Navigation – Plan du site
Articles

Les disparités géographiques de fécondité en France

Fertility Differentials on the French Territory
Guy Desplanques
p. 459-473

Résumés

Les disparités régionales de fécondité en France perdurent. La fécondité est la plus élevée dans les Pays de la Loire et dans le Nord - Pas-de-Calais. Elle est la plus faible dans le Sud-Ouest de la France. Ce schéma diffère peu de celui qui prévalait dans les années du baby-boom, il y a 50 ans. Cependant, la fécondité de l’Île-de-France est désormais supérieure à la moyenne nationale, alors qu’elle était la région de plus faible fécondité.
Au niveau infrarégional, la fécondité est plus basse dans les zones les plus urbanisées, surtout dans des régions où une part importante de la population reste rurale. Ces disparités entre zones rurales et zones urbaines, de même que les disparités entre villes-centres et banlieues, renvoient aux disparités relatives aux structures familiales. Ainsi, à Paris, la part de personnes seules parmi les femmes en âge de procréer est forte et la fécondité est faible.
Quelques départements de la banlieue parisienne où la présence immigrée est importante ont une forte fécondité. Mais d’autres, comme la Mayenne, comptent peu d’immigrés et ont aussi une fécondité élevée. L’inverse est également vrai : une forte présence immigrée ne s’accompagne pas toujours d’une fécondité forte.
Dans toutes les régions, les femmes les moins diplômées ont une fécondité plus forte. Mais l’écart entre les plus diplômées et les moins diplômées varie : très faible dans l’Ouest de la France, il est marqué dans le Nord - Pas-de-Calais.
Au total, ces différents facteurs n’expliquent qu’une faible part des disparités régionales, finalement assez durables.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les disparités géographiques de fécondité en France sont anciennes. De façon assez régulière elles ont été mesurées et analysées, à partir des données de recensement et d’état civil [Le Bras, Todd, 1981 ; Blanchet, 1981 ; Isnard, 1992]. Dès le milieu du 19ème siècle, la fécondité s’avère plus élevée dans une zone qui réunit l’Ouest, le Nord et l’Est de la France, sans englober Paris. Elle est plus faible dans le midi, en particulier le Sud-Ouest de la France, ainsi que dans la région parisienne. Ce schéma, qui a fait naître l’expression de « croissant fertile », est resté en vigueur jusqu’aux années soixante. Les explications étaient diverses : structure de la propriété agricole et des formes d’exploitation, traditions ouvrières, influence de la religion. Tous ces facteurs ont perdu de leur importance. Pourtant les disparités demeurent, même si le schéma ancien s’est légèrement modifié.

1. Disparités géographiques et évolution

2Aujourd’hui, la fécondité reste la plus forte au nord et nord-ouest, ainsi qu’à l’ouest et la plus faible dans le sud-ouest (carte 1). Mais la fécondité de l’Île-de-France et des régions du Sud-Est, sauf la Corse, est proche de la moyenne nationale. La fécondité reste un peu plus élevée dans les DOM qu’en métropole.

3Sur la moyenne des cinq années 2003 à 2007, l’indicateur conjoncturel de fécondité dépasse 2 dans plusieurs régions de métropole (voir encadré méthodologique). Aux premiers rangs, viennent les Pays de Loire (2,07), puis le Nord - Pas-de-Calais, la Picardie (2,03), mais aussi la Franche-Comté (2,02). Plusieurs régions sont juste au-dessous de 2 enfants par femme, mais au-dessus de la moyenne nationale de 1,93, en incluant les DOM : régions de l’Ouest (Bretagne, Basse et Haute-Normandie, région Centre), Île-de-France et région Rhône-Alpes (1,96 à 1,97). Un peu au-dessous de la moyenne nationale, se trouvent les régions de l’Est (Lorraine, Alsace), mais aussi la région Champagne-Ardennes, la Bourgogne et les régions méditerranéennes (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon). Si l’on excepte la Corse, où la fécondité est très basse (1,56), les régions du Sud-Ouest sont celles où la fécondité est la plus faible, avec un minimum de 1,71 en Limousin.

  • 1 Le chiffre de la Guyane, tel qu’il est calculé en utilisant les données de l’état civil et celles d (...)

4Dans l’ensemble, la fécondité est plus élevée dans les départements d’outremer, mais les situations sont diverses. En Martinique, l’ICF est proche de la moyenne nationale. Il est nettement plus élevé en Guadeloupe (2,27), à La Réunion (2,46) et surtout en Guyane (3,71)1.

5Par rapport à la situation qui prévalait il y a 40 ou 50 ans, à une époque où la fécondité était plus élevée, les changements le plus marquants concernent l’Île-de-France et les régions du Sud-Est, où la fécondité a moins diminué, et, à l’opposé, la Lorraine et l’Alsace, où elle a baissé davantage [Daguet, 2004]. Dans l’ensemble, les écarts entre les différentes régions sont moins marqués qu’à l’époque.

6Plus précisément, c’est au cours de la période de baisse de la fécondité, entre 1970 et le milieu des années quatre-vingts, que la position de l’Île-de-France a changé (carte 2). La fécondité y a beaucoup moins baissé que dans le reste de la France. Depuis le début des années 90, la fécondité a remonté sur l’ensemble du territoire (carte 3). Cette augmentation n’a pas concerné l’Île-de-France plus que les autres régions.

