Navigation – Plan du site
Articles

Littoralisation de l’Arc Latin : Analyse spatio-temporelle de la répartition de la population à une échelle fine

Littoralization of the Latin Arc: Spatiotemporal Analysis of Population Distribution on a Fine Scale
Sophie Liziard
p. 21-40

Résumés

L’objectif de cet article est de mener une analyse fine des dynamiques spatiales de littoralisation des cinq dernières décennies sur l’Arc Latin. Une première analyse montre que la majorité des littoraux espagnols, français et italiens suivent parfaitement ce modèle de développement qui consiste en une concentration littorale de la population et en un déclin de l’intérieur des terres, et continue avec un report de la dynamique littorale vers le proche arrière-pays. Dans la seconde analyse, menée à l’échelle des communes, la diversité des dynamiques spatiales et de leurs temporalités révèle un processus moins uniforme et plus complexe au niveau local.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les processus de littoralisation ont débuté à partir de la fin du 19ème siècle sur la rive nord-méditerranéenne avec la déstructuration de l'économie et des sociétés rurales traditionnelles des arrière-pays, à l’origine d’une migration de population vers les zones côtières. Les premiers pays concernés sont ceux qui se sont plus fortement et plus tôt ouverts à l’économie mondiale : la France méditerranéenne et l'Italie, puis l'Espagne et la Grèce. Parallèlement à la modernisation de l’agriculture et au déclin de l’économie rurale, le renouvellement des fonctions et de l’attractivité des espaces côtiers a été largement favorable à la littoralisation. D’une part, la maritimisation de l’économie, liée à la mondialisation des échanges, a favorisé le développement de zones industrialo-portuaires importantes et la création d’emplois. D’autre part, le développement du tourisme balnéaire a contribué à rendre les côtes attractives non seulement par la création d’emplois mais aussi par la valorisation de l’image des littoraux. Revêtant une dimension majeure depuis la seconde partie du 20ème siècle, l’intensification de l’occupation des littoraux a ainsi été essentiellement alimentée par le solde migratoire, dans une période marquée par le fléchissement, voire l’effondrement de la natalité des régions de l’Arc Latin. La littoralisation des populations et de l'économie a été rendue possible par les grands travaux de mise en valeur des plaines côtières (irrigation, drainage, démoustication, infrastructures de transport). La topographie des littoraux nord-méditerranéens, caractérisée par des contrastes entre des plaines littorales et fluviales étroites et des reliefs marqués, contribue aussi à favoriser la littoralisation [Plan Bleu, 2002].

2Caractérisant l’évolution des littoraux attractifs, la littoralisation correspond dans sa définition la plus simple à un modèle spatial associant densification des zones côtières et déclin des arrière-pays. Alors que, dans un premier temps, l’attraction se porte vers un ou plusieurs pôles urbains disséminés sur le littoral, l’urbanisation s’étend par la suite en comblant les vides interstitiels situés le long du rivage [Voiron-Canicio, 1999]. La littoralisation conduit à une urbanisation intense et continue de la zone côtière, aux dépens des zones agricoles et naturelles. Cette densification des littoraux atteint des stades avancés sur certains rivages de l’Arc Latin. Le processus d’urbanisation s’élargit progressivement au moyen-pays, puis à l’arrière-pays [Wackermann, 1998]. Avec la pression foncière et les déséconomies d’agglomération du littoral, le proche arrière-pays redevient en effet attractif pour certaines activités. Il en résulte de nouvelles organisations spatiales, par exemple sur la Côte d’Azur avec l’intégration des arrière-pays aux dynamiques littorales de construction de logements [Liziard, Voiron-Canicio, 2012]. Ce redéploiement des hommes et des activités vers l’intérieur des terres apparaît comme une nouvelle étape dans l’évolution du processus de littoralisation, après les phases de concentration sur les pôles urbains littoraux et de formation d’une conurbation littorale.

3Nous proposons dans cet article une analyse fine des dynamiques spatiales de littoralisation des cinq dernières décennies sur l’Arc Latin, afin d’examiner les mouvements et les configurations locales relevant de ce modèle d’évolution des littoraux. Derrière la tendance lourde qu’est la littoralisation, tant dans son intensité que dans sa généralisation en Méditerranée, comment se déroule cette densification des côtes à l’échelle infrarégionale ? Quelles en sont les temporalités (phases, rythme, intensité) selon les régions côtières ? Comment ce modèle générique s’applique-t-il et peut-on identifier différentes dynamiques de littoralisation ? Les méthodes développées analysent de manière spécifique le processus de littoralisation, en croisant configuration spatiale et évolution temporelle. L’objectif est d’extraire de données de population à une échelle fine une information pertinente sur le processus de littoralisation et de permettre la comparaison pour différentes périodes et aires d’étude. Dans une première analyse, les grandes dynamiques de concentration côtière sont appréhendées à travers l'évolution de la population en fonction de la distance au rivage entre 1960 et 2010. Une seconde analyse permet quant à elle de garder le niveau de détail relatif à l’échelle des communes et de faire émerger des structures spatiales grâce au calcul des Indicateurs Locaux d’Association Spatiale (LISA) à partir des taux de croissance démographique pour la même période. Ces analyses rétrospectives engagent une réflexion sur les évolutions possibles des processus actuels de littoralisation.

1. méthodes et échelles d’analyse des dynamiques spatiales de littoralisation de l’arc latin

1.1. Choix des données et de la partition spatiale pour une analyse de la distribution de la population conditionnellement au trait de côte

4La dimension spatiale nous parait fondamentale pour analyser les dynamiques de littoralisation, celles-ci reposant sur des processus de concentration/diffusion (hommes, activités, urbanisation) pouvant conduire à des différenciations spatiales ou à une homogénéisation (littoral/arrière-pays, conurbation littorale) selon les temporalités. L’objectif est de mettre en place une analyse exploratoire des processus de littoralisation à une échelle fine. La difficulté méthodologique de cette analyse est d’arriver à rendre compte de l’évolution des structures spatiales au sein d’une rétrospective des dynamiques de littoralisation.

