement économique sans compromettre les atouts environnementaux de la Bretagne.

Haut de page

Bibliographie

BEOUTIS A., JEAN P., COLAS S. (2004), Démographie et économie du littoral, INSEE et SOeS, Cnes, Collection : Les dossiers de l’Observatoire du littoral, 20 p.

BUHOT C., GÉRARD Y., BRULAY F., CHOBLET C. (2009), Tensions foncières sur le littoral, Presses Universitaires de Rennes, Collection : Espace et territoires, 174 p.

CERTU (2005), Y a-t-il des phénomènes de densification ou de dédensification ? Approche de la question et proposition d’indicateurs, Ministère de l’Équipement, des Transports, de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de la Mer, Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU), 90 p.

CETE Normandie Centre (2004), La nomenclature de l’IPLI, Ministère des Transports, de l’Équipement, du Tourisme et de la Mer, Centre d’Études Techniques de l’Equipement (CETE), division Environnement, Infrastructures Ouvrages d’Art, Collection « Les outils », 12 p.

DREAL de la région Bretagne (2008), Atlas de l'évolution de l'occupation du sol sur le littoral breton entre 1977 et 2000, 5 volumes : Côtes d’Armor, 313 p. – Finistère Nord, 281 p. – Finistère Sud, 237 p. – Ille-et-Vilaine, 113 p. – Morbihan, 297 p.

DUPONT J. (2010), Étude de l’évolution de l’occupation du sol sur le littoral breton entre 1977 et 2000, Laboratoire ESO-Rennes et DREAL de la région Bretagne, Université Rennes 2, 91 p.

INSEE (2008), Les logements en 2006. Le confort s’améliore, mais pas pour tous, INSEE Première, n° 1202, Juillet, 4 p.

LEBAHY Y. et LE DELEZIR R. (2007), Le littoral agressé. Pour une politique volontariste de l'aménagement en Bretagne, Éd. Apogée, Diffusion PUF, 192 p.

PETIBON C. (2000), Décohabitation oblige : le parc des résidences principales croît plus vite que la population, INSEE Midi-Pyrénées publications, n° 36, mars, 6 p.

Haut de page

Notes

1 DREAL : Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement.

2 Ce constat recouvre des réalités très variées ne serait-ce qu’à l’échelle des départements. En effet, la densité brute enregistre des nuances pouvant aller du simple au double entre le Morbihan (-25%) et les Côtes d’Armor (-50%).

3 Les trois usages « économie et grands équipements », « tourisme » et « espaces indéfinis » sont ici de fait non pris en compte.

4 Une étude préalable a été réalisée sur les différentes variables « caractéristiques des communes » citées précédemment, pour mesurer leurs corrélations et éviter une redondance d’information nuisible pour le modèle. Il en résulte la prise en compte dans l’ACP de six variables d’occupation du sol et de six variables socio-démographiques, le détail des variables retenues figure dans le tableau 3.

5 Le nombre moyen de personnes par résidence est le rapport entre la population totale et le nombre de résidences principales. Il est ici utilisé comme un indicateur du nombre moyen de personnes par ménage habituellement calculé par l’INSEE (Institut National de la Statistique et des études Economiques). L’absence du nombre de ménage dans les séries de données utilisées nous a contraint à l’approcher par l’intermédiaire de ce calcul.

6 Rappelons que cet indicateur a augmenté de 76% pour atteindre 801 m2 d’espaces urbanisés par habitant en 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Les espaces urbanisés dans les communes littorales de Bretagne entre 1977 et 2000
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 1 - Les espaces urbanisés à vocation d’habitat en 1977 et 2000 : répartition des usages et évolution
Légende Axe horizontal : superficie exprimée en hectares.Note : les pourcentages sur les barres du graphique sont exprimés en fonction de la superficie totale des espaces urbanisés à vocation d'habitat.
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 2 - Les espaces urbanisés en 1977 et 2000 : répartition des usages et évolution
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte 1. Évolution de la population et des espaces urbanisés entre 1975 et 2000
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008 RGP - INSEE 1975 et 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Carte 2. Intensité de l'urbanisation : évolution relative du nombre de m² artificialisés par habitant entre 1975 et 2000
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008 RGP - INSEE 1975 et 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 2. Les trois densités de population
Légende Les densités de population sont exprimées en nombre d’habitants par kilomètre carré.(1) - Densité communale : nombre d’habitants rapporté à la superficie communale.(2) - Densité brute : nombre d’habitants rapporté à la superficie des espaces urbanisés.(3) - Densité nette : nombre d’habitants rapporté à la superficie des espaces urbanisés à vocation d’habitat.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 3. Les 12 indicateurs d’évolution des communes littorales bretonnes entre 1975 et 2000
Légende (*) : L'évolution de la part des espaces urbanisés p_artif est la variable qu'on cherche à expliquer, elle intervient dans l'ACP comme variable illustrative. Elle n'entre donc pas en amont dans l'analyse mais sera représentée graphiquement sur les axes factoriels pour étudier sa corrélation avec les autres variables.Note : Min. (minimum) ; Max. (maximum) ; Moy. (moyenne) ; ET. (écart-type) ; Méd.(médiane).
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Graphique 3. Cercle de corrélation du premier plan factoriel
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 4. Représentation des communes du littoral breton sur le premier plan factoriel
Légende Note : La représentation graphique ne concerne que 123 des 269 communes étudiées. Le choix des communes représentées est fait selon leur qualité de représentation sur les axes : seules les communes ayant une contribution supérieure à la moyenne à l’un des deux axes sont représentées. D’ailleurs, on remarquera que les villes du littoral breton n’apparaissent pas en raison de leur positionnement central par rapport aux deux axes, ce qui démontre une évolution homogène de l’ensemble des caractéristiques étudiées.
Crédits Source des données : DREAL de la région Bretagne, 2008, RGP - INSEE 1975 et 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5324/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Line Chamseddine et Josselin Dupont, « Le littoral breton de 1975 à 2000 : quelle interaction entre les évolutions des espaces urbanisés et les dynamiques de la population ?  », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 41-57.

Référence électronique

Line Chamseddine et Josselin Dupont, « Le littoral breton de 1975 à 2000 : quelle interaction entre les évolutions des espaces urbanisés et les dynamiques de la population ?  », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://eps.revues.org/5324 ; DOI : 10.4000/eps.5324

Haut de page

Auteurs

Line Chamseddine

Doctorante en Démographie
Centre de Recherche de l’Institut de Démographie
Université Paris I - Panthéon-Sorbonne (CRIDUP)
line.chamseddine@gmail.com

Josselin Dupont

Doctorant en Géographie et Aménagement du Territoire
Laboratoire ESO-Rennes
Université Rennes 2
Laboratoire SEGEFA
Université de Liège
josselindupont@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org