7Au niveau départemental, c’est en Seine-Saint-Denis que la fécondité est la plus élevée au cours de la période 2003-2007 (carte 4). Vient ensuite la Mayenne, puis le Val-d’Oise. Certains départements de la banlieue parisienne figurent donc aujourd’hui parmi les plus féconds. Les départements situés en périphérie de l’Île-de-France ont également une fécondité élevée, tout comme la Vendée, les Côtes-d’Armor et le Pas-de-Calais, mais encore la Drôme ou le Vaucluse, deux départements du Sud de la France.

Carte 1. Indicateur conjoncturel de fécondité par région (années 2003-2007)

Carte 1. Indicateur conjoncturel de fécondité par région (années 2003-2007)

Source : INSEE.

Carte 2. Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité entre 1968 et 1990 par région

Carte 2. Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité entre 1968 et 1990 par région

Source : INSEE.

Carte 3. Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité entre 1990 et 2003-2007 par région

Carte 3. Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité entre 1990 et 2003-2007 par région

Source : INSEE.

Carte 4. Indicateur conjoncturel de fécondité par département (années 2003-2007)

Carte 4. Indicateur conjoncturel de fécondité par département (années 2003-2007)

Source : INSEE.

8Dans la plupart des régions, le département de plus faible fécondité est le plus souvent celui où se trouve la principale ville de la région : Paris, en Île-de-France, Haute-Vienne, avec Limoges, en Limousin, Haute-Garonne avec Toulouse en Midi-Pyrénées, etc. Parmi les départements sièges d’une capitale régionale, seuls le Nord, le Rhône et la Seine-Maritime sont au-dessus de la moyenne nationale en matière d’ICF.

  • 2 L’indicateur est ici calculé en recalant un taux comparatif de fécondité sur l’indicateur conjonctu (...)

9Ce classement suggère une fécondité plus faible dans les zones urbanisées et plus élevée en milieu rural. De fait, sur la moyenne des années 2005-2007, l’indicateur conjoncturel de fécondité2 s’élève à 2,03 pour les communes rurales de France métropolitaine, au lieu de 1,95 pour l’ensemble de la métropole (tableau 1). Il est proche de 2 enfants par femme dans les petites unités urbaines, ainsi que dans l’agglomération parisienne. En revanche, il est plus faible dans l’ensemble des autres agglomérations de plus de 100 000 habitants (environ 1,85 enfant par femme).

10Mais ce résultat vaut surtout dans les régions qui ont gardé une population rurale nombreuse, comme les Pays de Loire ou la Bretagne et, à un degré moindre, les régions du Sud-Ouest. Dans les régions très urbaines, comme l’Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais ou Provence-Alpes-Côte d’Azur, les différences de fécondité entre grandes agglomérations et zones rurales ou petites unités urbaines sont plus ténues. Ce sont plutôt les petites ou moyennes agglomérations qui y ont la fécondité la plus élevée.

11La prise en compte de la péri-urbanisation ne change pas ce constat. Dans les communes rurales ou dans les petites unités urbaines, la fécondité diffère assez peu suivant que ces entités appartiennent à une aire urbaine ou non : elle est juste un peu plus élevée dans l’espace à dominante rurale.

12Dans les années soixante, la fécondité était, de loin, la plus faible dans l’agglomération parisienne. Elle était aussi un peu inférieure à la moyenne de l’époque dans les autres agglomérations de plus de 200 000 habitants (tableau 2). Ailleurs, elle était supérieure à la moyenne, mais les différences étaient infimes entre communes rurales et petites agglomérations. Dans les décennies suivantes, la fécondité de l’agglomération parisienne a moins diminué que la moyenne, tandis que celle des communes rurales déclinait fortement. En 1990, la situation était inversée ; fécondité plus faible que la moyenne dans les communes rurales, plus forte en agglomération parisienne. La fécondité restait un peu plus forte dans les villes moyennes. Au cours de la période 1990-2006, la fécondité a remonté d’environ 0,15 enfant par femme. Le regain a été plus net dans les communes rurales et plus limité dans les grandes agglomérations hors celle de Paris.

13La relative permanence des disparités régionales au cours du demi-siècle passé paraît un peu surprenante au regard de la forte évolution de la fécondité. Dans un contexte d’intégration européenne dont on aurait pu attendre une certaine uniformisation, elle étonne plus encore. En matière de fécondité, les frontières hexagonales restent très marquées : la fécondité élevée du Nord-Pas-de-Calais s’oppose à la fécondité assez faible de la Belgique. Le niveau et l’évolution de la fécondité dans le Sud-Ouest n’ont rien à voir avec la situation espagnole. Aujourd’hui, la fécondité est très faible en Espagne. Elle l’est particulièrement dans l’ouest du pays (Galice, Castille y Leon), un peu moins à Madrid ou en Catalogne et surtout en Andalousie. Bien que la fécondité du Sud-Ouest soit relativement faible, elle est bien plus élevée que celles des régions proches situées de l’autre côté des Pyrénées. L’écart est encore plus grand entre les régions françaises et les régions italiennes qui bordent les Alpes : indicateur conjoncturel de 1,25 en Ligurie et 1,35 dans le Piémont, soit un écart supérieur à 0,6 enfant par femme avec la Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes. Malgré une baisse plus forte que dans le reste de la France, la fécondité de la Lorraine reste bien plus élevée que celle de sa voisine allemande, la Sarre, qui détient un des niveaux de fécondité les plus bas de l’Allemagne.

14Des pays qui entourent la France, le Royaume-Uni est le seul où la fécondité soit voisine. Dans l’ensemble, elle est juste un peu plus faible qu’en France. Les différences régionales y sont moins marquées qu’en France. Et c’est dans le Nord (Écosse entre autres) que la fécondité est la plus basse.