5L’analyse porte sur les provinces et départements littoraux de trois pays d’Europe méditerranéenne : l’Espagne, la France et l’Italie. L’Arc Latin, qui s’étend du détroit de Gibraltar au détroit de Messine, présente à la fois une diversité dans la mise en place des processus de littoralisation et une cohérence géographique [Voiron-Canicio, 1992], toutes deux indispensables pour un travail comparatif. La littoralisation se caractérisant par la concentration des hommes sur les littoraux, la population résidente constitue un élément majeur pour appréhender ce processus. Si la littoralisation peut être appréhendée à travers de multiples variables tant elle imprime sa marque sur les régions côtières (urbanisation, activités, artificialisation des milieux), elle correspond avant tout à un mode de peuplement. Les données de population présentent l’avantage de leur disponibilité pour des dates éloignées, permettant de réaliser une rétrospective sur l’ensemble des littoraux étudiés. Les dynamiques de littoralisation des provinces et départements de l’Arc Latin sont ainsi analysées à partir des données issues des recensements de population de l’INE, l’INSEE et l’ISTAT pour les cinq dernières décennies. Les dates des recensements n’étant pas forcément les mêmes, les données utilisées correspondent aux années les plus proches de chaque début de décennie (1960, 1970, 1980, 1990, 2000, 2010). L’objectif est d’obtenir des périodes d’analyse (figure 1) qui permettent de caractériser les dynamiques de littoralisation pour chaque décennie et pays.

Tableau 1. Composition des périodes d’analyse sur la base des recensements de la population

 

Période 1 (1960-1970)

Période 2 (1970-1980)

Période 3 (1980-1990)

Période 4 (1990-2000)

Période 5 (2000-2010)

Espagne

1960-1970

1970-1981

1981-1991

1991-2001

2001-2008

France

1962-1968

1968-1982

1982-1990

1990-1999

1999-2009

Italie

1961-1971

1971-1981

1981-1991

1991-1999

1999-2008

6Afin d’analyser les dynamiques spatiales à une échelle fine au sein des provinces et départements de l’Arc Latin, les données de population sont au niveau communal. Les limites des provinces et départements sont modifiées dans leur profondeur vis-à-vis du trait de côte, afin de prendre en compte les communes situées jusqu’à 40 km du trait de côte, ce qui permet d’étudier une bande d’une largeur homogène sur le littoral. Les évolutions récentes des processus de littoralisation ont en effet montré que le phénomène ne se limite pas au rivage mais concerne des espaces côtiers pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres à l’intérieur des terres. Certaines communes trop éloignées ont ainsi été retirées ; d’autre part, des communes n’appartenant pas aux provinces et départements littoraux mais situées à moins de 40 km de la côte ont été ajoutées (376 communes pour l’Italie, 21 pour l’Espagne et 10 pour la France).

7Dans une première analyse, l’aire de 40 km à partir du front de mer est divisée en quatre bandes parallèles au rivage (0 à 10 km, 10 à 20 km, 20 à 30 km, 30 à 40 km). Ce type de partition permet d’analyser une distribution conditionnellement au trait de côte et de mettre en lumière le déploiement des dynamiques de littoralisation pour divers indicateurs.

Figure 1. Évolution des densités de population de l’Arc Latin selon la distance à la côte (en hab./km²)

Figure 1. Évolution des densités de population de l’Arc Latin selon la distance à la côte (en hab./km²)

8La figure 1 représente par exemple les densités de population des quatre bandes parallèles au trait de côte pour l’ensemble de l’Arc latin et leur évolution sur six dates. Elle montre que la littoralisation était une réalité déjà bien marquée en 1960, avec une densité de la bande 0-10km deux à trois fois supérieure à celles des autres bandes. Cet écart s’est par la suite accentué, surtout vis-à-vis des bandes 20-30km et 30-40km, et la littoralisation s’est ainsi renforcée.

  • 1 Ont ainsi été regroupés : Haute-Corse et Corse du Sud ; Ogliastra et Nuoro ; Cagliari, Carbonia-Igl (...)

9Ce type d’approche a déjà été utilisé dans une perspective diachronique, pour des taux annuels de croissance de la population [Voiron-Canicio, 1999], des données d’occupation du sol [Plan Bleu, 2000] prolongé par [Voiron-Canicio, Liziard, 2008]), ou encore des données sur l’artificialisation du territoire [IFEN, 2007]. Notre but est de replacer cette analyse diachronique dans une démarche comparative sur de multiples territoires littoraux. L’analyse des différents départements et provinces de l’Arc Latin a nécessité le regroupement de certains d’entre eux, lorsqu’un littoral et son arrière-pays n’appartiennent pas à la même division administrative, ce qui est le cas pour les grandes îles (Corse, Sardaigne, Sicile) et certaines provinces italiennes1. Quarante-trois zones d’étude sont ainsi mises en place à partir des 56 provinces et départements côtiers de l’Arc Latin. L’analyse des Baléares se limite à 30 km à l’intérieur des terres du fait de la taille des îles qui forment cet archipel.

10Nous choisissons d’employer cette approche non pas sur les densités de population de chaque bande, mais sur leur poids démographique relatif (part de population présente dans chaque bande, par rapport au total des quatre bandes, pour une date donnée). L’utilisation de parts relatives de population facilite la comparaison entre les dates et les aires d’étude. Elle permet en outre de mettre en évidence des évolutions particulières entre les bandes. Par exemple, une diminution du poids démographique relatif d’une bande peut subvenir alors que sa densité augmente (si les autres bandes connaissent des dynamiques de croissance plus fortes). Cette première analyse met l’accent sur l’évolution de la concentration de la population sur le littoral par rapport à l’intérieur des terres. Elle permet de mesurer l’intensité et les temporalités des processus de littoralisation. Les graphiques de distribution de la population en fonction de la distance au rivage aux différentes périodes pour chacun des périmètres d’étude permettent de regrouper des profils communs.

1.2. L’utilisation des Indicateurs Locaux d’Association Spatiale (LISA) pour une analyse des dynamiques de littoralisation à l’échelle des communes

11La première analyse permet d’analyser spécifiquement le processus de littoralisation et plus particulièrement les grandes dynamiques de concentration de population en fonction de la distance au trait de côte. Toutefois, les données communales sont agrégées en quatre bandes parallèles au rivage de 10 km de largeur. Une seconde analyse permet de garder le niveau de détail de l’échelle communale. Il s’agit d’une analyse plus fine des processus de littoralisation par l’identification des configurations spatiales locales, c’est-à-dire des zones homogènes et hétérogènes en termes de dynamique de population et de leurs évolutions. Afin de se soustraire de l’inertie liée au poids du peuplement des périodes antérieures, ce sont les taux de variation de la population qui sont étudiés dans cette seconde approche, à travers les taux de croissance annuels moyens (TCAM) des communes, pour chacune des cinq périodes.

12Du fait de l’échelle communale et des différentes périodes étudiées, la quantité d’information est cependant considérable. Une analyse cartographique classique des taux de variation de population entre deux dates serait délicate, d’autant plus dans une visée comparative. Outre les difficultés liées à l’interprétation visuelle d’une grande masse d’information cartographique, se pose la question de la définition d’une méthode de discrétisation qui soit cohérente avec l’ensemble de jeux de données, afin de permettre la comparaison entre les différentes dates et zones d’étude, tout en appréhendant avec finesse les différenciations locales. Des traitements statistiques permettant de découper l’espace de manière automatique en fonction des TCAM sont réalisés. Leur but est de faire émerger les structures spatiales comparables, de manière rigoureuse et reproductible.

