Navigation – Plan du site
Varia

Implications de la mobilité quotidienne dans les stratégies résidentielles transfrontalières

Implications of Daily Mobility in Cross-Border Residential Strategies
Samuel Carpentier, David Epstein et Philippe Gerber
p. 95-115

Résumés

Entre 2001 et 2007, près de 8000 personnes actives ont quitté le Luxembourg pour s’installer dans une des régions frontalières, tout en continuant à travailler au Grand-Duché. Pour la très grande majorité de ces personnes, ce déménagement transfrontalier implique un éloignement vis-à-vis du travail, pouvant ainsi être assimilé à une forme de périurbanisation transfrontalière. Malgré cet éloignement les individus déclarent une certaine satisfaction résidentielle ; toutefois au-delà de cette apparente adéquation, les analyses révèlent certains paradoxes. En termes de localisation tout d’abord, il apparaît que la plupart des répondants auraient souhaité rester au Grand-Duché, mais sont dans le même temps peu nombreux à vouloir y retourner. En termes de mobilité quotidienne ensuite, les résultats tendent à montrer que la satisfaction globale est peu affectée par l’insatisfaction liée aux déplacements domicile-travail. Par ailleurs, alors que les difficultés liées au déplacement domicile/travail sont souvent invoquées par les personnes souhaitant retourner au Luxembourg, ces problèmes de mobilité sont beaucoup moins cités par les personnes étant effectivement retournées vivre au Grand-Duché. Le rôle de la mobilité quotidienne dans ces stratégies résidentielles transfrontalières s’avère donc complexe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La construction européenne et, en particulier, les accords de Schengen, la monnaie unique ou encore la suppression des contrôles douaniers systématiques ont permis une mobilité facilitée des biens et des personnes. Pour autant, les frontières n’ont pas disparu et la libre circulation n’a pas entraîné de nivellement socio-économique au sein de l’Union européenne. Des différentiels forts subsistent [Grasland et Hamez, 2005] et la Grande Région, espace composé par la Wallonie, la Lorraine, le Luxembourg, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, en est un bon exemple. Ainsi, le Luxembourg joue depuis de nombreuses années un rôle important pour l’économie de la Grande Région, comme l’indique le nombre considérable de travailleurs frontaliers franchissant chaque jour les frontières grand-ducales. Ces mouvements centrifuges vers le Luxembourg sont relativement bien connus, cependant on sait encore peu de choses sur les mouvements centripètes allant du Luxembourg vers le reste de la Grande Région [Gerber et al., 2012]. Car, si le différentiel salarial suscite des flux vers le Grand-Duché, d’autres différentiels, tels que les prix immobiliers, génèrent des échanges en sens inverse.

2En effet, entre 2001 et 2007, 7715 personnes actives ainsi que leurs familles ont quitté le Luxembourg pour s’installer dans une des régions frontalières, tout en continuant à travailler au Grand-Duché. Ce phénomène, déjà ancien, mais qui connaît une forte progression ces dernières années (le phénomène a triplé d’intensité entre 2001 et 2007) [Brosius et Carpentier, 2010], présente de nombreuses répercussions, notamment sur le logement et les espaces de vie. Pour la très grande majorité de ces personnes, le déménagement transfrontalier implique un éloignement résidentiel vis-à-vis du travail, le plus souvent dans des zones frontalières peu denses, pouvant ainsi être assimilé à une forme de périurbanisation transfrontalière. Si cet allongement des distances se révèle contraignant, tant par l’augmentation des temps de parcours que par le renforcement de la dépendance automobile [Aguiléra et Mignot, 2002 ; Gerber et Carpentier, 2010], certaines stratégies d’adaptation permettent d’atténuer ces effets comme, par exemple, le transfert d’activités autour du lieu de travail [Boulahbal, 2001 ; Carpentier, 2010].

3À partir des données issues d’une enquête par questionnaire (n =1939), cet article vise plus particulièrement à analyser les articulations entre choix de localisation et satisfaction résidentielle de ces « migrants transfrontaliers ».Pour ce faire, un bref retour sur les éléments conceptuels relevant des arbitrages logement/transport, d’une part, et des effets de frontière sur les interactions spatiales, d’autre part, sera nécessaire. Ensuite, nous analyserons successivement les conséquences du choix résidentiel transfrontalier sur la mobilité, leurs répercussions sur la satisfaction résidentielle ainsi que le poids de la mobilité sur les retours et intentions de retour au Luxembourg. L’ensemble de ces analyses permettra d’interroger le rôle et l’importance de la mobilité quotidienne sur les stratégies résidentielles transfrontalières. Au-delà du choix résidentiel initial, il s’agira notamment de voir en quoi la mobilité quotidienne constitue un facteur d’insatisfaction résidentielle pouvant conduire à une redéfinition des stratégies résidentielles.

1. Arbitrages logement/transport, interactions spatiales et frontières

4L’étude des mobilités résidentielles transfrontalière suppose de mobiliser deux champs de recherche complémentaires. Tout d’abord, parce qu’ils relèvent de choix résidentiels, il est utile d’inscrire ce phénomène dans les travaux sur les rentes foncières et les arbitrages logement/transport. Ensuite, parce qu’il s’agit de mouvements transfrontaliers, il est nécessaire de les replacer dans le cadre des interactions spatiales et des différentiels frontaliers.

1.1. De la rente foncière aux arbitrages logement/transport

5En première approche, le modèle d’économie urbaine d’Alonso, Muth et Mills suppose que les ménages se localisent dans un espace urbain monocentrique en fonction des coûts respectifs du logement et du transport et, partant, de la distance au centre qui regroupe de nombreuses aménités et emplois [Alonso, 1964]. Ainsi, le choix résidentiel des ménages implique un arbitrage entre les coûts du logement et de transport, en fonction de leurs préférences et de l’offre de logement [Verhetsel et al., 2010]. Ces logiques socioéconomiques favorisent depuis plusieurs décennies le phénomène de périurbanisation par le jeu des préférences des ménages pour l’habitat individuel et les aménités vertes [Carpentier, 2008 ; Vogt et Marans, 2004 ; Gueymard, 2006 ; Caruso et al., 2007] et des gradients de prix immobiliers. Consécutivement, cela contribue à l’allongement des distances domicile/travail. De par cet éloignement résidentiel vis-à-vis des centres urbains, regroupant de nombreux emplois, et la difficulté à desservir en transport en commun les zones résidentielles périphériques peu denses, ces processus conduisent à une augmentation de la dépendance automobile [Dupuy, 1999]. Si, dans une certaine mesure, cette approche fondée sur des comportements rationnels visant à maximiser l’utilité des choix résidentiels permet de modéliser les dynamiques urbaines, certaines études suggèrent que les choix résidentiels périurbains sous-estiment en fait les contraintes de mobilité [Baudelle et al., 2004 ; Cavailhès, 2005]. Ainsi, ces choix résidentiels périurbains seraient plus fortement motivés par les considérations liées à l’offre de logement qu’à l’offre de transport, et les contraintes pesant sur les budgets et les budgets-temps de transport seraient relativement mal anticipées.

6Au-delà de l’évaluation des coûts respectifs du logement et des transports, les choix résidentiels reposent sur des considérations, non seulement monétaires, mais aussi sociales. L’ensemble de ces dimensions explicatives de la mobilité résidentielle peut être appréhendé à travers le concept de stratégies résidentielles [Bonvalet et Fribourg, 1990]. Ce terme tend à considérer que les individus jouent un rôle dans les décisions qui les animent et donc à prendre en compte la part d’initiative que ces derniers possèdent dans l’élaboration de leur propre existence. De ce point de vue, le concept de stratégie s’oppose, dans une certaine mesure, à celui de rationalité économique [Crozier et Friedberg, 1977]. L’individu dispose en effet rarement d’objectifs clairs et d’un projet totalement cohérent (qui plus est aux yeux de l’observateur). Le concept de stratégie résidentielle peut ainsi être abordé à travers trois dimensions principales : le statut d’occupation (par exemple la recherche de l’accession à la propriété), le cycle de vie (mise en couple, naissance d’un enfant) et la localisation dans l’espace (prix et prestige d’un quartier, environnement du lieu, etc.).