Tableau 1. Taux comparatif de fécondité suivant le type de commune

Tableau 1. Taux comparatif de fécondité suivant le type de commune

* Unités urbaines
Les cases laissées en blanc sont sans objet ;"ns" correspond à une case d'effectif trop faible.

Source : INSEE - Recensement de 2007 Données démographiques régionales.

Tableau 2. Indicateur conjoncturel de fécondité par catégorie de commune depuis 1968

Taille d'unité urbaine

1968

1975

1982

1990

1999

2006 (1)

France métropolitaine

2,59

1,95

1,88

1,78

1,81

1,95

Communes rurales

2,76

1,99

1,87

1,75

1,92

2,03

Commune urbaines

 

 

 

 

 

 

U u* < 5000 hab.

2,77

2,08

1,94

1,80

1,87

1,98

U u de 5000 à 9999 hab.

2,78

2,11

1,99

1,83

1,88

1,97

U u de 10 000 à 19 999 hab.

2,81

2,12

1,98

1,84

1,88

2,00

U u de 20 000 à 49 999 hab.

2,77

2,08

1,97

1,86

1,86

2,00

U u de 50 000 à 99 999 hab.

2,66

1,99

1,92

1,82

1,83

1,97

U u de 100 000 à 199 999 hab.

2,70

2,03

1,88

1,78

1,68

1,83

U u de 200 000 à 1999 999 hab.

2,50

1,88

1,86

1,77

1,71

1,85

Agglomération de Paris

2,15

1,78

1,81

1,82

1,88

1,99

Note : Les délimitations des unités urbaines sont celles en vigueur à la date des recensements.
L'indicateur de 2006 est obtenu en multipliant un taux comparatif de fécondité par l'indicateur conjoncturel de fécondité de la FM pour les années 2005-2007 ; il utilise la délimitation de 1999.
Les calculs sont effectués à partir des naissances des trois années qui entourent le recensement, sauf pour 1990 où ils couvrent la période 1989-1990.
* Unités urbaines

Sources : Données démographiques régionales de différentes années, état civil, recensements de la population, Insee.

2. Causes possibles des disparités

15À quoi sont dues les disparités de fécondité et leur évolution ? De nombreux facteurs peuvent être invoqués. Évidemment, le classement de la Seine-Saint-Denis ou du Val-d’Oise en matière de fécondité suggère une influence de l’immigration. Les choix résidentiels des familles et des individus expliquent également une part des disparités, surtout en fonction de l’urbanisation. Le changement de résidence en lui-même n’est pas sans influence sur la fécondité, du moins si on la mesure avec la méthode classique. Le niveau social peut aussi jouer.

Le rôle de l’immigration

16En Seine-Saint-Denis, parmi les femmes de 13 à 54 ans, la part des immigrées dépasse 40 %. Sachant que les femmes immigrées, dans leur ensemble, ont une fécondité plus élevée que les autres, il n’est pas surprenant que la fécondité soit assez élevée dans ce département. Pour la France, avec la méthode des enfants déclarés au foyer (voir encadré méthodologique), l’indice de fécondité s’élève à 2,35 pour les femmes immigrées et à 1,74 pour celles qui ne sont pas immigrées.

17À partir de ces données et de la part des immigrées en France métropolitaine, on peut calculer que l’immigration accroît la fécondité de la France métropolitaine de 0,07 enfant par femme, soit environ 4 %. Si la fécondité des femmes immigrées et de celles qui ne le sont pas était la même sur tout le territoire, c’est-à-dire 2,35 pour les premières et 1,74 pour les autres, l’indice de fécondité en Seine-Saint-Denis serait de 1,92, compte tenu de la part de femmes immigrées. L’apport des femmes immigrées y serait donc de 0,18 enfant par femme.

18En pratique, l’indicateur de fécondité en Seine-Saint-Denis est plus élevé que ce niveau attendu : 2,02. Ce niveau s’explique essentiellement par une fécondité des femmes immigrées plus élevée qu’au niveau national, due à une composition par origine plus favorable à une fécondité élevée : 2,71 au lieu de 2,35 ; les immigrées y sont en grande majorité des femmes originaires des pays d’Afrique du nord ou d’Afrique noire, qui ont une fécondité plus forte [Toulemon, 2004 ; Tribalat, 2005]. En revanche, la fécondité des femmes qui ne sont pas immigrées est plus faible que la moyenne nationale. Pourtant, une partie des femmes de ce département sont nées en France mais ont des parents étrangers.

19Dans beaucoup d’autres départements où la fécondité est élevée, la part des immigrés est faible (graphique 1). En Mayenne, dans les Côtes-d’Armor, en Vendée, dans le Pas-de-Calais, la part des immigrées dans la population féminine en âge d’avoir des enfants tourne autour de 3 %. À l’opposé, dans quelques départements où l’immigration est importante, la fécondité ne l’est pas. C’est le cas de Paris et des Hauts-de-Seine, où l’indice de fécondité, toujours avec la méthode DEF, est respectivement de 1,21 et 1,68.

20L’immigration est donc loin de jouer un rôle prépondérant dans les disparités géographiques de fécondité. En fait, elle tend à les réduire. En se limitant aux femmes nées en France, l’écart de fécondité, avec la méthode DEF, va de 1,56 à 2,00 enfants, au lieu de 1,67 à 2,02 quand on considère la fécondité d’ensemble (toujours méthode DEF). Le fécondité de l’Île-de-France est nettement réduite (de 1,72 à 1,56), mais celle des Pays de la Loire est pratiquement la même.