13Parmi les méthodes d’analyse exploratoire de données spatiales [Banos, 2001], les Indicateurs Locaux d’Association Spatiale (LISA), développés par Luc Anselin [1995], mesurent la ressemblance des unités spatiales avec leur voisinage (cf. note méthodologique). Cette méthode est choisie car elle permet de révéler des structures spatiales homogènes et hétérogènes à un niveau désagrégé.

Note méthodologique : les Indicateurs Locaux d’Association Spatiale

Les indices d’autocorrélation spatiale fournissent une mesure globale de la tendance à la ressemblance ou dissemblance des unités spatiales voisines pour une aire d’étude. Les LISA (Local Indicators of Spatial Association) correspondent à la décomposition de la statistique globale d’autocorrélation spatiale en ses composantes locales. Ils présentent ainsi l’avantage de caractériser les différentes situations d’association spatiale à un niveau local : des regroupements d’unités spatiales aux valeurs similaires (clusters) (situations locales d’autocorrélation spatiale positive) et des particularités locales (outliers) qui correspondent aux zones de discontinuité (situations locales d’autocorrélation spatiale négative).

À partir de l’indice I de Moran, exprimant le rapport entre la covariance des lieux au sein d’un certain voisinage et la variance globale du caractère étudié, Anselin [1995] développe la formule du I local de Moran, noté Ii, permettant d’isoler la part de chaque individu dans la mesure globale :

Soit X la variable observée, N le nombre d’unités spatiales,

M le nombre de paires de voisins et Wij la pondération spatiale.

Chaque unité spatiale est définie par une valeur du I local de Moran, comprise entre -1 (autocorrélation spatiale négative) et 1 (autocorrélation spatiale positive), les valeurs proches de zéro correspondant à une absence d’autocorrélation avec le voisinage.

  • 2 Les matrices de voisinage et les calculs des LISA sont faits à l’aide du logiciel GeoDa1.0.1. (Free (...)

14Afin de respecter la nature spatiale de cette analyse statistique, quelques précautions ont été nécessaires pour le calcul des LISA2. Préalablement à ces calculs, les relations de voisinage entre communes sont spécifiées dans des matrices de pondération spatiale W qui renseignent sur la présence ou l’absence de voisinage pour toutes les communes prises deux à deux. La matrice a été standardisée en ligne pour que chaque commune ait le même poids, quel que soit le nombre de ses voisins. Les LISA sont calculés pour chacune des 43 aires d’étude (départements et provinces modifiés) de manière à faire ressortir leurs structures spatiales propres. En effet, les LISA rapportent les écarts locaux à la moyenne générale de l’aire d’étude. Un calcul unique sur l’Arc Latin pris dans sa globalité ferait ressortir uniquement les situations les plus extrêmes sans renseigner sur les structures spatiales des provinces et départements ayant un profil moyen de croissance de population. En outre, pour éviter les effets de bord liés aux découpages administratifs, les communes situées dans une zone de 20 km sur les provinces ou départements littoraux voisins sont intégrées dans le calcul des LISA. Le même critère de voisinage est appliqué pour le calcul des LISA dans les différentes aires d’étude, pour pouvoir comparer les structures observées. Le critère de voisinage utilisé est basé sur une distance de 20 km autour de chaque commune. Il permet d’observer des phénomènes d’autocorrélation spatiale et d’identifier les zones homogènes à une échelle infrarégionale, tout en limitant les communes en situation d’isolat (c’est-à-dire sans voisin) aux îles lointaines et très grandes communes.

  • 3 Le logiciel GeoDa implémente la procédure de standardisation des taux suggérée par R. Assunção et E (...)

15Deux précautions supplémentaires permettent une interprétation cohérente des résultats. D’une part, le calcul des LISA portant sur des taux basés sur des populations communales de différentes tailles, la procédure de standardisation des taux par la méthode bayésienne empirique (Empirical Bayes rates standardization) est appliquée3. Les petits effectifs soulèvent en effet un problème d’instabilité de la variance des taux, celle-ci étant inversement liée à la taille de la population. Cette procédure pondère les taux forts résultant de valeurs faibles en standardisant les taux bruts. D’autre part, lors de la cartographie des résultats, seules les valeurs des I locaux de Moran significativement différentes de zéro sont représentées (le seuil est fixé à 5 %). Le test de significativité est effectué au moyen d’un tirage aléatoire de type Monte-Carlo [Anselin, 1995].

16La cartographie des résultats distingue quatre cas de figure. Deux d’entre eux caractérisent les situations locales d’autocorrélation spatiale positive (clusters) : les clusters peuvent correspondre à des regroupements de communes ayant un taux de croissance élevé (zones appelées « plus-plus ») ou à des regroupements de communes ayant des valeurs faibles de taux de croissance (zones appelées « moins-moins »). Ainsi, il est possible de distinguer des zones ayant une dynamique homogène et de caractériser l’intensité de cette dynamique. Deux autres cas de figure caractérisent les situations locales d’autocorrélation spatiale négative (outliers) : les outliers peuvent consister en une ou plusieurs communes au taux de croissance élevé dans un voisinage aux taux faibles (cas de figure « plus-moins ») ou, inversement, une ou plusieurs communes au taux de croissance faible dans un voisinage aux taux élevées (cas de figure « moins-plus »). Analyser l’évolution temporelle des configurations locales ainsi révélées permet d’observer les phénomènes de concentration/diffusion et d’homogénéisation/différenciation. L’objectif n’est pas de tester l’intensité de la dépendance spatiale mais de repérer les structures qui y sont associées. Cette posture se rapproche du travail de Sébastien Oliveau utilisant les LISA comme méthode de régionalisation permettant d’analyser les tendances régionales en conservant le détail des données communales [2006].

2. Résultats et commentaires

2.1. Analyse des profils de littoralisation (évolution de la distribution de la population par rapport au trait de côte)

17Les processus de littoralisation sont analysés à travers les évolutions des distributions de population dans les quatre bandes parallèles au rivage pour les 43 zones d’étude. À partir des graphiques représentant la proportion de population dans chacune des bandes et leur évolution, cinq profils ont été identifiés :

18Profil 1 - Les régions présentant un accroissement continu du poids de la bande littorale (0 à 10 km du rivage) et un déclin du poids des trois bandes intérieures (figure 2).