7Les éléments liés au logement ont notamment été mis en avant par Broeck (1966) qui distingue le site et la situation du logement. Le site se réfère aux caractéristiques du logement en lui-même (architecture, environnement immédiat, etc.) ; la situation fait quant à elle référence à la localisation du logement au regard de celle de tous les autres lieux susceptibles d’être fréquentés (école, lieu de travail, lieux d’achats, de loisirs, etc.). Pour Mulder (1996), cette situation délimite dès lors la « zone de recherche » du nouveau logement : c’est à l’intérieur même de cette zone qu’ont lieu les arbitrages dans le choix du logement en lui même. La localisation n’est ainsi pas une fin en soi, mais bien un élément d’une volonté ou d’une aspiration [Bonvalet, 1994].

8Les caractéristiques des individus et du ménage ont également été largement abordées dans la littérature [Foote et al., 1960 ; Speare, 1970 ; Cliche, 1980 ; Lévy, 1997 ; Orfeuil, 2000]. Différents aspects ont été étudiés, comme l’influence de la composition et de la taille du ménage sur le taux de mobilité résidentielle [Long, 1972] ou encore l’impact de la carrière dans les choix de relocalisation des ménages biactifs [Green, 1995]. Plus largement, le cycle de vie, notion formalisant l’identification d’étapes de la vie ayant une influence sur la décision de changer de logement (départ de chez les parents, mise en couple, naissance d’un enfant, départ des enfants, etc.) possède une forte influence sur le taux de mobilité résidentielle ; la probabilité de déménager étant grandement liée à l’âge. Outre l’âge, les caractéristiques socioéconomiques, tels que le niveau d’éducation ou le parcours professionnel ont également un impact important sur les choix de localisation des ménages.

9Le choix résidentiel est ainsi un assemblage de divers composants en interaction. Par exemple, un type de logement spécifique est étroitement lié au choix de l’environnement de logement [Dieleman et Mulder, 2002]. De même, la qualité du cadre de vie perçue par l’habitant est grandement liée aux caractéristiques des logements s’y trouvant [Meyer, 2005]. Au final, ces choix résidentiels sont de façon générale dictés par des besoins, mais aussi des préférences, tout en étant contraint par le marché du logement et les revenus individuels.

1.2. Interactions spatiales et différentiels frontaliers

10En considérant ces mobilités résidentielles comme des interactions spatiales, dépendant donc, selon l’approche dite gravitaire, des distances et des masses des unités spatiales, la présence de frontières au sein de notre zone d’étude implique certaines singularités, voire certains dysfonctionnements, dans la structuration de ces mouvements résidentiels. En effet, selon leurs natures, les différentiels frontaliers peuvent tout autant stimuler les interactions spatiales, en accentuant les gradients spatiaux (pour les prix immobiliers par exemple), que les inhiber, en introduisant des freins correspondant à une distance sociale, culturelle ou encore administrative [Nijkamp et al., 1990 ; Diaz Olvera et al., 1995 ; Dujardin, 2001]. Le rôle des frontières est ainsi double : barrière d’une part, interface de l’autre [Courlet, 1988 ; Ratti, 1991 ; Groupe Frontière, 2004].

  • 1 Ce nombre de travailleurs frontaliers est le plus élevé au sein de l’Union européenne. Ils représen (...)

11La région métropolitaine polycentrique transfrontalière du Luxembourg [ESPON, 2010], zone de main-d’œuvre étalée sur pas moins de quatre pays européens, illustre nettement ces « effets frontière » sur les interactions spatiales. Au niveau économique, le Grand-Duché offre des salaires généralement plus élevés que dans les régions limitrophes [Berger, 2005] attirant ainsi plus facilement la main-d’œuvre étrangère, et a fortiori celle qui se situe à proximité de ses frontières, comme en atteste les quelques 150 000 travailleurs frontaliers venant chaque jour d’Allemagne, de Belgique et de France1. Un revers de ce différentiel salarial réside toutefois en l’augmentation conséquente des prix de l’immobilier et du foncier luxembourgeois par rapport aux zones frontalières [Diop, 2011]. Ce faisant, depuis quelques années, on observe un mouvement de personnes résidantes qui quittent le Luxembourg pour s’installer dans une des régions frontalières, tout en continuant à travailler au Grand-Duché. Ainsi, plus généralement, entre 2002 et 2008, 59 % des résidents luxembourgeois ayant déménagé se sont éloignés de leur lieu de travail [Lord et Gerber, 2010]. Nombre d’entre eux vont jusqu’à traverser la frontière, mettant à profit le jeu des différentiels évoqués précédemment. Ces mouvements résidentiels centrifuges de sortie du territoire grand-ducal entraînent alors une « périurbanisation transfrontalière » [Gerber et al., 2012] avec un allongement consécutif des mouvements pendulaires et un renforcement de la dépendance automobile. Cette situation, relativement inédite en Europe de par son ampleur, au regard d’un petit pays comme le Luxembourg, a suscité nombre d’interrogations, tant de la part des instances politiques que de la communauté scientifique.

2. L’enquête « mobilité résidentielle transfrontalière du Luxembourg vers les pays voisins »

12Face à l’absence de données adéquates pour analyser en détail ce phénomène, une enquête a été réalisée au printemps 2008 auprès de l’ensemble de la population des actifs occupés résidant au Luxembourg qui se sont installés dans un pays frontalier entre 2001 et 2007 [Carpentier, 2010]. Si le choix de travailler uniquement sur la population active est, en partie du moins, contraint par la disponibilité des bases de sondage, cette délimitation thématique s’avère intéressante du point de vue de l’analyse des choix résidentiels. En effet, les personnes actives ayant un emploi au Luxembourg et choisissant de déménager hors du Grand-Duché, conserve de manière certaine un lieu structurant de leur mobilité dans le pays d’origine, à savoir le travail. Il s’en suit que leurs stratégies résidentielles peuvent être interprétées de manière univoque en fonction de cette séparation transfrontalière entre domicile et travail, et des déplacements induits.

13Une enquête, réalisée par le CEPS/INSTEAD en partenariat avec la fondation Forum EUROPA, a ainsi été administrée par courrier auprès de l’ensemble de la population des actifs occupés résidant au Luxembourg et qui se sont installés dans un pays frontalier entre 2001 et 2007, tout en conservant leur emploi au Grand-Duché. Quatre critères de sélection ont été retenus :

  • avoir déménagé du Luxembourg vers une commune allemande, belge ou française appartenant à la Grande Région,

  • avoir effectué ce déménagement entre 2001 et 2007,

  • avoir un emploi au Grand-Duché avant et après le déménagement

  • avoir séjourné au moins six mois dans le pays d’accueil.

14Finalement, ces critères ont abouti à la sélection d’une population mère de 7715 personnes. L’analyse de la population de référence et la constitution de la base de contact, permettant en particulier de garantir une meilleure représentativité de l’échantillon, se sont appuyées sur les fichiers de l’Inspection Générale de la Sécurité Sociale (IGSS) du Luxembourg. Cette base de données administrative longitudinale, regroupant au niveau individuel l’ensemble des personnes ‘protégées’, c'est-à-dire les assurés des caisses de sécurité sociale du Luxembourg, est en effet la seule permettant de réunir dans un même fichier, avec une certaine profondeur temporelle, à la fois les résidents du Luxembourg ainsi que les frontaliers d’Allemagne, de Belgique et de France. Cette base de données étant individuelle, des questions relatives à la composition des ménages et à leurs éventuelles transformations (séparation, mise en couple, naissance…) au moment du déménagement, ont été ajoutées au questionnaire.

15Avec un taux de réponse de près de 25 %, l’enquête fournit finalement un échantillon de 1939 répondants qui, au regard des variables de contrôle disponibles, ne présente pas de biais notable vis-à-vis de la population mère (tableau 1). Pour ces individus, on dispose, outre des données sociodémographiques classiques, des adresses des domiciles successifs, ainsi que d’un certain nombre de lieux d’activités quotidiennes avant et après déménagement hors du Luxembourg. Les individus ont également été interrogés sur les motivations du déménagement, les conditions de logement avant et après le déménagement, la satisfaction résidentielle et les éventuelles velléités de retour au Luxembourg.

Tableau 1. Caractéristiques de la population étudiée

Population totale des frontaliers
(fichier IGSS 2009)

Population mère
(fichiers IGSS)

Répondants
(brut)

Répondants
(pondérés)

Genre

Femme

33 %

39 %

46 %

41 %

Homme

67 %

61 %

54 %

59 %

Nationalité

Belge

23 %

22 %

25 %

23 %

Allemand

23 %

8 %

8 %

8 %

Français

47 %

27 %

27 %

28 %

Autre nationalité

3 %

8 %

7 %

7 %

Portugais

2 %

10 %

6 %

9 %

Luxembourgeois

2 %

25 %

27 %

25 %

Classes d'âge

Moins de 29 ans

23 %

38 %

31 %

33 %

De 30 à 39 ans

38 %

40 %

47 %

44 %

De 40 à 49 ans

33 %

17 %

18 %

18 %

50 ans et plus

6 %

5 %

4 %

5 %

Distance à la frontière

Moyenne

16,7 km

13,1 km

9,9 km

9,1 km

Médiane

10,0 km

4,1 km

4,0 km

4,0 km

Champ de l'enquête : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonnie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Source : Pour l'enquête : CEPS/INSTEAD – Forum Europa; pour la population de référence : IGSS.