Graphique 1. Proportion d’immigrées parmi les femmes de 13 à 54 ans et ICF 2003-2007, par département

Graphique 1. Proportion d’immigrées parmi les femmes de 13 à 54 ans et ICF 2003-2007, par département

Le rôle des structures familiales

21Durant la période de baby-boom, les grandes villes étaient des lieux de faible fécondité, comparées aux campagnes. Diverses raisons pouvaient l’expliquer. La structure du parc de logements, avec une part importante de petits logements, avec des loyers élevés, n’incitait pas les couples qui voulaient avoir des enfants à venir ou à rester en ville et surtout dans les centres. D’autre part, les centres-villes offraient surtout des emplois dans le secteur tertiaire, à des personnes plus qualifiées qui avaient une préférence pour des familles réduites. Enfin, les villes attiraient les personnes qui choisissaient de vivre seules, de même que les étudiants. Les familles préféraient les banlieues ou les petites villes.

  • 3 Personnes vivant hors ménage non comprises.

22Même si le parc de logements s’est bien amélioré et si des structures d’accueil des jeunes enfants ont été créées dans les villes, les couples et les familles n’ont pas bouleversé leurs choix résidentiels. Ainsi, parmi les femmes de 25 à 39 ans qui résident à Paris3, 31,3 % sont des personnes seules, au lieu de 11,6 % pour la France métropolitaine. 7,6 % vivent dans un ménage de plusieurs personnes, mais sans être en famille, et 23,6 % vivent en couple sans enfant (France métropolitaine : respectivement 3,4 % et 15,6 %). À l’opposé, les femmes de 25 à 39 ans qui vivent dans les petites villes sont très souvent parents d’une famille : près de deux sur trois (tableau 3).

23Cependant, une grande part de ces choix résidentiels en lien avec la taille de la famille et avec la fécondité se font le plus souvent au sein d’une même région ou, dans le cas de l’Île-de-France, dans des départements limitrophes (tableau 4). Ces choix pourraient expliquer pourquoi les départements où se situe la capitale de région ont en général une fécondité plus faible que les autres départements de la région et pourquoi la fécondité est plus faible dans les grandes villes que dans les petites unités urbaines ou les communes rurales. Ils expliquent aussi la fécondité un peu plus élevée observée dans quelques départements contigus à l’Île-de-France. Mais ils ne sauraient expliquer la forte fécondité de l’Ouest ou du Nord- Pas-de-Calais.

Tableau 3. Femmes de 25 à 39 ans suivant le type d'urbanisation et la situation familiale (femmes vivant dans un ménage ordinaire)

Effectif
(en milliers)

enfant

couple sans enfant

couple avec enfant

monop

hors famille, plus. pers.

seul

Communes des DOM

202

10,9

8,4

45,5

24,0

5,4

5,8

Espace à dominante urbaine

Villes-centres

U u* < 20 000 hab.

480

4,8

13,9

60,6

9,6

2,5

8,7

U u de
20 000 à 99 999 hab.

477

4,8

14,9

46,9

14,4

3,2

15,8

U u de
100 000 à 199 999 hab.

184

4,2

17,4

40,4

14,0

3,7

20,3

U u de
200 000 à 1 999 999 hab.

650

4,1

19,7

37,9

11,7

4,9

21,7

Agglomération parisienne

299

4,2

23,6

27,6

5,7

7,6

31,3

Ensemble

2 090

4,5

17,6

43,9

11,2

4,2

18,6

Autres communes

Communes rurales

857

4,3

13,3

71,7

5,2

1,9

3,4

U u < 20 000 hab.

122

5,1

13,2

67,4

7,2

2,1

5,0

U u de 20 000 à 99 999 hab.

265

5,6

13,1

61,8

9,6

2,5

7,5

U u de 100 000 à 199 999 hab.

138

5,6

14,9

57,0

10,3

2,6

9,6

U u de 200 000 à 1 999 999 hab.

762

6,1

14,9

56,0

10,5

3,0

9,5

Agglomération parisienne

916

6,5

16,8

49,7

9,9

4,6

12,5

Ensemble

3 060

5,6

14,8

59,5

8,6

3,1

8,3

Ensemble

5 149

5,1

15,9

53,2

9,7

3,5

12,5

Espace à dominante rurale

Autres communes

671

4,6

13,5

67,7

6,6

2,3

5,2

Villes-centres

284

4,8

13,1

58,4

11,5

2,6

9,7

Ensemble

954

4,7

13,4

64,9

8,1

2,4

6,5

Ensemble France métropolitaine

6 104

5,1

15,6

55,0

9,4

3,4

11,6

* Unités urbaines

Source : INSEE - Recensement de 2007.

Tableau 4. Mobilité en cinq ans des mères ayant au moins un enfant de moins de 5 ans, vivant en Ile-de-France, suivant le département de résidence actuelle

DEPT

autre département
de la même région

autre département

autre région

75

8,6

13,5

4,9

77

22,0

27,7

5,7

78

19,8

27,3

7,5

91

19,5

25,5

6,0

92

23,8

29,2

5,4

93

17,6

21,5

3,9

94

21,9

26,5

4,6

95

19,2

24,5

5,3

Total

18,8

24,2

5,4

Le rôle du diplôme et du milieu social

  • 4 Dans cet article, nous avons retenu un découpage du niveau de diplôme en 3 catégories. La prise en (...)