Figure 2. Profil 1 (Alicante)

Figure 2. Profil 1 (Alicante)

19Profil 2 - Les régions partageant la même dynamique que le profil précédant dans les premières décennies mais qui connaissent, dans les dernières décennies, un renversement de celle-ci (diminution du poids du littoral, augmentation des parts de population des bandes intérieures) ou tout du moins son arrêt (figure 3).

Figure 3. Profil 2 (Cadix)

Figure 3. Profil 2 (Cadix)

20Profil 3 - Les régions connaissant un déclin du poids de la bande littorale (de 0 à 10 km du rivage) et une augmentation du poids de la deuxième bande (10 à 20 km). Les bandes 20-30 km et 30-40 km présentent quant à elles une très faible augmentation de leurs poids respectifs ou pas d’évolution significative (figure 4).

Figure 4. Profil 3 (Alpes-Maritimes)

Figure 4. Profil 3 (Alpes-Maritimes)

21Profil 4 - Les régions présentant un accroissement continu du poids des bandes allant de 0 à 10 km et de 10 à 20 km, et une diminution du poids relatif des bandes 20-30 km et 30-40 km. (figure 5).

Figure 5. Profil 4 (Latina)

Figure 5. Profil 4 (Latina)

22Profil 5 - Les régions ayant leur part maximale de population dans une autre bande que celle du rivage (0-10 km), et des évolutions parfois instables (fig.6).

Figure 6. Profil 5 (Caserte)

Figure 6. Profil 5 (Caserte)

23Les profils 1 à 3 correspondent à des taux élevés de concentration littorale et retracent bien le schéma d’évolution des dynamiques de littoralisation : concentration littorale et déclin intérieur (profil 1), puis un renversement (profil 2) et un glissement de la dynamique littorale en faveur du proche arrière-pays (profil 3). Vingt-neuf des quarante-trois zones d’étude correspondent ainsi parfaitement au modèle d’évolution de la littoralisation, et les profils permettent d’identifier les différentes phases de littoralisation qu’elles atteignent. La littoralisation est moins marquée pour les quatre aires d’étude appartenant au profil 4 : la zone initiale de concentration littorale y est plus large, engageant la bande 10-20 km en même temps que la bande 0-10 km. Les dix zones appartenant au profil 5 sont celles qui ont le moins été sujettes au processus de littoralisation. La figure 7 présente l’appartenance des provinces et départements aux différents profils.

Figure 7. Carte des profils d’évolution de distribution de la population sur l’Arc Latin

Figure 7. Carte des profils d’évolution de distribution de la population sur l’Arc Latin

24Le profil 1, qui correspond au renforcement continu du poids de la bande 0-10km par rapport aux trois bandes intérieures, rassemble 16 des 43 aires d’étude et notamment une grande partie des côtes espagnoles. Il reflète l’essor intense de leur tourisme balnéaire, avec des parts de population habitant la bande 0-10 km ayant connu une augmentation de 14 à 21 points entre 1960 et 2010 (Tarragone, Málaga, Almeria, Alicante et Castellón). Ces provinces sont ainsi passées d’une situation de concentration littorale moyenne (autour de 50 % de la population se situait sur la bande 0-10 km en 1960) à forte (proche de 70 %).

25Le profil 1 comprend aussi des provinces italiennes, caractérisées par des taux et des augmentations moins élevés (4 à 13 points), traduisant une littoralisation moins intensive (nord de la Sardaigne et l’ensemble Cosenza-Crotone).

26Le profil 1 rassemble enfin des provinces espagnoles et italiennes ayant une concentration de population sur la bande 0-10 km déjà très forte en 1960 (entre 58 et 85 %) et qui a néanmoins continué à s’accentuer (+ 6 à 8 points entre 1960 et 2010). La situation insulaire ou de plaine littorale extrêmement étroite explique cette concentration initiale de la population sur les premiers kilomètres du bord de mer et sa persistance.

27Le profil 2 est bien moins répandu puisqu’il ne compte que cinq de nos périmètres d’étude. Sa particularité est de regrouper les provinces et départements méridionaux de chacun des trois pays. Il rassemble ainsi des situations insulaires ou de confins. Leur littoralisation est ancienne, la part de population de la bande littorale étant supérieure à 60 % en 1960, voire même supérieure à 70 % (Corse et Cadix). Cette caractéristique est liée à la présence de villes portuaires importantes (Cadix, Cagliari, Messine) qui ont très tôt orienté la distribution de la population. Ces régions ont en outre un relief fortement contrasté à partir du bord de mer (système montagneux sardo-corse, Apennin méridional et son prolongement en Sicile).

28Les zones du profil 2 présentent au cours des cinq dernières décennies une légère croissance du poids démographique relatif de la bande littorale puis, à partir des années 1990-2000, un début de redéploiement vers la bande de 10 à 20 km. Les provinces concernées ont des densités de population relativement élevées sur la bande 0-10 km lors du renversement de tendance (354 hab./km² pour Cadix et 387 hab./km² pour l’ensemble Catane, Messine, Raguse et Syracuse) qui ont pu favoriser une progression de l’urbanisation vers l’intérieur des terres dans les dernières décennies.

29Alors que ce mouvement de report est récent et de faible ampleur dans le profil 2, il est caractéristique du profil 3, qui rassemble de grandes métropoles littorales de l’Arc Latin (Barcelone, Naples, Marseille, Valence, Gênes, Nice). Correspondant aux dynamiques de littoralisation les plus avancées, les huit zones du profil 3 sont celles qui présentaient en 1960 les taux les plus élevés de concentration de la population sur la bande littorale (jusqu’à 89 % pour les Alpes-Maritimes). Malgré la diminution progressive du poids relatif de la bande 0-10 km en faveur de la bande 10-20 km, celui-ci reste élevé en 2010.

30Des densités extrêmement fortes expliquent ce glissement vers les bandes de l’intérieur des terres. Néanmoins, cette « déconcentration » en direction de l’arrière-pays n’est que relative, puisque les fortes densités ont continué à progresser sur la bande 0-10 km (passant entre 1960 et 2010 de 834 à 1390 hab./km² pour les Alpes-Maritimes, de 778 à 1452 hab./km² pour Valence), ou ont recommencé à progresser après une période de légère diminution dans les années 1980. Ces chiffres montrent que les bandes côtières sont restées attractives.

31Les quatre zones du profil 4 sont des provinces italiennes continentales. Le phénomène de concentration littorale y est plus faible et concerne une zone plus large, engageant la bande 10-20 km dès les années 1960. Néanmoins, la bande 10-20 km présente généralement une augmentation plus faible que celle de la bande 0-10 km. Plusieurs motifs viennent expliquer cette distribution : la présence de massifs et de grands parcs naturels le long de la côte, un développement urbain suivant des fonds de vallées orientées vers l’intérieur des terres, une plaine littorale large, ou encore un chef-lieu situé dans la bande 10-20 km.