16Globalement, cette population est en moyenne plus jeune et corrélativement un peu moins fortunée que la population active résidente du Luxembourg [Carpentier, 2010]. Par ailleurs, les Luxembourgeois représentent le quart de cette population, tandis que les ressortissants des trois pays limitrophes en constituent plus de la moitié, le reste étant constitué de Portugais et d’autres nationalités essentiellement européennes. Finalement, ce sont les personnes les plus concernées par la problématique de l’accession à la propriété d’un logement qui sont surreprésentés parmi ces émigrants, illustrant ainsi le poids grandissant de ce poste de dépense chez les primo-accédants du Luxembourg [De Lanchy, 2008].

  • 2 Les raisons à choix multiple du questionnaire expliquent une somme supérieure à 100%.

17Les motifs qui poussent les individus peuvent être classés en trois catégories : pécuniaires, familiaux ou culturels [Carpentier, 2010]. Sans surprise, ce sont les différences de prix du logement entre le Luxembourg et ses régions voisines qui sont les plus citées pour expliquer le déménagement transfrontalier (85 % des réponses obtenues). Le différentiel de coût de la vie (55 %) et l’envie de devenir propriétaire (54 %) complètent ces considérations d’ordre économique. Les motifs familiaux sont aussi assez largement présents, qu’il s’agisse d’un mariage ou d’un concubinage (26 %), de la naissance d’un enfant (18 %) ou bien d’une séparation ou d’un divorce (13 %). Des motifs culturels existent, mais sont plus rares : il peut s’agir de difficultés d’intégration culturelle (14 %) et linguistique (9 %) ou de différences de système scolaire (9 %)2. Si l’on s’intéresse uniquement à la raison principale indiquée pour expliquer le déménagement transfrontalier, le prix du logement demeure le motif le plus cité, suivi du désir de devenir propriétaire, d’un mise en couple (mariage ou concubinage), d’une rupture de couple (séparation ou divorce) et du différentiel au niveau du coût de la vie. Finalement, si la question des prix immobiliers semble largement prépondérante dans les motivations des enquêtés, c’est sans doute parce que le choix résidentiel transfrontalier, concernant des personnes qui gardent leur emploi au Luxembourg, s’inscrit dans une logique résidentielle largement orientée vers l’accession.

18Pour analyser les implications de la mobilité quotidienne dans les stratégies résidentielles transfrontalières, nous mobilisons dès lors, à la fois les données socio-économiques issues de l’enquête et divers calculs de distances réalisées à partir du géocodage des lieux de domiciles et d’activités des répondants dans un SIG.

3. Résultats

19Pour évaluer le rôle de la mobilité dans les stratégies résidentielles transfrontalière, nous allons successivement nous intéresser à l’impact du déménagement sur les mobilités quotidiennes (distances, temps, pratiques modales), à la satisfaction résidentielle et à la satisfaction vis-à-vis des déplacements ainsi qu’à l’impact de ces pratiques et de la satisfaction afférente sur les retours et velléités de retour au Grand-Duché.

3.1. Logiques socioéconomiques de l’éloignement résidentiel transfrontalier

20En première approche, la cartographie des communes d’origine et de destination de nos migrants transfrontaliers montre une forte concentration du phénomène à proximité des frontières grand-ducales, le phénomène diminuant très vite avec l’éloignement (carte 1). Environ 90 % des communes de destination sont ainsi situées à moins de 30 km des frontières du Luxembourg et la moitié des migrants résident, suite à leur déménagement transfrontalier, à moins de 5 km d’une frontière grand-ducale [Schiebel, 2009]. L’impact du lieu de travail, situé pour l’ensemble des enquêtés au Luxembourg, est ici très net. En effet, la population enquêtée étant composée exclusivement de personnes ayant un emploi au Grand-Duché, pour bon nombre de ces salariés ce déplacement est contraint tant du point de vue spatial (la localisation du lieu de travail n’est que rarement choisie) que d’un point de vue temporel (les horaires et le temps de travail sont le plus souvent définis par l’employeur). Du fait de ce double niveau de contraintes, leur choix résidentiel transfrontalier tient compte, au moins implicitement, de l’accessibilité au lieu de travail.

Carte 1. Actifs ayant quitté le Luxembourg pour s’installer dans la Grande Région selon la commune de départ et d’arrivée (2001à 2007)

Carte 1. Actifs ayant quitté le Luxembourg pour s’installer dans la Grande Région selon la commune de départ et d’arrivée (2001à 2007)

Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Cartographie : CPES/INSTEAD., Forum Europa

21Malgré cette relative concentration du phénomène aux abords des frontières, le déménagement transfrontalier implique un renforcement des contraintes spatio-temporelles liées notamment au déplacement domicile/travail (tableau 2). Si l’on s’intéresse, aux distances parcourues et aux temps de trajet associés, on constate que, globalement, les déplacements domicile/travail ont logiquement doublé suite au déménagement transfrontalier.

Tableau 2. Impacts de l’éloignement résidentiel sur les déplacements quotidiens

Avant déménagement

Après déménagement

Trajet domicile travail

Distance moyenne (km)
- Allemagne

- Belgique

- France

16

-

-

-

38,7

40,6

42,9

34,3

Distance médiane (km)

13

35

Temps moyen (min.)

22,6

39,8

Temps médian (min.)

20

40

Mode de transport principal

Voiture seule

67,7

83,1

TC et multimodal

22,1

16,9

Modes doux

10,2

-

Espace de vie (distance standard)

Moyenne (km)

13,4

17,4

Médiane (km)

9,2

13,7

Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Cartographie : CPES/INSTEAD.

22Les résultats concernant les distances et temps de parcours pour le trajet domicile/travail avant le déménagement transfrontalier sont tout à fait conformes à ce que l’on peut observer pour l’ensemble des actifs résidents, pour lesquels on relevait en 2007 un temps de trajet médian de 20 minutes pour 12 kilomètres parcourus [Carpentier et Gerber, 2009a]. En revanche, les distances et temps de parcours relevés suite au déménagement transfrontalier sont légèrement plus courts que ceux observés pour l’ensemble des travailleurs frontaliers du Luxembourg en 2007. En effet, pour nos enquêtés, on observe une distance médiane de 35 kilomètres pour un trajet domicile/travail, contre 40 kilomètres pour l’ensemble des frontaliers ; corrélativement, le temps de parcours médian de notre population s’élève à 40 minutes contre 45 minutes pour l’ensemble des frontaliers. À cette étape de l’analyse descriptive, il semble donc que, dans une certaine mesure, les « nouveaux frontaliers » issus du Luxembourg tendent à limiter leur éloignement du Grand-Duché et donc de leur lieu de travail.

  • 3 La distance standard est la distance moyenne de chaque lieu d’activité au centre moyen du semi repr (...)

23Au niveau des pratiques modales, de la même manière qu’il existe des différences sensibles dans le partage modal entre actifs résidents et actifs frontaliers, on observe des changements dans les parts modales suite au déménagement transfrontalier. Ainsi, alors que la voiture était déjà le mode de transport privilégié des enquêtés lorsqu’ils résidaient au Luxembourg (près de 68 % des déplacements domicile/travail), cette tendance s’accentue sensiblement lorsqu’ils résident au-delà des frontières (83 %), illustrant l’augmentation de la dépendance automobile. Le passage du statut d’actif résidant à celui de frontalier s’accompagne donc en moyenne d’un doublement des distances et temps de déplacement pour le trajet domicile/travail, favorisant ainsi un report modal vers les modes rapides et particulièrement la voiture. Dès lors, si le choix de s’installer de l’autre côté des frontières est essentiellement motivé par l’envie d’améliorer ses conditions de logement (Carpentier, 2010), il s’avère qu’à l’inverse, le déplacement domicile/travail se dégrade. Au-delà des déplacements domicile/travail, c’est l’ensemble de l’espace de vie qui s’allonge substantiellement suite au déménagement transfrontalier. On passe d’une distance standard3 moyenne de 13,4 km avant le déménagement à une distance de 17,4 km après.