24La plupart des travaux français des décennies passées sur les disparités sociales de fécondité prenaient en compte le métier du conjoint ou du mari et montraient que la fécondité était la plus élevée en milieu ouvrier ou agricole et la plus faible parmi les professions intermédiaires. Ils montraient aussi que la fécondité des femmes était liée à leur niveau de formation : plus celui-ci est élevé, plus la fécondité est faible. En particulier, les femmes les plus diplômées sont nombreuses à ne pas avoir d’enfant. Le niveau de diplôme pourrait donc expliquer des disparités régionales ou locales de fécondité, par un effet mécanique, dans la mesure où la répartition par diplôme varie suivant le lieu de résidence. Mais le même calcul que pour la variable immigré / non immigré conduit à des écarts « attendus » de fécondité assez faibles. Le nombre moyen d’enfants par femme « attendu » varie dans une fourchette de moins de 0,04 enfant4, entre les régions où les diplômées sont les plus nombreuses (Pays de la Loire, Bretagne, Poitou-Charentes), et celles où leur part est la plus faible (Picardie, Corse). C’est beaucoup moins que les écarts de fécondité qui séparent les régions extrêmes : plus de 0,3 de différence entre le Limousin et Pays de la Loire. Dans cette région, on aurait dû s’attendre à une fécondité sous la moyenne, puisque les femmes y ont des diplômes plutôt élevés.

25Cela laisse penser que des écarts entre régions s’observent quel que soit le niveau de formation des femmes.

26De fait, les disparités géographiques de fécondité apparaissent voisines pour les femmes les moins diplômées et pour les plus diplômées. Pour les premières, l’indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) va de 2,02 à 2,57 en France continentale (hors DOM et hors Corse) ; pour les secondes, il va de 1,60 à 2,02 (cartes 5 et 6). Parmi les moins diplômées, les femmes du Nord-Pas-de-Calais ont la plus forte fécondité. Les Franciliennes viennent ensuite, ce qui s’explique par l’importance des femmes immigrées dans ce groupe. À l’opposé, les femmes du Sud-Ouest (Aquitaine, Auvergne) ont la fécondité la plus faible. Si on ne prend pas en compte les femmes immigrées, les Franciliennes peu diplômées ont une fécondité au-dessous de la moyenne, et les femmes du Nord-Pas-de-Calais se distinguent très nettement de celles des autres régions.

27Parmi les femmes qui ont un diplôme intermédiaire, les femmes nordistes sont aussi les plus fécondes, mais assez peu devant les habitantes des régions de l’Ouest.

28Parmi les femmes les plus diplômées, les habitantes du Nord-Pas-de-Calais ont à peine plus d’enfants que la moyenne nationale. Ce sont les femmes vivant dans les Pays de la Loire ou en Bretagne qui ont la fécondité la plus élevée (2,02 et 1,95 enfants par femme). Dans ces deux régions, la fécondité est donc peu liée au niveau de formation, au contraire du Nord-Pas-de-Calais.

Carte 5. Indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) pour les femmes les moins diplômées, par région (années 2003-2007)

Carte 5. Indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) pour les femmes les moins diplômées, par région (années 2003-2007)

Source : INSEE.

Carte 6. Indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) pour les femmes les plus diplômées, par région (années 2003-2007)

Carte 6. Indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) pour les femmes les plus diplômées, par région (années 2003-2007)

Source : INSEE.

La force des traditions régionales

29Une fois passés en revue plusieurs facteurs possibles de disparités, on en est réduit à considérer que la tradition reste forte en matière de fécondité. Plusieurs études ont montré une certaine transmission des comportements : en moyenne, les femmes ont davantage d’enfants si elles viennent de familles nombreuses [Deville, 1979].

30Il n’est qu’à voir les niveaux de fécondité en fonction du lieu de naissance. Pour les femmes nées en France et qui vivent dans leur département ou dans leur région de naissance, les disparités de fécondité sont plus importantes que les disparités mesurées en fonction du seul lieu de résidence actuel. Surtout, en cas de migration, l’influence du lieu de naissance continue de se faire sentir. Ainsi, parmi les femmes qui vivent en Île-de-France et sont nées en province, celles qui viennent du Nord-Pas-de-Calais sont celles qui ont la fécondité la plus élevée : indicateur de fécondité de 1,63 avec la méthode DEF au lieu de 1,49 pour l’ensemble des femmes nées en province. Et ce sont les femmes nées dans le Sud-Ouest qui sont les moins fécondes (1,38 à 1,42 enfant par femme suivant la région).

31Cela dit, ces femmes qui se sont installées en Île-de-France ont moins d’enfants que celles qui sont restées dans la région de naissance (1,73 enfant par femme) ou sont allées vers des régions autres que l’Île-de-France (1,80). À ce titre, la région capitale joue un rôle différent des autres. Les femmes nées en Île-de-France et qui vivent en province ont une fécondité élevée (1,89 enfant par femme). Ce résultat peut sembler contredire le lien entre lieu de naissance et fécondité ; il tient au fait que les couples ou les personnes qui veulent élever des enfants tendent à quitter l’Île-de-France.

  • 5 Compte tenu du mode d’attribution du rang, les données portant sur cette variable doivent être cons (...)

32La fécondité élevée du Nord-Pas-de-Calais vient en partie de l’importance des familles nombreuses : les enfants de rang 4 ou plus5 y contribuent à 0,14 enfant par femme et les familles de 3 enfants sont assez nombreuses (23 %). Ces familles nombreuses apparaissent particulièrement fréquentes parmi les femmes les moins diplômées. Cependant, les femmes les plus diplômées du Nord-Pas-de-Calais, malgré une fécondité plus faible que les Bretonnes ou les habitantes des Pays de la Loire de même niveau d’études, sont un peu plus nombreuses qu’elles à avoir au moins quatre enfants. Ce résultat fait des familles nombreuses une spécificité du Nord-Pas-de-Calais, qui ne tient pas à l’immigration.