32Les zones appartenant au profil 5 présentent les plus faibles parts de population sur la bande 0-10 km en 1960 (généralement entre 10 et 30 %). Ainsi, la part maximale de concentration de population est située plus à l’intérieur des terres, sauf pour les aires d’étude où la distribution est assez homogène entre les quatre bandes (Lucques et Murcie). Le profil 5 rassemble les zones littorales de l’Arc Latin les moins contraintes par des reliefs : la plaine de Murcie, le Languedoc-Roussillon et cinq provinces du centre de l’Italie où l’Apennin central décline bien plus faiblement vers la mer Tyrrhénienne. Les provinces et départements du profil 5 possèdent des pôles urbains importants à l’intérieur des terres, qui correspondent aux bandes ayant les plus fortes parts de population : Narbonne, Béziers, Montpellier et Nîmes pour l’Ouest français et les chefs-lieux éponymes pour les provinces de Murcie, Lucques, Viterbo et Rome. Dans toutes les zones du profil 5, la part de population présente sur les bandes 0-10 km augmente entre 1960 et 2010, mais faiblement (1 à 7 points).

33Cette analyse permet de caractériser pour chaque zone d’étude l’avancée des dynamiques de littoralisation (phase de développement littorale), conjointement à son intensité (différentiel entre littoral et l’intérieur des terres et son évolution). Le regroupement des provinces et départements dans des profils a permis d’apporter des éléments explicatifs en comparant leurs spécificités locales (situation sur l’Arc Latin, densité de population, relief, périmètres protégés, etc.).

2.2. Analyse des formes spatio-temporelles d’évolution des taux de croissance de population à l’échelle des communes (LISA)

34L’analyse suivante examine plus finement les aspects spatiaux tout en conservant la dimension temporelle, par l’étude des taux de croissance annuels moyens communaux pour chaque période. Le calcul et la cartographie des LISA permettent d’identifier des regroupements de communes partageant la même dynamique de peuplement, grâce aux zones « plus-plus » et « moins-moins ». Des structures spatiales peuvent émerger, contrairement à l’analyse précédente, conditionnée par les quatre bandes parallèles au rivage. La comparaison des cartes des LISA aux différentes décennies permet d’identifier l’évolution des dynamiques de peuplement. La cartographie des résultats dévoile une grande diversité de configurations spatiales des dynamiques et de leurs évolutions temporelles. Nous avons alors porté notre attention sur l’orientation des structures spatiales révélées par les LISA et ses éventuels changements durant la période 1960-2010. Il s’agit en effet de repérer les processus de concentration littorale de la population, caractérisés par des structures parallèles au rivage, et les autres dynamiques de peuplement, marquées par d’autres structures spatiales. Cinq grands types d’évolution sont distingués. Elles apportent une connaissance nouvelle sur l’évolution des processus de littoralisation et leur traduction spatiale à une échelle fine au sein de l’Arc Latin.

2.2.1. Le maintien d’une organisation parallèle au rivage : variations autour du schéma d’évolution classique de littoralisation

35Cette première catégorie rassemble les provinces et départements qui conservent une logique d’organisation parallèle au rivage au sein de la période 1960-2010 (vingt des quarante-trois aires d’étude). Cette organisation se traduit au niveau de la cartographie des LISA par des structures distinctes en fonction de la distance au rivage. Les dynamiques de concentration littorale correspondent d’une part à des zones homogènes de forte croissance de la population (zones « plus-plus ») situées le long du rivage et d’autre part à des zones de faible attractivité ou de répulsion localisées dans l’arrière-pays (« moins-moins »). Les zones « plus-plus » peuvent prendre des formes diverses :

36Un ou plusieurs petits pôles littoraux disséminés, constitués d’une à quelques communes : Aude, Imperia (figure 8), Grosseto et Latina.

Figure 8. Pôle littoral de concentration de la population identifié par cartographie des LISA (Imperia, décennie 1960) 

Figure 8. Pôle littoral de concentration de la population identifié par cartographie des LISA (Imperia, décennie 1960) 

37Une ou plusieurs franges littorales, une frange correspondant à un ensemble continu de communes sur plusieurs dizaines de kilomètres. La plupart des provinces qui gardent une organisation parallèle au rivage présentent ce type de zone « plus-plus » : Cadix, Málaga, Almeria, Tarragone (figure 9), l’ensemble La Spezia/Massa Carrare, l’ensemble Catanzaro/Reggio di Calabre/Vibo Valentia, Olbia-Tempio et Ogliastra. Les provinces de Savone et Gênes présentent une frange continue sur l’ensemble de leur littoral.

Figure 9. Franges littorales identifiées par cartographie des LISA (Tarragone, décennie 1960)

Figure 9. Franges littorales identifiées par cartographie des LISA (Tarragone, décennie 1960)

38Une grande zone concentrique, organisée autour d’une importante ville littorale, comme dans les provinces de Valence (figure 10) et de Naples.

Figure 10. Grande zone concentrique identifiée par cartographie des LISA (Valence, décennie 1960)

Figure 10. Grande zone concentrique identifiée par cartographie des LISA (Valence, décennie 1960)

39Une large bande continue sur l’ensemble du littoral ou qui en occupe une grande partie, et qui s’étend également vers l’intérieur des terres : Pyrénées-Orientales (figure 11), Alpes-Maritimes, Sassari, l’ensemble Cagliari/Carbonia-Iglesias/Medio Campidano.

Figure 11. Bande littorale continue s’étendant vers l’intérieur des terres identifiée par cartographie des LISA (Pyrénées-Orientales, décennie 1960)

Figure 11. Bande littorale continue s’étendant vers l’intérieur des terres identifiée par cartographie des LISA (Pyrénées-Orientales, décennie 1960)

Figure 12. Apparition d’un nouveau pôle littoral (Cadix, décennies 1970 et 1980)

Figure 12. Apparition d’un nouveau pôle littoral (Cadix, décennies 1970 et 1980)

Figure 13. Diffusion latérale (Almeria, décennies 1970 et 1980)

Figure 13. Diffusion latérale (Almeria, décennies 1970 et 1980)

Figure 14. Diffusion intérieure (Alpes-Maritimes, décennies 1960 et 1980)

Figure 14. Diffusion intérieure (Alpes-Maritimes, décennies 1960 et 1980)