24À l’issue de ces premières analyses descriptives, le phénomène de mobilité résidentielle transfrontalière du Luxembourg vers les régions voisines semble donc proche d’un processus de périurbanisation, avec notamment un allongement des distances et un renforcement de la dépendance automobile. Dans ce cadre transfrontalier particulier, il convient dès lors d’analyser les logiques socioéconomiques de cet éloignement résidentiel.

25Pour ce faire, un premier modèle statistique (tableau 3) a été construit pour identifier les caractéristiques des individus qui favorisent l’éloignement résidentiel. L’objectif d’un tel modèle est de tester l’impact différencié des facteurs d’ordre socioéconomique (par exemple les salaires), socio-familial (notamment la présence d’enfants ou le fait d’avoir un conjoint actif) ou encore socioculturel (à travers les nationalités) sur les logiques de localisation des individus.

26Si, dans la population des migrants, il existe une surreprésentation des ménages moins fortunés par rapport à l’ensemble de la population active du Luxembourg, cette logique socioéconomique ne se retrouve pas au niveau de la distance à la frontière luxembourgeoise (tableau 3). La modélisation statistique ne permet pas d’identifier de logique claire de relégation résidentielle des ménages les plus modestes vers les zones les plus éloignées, comme on aurait pu s’y attendre. Le critère des revenus est probablement d’autant moins discriminant qu’en franchissant la frontière les individus ont déjà réalisé une économie substantielle sur leur logement.

27De la même manière, et au regard de la surreprésentation des jeunes dans notre population (tableau 1), on observe que ces critères relatifs au cycle de vie (âge et nombre d’enfants notamment) sont discriminants pour la propension à migrer, mais ne semblent en revanche pas intervenir sur l’éloignement résidentiel (tableau 3).

Tableau 3. Déterminants de l’éloignement résidentiel

Distance à la frontière luxembourgeoise

Résidents en Belgique

Résidents en Allemagne

Résidents en France

A

t

sig.

A

t

sig.

A

t

sig.

(Constante)

24,574

7,203

***

9,080

4,019

***

17,559

8,490

***

Nationalités

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belge

4,819

3,135

***

Allemand

2,508

2,240

**

Français

2,350

2,696

***

Autres nationalités

réf.

réf.

réf.

Classes d’âges

 

 

 

 

 

 

Moins de 29 ans

-3,522

-1,503

2,775

1,981

*

-2,038

-1,565

De 30 à 39 ans

1,303

0,620

1,348

1,190

-0,939

-0,777

De 40 à 49 ans

réf. 

 

 

réf. 

 

 

réf. 

 

 

50 ans et plus

6,298

1,594

-2,266

-1,108

-,618

-0,206

Classes de revenus

 

 

 

 

 

 

Moins de 2000 €

-2,633

-0,903

-3,289

-1,881

*

-1,111

-0,716

De 2000 à 2999 €

-0,305

-0,125

-1,974

-1,354

2,320

1,854

*

De 3000 à 3999 €

réf. 

 

 

réf. 

 

 

réf. 

 

 

De 4000 à 5999 €

,387

0,205

-0,164

-0,125

1,871

1,738

*

Plus de 6000 €

-1,292

-0,552

0,448

0,297

2,714

2,017

**

Nombre d’enfants

 

 

 

 

 

 

Aucun enfant

0,325

0,212

-0,378

-0,386

0,299

0,355

Un enfant ou plus

réf. 

 

 

réf. 

 

réf. 

 

Genre

 

 

 

 

 

 

 

Femme

-2,049

-1,411

0,357

0,371

-0,592

-0,718

Homme

réf. 

 

 

réf. 

 

réf. 

 

Statut d’occupation

 

 

 

 

 

 

 

Locataire

-0,526

-0,277

0,578

0,534

-1,110

-0,946

Logé gratuitement

-0,470

-0,194

-1,721

-1,231

-1,158

-0,846

Propriétaire

réf. 

 

 

réf. 

 

réf. 

 

 

Type de logement

 

 

 

 

 

 

 

 

Maison

-1,263

-0,720

1,746

1,498

-3,371

-3,680

***

Appartement

réf. 

 

 

réf. 

 

réf. 

 

 

Travail du conjoint

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun

-15,450

-5,963

***

-2,148

-1,173

-7,042

-4,266

***

Au Luxembourg

-16,357

-6,992

***

-5,217

-2,898

***

-9,272

-6,078

***

Dans le pays de résidence

réf.

réf.

réf.

Lecture : régressions linéaires multiples de la distance à la frontière luxembourgeoise après déménagement, en fonction du nouveau pays de résidence. L'estimation est effectuée selon la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO). Les paramètres sont significatifs au seuil de 1% (***), 5% (**) et 10% (*). Un paramètre de signe positif (resp. négatif), statistiquement significatif, indique que la variable accroît (resp. réduit) la distance considérée.
Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Cartographie : CPES/INSTEAD – Forum Europa.

28Finalement, le lieu de travail du conjoint s’avère être un facteur majeur de la propension à l’éloignement résidentiel. Si le conjoint travaille également au Luxembourg, cela constituera un frein puissant à l’éloignement des frontières grand-ducales. La nationalité s’impose également comme un déterminant de l’éloignement résidentiel. Les résidents natifs des pays frontaliers dans lesquels ils s’installent (où se réinstallent) sont plus enclins à s’éloigner des frontières que ceux issus d’autres nationalités qui cherchent à maintenir une plus grande proximité avec le Luxembourg.

3.2. Quel impact de la mobilité dans la satisfaction résidentielle ?

29Au cours de cette deuxième partie de l’analyse, nous allons aborder la satisfaction de ces personnes travaillant toujours au Luxembourg, mais l’ayant quitté pour venir établir leur résidence principale dans un pays frontalier. Il s’agit de voir dans quelle mesure les tensions qui pèsent sur la mobilité quotidienne des migrants transfrontaliers influencent leur satisfaction résidentielle globale.

30Dans cet article, la satisfaction résidentielle est abordée de manière déclarative en fonction des réponses fournies par les répondants aux questions suivantes :

31« Pour les éléments suivants, votre situation suite au déménagement était-elle meilleure, identique ou moins bien qu’au Luxembourg ? ».
« Globalement, êtes-vous satisfait d’avoir quitté le Luxembourg pour vous installer dans un pays frontalier ? »

32Une telle approche de la satisfaction résidentielle suppose, de la part des enquêtés, une part de justification ex-post de leur choix résidentiel dans la mesure où il s’agit de comportements difficilement réversibles, du moins à court terme. Toutefois, il s’agit moins ici d’évaluer la pertinence intrinsèque de ces choix que les différentiels vis-à-vis de la précédente localisation.

  • 4 Cette satisfaction vis-à-vis des autres déplacements est en toute logique corrélée de manière signi (...)

33Globalement, 84 % des individus se déclarent « satisfaits » ou « très satisfaits » de leur déménagement transfrontalier. Cette satisfaction globale se retrouve sur de nombreux aspects tels que la qualité de vie, le pouvoir d’achat, le voisinage, etc. (graphique 1). À l’inverse, les déplacements domicile/travail constituent pour deux tiers d’entre eux le principal (voire le seul) motif d’insatisfaction suite au déménagement transfrontalier. En revanche, s’agissant des autres déplacements quotidiens, seuls 15 % d’entre eux pensent qu’ils se sont dégradés suite à leur déménagement, et la moitié ne trouvent pas de différence sur ce point4.

  • 5 Pour chacun des items détaillant la satisfaction, les personnes ont eu à dire si elles trouvaient l (...)

Graphique 1. Satisfaction détaillée suite au déménagement transfrontalier5

Graphique 1. Satisfaction détaillée suite au déménagement transfrontalier5

Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007, en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Source : CEPS/INSTEAD – Forum Europa.

34Sur la base de ces résultats descriptifs et pour aller plus loin, un deuxième modèle s’intéressant à l’insatisfaction vis-à-vis des déplacements quotidiens a été construit. Il s’agit ici d’identifier les déterminants de cette insatisfaction, dans la perspective d’une meilleure compréhension des arbitrages logement-transport dans le contexte transfrontalier.