33Dans l’Ouest de la France, ce sont les familles de 3 enfants qui expliquent le niveau élevé. En revanche, il y a peu de femmes qui mettent au monde un seul enfant ou plus de trois enfants. La répartition des familles suivant le nombre d’enfants confirme cette particularité nordiste : on y trouve une proportion plus grande de familles comptant au moins quatre enfants au-dessous de 25 ans (tableau 5).

34Ce résultat diffère de ce qu’indiquait l’enquête familles de 1982 : pour les femmes nées entre 1917 et 1936, qui ont donc eu leurs enfants en pleine période de baby-boom, la fécondité dans le Nord-Pas-de-Calais était plus élevée que la moyenne, mais ne se distinguait pas des autres régions de forte fécondité par l’importance des familles nombreuses ou très nombreuses [Desplanques, 1985].

Tableau 5. Familles nombreuses et contribution des enfants de rang élevé à la fécondité, dans quelques régions

code

Région

Part parmi les familles d'au moins 1 enfant de moins de 25 ans

Taux de fécondité (méthode DEF)

1 enfant

2 enfants

3 enfants

4 enfants ou plus

Ensemble

Rang 1

Rang 2

Rang 3

Rang 4 ou plus

03

Guyane

32,7

28,4

16,8

22,1

3,07

0,80

0,78

0,53

0,96

04

La Réunion

39,1

36,6

16,2

8,1

2,19

0,85

0,78

0,36

0,20

11

Ile-de-France

42,2

37,6

14,5

5,7

1,71

0,77

0,60

0,25

0,10

22

Picardie

42,5

37,2

14,8

5,5

1,95

0,85

0,69

0,29

0,11

24

Centre

42,4

39,8

13,5

4,3

1,89

0,85

0,70

0,25

0,08

31

Nord-Pas-de-Calais

40,2

35,7

17,2

6,9

1,95

0,81

0,67

0,32

0,14

52

Pays de la Loire

38,6

40,7

16,7

3,9

2,01

0,88

0,75

0,31

0,08

72

Aquitaine

46,0

39,6

11,4

3,0

1,67

0,81

0,61

0,19

0,05

82

Rhône-Alpes

40,8

40,1

14,8

4,3

1,85

0,84

0,68

0,26

0,08

93

Provence-Alpes-Côte d'Azur

45,7

38,0

12,2

4,2

1,70

0,81

0,61

0,21

0,07

94

Corse

51,9

36,2

9,2

2,8

1,49

0,79

0,51

0,14

0,04

FE

France

42,7

38,5

14,0

4,7

1,81

0,81

0,65

0,25

0,09

3. Fécondité et mobilité

35À un niveau local détaillé, la mobilité géographique perturbe l’interprétation des données de fécondité. Les couples qui veulent avoir un premier enfant ou agrandir la famille ont parfois besoin d’un logement plus spacieux ou peuvent souhaiter un cadre de vie différent. Si la décision de changer de domicile va de pair avec celle d’avoir un enfant, le lien entre fécondité et lieu de résidence n’a plus guère de sens : faut-il attribuer la naissance au lieu de domicile après le déménagement ou avant celui-ci ? En outre, la mesure dépend de la méthode utilisée pour le calcul de la fécondité. Si un couple déménage en prévision d’une naissance, celle-ci surviendra dans la nouvelle résidence. C’est là qu’elle sera comptabilisée avec la méthode classique de calcul comme avec la méthode DEF. Si le couple déménage après la naissance, la naissance sera comptabilisée dans l’ancienne résidence avec la méthode classique. Avec la méthode des enfants déclarés au foyer, les enfants de moins de 5 ans pris en compte pour le calcul de l’indicateur seront comptabilisés au lieu de résidence relevé lors du recensement : en cas de migration légèrement postérieure à la naissance, ce sera dans la nouvelle résidence.

36Parmi les femmes qui élèvent au moins un enfant de moins de cinq ans et qui vivaient en France cinq ans avant, deux sur trois ont emménagé dans leur logement depuis moins de cinq ans. Un peu de plus de deux fois sur trois, ce changement de domicile s’est fait au sein du même département ; dans 15 % des cas, il y a eu changement de région.

37Le changement de logement est plus fréquent pour les mères d’un jeune enfant qui vivent dans l’Ouest ou dans la moitié sud de la France, plus faible pour celles qui vivent en Île-de-France ou dans les régions du Nord et du Nord-Est. Cependant, en matière d’intensité des migrations, les différences sont assez faibles. Par contre, si on se limite aux migrations qui font changer de région, des écarts importants séparent les régions, depuis le Nord - Pas-de-Calais et l’Île-de-France, régions vers lesquelles ces migrations sont rares (environ 5 % des enfants ont une mère venant d’une autre région), jusqu’à la région Centre, où 17 % des enfants de moins de 5 ans ont une mère qui résidait dans une autre région cinq ans avant. Cette part dépasse aussi 15 % dans plusieurs régions du Sud-Ouest de la France ou en Languedoc-Roussillon.

38Au sein de l’Île-de-France, Paris se distingue du reste de la région par une faible proportion de migrations en provenance des autres départements de la région : 13,5 % seulement des enfants vivant à Paris ont une mère qui résidait ailleurs en France cinq ans avant, alors que cette part va de 22 à 29 % pour les autres départements de la région.