40Les différentes formes de concentration littorale présentent généralement un type d’évolution préférentiel : diffusion latérale et apparition de nouveaux pôles pour les aires d’étude caractérisées par des petits pôles (Imperia, Grosseto) ou de petites franges (Málaga, Olbia-Tempio, Almeria, Cadix, Ogliastra), diffusion vers l’intérieur des terres pour les franges plus étendues (Tarragone, Catanzaro, La Spezia/Massa Carrare et notamment Gênes et Savone), diffusion isotrope pour les zones concentriques (Valence et Naples) et diffusion principalement orientée vers l’intérieur pour les larges bandes continues (Alpes-Maritimes, Pyrénées-Orientales). L’existence, la localisation et l’évolution des zones « plus-plus » et « moins-moins » permettent ainsi de retrouver le schéma d’évolution général du processus de littoralisation (concentration littorale en quelques points, constitution d’une conurbation littorale, saturation côtière et élargissement de la zone de concentration littorale vers l’intérieur des terres). La période d’analyse n’est pas assez longue pour voir l’intégralité du processus se déployer sur une province ou un département, mais l’étude de tout l’Arc Latin permet d’observer différents stades de littoralisation. L’analyse des LISA permet de spatialiser finement ces évolutions et de constater qu’au-delà de ce schéma général les variations locales sont nombreuses. En effet, une variété d’évolutions spatiales relatives au processus de littoralisation, qui n’étaient pas perceptibles via l’analyse précédente, apparaissent grâce à la cartographie des LISA. D’une part, la diffusion latérale, qui ne pouvait précédemment qu’être supposée, est ici spatialisée et révèle par exemple le passage d’une dynamique de concentration littorale exercée uniquement sur quelques communes disséminées à une concentration sur une frange le long du littoral. Les cartes des LISA montrent que la diffusion latérale et la diffusion intérieure peuvent se succéder (dans un ordre ou l’autre) mais aussi avoir lieu en même temps. Par ailleurs, certaines provinces et départements ne présentent qu’un seul type de diffusion, ce qui peut néanmoins être lié à stade d’évolution de leur processus de littoralisation.

41D’autre part, les cartes des LISA permettent d’observer l’évolution du foyer initial de concentration littorale (zone « plus-plus » initiale) lors de sa diffusion (latérale et/ou vers l’intérieur des terres). Le foyer initial peut rester intégré à la zone de concentration de la population littorale s’il conserve des taux de croissance annuels moyens élevés, similaires à ceux de la zone de diffusion (cf. figure 13, où les communes littorales restent dans la catégorie « plus-plus »). Sinon, le foyer initial de concentration littorale de population peut connaître un ralentissement de sa dynamique, qui se traduit par un passage dans la catégorie « moins-plus » des LISA (caractérisant les communes ayant un faible taux de croissance, dans un voisinage de forts taux de croissance) ou « non significative » (cf. figure 14 où il y a une atténuation du foyer initial, les communes côtières passant dans la catégorie « moins-plus »). Ainsi, les processus de diffusion latérale et intérieure peuvent se dérouler avec ou sans atténuation du foyer initial, ce qui multiplie encore les variations locales. Par exemple, l’atténuation du foyer initial ne débute parfois pas simultanément avec le processus de diffusion, ou bien ne concerne que certaines des franges littorales.

42Enfin, les cartes des LISA permettent également d’aller plus loin dans l’analyse des processus de littoralisation, par la possibilité d’observer la rétraction ou la disparition de franges ou de pôles de concentration littorale de la population ; c’est-à-dire le passage de la catégorie « plus-plus » des LISA à « non significatif » (figure 15).

Figure 15. Disparition d’une frange littorale (La Spezia/Massa Carrare, décennies 1980 et 1990)

Figure 15. Disparition d’une frange littorale (La Spezia/Massa Carrare, décennies 1980 et 1990)

43De telles évolutions correspondent généralement à un ralentissement de la dynamique de peuplement, qui n’est pas assez élevé pour obtenir par les LISA des zones « plus-plus » significatives. C’est ce que l’on observe dans de nombreuses provinces italiennes (Olbia-Tempio, Ogliastra, Imperia, La Spezia/Massa Carrare, etc.) lors de la décennie 1990, qui correspond au minimum historique de fécondité (1,19 enfant par femme en 1995). Dans certaines de ces provinces, une reprise de la dynamique de concentration littorale apparaît lors de la dernière décennie sur le même zone « plus-plus » qu’auparavant, c’est par exemple le cas pour La Spezia/Massa Carrare.

44Ces différents motifs se combinent de manière variée selon les aires d’étude tout au long des cinq décennies étudiées et traduisent une grande diversité des trajectoires de littoralisation (diffusion intérieure et/ou/après/avant diffusion latérale, avec atténuation et/ou/après/avant sans atténuation, avec ou sans pause et éventuellement reprise de la dynamique de concentration littorale de la population, etc.). Le schéma d’évolution général du processus de littoralisation recouvre ainsi de nombreuses variations.

2.2.2. Le maintien d’une organisation non-parallèle au rivage, reflétant une absence de littoralisation ou un développement littoral en relation avec l’intérieur des terres

45Parmi les dix aires d’étude caractérisées par le maintien d’une organisation non-parallèle au rivage, cinq d’entre elles présentent des dynamiques de peuplement situées uniquement à l’intérieur des terres et cinq autres une organisation perpendiculaire au rivage. Les aires d’étude présentant une zone « plus-plus » uniquement à l’intérieur des terres sont le Gard, les Bouches-du-Rhône, Viterbe, Potenza et Lucques (figure 16). Dans cette dernière province, la zone « plus-plus » correspond au chef-lieu du même nom. Ainsi, les aires d’études présentant uniquement une zone « plus-plus » située à l’intérieur des terres correspondent à une logique autre que celle de littoralisation.

Figure 16. Zone de concentration de la population située à l’intérieur des terres (Lucques, décennie 1970)

Figure 16. Zone de concentration de la population située à l’intérieur des terres (Lucques, décennie 1970)

46L’organisation perpendiculaire se traduit au niveau des LISA par une zone « plus-plus » (et éventuellement « moins-moins ») formant une bande orientée mer-intérieur. Ces bandes perpendiculaires au rivage peuvent s’apparenter à un axe ou une large zone. Ainsi en est-il de Barcelone, l’ensemble Livourne-Pise, Rome, Caserte et Grenade (figure 17). Dans cette province, une bande attractive apparaît entre la commune côtière d’Almuñécar et Grenade, située à l’intérieur des terres hors de la zone d’analyse. L’Est de la province présente une large zone de répulsion (taux de croissance annuels moyens négatifs). Ces provinces correspondent à une littoralisation relative, c’est-à-dire à un développement littoral en relation avec l’intérieur des terres.