35Dans le détail, l’analyse par régression logistique multinomiale de l’insatisfaction déclarée concernant les déplacements domicile/travail, d’une part, et les autres déplacements quotidiens, d’autre part, met en exergue le poids des contraintes spatio-temporelles sur la satisfaction (tableau 4). Les individus les plus satisfaits de leur trajet domicile-travail sont en toute logique ceux qui résident le plus près de la frontière et ceux qui mettent le moins de temps pour se rendre sur leur lieu de travail. On peut également noter que le fait de travailler dans la capitale luxembourgeoise réduit l’insatisfaction, et ce malgré un temps de trajet en moyenne plus long (45 minutes pour 42 km) que pour les individus travaillant en dehors de l’agglomération de Luxembourg (34 minutes pour 35 km). Ce résultat tend à montrer que la contrainte de temps de trajet transfrontalier vers le travail serait mieux anticipée par les individus travaillant en ville et ce indépendamment du moyen de transport utilisé pour s’y rendre.

  • 6 Le lieu central est le lieu d’activité pour lequel la distance à l’ensemble des autres lieux d’acti (...)

36Concernant les autres déplacements quotidiens, peu de variables se révèlent significatives pour expliquer l’insatisfaction déclarée. Les principaux déterminants sont le fait d’avoir son lieu central6 dans le pays de résidence, traduisant ainsi une faible fréquentation du Luxembourg (excepté pour le déplacement domicile/travail), ainsi que la satisfaction résidentielle globale.

37On remarque également que la satisfaction vis-à-vis du déplacement domicile/travail est liée à la satisfaction vis-à-vis des autres déplacements. Moins on est satisfait de ses déplacements domicile/travail plus les autres déplacements apparaissent contraignants (et vice versa), illustrant ainsi probablement l’impact de budgets-temps de transport et de chaînes d’activités fortement contraints par le temps passé pour se rendre au travail et laissant ainsi peu de marges de manœuvre pour réaliser dans des conditions satisfaisantes les autres activités de la vie quotidienne.

Tableau 4. Déterminants de l’insatisfaction vis-à-vis des déplacements quotidiens (après déménagement)

Domicile/travail

Sig.

Exp(B)

Autres déplacements quotidiens

Sig.

Exp(B)

Constante

**

 Constante

***

Classes d’âges

Classes d’âges

Moins de 29 ans

1,156

Moins de 29 ans

*

1,767

De 30 à 39 ans

0,750

De 30 à 39 ans

***

2,177

De 40 à 49 ans

réf.

De 40 à 49 ans

réf.

50 ans et plus

1,051.

50 ans et plus

0,619.

Nationalités

Nationalités

Belge

**

1,900

Belge

0,935

Allemand

**

2,733

Allemand

0,601

Français

***

2,605

Français

1,115

Autres nationalités

1,377

Autres nationalités

1,964

Portugais

1,522

Portugais

1,478

Luxembourgeois

réf.

.

Luxembourgeois

réf.

.

Statut d’occupation

Statut d’occupation

Locataire

***

2,408

Locataire

0,681

Logé gratuitement

1,683

Logé gratuitement

0,739

Propriétaire

réf.

.

Propriétaire

réf.

.

Mode de transport principal

Voiture

1,316

TC et multimodal

réf.

.

Distance à la frontière luxembourgeoise

Distance à la frontière luxembourgeoise

Moins de 2 km

***

0,434

Moins de 2 km

1,229

De 2 à 4 km

0,732

De 2 à 4 km

0,824

e 8 à 15 km

0,670

De 8 à 15 km

0,832

Plus de 15 km

1,466

Plus de 15 km

0,666

De 4 à 8 km

réf.

.

De 4 à 8 km

réf.

.

Lieu de travail

Lieu de travail

Luxembourg-Ville

**

0,581

Luxembourg-Ville

1,021

Agglomération L-V

1,133

Agglomération L-V

0,746

Autre commune du GD Lux.

réf.

.

Autre commune du GD Lux.

réf.

.

Lieu de travail du conjoint

Lieu de travail du conjoint

Aucun

1,051

Aucun

0,671

Au Luxembourg

1,055

Au Luxembourg

1,214

Grande-Région

réf.

.

Grande-Région

réf.

.

Temps de trajet domicile/travail

Temps de trajet domicile/travail

Moins de 20 min

***

0,022

Moins de 20 min

0,875

20-39 min

***

0,107

20-39 min

0,733

40-59 min

*

0,422

40-59 min

0,671

Plus de 60+ min

réf.

.

Plus de 60+ min

réf.

.

Pays du lieu central

Pays du lieu central

Grande Région

0,893

Grande Région

***

0,455

Luxembourg

réf.

.

Luxembourg

réf.

.

Satisfaction résidentielle globale

Satisfaction résidentielle globale

Insatisfait

1,034

Insatisfait

***

7,132

Satisfait

réf.

.

Satisfait

réf.

.

Satisfaction autres déplacements

Satisfaction trajet domicile/travail

Insatisfait

***

9,006

Insatisfait

***

9,071

Équivalent

***

3,864

Équivalent

*

2,087

Satisfait

réf.

.

Satisfait

réf.

.

Lecture : régressions logistiques multinomiales. Les paramètres sont significatifs au seuil de 1% (***), 5% (**) et 10% (*). Le paramètre expB inférieur à 0 (resp. supérieur), statistiquement significatif, indique que la variable explicative réduit (resp. accroît) la propension à se déclarer satisfait comparativement à un individu « moyen »
Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Cartographie : CPES/INSTEAD – Forum Europa.

38Finalement, ces modèles ne mettent pas en évidence de lien entre insatisfaction pour le trajet domicile/travail et satisfaction globale vis-à-vis du déménagement transfrontalier. Si l’allongement des distances et des temps de déplacement est perçu comme une contrainte par les individus, cela ne semble pas affecter leur satisfaction résidentielle globale. La place accordée aux déplacements quotidiens dans ces stratégies résidentielles transfrontalières semble alors secondaire.

39Si nous avons pu mettre en évidence la très grande majorité de personnes globalement satisfaites d’avoir quitté le Luxembourg pour s’installer dans un pays frontalier, qu’en est-il de la part de personnes non satisfaites ? Nous pouvons en effet supposer que, d’une façon théorique, l’insatisfaction abordée en tant que phénomène « stressant », soit amenée à être corrigée à plus ou moins long terme par les individus : ainsi, les personnes non satisfaites d’avoir quitté le Luxembourg pour résider dans un pays frontalier ne seraient-elles pas aussi celles dont la propension serait la plus forte à effectuer un « retour résidentiel » au Luxembourg ? Dans ce cadre, étant donné que les déplacements quotidiens, en particulier vers le travail, sont les principaux motifs d’insatisfaction déclarés par les individus, on peut se demander quel est le poids de ces trajets dans les velléités de retour au Grand-Duché.

3.3. Entre intentions et retours effectifs

40Au niveau de l’ensemble de la période d’analyse (2001-2007) et de l’ensemble de la population interrogée, les retours observés représentent 12 % des migrants. Par ailleurs, 15 % des migrants résidant encore en Wallonie, en Sarre/Rhénanie-Palatinat ou en Lorraine au moment de l’enquête déclarent envisager un retour prochain au Luxembourg. Il s’ensuit que 73 % des personnes interrogées déclarent ne pas vouloir revenir au Luxembourg, alors même que 77 % d’entre elles auraient préféré rester au Luxembourg plutôt que de déménager de l’autre côté de la frontière. Il y a donc ici un paradoxe apparent qui souligne la singularité de ces choix résidentiels transfrontaliers.

41Lorsque l’on demande aux enquêtés de donner les raisons de leur retour ou intention de retour, le motif le plus fréquemment cité tant pour les retours effectifs que pour les retours envisagés est le déplacement domicile/travail, avec respectivement 49 % et 69 % de personnes concernées (graphique 2). Comme nous l’avons vu précédemment, le trajet domicile/travail est le seul critère pour lequel les migrants ont majoritairement estimé qu’il s’est dégradé suite au déménagement transfrontalier. Les autres déplacements quotidiens arrivent en deuxième position des motifs de retours (29 %) et intention de retours (41 %). La mobilité serait donc, à première vue, l’élément principal motivant les retours et intentions de retour alors que le logement était le principal moteur du phénomène de mobilité résidentielle transfrontalière.

42Beaucoup d’autres motifs sont cités par les individus revenus au Grand-Duché ou projetant de le faire. Ils relèvent à la fois des dimensions familiales, pécuniaires et, dans une moindre mesure, culturelles. Globalement, il existe un décalage dans l’importance donnée aux différents motifs selon que le retour est effectif ou simplement envisagé. Ainsi, les motifs familiaux, tels que mariage/concubinage, séparation/divorce et naissance d’un enfant sont plus importants pour les retours effectifs que pour les retours envisagés dans la mesure où ils ne sont pas nécessairement planifiés. À l’inverse, les motifs relevant de la mobilité ou d’une amélioration des conditions d’accès au logement au Luxembourg (augmentation des revenus ou opportunité immobilière suite, par exemple, à un héritage) sont plus fréquemment cités par les personnes projetant un retour au Luxembourg que par celles l’ayant effectivement réalisé.