39Ces différences de mobilité expliquent pourquoi la fécondité des femmes parisiennes est bien plus faible avec la méthode DEF qu’avec la méthode classique. Au-delà de cet aspect purement méthodologique, elles montrent que la natalité de l’Île-de-France alimente une forte émigration vers les autres régions françaises, tout comme la natalité parisienne alimente une émigration vers la banlieue.

  • 6 Indépendamment de la présence d’autres enfants de moins de cinq ans.
  • 7 Les femmes qui ont un enfant de 5 ans peuvent avoir des enfants plus jeunes. Le taux de migration e (...)
  • 8 Les données présentées ici ne peuvent pas démontrer un lien de causalité. Le recensement ne fournit (...)

40La mobilité est d’autant plus élevée que l’enfant est jeune : Au cours des 5 dernières années, 77 % des mères qui ont un enfant de un an6 ont changé de logement, 59 % seulement des mères d’un enfant de cinq ans7. D’autre part, la mobilité est plus forte quand il s’agit du premier enfant. Enfin la migration intervient plus souvent l’année qui suit que l’année qui précède la naissance, ce qui laisse penser qu’une part de la mobilité est la conséquence de l’arrivée de l’enfant8.

Conclusion

  • 9 Les disparités de mortalité jouent peu sur l’évolution, aujourd’hui en tout cas, car la plupart des (...)
  • 10 Corse exclue.

41En l’absence de migrations et dans un système stable, les régions où la fécondité est la plus élevée auraient la croissance la plus rapide ou la décroissance la plus lente9. On peut estimer qu’un écart de 0,35 enfant par femme, comme celui qui sépare les Pays de la Loire, région actuellement la plus féconde, des régions du Sud-Ouest, équivaut à une différence de taux de variation de la population de 0,5 % par an. Dans la pratique, les migrations sont telles que cette relation ne vaut pas. D’une part, le solde migratoire a un impact beaucoup plus important que la fécondité : l’écart entre les taux de variation dus au solde migratoire du Languedoc-Roussillon et du Nord-Pas-de-Calais dépasse 1,5 %10. Même en se limitant aux migrations internes au territoire, l’écart entre les taux extrêmes est supérieur à 1 %. D’autre part, les migrations, surtout internes, modifient fortement la structure par âge. En particulier, elles entretiennent en Île-de-France une population d’âge actif importante, qui, plus que la fécondité, y explique la forte natalité.

42On trouve ici à l’échelle nationale un résultat qui vaut en partie à l’échelle européenne. Aujourd’hui, La population européenne ne se maintient que grâce aux migrations en provenance de l’étranger et les pays qui ont la croissance la plus forte ne sont pas toujours ceux où la fécondité est la plus élevée.

43Pour autant, les disparités de fécondité participent à la dynamique démographique des régions. D’une part, elles entraînent des différences de structure par âge. D’autre part, les régions de forte natalité, en général des régions de forte fécondité, sont souvent des régions de solde migratoire négatif.

Haut de page

Bibliographie

BLANCHET D. (1981), Population, n° 4-5, pp. 817-844.

DAGUET F. (2004), La fécondité dans les régions à la fin des années quatre-vingt-dix - Davantage de naissances à la campagne, Insee Première, n° 963, (avril).

DESPLANQUES G. (1985), Fécondité générale – Résultats de l’enquête famille associée au recensement de population de 1982, Insee, Archives et Documents, n° 143.

DEVILLE J.-C. (1979), La fécondité serait-elle héréditaire ?, Économie statistique, n° 116, (novembre).

INSEE (1954), Données de démographie régionale 1954.

INSEE (1964), Études démographiques, n° 8.

ISNARD M. (1992), La fécondité selon les régions, en 1989-1990, Insee Première, n° 22, (août).

LE BRAS H., TODD E. (1981), L’invention de la France, Pluriel.

TOULEMON L. (2004), La fécondité des immigrées : nouvelles données, nouvelle approche, Population et Sociétés, n° 400, (avril).

TRIBALAT M. (2005), « Fécondité des immigrées et apport démographique de l’immigration étrangère », in La population de la France – Évolutions démographiques depuis 1946, CUDEP.

Haut de page

Annexe

Méthodologie

Calcul classique de l’indicateur conjoncturel de fécondité

Les données de démographie régionale de l’Insee s’appuient sur les données de l’état civil et des recensements. Les naissances, classées par âge de la mère, sont rapportées aux effectifs de femmes, eux aussi répartis par âge. Ces calculs peuvent être menés avec les variables qui figurent à la fois dans l’état civil et dans le recensement et sont mesurées sans ambiguïté : région, département ou commune de résidence, lieu de naissance. Les calculs sont également possibles suivant la nationalité.

Taux comparatif de fécondité

L’Insee ne fournit par sur son site Internet toutes données permettant ces calculs, en particulier les naissances par âge et par lieu de résidence. Dans cet article, on utilise donc parfois un taux comparatif obtenu en calculant un nombre de naissances « attendu », à partir de la répartition des femmes par âge et des taux de fécondité par âge nationaux. Pour un groupe donné de femmes, le rapport entre le nombre de naissances observé et le nombre attendu fournit un indicateur de fécondité, qu’on appellera ici taux comparatif de fécondité. Il est voisin du rapport entre l’indicateur conjoncturel de fécondité de ce groupe et l’indicateur de l’ensemble de la France, sauf si la structure par âge de ce groupe est très particulière. Ici, ce taux est calculé pour différents zonages, autres que la région et le département.

Méthode des enfants déclarés au foyer (DEF)

La méthode classique présente l’avantage d’une mise en œuvre simple, qui n’a pas varié dans le temps. Mais elle suppose des données détaillées sur les naissances. En outre, elle ne permet de mesurer les disparités que suivant un faible nombre de variables : variables de localisation, comme département et région, nationalité et lieu de naissance.