Figure 17. Zone de concentration de la population suivant un axe perpendiculaire au rivage (Grenade, décennie 1960)

Figure 17. Zone de concentration de la population suivant un axe perpendiculaire au rivage (Grenade, décennie 1960)

47Les dynamiques intérieures de peuplement, en relation ou non avec le littoral, sont ainsi liées à l’attractivité de villes situées à l’intérieur des terres (Lucques, Grenade, Nîmes pour le Gard) et d’aires urbaines littorales dont l’influence s’exerce sur plusieurs dizaines de kilomètres à l’intérieur des terres et parfois sur des provinces voisines (Naples pour Caserte, Rome pour la province éponyme et pour Viterbe, Barcelone).

482.2.3. Une double organisation spatiale, reflétant une littoralisation partielle ou à deux vitesses, qui se maintient ou se simplifie

49Il s’agit de provinces et départements qui présentent localement une dynamique de concentration littorale mais qui correspondent par ailleurs à une logique de peuplement non littorale. Pour les six aires d’étude dont la dynamique de peuplement n’est pas homogène sur l’ensemble du territoire (Girone, Cosenza/Crotone, Catane/Messine/Raguse/Syracuse, Oristano, Baléares, Salerne), le niveau communal de l’analyse par les LISA permet d’observer ces structures spatiales différenciées. Deux zones se distinguent généralement (parfois plus), l’une présentant une dynamique de littoralisation, où l’on retrouve les diverses formes de concentration littorale de la population précédemment décrites (partie 3.2.1), et l’autre se caractérisant par une faible attractivité généralisée. Ces zones « moins-moins » correspondent à la localisation des zones de reliefs littoraux et à des périmètres de protection de la nature. Les zones de concentration littorale alternent ainsi avec des zones « moins-moins » s’étendant sur une bande allant du littoral à l’intérieur des terres (figure 18).

Figure 18. Littoralisation partielle de l’aire d’étude (Salerne, décennie 1960)

Figure 18. Littoralisation partielle de l’aire d’étude (Salerne, décennie 1960)

50La littoralisation est donc partielle sur ces provinces et départements. Néanmoins, l’évolution de ces zones « moins-moins » dévoile des configurations de concentration littorale moins marquées que les précédentes, par la présence de communes « non significatives » ou « plus-moins » (caractérisant les communes ayant un fort taux de croissance, dans un voisinage de faibles taux de croissance) au-devant de la zone « moins-moins » en position littorale (phénomène qui apparaît dès 1960 pour la province de Salerne ; figure 18).

51Sur les six provinces, quatre d’entre elles ne conservent pas leur double organisation spatiale, qui se simplifie. Le foyer de concentration littoral initial (zone « plus-plus ») disparaît en fin de période d’analyse, après une phase de diffusion. L’orientation de la zone « moins-moins » permet néanmoins de qualifier l’évolution de ces provinces : les provinces d’Oristano et de Girone passent à une organisation parallèle au rivage, tandis que les Baléares et Salerne évoluent vers une organisation non-parallèle au rivage.

2.2.4. Le passage à une organisation parallèle au rivage : émergence et renforcement du processus de littoralisation

52Les trois provinces appartenant à cette catégorie évoluent vers une concentration littorale de la population, par l’apparition de franges ou pôles littoraux. L’émergence ou le renforcement du processus de littoralisation intervient après une phase de croissance intérieure (Var ; figure 19) ou à la fois littorale et intérieure, selon un axe perpendiculaire au rivage (Murcie, Alicante). Les temporalités et stades d’évolution sont très différents puisque la transition a lieu dès les années 1970 pour Alicante, tandis qu’elle ne se produit que dans les décennies 1990 et 2000 pour Murcie et le Var.

Figure 19. Mise en place d’une logique de littoralisation (Var, décennies 1990 et 2000)

Figure 19. Mise en place d’une logique de littoralisation (Var, décennies 1990 et 2000)

2.2.5. Le passage à une organisation non parallèle au rivage : vers de nouvelles évolutions des processus de littoralisation ?

53Cette dernière catégorie est l’inverse de la précédente, puisqu’elle correspond à une évolution de la dynamique de peuplement vers une organisation non-parallèle au rivage. Trois aires d’étude sont concernées (Corse, Caltanissetta/Agrigente/Palerme/Trapani et Hérault). La logique de littoralisation initialement présente, et qui se traduisait par des structures parallèles au rivage, se complexifie et est remplacée par une organisation différenciée au sein du littoral. En effet, les zones « moins-moins », initialement situées à l’intérieur des terres, prennent place en plusieurs endroits de la côte. La figure 20 montre que les zones littorales « moins-moins » côtoient des zones littorales « plus-plus » qui tendent quant à elles à progresser vers l’intérieur des terres. Même s’il est difficile de garantir un rapport de cause à effet, il est intéressant de constater que les zones littorales « moins-moins » correspondent aux deux zones littorales du parc naturel régional de Corse, créé en 1975.

Figure 20. Passage d’une logique de littoralisation à une organisation différenciée au sein du littoral (Corse, décennies 1980 et 1990)

Figure 20. Passage d’une logique de littoralisation à une organisation différenciée au sein du littoral (Corse, décennies 1980 et 1990)

Conclusion

54Les populations communales de l’Arc Latin ont été analysées sur les cinq dernières décennies afin d’appréhender le déroulement du processus de littoralisation. La première analyse montre que la majorité des littoraux espagnols, français et italiens suivent parfaitement ce modèle de développement, qui consiste en une concentration littorale de la population et en un déclin de l’intérieur des terres, et continue avec un report de la dynamique littorale vers le proche arrière-pays. Cette analyse confirme l’existence d’un modèle général de littoralisation - avec des décalages temporels et des intensités variables de concentration littorale selon les zones d’étude.

55Dans la seconde analyse, menée à l’échelle des communes, la diversité des trajectoires, c’est-à-dire des différentes phases d’évolution à la fois spatiales et temporelles [Hirzak et al., 2011], est l’expression d’un processus de littoralisation bien moins uniforme au niveau local. L’analyse diachronique des cartes des LISA révèle des processus de littoralisation complexes, qui se traduisent par une combinaison de dynamiques spatiales de diffusion de la croissance de la population (le long du bord de mer et/ou vers l’intérieur des terres), d’atténuation ou de maintien du foyer initial de peuplement, de rupture et de reprise de la concentration littorale. Ces dynamiques montrent la diversité des configurations locales des territoires littoraux qui intègrent de manière différenciée les processus de littoralisation. Cinq grands types d’évolution ont été analysés. Ils permettent de distinguer non seulement les modalités de variation autour du schéma classique de littoralisation, mais aussi des situations de littoralisation relative, d’absence de littoralisation, de littoralisation partielle ou à deux vitesses, ou encore l’émergence du processus de littoralisation, son renforcement et ses évolutions vers d’autres structures de peuplement différenciées sur la zone côtière.