Graphique 2. Motifs des retours effectifs et retours envisagés

Graphique 2. Motifs des retours effectifs et retours envisagés

Source : CEPS/INSTEAD – Forum Europa.

43Dans un deuxième temps, lorsqu’on demande aux enquêtés de ne retenir que le motif principal de leur retour ou intention de retour la hiérarchie des motifs observée précédemment est bouleversée. Au niveau des retours effectifs, ce n’est plus la mobilité qui apparaît comme le principal moteur du retour, mais les motifs familiaux : mariage/concubinage et séparation/divorce. À ce niveau, l’influence des arbitrages familiaux dans les décisions de localisation des ménages est clairement marquée. Le déplacement domicile/travail occupe néanmoins le 4e rang des motifs invoqués avec 17 % parmi les personnes étant effectivement revenues vivre au Grand-Duché principalement pour cette raison. Concernant les personnes qui envisagent simplement de revenir sans l’avoir encore fait, la hiérarchie des motifs principaux est plus conforme à celle des motifs cités (graphique 2). On retrouve alors une forte proportion de personnes évoquant le déplacement domicile/travail (35 %) et d’autres qui espèrent une opportunité immobilière (17 %), c’est-à-dire une amélioration de leurs conditions d’accès à un logement au Luxembourg. Si l’on compare les motifs des retours effectifs et des retours envisagés, le décrochage est plus marqué pour les motifs principaux que pour les motifs cités. Alors que les retours effectifs sont plus motivés par des raisons familiales, les retours envisagés se positionnent plus dans l’optique d’une amélioration des conditions de logement et de déplacement, donc dans un projet résidentiel.

44Pour approfondir ces premiers constats descriptifs, un troisième modèle statistique a été construit. Il s’agit de voir dans quelle mesure les retours envisagés ou effectifs sont liés, au niveau individuel, à l’insatisfaction déclarée vis-à-vis des déplacements. En d’autres termes, il s’agit de tester l’hypothèse de travail selon laquelle les individus qui connaîtraient les déplacements les plus pénibles tendraient à remettre en cause leur choix résidentiel transfrontalier pour finalement revenir résider au Luxembourg.

45En menant une analyse ceteris paribus, à travers une régression logistique multinomiale (tableau 5), on observe que tant les retours effectifs que les retours envisagés sont, finalement, plus le résultat d’une satisfaction globale que de pratiques de mobilité déclarées. Ainsi, malgré les contraintes spatio-temporelles évoquées précédemment, le rôle des déplacements domicile/travail (temps de trajet, localisation) dans la décision ou le souhait de retourner vivre au Luxembourg est relativement faible. Seuls les temps de déplacement compris entre 20 et 39 minutes (donc relativement faibles pour des travailleurs frontaliers) paraissent jouer en défaveur des retours effectifs.

Tableau 5. Déterminants des retours et intentions de retours au Luxembourg

Retours effectifs

Intentions de retour

Signif.

Exp(B)

Signif.

Exp(B)

Constante

 

***

 

Classes d’âges

 

 

 

 

Moins de 29 ans

1,770

1,474

De 30 à 39 ans

1,155

1,078

De 40 à 49 ans

0,000

0,354

50 ans et plus

réf.

.

réf.

.

Nationalités

 

 

 

 

Belge

**

0,441

1,021

Allemand

0,427

0,762

Français

**

0,373

1,066

Autres nationalités

**

2,262

**

2,239

Portugais

0,627

1,250

Luxembourgeois

réf.

.

réf.

.

Statut d’occupation

 

 

 

 

Locataire

1,661

*

1,507

Logé gratuitement

***

3,227

***

2,315

Propriétaire

réf.

.

réf.

.

Distance à la frontière luxembourgeoise

 

 

 

 

Moins de 2 km

0,986

1,090

De 2 à 4 km

0,844

1,336

De 8 à 15 km

0,594

1,186

Plus de 15 km

0,416

1,261

De 4 à 8 km

réf.

.

réf.

.

Lieu de travail

 

 

 

 

Luxembourg-Ville

0,680

0,799

Agglomération L-V

*

0,440

0,761

Autre commune du GD Lux.

réf.

.

réf.

.

Lieu de travail du conjoint

 

 

 

 

Aucun

*

2,587

1,520

Au Luxembourg

1,629

,977

Grande-Région

réf.

.

réf.

.

Temps de trajet domicile/travail

 

 

 

 

Moins de 20 min

0,434

1,575

20-39 min

**

0,360

1,018

40-59 min

0,758

0,959

Plus de 60+ min

réf.

.

réf.

.

Pays du lieu central

 

 

 

 

Grande Région

*

0,625

1,024

Luxembourg

réf.

.

réf.

.

Satisfaction résidentielle globale

 

 

 

 

Insatisfait

***

11,464

***

6,588

Satisfait

réf.

.

réf.

.

Satisfaction autres déplacements

 

 

 

 

Insatisfait

0,756

***

2,376

Équivalent

0,712

**

1,566

Satisfait

réf.

.

réf.

.

Satisfaction trajet domicile/travail

 

 

 

 

Insatisfait

0,603

1,329

Équivalent

0,548

1,316

Satisfait

réf.

.

réf.

.

Lecture : régression logistique multinomiale. Les paramètres sont significatifs au seuil de 1% (***), 5% (**) et 10% (*).

Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.

Cartographie : CPES/INSTEAD – Forum Europa.

46En revanche, la satisfaction résidentielle globale apparaît comme le principal déterminant des retours et intentions de retours, illustrant par là le poids important des variables relevant de la perception par rapport à celles relevant des pratiques. Dans une moindre mesure, la satisfaction concernant les autres déplacements joue en faveur d’une intention de retour. Pour autant, comme nous l’avons évoqué, il n’y a pas de causalité stricte entre la satisfaction globale et la satisfaction concernant les déplacements. À ce niveau, le poids de la satisfaction relative au trajet domicile/travail dans les retours effectifs ou envisagés n’est pas significatif quand, concernant les autres déplacements, leur influence se limite aux intentions de retour. Finalement, les déplacements quotidiens, en particulier ceux vers le travail, bien que volontiers identifiés comme contraignants, ne constituent pas un levier suffisant pouvant motiver un retour au Luxembourg.

Conclusion

47L’analyse successive de la satisfaction et des velléités de retour permet de dégager plusieurs éléments structurants du phénomène de mobilité résidentielle transfrontalière. En termes de satisfaction tout d’abord, la très grande majorité des enquêtés se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur choix résidentiel. Cette forte satisfaction repose sur différents critères parmi lesquels le logement est l’élément fondamental. Les gains de confort spacieux et le différentiel de prix participent sans doute fortement de cette satisfaction [Carpentier, 2010]. Par ailleurs, le changement de statut d’occupation joue également un rôle significatif dans la satisfaction globale. Ainsi, suite au déménagement, les individus qui occupent une maison individuelle s’avèrent encore plus satisfaits (88 %) que ceux résidant dans un appartement (80 %).

48Malgré tout, certains inconvénients sont identifiés, a posteriori du moins, par les répondants. La mobilité est ainsi évaluée comme plus difficile après le déménagement que lorsque les individus résidaient au Luxembourg, ceci étant particulièrement prononcé pour le déplacement domicile/travail. Les déplacements constituent donc, pour un nombre élevé de ces migrants, le « revers de la médaille ». Ceci nous rappelle qu’outre les différentiels frontaliers, la distance à l’emploi joue un rôle majeur dans les prix immobiliers et qu’en conséquence, des trajets plus longs sont bien souvent le prix à payer pour accéder à des logements moins chers. Suite au déménagement transfrontalier, la mobilité quotidienne, et notamment les trajets domicile-travail, s’avèrent ainsi particulièrement insatisfaisants. Ce désagrément est tel que ces mobilités vers le travail sont le motif le plus souvent cité par les individus pour justifier un possible retour au Luxembourg. Ces éléments suggèrent ainsi que la contrainte de mobilité a pu être sous-estimée par un grand nombre d’individus, comme cela a été observé sur d’autres terrains, périurbains notamment [Baudelle et al., 2004]. Bien que les déplacements aient été identifiés comme le principal élément d’insatisfaction suite au déménagement, cet élément n’intervient finalement que minoritairement dans les raisons qui ont conduit près de 15 % des enquêtés à effectivement revenir vivre au Grand-Duché. Les motifs de retour avérés, et non seulement projetés, reposent plus souvent sur des motifs familiaux tels que les mariages/concubinage ou les séparations/divorces, nous rappelant ainsi l’importance des arbitrages et évènements familiaux dans les choix de localisation des ménages.