Avec le nouveau recensement, devenu annuel, il est maintenant possible de mesurer année par année la fécondité selon la méthode des enfants déclarés au foyer. Elle consiste à rattacher les enfants vivant dans des familles à leur mère et d’en déduire des taux de fécondité par âge, puisqu’on dispose à la fois de l’année de naissance de la mère et des enfants. Cette méthode permet l’étude de la fécondité en fonction de nombreuses caractéristiques de la mère. En outre, à partir des dates de naissance, on peut affecter aux enfants un rang de naissance et en déduire des indications sur la répartition des descendances par nombre d’enfants.

La méthode DEF oblige à se limiter à des enfants assez jeunes, pour éviter que trop d’enfants ne vivent plus avec la femme qui les a mis au monde. Seuls les enfants vivant avec leur mère sont pris en compte. D’autre part, la mère de famille au sens du recensement peut ne pas être la mère « biologique ». Au total, la méthode DEF sous-estime légèrement la fécondité.

Indépendamment de la sous-estimation, la méthode DEF ne mesure pas exactement la même chose que la méthode qui utilise l’état civil. Dans cette dernière, ce sont les enfants nés l’année du recensement qui sont rapprochés des effectifs de femmes au moment du recensement. Dans la méthode des enfants déclarés au foyer, ce sont les enfants nés 1 à 5 ans avant. Lorsqu’une femme change de domicile peu de temps après la naissance d’un enfant, la méthode DEF attribue l’enfant au nouveau lieu de résidence et non à celui où sa mère vivait lorsqu’il est né. Dans une zone que les familles avec jeune enfant ont tendance à quitter, comme la ville de Paris, l’indicateur de fécondité calculé avec la méthode DEF sous-estime un peu plus la fécondité.

De la même façon qu’on peut calculer des taux comparatifs à partir des données de l’état civil et du recensement, on peut calculer des taux comparatifs avec le seul recensement. Ces taux peuvent être utiles quand il s’agit d’apprécier une sur-fécondité ou une sous-fécondité qui n’est que momentanée dans la vie des femmes, par exemple lors d’une migration.

Haut de page

Notes

1 Le chiffre de la Guyane, tel qu’il est calculé en utilisant les données de l’état civil et celles du recensement, surestime probablement un peu la réalité du comportement des femmes et des couples guyanais. En effet, des femmes qui résident dans les pays voisins viennent accoucher dans des maternités du département.

2 L’indicateur est ici calculé en recalant un taux comparatif de fécondité sur l’indicateur conjoncturel de fécondité mesuré pour l’ensemble de la France métropolitaine (voir encadré méthodologique) ; la délimitation en unités urbaines est celle du recensement de 1999.

3 Personnes vivant hors ménage non comprises.

4 Dans cet article, nous avons retenu un découpage du niveau de diplôme en 3 catégories. La prise en compte d’une nomenclature plus détaillée conduirait à des écarts un peu plus importants. La catégorie « femmes peu diplômées » réunit les modalités 01 à 03 de la variable DIPL (pas de diplôme ou diplôme non déclaré) et la modalité « femmes les plus diplômées » réunit les modalités 15 à 18 (au moins le baccalauréat).

5 Compte tenu du mode d’attribution du rang, les données portant sur cette variable doivent être considérées comme des ordres de grandeur.

6 Indépendamment de la présence d’autres enfants de moins de cinq ans.

7 Les femmes qui ont un enfant de 5 ans peuvent avoir des enfants plus jeunes. Le taux de migration en cinq ans serait probablement encore plus faible si on se limitait aux mères dont le plus jeune enfant a 5 ans.

8 Les données présentées ici ne peuvent pas démontrer un lien de causalité. Le recensement ne fournit pas la succession de tous les événements ; ainsi, l’année d’emménagement n’informe que sur le dernier changement de logement. En outre, les parents peuvent anticiper un changement de domicile.

9 Les disparités de mortalité jouent peu sur l’évolution, aujourd’hui en tout cas, car la plupart des décès surviennent après 50 ans.

10 Corse exclue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Indicateur conjoncturel de fécondité par région (années 2003-2007)
Crédits Source : INSEE.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte 2. Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité entre 1968 et 1990 par région
Crédits Source : INSEE.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 3. Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité entre 1990 et 2003-2007 par région
Crédits Source : INSEE.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 4. Indicateur conjoncturel de fécondité par département (années 2003-2007)
Crédits Source : INSEE.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 1. Taux comparatif de fécondité suivant le type de commune
Légende * Unités urbainesLes cases laissées en blanc sont sans objet ;"ns" correspond à une case d'effectif trop faible.
Crédits Source : INSEE - Recensement de 2007 Données démographiques régionales.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique 1. Proportion d’immigrées parmi les femmes de 13 à 54 ans et ICF 2003-2007, par département
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 5. Indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) pour les femmes les moins diplômées, par région (années 2003-2007)
Crédits Source : INSEE.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 6. Indicateur conjoncturel de fécondité (méthode DEF) pour les femmes les plus diplômées, par région (années 2003-2007)
Crédits Source : INSEE.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Desplanques, « Les disparités géographiques de fécondité en France », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 459-473.

Référence électronique

Guy Desplanques, « Les disparités géographiques de fécondité en France », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/5258 ; DOI : 10.4000/eps.5258

Haut de page

Auteur

Guy Desplanques

Ancien chef du département de démographie
Insee Paris
guy.desplanques@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org