56Les classifications mises en place pour chacune de deux analyses ne se recouvrent pas, ce qui montre leur complémentarité. Les perspectives de cette recherche se situent dans la modélisation des trajectoires de littoralisation, nécessitant une analyse plus fine des LISA au niveau de la prise en compte des temporalités, et dans la compréhension des facteurs explicatifs reliant les situations locales à leur trajectoire. L’objectif à terme est d’examiner les prochaines évolutions possibles des processus de littoralisation pour les départements et provinces de l’Arc Latin, dans une démarche prospective.

Haut de page

Bibliographie

ANSELIN L. (1995), Local indicators of spatial association – LISA, Geographical Analysis, vol. 27, n° 2, pp. 93-115.

ASSUNCAO R., REIS E.-A. (1999), A new proposal to adjust Moran’s I for population density, Statistics in Medicine, vol. 18, pp. 2147-2161.

BANOS A. (2001), À propos de l’analyse spatiale exploratoire des données, Cybergéo, n° 197, consulté le 1er juillet 2012.

HIRCZAK M., CHEVALIER P., DEDEIRE M., RAZAFIMAHEFA L. (2011), Dynamiques rurales et trajectoires démographiques : comparaison France, Italie, Espagne, L'Information géographique, vol. 75, pp. 68-87.

IFEN (2007), Le littoral, entre nature et artificialisation croissante, Les données de l’environnement, n° 120, 4 p.

LIZIARD S., VOIRON-CANICIO C. (2012), “The contribution of mathematical morphology in spatial analysis of aggregated data : Home-building evolution in the French Riviera during the twentieth century”, in Actes de la 15ème conférence AGILE, 6 p.

OLIVEAU S. (2006), « Les indicateurs locaux d’association spatiale (LISA) comme méthode de régionalisation. Une application en Inde », in Actes des 7èmes Rencontres Théoquant, 10 p.

PLAN BLEU (2000), Suivi de l’évolution du littoral à partir des données LACOAST, Réflexions méthodologiques pour la Méditerranée : Exemple de la France, Centre d’activités régionales de Sophia-Antipolis, 96 p.

PLAN BLEU (2002), Indicateurs pour le Développement Durable dans les régions côtières méditerranéennes, Suivi des recommandations de la Commission Méditerranéenne de développement durable, Rapport final, 45 p.

VOIRON-CANICIO C., LIZIARD S. (2008), “Interactions between Coastal Urban Dynamics and Agricultural Areas of the Côte d’Azur : Stakes and Processes”, in 9ème Colloque international Littoral 2008, CORILA, EUCC, 8 p.

VOIRON-CANICIO C. (1999), Urbanisation et littoralisation sur les rives de la Méditerranée, in Les Méditerranées dans le monde, Cahiers scientifiques de l’Université d’Artois, pp. 103-112.

VOIRON-CANICIO C. (1992), Espace, structures et dynamiques régionales - l’Arc Méditerranéen, Thèse de Doctorat d’État en Géographie, Université de Nice - Sophia Antipolis, 306 p.

WACKERMANN G. (1998), « La notion d’arrière-pays. Le cas de l’Est des Alpes-Maritimes », in G. Wackemann, Ch. Huetz de Lemps, J-P. Husson (dir.), Géographie humaine des littoraux maritimes, Ellipses, pp. 68-72.

Haut de page

Notes

1 Ont ainsi été regroupés : Haute-Corse et Corse du Sud ; Ogliastra et Nuoro ; Cagliari, Carbonia-Iglesias et Medio-Campidano ; Messine, Catane, Syracuse et Raguse ; Caltanissetta, Agrigento, Trapani et Palerme ; La Spezia et Massa Carrare ; Livourne et Pise ; Cosenza et Crotone ; Cantazaro, Vibo Valentia, Reggio de Calabre.

2 Les matrices de voisinage et les calculs des LISA sont faits à l’aide du logiciel GeoDa1.0.1. (Freeware spécialisé dans l’analyse des données spatiales conçu par Anselin). Les cartes et les autres analyses ont été réalisées à l’aide d’ArcGis10 (ESRI).

3 Le logiciel GeoDa implémente la procédure de standardisation des taux suggérée par R. Assunção et E.A. Reis [1999].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des densités de population de l’Arc Latin selon la distance à la côte (en hab./km²)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-2.png
Fichier image/png, 2,8k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-3.png
Fichier image/png, 2,3k
Titre Figure 2. Profil 1 (Alicante)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3. Profil 2 (Cadix)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4. Profil 3 (Alpes-Maritimes)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5. Profil 4 (Latina)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6. Profil 5 (Caserte)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 7. Carte des profils d’évolution de distribution de la population sur l’Arc Latin
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 8. Pôle littoral de concentration de la population identifié par cartographie des LISA (Imperia, décennie 1960) 
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 9. Franges littorales identifiées par cartographie des LISA (Tarragone, décennie 1960)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 10. Grande zone concentrique identifiée par cartographie des LISA (Valence, décennie 1960)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 11. Bande littorale continue s’étendant vers l’intérieur des terres identifiée par cartographie des LISA (Pyrénées-Orientales, décennie 1960)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 12. Apparition d’un nouveau pôle littoral (Cadix, décennies 1970 et 1980)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 13. Diffusion latérale (Almeria, décennies 1970 et 1980)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 14. Diffusion intérieure (Alpes-Maritimes, décennies 1960 et 1980)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 15. Disparition d’une frange littorale (La Spezia/Massa Carrare, décennies 1980 et 1990)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 16. Zone de concentration de la population située à l’intérieur des terres (Lucques, décennie 1970)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 17. Zone de concentration de la population suivant un axe perpendiculaire au rivage (Grenade, décennie 1960)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 18. Littoralisation partielle de l’aire d’étude (Salerne, décennie 1960)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 19. Mise en place d’une logique de littoralisation (Var, décennies 1990 et 2000)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 20. Passage d’une logique de littoralisation à une organisation différenciée au sein du littoral (Corse, décennies 1980 et 1990)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5308/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Liziard, « Littoralisation de l’Arc Latin : Analyse spatio-temporelle de la répartition de la population à une échelle fine », Espace populations sociétés, 2013/1-2 | 2013, 21-40.

Référence électronique

Sophie Liziard, « Littoralisation de l’Arc Latin : Analyse spatio-temporelle de la répartition de la population à une échelle fine », Espace populations sociétés [En ligne], 2013/1-2 | 2013, mis en ligne le 13 octobre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/5308 ; DOI : 10.4000/eps.5308

Haut de page

Auteur

Sophie Liziard

UMR 7300 ESPACEUniversité de Nice - Sophia Antipolis / CNRSsophie.liziard@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org