49Face à ce phénomène relativement récent, il conviendra de prendre du recul, notamment en ce qui concerne la durabilité du phénomène. En effet, du fait de l’éloignement résidentiel et des contraintes de mobilité domicile/travail qu’elle engendre, et face au probable renchérissement des coûts de transport, la périurbanisation transfrontalière, à l’instar de la périurbanisation, pourrait se révéler à moyen terme insatisfaisante pour les individus. Ces derniers, ayant dans un premier temps privilégié le logement pour le choix de leur localisation résidentielle, même si cette localisation reste en moyenne plus proche des frontières grand-ducales que les autres frontaliers, pourraient dès lors être amenés à réviser ce choix au profit d’une proximité plus forte avec leur lieu de travail, comme le suggèrent des recherches récentes menées en France [Korsu, 2010 ; Motte-Baumvol et al., 2010].

50Au-delà de ce qu’elle nous apprend sur cette population singulière, l’analyse de la périurbanisation transfrontalière apporte quelques enseignements de portée plus générale sur la manière dont s’effectuent les arbitrages logement/transport. Au vu des résultats des différents modèles de satisfaction résidentielle, trois éléments principaux potentiellement transposables à d’autres populations, périurbaines notamment, apparaissent. Tout d’abord, il semble que la contrainte en termes de mobilité domicile-travail soit sous-estimée par de nombreux ménages. De fait, l’appréciation de cette contrainte est complexe car elle est clairement identifiée comme un motif d’insatisfaction, voire comme le levier d’un éventuel rapprochement avec le lieu de travail, sans que cela ne se traduise effectivement par un rapprochement résidentiel. Ensuite, l’évaluation de ces contraintes spatio-temporelles pesant sur les budget-temps ne se limite pas à un calcul rationnel des temps ou des coûts mais semble en partie liée aux caractéristiques socioculturelles des individus (dans notre cas d’étude, la nationalité en particulier). Finalement, la prise en compte des contraintes de déplacement est également relative aux types de parcours résidentiels. À cet égard, l'accession à une maison individuelle, en moyenne plus spacieuse et plus consommatrice d’espace [Gerber, Licheron, 2010] que celles situées au Luxembourg, semble justifier pour de nombreux individus des temps de trajet conséquents. L’accession à la propriété induirait alors une certaine inertie des parcours résidentiels dans la mesure où il deviendrait plus difficile de remettre en cause ce choix résidentiel, tant du point de vue pratique (revente du bien, etc.) que psychologique, même lorsque les contraintes sur les espaces d’activités et les budget-temps sont fortes. Les velléités de maîtrise de la consommation de l’espace affichées par de nombreux acteurs institutionnels européens [European Environment Agency, 2006] semblent alors contrariées par de telles stratégies résidentielles périurbaines, dont le contexte frontalier pourrait être le catalyseur.

Haut de page

Bibliographie

AGUILÉRA A., MIGNOT D. (2002), Structure des localisations intra-urbaines et mobilité domicile-travail, Recherche Transports Sécurité, n° 77, pp. 311-325.

ALONSO W. (1964), Location and land use. Towards a general theory of land rent. Harvard University Press, 204 p.

BAUDELLE G., DARRIS G., OLLIVRO J., PIHAN J. (2004), Les conséquences d’un choix résidentiel périurbain sur la mobilité : pratiques et représentations des ménages, Cybergéo, article 287.

BERGER F. (2005), Développement de l’emploi transfrontalier au Luxembourg et portrait sociodémographique des frontaliers, Population & Emploi, n° 8.
http://www.ceps.lu/pdf/3/art1059.pdf.

BONVALET C., FRIBOURG A.M. (1990), Stratégies résidentielles, Éditions de l’Ined, 459 p.

BONVALET C. (dir.) (1994), Logement, mobilité et populations urbaines. Programme interdisciplinaire de recherche sur la ville. Éd. CNRS, 135 p.

BOULABHAL M.-H. (2001), « Effet polarisant du lieu de travail sur le territoire de la vie quotidienne des actifs », Recherche Transports Sécurité, n° 73, pp. 43-63.

BROECK J.O.M. (1966), Compass of geography, Columbus, Ed. C.E Merrill, 82 p.

BROSIUS, J., CARPENTIER S. (2010), « La mobilité résidentielle transfrontalière des actifs résidant au Luxembourg : quantification et caractérisation du phénomène », in S. Carpentier (dir.), Mobilité résidentielle transfrontalière entre le Luxembourg et ses régions voisines, Luxembourg, Saint-Paul, pp. 15-35.

CARPENTIER S. (2008), « Peut-on concilier optimisation des formes urbaines et satisfaction résidentielle ? L’exemple du Luxembourg », Actes du colloque Géopoint 2008, Groupe Dupont/UMR ESPACE, pp. 153-158.

CARPENTIER S., GERBER P. (2009a), « Les déplacements domicile-travail : en voiture, en train ou à pied ? », Vivre au Luxembourg, n° 53. http://www.ceps.lu/pdf/3/art1415.pdf.

CARPENTIER, S., GERBER, P. (2009b), « De la mobilité résidentielle à la recomposition des espaces de la vie quotidienne », Recherche Transports Sécurité, n° 102, pp. 61-72.

CARPENTIER S. (dir.) (2010). Mobilité résidentielle transfrontalière entre le Luxembourg et ses régions voisines, Luxembourg, Saint-Paul.

CARUSO G., PEETERS D., CAVAILHÈS J., ROUNSEVELL M. (2007), Spatial configurations in a periurban city : a cellular automata-based microeconomic model, Regional Science and Urban Economics, vol. 37, n° 5, pp. 542-567.

CAVAILHÈS J. (2005), Les prix des attributs du logement, Économie et Statistique, n° 381/382, pp. 91-123.

CLICHE P. (1980), Espace social et mobilité résidentielle ; introduction à la géographie sociale de Québec, Les Presses de l’Université de Laval, 188 p.

COURLET C. (1988) : La frontière : couture ou coupure ?, Économie et humanisme, n° 301, pp. 5-12.

CROZIER M., FRIEDBERG E. (1977), L’acteur et le système, Éd. du Seuil, Coll. Sociologie Politique, 437 p.

DIAZ OLVERA L., LE NIR M., PLAT D., RAUX C. (1995), Les effets-frontières : évidences empiriques, impasses théoriques. Lyon, LET, Études et Recherches, n° 3, 104 p.

DIELEMAN F. M., MULDER C. H. (2002), « The geography of residential choice », in : J.I. Aragones, G. Francescato, T. Garling, Residential environments : choice, satisfaction, and behaviour, Westport, CT, Bergin and Garvey, pp. 35-54.

DIOP L. (2011), Luxembourg : les marchés fonciers et immobiliers transfrontaliers à l'épreuve de la métropolisation, CEPS/INSTEAD Working Paper, n° 48, 16 p.

DUJARDIN C. (2001), Effet de frontière et interaction spatiale. Les migrations alternantes et la frontière linguistique en Belgique, L’Espace Géographique, n° 4, pp. 307-320.

DUPUY, G. (1999), La dépendance automobile, Anthropos, Collection Villes, 166 p.

ESPON (2010), Metroborder. Région métropolitaine polycentrique transfrontalière. Rapport final effectué dans le cadre de la Commission Européenne, Fonds Européen de Développement Régional, Analyse ciblée 2013/2/3, 202 p.

European Environment Agency [EEA] (2006), Urban sprawl in Europe - the ignored challenge, Report published by OPOCE (Office for Official Publications of the European Communities), 56 p.
http://www.eea.europa.eu/publications/eea_report_2006_10/eea_report_10_2006.pdf

FOOTE N. et al. (1960), Housing choice and housing constraints, EMc Graw-Hill Book Company, 450 p.

GERBER P., KLEIN O., CARPENTIER S. (2012), « Local mobilities and cross-border urban spraw », in C. Sohn (ed.), Luxembourg : an emerging cross-border metropolitan region, Brussels, Peter Lang, pp. 141-159.

GERBER P., CARPENTIER S. (2010), Impacts de la mobilité résidentielle transfrontalière sur les déplacements quotidiens. Actes de la 13e WCTR, session spéciale 9e séminaire du RFSET.

GRASLAND C., HAMEZ G. (2005), Vers la construction d’un indicateur de cohésion territoriale européen ?, L’Espace Géographique, n° 2, pp. 97-116.

GREEN A. E. (1995), The geography of dual-career households : A research agenda and selected evidence from secondary data sources for Britain, International journal of population geography, n° 1, pp. 29-50.

Groupe Frontière, ARBARET-SCHULZ C., BEYER A., PIERMAY J.-L., REITEL B., SELIMANOVSKI C., SOHN C., ZANDER P. (2004), La frontière, un objet spatial en mutation, EspacesTemps.net.
http://espacestemps.net/document842.html

GUEYMARD S. (2006), Facteurs environnementaux de proximité et choix résidentiels, Développement durable et territoires, Dossier 7 : Proximité et environnement. http://developpementdurable.revues.org/2716.

KORSU E. (2010), « La proximité domicile-travail dans les choix résidentiels et professionnels de l’individu hypermoderne », in M.-H. Massot (dir.), Mobilités et modes de vie métropolitains, Paris, L’œil d’or, pp. 75-92.

LANCHY (de) G. (2008), Évolution du poids des remboursements d’emprunt et des loyers dans le revenu des ménages entre 1996 et 2006, La note de l’Observatoire de l’Habitat, 10, Ministère du Logement, 4 p.

LÉVY J.-P. (1997), « Offre de logement et mobilité résidentielle : un point de vue socio-économique », in F. Calcoen, J.-C. Driant, B. Filippi, Comprendre les marchés du logement, Éditions L’Harmattan, Coll. Villes et entreprises, pp. 117-132.

LONG L. (1972), The influence of number and ages of children on residential mobility, Demography, vol. 9, n° 3, pp. 371-382.

LORD S., GERBER P. (2010), Métropolisation et mobilité résidentielle au Luxembourg : la frontière, catalyseur de périurbanisation et de polarisation sociale ?, CEPS/INSTEAD Working Papers, n° 2010-20, 32 p.

http://www.ceps.lu/pdf/6/art1557.pdf.

MEYER A.-M. (2005), Approche spatio-temporelle de l’organisation socio-résidentielle urbaine. Un exemple : l’agglomération de Hambourg, Thèse de doctorat, Université Louis Pasteur, 626 p.

MOTTE-BAUMVOL B., Massot M.-H. and BYRD A. (2010), Escaping car dependence in the outer suburbs of Paris, Urban Studies, vol. 47, n° 3, pp. 604-619.

MULDER C. H. (1996), Housing choice : Assumptions and approaches, Journal of housing and the built environment, vol. 11, no 3, pp. 209-232.

NIJKAMP P., RIETVELD P., SALOMON I. (1990), Barriers in spatial interactions and communications. A conceptual exploration, The Annals of Regional Science, vol. 24, pp. 237-252.

ORFEUIL J.-P. (2000), Stratégies de localisation ; ménages et services dans l’espace urbain, La documentation française, 75 p.

RATTI R. (1991), Théorie du développement des régions-frontières, Fribourg, Centre de recherches en économie de l’espace.

SCHIEBEL J. (2009), Géocodage, analyse et représentation cartographique des flux de mobilité résidentielle des actifs du Luxembourg vers la Grande Région entre 2001 et 2007. Mémoire de Master 1, Université Paul Verlaine de Metz, CEPS/INSTEAD, 78 p.

SPEARE A. Jr. (1970), Home ownership, life cycle stage and residential mobility, Demography, vol. 7, n° 4, pp. 449-458.

VERHETSEL A., THOMAS I., BEELEN M. (2010), Commuting in Belgian metropolitan areas. The power of the Alonso-Muth model, Journal of Transport and Land Use, vol. 2, n° 3/4, pp. 109-131.

VOGT C.A., MARANS R.W. (2004), Natural resources and open space in the residential decision process : a study of recent movers to fringe counties in southeast Michigan, Landscape and Urban Planning, n° 69, pp. 255–269.

Haut de page

Notes

1 Ce nombre de travailleurs frontaliers est le plus élevé au sein de l’Union européenne. Ils représentent 45% de la main-d’œuvre grand-ducale. (Source : STATEC, 2009).

2 Les raisons à choix multiple du questionnaire expliquent une somme supérieure à 100%.

3 La distance standard est la distance moyenne de chaque lieu d’activité au centre moyen du semi représentant l’espace de vie quotidienne. Par analogie avec la statistique classique, cela revient à calculer la moyenne et l’écart-type des coordonnées des points (donc en deux dimensions). Bien que ne connaissant pas les itinéraires empruntés par les enquêtés, ni l’enchaînement temporel des activités, le calcul de la distance standard constitue à la fois une bonne approximation de l’allongement éventuel des distances parcourues suite au déménagement transfrontalier, tout en fournissant un indicateur synthétique permettant des calculs statistiques et économétriques (cf. par exemple Carpentier et Gerber, 2009b).

4 Cette satisfaction vis-à-vis des autres déplacements est en toute logique corrélée de manière significative à la satisfaction vis-à-vis de l’offre d’activités (Tau B de Kendall significatif au seuil de 1%).

5 Pour chacun des items détaillant la satisfaction, les personnes ont eu à dire si elles trouvaient leur situation suite au déménagement « beaucoup mieux », « mieux », « identique », « moins bien » ou « beaucoup moins bien » que lorsqu’elles habitaient au Luxembourg.

6 Le lieu central est le lieu d’activité pour lequel la distance à l’ensemble des autres lieux d’activité est minimale. L’avantage de cet indicateur, comparé à d’autres calculs de centralité (centre moyen, centre médian) est qu’il correspond à un lieu « réel » et permet donc de savoir i) à quel type d’activité correspond ce lieu central (domicile, travail ou autre) et ii) dans quel pays il se situe (au Luxembourg, ou dans le pays d’accueil). (cf. par exemple, Carpentier et Gerber, 2009b).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Actifs ayant quitté le Luxembourg pour s’installer dans la Grande Région selon la commune de départ et d’arrivée (2001à 2007)
Légende Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007 en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.
Crédits Cartographie : CPES/INSTEAD., Forum Europa
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique 1. Satisfaction détaillée suite au déménagement transfrontalier5
Légende Champ : individus travaillant et résidant au Luxembourg et ayant déménagé, entre 2001 et 2007, en Lorraine, Rhénanie-Palatinat, Sarre ou Wallonie tout en conservant leur emploi au Luxembourg.
Crédits Source : CEPS/INSTEAD – Forum Europa.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 2. Motifs des retours effectifs et retours envisagés
Crédits Source : CEPS/INSTEAD – Forum Europa.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/5142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Carpentier, David Epstein et Philippe Gerber, « Implications de la mobilité quotidienne dans les stratégies résidentielles transfrontalières », Espace populations sociétés, 2012/3 | 2013, 95-115.

Référence électronique

Samuel Carpentier, David Epstein et Philippe Gerber, « Implications de la mobilité quotidienne dans les stratégies résidentielles transfrontalières », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/3 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/5142 ; DOI : 10.4000/eps.5142

Haut de page

Auteurs

Samuel Carpentier

Université d’Aix-Marseille
CNRS, ESPACE UMR 7300
29 avenue Robert Schuman
F-13621 Aix-en-Provence Cedex 1CEPS/INSTEAD, 3 avenue de la Fonte
L-4364 Esch-sur-Alzette
LuxembourgLIVE (UMR 7362, CNRS/Université de Strasbourg
3 rue de l’Argonne
F-67000 Strasbourg
Samuel.carpentier@univ-amu.fr

David Epstein

Université d’Aix-Marseille
CNRS, ESPACE UMR 7300
29 avenue Robert Schuman
F-13621 Aix-en-Provence Cedex 1CEPS/INSTEAD
3 avenue de la Fonte
L-4364 Esch-sur-Alzette
LuxembourgLIVE (UMR 7362, CNRS/Université de Strasbourg)
3 rue de l’Argonne
F-67000 Strasbourg
David.epstein@live-cnrs.unistra.fr

Philippe Gerber

CNRS, ESPACE UMR 7300
29 avenue Robert Schuman
F-13621 Aix-en-Provence Cedex 1CEPS/INSTEAD
3 avenue de la Fonte
L-4364 Esch-sur-Alzette
LuxembourgLIVE (UMR 7362, CNRS/Université de Strasbourg)
3 rue de l’Argonne
F-67000
Philippe.gerber@ceps.lu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org